AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Alerte attentat : let's go get some sugar ☛ Maxxie & Jade

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 27/08/2017
Parchemins rédigés : 303
Points : 2
Crédit : Maddie chérie <3
Année : Deuxième (treize ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Tracy & Izzie

MessageSujet: Alerte attentat : let's go get some sugar ☛ Maxxie & Jade   Mer 2 Mai - 0:34

Let's go get some sugarMaxxie et Jade prennent la tangenteCette histoire d’attentat était, pour ainsi dire, rentrée par une oreille de Jade, et automatiquement ressortie par l’autre. Oui, certes, peut-être était-elle peut-être passée devant cette annonce placardée dans le hall d’entrée, qui avait ébruité le rez-de-chaussée, et donné lieu à quelques ragots et théories du complot qui lui passaient bien au dessus de la tête. Oui, peut-être avait-elle effectivement reçu, à l’instar des autres Poufsouffles, un courrier de la part de la lopette qui leur servait de préfet et qui savait autant faire preuve d’autorité qu’un cochon nain qui tentait de se faire respecter et d’être pris au sérieux, le plus souvent en vain. Mais si elle avait fait l’effort de lire la première phrase, elle s’était rapidement souvenue qu’elle avait autre chose à faire, comme aller sauter sur son lit et faire une bataille de coussins avec ses camarades de dortoir, ou aller recompter ses cartes de chocogrenouilles en double. Oui, peut-être avait-elle perçu l’inquiétude de Madison, et l’air préoccupé de Roxy, qui semblaient pour leur part, redouter cet évènement avec beaucoup d’appréhension. Mais en ce qui la concernait, l’hypothèse d’une éventuelle attaque ennemie n’était pas loin de lui faire ni chaud, ni froid. Elle n’avait pas à jouer les gentils petits soldats parce que le ministère n’était pas fichu de trouver des Aurors potables. Et s’il suffisait que trois marioles armés de capes noires, de cagoules de gangsters du dimanche, et de quelques sortilèges flirtant avec l’illégalité parviennent à prendre à prendre le contrôle du château, c’était au final que leurs dirigeants actuels avaient confondu le poste de directeur avec celui de diseuse de bonne aventure ou de professeur de yoga. Les mains enfoncés dans les poches de son sweat-shirt, elle remontait donc les escaliers menant à son dortoir tout en mâchonnant l’un des excellents chewing-gums ortie-papaye à bulles baveuses qu’elle avait reçus pour son anniversaire, essayant de faire gonfler une bulle assez grosse pour lui éclater en plein visage, jusque sur son menton et son nez et battre son record personnel. Ce soir, elle n’avait pas sommeil, l’esprit bien trop accaparé par l’élaboration de tactiques pour marquer facilement au prochain matchs, n’ayant en tête que le regard dégoûté qui ornerait le visage de Sage Sinclair et de son horripilant subordonné pendant qu’elle lèverait un poing victorieux, et se laisserait acclamer par la foule en leur souriant à pleines dents, et en éclatant d’un rire hystérique. Et tandis qu’elle envisageait, afin de canaliser son agitation, l’idée de rejoindre les étages supérieurs à la recherche du baron sanglant à travers duquel elle espérait bien réussir un tir à trois points en tirant une boulette de chewing-gums et en visant bien entre ses deux sourcils, quelques cris poussés un peu plus bas attirèrent son attention.

Choisissant de ne pas s’en formaliser, Jade opta tout d’abord pour les ignorer, supposant qu’il s’agissait d’un idiot supplémentaire qui s’était retrouvé la langue collée contre une dalle suite à la mauvaise utilisation d’un sortilège pourtant à la portée du premier ahuri venu. Mais ils en faisaient, du bruit, pour une malheureuse histoire de langue… Elle s’arrêta donc dans son ascension, et tendit l’oreille, avant qu’un préfet ne descende précipitamment et ne vienne lui beugler dans les oreilles qu’elle devait se diriger sans tarder vers les lieux de rassemblement prévus à cet effet. Le lien se fit alors, et elle ne tarda pas à réaliser ce qui était en train de troubler le château à cette heure tardive : la simulation à deux balles, c’était pour ce soir. « La tuile ! » s’exclama alors Jade, qui avant même d’avoir eu le temps de réagir, se retrouvait embarquée par la main par un élève plus âgé qui n’avait pas jugé bon de la consulter avant de chercher à l’entraîner dans les étages inférieurs. Interloquée, elle se retint de lui balancer toutes les insultes qu’elle avait dans son répertoire, et se dégagea de cette étreinte forcée avant de faire volte-face en courant. Et puis quoi encore, passer la soirée confinée avec des marmots qui pleurnichaient et des cinquièmes années qui se prenaient pour des superhéros tout en essayant d’impressionner leur copine boutonneuse ? Très peu pour elle, merci bien. Tant pis pour retrouver son frère, ou Joanne qui, telle qu’elle la connaissait, avait du aller se jeter à coeur perdu dans la bataille sous prétexte que lancer des feux d’artifice contre des méchants imaginaires était poilant : pour ce soir, elle ferait cavalier seul, et elle avait bien sa petite idée pour trouver une cachette où on ne la dénicherait jamais : le passage de la sorcière borgne au troisième étage. Essoufflée, elle parvint jusqu’à la statue, non sans bousculer quelques élèves au passage en leur demandant si c’était sa photo dans la gazette qu’ils voulaient, et attendit que ces derniers eurent daigné débarrasser le plancher pour enclencher le mécanisme.

La pierre coulissa sur le sol, pour laisser apparaître le passage, et elle commença à se faufiler à l’intérieur en ayant du mal à dissimuler son sourire ravi. Le château pourrait bien être assiégé par des types qui chevauchaient des dragons armés de tridents, ce n’était pas un problème, puisqu’elle resterait là, à faire des réserves de friandises pour nourrir un régiment entier, et compléter sa collection de cartes. Mais au moment où elle s’apprêtait à fermer définitivement le passage pour aller se complaire dans son règne au royaume des barres chocolatées et des sucres d’orge, elle remarqua au dernier moment qu’un pied, qui se révélait ne pas être le sien, en bloquait l’entrée. Perplexe, le regard de Jade remonta le long de la robe de la sorcière propriétaire de ce pied étranger. Et si elle s’attendait à découvrir que le préfet-pot-de-colle de tout à l’heure l’avait suivie, et qu’elle s’apprêtait à le mordre pour parvenir à s’en débarrasser pour de bon, quelle ne fut pas sa surprise lorsqu’elle découvrit… l’une de ses camarades de classe. « MacPherson ?! » laissa-t-elle échapper, en s’étranglant à moitié, jaugeant la Serdaigle sans dissimuler son étonnement. Ça, pour être un imprévu de taille dans son plan qui ne comportait pourtant aucune faille, c’en était un. « J’peux savoir ce que tu fiches ici, et pas ailleurs ? J’sais pas, en train de lécher les bottes de Sinclair... ? » Bon sang, cette intello à deux noises allait ruiner toute son opération, si elle restait plantée là à lui bloque le passage ! S’agitant sur place, Jade tourna la tête de gauche à droite, commençant à trépigner en entendant des éclats de voix retentir, et parvenir jusqu’à leur étage. Elle dut alors faire un choix, et toisa sa camarade en plantant ses yeux dans les siens, avant de s’écarter sur le côté. « Bon, peu importe, mais soit tu sors, soit tu rentres ! Et j’ai pas toute la journée, on va se faire choper si tu restes planter là ! » s’impatienta-t-elle. Ce geste de grande magnanimité qu’elle offrait à sa camarade qui faisait pourtant partie de la bande adverse, toujours à boire les paroles de ses deux pires ennemis, était inhabituel… Mais elle allait devoir partager ses bonbons avec une autre si elle ne voulait pas qu’une autorité supérieure ne parvienne jusqu’à eux pour aller les forcer à se cacher avec les pleurnichards de leur maison dans les cuisines, ou à affronter des marionnettes dont elle se fichait comme du dernier cours d’histoire de la magie.
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9415-mad-max-termineehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9424-max-i-dont-need-luck-i-have-youhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9423-max-i-have-a-bad-feeling-about-thishttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9422-max-pass-on-what-you-have-learnedhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9421-max-the-garbage-will-do

Arrivé(e) le : 13/03/2018
Parchemins rédigés : 219
Points : 5
Crédit : Avatar ✿ (ft Meika Woollard) Signature ✿ frimelda
Année : 2ème année (12 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Charli B. Ethergsen

MessageSujet: Re: Alerte attentat : let's go get some sugar ☛ Maxxie & Jade   Jeu 3 Mai - 5:19

Alerte attentat : let's go get some sugar
Max & Jade
L’étui du violon se referma avec un claquement sec, tandis que Max passait ses doigts sur le rebord pour se débarasser d’éventuelles poussières. Quand elle était ici, elle perdait souvent la notion du temps – jusqu’à même oublier de manger. D’ailleurs, elle ne savait même pas quelle heure il était mais les rares autres musiciens parmis les élèves qui venaient s’entrainer dans les salles inutilisées du quatrième étaient pour la plupart déjà partis depuis un moment, et le jour commençait sérieusement à décliner. Elle soupira bruyamment ; elle avait probablement raté l’heure du dîner et celle du couvre-feu par la même occasion. Super.
A pas de loups, elle se glissa hors de la salle en espérant que la rumeur des couloirs masquerait le bruit de ses pas tandis qu’elle se faufilerait jusqu’à son dortoir. Ce n’était pas si loin, heureusement. Quelques dizaines tout au plus, elle n’avait même pas à passer par les escaliers principaux.
D’abord trop plongée dans ses pensées pour remarquer le changement d’ambiance, l’agitation dans le couloir fut bientôt trop intense pour qu’elle ne puisse continuer à l’ignorer. Arrachée à ses rêveries, Max était brusquement prise entre les cris des uns et les bousculades des autres. D’abord confuse, désorientée, elle avait soudainement du mal à reconnaître les formes floues et sans visage qui semblaient toutes savoir ce qu’elles avaient à faire. Incapable de retrouver complètement ses esprits dans la pagaille qui régnait, elle serra le précieux étui qui contenait son violon contre sa poitrine et sentit la panique monter en elle. Le coeur battant et les oreilles bourdonnantes à en assourdir tous les bruits environnents, Max rafermit sa prise sur le cuir et les phalanges de chacun de ses doigts blanchirent.
L’exercice, évidemment.
Elle n’avait rien à craindre, sauf peut-être terminer paralysée sur le sol. Alors pourquoi sa tête de voulait-elle pas s’arrêter de tourner ? Ce n’était pas comme l’année dernière, ce n’était rien. Cette fois-ci, ce n’était pas pour de vrai. Chaque pas fébrile qu’elle faisait pour s’écarter résonnait comme si elle était seule au monde, et sa bulle d’angoisse éclata brutalement quand on la poussa violemment contre le mur. Ebêtée pendant encore quelques instants, elle avait l’impression qu’un creux béant s’ouvrait en travers de son ventre pour la ronger de l’intérieur. L’étui du violon toujours serré contre elle, elle sentit ses vagues mouvements devenir tremblotants. L’air hagard, elle laissa courir ses yeux à travers la foule dans l’espoir d’apercevoir enfin un visage qu’elle pourrait reconnaître.

« Sage… ? Jay… ? » souffla-t-elle, si bas que personne ne put l’entendre.

Elle secoua la tête. Quelle idiote. Elle était au quatrième étage et eux, probablement aux cachots, dans leur salle commune, suivant les instructions de leurs préfets pour que leur alerte attentat se passe le mieux possible. Si son premier réflexe avait été de chercher ses amis pour s’en sortir avec eux, il était bien inutile finalement. Maintenant qu’elle dévalait les escaliers deux par deux sans vraiment réfléchir à où elle était entraînée, c’était tout ce à quoi elle réussissait à penser. Max se mordit l’intérieur des joues, comme pour se réveiller. Ce n’était pas le moment de céder à la panique, ni d’oublier ce qu’elle avait à faire.
Qu’est-ce que Tracy avait dit dans sa lettre, déjà ?
Baguette ? Retenant son souffle, elle tata sous sa cape pour sentir l’objet magique contre sa main. Elle expira, à moitié soulagée. Au moins, elle pourrait essayer de lancer un demi-sort avec sa compagne récalcitrante avant de finir au tapis. C’était déjà ça de pris.
Elle inspira profondément, emportée par le mouvement des élèves autour d’elle. Quelque chose à propos de la salle commune ? C’était trop tard… dire qu’elle était au bon étage au début, et qu’à cause de sa panique – et de celle des autres – elle était maintenant bien plus loin du point de ralliement qu’au tout début. Elle se retint de lâcher son plus gros juron. Quelle poisse, tout ça à cause d’un moment inattention.
Alors qu’elle se sentait de plus en plus perdue et seule, Max aperçut la fin d’une queue de cheval anarchique étrangement très familière disparaître derrière le mur du couloir. Envahie par un nouvel espoir d’enfin trouver un point de repère dans toute ce bazar, elle se lança à corps perdu après la silhouette pourtant bien plus petite qu’elle.

« Hey ! » s’époumona-t-elle en suivant la queue de cheval à contre courant, comme un appel à l’aide.

Visiblement ignorée – ou pas entendue – Max n’abandonna pas cependant. Elle était déjà trop loin du plan de ses préfets ou de sa salle commune, et la dernière chose qu’elle voulait, c’était bien se retrouver seule là-dedans. Il lui semblait presque que les cheveux désordonnés qu'elle suivait étaient sur le point de se mettre à briller pour ne pas la perdre.

« Attends-moi ! » essaya-t-elle encore, même si la respiration se faisait difficile.

Au fur et à mesure qu’elle lui courait après, Max put très vite s’apercevoir que les couloirs étaient de moins en moins peuplés, jusqu’à devenir quasiment vides. Quand la fille à la queue de cheval activa un mécanisme pour déplacer la pierre et ainsi révéler sa cachette – ou un passage ? – elle écarquilla les yeux. Non sans mal, elle put quand même reconnaître Jade, camarade de classe turbulente dont les interminables histoires qu’elle avait avec ses deux amis Serpentard avait terni l’opinion qu’elles avaient l’une de l’autre avant même qu’elles n’aient pu se parler. Mais c’était maintenant ou jamais. Serrant fort son étui dans sa main, elle se précipita vers elle. La vision plus troublée que jamais, elle espéra juste ne pas trébucher entre temps.

« Attends ! » lança-t-elle faiblement à travers le couloir. « Shepherd ! »

Complètement essoufflée et épuisée, elle usa de ses dernières forces pour se précipiter vers le passage secret – tout en se maudissant de ne pas avoir gardé le cours de vol en option, peut-être qu'un peu de sport lui aurait permis d’arriver en meilleur état après sa course. À peine à temps, elle bloqua soudainement la pierre qui allait se refermer sous son nez avec son pied pour obliger Jade à la laisser rentrer. Jade était terrible, et elles se détestaient très cordialement, mais elle n’allait quand même pas la laisser dehors… si ?
Comme prévu, Jade s’étrangla presque avec son nom quand elle la vit. Entre deux ou trois provocations que Max eut bien du mal à entendre tellement son cœur battait fort dans sa poitrine, elle crut comprendre qu’elle était finalement la bienvenue. Ou du moins presque la bienvenue, grâce aux circonstances. Dans un ultime effort, elle se glissa dans le passage avec son étui soudainement bien trop encombrant.
Fermant les yeux pour reprendre un peu de sa respiration avant de lui répondre, Max s’adossa à ce qu’elle trouva – vraiment, son cardio était catastrophique. Pour l’heure, elle avait simplement envie de s’asseoir là et d’espérer mourir d’une crise d’hypoglycémie. Au moins, une fois morte, elle n’aurait plus ce sale goût ferreux dans la bouche – qui courrait jusqu’à sentir le sang au fond de sa gorge ? Après une longue inspiration, elle se calma enfin et détendit ses épaules. Respirer, ouvrir les yeux, répondre à Jade. Dans cet ordre.

« Euh, j’étais en train de… » commença-t-elle difficilement, le souffle court, avant de reprendre. « Eh ! C’est pas vrai ! Je lèche pas les bottes de Sage, d’abord. »

C’était bien le moment pour se disputer. En plus, c’était plutôt l'inverse : lui qui léchait ses bottes à elle. Si vraiment quelqu’un devait lécher les bottes de l’autre. Ce qui était dégoûtant. Le sport rendait vraiment les gens stupides, voilà pourquoi elle n’en faisait que rarement.
Max regarda Jade de haut en bas avec un air un peu perplexe.

« Et toi aussi, qu’est-ce que tu fais là ? » dit-elle plus sereinement, d'un ton bizarrement dénué de toute trace de mépris ou de provocation. « Tes préfets n’ont pas donné d’instructions ? »

S’il y en avait eu, Jade n’aurait probablement pas pris la peine de les suivre. Max le réalisa un peu tard, mais c’était pour le moins évident – vu ce qu’elle connaissait de la Poufsouffle. Elle désigna la pierre qui avait repris sa place initiale avec un vague geste de la main.

« Et puis, comment tu connais ça ? » demanda-t-elle en levant légèrement un sourcil.

Jetant des regards intrigués tout autour d’elle, Max savait qu’il existait plusieurs cachettes et passages secrets à Poudlard sans jamais avoir connu leur emplacement – ni avoir essayé de les connaître, en fait. Sur ce coup là, Jade lui avait vraiment sauvé la mise. Il faudrait qu’elle pense à dire merci, quand même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 27/08/2017
Parchemins rédigés : 303
Points : 2
Crédit : Maddie chérie <3
Année : Deuxième (treize ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Tracy & Izzie

MessageSujet: Re: Alerte attentat : let's go get some sugar ☛ Maxxie & Jade   Sam 5 Mai - 0:17

Let's go get some sugarMaxxie et Jade prennent la tangenteEt voilà comme un plan, qui semblait a priori parfait, tombait brusquement à l'eau : quand une camarade, de surcroît une bêcheuse de première classe, s'immisçait sournoisement dans l'interstice de la porte pour la séparer de la liberté et de la ruée vers les sucettes à la menthe glacée. Et pour le coup, Jade n'avait pas réellement prévu d'alternative : il lui serait bien plus facile de filer d'entre les griffes d'un préfet trop inquisiteur par une série de prétextes foireux et éhontés. « Euh, j’étais en train de… Eh ! C’est pas vrai ! Je lèche pas les bottes de Sage, d’abord. » Haussant les sourcils, Jade jeta un regard amusé à sa camarade. Alors comme ça, elle avait touché un point sensible... ? Ça ne l'étonnait : n'importe qui de normalement constitué fourré dans les pattes de Sinclair devait forcément avoir un problème. Pourtant, elle n'avait rien contre cette fille, si ce n'était que ses réponses anormalement longues en classe lui donnaient autant le goût de somnoler que le tic-tac répétitif d'une pendule de grand-mère. Elle n'avait pas ce dont inné que possédaient les Sinclair et Rosenbach, à être constamment paré d'un petit air aussi arrogant qu'insupportable, à donner une irrépressible envie de distribuer des gifles à-tout-va. Il y avait quelque chose de plus énigmatique, de plus mystérieux chez Maxine MacPherson, trop discrète pour qu'elle se soit réellement un jour interrogée à son sujet. « Ben voyons, et moi je suis Merlin l’Enchanteur. » répliqua-t-elle en collant son poing sur la hanche. « A te voir traîner dans leur bande de pestiférés comme si cette andouille était le messie, on dirait pas, hein. » La guerre qui opposait les deux clans de seconde année commençait à dater, et à être bien connue de leur classe. Et pour aucun d'entre eux, le fait de se trouver aux côtés de l'un ou de l'autre n'était anodin : il fallait choisir. On ne pouvait pas trouver un juste milieu, ou tenter d'être amis avec eux deux à la fois, comme tentait de le faire Roxy occasionnellement, ce qui avait tendance à l'agacer. Et cette Maxine, peu importaient les motifs qui aient pu la motiver à se diriger vers lui, avait fait son choix, ce qui lui inspirait une hostilité toute naturelle mêlée d'un désir curieux de comprendre ce qui la poussait naturellement à se tourner vers les démons de Serpentard.

Malgré tout, peut-être sur un élan de faiblesse dont elle se mordrait les doigts ensuite, elle avait rapidement cédé, et l'invitait à pénétrer sa cachette. Elles pouvaient bien ne pas être grandes amies, mais à part un vermisseau de la trempe de Sinclair, personne ne méritait d'être condamné contre son gré à suivre les plans ennuyeux à mourir concoctés par les préfets de leur maison pendant une soirée entière à lutter contre des ennemis imaginaires, tout en rameutant les idiots maladroits qui s'étaient pris un Expelliarmus en pleine tête après avoir confondu leur droite et leur gauche. Non, elle n'était pas aussi cruelle, tout de même. « Et toi aussi, qu’est-ce que tu fais là ? Tes préfets n’ont pas donné d’instructions ? » Elle tira sur sa tête la capuche de son sweat-shirt, et sortit de sa poche la petite boîte de chewing-gums avec laquelle elle se baladait, et l'ouvrit pour en tirer un cerise-réglisse par lequel elle remplaça celui qu'elle mâchonnait, qu'elle sortit de sa bouche pour le coller sur l'une des parois du mur. Le temps d'un instant, elle hésita à en proposer un à celle qui se présentait comme sa future camarade d'infortune, avant de se raviser : elles étaient loin d'être assez proches pour une telle marque de familiarité. « Ah si si, je suis en mission spéciale pour eux, ils m’ont ordonné d’aller faire une réserve du plus de friandises possible. On sait jamais combien de temps ça peut durer un siège, hein. » répondit-elle d'un ton sarcastique en faisant craquer ses jointures, avant de formuler un "Lumos" discret, et de s'engager dans le tunnel, s'assurant d'un coup d'oeil en arrière que la Serdaigle se trouvait bien sur ses talons. On ne savait jamais, avec ce genre de fille. Rien ne l'empêcherait de la trahir, et de faire demi-tour précipitamment pour aller la cafter auprès des préfets... elle devait la surveiller, et de près. « Et puis, comment tu connais ça ? » Voilà, une espionne ! Elle le savait. Elle l'avait deviné du premier coup, même, avec son air faussement innocent, de celle qui se retrouvait un peu perdue dans cette alerte attentat, alors qu'elle n'était sûrement qu'une vendue à la botte de l'ennemi. Peu importait, lorsqu'elles auraient atteint le fin fond de la cave, elle lui ferait cracher le morceau, et avouer qu'elle l'avait suivie dans l'optique de la compromettre ! Et après ça, ce serait quoi ? Des informations sur l'emplacement de la cachette de la cape d'invisibilité de Joanne ? Des aveux en ce qui concernait le bal de Noël ? Qu'elle rêve !

Il était donc important de ne lui fournir que le minimum syndical d'informations. Sa question semblait peut-être désintéressée, mais Jade n'était pas née de la dernière pluie, et savait bien reconnaître les envoyés de Sage Sinclair lorsqu'elle en croisait, même si en l'occurence, c'était la première fois qu'elle en avait une en face d'elle. Tant pis, elle improviserait. « J’allais quand même pas attendre trois ans avant d’aller voir Pré-au-Lard. Un cinquième année m’a filé le tuyau, contre des badges faits main pour le match Gryffondor-Serpentard et des patacitrouilles. Mais pour l’instant, j’ai visité que la cave. Baisse-toi un peu, le plafond est particulièrement bas. » lança-t-elle à son attention, avant de courber elle-même la nuque, pour mieux s'introduire dans la galerie, les guidant de la petite étincelle qui ornait le bout de sa baguette. Voilà, maintenant que la collaboratrice ennemie était mise en confiance, et avait l'impression d'avoir réussi à passer entre les mailles du filet en trompant sa vigilance, c'était à son tour de la cuisiner. « Et toi, qu’est-ce que tu faisais dans le coin ? T’as perdu tes petits copains dans la foule ? » l'interrogea-t-elle d'un ton narquois. Avant d'aller plus loin et de rejoindre la cave, elle devait s'assurer de bien connaître les intentions de cette Maxine, trop sage pour être honnête, trop calme pour ne pas avoir derrière la tête les plans les plus tordus malicieusement implantés par son ennemi juré, comme un cheval de Troie qu'il envoyait dans son camp. Mais ce cheval de Troie, elle comptait bien le passer au peigne fin.
©️ 2981 12289 0


Dernière édition par E. Jade Shepherd le Ven 25 Mai - 17:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9415-mad-max-termineehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9424-max-i-dont-need-luck-i-have-youhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9423-max-i-have-a-bad-feeling-about-thishttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9422-max-pass-on-what-you-have-learnedhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9421-max-the-garbage-will-do

Arrivé(e) le : 13/03/2018
Parchemins rédigés : 219
Points : 5
Crédit : Avatar ✿ (ft Meika Woollard) Signature ✿ frimelda
Année : 2ème année (12 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Charli B. Ethergsen

MessageSujet: Re: Alerte attentat : let's go get some sugar ☛ Maxxie & Jade   Jeu 10 Mai - 4:09

Alerte attentat : let's go get some sugar
Max & Jade
La réaction mi-amusée mi-perplexe de Jade à la bien piètre défense de Max ne se fit pas attendre longtemps. Le parallèle avec le messie la fit légèrement sourire et elle réprima un ricanement. Le père de Sage était effectivement pasteur, et elle savait que toute la famille Sinclair était très impliquée dans la religion pour les avoir souvent vus à l’église lorsque son père prenait encore de les y traîner, son frère et elle. Elle ? Elle ne jurait que par la science, et certainement pas par la religion. Alors, progressivement, elle s’était éloignée de toutes ces histoires sans pourtant oublier un seul détail de tout les enseignements qu’on lui avait inculqués. Quant à les suivre… c’était une autre histoire. Est-ce que Jade savait à quel point sa comparaison était ironique ?
Mais entre deux ou trois insultes que Max effaça bien vite d’un vague geste de la main, elle comprit très bien de quoi il était question. La fameuse guerre des deuxièmes années, à laquelle elle aurait préféré ne jamais prendre part… Elle ne savait même pas comment tout ça avait commencé ; en tant qu’amie – ou presque – de Sage, elle avait été d’office du côté des garçons de Serpentard. Maintenant, c’était tout ce qu’elle était devenue ? La lèche-botte au service de Sage ? Non, ce n’était pas ce qu’elle était, ça n’avait jamais été ce qu’elle avait voulu être. Devait-elle se justifier ? Devait-elle prouver à Jade qu’elle avait tort ? Est-ce que d’autres gens pensaient, comme la Poufsouffle, qu’elle n’était que… qu’une groupie ? Enfin, c’était bien ce dont il était question. Elle n’était pas grand-chose, mais elle n’était pas grand-chose du mauvais côté de l’histoire pour cette fois-ci.

« Je viens de te dire que c’était pas comme ça entre nous. » déclara-t-elle sur un ton sans appel, le visage fermé.

Avec sa capuche et son chewing-gum, elle avait l’air plus vieille. Dans l’ombre du couloir à peine éclairé par le Lumos au bout de la baguette de Jade, on aurait clairement pu les prendre pour plus âgées qu’elles n’étaient ; entre la dégaine de Jade et la grande taille de Max, il y avait de quoi faire. En la voyant sortir un paquet de chewing-gum de sa poche pour remplacer celui qu’elle mâchouillait déjà depuis visiblement quelques temps, Max réprima une subite envie de sucre et son air envieux laissa vite la place à un air passablement dégoûté quand elle vit sa camarade orner le mur d’un nouveau trophée rosâtre et mou.
Contrairement à Max qui commençait à sentir ses jambes se dérober sous son poids à cause du manque de nourriture et de sa précédente course effrénée, Jade semblait en parfait contrôle de la situation, en pleine maîtrise de ses moyens. Une part d’elle, cachée quelque part tout au fond derrière les kilos de matière grise qui composait son cerveau, l’enviait pour ce calme révélateur. Sans pouvoir s’en empêcher, elle se fit quand même la réflexion qu’un accès à de la nourriture en temps de siège, ça n’était jamais une mauvaise idée. Réfléchir, ça l'aidait toujours à garder les pieds sur terre, à contenir la panique.

« Ah, ah, ah. » lâcha-t-elle, avec un air complètement désabusé sur le visage. « J’ai failli marcher. »

Max plissa un peu les yeux. Elle n’avait pas tiqué quand Jade avait parlé de… friandises ? Alors c’était là que menait cet interminable et sombre passage, vers du sucre ? Elle fronça les sourcils, perplexe, mais ne releva pas à haute voix sa constatation.
Alors, Jade commença à s’avancer et Max lui emboîta le pas rapidement en resserrant sa prise sur le cuir de l'étui de son violon à en faire blanchir ses phalanges. Elle se raccrochait à ce qu’elle pouvait pour ne pas tomber, et doucement, reprenait sa respiration. Régulièrement, elle se retournait vers elle, comme pour vérifier qu’elle était toujours là – ou qu’elle ne s’était pas évaporée entre temps, ce qui en soi, aurait été une hypothèse plus que probable. Mais l’idée que la Poufsouffle puisse s’inquiéter pour elle ne lui traversa même pas l’esprit, il s’agissait plutôt d’une surveillance de fortune.
Ce n’était peut-être pas la meilleure idée du monde. Jade lui avait sauvé la mise, mettant de côté leurs différends pour lui autoriser l’accès dans son passage secret. Faire preuve de condescendance ou de sarcasme n’était pas la meilleure façon de la remercier, même si elle-même ne s’en privait pas. Max se décida alors à mettre son énorme fierté de côté pour cette fois, au moins. Mais elle n’eut pas le temps de continuer à y penser, que Jade lui répondait déjà du tac au tac. Alors comme ça, Jade avait déjà des relations avec des aînés, au point de pouvoir s’offrir ce genre d’informations… Max offrit un sourire presque comme un secret au dos de sa camarade dans l’ombre, et fit de son mieux pour cacher son air ahuri teinté d’envie.

« Je vois, plutôt cool. » lança-t-elle simplement, admirative mais trop bornée pour l’admettre.

C’est sûr que ce n’était pas elle qui aurait été cherché ce genre de chose. Max était bien trop occupée avec son frère, les cours, ses parents… Même si ses aînées à elle aussi, étaient uniques et d’une bienveillance sans limite, elles restaient souvent des Serdaigle pour la plupart. Et tout ce qu’on disait sur les Serdaigle n’était pas complètement faux ; elles ne lui apprenaient pas forcément ce genre de choses.
Suivant l’indication de sa guide, elle se baissa – plus qu’elle – pour ne pas s’infliger une bosse sur le crâne en plus d’une crise d’hypoglycémie. Le conseil, suivi très rapidement par le ton moqueur et inquisiteur de la question fatale qu’elle redoutait tant, tout ça sonnait à la fois très faux et très juste en même temps. Jade ne se serait jamais intéressée à elle de la sorte, mais en même temps… il n’y avait rien d’autre à faire, ici.

« Plus ou moins, ouais. » dit-elle en se forçant à adopter un ton détaché et difficile à atteindre. « J’ai juste… paniqué. J’étais toute seule et je savais plus où aller, alors quand je t’ai vue, je t’ai suivi sans trop y réfléchir en fait. »

Sans vraiment laisser le temps à sa camarade d’en rire ou d’en pleurer, elle enchaîna pour éviter le pire. Elle se maudissait suffisamment toute seule, elle n’avait vraiment pas besoin que quelqu’un d’autre s’y mette. Mais au moins, elle avait été honnête, franche. Vraie, pas juste l’ombre d’elle-même.

« Je sais, j’ai merdé. N’en rajoute pas. » lâcha-t-elle d'une voix plus basse, en prévision des prochains sarcasmes qui lui tomberaient sur le coin du nez.

N’en rajoute pas… s’il te plait ?

Oui, il manquait peut-être quelque chose comme ça au bout de sa phrase. Mais vraiment, elle ne tenait pas à ce qu’on lui rappelle qu’une fois de plus, elle avait fait preuve de faiblesse, elle avait perdu ses moyens, elle n’était arrivé à rien. Max serra les dents et continua d’avancer en silence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 27/08/2017
Parchemins rédigés : 303
Points : 2
Crédit : Maddie chérie <3
Année : Deuxième (treize ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Tracy & Izzie

MessageSujet: Re: Alerte attentat : let's go get some sugar ☛ Maxxie & Jade   Ven 25 Mai - 19:08

Let's go get some sugarMaxxie et Jade prennent la tangente« Je viens de te dire que c’était pas comme ça entre nous. » Jade réprima un sourire provocateur, et fourra ses mains dans ses poches tout en arquant sa colonne vertébrale pour mieux s'infiltrer dans le passage. La galerie était étroite, et les monticules de poussière accumulés sur les dalles que leurs pas écrasaient pour y laisser l'empreinte de leurs chaussures montraient que le chemin n'avait pas été pratiqué depuis quelques temps... Alors en audacieuses pionnières, elles avançaient à la lueur de leurs baguettes, descendant les quelques marches qui les séparaient de leur terre promise. Copiner avec l'une des amies de Sage Sinclair n'était ni dans ses intérêts, ni dans ses intentions : seulement, puisque Maxine était là, autant composer avec la nouvelle venue... A l'inverse de leurs insupportables camarades de Serpentard au quotient intellectuel de mouche, cette dernière était au moins suffisamment clairvoyante pour ne pas chercher à imposer sa loi dans une situation comme la leur. Jade ne s'était jamais aventurée à faire la connaissance de cette fille, se satisfaisant de l'image qu'elle en avait construite : à l'image de tous les bêcheurs de Serdaigle, et de sa cousine Aisling, elle ne semblait pas se révéler davantage qu'une infatigable mademoiselle-je-ramène-ma-science, et qui visiblement n'aimait pas beaucoup les petites allusions. Bien loin de vouloir se montrer discrète, la Poufsouffle s'empressa alors de rebondir, malgré le désir évident de sa camarade de classer le sujet une bonne fois pour toutes. « Ooooh, je vois. Et c’est comment alors ? C’est toi la chef en fait, mais tu agis dans l’ombre… ? » ironisa-t-elle en feignant de jouer l'idiote. Bien sûr que ce n'était pas le cas. Elle doutait fortement que Maxine ait le mental pour s'imposer face aux gorilles qui lui servaient d'amis, grandes gueules mais bêtes comme leurs pieds. Discrète, cette dernière avait une légère tendance à se laisser effacer par la présence de Sage et Jayden, qui ne nourrissaient d'autres projets que celui de se faire remarquer en classe...

« Je vois, plutôt cool. » Cool ? Evidemment que ça l’était. Et encore, elle ne lui dévoilait que la face cachée de l’iceberg de la coolitude… Maxine était bien gentille, mais en comparaison, ce n'était pas encore trop ça. A force de fréquenter des abrutis qui devaient lui bourrer le crâne de leurs élucubrations vaseuses, elle avait encore du chemin à faire avant de prendre l'assurance nécessaire pour se distinguer de la masse grouillante... un peu comme Madison, en réalité. Décidément, Jade se demandait pourquoi les filles de leur classe semblaient accepter si facilement que ce soient les garçons qui mènent la danse... Surtout lorsqu'il s'agissait des pires éléments du château ! On leur avait offert la crème de la médiocrité à la suite de cette année Blackman, soit-disant sous prétexte qu'ils redoublaient comme le reste des nés-moldus, mais intimement elle demeurait persuadée que leur bêtise seule leur avait fait défaut pour atteindre le niveau d'un troisième année. Comment la Serdaigle pouvait-elle se voiler suffisamment la face pour ne pas le remarquer... ? D'autant plus si elle était bel et bien envoyée par eux pour mieux l'espionner... ce pourquoi Jade devait rester méfiante. « Je t’apprendrais un jour. » Enfin oui et non, peut-être, selon sa motivation et l'humeur des astres lunaires. De plus, elle n'était pas certaine d'avoir envie de perdre du temps avec l'intello de leur classe tout ça pour lui apprendre à se lâcher un peu. « Plus ou moins, ouais. J’ai juste… paniqué. J’étais toute seule et je savais plus où aller, alors quand je t’ai vue, je t’ai suivi sans trop y réfléchir en fait. » Elle plaça une main sur son menton en faisant mine de hocher la tête, comme si elle réfléchissait réellement aux propos de son interlocutrice, alors qu'elle était au fond persuadée que toute sa version n'était rien de moins que du flan : sans réfléchir ? En voilà, une bonne enquêtrice à la solde des Sinclair ! Jade se dit alors qu'elle avait bien fait de se montrer sceptique à son égard. Rien ne tenait la route, dans son histoire, et si elle voulait tenter d'extirper d'elle des renseignements pour le compte de l'ennemi, une chose était certaine, elle se fourrait bien le doigt dans l'oeil ! « Paniqué ? A cause de leur alerte à deux balles ? A d’autres. Tu faisais quoi, toute seule ? » l'interrogea-t-elle à son tour. Pas question d'être la seule à passer à la casserole... surtout si sa camarade devait s'empresser d'aller faire un compte-rendu à Jayden et Sage de tout ce qu'elle avait entendu...

Continuant sur sa lancée, Jade jeta un nouveau coup d'oeil en arrière, épiant discrètement sa partenaire d'infortune. C'était curieux comme, à bien l'étudier, elle ne semblait même pas nourrir de noires intentions, presque comme si elle se trouvait réellement au même endroit qu'elle, par un simple accident, ce qui commençait à perturber un peu la Poufsouffle, qui cherchait alors à découvrir le secret de son tour de passe-passe. Elle était contrainte de le reconnaître, cette fille était douée. « Je sais, j’ai merdé. N’en rajoute pas. » Pouffant légèrement, Jade redressa le menton dans sa direction, avant d'étirer ses commissures de lèvres. Il y avait quelque chose de touchant dans la démarche de cette fille à malgré tout vouloir s'affirmer, si bien qu'elle regrettait que ce ne soit pas pour s'émanciper de la bande de mollusques à laquelle elle appartenait. « Oh, j’en rajoute pas non. Si je ricane c’est à cause d’une réaction épidermique. » répondit-elle avant de siffloter un air victorieux de sa composition. A l'angle du mur, elle reconnut l'une des gargouilles qui leur indiquait qu'elles n'étaient plus très loin de leur ruée vers les friandises... en voilà, une bonne nouvelle ! « Bon, puisque t’es là… t’aimes quoi, comme bonbons ? » se tourna-t-elle finalement vers Maxine, l'évaluant du regard. Parce qu'une chose était certaine, même si sa camarade était simplement venue jouer les agents secrets au compte de l'ennemi, Jade ne comptait pas s'empêcher de s'en donner à coeur joie...
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9415-mad-max-termineehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9424-max-i-dont-need-luck-i-have-youhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9423-max-i-have-a-bad-feeling-about-thishttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9422-max-pass-on-what-you-have-learnedhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9421-max-the-garbage-will-do

Arrivé(e) le : 13/03/2018
Parchemins rédigés : 219
Points : 5
Crédit : Avatar ✿ (ft Meika Woollard) Signature ✿ frimelda
Année : 2ème année (12 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Charli B. Ethergsen

MessageSujet: Re: Alerte attentat : let's go get some sugar ☛ Maxxie & Jade   Mer 30 Mai - 2:33

Alerte attentat : let's go get some sugar
Max & Jade
Juste derrière Jade, Max baissa la tête pour éviter de la perdre en continuant son avancée dans le passage secret. Sans la quitter d’une semelle, elle faisait de son mieux pour cacher l’air renfrogné qu’elle ne pouvait empêcher depuis les remarques piquantes de la Poufsouffle à propos du rapport de force entre elle et Sage. Comme s’il y avait quelque chose à en dire… Cette guerre stupide leur montait vraiment tous à la tête. Et elle, elle aurait bien préféré rester en dehors de tout ça. Mais Jade n’avait pas l’intention de laisser tomber, et Max leva les yeux au ciel dans son dos – bien que l’idée d’être une baronne du crime protégée par l’ombre de ses serviteurs ne lui déplaise pas tant que ça, en fin de compte.

« Non… Pourquoi est-ce qu’il faudrait un chef de toute façon ? On est des amis, pas des soldats, une meute de loups ou je sais pas quoi. Il y a pas besoin que quelqu’un décide pour les autres. » dit-elle, un peu agacée par la conversation.

Elle s’autorisa à lâcher un soupir. De manière assez surprenante, Jade ne fit aucun commentaire à son compliment prononcé à demi-mots, et offrit même de lui apprendre comment elle avait fait pour sa combine – un jour. Un jour, ça voulait dire ce que ça voulait dire ; et c’était souvent jamais. Mais le simple fait que sa camarade ne la rabaisse pas, n’en profite pas pour se vanter ou ne la remballe pas immédiatement lui parut difficile à avaler. Un air presque stupéfait sur le visage, Max mit un instant avant de lui répondre – un peu abasourdie par la proposition sous-entendue.

« Sérieux ? » lança-t-elle avec un mouvement de recul, en s’arrêtant quelques secondes au milieu du passage pour prendre le temps de digérer l’information. « Merci, ce serait génial de ta part. Je pensais que tu me détestais mais en fait t’es plutôt sympa, quand tu veux. »

Toujours aussi douée pour les remerciements et la reconnaissance, Max se maudit intérieurement. Parfois, sa bouche parlait sans consulter son cerveau. Et vu la quantité de chose que ce dernier comptait, c’était souvent une grosse erreur. Jamais très à cheval sur la politesse ou les manières, elle devait parfois se faire violence pour ne pas répondre la première remarque cinglante, dont la franche froideur avait déjà fait des ravages, qui lui passait par la tête. Et cette fois là encore, ça n’avait pas raté ; même quand elle n’était pas en position de force, c’était juste sorti tout seul.
Au vu de sa réaction, Jade peinait à prendre son excuse au sérieux. Au fond, elle avait raison. La panique dans une situation qui était complètement fausse et montée de toute pièce comme celle-ci était une réaction particulièrement stupide et inutile. Max le savait et elle ne pouvait pas blâmer la Poufsouffle de tourner tout ça en dérision. Presque du tac au tac, elle rebondit sur sa réponse pour lui poser une autre question. Une question à laquelle elle n’avait pas envie de répondre. Même si elle ne se cachait pas particulièrement, elle préférait de loin que sa pratique du violon ne reste connue que d’un petit nombre de personnes – la présence indésirable du concierge qui avait semblé apprécier le concert privé de l’autre fois avait amplement suffit à l’embarrasser. Et Jade trouverait probablement ça naze ; Max n’avait vraiment pas besoin d’un commentaire de plus à ce propos. Elle resserra sa prise sur le cuir de l’étui et se lança en espérant ne pas buter sur ses mots.

« Quoi ? C’est vrai. J’avais juste oublié que c’était censé arriver, j’ai été prise par surprise ! J’étais dans les salles vides du quatrième étage, et après, entre la foule et les autres qui hurlaient, j’ai... attrapé leur panique. A croire que c’est contagieux. » déclara-t-elle en se forçant pour paraître naturelle et spontanée.

Surveillée régulièrement par quelques coups d’oeil discrets, Max faisait attention à où elle mettait ses pieds et à ne pas se cogner la tête. Si elle commençait à s’habituer au regard pesant de sa camarade – comme si elle allait se perdre dans ce passage si étroit – elle avait plus de mal avec la poussière qui recouvrait le sol. Au moins, ce n’était pas de la moisissure ou de la boue… c’était déjà ça.
Quand Jade pouffa, Max sentit une lame de fierté terriblement aiguisée lui transpercer le coeur. L’amour-propre, ça lui faisait mal, mais cette fois elle était elle-même d’accord pour dire qu’elle le méritait largement. Une nouvelle remarque fut cependant interrompue par un petit air – de victoire ? – que la Poufsouffle sifflota devant elle. Perplexe, Max leva les yeux pour apercevoir encore une statue. Visiblement, elles étaient arrivées. Les yeux écarquillés, elle s’avança près de Jade pour jeter un coup d’oeil émerveillé à l’endroit.

« Comme… Bonbons ? » demanda-t-elle, hésitante. « Euh… En fait, j’en sais rien. Qu’est-ce que tu préfères toi ? »

Alors, elles allaient vraiment empiffrer de sucrerie en attendant la fin de cet exercice. De plus en plus séduite par la perspective d’enfin se remplir l’estomac avec quelque chose – en l'occurrence, n’importe quoi – Max commençait à se réjouir d’être en si mauvaise compagnie. Jade lui avait presque demandé ça par défaut, par dépit, et Max était prise au dépourvu. Bien sûr, elle avait déjà mangé des bonbons, moldus pour la plupart, mais ce n’était pas monnaie courante chez elle. La meilleure façon de ne pas se ridiculiser, c’était d’avouer directement qu’elle n’y connaissait rien plutôt que d’essayer de deviner des noms de bonbons au hasard et se planter lamentablement. Et de toute façon, elle avait toujours fait une bien piètre menteuse, alors… Autant jouer franc-jeu. Elle lui rendit son regard avec un air interrogateur légèrement gêné.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: Alerte attentat : let's go get some sugar ☛ Maxxie & Jade   

Revenir en haut Aller en bas
 
Alerte attentat : let's go get some sugar ☛ Maxxie & Jade
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard, 19 ans après. :: Pré-au-Lard :: 
Les Commerces
 :: Honeydukes
-
Sauter vers: