AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 " I promise not to lie " Oups, I Lied... [Eliana Bradley]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8797-wyatt-fillin-terminee#195694http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8817-wyatt-little-boy-needs-friendshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8818-livre-d-histoires-de-wyatt-fillin-0-5http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8820-les-lettres-de-wyatthttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8821-les-petits-mots-wyatt

Arrivé(e) le : 17/11/2017
Parchemins rédigés : 183
Points : 0
Crédit : Perrin
Année : Première année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Camus B. Orson

MessageSujet: " I promise not to lie " Oups, I Lied... [Eliana Bradley]   Sam 10 Fév - 15:45

Wyatt était traqué. Depuis le retour des vacances, il avait essayé d’éviter Eliana. Il savait que son amie voulait lui parler, et qu’il n’avait pas été très gentil en l’ignorant. Mais, s’il avait trouvé agréable de se faire des amis quand il était arrivé à Poudlard, il s’était rendu compte qu’il aurait du mal à se cacher d’eux au retour des vacances. Il craignait qu’ils découvrent ce qui s’était passé et qu’ils se mettent à penser des mauvaises choses à propos de lui, surtout Eliana dont il était le plus proche, il tenait beaucoup à elle et il avait peur qu’elle le déteste si elle le découvrait. Eliana était curieuse et aussi très observatrice, c’était dangereux pour lui, elle risquait de voir que quelque chose n’allait pas et elle lui poserait des questions, il serait obligé de mentir, et il détestait devoir mentir, surtout à ses amis. Cependant, Wyatt savait qu’à un moment ou à un autre, il ne pourrait plus éviter la jeune Gryffondor, et il serait obligé de répondre à ses questions.

Le fait que ses amis auraient pu suspecter quelque chose était une des raisons qui l’avait fait de plus en plus se renfermer au cours du mois de décembre. Une chose qu’Eliana avait évidemment remarqué comme elle lui en avait fait part dans la lettre qu’elle lui avait envoyée pendant les vacances. Est-ce qu’il pouvait seulement garder des secrets d’elle ou est-ce qu’il devrait déjà se résigner à ce sujet ? Néanmoins, il était devenu plus angoissé à l’approche des vacances, il craignait de rentrer à la maison, il savait que son père n’était pas content avec lui, non pas qu’il l’ait été déjà un jour. Il ne pense pas qu’il aurait été même content avec lui s’il avait été à Serpentard et qu’il n’avait eu que des notes excellentes pendant tout le premier semestre. Il avait eu des bonnes notes pourtant, mêmes très bonnes dans certaines matières, les professeurs étaient généralement contents de lui, et il avait découvert que Poufsouffle était une très bonne maison, ses camarades étaient gentils, et Wyatt aimait que les gens soient gentils.

Mais il avait continué à décevoir les attentes de son père, il ne faisait vraiment pas exprès, ils étaient justes différents, et Wyatt ne pouvait pas se résoudre à être comme lui, même s’il devait être un mauvais fils et être battu pour ça. Il n’avait jamais pu détester les moldus, ni la cousine de sa mère qui s’était mariée avec l’un d’eux, ni son mari et son jeune cousin. Même quand certaines personnes à l’école lui avaient demandé d’êtres méchants avec les élèves nés-moldus, il n’avait tout simplement pas pu le faire. Il avait peur que ses amis se rendent compte de ce qui se passait. Ça n’avait jamais été un problème avant, les amis qu’il avait eu à Kenmare n’avaient jamais rien dit à ce sujet. Seulement quelque fois un autre enfant avait semblé remarquer quelque chose et Wyatt avait juste haussé les épaules, certains avaient eu l’air de trouver que c’était mauvais, mais ils avaient finalement repris le jeu et il ne c’était jamais rien passé de plus.

Mais à Poudlard c’était différent. Ils n’étaient plus des enfants qui avaient grandis ensembles en jouant dans la forêt, pour qui les choses avaient toujours été pareille. Ils ne se connaissaient pas depuis des années, et ils n’étaient presque plus des enfants. Ils savaient faire la différence entre le bien et le mal et s’ils apprenaient que Wyatt était frappé parce qu’il était un méchant garçon, parce qu’il était un gamin stupide et rebelle, ils comprendraient qu’il y avait quelque chose de mauvais avec lui. Ils le détesteraient et lui feraient peut-être même du mal aussi. Poudlard semblait le paradis par rapport à chez lui, il ne voulait que pas sa nouvelle maison se transforme en enfer aussi. Voilà pour quoi il avait de nouveau disparu tout à l’heure quand Eliana avait essayé de l’approcher à la fin du cours. Comme tous les autres jours il s’était dépêché pour partir, disparaissant dans les couloirs en l’ignorant quand elle l’appelait derrière lui.

Il ne pouvait pas aller à la bibliothèque parce que c’était le premier endroit où Eliana allait le chercher, le second étant le parc. Il lui restait la salle commune de Poufsouffle, sauf que la Gryffondor avait trouvé un moyen de l’y atteindre aussi en demandant à Gipsy d’inventer un prétexte pour le faire sortir et de l’emmener à Eliana. Et les gens trouvaient bizarres quand il s’enfermait tout seul dans le dortoir pendant la journée. Il avait même sauté plusieurs repas dans la grande salle, de toute façon, il avait été trop angoissé pour avoir envie de manger ces temps-ci. Il avait donc été dans le dernier endroit qu’il avait pu penser afin de se cacher de la rouge, aussi parce qu’il avait eu besoin de soulager une envie présente, même lui savait que c’était pathétique de se cacher dans les toilettes.

Il venait de sortir du cabinet et était entrain de se laver les mains au lavabo quand il remarqua la présence cachée dans un coin et qui le regardait avec une expression que Wyatt trouvait très effrayante. Il sauta, surpris, en la voyant. Il vérifia rapidement qu’ils étaient bien seuls avant d’avancer précipitamment vers elle. « Qu’est-ce que tu fais ici ? » Demanda-t-il doucement et avec un air ahuri, il prit doucement son bras et les traîna dehors, les faisant sortir dans le couloir. Être surpris seul dans les toilettes des garçons avec Eliana était vraiment la dernière chose qu’il voulait. Une fois qu’ils furent sortis, il croisa défensivement ses bras devant lui et se tourna vers elle, la toisant. Il souffla finalement au bout de quelques secondes, abandonnant sa position, ses épaules se baissèrent et il fixa le sol. Il savait que son expression sérieuse avec son visage de bébé encadré de boucles brunes et ses yeux bleus larmoyants ne convaincrait personne et encore moins Eliana.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 15/11/2017
Parchemins rédigés : 294
Points : 12
Crédit : Selena Gomez
Année : Première année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Non

MessageSujet: Re: " I promise not to lie " Oups, I Lied... [Eliana Bradley]   Lun 19 Fév - 21:08

Cette fois-ci, j’en avais assez ! Il ne me filerait plus entre les doigts indéfiniment. Depuis la rentrée de janvier, Wyatt m’évitait. Et entre les cours, les devoirs interminables et les repas que nous ne partagions pas (pourquoi n’étions-nous pas dans la même maison ?), les occasions pour lui parler se raréfiaient. Sans compter sa manie de se cacher soit dans sa salle commune / son dortoir, soit à la bibliothèque (que j’évitais comme la peste). Autant nous étions-nous beaucoup rapprochés au premier trimestre, autant nous nous étions éloignés depuis son retour des vacances (et je dirais même qu’il avait commencé à devenir distant avant le bal de Noël). Il avait comme…changé. Son expression avait changé. Il n’avait pas l’air à l’aise, serein, mais au contraire, il semblait tout le temps angoissé, comme si quelqu’un allait surgir et le frapper à tout moment. Et que dire de sa maigreur ? Depuis septembre dernier, je ne l’avais jamais vu aussi amaigri. Bien souvent, je ne le voyais pas à tous les repas à la Grande Salle. Il ne manquait néanmoins pas les cours et de ce que je voyais, il était toujours aussi volontaire et studieux. Mais nous étions déjà en février, et les examens de fin d’année n’étaient plus si loin. Jusqu’à quand tiendrait-il la cadence ?

Aujourd’hui, alors que j’avais eu comme projet la grande discussion, il s’était volatilisé juste à la fin du cours du professeur Mandrake. Déterminée, j’étais descendue à la Bibliothèque à sa recherche. J’avais passé près de trois bons quart d’heures à sa recherche, parcourant tous les rayons, questionnant des élèves plus âgés. Mais à l’évidence, il n’y était pas. J’étais ressortie bredouille sous le regard plus que curieux et agacé de M. Ethergsen. En second lieu, je m’étais rendue au Parc, scrutant tous les alentours jusqu’aux troncs d’arbres les plus étroits, mais rien qui ne montrait la présence de mon ami. Aux alentours de dix-sept heures trentes, je m’étais faufilée parmi les Poufsouffle dans leur salle commune, passant inaperçue à l’heure d’affluence. Gipsy m’avait donné leur mot de passe au cas où. Et depuis son goûter d’anniversaire et la création des Berty’s Pirats, nous nous étions tellement rapprochés que cette requête me paraissait légitime. Si ce n’était que Gipsy m’avait demandé de ne rien communiquer à aucun Pousouffle. Néanmoins, tous mes efforts furent vains car Wyatt restait introuvable (y compris dans son dortoir que j’avais visité discrètement, et quel côté bien rangé pour un garçon de 1re année !).

Dix-neuf heures. Je regardais les élèves traverser le Grand Hall en direction de la Grande Salle. J’avais si faim, mais mon désespoir de ne pas trouver mon ami prévalait. Il fallait que je le retrouve, et que je lui parle, maintenant ! Sinon, notre amitié se fissurerait davantage, et peut-être même que notre lien si particulier se romprait… à tout jamais. À mon grand désarroi, une larme perla au coin de mon œil. Je l’essuyai rapidement. C’était donc à ce point-là. Paniquée mais à la fois inébranlable, je fis le tour des toilettes des filles du second étage, ne sait-on jamais. Mon intuition m’y avait mené, je n’avais pas d’explication plus rationnelle. Je m’assurai bien que chaque cabinet était vide. Pas le temps de se dégonfler ! Je pris aussitôt la direction des vielles salles inutilisées du 4e étage. Aucune trace de lui, pas même dans la salle où nous avions célébrés l’anniversaire de Gipsy. Je soupirai de lassitude. Bon : dans quel endroit Wyatt s’isolerait en pensant que je ne me risquerai pas à aller le chercher ? Eurêka !

Plus déterminée que jamais, je pris les escaliers pour l’étage supérieur. Je traversai rapidement les couloirs et m’arrêtai devant les toilettes des garçons. Peu m’importait s’il y en avait à l’intérieur. Je les laisserai à leurs basses besognes. Tout ce qui m’importait pour l’instant était ces deux mots : trouver Wyatt. Je poussai la porte et rentrai dans l’endroit humide. Je m’avançai silencieusement vers les cabinets et me baissai jusqu’à apercevoir des chaussures… un élève de 1re ou de 2nd année, pas plus. Au même moment, l’on tira la chasse et un cliquetis se fit entendre. Je me cachai à gauche du cabinet du fond. J’entendis l’eau du robinet couler. Je m’avançai précautionneusement vers la source du bruit, épiant les faits-et-geste de mon ami. Ce dernier se retourna brusquement et sursauta. Il me dévisagea l’air effrayé, comme s’il venait d’être pris en faute. Parce que j’étais fâchée, il fallait dire que mon regard était tout sauf clément. Il jeta des coups d’œil de tous les côtés, vérifiant que nous étions seuls, avant de se précipiter vers moi, affolé :

« Qu’est-ce que tu fais ici ?

- À ton avis ?
» le questionnai-je d’un ton ironique, un sourire dénué de joie à son adresse.

Et tandis que je le fusillai du regard, il me prit doucement par le bras et me guida vers l’extérieur. Je soupirai de consternation : je n’en avais rien à faire qu’on nous surprenne ici ! Pas à ce moment précis. Une fois dans le couloir, Wyatt me dévisagea, l’air de me dire « T’es folle ! T’es dans les toilettes des garçons ! Et si quelqu’un nous voyait ?! ». Il croisa ses bras dans un geste de défense. Je lui rendis son regard, en plus dur et en fronçant un sourcil, l’air de lui dire « Je m’en fiche, j’en ai rien à faire ! Et arrête ton cirque, faut qu’on cause ! ». Notre bataille silencieuse ne dura que quelques secondes, et Wyatt se détendit (plus ou moins) en abandonnant sa position. Mon regard se fit plus neutre mais non moins sérieux : nous allions discuter. Il me regarda de nouveau, cette fois-ci avec un air saisissant de peine. À l’extérieur, je restai de marbre, mais à l’intérieur, je crois que mon cœur n’était pas du même avis. Je repris la parole avec une voix grave et un ton autoritaire que je ne me connaissais pas :

« Wyatt, plus de mensonges et plus de cachoteries. Tu vas me dire ce que tu as, maintenant. »

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8797-wyatt-fillin-terminee#195694http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8817-wyatt-little-boy-needs-friendshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8818-livre-d-histoires-de-wyatt-fillin-0-5http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8820-les-lettres-de-wyatthttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8821-les-petits-mots-wyatt

Arrivé(e) le : 17/11/2017
Parchemins rédigés : 183
Points : 0
Crédit : Perrin
Année : Première année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Camus B. Orson

MessageSujet: Re: " I promise not to lie " Oups, I Lied... [Eliana Bradley]   Mar 3 Avr - 12:06

Wyatt déglutit en voyant l’expression venimeuse que portait le visage habituellement doux et mutin de son amie. Il détourna le regard de ses yeux inquisiteurs, baissant la tête sur la pointe de ses chaussures, observant les rainures poussiéreuses entre les dalles de pierres. Il savait qu’elle était en colère à cause de lui et il avait honte de son comportement. Il avait fui parce qu’il était effrayé, il savait que la fuite était un comportement lâche mais il n’était vraiment pas très courageux. Il avait cependant pensé que s’il avait été envoyé à Poufsouffle, c’est qu’il devait avoir certaines qualités de cette maison, telle que la loyauté, mais il n’avait même pas le courage de faire face à sa meilleure amie. Mais le pire, c’est qu’il avait blessé Eliana, il ne l’avait pas voulu, mais il ne savait pas faire autrement que de provoquer la colère chez les autres pour se protéger. C’était réussi visiblement.

« Wyatt, plus de mensonges et plus de cachotteries. Tu vas me dire ce que tu as, maintenant. »


Il sursauta à la voix inhabituellement grave et autoritaire. Qui savait qu’une fille de 12 ans pouvait prendre une voix aussi effrayante ? Visiblement une fille assez énervée. Il recula son corps par instinct sans déplacer ses pieds du sol, identifiant inconsciemment son amie comme une menace. Il avait l’impression que son visage était en feu, mais paradoxalement il était devenu de plus en plus pâle. Ses doigts s’agitaient nerveusement contre le tissu de son pantalon et ses mains commençaient à être moite, il les cacha dans ses poches, fouillant à la recherche des deux objets qui s’y trouvaient, sa baguette de sycomore et le yo-yo fluo qui lui avait été offert par le visage en colère en face de lui. Malgré l’insistance usante d’Eliana a découvrir ses sombres petits secrets, il trouvait un grand réconfort dans son don. Une marque de leur amitié et de leur affection à un moment où il avait été particulièrement seul.

« Eli... »

Il ouvrit la bouche, essayant de parler, mais rien ne sortit. Il ne savait même pas ce qu’il devait dire. Il était en colère contre lui-même, et il voulait tout lui dire, mais il ne pouvait pas, et il avait peur, et il essayait vraiment très fort de ne pas paniquer parce que ça ne ferait que l’énerver d’avantages et il empirerait encore les choses. Il avait l’impression qu’à la moindre petite chose, il allait soudainement détaler et partir en courant. Mais ça ne servirait à rien, il savait qu’Eliana le suivrait, et elle était têtue, très têtue, il la connaissait assez pour savoir qu’elle continuerait à le traquer jusqu’à qu’elle ait ce qu’elle veut. Mais il ne pouvait pas lui donner ce qu’elle voulait. Il ne pouvait pas lui dire la vérité. Elle le détesterait, elle partirait. Mais il pouvait lui mentir, il était toujours assez mauvais pour ça, mais c’était une chose à laquelle il commençait à devenir habitué. Il prit une respiration brève avant de souffler, puis releva la tête, croisant ses yeux remplis de peur avec les marrons en colère et il essaya de mentir :

« Je ne vois pas ce que tu veux dire, il n’y a rien du tout... »


Il n’était pas sûr que sa fuite orale et son balbutiement à moitié paniqué l’ait bien convaincue… Il essaya de tenir assez longtemps son regard pour qu’elle ne voit pas qu’il était entrain de mentir, mais ne pouvant plus tenir sous son regard en colère, il laissa retomber ses yeux sur le sol de pierre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: " I promise not to lie " Oups, I Lied... [Eliana Bradley]   

Revenir en haut Aller en bas
 
" I promise not to lie " Oups, I Lied... [Eliana Bradley]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard, 19 ans après. :: Poudlard :: 
Le Cinquième Étage
-
Sauter vers: