AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les hostilités ont parfois leurs limites ♔ feat. Hilary

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

CE QU'IL FAUT SAVOIR
https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7670-jayden-sonny-rosenbach-underco-80?nid=2#171608https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7672-jayden-life-is-not-a-video-gamehttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7673-jayden-le-courrier-c-est-un-coup-de-telephone-qui-part-a-piedhttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8259-jayden-pour-les-petits-mots-ou-les-urgences

Arrivé(e) le : 23/03/2017
Parchemins rédigés : 387
Points : 28
Crédit : google
Année : 3ème année — 14 ans (redoublement)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Candice R. Tiedoll

MessageSujet: Les hostilités ont parfois leurs limites ♔ feat. Hilary   Mer 3 Oct - 23:17


Issue inopinée

Jayden & Hilbilly

Le mois d'octobre signait son arrivée par des petites rafales de vent dont les élèves n'avaient plus été habitués depuis de longs mois. L'été s'était bel et bien éloigné, disparaissant en emportant sa chaleur et sa lumière pour un climat plus lourd, nuageux et propice à la pluie. Aujourd'hui, trempés jusqu'à la moelle, les troisième année rentraient de leur cours de botanique en portant leur sac de cours au-dessus de leur tête en guise de parapluie improvisé. Malheureusement, cela ne leur suffisait pas à vaincre la force du temps et ils couraient tous en direction du château en veillant à passer sous les arcades qui décoraient le parc. Leurs pas synchronisés contre les dalles de pierre mouillées éclaboussaient le bas de leurs robes de sorciers et lorsqu’ils posèrent pied sur le seuil de l’entrée, ils observèrent avec agacement l’état dans lequel ils étaient et c’était sans oublier la vieille odeur de pluie qui n’était pas toujours des plus agréables.

« C’est toi qui sens le chien mouillé comme ça ? Vraiment dégueu, Rosenbach ! » S’exclama une voix criarde qui était bien familière.

Jayden pivota la tête jusqu’à tomber sur la tête décoiffée et humide de Jade dont les mèches dissimulaient presque ses petits yeux plein de malice. Elle n’en manquait jamais une pour tenter de l’irriter et bien plus encore depuis qu’elle avait lâché la grappe à Sage puisqu’il ne semblait plus lui donner de l’intérêt. Mais malgré son harcèlement incessant, Jayden en avait pris l’habitude depuis belles lurettes et ce type d’attaques ne l’atteignait encore moins qu’avant. Après tout, qu’y avait-il de pire que de passer toute une soirée avec Jade pour effectuer une retenue aux conditions dignes d’un entraînement militaire ?

« Fais pas semblant, on sait que c’est toi. T’as baigné dans une porcherie depuis ta naissance. » Répondit-il en étirant un sourire mauvais.

Jade ne se laissa pas démonter pour autant et elle bouscula trois élèves de Serdaigle pour mieux se hisser jusqu’à la hauteur de son ennemi. Elle le jaugea dédaigneusement du regard de la même façon qu’il ne le faisait.

« Et toi, on en parle de tes origines ? Les fosses à limaces, ça te connait bien. On a bien vu comment tu les gobais amoureusement, l’an dernier ! »

Elle laissa échapper un rire forcé que Jayden ne laissa pas passer. L’expérience humiliante des limaces lui était resté en travers de la gorge et même s’il tentait de l’oublier tant bien que mal, cette abominable Poufsouffle trouvait souvent l’occasion de la lui rappeler. En général, il se contentait de l’ignorer ou bien de trouver une autre manière de contre-attaquer mais aujourd’hui, pas franchement de bonne humeur à cause de la pluie et du cours soporifique de botanique, il se laissa porter par des envies profondes de lui vouloir du mal. Il n’en laissa rien transparaître mis à part une brève lueur malveillante mais il s’imaginait déjà saisir la lance de l’une des armures de l’école pour la lui expédier en pleine bouche.

« Fais gaffe à toi, Shepherd. La prochaine fois, ce ne sera pas qu’une simple chaise qui te défigurera et même Mr Lennox ne pourra jamais en réparer les dégâts. »

La tension augmentait et chacun ressentait peu à peu les émotions enflammées de l’autre même si les autres autour d’eux ne le percevaient pas. A force de se côtoyer dans ces termes, ils avaient tous les deux vite appris à se connaître et ils connaissaient leurs limites.

« Ouais, ouais, c’est ce qu’on verra quand tu seras viré de l’école pour psychopathie démentielle. »

Jayden émit à son tour un léger rire forcé, sans se défaire de son expression.

« Je finirai pas comme ton frère, je te rassure. »

Les choses auraient dû aller plus loin et dans un contexte qui s'y prêterait, tous les deux auraient pu terminer le conflit au sol en se servant de leurs poings – sur une initiative signée Jade – mais ils furent interrompus par l'arrivée du concierge qui avait plus ou moins entendu leur conversation. Timothy Hash était un homme particulier qui suscitait l'amusement chez certains, la curiosité chez d'autres et l'incompréhension la plus totale chez les moins tolérants. Jayden ne lui avait évidemment jamais causé de tort mais il n'éprouvait pas pour autant beaucoup d'estime pour ce qu'il était en tant que concierge. Gentiment, l'homme les invita tous à ne plus faire de spectacle et à se rendre en cours. Personne ne répondit et après un dernier défi du regard entre Jayden et Jade, les deux s'éloignèrent l'un de l'autre et ils prirent tous le chemin vers les étages supérieurs.

En compagnie de Maxine, Jayden put oublier cette mauvaise altercation en parlant du cours d'histoire de la magie qu'ils étaient sur le point de rejoindre. Néanmoins, un bruit étrange attira l’attention du Serpentard qui tendit l’oreille en direction du couloir du second étage. Sa meilleure amie l’observa d’un air curieux, n’ayant visiblement pas remarqué le petit tapage.

« Attends, je vais juste vérifier. » Dit-il avant de s’engouffrer dans le corridor.

by FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8899-hilary-fitzpatrick-priesthttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8911-hilary-un-capitaine-a-besoin-d-un-equipage-et-d-ennemis#197603https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8912-hilary-si-on-imaginait#197606https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8913-une-lettre-pour-hilary#197607https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8914-un-envoi-express-pour-hilary#197608

Arrivé(e) le : 03/12/2017
Parchemins rédigés : 198
Points : 8
Crédit : by me • Nastya Kusakina
Année : 2ème année - 13 ans

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Felicia A. Williams

MessageSujet: Re: Les hostilités ont parfois leurs limites ♔ feat. Hilary   Ven 12 Oct - 10:30

les hostilités ont parfois leurs limites

L’air devenait de plus en plus froid à mesure que les jours avançaient inexorablement vers la fin de l’année. Hilary adorait sortir très tôt le matin, avant l’aurore même, pour ressentir la fraîche brise sur sa peau. Ça lui rappelait la mer. Sa mer. Celle qu’elle pouvait voir de sa fenêtre de chambre. Chambre d’où elle pouvait entendre les mouettes piailler dès qu’elles passaient pas loin. Et même si les journées restaient encore chaudes, surtout vers l’après-midi, elle ne désespérait pas de voir un hiver plus froid que celui de l’année dernière. Elle avait besoin de fraîcheur. Parfois, la petite tête blonde pensait même à se jeter dans le lac de bon matin pour réveiller tout son corps engourdi et bien ressentir les basses températures. Si elle passait la tête sous l’eau et qu’elle fermait les yeux très fort, peut-être que son esprit arriverait à imaginer Whitby assez clairement pour qu’elle s’y croit vraiment. Ça valait le coup d’essayer, de toute façon, même si elle voyait la désillusion en face en ressortant de l’eau, elle serait tellement trempée et gelée qu’elle n’aurait pas la force de pleurer. Et puis, après, elle verrait Eliana et ça irait mieux. Ça finissait toujours par aller un peu mieux, ces temps-ci. Peut-être qu’après avoir passé deux ans loin de sa maison, on finissait par s’y habituer et le mal du pays partait tout doucement hiberner quelque part au fond du coeur. C’était comme la peur, au final, même si on avait du mal à y croire. Enfin ! Le jour où Hilly se jeterait dans le lac n’était pas encore arrivé, mais cela ne saurait tarder. En novembre, probablement. Avant qu’il ne gèle, mais après que les températures aient vraiment baissé.

Pour le moment, le petit lion était surtout en train de se dire qu’elle aurait aimé être l’une de ces nombreuses gouttes de pluie qu’elle entendait tomber à l’extérieur, plutôt que de se trouver en cours de Défense Contre les Forces du Mal. Elle faisait un énorme blocage sur ce cours à cause du prof. Il était au-delà de sa logique ! Ce n’était pas de sa faute… Il avait tout d’un vrai pirate, vraiment, mais il n’agissait pas trop comme tel, et il n’avait pas de tatouage au niveau de l’avant-bras, et il était pas assez sévère ni rien… Rien que d’y penser, le cerveau de la jeune Priest faisait plein de noeuds. Et puis la théorie, quel ennui ! Soit ils voyaient quelque chose qui semblait sortir tout droit d’un livre d’histoire pour enfant, soit c’était un truc trop bizarre-effrayant-moche pour elle pour penser que cela puisse vraiment exister. Honnêtement, elle n’étudierait pas à Poudlard, elle se le demanderait vraiment. Autant dire qu’il n’y avait que la pratique qu’elle gérait un minimum. Alors, quand le cours se termina, la rouge & or fut l’une des premières sorties. Il ne fallait pas la prier deux fois pour ça ! Et puis, au bout de deux heures, retrouver l’air frais des couloirs, ça avait du bon.

Elle avait dit à sa meilleure amie qu’elle allait passer un peu de temps dans la Salle Commune avant de redescendre pour aller manger. Fallait remonter les étages pour les redescendre après, mais ça, franchement, c’était pas grand chose. Valait mieux ça que… qu’une attaque d’aliens venant tous les kidnapper pour les emmener Dieu savait où. Qu’est-ce qu’elle ne savait franchement ? Aux dernières nouvelles, c’était les professeurs, les aliens ! À toujours changer en cours d’année et tout. Ça cachait une organisation secrète ou quelque chose dans le genre, tout ça. Et pas du genre secret comme la nouvelle maison du concierge. Oh, d’ailleurs ! Elle devait répondre à la lettre de Sleibhin à ce sujet. Hilly avait tant de choses à lui dire, à Slev’, mais dès qu’elle se retrouvait devant elle, c’était le blanc. Sûrement parce que Slev’ savait mieux raconter les histoires qu’elle… Hilly grimpait les marches en réfléchissant à sa réponse sans savoir qu’elle oublierait tout dans la minute, si ce n’était pas dans la seconde. Dans le couloir, il y avait les habituelles armures qu’on retrouvait un peu partout, et puis des fenêtres. Il pleuvait toujours autant que tout à l’heure… Voir la pluie tomber était fascinant. Hilary eut le regard perdu sur l’extérieur avant de le faire revenir sur l’une des armures. Elle était là, impénétrable. Stoïque. L’arme devant soi. « Me regarde pas comme ça… » dit-elle. La Gryffondor se sentait jugée, tout d’un coup. Pour elle ne savait quelle raison, d’ailleurs. « C’parce que j’ai pas encore prié aujourd’hui, hein ? Ouais, c’est ça, j’le sais… » C’était vrai, qu’elle n’avait pas prié ce matin. Mais elle le ferait ce soir, sans faute ! C’était pas la peine de la regarder comme ça ! Bon sang. La politesse, vraiment, ça se perdait. Par contre, la maturité, ça, ça restait. Allez savoir pourquoi ! Le monde était vraiment bizarre, mais Dieu était trop occupé pour y faire quoi que ce soit. C’était ce qu’elle se disait, en ce moment. Qu’Il était trop occupé. Toujours. Du coup, fallait s’occuper soi-même.

Plus elle regardait l’armure, plus elle avait l’impression qu’un véritable regard était fixée sur elle. C’était vraiment déstabilisant. Le fait de penser ça, pas le regard de l’armure, hein. L’école de magie était en train de la rendre folle. Qu’est-ce qu’une armure lui voudrait ? Ce n’était Hilly qu’elle regardait, mais le vide, probablement. Pendant des heures durant, d’ailleurs. Peut-être… Oh oh oh. Peut-être qu’elle pourrait tenter de l’essayer ? Pour lui donner une nouvelle vie ? Elle avait quoi… deux-trois heures devant elle ? Oh oui. Elle allait faire ça tiens ! Et puis, ce n’était pas interdit dans le règlement. Et puis, même si ça l’était, qui s’en préoccuperait ? Hilary regarde derrière elle, puis devant. Personne à l’horizon. Le petit sourire de la bêtise s’affichait sur son visage. Elle posa ses affaires sur le renfoncement d’une fenêtre, jeta un dernier coup d’oeil dans les alentours et commença à enlever l’épée, puis à démanteler l’armure pièce par pièce. Le casque, les gantelets, le plastron, les jambières et puis les solerets et… pfiou. « C’est qu’c’est lourd… » Mais bon ! Il faut ce qu’il faut quoi. Elle mit ses pieds dans les solerets qui étaient beaucoup trop grands pour elle, puis elle enfila les gantelets et le casque. La petite tête blonde aurait bien le reste, mais l’attirail n’était pas du tout à sa taille ! Et puis, c’était encore plus lourd que les robes qu’ils avaient à porter en France pour le bal. Elle se contenta de ça avant d’essayer de faire un premier pas en avant. La Gryffondor s’attendait à quelque chose de lourd et, effectivement, c’était lourd, mais elle parvint à soulever son pied droit vers l’avant. Par contre, son pied gauche, défaite totale. Elle vacilla, trébucha contre le plastron et les jambières laissés à terre dans un fracas et tomba lourdement au sol. Le casque avait tourné et elle ne parvenait plus à l’enlever tellement elle paniquait. C’était drôle ! Mais pas trop non plus… « Humpf… » lâcha-t-elle. « Est-ce qu’il y a quelqu’un… ? » Elle était belle, étalée sur le sol, plaquée à terre par le poids de l’armure, toute coincée qu’elle était. Enfin, au moins elle pourrait dire qu’elle avait été chevalière pendant une petite seconde.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7670-jayden-sonny-rosenbach-underco-80?nid=2#171608https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7672-jayden-life-is-not-a-video-gamehttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7673-jayden-le-courrier-c-est-un-coup-de-telephone-qui-part-a-piedhttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8259-jayden-pour-les-petits-mots-ou-les-urgences

Arrivé(e) le : 23/03/2017
Parchemins rédigés : 387
Points : 28
Crédit : google
Année : 3ème année — 14 ans (redoublement)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Candice R. Tiedoll

MessageSujet: Re: Les hostilités ont parfois leurs limites ♔ feat. Hilary   Sam 1 Déc - 2:12


Issue inopinée

Jayden & Hilbilly

Les bruits étaient monnaie courante à Poudlard, lieu qui accueillait des centaines d’élèves, des fantômes, des elfes et même des animaux. On entendait même les cris de Mimi Geignarde raisonner depuis les toilettes des filles du second étage voire même les tableaux ronfler la nuit lorsque l’on avait suffisamment le courage d’arpenter les couloirs après le couvre-feu. En revanche, des bruits métalliques, cela changeait de d’habitude et si Jayden aurait pu simplement les ignorer, cette fois-ci, la curiosité était assez forte. On aurait dit le bruit d’une armure qui tombait comme si deux personnes s’étaient, par exemple, battues à côté de l’une d’entre elles. Il ne pensait pas risquer quelque chose en jetant un simple coup d’œil et dans le cas où il s’agissait bel et bien d’une banale dispute, il n’aurait qu’à retrouver Maxine en secouant la tête pour lui signifier que ce n’était pas important. Toutefois, lorsqu'il s'avança en plein milieu du couloir, il remarqua rapidement la présence de parties qui étaient, à l'accoutumée, accrochées à l'une des armures. Effectivement, il avait vu juste en identifiant ce bruit tout à l'heure. Il observa les jambières qui avaient roulé jusqu'à buter un pied de table avant de relever la tête vers une espèce de… une armure humaine ? Perplexe, il fronça des sourcils et détailla le corps étendu sur le sol qui était vivant mais qui galérait à se relever. Qu'est-ce que c'était que ça ? Le casque sur la tête, les gantelets et la cote de maille équipés, il lui était impossible d'identifier la personne qui portait cet équipement. Prudent, il garda ses distances, s'attendant à une mauvaise plaisanterie prête à lui sauter dessus d'une seconde à l'autre mais force fut de constater que la maladresse de la "personne" ne lui ferait aucun mal. Ce qui lui permit de comprendre qu'il s'agissait d'une fille était la longue chevelure blonde qui dépassait du casque.

« Est-ce qu’il y a quelqu’un… ? »

Cette voix lui était familière. Bien trop familière. Si elle n'avait pas parlé, Jayden n'aurait probablement pas réagi plus que cela. Se mêler des affaires des personnes qu'il ne connaissait pas, ce n'était pas dans son genre à moins qu'il ait quelque chose à y gagner ou à y voler.

« Hilbilly ? » Fit-il, dubitatif.

Il fit quelques pas en avant en la dévisageant à nouveau. Décidément, il ne comprenait pas ce qu'elle faisait ici et dans ces conditions alors qu'elle devait sûrement être en classe ou ailleurs au lieu de se pavaner bêtement dans de la ferraille.

« Qu'est-ce que tu fabriques ici ? Pourquoi tu es dans cette armure ? Et pourquoi ton casque est à l'envers ? Je me doute bien que ta mémoire est aussi grande que l'intelligence de Shepherd mais t'es pas censée avoir cours ? J'ai vu tes camarades, en remontant, qui se dirigeaient vers le premier étage. »

La situation était si cocasse qu'il ne put s'empêcher de lâcher un ricanement. Franchement, elle le cherchait. Il n'avait même pas pensé à l'embêter de la journée mais voilà que ses décisions loufoques la menaient à se rendre ridicule devant le plus mesquin de ses rivaux. Evidemment qu'il n'allait pas manquer l'occasion de s'en moquer. Elle lui rappelait doucement Madison et ses mimiques parfois étranges et aussi ses idées folles qu'il ne comprenait pas toujours. Elles avaient les mêmes cheveux, en plus… Se secouant la tête à cette pensée, il décida de s'en débarrasser pour mieux se concentrer sur la pitrerie qui lui faisait face. Entre Hilary et Madison, il était bien plus en position de parler à la première sans se heurter à ses mauvais ressentis.

« T'es vraiment un cas, toi. »

by FRIMELDA


Dernière édition par Jayden S. Rosenbach le Sam 8 Déc - 23:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8899-hilary-fitzpatrick-priesthttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8911-hilary-un-capitaine-a-besoin-d-un-equipage-et-d-ennemis#197603https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8912-hilary-si-on-imaginait#197606https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8913-une-lettre-pour-hilary#197607https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8914-un-envoi-express-pour-hilary#197608

Arrivé(e) le : 03/12/2017
Parchemins rédigés : 198
Points : 8
Crédit : by me • Nastya Kusakina
Année : 2ème année - 13 ans

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Felicia A. Williams

MessageSujet: Re: Les hostilités ont parfois leurs limites ♔ feat. Hilary   Sam 1 Déc - 22:14

les hostilités ont parfois leurs limites

C’était la première fois qu’elle sentait l’odeur du métal d’aussi près. L’odeur était particulière, et bien qu’au début elle la tolérait, cela commençait à devenir irrespirable. En fait, Hilary allait surtout finir par ne plus pouvoir respirer du tout si personne ne venait l’aider. Respirer l’arrière d’un casque, généralement, c’était pas le meilleur moyen d’avoir de l’air. Si seulement elle arrivait… ne serait-ce qu’à le remettre dans le bon sens… elle pourrait profiter du bon air frais du couleur ! Mais, non, impossible. Elle n’y arrivait pas. Et ça commençait à l’angoisser sévère. C’était comme se retrouver enfermer dans sa propre tête. Pire sensation du monde. Sa claustrophobie n’était pas loin de venir toquer à la porte si elle ne revoyait pas la lumière du jour bientôt ! C’était encore pire que les cachots. C’était pire que les salles de classe. C’était pire que tout. Oooooh, quelle idée elle avait eu encore ! Enfin, de base, ce n’était pas censé se passer comme ça. Ce n’était pas de sa faute. Elle était juste ô combien malchanceuse. Surtout depuis son arrivée à Poudlard. Elle n’aurait jamais dû venir dans cette école en fait. Ça lui coûterait la vie un jour. Elle voyait déjà la une de la gazette de l’école. Hilary Priest, retrouvée morte étouffée dans une armure. Y avait pas mieux comme mort franchement ? Est-ce que le Seigneur tenait vraiment à l’avoir près de Lui si tôt ? Si seulement quelqu’un se décidait à passer par là, quitte à mourir de honte, elle pourrait au moins…

Mais… Attendez ! Oui ! C’était bien des bruits de pas qu’elle entendait. La tête blonde tenta d’agiter les bras pour montrer qu’elle était toujours en vie et qu’elle avait besoin d’aide - pour se relever, mais surtout pour enlever le casque de sa tête ! La personne s’arrêta pas loin d’elle. Elle entendit même la voix demander : « Hilbilly ? » Ce devait être un garçon. « Non, moi c’est Hila… » Elle s’arrêta net. On ne pouvait pas le voir, mais Hilly fronça les sourcils. Il n’y avait qu’une personne pour l’appeler comme ça. Et cette personne, c’était la personne qu’elle voulait le moins voir depuis deux-trois mois. Et, comme de par hasard, c’était sur lui qu’elle tombait alors qu’elle était vulnérable ! Est-ce que le ciel ne cesserait donc jamais de la tourmenter ? Quand il recommença à parler, elle en fut certaine à cause de la voix. C’était bien Jayden. Et déjà, la rouge & or sentait des larmes lui venir au coin des yeux. Elle n’avait vraiment pas voulu tomber sur lui. Si le poids des gantelets n’était pas si important, elle aurait croisé les bras, seule façon qu’elle avait de se protéger de ses invectives pour le moment. « Qu’est-ce que ça peut te faire ? » « Je t’en pose moi des questions ? » « Et toi, t’as pas cours non plus peut-être ? » « Ouais, ben, mes camarades ils vont où ils veulent, moi j’ai pas cours. » Elle répondait au tac au tac, même s’il devait bien s’en moquer.

Qu’est-ce que ça pouvait bien lui faire qu’elle se retrouve là, un casque à l’envers sur la tête ? Elle n’avait pas cours avant un moment. Elle faisait ce qu’elle voulait. En plus, il insultait Jade par la même occasion. Si elle le pouvait, la jeune fille l’aurait mis lui dans l’armure, ça lui apprendrait ! Et il se moquait d’elle ! Hilly l’entendait rire même si les sons étaient un peu étouffés. Elle l’entendit même dire quelque chose à propos d’elle, et même s’il n’y avait aucun gros mot, elle savait que ce n’était pas gentil. La deuxième année voulait lui tirer la langue mais… Beurk. Le métal, ça n’avait pas vraiment bon goût. Ça lui rappelait qu’elle était toujours coincée. Et qu’il n’avait pas l’air de vouloir l’aider. Pas grave. Elle n’avait pas envie d’être aidée par lui. Mais… En même temps, c’était le seul qui l’avait trouvée. Et peut-être que personne ne passerait avant un moment… Oh, comment allait-elle faire ? Se résoudre à demander de l’aide à Jayden ? Non ! Oui ? Oh… Vraiment ? Elle avait pas le choix. Hilary retenta une dernière de soulever le casque de sa tête, mais ce fut un échec. Là, elle commençait vraiment à pleurer. Elle se sentait pas bien dans ce casque, et elle sentait Jayden qui la regardait. C’était pas agréable du tout… « Tu… Tu voudrais pas m’aider à enlever ce truc ? » demanda-t-elle, pleine de désespoir. « Au lieu de te moquer… », rajouta-t-elle plus bas. Si le casque ne la rendait pas si mal à l’aise, elle ne lui aurait rien demandé. Parce qu’elle ne voulait surtout pas le voir. Elle fermerait les yeux quand le casque partirait de sa tête. S’il l’aidait, bien sûr…

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7670-jayden-sonny-rosenbach-underco-80?nid=2#171608https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7672-jayden-life-is-not-a-video-gamehttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7673-jayden-le-courrier-c-est-un-coup-de-telephone-qui-part-a-piedhttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8259-jayden-pour-les-petits-mots-ou-les-urgences

Arrivé(e) le : 23/03/2017
Parchemins rédigés : 387
Points : 28
Crédit : google
Année : 3ème année — 14 ans (redoublement)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Candice R. Tiedoll

MessageSujet: Re: Les hostilités ont parfois leurs limites ♔ feat. Hilary   Dim 9 Déc - 2:06


Issue inopinée

Jayden & Hilbilly

Hilary mit quelques secondes à se rendre compte de l’identité de la personne qui venait de la trouver dans cet état. Bien rapidement, elle avait haussé le ton, se montrant agacée par les questions de Jayden. Vexée, elle ne prit pas la peine de lui répondre, l’agressant à son tour en lui demande si lui-aussi n’avait pas cours. Il ne le prit évidemment pas mal, bien habitué à entendre cette fille se plaindre de lui et de ses railleries. Il adorait la charrier, l’embêter, s’en moquer et la voir furibonde. Cela n’avait rien de très méchant pour lui, c’était juste amusant. C’était parti d’une mauvaise période, peu après que Blackman n’ait été chassé de Poudlard. Sombrant dans la déprime et le traumatisme de ses multiples tortures, Jayden s’était isolé de ses amis, croyant trouver en la solitude la solution à ses problèmes, de quoi pouvoir s’échapper un temps pour ne plus y penser. Si, de base, dans les cachots, il s’était plutôt bien entendu avec Hilary, leur relation en avait pâti depuis le jour où il s’était montré méchant avec elle quand elle avait voulu le saluer dans le Poudlard Express. Elle n’avait pas compris ce changement drastique de comportement de sa part et si, aujourd’hui, Jayden le regrettait, il refoulait ce sentiment en le transformant en sarcasme à son égard. Mais d’un autre côté, il n’aimait pas l’idée de voir quelqu’un d’autre s’en prendre à elle et si cela devait arriver, il prendrait sûrement son parti comme une tentative inconsciente de vouloir se faire pardonner. C’était extrêmement rare qu’il fasse preuve de culpabilité puisque d’habitude, il n’en ressentait aucune. Mais pour Madison et Hilary, les choses étaient différentes bien qu’il en soit bien plus conscient en ce qui concernait la jolie Leynd.

« Toujours aussi mordante, Hilbilly. Dommage que t’aies des canines de louveteau, dit-il, toujours sarcastique. Sinon, j’ai bien cours mais ton tapage a attiré mon attention ici. Et je pense que j’ai bien fait de venir vu le spectacle que tu m’offres. »

C’était drôle et en même temps, la situation ne l’étonnait plus vraiment de sa part. Hilary avait toujours été une fille particulière, du genre à sortir des phrases loufoques ou à se comporter d’une façon inhabituelle par rapport à ses camarades. Tout était une question de mimiques mais c’était certainement sa maladresse et sa naïveté qui en ressortaient le plus. Parfois, Jayden se demandait si elle avait vraiment plus de dix ans tant elle lui paraissait aussi immature. S’approchant d’elle pour mieux observer — avec un plaisir non dissimulé — le pétrin dans lequel la jeune fille s’était mise, il lui tourna autour tout en souriant narquoisement. La pauvre n’arrivait pas à se relever et elle ne pouvait absolument rien voir puisque son casque était à l’envers. Bien sûr qu’il ne comptait pas la laisser au sol même si l’idée lui brûlait un peu les lèvres et qu’il savait qu’il pourrait en rire pendant des jours avec ses amis. Quand bien même elle le détestait, il n’avait plus rien contre elle et elle le faisait rire malgré elle. Ses petites mains attrapèrent d’ailleurs l’extrémité du casque dans une nouvelle tentative de l’ôter mais ce fut un échec. Il l’entendit pleurnicher suite à cela.

« Sérieux, tu pleures ? Gros bébé. » Fit le garçon en roulant des yeux.

Hilary lui demanda alors de l’aider et c’était le ton du désespoir qui lui parlait, comme si elle savait pertinemment qu’il était son dernier ressort si elle ne souhaitait pas passer sa journée dans cette posture.

« Au lieu de te moquer… »

Le sourire de Jayden s’agrandit légèrement mais il eut moins trait au sarcasme, cette fois-ci:

« Me moquer ? Ce n’est pas dans mon genre. »

Il prit sa main dans la sienne et la tira vers lui d’un seul coup pour la relever. Il grimaça sous le poids de la Gryffondor qui était alourdie par la masse métallique de son équipement mais en utilisant toute sa force, il parvint tout de même à la faire se relever. Il demeura face à elle durant quelques secondes, le temps qu’elle ne retrouve son équilibre. Puis, il la contourna pour se placer devant la face avant du casque et il la tira vers le haut. Il dut forcer pour qu’il ne se retire entièrement puisqu’il semblait bloqué. Enfin, il reposa le lourd casque sur le tapis du sol de façon délicate pour ne pas créer plus de bruit qu’Hilary n’en avait déjà fait.

« Ce n’était pourtant pas compliqué, ajouta-t-il, le regard pétillant d’une certaine malice. Pourquoi tu l’as mis à l’envers, d’ailleurs ? »

Jayden lui avait déjà posé cette question mais il était bien curieux de savoir ce qu’il s’était passé ici…


by FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: Les hostilités ont parfois leurs limites ♔ feat. Hilary   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les hostilités ont parfois leurs limites ♔ feat. Hilary
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard, 19 ans après. :: Poudlard :: 
Le Deuxième Étage
-
Sauter vers: