AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Jouons aux poupées - Nathanaël

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9087-avril-june-stagiaire-psychologuehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9094-avril-june-besoin-d-une-psyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9097-les-rp-de-vrilhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9099-boite-aux-lettres-d-avril-junehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9100-lettres-express-d-avril-june

Arrivé(e) le : 21/01/2018
Parchemins rédigés : 170
Points : 21
Crédit : Forevertry - Beylin
Année : Stagiaire en Psychologie

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Jouons aux poupées - Nathanaël   Mar 3 Juil - 19:03

Elle se retint de vomir. Si elle avait mentionné Londres avec des yeux pétillants, elle ne s'était pas attendue à ce que son partenaire la attrapa la main et transplane jusqu'à la capitale. Or, Avril était loin d'apprécier ce moyen de transport. Elle n'avait rien eu le temps de dire, sentant immédiatement son estomac se retourner. Les yeux fermés, banche comme un linge, elle sentit la bière écossaise remonter. Heureusement, elle parvint à avoir suffisamment de force pour ne pas perdre sa dignité et vomir devant l'homme. Il fallut cependant plusieurs secondes pour qu'elle parvienne à reprendre réellement ses esprits. C'était un laps de temps durant lequel elle s'appuyait contre le mur qui se tenait à côté d'elle, sa seconde main sur son estomac. Elle finit par prendre une grande inspiration, paupières toujours closes. La tête lui tournait alors que ses jambes flageolaient. C'était à chaque fois la même chose. Dès que Yasha devait l'amener quelque part en transplanant, Avril était malade. Au point que les deux jeunes filles avaient choisi de prendre des moyens de transport moins spectaculaires.
La jeune fille rouvrit les yeux pour voir le visage du professeur. Elle lui fit un maigre sourire tandis que les couleurs revenaient doucement sur ses joues.

Ca n'a jamais été ma tasse de thé, le transplanage. Je te l'aurai bien dis, mais t'as été un peu rapide. Elle finit par se remettre bien droite, respirant une nouvelle goulée d'air frais londonien. Si elle venait de révéler à sa rencontre du jour sa caractéristique, elle venait également de lui révéler sa faiblesse. La prochaine fois que j'ai une bonne idée comme celle-ci, je t'autorise à me frapper. Fort. Ca serait mille fois moins douloureux que de supporter de nouveau un transplanage. Bon allez, maintenant qu'on est à Londres, autant en profiter pour faire de vraies boutiques ! Tu veux m'amener où, camarade ?

Remise, à peu près, de ses émotions, la cracmole attrapa le bras de l'homme et mis le sien dessus-dessous. Elle le traina hors de la ruelle où ils venaient tous deux d'atterrir pour découvrir le lieu où il les avait amené. Pour le moment, la blonde avait du mal à s'orienter, il lui faudrait plus d'indices que cela. Elle était donc tout proche de Nathanaël, regardant par dessus son épaule et tout aux alentours pour tenter de trouver la moindre pancarte qui l'orienterait.

Tu nous as amené où, au juste ? Je ne sais pas si c'est dans un endroit inconnu au bataillon ou si je suis encore dans les vappes avec ton super moyen de transport mais j'ai aucune idée d'où on se trouve là.

Ils sortirent tous deux de la ruelle, se retrouvant, tout d'un coup, en plein milieu d'une foule de personnes. Avec un petit sourire, Avril apprécia le monde qui les entourait, le bruit des voitures moldues et l'odeur des rues de Londres. Décidément, cette ville avait été faite spécialement pour elle. Elle était née pour vivre à Londres. Dommage que Poudlard ne se situe pas en son centre, le monde serait bien trop parfait pour ça. Finalement, elle se détacha de Nathanaël et se planta devant lui. Croisant les bras, elle commença à le juger de haut en bas avec cet air sur le visage, celui qu'elle prenait lorsqu'elle était en pleine réflexion. Elle se mordilla l'intérieur de la joue tandis qu'elle le regarda sous toutes les coutûres et non sans insistance.

Bon, clairement, il va te falloir porter autre chose à l'école. Si tu débarques comme ça, les élèves vont tous faire une crise cardiaque. Les gamines en puberté vont te sauter dessus et les mec vont vouloir jouer les gros durs avec toi. Ca ne sera pas une partie de plaisir, crois-en mon expérience ! On va commencer par te saper comme il faut pour un prof de SCM qui aura besoin de se faire respecter tout en étant apprécier, à ta juste valeur.

Elle lui attrapa la main et le tira vers cette boutique qui avait attiré son oeil quelques secondes auparavant : Homm'Maid. Ce magasin de prêt-à-porter semblait parfaitement faire l'affaire pour leur première étape. Ils entrèrent ainsi, tous deux, main dans la main, sous l'oeil avisé du manager, clairement gay, qui les jugea dès le premier regard.

Je peux faire quelque chose pour vous Monsieur ?

Evidemment, il s’adressa à Nathanaël, l'air plein de mépris sur ses yeux. Avec un petit sourire narquois, Avril répondit avant que son partenaire ne le fasse.

Nous allons faire un tour pour voir vos produits mais vous pouvez déjà mettre de côté vos plus beaux tailleurs, nous souhaitons refaire sa garde-robe.

Elle sortit sa carte moldue gold, qu'elle avait intelligemment fait faire quelques années plus tôt, lorsqu'elle était entrée à l'Université Sorcière de Londres. Le gérant changea aussitôt d'attitude. Comme si la couleur de la carte indiquait un montant incroyable, ce qui était loin d'être le cas chez la demoiselle.

Je vous en prie, faites comme chez vous, je vous mets ce que vous souhaitez de côté Madame

Avril lança un petit clin d'oeil à Nathanaël et s'éloigna du gérant pour mener le professeur vers des chemises dans le fond.

Qu'on se le dise, l'argent fait tout. Mais j'ai pas le budget pour ces chemises. Au moins, elles nous permettront d'avoir une idée de ce qui te va et on pourra aller t'en acheter dans une autre boutique, beaucoup plus accessible ! Alors, quelle est ta couleur, professeur ?



Codage par Libella sur Graphiorum



Vivre peu mais vivre bien
Crois en toi, aie espoir, la vie est courte, ne perds rien, aime tes amis, amuse-toi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9623-nathanael-e-armstrong-professeur-de-scmhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9638-professeur-nathanael-e-armstrong-demande-de-liens#210643http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9637-nathanael-e-armstrong-demande-de-rphttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9636-boite-aux-lettres-du-professeur-n-armstronghttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9635-hibou-express-du-professeur-n-armstrong

Arrivé(e) le : 08/05/2018
Parchemins rédigés : 85
Points : 7
PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: Jouons aux poupées - Nathanaël   Mer 4 Juil - 19:19

   
Jouons aux poupées




Même si le jeune homme avait appris à aimer le monde des moldus tout autant que le sien, peut-être même plus sous certains aspects, il était clair qu'il ne pourrait jamais couper les ponts avec le monde de la magie et ses avantages. Sans parler du simple et incroyable fait de pouvoir étudier des créatures magiques, ce qui restait tout de même sa passion autant que son domaine d'expertise, le simple fait de pouvoir traverser des pays entiers en un clin d’œil était un rêve qu'aucun moldus ne pourrait jamais réaliser. Bien entendu au fil du temps chaque sorcier finissait par prendre pour acquises toutes ces merveilleuses possibilités mais, de temps en temps, ce n'était pas si mal de prendre un peu de recul pour réaliser la chance que tous ces sorciers avaient. Pour sa part c'était en côtoyant des moldus au fil de ses études et voyages que Nathanael avait pu prendre conscience de tout cela, en côtoyant des gens ordinaires qu'il réalisa à quel point sa vie pouvait être extraordinaire.

Prenez cette journée par exemple, elle avait commencé de la façon la plus ordinaire qui soit, par un petit verre dans une taverne bondée et, de fil en aiguille, le jeune sorcier et sa partenaire du jour s'étaient retrouvés au centre ville de Londres à des centaines de kilomètres de là. En se redressant, habitué à ce monde de transport, l'athlète se rendit compte que sa camarade n'était pas aussi habituée que lui.

- Oh merde, désolé. Ça va aller ?

Il tenta de l'aider à se relever mais apparemment la jeune June fut capable de le faire toute seule, comme une grande, avant de demander à son compagnon où ils étaient. Question normale puisqu'ils étaient à présent au milieu d'une allée vide, sans la moindre personne à l'horizon. Pointant vaguement du doigt le bâtiment à quelques dizaines de mètres derrière lui, Nathan offrit une réponse tout en se dirigeant vers des rues un peu plus animées que celle-ci.

- On est juste à côté de chez moi. Un point de repaire facile où personne ne peut nous voir arriver.

Il était le seul à habiter dans cette appartement et n'avait pas de voisin direct, si bien qu'il n'était jamais ennuyé par des visites impromptues ou des voisins un peu trop bruyant. La tranquillité avait un prix mais, fort heureusement, l'Armstrong pouvait se permettre de le payer. Alors qu'il suivit la demoiselle sans broncher, il fit surpris de la voir s'immobiliser pour l'observer des pieds à la tête, faisant tous les efforts du monde pour cacher son inconfort face au fait d'être observé et jugé sur son apparence physique. Oui il était plus libre et moins timide qu'avant à n'en pas douter mais, sincèrement, qui pouvait aimer se faire dévisager et scruter de la sorte ? Personne, par à la connaissance du londonien en tout cas.

- Ah bon, tu crois ? Il faut dire que je me suis habitué à ce style léger. Après ça fait plus loubard que prof, je te l'accorde.

Son père avait toujours insisté sur l'importance d'être bien vêtu car toute personne en ce monde était toujours jugée sur son apparence physique en premier lieu, de plus de beaux vêtements étaient également une marque d'un certain statut social que les familles comme celle des Armstrong ne pouvaient ignorer. Certes Nathanael avait pris le contre-pied de cette règle élémentaire en s'habillant comme un loubard ou un motard, diraient certains, mais il n'était jamais trop tard pour corriger le tour. Surtout avec un nouveau travail en poche.
Bien entendu il n'allait pas tout changer du jour au lendemain car son style vestimentaire faisait partie de sa personnalité, mais quelques améliorations ne seraient clairement pas de trop. Mettant donc un pied devant l'autre il arriva jusqu'à un magasin de vêtements devant lequel il était déjà passé sans jamais y pénétrer, non pas parce qu'il était pauvre mais parce que cela ne correspondait pas à son style vestimentaire de l’époque. Ignorant royalement le vendeur bien trop prompt à juger sur l'apparence, ce dernier devant estimer que Nathan n'avait pas sa place ici, le sorcier commença à laisser son regard se perdre sur les alignements de vêtements en se demandant ce qui pourrait bien le convenir.
La demoiselle n'avait pas assez d'argent pour payer des vêtements aussi luxueux ? Fort heureusement il n'avait jamais été question qu'elle débourse la moindre pièce. Tapotant la poche de son pantalon dans laquelle était fourré son portefeuille, Nathanael rectifia la situation tout en poursuivant son exploration.

- Oh ne t’inquiète pas pour le budget, j'ai ce qu'il faut. De mémoire je crois que le bleu ne m'allait pas si mal que ça. Le gris foncé et le noir aussi, d'ailleurs.

Se rappelant de tests infructueux qu'il avait fait sur des t-shirt beaucoup trop clairs pour lui, le jeune sorcier se laissa porter à travers les rayons pour s'arrêter sur une chemise bleutée. Celle-ci peut-être ? Cela valait le coup de commencer par cela, il allait donc chercher une cravate et une veste qui restaient dans les mêmes tons, avant d'aller se réfugier dans une cabine d'essayage.

- Bon, ça fait une éternité que je n'ai pas porté de veste de costume et de cravate. Je t'interdis de te moquer !

Lentement, sûrement, le jeune homme écarta le rideau qui protégeait son intimité pour se révéler dans sa nouvelle tenue, tâchant de masquer son inconfort face au fait d'être une nouvelle fois scruté des pieds à la tête comme un vulgaire bout de viande. Mais malheureusement il fallait passer par cela s'il voulait paraître un minimum respectable aux yeux de ses collègues et de ses élèves, car dans ce monde l'apparence comptait bien trop.

Spoiler:
 

- Verdict ? Pas trop ridicule ?



© ANARCISS sur epicode

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9087-avril-june-stagiaire-psychologuehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9094-avril-june-besoin-d-une-psyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9097-les-rp-de-vrilhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9099-boite-aux-lettres-d-avril-junehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9100-lettres-express-d-avril-june

Arrivé(e) le : 21/01/2018
Parchemins rédigés : 170
Points : 21
Crédit : Forevertry - Beylin
Année : Stagiaire en Psychologie

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: Jouons aux poupées - Nathanaël   Ven 6 Juil - 10:03

Toujours blanche comme un linge et nauséeuse comme une femme enceinte, Avril finit par se redresser sous l'oeil inquiet de son partenaire du jour. Elle lui fit un maigre sourire suivi d'un petit rire, comme pour dédramatiser tout ça. Elle avait l'habitude de son mal-être au transplanage, ce n'était pas une nouveauté pour elle, elle était parvenue à trouver des astuces pour ne plus vomir en pleine rue. C'était déjà un grand pas pour elle ! Alors oui, on pouvait dire que ça allait. C'est à force de respirations longues et profondes qu'elle parvint à reprendre ses esprits et à contrôler sa nausée. Bientôt, le rouge revint sur ses joues et elle put reprendre la parole pour parvenir à se situer dans la capitale. L'homme lui pointa un bâtiment, le présentant comme son chez-lui. Avril acquiesça doucement, sans vraiment en faire trop une histoire. Elle reposa ses yeux sur l'allée dans laquelle ils avaient atterri. Nathanaël avait raison, il s'agissait d'un bon point de repère pour apparaître sans attirer le regard. C'était vide et loin du brouhaha qu'elle entendant tout près. Mais dans tout ça, cela ne lui disait pas où ils se situaient exactement dans Londres.

On est dans quel quartier ?

Finalement, ils s'avancèrent au milieu de la foule, jusqu'à ce qu'Avril commence à jouer à l'apprenti costumière. Bien, Nathanaël avait un bon gros genre baroudeur qui plaisait carrément aux nanas, Avril compris. Mais il allait être professeur dans une école de sorciers, se retrouvant au milieu d'adolescent. S'il débarquait dans une telle tenue, les gamins risquaient plus de vouloir faire amis-amis avec lui plutôt que de le respecter en tant que professeur. Il fallait leur mettre une barrière et cela passait par un tout autre style vestimentaire. Avril ne s'était pas gênée pour dévisager l'homme de haut en bas, profitant un peu de la vue qu'elle avait sous le nez (ben quoi ?). Il semblait à la fois gêné et surpris, ne l'interrompant pas pour autant dans sa tâche. C'est donc avec un sourire malicieux que la jeune fille lui rattrapa le bras.

Ca fait carrément loubard. Non pas que ça me déplaise, loin de là, mais disons que les gamins vont pas réussir à mettre une barrière entre eux et toi. Ils vont tous vouloir être potes avec toi et tu risques de perdre toute autorité sur eux.

Parce qu'à Poudlard, les étiquettes existaient et étaient bel et bien ancrées dans la tête des jeunes. Aussi, le style vestimentaire était hyper important, étant la première chose sur laquelle on était jugé dans l'école. Avril était, dans sa nature, toujours bien apprêtée, portant souvent des robes et des talons. Elle était toujours bien maquillée, cachant les quelques petits boutons qui pouvaient apparaître ici et là et prenant continuellement soin de sa peau et de ses cheveux. Si vous voyez une Avril sans maquillage, c'est que vous vous êtes réveillé dans son lit. Elle avait toujours été coquette, étant toujours féminine et se mettant constamment, elle et ses formes, en valeur. De fait, elle faisait partie de cette catégorie de "femme séduisante superficielle", étiquette qu'elle portait avec perfection.
Ils pénétrèrent dans une première boutique, remplie de chemises et de costumes pour homme. Avril adorait ce genre de magasin. Il y avait toujours de magnifiques costumes qui allaient si bien aux hommes. Elle eut un petit sourire moqueur lorsque Nathanaël rappela à la demoiselle qu'il avait lui-même les sous. Parfait, elle avait hâte de le voir dans l'un de ces assortiments. Les couleurs qu'il lui indiqua était simple mais fonctionnait toujours à merveille. Pour changer un peu, elle choisit de chercher du bleu, ce qui semblait également être l'optique du nouveau professeur. Il avait donc lui-même trouvé un ensemble et se rendit donc aux cabines pour l'essayer. Avril suivit tout en continuant de lancer des regards sur les costumes. Elle entendit sa voix à travers les rideaux et laissa un petit rire s'échapper.

Je t'ai pas connu avant, ça tombe bien du coup, non ?

Et il sortit. Et Avril eut un sourire satisfait. Il était magnifique. Non, vraiment, juste magnifique. Comme quoi, un simple costume mettait vraiment un homme en valeur. Le costume avait une couleur magique, il lui tombait bien sur les épaules et la chemise lui permettait de laisser sortir les silhouettes musculaires que l'on pouvait deviner en-dessous. Les yeux pétillants, elle s'approcha de lui.

Alors en plus d'être d'agréable compagnie, tu as des choix parfaits sur le plan vestimentaire. Tu vas en faire tomber plus d'une dans ce costume et, cette fois-ci, ce ne seront pas les filles qui tomberont.

Mais bien les collègues, dont notre petite Avril qui s'estimait bien heureuse d'être tombée par hasard sur un partenaire du jour comme celui-là. Elle s'approcha encore, prenant cette fois-ci les pans de la veste dans ses mains pour la remettre droite. Plus petite que lui, elle leva la tête pour lui ajouter :

Monsieur le Professeur, avec une tenue pareille, je suis prête à respecter toutes vos décisions.

Comment ça, cette phrase était beaucoup trop osée ?


Codage par Libella sur Graphiorum



Vivre peu mais vivre bien
Crois en toi, aie espoir, la vie est courte, ne perds rien, aime tes amis, amuse-toi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9623-nathanael-e-armstrong-professeur-de-scmhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9638-professeur-nathanael-e-armstrong-demande-de-liens#210643http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9637-nathanael-e-armstrong-demande-de-rphttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9636-boite-aux-lettres-du-professeur-n-armstronghttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9635-hibou-express-du-professeur-n-armstrong

Arrivé(e) le : 08/05/2018
Parchemins rédigés : 85
Points : 7
PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: Jouons aux poupées - Nathanaël   Jeu 12 Juil - 23:58

Jouons aux poupées



Même si le profond désir de liberté du jeune homme avait été tout ce qui avait rythmé sa vie pendant de longues années, pendant plus plus longtemps qu’il ne voudrait bien l’admettre, en vérité le temps avait fini par reprendre ses droits et la sagesse avait fini par enfermer ce désir de voler de ses propres aîles dans une cage dorée. Certes il était toujours bien présent quoique plus silencieux, mais cette bourrasque de fraîcheur et de rébellion avait laissé sa place à une brise plus chaude et mesurée. Bien que cela soit difficile à admettre et à réaliser, Nathanael devait à présenter conjuguer avec deux parties de sa vie sans trop savoir comment les faire cohabiter en bonne intelligence. Un morceau de sa cervelle lui intimait l’ordre de faire ses valises et de s’en aller d’ici pour rejoindre des contrées inconnues et richesses de promesses, comme il savait si bien le faire, tandis qu’une autre partie plus raisonnable et mesurée tentait de le rassurer en lui affirmait qu’il était bien là à sa place.
Etait-ce seulement possible de conjuguer les deux ou était-il condamné à une lutter pérpétuelle entre cœur et raison ? Entre liberté et responsabilité ? Entre fougue et tempérence ? Même avant de se poser la question il savait que la réponse serait bien plus complexe qu’il ne le souhaiterait, surtout compte tenu du nouvel emploi qui était le sien. Comme sa camarade du jour lui avait fait sagement remarquer il ne faisait pas bon de se rapprocher trop de ses élèves car, avec une telle proximité, toute forme de respect aurait tendance à s’envoler et pourtant c’était bien la base de tout enseignement. Certes le londonien ne savait pas encore quel type de prof il voulait devenir, mais il savait au moins que se faire respecter et écoute était la base de toute transmission de savoir.
Pour l’heure il était encore le nouveau venu de la bande, le touriste que les élèves attendaient de voir à l’œuvre avant de pouvoir juger de son caractère et de son compétences. Seulement voilà, dans ce monde comme dans celui des moldus, l’apparence physique était le premier obstacle qui se posait entre deux personnes et, dans le cas présent, il était dificile de prendre au sérieux un homme ressemblant plus à un motard qu’à un professeur digne de ce nom. Cela, le sorcier pouvait au moins l’admettre.

- Tu as sans doute raison sur ce point-là. Même si je n’y connais rien en pédagogie, faire de moi leur pote n’est sans doute pas un bon départ.

Nathanael savait que demander des conseils à ses nouveaux collègues serait l’acte le plus avisé mais, pour l’heure, il se devait d’améliorer son look avant de se lancer dans toute autre entreprise. Il suivit donc les conseils de sa charmante camarade du jour et jeta son dévolu sur quelques vêtements qui, apparemment, firent leur petit effet. Toujours sceptique quand il s’agissait de sa propre personne, ne se sentait pas vraiment très à l’aise dans une tenue aussi sérieuse, Nathan se positionna face au miroir le plus proche et se tortilla dans plusieurs positions, pour s’observer sous toutes les coutures.

- Ah bon, tu crois ? Je ne suis pas sûr. Je me sens un peu à l’étroit là-dedans. J’ai l’impression de regarder un étranger dans ce miroir.

Il avait l’impression de voir son père dans ce miroir et, si cette pensée lui laissa un goût amer dans la bouche, un morceau de lui finit par se résigner et accepter ce triste constat. Plus il vieillissait et plus il ressemblait au modèle qu’il avait voulu fuir toute sa vie, à bien y réfléchir le sportif ne savait pas si cette conclusion devait provoquer son désespoir ou son hilarité. Pour le moment cela penchait plus vers la première option mais, avec un peu de temps, les choses finiraient peut-être par changer. Souriant ensuite à la réplique provocante et amusante de la demoiselle, choisissant de ne rien y voir d’autre que de l’espièglerie pour le moment, c’est sur le même ton que la réplique du sportif se fit entendre.

- C’est bon à savoir, mademoiselle. Je le note pour plus tard.

Alors qu’il commençait déjà à balayer de nouveau les rayons du magasin, avec l’intention d’acheter les vêtements qu’il portait s’ils étaient vraiment du plus bel effet, Nathanael réalisa que cette boutique avait aussi un rayon féminin à quelques mètres devant lui. Comment avait-il pu ne pas le noter ? La réponse était simple, il était trop obnubilé par sa propre recherche pour voir ce qu’il se trouvait tout autour de lui. Quel idiot. Quel goujat.
Il pointa donc du doigt le rayon dédié à l’autre sexe afin d’attirer l’attention de sa camarade sur cette partie de la boutique.

- Et de ton côté il y a quelque chose qui te tente ? Si je peux m’autoriser quelques emplettes, il est normal que tu puisses en faire autant.



© ANARCISS sur epicode

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9087-avril-june-stagiaire-psychologuehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9094-avril-june-besoin-d-une-psyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9097-les-rp-de-vrilhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9099-boite-aux-lettres-d-avril-junehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9100-lettres-express-d-avril-june

Arrivé(e) le : 21/01/2018
Parchemins rédigés : 170
Points : 21
Crédit : Forevertry - Beylin
Année : Stagiaire en Psychologie

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: Jouons aux poupées - Nathanaël   Dim 15 Juil - 10:53

Contemplant l'homme qui se tenait devant elle, Avril laissait un petit sourire malicieux se dessiner sur ses lèvres. Après tout, elle restait une femme et lorsqu'il y avait possibilité de regarder un homme, elle se le permettait avec plaisir. L'inverse avait bel et bien lieu alors pourquoi se priverait-elle de mater à son tour ? Sans compter qu'elle en était bien obligé, Nathanaël avait besoin d'un avis féminin sur son nouveau style vestimentaire ! Depuis qu'elle était de retour en Angleterre, Avril n'avait pas rencontré d'hommes. Elle était bien trop occupée à Poudlard pour venir sur Londres et faire des rencontres. Depuis Andrew, en vérité, elle n'avait rencontré personne. Il y avait bien eu ce beau canadien qui lui avait fait de l'oeil mais il était encore bien trop tôt pour qu'elle se laisse aller dans les bras d'un autre homme. Cela faisait maintenant presqu'un an que la jeune blonde n'avait donc eu aucune relation et, même si Andrew était encore bel et bien présent dans ses esprits, il fallait avouer qu'elle commençait à manquer cruellement de la présence masculine à ses côtés, même pour une seule nuit. Aussi pouvait-elle être un peu plus charmeuse que d'habitude. Elle pourrait y remédier, en sortant dans un bar avec ses amis un soir ou en allant carrément dans une boîte de nuit, et sans doute qu'elle allait bientôt sortir mais pour le moment, quitte à avoir un bel homme en costume face à elle, autant en profiter.
Elle resta assise dans son siège tandis qu'il s'observait dans le miroir et jouait à la demoiselle peu sûre de sa tenue. Elle retint un petit rire, comprenant qu'il n'avait, en fin de compte, que très peu de confiance en lui.

Si tu n'es pas habituée à ce style, c'est normal. Mais bon, on ne te demande pas de le porter tous les jours, juste au moins à la rentrée, histoire que t'envoie du lourd et que tout le monde se dise "Ok, ce prof est classe." Après tu pourras t'habiller plus décontracté, c'est la première fois qui compte.

Il ne fallait jamais se rater le premier jour. C'était le jour décisif, celui qui te catégorisait en personne cool ou en looser. Par la suite, les jours se suivraient et se ressembleraient alors il serait bien plus difficile de se distinguer des autres. Le premier jour était crucial, tout le monde se jugeait et vérifiait que la rentrée n'était pas ratée. Alors il fallait tout miser dessus, quitte à arriver habillé comme un sac le lendemain. Cela n'avait plus d'importance, le jugement avait déjà été rendu.
La cracmole se leva et s'approcha malicieusement de l'homme pour lui glisser une phrase sacrément tendancieuse. Le professeur choisit d'y répondre de la même façon qu'elle ce qui laissa supposer à l'étudiante qu'il était prêt à jouer. Super, c'était le moment favori d'Avril. Il n'y avait pas de règles mais pour parvenir à s'amuser, il fallait toujours s'y aventurer avec subtilité. C'était là que se trouvait le meilleur score.
Les rôles s'inversèrent. Si Avril avait pris du plaisir à regarder son partenaire essayer des habits, il était maintenant à son tour de sortir la grande artillerie.

Ah mais moi je veux toujours faire des emplettes ! C'est carrément mon péché mignon, le shopping.

Elle ne se donc pas prier deux fois pour se rendre dans le rayon féminin et commencer ses recherches. Avril avait un radar. Elle savait trouver rapidement les tenues qui lui plaisaient et qui pouvaient potentiellement lui convenir. Elle connaissait son corps par coeur et savait avec perfection quelle matière la mettrait en valeur et laquelle la désavantagerait. Elle savait quelle était sa couleur et celle qu'elle devait éviter à tout prix. Elle ne mit donc pas bien longtemps à piocher une robe bleue bustier qu'elle savait lui irait. Elle savait également d'avance qu'elle ne l'achèterait pas, elle était beaucoup trop chère pour son budget mais rien ne l'empêchait de l'essayer tout de même !
Se réfugiant dans les cabines, elle se changea rapidement. Les miroirs des cabines n'étaient pas suffisamment grands pour réussir à se voir entièrement mais le peu qu'elle apercevait lui convenait. Elle sortit donc, révélant à Nathanaël la tenue qu'elle avait choisi.

Tadam !

Spoiler:
 

Toute pailletée, la robe n'était pas légère à porter. Mais Avril s'y sentait bien. Elle tombait jusqu'au sol aussi la jeune fille avait remis ses talons pour être plus à l'aise. Avril avait écarté les bras, comme pour montrer un spectacle à l'homme qui se tenait en face d'elle. Ils formaient un beau couple tous les deux, l'un en costard-cravate et l'autre en robe de soirée. On pouvait croire que Buckingham Palace les attendait.



Codage par Libella sur Graphiorum



Vivre peu mais vivre bien
Crois en toi, aie espoir, la vie est courte, ne perds rien, aime tes amis, amuse-toi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: Jouons aux poupées - Nathanaël   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jouons aux poupées - Nathanaël
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard, 19 ans après. :: Londres :: 
Dans Londres Moldu
-
Sauter vers: