AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Seul face à la bête - Jade Shepherd et Reece Fitzgerald

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Invité

Invité

CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Seul face à la bête - Jade Shepherd et Reece Fitzgerald   Lun 17 Sep - 2:23

Seul face à la bête avec     Jade ShepherdLe samedi matin, j'avais pris l'habitude de me lever tôt à la fin de l'année scolaire, afin de pouvoir visiter les moindres recoins de Poudlard. C'était important de le faire avant que la vie s'éveille dans l'école. C'était devenu mon petit rituel. Je savais que je pouvais également profiter du week-end pour me reposer mais, ma curiosité me poussait à ignorer ma fatigue.

Dans la semaine, j'avais entendu parler d'une certaine maison abandonnée non loin de Pré-au-lard : la cabane hurlante. Rien qu'au nom de celle-ci, je frémissais. Qu'avait-elle de si particulière ? Pourquoi les gens en parlaient-ils ? D'après ce que m'avaient dit certains, elle était hantée depuis très longtemps. Et alors ? Poudlard aussi était hanté, et cela ne semblait déranger personne. Les fantômes déambulaient ici et là, en répondant à tous ceux qui les interpellaient le plus naturellement possible, comme si tout ceci était normal. Mais cette cabane hantée, personne n'osait s'y aventurait. C'était décidé, ce serait ma prochaine destination du samedi matin. Je devais y jeter un coup d’œil.

Le samedi qui suivit la rentrée, comme à chaque samedi d'ailleurs, lorsque je me levai, la maison Poufsouffle dormait encore profondément. Je n'avais pas le temps de prendre un petit déjeuner, Pré-Au-Lard n'était pas à 10 minutes à pied. Je devais me presser afin d'éviter de croiser du monde. A peine un pied dehors que la fraîcheur du matin me cueillit. Rien à voir avec les températures estivales. Je continuai ma randonnée vers l'inconnu, déterminé.

Le temps s'écoulait à la vitesse des moments pénibles mais, mes efforts furent récompensés. J'arrivai enfin à Pré-au-lard. Que m'avaient dit mes camarades de maison à propos de la cabane ?

_ Tu dois prendre la première à gauche en arrivant. Tu ne peux pas te tromper, c'est juste après Les Trois Balais.

Je suivis alors les instructions. Très vite, j'aperçus alors la bâtisse au loin : isolée sur sa colline, dressée comme attendant son châtiment, et j'eus l'impression qu'elle se tourna vers moi comme pour observer ma venue. Il me fut impossible de nier son côté inquiétante. Mais, je n'avais pas fait tout ce trajet pour faire demi-tour maintenant. Je jetai de rapides coup d’œil derrière moi et m'élançai vers ce qui s'approchait le plus des ténèbres. Face à la porte, un sentiment d'hésitation s'empara de moi. Désirai-je réellement entrer ? Est-ce que le jeu en valait la chandelle ?

_ Ce n'est pas un jeu, dis-je à haute-voix pour me convaincre que tout ceci était important, que je devais le faire.

Lorsque ces mots sortirent de ma bouche, des bruits surgirent de l'intérieur. Un cri faillit m'échapper mais je le retins du bout des lèvres. Y avait-il quelqu'un qui vivait ici ? Je doutai fortement. Les gens le sauraient et me l'auraient dit. Ou alors, ils s'étaient moqués de moi. Ça n'aurait pas été la première fois, ni la dernière d'ailleurs. Trop tard pour faire machine arrière. Sans même réfléchir, je m'avançai et ouvris grand la porte, laissant ainsi mon regard se poser sur une silhouette allongée sur le sol en plein milieu. L'obscurité m'empêcha de bien distinguer l'origine de celle-ci. J'hésitai à avancer, à présent. Mon corps fut totalement paralysé par la peur et le doute. « Ressaisis-toi, Reece, ressaisis-toi ! » Me répétai-je. Je fis un premier pas hésitant. Puis, ne voyant rien bouger, je continuai mon avancée. Un pas après l'autre, calmement. Quand mes yeux s'habituèrent à la faible luminosité de la salle, je vis enfin ce qui gisait par terre.

_ Humm... Gémissa-t-elle en s'étirant de tout son long.

Elle était nue, totalement nue ! C'était Jade Shepherd !
©️ 2981 12289 0


Dernière édition par Reece C. Fitzgerald le Sam 29 Sep - 19:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 27/08/2017
Parchemins rédigés : 383
Points : 9
Crédit : Hecate. (c)
Année : Troisième (treize ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Tracy & Finn

MessageSujet: Re: Seul face à la bête - Jade Shepherd et Reece Fitzgerald   Lun 17 Sep - 23:54

Seul face à la bêteJade & Reece l'imprudentLes premières nuits de pleine lune d’automne étaient particulièrement rudes : perturbées, les créatures de la forêt ressentaient l’agitation liée à la réhabilitation de Poudlard se dispersaient, ce qui rendait la chasse pour Louve plus ardue… et surtout, aucune trace de sang humain. Si celui de charogne ou de restes de centaures suffisait à étancher sa soif, elle en subissait quelques effets secondaires qui la rendaient plus sanguine, plus instable, plus frénétique… et c’était souvent dans cet état qu’elle était le plus sujette à des débordements. Alors qu’elle évitait d’ordinaire de s’en prendre aux créatures avec lesquelles elle cohabitait, chercher querelle auprès des meutes qu’elle croisait devenait de plus en plus fréquent, et même si sa force était décuplée et colossale, son infériorité numérique ne pouvait lui garantir l’ascendant dans le cas où les centaures étaient en groupe. Faisant fi des flèches qui se plantaient dans son abdomen, dans ses cuisses velues, la bête bondissait, et se ruait sur l’un des leurs dans un hurlement rauque. Seuls les bras solides qui parvenaient à maintenir sa mâchoire à distance l’empêchaient de se laisser aller à des pulsions qui allaient bien au-delà de sa nature animale. Une rage profonde, implantée en elle, la muant en un hybride qui n’était plus Louve, ni Jade, avait une fois qu’elle ne pouvait étancher, une envie irrépressible de fondre sur ses proies pour les déchiqueter. Seulement, elle avait affaire à des guerriers expérimentés dont l’instinct de survie avait été développé au fil des années, et la décision la plus raisonnable s’imposa d’elle-même, alors qu’on l’encerclait… battre en retraite. L’aube n’allait guère tarder, au vu des couleurs chatoyantes qui teintaient le ciel, et au terme d’une longue course haletante, Louve s’introduit dans la cabane hurlante par le passage souterrain qu’elle était habituée à emprunter, faisant fi de la douleur provoquée par ses plaies. Ses pattes faisant grincer les lattes, elle gagna le couloir principal, puis le vieux salon aux allures dévasté, se couchant au centre de la pièce, le museau fourré dans son pelage sombre. Ça sentait l’humain… non, ça embaumait. C’était une odeur entêtante, qui infiltrait ses narines, et qui donnait le tournis. Puis, les premiers rayons du soleil s’infiltrèrent par le carreau terni…

Ses paupières eurent du mal à se décoller, embuées par le lourd sommeil duquel elle émergeait, et la poussière environnante qui déposait de fines pélicules sur son visage et sur ses vêtements. Sa respiration était encore forte, saccadée, sa cage thoracique s’élevant légèrement. Ses pupilles se fixèrent sur le plafond, les vieilles planches miteuses qui le composaient et qui menaçaient de s’effondrer à la moindre secousse… Jade cligna des yeux plusieurs fois, et laissa échapper un râle qui n’avait plus rien avoir avec ceux de Louve quelques heures avant : elle était, avec certitude, bien redevenue humaine… Resserrant ses phalanges jusqu’à s’en faire craquer les articulation, sa colonne se courba tandis qu’elle se relevait lentement, se massant les membres pour retrouver chacune de ses sensations… Et alors qu’elle se refamiliarisait avec sa nature d’humaine, et à ces lieux qui lui étaient réservés, un détail attira son attention dans le fond de la pièce : un détail qui n’était pas prévu dans l’équation… un détail qui faisait presque sa taille, portait les couleurs de Poufsouffle, et dont le teint était blafard. Les yeux légèrement écarquillés, il semblait tenter de comprendre une situation qui lui échappait… Jade ne réagit pas immédiatement. Peut-être était-ce lié à l’état léthargique dans lequel Louve l’avait laissée, mais elle dut bien laisser passer quelques secondes, avant de comprendre ce que cet individu de sa maison faisait dans sa cabane. Ramenant ses yeux à son propre corps, elle examina sa poitrine nue, ainsi que le bas du corps qui était totalement visible pour ce nouveau venu qui s’était octroyé un passe-droit… En guise de premier réflexe, elle plaqua ses mains sur ses parties intimes, et inspirant longuement, comme pour emplir ses poumons de tout le ressentiment possible, afin d’être bien certaine de le faire exploser sur son interlocuteur. « Tu t’es cru chez ta mère ?! » hurla-t-elle à l’adresse du jeune garçon, auquel elle était presque sûre de n’avoir jamais adressé la parole. Si ses cheveux en bataille et recouverts de brindilles lui donnaient légèrement l’air d’une furie, elle n’en avait que faire : être ainsi exposée, dans sa plus grande vulnérabilité, aux yeux d’un gringalet hébété était en train de la plonger dans une colère qui menaçait de lui sauter à la gorge, sans même qu’elle ne soit Louve. « Ferme les yeux immédiatement et oublie de suite ce que t’as cru voir, ou je te les brûle ! » ordonna-t-elle, en cherchant des yeux le sac dans lequel elle fourrait habituellement ses affaires, avant de se rendre compte qu’il était à quelques mètres. C’était la toute première fois qu’on la surprenait ainsi, et l’expérience l’incommodait fortement… D’où il sortait, celui-là ? Sans réfléchir plus longtemps, elle se leva, et pointa un index impérial devant celui qui lui faisant face, prenant un ton qu’elle espérait suffisamment intimidant pour lui passer l’envie de recommencer. « Qu’est-ce que tu fous là ? Qui t’a permis d’entrer ? Tu t’es pris pour l’aventurier du coin, t’es en manque de sensations fortes ? » Ben voyons… il ne manquerait plus que ça, un accro à l’adrénaline ! Et c’était l’infirmier qui allait lui passer un savon si elle faisait du mal à un autre élève, ne serait-ce que par accident… « T’arrivais cinq minutes avant, et je te bouffais sans même recracher tes os de poulet ! » Il fallait un peu le faire renouer avec le sens des réalités, qui semblait lui avoir été ôté à la naissance. Pas question de l’écouter bredouiller des excuses ridicules, il n’aurait jamais du être ici ! Jamais, jamais, jamais ! Plantant ses poings sur ses hanches, et sans se défaire de son ton furieux, Jade baissa toutefois légèrement la voix, comme pour la rendre plus froide. Après tout, tant qu’à être là, il pouvait bien se rendre utile… « Passe-moi les fringues dans le sac derrière toi. Et interdiction formelle de regarder ! Tu ouvres un oeil, et je te fais la peau. » Il en avait déjà bien trop vu, selon elle, mais puisque son niveau actuel en sortilèges ne lui permettait pas de faire usage d’un sortilèges d’amnésie qui ôterait de sa tête toute image qu’elle ne souhaitait pas qu’il conserve, elle allait devoir composer avec ça, et le dissuader de raconter quoi que ce soit, à qui que ce soit.
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

Invité

CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: Seul face à la bête - Jade Shepherd et Reece Fitzgerald   Jeu 20 Sep - 23:46

Seul face à la bête avec     Jade ShepherdCette vision de Jade me troubla au plus haut point. En venant ici, je m'attendais à tout : un esprit malin qui tenterait de me tourmenter, une créature maléfique que me sauterait au cou, ou alors une confrérie de sorciers pratiquant la magie noire. Tout sauf ça. Que faisait-elle ici ? Et, pourquoi était-elle nue ?

Ces questions n'eurent pas le temps de tourner dans ma tête que je la vis se lever et pivoter vers moi. Il était déjà trop tard pour me cacher ou fuir, elle m'avait vu. J'attendais là, juste devant elle, que la sentence tombe, acceptant mon sort.

Si je n'avais jamais parlé à Jade durant ma première année, j'avais tout de même aperçu une personnalité affirmée chez elle. Elle disait les choses et elle les disait avec aplomb et autorité. Ce n'était pas une fille qui se laissait marcher dessus. Très peu d'élèves n'osait la critiquer ouvertement de peur de subir les représailles. Et, jamais de ma vie, je n'aurais pensé les subir.

Quelle situation étrange, pensais-je alors. Me voilà à découvrir l'intimité de Jade et, en même temps, sa colère qui allait éclater d'un moment à l'autre. Deux choses que je trouvais totalement antinomique. Lorsque deux personnes sont dans une intimité ultime, car rien n'est plus intime qu'un corps nu, il n'y a pas lieu d'être en colère. Mais, la situation était différente. J'avais surgi au milieu d'une scène dont je n'étais pas invité.

Au fur et à mesure que les secondes s'écoulèrent, je vis son regard devenir de plus en plus clair. Elle commençait à comprendre, à me voir. J'aperçus sa poitrine se gonfler comme si elle inspirait tout l'air de la pièce. Mes yeux remontèrent sur son visage qui sembla totalement rouge, sur le point d'éclater. Peut-être était-ce la colère ou l'embarras de la situation. Ou alors, un peu des deux, supposai-je.

_ Tu t'es cru chez ta mère ?! Me cracha-t-elle avec une telle violence qu'une réponse de ma part fut totalement impossible. Ferme les yeux immédiatement et oublie de suite ce que t'as cru voir, ou je te les brûle !

Je devais lui présenter mes excuses, lui expliquer comment nous en étions arrivés là. Il était important de lui faire comprendre que je n'étais pas venu à la cabane hurlante dans le but de la voir ainsi, que tout ceci était mauvais coup du hasard. Mais, avant toute explication de ma part, je devais lui obéir, il en était de ma survie. Je fermai alors les yeux, et lui rendis ainsi ce dont je n'avais pas mérité. Elle continua de brailler mais, le stress m'empêcha de tout comprendre. Quelle position inconfortable ! Et je n'osais imaginer pour elle.

Alors que je restai immobile au milieu de la salle, j'eus l'impression de faire un bond dans le passé, un bond de plusieurs années. J'eus la désagréable sensation de revivre le pire moment de ma vie. La voix de Jade se transforma peu à peu en celle d'Anthony Trembley. « Je ne suis plus à Prestbury ! » Pensai-je pour me convaincre. Mais, des rires commencèrent à m'encercler, à tourner autour de moi. Je voulus rouvrir les yeux afin de sortir de ce cauchemar, mais la voix de Jade, ou bien celle d'Anthony, continua à lancer des mots avec une colère terrifiante. Je fus coincé, emprisonné dans ce passé qui ressurgit et me submergea totalement. Je me sentis tourner, virevolter à la manière de ce jeu que je haïssais tellement.


_ T'arrivais cinq minutes avant, et je te bouffais sans même recracher tes os de poulet !

Qu'est-ce que ceci pouvait bien signifier ? Et, pourquoi dire une telle phrase dans un jeu comme le Colin-Maillard ? Ou alors, était-ce un autre jeu, une autre façon de se moquer de moi. Avait-il réellement besoin d'une raison pour me ridiculiser aux yeux des autres ? N'était-il pas à l'origine de mon horrible surnom ? Le Monstre de Prestbury. J'avais traîné cette appellation pendant toute ma scolarité moldue, comme un boulet à la cheville d'un prisonnier.

La voix qui me criait dessus commença à monter dans ma tête, à résonner comme une vague qui ravage tout sur son passage. Je devais me protéger. Je plaquai alors mes mains sur mes oreilles tout en me recroquevillant. Puis, d'un seul coup, la voix cessa, laissant place à un silence salvateur. « Peut-être le calme avant la tempête » me dis-je. Et après tout, je n'avais rien pu faire auparavant, je doutais de pouvoir faire quelque chose à ce moment-là. Autant accepter ma sentence comme un condamné dans le couloir de la mort.

« Monstre ! » D'autres voix se mirent à crier ce mot en boucle dans ma tête. Je revis les visages des enfants de Prestbury me cracher au visage, me pointer du doigt, m'insulter de tous les noms. Étais-je vraiment le monstre ? Maman pouvait me répéter le contraire, il m'était difficile de ne pas le croire. Mais depuis, beaucoup de choses avaient changé. Poudlard avait fait de moi un sorcier dans un monde de magie. J'avais envie de me lever et de faire face à ces voix. Je voulais leur faire comprendre que je n'étais plus le même. Le Reece inoffensif n'existait plus. Et, alors que les voix continuèrent leur propagande dans mon esprit, je serrai ma baguette de toutes mes forces dans ma main droite. Une force qui parcourut tout mon corps me souleva.

_ JE NE SUIS PAS UN MONSTRE ! Criai-je, les yeux grand ouvert, baignés de larmes.

Une onde de choc similaire à celle que j'avais provoqué lors de l'anniversaire d'Anthony Trembley parcourut la cabane hurlante et renversa Jade Shepherd, toujours nue. Sans même attendre de voir sa réaction, je lui tournai le dos, courus à la porte puis la claquai derrière moi.
©️ 2981 12289 0


Dernière édition par Reece C. Fitzgerald le Sam 29 Sep - 19:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 27/08/2017
Parchemins rédigés : 383
Points : 9
Crédit : Hecate. (c)
Année : Troisième (treize ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Tracy & Finn

MessageSujet: Re: Seul face à la bête - Jade Shepherd et Reece Fitzgerald   Mar 25 Sep - 1:07

Seul face à la bêteJade & Reece l'imprudentÇa, c’était le bouquet ! Elle se réveillait tout juste après une nuit entière à cavaler dans les ronces et à se quereller avec des centaures belliqueux, et voilà qu’en ouvrant les yeux, elle trouvait un autre Poufsouffle d’une année plus jeune en train de la lorgner. Depuis quand on laissait les mouflets sortir plus tôt que l’heure du petit-déjeuner ? Elle n’eut pas le temps de s’interroger davantage sur le sujet, les yeux écarquillés du petit garçon se révulsèrent, et il lui sembla qu’à son tour, il explosait. « JE NE SUIS PAS UN MONSTRE ! » lui hurla-t-il, le visage inondé. Perplexe, l’expression de Jade se figea totalement tandis qu’elle fixait son interlocuteur, et qu’une onde la secoua jusqu’à la faire chuter au sol. Avant même d’avoir eu le temps de se relever, ou tout du moins de comprendre ce qui venait de lui arriver, le nouveau venu venait tout juste de tourner les talons, et de lui claquer violemment la porte au nez. Quel impoli, manqua-t-elle de s’insurger ! Non seulement il se permettait de la regarder dans son plus simple appareil alors même qu’elle était toujours inconsciente et plongée dans le sommeil léthargique de Louve, mais en plus, il s’octroyait le droit de lui crier dessus alors que c’était lui qui était en tort ! Non, décidément, ça ne se passerait pas comme ça. Se hissant sur ses deux mollets endoloris par sa course de la nuit, Jade s’empara alors de son sac à dos à motifs militaires, et s’empressa d’enfiler ses sous-vêtements, puis son sweat-shirt à capuche et un jean’s usé, avant d’ouvrir la porte que le jeune élève venait de fermer précipitamment. Il comptait vraiment se tirer, et aller raconter à tout Poufsouffle qu’il l’avait vue toute nue ? Plutôt crever ! Déboulant dans le couloir, elle le trouva en larmes, et elle s’arrêta brusquement, se demandant quel genre de réaction il serait bon pour elle d’adopter. Demeurant quelques secondes ainsi, sans savoir pour quelle attitude opter, elle hésita longuement en se demandant si elle n’allait pas tenter de l’assommer avec un objet trouver à proximité pour calmer sa crise de nerf, comme un parpaing par exemple. Ou le pétrifier, et le traîner hors de sa tanière par la cheville… au moins, ça le forcerait un peu à se calmer. Voilà qu’il la mettait dans de beaux draps… « Mais c'est quoi ton problème… ? » demanda-t-elle, bras croisés sur sa poitrine, d’un ton légèrement agacé qui ne laissait transparaître aucune émotion. S’il s’attendait à de la pitié de sa part, il allait être drôlement surpris. Elle se trouvait déjà bien patiente…

Mais, curieusement, dans le comportement complètement irrationnel de ce garçon tétanisé, il y avait quelque chose qui lui rappelait son frère. Le visage complètement hagard et débordant d’innocence de son frère, qui n’était pas encore prêt à faire face à la cruauté du monde, qui la découvrait au moment où il entrouvrait tout juste les paupières. Il n’aurait pas sa compassion, mais parce qu’il avait le même regard ingénu que Skat, elle consentait à lui donner une chance. Une chance de lui expliquer en quoi il n’était pas une sorte de taré sociopathe et pervers… décidément, sa gentillesse la perdrait. « Au cas où ça te paraitrait pas assez clair, t’es sur mon territoire. Et je ne me rappelle pas t’avoir invité. » tint-elle à mettre au clair, sur un ton sans appel, enfouissant ses mains dans les poches de son sweat-shirt. Il l’avait vue entièrement nue, mais rien dans les yeux trop naïfs de ce garçon à peine plus jeune qu’elle ne laissait entrevoir cette lueur mesquine qu’elle aurait pu retrouver chez Sage ou Jayden. Il était peut-être complètement ahuri, mais étrangement, il n’avait pas l’air méchant… enfin peu importait son motif, il était là au mauvais moment, et il n’allait pas s’en tirer en chouinant ! « Alors tu mouches ton nez, et j’attends des explications. » ajouta-t-elle fermement, appuyant son bras sur les planches branlantes qui composaient le mur, à moitié rongées par les mites, ignorant le craquement bruyant de ces dernières. Relevant une longue mèche de cheveux qui lui obscurcissait le visage, la Poufsouffle soupira longuement en toisant son interlocuteur, se demandant ce qu’elle allait bien pouvoir faire de lui… Peu importait qu’il soit impressionnable et un peu trop sensible, il n’échapperait pas à un interrogatoire en règle pour expliquer pourquoi il jouait les voyeurs. « Qu’est-ce que tu fichais dans ma cabane ? Et pourquoi t’es devenu… un genre de fou furieux hystérique ? » ajouta-t-elle, en agitant un index inquisiteur devant son interlocuteur, étudiant son visage. Il semblait réellement effrayé… est-ce que c’était elle qui l’avait mis dans cet état ? A vrai dire, elle s’était seulement éveillée nue sur le plancher, mais s’il avait assisté à la transformation sans savoir qu’elle était Louve, c’était peut-être la raison pour laquelle il semblait si tétanisé. Passant une main dans ses cheveux emmêlés en se demandant ce qu’elle allait bien pouvoir faire de lui, Jade se caressa le menton en le toisant avec incertitude. « J’vais pas te manger hein. Enfin, si tu joues pas au plus malin avec moi. » déclara-t-elle d’une voix plus calme, un poing appuyé sur la taille.
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

Invité

CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: Seul face à la bête - Jade Shepherd et Reece Fitzgerald   Sam 29 Sep - 19:11

Seul face à la bête avec     Jade ShepherdJe voulus courir le plus loin possible, sans jamais m'arrêter, et oublier tout ce qui avait fait ma vie. Mais, même dans une école qui ne ressemblait en rien à mon ancien monde, je n'avais pas réussi à fuir mon passé. J'eus la désagréable sensation d'être prisonnier et que, quoique je fasse, tout me ramenait à ce que les autres enfants de Prestbury avaient fait de moi. Je voulais, à bien y réfléchir, que l'on me considère comme le gentil, et pas le monstre.


Des larmes chaudes et salées coulèrent le long de mes joues. Elles filèrent avec une détermination à toute épreuve., et s'écrasèrent une à une sur le planché du couloir de la cabane hurlante. Car, en effet, j'étais toujours dans cette fichue cabane. Pourquoi n'avais-je pas continué de courir ? Pourquoi restais-je figé en plein milieu d'un couloir sordide à pleurer ? La seule chose qui m'occupait l'esprit était de ne plus fermer les yeux, de ne plus penser à Anthony Trembley, ni même à Prestbury. Tout ce qui comptait réellement, à ce moment précis, était Poudlard et le monde de la magie. Si je venais de surprendre une jeune sorcière de la même maison que moi, en plein milieu d'une étrange bâtisse, complètement nue, cela voulait signifier que c'était bien ma nouvelle vie. Alors, pourquoi étais-je toujours affecté par ce que m'avaient fait subir les moldus ? 

_ Mais c'est quoi ton problème... 

La voix de Jade me fit sursauter. Mais, cette question qui ressemblait davantage à un reproche me ramena au centre du couloir. Elle avait raison, quel était mon problème ? Il était très simple, à vrai dire. Partout, les gens me voyaient comme quelqu'un de différent. Et les personnes différentes, il était beaucoup plus simple de les mettre à l'écart, ou de les rabaisser afin de se mettre en valeur. De ce fait, je m'étais toujours senti comme un intrus, même à Poudlard. Et si j'avais du mal à me faire des amis, cela venait sûrement de ma peur de ne pas savoir quoi faire pour en être un bon. Alors, l'isolation semblait le choix le plus simple à prendre afin de me préserver. 

Au cas où ça te paraîtrait pas assez clair, t'es sur mon territoire, insista-t-elle. Je ne me rappelle pas t'avoir invité.

Son territoire ? Tout sembla s'éclaircir, d'un seul coup. Le fait de la retrouver nue en plein milieu d'une cabane qui devait être hantée, les propos qu'elle tenait depuis le début, et pourquoi elle se réveillait sur le sol en plein centre d'une pièce. Jade était un loup-garou. Cela sembla évident, comme le nez au milieu d'un visage. Surtout que Jade ne cherchait pas à le dissimuler plus que ça. Elle en parlait très ouvertement, comme si tout ceci était une situation normale. A vrai dire, ça l'était peut-être devenu pour elle. De mon côté, c'était forcément extraordinaire mais, pour elle, elle était loup-garou sûrement depuis sa naissance. 

Même si mon regard était baissé, je sentis dans l'attitude de Jade que sa colère s'atténua peu à peu. Le moment était peut-être parfait pour lui donner des explications. Et, de toute évidence, je lui en devais. Elle me questionna sur la raison de ma venue et de mon comportement irrationnel. Quelle réponse pouvais-je lui apporter ? Mais, surtout, étais-je capable de lui parler ? Il fallait que je sèche mes larmes avant toute tentative, que je me calme afin de ne pas me rendre davantage ridicule, si cela était possible. Je me tournai alors vers elle.

J'vais pas te manger, hein, ajouta-t-elle, les poing sur sa taille. Enfin, si tu joues pas au plus malin avec moi.

_ Je ne voulais pas te surprendre comme ça, et j'en suis profondément désolé.

Si ma voix fut clair et sans le moindre signe d'hésitation, ce qui n'était jamais le cas lorsque j'adressais la parole à une inconnu, mes excuses furent sincères. J'espérais, au fond de moi, qu'elle le perçoive. 

_ Probablement que ma vie ne t'intéresse pas mais, avant d'être ici, à Poudlard, les gens se moquaient de moi. Ils m'insultaient, me jetaient des choses dessus, et parfois même, me crachaient dessus. Je ne comprends pas vraiment le lien avec tout ça. Le seul truc que je sais, c'est que... quand j'ai fermé les yeux, tous pleins de souvenirs ont jailli. Ça a dû te paraître bizarre. 

Je levai mes yeux et fixai les siens, afin d'apercevoir l'effet que mes mots eurent sur elle. Son visage ne fut plus rouge de colère. « Un bon signe » songeai-je. Ce fut la première fois que nos regards se croisèrent réellement. Je fus gêné, dans un premier temps, mais rassurer d'avoir pu m'expliquer. Je continuai alors à m'excuser.

Au fait, ne t'en fais pas, je ne vais rien raconter. De toute façon... un léger moment d'hésitation qui ressembla davantage à du regret, je ne parle à personne ici.

Auparavant, la solitude me correspondait parfaitement. Mais, ces mots me semblèrent difficiles à supporter à présent, comme si cette solitude m'était étrangère. Je ressentis soudainement l'envie d'avoir une amie, ou, pour être plus précis, le besoin d'avoir une amie.
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 27/08/2017
Parchemins rédigés : 383
Points : 9
Crédit : Hecate. (c)
Année : Troisième (treize ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Tracy & Finn

MessageSujet: Re: Seul face à la bête - Jade Shepherd et Reece Fitzgerald   Sam 27 Oct - 17:28

Seul face à la bêteJade & Reece l'imprudent« Je ne voulais pas te surprendre comme ça, et j'en suis profondément désolé. » Youpi, des excuses... comme si ça arrangeait son problème ça ! Mettant sa main devant sa bouche pour faire mine de bailler, comme si la conversation en cours l'ennuyait profondément, Jade toisa avec insistance son interlocuteur, comme espérant que son regard soit suffisamment lourd de reproches pour faire en sorte que ce dernier se désintègre sur place. Métaphoriquement, bien entendu... quoique ? Ce qui était certain, c'était que niveau explications, ce morpion ne s'en sortait pas très bien, et s'il attendait de sa part qu'elle se mette à l'aider à trouver ses mots, alors il avait frappé à la mauvaise porte. « Bah dis donc, ça me fait un belle jambe. » répondit-elle en abaissant son regard vers ses griffes redevenues de simples ongles, leur accordant un soudain intérêt. Qu'il pleure, qu'il se mette par terre ou la supplie pour sa clémence, ça ne changerait rien du tout, si elle n'avait pas la certitude que ce mouflet allait aussitôt effacer de sa tête les images qui y avaient germé lorsqu'il l'avait aperçue dans son plus simple appareil...

En véritable inquisitrice, elle croisa ses bras sur sa poitrine, en attente de réelles justifications qui tardaient à venir. Ben dis donc, il était tout pâle ! A se demander ce qu'il faisait aussi tôt le matin hors de la salle commune en train de rôder dans les alentours de la cabane hurlante, au lieu de se trouver à l'infirmerie... « Probablement que ma vie ne t'intéresse pas mais, avant d'être ici, à Poudlard, les gens se moquaient de moi. Ils m'insultaient, me jetaient des choses dessus, et parfois même, me crachaient dessus. Je ne comprends pas vraiment le lien avec tout ça. Le seul truc que je sais, c'est que... quand j'ai fermé les yeux, tous pleins de souvenirs ont jailli. Ça a dû te paraître bizarre. » Haussant un sourcil pour bien marquer sa légère surprise, Jade ne prit même pas la peine de feindre un semblant de compassion. Pourquoi est-ce qu'il lui racontait tout ça... ? Aux dernières nouvelles, ils n'avaient pas élevé les niffleurs ensemble, et voilà que le Poufsouffle se mettait à lui faire un récit détaillé de son existence, comme espérant qu'elle déposerait ensuite sur son épaule une main de soutien. Pour un peu, il allait falloir que ce soit elle qui s'excuse de sa réaction... plutôt dans ses rêves, oui ! « Bien vu, la seule vie qui m’intéresse, c’est la mienne. » répliqua-t-elle aussitôt, pour mettre les choses au clair. Ce n'était pas nécessairement vrai. Ses copines passaient aussi avant le reste du monde, et à leur manière, ses ennemis jurés aussi. Or, celui-ci ne faisait partie ni de l'une, ni de l'autre catégorie... « Et ouais, clairement, j’ai pensé que t’étais un taré. Et je suis toujours pas sûre du contraire, t'es minimum schyzo je pense. » énonça-t-elle, une main sur son menton, en méditant sérieusement sur cette dernière possibilité. S'il se mettait à avoir des images étranges en tête après qu'elle lui ait crié dessus, c'était forcément qu'il était bien atteint, et rien ne lui garantissait qu'un problème mental ne se cache pas derrière tout ça.

Puisqu'aux dernières nouvelles, elle ne lui avait rien lancé, ni craché dessus, elle opta pour tenter d'y voir un peu plus clair : il y avait quelque chose de pas net dans cette histoire, et rien ne lui disait qu'il ne venait pas de tout inventer pour qu'elle le laisse partir tranquille... Cette possibilité n'était pas non plus à exclure ! « Pourquoi ils te lançaient des trucs ? Et pourquoi tu te vengeais pas, quand ils le faisaient ? » demanda-t-elle, une main placée sur sa taille, comme pour se donner de l'allure. C'était bien ce qu'elle ne comprenait pas, les gens se plaignaient de leur situation, mais ils semblaient ne rien faire pour tenter de s'en sortir. Il avait une baguette, non ? Imaginant Sinclair ou Rosenbach en train d'essayer de lui cracher dessus, Jade eut une sympathique image d'elle se saisissant d'eux pour leur rompre le cou qui lui tira un large sourire... « Au fait, ne t'en fais pas, je ne vais rien raconter. De toute façon... je ne parle à personne ici. » Hochant la tête d'un air vaguement convaincu, la petite Poufsouffle plissa néanmoins les yeux, adoptant une expression du visage plus sévère, espérant ainsi le déstabiliser au maximum, et lui faire passer toute envie de se jouer d'elle : il avait l'air sincère, mais on ne savait jamais, et rien lui disant que ce gamin n'était pas à la botte de ses adversaires, peut-être envoyé par Jayden pour l'espionner au lendemain d'une transformation... « J’espère que t’es pas en train de me jouer le numéro du vilain petit canard. » soupira-t-elle avec lassitude. « Je t’ai à l’oeil, de toute façon. T’es à Poufsouffle, non ? Alors ne fais pas l’erreur une seule seconde de penser que t’es tranquille, parce que je peux t’affirmer que dorénavant je te surveille. Et je suis douée pour traquer mes proies. » Et ça, elle ne comptait pas l'oublier de sitôt. Au vu de la taille de la salle commune, ils risquaient d'être amenés à se croiser souvent, alors il avait plutôt intérêt à faire attention, s'il ne voulait pas devenir sa prochaine cible...
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: Seul face à la bête - Jade Shepherd et Reece Fitzgerald   

Revenir en haut Aller en bas
 
Seul face à la bête - Jade Shepherd et Reece Fitzgerald
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard, 19 ans après. :: La Corbeille :: 
Corbeille
 :: Les vieux RPs
-
Sauter vers: