AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La colère a la couleur de l'orage - PV Milo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7594-roxy-la-famille-trop-d-filleshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7605-roxy-rock-shttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7151-liu-xi-si-on-faisait-un-brin-de-causette#170239http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7607-roxy-attend-vos-longs-courriershttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7608-roxy-attend-vos-petits-mots

Arrivé(e) le : 27/02/2017
Parchemins rédigés : 365
Points : 18
Année : 2ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Liu Xi MacDougall

MessageSujet: La colère a la couleur de l'orage - PV Milo   Lun 12 Fév - 9:56



La colère a la couleur de l'orage

ft. Milo


Lundi. Je n’ai pas vraiment hâte de commencer une nouvelle semaine. Vivement le printemps, j’en ai marre de ce ciel morne, de ces journées sans fin, sans lumière. Est-ce que c’est le temps qui me rend maussade, ou le fait de savoir que rien ne va s’améliorer rapidement ? Qu’il va encore falloir que nous passions par une stupide épreuve, comme pour mériter d’avoir survécu ? Est-ce que ça va tomber aujourd’hui ? Je regarde Madison qui dort encore. Habituellement c’est elle qui me réveille. Et d’ailleurs, elle n’a pas besoin de savoir que je suis un peu agitée. Je ne compte pas l’inquiéter. Elle a veillé sur moi cet été, maintenant c’est à mon tour… Elle a suffisamment eu de peine sans que j’en rajoute. Alors j’attends qu’elle me réveille comme tous les matins. Après tout, je suis censée être une feignasse et aimer les grasses mat’. Je me laisse gagner par sa bonne humeur malgré tout. Je m’habille rapidement, choisissant la robe que Maddie a gentiment accepté de modifier pour moi. Une poche dans la doublure, suffisamment grande pour ranger un outil ou autre objet utile, mais pas trop, pour qu’on ne la devine pas dans les replis. J’y ai mis un marteau pour l’instant. C’est bien un marteau, et je n’ai pas de projet qui nécessite que je l’utilise dans ma boîte à outil pour l’instant. Il faut être prêt en toutes circonstances ? Chacun sa méthode.

Je suis mes copines sans plus me poser des questions, de cours en cours… Heureusement, on commence avec celui de sortilèges…J’aime bien Monsieur Winslow et l’ambiance de son cours. Et puis, j’ai l’impression d’apprendre quelque chose d’utile, de progresser. On devrait avoir plus d’heures. Il y a tant à apprendre ! M’enfin… si je ne m’entraîne pas en classe, je le fais en dehors, seule ou avec Sage. Mais aujourd’hui, je crois que ce sera toute seule. Je n’ai pas envie de compagnie. Le cours se termine, à l’heure du repas. Je fais bonne figure, participant à la conversation avec les filles. Ça me change un peu les idées, alors j’en profite. Commentaires de match de Quidditch, de ce bal de cinglé (sérieusement, quelle idée dégueulasse, on était bien mieux à papoter avec Maddie !) et de la dernière fournée de rumeurs. Il y en a une qui dit que Londubat serait un Mangemort sous polynectar… j’espère que c’est un peu gros comme truc ! Il y a bien eu des contrôles faits par le ministère non ? Il n’y a pas des aurors dont c’est le job ? A moins qu’une fois encore tout soit parti en vrille à l’extérieur et qu’on n’en sache rien ? Mes parents m’auraient tout de même alerté non ? Je crois qu’ils restent vigilants. Ou en tout cas je l’espère. Je peux au moins leur faire confiance à eux. Je vais leur envoyer un petit mot pour les prévenir. Peut-être qu’ils sauront ce qui se passe. Ils auront peut-être des conseils à me donner. Il faut que je leur écrive… Perdue dans mes pensées, j’oublie un peu le cours qui se déroule sous mes yeux. Je ne sais même pas si je prends encore note de ce qu’il se raconte. Madison me donne un coup de coude. La professeure n’a pas l’air super jouasse de me voir rêvasser. J’essaye de rattraper le fil. Plus qu’une demi-heure à tenir et ça sera toujours ça de moins à réviser, si je l’apprends maintenant. Quinze minutes et je pourrais enfin aller faire autre chose, courir, voler peu importe mais sortir de château qui me stresse. Ouais, je vais faire ça. La professeure nous libère.

Je suis mes amies vers la salle commune, histoire de me débarrasser de mes manuels. Mais le trajet ne se passe pas exactement comme je l’aurai souhaité. Non… ça serait trop beau que quelque chose soit normal ici. On tombe sur un groupe de grands, ou de plus grands en tout cas. Ils ont l’air tellement stupide avec leur tête de brute et leurs manières de caïd. Pour qui ils se prennent ? Il suffirait d’un éclat de voix d’adulte pour les faire fuir la queue entre les jambes. Hors de questions que nous fassions demi-tour, plutôt m’arracher les dents que de leur faire ce plaisir. Mais ce n’est pas nous qui les intéressons. Trop nombreuses et futées je suppose… un premier année tout seul, c’est plus facile. Non mais j’hallucine, ils ne sont quand même pas en train de se foutre de lui parce qu’il est né moldu ? On n’est pas au-delà de ça après tous les blessés, les morts de l’été dernier ? On en est encore à devoir subir des connards pareils ? « Hey, vous pourriez pas, je sais pas vous attaquer à quelqu’un de votre taille, ou sauter de la tour d’Astronomie, là au moins ça demanderait un peu de courage ! ». Les regards se tournent vers moi… Mais je sens qu’on me tire par la manche, Madison me désigne d’un signe de tête un préfet en approche. Ouais, bon, pas la peine de perdre des points alors qu’on n’a rien fait pas vrai ? Je voudrais pas mettre la maison dans l’embarras. Alors on s’éloigne discrètement, enfin autant qu’un troupeau de filles peut être discret je suppose. « Maddie, je peux te laisser mes livres, j’arrive, j’ai oublié de faire un truc ! A toute à l’heure. ». Je lui refourgue mes livres, et m’enfuis dans le couloir, dans l’autre direction. Je vois bien son regard interloqué, mais elle n'aura pas le temps de me rejoindre, j'ai déjà disparu. J’ai besoin de… je ne sais pas de quoi j’ai besoin. D’hurler ? de frapper les murs ? de courir loin et de disparaître ? De faire demi-tour et d’assommer ces abrutis au QI de…de…de… Je ne sais même pas à quoi les comparer. Les animaux ne méritent pas la comparaison avec des vieux résidus de Mangemorts crasseux. Je monte les escaliers quatre à quatre, je ne sais pas trop où je vais. Qu’ils crèvent. J’aurais dû leur rentrer dans le lard tampis pour les points. Peut-être que j’aurais du sortir. C’est à cause de gens comme eux qu’on en est là, que j’ai la tronche de travers et qu’on va encore devoir se battre. Mais dehors je risque de croiser des gens. A quoi ça sert tout ça ?

Quatrième étage, essoufflée, mais pas suffisamment pour me sentir apaisée. J’avise la première salle vide que je trouve. Je m’y installe. Qu’est-ce que je vais faire maintenant ? Je voudrais tous pouvoir les réduire en miette. Ce n’est pas avec les trois sorts que je connais que je vais y arriver. Et encore faudrait-il que je les réussisse à chaque fois… Mais il faut que j’essaye. Hors de question que je laisse quiconque faire du mal à mes amis, hors de question que je me retrouve avec une deuxième balafre sans avoir eu une vraie occasion de riposter. Je n’ai pas d’ennemi dans cette salle, si ce n’est un vieux porte-manteau, mais ça fera bien l’affaire. Il faut que je me sente utile. Capable. Je n’ai qu’à imaginer un de ces cons dans le couloir ou un Mangemort de l’année dernière. Tampis pour le porte-manteau, je le réparerai après. Si c’est bien lancé, il devrait se retrouver par terre le coco ! « EXPELLIARMUS » Mais malheureusement, je suis encore trop stupide pour réussir ce sortilège il semblerait… Le porte-manteau chancelle, mais ce n’est pas avec ça que je pourrais me descendre. La rage au ventre, j’essaye la suite… J’attrape un chandelier qui traîne sur la table et le fait rouler de toutes mes forces. J’aurais dû amener un cognard, ça c’était un adversaire plus coriace. Mais je n’ai pensé à rien évidemment. Je ne pense JAMAIS à rien. « Immobilus » … le chandelier stoppe sa roulade immédiatement. Est-ce que ça aurait marché pareil sur un humain ? J’en doute. Le temps que je formule… je serais déjà out. Attaquée par un informulé. Ou désarmée. Je ne comprends même pas pourquoi je fais ça. Mais je continue. Si jamais il y a vraiment cette alerte attentat, je n’aurai pas vraiment le choix n’est-ce pas ? J’essaye ce sortilège ridicule, le « RICTUSEMPRA », il ne me sauvera probablement pas, mais ça pourra peut-être faire diversion… Je n’imagine pas un Mangemort rire… enfin pas sincèrement comme une personne normale, rire de la douleur d’autrui oui, mais un fou-rire ? De toute manière, comme je m’attaque à un porte-manteau, si ça fonctionne je le verrais simplement repoussé. Je me concentre du mieux que je peux, et lance le sortilège. Dieu merci il fonctionne, et le porte-manteau tombe pour la première fois ! Bon sang… Je serais morte mille fois. Maddie au moins autant… Je suis si lente. Ma vue se brouille, sûrement le stress. Mais je n’arrête pas, non, pas avant de tomber. Le premier sortilège qui me passe par la tête, grâce à lui j’ai gagné mon duel contre Sage « Confundo »… Une belle lumière sort de ma baguette, forte, mais évidemment, à quoi cela sert ? Je n’ai personne en face de moi ! J’ai l’impression que mon cerveau ne répond plus…Je tente un protego dans cet espèce d’état second, parce que c’est un sortilège important, parce que je veux pouvoir nous protéger Maddie et moi. Mais évidemment, le seul truc utile que j’essaye échoue. J’attrape mon marteau et le lance rageusement dans un tableau sur le mur. J’atteins ma cible, heureusement c’est une nature morte, elle ne se plaint pas. J’ai l’impression d’être en transe, ramassant l’outil, et visant tout et n’importe quoi avec plus ou moins de succès. Est-ce que je fais du bruit ? Il faudrait que j’ensorcèle ce truc pour qu’il revienne dans ma main après avoir été lancé, comme un boomerang. Ce n'est pas très glorieux comme arme, mais ça peut faire mal. Vu comme je suis incapable de me servir de ma baguette dignement, il faut bien un plan B.

Je me dirige vers le dernier endroit où il est tombé, une chaise qui vient de perdre des éclats de bois. Je suis épuisée, et j’ai la tête qui tourne. C’est à peine si je vois la porte de la salle qui s’ouvre. Echevelée, marteau à la main, je m’avachis sur la chaise. J’ai beau être vidée, je suis toujours tellement… en colère. Et je ne sais même plus après qui.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6244-archibald-milo-de-baskerville-je-t-aime-bien-mais-en-cas-de-danger-je-te-sacrifie-directhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6295-archibald-milo-de-baskerville-le-titre-qui-tuehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6331-tybalt-se-chargera-de-m-apporter-votre-courrierhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6332-express-tybalt-se-chargera-de-m-apporter-votre-courrier

Arrivé(e) le : 05/01/2012
Parchemins rédigés : 5787
Points : 31
Crédit : Thomas Brodie-Sangster crédit : Naïa ♥
Année : 6ème année (16 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Brooklyn ♥ Anoushka ♥ Naïa ♥ Blake

MessageSujet: Re: La colère a la couleur de l'orage - PV Milo   Mar 13 Fév - 17:30


❝ La colère a la couleur de l'orage ❞Roxy & Milo

Depuis l'annonce d'un exercice durant le mois de Février, je ne suis pas vraiment rassuré et confiant. J'essaye de ne rien montrer mais pour être honnête je vis très mal cette histoire. Pourquoi doit-on revivre tout ça ? Quel est le but de tout ça ? Nous préparer ? Mais pensent-ils vraiment qu'en nous faisant revivre l'un des pires moments de notre vie, on va être capable d'agir sans être mort de trouille ? Il y en a peut-être qui trouvent ça amusant ou qui ne craignent pas pour leur vie, moi je suis mort de peur. Je ne veux pas revivre tout ça, je veux vivre une vie normale, retrouver le Poudlard d'avant Blackman et ne pas qu'on me renvoie constamment à la face que c'est terminé et que maintenant on doit vivre dans le règne de la peur. Je ne sais pas à quoi tout cela rime mais je ne trouve pas cela très intelligent ou très utile. Mais bon, le jour où on nous écoutera, les poules auront des dents. Je n'ose pas trop en parler aux gens. Je crois que j'ai peur de me rendre compte que je suis le seul froussard de cette école et que tout le monde vit très bien ce futur exercice. Je sais que si j'en parlais à Dan, il me rassurerait. On en a déjà parlé il y a quelques mois et il me disait que tout allait bien se passer et qu'on ne risquait rien. Mais si c'était le cas, pourquoi cet exercice alors ? Qu'est-ce qu'on nous cache vraiment ? Qu'est-ce qu'on ignore ? Personne ne nous dit rien, les journaux ne filtrent rien, c'est presque à se demander si ce n'est pas cette école qui tourne la carte au final. Je suis à deux doigts d'en parler à Niamh ou Liu, pour avoir un peu leur avis sur la question. Avec Niamh, je me demande s'il ne faudrait pas prévoir quelque chose en cas d'attaque ? Genre, qu'est-ce qu'on fait s'ils reviennent ? On ne peut pas laisser les plus jeunes tout seuls ou partir se battre, se serait inconscient. Est-ce qu'on les garde dans notre salle commune ? Est-ce qu'on les emmène vers les autres jeunes ? Est-ce qu'on va se cacher quelque part? Est-ce qu'on les laisse aux deuxième ou troisième année et on va se battre ? Sauf que moi je n'ai pas envie de me battre pour être honnête. J'ai joué les lâches la 1ère fois, je crois que je ne ferais pas mieux la 2ème fois. J'ai envie d'en parler à Liu parce que je sais qu'elle est de bons conseils et qu'elle sera quoi faire.

Me voilà donc résolu à prendre ma plume dès que j'aurais un moment de libre pour lui parler de tout ça. Je sais que je pourrais le faire de vive voix mais je préfère le faire dans un premier temps par lettre. Je ne veux pas la mettre mal à l'aise face à des questions qu'elle n'aurait peut-être pas de réponse dans l'immédiat et je préfère aborder ce sujet d'abord à distance, c'est mon côté lâche qui ressort, je confirme. Mon dernier cours de la journée se termine, ce qui m'arrange bien parce que je n'ai pas été très attentif aujourd'hui et j'ai un peu honte de moi. Ce n'est pas comme ça que je vais avoir de meilleures notes. Certes je travaille beaucoup pour améliorer mon niveau mais je ne peux pas trop me permettre de rêvasser. Je décide de passer par la case bibliothèque pour prendre quelques manuels sur les sujets aborder en cours. Je doute de les regarder ce soir pour être honnête mais ça me donnera bonne conscience et ça me permettra ce weekend de m'y replonger dedans. Une fois les manuels en main, je retourne dans ma salle commune pour les poser. Dan n'est pas encore arrivé, je suis un peu déçu mais je me dis qu'il doit se trouver peut-être sur le terrain de Quidditch pour s'entraîner. Je déteste cet endroit mais je suis prêt à faire un effort pour lui faire plaisir. Si je m'y rends cela lui fera la surprise et peut-être qu'il appréciera le geste. Je l'espère sincèrement parce que je ne le ferais pas tous les 4 matins. Le voir perché sur un balai, si haut, me donne des hauts le coeur. J'en ai des sueurs froide rien qu'à y penser. Mais lui a l'air d'aimer et de se sentir bien là haut, alors j'essaye de me raisonner comme je peux en me disant qu'il gère son balai et qu'il ne craint rien ... Ce n'est pas très efficace mais je fais ce que je peux avec les moyens que j'ai !

A peine sortie de ma salle commune, je croise une première année qui me parle de bruits étranges dans une des salles abandonnées du 4ème étage. Elle n'a pas osé rentré dans la salle, pas encore très à l'aise avec les fantômes. "Merci pour l'information. Ca ne doit être rien, des élèves qui s'amusent un peu trop bruyamment ou Peeves qui fait encore des bêtises ! Je m'en occupe." Lui dis-je en souriant. Pour être honnête, je n'étais pas vraiment rassuré. Avec tout ce qu'il se passe en ce moment, j'ai un peu l'impression de tomber dans un piège. C'est comme ça que commence les films d'horreur non ? Une personne entend des bruits étranges, elle va voir et meurt. Et moi je n'ai pas envie de mourir. Pourtant je décide de prendre mon courage à deux mains, essayant de me persuader que ce n'est en rien à voir avec l'exercice, ni les mangemorts mais bien des gamins qui font un peu trop de bruit. Armé de tout mon courage - c'est à dire pas grand chose - je me rends au 4ème étage. Ma baguette est sortie, je n'ai aucune envie de me retrouver nez à nez avec quelqu'un qui me voudrait du mal sans avoir la chance de me défendre. Bon, on sait tous qu'en corps à corps, je ne durerais pas bien longtemps mais laissez moi espérer quand même. J'entends du bruit du haut des escaliers, la personne n'y va pas de main forte. Pas de présence suspecte dans le couloir, c'est déjà ça de pris. J'avance lentement, le coeur tambourinant dans la poitrine jusqu'à la porte derrière laquelle je suppose qu'il y a de l'agitation. J'hésite quelques instants avant de l'ouvrir, n'entendant plus de bruit derrière et je me retrouve face à un champ de bataille. Une silhouette se trouve assise sur une chaise qui a connu de meilleurs jours. Je reconnais la personne dans la salle, mon coeur se calme un peu, même si j'avoue que je ne comprends pas trop ce que je suis en train de regarder. "Roxy ?! ... Qu'est-ce ... qu'est-ce qu'il s'est passé ici ?!" Lui demandais-je interloqué. Je fais un pas dans la pièce et referme la porte derrière moi. Ce n'est que Roxy, pas quelqu'un qui veut me tuer.

©️ 2981 12289 0



Archibald Milo de Baskerville
“Pour qu'un amour soit inoubliable, il faut que les hasards s'y rejoignent dès le premier instant.” Kundera Milan ♦ by dream's
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7594-roxy-la-famille-trop-d-filleshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7605-roxy-rock-shttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7151-liu-xi-si-on-faisait-un-brin-de-causette#170239http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7607-roxy-attend-vos-longs-courriershttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7608-roxy-attend-vos-petits-mots

Arrivé(e) le : 27/02/2017
Parchemins rédigés : 365
Points : 18
Année : 2ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Liu Xi MacDougall

MessageSujet: Re: La colère a la couleur de l'orage - PV Milo   Mer 14 Fév - 21:28



La colère a la couleur de l'orage

ft. Milo

Ma tête tourne, je revois le visage inquiet de Madison, ses larmes quand sa famille a voulu la retirer de Poudlard. Pourquoi ai-je tout fait pour qu’elle m’accompagne ? C’est important l’école, mais… je crois qu’on aurait été plus en sécurité au manoir de ma grand-mère. On aurait pu apprendre plein de chose, de ses amis, de professeurs… Et on aurait pas été obligé de revenir à tout ça. A cette violence gratuite. J’ai envie de hurler. Pourquoi est-ce qu’on veut nous faire ça ? Si des choses horribles doivent arriver, ENCORE, est-ce que l’on doit forcément en vivre en supplément pour s’habituer ? C’est idiot de penser que l’on peut s’habituer. Alors sans relâche, je m’entraîne, mais j’ai l’impression de n’avoir aucun talent, aucune concentration, que tout ce que j’arrive à faire n’a pas de sens. Quoi que je fasse, cela n’aura pas d’impact. Je suis trop faible, trop incompétente. Je l’ai bien vu à halloween, je n’ai été d’aucune aide pour mon groupe, et j’ai fini tuée. Londubat voudrait qu’on participe à des ateliers, mais franchement, à quoi ils m’auraient servi si j’avais décidé d’aller à ce bal de Noël ? A rien. Rien de ce qu’il fait ne nous préparera à voir nos amis mourir. Souffrir. Encore et encore. Je n’ai aucune raison de faire confiance à ses plans foireux. Lui-même l’a dit. Je crois que je suis la mieux placée pour décider ce qui est bon pour moi. Et balancer ce marteau dans toute la pièce me permet au moins d’évacuer un peu tout ça.

Je ne peux pas me laisser aller comme ça dans notre salle commune ou notre dortoir. On me prendra pour une folle. Peut-être que je suis complètement cinglée d’ailleurs. C’est possible. Mais la faute à qui ? En tout cas, je ne veux pas inquiéter Madison. Ni risquer de m’en prendre à quelqu’un injustement parce que je suis à bout de nerfs. Personne n’a besoin que je pique ma crise en public. Chacun à ses propres problèmes je le sais… Quand épuisée, je finis par m’assoir sur une chaise, le temps de reprendre mon souffle – hors de question que je m’arrête là, il ne sera pas question de s’assoir si des Mangemorts reviennent, mais d’essayer de se tirer du merdier sans mourir – je n’ai pas vraiment le temps de baisser ma garde. La porte s’ouvre sur quelqu’un armé d’une baguette. Je redresse la mienne par réflexe et mon marteau de l’autre… Avant de me rendre compte qu’il s’agit de Milo. Il ne va pas m’attaquer, ça n’a aucun sens. Il faut que mon cerveau se détende. Je remballe vite fait mon marteau dans ma robe, mais garde tout de même ma baguette à portée de main. Non pas que je compte attaquer mon cher préfet, mais je me sens nerveuse, j’ai besoin de la tenir, de faire quelque chose de mes doigts pour ne pas tapoter nerveusement sur la table. Evidemment, je dois avoir l’air d’une furie. Je suis le regard de Milo sur la pièce… Je crois que j’y suis allée de bon cœur. Il m’interroge et ferme la porte. Qu’est-ce que je peux dire pour ma défense ? Franchement…Je n’ai pas l’énergie pour fournir un mensonge : « Ben… A vrai dire, je m’entraîne pour l’alerte attentat de merde, enfin pardon, cette fichue alerte attentat. Et je crois que je me suis un peu laissée emportée. » En fait, je n’ai aucune envie de me justifier. Je crois que je ne fais rien de mal, j’essaye juste de survivre. « Je rangerai tout, je sais réparer. Mais là j’ai juste besoin d’avoir l’impression que je peux… » en fait j’en sais rien. J’interromps ma phrase d’un geste rageur. « J’ai pas le droit d’être là c’est ça ? » je demande, blasée d’avance. Ça serait pas étonnant que le règlement interdise que je reste là, après tout, rien n’est logique ici. Mais je ne bouge pas. Je sais que notre préfet est sérieux et qu’il me virera s’il le doit, mais en attendant, ici c’est mon champ de bataille.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6244-archibald-milo-de-baskerville-je-t-aime-bien-mais-en-cas-de-danger-je-te-sacrifie-directhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6295-archibald-milo-de-baskerville-le-titre-qui-tuehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6331-tybalt-se-chargera-de-m-apporter-votre-courrierhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6332-express-tybalt-se-chargera-de-m-apporter-votre-courrier

Arrivé(e) le : 05/01/2012
Parchemins rédigés : 5787
Points : 31
Crédit : Thomas Brodie-Sangster crédit : Naïa ♥
Année : 6ème année (16 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Brooklyn ♥ Anoushka ♥ Naïa ♥ Blake

MessageSujet: Re: La colère a la couleur de l'orage - PV Milo   Jeu 15 Fév - 12:40


❝ La colère a la couleur de l'orage ❞Roxy & Milo

Je ne savais pas trop à quoi m'attendre qu'on on m'a signalé le vacarme du 4ème étage. En temps normal je me serais juste dis que ce ne sont que des gamins en train de faire n'importe quoi, mais en cette période un peu trouble où les nerfs sont à vif et où on sait qu'on risque à chaque instant de croiser des gens qui n'ont rien à faire ici, je dois bien avouer que je n'étais pas super rassuré. Impossible de le montrer aux autres, je ne veux pas créer de vagues de panique et je ne veux pas passer pour une chochotte. Si je veux pouvoir avoir encore un peut d'autorité il vaut mieux que je garde pour moi toutes mes peurs et que je fasse comme si tout allait bien dans le meilleur des mondes. J'ignore si c'est très probant mais je fais de mon mieux, on ne pourra pas me le reprocher. Armé de tout mon courage, je me dirige donc vers la salle d'où provient tout ce bruit. Je l'ai entendu du haut des escaliers, mais après tout s'est arrêté, comme si la ou les personnes à l'intérieur savai(en)t que j'arrivais. C'est assez perturbant et un peu effrayant. Je sais que je me fais des films mais c'est plus fort que moi. Je ne veux pas faire une mauvaise rencontre, alors j'hésite un peu à enclencher la poignée de la porte. Pourtant ce serait bien bête de repartir et de prétendre qu'il n'y avait rien. Vous imaginez si c'était des élèves de ma maison qui se vante derrière de ce qu'ils ont fait, bonjour la réputation de menteur derrière. Alors inquiet mais déterminé, j'ouvre la porte, baguette braquait vers l'avant, histoire de pouvoir tenter de me défendre en cas d'attaque. Qu'elle ne fut pas ma surprise de voir Roxy assise sur une chaise, au milieu d'un champ de bataille. Interloqué mais rassuré, je rentre dans la pièce en fermant la porte derrière moi, mais mon calme fut de courte durée car quand elle réalisa qu'elle ne fut pas seule, elle braqua sa baguette et un marteau en ma direction. Mon coeur rata un battement. "Wooohh c'est moi Roxy, du calme !" Je ne tiens pas particulièrement à mourir d'un coup de marteau ou à me prendre un sort malencontreux dans la figure.

Elle abaisse sa main qui tient le marteau et le range dans sa robe sous mes yeux ébahis, mais elle garde sa baguette dans son autre main. J'aime pas trop ça mais je ne peux pas trop le lui reprocher, on ne sait jamais ce qui peut arriver, il vaut mieux qu'elle puisse se défendre si la prochaine personne qui entre dans cette pièce ne soit pas amicale. Quand je lui demande ce qu'il s'est passé, je peux à peine reconnaître la Roxy que je connais. Je ressens de la colère en elle, que je n'avais jamais vu avant. Elle parle de l'exercice qui nous attend dans les prochains jours et c'est bête à dire, mais je suis rassuré de voir qu'il n'y a pas que moi qui vit mal cette histoire. Quand elle dit qu'elle s'est peut-être un peu emportée, je ne peux m'empêcher de sourire légèrement en voyant le carnage, tout en rétorquant sur le ton de la plaisanterie. "Un peu ?" Oui parce que là, je veux bien être gentil mais elle s'est sacrément défoulée je dirais. Elle me dit qu'elle rangera tout ça et qu'elle sait réparer, via la magie. J'ai vraiment du mal à la reconnaître aujourd'hui, c'est assez perturbant. Elle me demande si elle n'a pas le droit d'être là et je hausse les épaules. "Si, tu as le droit ... enfin rien dans le règlement t'interdit de t'isoler ici. Après saccager le matériel de l'école, c'est encore une autre histoire ..." Oui parce que bon, même si la magie est là pour tout réparer, ça ne signifie pas qu'on peut tout détruire à notre gré. Ca ne fonctionne pas comme ça dans la vie et fort heureusement. Vous imaginez, parce qu'on pourrait ressusciter des gens, on aurait le droit de les tuer ? Mais je n'ai pas envie d'avoir le rôle du méchant dans l'histoire. Je comprends son mal-être et je le partage, bien plus qu'elle ne le croit. Mais en même temps je ne peux pas non plus l'autoriser à tout détruire juste pour passer ses nerfs, ce n'est pas très sain. "Depuis quand tu te balades avec un marteau ?" Je tente d'ouvrir la discussion, parce que je ne veux pas la braquer, ni la punir. Mais en même temps j'aimerai qu'elle comprenne qu'elle ne peut pas faire ça en toute impunité sous prétexte qu'elle a les nerfs. Il existe d'autres façons, plus saines, pour vider tout ce qu'on a sur le coeur et évacuer tout le stress. Mon ton est calme, amical, pour lui montrer que je ne suis pas son ennemi. Je l'aime bien cette gamine, je ne veux pas lui attirer des ennuis, mais je ne pourrais pas la protéger éternellement, c'est totalement contre tout ce en quoi je crois !

©️ 2981 12289 0



Archibald Milo de Baskerville
“Pour qu'un amour soit inoubliable, il faut que les hasards s'y rejoignent dès le premier instant.” Kundera Milan ♦ by dream's
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7594-roxy-la-famille-trop-d-filleshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7605-roxy-rock-shttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7151-liu-xi-si-on-faisait-un-brin-de-causette#170239http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7607-roxy-attend-vos-longs-courriershttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7608-roxy-attend-vos-petits-mots

Arrivé(e) le : 27/02/2017
Parchemins rédigés : 365
Points : 18
Année : 2ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Liu Xi MacDougall

MessageSujet: Re: La colère a la couleur de l'orage - PV Milo   Jeu 15 Fév - 21:45



La colère a la couleur de l'orage

ft. Milo

Je crois que je suis un peu dans la panade… Est-ce que Milo m’en veut beaucoup ? Est-ce qu’en plus d’être une tanche en sortilège, je vais faire perdre des points à ma maison ? Il essaye de plaisanter mais je sens qu’il est tendu… En même temps, peut-être que je ne me rends pas compte et que j’ai l’air d’une sorcière sanguinaire. Je suis tellement….nerveuse, agitée. Encore essoufflée, je prends néanmoins le temps de m’excuser. Je ne suis pas désolée de m’être entraînée, mais malgré mon énervement je n’aurai pas dû le viser… Je me suis laissée emportée par mon stress « Excuse, j’étais…ailleurs ? Je ne voulais pas te menacer ou quoi. ». S’il y a bien quelqu’un à qui ne pas attaquer dans le château, c’est notre préfet. Il fait tellement pour nous. Ce n’est pas comme si les gens dignes de confiance couraient les couloirs.

Pour autant, je sens que cela ne suffira pas à me dédouaner.
« Un peu…beaucoup ? » tente-je avec ma plus petite bouille. Mais j’ai bien conscience que vu les éclairs qui doivent encore éclater dans mon regard, ce ne doit pas être très convainquant. « Je n’avais pas l’intention de faire des dégâts… Mais en fait, c’est juste que… Comment on peut être prêt en deuxième année ? Aucun des sortilèges que je connais n’est vraiment suffisamment puissant pour empêcher qui que ce soit de faire du mal… Je ne voulais rien saccager. Je vais tout remettre en état. » dis-je en regardant autour de moi. C’est vrai que j’ai ‘’un peu’’ abusé. Mais… je ne voulais pas causer du tord à l’école vraiment. Même si j’avoue que balancer mon marteau à la figure du directeur aurait peut-être soulagé mon énervement plus efficacement… « Mais…il vaut mieux quelques vieux meubles que ce cinglé de Londubat, ou ces raclures de chiottes de pro sang pur… Y’en a encore qui OSENT montrer leur tête dans les couloirs et embêter des petits. Sérieusement, il y a quoi devenir fou non ? Après tout ce qu’il y a eu ? Pourquoi ils sont encore là ? J’ai tellement envie de les étrangler pour qu’ils se taisent ! » dis-je avec véhémence, oubliant toute cette raison que j’essayais jusque-là d’insuffler à mon discours. Je ne devrais pas m’emporter comme ça, surtout que quelqu’un est intervenu… Nos préfets sont quand même intègres, je suis sûre que ça ne restera pas impuni, mais pourtant ce sentiment d’injustice me vrille encore l’estomac. Et je déteste ressentir autant de haine et de violence. J’ai l’impression d’être mauvaise, de me laisse envahir par tout ça, mais je n’arrive plus à lutter. Et pourquoi le devrais-je ? Si on nous pousse de nouveau dans le chaos, il faudra bien que je trouve l’énergie, la force quelque part.

J’essaye de me calmer. Le marteau. Et bien je crois que le mieux est encore de dire la vérité. Après tout, s’il me le confisque, ma boîte à outils est encore pleine. « Tu vas te moquer de moi… Mais le marteau promis, c’est juste depuis l’annonce. Je veux dire, il est marrant le directeur, il faut qu’on garde nos baguettes sur nous tout ça tout ça… Mais l’année dernière : très peu avaient leur baguette. Halloween : pas de baguettes. Le bal : j’y étais pas mais je crois pas que vous ayiez eu une baguette. Alors l’alerte attentat, comme par magie, on sera équipé ? J’y crois pas. Ou en tout cas… je ne veux pas tout miser là-dessus. D’autant qu’un immobilus ne me sauvera pas éternellement. Alors… je me dis qu’un marteau bien lancé, ça peut assommer et surprendre l’adversaire. Il faudrait juste un moyen pour qu’il revienne directement à ma main, pour que l’adversaire ne le garde pas si je le loupe et pour ne pas avoir à courir après tout le temps. Mais je ne sais pas encore comment faire ça. » J’irais à la bibliothèque… ou je demanderais à quelqu’un. « Enfin voilà, mais je te jure qu’en temps normal, il dort bien sagement dans ma boîte à outil. Et que je ne compte pas m’en servir pour trucider les abrutis dans les couloirs. Même s’ils le méritent.» Après tout, j’ai décidé de jouer la carte de l’honnêteté, autant y aller jusqu’au bout. « Mais Milo, j’ai trop la trouille, je peux pas juste attendre que ça arrive et prier pour que les adultes nous protègent. Pourtant, on m’a toujours appris que les plus grands étaient responsables des plus petits, mais je crois que ma famille, elle se rend pas bien compte que dans le vrai monde tout le monde s’en fout. Pour moi en tout cas, c’est important… Je dis pas que j’ai envie de me battre, mais si quelqu’un touche à ma famille d’ici, je veux pas juste attendre que ça finisse en pleurant. Je veux au moins pouvoir essayer d’aider. » dis-je les larmes aux yeux, dans un mélange de sentiment indéfinissable. La peur, la colère, l’espoir…





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6244-archibald-milo-de-baskerville-je-t-aime-bien-mais-en-cas-de-danger-je-te-sacrifie-directhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6295-archibald-milo-de-baskerville-le-titre-qui-tuehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6331-tybalt-se-chargera-de-m-apporter-votre-courrierhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6332-express-tybalt-se-chargera-de-m-apporter-votre-courrier

Arrivé(e) le : 05/01/2012
Parchemins rédigés : 5787
Points : 31
Crédit : Thomas Brodie-Sangster crédit : Naïa ♥
Année : 6ème année (16 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Brooklyn ♥ Anoushka ♥ Naïa ♥ Blake

MessageSujet: Re: La colère a la couleur de l'orage - PV Milo   Dim 18 Fév - 15:46


❝ La colère a la couleur de l'orage ❞Roxy & Milo
Roxy s'excuse et je la sais sincère. J'ai l'impression qu'elle se détend un peu. On est encore loin de la Roxy que je connais mais on s'en rapproche de seconde en seconde. Je la regarde, ça me fais mal au coeur de la voir dans cet état là, c'est vraiment une fille bien, elle ne mérite pas d'être malheureuse. Evidemment personne ne mérite d'être malheureux, cela va s'en dire mais je n'aime pas quand mes proches vivent mal quelque chose et que je suis incapable de les aider d'une quelconque facile. Je hoche la tête, lui offrant un sourire compatissant. "Je sais Roxy, ne t'inquiètes pas !" Je ne veux pas l'inquiéter plus qu'elle ne l'air déjà ou qu'elle se torture l'esprit inutilement. Elle a l'air sur les nerfs et le plus important pour le moment c'est de comprendre ce qui ne va pas. Elle me dit qu'elle s'est un peu emportée et je tente une pointe d'humour en appuyant sur les mots "un peu". Au vu de l'état de la pièce, je pense qu'on peut aisément dire que c'est beaucoup plus qu'un peu, mais pour le moment le problème n'est pas là. Je la vois tenter de se dérider un peu en me faisant une petite bouille adorable. Un peu beaucoup ? Oui en effet, on commence à se rapprocher de la réalité là. "Disons que plus aucun meuble dans cette pièce ne te cherchera des noises, ça c'est sûr ! Mais ça s'appelle un génocide ce que tu viens de faire !" J'essaye vraiment de rester sur une note d'humour pour continuer à la décrisper un peu et la voir arrêter de me menacer involontairement avec son regard encore bien courroucé. Je sais que tout ça ne m'est pas destiné mais c'est assez perturbant de la voir dans cet état là, je n'aime pas trop ! Evidemment aucun meuble n'ira porter plainte contre elle, déjà parce que ce sont des meubles et ensuite parce que même s'ils en étaient capable, plus aucun n'est encore de ce monde. Heureusement qu'avec un coup de baguette, ils redeviendront comme neuf ! L'humour porte ses fruits, non pas qu'elle retrouve son sourire et sa bonne humeur mais au moins elle s'ouvre et c'est le plus important. Je ne veux pas qu'elle me sourit en me disant que tout va bien alors qu'il est évident que ce n'est pas le cas. Je veux qu'elle sorte tout ce qu'elle a sur le coeur une bonne fois pour toute pour qu'on puisse en parler. J'ignore si je serais de bons conseils mais je peux essayer de faire de mon mieux. Visiblement elle a une dent contre notre directeur, ce que je ne peux blâmer et contre les traîtres de notre école. "Je préfère encore que tu t'acharnes contre ces pauvres meubles que contre ces gens, tu risques d'avoir plus d'ennuis et même moi je ne te serais d'aucune utilité !" Dis-je en lui offrant un sourire triste.

Mais elle n'en a pas fini et je sens qu'elle a vraiment besoin de parler, alors je la laisse faire et je fais quelques pas dans la pièce, me rapprochant d'elle. Je constate qu'elle a aussi peur que moi de ce qu'il va se passer et cette histoire d'exercice la travaille beaucoup. Au moins je ne suis pas le seul à mal le vivre, c'est toujours ça de pris. Je ne pourrais jamais me moquer d'elle, d'avoir envie de se protéger comme elle le peux avec les moyens du bord. Je ne suis pas trop mauvais en sortilèges alors il est vrai que j'ai plus d'armes, grâce à ma baguette, pour me défendre mais je peux concevoir qu'en étant plus jeune, tu te sentes plus vulnérable et trouve cela injuste. J'aurais plein de choses à lui dire mais pour le moment je ne dis rien, parce que je vois qu'elle a besoin de vider son sac. Alors je me contente de me rapprocher d'elle et de m'installer à genoux près d'elle. Je la laisse s'ouvrir à moi et d'un côté, même si c'est triste tout ce qu'elle dit, je trouve ça rassurant qu'elle ait suffisamment confiance en moi pour me parler, pour se confier. Cela me fait de la peine et je me dis qu'elle n'est pas la seule dans cet état là, complètement bousillée, mais je me dis aussi que je peux essayer, en tant que préfet, de lui facilité la vie du mieux que je le pourrais, même si pour le moment je ne peux rien lui promettre de concret, je sais que j'essayerais. "Roxy ..." Dis-je d'une voix triste. Je fais une très légère pause avant de reprendre. "Tu n'est pas ridicule et je ne vais pas me moquer de toi. En fait je te comprends parfaitement. Je sais qu'en tant que presque adulte je devrais garder pour moi tout ça mais ... moi aussi j'ai peur ! Peur de devoir revivre tout ce qu'on a vécu l'an dernier. Peur de ne pas être à la hauteur et de n'être capable de rien quand ça arrivera." Je marque de nouveau une courte pause pour me racler la gorge et je reprends "Mais ça va bien se passer. Je ne te laisserais pas tomber... je ne vous laisserais pas tomber. Je vais contacter le professeur de Botanique pour discuter avec elle de ce qui pourrait être envisageable de faire pour se préparer au mieux à cet exercice. C'est une bonne amie à moi, qui m'a toujours offert de très bons conseils, j'ai confiance en elle. On ne revivra pas ce qu'on a déjà vécu par le passé !" Je lui offre un sourire. Je veux qu'elle me croit, qu'elle ait confiance en moi, qu'elle puisse se dire qu'elle peut se reposer sur moi. Je ne la laisserais pas tomber, ni elle, ni les autres. Je crois que ce rôle m'a fait découvrir une part de moi que je ne connaissais pas. Je ne suis pas un héros, je ne parle pas d'attaquer l'ennemi, poussant mes camarades au suicide, mais plutôt de solutions de replis pour sauver un maximum de personne. "Pourquoi tu n'utilises pas l'accio pour ton marteau ? Il reviendra vers toi sans que tu es à lui courir après !" Ca me fait mal au coeur de voir une personne que j'apprécie aussi touchée par tout ça, mais en même temps ça me motive vraiment à me bouger pour aider au mieux ce qui on en auront besoin. C'est ensemble qu'on sera plus fort, j'en suis persuadé !

©️ 2981 12289 0



Archibald Milo de Baskerville
“Pour qu'un amour soit inoubliable, il faut que les hasards s'y rejoignent dès le premier instant.” Kundera Milan ♦ by dream's
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7594-roxy-la-famille-trop-d-filleshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7605-roxy-rock-shttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7151-liu-xi-si-on-faisait-un-brin-de-causette#170239http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7607-roxy-attend-vos-longs-courriershttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7608-roxy-attend-vos-petits-mots

Arrivé(e) le : 27/02/2017
Parchemins rédigés : 365
Points : 18
Année : 2ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Liu Xi MacDougall

MessageSujet: Re: La colère a la couleur de l'orage - PV Milo   Dim 18 Fév - 21:17



La colère a la couleur de l'orage

ft. Milo

Je me détends un peu quand je me rends compte que Milo n’a pas l’air de trop m’en vouloir, même si je vois bien qu’il n’apprécie pas mon entraînement. Je crois que j’ai dépassé les bornes. Mais je n’ai pas pu m’empêcher. J’ai encore les mains qui tremblent. « Merci…. Enfin… Je ne voulais pas génocider les meubles, mais c’est qu’ils ne se sont pas montrés très combatifs, à part monsieur porte-manteau que tu vois-là » dis-je, essayant de plaisanter à mon tour pour montrer ma bonne volonté. Même si je suis encore sous le coup de l’énervement, je fais confiance à Milo… je lui suis reconnaissante de ne pas me juger ou de ne pas me disputer comme une enfant et de juste rester avec moi. Il m’écoute, même si je m’énerve, que je suis vulgaire et que ce que je raconte ne doit pas avoir beaucoup de sens. « Je sais…et je ne veux pas attirer des ennuis à notre maison. A la rigueur, moi ça me gêne pas d’être punie parce que j’ai mis une raclée à des débiles, franchement ça vaut bien quelques bleus et quelques points en moins. Ils méritent que je leur file les ongles bleus ! Mais les autres Poufsouffles n’ont pas à payer pour mes bêtises. Enfin bêtise selon le règlement pas selon ma conception du monde. Et je voudrais pas que t’aies honte de moi auprès des professeurs et de la directrice de maison parce que j’ai cassé des doigts. Mais, je vais essayer de me calmer. De ne pas tuer plus de meubles non plus. Ils ont rien fait après tout, eux. » dis-je plus calmement… Sans être tout à fait sûre que ce soit plus rassurant pour Milo. Mais je fais de mon mieux pour chasser cette colère, je le promets. C'est juste que j'ai l'impression que c'est une masse noire, qui me mange petit à petit. Au début j'ai essayé de lutter, mais maintenant...c'est comme si j'estimais qu'elle avait sa place après tout. Ma survie dépend peut-être de toute cette noirceur. Est-ce qu'elle va me transformer complètement? Est-ce que je vais devenir une horrible harpie? Une personne perpétuellement en colère? J'aimerai que se sentiment d'injustice s'en aille. J'aimerai me sentir en sécurité.

Milo s’installe près de moi, prenant soin de m’écouter encore et encore, sans m’interrompre. Je pose doucement ma baguette. C’est ridicule. Milo n’est pas une menace. Et il ne va rien m’arriver. Pour l’instant. J’espère. Je pose mes mains sur ma robe, tripotant nerveusement les plis. J’ai vidé mon sac et je me sens un peu honteuse… Je n’aime pas trop parler de mes sentiments, mais en même temps, j’ai tellement l’impression d’être une cocotte-minute prête à exploser. Je pourrais finir par vraiment blesser quelqu’un. Par avoir des ennuis. Par m’énerver et dire tout ce que j’ai sur le cœur à un professeur qui m’enverrait paître et me rappellerait que je leur dois un respect absolu. « Merci. De m’écouter. Je trouve ça normal d’avoir peur. Et puis, tu as des responsabilités en tant que préfet. Et avec des élèves comme nous dans les pattes ça doit pas être facile. Mais je suis sûre que y arrivera très bien cette fois-ci encore. Je te fais confiance tu sais. » dis-je avec sincérité. « C’est avec moi-même que c’est plus compliqué. » Je fais une moue peu convaincue… les professeurs ont l’air de ne pas servir à grand-chose, ni au bal ni à halloween, alors pourquoi ce serait différent cette fois-ci. « Tu crois vraiment que les professeurs vont nous aider ? Qu’ils en ont quelque chose à faire ? Parce que je n’ai pas trop le sentiment que la situation les révolte. Ils font leurs petits ateliers et leurs cours comme si tout ça était normal. ».

Ils me donnent l’impression de suivre le directeur comme des moutons et d’en avoir rien à faire de nous. « La preuve, tu trouves ça normal de devoir la contacter toi-même ? Ils ne sont pas censés prendre les choses en main des fois ? Enfin, je ne veux pas critiquer ton amie en particulier, je parle en général.» J’ajoute, soucieuse de ne pas blesser Milo. « Mais j’ai confiance en ton jugement. Si tu me dis que pour toi, c’est ok…alors je te crois. » dis-je simplement avec un sourire encore un peu faible. Parce que c’était vrai. Milo nous avait sauvé l’année dernière, il prenait notre sécurité très à cœur, il ne ferait jamais rien capable de nous mettre en danger.

C’est si touchant de voir qu’il tente de m’aider, alors qu’il pourrait simplement me demander de ramasser et de sortir, en me promettant une punition si je recommence. Il me suggère un accio même pour perfectionner ma technique… pourtant je ne peux pas m’empêcher de laisser échapper un sanglot « parce que j’arrive… pas encore à lancer correctement ce sort à chaque fois. ». C’est ce que je disais… On est beaucoup trop nuls en seconde année pour réussir à faire quoi que ce soit d’utile. J’essuie une larme qui coule sur ma joue, il faut que je fasse bonne figure. Il essaye de me remonter le moral et moi je pleure comme une madeleine. Je suis si ridicule. Je tente un sourire humide avec une pointe d’espoir…Parce que si mon préfet me suggère une idée pour récupérer mon marteau : « ça veut dire que tu ne vas pas me le prendre ? J’ai le droit de le garder ?». Ce n’est peut-être pas grand-chose, mais je me sentirais tellement moins désarmée.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6244-archibald-milo-de-baskerville-je-t-aime-bien-mais-en-cas-de-danger-je-te-sacrifie-directhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6295-archibald-milo-de-baskerville-le-titre-qui-tuehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6331-tybalt-se-chargera-de-m-apporter-votre-courrierhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6332-express-tybalt-se-chargera-de-m-apporter-votre-courrier

Arrivé(e) le : 05/01/2012
Parchemins rédigés : 5787
Points : 31
Crédit : Thomas Brodie-Sangster crédit : Naïa ♥
Année : 6ème année (16 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Brooklyn ♥ Anoushka ♥ Naïa ♥ Blake

MessageSujet: Re: La colère a la couleur de l'orage - PV Milo   Mer 21 Fév - 23:33


❝ La colère a la couleur de l'orage ❞Roxy & Milo

Je suis plutôt soulagé de voir que ma plaisanterie fait mouche et que ne la prend pas mal. Je ne veux pas qu'elle se braque parce qu'elle a l'impression que je la prends pour une enfant ou une demeurée. Je veux juste qu'elle se détende et qu'elle prenne conscience elle-même de la situation. Je ne veux pas me contenter de lui dire que c'est mal, qu'on n'abîme pas le mobilier de l'école et que la prochaine fois, je sévirais. Je ne vois pas en quoi ça arrangerait les choses ou ça lui ferait prendre conscience que d'une part, c'est mal, et d'autre part, si elle en est arrivée à cette extrémité, c'est bien qu'il y a un vrai problème sous-jacent et qu'il pourrait être intéressant d'y mettre le doigt dessus pour essayer de le régler. Je ne veux pas la punir, je veux surtout que ça n'arrive plus parce qu'elle n'en ressentirait plus le besoin. Mais ça risque d'être compliqué cette histoire. "Méfies toi, à ce qu'il paraitrait il a de la famille et elle n'est pas commode !" Petite plaisanterie accompagnée d'un jeu de mot pour bien continuer à faire diminuer la pression et à lui faire retrouver un semblant de sourire. J'aurais pu lui dire sérieusement que c'est souvent comme ça que font les grands tyrans, s'occuper en premier des plus faibles en les éliminant mais je doute que ça soit le genre de discussion dont elle aspire en ce moment. Et connaissant Roxy, je pense qu'elle s'est mal exprimée et qu'elle n'est pas le genre de personne à s'en prendre aux plus faibles sous prétexte qu'ils ne se défendent pas, du coup ça ne les dérangent pas de se faire frapper. "Roxy ... La violence ne résout rien ... Je sais que je te dis ça alors que j'ai toujours été dans le camp des faibles. J'ai toujours été la victime née parfaite, du plus loin que remonte ma mémoire mais si la vie m'a appris quelque chose c'est que la violence n'est pas une fin en soit. Ca soulage, sur le moment, je veux bien le croire, mais après ? Après il y a une escalade de la violence et à la fin c'est n'importe quoi ! Aujourd'hui tu penses comme ça mais tu verras qu'en grandissant on voit les choses sous un tout autre angle !" On ne va pas se mentir, son discours me fait un peu peur. Je ne la pensais pas si hargneuse et si avide de sang. Casser des doigts, ongles bleus, raclées, ça ne devrait pas être un lexique qu'elle devrait employé et surtout pas comme si c'était normal. Je vois qu'elle est en colère et qu'elle a besoin d'un défouloir, mais savoir qu'elle pourrait répondre par la violence, ça ne m'enchante pas vraiment. Au diable les points, c'est de sa vie, de son futur dont on parle. Je n'ai jamais aimé l'idée que Billie se batte, je n'aime pas plus que ce soit Roxy qui le fasse. "Et je n'aurais pas honte de toi ... jamais ... mais ça ne m'empêche pas de m'inquiéter pour toi !" Autant dire les choses, je préfère qu'elle le sache et qu'ensuite elle sache vers qui se tourner si elle ressent le besoin qu'on l'aide.

Cette fois encore. On ne doit pas se souvenir de la même fois alors ou on n'a pas vécu la même chose. Moi je me souviens de moi, au sol, Dan dans les bras, hurlant ma détresse et envoyer des mangemorts à terre à coup de sort de pétrifiction. Rien de héroïque, ni de victorieux. Alors quand j'entends ou je lis des gens me dire que j'ai géré la dernière fois, que je les ai aidé, je ne comprends vraiment pas d'où ils sortent ça. Je n'ai pas envie de rerentrer dans le débat, je ne veux pas leur briser leurs rêves si ça leur permet de fermer les yeux le soir, mais je connais la vérité et elle est ailleurs, croyez le bien ! "C'est aussi ça mon rôle de préfet ... et d'ami ... être là pour t'écouter quand tu en as besoin !" Je ne parle pas du reste, cela ne sert à rien, la discussion serait stérile et si ça peut la rassurer de croire que je serais à la hauteur alors pourquoi lui enlever ses illusions ? Si ça peut l'aider à tenir bon et à se tourner vers moi en cas de besoin, moi ça me va. "Je crois qu'ils savent qu'on ne leur fait plus confiance et qu'ils ne savent pas comment faire pour la racheter. J'ignore si tout le monde jouera le jeu, mais j'aime à penser que si." Si on ne peut vraiment plus compter sur les professeurs alors comment ferons-nous pour nous en sortir ? Déjà qu'avec eux, je ne sais pas si on a vraiment une chance de parvenir à nos fins, mais alors sans eux, je pense que c'est du tout cuit. Si on savait quand ils attaqueraient, on piégerait le château pour les neutraliser sans verser une goutte de notre sang, mais ça peut tomber n'importe où et poser des pièges pourrait être dangereux pour nos jeunes années. "Pour être honnête je ne sais pas ce que savent nos professeurs et ce qu'ils ignorent. Peut-être qu'ils attendent de voir si nous, en tant qu'élèves, on prend les devants pour essayer de monter un plan ou si on se contente juste d'attendre les directives, comme toujours. Ce château, c'est aussi le notre, on se contente d'être en règle générale de s'asseoir pour les écouter parler de leur matière, peut-être que là c'est l'occasion de prendre nous-même les devant et essayer d'imaginer un plan fonctionnel, afin de leur montrer qu'on n'est pas que des assistés, qu'on peut penser par nous-même, être autonomes et efficaces. Je ne sais pas si on doit plus avoir confiance en un plan montait par des profs ou un plan montait par nous, mais au moins on aura la satisfaction d'avoir fait quelque chose, non ?" Peut-être que personne ne voudra m'écouter et que la discussion restera stérile, mais j'ai bon espoir que non. Je connais Liu, je sais qu'elle ne me laissera pas douter tout seul et que si elle est en mesure de faire quelque chose pour apaiser mes craintes, elle le fera. Pour les autres, c'est une autre histoire. Mais je suppose qu'avec son appui, mes propos auront plus de crédits, non ? Je la vois sangloter pour un sort qu'elle n'arrive pas à lancer et je sens que ça la touche plus que de raison. Mais je comprends, après ce qu'on a vécu l'an dernier, il est normal que ça l'atteigne plus de ne pas pouvoir se protéger elle-même et surtout, comme je le comprends, ne pas protéger les gens auxquels elle tient. Je connais cette frustration, ne rien pouvoir faire pour ma meilleure amie m'a causé la même. Mais ce n'est malheureusement pas en se mettant la pression qu'elle va parvenir à ses fins."Roxy ... Je sais que tu es frustrée de ne pas pouvoir lancer des sorts correctement mais ... ça viendra. Il faut du temps, de la patience et beaucoup d'entraînement. On est tous passé par là, ça viendra, ne te mets pas la pression pour rien." Je voudrais la prendre dans mes bras pour la consoler mais je ne veux pas qu'elle pense que j'ai pitié d'elle. Alors je pose juste ma main sur son genoux, appliquant une très légère pression pour lui faire comprendre que je suis là, que ça va aller. "L'idée que tu portes une arme sur toi ne m'enchantes pas vraiment mais ... je suppose que tu peux la garder jusqu'à ce que l'exercice passe. Si tu me promets de ne pas t'en servir contre tes camarades !" Lui dis-je sérieusement. J'espère qu'après l'exercice, elle le rangera là où elle l'a pris, même si pour être honnête, je n'irais pas vérifier. D'un côté je me dis que si ça la rassure, qui suis-je pour l'empêcher de le garder ? Mais en même temps, est-ce vraiment prudent de laisser une jeune fille avec tant de violence en elle l'avoir sur elle ? Dur dilemme.

©️ 2981 12289 0



Archibald Milo de Baskerville
“Pour qu'un amour soit inoubliable, il faut que les hasards s'y rejoignent dès le premier instant.” Kundera Milan ♦ by dream's
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7594-roxy-la-famille-trop-d-filleshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7605-roxy-rock-shttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7151-liu-xi-si-on-faisait-un-brin-de-causette#170239http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7607-roxy-attend-vos-longs-courriershttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7608-roxy-attend-vos-petits-mots

Arrivé(e) le : 27/02/2017
Parchemins rédigés : 365
Points : 18
Année : 2ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Liu Xi MacDougall

MessageSujet: Re: La colère a la couleur de l'orage - PV Milo   Ven 23 Fév - 9:52



La colère a la couleur de l'orage

ft. Milo




Je commence tout doucement à me détendre en voyant que Milo ne m’en veut pas vraiment, mais qu’il s’inquiète plutôt pour moi. Je n’ai pas envie qu’il s’inquiète ceci dit, ça va passer je crois, quand l’alerte aura eu lieu, tout ira mieux n’est-ce pas ? Je ne peux m’empêcher de glousser devant sa blague, non mais sérieux « Elle est pas commode, mais j’ai de quoi la rendre marteau ! » dis-je en haussant un sourcil. C’est n’importe quoi, mais ça fait du bien, de relâcher un peu la pression. Même si malheureusement, la tension qui m’habite ne va pas disparaître comme par magie. Pas plus que les imbéciles dans les couloirs, pas plus que les mauvaises idées du directeur, pas plus que ce sentiment d’impuissance. Peut-être que la violence ne résout rien, mais rester passif non plus. Et quand on est attaqué il faut bien se défendre non ? Et ceux qui ne peuvent pas se défendre tout seuls, il faut bien les aider, je crois ?
« Si ça résout rien, pourquoi c’est la seule chose que la Direction trouve à nous imposer ? Halloween, ça… C’est pas une promenade le long du lac. Peut-être que je verrais les choses autrement plus tard, mais pour l’instant, j’en ai un peu marre de tendre le dos en attendant qu’on nous maltraite d’une manière ou d’une autre. Je veux bien utiliser des moyens non-violents, mais c’est pas vraiment ce qu’on nous encourage à faire si ? » peut-être que je comprenais mal les intentions du directeur. Mais jusque-là, ses discours parlaient plutôt de combats, de se défendre et de se tenir prêts que d’enclencher des négociations. Et puis, il y a eu déjà tellement d’injustice l’année dernière, que de voir des comportements se reproduire encore maintenant, j’ai l’impression que ça fait juste déborder toute l’indignation que j’ai dû contenir ma première année. « Peut-être que je suis comme ça parce que je me suis trop retenue, tu l’année dernière. J’ai l’impression d’être un vase plein de lave, dès qu’on rajoute un petit caillou, je déborde. » dis-je d’un air désolé. Ce n’est pas comme si je voyais une solution pour que ça s’arrête. « Peut-être que ces pauvres meubles m’auront aidé à être, je sais pas à moitié vide ? ». Je ne sais pas qui de nous deux j’essaye le plus de convaincre.

Je suis touchée par ce qu’il me dit… Qu’il prenne à cœur son rôle, mais qu’en même temps, il m’écoute et ne me juge pas. Ou en tout cas pas trop durement. Je sens qu’il veut vraiment que j’aille mieux, qu’il ne fait pas juste semblant pour se donner bonne conscience. Je sais que je dois avoir l’air d’une furie, mais je ne veux pas qu’il s’inquiète. « Je… merci. Ça me fait du bien de savoir que même si je fais des bêtises, je peux quand même venir en parler.» Je sais qu’il m’écoutera même s’il doit me punir après, ça ne me gêne pas. Mais quelque part je suis soulagée. J’ai essayé de cacher cette colère depuis des mois. Ça ne pouvait pas marcher éternellement je suppose. « Est-ce que c’est possible de ne rien dire à Madison ? ». Je sais qu’il s’entend bien avec elle, mais qu’il voit aussi à quel point elle est fragile et prête à mettre sa santé en danger pour les autres, je ne veux pas que ses insomnies empirent. Qu’elle se sente obligée de prendre soin de moi. J’y arriverai toute seule. « Et je ferai en sorte que personne n’ait à s’inquiéter pour moi. ». Je ne truciderai pas les gens dans les couloirs. J’éviterai les commodes et leur famille. Je pourrais peut-être trouver un punchinball dans la salle sur demande ? ça serait bien et indolore pour tout le monde. Mais je ne dois pas entraîner d’autres personnes dans ma furie.
Je hoche la tête quand il me parle des professeurs… S’ils le savent c’est l’essentiel. Je trouve ça tellement simple de se contenter d’un ‘’c’est pour votre bien’’ quand il se passe des crasses. J’espère qu’il a raison. Que les enseignants veulent juste voir comment on se débrouille, mais que si on ne se débrouille pas, eh bien ils seront là pour nous aider. « mmmh. Je ne sais vraiment pas quoi penser d’eux. Mais j’espère qu’ils nous laisseront pas tombés s’ils voient qu’on n’est pas à la hauteur de leurs attentes… ». Je marque une légère pause… Je suis d’accord avec Milo, il vaut mieux essayer de faire les choses par nous-mêmes également. C’est ce que j’essaye de faire. Maladroitement certes mais j’essaye. « Oui, t’as raison. Je supporte pas de rester à attendre que quelque chose nous tombe dessus sans rien faire. Sauf que visiblement, je ne suis pas très euh… constructive, c’est comme ça qu’on dit ? » dis-je en désignant le génocide mobilier qui s’étend devant nous. « En tout cas, si jamais tu te lances dans quelque chose tu pourras compter sur moi… un peu. » Ce n’est pas comme si j’étais capable de faire grand-chose, il ne faut pas se leurrer !

La preuve un simple accio me donne du fil à retordre et je ne réussis pas tout mes sorts alors que je suis censée être douée en sortilèges. J’ai du mal à retenir mes larmes. Je déborde de lave ou d’eau. C’est génial. Aucun sens de la maîtrise. Ma grand-mère détesterait ça. Mais si ma grand-mère était là, le Directeur n’oserait pas sortir de son bureau sans une armée d’auror pour protéger ses arrières. Je pose ma main sur celle de Milo, le remerciant ainsi de prendre soin de moi. « Je m’entraîne beaucoup, mais ça sera jamais assez pour être prête avant la fin du mois. » dis-je en réprimant mes sanglots. Je prends une grande respiration pour me calmer. « Mais c’est sûr que ça marche mieux quand je ne me transforme pas en folle furieuse. J’aime pas être comme ça. C’est nul ». J’affiche une moue boudeuse et déçue. Des fois, j’ai juste l’impression d’avoir 5 ans et de ne rien comprendre à ce qui m’entoure. « Je réessayerai…quand je serais plus calme. Peut-être que ça ira mieux » dis-je peu convaincue. Mais il faut bien que j’essaye de sortir de cette boucle de négativité. Et maintenant que Milo est là, et qu’il me dit qu’il va faire en sorte que ce ne soit pas l’enfer, je me sens un peu plus légère. Moins seule.
Je lui offre un immense sourire, sincère quand j’entends sa réponse : « promis juré ! Tu sais normalement, c’est pas une arme…juste un outil. Et je préfère l’avoir entre les mains pour construire des trucs. Normalement, c’est à ça que ça sert. Partir de rien, et finir avec un objet. C’est ça la vraie magie. Une fois l’alerte passée, il rejoindra ses copains dans ma boîte à outils». Est-ce que par camarade il entend ami, ou l’ensemble du château ? Je pourrais me risquer à faire la blague, mais je ne vais pas abuser de sa gentillesse. Et si vraiment un abruti m’enquiquine moi ou quelqu’un d’autre, je pourrais toujours me servir de mes mains. Ou faire ma petite fourbe et balancer lâchement à un préfet ou à un professeur. Après tout, vu le nombre de fois où Sage et Jade se font convoqué, c’est que ça doit bien fonctionner. « J’ai de la chance d’être tombée sur toi. ». dis-je en rougissant un peu.







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: La colère a la couleur de l'orage - PV Milo   

Revenir en haut Aller en bas
 
La colère a la couleur de l'orage - PV Milo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard, 19 ans après. :: Poudlard :: 
Le Quatrième Étage
 :: Les Vieilles Salles Inutilisées
-
Sauter vers: