AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Année 2023-2024] You ? Is it really you ? (Dale & Victoire)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9306-dale-a-foster-behind-the-maskhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9414-dale-a-foster-behind-the-maskhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9561-dale-foster-demande-de-rp

Arrivé(e) le : 19/02/2018
Parchemins rédigés : 65
Points : 0
Crédit : Gregg Sulkin
Année : Sixième année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?:

MessageSujet: [Année 2023-2024] You ? Is it really you ? (Dale & Victoire)   Lun 23 Avr - 21:28



You ? Is it really you ?

En ce doux mois d'avril, le soleil surplombait le village de Pré-au-Lard. Une fine couche de vent se faisait sentir. Le ciel bleu était dégagé et pur, où des dizaines d'oiseaux volaient en groupe en formant une flèche. La foule de passants commençait à s'agrandir. On entendait de plus en plus les rires des enfants jouant sur le gravier du parc avec leurs Bav'Boulles, les chiens errants aboyant sur des chats de gouttière, les abeilles bourdonnant de joie en se posant sur les fleurs. Tout le monde semblait prospère : un véritable paradis.

Mais au delà de ce décor si vaste, un en particulier ne semblait pas aussi enthousiaste. Assis sur un banc près du bistrot des Trois-Balais, Dale ruminait. Cette sortie à Pré-au-Lard aurait du lui permettre de trier ses pensées. Mais malheureusement pour lui, son cocon de bonheur fut vite rompu par cette foule de passants qui lui brouillaient la tête et l'empêchait de méditer seul. Leurs éclats de rire l'agaçaient, lui qui préférait le silence. Mais c'est surtout parce qu'une partie de lui les enviaient d'être aussi heureux et soudés. Dale était jaloux de toute cette allégresse qui paraissait sur leur visage à chaque fois qu'ils se faisaient face, jaloux de cette tendresse dans le regard de chaque enfant accroché à leur mère, jaloux de la proximité de jeunes amants assis sur un banc en buvant des bièraubeurres. Pourquoi fallait-il qu'ils soient si heureux, pensa-t-il, si lui souffrait ? Pourquoi avait-il toute cette pression dans sa vie ? Lui qui, en arrivant à Poudlard, songeait à une vie meilleure, le voilà à jalouser les autres ! Cette pensée était bien égoïste de sa part, mais il s'en moquait. De toute manière, lui n'était pas avec sa mère, n'avait ni amis, ni relations, et n'avait pas le moral à s'intéresser aux cours. Rien dans sa vie ne l'enchantait.

Dale n'en pouvait plus : toute cette présence humaine autour de lui l'insupportait, le tiraillait, le broyait de l'intérieur. Pris d'une soudaine poussée d'adrénaline, il se leva d'un bon, grinça des dents, voyant rouge, et s'en alla à grandes enjambées, prenant le chemin le plus court pour quitter la place. Arrivé à un carrefour, il accélèra le pas puis contourna une ruelle de magasins de vêtements. Mais alors qu'il s'apprêtait à changer de route, il bouscula un passant par l'épaule. Dale, un peu sonné, n'eut pas le temps de voir qui se tenait devant lui, puisqu'en une fraction, il fit mine d'ignorer la personne qu'il a bousculé, trop fier et trop arrogant à son ordinaire pour s'excuser, et reprit sa route. Jusqu'au moment où il entendit la personne l'interpeller d'une voix féminine :

« ................ »


codage par Laxy Dunbar.


Dernière édition par Dale Foster le Mer 11 Juil - 23:57, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10285-alexis-v-sherwin-your-level-of-success-is-determined-by-your-level-of-discipline-and-perseverance#219734

Arrivé(e) le : 15/10/2014
Parchemins rédigés : 1903
Points : 8
Crédit : * Sigyn (Adelaide Kane)
PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Jill, Prof Soussa & Allen

MessageSujet: Re: [Année 2023-2024] You ? Is it really you ? (Dale & Victoire)   Mar 24 Avr - 15:39


Dale & Victoire

You ?!


Je ne me remettais que très difficilement de ce qui était arrivé à la St-Valentin, c’était un fait et cela n’arrangeait en rien mes affaires sachant que j’avais encore trois mois à tirer à Poudlard… Je n’en voulais pas à Isidore mais plutôt à moi-même de ne pas réussir à me souvenir de ce qui s’était produit ce jour là, sous l’effet de l’Amortentia ! J’étais plus honteuse que jamais à l’idée d’envoyer des courriers à Lennox et je craignais à chaque fois ses réponses. L’essentiel était que personne n’ait jamais connaissance de cet échange et que « l’histoire » soit réglée au plus vite. Isidore ne me posait pas trop de questions et je ne l’avais pas croisé depuis longtemps (l’éviter se révélait donc être très facile) … Une après-midi à Pré-Au-Lard était donc parfaitement risquée tout simplement parce que les chances de le croiser étaient relativement élevées…Rares étaient ceux qui ne profitaient pas du soleil et du beau temps pour aller s’aérer l’esprit en dehors de Poudlard. J’avais fini par me dire que ce serait « tant pis » si je le croisais quand même, n’oubliant pas de m’auto-rappeler que nous avions dit que tout était « okay » entre nous. Pas de souci alors ! De toute façon, il n’avait rien à voir avec moi et avait beaucoup plus de chance de rejoindre Pré-Au-Lard en compagnie de ses amis tandis que je faisais comme à mon habitude : seule ! Je déambulais seule dans les rue du petit village voisin au château et cela m’allait très bien. Les autres m’énervaient toujours autant : ceux qui se croyaient intelligents, ceux qui étaient trop timides, ceux qui étaient dépressifs, ceux qui vantaient à tort et à travers leurs amitiés et relations familiales proches de la perfection. Nan, j’étais faite pour être toute seule et c’est ainsi que je sortis du petit chemin du parc du château pour gagner le village de Pré-Au-Lard.

Trop de monde, il y avait trop de monde à mon goût, ce qui avait le don de me mettre en rogne mais il me fallait obligatoirement traverser le centre du village pour atteindre les endroits moins peuplés. Je glissai rapidement la main dans ma poche, constatant que le bouquin que j’allais peut-être commencer à lire après avoir trouvé un coin tranquille s’y trouvait bel et bien. C’est en passant devant les Trois-Balais que je me rappelais ma première rencontre avec Hadley, souriant vaguement je continuai mon chemin sans vraiment lever les yeux sur les visiteurs du village, visant ma destination avant tout. Je ne m’imaginais pas que pour la seconde fois en l’espace de quelques mois, quelqu’un viendrait me bousculer quasiment au même endroit que la dernière fois, au détour d’une rue un peu moins bondée que l’avenue principale. Fermant les yeux, agacée, je fis quelques pas avant de me retourner furieusement vers le fautif qui se révéla être un garçon. Mes cheveux volèrent avec force dans la brusquerie du geste et je ne fis face qu’au dos du garçon … En plus, il se barrait comme, comme si rien ne s’était passé, c’est pourquoi je m’exclamai tout de suite : « Gros imbécile ! » J’avais manqué de peu d’ajouter « heureux ». Il n’avait pas de chance, je n’étais pas dans une journée clémente et il n’avait que très peu de chances de réussir à m’amuser… au pire, il m’énerverait juste légèrement… Une seconde de plus d’observation du dos du jeune homme me donna un sérieux doute quant à son identité… Est-ce que je le connaissais ?


AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9306-dale-a-foster-behind-the-maskhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9414-dale-a-foster-behind-the-maskhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9561-dale-foster-demande-de-rp

Arrivé(e) le : 19/02/2018
Parchemins rédigés : 65
Points : 0
Crédit : Gregg Sulkin
Année : Sixième année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: [Année 2023-2024] You ? Is it really you ? (Dale & Victoire)   Mar 24 Avr - 18:42



You ? Is it really you ?

« Gros imbécile ! »

Cette insulte arrêta Dale à quelques mètres de là, le figeant sur place. Quelle était l'ignorante qui venait de le traiter d'imbécile ? Pour qui se prenait-elle ? Il était suffisamment énervé comme ça, et voilà qu'une inconnue se permettait de l'agacer davantage. Incroyable ! Il grinça des dents, serra ses poings à s'en blanchir les phalanges, ses veines ressortant presque de sa peau, prêt à attaquer. Quelle imprudente, celle-là ! Visiblement, elle ne savait pas à qui elle avait à faire. Dale ne s'était jamais laissé faire insulter de la sorte, et ce n'était pas aujourd'hui que ça allait changer.

Cependant, en consultant ses pensées, il se calma en un temps court et choisit d'abord de l'épargner, son esprit trop galant pour effrayer une fille. Sans compter que jusqu'à ce moment-là, il n'avait jamais eu de différends avec la gente féminine. Et à en juger le ton de la voix de la personne en question, ce devait probablement être une élève sérieuse qui d'habitude ne chercherait pas les problèmes et qui aurait juré à voix haute sans se rendre compte de ce qu'elle disait. Et puis, il sentait bien qu'elle n'était pas méchante. Alors il choisit d'y faire abstraction, pour cette fois.

Mais à peine avait-il levé la tête, prêt à s'en aller, qu'une petite voix dans son cerveau l'incitait à se retourner et à faire face à la jeune inconnue. Cette voix le traitait d'incapable, de faible, d'abruti pour se laisser faire de la sorte. Elle lui reprochait de rester vulnérable face à une fille, lui murmurant que quelque soit la personne en face de lui, il fallait qu'il agisse s'il ne voulait pas ternir sa réputation. Et plus elle parlait, plus Dale se rendait compte qu'elle avait raison. Mais que lui arrivait-il ? Il devait se ressaisir : on venait de l'insulter. Insulté par une fille, certes, mais surtout insulté. Sa fierté était en jeu, et il restait là comme un idiot à laisser faire les choses ! Non, cette fois, il fallait y aller : il ne devait pas fléchir, ni devant une fille, ni devant quiconque. Sa colère revint, plus forte que jamais, prête à enfin attaquer.

Alors poussée par la voix dans sa tête, il finit par se retourner en lançant d'une voix enragée :

« Comment oses-tu... ? »

Il fonça jusqu'à la jeune fille. Mais alors qu'il s'apprêtait à l'insulter elle aussi, il s'arrêta à un mètre, en voyant la personne qui se trouvait devant lui. Il écarquilla les yeux, surpris comme il ne l'avait jamais été. Sa colère prit soudainement fin, le laissant confus et désorienté. Ses poings se détendirent, ses traits s'adoucirent, en reconnaissant la silhouette de la jeune fille. Non... Ce ne pouvait pas être elle...

« Vi... Victoire ? C'est... c'est toi ? » dit-il d'une voix douce, tandis qu'une voix dans sa tête le maudissait de bégayer.


codage par Laxy Dunbar.


Dernière édition par Dale Foster le Mer 9 Mai - 11:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10285-alexis-v-sherwin-your-level-of-success-is-determined-by-your-level-of-discipline-and-perseverance#219734

Arrivé(e) le : 15/10/2014
Parchemins rédigés : 1903
Points : 8
Crédit : * Sigyn (Adelaide Kane)
PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Jill, Prof Soussa & Allen

MessageSujet: Re: [Année 2023-2024] You ? Is it really you ? (Dale & Victoire)   Mer 2 Mai - 9:24


Dale & Victoire

You ?!


Il n’y avait qu’en confrontant les autres que je pouvais déterminer s’il s’agissait d’un jour « avec » ou d’un jour « sans ». Force était de constater que c’était un jour sans car l’élève qui me bouscula dans les rues de Pré-Au-Lard récolta une insulte que j’avais formulée sans aucun scrupule. Oui. C’était un imbécile bien heureux et pas foutu de s’excuser, rien d’autre. Je n’avais pas la moindre envie de recevoir d’excuses, dans le fond. Aucune attitude de la part du (ou de « la ») fautif ne pouvait convenir, mais il l’ignorait forcément. Faisant face au dos du pressé du jour, je réalisai bien vite qu’il s’agissait d’un garçon. Quelle surprise ! Je vis à son attitude (bien que n’ayant toujours pas vu son visage) qu’il allait s’énerver et il pouvait bien en arriver là, je n’en avais sérieusement que faire, bien apte à me défendre ou à lui faire entendre que le seul responsable d’une fureur naissante, dans l’histoire, c’était lui. Contre toute attente, il se retourna vers moi, bien qu’il m’eut semblé qu’il allait fuir sans même prendre la peine de se retourner. La position défensive que j’avais déjà adoptée ne s’effaça pas tranquillement, comme un nuage de fumée qui se dissipe, mais d’un coup sec, sans crier gare. Je n’eus pas plus le temps de réagir quand je le vis faire quelques pas menaçant dans ma direction, tant le fait de retrouver CE visage devant moi m’étonnait. Dans une toute autre situation, son expression de visage aurait pu être comique, mais je n’avais pas ri, restant spectatrice du changement d’expression de son visage qui était relativement surprenant. Comment avais-je fait pour ne pas le reconnaître de dos ? Peut-être parce que je m’empêchais de jeter des coups d’œil dans sa direction, dans la Grande Salle ? Impossible de me concentrer sur la question tant j’étais étonnée qu’il m’appelle par mon prénom.

C’est après un laps de temps constitué de quelques secondes que je me décidai à prendre la parole pour répondre à sa question qui se voulait sûrement un peu irréfléchie et dictée par la surprise : « Non, c’est son sosie. » Je pinçai les lèvres, ne riant absolument pas à la blague merveilleuse qui n’en était pas vraiment une et croisai les bras, essayant de rester plus agacée et en colère que troublée. Je ne savais quelle attitude je devais adopter avec lui. Il était hors de question que je lui fasse comprendre que je savais comment il s’appelait, quels cours il aimait le plus et quel animal de compagnie il avait. Toutes ces informations que j’avais réussies à glaner un peu honteusement. Clignant des yeux, je détournai le regard l’espace d’un instant avant de dire, agacée : « Tu m’as bousculé… » Était-ce une amorce d’excuses face à l’insulte ? Ça y ressemblait, mais nous en étions bien loin. Je n’avais aucune idée de quoi lui dire, consciente qu’il était soit question de reprendre nos chemins respectifs ou d’engager une conversation que je n‘étais probablement pas capable de tenir. J’étais consciente de ne rien faire pour qu’une discussion s’engage, d’ailleurs ; ne posant pas de questions et ne répondant pas clairement à la sienne, mais peut-être attendais-je qu’il s’exprime encore un peu, attendant de prendre conscience de la haine qu’il venait tout juste de ressentir me concernant, après l’insulte.



AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9306-dale-a-foster-behind-the-maskhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9414-dale-a-foster-behind-the-maskhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9561-dale-foster-demande-de-rp

Arrivé(e) le : 19/02/2018
Parchemins rédigés : 65
Points : 0
Crédit : Gregg Sulkin
Année : Sixième année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: [Année 2023-2024] You ? Is it really you ? (Dale & Victoire)   Jeu 10 Mai - 0:00



You ?

La réponse de Victoire n’était pas celle que Dale attendait. Le ton froid de sa voix eut sur lui un effet d’eau glacée, le figeant par surprise, le scotchant sur place. Il ne pensait pas qu’elle lui répondrait aussi méchamment, mais sans doute n’avait-elle pas raison ? La question du jeune homme n’était pas une véritable question, mais plutôt une phrase bafouillée sous le coup de la surprise et non par intention. Il ne s’attendait même pas à ce qu’elle y réponde, et il se maudissait de demeurer aussi faible devant elle. Pourquoi elle alors que ce n’était qu’une connaissance ?

Il se souvint de la première fois où ils se sont croisés : ce jour-là, il devait aller au Ministère de la Magie afin d’accompagner l’un de ses amis chez son père qui travaillait là-bas. Alors que les deux garçons étaient entrés, celui-ci parlait affaires avec un collègue de bureau et semblait ennuyé par l’interruption de son fils. Dale n’y faisait pas grande attention et attendait simplement que son ami ait fini sa discussion avec son géniteur, triturant le pan de son manteau, le regard rivé sur l’horloge magique. Mais après quelques minutes, alors qu’il s’apprêtait à s’en aller, la porte s’était ouverte sur une fille un peu plus petite que lui de taille, un dossier dans les bras et qui demandait à voir son père, qui s’avérait être le collègue en question, Mr Gardner-Oaken. C’était bien sa fille, la ressemblance jouant beaucoup. Dale et Victoire n’avaient échangé qu’un seul regard, court mais intense car Dale s’en souvenait encore. Depuis ce jour, il arborait des attitudes étranges à sa vue, à chaque moment, chaque cours, chaque pause de midi, comme le fait de la fixer lorsqu’elle avait le dos tourné ou encore tendre l’oreille lorsqu’il la surprenait en conversation avec ses amies lors de sujets sérieux, comme les relations. Mais ce qui s’était passé ce matin-là à Pré-Au-Lard, ces bégayements ne lui ressemblaient, pas plus que le fait de changer d’attitude en une fraction de seconde par un simple regard.

Oui, bégayer ne lui ressemblait pas et ne lui avait jamais été arrivé auparavant, comme si Victoire était différente des autres… D’un côté, oui, il devait l’admettre : Victoire l’intriguait. Il lui arrivait parfois de l’observer pendant qu’elle faisait ses devoirs ou même lorsqu’elle mangeait le matin à la table de Gryffondor dans la Grande Salle. Ces aveux devaient rester secrets, elle ne devait jamais savoir ou même supposer l’intérêt de Dale pour sa silhouette.

Surpris par sa mauvaise blague dite sans un sourire, il ne rit pas non plus à cette réplique, se reprenant avant de retrouver sa froideur habituelle dans son regard et sur son ton de voix. Ceci devait bien prouver à la Gryffondor qu’il n’était pas aussi faible en personnalité qu’il ne le paraissait il y a quelques secondes déjà. Du moins il l’espérait… Il tenta de reprendre son air haineux qu’il avait perdu auparavant au moment où Victoire l’avait insultée, la dévisageant du mieux qu’il pouvait, mais au fond de lui, il ne savait quelle attitude adopter face à elle. Elle dévia finalement du regard de Dale et cherchait visiblement à justifier sa précédente insulte puisqu’elle ajouta avec agacement :

« Tu m’as bousculée… »

Dale ricana de cette excuse qu’il trouvait ridicule. M’insulter parce que je l’ai bousculé ? Elle y va fort… Il avança d’un pas provoquant, la tête fièrement redressée, le menton relevé avec arrogance :

« De quoi je me mêle ? Est-ce qu’on t’a demandé de te justifier ? Tu ne me connais pas, tu ne sais même pas de quoi je suis capable. Alors je t’interdis de m’insulter ! »

Il s’approcha davantage vers elle jusqu’à ce que sa bouche soit à quelques centimètres de l’oreille de Victoire, se voulant menaçant.

« A ta place, je réfléchirais à deux fois avant de me lancer dans ce que j’ignore. »

Dale ne savait pourquoi mais cette proximité le troublait : à cœur battant, son nez frôlant de peu les cheveux de Victoire, il pouvait sentir leur odeur parfumée. C’était la première fois qu’il se retrouvait aussi proche d’elle, aussi proche d’une fille surtout et ça le gênait un peu. Mais d’un autre côté, il devait avouer que c’était assez agréable. Il regarda un court temps les cheveux bruns de Victoire qui semblaient si doux, qui lui donnaient envie de les effleurer. Il ferma les yeux en une fraction de seconde comme pour mieux sentir son odeur, il y resta même un instant ; mais il se retira vite en s’éloignant d’un mouvement sec, prenant conscience de ses faits et gestes, l’esprit confus mais sans le paraître. Par Merlin ! Qu’est-ce qui lui avait pris de faire ça ? Ce n’est pas parce qu’elle t’a insulté que tu devais faire ça ! dit une voix dans sa tête. Il resta figé, attendant la réaction de la jeune fille, en tentant de rester impassible…


codage par Laxy Dunbar.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10285-alexis-v-sherwin-your-level-of-success-is-determined-by-your-level-of-discipline-and-perseverance#219734

Arrivé(e) le : 15/10/2014
Parchemins rédigés : 1903
Points : 8
Crédit : * Sigyn (Adelaide Kane)
PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Jill, Prof Soussa & Allen

MessageSujet: Re: [Année 2023-2024] You ? Is it really you ? (Dale & Victoire)   Mer 6 Juin - 15:08


Dale & Victoire

You ?!


Quand une sortie à Pré-Au-Lard était prévue, je sautais sur l’occasion pour m’échapper un peu du château et flâner un peut toute seule aux alentours du village. Il m’arrivait souvent de ne plus avoir envie de supporter les autres, d’aller en cours et la perspective de rentrer chez moi ne m’enchantait pas plus. Je me sentais coincée et à la recherche de liberté que je peinais à trouver. Pré-Au-Lard était une bouffée d’air frais pour moi et je retardais un peu le moment de rentrer…Mais cette pseudo-sérénité, c’était avant d’être assez violemment bousculée par quelqu’un qui ne prit pas la peine de s’excuser. Dale Foster. Je n’oubliai pas son prénom tant le coup d’œil que j’avais échangé avec lui au Ministère, l’été dernier, m’avait marqué. Mais nos premières paroles échangées étaient loin de correspondre à ce que j’aurais bien pu imaginer…

Je fronçai les sourcils lorsqu’il prit la parole après moi, prête à l’insulter de nouveau et à lui dire qu’il avait plutôt intérêt à redescendre tout de suite de deux étages, mais je fus prise de surprise, une surprise intéressée, peut-être un peu moqueuse que je croisai les bras avant de lui dire d’un air assuré et ironique : « Par Merlin, arrête, je tremble de peur ! Et de quoi es-tu capable, au juste ? Montre-moi….et je me ferai un plaisir de faire mon possible pour que tu récoltes une punition comme tu n’en as jamais eue ! Avec un peu de chance, tu tomberas sur quelqu’un qui aura envie de prendre la peine de t’apprendre à être poli. » J’eus envie de lui lancer un regard noir pour terminer ma tirade, mais un sentiment d’agacement – atténuant un peu la colère – prit place. Qu’est-ce qu’il foutait aussi près de moi, au juste ? Dans un réflexe, je reculai la tête pour la tourner dans sa direction et croiser son regard. Le jeune homme s’éloigna également d’un geste brusque et il me fut impossible d’interpréter son regard. Il voulait me tuer sur le champ, c’était ça ? Eh bien il n’avait qu’à le faire, j’attendais avec impatience les premières hostilités pour répliquer. Mon souvenir de lui n’était pas celui d’un jeune homme aussi colérique, froid et insultant ; peut-être que je n’avais justement pas eu assez de temps pour m’en faire une vraie idée… au final, il était bien rare pour moi d’avoir un bel a priori qui se transformait en catastrophe quelques temps après. Je ne savais quoi faire… Peut-être que faire un effort était une carte à jouer en plus en ma faveur en cas de bagarre ? Ma décision fut vite prise et je tentais de me radoucir, en apparence avant de hausser les épaules, croiser les bras et dire : « Bon… ça va, c’est bon, on n’va pas se battre comme tous ces crétins de première année…. Pourquoi tu cours dans Pré-Au-Lard ? » Il devait bien avoir une explication à son comportement et au fait qu’il me soit rentré dedans aussi brusquement. Son visage était tendu et me laissait croire qu’il n’était pas là en balade tranquille, bien au contraire.



AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9306-dale-a-foster-behind-the-maskhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9414-dale-a-foster-behind-the-maskhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9561-dale-foster-demande-de-rp

Arrivé(e) le : 19/02/2018
Parchemins rédigés : 65
Points : 0
Crédit : Gregg Sulkin
Année : Sixième année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: [Année 2023-2024] You ? Is it really you ? (Dale & Victoire)   Jeu 14 Juin - 0:47



You ? Is it really you ?


Le silence qui régnait après que Dale s'était éloigné de Victoire insupportait le jeune garçon. Il se sentait quelque peu mal à l'aise par ce qui venait de se passer : alors que la Gryffondor l'avait menacé à son tour, sa seule réaction avait été de sentir son parfum ! Qu'est-ce que tu fiches, par Merlin ?! Mais quelle mouche l'avait piqué ? Alors qu'il avait l'opportunité de continuer ses menaces pour la remettre sur place, il avait tout foutu en l'air à cause d'un vulgaire instant de faiblesse ! Il ne savait pas comment reprendre le cours des choses, trop sonné par les évènements. C'était la deuxième fois en une journée qu'il s'était montré faible avec elle, et rien que cela le chamboulait. Car jamais il ne se serait dévoilé comme ça à une fille, et à la fille qu'il admirait qui plus est. Il se sentait bête, tandis qu'il gardait les yeux fixés sur sa camarade Gryffondor qui le regardait d'un air ahuri. Elle a raison en fin de compte, lui dit sa conscience. Tu es un gros imbécile pour te laisser faire comme un gamin, Dale. A cette remarque, il baissa tristement le regard en soufflant pendant quelques secondes avant de reporter son attention sur Victoire lorsque celle-ci, les bras croisés, lui demanda les raisons de sa course.

Ben oui, pourquoi tu cours ? Ça, Dale l'avait complètement oublié. C'était sûrement dû à cette petite querelle entre lui et la jeune brune. Alors comme pour engager la conversation à son tour, il lâcha en haussant les épaules :

« Je te retourne la question. »

S'il était venu à Pré-Au-Lard, c'était dans le seul et unique but de faire le vide dans son esprit. Depuis des mois, ses nuits blanches ne cessaient de se perpétuer. Son esprit était encombré, l'empêchant de se concentrer comme il fallait en cours : il n'arrivait pas à oublier ce qui s'était passé l'an passé, notamment l'épisode dans les cachots alors qu'il torturait un élève de ses propres mains sous les rires machiavéliques des mangemorts autour de lui. Cet épisode l'avait tellement marqué qu'il l'empêchait de dormir ou de se nourrir convenablement. En plus de tout ça, il n'avait pas vu sa mère depuis l'été et elle devait se faire un sang d'encre en vue du manque de lettres qu'elle recevait de sa part. Elle-même n'était pas au courant des épreuves douloureuses de la vie de son fils, si ce n'est qu'un « dénommé Blackman aux mauvaises intentions avait pris le contrôle du pensionnat », tel qu'elle l'expliquait dans ses précédentes lettres. Ne voulant pas l'effrayer davantage, et sachant pertinemment qu'elle le retirerait de Poudlard si elle apprenait la dureté de sa précédente année, Dale avait jugé bon de ne pas lui en parler. Alors qu'il observait doucement Victoire, il se rappela à quel point elle comptait pour lui. Elle était d'ailleurs l'une des principales raisons pour lesquelles il ne souhaitait absolument pas quitter l'école après la défaite de Blackman. Pour lui, elle était comme son dernier espoir : durant sa période de souffrance où il nettoyait les lieux de Poudlard, la voir tous les matins dans les couloirs saine et sauve était comme une bouffée d'air frais avant une journée de corvées de plus.

Voilà la raison pour laquelle il s'était rendu à Pré-Au-Lard, pour oublier les choses. Et comme s'il n'en avait pas assez de sa vie, les bruits et les rires des enfants dans la cour avaient aggravé son humeur. Il s'était senti très mal en voyant les sourires de ces gamins adressés à leurs mères, ou encore les regards amoureux de deux amants partageant des bièraubeurres. Oui, c'était ça qui énervait Dale en cet instant : le bonheur des autres alors qu'il souffrait le martyre. Contrairement à tous, lui n'avait plus d'amis, ne voyait plus sa mère, ne sortait avec personne et n'avait plus le moral. Pour lui, l'époque de Blackman ou celle-ci étaient identiques : rien n'avait changé, si ce n'est qu'il avait repris des vêtements, son statut d'élève et l'autorisation d'aller et sortir. La vie avait décidé de se liguer contre lui ; les autres continuaient à vivre comme si de rien n'était, tandis qu'il souffrait continuellement, que son passé ne l'avait jamais laissé souffler, comme si c'était lui le fautif dans ce qui lui était arrivé. Ce n'est pas tout à fait faux, remarque, fit une voix mesquine dans son esprit. La ferme ! C'était un poids lourd, trop lourd pour un garçon de son âge. Et alors qu'il reconnut une once d'impatience dans le regard de Victoire, il prit de nouveau la parole après un long soupir :

« Je ne suis pas d'humeur, c'est tout. »

A voir son expression, il sentait que ce n'était pas la réponse concrète qu'elle souhaitait obtenir. A quoi bon lui expliquer ? De toute manière, elle ne comprendrait pas. Qu'est-ce que t'en sais ? commenta la voix dans sa tête. Tu lui as encore rien dit, que je sache. C'est sûr que si tu ne lui dis rien aussi, elle ne va pas te supplier, hein ! Poussé par la voix, il chercha à démarrer en bien la conversation sans trop détailler les raisons de son humeur :

« Je vais te dire pourquoi, fit-il doucement. En vérité, je n'aime pas le bruit ou le dérangement. Je suis venu à Pré-Au-Lard pour faire le vide dans ma tête. Je suis allé au parc parce que c'est le seul endroit que je connais où l'atmosphère est calme et apaisante. Je ne sais pas pour toi, mais moi j'aime bien venir ici, ça me permet de me détendre. La place est tranquille, surtout en cette saison, et d'habitude il n'y a pas grand monde. Mais il a fallu qu'une bande de crétins de gamins vienne tout gâcher avec leurs rires et leurs gloussements de petites filles. Alors tu comprends, c'est saoulant, surtout si tu veux te retrouver seule. »

Ça y est ! Il avait repris une conversation normale et s'était confié à Victoire. À moitié, certes, mais tout de même confié. Il avait rêvé de ce moment depuis bien longtemps... Mais ça, jamais il ne l'avouerait ! Et puis, il en avait assez de s'énerver contre elle comme ça sans raison. Restait à voir si elle accepterait de discuter un peu avec lui ou si elle préférerait reprendre son chemin comme si de rien n'était...




codage par Laxy Dunbar.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10285-alexis-v-sherwin-your-level-of-success-is-determined-by-your-level-of-discipline-and-perseverance#219734

Arrivé(e) le : 15/10/2014
Parchemins rédigés : 1903
Points : 8
Crédit : * Sigyn (Adelaide Kane)
PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Jill, Prof Soussa & Allen

MessageSujet: Re: [Année 2023-2024] You ? Is it really you ? (Dale & Victoire)   Dim 17 Juin - 10:42


Dale & Victoire

You ?!


L’entrevue était mal partie, c’était le moins que l’on pouvait dire et le regard noir que nous nous étions lancé dès le début en témoignait. J’ignorais quel était le problème avec ce garçon, mais son expression de visage me laissait croire qu’il y en avait bien un… Pourtant, le souvenir du Ministère était intact et me laissait autre chose en tête qu’une haine mutuelle. Pour être exacte, j’avais eu l’impression que c’était tout le contraire et qu’une connexion existait réellement avec lui. A l’heure actuelle, il était bien moins évident de le constater, mais impossible de me défaire de l’idée que tout cela avait existé. Dans un autre contexte, quelques mois auparavant, mais l’échange de regards avait eu lieu et me restait en mémoire. Je savais que l’histoire se répéterait, qu’il apprendrait que j’étais demi-vélane et qu’il fixerait son esprit là-dessus, sans chercher à voir plus loin que le bout de son nez. Peut-être me trompais-je en pensant ainsi, mais c’était généralement ce qui arrivait et personne ne voyait rien d’autre que « la demi-vélane caractérielle et effrontée ». Croisant les bras, je tentai de radoucir un peu les choses, restant sur la défensive dans le cas où il prendrait de nouveau la peine de m’attaquer gratuitement. La proximité à laquelle il venait de mettre fin me poussait à me questionner davantage, mais l’heure était à comprendre un peu plus la situation. Je tentai de savoir pourquoi il courait ainsi dans Pré-Au-Lard, engageant la seule tentative de conversation normale (après ça, je ne ferai plus le moindre effort !) et, contre toute attente, sa réponse me fit sourire intérieurement et je lui répondis, gardant ma ténacité légendaire : « Tu réponds à ma question par une question. » Je poussai le vice, j’en avais conscience d’autant que j’avais l’impression de déceler une vraie raison dans le fond de ses yeux. Il était l’une des rares personnes pour qui j’avais un semblant d’intérêt gratuit, inexpliqué et assez viscéral….Depuis le Ministère. Tout reposait sur le moment de ma punition légendaire qui avait suivi l’usage de la magie en dehors de l’école. Tout reposait finalement sur son regard que j’avais du mal à interpréter mais qui en disait long. Notre seul souci était la communication. Bien sûr que j’avais envie de lui parler, d’en savoir plus, mais l’exercice n’était pas des plus simples…

Je ne m’y attendais pas, mais il reprit la parole pour finalement s’expliquer ce qui me fit étrangement plaisir. Peut-être le faisait-il à contre cœur, mais il me parla avec une espèce de nonchalance qui appelait le sourire. Visiblement, le moral n’y était pas et je le laissai finir, tentant de maîtriser mon expression faciale pour ne pas lui donner l’impression de porter un jugement sur ses propos. Dans un haussement d’épaules, je lui trouvai une solution : « Réclame à la salle sur demande une chambre d’isolement. Silence, calme et apaisement garanti… » J’avais du mal à contenir le petit sourire qui voulait sortir. J’avais moitié plaisanté en lui disant ça ; l’humour, le remède à tous les maux. L’idée n’était pas si incroyable que ça, mais la salle sur demande offrait bien tout ce que nous pouvions lui demander, il avait donc ses chances de trouver ce qu’il recherchait, non ? En revanche, j’avais cherché la petite bête avec l’idée « chambre d’isolement », renvoyant directement à une idée glauque, rappelant les chambres de psychiatrie. « Plus sérieusement… Je vois où tu veux en venir…. Mais je n’ai pas gloussé comme une petite fille, moi. Tu vas donc t’abstenir de lâcher tes pulsions meurtrières sur moi, pas vrai ? » Bien sûr qu’il y avait un ton humoristique. Que pouvait-elle faire de plus, de toute façon ? L’idée ne lui venait pas, ce pourquoi elle reprit la parole pour demander : « Qu’est-ce que je pourrais faire pour toi, hum ? » Si ça se trouve, je pouvais en effet faire quelque chose d’autre que de le « laisser seul », comme la logique le voulait. En réalité, j’avais de la curiosité pour la personne, c’était une évidence. « C’est la seule raison qui te met dans cet état…j’veux dire… le bruit et le dérangement ? » Peut-être y avait-il plus… Je regrettai aussitôt de lui avoir posé la question, consciente qu’elle était sûrement trop personnelle et pas adaptée…

AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9306-dale-a-foster-behind-the-maskhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9414-dale-a-foster-behind-the-maskhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9561-dale-foster-demande-de-rp

Arrivé(e) le : 19/02/2018
Parchemins rédigés : 65
Points : 0
Crédit : Gregg Sulkin
Année : Sixième année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: [Année 2023-2024] You ? Is it really you ? (Dale & Victoire)   Mer 11 Juil - 23:58



You ? Is it really you ?


Ce n'était pas le genre de rencontre dont souhaitait Dale avec Victoire, et il était bien loin d'imaginer les circonstances de cette entrevue. Néanmoins, le climat semblait s'apaiser entre eux et le courant paraissait passer, à la grande joie de Dale qui ne voulait pas donner une mauvaise impression à la fille qui l'avait toujours intrigué. D'aussi loin qu'il se souvienne, aucune de ses rencontres ne s'était bien déroulée, avec ses anciens amis tout comme avec les récents. Et il ne s'attendait pas à ce qu'il rencontre Victoire dans des circonstances pareilles. Tu ne t'imaginais quand même pas lui faire une déclaration d'amitié en mode « Salut, je suis Dale Foster et je t'aime bien, alors veux-tu devenir mon amie ? », non ? Tu es vraiment pathétique, Dale, remarqua sa conscience. C'est vrai que d'un côté, il n'avait jamais apprécié la douceur des rencontres. Et après l'avoir observée jour après jour, la jeune fille semblait partager les mêmes pensées que lui.

A la joie de Dale mais sans le faire paraître, Victoire lui répondit enfin, et il ne put s'empêcher de pouffer de rire à l'entente de ses mots, détournant le regard un moment avant de le reporter sur la jeune Gryffondor, le cœur battant. Qu'on se le dise, cela faisait longtemps qu'il n'avait pas autant ri. Il faut croire que l'humour était la spécialité de la lionne, car même après une petite querelle elle sut détendre l'atmosphère et accorder une chance à Dale. L'évocation de la "chambre d'isolement", qui pouvait aussi évoquer la chambre psychiatrique, ne l'avait étrangement pas déplue. Si c'était une autre personne, il ne l'aurait pas acceptée aussi facilement. Mais comme il s'agissait de Victoire et qu'il devait trouver un terrain d'entente avec elle après la bousculade, cela n'y avait pas d'importance. Il voyait qu'elle tentait de dissimuler un sourire fier et amusé, les yeux rivés sur ses lèvres rosées s'étirant au coin de sa bouche. C'était sans doute un sourire des plus communs pour certains, mais pour Dale, il faut avouer que c'était le plus éclatant qu'il ait jamais vu, parce qu'il venait d'elle. Parce que cela venait de Victoire. Tandis qu'elle reprenait la parole, il ne semblait pas l'écouter car, étrangement, il se sentit tout drôle en l'observant, comme si des milliers de papillons avaient trouvé refuge dans son ventre, lui procurant des sensations encore inconnues. Il ne savait si c'était le fait qu'il n'avait rien mangé de la journée, ou le sourire contenu de Victoire qui lui semblait beau à voir. Ou sa présence devant lui, tout simplement. Ce qu'il savait, c'était qu'il commençait à aimer discuter avec son interlocutrice, malgré la petite dispute quelques secondes auparavant qui ne rimait à rien. Néanmoins, Dale aurait tant aimé la voir sourire plus souvent.

« Tu devrais sourire plus souvent... », souffla-t-il en l'interrompant dans ses mots.

Puis il perdit son sourire, les yeux écarquillés. Merlin ! Il regretta aussitôt d'avoir parlé sans réfléchir. Quel idiot ! Pourquoi avait-il fallu qu'il lui dise ça ? Elle pourrait se faire une mauvaise image de lui à présent. Les sourcils froncés, elle lui jetait maintenant un regard incrédule, comme surprise par sa réponse. Il en profita pour se rattraper vivement :

« C'est... C'est pas ce que je voulais dire. Je voulais dire, euh... Que ce n'est pas la peine de contenir ton sourire. »

Mensonge. Et cela se voyait, ce qui fit redoubler le froncement de sourcils de Victoire. Les yeux fuyants, il balaya la rue du regard en cherchant une excuse, du moins en tentant de contourner le sujet. Il chercha, chercha dans sa tête, mais il se rendit vite compte que cela ne servait à rien : les yeux un peu grands ouverts, Victoire semblait avoir compris sa précédente réponse. Il faut croire qu'il était mal barré pour reprendre une conversation normale. Alors il prit son courage à deux mains, en reprenant leur sujet, reportant son regard sur elle.

« Tu me reproches de lâcher mes pulsions meurtrières sur toi, mais dois-je te rappeler que c'est toi qui m'as insultée en premier ?, fit-il avec un rictus. »

« C’est la seule raison qui te met dans cet état…j’veux dire… le bruit et le dérangement ? »

Il fronça les sourcils à sa question quelque peu indiscrète. Il s'empressa de lâcher un vif "non", ne souhaitant pas discuter de ce qui le tourmentait. Il ne voulait pas lui parler de ses nuits blanches, de ses angoisses par rapport aux cours, de ses souvenirs poignants et traumatisants de l'an passé, de sa mère qu'il n'avait vue pendant un an entier, de sa solitude pesante et insupportable, mais surtout de son intrigue pour Victoire, de son intérêt évident pour elle. Il ne pourrait jamais lui avouer cela, c'était trop lui demander. Du moins il ne le pouvait pas maintenant. Mais en même temps, il voulait se débarrasser de ce fardeau qui le dérangeait autant : car cela faisait plus d'un an qu'il gardait son intérêt pour Victoire secret, un an qu'il subissait un traumatisme depuis le règne de Blackman et qui ne s'était pas arrangé depuis sa chute, et un an entier qu'il n'avait pas adressé la parole à quiconque, ni à ses amis, ni sa mère.

Puis d'un coup, alors que Victoire lui lançait un regard impatient, tout se mélangea dans sa tête, et une nouvelle fois, il fulminait. Il en avait assez de garder tout pour luiIl perdit son sourire, reprit son regard sombre, mais cette fois, la colère n'y régnait pas : plutôt de la souffrance, de l'épuisement, de l'impatience. Tous ses sentiments refoulés étaient beaucoup trop compliqués à supporter ; tant pis si la relation avec Victoire foire, il devait se débarrasser de ce poids immédiatement, ou il finirait par perdre la raison. Il prit alors la parole d'une voix ténébreuse et mystérieuse, mais pas agressive comme auparavant, avançant d'un grand pas vers elle, la fixant en tentant de garder le contrôle de ses sentiments qu'il faisait paraître, en vain. Et il se confia enfin.

« Tu veux vraiment le savoir ? fit-il en s'arrêtant à quelques centimètres de la jeune fille. J'en ai assez, je suis épuisé, tu ne peux pas savoir à quel point. Je sais pas si t'es au courant, mais j'ai vécu un an dans les cachots sans eau ni nourriture, et j'ai été traité comme un elfe de maison. J'ai été humilié et torturé tous les jours pour la moindre erreur de ma part, je sais pas si tu peux comprendre ça. Tout ça, j'aurais pu le supporter. Seulement, tu vois, j'ai été forcé de torturer un jeune de douze ans à mort, comme si ça suffisait pas pour que je garde ces épisodes en tête toute ma vie. »

Sa voix tremblotait tandis qu'il poursuivait sa tirade, sous les yeux effarés de Victoire. Sa tête et sa conscience semblaient peu à peu s'apaiser alors qu'il se confiait. Il prit une bonne inspiration avant de reprendre :

« Et même après ça, j'ai essayé de faire avec. Mais est-ce que tu sais ce que ça fait d'être éloigné de tout contact pendant un an entier ? Je n'ai pas vu ma mère pendant tout un an, je ne lui ai rien dit quant à cette période pour ne pas l'effrayer, et je suis toujours aussi tourmenté : la preuve, mes résultats sont en baisse totale parce que je manque de concentration comme ces lourdauds de profs le disent. Je n'ai pas un moment de repos depuis, et je suis constamment en colère, contre tout le monde, et mes souvenirs me hantent toujours. Et le pire dans tout ça... »

Il fit une pause avant de réfléchir à ce qu'il s'apprêtait à dire. Avouer était compliqué pour Dale, alors il ne fit qu'insinuer pour ne pas donner une image trop claire de ses sentiments à Victoire, afin de la faire réfléchir. Son regard s'adoucit un peu, tandis qu'il soupirait :

« ... C'est que tu me facilites pas la tâche. »

Le temps semblait s'être soudainement arrêté, et plus rien autour ne semblait avoir de l'importance désormais, si ce n'était eux-deux. Leurs yeux qui se croisaient, ils se fixaient en silence, l'un résolu, l'autre confuse. Dans cette ruelle déserte, ils se tenaient droits comme des piquets, les yeux de l'un rivés sur l'autre, le vent soufflant sur leurs cheveux bruns. Leurs visages n'étant qu'à quelques centimètres l'un de l'autre, le jeune garçon pouvait sentir le souffle chaud de la jeune fille s'écraser sur ses joues. Il ressentait un flux de sentiments qui le recouvrait : le soulagement après cette longue tirade, et l'intrigue pour les événements à suivre. Voilà. Dale s'était enfin déclaré. Jamais il n'aurait cru le faire d'aussi tôt, lui qui se cachait toujours dans une carapace qui l'empêchait de voir le jour, d'échapper à sa souffrance et à ce traumatisme qui le rongeait depuis longtemps. Il ne s'était pas totalement déclaré, mais assez pour faire réfléchir Victoire sur son trouble causé non seulement par Blackman, mais en partie par elle-même. Car il fallait bien l'avouer : Victoire était la personne la plus intriguante que Dale n'ait jamais connue.




codage par Laxy Dunbar.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10285-alexis-v-sherwin-your-level-of-success-is-determined-by-your-level-of-discipline-and-perseverance#219734

Arrivé(e) le : 15/10/2014
Parchemins rédigés : 1903
Points : 8
Crédit : * Sigyn (Adelaide Kane)
PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Jill, Prof Soussa & Allen

MessageSujet: Re: [Année 2023-2024] You ? Is it really you ? (Dale & Victoire)   Mer 25 Juil - 17:58


Dale & Victoire

You ?!


A première vue, le jeune homme n’était pas parti pour me faire passer un bon moment … Il était visiblement d’une humeur difficile à contrer que je n’avais pas le courage de supporter. La moindre des choses à faire serait donc de ne surtout pas laisser les choses aller trop loin et de reprendre notre route chacun de notre côté. Mais quelques paroles supplémentaires avaient réussi à inverser la tendance, donnant au jeune rouge et or le sourire. Cette simple vision me clouait un peu sur place et me poussa à me demander s’il n’était pas un peu bipolaire. Ou alors, il faisait un effort, tout comme ce que j’étais également en train d’essayer de faire de mon côté, lui sortant quelques plaisanteries qui, bien qu’un peu noires, me faisaient moi-même bien rire. Était-ce finalement notre manière de nous excuser après avoir agressé l’autre sans forme de procès ? Il était hors de question que je m’excuse ouvertement puisque je ne me considérais pas coupable, mais il était vrai que lui gueuler dessus n’avait probablement pas été l’idée du siècle. Quitte à faire un effort, autant aller jusqu’au bout en lui offrant un sourire pour être sûre qu’il ait bien compris que je plaisantais… Le doute était encore permis dans mon esprit. C’est sa remarque, tombée du ciel, qui me fit écarquiller les yeux l’espace d’un instant. « Tu devrais sourire plus souvent » … C’était bien ce qu’il avait dit ? Ironie du sort, à entendre sa remarque, mon sourire avait disparu, remplacé par une nette expression de surprise. Et mon temps de réaction fut trop long pour que je puisse prendre la parole avant lui… Dale se reprit tout de suite en précisant son propos. Clairement, je n’avais jamais entendu quelqu’un me dire une chose pareille et il me prit tout de suite de douter de sa sincérité. De ce fait, je le fixais un instant du regard pour essayer d’en avoir le cœur net. Il me fuyait du regard, il n’avait donc pas dit ça pour rire ! Et moi, je me retrouvais à chercher une façon de réagir, la plus adaptée possible… « C’est que… mon sourire n’est pas suffisant pour excuser mon attitude, c’est bien ce que je dois comprendre ? » Je lui avais posé la question en empruntant une petite expression amusée, pour lui faire comprendre que je ne l’accusais pas. Le but était de faire passer tranquillement sa remarque sur mon sourire… Une remarque qui continuait de résonner dans ma tête et dont je recherchais encore le sens. « J’en ai fini, à présent. Je ne t’insulte plus… As-tu l’intention de déverser de nouvelles pulsions meutrières sur moi ? » Je l’interrogeai vaguement du regard, gardant une expression légère pour ne surtout pas remettre le malaise sur le devant de la scène.

Dans le même temps, une réalité s’imposait tranquillement à moi : je n’avais aucune idée de la manière dont je devais réagir avec lui. Etre fidèle à moi-même et l’invectiver à la moindre occasion ? Lui montrer que je ne me laissais pas faire ? Continuer de faire un effort pour être « sympa » ? Le mystère restait entier au moment où je lui posai une question dans l’espoir de réduire à néant le silence qui se révélait légèrement gênant. Je crus un instant que remettre un semblant de conversation à l’ordre du jour corrigerai ça ; mais sa réaction que je fus incapable d’interpréter me prouva le contraire. Colère ? Angoisse ? Nouvelles pulsions meurtrières ? Est-ce que c’était ce que je pouvais lire dans ses yeux ? Dans une toute autre vie où la sensibilité pouvait faire partie de mes caractéristiques, j’aurais pu avoir peur de lui…c’était loin d’être le cas, mais je ne savais pas pourquoi il était si sombre. Lorsqu’il reprit pour me demander si je voulais vraiment le savoir, je haussai délicatement les épaules dans une expression qui voulait dire « si tu veux bien me le dire… » Il fallait rester neutre, ne pas lui donner l’impression d’être trop curieuse ni de m’en foutre. Sauf que le voir s’approcher ne me facilitait pas la tâche. D’un geste de protection, je croisai les bras sans reculer d’un seul millimètre et me mis en posture de celle qui écoute. Son récit était aussi préoccupant que sujet à questionnements. Je le laissai aller jusqu’au bout, me retenant à de nombreuses reprises de l’interrompre pour lui donner le fond de ma pensée… Il aurait peut-être fallu que je le fasse car sa dernière remarque fit naître une dose incroyable de stupéfaction. « tu ne me facilites pas la tâche » ; cette fois encore, j’eus l’impression d’avoir mal compris. Que voulait-il dire par là ? Qu’est-ce que j’avais à faire dans toute cette histoire ? Rapidement, je pensais à mon abruti de père qui, peut-être, avait fait des siennes, mais il n’y avait aucune raison pour qu’il existe un lien entre mon père et Dale. Troublée, je serrais les bras que je gardais serrés contre ma poitrine en disant, hésitante : « Non… non, je ne peux pas comprendre tout ça. » Je n’avais pas vécu dans les cachots, simplement attendu que la fin de Blackman arrive. Je n’avais jamais douté que le moment arriverait, mais le temps avait dû être plus long pour les nés-moldus. « Je suis censée te dire que tu es un rouge, que tu n’es pas lâche au point d’attendre que le temps passe et arrange les choses… ou que les choses s’arrangent toutes seules… mais je ne vais pas le faire ! Bordel, il faut que tu te bouges tout seul ! Est-ce que tu avais envie de faire du mal au gosse ? On t’a forcé à le faire, pas vrai ? TU n’es pas en cause… Blackman et les salauds qui l’ont suivi sont responsables… ! » D’un air un peu plus doux, je repris la parole après avoir attendu quelques secondes : « Mets les souvenirs de l’an passé de côté… Tu n’y arrives pas parce que ton esprit te les ramène toujours ? Force toi ! » Ma solution à moi était la force de caractère, mais il ne s’agissait que de paroles… Dale devait se charger du reste, du passage à l’acte. Finalement, contre toute attente et ayant beaucoup de mal à le regarder dans les yeux, je repris pour demander : « Qu’est-ce que j’ai à voir là-dedans… moi ? » Peut-être étais-je capable d’avoir la réponse en cherchant un peu, en réfléchissant l’espace de quelques secondes. En attendant, la question était posée et il n’avait pas idée d’à quel point j’attendais la réponse.


AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: [Année 2023-2024] You ? Is it really you ? (Dale & Victoire)   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Année 2023-2024] You ? Is it really you ? (Dale & Victoire)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard, 19 ans après. :: Pré-au-Lard :: 
Le Centre du Village
-
Sauter vers: