AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Dédale de couloirs [PV Savannah] [TERMINÉ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

CE QU'IL FAUT SAVOIR
https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10451-maxime-j-winterholdhttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10461-liens-de-maxime-j-winterholdhttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10486-maxime-j-winterhold-rpshttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10462-boite-aux-lettres-de-maxime-j-winterholdhttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10463-hiboux-express-de-maxime-j-winterhold

Arrivé(e) le : 08/11/2018
Parchemins rédigés : 201
Points : 22
Année : 3ème année/14 ans

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Dédale de couloirs [PV Savannah] [TERMINÉ]   Mer 14 Nov - 21:31

Couloirs du deuxième étage
PV Savannah R. Caldwell

Lundi 17h15. Maxime avait terminé sa journée par son cours optionnel d’étude des runes. Le programme ne nécessitant pas cette semaine de débloquer l’horaire suivant pour l’étude des créatures nocturnes.
Peu d’élèves choisissaient les runes comme matière optionnelle, beaucoup la trouvait barbante. Ce n’était pas le cas du jeune homme, il voyait dans les runes une magie ancestrale et infiniment intéressante. Il faudrait plusieurs années d’études pour vraiment en saisir le sens, mais c’était fascinant.

Le jeune Serpentard s’était trouvé un coin, en s’enfonçant un peu plus dans les nombreux couloirs du deuxième étage. Il ne voulait pas aller à la bibliothèque, ayant déjà bon nombre de dictionnaires dans les bras. Ni dans sa salle commune, qui serait certainement bondée à cette heure.
En effet, pour étudier et se laisser emporter vers ce monde fabuleux qu’était la magie ancestrale, il valait mieux être seul, ne pas être susceptible d’être dérangé. Ce qui tombait bien, la solitude était la compagnie que le vert et argent préférait. Au moins, avec elle, pas de risque d’être déçu. Le jeune Serpent avait été tellement dégoûté par le genre humain… Il n’était pas un enfant désiré, était-ce une raison suffisante pour s’acharner sur lui, tout lui faire payer…
Sa mère l’avait laissé à un père violent et sans cœur, elle s’était enfuie pour refaire sa vie avec des moldus. Les moldus, des êtres méprisants. Sans eux, sa mère serait revenue. Même si elle était faible de caractère, il est sûr qu’elle serait revenue l’arracher à ce père brutal.

Chassant ses mauvaises pensées, Maxime s’assit donc, le couloir était très sombre, il sortir sa baguette et prononça distinctement :

- « Lumos ! »

Voilà qui était mieux. A présent éclairé grâce au sortilège d'allumage de baguette, Maxime commençait à étudier et griffonner quelques runes potentiellement intéressantes sur son carnet de notes.

Il fut cependant tiré de sa lecture lorsqu’il entendit des bruits de pas venant vers lui. Le vert et argent éteignit sa baguette, ramassa précipitamment ses dictionnaires et alla se cacher à l’angle d’un couloir. Il ne voulait pas qu’on vienne le déranger.
Cependant, alors que les pas se faisaient entendre de plus belle, signalant l’arrivée imminente d’une personne, le troisième année réalisa qu’il avait oublié son carnet de notes...
Codage par Libella sur Graphiorum




Dernière édition par Maxime J. Winterhold le Sam 1 Déc - 10:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8035-j-ai-toujours-reve-d-apprendre-a-voler-savannah-r-caldwellhttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8048-in-our-family-portrait-we-look-pretty-happy-savannah-r-caldwellhttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6353-ecrire-pour-mettre-de-l-ordre-dans-ses-obsessions-savannah-r-caldwell-sinead-p-o-riordan#164473https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8066-send-me-your-love-savannah-r-caldwell#182506https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8067-send-me-your-love-savannah-r-caldwell#182508

Arrivé(e) le : 14/11/2015
Parchemins rédigés : 1670
Points : 22
Crédit : Bazzart
Année : 6ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: Dédale de couloirs [PV Savannah] [TERMINÉ]   Ven 16 Nov - 22:46


Maxime & Savannah

Dédale de couloirs
Le lundi est la journée que je déteste le plus car c’est ma plus grosse journée de cours. Normalement, elle devrait me plaire puisque parmi tous ces cours, j’ai celui de vol, mais j’avoue que non, ça ne m’intéresse pas des masses, je préfère largement les entrainements avec l’équipe qui sont un peu plus fréquents et ont donc davantage d’impact sur mes performances. Entre les trois heures de potions de ce matin et les trois heures de sortilège de l’après-midi, j’admets que ce soir je suis complètement morte de fatigue et il me reste encore une heure à patienter avec la pause pour diner. Je sens que cette soirée va être longue. Les autres jours, je me rends souvent à la bibliothèque pour rattraper mes devoirs en retard mais le lundi, je n’ai vraiment pas le courage et à part me vautrer sur le canapé de la salle commune, ou pire, au fond de mon lit, je ne fais pas grand-chose de ma soirée. Mais aujourd’hui, je me force à me lever et à bouger mes fesses, pour une fois. Je repasse rapidement par mon dortoir, attrape mes bombes de peintures et autres matériaux utilisés pour la confection de mes fresques murales habituelles et sort de la salle commune, le cœur un peu lourd malgré tout. Je ne me suis pas adonnée à cette passion depuis des mois et des mois et j’ai un peu peur que ça me rappelle trop tout le passé. Pourtant, je sais à quel point j’adore peindre et dessiner et que je ferais mieux de m’y mettre si je veux retrouver un peu de joie de vivre ce qui n’est pas franchement évident ces derniers temps. Je dois me faire violence, ma psychologue me l’a dit, même si elle n’a pas employé ces termes-là. Me complaire dans le malheur ne ferait qu’empirer les choses et j’ai vraiment envie et besoin d’être heureuse. Cette adolescente dépressive n’est pas moi et même si les événements qui m’ont touchée ces derniers mois expliquent évidemment en partie mon mal-être. Beaucoup de gens ont vécu la même chose que moi, mais eux, au moins, n’ont pas fini à l’hôpital. Est-ce que ça fait de moi une fille faible ? J’en ai bien peur. Alors je vais me battre contre ça, pour sortir de ce cercle vicieux dans lequel je me suis enfermée malgré moi. Et j’y arriverais, même si ça prendra évidemment beaucoup de temps.

A la recherche d’un coin tranquille où je pourrais travailler sur mon œuvre pendant un long moment avant de me faire chopper par le concierge, je me retrouve dans un couloir mal éclairé du deuxième étage. Je le parcours sans prêter attention aux nombreux portraits qui ornent les murs quand la lueur d’une baguette attire mon attention. Je me dirige vers cette dernière et suis surprise de rencontrer un jeune homme de ma maison en train d’étudier à la lueur de sa baguette. Je lève des sourcils étonnés et je ne peux m’empêcher d’intervenir. « Qu’est-ce que tu fais là ? » Je me maudis intérieurement à peine après avoir prononcé ces mots. Je connais garçon, Maxime, il fait partie de ces asociaux de serpents arrogants et désagréables qui pensent qu’être verts doit forcément signifier se montrer antipathique. Il ne m’a jamais fait grâce de quoi ce soit depuis qu’il est entré dans cette école et pourtant il est bien plus jeune que moi ce qui pourrait l’inciter à faire preuve d’un minimum de respect mais non, il n’a jamais semblé en prendre conscience. C’est pourquoi je regrette d’être venue lui parler, parce que je sais qu’il va m’envoyer chier et que je me suis bêtement jetée dans la gueule du loup. En même temps, quelle idée de venir potasser dans les couloirs… Personne ne fait ça, il est bizarre ce garçon, mais j’aurais franchement dû me mêler de mes affaires parce que maintenant je suis coincée et je vais encore en prendre plein la figure. Je me hâte donc de me justifier, espérant que ça suffise à me permettre de retrouver ma liberté sans faire davantage de dégâts. « Non pas que ça me regarde, mais tu sais, il y a des tables et des chaises à la bibliothèque, ainsi qu’un éclairage automatique idéal pour ne pas s’abimer les yeux, je ne suis pas sûre que le couloir soit un endroit approprié pour ce genre d’activité… Mais bon, tu fais bien ce que tu veux, hein, il ne faudra juste pas te plaindre quand tu auras mal aux yeux. » Je lui fais la leçon comme à mon petit frère, c’est de pire en pire. Mais bon, ce n’est pas de ma faute, il est si jeune et il ressemble à mes frères et sœurs du même âge, j’ai trop l’habitude de jouer les ainées, c’est plus fort que moi, rien ne peut m’en empêcher.

Code by Fremione.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

CE QU'IL FAUT SAVOIR
https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10451-maxime-j-winterholdhttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10461-liens-de-maxime-j-winterholdhttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10486-maxime-j-winterhold-rpshttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10462-boite-aux-lettres-de-maxime-j-winterholdhttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10463-hiboux-express-de-maxime-j-winterhold

Arrivé(e) le : 08/11/2018
Parchemins rédigés : 201
Points : 22
Année : 3ème année/14 ans

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: Dédale de couloirs [PV Savannah] [TERMINÉ]   Ven 16 Nov - 23:59

Couloirs du deuxième étage
PV Savannah R. Caldwell

Le Serpentard ne s’était visiblement pas bien caché, puisque la personne en question lui demanda rapidement ce qu’il faisait là. Il ramassa furtivement son carnet de notes et le rangea dans sa poche.
C’était donc une fille, elle paraissait plus âgée que lui, bien que Maxime était très grand pour son âge. Un corps très mince, une tête d’ange, seule sa taille le faisait passer pour plus âgé.
Le jeune Serpent vit ensuite l’écusson de sa maison. Lorsque sa nouvelle interlocutrice reprit la parole, il la dévisagea dans l’obscurité et reconnut Savannah Caldwell. Et voilà que cette dernière se mettait à lui parler de la bibliothèque et de potentielle douleur aux yeux. Mais qu’est-ce qu’elle lui racontait à la fin, elle avait perdu la tête. Depuis quand quelqu’un se souciait de lui. Surtout cette fille là, avec qui il n’avait rien en commun, hormis leur maison. D’ailleurs, Savannah faisait partie d’une petite tripotée d’élèves nés moldus chez les verts et argents, qui déshonoraient leur blason.

- « Ah par merlin, Salazar doit encore se retourner dans sa tombe »


Il leva les yeux au ciel pour accompagner ses paroles, puis reprit :

- « C’est très aimable à toi de te soucier de ma vue, mais tout va très bien ma chère. Je suis ici pour avoir la paix. Mais apparemment, les gens de ton espèce n’ont pas appris le respect. »

Le jeune homme au regard océan avait entendu les bruits qui couraient dans sa salle commune. La jeune Caldwell n’avait pas commencé les cours en même temps que les autres élèves. En effet, à ce qu’on disait, elle était partie en dépression à cause des faits qu’ils se sont passés sous le régime Blackman. Maxime en profita donc pour renchérir :

-  « Sinon, ton petit séjour chez les dingos c’est bien passé ? »

Il ponctua sa phrase d’un rictus malsain. Il voulait la voir souffrir. Ce n’était pas forcément envers elle, mais une haine soudaine envahit son cœur de plus belle en ce moment. Il souffrait intérieurement, alors il voulait qu’elle souffre elle aussi.
D’ordinaire, Maxime n’était pas téméraire. Il n’attaquait que très rarement le premier, surtout pas avec des sorciers plus expérimentés que lui. Il évitait les bagarres, ce n’était pas vraiment son truc. Mais là, une fureur, une rage intérieure lui brûlait les entrailles. Il en voulait tellement à sa mère, tellement aux moldus. Il avait besoin de déverser sa haine, manque de chance pour Savannah, c’était sur elle que cela tombait en cet fin d’après-midi.
Codage par Libella sur Graphiorum


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8035-j-ai-toujours-reve-d-apprendre-a-voler-savannah-r-caldwellhttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8048-in-our-family-portrait-we-look-pretty-happy-savannah-r-caldwellhttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6353-ecrire-pour-mettre-de-l-ordre-dans-ses-obsessions-savannah-r-caldwell-sinead-p-o-riordan#164473https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8066-send-me-your-love-savannah-r-caldwell#182506https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8067-send-me-your-love-savannah-r-caldwell#182508

Arrivé(e) le : 14/11/2015
Parchemins rédigés : 1670
Points : 22
Crédit : Bazzart
Année : 6ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: Dédale de couloirs [PV Savannah] [TERMINÉ]   Sam 17 Nov - 14:00


Maxime & Savannah

Dédale de couloirs
Je ne devrais pas être ici, je ne devrais pas discuter avec ce garçon, je devrais me mêler de mes affaires. J’ai bien conscience que je me jette souvent dans la gueule du loup quand il s’agit des élèves composant ma maison. Ils sont tous aussi chiants les uns que les autres et surtout particulièrement imbus de leur personne. Mais qu’est-ce que je fais parmi eux, franchement… J’aimerais bien savoir à quoi ressemble une soirée au sein des Poufsouffle, des Gryffondor ou des Serdaigle, ce serait amusant. Peut-être que je devrais demander à Avalon comment ça se passe chez elle ? Ou alors lui demander qu’on échange nos places justement pour voir ce que ça donne ? Je suis sûre et certaine que je m’amuserais beaucoup plus parmi les siens et c’est bien malheureux… J’aurais aimé me sentir à ma place parmi les verts et argents et développer ce sentiment d’appartenance qui me tient à cœur parce que ça fait quand même sept ans que je suis ici et je ne me sens toujours pas bien dans ma propre maison, c’est dingue quand même ! Mais ce n’est pas de ma faute mais celle de mes pairs qui ont tout fait pour que je me sente marginalisée. Je n’ai donc plus qu’à les applaudir, ils ont parfaitement bien réussi leur coup et c’est bien ce que je leur reproche. Et évidemment, Maxime prend un malin plaisir à m’enfoncer comme tous mes petits camarades. « Ah par merlin, Salazar doit encore se retourner dans sa tombe. » Je lève les yeux au ciel, non mais il se fout de ma gueule ? Parce que ses deux parents sont sorciers il pense valoir mieux que moi ? Mais quelle grosse blague, cette grande asperge doit avoir un cerveau légèrement sous-développé pour penser une chose pareille mais est-ce que ça vaut vraiment le coup de se justifier ? Je ne pense pas qu’une justification de ma part m’aide, au contraire, elle montrerait simplement que ses paroles me touchent. Le fait qu’elles me touchent est une réalité, je suis toujours touchée par les mots affreux qui sortent de la bouche de mes camarades de classe parce que je suis, contrairement à eux, pas une sans-cœur, et que les remarques qu’on peut me faire ont nécessairement un impact sur moi et pas nécessairement le meilleur. Mais est-ce que je pourrais un jour leur faire comprendre que la méchanceté amène simplement plus de méchanceté et non pas le pouvoir ? Je ne crois pas, je ne suis pas assez haut dans leur estime pour que mon avis ait un minimum d’importance.

« C’est très aimable à toi de te soucier de ma vue, mais tout va très bien ma chère. Je suis ici pour avoir la paix. Mais apparemment, les gens de ton espèce n’ont pas appris le respect. » Il parle comme un adulte, sur un ton présomptueux qui me hérisse le poil et fait monter une vague de colère dans ma poitrine mais je ne peux pas la laisser exploser. Je ne suis pas comme ça, je ne réponds pas à la violence et à la provocation par la même chose. Je me fiche que ce garçon ait une faible estime de moi, je sais que je vaux bien davantage que ça et je ne compte absolument pas m’abaisser à son niveau. « Je te manque de respect parce que je me suis permis de t’adresse la parole dans un couloir de l’école ? Eh bien, nous n’avons certainement pas la même définition de ce mot, j’en ai bien peur. J’ignorais que tu avais réservé cette aile du château pour pouvoir te réfugier dans ta solitude, mea culpa, on ne m’y rependra plus, je demanderais toujours où se trouve le grand Maxime avant d’effectuer un déplacement quelconque à l’avenir. » Répondre à la provocation par un peu d’humour n’est pas forcément un mal, ça permet d’atténuer les paroles blessantes que je viens d’entendre et surtout de ne pas me laisser marcher dessus par un connard qui ne me connait absolument pas. Voilà, c’est pour ça que j’opte pour cette option-là. Il ne va pas aimer, j’en ai bien peur, mais de toute façon, toute parole sortant de ma bouche est du poison d’après-lui, alors quoi que je dise ou quoi que je fasse, ça n’a pas vraiment d’importance, tout ce que je peux c’est pouvoir encore me regarder dans une glace après cet affrontement verbale et pour cela, je ne dois pas déroger à mes principes de base. « Sinon, ton petit séjour chez les dingos c’est bien passé ? » Je ne cache pas ma surprise mais reprend vite le dessus. Comment est-il au courant de ça ? Et qu’espère-t-il obtenir en me le balançant ? Je suis dans une école peuplée d’adolescents, je me doutais bien que tôt ou tard, l’information finirait par se savoir, d’autant plus que je me rends très régulièrement chez Avril, la psychologue de Poudlard. Il est donc tout naturel que ça finisse par me revenir en pleine figure. De toute façon, j’ai compris qu’à l’école rien ne servait d’essayer d’avoir des secrets, ce sont justement les plus gros secrets qui, en éclatant, font le plus de mal. Alors tant pis, je ne vais pas chercher à nier, je vais juste affronter les choses. Maxime essaie juste de me faire du mal et ça prouve toute la valeur de sa personne. « Très bien, pourquoi ? Tu as besoin d’une lettre de recommandation ? Je t’en écris une avec plaisir. » Franchement, quand on voit son comportement à côté du mien, nul doute que la personne qui a besoin de psychiatrique n’est pas celle qui en a véritablement reçu. Ce garçon est méchant, cruel et sacrément dérangé.

Code by Fremione.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

CE QU'IL FAUT SAVOIR
https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10451-maxime-j-winterholdhttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10461-liens-de-maxime-j-winterholdhttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10486-maxime-j-winterhold-rpshttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10462-boite-aux-lettres-de-maxime-j-winterholdhttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10463-hiboux-express-de-maxime-j-winterhold

Arrivé(e) le : 08/11/2018
Parchemins rédigés : 201
Points : 22
Année : 3ème année/14 ans

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: Dédale de couloirs [PV Savannah] [TERMINÉ]   Sam 17 Nov - 17:18

Couloirs du deuxième étage
PV Savannah R. Caldwell



Le Serpentard n’avait vraiment pas été tendre avec sa camarade de maison. Limite il avait envie de lui dire de laisser courir, de tourner les talons et d’en rester là. Mais visiblement, son interlocutrice n’avait pas l’air d’avoir envie de se laisser marcher sur les pieds comme cela. Elle partit sur une tirade, accusant Maxime de ci, de ça.
Il rétorqua donc, de but en blanc :

- « Tu me manques de respect parce que tu es une sale née moldue. Et que les individus de ton espèce ne devraient pas avoir le droit de s’adresser à de véritables sorciers. 
Encore moins arpenter les couloirs de ce château. »


Et voilà, c’était sorti. Maxime lui déclarait ouvertement la guerre. Du haut de ses treize ans, il était rare d’entendre de tels propos, une telle déferlante de haine. A cet instant, c’était comme si du venin sortait de sa bouche. Un vrai Serpent.
Ce dernier capta la surprise chez Savannah, lorsqu’il lui parla de son séjour à l’hôpital. Il l’avait piqué, il le sentait. Cependant, il aurait aimé davantage de réaction, il s’était attendu à ce que la jeune fille pâlisse.
Au lieu de cela, voilà qu’elle donnait encore dans le sarcasme. Elle était visiblement plus forte qu’il ne l’espérait. Pourtant pas assez pour avoir échappé à la dépression. Il renchérit :

- «  Mais pourquoi aurai-je besoin d’une lettre de recommandation ? Tu penses que moi aussi je suis bon à être interné ?
Pauvre fille… Mais vas-y raconte-moi, ça m’intéresse. C’était comment ton séjour, tu as parlé de ta torture ? Qu’est-ce que tu as subi ? De toute façon, tout ce qu’ils ont pu te faire, tu l’as bien mérité. »


Maxime fit un pas en arrière, oui il aboyait, mais il commençait quand même à redouter la potentielle réplique de Savannah. Peut-être allait-il trop loin. Il s’adossa contre le mur et attendit la réaction de la jeune fille, qui ne saurait tarder.

Codage par Libella sur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7150-tracy-amelia-bennett-pour-etre-confirmee-dans-mon-identite-je-depends-entierement-des-autreshttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7158-tracy-l-essentiel-en-enfer-c-est-de-survivrehttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7162-tracy-bien-que-la-verite-et-le-mensonge-soient-jumeaux-la-verite-la-plus-agee-des-deuxhttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7163-tracy-n-oubliez-pas-de-signer

Arrivé(e) le : 27/11/2016
Parchemins rédigés : 2182
Points : 7
Crédit : Schizophrenic. (c)
Année : Sixième (seize ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Finn & Jade.

MessageSujet: Re: Dédale de couloirs [PV Savannah] [TERMINÉ]   Dim 18 Nov - 0:59

Les dédales mènent parfois à une sanction
Tracy fait la police

Depuis deux jours, cet petit manège durait, et Tracy se baladait de cours en cours, de ronde en ronde, avec ce gallion usé qui traînait dans son sac : pile, elle restait. Face, elle partait… Naturellement, il lui faudrait consulter Dan avant de prendre une décision, mais plus les jours s’écoulaient, plus l’insécurité semblait s’installer à Poudlard, et plus l’option de fuite lui semblait envisageable. C’était une bataille qu’elle n’avait pas envie de mener, et même si Cruz était l’écrivain mystère de ce message sur le mur, ce n’était pas son rôle de se dresser devant elle. Il y avait des autorités supérieures pour ça, et un an et demi après sa descente aux enfers, elle n’avait pas les épaules pour ce genre de responsabilités. Faire le tour des couloirs, réprimander les troisièmes années qui falsifiaient leurs autorisations de sortie à Pré-au-Lard, hausser le ton quand c’était nécessaire, tout ça était encore dans ses cordes… Pas poursuivre un malade qui s’amusait à terrifier les nés-moldus en se procurant… du faux sang, ou elle ne savait quoi d’autre. Entre le message du hall, et les badges rouges, difficile de ne pas envisager l’espace qui l’entourait comme une jungle… Au final, si menace réelle il y avait, elle avait assez donné, et préférait autant ne pas être impliquée… Elle ignorait si Elijah et Candice la suivraient, si réellement elle choisissait de quitter le domaine. Mais au moins, Dan serait là, tout au moins aussi perdu qu’elle, et ce serait déjà rassurant… Est-ce que cela signifiait qu’ils passeraient Noël loin de leur famille ? Peut-être, c’était une possibilité qu’elle ne pouvait se permettre d’écarter. Au final, c’était peut-être ça, grandir… en tout cas, c’était le chemin qu’elle avait été amenée à prendre.

A la suite d’un bref passage dans la salle des préfets pour prendre le relai de Zach, Tracy attacha ses cheveux en une queue de cheval stricte, et prit le chemin des étages inférieurs. Encore une heure, et elle pourrait rejoindre la salle commune, et espérer passer un peu de temps à feuilleter cet ouvrage volumineux emprunté dans la réserve, et peut-être avancer le code… cela l’éloignerait de toutes ces préoccupations trop obscures. Mais alors qu’elle circulait dans les couloirs, des éclats de voix, accompagnés de termes alarmants, attirèrent son attention. Se rapprochant sans signaler sa présence de leur provenance, Tracy resta muette, pour mieux écouter cette voix qui lui était familière, serrant légèrement le poing en entendant des bribes de voix de son interlocuteur, qu’elle n’identifiait en revanche pas. Pour côtoyer les jumelles Caldwell en classe, et pour avoir partagé une expérience d’Halloween pour le moins particulière, la préfète pouvait affirmer connaître un peu Savannah… Ce n’était pas une jeune fille belliqueuse, plutôt honnête et droite, et la savoir impliquée dans ce genre d’échange lui déplaisait. Elle s’avança alors, bras croisés, gardant à l’esprit que sa baguette se trouvait dans sa poche droite, le visage paré d’un air réprobateur qu’elle adressa au plus jeune des deux Serpentards. « Nom, année ? Tu pourras peut-être m’expliquer ce que le terme « sang-de-bourbe » faisait dans cette conversation. » lança-t-elle sèchement, avant de regarder immédiatement en direction de sa poitrine, à la recherche d’un badge épinglé, qu’elle ne remarqua pas. Faisait-il partie de leur groupe ? Pour l’heure, elle l’ignorait. En attendant, c’était à sa camarade qu’elle choisit de s’adresser… « Savannah ? Est-ce que ce jeune homme est en train de se montrer irrespectueux à ton égard… ? » C’était sûrement cette dernière qui pourrait le mieux l’éclaircir sans essayer de tourner la situation à son avantage, mais elle espérait vivement s’être trompée. Sinon, cela signifiait que le nombre de ceux qui souhaitaient ardemment voir disparaître les nés-moldus augmentait drastiquement à Poudlard…

Emi Burton


I’m afraid, somebody else might take my place
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8035-j-ai-toujours-reve-d-apprendre-a-voler-savannah-r-caldwellhttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8048-in-our-family-portrait-we-look-pretty-happy-savannah-r-caldwellhttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6353-ecrire-pour-mettre-de-l-ordre-dans-ses-obsessions-savannah-r-caldwell-sinead-p-o-riordan#164473https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8066-send-me-your-love-savannah-r-caldwell#182506https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8067-send-me-your-love-savannah-r-caldwell#182508

Arrivé(e) le : 14/11/2015
Parchemins rédigés : 1670
Points : 22
Crédit : Bazzart
Année : 6ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: Dédale de couloirs [PV Savannah] [TERMINÉ]   Dim 18 Nov - 17:39


Maxime & Savannah

Dédale de couloirs
Le regard de Maxime est dur, beaucoup trop dur pour un garçon aussi jeune. Je suis vraiment très étonnée de voir autant de méchanceté et de haine chez quelqu’un. On ne se connait pas, nous ne sommes que des camarades de maison et je ne me souviens pas lui avoir si souvent que ça adressé la parole. On se connait, bien sûr, et je sais qu’il ne m’apprécie pas, ça fait de longues années que nous partageons la même maison. Sauf que jamais je n’aurais pu imaginer qu’il se lâche autant. Est-ce parce que je suis seule dans ce couloir et qu’il pense qu’il peut avoir facilement le dessus ? Est-ce parce que ça fait des mois et des mois qu’il attend de pouvoir me balancer ce qu’il pense vraiment ? Toujours est-il que la violence de ses propos me percute de plein fouet et alors que je tente de ne pas plier sous le poids des mots, il en rajoute encore une couche, toujours plus dure, toujours plus offensante. C’est vraiment à me demander ce que je fous là. J’aimerais être n’importe où ailleurs. Je pensais sincèrement qu’avec la fin de ces sombres événements, je pourrais repartir à zéro et me fondre dans la masse. Mais non, il y aura toujours des connards dans son genre pour me faire remarquer que je ne suis pas à ma place. « Tu me manques de respect parce que tu es une sale née moldue. Et que les individus de ton espèce ne devraient pas avoir le droit de s’adresser à de véritables sorciers. Encore moins arpenter les couloirs de ce château. » Je ne devrais même pas répondre, il ne mérite absolument pas les mots que je peux prononcer, de toute façon il n’est pas apte à les comprendre. Mais je ne peux pas le laisser dire des choses pareilles, c’est complètement impossible. Je ne mérite pas ça et aucun né-moldu ne le mérite. Je ne peux pas vraiment lui en vouloir de s’être monté la tête en écoutant les propos de tous ceux qui pensent comme lui, mais il fait tout de même partie de ceux qui suivent comme des moutons le mouvement de racisme qui est omniprésent depuis quelques années. « Je suis désolée, mais je n’ai pas l’intention de laisser quelqu’un qui juge les autres par leur naissance m’apprendre ce que c’est le respect. Je ne te renverrais pas tes paroles venimeuses parce que tu n’en vaux pas la peine mais j’espère qu’un jour quelqu’un d’un peu moins gentil que moi sera capable de te remettre les idées en place. » Ce n’est pas mon rôle, je ne suis pas sa mère et je n’ai pas envie de lui prouver par A plus B que c’est un vilain garçon. Si sa mère lui a appris à nous détester, alors je ne ferais pas le poids. De toute façon, il est obligatoire qu’il y ait un adulte là-dessous, un gamin de douze ans ne choisirait pas d’avoir une opinion si tranchée par son propre fait, je ne peux pas le croire et je n’ai pas l’intention de creuser pour savoir à quel point il est dérangé sous la surface déjà bien laide de son esprit.

« Mais pourquoi aurai-je besoin d’une lettre de recommandation ? Tu penses que moi aussi je suis bon à être interné ? Pauvre fille… Mais vas-y raconte-moi, ça m’intéresse. C’était comment ton séjour, tu as parlé de ta torture ? Qu’est-ce que tu as subi ? De toute façon, tout ce qu’ils ont pu te faire, tu l’as bien mérité. » Encore une grande claque en pleine figure. Ce garçon ne manque pas d’assurance, c’est certain… En revanche, il est encore plus évident qu’il utilise cette assurance à mauvais escient. Il a de la chance que nous soyons seuls, nombreux sont les nés-moldus présents dans l’école qui lui auraient déjà collé sa tête dans un mur pour moins que ça. Je n’en ai pas l’intention, je suis totalement contre la violence, mais ce n’est pas l’envie qui m’en manque et j’espère pour lui qu’il ne va pas trop continuer car je ne sais me contenir que jusqu’à un certain point. Je m’apprête à rétorquer lorsqu’une voix se fait entendre. Obnubilée par le Serpentard, je n’avais pas fait attention à son arrivée. « Nom, année ? Tu pourras peut-être m’expliquer ce que le terme « sang-de-bourbe » faisait dans cette conversation. » Le soulagement doit se lire sur mon visage. Une porte de sortie. Enfin. Je ne devrais pas me réjouir de me faire sauver la mise par la petite préfète des Serdaigle, mais je crois que j’avais bien besoin d’un sauveur à l’heure actuelle. J’aimerais être assez forte pour m’en sortir par moi-même, à croire qu’en partant, Izzie a mis dans son sac tout ce qui faisait de moi une battante et ça me démoralise complètement de m’en rendre compte. D’un côté, je suis fière de moi, je n’ai pas cédé à l’impulsivité et à mon envie de lui coller ma main dans la figure. De l’autre, je m’en veux de m’être laissée maltraitée de la sorte par ce garçon insupportable. Trop tard, le mal est fait et même si ce n’est pas moi qui vais le corriger mais une préfète, elle a au moins l’autorité pour le faire et je n’aurais pas d’ennuis. « Savannah ? Est-ce que ce jeune homme est en train de se montrer irrespectueux à ton égard… ? » Je lui souris en hochant la tête, avec reconnaissance. Tracy est une née-moldue elle aussi, elle sait très bien ce que ça fait de se faire mettre à l’écart de cette manière et d’être rabaissé par les autres. Heureusement qu’elle est là. Si je n’avais pas été aussi fière, je me serais sûrement jetée dans ses bras pour lui exprimer toute ma gratitude. « Le mot est faible. » Dis-je simplement. Le qualifier d’irrespectueux est presque trop gentil compte tenu de toutes les paroles qui ont été prononcées à mon égard. Maxime est dans la merde mais à mon avis, il s’en fiche bien, ce qui l’intéressait c’était surtout de me blesser et je pense qu’il se sent bien mieux maintenant qu’il a exprimé toute sa haine. Mais au moins, cette conversation s’arrête-là, car je sais que si Tracy n’était pas intervenue, j’en aurais encore pris pour mon grade pendant de longues minutes. Quelle injustice.

Code by Fremione.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

CE QU'IL FAUT SAVOIR
https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10451-maxime-j-winterholdhttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10461-liens-de-maxime-j-winterholdhttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10486-maxime-j-winterhold-rpshttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10462-boite-aux-lettres-de-maxime-j-winterholdhttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10463-hiboux-express-de-maxime-j-winterhold

Arrivé(e) le : 08/11/2018
Parchemins rédigés : 201
Points : 22
Année : 3ème année/14 ans

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: Dédale de couloirs [PV Savannah] [TERMINÉ]   Dim 18 Nov - 21:02

Couloirs du deuxième étage
PV Savannah R. Caldwell

Maxime avait ce qu’il voulait, une expression malsaine sur son visage, un rictus satisfait sur les lèvres. Savannah était littéralement en train de se décomposer sur place.
Il était resté sur ses gardes, mais visiblement la jeune femme n’allait pas répliquer. Elle disait qu’elle était trop gentille pour cela. Soit. Il n’attendait pas des répliques. Tout ce qu’il voulait, c’était la toucher, et là, on pouvait dire qu’il avait réussi son coup. Il l’avait humiliée, traînée dans la boue. Il n’y était vraiment pas allé avec le dos de la cuillère.
Il s’apprêtait à renchérir, afin de la mettre à terre, lorsqu’une troisième voix se fit entendre.
Le Serpent, tellement obsédé par le mal qui le rongeait, ne l’avait pas entendu s’approcher.
Il s’agissait d’une préfète, il le savait. Le garçon avait mémorisé la tête de tous les préfets de l’école. C’était celle de la maison Serdaigle. Par contre, son nom, il ne l’avait pas du tout retenu. Il s’était fait prendre, il n’avait pas eu l’occasion de se dissimuler. Dommage, ce jeu l’amusait pourtant, son interlocutrice était presque à bout.
A présent, il fallait ruser. Le Serpent savait pertinemment ruser et se dépêtrer des mauvaises situations.
En revanche, il ne comprenait pas pourquoi la Serdaigle lui parlait de sang-de-bourbe, terme qu’il n’avait pas employé dans la discussion, ni même jamais encore.
Il répondit donc, sur un ton beaucoup moins haineux, afin de radoucir la préfète et de plaider sa cause.

- « Maxime Winterhold, troisième année. Tu as dû te méprendre, je n’ai jamais utilisé le mot « sang-de-bourbe », je ne sais même pas ce qu’il signifie. »

Bon, évidemment, il savait très bien ce que cela signifiait. Mais ça la préfète, n’était pas censée le savoir. Mais ce qui était sûr, c’était qu’il ne l’avait pas dit...
La bleu et bronze s’adressa ensuite à Savannah, afin de lui demander sa version des faits. Elle resta relativement neutre. Ce qui surprit le Serpentard. Il pris la parole de nouveau :

- « Ce n’est qu’une querelle entre camarade de maisons. Je me suis emporté, mais il n’y a pas mort d’homme. Je ne l’ai pas agressée, ni insultée que je sache.
Maintenant que Savannah est entre de bonnes mains, je vais vous laisser et rejoindre ma salle commune, si cela ne vous dérange pas. Je ne voudrais pas rater le dîner. »


Il était encore tôt certes, le repas dans la grande salle allait tout juste commencer. Mais le vert et argent n’allait pas s’enquiquiner avec une préfète, maintenant il était coincé… Il s’apprêtait donc à tourner les talons.
Codage par Libella sur Graphiorum

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7150-tracy-amelia-bennett-pour-etre-confirmee-dans-mon-identite-je-depends-entierement-des-autreshttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7158-tracy-l-essentiel-en-enfer-c-est-de-survivrehttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7162-tracy-bien-que-la-verite-et-le-mensonge-soient-jumeaux-la-verite-la-plus-agee-des-deuxhttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7163-tracy-n-oubliez-pas-de-signer

Arrivé(e) le : 27/11/2016
Parchemins rédigés : 2182
Points : 7
Crédit : Schizophrenic. (c)
Année : Sixième (seize ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Finn & Jade.

MessageSujet: Re: Dédale de couloirs [PV Savannah] [TERMINÉ]   Jeu 22 Nov - 15:14

Les dédales mènent parfois à une sanction
Tracy fait la police

Pas facile de déterminer la nature d’une conversation en la prenant au vol dans un couloir, d’autant plus lorsqu’il était fréquenté, mais les quelques mots que Tracy avait compris dans cette discussion l’avaient alertée. Elle ne connaissait pas l’adolescent auquel elle avait affaire, mais une chose était sûre, elle avait un mauvais pressentiment à son sujet… « Maxime Winterhold, troisième année. Tu as dû te méprendre, je n’ai jamais utilisé le mot « sang-de-bourbe », je ne sais même pas ce qu’il signifie. » Levant les yeux au ciel, elle croisa ses bras sur sa poitrine. Oui, peut-être ne connaissait-il effectivement pas le terme, toutefois celui qu’il avait employé n’était guère meilleur. Et il y avait quelque chose d’autant plus problématique avec son comportement, puisqu’il ne paraissait pas du tout comprendre quels étaient ses torts dans l’histoire… « J’ai peut-être confondu avec « sale née-moldue » en effet. Mes excuses. » ironisa-t-elle, sans le quitter des yeux. Toutefois, elle hésita quelques secondes… Après tout, s’il avait seulement treize ans, peut-être ne comprenait-il pas totalement la nature des insultes qu’il venait d’employer à l’égard de sa camarade. Pour un peu qu’il les ait entendues ailleurs et les répète seulement sans connaître leur sens, elle avait simplement affaire à une jeune homme qui manquait de respect et d’éducation, mais pas un pro sang-pur. Ce pourquoi elle s’adressa finalement à Savannah, qui serait la plus à même de l’éclairer à ce sujet… Le sourire reconnaissant que lui adressait cette dernière la conforta dans l’idée que la situation dans laquelle elle se trouvait n’était pas des plus plaisantes. « Le mot est faible. » Arquant un sourcil, Tracy reporta donc son regard sur le jeune élève… il ne servait donc à rien de jouer à l’innocent avec elle, puisque apparemment il était loin de l’être. Elle n'était dans la classe de la Serpentard que depuis un an, mais c'était suffisant pour déterminer qu'il s'agissait d'une jeune fille franche et droite, qui n'était pas du genre à chercher des ennuis par plaisir ou par mesquinerie...

Reportant un regard soupçonneux sur l’adolescent, qui ne semblait pas plus perturbé que d’ordinaire par son arrivée, elle se mit en tête d’en toucher un mot à un de ses préfets. Hansel de préférence, puisqu’elle ne savait pas exactement comment se positionner avec Cruz ces derniers temps, à cause des histoires de badges… « Ce n’est qu’une querelle entre camarade de maisons. Je me suis emporté, mais il n’y a pas mort d’homme. Je ne l’ai pas agressée, ni insultée que je sache. Maintenant que Savannah est entre de bonnes mains, je vais vous laisser et rejoindre ma salle commune, si cela ne vous dérange pas. Je ne voudrais pas rater le dîner. » Encore une situation compliquée… Tracy réalisait à chacune de ses interventions à quel point il était compliqué pour elle de faire preuve d’autorité, et cette fois-ci n’y faisait pas exception. Elle était face à un troisième année qui a priori faisait preuve de beaucoup d’assurance, lui parlait presque avec mépris, comme si c’était elle qui était prise en faute. D’autant plus qu’il se permettait de lui suggérer ce qu’elle avait à faire, en plus de prendre la liberté de prendre congé d’elles avant qu’elle ne l’y ait autorisé… Bouillonnant silencieusement, la préfète commençait à évaluer le cas sur lequel elle était tombée. Elle commençait à s’habituer aux adolescents coriaces, parfois agressifs, mais ce ne semblait pas vraiment être le cas de son interlocuteur… A en croire les propos qu’il avait adressé à Savannah, le problème était ailleurs, et concernait la considération qu’il avait pour « les gens de leur espèce ». « Une seconde, je pense que tu ne rateras pas le dîner si tu restes avec nous cinq minutes. » lança-t-elle en le rattrapant, bien décidée à ne pas le laisser prendre la tangente de cette manière. Certes, elle ne pouvait omettre la possibilité d’avoir elle-même fait une erreur en écoutant les propos du Serpentard, ou prendre en compte le fait qu’il était peut-être trop jeune pour comprendre le sens de ses mots. Mais elle devait en avoir le coeur net… « C’est vrai ce qu’il dit ? » demanda-t-elle en se tournant cette fois avec Savannah, afin de déterminer s’il l’avait bien insultée, ou non. Elle lui faisait bien davantage confiance qu’au jeune garçon afin de déterminer si cette situation valait ou non la peine qu’elle intervienne… Actuellement, elle manquait d’éléments pour le déterminer, et être sûre de ce qu’elle faisait.

Emi Burton


I’m afraid, somebody else might take my place
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8035-j-ai-toujours-reve-d-apprendre-a-voler-savannah-r-caldwellhttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8048-in-our-family-portrait-we-look-pretty-happy-savannah-r-caldwellhttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6353-ecrire-pour-mettre-de-l-ordre-dans-ses-obsessions-savannah-r-caldwell-sinead-p-o-riordan#164473https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8066-send-me-your-love-savannah-r-caldwell#182506https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8067-send-me-your-love-savannah-r-caldwell#182508

Arrivé(e) le : 14/11/2015
Parchemins rédigés : 1670
Points : 22
Crédit : Bazzart
Année : 6ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: Dédale de couloirs [PV Savannah] [TERMINÉ]   Jeu 22 Nov - 21:11


Maxime & Savannah

Dédale de couloirs
L’arrivée de Tracy aurait pu être salutaire si Maxime en avait eu quelque chose à foutre. Sauf que le garçon ne se laisser pas impressionner une seule seconde par l’apparition de la préfète dans notre champ de vision. Au contraire, il se montre toujours aussi hautain et peu courtois, allant même jusqu’à prétendre être un véritable petit ange alors qu’il a montré une toute autre facette de sa personnalité jusqu’ici. Ce garçon est absolument imbuvable, je ne comprends même pas comment il peut réussir à se regarder dans un miroir sans avoir envie de se claquer lui-même. Ça devrait être interdit par la loi d’être aussi con, et au moins passible de la peine de prison à perpétuité, voire de mort. « Maxime Winterhold, troisième année. Tu as dû te méprendre, je n’ai jamais utilisé le mot « sang-de-bourbe », je ne sais même pas ce qu’il signifie. » Est-ce qu’il l’a utilisé ou pas, je n’en ai pas la moindre idée mais il a très bien fait comprendre son point de vue sur ce qu’il pensait de mon ascendance et n’a pas eu besoin d’employer cette insulte pour me le faire parfaitement comprendre. Même sans utiliser ces paroles offensantes, il n’aurait pas pu être plus agressif et chaque phrase qui sortait de sa bouche était d’une violence inouïe, je peine à croire qu’il puisse mentir à la préfète en la regardant droit dans les yeux sans avoir l’air coupable le moins du monde. Ce type est un vrai psychopathe. « J’ai peut-être confondu avec « sale née-moldue » en effet. Mes excuses. » Tracy ne lâche pas l’affaire et je doute qu’elle n’a rien perdu de la conversation si elle se montre aussi sûre d’elle actuellement. Savoir qu’un individu se permet une telle discrimination doit la mettre hors d’elle, mais je la trouve plutôt calme. Le rôle qu’elle possède lui va à ravir, aucun doute à ce sujet, et je lui jette un regard rempli d’espoir, heureuse de la voir s’affirmer face à ce petit morveux. Je n’hésite pas à ajouter mon grain de sel, d’ailleurs, contente d’avoir une alliée pour m’épauler. « C’est marrant, tu as l’air d’avoir une sacrée mémoire sélective, dommage que tu n’oublies pas que tu détestes les gens de mon espèce. » Dis-je en appuyant sur les termes qu’il emploie depuis le début de notre conversation. Il ne s’en sortira pas aussi facilement cette fois, il est hors de question que je me laisse faire. Serpentard va perdre des points, mais c’est le cadet de mes soucis, une bonne retenue lui fera le plus grand bien. Malheureusement, je doute fort que cette dernière lui serve de leçon, il a l’air de ne voir absolument aucun problème à son attitude et c’est très inquiétant.

En attendant, la joute verbale se poursuit et malgré tous nos efforts, le jeune garçon ne s’écrase pas. Bien sûr, il tente de fuir en gardant la tête haute, chose que je trouve absolument effarant. Il pense vraiment qu’il va s’en sortir aussi facilement ? Personnellement, je n’aurais pas eu son aplomb si j’avais eu le courage de sortir tout ce qu’il m’a dit durant les quelques minutes de notre tête à tête. « Ce n’est qu’une querelle entre camarade de maisons. Je me suis emporté, mais il n’y a pas mort d’homme. Je ne l’ai pas agressée, ni insultée que je sache. Maintenant que Savannah est entre de bonnes mains, je vais vous laisser et rejoindre ma salle commune, si cela ne vous dérange pas. Je ne voudrais pas rater le dîner. » Une querelle ? Une simple querelle ? Non mais c’est lui qui m’a agressé alors que je me suis contenté de lui donner un gentil conseil. Je n’ai pas eu un mot de travers, j’ai bien sûr tenté de le remettre à sa place mais sans grand succès, et je ne comprends pas comment il peut regarder quelqu’un droit dans les yeux et essayer de lui faire croire ça alors que je suis juste à côté. Il se doute bien que je vais démentir, non ? Parce que je ne suis pas complètement conne non plus. Enfin, il a une telle vision des nés-moldus qu’il pense peut-être que je peux juste m’écraser sans rien dire, ça ne m’étonnerait même pas, malheureusement pour lui, ce n’est pas dans mes projets. « Une seconde, je pense que tu ne rateras pas le dîner si tu restes avec nous cinq minutes. » Oh bah oui, reste avec nous Maxime, tu risques fort de manger de toute façon, tu n’as même pas besoin d’aller diner pour ça. Je m’attends fort à le voir pâlir à chaque seconde, il doit bien avoir des failles ce môme, ce n’est pas possible d’être aussi glacial et sans émotion. Peut-être que ce n’est pas en retenue qu’il faut l’envoyer mais tout droit à Sainte Mangouste, comme je lui ai si justement suggéré tout à l’heure. « Tu sais qu’une agression verbale reste une agression, n’est-ce pas ? C’est encore ta mémoire sélective qui te joue des tours ? » Il semblerait parce que son attitude est vraiment très grave. J’espère pour lui qu’il était dans une sorte de transe et que les mots ne sont pas volontairement sortis de sa bouche. Mais bien sûr, cette hypothèse est hautement improbable, il se souvient très bien de ce qu’il m’a dit. « Je vois que tu es un vrai Serpentard, incapable d’assumer ses propres actes, quitte à passer tes nerfs sur moi, ai au moins le courage de le reconnaitre. » Courage et Serpentard n’avaient jamais fait très bon ménage et Maxime le prouvait encore aujourd’hui. Ah oui, pour parler, ils étaient les plus forts et les meilleurs, mais dès qu’on les mettait en difficultés, ils rentraient fissa pleurnicher chez maman. Ridicule. Si Maxime ne voulait pas qu’on sache qu’il déteste les nés-moldus, alors en agresser une n’était pas la meilleure solution. Maintenant il en a deux pour le prix d’une en face de lui et bizarrement il la ramène moins. « C’est vrai ce qu’il dit ? » Non, bien sûr que non, et je suis sûre que Tracy en a bien conscience et qu’elle me pose la question juste pour la forme. Je n’hésite donc pas à lui faire un petit résumé de la situation. « Eh bien… J’ai eu le malheur d’adresser la parole à Maxime pour lui faire remarquer qu’il allait avoir mal aux yeux à force de lire dans le noir à la lumière de sa baguette, ce à quoi il a gentiment répondu en me disant que les gens de mon espèce devaient apprendre à se taire et que j’avais bien mérité mon séjour à Sainte Mangouste. C’est très résumé mais globalement c’est ça. J’ai oublié quelque chose ? » Je demande en me tournant vers mon camarade, l’air interrogateur ? Je doute qu’il ajoute un chef d’accusation mais j’ai hâte de le voir essayer de se sortir de ceux-là. On va bien rigoler.

Code by Fremione.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

CE QU'IL FAUT SAVOIR
https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10451-maxime-j-winterholdhttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10461-liens-de-maxime-j-winterholdhttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10486-maxime-j-winterhold-rpshttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10462-boite-aux-lettres-de-maxime-j-winterholdhttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10463-hiboux-express-de-maxime-j-winterhold

Arrivé(e) le : 08/11/2018
Parchemins rédigés : 201
Points : 22
Année : 3ème année/14 ans

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: Dédale de couloirs [PV Savannah] [TERMINÉ]   Ven 23 Nov - 17:14

Les couloirs du deuxième étage
PV Savannah R. Caldwell



Bien évidemment, la préfète ne comptait pas laisser filer Maxime sans avoir recueillis au préalable, ses explications, il s’en doutait bien. Mais il avait tout de même tenté sa chance. A cet instant, le jeune homme au regard océan savait pertinemment qu’il était pris au piège, que les deux demoiselles ici présentes étaient liguées contre lui. Et quoi qu’il dise, quoiqu’il fasse, il serait en tort. Il hésitait donc, ne savant pas s’il devait continuer à nier l’évidence, ou tout avouer et révéler sa profonde nature. Au fond de lui, bien que sa rage de tout à l’heure était un peu retombée, il avait envie de hurler « Oui je déteste tous les moldus et leur satanée descendance, pouvoirs ou pas » Il avait envie de leur expliquer le fond du problème, mais le comprendrait-elle pour autant. La haine qui le rongeait était farouche. Il arrivait de moins en moins à la stopper, à la contenir. Chaque personne réagissait différemment à la maltraitance, à l’abandon et autre souffrance infligée à un enfant. Maxime, lui, s’était réfugié dans une bulle de mépris à l’égard de quiconque essayant de sympathiser avec lui. Mais il restait un adolescent de treize ans, et la spirale d’émotions qui tourbillonnait à l’intérieur de lui, il n’arrivait plus à la gérer. Les sévices de son enfance étaient profonds. Comme dit plus haut, chacun réagissait de différente manière. Lui n’arrivait pas à faire semblait, il n’y arrivait plus. Plus il grandissait, plus sa cruauté se renforçait. Il n’avait pas envie d’être faible, d’être tolérant, ou sympathique. Non, il voulait embrasser la noirceur. Acquérir du pouvoir. S’il n’avait pas su être aimé, au moins il serait craint. C’était décidé, plus de marche arrière possible.

Le Serpentard laissa Savannah donner sa version des faits à la préfète des bleu et bronze. Elle décrivit de façon résumée ce qu’il s’était passé, mais en gros effectivement tout y était. Il ne parla pas du tout durant les tirades de la jeune Caldwell, s’étant presque éteint. A la fin, Savannah se tourna vers lui, lui demandant s’il avait des choses à ajouter. Le vert et argent soupira faiblement. Puis, regardant le mur, l’air complètement ailleurs, il répondit enfin, après un bon laps de temps :

- « A quoi bon essayer de me justifier. Puisque de toute façon, vous êtes toutes les deux liguées contre moi…
J’ai simplement eu un excès de colère, ça peut arriver à tout le monde. Je suis vraiment navré que mes mots aient dépassés ma pensée. »


Alors, que si vraiment le Serpentard révélait toutes ses noires pensées, il était fort à parier qu’on essaierait de l’enfermer. Ses noirs desseins, son désir funeste, tout cela il le gardait enfoui en lui. Personne ne devait savoir. Du moins, pas pour l’instant. Peut être qu’une ère nouvelle naîtra, peut être un prochain règne de Blackman, si jamais il revient un jour. Ou quelqu’un d’autre. Mais pour l’instant, celui qui dirigeait l’école était cet escargot de Londubat. Et tant qu’il serait là, rien ne changerait. Il fallait la jouer donc un peu plus fine, pour attaquer le moment venu. Il garda donc tout cela pour lui et fit mine d’être réellement désolé. Il se devait encore de faire semblant, de se canaliser. Donc fini les sourires narquois, fini de marmonner et de regarder dans le vide. Il s’exprima à présent d’une voix neutre, mais claire. Afin de leur prouver qu’il était vraiment désolé.

- « Essayons d’abord de nous calmer. Moi je suis serein à présent. » Il se tourna vers Savannah, sa tête d’ange et son regard profond jouant en sa faveur : « Désolé Savannah, je ne voulais pas. » Puis, son regard océan se dirigea vers Tracy : « Pouvons-nous en rester là pour cette fois ? »

Maxime s’étonnait lui-même de sa capacité à mentir. La mauvaise graine avait bien fini de germer. Il devenait manipulateur, et à force, il deviendrait très doué pour cela. Un vrai diable se cachait sous ce visage pourtant si angélique.


Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7150-tracy-amelia-bennett-pour-etre-confirmee-dans-mon-identite-je-depends-entierement-des-autreshttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7158-tracy-l-essentiel-en-enfer-c-est-de-survivrehttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7162-tracy-bien-que-la-verite-et-le-mensonge-soient-jumeaux-la-verite-la-plus-agee-des-deuxhttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7163-tracy-n-oubliez-pas-de-signer

Arrivé(e) le : 27/11/2016
Parchemins rédigés : 2182
Points : 7
Crédit : Schizophrenic. (c)
Année : Sixième (seize ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Finn & Jade.

MessageSujet: Re: Dédale de couloirs [PV Savannah] [TERMINÉ]   Sam 24 Nov - 21:09

Les dédales mènent parfois à une sanction
Tracy fait la police

Effectivement, le détail que fit Savannah de sa conversation avec le jeune homme n’avait rien de bien plaisant. Tracy se surprit à grincer légèrement des dents en l’écoutant, sensible à de tels propos au vu de leur condition commune. Même si l’année Blackman commençait à perdre de ses traces, son spectre planait toujours autour de ce château, et sans les pouvoirs qui lui avaient été conférés par la direction, la jeune fille savait qu’elle se sentirait tout aussi impuissante dans une situation similaire… Elle avait après tout passé quatre ans à garder le silence et à fermer les yeux sur la discrimination faite aux nés-moldus… Mais dans le climat actuel, il n’était plus possible d’ignorer quoi que ce soit : la violence de ces préjugés était omniprésente, étouffante. « Merci Savannah, je crois que je sais à quoi m’en tenir avec ce jeune homme maintenant. » adressa-t-elle à la jeune fille, avec un sourire désolé de reconnaissance. Sa sortie de l’hôpital était encore récente, et elle imaginait aisément que sa camarade était encore sensible à de telles paroles… Et l’assurance insolente dont faisait preuve l’adolescent semblait la conforter dans l’idée qu’il ne regrettait pas. Plissant légèrement les yeux en entendant ce dernier prétendre qu’elles s’étaient « liguées » contre lui, Tracy se demanda comment elle devait interpréter ce revirement, qu’il justifiait par un accès de colère. Ça n’expliquait toujours pas pourquoi il avait décidé de s’en prendre aussi violemment à Savannah, mais au vu de son jeune âge, la préfète médita quelques secondes.

Au moins, il revenait sur ses propos, et se montrait bien plus sage que lorsqu’elle l’avait apostrophé, cela méritait d’être souligné… « Je ne sais pas si tu connais le sens des mots que tu as employés… A ton âge, ça arrive de répéter ce que tu as du entendre dans la bouche de plus grands, mais il faut que tu comprennes que ce sont des injures très graves dans le monde sorcier. » expliqua-t-elle, d’une voix plus douce, en se mettant à sa hauteur. Après tout, lors de ses premières années à Poudlard, elle avait fait la même chose que lui, ne serait-ce que par crainte de voir sa couverture voler en éclats. « Je pense toutefois que Savannah a bien mérité des excuses de ta part, et sache qu'elle a tout à fait sa place parmi nous. » conclut-elle en désignant sa camarade. Même si elle n’était pas une des proches de la jeune fille, ses bonnes intentions se devinaient aisément, et elle la croyait bien volontiers lorsqu’elle prétendait n’avoir adressé la parole à Maxime seulement pour l’aider. Peut-être effectivement était-elle arrivée au mauvais moment, mais les torts ne lui revenaient pas… En revanche, elle voulait bien croire que le jeune Serpentard était réellement désolé, et que l’impact de ses mots lui avait totalement échappé au moment où il les avaient prononcés.

Pensive, Tracy décida donc d’alléger la sanction qu’elle aurait normalement du lui attribuer, sans toutefois lui faire de faveur sur son attitude, qui ne pouvaient décemment être encouragée. « Je ne peux pas fermer les yeux sur ce genre d’évènement, je retire donc cinq points à Serpentard, et tu écoperas d’une retenue, ne serait-ce que pour un rappel des notions de respect et de tolérance à l’égard de tes camarades. » déclara-t-elle en secouant la tête. « Mes collègues ne seront pas aussi conciliants la prochaine fois, alors doucement avec les termes que tu emploies. J’espère que c’était bien la dernière fois ! » lui adressa-t-elle, d’une voix calme, dénuée de tout ressentiment. Elle était sincère, après tout elle ne connaissait pas ce jeune garçon, et elle voulait bien volontiers croire que c’était seulement les influences extérieures qui l’avaient mené à un tel dérapage. En tout cas, elle pouvait désormais considérer que l’incident était clos, et espérer qu’il ne se reproduise pas à l’avenir. « On se voit en botanique ? A tout à l’heure. » lança-t-elle à Savannah en s’éloignant dans le couloir, avant de se retourner vers son cadet de Serpentard. « Plus de bavure, Maxime, on s’est bien compris ? » En espérant qu’il ait compris la leçon, elle pouvait maintenant les laisser et rejoindre les étages inférieurs en toute quiétude. Tout le monde avait le droit à une deuxième chance...

Emi Burton


I’m afraid, somebody else might take my place
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8035-j-ai-toujours-reve-d-apprendre-a-voler-savannah-r-caldwellhttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8048-in-our-family-portrait-we-look-pretty-happy-savannah-r-caldwellhttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6353-ecrire-pour-mettre-de-l-ordre-dans-ses-obsessions-savannah-r-caldwell-sinead-p-o-riordan#164473https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8066-send-me-your-love-savannah-r-caldwell#182506https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8067-send-me-your-love-savannah-r-caldwell#182508

Arrivé(e) le : 14/11/2015
Parchemins rédigés : 1670
Points : 22
Crédit : Bazzart
Année : 6ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: Dédale de couloirs [PV Savannah] [TERMINÉ]   Jeu 29 Nov - 7:35


Maxime & Savannah

Dédale de couloirs
« Merci Savannah, je crois que je sais à quoi m’en tenir avec ce jeune homme maintenant. » Tracy joue vraiment bien son rôle de préfète, j’ai l’impression d’être face à ma mère quand elle essayait de savoir qui des deux jumeaux avait enduit les triplettes de peinture… Elle prenait le même ton vaguement réprobateur sans pour autant hausser le ton et c’était d’ailleurs quelque chose que je détestais puisqu’elle avait toujours l’air plus déçue qu’en colère et je déteste plus que tout décevoir ma mère. Mais en l’occurrence, la désapprobation de Tracy ne m’est pas adressée, elle est même plutôt mon ange gardien tombé du ciel et je suis vraiment reconnaissante de sa présence à ce moment précis. Au moins, Maxime se comporte désormais comme un petit chiot inoffensif, sachant probablement qu’il n’est pas dans la meilleure position pour continuer à me cracher son venin en pleine figure. Le seul problème c’est que rien ne dit qu’il ne recommencera pas une fois que la préfète se sera envolée dans la nature et mon envie de cohabiter pendant encore deux ans avec le garçon n’est pas au rendez-vous, loin de là. J’en ai marre de tous ces serpents qui pensent que la pureté du sang est une qualité essentielle de l’être humain. La preuve que non puisqu’ils se comportent tous comme des connards, c’est peut-être envers eux que nous devrions faire preuve de discrimination. « A quoi bon essayer de me justifier. Puisque de toute façon, vous êtes toutes les deux liguées contre moi… J’ai simplement eu un excès de colère, ça peut arriver à tout le monde. Je suis vraiment navré que mes mots aient dépassés ma pensée. » Je hausse un sourcil interrogateur. Navré ? Vraiment ? Je peine à y croire mais il a l’air sincère. Evidemment, son mea culpa n’explique en rien la violence de ses paroles précédentes et je pense qu’il avait quand même l’air bien au courant qu’il était en train de me blesser lorsqu’il a déblatéré ses horreurs mais tout le monde a le droit à une deuxième chance, non ? Je m’en veux un peu de laisser ma colère retomber si rapidement, je suis encore une fois beaucoup trop gentille et ça va finir par me jouer des tours. J’aimerais être un peu plus forte parfois, mais malheureusement, aimer les gens c’est dans mon caractère et essayer de voir le bien en eux l’est tout autant.

Je ne prononce pas le moindre mot et me contente de laisser la préfète continuer à gérer la situation. Après tout, je n’ai pas mont mot à dire, je n’ai aucune autorité sur le jeune garçon. « Je ne sais pas si tu connais le sens des mots que tu as employés… A ton âge, ça arrive de répéter ce que tu as du entendre dans la bouche de plus grands, mais il faut que tu comprennes que ce sont des injures très graves dans le monde sorcier. Je pense toutefois que Savannah a bien mérité des excuses de ta part, et sache qu'elle a tout à fait sa place parmi nous. » Bon, pour le coup, elle est bien mignonne, mais il a treize ans, pas cinq, et à mon avis il savait très bien ce qu’il disait quand il a prononcé ces mots. Je ne peux pas croire un seul instant qu’il ait parlé en ignorant le sens des mots qu’il a employé. Autant je veux bien croire qu’il se soit laissé emporter parce qu’il a eu une mauvaise note, une mauvaise journée ou que sais-je encore, mais à mon avis, Tracy se voile la face si elle pense qu’il a répété bêtement quelque chose entendu quelque part. De tels propos, ça ne s’invente pas, et s’il avait voulu être gentil avec moi, il aurait pu l’être sans le moindre problème. « Essayons d’abord de nous calmer. Moi je suis serein à présent. Désolé Savannah, je ne voulais pas. Pouvons-nous en rester là pour cette fois ? » Des excuses ? J’ai même le droit à des excuses ? Franchement, c’est Noël avant l’heure et je retiens difficilement une exclamation de surprise. Mais je dois reconnaitre que ça me fait plaisir. Au moins, il assume enfin ses torts et se rend compte qu’il a mal agi. Je pourrais encore lui faire un long discours sur son attitude, mais ça ne servirait à rien et je n’en ai pas franchement envie, à dire vrai. Maxime peut se montrer gentil, il vient de me le prouver, et j’espère que c’est désormais à cette facette de sa personnalité que je serais confrontée. « Excuses acceptées, mais c’est la dernière fois. » Mieux vaut prévenir que guérir, je veux bien être très gentille mais je ne peux pas non plus être constamment la bonne poire de service, il ne faut pas trop m’en demander.

Malheureusement, il fallait s’y attendre, les choses ne s’arrêtent pas là pour le jeune homme qui doit assumer ses responsabilités face à la Serdaigle, je doute fort que ça lui fasse plaisir mais c’est ainsi et je me garde bien de contredire Tracy qui est totalement dans son droit. « Je ne peux pas fermer les yeux sur ce genre d’évènement, je retire donc cinq points à Serpentard, et tu écoperas d’une retenue, ne serait-ce que pour un rappel des notions de respect et de tolérance à l’égard de tes camarades. Mes collègues ne seront pas aussi conciliants la prochaine fois, alors doucement avec les termes que tu emploies. J’espère que c’était bien la dernière fois ! » Aïe… Cinq points en moins pour nous. La punition n’est pas vraiment très sévère compte tenu des propos tenus par Maxime, mais ça me fait quand même mal de pénaliser ma propre maison pour un crétin. Toutefois, je trouve cela extrêmement mérité même si j’aurais préféré que la punition soit un peu plus personnelle pour éviter qu’elle nous pénalise tout. Heureusement, la retenue lui permettra de se mettre un peu de plomb dans la cervelle et de réfléchir à ses précédents agissements. Il est grand temps de mettre un terme définitif à cette conversation, désormais, nous avons fait le tour de la question et je ne tiens pas à parler pendant des heures de ce qu’il vient de se produire. D’ailleurs, Tracy semble penser la même chose puisqu’elle est la première à quitter les lieux. « On se voit en botanique ? A tout à l’heure. Plus de bavure, Maxime, on s’est bien compris ? » Elle a vraiment assuré, comme toujours, je me rends de plus en plus compte que la Serdaigle est une fille formidable et je me demande sincèrement comment ça a pu m’échapper pendant autant de temps. « Oui, à tout à l’heure. » Je lui souris alors qu’elle tourne les talons et s’éloigne, me laissant de nouveau seule en tête à tête avec Maxime. Mais je ne compte pas m’attarder non plus, de toute façon, le Serpentard avait exprimé le souhait de partir un instant auparavant et même s’il s’est excusé, je n’ai pas forcément l’envie ni le besoin d’entamer une conversation banale et amicale alors que ses insultes résonnent encore dans ma tête. « Tu devrais peut-être aller diner, il ne va plus rien rester sur la table. » J’attends patiemment qu’il daigne s’éloigner à son tour. J’ai une salle à trouver et de la peinture à commencer. Peut-être que ma soirée, qui a quand même très mal commencée, sera finalement un peu plus sympathique que prévue.

Code by Fremione.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

CE QU'IL FAUT SAVOIR
https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10451-maxime-j-winterholdhttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10461-liens-de-maxime-j-winterholdhttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10486-maxime-j-winterhold-rpshttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10462-boite-aux-lettres-de-maxime-j-winterholdhttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10463-hiboux-express-de-maxime-j-winterhold

Arrivé(e) le : 08/11/2018
Parchemins rédigés : 201
Points : 22
Année : 3ème année/14 ans

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: Dédale de couloirs [PV Savannah] [TERMINÉ]   Sam 1 Déc - 0:30

Couloirs du deuxième étage Maxime eut la nette impression d’avoir réussi à bluffer la préfète des Serdaigle. En effet, la voix de la jeune femme s’était radoucie. Elle luit fit une petite leçon de morale, qui bien sûr rentrait par une oreille et de se dépêchait de filer de l’autre. La punition qui tombe fut tout de même rude, mais sans doute moins salée que s’il avait continuer à jouer le caïd. Quoiqu’il en soit, il l’avait quand même échappé belle. Il n’était pas téméraire au point d’affronter deux filles plus âgées que lui, au beau milieu des couloirs. Peut être aurait-il dû tourner plusieurs fois sa langue dans sa bouche avant de parler. Ou du moins, faire plus attention à ce que personne ne l’entende. Bien évidemment à Poudlard, les murs avaient eu encore une fois des oreilles !
Tracy lui parlait non seulement d’une voix douce, mais aussi comme si elle s’adressait à un petit enfant. Maxime, étant bien plus mature que la plupart des enfants de son âge et avec une tête de plus, grande asperge qu’il était, ça lui faisait un peu bizarre. Mais soit, il préférait cela. Au moins, à ne pas trop le prendre au sérieux, elle réduisait sa punition et baissait les doutes à son égard. Il valait mieux ça, tout compte fait. Même si le jeune Serpentard se sentait souvent humilié, à ce que l’on ne le considère pas à sa juste valeur.
« Plus de bavure, Maxime, on s’est bien compris ? » 
Ce dernier hocha donc la tête, la baissant légèrement, signe qu’il avait bien compris, si ça pouvait lui faire plaisir et déguerpir aussi vite le plancher. Il attendit patiemment que la préfète se soit pour de bon éloignée, s’assurant cette fois ne pas être entendu. Il répondit à la remarque de Savannah, murmurant presque.
« « Tu devrais peut-être aller diner, il ne va plus rien rester sur la table. »

- « Je le précise, juste pour que ce soit bien clair. Mes excuses, c’était du vent. Et il n’y aura pas toujours des préfets ou autre pour vous protéger. »

Il insista sur le vous, pour faire comprendre à Savannah, qu’il parlait des nés moldus en général. Ils n’hésitaient pas à se pavaner, croyant être libres et loin de tout danger. Maxime était persuadé que les choses pouvaient évoluer. Il ne demandait pas que Blackman revienne forcément. Au fond, la torture etc ce n’était pas vraiment son truc. Simplement, selon lui, ils ne devraient pas avoir les mêmes droits que les vrais sorciers, c’est tout.
Il s’éloigna ensuite, laissant Savannah à ses occupations. Le dîner l’attendait effectivement.


©️ 2981 12289 0

[ HRP : Pour moi, c’est bon. A moins que tu veuilles réagir et/ou continuer, dis moi Smile ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: Dédale de couloirs [PV Savannah] [TERMINÉ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dédale de couloirs [PV Savannah] [TERMINÉ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard, 19 ans après. :: Poudlard :: 
Le Deuxième Étage
 :: Les Couloirs
-
Sauter vers: