AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Année 2023-2024] Un pub ou un autre | ULA & RIOGHBHARDAN | Août 2024

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

CE QU'IL FAUT SAVOIR
https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6239-rioghbhardan-i-m-not-your-boy-toyhttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6299-rioghbhardan-you-better-believe-that-i-want-you-and-you-need-mehttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6300-rioghbhardan-declarations-d-amour-uniquementhttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6301-rioghbhardan-rien-de-professionnel-merci

Arrivé(e) le : 03/06/2015
Parchemins rédigés : 6331
Points : 14
Crédit : (c)
Année : 7ème année - 20ans

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Jaswinder Swindlehurst

MessageSujet: [Année 2023-2024] Un pub ou un autre | ULA & RIOGHBHARDAN | Août 2024   Ven 14 Sep - 17:36


un pub ou un autre
Ula & Rioghbhardan

Le bruit que fait la porte en se claquant me fait sursauter. Les éclats de voix, à l’intérieur, me parviennent encore, même s’ils sont étouffés. J’ai encore agi bêtement. Lâchement. Mais tout avait l’air d’être à nouveau comme avant. Aoibheann qui me saute dans les bras à peine la porte ouverte, le sourire paternel de Patrick… Et puis ça sentait chez moi. C’était chez moi. Ça fait plus d’un mois que je suis parti (qu’on m’a forcé à partir serait plus juste) et il n’y a rien que je pourrai vouloir plus au monde que de passer les jours qui me séparent encore de la rentrée à me plaindre du bruit, du troupeau, de la mort de l’intimité… Reprendre des habitudes que j’ai jamais voulu changer… Mais non. Elle en a décidé autrement. Je comprends pas comment elle a pu être si froide, si distante, agissant comme si j’étais même pas là. « Je ne veux pas de lui chez moi. » Lui. C’est tout ce que je suis, maintenant ? Une présence indésirable dans son environnement ? Même pas assez supportable pour me laisser profiter une seconde de ma famille ? Parce que même si je l’aurais vraiment aimé, je serais pas resté sans son accord. Il était juste question de me poser une demi-heure, une heure, boire un truc, papoter trois secondes. J’étais juste venu chercher des affaires, j’avais l’intention de repartir. Et puis ça a cinglé comme une gifle : c’était elle ou moi. Elle était prête à se barrer si j’avais le malheur de traîner. Mes yeux se mettent à piquer un peu alors que je ressers rageusement mon emprise sur la poignée de ma valise. J’ai pas demandé mon reste, les petits ont plus besoin d’elle que de moi. J’ai fourré tout ce que j’ai pu dans mon bagage et je me suis tiré sans même un au revoir. Et je me retrouve là, comme un con, sur le palier, à fixer sans le voir vraiment le tapis élimé qui recouvre l’escalier. À chercher le courage de partir de là, tout en sachant pertinemment que j’y reviendrai pas avant une éternité. C’est finalement du bruit à l’étage d’en dessous qui me force, un peu malgré moi, à réagir. Une porte qui s’ouvre. Le jappement d’un chien. Une voix de femme, qui chuchote ce que je prends pour un « sors de là ». Je sursaute, le coeur battant la chamade.

Et puis, sans réfléchir, je transplane. Je sais que c’est dangereux, que niveau risque de désartibulement ça se pose clairement là mais j’ai juste flippé. J’avais pas envie d’expliquer à la voisine pourquoi j’étais jamais là, pourquoi ça s’engueulait à la maison… Instinctivement, j’ai mis le cap sur Dublin, dans une ruelle discrète à l’arrière d’un pub où a joué plusieurs fois Jackson, il y a quelques mois. Je sais que je devrais rejoindre mes grands-parents, retourner à Ballycastle… Mais à eux aussi, il faudra leur expliquer. Ils vont poser des questions… J’ai pas envie de subir d’interrogatoire pour l’instant. Non sans un soupir, je fais le tour du bâtiment. J’imagine que j’ai du temps à perdre, de toute façon. Je finis par pousser la porte, ma valise cogne dans le montant, ce qui me fait râler presque sans un bruit. Il y a pas mal de monde, à l’intérieur. On voit que c’est le week-end, les vacances ou je ne sais pas quoi encore. Il me faut un instant pour m’habituer à la différence importante de luminosité et à la chaleur qui s’est installée dans la pièce. Je ne sais pas si la clim est en panne ou quoi, mais c’est clairement étouffant. La traversée du truc se fait en quelques pas entrecoupés de « pardon » maladroits à chaque fois je manque d’embarquer une chaise. J’abandonne mon bagage au pied du bar et me hisse sur l’un des tabourets. «  Bonjour. Un café, s’il vous plaît. » Le serveur m’offre un hochement de tête en guise de réponse et se détourne sans plus de cérémonie. Je ne suis pas un grand habitué de ce genre d’endroits. Pas trop. À Poudlard, c’est différent, on a pas vraiment le choix. C’est le pub ou le salon de thé… Et encore, le salon de thé, faut vraiment le vouloir parce que c’est sacrément cul-cul comme coin. J’ai dû y foutre les pieds deux ou trois fois en huit ans. Enfin, cinq ans. J’ai un peu de mal à réaliser que ça va faire neuf. Neuf rentrées. Si je ne passe pas pour un parfait demeuré au près de tout le monde, c’est un miracle. Et autant dire que je n’y crois pas. Mon regard finit par se perdre un peu. Les bouteilles alignées dans le fond… Les meubles en bois sombre… Le petit vieux, près de la fenêtre, avec son journal… La fille, à quelques tabourets de moi qui me rappelle quelqu’un… Je ne sais pas quoi. Je ne sais pas qui. C’est particulièrement perturbant. Si perturbant que je me surprends à la fixer avec toute la discrétion qu’on peut avoir dans ces moments-là… Et puis tout-à-coup, ça revient. « Les Trois-Balais ! » C’est sorti tout seul et au regard du serveur qui revient avec ma commande, parler tout seul, c’est mal vu. « Merci… » Sur quoi je m’affaisse un peu sur mon tabouret avant de tremper mes lèvres dans ma tasse. Mes yeux glissent à nouveau vers ma voisine. C’est la meuf des Trois-Balais, une des serveuses ou quelque chose comme ça…
Made by Neon Demon



Je me souviens de toi près de moi, tu m'embrassais pour la première fois, j'ai cette image gravée dans la tête. Je me souviens des premiers rendez-vous comme de la plus belle image de nous.
Rioghbhardan O'Callaghan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 22/03/2018
Parchemins rédigés : 116
Points : 1
PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Professeur R. Wolffhart

MessageSujet: Re: [Année 2023-2024] Un pub ou un autre | ULA & RIOGHBHARDAN | Août 2024   Dim 23 Sep - 13:51


Rioghbhardan O'Callaghan & Ula O'Domhnaill


Un pub ou un autre.





Ce matin-là, elle s'était réveillée difficilement. Elle s'était levée, nauséeuse, renfermée encore plus qu'avant. En se dirigeant vers sa salle de bain, ses pieds avaient eu l'honneur de rencontrer des cadavres de bouteilles de bière, de whisky, et d'autres conneries du genre. Elle s'était douchée à l'eau glaciale comme pour se purifier de la souillure de l'alcool de la veille. Et de l'avant-veille. Et de l'avant-avant-veille. Ils étaient revenus violemment une nuit sans crier garde. Ses cauchemars s'étaient réveillés. Chaque nuit depuis plusieurs jours, l'irlandaise rêvait encore et toujours du soir de l'accident. C'était une boucle sans fin. Ses traits étaient ternis et tirés, et l'état de son appartement dublinois en disait long sur son état d'esprit : une véritable déchèterie.

Ula était alors sortie de chez elle, pour prendre l'air. Il pleuvait des cordes et cela avait le bénéfice de lui remettre les idées en place pour un temps. Elle avait déambulé dans les rues de Dublin pendant une heure ou deux, s'arrêtant de temps à autre pour regarder les vitrines, l'air vide. En fait, pourquoi regardait-elle les vitrines ? Depuis quand les magasins de bijoux l'attiraient ? Depuis jamais en fait. C'était un geste automatique. Avec son ciré jaune, sa chemise ample noire, son pantalon noir retroussé aux chevilles, et ses baskets de la même couleur, elle se fondait dans la masse, comme un individu lambda. Comme quelqu'un qui, s'il disparaissait, ne ferait même pas réagir ses voisins. Avec sa clope au bec, l'irlandaise avançant au hasard de ses pas, ressassait encore et toujours ses cauchemars. Rien n'arrivait à la faire décrocher. Pas même le type qu'elle avait bousculé et qui avait menacé de lui refaire la face. Rien.

Puis à force de tourner inlassablement dans la ville, son regard se porta sur un pub blindé et dont les fenêtres étaient recouvertes de buée. Il y faisait chaud et cette pensée lui fit du bien. Elle entra à l'intérieur et se fraya un passage vers le comptoir où un tabouret vide l'attendait. Ula était trempée et ses cheveux dégoulinaient. Elle y passa une main pour retirer l'excédent d'eau et savait qu'avec la chaleur qui régnait ici, ils seraient secs en moins de deux. Un serveur s'approcha.

- " Un bourbon s'il vous plait. " demanda-t-elle froidement.

Le jeune homme s'exécuta et lui apporta ce qu'elle avait demandé. Ula passa quelques minutes à fixer son verre en se demandant ce qu'elle avait bien pu faire pour mériter le retour de ses nuits agitées. Etait-ce parce qu'elle était tombée soudainement amoureuse de Nathanael qu'Isaac de là où il était lui en faisait voir de toutes les couleurs ? Non. C'était ridicule. Elle était ridicule de penser ça. Les morts quand ils étaient morts, ne revenaient pas. Ils n'avaient aucune influence sur le monde vivant. Enfin, c'est ce qu'elle tenta de se persuader. Ou peut-être était-ce le karma ? Avait-elle fait du mal à quelqu'un ? Oui physiquement mais ils l'avaient cherchés ! Alors ça ne pouvait pas compter. Avait-elle tuer quelqu'un ? Non. Enfin peut-être. Elle ne savait pas. Peut-être qu'un soir où elle avait trop bu... non elle s'en serait souvenue. Les questions tournaient encore et encore dans son cerveau comme une fichue bande-son d'ascenseur qui se jouait à l'infini toute la journée.

Alors elle plaqua les mains contre ses tempes et serra fort, comme si s'écraser le crâne ferait taire ses doutes et dissiperait ses cauchemars. Ula retira ses mains et bu d'une traite son bourbon. Il était dégueulasse. Une vraie vinasse digne d'un supermarché. Tant pis. De loin, elle sentit un regard posé sur elle et en entendant "Les Trois-Balais !", elle se retourna aussi sec vers le son de la voix et surpris un jeune homme dont le visage lui rappelait vaguement quelque chose. Elle plissa des yeux et le regarda à nouveau. A tout les coups, c'était un client régulier des Trois Balais. Ou pire un élève. Il ne manquait plus que ça. Mais quand même... en plein Dublin moldu, croiser quelqu'un du pub était assez inhabituel pour ne pas dire impossible. Elle s'approcha discrètement.

- " Je peux t'aider ? " demanda-t-elle, un air suspicieux.


(c) crackle bones

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6239-rioghbhardan-i-m-not-your-boy-toyhttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6299-rioghbhardan-you-better-believe-that-i-want-you-and-you-need-mehttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6300-rioghbhardan-declarations-d-amour-uniquementhttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6301-rioghbhardan-rien-de-professionnel-merci

Arrivé(e) le : 03/06/2015
Parchemins rédigés : 6331
Points : 14
Crédit : (c)
Année : 7ème année - 20ans

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Jaswinder Swindlehurst

MessageSujet: Re: [Année 2023-2024] Un pub ou un autre | ULA & RIOGHBHARDAN | Août 2024   Mer 3 Oct - 15:13


un pub ou un autre
Ula & Rioghbhardan

J’ai du mal à réaliser qu’il y a quelques minutes à peine, j’étais chez moi comme si tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes… En une seconde, tout s’est cassé la gueule. Plus encore que je le croyais. Et ça a suffi pour que je me retrouve je ne sais comment dans un repère d’alcooliques de Dublin. C’était pas dans mes plans… Je ne pourrais même pas en être plus éloigné, je crois. Il était juste question de récupérer les affaires qu’il me fallait pour préparer ma rentrée à venir et puis retourner sagement à Ballycastle. Juste ça. Je savais même pas qu’il allait y avoir tout le monde en vrai. J’aurais pu m’en douter, maintenant que j’y réfléchis, mais ça m’a pas traversé l’esprit. À moins qu’inconsciemment, j’ai eu envie de les y voir… J’en sais rien. J’en sais juste rien ! Et puis sans savoir comment, mon regard s’est retrouvé attiré par la fille à côté. Les souvenirs flous qu’elle me renvoie. Je sais que je l’ai déjà vue quelque part mais je me souviens pas d’où. En même temps, j’ai beaucoup traîné dans ces mêmes rues, autrefois. J’ai l’impression que ça fait une éternité… C’était pas ces vacances, passée à l’autre bout du pays comme un condamné en exil… Ni les autres, trop occupé à dépérir sous ma couette pour penser à quitter Lucan. Je ne sais pas où je l’ai vue, je ne sais pas qui elle est mais elle me renvoie malgré moi à tous les changements de ces dernières années. À tous les morceaux qui ont été maladroitement recollés. Je pensais pas que Poudlard pourrait être aussi… Je sais pas… Destructeur ? Peut-être. Sûrement, même, dans le fond… Il me suffit de revenir mentalement à l’école pour réaliser. Elle vient de Pré-au-Lard, cette fille ! Et la surprise m’arrache les mots sans me laisser le temps de réagir.

Elle, en revanche, elle réagit presque aussitôt. Elle tourne la tête dans ma direction. Je fais mine d’en avoir après ma tasse, les doigts presque crispés sur la porcelaine (ou qu’importe ce que c’est) brûlante. Je sens son regard, j’essaye de l’ignorer. D’un côté, je me dis que c’est débile, qu’il y a aucune chance que quelqu’un qui bosse dans un trou perdu en Écosse soit là, à ce moment précis, dans un pub foireux d’Irlande. C’est pas logique. Je ne crois pas trop aux coïncidences quand elles sont aussi énormes. Elle doit juste lui ressembler, voilà tout. Peut-être que j’exagère même la ressemblance, que j’ai juste envie d’avoir un truc auquel me raccrocher là maintenant tout de suite et que de renouer avec Poudlard même à deux pas de chez moi m’aidera peut-être à relativiser la rupture brutale que ma mère vient de m’imposer. Mais d’un autre… Elle me fixe, je le sens. Et elle a réagi au seul nom du pub du village. Et puis il faut bien avouer que je suis tellement nul en autoanalyse psychologique qu’il y a de grandes chances que mon subconscient n’y soit pour rien. L’air bouge entre nous, elle se rapproche un peu. Je me fige malgré moi, mal à l’aise. Regardez ça, sérieusement… C’est ridicule. J’ai quasiment racolé dans des coins comme celui-là (d’accord, je visais un peu plus haut que les bars miteux du genre mais l’idée est là) et maintenant juste l’attention d’une passante me dérange. Visez la belle assurance ! Tu parles ! Que des conneries ! Je me fais clairement pitié, à cet instant précis. Alors je me redresse imperceptiblement et je pose à nouveau mon regard sur ma voisine, au moment même où elle ouvre la bouche. « Je peux t'aider ? » Je hausse vaguement les épaules avant de secouer la tête.

J’avais pas pensé qu’elle viendrait. J’ai pas pensé tout court. Je pense pas souvent en vrai, ça finira par me perdre. Alors forcément, sa question me laisse un poil con. Est-ce qu’elle peut m’aider ? Non. Évidemment que non. « Je m’étonnais juste de voir un bout de Pré-au-Lard au beau milieu de Dublin, Madame. » Madame… Je suis même pas sûr qu’on ait rien que dix ans d’écart, elle a l’âge d’être ma frangine, pas ma mère. Mais je ne relève pas. La politesse quoi. Et puis, si jamais elle y bosse toujours à la rentrée, j’ai pas spécialement envie de me faire toiser salement jusqu’à préférer fuir ! Je porte ma tasse à mes lèvres pour échapper une seconde à cette situation bizarre. Jamais j’aurais prévu un truc comme ça, c’est clair. Je suis même pas sûr qu’on me croirait, à l’école, si je racontais ça. Le seul jour où je m’aventure seul loin de chez mes grands-parents PAF! la meuf des Trois-Balais… C’est vraiment bizarre… « C’est indiscret de vous demander ce que vous faites si loin de là-bas ? » C’est un peu idiot mais, comme les mômes, j’ai un peu de mal à comprendre que les profs et autres êtres humains coincés là-bas à longueur d’année ont aussi une vie en dehors, une famille, une histoire… Peut-être qu’elle est simplement d’ici, ou que ses parents y habitent, j’en sais rien… Après tout, je débarque bien tous les étés presque comme un étranger sur mon île après avoir passé dix mois à l’autre bout du monde, alors pourquoi pas elle…?
Made by Neon Demon



Je me souviens de toi près de moi, tu m'embrassais pour la première fois, j'ai cette image gravée dans la tête. Je me souviens des premiers rendez-vous comme de la plus belle image de nous.
Rioghbhardan O'Callaghan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 22/03/2018
Parchemins rédigés : 116
Points : 1
PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Professeur R. Wolffhart

MessageSujet: Re: [Année 2023-2024] Un pub ou un autre | ULA & RIOGHBHARDAN | Août 2024   Sam 6 Oct - 21:53


Rioghbhardan O'Callaghan & Ula O'Domhnaill


Un pub ou un autre.





Madame... "Ais-je l'air si vieille et défraîchie que ça ? " À ce mot, son visage afficha un léger sourire pendant un bref instant. Son visage s'était illuminé, quelques micro secondes, puis il s'était de nouveau éteint. Madame... Elle devait avoir 10 ans d'écart avec lui, tout au plus. C'était bizarre. L'irlandaise l'impressionnait peut-être ? Non ce n'était sans doute pas ça non plus. Elle pensa alors que, comme elle, il ne pensait pas trouver un visage familier dans une gargote aussi miteuse dans les bas-fonds de Dublin. Elle était avachie sur le comptoir, son menton posé sur son bras gauche et sa main droite jouait avec son verre vide. D'un coup d'oeil et d'un simple mouvement de main, elle commanda un autre verre. Un de plus. Encore. Le serveur le lui remplit, et la serveuse le contempla comme on contemple une flamme dansante.

- " Je pense être encore assez jeune pour que l'on se tutoie et que tu m'appelles Ula. " - dit-elle, un sourire fugace sur les lèvres. - " J'habite à Dublin et... j'errais dans les rues. Je crois que c'est un "heureux" hasard pour que l'on se retrouve au même endroit. Il est nul ce bar en plus. " - elle venait de prononcer heureux avec une pointe d'ironie.

Elle était toujours avachie. Elle n'osait pas lever le nez vers lui pour lui parler d'un peu plus près, son haleine devait empester l'alcool et le tabac. Elle se décida donc à rester à bonne distance du jeune homme. Simple question de bienséance. L'irlandaise le regarda, sans trop de discrétion. Ce n'était plus un adolescent. Mais ce n'était pas encore tout à fait un homme. Il ne devait pas être majeur. Lorsqu'elle vit le café qu'il était en train de boire, sa conviction sembla se renforcer. Peut-être avait-elle tort et peut-être qu'elle se trouvait face à un majeur bien plus responsable qu'elle ! Enfin ça, c'était pas bien compliqué.

- " Et toi alors, qu'est-ce que tu fais ici ? T'as pas l'air dans ton assiette... C'est pas tellement un endroit pour quelqu'un de ton âge. " - elle baissa d'un ton - " Il y a des gens vachement bizarres ici. " - dit-elle sans décoller son regard de son verre encore plein.

Des gens bizarres, ici, ça, il y en avait. Elle déjà. Elle était la fille bizarre par référence. Celle qui bougonne dans sa barbe lorsqu'elle est trop dans ses pensées et qui fixe les gens sans raison, et souvent par simple échappée mentale. Ula jeta à nouveau un regard au jeune homme. Il n'avait pas cette étincelle de joie ou de bonheur que l'on voit souvent chez les adolescents en fin de cursus. Elle savait qu'il était en fin de cursus, simple habitude lorsque l'on côtoie des élèves de Poudlard. Il semblait... ailleurs. Pas tout à fait à l'aise avec la situation. Peut-être que lui aussi avait tenté de s'échapper d'une situation et avait malencontreusement échoué ici, comme l'irlandaise. Elle réalisa soudain que ses questions étaient peut-être trop impersonnelles.

- " Enfin... excuse moi si mes questions sont trop indiscrètes. Tu peux ne pas y répondre si tu veux. "

Enfin, elle empoigna son verre et le vida d'une traite. Et à nouveau, ces goûts âpre et âcre lui remontèrent au nez, s'associant au feu des degrés. Immonde. Cette chose était une vraie immondice. Tant pis. Finalement, ce dernier verre, malgré sa facture plus que médiocre, aura eu pour effet de la secouer un peu. L'irlandaise se releva alors, s'étirant en faisant craquer certains os. Elle commanda alors un café pour la remuer un peu plus. Peut-être qu'après ça, elle se déciderait à rentrer chez elle et à faire le ménage. Elle pourrait aussi essayer de trouver une potion empêchant les cauchemars ? D'une certaine manière l'irlandaise semblait vouloir se motiver, pour combien de temps ? Avant cela, le jeune homme l'intriguait et elle avait envie d'en savoir plus sur lui. La curiosité dira-t-on.


(c) crackle bones

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6239-rioghbhardan-i-m-not-your-boy-toyhttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6299-rioghbhardan-you-better-believe-that-i-want-you-and-you-need-mehttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6300-rioghbhardan-declarations-d-amour-uniquementhttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6301-rioghbhardan-rien-de-professionnel-merci

Arrivé(e) le : 03/06/2015
Parchemins rédigés : 6331
Points : 14
Crédit : (c)
Année : 7ème année - 20ans

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Jaswinder Swindlehurst

MessageSujet: Re: [Année 2023-2024] Un pub ou un autre | ULA & RIOGHBHARDAN | Août 2024   Dim 14 Oct - 21:45


un pub ou un autre
Ula & Rioghbhardan

Mes parents m’ont bien élevé, même si j’ai un peu tendance à l’oublier parfois. Alors c’est naturel d’être à peu près poli et respectueux envers quelqu’un de plus âgé et qui représente potentiellement l’autorité dans le trou qu’on fréquente toute l’année, faute de mieux. Pourtant, quand on la regarde, là, elle est morte l’autorité. Elle a l’air épuisé. C’est bizarre en fait. Comme si c’était la vie qui était trop épuisante pour elle. Je sais pas trop. Elle ferait presque de la peine, je crois. Ou alors elle a juste passé la nuit à se saouler je ne sais où. Elle commande un verre et je regarde sans un bruit le serveur le lui servir. Et elle continue de le faire… Peut-être que c’est pas tant de la peine, vu de cet oeil-là. « Je pense être encore assez jeune pour que l'on se tutoie et que tu m'appelles Ula. » Elle sourit et, instinctivement, j’en fais autant. Un sourire absent, ni vraiment franc mais pas hypocrite pour autant. C’est juste la situation qui prête à ça, il me semble. Ula. La serveuse des Trois-Balais s’appelle donc Ula… C’est bizarre d’avoir passé des heures dans ce pub sans jamais avoir eu ne serait-ce que l’idée de chercher à savoir son nom. Peut-être que je l’ai déjà entendu, en vrai, j’en sais rien, en tout cas ça ne m’a pas marqué. « J'habite à Dublin et... j'errais dans les rues. Je crois que c'est un "heureux" hasard pour que l'on se retrouve au même endroit. Il est nul ce bar en plus. » Je fronce légèrement les sourcils en l’entendant. Je ne suis pas assez stupide pour ne pas sentir l’ironie dont elle fait preuve et pas assez détaché pour ne pas me sentir visé. Comme si ma présence la faisait chier quoi. Si je la dérange à ce point, elle n’a qu’à m’ignorer, je m’en fous pas mal. Voir une tête vaguement connue m’a surpris, j’avoue, mais j’ai jamais demandé à ce qu’elle vienne taper la discut’. Je hoche néanmoins la tête quand elle prétend que ce bar est nul. Clairement… Je ne sais même pas pourquoi c’est ici que j’ai transplané. J’en ai pas la moindre idée…

Je détourne finalement les yeux, jouant distraitement avec le sucre encore tout emballé auquel je n’ai pas touché. Son attitude me met mal à l’aise. J’ai l’impression que ce pub miteux est le repère des âmes en peine et cette simple idée rend l’atmosphère étouffante. « Et toi alors, qu'est-ce que tu fais ici ? » La même chose que toi, je suppose. Je cherche la présence du monde pour pas avoir l’impression d’être seul. Mais ça marche définitivement pas… « T'as pas l'air dans ton assiette… » Sa remarque me force à tourner la tête à nouveau, reportant instinctivement mon attention sur elle. J’imagine qu’elle est bien placée pour parler. Et puis même si j’essaye de donner le change depuis des semaines, il faut bien reconnaître que c’est de plus en plus difficile. Je hausse les épaules, comme si je ne comprenais pas de quoi elle parle mais c’est un aveux criant en même temps. « C'est pas tellement un endroit pour quelqu'un de ton âge. » Pour quelqu’un de mon âge ? Sérieusement…? Ça fait une éternité qu’on m’a pas pensé gamin. En général, on se posait pas trop de questions. Trop peu de questions… Je secoue discrètement la tête en réprimant un sourire un peu gêné. « Il y a des gens vachement bizarres ici. Enfin... excuse moi si mes questions sont trop indiscrètes. Tu peux ne pas y répondre si tu veux. » Je vais pour ouvrir la bouche mais elle vide son verre encore plein d’un trait, ce qui me laisse un peu bête l’espace d’une seconde. Ça fait au moins deux. Je ne sais pas vraiment ce que c’est mais certainement pas du jus de pomme. Je me surprends à me demander si ça aide vraiment. Si on se sent vraiment mieux quand on est trop bourré pour remarquer encore que le monde continue de tourner. Sur quoi elle commande un café, comme pour répondre par la négative.

« Non… Y’a pas de mal… » J’ai l’impression d’avoir un train de retard sur la conversation. Tout ça pour dire qu’elle n’a pas besoin de s’excuser. Ses questions ne sont pas plus indiscrètes que les miennes. Et je n’ai pas besoin d’être dans les détails, de toute façon. Répondre, rester vague… C’est sûrement dans mes cordes. « J’avais un moment à tuer avant de bouger pour la fin des vacances et je savais pas trop où aller alors… Me voilà… » C’est pas un mensonge, après tout. Mon pied frappe doucement ma valise dans un geste répétitif. Je vais chez mes grands-parents pour la fin des vacances… J’y vais surtout parce que je ne sais pas où aller sinon… Comme pour ce bar. Un plan B… Quelque chose de potable, faute de mieux. « Mais je t’arrête, si t’es assez jeune pour que je te tutoie, je suis assez vieux pour te tenir compagnie ici. » Je lui adresse un sourire, dans la même veine que les précédents. Tu parles… Vingt piges le mois prochain et toujours à Poudlard… Je réalise pas encore très bien. Parce que dans le fond, c’est ridicule. Pathétique même. Ouais, c’est ça, ça fait clairement pitié. Et j’ose pas encore imaginer ce que ça sera, quand j’y serai. J’essaye de me dire que c’est pas pareil, parce que c’est un choix, que ça aurait pu être autrement si je l’avais voulu mais bon, voilà quoi… Il n’en reste pas moins que j’aurais presque l’âge d’être prof, limite… Je balaie ces réalités gênantes et bois une autre gorgée de café. « C’est sûrement une question bête mais… Pourquoi tu bosses dans un trou en Écosse, si t’es d’ici ? T’aurais pas pu trouver dans le coin ? » Je serais jamais parti d’Irlande si j’en avais eu la possibilité. Et s’il y a une chose dont je suis sûr, c’est que j’y reviendrai. Je ne sais pas pour faire quoi exactement, je ne sais pas franchement dans quel état (c’est Poudlard après tout…) mais j’y reviendrai.
Made by Neon Demon



Je me souviens de toi près de moi, tu m'embrassais pour la première fois, j'ai cette image gravée dans la tête. Je me souviens des premiers rendez-vous comme de la plus belle image de nous.
Rioghbhardan O'Callaghan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 22/03/2018
Parchemins rédigés : 116
Points : 1
PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Professeur R. Wolffhart

MessageSujet: Re: [Année 2023-2024] Un pub ou un autre | ULA & RIOGHBHARDAN | Août 2024   Mer 17 Oct - 0:49


Rioghbhardan O'Callaghan & Ula O'Domhnaill


Un pub ou un autre.





Le café eut l'effet escompté, et elle remonta progressivement à la surface, reprenant timidement des couleurs. Le regard de l'irlandaise se porta sur l'ensemble du bar. Il n'était pas moche, mais il n'était pas non plus un modèle d'architecture et d'agencement à la mode. Les poutres apparentes au plafond et les murs de pierres lui donnait ce charme typique des pubs et de tavernes traditionnelles. Malheureusement, sa réputation ne suivait pas son charme.

- " Il y a des tas d'endroits à Dublin où tu pourrais te poser dans un cadre disons plus... chaleureux. " - fit-elle, un mince sourire se dessinant sur ses lèvres.

La remarque du jeune homme sur son âge lui fit prendre conscience qu'elle l'avait pris pour un gamin. Cette soudaine prise de conscience la fit légèrement rougir de honte. Elle aussi, avait parfois été prise pour une adolescente durant son cursus à l'université. Il lui était arrivée pas mal de fois de devoir présenter des papiers d'identité pour en pas se faire virer de bars sorciers, aussi crapuleux qu'ils puissent être. La loi c'était la loi, et on rigolait pas avec les mineurs.

- " Oh... Excuse-moi, c'était maladroit de ma part. Je suis un peu déconnectée en ce moment. " - dit-elle, une gêne dans la voix.

Déconnectée, c'était le mot, et c'était franchement faiblard. Combien de temps se laisserait-elle encore aller comme ça ? Jusqu'à finir comme une épave ? Oh mais... n'était-ce déjà pas le cas. Dans l'état actuel des choses, sans doute. Un retour à Poudlard lui remettrait une bonne fois pour toutes les idées en place. Du moins, elle l'espérait.

- « C’est sûrement une question bête mais… Pourquoi tu bosses dans un trou en Écosse, si t’es d’ici ? T’aurais pas pu trouver dans le coin ? »


La question n'était pas si bête, loin de là. En fait, oui, l'Irlandaise aurait préféré travailler dans son pays chéri, mais la vie en avait décidé autrement. Après avoir fini son cursus à l'université, elle avait voulu trouver un travail dans la foulée et s'était retrouvée chez l'apothicaire du Chemin de Traverse. Une vraie aubaine ! Ula avait alors rencontré Isaac et les choses s'étaient enchaînées. A la suite de l'accident et d'une trop longue période de repli et d'absence, l'irlandaise avait fini par faire le choix de postuler à Pré-au-Lard, au moins pour retrouver ses souvenirs d'adolescentes. Son médecin le lui avait vivement conseillé : un retour aux sources ne faisait jamais de mal. Et effectivement, il avait eu raison sur toute la ligne à un détail près. Chaque retour à Londres et à Dublin, et ce malgré son amour pour chacun de ces lieux, était un véritable calvaire. Un retour à des sources bien moins agréable.

Elle sirota son café lentement, le laissant doucement refroidir. Mais un gargouillement intempestif lui rappela qu'elle n'avait rien avalé depuis la veille et son estomac réclamait pitance.

- " Je meurs de faim. Est-ce que tu as faim ? En dépit de ses apparences et de ses boissons dégueues, ils font une excellente cuisine ici. D'ailleurs ils y gagneraient plus à se convertir dans la restauration plutôt qu'en gargote pour bons à rien. " - elle se reprit immédiatement, se rendant compte de ce qu'elle venait de dire, un léger sourire sur le visage - " Enfin à l'exception de toi bien sûr. Tu veux manger quelque chose ? Si tu en as envie, garde tes sous. Je te dois bien ça après t'avoir presque fait passer pour un gamin. " - ajouta-t-elle en fouillant dans ses poches, à la recherche de son portefeuille.

En glissant sa main dans sa poche, elle trouva le graal, mais aussi quelque chose d'un peu plus épineux. Sa blague à tabac gisait au fond. En retirant la main de sa poche, une légère odeur vanillée mêlée à du tabac froid s'en échappa, lui rappela alors à quel point elle avait envie de fumer. La serveuse prit une grande inspiration et tenta de maîtriser son envie soudaine. C'était pas le moment de craquer.
(c) crackle bones

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6239-rioghbhardan-i-m-not-your-boy-toyhttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6299-rioghbhardan-you-better-believe-that-i-want-you-and-you-need-mehttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6300-rioghbhardan-declarations-d-amour-uniquementhttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6301-rioghbhardan-rien-de-professionnel-merci

Arrivé(e) le : 03/06/2015
Parchemins rédigés : 6331
Points : 14
Crédit : (c)
Année : 7ème année - 20ans

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Jaswinder Swindlehurst

MessageSujet: Re: [Année 2023-2024] Un pub ou un autre | ULA & RIOGHBHARDAN | Août 2024   Jeu 18 Oct - 17:01


un pub ou un autre
Ula & Rioghbhardan

Je n’ai pas vraiment pour habitude de raconter ma vie. Encore moins à la première personne qui passe. Alors je reste vague. Je laisse sous-entendre que tout est normal, que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. Mais honnêtement, je ne sais pas qui j’essaye vraiment de berner ? Elle ou moi ? Parce qu’entre nous, elle, elle s’en fout. Pourtant, je pense sincèrement que si tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes, je ne serais pas là. Et j’ai tendance à penser qu’elle non plus. Peut-être que j’arrive à donner le change un peu mieux, je suis pas à moitié comateux sur le bar, je me bourre pas la gueule au beau milieu de la journée mais quelle différence ? Elle paraît néanmoins se reprendre un peu. J’aime à croire que ma présence n’y est pas pour rien. Non pas la mienne en particulier mais juste le fait qu’il y ait quelqu’un. Et bêtement, j’ai l’impression de servir à quelque chose. Qu’importe si c’est juste repousser l’heure de son prochain verre. « Il y a des tas d'endroits à Dublin où tu pourrais te poser dans un cadre disons plus... chaleureux. » Clairement. Il y aurait sûrement eu des tonnes d’endroits à Dublin où j’aurais préféré perdre un moment plutôt que celui-là. Mais il faut bien dire que je m’en contrefous aujourd’hui. Je suppose que je voulais juste éviter d’errer dehors… En revanche, ma remarque sur mon âge semble faire mouche. Elle paraît encore moins à l’aise, tout-à-coup, ce qui me tire un sourire vaguement amusé. « Oh... Excuse-moi, c'était maladroit de ma part. Je suis un peu déconnectée en ce moment. » Elle n’a pas besoin de s’excuser, y’a pas mort d’homme. Ça surprend juste. « Je devrais pouvoir m’en remettre. » En général, on avait tendance à me croire plus âgé (ou alors on voulait me croire plus âgé, quelle importance ?) alors je manque un peu d’habitude dans le rôle du gamin. Mais en fin de compte, peut-être que c’est l’image que je renvoie aujourd’hui… J’ai peut-être vraiment l’air d’un môme. Je suis prêt à le croire. Et je pense que c’est un peu comme ça que je me sens également. Comme un môme…

Lorsque je lui demande pourquoi elle va travailler si loin de chez elle, le silence retombe. Je l’observe à la dérobée, du coin de l’oeil, mais elle me semble à des années lumières de ce pub pourri. Est-ce que la question était aussi indiscrète que ça ? Peut-être… Peut-être que ça réveille trop de souvenirs pour réussir à y répondre. Tant pis. Je n’insiste pas et la laisse se débattre avec ses pensées, continuant de siroter mon café avec un désintérêt total. Il m’aura fallu des années et un hasard maladroit pour réaliser que la serveuse qui faisait finalement partie du décor de Pré-au-Lard était en fait quelqu’un. Je veux dire… Plus qu’une image derrière le comptoir. Elle se rappelle soudainement mon existence et sa voix qui reprend tout à coup me fait sursauter légèrement. « Je meurs de faim. Est-ce que tu as faim ? » L’absence de lien me surprend mais je ne relève pas. Je hausse les épaules. Honnêtement j’en sais rien. Pas particulièrement… J’ai perdu un peu toute notion du temps depuis que la porte s’est claquée sur Lucan. Je sais que j’ai rien avalé de la journée mais je ne sais même pas quelle heure il est exactement. J’imagine que je pourrai manger en rentrant à Ballycastle. Si je dis à ma grand-mère que j’ai faim, elle me fera un truc à ce moment-là. Mais cette simple pensée me fout encore plus le moral dans les chaussettes. J’ai pas très envie de rentrer. Je dis pas que j’avais espoir de rester chez moi en venant, c’est pas le cas, mais de voir mon beau-père et le troupeau visiblement contents de me voir, peut-être que j’y ai cru, rien qu’une seconde… « En dépit de ses apparences et de ses boissons dégueues, ils font une excellente cuisine ici. D'ailleurs ils y gagneraient plus à se convertir dans la restauration plutôt qu'en gargote pour bons à rien. Enfin à l'exception de toi bien sûr. » La voir se rattraper aux branches comme ça me tire un nouveau sourire. Je pense pas qu’elle se plante à ce point, pourtant. C’est peut-être pas une coïncidence si j’ai foutu les pieds dans « une gargote pour bons à rien » alors qu’il y a mille et un endroits où j’aurais pu aller à la place. « Je suis sûr qu’on peut trouver d’autres exceptions et relever un peu le niveau de ce trou. » Parce que passer la première impression pas forcément très bonne de l’ivrogne finissant de se saouler dès le réveil, je ne pense pas qu’on puisse vraiment la mettre dans le même sac que ces autres piliers de bar… « Tu veux manger quelque chose ? Si tu en as envie, garde tes sous. Je te dois bien ça après t'avoir presque fait passer pour un gamin. » Je reste bête face à sa proposition. Je ne sais pas quoi faire. D’un côté, c’est pas proposé méchamment mais d’un autre… Est-ce que j’ai vraiment envie de me faire inviter par une femme sortie de nulle part dans un bar miteux ? Je secoue doucement la tête, mal à l’aise. Non. Ce serait… trop facile ? Je sais pas. Je chasse les souvenirs avant qu’ils remontent à la surface. « Eh bah ! Ça ferait cher la bourde ! Tu peux juste te contenter de m’aiguiller sur les vrais bons trucs à manger et on aura qu’à dire qu’on est quittes. » Parce que j’ai pas le souvenir d’avoir mangé autre chose que des cacahuètes, ici. Alors comme elle a l’air de s’y connaître un peu mieux, autant lui confier la dure tâche de trouver un truc potable.
Made by Neon Demon



Je me souviens de toi près de moi, tu m'embrassais pour la première fois, j'ai cette image gravée dans la tête. Je me souviens des premiers rendez-vous comme de la plus belle image de nous.
Rioghbhardan O'Callaghan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 22/03/2018
Parchemins rédigés : 116
Points : 1
PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Professeur R. Wolffhart

MessageSujet: Re: [Année 2023-2024] Un pub ou un autre | ULA & RIOGHBHARDAN | Août 2024   Jeu 25 Oct - 21:42


Rioghbhardan O'Callaghan & Ula O'Domhnaill


Un pub ou un autre.





Ce "trou", c'était le bon terme. A vrai dire, même leur café était bon à jeter dans l'évier. Franchement, pour rater un café, il fallait le vouloir. Machinalement, elle jeta un coup d'oeil au serveur. Il ne semblait pas nouveau, il semblait aussi connaître son boulot, il n'y avait donc aucune raison que tout soit vraisemblablement imbuvable. A moins que... L'irlandaise leva la tête et jeta un coup d'oeil dans chaque recoin du pub : les rembourrages des chaises semblaient s'être volatilisés, les fissures au mur faisaient partie intégrante du décor, certaines ampoules étaient grillées et vu la poussière accumulée sur les abat-jour, ça devait faire une sacrée paye que rien n'avait été refait ici... Et elle avait fort à parier que cela résultait simplement d'un gros manque de moyens financiers... Cela expliquait sans doute la qualité des boissons, et cela expliquerait sans doute aussi la qualité des plats à venir. Elle avala son café franchement, espérant que la brûlure du breuvage cacherait l'amertume bien trop présente du jus de chaussette qu'elle avait sous le nez.

L'irlandaise posa son regard sur son interlocuteur, acquiesçant.

- " Tu sais quoi, t'as raison. Il y a plein d'endroits sympas où manger ici. " - fit-elle en tentant un semblant de sourire.

Ula fouilla dans son ciré et tira un portefeuille noir, abîmé et tenant encore debout par un miracle de la nature. Le portefeuille d'Isaac. Elle n'avait pas eu le coeur de le donner ou de le jeter. Depuis qu'elle le possédait, elle avait eu pour habitude de ne pas déplier le troisième rabat de la chose pour s'éviter quelque torture supplémentaire. Pourtant, le battant s'ouvrit tout seul, sans doute porté par le poids de la monnaie et il dévoila une petite photo de deux personnes, s'enlaçant amoureusement. La photo les montrait en train de s'embrasser d'abord puis l'un tira la joue de l'autre, les faisant rire aux éclats. Ula et Isaac avait fait cette photo par des amis sorciers et à la vue des gestes de son fiancé sur la photo, elle resta bloquée dessus. L'irlandaise ferma les yeux et glissa la photo dans une encoche du portefeuille afin de la cacher à son regard, le coeur serré. Elle soupira vaguement et déposa de la monnaie sur le comptoir, pile la somme demandée. D'un geste sec, elle referma son porte pognon en cuir et le fourra à nouveau dans sa veste.

- " Qu'est-ce qui te fait envie ? Je connais quelques endroits où on sert de l'Irish Stew et de la Guinness pie pas mauvais. " - dit-elle le plus simplement du monde.

La serveuse se leva alors, s'étira - encore une fois - et bailla. Elle enfila son ciré lentement mais son geste fut arrêté par une question existentielle.

- " Au fait... Tu ne m'as pas dit comment tu t'appelais. Je sais que je réagis tard, comme d'habitude. " - elle parut réfléchir - " Si on veut faire des présentations dans les règles, je suis Ula O'Domhnaill, mais ça tu le sais déjà... Je suis née à Dalkey, au sud de Dublin. " - lui dit-elle en souriant.

La situation lui semblait rocambolesque. Ils avaient vaguement discuté, et voilà qu'elle lui demandait enfin son nom tout en redonnant son prénom, comme si le jeune homme allait l'oublier. Elle voulu lever les yeux au ciel mais elle se ravisa, ne voulant pas donner l'impression d'être agacée.


(c) crackle bones

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
https://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6239-rioghbhardan-i-m-not-your-boy-toyhttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6299-rioghbhardan-you-better-believe-that-i-want-you-and-you-need-mehttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6300-rioghbhardan-declarations-d-amour-uniquementhttps://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6301-rioghbhardan-rien-de-professionnel-merci

Arrivé(e) le : 03/06/2015
Parchemins rédigés : 6331
Points : 14
Crédit : (c)
Année : 7ème année - 20ans

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Jaswinder Swindlehurst

MessageSujet: Re: [Année 2023-2024] Un pub ou un autre | ULA & RIOGHBHARDAN | Août 2024   Ven 16 Nov - 22:47


un pub ou un autre
Ula & Rioghbhardan

Pendant un moment, elle me donne presque l’impression de décrocher totalement. Le silence retombe et elle, probablement perdue dans ses pensées, ne cherche pas à le briser. J’avoue, moi non plus. Pour dire quoi, hein ? Peut-être qu’elle n’a pas envie de me répondre, ou que ma présence la gonfle. Après tout, elle a pas demandé à me faire la conversation. Alors j’attends, terminant distraitement mon café. Lorsqu’elle reprend, ça n’a aucun rapport avec ce qu’on pouvait bien raconter jusque là. La rupture est brutale, nette. Je prends ça comme un « mêle-toi de tes affaires » alors je n’insiste pas et me contente de répondre à sa question. Tout en refusant poliment l’invitation. Je n’ai pas envie de me faire inviter. Ce qui est ridicule, en soi, c’est juste un déjeuner. Mais ça me renvoie des années en arrière et rien que l’idée me file la nausée. Je suis un grand garçon, je peux me débrouiller tout seul. Je veux me débrouiller tout seul. Elle termine sa tasse d’un trait et m’offre son attention ainsi qu’un sourire qui me semble triste. Ou gêné. Quelque chose dans ce genre là, un peu sans joie. « Tu sais quoi, t'as raison. Il y a plein d'endroits sympas où manger ici. » J’ai raison…? Je mets quelques secondes à comprendre. Ah non ! Mais j’ai jamais sous-entendu qu’on devait se bouger, juste que s’il y avait des trucs vraiment comestibles dans leurs cuisines, j’en savais strictement rien ! Mais visiblement, c’est peut-être pas si comestible que ça, alors. « Après toutes les éloges qu’on a fait de ce pub, ils vont être tristes de nous voir partir. » Je lui rends son sourire, plus amusé que pouvait l’être le sien et fouille dans ma poche pour en sortir quelques pièces. Je crois qu’on a salement descendu le coin, et qu’elle vient de l’achever en nous remettant en route. Tant pis ! On aura qu’à dire que c’était mérité.

Je descends de mon tabouret avant de lisser un pli sur mon tee-shirt et de remonter légèrement mon pantalon. Je n’ai pas la moindre idée de notre nouvelle destination et j’avoue que ça ne me déplait pas. Pourtant, j’ai une sainte horreur des surprises mais aujourd’hui, juste aujourd’hui, je crois que j’ai besoin de changement. Faire autre chose que la navette entre ici et chez mes grands-parents. Voir d’autres têtes, des têtes qui ne regrettent pas mon existence ni ne me prennent à moitié en pitié. Je vais pour tirer ma valise de sous mon siège quand je réalise que mon guide n’a pas bougé. Elle fixe son porte-feuille, je me risque à y jeter un oeil. J’aperçois une photo, ce que je crois être un couple mais difficile d’en être certain. Ça rigole mais voilà quoi… Ça pourrait être un meilleur ami, un frère, n’importe quoi… Et avant que l’animation recommence, elle l’enfonce dans un trou, referme son porte-feuille et le range dans sa poche. Je reste idiot. « C’est la cause de ta présence dans ce trou ? » Ça a des airs de peine de coeur ou quelque chose comme ça. Non pas qui je m’y connaisse beaucoup mais j’imagine que ça doit ressembler un peu à ça. J’ai l’impression d’avoir violé son intimité, un truc comme ça. J’y suis pour rien, c’est elle qui me met des trucs sous le nez aussi, mais le silence de tout-à-l’heure plane encore. Elle n’a pas eu envie d’étaler sa vie alors j’imagine qu’elle n’avait pas plus envie de le faire là. « Qu'est-ce qui te fait envie ? Je connais quelques endroits où on sert de l'Irish Stew et de la Guinness pie pas mauvais. » Je hausse machinalement les épaules tout en m’intéressant enfin à mon bagage. Ça m’importe peu, pour être honnête. C’est plus histoire de faire quelque chose et de tuer le temps que de manger réellement un morceau. Je vais pour lui laisser le choix mais, finalement, me ravise. Ça peut durer longtemps, ces jeux-là. « Va pour la Guinness pie. » Ma valise résiste un peu entre les pieds du tabouret mais, le temps que mon interlocutrice se lève et se prépare à partir, elle finit par céder, non sans manquer de me faire tomber le truc dessus.

Je me redresse, espérant malgré moi que mon combat soit passé inaperçu. Elle n’a toujours pas enfilé sa veste. Elle commence mais s’arrête sans que je comprenne pourquoi. Il y a un problème ? « Au fait… » Debout à deux pas du bar, j’attends. Tant qu’elle bouge enfin qu’elle daigne m’éclairer. « Tu ne m'as pas dit comment tu t'appelais. Je sais que je réagis tard, comme d’habitude. » Je me sens con, d’un coup ! Je rougis bêtement, les yeux grand ouverts sous la surprise. « P’tain, le boulet ! » J’ai tellement l’habitude qu’à Poudlard tout le monde sache qui je suis, qu’importe si c’est pour de mauvaises raisons, que j’ai pas tilté qu’elle le savait pas, elle. Elle le sait pas. Et mine de rien, cette constatation me soulage. Si elle le sait pas, ça veut sûrement dire qu’il n’y a aucun jugement, aucun a priori, rien du tout ! Bien sûr, j’ai appris à faire avec, avec le temps, mais c’est toujours agréable de pouvoir commencer de zéro. « Si on veut faire des présentations dans les règles, je suis Ula O'Domhnaill, mais ça tu le sais déjà... Je suis née à Dalkey, au sud de Dublin. » Cette journée est un gros n’importe quoi, à l’image de cette conversation qui repart en arrière comme si de rien était. Son sourire m’en tire un semblable alors que je lui tends la main, histoire de « faire des présentations dans les règles ». « Rioghbhardan O’Callaghan, de Ballycastle, en Irlande du Nord. » Je ris discrètement face au ridicule de la situation. « Mais j’ai déménagé à Lucan, à l’ouest d’ici, ce qui explique ma présence dans le coin. Ça aurait fait un long voyage juste pour échouer dans ce pub, sans quoi. » Même si, dans le fond, vu le peu de temps que j’ai passé chez moi, j’ai presque l’impression d’avoir fait le déplacement juste pour me perdre ici… Enfin qu’importe. « Désolé de pas m’être présenté plus tôt, dans le genre bonne manière, c’est pas trop ça… » Je hausse finalement les épaules, une nouvelle fois. Elle semble pas m’en tenir rigueur, dans le fond. « On met les voiles ? » Et sans véritablement attendre de réponse, j’entreprends de sortir d’ici sans emporter derrière moi toutes les chaises qui se trouvent sur mon passage…
Made by Neon Demon



Je me souviens de toi près de moi, tu m'embrassais pour la première fois, j'ai cette image gravée dans la tête. Je me souviens des premiers rendez-vous comme de la plus belle image de nous.
Rioghbhardan O'Callaghan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 22/03/2018
Parchemins rédigés : 116
Points : 1
PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Professeur R. Wolffhart

MessageSujet: Re: [Année 2023-2024] Un pub ou un autre | ULA & RIOGHBHARDAN | Août 2024   Lun 3 Déc - 10:29


Rioghbhardan O'Callaghan & Ula O'Domhnaill


Un pub ou un autre.





Si c'était la raison de sa présence ici ? C'était peu le cas de le dire. Toute sa vie tournait autour de ça depuis un bout de temps maintenant. Depuis trop longtemps même. Revenant à ses esprits, elle passa une main dans ses cheveux bien secs maintenant.

- " Oui. On peut dire ça comme ça. C'était mon fiancé, et puis je ne sais pas si tu t'en souviens, mais il y a eu une attaque au ministère il y a quelques années. Et il faisait partie des morts recensés. " - dit-elle en tentant de garder le cap dans son ton pour ne pas trahir la souffrance qu'elle éprouvait en cet instant.

Ula expliqua simplement la chose, sans fioriture, sans détails. Simplement. De toute façon, qu'est-ce que cela changerait ? Rien, donc inutile de le cacher. L'irlandaise vit le jeune homme s'empêtrer avec sa valise mais n'eut pas le temps de réagir si bien qu'il manqua de tomber. Un sourire en coin se dessina discrètement puis s'effaça, ne voulant pas le gêner. D'ailleurs, il lui semblait vaguement que la conversation prenait un tournant un peu trop bizarre pour l'étudiant et elle se fit la remarque à elle-même qu'il était peut-être temps de se concentrer. En temps normal, l'irlandaise était toujours un peu à l'ouest mais ce jour-là, elle l'était encore plus que les autres jours, c'était peu dire.

Lorsqu'elle lui fit la remarque que leurs présentations n'avaient pas été totalement faites, il sembla s'en vouloir. L'irlandaise quant à elle rigola légèrement. Ce n'était pas grave et cela arrivait à tout le monde, elle la première. Et puis en terme de bonnes manières, Ula pouvait repasser. Elle était arrivée dans le bar, dégrisant mollement, et avait commandé un bourbon en premier lieu. En plus il était dégueulasse. Elle avait répondu à la moitié des questions du jeune homme, ou quand elle y répondait, se retrouvait à côté de la plaque. Au fond elle espérait qu'il oublierait tout ça par la suite.


- " Rioghbhardan O’Callaghan, de Ballycastle, en Irlande du Nord. Mais j’ai déménagé à Lucan, à l’ouest d’ici, ce qui explique ma présence dans le coin. Ça aurait fait un long voyage juste pour échouer dans ce pub, sans quoi." - fit-il en riant discrètement.

Un compatriote ! Enfin, après tout rencontrer un irlandais en Irlande... La serveuse roula discrètement les yeux en se traitant d'imbécile intérieurement. Il lui arrivait souvent d'avoir des réflexions débiles. Et parfois plus que d'habitude. Rioghbhardan s'excusa de ne pas s'être présenté, mais Ula haussa les épaules en souriant.

- " C'est rien, ne t'inquiète pas. " - fit-elle.

Il proposa de mettre les voiles et l'irlandaise acquiesça énergiquement. Il était grand temps de quitter ce "pub" et d'aller manger un bout dans un VRAI pub. Là où la bière est fraîche, et où la cuisine réveille les papilles. A cette idée Ula ne put s'empêcher de sourire. Finalement, la journée allait peut-être s'arranger.

Dehors, il pleuvait toujours des cordes, comme d'habitude à Dublin. Elle referma son ciré, et enfila sa capuche, prête à braver chaque goutte. Elle se tourna alors vers l'étudiant.

- " Nous ne sommes pas très loin. "- fit-elle sur un ton assuré.

Alors qu'ils s'arrêtèrent devant une façade en bois bruni d'où émanaient des odeurs à donner faim à n'importe qui, l'irlandaise se tourna vers Rioghbhardan, un air préoccupé sur le visage.

- " Au fait, je voudrais te demander quelque chose. J'aimerais vraiment que tu ne parles pas des circonstances de notre rencontre à quelqu'un. Je n'étais pas dans un état.. disons... présentable. Et je t'avoue que je n'ai pas envie que cela remonte aux oreilles des clients des Trois Balais ou mon patron. " dit-elle simplement.

En même temps, elle l'avait un peu cherché et le hasard avait fait office de karma. Elle voyait très mal une rumeur à son sujet commencer à s'étendre un peu partout à Pré-au-Lard, ou pire, à Poudlard. Il se dirait alors que la serveuse des Trois Balais est une ivrogne qui passe son temps libre à mettre son foie à rude épreuve. C'était, SOIT, un peu vrai. Mais personne n'était obligé de le savoir.
(c) crackle bones

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: [Année 2023-2024] Un pub ou un autre | ULA & RIOGHBHARDAN | Août 2024   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Année 2023-2024] Un pub ou un autre | ULA & RIOGHBHARDAN | Août 2024
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard, 19 ans après. :: Autour du Monde :: 
Le Royaume-Uni
-
Sauter vers: