AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ❝ Nightmare is not over❞ (Audrey & Brook)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 24/10/2011
Parchemins rédigés : 2838
Points : 10
Crédit : Alaska & tumblr ♥
Année : 5ème année (16 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Milo ♥ Phoenix ♥ Hadley ♥ Blake

MessageSujet: ❝ Nightmare is not over❞ (Audrey & Brook)   Mar 9 Jan - 22:14


❝ Nightmare is not over❞Brooklyn &
Audrey

Mercredi, milieu d'après midi, le temps était loin d'être au beau fixe. Il pleut depuis hier soir et ça n'a pas l'air de vouloir se calmer. La chape sombre qui a recouvert le ciel donne l'impression d'être bientôt l'heure du repas du soir alors que l'après-midi n'a que peu avancé. Personne n'a le goût à rien et il n'y a quasiment pas un chat dehors. Les élèves qui ont cours de Botanique, de Vol ou de Soin aux Créatures magiques tirent une tronche de six pieds de long et courent aussi vite qu'ils peuvent pour franchir la distance qui les séparent de leur prochain cours, désireux d'être mouillés le moins possible. Devoir sortir par un temps pareil pour aller en cours, ce n'est pas humain, surtout pour être maltraités par le vent et la pluie. Mais tout cela m'importe peu pour ma part. Non pas que je suis particulièrement friand de ce genre de temps. Je n'apprécie que moyennement de ressembler à un clébard mouillé pour être honnête, mais parfois, je suis prêt à me faire violence pour assouvir une pulsion. Je pourrais attendre quelques jours, que le temps soit plus clément, pour réaliser mon projet, mais qui me dit que je ne rencontrerais pas des gens en chemin qui m'empêcheront de réaliser mon entreprise ? C'est trop risqué et cette idée trotte depuis trop longtemps dans la tête pour que je la laisse continuer à me hanter. Il faut que je le fasse, même si j'ai promis à mes parents adoptifs de faire un effort et de me tenir à carreau, pour le bien être de mes soeurs, je ne peux pas rester plus longtemps loin de la Cabane Hurlante. Il faut que j'y retourne, il faut que cette peur cesse à chaque fois que j'y passe à proximité. C'est là bas que j'y ai perdu la tête, à cause d'un délire machiavélique de notre Directeur. Je sais que tout était fictif, que ce n'était qu'une illusion, mais la peur était réelle et le traumatisme tout autant.

Un regard à gauche, un regard à droite, après la certitude qu'il n'y avait rien à l'horizon, je remonte ma capuche sur la tête et je m'élance à l'assaut de la pluie, prenant la direction de Pré-au-Lard. Je sais que nous n'avons pas le droit d'y aller en dehors des sorties officielles et d'ordinaire, je ne m'y aventure pas, même pour le plaisir de l'infraction ou de m'évader un moment, mais aujourd'hui, je n'ai pas le choix. Je sais que j'ai promis d'arrêter mes conneries à mes parents adoptifs et je déteste l'idée de ne pas tenir ma promesse, mais je suis sûr qu'ils comprendront que je ne peux plus vivre dans la peur. J'ai passé ma vie à avoir peur. Peur des autres, peur de moi-même, peur de mes parents ... je n'en peux plus, je suis fatigué. Je sais que ça n'effacera jamais tout ce que j'ai vécu et que je continuerais, malgré moi, à continuer à avoir peur des autres et du mal qu'ils pourraient me faire si je les laissais s'approcher, mais je sais que cette maudite cabane, je peux y faire quelque chose. Oui, j'y ai perdu la vie, c'est vrai et c'est certainement l'un des pires traumatismes que j'ai vécu ... et pourtant dieu sait que j'en ai vécu ... mais je sais aussi que si je suis encore là pour en parler, c'est que tout ça n'était qu'une illusion, orchestré par l'école pour "nous donner une leçon".Je n'ai jamais eu peur de cette cabane avant Halloween et j'aimerais bien que ça redevienne le cas. Alors s'il faut que je me fasse violence en y retournant, afin de me persuader qu'elle n'a rien de dangereux, je le ferais.

Le chemin ne fut pas de tout repos. Je dus plusieurs fois m'arrêter pour vérifier que je n'étais pas suivi et surtout que je ne croisais pas le chemin du garde chasse ou d'un prof par mégarde. Ca serait quand même bête de se faire prendre maintenant, tout serait à recommencer, ça serait chiant. Après quelques frayeurs et un jeu de cache cache, je finis par arriver devant la cabane hurlante. Vous dire que je suis resté devant le pas de la porte une éternité serait un doux euphémisme. J'ignore combien de temps cela m'a pris pour me motiver suffisamment pour y rentrer, mais j'ai bien cru que je n'y arriverais jamais. Combien de fois ai-je eu envie de faire demi-tour, envahie par la peur ... la terreur même ! Mais je savais que si je faisais demi-tour maintenant, j'aurais fait tout ça pour rien et que cette histoire va me hanter jusqu'à la fin de mon existence et ça, je ne le veux pas ! Alors je me fais violence et le mot est faible croyez le bien, pour faire un pas à l'intérieur de cette maison. Rien que tourner la poignée m'a demandé un temps infini. Je m'en fous de passer pour un abruti en cet instant, j'en suis certainement un, mais qu'importe, c'est pour moi que je fais tout ça, pour la tranquillité de mon esprit. Et même si cela peut paraître absurde pour les autres, le fait qu'Agamemnon, mon corbeau, m'accompagne en cet instant, a le don de me rassurer un peu. C'est stupide, parce qu'en soit, il ne pourra pas réellement m'aider si la psychopathe qui m'a tué revient, mais cela n'empêche pas sa présence d'apparaître comme rassurante, voire protectrice. Je me retrouve dans le hall d'entrée et avec le peu de lumière qui filtre des fenêtres, j'ai vraiment l'impression d'être revenu au soir d'Halloween et rien que cette idée me glace le sang. Je sors ma baguette, un peu tremblant et j'allume ma baguette. "Lumos !" Après un gros effort, je ferme la porte derrière moi et j'entreprends de trouver l'escalier qui descend au sous-sol, lieu où tout c'est déroulé. Les marches craquent, ce qui rend l'atmosphère encore plus étrange et flippante, pourtant je continue malgré tout, me répétant que je ne craignais rien, que tout n'était qu'une illusion et qu'elle ne sera pas là, à m'attendre. Le souffle court, j'arrive en bas des marches, terrifié et mon coeur cesse de battre quand j'entends des pas au dessus de ma tête. Je me fige sur place, incapable de bouger ou de parler. Elle est revenue ...

©️ 2981 12289 0



Brooklyn Noah Caldwell
♠️ BLUEBERRY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

Invité

CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: ❝ Nightmare is not over❞ (Audrey & Brook)   Jeu 11 Jan - 10:25

Nightmare is not over

Brooklyn et Audrey


Quel temps de merde. De la pluie, non stop, depuis le début de la journée.Dehors, tout était sombre. Le ciel était gris,les arbres noircis par la pluie et l'herbe oscillait entre le vert foncé et le brun boueux. Lovée sur le rebord d'une fenêtre du deuxième étage, dans un couloir sombre et peu emprunté, Audrey contemplait rêveusement le paysage désolant qui s'étalait devant elle. Dans ses oreilles, ses écouteurs résonnaient de musique. C'était sa plus belle trouvaille.Un Ipod trafiqué pour fonctionner même à Poudlard. Très pratique. Elle pouvait ainsi écouter ses musiques moldues préférées n'importe quand, n'importe ou. C'était un moment vraiment paisible. Sancho était étalé contre son ventre, ronronnant joyeusement. Dehors, les arbres s'agitaient furieusement. Quelques élèves courraient en catastrophe vers les serres. A par eux, il n'y avait personne. Audrey soupira. Elle aurait bien aimé sortir, prendre l'air, cramer une garo,... Soudain, une idée lui vint. Elle se leva d'un bond, surprenant Sancho qui en tomba par terre. La jeune femme sortit sa baguette magique du holster qui la retenait sur sa cuisse.

Impervius, murmura t-elle.

Avec ce sortilège, plus aucun risque d'être mouillée. C'est un sortilège d'imperméabilité. Satisfaite, elle dévala les escaliers magiques, qui comme à leur habitude n'en firent qu'à leur tête. Indifférente, Audrey, attendit patiemment qu'ils daignent se remettre en place. Arrivée au rez de chaussé, elle s'engouffra par la grande porte. Attentive au moindre mouvement, Audrey vérifia que personne ne l'avait suivie. Elle se dirigea vers un de ses coins préféré du parc du Chateau. Vers Pré-au-Lard, un petit endroit paisible au pied d'un arbre. C'était un sentiment assez grisant de se promener sous la pluie battante sans être mouillée. Elle s'adossa nonchalamment à l'arbre, allumant d'un mouvement de baguette sa cigarette, lorsqu'elle vit une silhouette s'éloigner. Estimant qu'il devait s'agir d'un prof, Audrey haussa les épaules et détourna son attention. Il valait mieux ne pas bouger, au cas ou le prof en question la repère. Mais la curiosité fut plus forte. Elle scruta la silhouette avec plus d'attention. Une chevelure blonde, un uniforme, aucun sortilège de parapluie ou d'imperméabilité... il ne pouvait s'agir d'un professeur. Intriguée, elle s'approcha précautionneusement, se camouflant à l'aide de la végétation. Ce n'était pas si compliqué. Elle avait l'habitude de se déplacer silencieusement.Le plus dur,c'était de ne pas faire bouger les buissons lorsqu'elle se camouflait derrière. La silhouette se retournait beaucoup, sans doute par peur de se faire prendre par le concierge ou par un prof. Maintenant qu'elle était plus proche de lui,il lui sembla le reconnaître. Elle l'avait déjà vu plusieurs fois dans la salle commune. Un drôle de type, toujours avec des gants sur les mains. Que pouvait-il bien trafiquer par ici avec ce temps pourri ?

Arrivé devant la cabane hurlante, il hésita longuement avant d'entrer.Audrey ne su que faire. Le suivre à l’intérieur,ce ne serait pas très malin. Il se braquerait sûrement. Ce qui serait normal. Elle non plus n'aimerait pas être suivie de la sorte. D'un autre côté, elle avait tout ce chemin jusqu'ici maintenant et ce serait bête de rebrousser chemin. Et puis, elle n'était jamais rentrée dans la cabane hurlante elle. Sur un coup de tête, elle s'élance vers la porte et entre. Il fait sombre à l’intérieur et il y règne une atmosphère lugubre. Retenant son souffle, elle se dirige vers les marches et je descend lentement, prenant le temps de goûter le moment. Une saveur d'interdit.Les marches craquent terriblement, comme dans un film d'horreur. Si le petit serpentard ne l'entendait pas arriver, c'est qu'il était sourd comme un pot.Lorsqu'elle arrive en bas, elle le voit, au centre de la pièce,sa baguette allumée et son corbeau sur l'épaule. Un corbeau, sans déconner. Cela dit, il a l'air pétrifié de terreur. Pourtant Audrey n'a pas une apparence spécialement effrayante.

« Sois pas bête,ne me regarde pas comme ça, quoique tu fasses ici je vais pas te balancer. De toute façon, si je le faisais, je serais dans la merde moi aussi » prononça t-elle soyeusement, de sa voix chaude et tenue. Elle avança de quelques pas, faisant le tour de la pièce avec curiosité et allumant à son tour sa baguette d'un lumos, pour mieux y voir.


codage par LaxBilly.
Revenir en haut Aller en bas
 
❝ Nightmare is not over❞ (Audrey & Brook)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard, 19 ans après. :: La Corbeille :: 
Corbeille
 :: Les vieux RPs
-
Sauter vers: