AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Année 2023-2024] Remember that you owe me everything ♔ Tracy (terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9834-candice-rose-tiedoll-reputation-is-everything-terminee#213953http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9853-candice-les-roses-ont-des-epineshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9854-candice-memories#214123http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9856-candice-une-lettre-d-amour#214125http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9855-candice-courriers-express#214124

Arrivé(e) le : 29/06/2018
Parchemins rédigés : 128
Points : 0
Crédit : AnnaSophia Robb — bazzart
Année : 5ème année — 16 ans (redoublement)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Narcissa A. Breckenridge, Tasha E. Lennox-Blackwood, Professeur M. Burgess, Jayden S. Rosenbach

MessageSujet: [Année 2023-2024] Remember that you owe me everything ♔ Tracy (terminé)   Mar 3 Juil - 19:23

Remember who you are without me
EXORDIUM.
Les vacances emportaient avec elle un flot d’élèves ravis et soulagés de sortir des quatre murs de Poudlard. Ils descendaient du Poudlard Express en arborant une expression sereine et joyeuse, prêts à affronter la canicule du mois de juillet dans le repos, la détente ou dans l’aventure pour ceux qui partaient quelque part. Candice n’était pas mécontente d’oublier sa période d’examens qui avait été difficile à passer à cause de ses lacunes mais elle avait tout de même réussi à obtenir la moyenne dans la plupart des matières et ce grâce à l’aide d’un bon samaritain qui ne s’appelait malheureusement pas Tracy. C’était sa demi-sœur qui prenait en majeur partie la charge de faire ses devoirs ou de l’aider à réviser. Mais pour une raison qu’elle ignorait, elle avait décidé de n’en faire qu’à sa tête ces dernières semaines et ce n’était clairement pas pour lui plaire. Tracy lui devait tant de choses et elle osait malgré cela l’ignorer et lui dire de se débrouiller seule dans un moment où elle avait besoin de son intellect ? Cela ne passait pas pour Candice qui avait très mal pris son comportement de fausse rebelle pensant pouvoir agir comme elle le sentait alors que c’était grâce à elle que sa demi-sœur avait pu prendre de l’assurance au fil du temps, se faire des amis, apprendre à être appréciée par les autres plutôt que d’être vue comme une enfant bizarre et inintéressante. Elle comptait le lui rappeler pour toujours et davantage lorsqu’elle pensait pouvoir s’émanciper de celle qui l’avait aidée.

« Bonnes vacances, Candice ! » Dit l’une de ses amies.
« Toi aussi. Je t’enverrai un hibou pour que tu passes à la maison cet été ! »

Une étreinte en guise d’au revoir et un dernier sourire les séparèrent, chacun regagnant leur famille. Il était toujours étrange de voir ses parents après des mois d’internement à l’école et Candice s’amusait à deviner ce qui avait pu changer chez Robin et sa mère. Aujourd’hui, cette dernière était vêtue d’une robe à fleurs qu’elle n’avait jamais vue et elle trouvait que cela lui allait à ravir. A côté d’eux, Elijah et Tracy étaient déjà présents, leurs wagons étant situés bien plus vers l’avant que celui où elle s’était installée avec ses copines. Ils semblaient tous en pleine discussion mais ils se turent lorsqu’elle arriva à leur hauteur. Sans un regard pour Tracy, elle fondit sur sa mère dans une forte étreinte avant d’en faire de même pour Robin mais avec moins d’intensité. Puis, reprenant les échanges entre eux au sujet des derniers jours passés à Poudlard , ils reprirent le chemin inverse en quittant la voie 9 ¾ en traversant le fameux mur magique.

Le voyage dans la Ford de Robin se fit dans la bonne humeur avec une Candice toujours aussi enthousiaste et spontanée, monopolisant toutes les conversations pour y apporter son avis ou raconter ses propres anecdotes vécues. Elijah était le plus silencieux comme à son habitude et c’était à peine s’il avait ouvert la bouche depuis que leur famille s’était réunie. Tracy, quant à elle, était sujet à une gêne palpable mais sa demi-sœur ne fit rien pour la mettre à l’aise, se contentant de l’ignorer royalement pour lui rendre la monnaie de sa pièce. Elle saurait ainsi ce qu’elle avait ressenti lorsque ses différentes lettres express dans lesquelles elle lui donnait rendez-vous pour discuter restaient sans réponse.

Ce ne fut que lorsqu’ils posèrent pied à l’extérieur de la voiture, dans Gloucester, après plusieurs heures de voyage, que Candice attrapa Tracy par l’épaule pour la retourner doucement vers elle. Elijah était déjà rentré avec sa valise et leurs parents se chargeaient des affaires des deux jeunes filles. Esquissant un sourire forcé, la blondine lui lança d’un faux air aimable :

« Il faut qu’on parle. Viens, on va faire semblant de redécouvrir le jardin. »

Sans attendre de réponse ni la moindre protestation de sa part, elle glissa sa main jusqu’à l’omoplate de sa demi-sœur pour l’entraîner à suivre le mouvement. Alors que Louise Tiedoll venait de ressortir de la maison pour décharger le restant de la voiture, Candice lui promit de rentrer d’ici une dizaine de minutes, le temps de pouvoir contempler les nouveaux plants de fleurs et de fruits qu’ils avaient fait poussé durant leur absence. Lui parler à l’intérieur-même de la maison n’aurait pas été discret et elle préférait éviter qu’Elijah ne soit dans le coin, ni d’être interrompues même si, en soi, il n’y avait pas de raisons qu’ils finissent tous autour de la table. Le dîner, ils l’avaient tous pris sur une aire d’autoroute donc il n’y aurait pas de nouvel appel.

Les deux jeunes filles contournèrent la maison par la petite allée décorée de petites pierres et de fleurs sur les côtés avant de se retrouver dans le jardin, bien plus fleuri et plus orné que dans leurs souvenirs de Noël. Et bien qu’il soit un peu plus de vingt et une heures, le soleil bénéficiait des effets du solstice d’été qui lui permettait d’éclairer le pays pour au moins une bonne demi-heure de plus. Jetant des coups d’œil intéressés au cerisier dont les fruits mûrs pourraient lui servir de dessert dans la semaine à venir, elle prit place sur l’un des deux bancs installés sur leur terrasse. Un parasol ouvert leur permettait d’être à l’ombre et d’échapper à ces vagues caniculaires qui frappaient la région depuis quelques jours déjà.

« Bon, tu vas pouvoir m’expliquer pourquoi tu as passé ces dernières semaines à m’ignorer complètement alors que j’avais besoin de toi, Amy. »

Ces mots étaient prononcés sur le ton du reproche et elle prenait soin de fixer Tracy du regard pour l’emprisonner dans une dualité dont elle ne pourrait pas sortir de sitôt sans qu’elle ne donne à Candice ce qu’elle voulait. Elle n’avait d’ailleurs plus prononcé le surnom de « Amy » depuis quelques années déjà mais elle se le permettait ce soir, juste parce qu’elle s’adressait avant tout à la véritable Amelia, celle qui aurait pu être une simple loser comme au primaire si sa demi-sœur ne l’avait pas poussé vers l’avant. Quant au « besoin de toi » sur lequel la tonalité de sa voix avait insisté, il n’avait que pour but de l’enfoncer davantage dans le remord.



Dernière édition par Candice R. Tiedoll le Mar 9 Oct - 21:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7150-tracy-amelia-bennett-pour-etre-confirmee-dans-mon-identite-je-depends-entierement-des-autreshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7158-tracy-l-essentiel-en-enfer-c-est-de-survivrehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7162-tracy-bien-que-la-verite-et-le-mensonge-soient-jumeaux-la-verite-la-plus-agee-des-deuxhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7163-tracy-n-oubliez-pas-de-signer

Arrivé(e) le : 27/11/2016
Parchemins rédigés : 2150
Points : 22
Crédit : Schizophrenic. (c)
Année : Sixième (seize ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Finn & Jade.

MessageSujet: Re: [Année 2023-2024] Remember that you owe me everything ♔ Tracy (terminé)   Mer 4 Juil - 1:02

Remember that you owe me everything
Candice & Tracy

Le front collé contre la vitre de la porte arrière, Tracy demeurait songeuse, silencieuse tandis que Candice faisait le récit de leurs derniers mois d’école. Perdue entre ses souvenirs de bal, dans ses images de danse, ses projets de voyage, et celle de l’idée un peu plus inquiétante qui lui était venue en fin de soirée concernant de son cavalier, la jeune fille était quelque peu absente, se laissant bercer par le ronronnement du moteur, les klaxons parasites qui manifestaient le mécontentement de leurs chauffeurs au vu de la lenteur et de la pénibilité de la circulation sous cette chaleur étouffante. Elle rentrait à la maison à la fin d’une année riche en péripéties, pour la cinquième fois, et cette fois-ci, elle n’était pas sûre que ça lui fasse plaisir. Bien sûr, elle avait été ravie de retrouver son père en descendant du train, qu’elle avait serré dans ses bras sans retenue, et également de retrouver sa belle-mère qui se montrait toujours si prévenante à son égard. Mais elle éprouvait une drôle d’amertume à l’idée de laisser ce château qu’elle ne reverrait que dans quelques mois : Cissy et Dan lui manqueraient, même si elle savait qu’elle pourrait se raccrocher à leurs correspondances épistolaires, et elle éprouvait à nouveau cet effroi à l’idée de se retrouver à nouveau toute seule. Bien sûr, il y avait sa soeur… celle à laquelle elle se raccrochait continuellement : mais cette année, ce n’était plus pareil. Il n’était pas rare que cette dernière soit la plus bavarde des trois enfants, c’était même là le schéma le plus récurrent chez la famille recomposée des Tiedoll. Elijah était fermé comme une huître, probablement en proie avec ses démons intérieurs, et ne se manifestait que lorsqu’on l’y invité, pour sa part elle se passait bien de raconter ce qui s’était passé lors des BUSEs de potions, et à son contraire, leur soeur, bien plus loquace, ne craignait pas de s’attarder sur tous les détails qu’elle jugeait bon de livrer. Seulement Tracy avait remarqué une petite nuance inhabituelle dans son discours tandis que d’une voix enjouée, elle monopolisait la parole dans la voiture et accaparait toute l’attention de la part de leurs parents : lorsque sa demi-soeur évoquait le temps passé au château, elle faisait d’ordinaire toujours usage d’un « on » qui la comprenait elle aussi dans ces aventures. Ce n’était pas le cas aujourd’hui : Candice l’avait totalement exclue de son récit, comme si elle n’y avait jamais pris part. Et cette constatation la blessait, malgré elle, l’emplissant d’une amertume … Elle n’était pas idiote, elle avait bien remarqué leur éloignement progressif, mais il était donc si facile pour celle qu’elle considérait comme sa propre soeur de la mettre sur le banc de touche ? De la faire disparaître de ces histoires qu’elle aimait tant raconter ?

Le trajet se déroula normalement, et comme à son habitude, elle s’effaça légèrement, laissant à Candice tout le loisir de partager ses anecdotes, et lorsque la voiture passa devant la rangée d’ormeaux pour finalement s’arrêter devant le garage de leur demeure de banlieue, elle détacha sa ceinture avec l’intention de rejoindre sa chambre, espérant qu’elle aurait le temps de terminer sa lettre pour Dan avant l’heure du dîner. Il semblait que Candice en avait décidé autrement… alors qu’Elijah s’était volatilisé rapidement, comme on pouvait s’y attendre, et que leurs parents s’occupaient de leurs bagages, sa demi-soeur l’entraîna un peu à part. « Il faut qu’on parle. Viens, on va faire semblant de redécouvrir le jardin. » Docilement, elle se laissa faire, malgré ses appréhensions concernant la conversation, malheureusement inévitable, qui suivrait. Peu rassurée, avec cette désagréable impression de redevenir la petite Amelia qui n’avait jamais quitté son domicile, faisant son retour au jardin, encore trop grand pour elle, comme l’était ce monde qu’elle avait eu si peur d’affronter à onze ans. Les jonquilles avaient fleuri, les nombreux plants mis en terre par sa belle-mère s’étaient joliment développés, et comme à chaque retour à la maison, elle peinait à tout reconnaître. La maison changeait, et elle, elle sentait qu’elle changeait aussi. Pourtant, à peine quelque pas dans l’herbe de la pelouse de cette banlieue aisée de Gloucester, et le naturel la rattrapait, tout comme Candice, qui l’invitait à se joindre à elle, sur le banc sous le parasol ouvert. Légèrement plus intimidée qu’elle ne l’était d’ordinaire en sa présence, elle s’assit à ses côtés, se forçant à esquisser un sourire destiné à faire croire qu’elle était bien à l’aise. En vérité, elle ne l’était pas le moins du monde, et avait dans l’idée qu’elle devrait subir cette confrontation. « Bon, tu vas pouvoir m’expliquer pourquoi tu as passé ces dernières semaines à m’ignorer complètement alors que j’avais besoin de toi, Amy. » L'usage de son premier prénom la surprit, même si elle s'était préparée mentalement à l'air réprobateur que prendrait sa demi-soeur. Prise au piège comme un oiseau en cage, Tracy se mit alors à chercher autour d’elle, espérant trouver un échappatoire qui l’aiderait à fuir cette discussion qui la rendait déjà un peu trop nerveuse. Mais rien, ni Louise, ni son père, ni Elijah, ni un quelconque motif ne lui permettrait de filer à l’anglaise… L’audace dont elle avait fait preuve ces dernières semaines fondait comme de la neige au soleil.

Pourtant, alors qu’une partie d’elle était tentée de s’excuser de son comportement sur le champ et la prier de bien vouloir lui pardonner de tels écarts, une autre partie, encouragée par les lettres de Dan, par les recommandations d’Andrea, l’incitait à se défendre. Affirmer qu’elle avait eu besoin de ce temps pour elle-même, d’être égoïste, et qu’elle ne le regrettait pas. Qu’elles étaient soeurs, que Candice devrait être capable de la comprendre. Qu’elle avait rencontré sur cette fin d’année des contrariétés qui la rendaient moins disponible que d’ordinaire, qu’elle avait cette nécessité de trouver quelle était sa place. Tiraillée entre ces deux options, et l’air réprobateur de sa demi-soeur qui n’en avait manifestement pas terminé avec elle, elle demeura silencieuse, mordant sa lèvres en attendant que les mots qu’il serait bon de prononcer en pareille situation daignent bien franchir ses lèvres. « Je… j’étais occupée. La fin d’année était chargée, les BUSEs m’ont pris plus de temps que ce que je pensais. Ça n’avait rien avoir avec toi, Candy. » Finalement, elle n’avait pu s’en empêcher, rattrapée par le remords, par cette reconnaissance qu’elle avait toujours éprouvé vis à vis de sa soeur. Cette demi-vérité un peu floue ne la satisferait pas : il lui faudrait plus, et elle ne la laisserait pas en paix tant qu’elle n’aurait pas obtenu ce qu’elle voulait, à savoir son pardon, et sa promesse de ne plus recommencer. Néanmoins, Tracy n’y était pas encore disposée… Pas encore. Lors de son anniversaire, elle l’avait ressentie, cette envie de briller. Cette envie de vivre pour elle, et non plus pour les autres, de goûter aux devants de la scène. De faire partie d’un groupe de filles, de danser en robe d’été, de s’octroyer l’avenir auquel elle aspirait, de s’investir dans des projets flirtant entre le plus haut niveau de savoir, et l’interdit. Est-ce que cela faisait d’elle une mauvaise personne ? Peut-être, mais séduite par tout ce que lui avait apporté ces dernières expériences, elle n’était pas encore prête à y renoncer, même si ça ne plaisait pas à sa demi-soeur. Certes, elle n’avait pas été aussi présente que d’ordinaire pour l’aider dans ses examens, et s’en voulait quelque peu : elle se rattraperait, plus tard. « Tu avais… besoin de moi ? » demanda-t-elle toutefois, légèrement incrédule. D’ordinaire, c’était plutôt l’inverse, mais cette fois, elle avait cette étrange impression qu’autre chose était en jeu, dépassant le simple cadre des notes de la Poufsouffle. Cette fois, elle se sentait prise dans la toile, et avait cette désagréable impression que quoi qu’elle pourrait dire, elle n’en ressortirait pas gagnante.

Emi Burton


I’m afraid, somebody else might take my place
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9834-candice-rose-tiedoll-reputation-is-everything-terminee#213953http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9853-candice-les-roses-ont-des-epineshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9854-candice-memories#214123http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9856-candice-une-lettre-d-amour#214125http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9855-candice-courriers-express#214124

Arrivé(e) le : 29/06/2018
Parchemins rédigés : 128
Points : 0
Crédit : AnnaSophia Robb — bazzart
Année : 5ème année — 16 ans (redoublement)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Narcissa A. Breckenridge, Tasha E. Lennox-Blackwood, Professeur M. Burgess, Jayden S. Rosenbach

MessageSujet: Re: [Année 2023-2024] Remember that you owe me everything ♔ Tracy (terminé)   Ven 6 Juil - 0:05

Remember who you are without me
EXORDIUM.
Tracy était prise au piège. Fini les opportunités qu’elle pouvait saisir pour fuir les appels de Candice, fini les prétextes de cours ou d’examens ou que savait-on encore et qui l’empêchait de pouvoir se rendre utile auprès de sa demi-sœur. Celle-ci était prête pour cette confrontation et elle savait que dans ces conditions, elle prendrait toujours le dessus. Il n’y avait ici aucune distraction possible qui puisse permettre à la petite Serdaigle de fuir. Même son sourire qui semblait crier que tout allait bien n’était pas convaincant et si ses yeux finissaient par prendre peur du regard de son interlocutrice, ils ne pourraient se reposer que sur la nouvelle masse jaune formée par les tulipes plantées près du grillage. Candice avait attendu cette discussion sérieuse depuis un bon moment et elle s’était suffisamment agacée de son audace et de son ingratitude pour laisser passer n’importe quelle excuse qu’elle jugerait « bidon ».

Insensible à ce petit sourire qu’elle savait parfaitement faux, Candice lui donna la parole. Le résultat fut toutefois bien prévisible et pauvre en justifications valables. Tracy disait avoir été occupée par les BUSEs, que ses révisions lui avaient pris plus de temps que prévu et que cela n’avait rien à voir avec elle. Bien sûr, cela pouvait paraître logique dans l’esprit d’une personne qui ne ressentait ni rancune et ni égoïsme mais cela n’était pas suffisant pour la tête blonde.

« Crois-tu que je ne m’étais pas attendue à cette excuse ? » Répondit-elle en perdant peu à peu l’éclat de son visage.

C’était creux, pauvre et insatisfaisant à ses yeux. Elle qui n’avait jamais prêté la moindre attention aux cours, ni aux devoirs ne pouvait concevoir l’idée que cela puisse prendre autant de temps, autant de jours, autant de semaines. Combien de temps s’était écoulé depuis la dernière fois où elle avait demandé à Narcissa des informations sur le pourquoi Tracy paraissait aussi épuisée ? Même sa meilleure amie n’avait pas su lui répondre avec précision, se contentant simplement de lui parler de Potions Aiguise-Méninges. A quoi cela lui servait ? Est-ce qu’elle en utilisait juste par crainte de ne pas réussir ? C’était trop facile.

« C’était pour ça, ta consommation d’aiguise-méninges ? Reprit-elle rapidement, l’air suspicieux. T’arrêtais pas de boire la même chose et Narcissa a même dit qu’elle avait retrouvé des fioles par terre, une fois. Pourquoi avais-tu besoin de ça ? »

Elle n’avait jamais eu le souvenir que sa demi-sœur concoctait, les années précédentes, de telles potions pour travailler ses neurones. Au fond, elle n’en avait pas besoin puisqu’elle faisait partie des intellos de sa classe et c’était bien pour cela que les notes de Candice remontaient un peu. Les professeurs étaient d’ailleurs souvent surpris de cette irrégularité de résultats qui fluctuaient entre le Désolant et l’Acceptable, voire l’Effort Exceptionnel. Sa participation en classe était même nulle, à l’exception de la Divination. Il s’agissait bien de la seule matière où elle contentait les exigences de l’enseignant. Elle s’inventait des prédictions ou des rêves farfelus qui lui valaient des compliments lorsqu’elle en cherchait la signification. Mais on ne pouvait pas non plus parler de l’émergence du Troisième Œil pour autant.

« Tu avais… besoin de moi ? » Demanda Tracy avec hésitation.

Un sourire plus doux apparut aux coins des lèvres de Candice. Elle la tenait en cage, cette petite rebelle et il était temps qu’elle se rende compte qu’elle ne pouvait pas faire n’importe quoi avec ses proches. Plus particulièrement avec elle. Après tout, si elle en était là aujourd’hui, ce n’était pas seulement dû à ses propres efforts, loin de là.

« Bien sûr que oui ! Tu as toujours été importante pour moi, je pensais que c’était réciproque. Et voilà que tu m’ignores, que tu me fuis et qu’on passe moins de temps ensemble. Est-ce que tu trouves ça normal ? Lui demanda-t-elle sérieusement. Tu aurais pu t’occuper de tes BUSEs à côté de moi au lieu de faire ça dans ton coin. Depuis quand je te dérange, Amy ? Est-ce que je t’ai négligé une seule fois depuis que nous nous connaissons ? J'aurais pu être égoïste et le faire mais tu es à la fois ma demi-soeur et mon amie. »

Candice avait prononcé ces deux dernières questions d'un ton mielleux. Elle savait pertinemment qu’elle avait toujours été là pour extirper Tracy de ses propres guêpiers. Elle avait toujours été là pour la mettre en lumière quand sa propre maladresse ou son manque d’estime la tiraient en arrière. Elle le savait bien et elle ne posait ces questions que dans le but de la remettre en cause, de la contraindre à culpabiliser d’avoir commis ces erreurs et d’avoir tenté d’échapper à son contrôle. La jeune fille souhaitait un pardon et la promesse que cela ne se reproduirait plus. Un pardon prononcé à haute-voix avec les émotions qui vont avec, histoire d'être certaine que la petite brune prenait ceci au sérieux.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7150-tracy-amelia-bennett-pour-etre-confirmee-dans-mon-identite-je-depends-entierement-des-autreshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7158-tracy-l-essentiel-en-enfer-c-est-de-survivrehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7162-tracy-bien-que-la-verite-et-le-mensonge-soient-jumeaux-la-verite-la-plus-agee-des-deuxhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7163-tracy-n-oubliez-pas-de-signer

Arrivé(e) le : 27/11/2016
Parchemins rédigés : 2150
Points : 22
Crédit : Schizophrenic. (c)
Année : Sixième (seize ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Finn & Jade.

MessageSujet: Re: [Année 2023-2024] Remember that you owe me everything ♔ Tracy (terminé)   Sam 7 Juil - 17:06

Remember that you owe me everything
Candice & Tracy

« Crois-tu que je ne m’étais pas attendue à cette excuse ? » Un peu surprise par la légère brutalité de ses mots, Tracy s’enfonça dans son siège, et perdit son regard ailleurs, sur un coin du jardin auquel elle trouvait un intérêt soudain. Cette discussion avait à peine commencé qu’elle la mettait déjà à mal… Bien sûr, elle ne s’attendait pas à recevoir des fleurs pour être félicitée de son absence de ces derniers mois, comme elle l’avait confié à Dan par lettre, elle était soucieuse de la manière dont se déroulerait le retour à la maison. Mais si Elijah, qui conservait cette enveloppe de froideur et d’arrogance, devait à peine savoir qu’elle avait passé ses BUSEs, elle était pleinement consciente que les décisions qu’elle prenait n’échappaient pas à la vigilance de Candice : or, celle de s’éloigner d’elle était délibérée, et maintenant, elle allait avoir du mal à l’expliquer… Même si elle était pratiquement sûre d’avoir fait le bon choix, une part d’elle se sentait intensément coupable, rendant sa détermination à s’émanciper plus friable que jamais. « C’était pour ça, ta consommation d’aiguise-méninges ? T’arrêtais pas de boire la même chose et Narcissa a même dit qu’elle avait retrouvé des fioles par terre, une fois. Pourquoi avais-tu besoin de ça ? » Elle entrouvrit les lèvres, et pourtant, aucun son ne put en sortir, tant elle peinait à assimiler les informations que sa demi-soeur venait de lui donner. Premièrement, elle était au courant pour l’aiguise-méninges elle aussi… secondement, Cissy avait vendu la mèche, et une partie d’elle ne put s’empêcher de le prendre comme une légère trahison. Maintenant, elle allait devoir se justifier, et puisqu’elle avait mal anticipé les faits qui lui seraient reprochés, elle ne pourrait pas mentir pour tenter de s’en sortir… Pinçant les lèvres, les couleurs de son visages pâlirent, tandis qu’elle se retournait vers Candice, fixant ses boucles blondes en prenant bien soin de ne pas la regarder dans les yeux. « Comment est-ce que tu… Je suis désolée, mais c’est moi que ça regarde. » répondit-elle, beaucoup plus sur la défensive qu’elle ne l’aurait voulu. Ça commençait mal. A peine ces mots avaient-ils franchi sa bouche, qu’elle savait qu’elle s’aventurait sur une pente accidentée, et qu’elle risquait de perdre bien davantage. Enfin, c’était trop tard pour faire marche arrière, il allait lui falloir assumer cette prise de position.

Pourtant, malgré tout, alors que Candice aurait du se mettre en colère contre elle, les reproches que celle-ci formulait à son encontre semblaient bien plus empreints de déception, ce qui accentuait son mal-être. « Bien sûr que oui ! Tu as toujours été importante pour moi, je pensais que c’était réciproque. Et voilà que tu m’ignores, que tu me fuis et qu’on passe moins de temps ensemble. Est-ce que tu trouves ça normal ? » « Non ! » s’empêcha-t-elle de répondre. Non, bien sûr que ce n’était pas normal. Elle avait tout fait de travers, et il semblait presque impossible de réparer les pots cassés désormais… mais Dan l’avait assurée qu’elle n’avait pas à s’excuser, et Andrea prétendait qu’elle aussi pouvait sortir de l’ombre. Alors… comment se faisait-il qu’elle soit aussi mal à l’aise avec cette idée… ? Candice semblait réellement sincère, et si ça se trouvait, elle l’avait blessée en s’écartant d’elle pour aller jouer les potionnistes ou les arithmanciennes, et se passionner pour sur le sujet de la vie et de la mort. Que serait-il arrivé, si, à cause d’elle, Candice n’avait pas réussi à obtenir d’assez bonnes notes pour les examens, ou qu’elle n’avait pas été là pour elle à un moment important de sa vie ? Elle préférait ne même pas y penser… Un peu sonnée, elle leva les yeux à l’étage, où Louise venait d’ouvrir les volets, et leur adressait un signe de main, auquel elle répondit précipitamment, accompagné d’un sourire qui manquait clairement de naturel. Surtout, elle n’avait pas la moindre envie que leurs parents comprennent ce qui se passait entre elles deux, aussi, agir comme si de rien n’était semblait de loin la meilleure solution à envisager. Revenant à Candice, elle humecta ses lèvres qui étaient devenues un peu sèches, et prit sa tête entre ses mains, légèrement désemparée… Il semblait ne pas y avoir de bonne solution pour remédier à la situation, et la panique commençait à légèrement la gagner. « Ce n’est pas la même chose… bien sûr que c’est réciproque. Est-ce qu’on ne peut pas tout simplement oublier tout ça, et passer l’éponge ? » demanda-t-elle un peu précipitamment, en remettant derrière son oreille une mèche de cheveux, entrecroisant ses doigts pour les empêcher de tapoter nerveusement sur la surface du banc. Quelque chose lui disait que ça n’allait pas être aussi facile qu’elle le pensait…

Et comme elle s’y attendait, Candice ne lâchait pas l’affaire. Tracy avait de plus en plus de mal à gérer cette conversation qui la dépassait clairement, en proie à un flot d’émotions venues obscurcir son jugement. Alors qu’elle s’évertuait à se convaincre que son comportement, même s’il n’était pas des plus honorables, était au moins légitime, la honte et la culpabilité la poussaient à baisser la tête. « Tu aurais pu t’occuper de tes BUSEs à côté de moi au lieu de faire ça dans ton coin. Depuis quand je te dérange, Amy ? Est-ce que je t’ai négligé une seule fois depuis que nous nous connaissons ? J'aurais pu être égoïste et le faire mais tu es à la fois ma demi-soeur et mon amie. » Elle avait raison. S’il y avait bien quelqu’un qui avait toujours été auprès d’elle, qui ne l’avait jamais abandonnée, c’était bien Candice. Alors que pourtant, c’était une fille incroyable, qui brillait naturellement, qui n’avait certainement pas besoin d’une fille comme elle à ses côtés, elle était restée, elle l’avait encouragée, elle avait tiré le meilleur d’elle-même : elle avait fait d’elle quelqu’un, et elle lui devait tout. Qu’arriverait-il si sa soeur décidait tout à coup que leurs chemins pouvaient très bien se séparer… ? L’idée d’être toute seule la terrorisait. « Pour moi aussi, et je ne veux pas que ça change ! » Sauf qu’il n’y avait pas que les BUSEs pour enjeu, mais bien sûr, elle ne pouvait pas prendre le risque d’aborder quoi que ce soit qui touchait au serment inviolable, et à ses rencontres avec Andrea. Elle n’avait pas non plus envie de parler de ce qui s’était passé lors des BUSEs de potions, ou lors du cours de botanique qui avait mal tourné, ni des sombrals, ni de tout le reste. Finalement, tout était bien plus simple lorsqu’elle n’avait rien de plus intéressant à faire que de rester à la disposition de sa demi-soeur et veiller à ne jamais la décevoir, ce qui avait été le cas pendant quatre ans. Est-ce que pour autant, elle avait envie de revivre cette époque où elle était bien plus effacée, bien plus transparente… ? Non. Et elle n’avait pas non plus envie de perdre Candice, ce qui rendait pour elle la situation assez complexe. « Mais depuis quand ça t’intéresse, mes devoirs ? Il me fallait… du temps pour moi, et tu aurais trouvé ça barbant. Je n’ai pas envie que tu t’ennuies quand on est ensemble, d’accord ? Tu ne me déranges pas Candy, mais des fois, c’est juste que tu ne comprends pas. » ajouta-t-elle, sans dissimuler la peine qu’elle éprouvait à lui tenir tête. Elle ne s’attendait pas à ce que sa demi-sœur réalise tout à coup dans quelle position elle était, mais elle était sensible au ressentiment de cette dernière, partagée entre l’envie de faire valoir ses droits, ou d’abandonner pour se ranger dans le sens de la Poufsouffle.

Emi Burton


I’m afraid, somebody else might take my place
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9834-candice-rose-tiedoll-reputation-is-everything-terminee#213953http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9853-candice-les-roses-ont-des-epineshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9854-candice-memories#214123http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9856-candice-une-lettre-d-amour#214125http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9855-candice-courriers-express#214124

Arrivé(e) le : 29/06/2018
Parchemins rédigés : 128
Points : 0
Crédit : AnnaSophia Robb — bazzart
Année : 5ème année — 16 ans (redoublement)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Narcissa A. Breckenridge, Tasha E. Lennox-Blackwood, Professeur M. Burgess, Jayden S. Rosenbach

MessageSujet: Re: [Année 2023-2024] Remember that you owe me everything ♔ Tracy (terminé)   Dim 15 Juil - 2:49

Remember who you are without me
EXORDIUM.
Tracy ne s’était pas attendue à ce que sa consommation d’Aiguise-Méninges ne fuite jusqu’aux oreilles de Candice. Cette dernière aurait pu afficher un sourire victorieux mais elle était partagée entre l’idée d’être fière d’avoir déniché cette information mais aussi contrariée que sa demi-sœur lui ait caché des choses. En l’occurrence, elle était certaine que ce n’était que ce qu’elle savait n’était que la surface émergée de l’iceberg et elle n’appréciait pas du tout cette pensée. Depuis toutes petites, elles avaient presque tout fait ensemble et il semblait qu’elles ne se cachaient rien. Ou tout du moins, Tracy n’était pas censée lui cacher des choses. L’inverse n’était pas toujours valable tant Candice avait ses secrets et ses manigances qui avaient tout intérêt à rester à l’abri des oreilles de sa demi-sœur mais elle était persuadée être en droit de le faire puisqu’elle était, entre autre, la plus « grande » des deux dans tous les sens du terme. Devant ces yeux qui la fuyaient, cet air coupable et la pâleur de son visage qui n’avait en rien un rapport avec la luminosité ambiante, la blondine ne cacha pas son amertume.

« C’est toi que ça regarde ? En es-tu seulement certaine, Amy ? Lui demanda-t-elle en insistant bien sur le mot « certaine ». Tout ce qui touche à ton bien-être me concerne et je n’étais pas la seule à penser que tu avais souvent l’air fatiguée. Tout le monde le disait dans ton dos et je te laisse imaginer mon embarras lorsque j'étais incapable de leur dire quoi que ce soit là-dessus. »

Elle exagérait, bien sûr. Ceux qui l’avaient remarqué étaient notamment des élèves appartenant à la promotion de Tracy ou qui l’approchaient un minimum mais lorsqu’elle avait appris tout cela de Narcissa, elle n’avait de cesse constaté l’état diminutif de sa demi-sœur. Chaque année, les professeurs leur faisaient tous un grand discours barbant au sujet des examens de fin d’année mais s’agissait-il de marathons impossibles ? Pour elle qui n’avait jamais accordé le moindre intérêt à ses études, la réponse était simple : en révisant juste ce qu’il fallait, on pouvait obtenir une note potable alors pour une personne comme Tracy qui avait des facilités de base et qui aimait apprendre, il n’était certainement pas nécessaire qu’elle n’utilise un artifice quelconque pour réussir. Sur ce coup-là, Candice la comprenait encore moins.

Un des points sensibles sur lequel la jeune fille souhaitait appuyer pour s’attirer la culpabilité grandissante de la Serdaigle concernait l’affection et tout ce qu’elle avait pu faire pour elle depuis le début. Lui rappeler ce qu’elle représentait à ses yeux, la brandir comme une chose importante et précieuse tout en lui soulignant que la réciproque n’avait pas été respectée lui suscitait à la fois une recherche de gratitude de la part de Tracy et le désir de s’élever au rang de sauveuse porteuse de lumière ‒ ce qu’elle n’était, au fond, absolument pas évidemment. Sa tentative fonctionna puisque aussitôt que ses derniers mots furent prononcés, Tracy parut bien plus déstabilisée, anxieuse et terriblement inquiète. Inquiète, elle pouvait l’être. Aux yeux de Candice, elle devait forcément se sentir perdue, perdre tous les mauvais repères qu’elle avait pu prendre depuis qu’elle l’avait lâchée et revenir sur le bon droit chemin. Si elle devait la bousculer pour qu’elle se remette en question et ne cesse de tout faire de travers, alors elle serait prête à argumenter dans ce sens pour obtenir ce qu’elle voulait. Avec une autre personne, peut-être aurait-elle agi autrement. Peut-être ne lui aurait-elle pas accordé une seconde chance et serait directement passé à des représailles plus fourbes et mesquines. Mais Tracy n’était pas n’importe qui et elle tenait à elle tout comme une dame cupide tenait à son plus beau bijou. Elle était celle qu’elle désirait le moins perdre parce qu’elle avait trop pris l’habitude de baigner dans cette confiance aveugle que sa demi-sœur lui vouait. Une confiance encore bien plus malléable que celle que ses autres copines lui donnaient et notamment parce qu’elles étaient liées par le lien familial.

« Ce n’est pas la même chose… bien sûr que c’est réciproque. Est-ce qu’on ne peut pas tout simplement oublier tout ça, et passer l’éponge ? »

Candice maintint son doux sourire. Dans cette phrase, elle y voyait l’abandon pur et simple et trop rapide de la détermination de Tracy. Finalement, son assurance n’aura pas tenu bien longtemps et elle savait que sa technique avait alors fonctionné comme prévu. Jeter l’éponge, quelle idée ! En quelques mots, elle pourrait effectivement le faire et lui proposer d’oublier cette histoire pour s’amuser à nouveau ensemble mais cette voie de la facilité ne lui convenait pas, pour une fois. La Serdaigle ne se défilerait pas, elle devait au moins comprendre qu’elle ne pouvait pas la laisser tomber aussi aisément et sur le premier coup de tête qui lui venait.

« Si je pouvais passer l’éponge en deux secondes et ne pas t’embêter avec tout ça, je l’aurais fait, crois-moi. Mon but n’est pas de te brusquer, ni de t’embarrasser mais ça ne me suffit pas. Tu ne me dis pas tout, je ne suis pas idiote. »

C’était terriblement agaçant de ne pas tout savoir et encore plus lorsque cela venait d’un être proche. Elle luttait assez facilement contre ce goût amer qu’elle avait au bout de la langue à travers son ton parfaitement calme mais au fond d’elle, elle ressentait de la colère à son égard et bien plus que de la déception. Alors Candice continua à lui poser d’autres questions pour mieux enfoncer le clou, pour mieux ôter toute logique ou réponse indésirable à l’audace de Tracy qui n’avait pas à émerger de l’eau. Le tout était de retourner ses arguments contre elle, de pointer les problèmes en maniant les tournures de sorte à ce qu’elle-seule soit la fautive mais le tout sans l’accabler trop férocement. Il fallait que la suggestion qu’elle soit la source de tous ces problèmes vienne d’elle-même et non pas qu’elle se sente entièrement accusée du début à la fin.

« Tu ne veux pas que ça change mais tu réussis presque à me faire douter de tes intentions. Comment puis-je te croire et te faire confiance si même d’autres en savent plus que moi ? » Dit-elle, son visage devenant plus sérieux et sa tonalité moins douce.

Poser des questions, toujours poser des questions pour la pousser à se remettre en question, à réfléchir sur son comportement et à lui faire simplement manger le message que c’était elle qui s’était déréglée de la « normalité ». Tout était tellement plus simple durant leur quatre premières années à Poudlard autant pour elle que pour Tracy alors pourquoi cette dernière avait-elle subitement ressenti la nécessité de s’évader ?

« Mais depuis quand ça t’intéresse, mes devoirs ? Il me fallait… du temps pour moi, et tu aurais trouvé ça barbant. Je n’ai pas envie que tu t’ennuies quand on est ensemble, d’accord ? Tu ne me déranges pas Candy, mais des fois, c’est juste que tu ne comprends pas. »

Elle lui tenait clairement tête et ce n’était pas au goût de la Poufsouffle, très loin de là. Elle s’en fichait bien des devoirs de Tracy et effectivement, elle aurait trouvé cela barbant mais ce n’était qu’un prétexte pour justifier le fait qu’elle avait très bien pu rester avec elle pour qu’elles puissent être un minimum ensemble même en période de BUSEs. Peut-être n’aurait-elle fait aucun effort, comme d’habitude, dans l’écriture de ses devoirs mais elle aurait toujours pu interagir avec elle sans être mise à l’écart. Mais soit, ce n’était pas ce qui stupéfiait Candice dans ses déclarations. Non, ce qui venait de la tiquer, c’était le « tu ne comprends pas ». C’était elle qui ne comprenait pas. Elle fronça des sourcils, l’étonnement se faisant ressentir dans sa réponse :

« Je ne comprends pas quoi ? Ta logique qui veut que tu préfères faire cavalier seul plutôt que de me voir et de m’adresser la parole ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7150-tracy-amelia-bennett-pour-etre-confirmee-dans-mon-identite-je-depends-entierement-des-autreshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7158-tracy-l-essentiel-en-enfer-c-est-de-survivrehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7162-tracy-bien-que-la-verite-et-le-mensonge-soient-jumeaux-la-verite-la-plus-agee-des-deuxhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7163-tracy-n-oubliez-pas-de-signer

Arrivé(e) le : 27/11/2016
Parchemins rédigés : 2150
Points : 22
Crédit : Schizophrenic. (c)
Année : Sixième (seize ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Finn & Jade.

MessageSujet: Re: [Année 2023-2024] Remember that you owe me everything ♔ Tracy (terminé)   Lun 16 Juil - 21:33

Remember that you owe me everything
Candice & Tracy

« C’est toi que ça regarde ? En es-tu seulement certaine, Amy ? Tout ce qui touche à ton bien-être me concerne et je n’étais pas la seule à penser que tu avais souvent l’air fatiguée. Tout le monde le disait dans ton dos et je te laisse imaginer mon embarras lorsque j'étais incapable de leur dire quoi que ce soit là-dessus. » Une ombre venait de passer sur le jardin, et l’empreinte de la culpabilité s’inscrivait sur le visage de Tracy, tandis que Candice, comme toujours, lui prouvait une fois de plus que c’était elle qui avait raison. C’était la première fois qu’elles se retrouvaient seules ensemble depuis des semaines, et il lui semblait alors qu’un voile sur ses yeux l’avait empêché de remarquer combien sa demi-soeur semblait inquiète à son sujet. Mal à l’aise, elle plaça ses mains sur ses tempes, se repliant légèrement, tandis qu’elle n’entendait que les éclats de voix lointains de son père qui demandait s’il y avait besoin de quoi que ce soit à l’épicerie. Candice, à l’inverse d’elle, semblait si sûre d’elle, si sincère, comme si elle avait répété ce discours depuis des mois, comme si elle avait emprisonné ce ressenti au fond d’elle pendant qu’elle-même, ne voyait rien… Et subitement, elle se trouva bien égoïste. Les mots restaient bloqués dans sa gorge, tandis que comme un insecte sur une toile, elle se débattait, cherchant un moyen d’échapper à cette discussion qu’elle ne maîtrisait déjà plus. « Je… » commença-t-elle timidement, avant de s’interrompre elle-même, et de se remémorer les paroles qu’on lui avait soufflées, pour la pousser à s’élever elle-même. Si ces rêves de lumière semblaient s’éloigner à cause de son hésitation, elle se retrouva à pomper dans ces réserves de courage qui n’étaient pas encore épuisées. « Ça n’a rien d’important cette histoire d’aiguise-méninges ! Je ne sais pas ce que vous avez tous avec ça, on dirait une affaire d’état ! Il n’y avait rien à savoir, je voulais simplement mémoriser un peu plus facilement certains cours, est-ce que c’est censé être exceptionnel… ? Je ne t’en ai pas parlé parce que c’était anecdotique, je ne voulais pas t’embarrasser. » protesta-t-elle en secouant la tête, en se sentant parcourue de tics nerveux. La communication était difficile. Si jamais elle n’avait éprouvé la moindre difficulté à converser avec sa soeur, aujourd’hui plus que d’ordinaire, si elle s’efforçait de se défendre, elle se sentait bien incapable de s’imposer.

C’était ce qui rendait cette discussion si compliquée, presque insoutenable… Candice semblait avoir été réellement affectée par son absence, et rien n’excusait alors son comportement de ses derniers mois. Se mordant distraitement la lèvre, elle renonça presque à l’idée de résister. « Si je pouvais passer l’éponge en deux secondes et ne pas t’embêter avec tout ça, je l’aurais fait, crois-moi. Mon but n’est pas de te brusquer, ni de t’embarrasser mais ça ne me suffit pas. Tu ne me dis pas tout, je ne suis pas idiote. » Même sa franchise était douce. Même lorsqu’elle établissait les faits, lorsqu’elle lui reprochait ses agissements passés, elle le faisait avec une extrême délicatesse… Candice n’avait pas changé. Depuis leurs premières années passées ensemble, elle avait toujours été très douée pour s’adresser aux autres, pour les sonder, pour les comprendre, presque au premier abord. Et lorsque Tracy se sentait perdue, en proie avec ses démons intérieurs, c’était toujours sa soeur qui l’avait ramenée sur la voie de raison… Une petite voix, en elle-même, lui susurrait de faire confiance au jugement de celle qui ne l’avait jamais trahie, jamais déçue. Certes, Candice avait sa personnalité, parfois quelques travers, mais somme toute, elle était toujours aussi exceptionnelle… L’air passablement préoccupé, Tracy soupira, un peu résignée à la défaite. « Ce n’était pas contre toi, je pensais seulement que ce serait plus simple comme ça ! Tu avais tes examens, tes amies, d’autres choses à gérer… J’ai l’impression d’être passée à côté de beaucoup de choses, ces dernières semaines, et j’ai envie de rattraper tout ça. » Dan et Andrea la surestimaient, et de loin. Ils n’imaginaient pas combien, en comparaison, elle était bien loin d’atteindre ne serait-ce le quart de ce que représentait Candice aux yeux du monde : elle s’était elle-même condamnée à rester enfermée dans son ombre, et finalement… il semblait que ce soit mieux comme ça. Au moins, les choses resteraient les mêmes, et elle n’aurait pas à subir le dépaysement d’un goût trop prononcé à la reconnaissance, au succès, à la popularité. Ces choses-là n’étaient tout simplement pas pour elle…

Difficile de se rendre compte, alors que la froideur et l’incompréhension rendaient leurs échanges brouillons, à quel point d’ordinaire elles étaient proches, plus que ne pouvaient l’être parfois des soeurs naturelles. Candice l’avait immédiatement adoptée, presque à ses premiers pas dans cette même maison, alors qu’elles n’étaient âgées que de six et sept ans, et depuis, l’entente était restée la même… « Tu ne veux pas que ça change mais tu réussis presque à me faire douter de tes intentions. Comment puis-je te croire et te faire confiance si même d’autres en savent plus que moi ? » La crainte lui noua les entrailles, tandis que ses lèvres se mouvaient sans bruit : la simple idée que le lien de confiance entre elles se rompe définitivement ne pouvait la laisser de marbre, malgré ses récents désirs d’indépendance… Elle s’imagina alors, circuler dans cette maison, traverser les couloirs, monter dans sa chambre, en croisant la Poufsouffle, comme si elles ne se connaissaient qu’à peine, comme si comme avec Elijah, elles étaient reléguées au rang de simples étrangères. Fébrile, elle déposa alors une main son bras, et la panique se faisait légèrement ressentir dans son ton de voix : « C’est évident que tu peux me faire confiance… et l’inverse est vrai aussi ! » La contrariété et l’inquiétude étaient lisibles sur son visage, mais elle savait qu’il en faudrait bien plus pour convaincre sa soeur… « C’est toi la gardienne de mon secret, tu te souviens… ? » rajouta-t-elle à mi-voix, vérifiant que personne ne pouvait les entendre, et que tous les autres membres de la famille étaient affairés à d’autres tâches. Surtout, personne ne devait savoir… Mais elle tenait réellement à prouver à sa demi-sœur à quel point elle était prête à s’investir, pour conserver leur relation, telle qu’elle l’était. Même si les compromis étaient difficiles à trouver, elles y arriveraient, ça ne pouvait pas être autrement… « Je ne comprends pas quoi ? Ta logique qui veut que tu préfères faire cavalier seul plutôt que de me voir et de m’adresser la parole ? » Secouant à nouveau la tête d’un air passablement navré, elle s’empêcha de plonger sa tête entre ses mains, avec le sentiment de… se noyer, au beau milieu d’un terrain qui ne lui était pas favorable. Elle n’y arrivait pas. Ni à mettre des mots sur les sentiments qui l’habitaient, ni à exprimer son désir de vivre, de vivre par elle-même, de connaître cette liberté dont elle ne connaissait même pas le goût. « Non… non, Candice, bien sûr que ce n’est pas le cas. Je serais toujours là pour toi, d’accord… ? » répondit-elle, doucement, avant de reprendre, sur la défensive. « Mais je viens d’avoir seize ans, jusqu’ici on a toujours compté l’une sur l’autre… et dans deux ans, on sera séparées. » Elle n’avait jamais voulu y penser, parce que ça semblait loin, parce que ça semblait si abstrait… mais ça ne l’était plus. Ça devenait une réalité, à laquelle il était temps de se confronter. « Je ne cherche pas à t’évincer, Candice, bien sûr que non, mais je ne sais même pas ce que ça fait… être toute seule. Tu saurais parfaitement te débrouiller sans moi à Poudlard, et ce n’est pas mon cas. » finit-elle par avouer, un peu désemparée, ne sachant trop ce qu’il était bon de rajouter. Peut-être rien. Alors, le silence s’installa, quelques secondes, leurs mèches de cheveux se soulevèrent, emportées par le vent, comme ceux d’une seule et même personne.

Emi Burton


I’m afraid, somebody else might take my place
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9834-candice-rose-tiedoll-reputation-is-everything-terminee#213953http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9853-candice-les-roses-ont-des-epineshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9854-candice-memories#214123http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9856-candice-une-lettre-d-amour#214125http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9855-candice-courriers-express#214124

Arrivé(e) le : 29/06/2018
Parchemins rédigés : 128
Points : 0
Crédit : AnnaSophia Robb — bazzart
Année : 5ème année — 16 ans (redoublement)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Narcissa A. Breckenridge, Tasha E. Lennox-Blackwood, Professeur M. Burgess, Jayden S. Rosenbach

MessageSujet: Re: [Année 2023-2024] Remember that you owe me everything ♔ Tracy (terminé)   Sam 21 Juil - 13:53

Remember who you are without me
EXORDIUM.
La main sur les tempes, Tracy semblait au comble du malaise comme un enfant pris en flagrant délit en train de faire une bêtise. Allait-elle cesser de se justifier et passer directement aux excuses suivi de la promesse de mieux se tenir à partir de maintenant ? Elle parut bien timide en prononçant son petit « Je » mais en une fraction de seconde, elle semblait avoir repris de la ressource et sa voix prit une allure de protestation alors qu’elle secouait la tête tout en lui soulignant que cette affaire d’aiguise-méninges n’avait pas son importance et qu’elle souhaitait juste améliorer sa mémoire. Si c’était si anecdotique, pourquoi se sentait-elle obligée de presque s’énerver tout en le disant ? En plus, elle n’évoquait pas sa fatigue constante qui poussait à se poser des questions. Décidément, Candice ne la trouvait pas claire dans sa façon de transmettre son idée et elle ne comptait pas lâcher le grappin aussi facilement. Ce serait lui arranger les choses.

« Avoue que c’est quand même pas commun d’avaler des tas de fioles comme ça, surtout quand on en retrouve les cadavres dans un coin, répondit-elle avec suspicions. Et d’ailleurs, ce qu’on m’a rapporté de ton examen de potions, c’était aussi anecdotique ? Des gens t’ont vu t’écrouler par terre pendant qu’ils faisaient leur potion. Ca, tu ne m’en as pas parlé ! »

Le jour où elle avait appris la nouvelle, Candice n’avait pas rendu visite à Tracy à l’infirmerie parce qu’elle avait mal pris le fait d’avoir eu l’information en dernière et pas de la part de la concernée. Elle n’était même pas venue lui parler lors de son rétablissement et elle s’était simplement contentée d’émettre des hypothèses à son sujet. Elle avait essayé de chercher la vérité autour de cette histoire auprès de Narcissa dans l’espoir qu’elle en sache quelque chose mais elle était rentrée bredouille de cette rencontre. Aujourd’hui, la Serdaigle était tirée d’affaire mais cette histoire aux circonstances nébuleuses ne restait pas oubliée et elle comptait en obtenir des réponses.

La discussion se complexifiait au fil des minutes et si Candice n’était pas en mesure de passer l’éponge, Tracy ne cédait pas non plus de son côté même si elle continuait encore de se justifier.

« Ce n’était pas contre toi, je pensais seulement que ce serait plus simple comme ça ! Tu avais tes examens, tes amies, d’autres choses à gérer… J’ai l’impression d’être passée à côté de beaucoup de choses, ces dernières semaines, et j’ai envie de rattraper tout ça. »

La Poufsouffle jeta un regard légèrement inquiet derrière elle en croyant entendre la voix de sa mère s’exprimer au-dessus d’elles, à proximité de la fenêtre de leur chambre. Mais elle ne semblait pas avoir entendu leur conversation et elle s’adressait sûrement à Robin. Pivotant à nouveau la tête vers sa demi-sœur, Candice entra dans une petite phase de réflexion. Elle se demandait si elle devait la croire, si Tracy avait réellement procédé ainsi parce qu’elle pensait vraiment que c’était mieux ainsi. Peut-être que son désir de tout rattraper était vrai et qu’elle commençait enfin à reconnaître ses torts ? Seulement, elle voulait l’entendre mot pour mot et pas de cette façon détournée.

« Des choses à gérer, j’en ai toujours mais ce n’est pas pour autant que je te délaisse. La famille compte plus que tout, tu le sais, non ? » Répondit-elle en insistant subtilement sur sa dernière phrase, fixant Tracy avec intensité.

Il était nécessaire de lui mettre cette idée en tête pour lui montrer quelle était la position de Candice dans ses priorités par rapport à celle des autres. En lui disant qu’elle ne la délaisserait pour rien d’autre, elle se montrait en tant que modèle à respecter. Elle enseignait à la petite Serdaigle la façon dont les choses devaient se passer et être considérées. Suite à cela, elle mit en doute la question de confiance, poussant Tracy à culpabiliser sur une notion qui pouvait être fragile et facilement remise en question. Elle savait qu’appuyer sur ce point-là ferait mal et que cela la mettrait dans tous ses états mais c’était la clé pour qu’elle perde pied et qu’elle soit aussi farouche qu’un animal en danger. Moins elle prendrait la confiance, plus elle s’inclinerait mais ce serait pour la bonne cause, selon Candice. Pour le bien de sa demi-sœur et aussi le sien. Cette relation ne pouvait fonctionner que parce que l’une cédait à l’autre et à partir du moment où l’actrice de cette position de dominée se rebellait, la coquille solide dans laquelle Candice l’enfermait se fissurait. Jamais le poussin ne devait en sortir. Jamais il ne devrait être en mesure de se voir pousser des ailes pour s’envoler véritablement.

Gardienne du secret. C’était ça son argument pour souligner l’idée de cette fameuse confiance et si cet argument était un poids lourd, il comportait également des failles. En rappelant à la jeune fille qu’elle était celle qui l’avait liée à un pacte avec Andrea, elle lui rappelait également à quel point elle n’en savait, au final, pas grand-chose.

« Oui, oui, je me souviens. Et outre les engagements auxquels vous vous êtes soumis, je ne peux toujours pas prétendre savoir ce qui se cache à l’origine de ce truc pour autant. Mais bon, j’ai dit que je n’insisterai pas là-dessus. » Glissa-t-elle en à mi-voix en soupirant de lassitude.

Il avait été difficile de composer avec les maigres informations qu’elle et Andrea avaient bien voulu lui donner et elle se doutait bien qu’en vérité, il n’y avait pas que ça. Toutefois, contrairement à d’habitude, elle n’avait pas posé énormément de questions. Insister auprès d’Andrea était aussi utile que de verser du Veritaserum dans un jus de citrouille sous les yeux de la victime et quant à Tracy, elle ne l’avait pas embêté avec cette histoire tout simplement parce qu’elle ne l’avait jamais déçue jusque-là. Et si elle pouvait effectivement se passer des détails de cette histoire étrange de serment inviolable, elle restait néanmoins focalisée sur les derniers agissements de son amie. Amie qui se montrait un peu trop sur la défensive en prononçant ses dernières paroles. Elle lui assurait d’être toujours là pour elle avant d’ajouter que ses seize années d’existence justifiait une séparation à venir et qu’elle devait certainement commencer à faire sa vie toute seule ? Quel cruel manque de tact, ça ne passait absolument pas. Les cheveux au vent au rythme de ceux de sa demi-sœur, les sourcils toujours froncés de perplexité et d’irritation, Candice ne fit pas attendre sa réponse.

« Si je suis ton raisonnement, parce que dans deux ans on ne risque pas de suivre les mêmes cours tu dois alors déjà t’entraîner à t’éloigner de moi au lieu de profiter de ces deux dernières années ? Je trouve ça ridicule, sans vouloir t’offenser. »

Elle la lâcha du regard pour contempler la lignée de fleurs éclos qui étaient plantées contre le grillage. Si Tracy avait anticipé ce qui allait suivre leur scolarité à Poudlard, ce n’était pas son cas. Poudlard était son confort et elle ne souhaitait pas penser à ce qu’elle allait perdre en quittant ses murs. Elle s’était forgée une très bonne réputation, s’était fait des amis, des tas d’histoires géniales et amusantes alors dire adieu à tout cela restait compliqué et pas du tout envisageable pour l’instant.

« Vivre au jour le jour te ferait du bien. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7150-tracy-amelia-bennett-pour-etre-confirmee-dans-mon-identite-je-depends-entierement-des-autreshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7158-tracy-l-essentiel-en-enfer-c-est-de-survivrehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7162-tracy-bien-que-la-verite-et-le-mensonge-soient-jumeaux-la-verite-la-plus-agee-des-deuxhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7163-tracy-n-oubliez-pas-de-signer

Arrivé(e) le : 27/11/2016
Parchemins rédigés : 2150
Points : 22
Crédit : Schizophrenic. (c)
Année : Sixième (seize ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Finn & Jade.

MessageSujet: Re: [Année 2023-2024] Remember that you owe me everything ♔ Tracy (terminé)   Mer 25 Juil - 16:41

Remember that you owe me everything
Candice & Tracy

« Avoue que c’est quand même pas commun d’avaler des tas de fioles comme ça, surtout quand on en retrouve les cadavres dans un coin. Et d’ailleurs, ce qu’on m’a rapporté de ton examen de potions, c’était aussi anecdotique ? Des gens t’ont vu t’écrouler par terre pendant qu’ils faisaient leur potion. Ca, tu ne m’en as pas parlé ! » Entrouvrant la bouche, tandis qu’un air légèrement offusqué s’installait sur son visage, Tracy ne tenait plus en place, et hésitait à se lever du banc. Elle n’aurait pas du s’en étonner… Candice était plutôt populaire, elle avait probablement plus d’amis à Poudlard que n’importe qui, qui la tenaient au courant de tous les bruits qui courraient au château. C’était là l’essence du problème, alors que pour sa part elle tenait à une certaine discrétion en ce qui concernait ses activités, avec une demi-soeur telle que la sienne, qui était formidablement bien renseignée sur tout ce qui se passait entre les murs de l’école, cette entreprise devenait follement ardue. Seulement, elle ne pouvait se permettre de laisser Candice tirer toutes les conclusions qu’elle voulait… sachant qu’elle finirait bien assez tôt par tomber sur ses recherches concernant le projet résurrection, et de mettre son serment inviolable en danger si elle révélait quoi que ce soit, ne serait-ce que par accident. Il s’agissait donc de reprendre le contrôle sur ce que la Poufsouffle savait… « C’était beaucoup moins grave que ça en avait l’air… et j’ai pu le repasser. » répondit-elle, sans la regarder, concentrée sur ses doigts entrecroisés, tandis qu’une ligne venait marquer son front. « S’il te plait… n’en parle pas à Papa, ou à Louise. Ça ne ferait que compliquer les choses. » Il y avait peu de chances qu’elle soit écoutée, surtout alors que leurs rapports devenaient ostensiblement tendus. Il avait toujours été infiniment plus difficile pour elle de communiquer avec Elijah, plutôt qu’avec Candice… et pourtant, à ce moment précis, elle aurait volontiers échangé la présence de l’une avec celle de l’autre, préférant même passer un repas en face de son demi-frère à ne pas parler dans une tension perceptible et embarrassante, plutôt que de poursuivre cette conversation qui la mettait mal à l’aise. Elle n’avait pas davantage envie de s’étendre sur le sujet, ni de parler d’aiguise-méninges, alors qu’elle commençait enfin à être sevrée. « Des choses à gérer, j’en ai toujours mais ce n’est pas pour autant que je te délaisse. La famille compte plus que tout, tu le sais, non ? » Coupable, elle laissa son dos s’enfoncer, tandis que fuyante, elle reportait toute son attention sur les boutons de son chemisier, qu’elle ré-arrangeait alors qu’ils étaient déjà parfaitement mis.

Et puis non. C’était trop facile. Elle ne pouvait pas redevenir Amelia, pas en un claquement de doigts, pas avec tout le travail qu’elle avait accompli pour enfin se défaire de cette ombre qui la suivait partout, ce spectre d’elle-même qui menaçait de reprendre sa place… Elle avait changé, et même si la métamorphose était encore en train de s’opérer, elle refusait d’interrompre le processus de manière aussi soudaine. Pourtant, en regardant Candice, qui attendait des explications, après lui avoir parlé avec sincérité, elle fut à nouveau parcourue par ce courant d’empathie à son égard… « Je le sais Candy ! Et je ne suis pas ingrate, je sais tout ce que tu as fait pour moi… je ne voulais pas que tu croies que je t’abandonne, ce n’est pas le cas. » répliqua-t-elle, d’une voix sereine, mais pourtant empreinte de certitudes. Elle avait peut-être mal agi, elle avait peut-être fait preuve de déloyauté ces dernières semaines, mais tout ce qui la liait à sa soeur de substitution était bien réel. Partagée entre l’envie d’affirmer son désir d’indépendance, et celle de rester fidèle à celle qui lui avait « tout donné », elle ne savait plus vraiment comment se dépêtrer de cette situation inconfortable… Pourtant, voler de ses propres ailes lui avait fait miroiter quelques espoirs, lorsque Andrea en avait évoqué l’idée, lorsque dans ses lettres Dan avait affirmé qu’elle le pouvait, que c’était là son droit le plus inaliénable. Et il semblait finalement que ce serait partie remise… « Oui, oui, je me souviens. Et outre les engagements auxquels vous vous êtes soumis, je ne peux toujours pas prétendre savoir ce qui se cache à l’origine de ce truc pour autant. Mais bon, j’ai dit que je n’insisterai pas là-dessus. » soupira-t-elle, tandis que Tracy étirait son cou, pour bien s’assurer que personne ne pouvait les entendre… peu de chances, dans ce jardin désert situé derrière la maison. Elijah était probablement enfermé dans sa chambre et n’en sortirait pas avant l’heure du repas, et leurs parents vaquaient à leurs occupations, préparant de quoi fêter le retour des enfants à Gloucester… Passant une main dans ses cheveux pour ne rien laisser entrevoir de la nervosité qui l’animait, elle remit en place derrière son oreille une mèche de cheveux un peu sauvage, et baissa la voix, pour être sûre que seule Candice l’entende : « Ce que tu dois savoir, c’est que je n’aurais confié ça à personne d’autre. Jamais. » Andrea et elle s’étaient rapidement accordés sur celle qui deviendrait leur gardienne du secret, et elle ne regrettait pas ce choix, même si cela ne suffisait malheureusement pas à faire entendre à sa soeur combien ce choix était important pour elle.

Ça avait toujours été d’une simplicité enfantine, avec Candice, comme une évidence, lorsqu’elles s’étaient rencontrées, et liées d’amitié… elle pouvait tout lui dire, se reposer sur elle, l’aider du mieux qu’elle le pourrait. Qu’est-ce qui avait causé cette fissure entre elles… ? Qu’est-ce que le temps leur avait pris qu’elle ne savait récupérer ? Bien sûr, les choses avaient changé : il y avait eu Blackman, le mensonge, la torture, ses nouvelles activités, ses recherches… elle s’était jetée à corps perdus dans ces nouveaux centres d’intérêt pour ne pas sombrer, et c’était ce qui l’avait progressivement éloignée de sa demi-soeur. « Si je suis ton raisonnement, parce que dans deux ans on ne risque pas de suivre les mêmes cours tu dois alors déjà t’entraîner à t’éloigner de moi au lieu de profiter de ces deux dernières années ? Je trouve ça ridicule, sans vouloir t’offenser. » A nouveau, elle ne parvenait à trouver les mots, à cibler le problème, à l’expliquer… ce qu’elle comprenait en revanche, c’était que ses envies de liberté allaient être étouffées dans l’oeuf avant même d’avoir été en mesure d’éclore. Qu’elle devrait choisir entre sa loyauté pour Candice, et cette direction que sa curiosité lui intimait de prendre… celle de s’accrocher à ses objectifs, trouver son Vrai Nom, faire progresser ses recherches au sujet de la vie et de la mort, et surtout, évoluer sans cesse… ce qu’elle ne parviendrait à faire correctement si sa soeur s’en mêlait. « Je ne m’entraîne pas à m’éloigner de toi, non. » répondit-elle un peu sèchement, avant de reprendre, d’une voix plus douce. « J’avais besoin de me trouver. De comprendre qui j’étais. » Laissant passer un silence, elle reporta son regard sur elle, pour s’aider à s’armer en détermination. « Toi, tu l’as toujours su, et je t’en ai toujours un peu enviée. » Elle n’avait jamais vu Candice douter d’elle-même, en presque dix ans de cohabitation, et avait toujours été fascinée de cet aplomb qu’elle avait… elle donnait sans cesse l’impression de faire les bons choix, de se lier aux bonnes personnes, tandis qu’elle, pour sa part, avait le sentiment de collectionner les mauvaises décisions… « Vivre au jour le jour te ferait du bien. » Ne sachant trop comment interpréter ce dernier conseil, elle se contenta de hocher la tête, sans réelle conviction… peut-être avait-elle raison, mais elle n’avait pas la moindre idée de comment opter pour ce train de vie, après s’être toujours cantonnée à une extrême prudence. Ce qu’elle savait en revanche, c’était qu’elle n’était pas encore prête à choisir la solitude, et à faire diverger son chemin de celui de Candice.

Emi Burton


I’m afraid, somebody else might take my place
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9834-candice-rose-tiedoll-reputation-is-everything-terminee#213953http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9853-candice-les-roses-ont-des-epineshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9854-candice-memories#214123http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9856-candice-une-lettre-d-amour#214125http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9855-candice-courriers-express#214124

Arrivé(e) le : 29/06/2018
Parchemins rédigés : 128
Points : 0
Crédit : AnnaSophia Robb — bazzart
Année : 5ème année — 16 ans (redoublement)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Narcissa A. Breckenridge, Tasha E. Lennox-Blackwood, Professeur M. Burgess, Jayden S. Rosenbach

MessageSujet: Re: [Année 2023-2024] Remember that you owe me everything ♔ Tracy (terminé)   Ven 27 Juil - 1:35

Remember who you are without me
EXORDIUM.
L’air bien offusquée d’apprendre que son dernier malaise n’était pas passé inaperçu, le visage de Tracy semblait s’assombrir pendant quelques instants. Encore une fois, Candice la tenait en tenailles et elle s’en sortait presque victorieuse avec ces révélations qui étaient censées ne pas lui être connues mais pour autant, cela ne signifiait pas qu’elle avait gagné la guerre. Mais, franchement, à quel moment la petite Serdaigle avait-elle pu penser que tout ce qui se tramait autour d’elle ne filtrerait pas jusqu’aux oreilles de sa demi-sœur ? Comment avait-elle pu croire qu’elle parviendrait à tout lui cacher ? Et comment pouvait-elle lui assurer que ce même malaise n’était pas aussi grave alors qu’elle avait clairement eu besoin de l’infirmier pour s’en tirer ? En plus de cela, elle lui demandait de ne pas en parler à leurs parents. Ce serait une chose facile pour Candice qui avait pris l’habitude de mentir et de cacher également des choses mais elle n’aimait pas lorsque c’était Tracy qui faisait tout cela.

« Si ce n’est pas aussi grave que tu le dis, maman et Robin n’en feront pas tout un plat, tu sais, répondit-elle, perplexe. Mais je ne dirai rien, tu as ma parole. »

Il était vrai que Tracy aurait davantage à se justifier auprès d’eux s’ils apprenaient qu’elle avait raté une de ses BUSEs pour des raisons de santé et la voir galérer pour se chercher des excuses aurait été une bonne punition pour ce qu’elle avait fait mais Candice savait qu’elle lui revaudrait cela un de ces jours alors elle pouvait bien garder ce secret pour elle pour pouvoir en tirer profit. Elle aurait le temps de songer à la faveur en question mais elle comptait bien lui proposer quelque chose de très contraignant et d’assez punitif sans qu’elle ne s’en rende compte. Ce serait pour son bien… Pour la remettre sur le droit chemin !

Enfoncée contre le dossier du banc comme pour montrer le comble de son malaise, Tracy s’amusait nerveusement à réarranger les boutons de son chemisier et cette action n’échappa pas à l’œil de lynx de sa demi-sœur qui traquait ses failles avec un plaisir intérieur qui se mêlait pourtant à sa frustration et à sa colère à son égard. La voir dans cette position en s’abandonnant à la blondine, en commençant peu à peu à avorter ses espoirs de fille indépendante et solitaire en était agréable. Les minutes passaient et Candice sentait qu’elle pouvait reprendre un petit peu ce contrôle auquel Tracy s’était défilé, contrôle qui lui était indispensable pour se sentir bien.

Se défendant de ne pas être ingrate et reconnaissant tout ce qu’elle avait pu faire pour qu’elle ne redevienne pas la Amelia d’avant, Tracy continuait de se justifier sans pointer pour autant la source du problème qui n’était nulle autre qu’elle-même. Alors, certes, l’entendre dire qu’elle lui était reconnaissante pour tout ce que Candice lui avait apporté n’était pas pour déplaire à cette dernière mais elle attendait impatiemment la conclusion de ces propos. La conclusion qui ferait rabattre les cartes de sa demi-soeur sur la table. La conclusion qui l’amènerait à changer et à redevenir la gentille Tracy qui la suivait toujours et dont elle s’occupait pour lui assurer un minimum de crédit auprès des gens. Ca, c’était un deal informel et implicite et elle s’était attendue à ce que la Serdaigle l’intègre inconsciemment comme un serment que l’on ne devait pas violer.

« Pourtant, c’est ce que j’ai ressenti. Ce n’était pas simple pour moi de te voir détourner le regard quand je t’observais ou filer rapidement à ton prochain cours quand je t’attendais pour parler. Je ne parle même pas de tes réunions avec l’un de tes profs et dont Narcissa fait aussi partie ! Abandonnée, c’est le mot, Amy. Je l’ai vraiment vécu comme ça et tu sais que ce n’est pas la première fois que l’on m’abandonne. »

Tout n’était que pure comédie. Ses gestes de main exagérés pour souligner la gravité d’un problème dont elle avait tout fait pour en augmenter l’envergure, sa voix qui feignait presque le désespoir et le chagrin, son expression faciale qui se déformait en un air presque farouche pour allier avec le ton de sa voix… tout était bien pensé pour que Tracy puisse l’interpréter de la façon dont elle souhaitait qu’elle l’interprète. On pouvait lui donner l’Oscar de la meilleure actrice et en plus de cela, elle avait cité un point noir de son histoire pour rendre ses mots plus lourds et profonds. Elle ne parlait jamais de son père habituellement car tout comme Elijah, elle préférait éviter le sujet. Cependant, pour arriver à ses fins, elle se sentait prête à le faire et surtout si cela pouvait briser les dernières défenses de la petite Bennett.

Et si Candice voulait bien ne pas insister sur le sujet du serment inviolable et accepter les seules maigres informations que l’on voulait bien lui confier à ce propos, un autre point vint cependant la tiquer par la suite. Cette idée de s’éloigner pour se préparer à un monde plus autonome ne faisait clairement pas partie de ses plans alors il lui semblait évident qu’elle ne doive ôter cela de la tête de Tracy. Après tout ce qu’elles avaient vécu l’an dernier sous le joug des Mangemorts, il paraissait inconcevable de se projeter autant et de ne pas profiter du présent alors que le passé avait été douloureux. Surtout pour la sixième année qui avait connu, des mois durant, l’obscurité, l’insalubrité et l’humiliation au quotidien. C’était quelque chose qui avait heurté la sensibilité de chacune des deux et Candice se rappelait à quel point elle n’avait jamais été aussi effrayée, en panique, en pleurs et en colère que le jour où on l’avait soumise au sortilège Doloris.

« J’avais besoin de me trouver. De comprendre qui j’étais. » Avoua Tracy sur un ton doux qui tranchait avec la sécheresse de sa première phrase.

Sècheresse qui, elle non plus, n’avait pas échappé à Candice qui l’avait jugée du regard durant un bref instant. Un silence plana. Pour l’une, chercher à se comprendre était important et pour l’autre, c’était une chose qui ne devait pas se produire. Comprendre qui elle était sans lui demander des conseils et surtout sans lui en parler, ce n’était pas bon signe. Si Tracy commençait à se trouver toute seule, elle risquerait de changer et ça, ce n’était pas acceptable.

« Toi, tu l’as toujours su, et je t’en ai toujours un peu enviée. »

Bien sûr qu’elle ne pouvait qu’envier la situation de Candice qui faisait tout pour paraître parfaite et éventuellement l’être. Mais ce n’était pas donné à tout le monde de devenir une Candice et elle considérait même Tracy comme étant sa seconde pour qui elle s’impliquait beaucoup mais qui ne désirait pas que celle-ci ne la dépasse pour autant. Si elle faisait tout pour que sa demi-sœur lui ressemble dans sa façon de voir certaines choses ou dans ses goûts en général, jamais elle ne lui donnerait les clefs pour être sa goutte jumelle pour la simple raison qu’elle la perdrait définitivement. A trop lui ressembler, ce ne serait pas bon mais à trop s’en éloigner, ce ne serait pas mieux. Par conséquent, il lui était inconcevable de la laisser être autre chose que « Tracy ».

« Mais tu sais déjà qui tu es. Tu es Tracy, la fille qui a dit adieu à tous ces trucs bizarres qu’elle faisait au primaire et qui faisait presque fuir les gens. Tu es bien entourée, tu es douée en classe et tu fais partie d’un super club qui te donne une renommée comme tu n’en as jamais eu ! T’as des copines qui sont aussi les miennes et on se soutient dans n’importe quel moment. Je ne sais pas ce que tu recherches d’autres, tu as déjà exploité ton potentiel. T’étais pas celle que tu étais vraiment avant et jusque maintenant, tout allait bien. Je le sais, je le voyais ! Mais récemment, tu t’es écartée de tout ça et c’est ça le problème. » Lui affirma-t-elle comme si c’était l’évidence, comme si rien ne pouvait contredire ses paroles, le tout en posant une main sur son épaule qui se voulait réconfortante alors qu’elle n’était qu’une preuve supplémentaire de son désir de la maîtriser.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7150-tracy-amelia-bennett-pour-etre-confirmee-dans-mon-identite-je-depends-entierement-des-autreshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7158-tracy-l-essentiel-en-enfer-c-est-de-survivrehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7162-tracy-bien-que-la-verite-et-le-mensonge-soient-jumeaux-la-verite-la-plus-agee-des-deuxhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7163-tracy-n-oubliez-pas-de-signer

Arrivé(e) le : 27/11/2016
Parchemins rédigés : 2150
Points : 22
Crédit : Schizophrenic. (c)
Année : Sixième (seize ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Finn & Jade.

MessageSujet: Re: [Année 2023-2024] Remember that you owe me everything ♔ Tracy (terminé)   Ven 3 Aoû - 18:34

Remember that you owe me everything
Candice & Tracy

« Si ce n’est pas aussi grave que tu le dis, maman et Robin n’en feront pas tout un plat, tu sais. Mais je ne dirai rien, tu as ma parole. » Se raidissant légèrement sur son siège, les traits de Tracy se détendirent légèrement. Oui, c’était infiniment mieux comme ça… elle n’avait pas envie de se disperser en explications, alors qu’elle n’avait que trop assuré à son père par lettres et par sourires qu’elle allait parfaitement bien, que ses mauvais souvenirs de l’année passée appartenaient à de l’histoire ancienne… Le pire, c’était qu’ils ne s’inquièteraient pas pour l’épreuve de potions, mais bien pour elle, et ce ne serait sûrement qu’une question de temps avant qu’ils ne fassent irruption dans sa chambre avec un air passablement préoccupé, et une voix doucereuse, en lui parlant de consulter un psychomage tout en l’assurant qu’ils seraient là pour elle, comme si elle était une sorte d’animal blessé qui ne comprenait pas ce qui se passait. Heureusement, une fois de plus, elle pouvait compter sur Candice, qui la comprenait sans qu’elle n’ait besoin de lui détailler ses raison, et qui lui offrait son silence. Une légère vague d’amertume la parcourut, tandis que reconnaissante, elle se sentait d’autant plus coupable de s’être montrée aussi absente ces dernières semaines. Finalement, il se pouvait que sa soeur ait raison… cette dernière avait toujours été là pour elle, elle ne l’avait jamais abandonnée, et elle se devait de lui rendre la pareille. Choisir ses projets personnels et ses nouvelles ambitions plutôt que des moments privilégiés avec celle qui était à la fois sa famille et son amie était profondément égoïste… « C’est juste plus simple comme ça, tu sais comment ils sont… ils s’inquièteraient, et ce n’est vraiment pas nécessaire. Enfin, merci. » répondit-elle, avec sincérité, tandis que ses joues qui avaient perdu un peu de leurs couleurs reprenaient une teinte normale. « Si tu veux, maintenant que je connais le programme, je pourrais te préparer pour l’an prochain ! ». C’était bien la moindre des choses qu’elle pouvait faire pour elle, et encore ça ne suffirait sans doute pas à compenser son manquement à son devoir de ces derniers mois : Candice avait eu besoin d’elle, et elle n’avait pas su assurer, préférant s’occuper de ses recherches, distraite par ses activités, et dernièrement par le bal de fin d’année.

Ce qu’elle avait vécu à Poudlard cette année, les défis qu’elle avait relevés, c’était ce qui lui avait permis de tourner la page de l’épisode Blackman… pour rien au monde, elle n’aurait voulu faire marche arrière. Ses cours particuliers la faisaient progresser, et miroiter des possibilités qu’elle n’aurait jamais imaginé, si bien qu’elle commençait à trouver où était sa place. Les relations qu’elle créait lui donnaient le sentiment de devenir plus forte, plus mûre. Ses rencontres avec Andrea l’aidaient à se construire de jour en jour, l’avancée de leur travail commun lui donnait envie de voler de ses propres ailes, danser à son bras au bal comme une adolescente de son âge lui avait rendu quelques rêves perdus. Il était trop difficile de renoncer à tout ça maintenant, mais pourtant, face à cette demi-soeur à qui elle devait tant, elle était tiraillée… « Pourtant, c’est ce que j’ai ressenti. Ce n’était pas simple pour moi de te voir détourner le regard quand je t’observais ou filer rapidement à ton prochain cours quand je t’attendais pour parler. Je ne parle même pas de tes réunions avec l’un de tes profs et dont Narcissa fait aussi partie ! Abandonnée, c’est le mot, Amy. Je l’ai vraiment vécu comme ça et tu sais que ce n’est pas la première fois que l’on m’abandonne. » Le terme la figea complètement, tandis que ses espoirs de s’élever seule et par elle-même s’effondraient comme un château de cartes. Egoïste, c’était ce qu’elle était, en faisant passer ses propres priorités avant celle de sa soeur, et leur relation pourtant très forte en pâtissait à cause d’elle. Naturellement, elle comprit aussitôt où voulait en venir dernière, qui faisait référence à ce père dont elle ne savait rien, et qui l’avait l’avait laissée, elle et Elijah, avant qu’elle ne rejoigne la demeure… « Je… je ne savais pas… » Aveuglée par ses propres préoccupations, elle n’avait pas suffisamment veillé à ce que ressentait Candice, et gagnée par le remord, elle abandonna finalement toute idée de résistance… Si la Poufsouffle renvoyait cette image d’elle pleine d’assurance, toujours était-il qu’elle souffrait visiblement plus qu’elle ne l’avait imaginé de la distance qu’elle avait prise avec elle. Saisissant la main de cette dernière, comme pour retrouver leurs proximité d’antan, elle releva le regard vers elle, bien décidée à reconnaître ses torts… « Candy… je suis vraiment désolée, je ne voulais que tu le prennes comme ça, ce n’était vraiment pas ce que je voulais. » Marquée par la peine qui l’habitait alors, la voix nouée, elle jugea alors qu’il était temps de revoir ses plans d’avenir, concernant la rentrée… « Crois-moi, je vais arranger tout ça, ce sera différent cette année. » l’assura-t-elle, inquiète à l’idée que cette dernière ne décide finalement qu’elle avait été trop loin, et que de ce fait, elle ne pouvait pas la pardonner. « Mais je ne peux pas non plus abandonner ces réunions, ni Cissy, et je devrais partir quelques temps cet été… je dois simplement mieux m’organiser à l’avenir… Après tout ça, on passera plus de temps ensemble, comme avant ! » insista-t-elle, en scrutant le visage de sa demi-soeur, le coeur serré à l’idée que cette dernière ne décrète que c’était bien trop tard, et que le mal était déjà fait…

Toujours hésitante, elle cherchait ses mots avec difficulté, pour nommer le mal-être et les incertitudes qui l’habitaient alors, dans l’espoir que Candice finisse par comprendre les tracas qui l’avaient habitée ces derniers mois, et qui expliquaient son détachement. « Mais tu sais déjà qui tu es. Tu es Tracy, la fille qui a dit adieu à tous ces trucs bizarres qu’elle faisait au primaire et qui faisait presque fuir les gens. Tu es bien entourée, tu es douée en classe et tu fais partie d’un super club qui te donne une renommée comme tu n’en as jamais eu ! T’as des copines qui sont aussi les miennes et on se soutient dans n’importe quel moment. Je ne sais pas ce que tu recherches d’autres, tu as déjà exploité ton potentiel. T’étais pas celle que tu étais vraiment avant et jusque maintenant, tout allait bien. Je le sais, je le voyais ! Mais récemment, tu t’es écartée de tout ça et c’est ça le problème. » Elle demeura perplexe, quelques secondes, tout en réfléchissant aux arguments qu’avançaient sa demi-soeur. Et si elle avait fait fausse route depuis le début, en se persuadant qu’elle serait plus épanouie en se trouvant elle-même, et en s’aventurant sur des sentiers qu’elle n’avait jamais explorés ? C’était peut-être le cas, au fond… en se berçant d’illusions, et induite en erreur par des envies nées cette année, peut-être avait-elle fini par oublier qu’elle était déjà heureuse comme elle l’était : Candice l’avait changée, faisant d’elle une personne plus importante, si bien qu’avec le temps en se calquant sur elle depuis l’ombre, elle finissait par lui ressembler… « Tu dois avoir raison. » reconnut-elle, encore un peu confuse. « Je ne sais pas pourquoi je m’angoisse avec tout ça… Tu crois que je ne devrais rien changer ? » l’interrogea-t-elle, prise de doutes. Tout ça, c’était à une seule personne qu’elle le devait, celle qui avait toujours été là pour elle, même si l’absence de liens sanguins faisait qu’elles n’étaient pas soeurs. Mais c’était aussi celle pour laquelle elle remettrait tout en cause… « Je sais que tu me connais mieux que quiconque, et tu as toujours su quoi faire, c’est toi la mieux placée pour me le dire. » conclut-elle, la gorge un peu serrée. Une vague d’amertume la gagnait alors, sans qu’elle ne sache trop pourquoi, comme si cela revenait à abandonner les espoirs qu’elle avait nourris…

Emi Burton


I’m afraid, somebody else might take my place
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9834-candice-rose-tiedoll-reputation-is-everything-terminee#213953http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9853-candice-les-roses-ont-des-epineshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9854-candice-memories#214123http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9856-candice-une-lettre-d-amour#214125http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9855-candice-courriers-express#214124

Arrivé(e) le : 29/06/2018
Parchemins rédigés : 128
Points : 0
Crédit : AnnaSophia Robb — bazzart
Année : 5ème année — 16 ans (redoublement)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Narcissa A. Breckenridge, Tasha E. Lennox-Blackwood, Professeur M. Burgess, Jayden S. Rosenbach

MessageSujet: Re: [Année 2023-2024] Remember that you owe me everything ♔ Tracy (terminé)   Ven 24 Aoû - 16:22

Remember who you are without me
EXORDIUM.
Tracy paraissait soulagée de savoir que ses dernières mésaventures passeraient sous silence. Comme elle le disait, il était certain que ni Louise, ni Robin ne la laissent tranquille s’ils devaient prendre connaissance du mal être qu’elle avait ressenti lors de son examen de Potions. Hochant la tête en guise de « de rien », la Poufsouffle la laissa continuer et proposer son aide en cours pour l’année à venir. Elle connaissait évidemment le programme des cinquième année et au vu de la façon dont elle avait eu l’air de s’acharner sur ses études, il n’y avait rien d’étonnant au fait qu’elle connaisse chaque détail des leçons par cœur. Cela lui serait bénéfique pour lui éviter d’interminables heures à réviser seule ‒ ce qu’elle ne faisait de toute façon jamais ‒ et de se planter par la suite. Mais dans le fond, cette proposition n’avait rien de bien novateur. C’était quelque chose que Tracy était déjà censée lui apporter depuis qu’elles étaient à l’école élémentaire. Cependant, dans l’attente de trouver une faveur bien complexe à lui demander, elle pouvait bien s’en contenter pour l’instant.

« Très bien, il est vrai que l’année des BUSEs est toujours la pire. »

La cinquième année rimait avec une certaine prise de maturité, un nouveau tournant dans la vie des étudiants mais elle signifiait aussi que l’on ne pouvait plus vraiment se permettre d’anciennes erreurs. Redoubler encore une fois n’était pas le plus grand cauchemar de Candice mais si elle pouvait éviter d’avoir quatre ou cinq ans de plus que ses camarades de classe, elle ne disait pas « non ». C’était pourtant paradoxal dans le sens où Poudlard lui avait toujours plu et qu’elle aurait grandement apprécié pouvoir passer encore plein d’années là-bas à régner en maître. Depuis la fin du calvaire mis en place par les mangemorts, elle avait rapidement repris de l’aplomb et avait fait en sorte de ne pas se laisser ronger par les mauvais souvenirs qu’elle avait pu vivre. Elle faisait partie de ces élèves qui arboraient un sourire, comme si jamais rien ne s’était passé, et qui en énervaient certains qui n’arrivaient pas encore à tourner la page. Dire adieu au passé n’était jamais évident et une part de celui-ci restait toujours ancré en soi mais le tout était de pouvoir avancer malgré tout et de savoir ne rien laisser paraître afin de ne pas se pourrir le quotidien avec des pensées nauséabondes. Candice avait cette capacité d’adaptation incroyable qui lui permettait de faire croire qu’elle était largement au-dessus de tout cela bien qu’au fond, cela restait des événements marquants et qui pouvaient, de temps à autres, apparaître lors de mauvais rêves. Mais moins elle y pensait, moins elle était sujette à de l’anxiété et c’était sa propre médecine. Néanmoins, en rien cela ne l’empêchait de pouvoir jouer de ces tristes situations lorsqu’elle pouvait en tirer quelque chose. C’était en l’occurrence ce qu’elle venait de faire en évoquant son père biologique devant une Tracy tiraillée de plus en plus par la culpabilité et qui mordait dans l’hameçon sans se poser de questions, inconsciente d’avoir été détournée de ses propres besoins et de ses propres rêves. Figée comme une statue, les mots lui vinrent difficilement.

« Je… je ne savais pas… » Lâcha-t-elle, aveuglée.

Candice sut à cet instant qu’elle venait de faire un grand pas vers la victoire de cette petite bataille entre ses caprices et ceux de sa demi-sœur. Elle continuait à arborer cet air d’enfant peinée et malheureuse, parfaitement à l’aise dans ce genre de faux-semblant.

« Je n’aime pas vraiment en parler, c’est pour ça. » Répondit-elle, sa voix toujours mesurée dans la mélancolie.

Tracy lui saisit la main, souhaitant sans nul doute appuyer son soutien, sa présence. Présence qui lui avait bien trop échappé ces derniers temps et qui devait se rattraper. Pour une fois, ce n’était pas la Poufsouffle qui lui tendait cette main, qui la posait souvent sur son épaule en guise de consolation ou pour renforcer sa domination sur elle. L’inverse n’arrivait jamais et c’était en partie sur le caractère imprévu de la chose que Candice souhaitait jouer sur la sensibilité de Tracy. Devant ses excuses, elle en jubilait presque. Enfin, elle les avait obtenues… Ce n’était pas trop tôt !

La dualité de leurs regards ne se brisait désormais plus. La Serdaigle poursuivit en lui assurant qu’elle arrangerait tout ça et que l’année à venir serait différente. Candice l’espérait bien. Après tout ce qu’elle avait fait pour elle, il ne s’agissait que d’un bon naturel retour des choses. Tracy n’était pas une menteuse, de base, et elle comptait sur le poids de leur lien profond pour lui garantir sa loyauté. Mais la suite n’était pas pour lui plaire. La jolie brune ajouta simplement qu’elle ne pouvait pas non plus se permettre de laisser de côté les réunions auxquelles elle assistait, ni sa meilleure amie et ni les vacances qu’elle comptait se donner. Cette annonce étira le visage du faux-ange de perplexité. Les sourcils légèrement froncés, elle en oublia presque qu’elle devait rester chagrinée.

« Tu pars ? Cet été ? » Lui demanda-t-elle avec surprise et sans un commentaire pour le reste de sa tirade.

Comment ça, elle partait ? Sans elle ? Toute seule ? Ce n’était pas prévu, non, non, non. Pourquoi devait-elle lui apprendre tout un tas de choses en l’espace de quinze minutes ? Se faire prendre au dépourvu ainsi avait le don d’irriter Candice mais encore une fois, elle fit de son mieux pour se contrôler même si la situation lui semblait tout d’un coup très peu aussi maîtrisée qu’elle ne l’avait pensé.

« Tu dois avoir raison. Je ne sais pas pourquoi je m’angoisse avec tout ça… Tu crois que je ne devrais rien changer ? » Lui demanda quelques instants plus tard Tracy, toujours aussi douteuse.

Oui, elle ne devait pas changer et la blondine le lui fit part de son avis d’un hochement ferme de la tête avant que sa demi-sœur ne rajoute :

« Je sais que tu me connais mieux que quiconque, et tu as toujours su quoi faire, c’est toi la mieux placée pour me le dire. »


Exactement. Il était temps qu’elle le dise, qu’elle assimile ce message et qu’elle oublie de vouloir s’envoler de ses propres ailes comme Icare. Elle devait croire qu’elle risquerait de se brûler les ailes, toute seule. Elle ne devait se référer qu’à Candice. L’idée pouvait paraître effrayante mais c’était ce qu’elle avait toujours désiré.

« Ne change rien, tu es très bien comme ça. C’est normal d’avoir des doutes parce qu’on grandit encore mais tu es sur la bonne voie. J’entends des échos à ton sujet autour de moi depuis quelques temps et le scandale de Blackman qui t’a touché s’envole de plus en plus. Tu es vue autrement, bien mieux que Narcissa en tout cas. Les gens ne le montrent pas mais ils pensent que tu t’es améliorée depuis que tu as rejoint le club et que tu t’es décoincée. Et quand ils te voient avec moi, forcément, ils ont une image très valorisante de toi ! » Dit-elle en reprenant doucement de l’aplomb, quittant cet air factice de tristesse en lâchant un petit rire.

L’intégralité de cette dernière tirade relevait plus d’une énorme exagération plutôt que de la vérité, si ce n’était pas carrément un mensonge. Tracy n’avait pas une si bonne réputation que ce que Candice voulait lui faire croire mais en lui déclarant que ces fameux élèves ne montraient justement pas ce qu’ils pensaient véritablement, elle pensait pouvoir lui faire gober ça.

« Enfin bref, promets-moi que tu ne me fuiras plus jamais et que tu me diras tout ce qui ne va pas. N’importe quel détail compte, d’accord ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7150-tracy-amelia-bennett-pour-etre-confirmee-dans-mon-identite-je-depends-entierement-des-autreshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7158-tracy-l-essentiel-en-enfer-c-est-de-survivrehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7162-tracy-bien-que-la-verite-et-le-mensonge-soient-jumeaux-la-verite-la-plus-agee-des-deuxhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7163-tracy-n-oubliez-pas-de-signer

Arrivé(e) le : 27/11/2016
Parchemins rédigés : 2150
Points : 22
Crédit : Schizophrenic. (c)
Année : Sixième (seize ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Finn & Jade.

MessageSujet: Re: [Année 2023-2024] Remember that you owe me everything ♔ Tracy (terminé)   Mar 18 Sep - 16:49

Remember that you owe me everything
Candice & Tracy

« Très bien, il est vrai que l’année des BUSEs est toujours la pire. » Approuvant d’un hochement de tête, le visage de Tracy s’assombrit quelques secondes, tandis que lui revenait en mémoire les difficultés auxquelles elle avait eu affaire en cinquième année, entre l’épuisement, le stress, la volonté de devenir plus solide, celle de se dépasser elle-même… le mélange détonnant de tous ces facteurs avait finalement eu raison d’elle, et ce n’était qu’à la gentillesse du professeur Burgess qu’elle devait l’obtention de ses BUSEs de potions, qui s’étaient retrouvées compromises par son manque de discernement. Il ne fallait pas que Candice souffre des mêmes maux… certes, sa soeur était peut-être moins travailleuse qu’elle, mais elle paraissait réellement préoccupée par ses examens. Alors, Tracy se promit de s’investir autant dans l’année de la Poufsouffle, que dans la sienne : elle ne garderait sous le coude que ses recherches sur la résurrection, ses objectifs personnels quant à eux pouvaient bien attendre un peu… « On l’affrontera ensemble. Si je t’explique tout, je suis sûre que ça sera plus facile ! » l’encouragea-t-elle, en passant en revue mentalement les différents sujets demandés lors des épreuves de BUSEs. Effectivement, le travail demandé allait être colossal… mais si elles parvenaient à se le répartir à deux, alors ça devenait faisable ! Et puis la sixième année octroyait plus de temps libre, avec la limite à seulement sept cours par élève… Ce serait un moyen de se rattraper auprès de Candice, qui disait avoir souffert de leur éloignement. « Je n’aime pas vraiment en parler, c’est pour ça. » Se mordant les joues, Tracy eut beaucoup de mal à demeurer insensible face à l’aveu de sa soeur… Le sentiment de culpabilité qui était le sien s’étendait encore davantage, renforçant l’impression de s’être conduite de manière égoïste, sans prendre en compte un seul instant le ressenti de Candice. Finalement, elle avait laissé toutes ces occupations extérieures la parasiter, et son ambition naissante prendre le contrôle d’elle-même, en oubliant momentanément sa loyauté pour la Poufsouffle qui, d’aussi loin qu’elle se souvenait, l’avait toujours épaulée… Le sujet du père de famille était chez les Tiedoll une thématique qui n’était pratiquement jamais abordée, et faire cet effort devait représenter pour Candice le reflet d’un profond mal-être. Il y avait pourtant cet effet trompeur, chez elle qui lui donnait une image de reine des abeilles, toujours très entourée, et qui ne semblait finalement pas avoir besoin des autres… mais Tracy réalisait alors qu’au fond, elles étaient plus similaires qu’elles ne l’imaginaient. « Je peux pas imaginer à quel point ça a du être terrible pour toi… mais tu sais, je suis là si tu as besoin. » tenta-t-elle, mal à l’aise à l’idée d’avoir éveillé chez cette demi-soeur si fidèle de réels traumatismes d’enfance.

Si Tracy n’avait pas été à l’aise à l’idée d’aborder ces sujets dont elle préférait nettement ne pas parler, crever l’abcès lui ôtait au moins un poids qu’elle ne se sentait plus capable de porter depuis des mois, heureuse de pouvoir le déléguer à sa soeur. Candice avait toujours été forte, en comparaison… « Tu pars ? Cet été ? » Cette situation, Tracy ne s’était pas préparée à devoir la gérer si vite… Elle comptait bel et bien aborder le sujet des vacances avec Candice, mais c’était une discussion qui aurait du intervenir bien plus tard dans l’été, et pas maintenant… Même si la Poufsouffle était leur gardienne du secret, les termes du serment conclu avec Andrea l’empêchaient de dire quoi que ce soit à propos des raisons de ce voyage. Quelle que soit la stratégie qu’elle trouverait pour le lui faire comprendre, il n’était pas possible de mentionner sa destination, et connaissant sa demi-soeur, ce manque d’information poserait un gros problème… « Je… je t’expliquerai tout ça en haut. C’est compliqué. » se justifia-t-elle maladroitement, en jetant un coup d’oeil aux alentours, veillant à ce que ni son père ni Louise ne se trouvent dans le jardin au même moment. L’heure du repas approchait, et l’un de leurs parents pouvait très bien estimer qu’elles pourraient reporter à plus tard leur discussion… Même dans les mauvais moments, sa soeur avait toujours les mots pour la rassurer, pour lui faire entendre qu’elle s’angoissait trop. Peut-être que si elle lui ressemblait plus, et était moins naturellement soucieuse, elle aurait enfin l’occasion de goûter au bonheur… « Ne change rien, tu es très bien comme ça. C’est normal d’avoir des doutes parce qu’on grandit encore mais tu es sur la bonne voie. (…) Les gens ne le montrent pas mais ils pensent que tu t’es améliorée depuis que tu as rejoint le club et que tu t’es décoincée. Et quand ils te voient avec moi, forcément, ils ont une image très valorisante de toi ! » Sans trop savoir pourquoi, elle se mit alors à sourire, apaisée. Est-ce que c’était si important, d’être populaire… ? Oui, probablement. Ça le semblait aux yeux de Candice qui le voyait comme une forme de réussite sociale, alors il était normal que ce le soit pour elle aussi… C’était en se sentant entourée qu’elle se sentirait forte, elle avait toujours fait mauvais ménage avec la solitude… C’était à Poudlard, depuis qu’elle évoluait aux côtés de sa demi-soeur, qu’elle était parvenue à devenir quelqu’un d’autre, quelqu’un qui lui apportait plus que ce que la timide Amelia ne lui avait jamais offert, perdue dans ses livres, dans ses rêveries étranges. « Vraiment ? Je pensais qu’ils me détestaient… » Il n’y avait qu’à voir avec les filles de sa classe, avec lesquelles elle était incapable de s’entendre, mis à part celles avec lesquelles elle cohabitait dans son dortoir… Mais l’oeil de Candice était plus fiable que le sien, alors, comme à l’ordinaire, elle se rangeait sur son avis.

« Enfin bref, promets-moi que tu ne me fuiras plus jamais et que tu me diras tout ce qui ne va pas. N’importe quel détail compte, d’accord ? » Répondant par un « oui » inaudible du bout des lèvres, Tracy dut retenir un soupir de soulagement, comme rassurée que finalement, Candice ne se soit pas montrée plus en colère, alors qu’elle s’était montrée égoïste à son encontre au cours des derniers mois. Quant à savoir si elle oublierait si facilement… la jeune fille n’en était guère sûre. Les prochaines semaines de vacances le lui diraient, sans doute. « C’est promis ! Et on fera plus de choses ensemble. Je veux qu’on redevienne comme avant… » répondit-elle, espérant que son ton serait assez convaincant pour que Candice soit persuadée de sa bonne foi, et des efforts qu’elle était prête à fournir pour rattraper son comportement de ces derniers mois. Elle ignorait encore par quoi elle allait commencer, mais elles pouvaient encore tout reconstruire, toutes les deux… « Venez manger, les filles, ça va être froid ! » les appela Louise depuis la fenêtre de la cuisine. Interrompant alors ce moment fort entre elles, Tracy se résolut à lâcher la main de sa soeur, et à se lever du banc, sans savoir exactement si cette conversation avait été fructueuse. A priori… elle était tentée de dire oui, puisque les tensions avec Candice semblaient s’être évanouies, et qu’elle détestait absolument l’idée d’un conflit entre elles deux. Seulement… quelque chose la dérangeait, sans qu’elle ne parvienne à trouver quoi. Comme si l’espoir de vivre sa propre vie en toute autonomie venait de s’évanouir à l’instant où elle avait à nouveau juré fidélité à sa demi-soeur… Comme si les rêves qui commençaient à mûrir dans sa tête d’adolescente se retrouvaient brusquement mis entre en parenthèses. Mais c’était sans doute mieux… que tout redevienne comme avant.

Emi Burton


I’m afraid, somebody else might take my place
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9834-candice-rose-tiedoll-reputation-is-everything-terminee#213953http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9853-candice-les-roses-ont-des-epineshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9854-candice-memories#214123http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9856-candice-une-lettre-d-amour#214125http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9855-candice-courriers-express#214124

Arrivé(e) le : 29/06/2018
Parchemins rédigés : 128
Points : 0
Crédit : AnnaSophia Robb — bazzart
Année : 5ème année — 16 ans (redoublement)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Narcissa A. Breckenridge, Tasha E. Lennox-Blackwood, Professeur M. Burgess, Jayden S. Rosenbach

MessageSujet: Re: [Année 2023-2024] Remember that you owe me everything ♔ Tracy (terminé)   Mar 9 Oct - 21:52

Remember who you are without me
EXORDIUM.
« Je peux pas imaginer à quel point ça a du être terrible pour toi… mais tu sais, je suis là si tu as besoin. »
Candice afficha un fin sourire derrière son expression faussement mélancolique. Détourner l'attention de Tracy sur ses problèmes au lieu des siens avait fonctionné et tant qu'elle saurait exercer cette attraction tout autour d'elle, la petite Serdaigle ne pourrait pas s'évader entièrement. La stratégie resterait la même : ramener les choses à elle. Serrant la main de Tracy en guise de fausse reconnaissance, Candice cligna plusieurs fois des yeux comme pour chasser des larmes qui souhaitaient couler.

« C'est gentil de ta part, je m'en souviendrai. »

C'était une chose de réglée et Candice en était satisfaite. Non seulement elle obtiendrait son aide pour ses examens mais en plus, sa demi-soeur lui rendrait correctement la pareille en restant là pour elle quand elle en aurait besoin. Les bases de cette si jolie relation venaient d'être re-établies et la cinquième année comptait beaucoup sur cette promesse.

Vint alors le détail des futures vacances que Tracy semblait avoir planifié sans en avoir parlé autour d'elle — ou du moins pas à sa famille — ce qui fit tiquer Candice, jamais très contente d'apprendre les choses au dernier moment et de cette façon. Elle eut du mal à contenir sa surprise et encore moins son impatience lorsque son amie lui répondit presque nerveusement qu'elle lui expliquerait cela tout à l'heure, en haut. Autrement dit, devant leurs parents et Elijah ? La mine un peu soupçonneuse, Candice espérait bien qu'elle ne soit convaincante et que son projet en vaille la peine, voire même qu'il serait possible de l'accompagner. Elle l'avait laissée pendant des semaines pour ensuite repartir en été en s'éloignant cette fois-ci géographiquement d'elle ? L'idée n'était pas concevable dans son esprit et elle savait que ni sa mère, ni Robin n'apprécieraient l'idée de ne pas pouvoir profiter de leur petite Tracy davantage. Après tout, ils ne la voyaient que très rarement à cause de Poudlard.

« Hum, d'accord. » Dit-elle simplement en relâchant le froncement de ses sourcils.

Bon, tant pis, elle pouvait bien attendre le dîner. Ce n'était pas si urgent. Les deux filles passèrent donc rapidement à un autre sujet dans lequel Candice s'investit de façon sérieuse afin de convaincre Tracy qu'elle n'avait pas besoin de chercher ailleurs ou de se casser la tête à vouloir être une meilleure personne puisqu'elle était déjà sur la bonne voir de le devenir grâce à elle et ses copines. Les arguments de Candice la firent sourire et peut-être que cela l'avait rassurée, d'un côté. Lui dire ce que sa conscience souhaitait entendre lui ferait croire qu'elle n'avait pas à se remettre en question et cette tromperie durait depuis bien des années. Il était évident que Tracy n'était pas appréciée de tous et que certains, plus particulièrement, la détestaient. La préfète de Gryffondor et son toutou de Billie Atwood, par exemple. Mais le simple fait de trainer avec Narcissa Breckenridge ne l'aidait pas beaucoup non plus. Candice entendait parfois les gens se demander comment Tracy pouvait se laisser influencer autant par elle ou tout simplement la fréquenter. Si cela ne tenait qu'à Candice, celle-ci aurait pu envisager de l'évincer de la vie de sa demi-soeur mais ce n'était pas possible puisque Narcissa était aussi dans le club et qu'elle n'avait rien pour agir contre elle tant elle assumait chacun de ses défauts ou chaque gros dossier scandaleux à son sujet. Si l'idée que Tracy puisse avoir une meilleure amie avait toujours embêté Candice, elle avait vite abandonné celle de ruiner leur relation.

« Vraiment ? Je pensais qu’ils me détestaient…
‒ Absolument pas, rassure-toi. Parfois, les mots ou les regards dépassent la pensée, ça arrive. » Dit-elle doucement tout en redressant une mèche rebelle de Tracy.

Elle enchaîna par la suite en lui demandant de lui promettre de ne plus la fuir et de tout lui dire. Elle obtint satisfaction presque aussitôt, la petite Bennett paraissant un peu plus spontanée dans sa réponse. Elle souhaitait que les choses redeviennent comme avant, ce qui sembla être un argument assez lourd pour que Candice puisse la croire. Elle la jaugea encore une petite seconde du regard avant de relâcher ses traits en un grand sourire.

« Moi aussi, c’est ce que je veux. »

La discussion prit finalement fin lorsque Louise Tiedoll les appela toutes les deux pour manger leur dîner. Candice fut la première à se lever du banc, prête à savourer l’un des plats qu’elle aimait tant de sa mère et à entendre tout ce qui concernait le futur voyage de Tracy durant l’été.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: [Année 2023-2024] Remember that you owe me everything ♔ Tracy (terminé)   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Année 2023-2024] Remember that you owe me everything ♔ Tracy (terminé)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard, 19 ans après. :: Autour du Monde :: 
Le Royaume-Uni
-
Sauter vers: