AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La plus belle étape de la vie, c'est les retrouvailles - Avalon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

CE QU'IL FAUT SAVOIR
https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8035-j-ai-toujours-reve-d-apprendre-a-voler-savannah-r-caldwellhttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8048-in-our-family-portrait-we-look-pretty-happy-savannah-r-caldwellhttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6353-ecrire-pour-mettre-de-l-ordre-dans-ses-obsessions-savannah-r-caldwell-sinead-p-o-riordan#164473https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8066-send-me-your-love-savannah-r-caldwell#182506https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8067-send-me-your-love-savannah-r-caldwell#182508

Arrivé(e) le : 14/11/2015
Parchemins rédigés : 1669
Points : 21
Crédit : Bazzart
Année : 6ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?:

MessageSujet: La plus belle étape de la vie, c'est les retrouvailles - Avalon   Lun 8 Oct - 22:22


Avalon & Savannah

La plus belle étape de la vie, c'est les retrouvailles
Je suis tellement heureuse de retrouver Poudlard, le château m’a affreusement manqué et mes proches aussi. En étant à Sainte Mangouste, j’étais éloignée pour la première fois de l’ensemble de ma famille. J’ai toujours trouvé dur d’être éloignée de mes plus jeunes frères et sœurs lorsque je suis au château, mais je sais que c’est pour une bonne cause puisque Poudlard est le lieu où je reçois mon éducation et où je prépare mon avenir et puis en plus j’y retrouve au moins Brooklyn et Avalon et ça suffit à mon bonheur. Sauf qu’en étant à Sainte Mangouste, je ne pouvais pas compter sur mes deux alliés de toujours ni sur le reste de ma famille. Mes visites étaient malheureusement très limitées et je devais faire avec pour espérer pouvoir sortir de là au plus vite. Se rebeller contre le personnel soignant n’était pas franchement ce que je pouvais faire de mieux, aussi ai-je passé pas mal de temps à tourner ma langue sept fois dans ma bouche avant de parler, car en général ce que j’avais envie de dire ne m’aurait certainement pas rendu service. Heureusement, tout cela est derrière moi maintenant… Enfin presque derrière moi. Je vais être suivie durant les prochains mois par la psychologue de l’école qui fera un compte rendu à mes médecins. Je sais que je vais devoir faire preuve d’honnêteté mais j’ai peur que trop d’honnêteté me renvoie directement d’où je viens. Je vais mieux, c’est certain, mais les coups de blues restent plutôt nombreux et j’ai parfois du mal à voir un avenir positif devant moi. Cependant, ce n’est pas pour autant que j’ai envie de passer ma vie dans une chambre d’hôpital et j’espère sincèrement que la psychologue sera capable de le comprendre. Elle m’a fait plutôt bonne impression pendant les vacances d’été donc je suis sûre qu’elle sera de mon côté. Et puis, comme disent les médecins, je ne dois pas me sentir jugée, tout le monde est là pour m’aider. Il n’empêche que j’ai peur qu’au moindre faux pas, ils me renvoient d’où je viens sans me laisser une chance de me justifier ou de me rattraper. Cependant, ce n’est pas aujourd’hui que je vais me mettre à paniquer, je viens tout juste de réintégrer l’école et mon frère et ma sœur m’ont affreusement manqué, alors c’est tout naturellement que je me suis mise à la recherche de ma jumelle ce matin, prête à la harceler de questions et à la coller toute la journée pour rattraper le temps perdu. La connaissant, je suis sûre et certaine qu’elle va vite se lasser de ma présence, Avalon est une fille plutôt indépendante et j’ai la sensation que je la gonfle complètement, parfois. Sûrement parce que je suis une énorme pipelette un peu trop positive à son goût et que ma manière d’être lui tape complètement sur le système. Après tout, c’est elle la fille sérieuse de la famille qui pense à son avenir et n’est pas une grande fan de notre famille trop nombreuse… Alors que pour moi, c’est tout le contraire.

Tant pis pour elle. Avalon va devoir me supporter. Dans sa lettre, j’ai eu l’impression que je lui manquais un minimum alors ça m’incite fortement à aller la retrouver. En plus, elle m’a reprochée d’écrire à Brooklyn avant de lui écrire à elle, donc je me dois de rattraper ça et de la voir en premier maintenant que je suis rentrée à Poudlard. C’est donc tout naturellement que je prends la direction de la grande salle à l’heure du diner, espérant pouvoir squatter la table des Serdaigle pour le diner. Je prie pour qu’elle ne soit pas accompagnée ce soir, je n’ai pas franchement envie de faire la conversation à une bande de filles, bien au contraire, je veux passer du temps seule avec ma sœur mais je ne suis pas certaine que le choix de la grande salle soit hyper bien adapté pour ce genre de retrouvailles. Peu importe, maintenant que je suis en chemin je ne compte pas faire machine arrière et c’est donc tout naturellement que je pénètre dans la grande salle, essayant d’ignorer cette impression que tout le monde me dévisage. Je ne crois pas que les autres élèves sachent que j’ai pasté la fin de mon été et mon mois de septembre à l’hôpital mais comme moi je connais la vérité, j’ai l’impression que ça se lit sur mon visage. Heureusement, je ne tarde pas à apercevoir ma sœur, pour une fois seule, à la table des Serdaigle. A tous les coups, elle a prévu de diner en vitesse pour remonter travailler mais je compte sur elle pour changer ses plans. « Je t’ai manqué ? » Dis-je en m’asseyant avec un grand sourire juste en face de ma jumelle. Voir mon portrait craché est toujours un peu déstabilisant et j’ai actuellement l’impression de me regarder dans un miroir, mais il ne me faut que cinq secondes pour m’habituer à l’idée de me regarder en face. « Surprise ! » Je conserve mon sourire, espérant que ma sœur soit aussi enthousiaste que moi à l’idée de ces retrouvailles. Pour une raison que j’ignore, j’ai un peu peur qu’elle soit en colère contre moi parce que je n’ai pas été la fille forte que j’aspire à être, mais je ne veux pas arriver devant elle et m’aplatir comme une crêpe, ce n’est pas, à mon sens, le meilleur moyen de prouver que je vais mieux. « Je viens d’arriver et je me suis immédiatement mise à ta recherche. » Je tiens à le préciser, elle est ma numéro un et je ne veux absolument pas qu’elle en doute. Avalon a tendance à minimiser l’amour que je lui porte, sûrement parce que nous n’avons pas franchement l’habitude d’exprimer nos sentiments. Mais peut-être que cela va changer. Il serait temps. Je me rends de plus en plus compte que la vie est courte et je n’ai pas envie de regretter de ne pas avoir dit aux personnes que j’aime à quel point elles sont importantes pour moi.

Code by Fremione.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8194-avalon-l-caldwell-we-got-those-rebel-hearts#184775https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8204-avalon-l-caldwell-just-like-fire

Arrivé(e) le : 10/11/2016
Parchemins rédigés : 246
Points : 6
Année : 6ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Edward Carter

MessageSujet: Re: La plus belle étape de la vie, c'est les retrouvailles - Avalon   Jeu 25 Oct - 0:15



La plus belle étape de la vie, c'est les retrouvailles

Sav' & Ava'



Le nez plongé dans le manuel d’Histoire de la Magie pour les 6èmes années, je n’ai absolument pas conscience du monde qui m’entoure. Comme à chaque fois que j’ouvre un bouquin et que je me mets à lire en réalité. J’ai cette capacité à faire abstraction de mon environnement, peu importe que je sois au milieu de la foule ou dans une bibliothèque calme, le résultat est le même pour moi : plus rien n’existe en dehors du livre en question. C’est assez pratique pour étudier, je n’ai pas besoin d’un endroit calme en particulier, je peux apprendre et retenir ce que je veux n’importe où. Comme en ce moment même. Il est 18heures et je suis dans la grande salle, entourée de tous mes camarades qui sont également attablés pour le dîner. Ce qui me manque c’est mon bon vieux lecteur de musique, mais malheureusement il ne fonctionne pas ici. Résultat, j’ai dû m’habituer à faire sans.

Ce soir, je fais bande à part. Mes amies savent très bien que lorsque je m’attable avec un livre, c’est que je n’ai pas l’intention de me joindre à leurs conversations et qu’il ne sert à rien d’essayer. J’ai mes humeurs diront-nous, et ce soir en fait partie. Certains diront que je suis sauvage et mystérieuse. Moi je dirais simplement que j’ai pas envie qu’on me fasse chier et qu’un bouquin c’est simple comme compagnie. Même si il contient une pléiade de dates et de faits plus ou moins inutiles. Bien que ce ne soit pas ma matière préférée, je trouve l’Histoire de la Magie plutôt intéressante. Elle est foncièrement différente de celle des Moldus mais je trouve ça justement captivant de comparer les deux histoires. Elles sont supposées avoir lieu aux mêmes dates et pourtant, tant d’évènements divergent.

Je suis en train d’avaler une nouvelle bouchée de ce qui se trouve dans mon assiette lorsque quelqu’un s’assied à côté de moi et entame la conversation. D’habitude je n’aurais pas vraiment prêté attention à la personne. J’aurai levé les yeux de mon livre et lui aurai grommelé quelques mots tout au plus pour lui faire comprendre que ce n’est pas le moment. Mais à l’entente de la voix, mon cerveau se déconnecte automatiquement de sa lecture – ce qu’il fait très rarement. « Je t’ai manqué ? » Cette voix je la reconnaîtrai entre 10 000 car elle appartient à nulle autre personne que ma jumelle. Bien que cela fasse des mois que je n’ai pas pu l’entendre, elle est ancrée en moi. Comme électrifiée, je redresse subitement la tête pour me retrouver face à mon double. J’ai cette étrange sensation de me regarder dans un miroir sans pour autant me reconnaître. Semblables mais tellement différentes. Un paradoxe, voilà ce que nous sommes. Je la scrute dans les moindres détails en quelques millisecondes seulement, remarquant des détails que nul autre ne serait en mesure de remarquer. Si elle m’a manqué ? La question ne se pose même pas. Bien que la relation entre ma jumelle et moi soit complexe et pas toujours au beau fixe, être éloignée d’elle de la sorte en de telles circonstances était un véritable calvaire. Savoir que ma jumelle, ma moitié, était hospitalisée et ne pas pouvoir la voir ? Une torture. C’est comme si une partie de moi m’était arrachée et inaccessible. « Surprise ! » Ça pour une surprise … J’avais oublié quand est-ce qu’elle revenait. J’ai perdu toute notion du temps dernièrement, trop plongée dans mes études que j’étais. « Je viens d’arriver et je me suis immédiatement mise à ta recherche. » Son sourire est fixé sur ses lèvres et je comprends qu’elle attend une réaction de ma part. Depuis qu’elle s’est assise à côté de moi je suis restée figée, comme une statue de glace, n’exprimant rien et me contentant de la dévisager à la recherche de tout signe m’indiquant que tout allait bien. Je m’en veux presque de ne pas avoir remarqué plus tôt qu’elle n’allait pas bien, avant qu’elle ne craque. J’aurais dû le deviner et j’aurais dû aider à prévenir son état. Mais trop centrée sur ma petite personne, je n’ai pas fait attention à elle, considérant naturellement qu’elle allait bien et qu’elle avait surmonté tout ça. Force est de constater que je me suis totalement plantée.

Sans prévenir, je lâche mon bouquin, ne me souciant pas le moins du monde qu’il finisse dans mon assiette, et je me jette sur ma sœur pour la serrer dans mes bras. Je ne suis pas du genre démonstratrice habituellement mais là j’en ai besoin. La sentir contre moi me fait du bien et me donne le sentiment que tout est de nouveau normal. « Ne me refais plus jamais ça ! » Je lui murmure avant de m’écarter d’elle pour plonger mes yeux dans les siens. « Quand est-ce que tu es arrivée ? Personne ne m’a informé de quand tu revenais, je serais bien venue t’accueillir … » Je lui demande avec une moue boudeuse. Pour le coup, je l’aurai vraiment attendue à l’entrée pour être le premier visage familier et amical qu’elle voit à son retour. Mais visiblement personne n’a pensé que cela puisse être nécessaire et je suis quelque peu déçue. Je continue de la scruter scrupuleusement, comme à la recherche d’un détail qui indiquerait que quelque chose ne va pas, sincèrement inquiète pour mon double. « Comment est-ce que ça va ? » Mon intonation est sans appel et lui laisse parfaitement entendre que ce n’est pas une question qui attend une réponse en surface. Un ‘Ca va’ n’est pas ce que je veux entendre. Je veux la vérité et je veux tout savoir.


Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8035-j-ai-toujours-reve-d-apprendre-a-voler-savannah-r-caldwellhttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8048-in-our-family-portrait-we-look-pretty-happy-savannah-r-caldwellhttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6353-ecrire-pour-mettre-de-l-ordre-dans-ses-obsessions-savannah-r-caldwell-sinead-p-o-riordan#164473https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8066-send-me-your-love-savannah-r-caldwell#182506https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8067-send-me-your-love-savannah-r-caldwell#182508

Arrivé(e) le : 14/11/2015
Parchemins rédigés : 1669
Points : 21
Crédit : Bazzart
Année : 6ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: La plus belle étape de la vie, c'est les retrouvailles - Avalon   Jeu 25 Oct - 9:10


Avalon & Savannah

La plus belle étape de la vie, c'est les retrouvailles
Pendant un moment, j’ai l’impression que ma jumelle va prendre son livre sous son bras et quitter la table sans même m’adresser un seul mot. Je ne serais pas étonnée, il est possible qu’elle m’en veuille de lui avoir donné si peu de nouvelles pendant ces interminables semaines d’hospitalisation, ou même de ne pas l’avoir prévenue que ça allait si mal que ça… Mais en même temps, je crois que je ne me rendais pas vraiment compte que j’allais mal, justement, raison pour laquelle je n’ai pas pu la prévenir. Je lui expliquerais tout ça avec plaisir si elle me le demande. Et puis, j’ai l’habitude d’être la maman poule de ma famille, celle qui s’occupe des petits, console les gros chagrins, soigne les petits bobos. Je ne remplace pas ma mère, bien sûr, mais j’ai toujours porté sur mes épaules un certain nombre de responsabilités quand il s’agit de ma famille et je crois qu’inconsciemment je ne voulais pas admettre que je pouvais avoir mes propres faiblesses également. Fort heureusement, tout cela est enfin derrière moi à présent. Pas totalement derrière moi car je vais encore avoir un suivi ici et je sais pertinemment que mes médecins ne me lâcheront pas tant que le risque de rechute ne semblera pas totalement écarté. Personnellement, je me sens plutôt bien, en tout cas bien mieux que j’ai pu être ces derniers mois. Mais ça, je ne m’attends pas à ce que Avalon le comprenne, ça doit être compliqué pour elle de se repérer dans tout ça, elle a dû être tellement surprise d’apprendre que j’étais hospitalisée. Evidemment, je m’en veux énormément de lui avoir infligé ça, ainsi qu’à tous les autres membres du clan Caldwell.

« Ne me refais plus jamais ça ! » Enfin, j’ai pu entendre le son de sa voix. Bon, comme je m’y attendais, ce n’est pas pour me féliciter pour mon retour qu’elle me parle enfin mais plutôt pour me donner un ordre net que je ferais mieux de respecter à la lettre. Je la comprends, j’aurais eu tellement peur moi aussi si la situation avait été inversée. Je crois que j’aurais tenté de m’introduire à l’hôpital pour pouvoir l’espionner ou au moins lui taper dessus en m’engueulant de ne pas être venue lui parler avant. Bref, j’aurais été pire qu’elle en réalité, alors je ne peux que hocher la tête, approuvant son initiative. Je sais que je ne peux pas vraiment lui faire de promesses puisque je ne contrôle pas mon état psychologique mais je sais aussi que je ne peux pas lui dire que je ne suis pas sûre de ne jamais lui faire une frayeur pareille. Je ne veux pas qu’elle vive dans une appréhension constante. « C’est juré ! » Je mets dans cette affirmation toute la conviction possible. Si je ne peux pas lui promettre de ne pas rechuter, je peux au moins lui promettre de venir vers elle quand j’aurais un coup de moins bien. Je ne me laisserais pas replonger sans alerter mes proches, ça a été ma première erreur et ça sera la dernière. Je l’espère. « Quand est-ce que tu es arrivée ? Personne ne m’a informé de quand tu revenais, je serais bien venue t’accueillir … » Je reconnais bien là Avalon, elle est déçue de ne pas avoir su que je revenais, tout comme elle a été déçue d’apprendre que j’avais écrit à Brooklyn avant elle. Ce n’est pas étonnant, elle est ma jumelle, nous avons beau être des opposées, nous avons aussi cette connexion particulière. « Je n’ai appris que je pouvais sortir que aujourd’hui et je n’ai pas voulu te prévenir en avance pour ne pas te donner de faux-espoirs, jusqu’au dernier moment ils n’arrivaient pas à se mettre d’accord sur mon jour de sortie, j’ai presque dû les supplier. » Ce n’est que la vérité, les médecins sont vraiment trop prudents parfois.

J’espère que mon explication ne va pas lui faire peur, parce qu’elle va peut-être croire que les médecins voulaient me garder et que je me suis enfuie ou quelque chose du genre. Mais il est vrai que je me sens infiniment mieux et que j’avais hâte de retourner à l’école, recommencer à voir du monde, sortir un peu, avoir des journées un peu plus rythmées et un peu plus sympathiques. J’ai beau ne pas beaucoup aimer les cours, l’école m’a réellement manquée et surtout le rythme qui va avec. Et le Quidditch, j’adore le Quidditch et ne plus pouvoir en faire a été une véritable torture. Surtout que je sais que Brooklyn m’a évincée de l’équipe de Quidditch et ça, ça me fait réellement mal au cœur. J’aurais tellement voulu avoir ma place… Il aurait pu faire jouer un remplaçant le temps que je me remette mais non, il n’a pas souhaité agir de cette manière, malheureusement pour moi. « Comment est-ce que ça va ? » Je soupire doucement. Ce n’est pas une question que j’aime, je l’ai entendu environ quatre fois par jour depuis que je suis arrivée à l’hôpital. Elle est normale et bienvenue de la part de ma sœur qui a la gentillesse de s’intéresser à moi, mais ce n’est pas pour autant que je l’apprécie particulièrement bien au contraire et à dire vrai, je ne sais pas trop quoi répondre quand elle me tombe dessus. « Mieux, beaucoup, beaucoup, beaucoup mieux. Et toi, comment vas-tu ? Comment s’est passé ce premier mois de cours ? » Je ne lui demande pas pour noyer le poisson, ça m’intéresse réellement, j’espère que tout s’est bien passé pour elle. Je n’étais pas là pour l’épauler lorsqu’elle en avait besoin et évidemment ça me frustre. Depuis notre plus tendre enfance, elle s’évertue à me prouver qu’elle est une fille indépendante et c’est très bien pour elle mais j’espère que je lui ai manqué un peu quand même. « Ça ira sûrement moins bien quand je me rendrais compte de tout ce que j’ai à rattraper comme cours… Tu vas m’aider, hein ? » L’élève studieuse qu’est ma sœur ne peut que me permettre de rattraper rapidement mon retard.

Code by Fremione.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8194-avalon-l-caldwell-we-got-those-rebel-hearts#184775https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8204-avalon-l-caldwell-just-like-fire

Arrivé(e) le : 10/11/2016
Parchemins rédigés : 246
Points : 6
Année : 6ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Edward Carter

MessageSujet: Re: La plus belle étape de la vie, c'est les retrouvailles - Avalon   Jeu 8 Nov - 0:05



La plus belle étape de la vie, c'est les retrouvailles

Sav' & Ava'



Quand j’étais enfant, j’ai souvent imaginé ce que serait ma vie sans jumelle. Je l’envisageais calme, tranquille, sans prise de tête ou de comparaison constante et je rêvais presque ce soit le cas une bonne partie du temps. Les gens pensent toujours qu’avoir un jumeau est vraiment trop génial, mais ils ne vivent pas ça au quotidien et n’ont pas la moindre idée de la pression que cela peut engendrer et de tous les désagréments qui vont avec. Surtout dans notre cas et encore plus quand on est dans une famille nombreuse, qu’on est les ainées et qu’on attend de nous d’être un véritable exemple pour les autres qui nous suivent. Les gens ne voient que ce qu’ils veulent voir et la réalité est souvent bien plus violente. Les disputes régulières et cette sorte de compétition qui s’était installée entre nous me poussait donc très régulièrement à souhaiter ne pas avoir de jumelle. D’être la seule et l’unique. Mais après tous les évènements que nous avons dû traverser, et cet épisode plus récent qui me l’a encore arrachée de force, je ne pourrai plus jamais ne serait-ce qu’imaginer une telle chose. Je ne peux plus envisager une vie sans elle.

« C’est juré ! » J’ai envie de croire en cette promesse plus que tout au monde mais je sais au fond de moi que je ne dois pas m’y accrocher. On ne sait pas ce que l’avenir nous réserve et je ne sais définitivement pas comment ma sœur réagira. L’unique chose que nous pouvons faire c’est d’être attentif. Et que je sois plus vigilante, même si techniquement la Legilimens dans l’histoire c’est ma sœur. Ce qui n’est pas pour me faciliter la tâche. Je me contente donc d’hocher la tête de façon confiante histoire de montrer un peu d’optimisme. Je pense que nous en avons bien besoin l’une comme l’autre. « Je n’ai appris que je pouvais sortir que aujourd’hui et je n’ai pas voulu te prévenir en avance pour ne pas te donner de faux-espoirs, jusqu’au dernier moment ils n’arrivaient pas à se mettre d’accord sur mon jour de sortie, j’ai presque dû les supplier. » Je fronce les sourcils, perplexe face à ses nouvelles. Comment se fait-il que la décision ait été si précipitée ? Et pourquoi n’a-t-elle pas passée quelques jours à la maison avec la famille ? Je suis persuadée que ça lui aurait fait le plus grand bien. Je ne pense sincèrement pas que passer directement par la case Poudlard soit la plus judicieuse des idées … « Tu n’es pas retournée à la maison ? Qu’est-ce qu’en disent les parents ? » Papa étant tout de même médecin, il doit avoir un avis sur la question … J’en viens même à me demander s’il a été consulté à dire vrai. « Tu es sûre que tu étais prête à sortir et à revenir ici ? » je lui demande, un brin suspicieuse, juste pour être sûre. Je ne prends plus à la légère sa santé. Raison pour laquelle j’en rajoute une couche en lui demandant le plus sérieusement du monde comment elle va. « Mieux, beaucoup, beaucoup, beaucoup mieux. Et toi, comment vas-tu ? Comment s’est passé ce premier mois de cours ? » Je plante mes yeux dans les siens, pas particulièrement ravie qu’elle détourne la conversation de la sorte et je lui fais comprendre. Me connaissant comme elle me connait, elle n’a même pas besoin d’utiliser son don pour le voir. Toutefois, je réponds quand même à sa question. « Oh moi ça va. Être enfin en 6ème année est une vraie délivrance et ce premier mois était des plus intéressants. On a déjà vu de nouveaux sortilèges et des sorts très intéressants. Je suis contente de mes choix de cours même si ça ne me donne pas encore une voie concrète pour le futur. » C’est un véritable problème pour moi d’ailleurs. Je n’arrive pas à envisager de quoi mon futur sera fait et ce que je pourrai en faire. J’ai beau me dire qu’il me reste encore un petit peu de temps pour y songer, le temps file et je ne peux pas laisser ça traîner.

« Ça ira sûrement moins bien quand je me rendrais compte de tout ce que j’ai à rattraper comme cours… Tu vas m’aider, hein ? »
Je lève les yeux au ciel, comme si elle venait de dire la plus stupide des stupidités. A-t-elle oublié qui je suis ? A-t-elle vraiment oublié à qui elle s’adresse ? « Non mais qu’est-ce que tu crois … » Je commence en faisant une pause théâtrale. « Je t’ai déjà recopié toutes les notes que j’ai prises en Sortilèges et en théorie du Vol. Je te les donnerai dès demain. J’ai abandonné les Potions mais je ne devrai pas avoir trop de mal à t’expliquer si besoin. Pour ce qui est de la Botanique … On trouvera un moyen. Je suis sûre que tu t’en sortiras, tu n’as pas tant de matières que ça. » Si ma mémoire est bonne, Sav’ a décidé de ne suivre que 4 cours. En comparaison, j’en ai presque le double, mais c’est parfaitement cohérent. Aussi, je ne vois pas trop pourquoi elle paniquerait à l’idée d’avoir beaucoup de matière à rattraper. 1 mois, ce n’est rien.

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8035-j-ai-toujours-reve-d-apprendre-a-voler-savannah-r-caldwellhttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8048-in-our-family-portrait-we-look-pretty-happy-savannah-r-caldwellhttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6353-ecrire-pour-mettre-de-l-ordre-dans-ses-obsessions-savannah-r-caldwell-sinead-p-o-riordan#164473https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8066-send-me-your-love-savannah-r-caldwell#182506https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8067-send-me-your-love-savannah-r-caldwell#182508

Arrivé(e) le : 14/11/2015
Parchemins rédigés : 1669
Points : 21
Crédit : Bazzart
Année : 6ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: La plus belle étape de la vie, c'est les retrouvailles - Avalon   Sam 10 Nov - 13:56


Avalon & Savannah

La plus belle étape de la vie, c'est les retrouvailles
Avalon a l’air véritablement inquiète pour moi et c’est la première fois que j’ai vraiment l’impression d’être très importante à ses yeux. Enfin, ça ne veut pas dire non plus que je ne l’ai jamais été, je sais que ma sœur m’aime, elle n’est tout simplement pas le genre de fille qui exprime beaucoup ses sentiments mais je ne lui en ai jamais voulu pour ça, parce que moi je fais tout l’inverse et que je sais que ça peut être très pesant pour les autres. Brooklyn et Avalon ont toujours eu un peu de mal à recevoir tout l’amour que je déverse vers eux continuellement mais c’est plus fort que moi, j’adore ma fille et le leur dire le plus souvent possible est essentiel à mon équilibre. Déjà que ce dernier est affreusement fragile, je ne tiens pas à me brider pour les mettre moins mal à l’aise, alors je suis ravie de voir qu’Avalon est heureuse de me revoir et que ça a l’air de l’avoir décoincée un peu de ne pas me voir pendant des semaines. Malheureusement, ça veut aussi dire que ça l’a touchée de me savoir mal et ça par contre, ça ne me fait pas plaisir, je ne veux pas que mon état émotionnel touche à ce point mes proches mais évidemment ce n’est pas quelque chose que je peux choisir. « Tu n’es pas retournée à la maison ? Qu’est-ce qu’en disent les parents ? » Apparemment, elle est encore plus inquiète que ce que je croyais et ça me fait mal pour elle, mais je me dois d’être parfaitement honnête du début jusqu’à la fin si je veux qu’elle me fasse confiance et qu’elle cesse de me regarder comme si j’étais une véritable bombe à retardement. « Si, quasiment tous les weekend depuis début septembre, j’avais des droits de sortie et je retournais à la maison, je m’y sentais bien. Et maman venait me voir tous les jours, elle a eu un peu de mal à s’habituer au côté sorcier, mais je crois qu’elle n’imaginait pas me laisser gérer ça toute seule. » Je n’étais vraiment pas livrée à moi-même pendant cette période, j’ai eu l’impression de l’être pendant des jours et des jours mais j’ai eu la chance de pouvoir compter sur ma famille formidable et je les aime encore plus qu’avant. Et puis, ça va sûrement rassurer Avalon de savoir que nos parents approuvent ma décision et ne m’ont pas laissée livrée à moi-même. « Les parents étaient d’accord pour que je revienne, ils savent que j’ai besoin de ça, mais je vais être suivie par l’assistante psychologue à partir de la semaine prochaine et en cas de problème, je dois avertir les parents, le directeur… Je crois que je ne risque pas de replonger sans que quelqu’un s’en aperçoive, ne t’en fais pas. » Je veux la rassurer, bien sûr, elle a l’air de douter fortement de ma capacité à affronter cette nouvelle année scolaire. Mais je sais que cette année sera calme et que cette fois je n’aurais pas de raison de déprimer ou de me faire du souci. Blackman est loin derrière nous, désormais, et je n’ai plus à le craindre. J’ai mis des mois à m’en persuader et rien ni personne ne pourra modifier mon opinion à ce sujet. « Tu es sûre que tu étais prête à sortir et à revenir ici ? » Bien sûr que je le suis, je commençais vraiment à me faire chier là-bas, je n’en pouvais plus d’être enfermée, il fallait que je me bouge, que je revois des jeunes de mon âge, que je cesse d’être dans le même lit d’hôpital en permanence. C’était trop dur, trop compliqué à gérer psychologiquement, surtout de voir toutes ces personnes qui allaient mal à chaque détour de couloir. Je ne voulais pas faire partie d’entre eux. Je suis enfin à ma place désormais. « Sûre et certaine, j’avais tellement hâte. » Sauf pour les cours, je sais que je vais vite en avoir ma claque.

Je suis contente de parler finalement de ma sœur et de son premier mois à Poudlard. Je n’ai pas eu la possibilité de le faire par lettre et j’ai envie de savoir si elle remet bien de tout ça. Ma sœur est tellement forte que j’ai parfois tendance à oublier que nous avons vécu exactement les mêmes choses et qu’elle a certainement eu du mal à s’en remettre elle aussi. Tout glisse sur Avalon, rien ne semble l’atteindre et moi à côté, j’ai l’air d’être un petit oisillon fragile, c’est vraiment frustrant pour moi. J’ai l’habitude d’être celle qui protège tout le monde et je me rends compte à présent que c’est moi qui ai besoin d’être protégée. « Oh moi ça va. Être enfin en 6ème année est une vraie délivrance et ce premier mois était des plus intéressants. On a déjà vu de nouveaux sortilèges et des sorts très intéressants. Je suis contente de mes choix de cours même si ça ne me donne pas encore une voie concrète pour le futur. » Ma sœur et moi ne venons pas du même monde, c’est évident, elle trouve cde mois de cours affreusement intéressant… J’ai du mal à comprendre, comme si des cours pouvaient vraiment être intéressants, ça n’a franchement aucun sens… Les cours sont inintéressants ! Tout le monde sait ça, et s’il n’y avait pas les cours de vol et l’équipe de Quidditch, je me demanderais vraiment ce que je fous ici. « C’est vrai que ça ne doit pas être facile de choisir une voie pour quelqu’un qui peut absolument tout faire… Tu es brillante partout, quoi que tu décides, tu seras acceptée partout, j’en suis sûre. Tu n’as même pas une toute petite idée ? » A dire vrai, je la vois bien devenir médecin comme papa, il serait tellement fier d’elle… Mais Avalon n’est pas très famille alors je ne vais évidemment pas lui suggérer de choisir une voie qui la fasse marcher sur les traces de notre géniteur, je pense qu’elle aurait beaucoup de mal à accepter de suivre ce que quelqu’un a déjà fait avant elle. Mais bon, je ne vais pas me plaindre d’avoir une sœur brillante promise à un avenir fabuleux parce que je vais pouvoir compter sur elle pour m’aider et ça c’est vraiment super chouette ! « Non mais qu’est-ce que tu crois … » Je la laisse établir un petit silence de circonstance avant d’être bien soulagée d’apprendre qu’elle a déjà tout prévu pour m’épauler. J’ai déjà des lacunes dans plusieurs matières mais un mois de cours en moins ne va rien arranger, j’en suis certaine. Alors j’ai vraiment besoin de son soutien, je sais que grâce à Avalon, je ne lâcherais rien. « Je t’ai déjà recopié toutes les notes que j’ai prises en Sortilèges et en théorie du Vol. Je te les donnerai dès demain. J’ai abandonné les Potions mais je ne devrai pas avoir trop de mal à t’expliquer si besoin. Pour ce qui est de la Botanique … On trouvera un moyen. Je suis sûre que tu t’en sortiras, tu n’as pas tant de matières que ça. » Non, je n’ai pas tant de matières que ça mais je ne suis pas très scolaire, loin de là, et je n’ai pas envie de redoubler une nouvelle fois. « Tu es une sœur parfaite… j’ai tellement peur de redoubler. » Pas encore. Passer neuf ans à Poudlard ? Très peu pour moi, c’est inconcevable alors je vais faire tout ce qui est en mon pouvoir pour réussir à passer en septième année à la fin de cette année. Et je crois dur comme fer que je peux y arriver. Pas sans aide, évidemment, mais j’ai de la volonté et je suis persuadée que quand on a le courage et la force, on peut déplacer des montagnes. « Et à part les cours ? Comment se passe ton année ? Tu as retrouvé des amis ? » J’ai perdu tous les miens mais j’espère que ma sœur n’a pas subi le même sort que le mien.

Code by Fremione.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8194-avalon-l-caldwell-we-got-those-rebel-hearts#184775https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8204-avalon-l-caldwell-just-like-fire

Arrivé(e) le : 10/11/2016
Parchemins rédigés : 246
Points : 6
Année : 6ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Edward Carter

MessageSujet: Re: La plus belle étape de la vie, c'est les retrouvailles - Avalon   Mar 20 Nov - 23:18



La plus belle étape de la vie, c'est les retrouvailles

Sav' & Ava'



Avoir été tenue à l’écart de l’état de santé de ma sœur n’était pas ma volonté. Personne ne m’a tenue au courant de rien soit disant parce que ce n’était pas à moi de m’en soucier, parce qu’il fallait laisser les grandes personnes se charger de tout ça, qu’il fallait que je retourne à l’école. Une véritable torture ! Qu’est-ce qu’ils croyaient … Que parce que « les grandes personnes » allaient s’occuper de ma sœur ça devait me rassurer ? Que parce qu’elle était « entre de bonnes mains » je pouvais retourner l’esprit tranquille à l’école ? Ils ne se rendent pas compte ce que c’est que d’avoir une jumelle et de rester dans l’inconnu. Même les lettres de mes parents ne me donnaient aucune véritable information sur l’évolution de l’état de santé de Savannah et ça me rendait folle de rage. « Si, quasiment tous les weekends depuis début septembre, j’avais des droits de sortie et je retournais à la maison, je m’y sentais bien. Et maman venait me voir tous les jours, elle a eu un peu de mal à s’habituer au côté sorcier, mais je crois qu’elle n’imaginait pas me laisser gérer ça toute seule. » J’hoche la tête, satisfaite et soulagée de savoir qu’elle avait un véritable support de la part de maman. Elles ont toujours été très proche et c’était important pour l’une comme pour l’autre. En y repensant, ça doit être tellement dur pour nos parents de savoir qu’on traverse des choses horribles qu’ils ne peuvent même pas imaginer et dont ils ne peuvent même pas nous protéger. Nous avons fait en sorte de minimiser tout ce qu’ils c‘est passé parce que si ils avaient sût tout ce qui nous était arrivé, ils ne nous auraient jamais permis de remettre les pieds dans cette école de sorcier. Mais comment minimiser les faits quand nous avons été enfermés dans un cachot et réduit en esclavage parce que nos parents sont moldus ? « Les parents étaient d’accord pour que je revienne, ils savent que j’ai besoin de ça, mais je vais être suivie par l’assistante psychologue à partir de la semaine prochaine et en cas de problème, je dois avertir les parents, le directeur… Je crois que je ne risque pas de replonger sans que quelqu’un s’en aperçoive, ne t’en fais pas. » Je dévisage ma sœur, à la recherche d’un je ne sais quoi qui me permettrait d’être 100% sûre que tout va bien ou justement déceler quelque chose qui annoncerait qu’elle ne va pas si bien que ça. Je ne sais pas exactement en fait, quelque chose. Elle a l’air d’être elle-même, la même Savannah d’avant. Mais est-ce que ce sera jamais comme avant ? « Si tu le dis… » Je dis, légèrement amère. Instinctivement, je pose ma main sur la sienne, comme pour être plus proche d’elle et la rassurer. « Je compte bien être plus vigilante cette fois et faire plus attention à toi. Tu sais que tu peux tout me dire, n’est-ce pas ? S’il te plait, vient me parler la prochaine fois que tu sens que ça ne va pas… » Mes mots se coincent dans ma gorge tandis que je ne peux me résoudre à admettre qu’être mise de côté m’avait beaucoup blessée. A même titre que de n’avoir rien remarqué avant qu’elle ne finisse à l’hôpital. Je détourne le regard, comme pour cacher mon trouble. C’est alors que je remarque que nous sommes observées par deux jeunes. D’après leur tête ils doivent être de 2ème ou 3ème année. Savoir que nous sommes écoutées m’énerve et je ne me gêne pas pour leur montrer. « Je peux savoir ce que vous regardez là ? Occupez-vous de vos affaires. » Je gronde, agressive, les fixant jusqu’à ce qu’ils détournent le regard.

La conversation dérive naturellement sur le mois de cours que Savannah a manqué. J’ai l’impression de naviguer de nouveau sur un terrain connu et c’est un peu plus simple. Parler de cours c’est un peu comme parler de tout et de rien. Je n’ai pas particulièrement besoin de me soucier de quoi que ce soit pour ça… En revanche, aborder le futur est une autre paire de balais … « C’est vrai que ça ne doit pas être facile de choisir une voie pour quelqu’un qui peut absolument tout faire… Tu es brillante partout, quoi que tu décides, tu seras acceptée partout, j’en suis sûre. Tu n’as même pas une toute petite idée ? » Je lâche un petit sourire ironique. C’est bien beau d’avoir de bonnes notes partout, mais ça n’aide pas forcément à savoir ce que l’on veut faire. « Pas vraiment. J’ai abandonné les potions donc je peux dire au revoir aux métiers liés à la médecine. » Ca aurait sans doute été la voie la plus logique pour moi, quand on voit les métiers que font papa et maman. Cependant, il faut croire que j’ai souhaité me saboter pour ne pas avoir cette option. « Après… Pourquoi pas avocat ou juge au Magenmagot. Essayer d’apporter un peu de justice dans ce monde qui ne nous a jamais ménagé peux être une idée. Et toi ? Tu as déjà eu l’occasion d’y penser ? »

Je ne manque pas de la rassurer en lui assurant que je me suis déjà chargée de recopier les cours et que je ne compte pas la laisser tomber. Son retour est bien trop important pour qu’il soit gâché pour de simples futilités de ce type. Je ne doute pas que si elle s’y remet avec sérieux, elle pourra rattraper ce léger retard en un rien de temps. « Tu es une sœur parfaite… j’ai tellement peur de redoubler. » Je suis la mieux placée pour la comprendre sur ce point. Le premier redoublement obligatoire a été une véritable horreur, alors je ne peux imaginer un second. « Je ne laisserai pas une telle chose se produire. » Je la rassure, bien décidée à la soutenir dans cette nouvelle épreuve. « Et à part les cours ? Comment se passe ton année ? Tu as retrouvé des amis ? » J’hausse les épaules en jetant un regard autour de moi, m’assurant que les petits curieux ont arrêté de nous espionner. « Oh tu sais, le reste ça va. J’ai hâte de reprendre le Quidditch, ça va beaucoup mieux avec Narcissa, je m’entends bien avec mes camarades de dortoir et pour le reste… Je n’ai pas vraiment besoin d’être beaucoup entourée. » Être sociable, ça n’a jamais vraiment été mon truc. C’est trop de complication pour pas grand-chose, trop de disputes futiles et trop de dramas. Ce n’est pas trop mon truc mais c’est sans doute parce que je préfère l’option de facilité. Je ne veux pas perdre de personnes alors autant ne pas s’attacher… « Et toi ? Contente de retrouver les filles de ton dortoir et les autres ? » De nous deux, Savannah est la plus sociale. Il lui est beaucoup plus facile que moi d’approcher les gens et de lier des amitiés.

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8035-j-ai-toujours-reve-d-apprendre-a-voler-savannah-r-caldwellhttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8048-in-our-family-portrait-we-look-pretty-happy-savannah-r-caldwellhttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6353-ecrire-pour-mettre-de-l-ordre-dans-ses-obsessions-savannah-r-caldwell-sinead-p-o-riordan#164473https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8066-send-me-your-love-savannah-r-caldwell#182506https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8067-send-me-your-love-savannah-r-caldwell#182508

Arrivé(e) le : 14/11/2015
Parchemins rédigés : 1669
Points : 21
Crédit : Bazzart
Année : 6ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: La plus belle étape de la vie, c'est les retrouvailles - Avalon   Mer 21 Nov - 21:49


Avalon & Savannah

La plus belle étape de la vie, c'est les retrouvailles
Je n’ai jamais vu Avalon aussi inquiète auparavant et mon cœur se serre lorsque je me dis que malgré tous mes efforts, je n’arrive pas à la rassurer. Sans le vouloir, j’ai dû lui faire une sacrée frayeur à ma jumelle, c’est en tout cas l’impression qu’elle me donne actuellement. Toutefois, je suis soulagée de voir ce genre d’émotion chez elle alors que Brooklyn, de son côté, a l’air de n’avoir absolument rien à faire que je sois morte ou vivante. C’est dur à encaisser. « Si tu le dis… » Elle n’a pas l’air convaincue que je sois apte à reprendre les cours, à présent, et j’ai épuisé mon stock d’arguments destinés à la convaincre. Je ne peux pas lui dire que je suis totalement guérie et que tout ça est derrière moi, ce serait lui mentir et je ne veux pas mentir à ma propre sœur. Je n’ai pas été la plus fabuleuse des sœurs ces derniers temps et je m’en veux assez comme ça, j’ai sacrément besoin de me racheter et vite. « Je compte bien être plus vigilante cette fois et faire plus attention à toi. Tu sais que tu peux tout me dire, n’est-ce pas ? S’il te plait, vient me parler la prochaine fois que tu sens que ça ne va pas… » J’acquiesce à sa demande, bien sûr que je lui parlerais, mais je ne veux pas non plus être constamment dans ses pattes. Si nous avons été plutôt indépendantes depuis toujours, c’est pour une bonne raison, nous ne sommes pas faites pour nous comporter comme des siamoises et je ne tiens pas à me reposer entièrement sur ma sœur. Toutefois, elle a raison, je dois pouvoir me confier à elle sans avoir peur de la déranger. « Bien sûr… Je sais que j’aurais dû venir te parler la première fois, mais je ne pensais pas que les choses dégénéreraient à ce point, maintenant que je suis au courant, j’agirais différemment, je te le promets. » Ce ne sont pas des paroles en l’air simplement destinées à rassurer ma sœur, je suis parfaitement sincère. Maintenant que j’ai vu les dégâts que pouvait causer mon envie de tout gérer par moi-même, je compte bien faire extrêmement attention. « J’ai toujours eu confiance en toi, je crois que j’avais surtout peur de te déranger. » Avalon est ma jumelle, je sais que je peux absolument tout lui dire, elle ne me juge pas et me conseille du mieux qu’elle peut. Nous sommes très différentes mais nous avons toujours été ensemble et ça ne changera jamais. « Je peux savoir ce que vous regardez là ? Occupez-vous de vos affaires. » Je laisse ma sœur gérer les élèves qui nous dévisagent mais ne montre aucune gêne. Tout le monde saura bientôt d’où je viens et je n’ai pas l’intention d’en avoir honte, ça ne ferait qu’alimenter davantage les rumeurs. Si les gens voient que ça ne me dérange pas, ils se lasseront vite, c’est en tout cas ce que ma mère m’a conseillé et à mon avis, elle n’a pas tort.

Discuter des projets d’avenir de ma sœur rend la conversation un peu plus facile à supporter. Mon génie de sœur peut absolument tout se permettre dans la vie, et j’ai hâte de l’entendre me dire qu’elle va devenir ministre de la magie. Aussi suis-je sacrément surprise de la voir hésiter sur ses projets d’avenir, je pensais vraiment qu’Avalon avait un avenir tout tracé qu’elle préparait depuis des années déjà. Comme quoi, on ne se parle vraiment pas assez, elle et moi. « Pas vraiment. J’ai abandonné les potions donc je peux dire au revoir aux métiers liés à la médecine. » Vu comme ça… Mais pourquoi a-t-elle abandonné les potions si ça lui fermait autant de portes ? Parce qu’elle n’était pas assez douée ? Ma sœur est douée partout donc ça me parait fortement improbable. « Les métiers liés à la médecine ne t’intéressaient pas ? C’est pour ça que tu as lâché les potions ? » C’est la seule option que je peux décemment envisager pour ma sœur, le reste est inconcevable à mes yeux. Peut-être ai-je une un peu trop haute estime d’elle mais c’est ainsi, ça a toujours été le cas, la scolaire de nous deux, c’est clairement elle. « Après… Pourquoi pas avocat ou juge au Magenmagot. Essayer d’apporter un peu de justice dans ce monde qui ne nous a jamais ménagé peux être une idée. Et toi ? Tu as déjà eu l’occasion d’y penser ? » Ah ! Enfin je retrouve ma brillante et ambitieuse sœur jumelle, ces projets lui ressemblent davantage. En plus, je la vois bien défendre la veuve et l’orphelin, surtout après ce qui nous est arrivé ces dernières années, je suis sûre qu’elle pourrait renverser un gouvernement à elle seule si elle le désirait. « Je trouve ton idée géniale. » En revanche, j’aime un peu moins qu’elle me demande ce que je veux faire, de mon côté, c’est un sujet que je me garde bien d’aborder puisque c’est un peu compliqué en ce moment mais comme c’est ma sœur qui me le demande, je ne peux que m’exécuter. « Je pensais essayer d’entrer dans une équipe de Quidditch… Ou quelque chose en rapport avec le sport, mais je ne sais pas dans l’équipe cette année, alors je vais avoir bien du mal à me faire repérer par un recruteur. » Parce que mon propre frère n’a pas jugé bon de réserver ma place au sein de l’équipe ce qui me reste en travers de la gorge, mais je masque ma déception et essaie d’adopter un ton léger face à ma sœur. Elle n’est pas dupe, je m’en doute bien, mes émotions sont perceptibles assez facilement, surtout pour elle, mais je ne veux pas la mettre au cœur d’un conflit qui nous oppose Brooklyn et moi.

« Je ne laisserai pas une telle chose se produire. » Elle a l’air décidée à s’assurer personnellement de ma réussite. Je la vois bien brandir un couteau sous la gorge d’un de mes professeurs si celui-ci décide de ne pas m’accorder la note minimum pour entrer en année supérieure. Ma sœur est formidable, j’ai vraiment de la chance de l’avoir et je ressens énormément de gratitude à cet instant précis. Je vais bosser, c’est sûr, l’appui de ma sœur ne fera pas tout, mais sans elle je sais pertinemment que je n’y arriverais jamais alors je lui en suis infiniment reconnaissante. « Oh tu sais, le reste ça va. J’ai hâte de reprendre le Quidditch, ça va beaucoup mieux avec Narcissa, je m’entends bien avec mes camarades de dortoir et pour le reste… Je n’ai pas vraiment besoin d’être beaucoup entourée. » Je souris. Je suis vraiment contente pour elle, ça me fait plaisir qu’elle s’entende avec les filles de sa maison et qu’elle ne soit pas marginalisée. Elle peut compter sur ses amis et ça c’est vraiment chouette, Serdaigle a l’air d’être une vraie bonne maison, je l’envie un peu parce qu’à Serpentard, on n’est pas super bien entouré, nous, les nés-moldus. Mais ce n’est pas bien grave, dans deux ans, je dirais au revoir à tout ça pour commencer ma vie d’adulte, et autant dire que j’ai vraiment hâte d’y être. « Elle avait quoi contre toi, Narcissa ? » Je ne sais plus si elle m’avait parlé ou non de cette querelle, je suis vraiment une sœur nase quand même, je suis sûre qu’elle n’aurait jamais oublié si je lui avais parlé de mes problèmes. Franchement, je suis loin d’assurer. « Et toi ? Contente de retrouver les filles de ton dortoir et les autres ? » Je hausse les épaules, contente n’est pas vraiment le mot que j’emploierais, ce n’est pas comme si ma vie à Poudlard était incroyablement fabuleuse et que je croulais sous une tonne d’amis, bien au contraire. J’ai des camarades, oui, c’est vrai, mais de là à dire qu’ils font partie de mes amis… Il y a un gouffre. « Ouais ça va, avec le départ de Spencer et Isidore, je me retrouve un peu toute seule, il y a Dan que j’apprécie beaucoup, mais il passe tout son temps avec Milo alors on ne se croise pas beaucoup. Quant au reste des Serpentard, on est un peu envahi par les obsédés de la pureté du sang, autant dire qu’ils ne sont pas mes plus grands fans. » C’est le moins qu’on puisse dire, j’ai plutôt intérêt à raser les murs si je ne veux pas avoir des ennuis. Ma rentrée n’est pas aussi merveilleuse qu’elle aurait pu l’être, j’en ai bien peur.

Code by Fremione.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8194-avalon-l-caldwell-we-got-those-rebel-hearts#184775https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8204-avalon-l-caldwell-just-like-fire

Arrivé(e) le : 10/11/2016
Parchemins rédigés : 246
Points : 6
Année : 6ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Edward Carter

MessageSujet: Re: La plus belle étape de la vie, c'est les retrouvailles - Avalon   Jeu 22 Nov - 16:50



La plus belle étape de la vie, c'est les retrouvailles

Sav' & Ava'



Bien que nous ne soyons jamais vraiment d’accord sur la façon de faire les choses et que nous sommes tout sauf fusionnelle, on ne peut nier le lien de jumelle qui nous uni. Et même si j’agis comme la fille je m’en foutiste qui ne supporte pas sa famille, la réalité est toute autre et je vous assure que je me fais du souci pour eux. Je ne le montre pas, c’est tout. On m’a souvent reprochée de ne pas être assez démonstratrice ou de ne pas être assez sentimentale, mais je vous assure que Savannah l’est assez pour deux et que ça m’exaspère assez. Je ne comprends pas pourquoi est-ce qu’il faudrait que je montre ce que je ressens et que je dise tous les jours aux gens que j’aime que je les aime. Une fois suffit pour leur faire comprendre, non ? Aujourd’hui, je me montre bien plus ouverte et affective avec ma sœur parce que je n’ai pas pu lui montrer tout ça depuis un bon moment. Mais ce que je lui dis, je ne m’amuserais pas à le répéter tous les jours de chaque semaine. J’estime que c’est acquis. « Bien sûr… Je sais que j’aurais dû venir te parler la première fois, mais je ne pensais pas que les choses dégénéreraient à ce point, maintenant que je suis au courant, j’agirais différemment, je te le promets. » J’hoche la tête, espérant que la sincérité actuelle de ma sœur perdurera et qu’elle n’hésitera effectivement pas à m’approcher pour se confier à moi dans le futur. Encore une fois, c’est elle la Legilimens, je ne suis malheureusement pas en mesure de deviner ses pensées et parfois, ça m’agace franchement. « J’espère. Évitons de répéter deux fois la même erreur. » Autant apprendre de ses erreurs, non ? Sinon nous n’avaçons pas dans la vie. « J’ai toujours eu confiance en toi, je crois que j’avais surtout peur de te déranger. » J’hausse les sourcils, surprise. Depuis quand est-ce que Savannah a peur de me déranger ? Plus jeune, c’était un de ses passes-temps, alors qu’est-ce qui a changé ? Je sais que je peux me montrer assez froide quand j’ai décidé que ce n’est pas le moment de me faire chier, mais je sais reconnaître un moment important. « Depuis quand est-ce que tu as peur de me déranger ? » Je demande, faisant écho à mes pensées.

Je ne me souviens plus de la dernière fois que nous avons eu une conversation sérieuse, Savannah et moi. Parlé de choses futiles, nous savons plutôt bien faire, mais aborder le futur ou les relations, ce n’est pas ce que nous faisons le plus souvent. Aussi, ça me fait un peu bizarre de lui parler de mes doutes et de mes hésitations vis-à-vis de mon futur. « Les métiers liés à la médecine ne t’intéressaient pas ? C’est pour ça que tu as lâché les potions ? » Je n’avais parlé de cette décision à personne et j’imagine que même le professeur Burgess a dû être surprise de cette initiative de ma part. J’ai toujours eu des résultats plus que convenables dans la matière et je sais pertinemment que j’aurais eu mes ASPICs sans soucis. Mais contre toute attente, j’ai décidé d’arrêter cette matière et parfois je me demande si j’ai bien fait. « Non c’est pas ça… » Je commence, avant de détourner les yeux, pas vraiment prête à avouer la véritable raison. « J’imagine que je ne voulais pas suivre la même voie que les parents... » Je finis par lâcher après un moment d’hésitation. J’ai toujours eu ce besoin de me différencier et de faire les choses différemment des autres et c’est ce qui a motivé mon choix. Juste parce que je ne veux pas être associée à ma famille pour la même chose qu’ils font. Je veux tracer ma propre voie, mon propre chemin, montrer que je suis une entité particulière et unique en quelque sorte … « Je trouve ton idée géniale. » Je souris, contente malgré tout de l’approbation de ma sœur. Pas comme si j’attendais son avis pour me lancer, parce que quand j’ai une idée en tête, je fonce même si elle n’est pas d’accord. Mais plutôt parce que ça me conforte dans le fait que je n’ai pas besoin d’aller en médecine pour réussir. « Je pensais essayer d’entrer dans une équipe de Quidditch… Ou quelque chose en rapport avec le sport, mais je ne sais pas dans l’équipe cette année, alors je vais avoir bien du mal à me faire repérer par un recruteur. » La passion pour le Quidditch est quelque chose qui nous assemble en quelque sorte, et je ne suis pas sans savoir son intérêt pour l’athlétisme avant ça. Donc cette envie de rejoindre le domaine du sport ne m’étonne pas plus que ça et me paraît même le plus logique. Par contre, cette dernière annonce me surprend énormément. « Comment ça tu n’es pas dans l’équipe ? Après tout ce que tu as fait pour elle, tu dois bien avoir une place, ne serait-ce que de conseillère, de support ou que sais-je. Tu n’étais qu’absente, ce n’est pas comme si tu avais quitté, l’équipe, n’est-ce pas ? » Il doit y avoir méprise. Je sais que Brooklyn a repris le poste de capitaine à la rentrée à cause de l’absence de Savannah, mais de là à ce qu’elle soit exclue de l’équipe ! C’est abusé ! Elle ne peut être évincée de la sorte, elle ne mérite pas ça !

« Elle avait quoi contre toi, Narcissa ? » Je soupire en repensant à ce différend qui a failli nous éloigner pour de bon l’année dernière. Les disputes entre Cissy et moi ne sont pas inhabituelles. Nous sommes toutes deux tellement têtues et tellement campées sur nos positions, que ça finit toujours par éclater. Mais cette fois-ci c’était différent. « C’est moi qui avais quelque chose contre elle. J’ai eu beaucoup de mal à lui pardonner son double jeu l’année où… Tu sais… Nous étions dans les cachots. Elle a fait croire à tout le monde qu’elle était du côté de Blackman pour nous aider, et j’ai vraiment cru qu’elle m’avait trahie. » Je n’aime pas vraiment reparler de tout ça et faire remonter ce genre de souvenirs. Même si ils font désormais partis de nous, ça reste quelque chose que nous préfèrerions tous oublier. « Mais tout va pour le mieux maintenant. Nous avons réussi à mettre les choses au clair et c’est derrière nous désormais. » En quelque sorte. Je m’enquiert alors de son cas. Après tout elle vient juste de revenir et elle me disait avoir envie de revenir. Autant que ça se passe pour le mieux. « Ouais ça va, avec le départ de Spencer et Isidore, je me retrouve un peu toute seule, il y a Dan que j’apprécie beaucoup, mais il passe tout son temps avec Milo alors on ne se croise pas beaucoup. Quant au reste des Serpentard, on est un peu envahi par les obsédés de la pureté du sang, autant dire qu’ils ne sont pas mes plus grands fans. » Je n’ai jamais eu beaucoup d’affinités avec les membres de la maison des serpents, en dehors de ma sœur et de mon frère bien évidemment. Je continue d’ailleurs de me demander ce que ma sœur fait dans cette maison. Autant Brooklyn je peux comprendre pourquoi, autant Savannah… Cela reste un mystère. « Tu tiens le coup ? » Je demande en faisant référence au départ de Spencer et plus encore d’Isidore. Même si leur relation était devenue compliquée, je sais pertinemment qu’elle l’aimait. Quant au reste de sa maison… « Ouais … Je compte sur toi pour faire attention. On n’est jamais trop prudent après tout ce qu’il s’est passé. Je n’aime pas te savoir avec eux… » Mais bon, ce n’est pas comme si on pouvait y faire quelque chose malheureusement…


Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8035-j-ai-toujours-reve-d-apprendre-a-voler-savannah-r-caldwellhttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8048-in-our-family-portrait-we-look-pretty-happy-savannah-r-caldwellhttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6353-ecrire-pour-mettre-de-l-ordre-dans-ses-obsessions-savannah-r-caldwell-sinead-p-o-riordan#164473https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8066-send-me-your-love-savannah-r-caldwell#182506https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8067-send-me-your-love-savannah-r-caldwell#182508

Arrivé(e) le : 14/11/2015
Parchemins rédigés : 1669
Points : 21
Crédit : Bazzart
Année : 6ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: La plus belle étape de la vie, c'est les retrouvailles - Avalon   Mar 27 Nov - 8:11


Avalon & Savannah

La plus belle étape de la vie, c'est les retrouvailles
Ma sœur est très sérieuse, trop sérieuse même, ses paroles s’apparentent à de grandes déclarations affectives dont je n’ai pas franchement l’habitude avec elle et qui me vont évidemment droit au cœur. Je m’en veux de lui avoir infligé une pareille inquiétude. « J’espère. Évitons de répéter deux fois la même erreur. » J’acquiesce, consciente que je ne peux pas me permettre de faire ça deux fois. Une fois, c’était déjà trop, que ce soit pour mes proches mais aussi pour moi. Maintenant que j’ai retrouvé un peu de sérénité et un quart de ma joie de vivre, j’ai bien l’intention d’aller de l’avant. Evidemment, j’ai encore du chemin à parcourir, mais je suis confiante, je suis sur une pente ascendante pour la première fois depuis un moment. « Depuis quand est-ce que tu as peur de me déranger ? » Je la regarde avec surprise alors qu’au fond, sa question est pleine de bon sens. A la maison, je passe mon temps à l’enquiquiner, à la chercher, à lui demander de m’aider, à quémander des câlins… En revanche, dès que nous sommes à Poudlard, je lui laisse un maximum d’espace. Nous avons nos propres groupes d’amis, nos propres occupations. Bien sûr, on se voit régulièrement, encore heureux, mais la distance est nettement plus marquée qu’à la maison. C’était le cas lorsque nous étions à l’école moldue alors ce n’est pas étonnant. « Hmmm… Depuis toujours ? J’ai juste parfois un peu moins de scrupule à te sortir d’un bouquin que quand c’est pour te demander de venir à mon secours. » Je crois que je ne fais pas assez attention à moi, en réalité, je veux surtout ne pas déranger, ne pas causer de soucis aux autres, ne pas être source de problèmes… Sauf que c’est en voulant me rendre invisible que j’ai explosé, il faut que je m’autorise à avoir des problèmes, au même titre que n’importe quel être humain.

« Non c’est pas ça… J’imagine que je ne voulais pas suivre la même voie que les parents... » Sa révélation me fait sourire alors qu’elle, de son côté, a l’air vaguement mal à l’aise pour une raison qui reste obscure. « Le contraire aurait été étonnant, tu t’es battue depuis toute petite pour prouver que tu étais indépendante, mais crois-moi ça crève les yeux. » Et ce n’est nullement un reproche. Je suis ultra fière de ma sœur, elle est forte, courageuse, indépendante, elle suit son propre chemin et n’a pas besoin d’emprunter celui tracé par un autre pour réussir dans la vie. C’est impressionnant, elle est impressionnante. J’espère au moins qu’elle s’en rend compte. « Comment ça tu n’es pas dans l’équipe ? Après tout ce que tu as fait pour elle, tu dois bien avoir une place, ne serait-ce que de conseillère, de support ou que sais-je. Tu n’étais qu’absente, ce n’est pas comme si tu avais quitté, l’équipe, n’est-ce pas ? » Aïe… J’aurais sans doute mieux fait de ne pas aborder le sujet. Je ne veux vraiment pas créer de problèmes entre Avalon et Brooklyn, c’est déjà assez compliqué, en temps normal, de s’entendre correctement avec mon frère, je ne veux pas en plus lui créer des problèmes supplémentaires. Toutefois, je ne peux pas vraiment mentir à ma sœur maintenant que je me suis lancée, j’aurais mieux fait de me taire. « Non, d’après ce que j’ai compris, ils ont choisi de me retirer mon titre de capitaine et quand je suis revenue l’équipe était déjà complète, j’ai eu simplement un poste de remplaçant pour le moment. » Puisque mon propre frère n’a pas jugé bon de me réserver la place même en sachant que j’allais revenir avant le début de la saison de Quidditch. Triste histoire. Je n’arrive pas à passer au-dessus de ma déception et je ne sais pas si j’y parviendrais un jour.

Les relations amoureuses comme amicales sont tellement compliquées dans le climat instauré par Blackman. Malheureusement, ma sœur a l’air d’avoir également expérimenté les dégâts causés par la terreur imposées au sein de l’école et j’en suis désolée pour elle. « C’est moi qui avais quelque chose contre elle. J’ai eu beaucoup de mal à lui pardonner son double jeu l’année où… Tu sais… Nous étions dans les cachots. Elle a fait croire à tout le monde qu’elle était du côté de Blackman pour nous aider, et j’ai vraiment cru qu’elle m’avait trahie. » Tout le monde a entendu parler du double jeu de Narcissa mais personne ne sait vraiment s’il était sincère ou non alors je peux comprendre qu’elle ait pu douter de sa loyauté envers elle et que le sentiment de trahison ait été dur à supporter. A sa place, j’aurais trouvé ça dur moi aussi de perdre subitement une amie comme ça, sans raison apparente, juste parce que d’un coup elle choisit le camp opposé. « Mais tout va pour le mieux maintenant. Nous avons réussi à mettre les choses au clair et c’est derrière nous désormais. » Je lui souris une fois de plus, le principal, c’est que tout soit arrangé. L’avantage c’est que les deux Serdaigle sont encore ensemble alors que moi, je n’aurais jamais l’opportunité d’arranger les choses avec qui que ce soit, c’est bien dommage. « C’est le principal, j’espère qu’elle ne te refera plus jamais un coup pareil, parce que même si c’était du flan, je me doute que ça a été dur…. C’est bien d’avoir des amis sur qui compter. » Double jeu ou non, Avalon n’a pas pu avoir Narcissa auprès d’elle pendant qu’elle vivait cette longue période d’enfermement alors la jolie blonde a bien de la chance que ma sœur ait eu le courage de lui accorder son pardon. J’ignore si j’aurais pu avoir la même force pour ma part. « Tu tiens le coup ? Ouais … Je compte sur toi pour faire attention. On n’est jamais trop prudent après tout ce qu’il s’est passé. Je n’aime pas te savoir avec eux… » Je hoche la tête. Oui, je tiens le coup, je ne me sens pas si seule finalement, un peu, bien sûr, mais pas autant que je l’avais imaginé. Evidemment, j’espère bien pouvoir me rapprocher d’autres élèves pour que les deux années restantes ne soient pas affreusement longues mais pour ça, il va me falloir du temps. « Oui, ça va, je crois que je préfèrerais être dans une autre maison… J’ai même hésité à écrire au directeur pour le lui demander, mais je pense que ce sera refusé alors je ne veux pas me donner en spectacle. » Je déteste la quasi-totalité des verts et argents et ils me le rendent bien alors pour être un peu mieux, j’aurais aimé quitter cette maison où cohabitent les pires personnalités du château. Je pense malheureusement que j’en demande un peu trop.

Code by Fremione.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8194-avalon-l-caldwell-we-got-those-rebel-hearts#184775https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8204-avalon-l-caldwell-just-like-fire

Arrivé(e) le : 10/11/2016
Parchemins rédigés : 246
Points : 6
Année : 6ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Edward Carter

MessageSujet: Re: La plus belle étape de la vie, c'est les retrouvailles - Avalon   Mer 12 Déc - 0:05



La plus belle étape de la vie, c'est les retrouvailles

Sav' & Ava'



Malgré son absence et les circonstances liées à celle-ci, il est assez surprenant de voir la facilité que nous avons à converser, comme si de rien ne s’était passé. Bien que les sujets que nous abordons sont on-ne-peut-plus sérieux, tout se fait naturellement et ça fait plaisir. Parce que même si nous sommes jumelles, les choses n’ont pas toujours été au beau fixe entre nous. Pendant notre enfance et une partie de notre adolescence, nous avions du mal à communiquer sans nous crêper le chignon. Toutefois, les divers évènements malsains et épouvantables que nous avons dû traverser à Poudlard nous ont définitivement rapprochées. Et quelque part, ça fait du bien. C’est comme si une part de moi était enfin en paix avec elle-même. Enfin, ce n’est pas parce qu’on s’entend bien maintenant qu’il n’y aura plus jamais de conflit ou de grabuge entre nous. Entre frère et sœur, on a toujours à un moment donné ce besoin de chercher la petite bête pour embêter l’autre. Et quand on s’appelle Caldwell, ça prend souvent des proportions démesurées. Aussi, je suis assez surprise lorsque ma moitié m’annonce qu’elle n’ose pas me déranger parce que c’est pour moi inenvisageable, surtout venant de la part de Savannah. « Hmmm… Depuis toujours ? J’ai juste parfois un peu moins de scrupule à te sortir d’un bouquin que quand c’est pour te demander de venir à mon secours. » J’en apprends tous les jours avec ma jumelle, et je ne dis pas forcément ça dans le bon sens. Je n’arrive pas à croire qu’elle ne me considère pas comme une option nécessaire quand elle a besoin d’aide. Qu’importe que je sois occupée ou non, je sais faire la différence entre des enfantillages et des problèmes de taille. « Je préfèrerai que ce soit l’inverse. » Je lâche un peu froidement avant de lever les yeux au ciel, agacée. « Je ne comprends pas ta logique. Pourquoi est-ce que tu appréhenderais de me demander de l’aide quand ça ne va pas ? Je ne t’envoie pas bouler à chaque fois quand même ? » Je demande, parfaitement sérieuse. Peut-être que c’est le moment de mettre au clair certains points. Je ne parle pas là de règlement de compte. Je dis simplement que j’ai conscience que je peux parfois me montrer très froide quand je ne veux pas qu’on me dérange, mais je reste néanmoins accessible. Enfin, je crois… Du moins, de mon point de vue.

Aborder l’avenir me met un peu mal à l’aise, parce que c’est plus compliqué que ça en a l’air. Tout le monde estime que je suis brillante et que je n’aurai aucun problème, mais j’estime personnellement que ce n’est pas comme ça que ça marche. Il y a trop de choses à prendre en considération, comme les métiers de mes parents, les intérêts de mes frères et sœurs. Ca a l’air peut être stupide, mais je mets un point d’honneur à ne pas être comme eux et à suivre mon propre chemin. « Le contraire aurait été étonnant, tu t’es battue depuis toute petite pour prouver que tu étais indépendante, mais crois-moi ça crève les yeux. » Je regarde Savannah avec étonnement et une pointe de satisfaction. Ca me fait d’autant plus plaisir du fait que ça vienne de ma jumelle. Elle est la cause de cette volonté d’indépendance. Enfin, pas forcément elle particulièrement, mais plutôt le fait que nous nous ressemblons comme deux gouttes d’eaux et que dans notre tendre jeunesse, les gens avaient tendance à nous comparer constamment, nos parents à nous vêtir de la même façon et nos camarades de classe ainsi que nos professeurs à confondre nos prénoms. Je souris à ma sœur, un peu hésitante. « Merci. » Je réponds simplement, ne sachant pas trop que rajouter à ça. Il ne sert à rien d’aborder mon insécurité à ce sujet ou de mentionner un peu plus mon manque de confiance quand au futur. Savannah semble trouver mon idée bonne, autant se contenter de ça !

Je ne cache pas mon mécontentement au sujet du Quidditch. C’est un sport qui nous relie et qui nous passionne toutes les deux. Savannah est parvenue à devenir Capitaine et je suis horrifiée que ce titre lui ait été retiré et pire encore … Qu’elle ne fasse plus partie de l’équipe ! « Non, d’après ce que j’ai compris, ils ont choisi de me retirer mon titre de capitaine et quand je suis revenue l’équipe était déjà complète, j’ai eu simplement un poste de remplaçant pour le moment. » Je fronce les sourcils, mécontente de cette nouvelle. Néanmoins, ce n’est que le début de l’année, avec un peu de chance les choses ont le temps de changer. « Au moins tu fais encore partie de l’équipe ! » Voyons les choses du bon côté ! Après le poste de Capitaine est assez convoité alors on ne peut pas en vouloir à Brook si il ne compte pas l’abandonner aussi facilement j’imagine… « Je suis sûre que les choses s’arrangeront ! »

Les évènements que nous avons subis à Poudlard a évidemment et bien malheureusement eu un impact non négligeable sur nos relations, dans le bon sens comme dans le mauvais. Nous avons dû tous en faire les frais et aujourd’hui Savannah semble s’intéresser aux quelques conséquences qu’il y a eu de mon côté. Rapidement, je ne manque pas de la rassurer. « C’est le principal, j’espère qu’elle ne te refera plus jamais un coup pareil, parce que même si c’était du flan, je me doute que ça a été dur…. C’est bien d’avoir des amis sur qui compter. » De nous deux, il est clair que je ne suis pas celle qui a le plus souffert de toutes ces conséquences. N’ayant jamais été beaucoup entourée et ayant tendance à être solitaire, je n’ai pas eu beaucoup de pertes. En revanche, c’est une toute autre histoire pour ma jumelle. « Oui … Mais les amis ça ne fait pas tout. » Les amis ça trahit aussi, mais je me retiens de le dire. Je doute que ma sœur ait besoin de ma perception amère des choses. « On n’a besoin de personne de toute façon. Tu m’as moi, je t’ai toi, c’est tout ce qui compte ! » Je lui dis avec un clin d’œil pour alléger l’atmosphère. Après tout, ressasser les amours perdus n’est jamais une vraiment bonne idée. En revanche, son entourage proche et les membres de sa maison m’inquiète un peu. Bien que le climat actuel se soit allégé, on n’est jamais à l’abri comme me le rappelle ma sœur. Surtout dans une maison telle que celle des Serpentards où certain ont un problème avec la pureté du sang. « Oui, ça va, je crois que je préfèrerais être dans une autre maison… J’ai même hésité à écrire au directeur pour le lui demander, mais je pense que ce sera refusé alors je ne veux pas me donner en spectacle. » J’hoche la tête. Je ne pense pas effectivement que ce soit une bonne idée et je ne pense pas non plus qu’il accepte. Ce serait assez… Inédit. Malgré tous les troubles qu’il y a eu jadis, jamais personne n’a été transféré de maison de mémoire de sorcier. « Ce serait du jamais vu et je doute que ce soit accepté effectivement. Je n’ai jamais vraiment compris pourquoi tu étais chez les Serpentards mais bon … Si besoin… On peut essayer de t'infiltrer chez les aiglons de temps en temps ! Ils n’y verront que du feu, on se ressemble trop ! » Je lâche malicieusement, mi-sérieuse, mi-taquine. Ca me rappelle l’époque en primaire quand on faisait tourner nos maîtresses en bourriques parce qu’elles étaient incapables de nous différencier. Ce serait assez amusant à tenter en vrai à Poudlard !

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8035-j-ai-toujours-reve-d-apprendre-a-voler-savannah-r-caldwellhttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8048-in-our-family-portrait-we-look-pretty-happy-savannah-r-caldwellhttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6353-ecrire-pour-mettre-de-l-ordre-dans-ses-obsessions-savannah-r-caldwell-sinead-p-o-riordan#164473https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8066-send-me-your-love-savannah-r-caldwell#182506https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8067-send-me-your-love-savannah-r-caldwell#182508

Arrivé(e) le : 14/11/2015
Parchemins rédigés : 1669
Points : 21
Crédit : Bazzart
Année : 6ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: La plus belle étape de la vie, c'est les retrouvailles - Avalon   Hier à 18:21


Avalon & Savannah

La plus belle étape de la vie, c'est les retrouvailles
A ce moment précis, je trouve ma sœur absolument fabuleuse, elle est prête à changer complètement d’attitude pour que je sois bien alors qu’elle devrait au contraire m’en vouloir de l’avoir si lâchement abandonnée et ce, sans la prévenir. Bon, sur ce dernier point, j’ai l’impression qu’une petite rancœur persiste malgré tout, mais ça aurait pu être bien pire que ça. Et puis, à dire vrai, je comprends qu’elle soit un peu vexée de ne pas avoir été ma confidente dans ces moments difficiles. Après tout, différentes ou non, nous sommes des sœurs jumelles, et nous avions pour habitude de tout partager… Sauf que cette fois, je suis restée silencieuse et je n’aurais évidemment pas dû, ça ne m’a pas apporté de bonnes choses, loin de là. Je n’aime pas inquiéter les gens, je n’ai jamais eu aucun mal à m’imposer et à prendre parfois un peu trop de place dans leur vie, mais ce n’était jamais pour m’apitoyer sur mon sort et quand j’ai eu besoin d’aide, je me suis juste renfermée dans ma coquille parce que c’était certainement la meilleure chose que je pouvais faire à ce moment-là. Enfin, non, pas la meilleure, mais je le pensais sur le coup et c’est ce qui m’a induit en erreur. « Je préfèrerai que ce soit l’inverse. » Je suis parfaitement d’accord avec elle, j’ai été nulle, je le sais et je n’ai malheureusement aucune excuse à donner. « Ça aurait dû être l’inverse. » Je confirme, en hochant la tête. Je sais pertinemment que j’aurais dû aller chercher son aide quand j’en avais besoin. Je suis forte pour l’enquiquiner pour des choses sans importances, alors pourquoi n’ai-je pas réussi à me tourner vers elle quand ça l’est devenu ? C’est quand même sacrément ridicule et j’avoue que j’aurais sûrement dû me poser la question avant qu’elle me le fasse remarquer. « Je ne comprends pas ta logique. Pourquoi est-ce que tu appréhenderais de me demander de l’aide quand ça ne va pas ? Je ne t’envoie pas bouler à chaque fois quand même ? » La pauvre… Maintenant elle s’inquiète de s’être mal comportée avec moi… Mais je suis vraiment la pire sœur du monde. Certes, elle ne m’a pas constamment ouvert les bras mais en même temps j’avais l’habitude de la faire chier pour des broutilles. Si je l’enquiquinais pour des choses importantes, je suis sûre qu’elle ne m’aurait jamais envoyé sur les roses. « Mais non voyons, je pense qu’appeler à l’aide demander de reconnaitre qu’on sait que ça ne va pas et je ne voulais pas le voir… Je voulais être celle qui vous porterais si vous flanchiez, pas celle qu’il faudrait porter. » Je me suis toujours considérée comme une seconde maman pour mes frères et sœurs et en général ce n’est pas la maman qui doit flancher. Sauf que je reconnais qu’en voulant trop penser aux autres, alors qu’ils ne me l’avaient même pas demandé, j’ai fini par m’oublier moi-même et ne pas reconnaitre les signes me disant que tout cela était trop pour moi et que j’allais craquer.

« Au moins tu fais encore partie de l’équipe ! » Je hoche la tête, incapable de répondre davantage à l’enthousiasme dont elle essaie de faire preuve. Je ne veux pas en rajouter car je ne veux pas l’obliger à choisir un camp entre Brooklyn et moi et lui en vouloir si elle ne prend pas mon parti. Mieux vaut lui permettre de rester aussi neutre que possible. « Oui, heureusement. » Je ne pense pas qu’être remplaçante soit une chance, loin de là, j’ai surtout l’impression d’avoir été salement rétrogradée et ça ne me plait pas du tout, ma fierté en a pris un coup et mes rêves d’avenir encore plus. Mais bon, c’est la vie, j’ai laissé la place vacante en flanchant comme je l’ai fait, j’aurais juste aimé que mon propre frère n’agisse pas comme le pire des rapaces mais c’était sans doute un peu trop demander. « Je suis sûre que les choses s’arrangeront ! » Moi, j’en suis beaucoup moins persuadée vu que le dialogue semble être complètement rompu entre nous, mais pourquoi pas, peut-être est-il encore capable de me surprendre. Après tout, je pensais que tout allait bien entre nous et finalement non, alors je ne suis pas à l’abri d’une erreur supplémentaire. « Bien sûr, ce n’est qu’une question de temps. » Je n’y crois absolument pas et ça doit se lire sur mon visage mais je ne veux vraiment pas en rajouter. De toute façon, à quoi ça servirait ? Elle ne peut pas m’aider, personne ne le peut d’ailleurs, et si je vais parler à Brooklyn, nous allons encore plus nous embrouiller que d’habitude ce qui ne me parait pas franchement judicieux. Me taire semble être la meilleure option et c’est celle que j’ai choisi. « Oui … Mais les amis ça ne fait pas tout. » Clairement pas. Spencer. Elliot. Isidore. Ils m’ont tous plus ou moins abandonnée même si leurs raisons n’étaient pas mauvaises, loin de là. Je ne vais pas leur courir après, ce serait bête de ma part, ils savent que je suis toujours à l’école alors s’ils voulaient prendre de mes nouvelles, rien ne les empêche de le faire. Alors il faut que j’essaie d’aller de l’avant. « On n’a besoin de personne de toute façon. Tu m’as moi, je t’ai toi, c’est tout ce qui compte ! » Mon regard s’illumine brusquement. C’est bien la première fois que ma sœur semble dire que je suis indispensable à son existence et ça me fait un bien fou. J’ai l’impression de réellement compter à cet instant précis et j’en avais plus que besoin. « Tout à fait, il n’y a que toi qui compte. » Et ma famille en règle générale, mais ça me fait tellement plaisir de me sentir un peu spéciale pour une fois, aux yeux d’Avalon, que j’en oublie complètement tout le reste. J’ai trop souvent été en quête de reconnaissance venant de ma propre sœur et l’obtenir parce que je suis tombée malade ne devrait être en aucun cas une fierté pour moi, mais peu importe, je savoure ce moment. « Ce serait du jamais vu et je doute que ce soit accepté effectivement. Je n’ai jamais vraiment compris pourquoi tu étais chez les Serpentards mais bon … Si besoin… On peut essayer de t'infiltrer chez les aiglons de temps en temps ! Ils n’y verront que du feu, on se ressemble trop ! » Ce serait génial mais je ne suis pas convaincue que je puisse longtemps faire illusion, il faudrait que j’agisse comme ma sœur et ce serait particulièrement difficile. « Je pense qu’on aurait besoin d’un peu d’entrainement si on veut échanger nos places, on est un peu différentes quand même. » Mais qu’est-ce que ce serait drôle ! « On devrait peut-être manger, non ? » On est bien, plantées là comme deux cruches, mais j’ai faim et demain commence ma premier journée de cours donc il va falloir que j’aille reprendre possession de mon dortoir sans plus tarder.

Code by Fremione.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: La plus belle étape de la vie, c'est les retrouvailles - Avalon   

Revenir en haut Aller en bas
 
La plus belle étape de la vie, c'est les retrouvailles - Avalon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard, 19 ans après. :: Poudlard :: 
Le Rez-de-Chaussée
 :: La Grande Salle
-
Sauter vers: