AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le pouvoir des chocs émotifs ♔ Anthea (terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6421-narcissa-amarillys-breckenridge-terminehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6425-narcissa-miroir-mon-beau-miroir#149272http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6426-narcissa-fiche-de-rphttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6427-narcissa-rien-de-plus-utile-que-l-ecrit-pour-economiser-la-parolehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6428-narcissa-hiboux-express

Arrivé(e) le : 12/08/2016
Parchemins rédigés : 933
Points : 15
Crédit : black swan • Cara Delevingne
Année : 7ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Tasha E. Lennox-Blackwood & Professeur M. Burgess & Jayden S. Rosenbach

MessageSujet: Le pouvoir des chocs émotifs ♔ Anthea (terminé)   Sam 10 Fév - 4:30

We meet again ?
narcissa & anthea
i thought you were my friend.

Seule, à l’abri des regards indiscrets, je trempe ma louche dans un chaudron qui bouillonne tranquillement. Je mélange les ingrédients que j’y insère en prenant garde à effectuer les bonnes rotations avec douceur. Une odeur de jasmin remonte jusqu’à mes narines et je prends plaisir à bénéficier de sa senteur. Le mucus de véracrasse vient ensuite servir son rôle d’harmonisateur de potions. Cela fait déjà quelques jours que je travaille sur ce petit projet en me renseignant sur le programme de septième année. Je suis tombée par hasard sur un chapitre consacré à la Potion de Lucidité, une vraie perle qui permet d’échapper aux manipulations extérieures ou de carrément se sortir de l’état d’ivresse après avoir bu de l’alcool, par exemple. Mais elle peut également être utile pour échapper à tout type de confusion. Depuis le bal de Noël, j’ai décidé que je garderai toujours une ou deux fioles de cette potion dans mon sac, juste au cas où.

Couper les brins d’armoise en fins morceaux

Je rassemble les brins ensemble et à l’aide du couteau, je m’exécute sur le sol froid des toilettes des filles. J’ai choisi ce lieu pour sa tranquillité et même si les toilettes sont faites pour être fréquentées au bout d’un moment, il me suffit de faire subir un sort de désillusion au chaudron et de le poser dans un coin de la pièce. Je fais également attention à l’heure de mon activité. J’essaie de faire en sorte de la préparer à une heure où un maximum de monde est en cours. L’avantage d’être en sixième année, c’est que le temps libre ne nous manque pas.

Déposant les brins dans le chaudron, je finis par augmenter la température du brûleur pendant quarante-cinq secondes. Sur ma main, une montre me permet de chronométrer précisément chacune de mes actions. J’ajoute ensuite des brins de tue-loup que j’ai pu me procurer auprès de Perrin O’Riordàn qui connaît la Forêt Interdite comme sa poche. Je ne crois pas que j’aurais eu l’impolitesse et l’irrespect de tenter d’en voler dans la réserve de notre professeure de potions, d’autant plus qu’elle a déjà sous-entendu avoir protégé cette même réserve avec des sortilèges assez complexes et qui nous feraient regretter toute tentative d’intrusion. Cela a été long pour moi de me procurer les ingrédients les moins aisés à obtenir mais Perrin a su faire le boulot correctement. Cela ne m’étonne pas de lui.

« Qu’est-ce que tu fais ? » Demande une voix féminine assez aigue.
Je tourne doucement la tête derrière moi, apercevant la silhouette fantomatique et flottante de Mimi Geignarde. La fouineuse est toujours là pour se mêler de ce qui ne la regarde strictement pas. Je lui réponds simplement :
« Quelque chose. »
Mimi Geignarde est bien connue au château pour ne savoir faire que deux choses : pleurnicher et hurler quand quelque chose ne lui plait pas. C’est sans doute ce qui fait d’elle une compagnie très peu recommandable et particulièrement ennuyante. Je n’aime pas l’idée qu’elle puisse demeurer à mes côtés mais les toilettes sont un peu comme sa chambre ; on ne peut pas l’empêcher d’être là à moins de l’offenser. Et je n’ai pas envie de me montrer exécrable, aujourd’hui. J’ai mieux à faire.
« Tu devrais plutôt concoter un philtre d'amour. La Saint-Valentin, c’est dans pas longtemps.
‒ Très drôle. » Je tranche en secouant la tête avant de retourner à mon labeur.
Je m’empresse de remuer ma potion dix fois dans le sens des aiguilles d’une montre avant de vérifier qu’elle prend bien la couleur décrite par le manuel avancé des potions.
« J’ai vu un garçon, il y a deux jours. Il est du genre très froid et distant mais il est aussi terriblement beau. Je crois qu’il est élève à Serpentard en septième année et qu’il s’appelle Lu…
‒ Écoute, je n’en ai rien à faire des histoires de garçons. »
Ma réponse franche quoi qu’un peu méprisante ne lui plait pas. Mimi Geignarde croise les bras et me toise du haut de sa cabine. Elle lâche quelques plaintes à son sujet comme quoi tout le monde se fiche de ce qu’elle dit ou de ce qu’elle pense, que ce n’est pas parce qu’elle est morte qu’on doit l’ignorer et d’autres imbécilités qui rentrent dans une de mes oreilles avant d’en ressortir de l’autre. Pendant ce temps, je me contente de me renseigner sur les méthodes de conservation de cette potion assez délicate et qui peut engendrer des effets indésirables dans un environnement trop chaud.
Made by Neon Demon



Dernière édition par Narcissa A. Breckenridge le Mar 24 Juil - 1:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 03/02/2018
Parchemins rédigés : 167
Points : 12
Année : 7ème année (17 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: la citrouille.

MessageSujet: Re: Le pouvoir des chocs émotifs ♔ Anthea (terminé)   Mar 13 Fév - 14:38




“ le pouvoir des chocs émotifs ”


Rire des absurdités soudaines d'Avalon. Rire d'un cours qu'elle vient d'avoir et pour lequel je regrette de ne pas avoir été là. Indiquer à mon amie que je la retrouverais plus tard, que là où je vais, elle n’a nullement besoin de me suivre. Passer la porte des toilettes des filles, l’une des pièces mythiques de l’école si elles ne le sont pas toutes déjà. Raisonnance flagrante en ses lieux bien trop souvent vides, certainement du à la méfiance certaine envers le Fantôme qui les hante. Mimi Geignarde. Cette fille est dingue. Ceci-dit, je le serais aussi si je devais passer des décennies à airer dans des toilettes après avoir vu telle mort en face. En vérité, j’avais beau penser cette pièce facilement vide, j’entends malgré tout deux voix s’élever dans les airs. Comprendre et en cerner chaque mots, reconnaître la voix de l’une d’elle comme n’étant nulle autre que celle de Mimi Geignarde. Je me fiche éperdument de savoir à qui appartient la deuxième voix. Je n’ai que faire de ce type d’information. Je ne suis que de passage, rapide et sans intérêt. Du moins c’est ce que je pensais. Jusqu’à ce que mon regard tombe sur une certaine blonde dont je préférerais ignorer le nom. Nom trop gravé, trop encré dans mon existence. Nom que mes parents regrettent amèrement de ne plus si amicalement entendre jaillir de ma bouche. Breckenbridge.

Aussi bleu soit mon regard, je jugerais sentir mes iris s’assombrirent à la simple vue de son visage, le visage que j’identifie aujourd’hui à la trahison. Comme un masque païen représentants dieux, démons et êtres ancestraux, Narcissa est celui de la trahison et de la déloyauté. Ma déception est trop coulante pour que je puisse fermer les yeux sur cette averse. Ma position trop fixe pour que je puisse la changer. Je ne ralentirais le pas sous aucun prétexte. Volonté forte d’ignorer la présence de la jeune fille, le simple fait de voir son visage me donne des palpitations dans la gorge. Me voilà incapable de parler, ou ce fait me démange justement ? Paroles précédentes raisonnants encore dans ma tête, regard baissé vers le moindre détail des ses agissements. N’importe quel stupide n’y verrait que du feu. Pas moi. J’ai passé trop d’années auprès d’elle, et je connais nombreuses de ses expressions faciales. Mes yeux se portent sur une montre qu’elle semblait regarder avec minutie, sa position me fait clairement penser au tour de passe passe le plus bidon et le plus efficace de l’histoire : un sort de désillusion. Mademoiselle prépare une potion, et je me fiche totalement de savoir ce que c’est.

M’approcher, regarder la pauvre Mimi à qui personne ne parle jamais. Me rémorer ses dernières paroles au sujet d'un beau garçon de 7ème année. Le genre froid et distant, le genre séduisant et sexy dans l'ensemble. Affirmation à laquelle Cissy s'était empressée de répondre d'une intonation et de paroles que je connais bien. Laisser ma voix raisonner et interrompre le calme cidérale. « Laisse tomber Mimi. Aucun garçon ne voudrait d’elle de toute façon. » Et de toute façon, lorsqu’on a une telle faculté à perdre ses amis, on s’abstient de s’ouvrir à la moindre relation sentimentale. Relation que je ne lui cible même pas, car au fond, je la connais. Ce qu’elle disait est vrai. Elle s’en fiche. Peu de choses comptent vraiment pour elle, et lorsque c’est le cas, elle s’y tient. Mais alors quoi ? Voilà que la fille juste et diplomate se met à balancer des piques gratuits ? Qui plus est, des piques un peu trop croustillants pour son interlocuteur qui a toujours eu bien plus de répartie qu'elle. « C’est sûrement un philtre d’amour qu'elle prépare du coup ? Ouais ça doit sûrement être ça. Boah ça me regarde pas. Veille à ce qu'elle perde pas le fil, ça serait dommage. » Pointer du doigts sa montre et l’ensemble du chaudron que je ne parviens pas à voir de mes propres yeux. Bon vous m'excuserez, mais de base j'étais venue me faire la vidange. A trop parler tout en ne la regardant même pas, je nourris tout le peu d’intérêt que je tente de détruire. Toujours ce besoin ultime d’exprimer ce que je vois, ce que j’analyse, ce que je sais. Intérêt à son égard que j’aurais du étouffer dès lors mon arrivée.

(c) Myuu.BANG!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6421-narcissa-amarillys-breckenridge-terminehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6425-narcissa-miroir-mon-beau-miroir#149272http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6426-narcissa-fiche-de-rphttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6427-narcissa-rien-de-plus-utile-que-l-ecrit-pour-economiser-la-parolehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6428-narcissa-hiboux-express

Arrivé(e) le : 12/08/2016
Parchemins rédigés : 933
Points : 15
Crédit : black swan • Cara Delevingne
Année : 7ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Tasha E. Lennox-Blackwood & Professeur M. Burgess & Jayden S. Rosenbach

MessageSujet: Re: Le pouvoir des chocs émotifs ♔ Anthea (terminé)   Sam 17 Fév - 1:07

We meet again ?
narcissa & anthea
i thought you were my friend.

La porte s’ouvre et me contraint à utiliser le sortilège de désillusion pour dissimuler le chaudron. La formule est simple et j’ai la maîtrise totale sur ce sort. Transparent mais pas totalement invisible, l’objet se fond dans le décor. On ne décerne pas du tout l’objet de ma préparation mais me voir assise près du brûloir laisse entendre que je suis occupée à pratiquer. Je n’ai techniquement pas le droit de fabriquer des potions trop compliquées et qui sont de niveau 7ème année mais je m’en fiche. Je sais que je suis douée, je sais que je ne la raterai pas et que je ne produirai aucun incident.

Malheureusement, bien que je comptais la réaliser dans le plus grand des calmes, quelque chose vient briser ma tranquillité. Je tourne ma tête vers l’entrée et distingue une fine silhouette élancée à le chevelure ondulée brune et qui tombe presque en cascade sur sa poitrine. Son visage si particulier me permet aussitôt de la reconnaître et son identité ne me plait pas du tout. De toutes les personnes présentes dans ce château, il a fallu que je tombe sur la pire. Sur celle qui m’a trahie en renonçant à notre amitié alors que j’ai tout fait pour lui expliquer la raison pour laquelle j’ai refusé de la mettre au courant concernant mon implication dans les affaires de Blackman.

Anthea, mon ancienne meilleure amie… celle que je traitais comme mon égal, comme une sœur. Celle que j’ai toujours considérée avec le plus grand respect et celle qui m’a toujours plus ou moins compris. Nous étions presque les mêmes tout en étant différentes mais c’était ce qui faisait notre force. Cette douleur qu j’ai au fond de la poitrine et qui me fait souvent mal, je la dois à cette fille. Cette pétasse qui n’a pas su me comprendre au moment où j’avais le plus besoin d’elle. C’est très décevant de sa part et je n’arrive pas à croire que j’ai pu un jour l’estimer être ma meilleure amie. Elle a cessé de me mériter le jour où elle m’a tourné le dos.

« Laisse tomber Mimi. Aucun garçon ne voudrait d’elle de toute façon. »


Elle parle de moi à la troisième personne, c’est nouveau ça ? Sans doute parce qu’elle ne veut pas directement s’adresser à moi, en plus d’une fâcheuse tendance au sarcasme. J’aurais pu l’ignorer et la laisser dans sa connerie mais je n’en ai pas l’envie. Nous sommes seules ici et elle a eu le toupet de venir dans ces toilettes pour me faire chier. Ou plutôt tenter de me faire chier. Je peux au moins lui offrir un cadeau verbal en échange.

« Ca tombe bien, elle ne prend pas n'importe qui. Contrairement à certaines. »

J’accompagne ma réplique d’un sourire moqueur et d’un ricanement sarcastique. Insulter de catin et provoquer celle qui m’a fait autant de mal me fait presque du bien et pourtant, ce n’est pas ce que je recherche au fond. Je lui en veux et ça me fait mal de devoir lui en vouloir. Anthea est une grande partie intégrante de ma vie et quand bien même j’ai essayé de détruire toutes les traces d’elle, je n’ai pas entièrement réussi. J’ai mis tous ses cadeaux au grenier, j’ai espéré pouvoir tous les brûler un jour mais je ne m’en suis débarrassée que de la moitié. Le restant, je n’ai pas pu le faire. J’ai conservé notamment le bracelet en argent qu’elle m’avait offert pour mon quatorzième anniversaire mais j’ai cessé de le mettre, me contentant de le garder renfermé dans une boîte à bijoux. Il a une certaine valeur à mes yeux puisqu’il représente l’ancienne Anthea, la vraie, celle qui ne m’aurait jamais craché à la gueule après que je me sois expliquée auprès d’elle.

« C’est sûrement un philtre d’amour qu'elle prépare du coup ? Ouais ça doit sûrement être ça. Boah ça me regarde pas. Veille à ce qu'elle perde pas le fil, ça serait dommage. »


Qu’elle se mêle de ses affaires. C’est dingue comment elle essaie de m’énerver mais je crois qu’elle l’a suffisamment fait cet été. Sa réponse en soi ne me fait ni chaud, ni froid. J’ai tellement été habituée à la fréquenter jour après jour que ce n’est pas sur ça que je me focalise. J’aurais bien répondu sur un air las mais je n’ai pas envie de lui donner cette impression de blasitude totale qui montrerait une part de ce que je ressens. Anthea ne le mérite plus.

« Je ferais plus attention à ta place. Un manque de vigilance au repas et pouf, ta médiocrité pourrait être éteinte à tout jamais. »


Je lui adresse alors mon plus beau sourire.

Made by Neon Demon

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 03/02/2018
Parchemins rédigés : 167
Points : 12
Année : 7ème année (17 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: la citrouille.

MessageSujet: Re: Le pouvoir des chocs émotifs ♔ Anthea (terminé)   Lun 19 Fév - 10:40




“ le pouvoir des chocs émotifs ”



D’accord, je l’ai cherché. J’ai provoqué la blonde alors que je pourrais me tenir à ce que je fais d’habitude, et l’ignorer. Je ne sais pas si c’est mon humeur journalière ou la situation dans laquelle elle se trouve, mais c’était trop tentant. Narcissa et moi nous sommes suffisamment faits de mal comme ça. Trop de mal pour de si petites personnes. Un ricanement s’émane à présent de sa bouche, ancienne amie fier de pouvoir répliquer et de m’insulter. Soi-disant je serais du genre facile, accessible. Je ne sais pas d’où elle sort ça. Peut-être que comme moi, elle cherche juste à m’énerver, jouant sur des informations fausses, erronés, des bottins idiots que nous savons complètement hors de nous. Nous ne sommes pas ce que nous-nous reprocheront. A moins que je n’en sois pas consciente, mais aux dernières nouvelles, j’ai plus d’amour à donner aux bouquins qu’à un quelconque sourire séduisant. Je suis malgré tout moins réservée que Narcissa à ce sujet, je l’admets.

Désagréable ricanement, désagréable réplique, de quoi me faire arquer un sourcil et rire à mon tour. Un rire nerveux par le ridicule de ses paroles. Les miennes le sont tout autant. M’adresser à cette fille comme si elle était un objet, une chose sans importance. Peut-être qu’elle en a trop justement. Peut-être que me retrouver seule, face à elle, ça me fait mal. Je nous en veux. Fermés à toute discussion supplémentaire sur le sujet de notre rupture, il semblerait que les piques soient notre nouveau hobby. Des piques informelles, injustifiées et injustes. Des souvenirs heureux qui me frustrent l’esprit et me forcent à rester face à elle, à l’écoute de ses menaces. Une nostalige qui me pousse finalment à la regarder dans les yeux, à me préparer au virement d'une désignation indirect. Elle pense à quoi ? Son objectif de vie c’est de me nuire, de me tuer pendant le repas après avoir discrètement glissé dans mon repas un poison brûlant, mixture qu’elle prépare en ce moment ? C’est ce que je comprends en tout cas, et je me doute que ce sont de parfaites conneries, conneries auxquels j’esquisse un sourire. « Voir ton visage de traitresse ça me coupe l’appétit de toute manière. » Abuser, trouver un moyen de lui reprocher le plus reprochable. Morfale que je suis, je n’ai aucun problème à me nourrir. Je mange très bien. Alors j’excède à la médiocrité qu’elle me révèle. Mais nous sommes deux à en abuser. Nous sommes médiocres, à la différence que je me dispense du moindre narcissisme inconvenable, parce qu'il n’y a clairement pas de quoi être fier. Fixer son sourire, ce beau sourire qu'elle me jette. Oh oui, Narcissa est très jolie. Elle est magnifique. Alors au milieu de tous les sourires sincères auxquels j'ai eu le droit, je peux entendre celui-ci vibrer avec sarcasme au fond de mes sens. « Et gardes ce sourire pour la meilleure amie qui te sert de bouche-trou. » Eh merde. Pensé moche, rancune envers la gardienne des Serdaigles, pauvre bichon égaré lèchant constament les pieds de Cissy. Je ne l'aime pas. Clairement. Sa nature de mouton insoucieux m'exaspère. Et je n'ai pu m'empêcher de l'exprimer, de jeter un pique dans le dos d'un absent, un absent qui m'a remplacée aussi vite que je suis partie. Cissy semble avoir adressé une confiance dingue à cette fille alors qu'entre nous, il aura fallut beaucoup plus de temps. Preuve même qu'elle n'est pas comme nous. Preuve même de la simplicité d'esprit de cette gourde. Je ne suis pas de mauvaise foie. Je ne suis pas non plus du genre à blâmer les innocents. Je suis juste une jeune femme blaissée par la stupidité des autres.
Je n'étais pas venue pour pisser moi ? Eh bien, il semblerait que son visage ne me coupe pas que l'appétit.

(c) Myuu.BANG!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6421-narcissa-amarillys-breckenridge-terminehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6425-narcissa-miroir-mon-beau-miroir#149272http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6426-narcissa-fiche-de-rphttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6427-narcissa-rien-de-plus-utile-que-l-ecrit-pour-economiser-la-parolehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6428-narcissa-hiboux-express

Arrivé(e) le : 12/08/2016
Parchemins rédigés : 933
Points : 15
Crédit : black swan • Cara Delevingne
Année : 7ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Tasha E. Lennox-Blackwood & Professeur M. Burgess & Jayden S. Rosenbach

MessageSujet: Re: Le pouvoir des chocs émotifs ♔ Anthea (terminé)   Lun 2 Avr - 2:21

We meet again ?
narcissa & anthea
i thought you were my friend.

Mon plus beau sourire est aussi le plus hypocrite que je lui adresse. Au fond de moi, mon âme ne sourit pas. Elle se terre dans ses propres ténèbres, elle se dissimule dans la haine et la peine d’avoir perdu une part d’elle-même. Une âme sœur jumelle qui, ensemble, ont toujours été fortes. Les circonstances m’ont éloignée d’elle qui a préféré briser des années de bons souvenirs. Je me suis rarement disputée avec Anthea depuis mon enfance et il m’a toujours semblé que les amitiés les plus fortes et les plus spéciales sont celles qui ne connaissent que peu de tensions. J’ai cru qu’Anthea me suivrait toute ma vie. Que nous prendrions chacune notre envol à la suite de nos études sans pour autant nous éloigner. Nous avons des ambitions presque similaires et nous savons que nous irons loin sans que rien ne nous arrête avant. Je trouve cela juste dommage que, désormais, nous arpenterons chacune notre chemin en bifurquant de destination. Enfin, c’est elle qui a bifurqué. Moi, je n’ai fait que continuer le chemin de base.

Nos yeux se croisent et même si la distance ne me permet pas de lire en elle, je sais que cet instant a une forte connotation. Cela fait trop longtemps que l’on ne s’est pas confrontée depuis la rupture de notre amitié.

« Voir ton visage de traitresse ça me coupe l’appétit de toute manière. »

Je n’en attends pas moins d’elle. Anthea n’est pas du genre à user de mots très forts pour contre-attaquer. Les insultes ne font pas partie de son attirail quand il s’agit de faire face à un adversaire. Contrairement à moi, elle se montre plus diplomate. Mais ce n’est pas l’arme idéale pour me faire obstacle. Je suis une bagarreuse quand je m’y mets, je suis audacieuse et je ne lâche rien.

« Tu suis toujours l’opinion générale à ce propos, c’est dingue comment tu es décevante. » Je lui réponds sans me séparer de mon sourire.

En vrai, c’est un reproche que je lui fais et si j’avais pu, j’aurais effacé ce sourire pour qu’elle comprenne à quel point je prends la chose au sérieux. A quel point elle m’a vraiment déçue en foutant tout en l’air. J’ai toujours pensé qu’il fallait être idiot pour se faire duper et mal choisir son entourage. Je pensais que je ne rencontrerai jamais ce genre de problème et que je pouvais accorder ma confiance à cette fille, voire même ma propre vie. Cependant, l’erreur s’est bel et bien produite. Je n’ai pas été infaillible sur ce coup-là et c’est ce qui me donne parfois l’envie de vomir.

Comment une élève aussi talentueuse et jolie, pas loin de la perfection, a pu chuter aussi bas ? Est-ce que c’est elle qui a entraîné Zach dans l’inconscience ou l’inverse ? Ou ont-ils tous les deux décidé de descendre plus bas que terre ensemble ? Je crois que je n’aurai jamais ma réponse sauf si je prends l’initiative provocatrice de le lui demander moi-même.

« Et garde ce sourire pour la meilleure amie qui te sert de bouche-trou. »


Ce bouche-trou, sérieusement ? J’ignore quelle force commande mon corps et le fait se relever d’un coup, comme piqué dans sa sensibilité mais ce dont je suis sûre, c’est que je n’apprécie vraiment pas ce terme qu’elle emploie pour parler de Tracy. Elle n’est pas ma meilleure amie pour rien. Elle ne m’a jamais lâchée, même après avoir passé un calvaire aux cachots. Je comprends qu’Anthea puisse abhorrer le fait que je l’ai remplacée mais elle l’a cherché. Elle n’a pas voulu prendre la main que je lui ai tendue dans ma tentative de réconciliation alors à quoi bon s’obstiner à mépriser Tracy ? J’ai arrêté de chercher une raison logique à ses agissements, bien que cela me fasse clairement chier de la voir prendre cette direction.

Je m’avance doucement vers elle, le regard assombri. Derrière moi, mon chaudron continue encore de mijoter mais j’ai fini de lui prêter attention. A trois mètres d’Anthea, je croise les bras, hermétique à ce qu’elle peut bien me dire.

« De bouche-trou ? On en parle de la fausse amie que tu es et qui a rejeté notre amitié comme ça, d’un coup, sans justification valable ? Tracy m’a fait confiance contrairement à toi, alors ne parle pas d’elle de cette manière quand toi, tu n’es pas capable de faire mieux. »

Made by Neon Demon

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 03/02/2018
Parchemins rédigés : 167
Points : 12
Année : 7ème année (17 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: la citrouille.

MessageSujet: Re: Le pouvoir des chocs émotifs ♔ Anthea (terminé)   Dim 3 Juin - 11:38




“ le pouvoir des chocs émotifs ”


J’ai toujours eu peur d’en arriver là. J’ai toujours eu peur qu’un jour, plus rien ne sépare nos paroles respectives qui se retiennent de fuser. En face l’une de l’autre, la seule chose qui me sépare encore d’elle c’est ce chaudron. Même mon envie de pisser s’est évaporée, comme si elle me laissait dans ma galère en fuyant le combat. D’accord, c’est un peu poussé, mais en vue de ce qui va suivre, j’ai encore le droit de me détendre. Cissy et moi n’avons eu que très peu d’explication depuis l’an dernier. Peu d’occasion de s’exprimer, trop de fierté en jeu pour de simples piques jetés à tord et à travers. Oui car c’est ce qui va en découdre. C’est ce qui commence d’ailleurs déjà à se passer. Un froncement de sourcil lorsqu’elle exprime cette opinion générale que j’ai l’habitude de suivre. C’est une plaisanterie c’est ça ? « Je ne l’aurais pas suivi si tu ne m’avais pas traité comme tout le monde. » Froide et pleine de reproche. Je n’aurais jamais du avoir à suivre l’opinion générale, car elle aurait du m’en parler. J’ai complètement flippée quand je l’ai vu avec eux. J’ai flippée en voyant ses moldus se faire torturer, elle non loin derrière, elle qui avait un plan en tête et dont j’ignorais l’issu. Un traumatisme ? Une théorie à ne pas écarter. Une haine envers cette blonde qui ma remplacé aussi vite qu’elle change de sape ? Inévitable.

L’écart entre Cissy et moi ne fait que se resserrer. J’ai du mal à sourire alors que le sien ne cesse de s’étirer un peu plus. Je sais qu’elle voudrait s’en empêcher, s’arrêter de sourire et poser le sérieux d’un tel sujet. Car bien qu’elle semble tout prendre à la rigolade, je sais que pour elle, je ne suis pas une blague. En ce qui me concerne, je n’ai pas envie de m’amuser. Des sourires en coin au début peut-être, quand ses répliques me touchent, mais c’est tout. C’est mon regard qui parle. C’est mon regard qui lui a balancé Tracy en pleine figure, bien plus encore que mes mots explicites. Elle croise les bras, et par pur réflexe, je fais de même. Avant, c’est l’une à côté de l’autre, le monde face à nous, que nous prenions cette pose. Il n’est soudainement plus uniquement question de Tracy. Elle utilise son nom pour m’attaquer, pour répandre les reproches de mes choix. C’est plus sérieux que ce que je pensais. Décroiser les bras, garder le visage ferme, quoiqu’un peu frustré. Mais en ce moment, je me retiens surtout d’hausser la voix. Diplomate Anthea, très diplomate. « Le jour où tu as soi-disant choisis ton camp et où tu as décidé de ne rien me dire, tu avais déjà créé un fossé entre nous. Et forcément que Tracy t’as fais confiance, c’était plus facile pour elle puisque tu lui avais tout dis ! » Pointer la blonde du doigt à la fin de ses paroles remplies d'arrogance, un reproche fort, un ton très stricte sorti du plus profond du cœur. Je n'ai même pas besoin de préciser tout ce que je pense de Tracy, car elle le sait déjà. Je n'ai pas besoin de m'humilier sous les traits d'une gamine jalouse. Un calme ambiant se fait ressentir en moi, comme si avoir lâché ses quelques mots m’avait déjà apaisé. Recroiser les bras finalement, affronter la belle du regard, toujours encore. « Mais bon, c’est toujours la faute des autres, l’option de facilité, on connaît bien. » En vérité ? On a toutes les deux nos torts. Maintenant, faut les assumer. Je ne la lâche pas du regard et m’adosse au mur juste à côté de moi, signe que je suis pas encore partie. Je compte bien rester encore un peu. Vraiment ? Franchement, j’aimerais partir, oublier tout ça, mais ça me fait mal d’avouer que je suis contente d’échanger quelques mots avec elle. Ce qui me fait encore plus mal, c’est que ses mots soient aussi durs.
(c) Myuu.BANG!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6421-narcissa-amarillys-breckenridge-terminehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6425-narcissa-miroir-mon-beau-miroir#149272http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6426-narcissa-fiche-de-rphttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6427-narcissa-rien-de-plus-utile-que-l-ecrit-pour-economiser-la-parolehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6428-narcissa-hiboux-express

Arrivé(e) le : 12/08/2016
Parchemins rédigés : 933
Points : 15
Crédit : black swan • Cara Delevingne
Année : 7ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Tasha E. Lennox-Blackwood & Professeur M. Burgess & Jayden S. Rosenbach

MessageSujet: Re: Le pouvoir des chocs émotifs ♔ Anthea (terminé)   Mar 5 Juin - 1:49

we meet again
narcissa & anthea


Pourquoi je prends les choses à cœur alors que tout a disparu entre nous ? Notre complicité, tout ce qui nous rapprochait, tout ce qui faisait que nous comptions beaucoup l’une pour l’autre… Pourquoi je continue de lui parler avec nostalgie, avec autant de peine et de colère alors qu’elle n’est plus censée représenter quelque chose à mes yeux depuis sa trahison ? J’en ai assez car je sais que les choses ne reviendront jamais comme avant. C’est terminé. Ni elle, ni moi ne céderions. Nous sommes trop certaines de notre vision des choses, de ce en quoi nous croyons. Pourtant, c’est elle qui a dévié des valeurs que l’on partageait. Je me demande si elle ne regrette pas un peu d’avoir agi comme la plus grande des idiotes ? Rompre avec la fille qui lui ressemblait le plus pour se coltiner des autres boulets à la place, ça ne doit pas être palpitant comme partie de son quotidien. Je refuse de croire qu’elle s’épanouit de cette façon, ce n’est juste pas possible. Zach ne lui apporte concrètement rien de bon. Au contraire, il semble qu’elle ait hérité de sa dégénérescence nerveuse avec le temps.

« On en a déjà parlé, pourquoi tu refuses d’écouter ? Ca t’arrangerait mieux que de jouer les capricieuses qui n’a pas eu l’information et qui décide alors de se joindre à la connerie de Zach. A moins que ça ne soit toi qui aies entraîné Zach ? »

J’ai besoin de savoir et en même temps, je n’ai pas forcément envie qu’elle me dise que c’est elle qui est à l’origine de tout ça. Je préfère en vouloir bien plus à Zach qu’à elle-même si, actuellement, c’est déjà difficile de ressentir les choses autrement. J’ai perdu trop gros dans cette affaire même si je ne regrette pas d’avoir tenté d’essayer d’infiltrer les Mangemorts. Est-ce que si j’avais réussi ma mission les événements auraient pris une autre tournure ? Est-ce que Anthea ne m’aurait pas lâchée ? Est-ce que Tracy n’aurait été qu’une simple amie ? Je dois avouer qu’explorer les possibilités dans ce cas de figure m’intéresse même si je ne peux pas m’empêcher de penser que savoir Tracy autrement que comme ma meilleure amie ne me fait pas plaisir. Je suis perdue entre l’idée que j’aurais tant aimé retrouver ma complicité avec Anthea et celle de ne rien changer de ma relation actuelle avec Tracy.

C’est justement elle qui vient à la suite de la conversation. La Serdaigle qui me fait face ose parler d’elle d’une façon qui ne me plait pas, ce qui me force à réduire l’espace qui nous sépare tout en croisant les bras. Je n’ai plus envie de sourire, plus envie de jouer les hypocrites. La conversation devient plus sérieuse que jamais et je ne sais même pas si les toilettes resteront calmes bien longtemps. Mimi Geignarde pourrait avoir une bonne raison de se plaindre, pour une fois. Le visage tout aussi fermé et rude, Anthea m’affronte donc du regard. C’est bien ce que j’attends d’elle. Elle fait preuve d’un calme incroyable et je ne sais même pas si l’envie de me gifler ou d’expulser ses mauvais sentiments à mon égard lui vient vraiment à l’esprit. Cela fait partie de ses qualités que d’être indiscernable et j’ai toujours respecté cela chez elle. Elle n’est pas faible, juste trop décevante et idiote.

« Le jour où tu as soi-disant choisis ton camp et où tu as décidé de ne rien me dire, tu avais déjà créé un fossé entre nous. Et forcément que Tracy t’a fait confiance, c’était plus facile pour elle puisque tu lui avais tout dis ! »

Elle me pointe du doigt et son ton plein d’arrogance me donne tout simplement envie de ne pas cesser de la prendre de haut. Malheureusement pour elle, elle n’a pas raison sur toute la ligne.

« Mais bon, c’est toujours la faute des autres, l’option de facilité, on connaît bien. »

Je prends une profonde inspiration tandis qu’elle croise les bras à son tour. La faute des autres ? La plupart du temps oui et je n’y peux rien s’ils font toujours des conneries alors que je reste sur le droit chemin en permanence.

« Tracy ne savait pas que j’oeuvrais avec le souhait de défaire Blackman, tout comme je ne savais pas qu’elle n’était pas vraiment pour eux. On se cachait des choses mais comme nous étions dans le même camp, nous n’avons pas cherché plus loin que l’idée de convaincre l’une de l’autre que nous étions bien des soi-disant pro-sang-pur. Quand elle s’est retrouvée enfermée dans les cachots, elle n’a même pas su déchiffrer mon courrier plein de haine à son égard mais qui cachait un message différent. Elle a donc vécu le même type de fausse trahison que ce que je t’ai fait subir mais elle a su me croire et reconnaître à la fin que cela ne devait en rien entacher nos liens. Elle a fait preuve de ce que toi tu manques cruellement : de la maturité. »

Je hausse un peu le ton à la fin de ma tirade mais j’essaie de demeurer calme pour ne pas céder à mes émotions. Je sais que j’ai tendance à m’énerver face aux choses qui me prennent à cœur mais je ne veux pas me risquer de faire ça devant une personne possédant un excellent self-control. Si je veux prendre le dessus sur la discussion, je ne dois pas afficher mon exaspération. Et pourtant, c’est dur… J’ai tellement envie de la gifler et de lui faire comprendre à quel point elle a été presque tout pour moi depuis notre enfance et que ce qu’elle a fait m’a été presque aussi horrible que de vivre en sachant que je ne verrai plus jamais mon père. On m’a retiré des choses bien trop importantes l’an dernier et ce qui me dégoûte dans tout cela c’est que contrairement à mon père, Anthea a eu le choix de me briser ou non.


made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 03/02/2018
Parchemins rédigés : 167
Points : 12
Année : 7ème année (17 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: la citrouille.

MessageSujet: Re: Le pouvoir des chocs émotifs ♔ Anthea (terminé)   Lun 2 Juil - 21:01




“ le pouvoir des chocs émotifs ”


Je voudrais pouvoir remonter le temps et vider ma vessie ailleurs. Je voudrais pouvoir m’enterrer et ne plus remonter avant qu’une main de confiance n’attrape la mienne et me tire si fort que je m’envolerais loin, loin d’ici. Mais pour l’instant je rétorque, je sourie et je boude, je fronce les sourcils et je les hausse. Je me perds dans un ramassis de sentiments, un ramassis de conneries que je prierais voir mourir. Mais je dois rester, je le dois pour mon honneur, pour la volonté aveugle qui me pousse à nier toujours plus. Raisonnable de nature, je sais que je n'ai pas plus raison qu'elle. Le tort et la gaminerie nous démangent les ports et il n'y a rien de plus triste au monde que de constater la peine que ça nous inflige. Quand on pensait que l'intérêt mutuel c'était envolé, il se trouve qu'à chacune on trouve encore des choses à dire, des choses à reprocher, des questions à poser. Ça ne s'est jamais terminé, et ça ne se terminera jamais. Plus elle parle, plus les mots fusent de sa bouche, plus ça m'oppresse le cœur. Mais ce visage que je lui présente, il reste ferme, une fermeté légèrement perturbée par des sentiments contre lesquels on ne peut lutter. Un énième froncement de sourcils lorsqu'elle évoque Zach et sa soi-disant connerie, la blonde toujours persuadée que l'un de nous deux à entraîner l'autre. Battante dans un calme olympien, j'aborde à nouveau les choses avec une bonne articulation. « Arrêtes, tu nous connais mieux que ça. Zach et moi sommes indépendants et insensibles à toute influence. Les choses se sont faites sous un regard neuf d'un commun accord. On s'est retrouvé tous les deux seuls, c'était même indépendamment de toi, ça ne regarde que nous. » En tout cas, si j'ai influencé Zach, ce dont je doute, ça n'était pas volontaire. Lui et moi avions le même regard sur la situation. Les choses se sont faites d'elles-mêmes. Avoir Zach à mes côtés m'aura coûté l'amitié de toute une vie.

Je sens un combat fumant. Mais ce combat n'est pas entre elle et moi. Non. Il est entre nous et nos sentiments. Chacune de nous se bat contre elle-même afin de garder le calme, afin d'éviter tout débordement regrettable. Je le sens, comme si j'étais encore lié à elle. A mes mots, j'ai sentis cependant que mon calme se dissipait, tout comme le sien, de cet écart qu'elle réduit encore. Je croise mes bras, certaine que ça sera long, certaine que je vais me faire fusiller du regard si ce ne sont pas de mots. Comme un bouclier automatique. Et c'est bien ça, les mots fusent à présent. Et je l'écoute alors qu'elle reste sereine, bien que sa voix perde patience, bien que les sentiments qui se sont dégagés de son récit ont su bouleverser le peu de colère qui me bouffait l'esprit. Mais il n'y avait pas que les sentiments émanant de sa voix, il y avait aussi toutes les choses que je ne savais pas. Après tout ce temps, il était encore des choses que je ne savais pas. Normal, j'imagine, lorsqu'on ne veut pas écouter le fin mot de l'histoire et qu'on préfère détester la trahison d'une amie aux excuses qui ne valent rien.

Une expiration saccadée s'échappe toute seule de ma bouche alors que je l'ouvre pour lui répondre. Je reste toujours aussi calme, mais je suis à présent remplie de frustration, une frustration qui n'aurait jamais demeuré si Cissy avait gardé cet air hypocrite et joueur au visage. Les mots étant devenus plus sérieux, la situation a su suivre le mouvement dans les normes. Me retenant de lâcher une pauvre larme que je regretterais, je préfère garder le visage ferme, aussi fuyant de sentiments qu'est mon regard. « Parce qu'elle a reçu un courrier elle ? J'aurais aimé un message caché moi, un signe, quelque chose. Mais rien. Et maintenant tu me parle de maturité alors que tu as l'air d'une pleurnicharde dans la cours de l'école lorsque tu évoque tes amis qui se seraient liés contre toi ? On ne t’a pas volé ton goûté et on ne t'a déclaré aucune guerre puérile. On s’est chacun éloigné de toi à regret parce qu’on pensait que c’était mieux pour nous. On a plus 10 ans, alors "égoïstes" ou "indépendants" serait plus juste. »

Les mots ont fusés de ma bouche avec rapidité. Ils ont fusés comme un missile ne pouvant plus se retenir d’exploser. Pourtant aucun bruit d’impact, aucune explosion au bout du compteur. Je suis restée diplomate. De toute façon la tristesse et le dégoût me démangent bien plus que la colère en ce moment. Beaucoup trop d’informations s’imprègnent dans mon cerveau pour que je puisse réagir au quart de tours et sans réfléchir. Je fais un pas en arrière afin de coller mon dos contre le mur à côté de moi. Les mains à présent au chaud dans mes poches, j'ajoute des dernières paroles sensées à ma dernière intervention. « Ce n'est pas un manque de maturité. On sait toute les deux de quoi il sagit Cissy... On sait toute les deux que c'est la fierté, et rien d'autre.. » Le ton encore plus bas qu'avant, la sincérité plus douce que la colère qui faillit germer avant que Cissy ne parle. Sérieusement, je ne sais pas où on va là, mais on y va.

(c) Myuu.BANG!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6421-narcissa-amarillys-breckenridge-terminehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6425-narcissa-miroir-mon-beau-miroir#149272http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6426-narcissa-fiche-de-rphttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6427-narcissa-rien-de-plus-utile-que-l-ecrit-pour-economiser-la-parolehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6428-narcissa-hiboux-express

Arrivé(e) le : 12/08/2016
Parchemins rédigés : 933
Points : 15
Crédit : black swan • Cara Delevingne
Année : 7ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Tasha E. Lennox-Blackwood & Professeur M. Burgess & Jayden S. Rosenbach

MessageSujet: Re: Le pouvoir des chocs émotifs ♔ Anthea (terminé)   Jeu 5 Juil - 16:21

We meet again ?
narcissa & anthea
i thought you were my friend.

Fermeté. Implacabilité. C’est ce qui représente un peu trop bien Anthea en général et c’est le visage qu’elle m’offre. Les Fancourt n’ont jamais été connus pour exprimer ouvertement leurs sentiments, étant du genre à se contrôler parfaitement. L’héritage s’est bien transmis, c’est le moins que l’on puisse dire. La petite concurrence qu’elle vit avec son frère l’a parfaitement conditionnée pour en faire une future gagnante. Elle en possède même l’éloquence et la capacité de trouver de bons arguments. Voilà qu’elle tente de refermer le sujet de Zach sur eux-mêmes en m’excluant de celui-ci.

« Oh, bien sûr. Du jour au lendemain, vous êtes devenus les meilleurs amis. Le hasard ! » Dis-je en roulant des yeux.

Je refuse de la croire quand elle dit que les choses se sont faites de façon indépendante et insensible à toute influence. Anthea ment. Il est évident que la rupture de notre amitié ait mené à leur rapprochement. Cela me débecte. Cette confrontation n’a rien pour me plaire et toute ce mépris que l’on se montre depuis ces nombreux mois n’est qu’un cruel cauchemar que je vis. Pourtant, je ne ferai rien pour l’arrêter. Ce n’est pas à moi de le faire. C’est elle le problème et pourtant, elle non plus ne semble pas vouloir faire le premier pas et se fondre en excuses. Elle préfère m’avouer capricieusement qu’elle aurait elle-aussi voulu un courrier caché pour lui dire que je ne jouais qu’un rôle. C’est qu’elle ne comprend rien, franchement. J’espère bien qu’elle le fait exprès parce que je me suis déjà expliquée à ce sujet. Et je ne vois pas pourquoi elle me traite de pleurnicharde alors qu’elle était tranquillement dans son coin avec tous les autres à ne devoir se soucier que des cours pendant que moi je me coltinais tous ces affreux anti-moldus sans intérêt.

« Je t’ai pas envoyé de courrier parce que si jamais on t’avait interrogée par la force, tu m’aurais balancée. Je n’aurais jamais dû le faire à Tracy, c’était sûrement une erreur de lui avoir envoyé ça car s’ils l’avaient interrogée à nouveau, j’aurais été grillée. Ca n’aurait pas dû arriver alors tu n’as rien à lui envier. Ne me traite pas de pleurnicharde, j’ai simplement accordé trop d’importance à des gens qui ne le méritaient pas, c’est tout. »

Je la regarde avec hargne et même si mon souhait est de conserver mon calme, je crois que ma voix a été teintée d’émotions et qu’elle commence à monter. Sérieusement, si seulement Anthea pouvait oublier tout ce qui s’était passé l’an dernier. Ca ne compte même plus ! Je ne suis pas celle qu’elle pensait que j’étais avec Blackman et ses sbires. Est-ce qu’elle est si incapable de passer outre sa putain de fierté ou de rancune ? On était meilleures amies, merde. C’est dégoûtant de se dire que des années aussi précieuses aient pu connaître une telle fin à cause des horreurs de l’an dernier. J’ai envie d’exploser, de la gifler et de lui faire comprendre qu’il serait temps qu’elle cesse de s’arrêter à ça, de jouer la gamine en me renvoyant l’ascenseur. Pourtant, je ne peux pas m’abaisser à ça. Ce serait lui concéder la victoire que de lui montrer tous mes états d’âme. Je suis trop fière et le pire, c’est qu’elle le sait.

« Ce n'est pas un manque de maturité. On sait toute les deux de quoi il sagit Cissy... On sait toute les deux que c'est la fierté, et rien d'autre.. »

Je détourne le regard et observe les vitraux des toilettes. Sa voix s’est adoucie et je ne sais même pas comment elle fait pour prendre ce ton. Je retiens un soupir avant de me tourner vers elle, les yeux moins baignés de hargne et d’arrogance.

« C’est toi qui as brisé notre amitié, pas moi. »

Made by Neon Demon

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 03/02/2018
Parchemins rédigés : 167
Points : 12
Année : 7ème année (17 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: la citrouille.

MessageSujet: Re: Le pouvoir des chocs émotifs ♔ Anthea (terminé)   Lun 16 Juil - 20:55




“ le pouvoir des chocs émotifs ”


Elle a le droit au bénéfice du doute. Après tout, Zach et moi sommes devenus très proches dès la rupture de mon amitié avec Cissy. Elle est donc en droit de protester et de crier au complot. Après tout, peut-être qu’elle a raison. Peut-être que mon alliance affective avec Zach nous pousse involontairement à allé dans le sens de l’un et de l’autre. Comme indésiré, presque victimes de notre amitié. Mais nous devons malgré tout noter une chose ; nous ne sommes pas devenus les meilleurs amis du jour au lendemain, on s’appréciait déjà beaucoup avant et la solitude nous a rapproché. Certes, les conflits aussi. Mais il serait inhumain de ne pas se laisser berner par le conflit. C’est ce que je pourrais lui répondre, mais non, je m’en dispenserais. « Ça n’empêche pas, notre amitié s’est bien brisée du jour au lendemain. » Arquement de sourcil, réponse idiote, peux mieux faire. Mais ce roulement des yeux était tellement idiot, que j’ai été obligé de m’abaisser à son niveau. Pourquoi c’est idiot ? Parce que c’est le conflit qui a tout provoqué, donc ça ne fait que confirmer que le conflit nous à aider Zach et moi. De toute façon c’est possible, c’est au moins déclencheur. Pourquoi nier ?

Je le sais. Elle me la déjà expliqué. Je sais que c’était pour me protéger, que balancer son plan à quelqu’un c’était équivalent à se balancer tout seul. Mais j’ai eu peur, elle m’a fait peur. Je me suis retrouvée seule, sans elle, sans celle qui compte. Aussi forte que je puisse être, j’ai vécu un traumatisme quelque peu marquant, bien que je ne sois pas à plaindre par rapport à ceux qui ont passés leurs jours dans les cachots. Je pense là à Hansel et à Casey. J’ai malgré tout maintes fois été maladroitement charriée, sans dire menacée, parce que l’un de mes parents est né moldu. Revenir ensuite à la réalité, trouver une pot de colle dans les pattes de Cissy, une pot de colle au courant de tout, bien que ce fut une erreur. Revenir à la réalité et découvrir le pot-aux-roses alors que des mois durant, je l'ai hais, j'étais vexée, je flippais pour ma vie et celle de mes amis. J’aurais voulu qu’elle reste auprès de moi. C’était un abandon pour la bonne cause, bien qu’il ait échoué. J’ai eu peur, voilà tout. Baisser les yeux un instant, juste un petit instant le temps de mettre de l'ordre dans toutes ses choses qui virevoltent dans ma tête, le temps de laisser passer l’émotion qui monte alors qu’elle commençait tout doucement à hausser le ton et perdre patience. « Ça se conçoit ça, j’aurais sûrement fait la même chose. En vérité c’est pas vraiment ce choix là que je te reproche, c’est le premier. Dès que tu as fais le choix d’intégrer ce groupe de malades, c’était perdu. J’ai eu peur Cissy, pendant des mois. J’ai eu peur et pendant ce temps je te voyais au loin, miroiter avec ses moins que rien… C’était plus compliqué que ça pour moi. » Enchaîner directement avec un peu plus de pulsion dans la voix. « Et ne me fais pas croire qu’on est des gens sans intérêt, autrement tu ne serais pas là à me vendre tous tes "bienfaits". » Un peu de sarcasme dans le ton de la voix, ça ne fait pas de mal.

Elle est douée pour esquiver les reproches elle aussi. Elle est douée pour trouver les arguments qu’il faut et c’est pour cette raison que toute les deux, nous arrivions souvent à un langage de sourd jusqu’à ce que les choses s’arrangent. Depuis un an c’est peine perdu. De toute façon c’est à peine si on s’est adressé la parole. Puis, comme je le disais, on retrouve une Cissy toujours aussi douée pour détourner les choses. J’ai eu le courage de dire ce qui ne va pas chez chacune de nous, moi y compris, mais tout me retombe dessus à nouveau. Alors autant la prendre à son propre jeu. « C’est vrai, je l’ai fais. » Que veux-tu qu’elle dise à ça hein ? Comment continuer de contre-tire quelqu’un qui soudainement confirme vos propres mots ? Mais je n’en ai pas fini. Je me force à garder le ton aussi calme qu’avant. Mes derniers mots ont été prononcés avec une telle certitude et honnêteté, que c’était sec et détendu. « Je n’en suis pas pleinement la fautive, je suis juste celle qui a du prendre une décision horrible. » De mes bras croisés, de mon dos adossé, je me redresse finalement, la voix plus douce encore qu'elle ne l'était. Entre-ouvrir la bouche, hésiter un instant avant de me lancer. « J'avais besoin de temps. Tu dois bien te douter que... tu manque un peu à ma vie. Mais j'ai fais ce choix, et je l'assume. » Reprendre un peu d'assurance sur la fin, tenter de cacher le désarroi de cette année sans ma meilleure amie. C'est dit, et c'est beau, comme c'est autant recouvert de merde. Je ne sais pas où on va, j'ai juste décidé de dire les choses parce que ça ne coûte plus rien.
(c) Myuu.BANG!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6421-narcissa-amarillys-breckenridge-terminehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6425-narcissa-miroir-mon-beau-miroir#149272http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6426-narcissa-fiche-de-rphttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6427-narcissa-rien-de-plus-utile-que-l-ecrit-pour-economiser-la-parolehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6428-narcissa-hiboux-express

Arrivé(e) le : 12/08/2016
Parchemins rédigés : 933
Points : 15
Crédit : black swan • Cara Delevingne
Année : 7ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Tasha E. Lennox-Blackwood & Professeur M. Burgess & Jayden S. Rosenbach

MessageSujet: Re: Le pouvoir des chocs émotifs ♔ Anthea (terminé)   Jeu 19 Juil - 16:28

we meet again
narcissa & anthea


Si Anthea admet effectivement que son amitié renforcée avec Zach ne s’est finalement pas faite au hasard, elle relance en me répondant que de la même manière, notre amitié a pris fin du jour au lendemain. Ces paroles me font réfléchir...

Je me souviens. La veille de l’attaque de Blackman, nous étions encore ensemble, à arpenter les couloirs pour regagner notre salle commune en faisant le point sur certaines choses apprises en classe. Nous discutions avec entrain, sans se soucier de ce qui nous entourait et nous plaisantions à tour de rôle sur l’incompétence de certains professeurs. Comme deux vieilles amies. Comme deux personnes à l’amitié solide et qui avaient toujours partagé de bonnes choses. Je nous y revois encore comme si c’était hier. Il n’est pas simple de voir les choses autrement mais son point de vue n’est pas entièrement biaisé, hélas. Le soir où j’ai décidé de mettre fin à notre quotidien commun, à nos positionnements similaires quant à la pureté du sang, j’ai tiré un trait sur cette amitié. Mais ce n’était que temporaire, je savais qu’au fond, je continuerais de l’adorer, de l’admirer pour ses qualités qui complètent les miennes et je croyais vraiment qu’à la libération, les choses rentreraient dans l’ordre. A quel moment aurais-je pensé que tout ne se passerait pas comme je l’avais prévu ?

Je décide de ne pas répondre. Je n’ai pas envie de lui dire que je suis responsable, c’est trop douloureux. Je n’ai pas envie d’être celle qui est en tort, d’être celle à l’origine de cette rupture. Pourtant, je suis quelqu’un de franc qui n’aime pas les mensonges, ni se mentir à soi-même mais la situation est juste… trop compliqué. J’ai bien mal vécu d’être si loin d’elle, de devoir me montrer si froide et distante. Cela m’a également blessée de la voir se montrer si méprisante, déçue et en colère à mon égard mais c’était le jeu. Avec les mois, je m’y étais assez habituée mais la douleur persistait incessamment. Je ne sais pas ce qu’il y a de pire que de perdre en une année sa meilleure amie et son père. Je crois que c’est l’une des plus abominables souffrances que l’on peut ressentir même si contrairement à mon paternel, Anthea est toujours en vie.

En tout cas, elle, me reproche d’avoir choisi d’infiltrer Blackman dès le départ car c’est ce fait qui est à l’origine du pourquoi on en est là. Je n’ai pas pris la voie de la facilité mais comme je l’ai toujours pensé, elle aurait pu faciliter les choses quand j’avais fait tomber le masque. Or, elle ne l’a pas fait. Mais je ne peux pas rester insensible devant la façon dont elle a vécu les choses. Je me doute bien que mon bon jeu d’acteur a dû la mener à la rager de croire que je l’avais manipulée durant tout ce temps, que je n’étais peut-être pas celle que j’étais et que j’avais eu l’indécence de l’abandonner. La peur, comme elle le dit. J’ai assumé les conséquences de ma décision et je savais que ça ne rendrait personne heureux.

« Je voulais me venger d’un bouffon de pro sang-pur qui s’est joué de notre amitié et quand il a prêté allégeance, j’ai été tellement en colère que j’ai décidé de le faire aussi pour le trahir après. Je savais que vous m’en voudriez mais je pensais aussi que vous comprendriez à la fin. »

Un ton calme mais qui reste teinté d’amertume.

« J’ai jamais voulu que tu sois effrayée par tout ça. T’as toujours été forte, pour moi c’était évident que tu t’en sortirais. » Ajouté-je en haussant les épaules avec détachement.

Non, ils ne sont pas sans intérêt mais aujourd’hui, ils m’énervent tellement que je préfère me dire qu’ils ne méritaient pas d’attention. C’est plus simple ainsi. Je peux me justifier à l’infini, jamais je ne lui dirai que j’ai eu tort de faire ça. Certes, ça a été un échec mais ça aurait pu marcher et faire la différence dans une autre réalité. J’ai essayé et je ne regrette pas. S’il faut esquiver ses reproches alors je le ferai. On m’a assez accablée comme ça et je suis trop fière pour encaisser ça sans riposter.

« C’est vrai, je l’ai fait. » Toutes les deux les bras croisés, nous continuons de nous affronter du regard. Oui, elle l’a fait. Oui, elle aurait pu m’aider à renouer les liens. On ne fait pas ça seule mais à deux. « Je n’en suis pas pleinement la fautive, je suis juste celle qui a du prendre une décision horrible. »

Une décision horrible, c’est le cas. Mais elle peut s’en vouloir, elle avait clairement le choix.

« Si tu étais plus rationnelle, tu aurais pris celle qui nous arrangerait bien les choses. » Lui dis-je sur le ton du reproche.

Je lui en veux, c’est clair. Je sais qu’elle peut également m’en vouloir d’avoir fait semblant pendant toute une année mais c’est terminé. Je ne comprends pas pourquoi elle est si tenace avec ça. En une minute, tout aurait pu rentrer dans l’ordre. Il aurait juste fallu qu’elle me dise « oui » pour se réconcilier. Ce qu’elle n’a pas fait.

« J'avais besoin de temps. Tu dois bien te douter que... tu manques un peu à ma vie. Mais j'ai fais ce choix, et je l'assume. » Anthea l’assume avec assurance et elle s’affiche plus ferme mais avec toujours cette douceur étrange qui contredit totalement la fameuse décision qu’elle a pu prendre. Si je manque à sa vie, pourquoi n’émet-elle pas au moins des regrets d’avoir mis fin à notre amitié ? C’est à ne rien y comprendre et je sais que de telles paroles de sa part veulent tout dire : cette discussion ne mènera à rien. Anthea n’est pas du genre à revenir sur ses choix, elle affronte la vie en allant toujours de l’avant. Un peu comme moi…

« Je vois. J’imagine qu’il n’y a alors plus rien à tirer de tout ça. »


made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 03/02/2018
Parchemins rédigés : 167
Points : 12
Année : 7ème année (17 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: la citrouille.

MessageSujet: Re: Le pouvoir des chocs émotifs ♔ Anthea (terminé)   Lun 23 Juil - 9:21




“ le pouvoir des chocs émotifs ”


J’ai beau le cacher et passer outre, ma poitrine se resserre. Pouvoir se dire tout ce qu’on pense, tout ce qu’on estime de simples regard fixes, sans trop de froideur, sans trop de colère. Vous voulez voir Narcissa Breckenridge et Anthea Fancourt en position de faiblesse ? C’est le moment opportun pour débarquer dans les toilettes des filles. Oui, alors qu’autrefois l’une était la force de l’autre, aujourd’hui je nous perçois tous deux comme une faiblesse. Parce que malgré toute la fermeté que je dégage, j’aimerais pouvoir m’écrouler contre un mur et pleurer. Ressentir le stress de l’an dernier, accumuler toute cette pression interne qui ne demande qu’à exploser. Un ange droit et carré en apparence. Tout ce qui m’aide en vérité, c’est la confiance que j’ai en mes mots et en ses souvenirs que je partage. Nos arguments sont forts, nos raisons sont formelles. Aucune de nous n'est excusable, et à la fois, nous le sommes toutes les deux. A ses deux filles qui se méprisaient et niaient en arrivant, à ses deux filles qui se mettent enfin à échanger des mots sincères. Elle n'a rien répondu au retour de volée que je lui ai fichu en pleine tronche. J'ai eu raison, tout comme elle a raison par la suite.

Nous étions proches, fidèles, fraternelles. Evidemment qu'elle pensait que je comprendrais. Même si on avait dû s'imaginer ce scénario un jour, je suis certaine que je lui aurais dit que jamais je ne l’abandonnerais, que je lui pardonnerais toujours, comme on s’est toujours pardonné. Mais vivez la chose, vivez-la à votre manière et les événements prennent soudainement un goût amer. Quand les choses ne sont pas ce que vous attendiez, lorsqu’elles vous brusquent avec surprise et sans gêne. Je lui en ai voulu, j’étais blessée, contrariée, effrayée. Et elle a raison, je suis supposément assez forte, et je l'ai été comme j'ai pu. Mais à quoi bon être fort, lorsque ce qui vous frappe est invincible ? A quoi bon être fort et pousser, si ce qui vous fait face à plus de force que vous ? Le coup, vous le prenez quand même. Mais j’hoche de la tête. Je l’écoute en baissant le visage, en me mordant l’intérieur de la joue. Je m’en veux autant qu'à elle. Parce qu'elle avait ses raisons. Bien que nous ayons toujours été très liées, nous avions chacune nos histoires. Mais comme je le lui ai dit, j’assume ce choix horrible que j’ai fait. Je l’assume, alors pourquoi je sens qu’à mes prochaines paroles, ma voix apaisée se mettra à trembler ? « Non, non, j'ai pas été assez forte, mais je m'en suis sortie. » Si on part du principe que la force, c'est être capable de se relever juste après être tombé, alors oui, je m'en suis sortie. Mais aussi souvent que je puisse l'être, cette fois, j'ai flanchée. J'ai flanchée parce qu'elle n'était pas là. J'ai toujours été forte, de par mon éducation et mes idéaux. Et si je le montrais autant, c'est parce que mon binôme avec Cissy me le permettait. Anthea, la dure solitaire dont le binôme accentuait sa force. Ironie du sort.

« J’ai été trop subjective, pas irrationnel… » Allé Anthea, continue de détourner ses propos, d’accorder à tes excuses des thermes plus propres que ceux qu’elle emploie. De toute façon elle sait que je suis du genre rationnel, mais là je n’en ai fait qu’à ma tête. Je l’ai fait à la Cissy. J’ai été narcissique et égoïste jusqu’au bout. Résultat des courses ? Je n’ai pas été présente pour elle au moment où elle en aurait eu le plus besoin. Je n’ai pas été auprès d’elle lorsqu’elle l'a perdu. Son père. Stanislas. Autant vous dire que j’ai eu mal, mal pour elle, mal pour moi. Je sais que leur relation n'a jamais été évidente, mais ils s'aimaient, je le sais, je le voyais.

Fierté amer qui me pousse à assumer, à n'évoquer aucun regret alors qu'au contraire, je regrette beaucoup ce qui s'est passé. Je ne veux pas revenir en arrière, car je ne souhaite pas revivre ça. Mais je souhaite aller de l'avant, et ça sera avec ou sans elle. Certaine que ses pensés égalent les miennes, nous semblons arriver sur une conclusion simple. Pincer mes lèvres, arquer un sourcil, décroiser mes bras et m'exprimer après une réflexion vive. « Je pense pas Cissy. » Lutter, une fois encore contre ce défaitisme, contre ses ondes négatives de tristesse et de regrets pour en tirer le meilleur. Enchaîner, le pas soudainement volatile. « Je pense qu'on va retourner à nos quartiers, qu'on va se retrouver seule et qu'on ne va pas arrêter d'y penser. On s'en souviendra, et on y pensera encore, et là on comprendra qu'on en a tout de même tirer quelque chose. Que ce soit bon ou mauvais, on en tire toujours quelque chose. » Dear Anthea, toujours analytique, même de choses qui n'existent pas encore.

(c) Myuu.BANG!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6421-narcissa-amarillys-breckenridge-terminehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6425-narcissa-miroir-mon-beau-miroir#149272http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6426-narcissa-fiche-de-rphttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6427-narcissa-rien-de-plus-utile-que-l-ecrit-pour-economiser-la-parolehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6428-narcissa-hiboux-express

Arrivé(e) le : 12/08/2016
Parchemins rédigés : 933
Points : 15
Crédit : black swan • Cara Delevingne
Année : 7ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Tasha E. Lennox-Blackwood & Professeur M. Burgess & Jayden S. Rosenbach

MessageSujet: Re: Le pouvoir des chocs émotifs ♔ Anthea (terminé)   Mar 24 Juil - 1:20

we meet again
narcissa & anthea


« Non, non, j'ai pas été assez forte, mais je m'en suis sortie. »

Je ne sais pas si c’est de la fausse modestie de sa part mais je peine à l’imaginer faiblir même dans les pires situations telles qu’un château assailli de crapules aux idées arriérées. Anthea m’avait l’air de bien vivre son quotidien de simple élève avec Zach. Ils étaient là, tous les deux en train de s’inquiéter de la situation, certes, mais sans avoir craqué pour autant comme bon nombre d’entre nos camarades l’ont fait. Je ne l’ai jamais vu esquisser ne serait-ce qu’un visage triste ou désespéré même quand on torturait les gamins dans la Grande Salle. Elle peut prétendre souffrir au fond d’elle mais pour moi, elle a toujours su encaisser les choses comme si elle était au-dessus de ça. Mais peut-être que mon jugement n’est pas si correct puisque, après tout, elle affirme avoir eu peur. C’est bizarre d’entendre de tels mots de sa part, je n’y suis pas habituée. Une part de moi semble croire que notre séparation a peut-être eu un impact sur elle et sa propre confiance en soi mais je ne parviens pas à y croire vraiment. Ou peut-être n’ai-je pas envie de le croire ? N’est-ce pas horrible de se dire que l’on est la cause d’une faiblesse chez un proche ? Est-ce que notre duo nous forgeait réellement une carapace indestructible lorsque nous étions amies ? Il est vrai que je me suis toujours sentie forte et au-dessus de tout avec Anthea. A mes yeux, notre duo était inégalable et nous étions capables de démolir n’importe quoi ensemble. Elle avec sa diplomatie, moi avec mon audace.

« Fais pas genre que tu te sous-estimes. » Me sens-je obligée de répliquer plus par désir d’avoir le dernier mot là-dessus qu’autre chose.

Mes agissements sont contradictoires. J’ai toujours été au bout de mes pensées, j’ai toujours dit ce que je pensais mais aujourd’hui, tout s’emmêle entre regrets, rancœur et peine. Je ne peux que l’accabler, je ne peux pas émettre ne serait-ce que l’hypothèse que j’ai ma part de responsabilité là-dedans car une grande partie de moi préfère le nier. Anthea m’énerve et a tout gâché, c’est la seule idée que je veux retenir. Elle était comme une part de moi, comme un morceau d’âme qui vole en éclats. Et voilà qu’elle ose reprendre mes propos pour les détourner alors qu’elle sait très bien où je veux en venir.

« Subjective, irrationnelle… Choisis le terme que tu veux mais dans tous les cas, ça ne change en rien ce que j’ai dit. » Je réponds, toujours sur le ton du reproche.

Au moins, ça, c’est clair et pas détourné. Elle a fait le mauvais choix alors que tout aurait pu redevenir comme avant. Malheureusement, je ne pense pas qu’elle s’en rendra compte. Je préfère couper court car je sais que je ne tirerai rien de cette conversation et qu’on sera simplement de retour à la case départ. Néanmoins, elle ne semble pas de cet avis. Les lèvres pincées, un sourcil arqué et les bras décroisés, elle ajoute :

« Je pense qu'on va retourner à nos quartiers, qu'on va se retrouver seule et qu'on ne va pas arrêter d'y penser. On s'en souviendra, et on y pensera encore, et là on comprendra qu'on en a tout de même tirer quelque chose. Que ce soit bon ou mauvais, on en tire toujours quelque chose. »

Elle a cette manière de dire les choses presque dans la douceur mais aussi avec une assurance qui ne laisse pas place à une autre façon de procédé. Je ne suis pas sûre de vouloir faire comme elle dit même s’il est probable qu’elle ait raison. Je n’ai pas envie de l’écouter, elle ne le mérite juste pas. Pourtant, je sais que je vais effectivement rentrer dans mon dortoir, me retrouver seule et continuer de la maudire tout en réfléchissant aux moments depuis lesquels tout s’est terminé entre nous ainsi qu’à cette conversation. En tirerai-je vraiment quelque chose ? Je ne sais pas mais j’ose espérer que elle, ça la fera réfléchir.

« Si tu le dis. »

Sans chaleur, sans amabilité, je prononce ces derniers mots avant de lui tourner le dos. Je ne veux plus la voir pour aujourd’hui. Mon cœur se resserre, ces nouveaux adieux me piquent comme des aiguilles et j’ai juste l’envie de m’isoler. Quitter ces maudites toilettes, remballer mes affaires mes potions et disparaître d’ici pour laisser ma colère et ma tristesse s’exprimer sans que personne n’en soit témoin. Frapper le mur de mon dortoir vide, déchirer les photos d’Anthea qui me restent, détruire les robes que j’ai crées lorsqu’elle était à côté de moi pour me donner des idées de couleurs ou de textures à utiliser et d’autres choses qui me la rappellent. Mais en même temps, je sais que je ne serai pas capable de me débarrasser de tout ce qui a pu avoir un lien avec elle…

{FIN}
made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: Le pouvoir des chocs émotifs ♔ Anthea (terminé)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le pouvoir des chocs émotifs ♔ Anthea (terminé)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard, 19 ans après. :: La Corbeille :: 
Corbeille
 :: Les vieux RPs
-
Sauter vers: