AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 intrigued is master word [feat. elijah]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 03/02/2018
Parchemins rédigés : 167
Points : 12
Année : 7ème année (17 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: la citrouille.

MessageSujet: intrigued is master word [feat. elijah]   Ven 9 Fév - 8:38



intrigued is master word

Quelle idée à moi seule. Plongée dans les méandres de mon bouquin, j’ai été frustrée par cette vision de moi assise dans l’ombre de l’une des pièces du Château. Une situation pourtant habituelle, le meilleur moyen de me retrouver avec moi-même, de laisser pénétrer dans mon esprit tout ce qui s’entête à ne vouloir qu’encrer des pages manuscrites. Mais cette fois-ci, c’est ressorti comme tel. Je devais respirer, prendre l’air, aussi frais soit-il. Selon certaines personnes, ce temps d’Hiver donne plus ou moins l’envie de s’aventurer dehors. Généralement moins. Je crois que tant de clarté s’émanant d’un extérieur gelé, ça m’a personnellement donné envie de bouger mes fesses et de prendre la porte. Volonté d’affronter le froid, de quoi paraître fou à première vue. Ne pas prendre le temps de chercher Zach ou nul autre ami pour m’accompagner. Marcher droit, et seule, direction Pré-Au-Lard en ce Dimanche après-midi.

Fumée de condensation s’émanant d’entre mes lèvres, veste chaude et bonnet sur le crâne, je me dirige vers les Trois-Balais. Si je compte boire un coup forever alone ? Bonne intuition. Décision hâtive, impulsive, sans véritable objectif, seule envie de siroter une Bièraubeurre avec moi-même. Frustrations des derniers jours, révisions intenses, insertion rapide dans l’équipe de Quidditch, volonté forte de poser ma tête quelques minutes. Pénétrer à l’intérieur du bar, retirer mon bonnet, surprise d’y voir peu de monde pour un Dimanche, un jour de Février ceci-dit. L’apercevoir lui, le défenseur prodige, l’intriguant vert et argent pour qui j’avais à peine daigné porter intérêt autrefois. Il n’aura fallu qu’un moment pour qu’il suscite en moi toute cette intrigue encore actuelle. Rien de spéciale pourtant, simple aspiration à toujours vouloir en savoir plus, simple intérêt né par ce jour ordinairement particulier. Peut-être ne serais-je pas toute seule finalement. N'avoir rien à y perdre, s'approcher de la table à laquelle il est assied. Poser ma paume de main gelée sur le bois écorché, prendre place sans gêne à ses côtés, exprimer de courts mots en regardant le Barman. « T'as déjà commandé ? » Paroles si bassent qu'elles appartiennent forcément au garçon à côté de moi. Elijah. Serpentard de ma classe, intriguant, lui-même curieux de ma souciance envers Tracy et Cissy. Mais justement, je n'en sais pas plus à son sujet, c'est peut-être là qu'est toute la chose. Ne s'être contenter que d'un beau visage tout au long de ses années, un visage qui un jour nous regarde finalement et laisse la trace d'une voix qu'on ne connaissait pas. Tourner finalement la tête vers lui alors que le Barman prend ma commande, certainement la réponse à ma question précédente. « Une Bièreaubeurre s’il-vous-plait ! » Enchaînement rapide du regard entre le brun et le propriétaire des lieux. Aisance à son apogée, venue autant pour pour faire, que pour ne rien faire.

copyright acidbrain



Dernière édition par Anthea I. Fancourt le Sam 10 Fév - 14:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 02/02/2018
Parchemins rédigés : 99
Points : 3
Année : 7ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin:
Disponible pour un RP ?:
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: intrigued is master word [feat. elijah]   Sam 10 Fév - 14:00


Intrigued is the master word

Quelle idée que fut la sienne lorsqu'il décida en ce froid dimanche après-midi de sortir et s'évader du château. Peu nombreux étaient les courageux à souhaiter s'aventure dehors, ce qui rendait la salle commune, ainsi que presque tout pièce habituellement calme de Poudlard, en proie à l'animation. Recherchant un peu plus de calme, sans quitter pour autant les charmes de la vie quotidienne, nécessaires à l'inspiration qu'il souhaitait trouver pour son récit, Elijah se décida à prendre le chemin de Pré-au-Lard. Le célèbre village sorcier serait certainement plus calme, ses habitants préférant certainement la chaleur de leurs misérables chaumières à l'envie de sortir pour profiter des activités proposées.

C'est ainsi que d'un pas calme et décidé, un pas qui craquait sur les terres et les chemins gelés qu'il empruntait, que le jeune sorcier se dirigea tranquillement vers la fameuse bourgade. Affublé d'un lourd manteau d'hiver d'un vert profond, qui recouvrait un simple gilet de cachemire et une chemise d'un blanc éclatant, sa traversée se fit sans encombre. Comme prévu, les courageux à souhaiter profiter du village en ce dimanche étaient peu nombreux, et ceux qu'il croisa étaient très loin de mériter un quelconque intérêt de sa part. C'est donc dans un silence agréable, rythmé par le son de ses bottes qui frappaient le sol gelé, ainsi que de son sac transportant plumes et parchemins et qui se cognait doucement contre sa cuisse, qu'il arriva enfin à destination.

Le village, bien qu'un peu plus fréquenté que le chemin qui l'y conduisait, restait agréablement tranquille. Les rares sorcières et sorciers qui s'y déplaçaient le faisait avec prudence, évitant les quelques plaques verglacés qui pourraient être volontiers responsables d'une chute des plus ridicules, ils se dirigeant vers les rares boutiques ouverte en ce jour traditionnellement de repos. Mais l'objectif d'Elijah lui se trouvait ailleurs. Haut lieu de dépravation et d'alcoolisation, les Trois-Balais restaient malgré tout un établissement populaire auprès des sorciers de tous âges.

En pénétrant dans le Pub, Elijah se satisfit tout à fait du spectacle qu'il y trouva. Les clients étaient rares, discutant dans un calme relatif. Bien loin de l'agitation incroyable du château, le Serpentard aurait tout le loisir pour coucher sur papier l'ambiance d'un pittoresque bar, aux clients dépravés qui refont le monde en critiquant celui qu'ils grèvent tels des parasites dépourvus d'avenir. Il s'installa tranquillement au comptoir, où il commanda une tasse de thé à la menthe relevé avec un soupçon de poivre, qui lui fit - heureusement - servie rapidement. C'était la moindre des choses avec une salle aussi vide. Satisfait, il installa alors sa plume de faisan colorée d'un vert émeraude, ainsi que ses parchemins usagés ainsi que neufs sur le comptoir de bois abîmé autant par l'âge que par l'usure.

Inspiré par cet environnement médiocre, les mots se suivirent avec facilité sur le papier, décrivant, observant, et faisant évoluer l'histoire qu'il nourrissait de son imagination fertile. Un peu plus d'une heure plus tard, alors que son thé était presque terminé, il fut sortit de son monde par le bruit de la porte d'entrée qui s’entrebâillait pour laisser rentrer de nouveaux clients. Mais, alors qu'il attendait volontiers de nouveaux sorciers plus âgés, certainement piliers de ce comptoir qu'il fréquentait en ce moment-même, ce fut une jeune femme, plus jeune qui fit son entrée. Une sorcière qu'il avait déjà eu l'occasion de croiser d'ailleurs, plus récemment, et qu'il avait entendu vilipender des remarques à l'égard d'une de ses sœurs. Remarques qu'Elijah n'avait pas laissé passer, prenant étrangement ce costume de grand frère que pourtant il rejetait si souvent face à Amelia. Néanmoins, bien qu'aux primes abords agressive, Anthea camarade de classe de longue date à présent, avait fait preuve d'une étrange retenue et d'un calme olympien, expliquant avec clarté l'absence de raison à un potentiel conflit entre les deux sorciers. Elijah fut agréablement surpris - voire intrigué - par tant de maturité chez une camarade de classe, alors qu'il considérait habituellement ces derniers comme de simples plébéiens seulement capables de singer difficilement ce que les professeurs voulaient bien leur montrer.

Elle le remarqua presque instantanément, et s'installa à ses côtés, alors que le Serpentard rangeait précipitamment son matériel dans son sac. Et alors que la Serdaigle lui demandait s'il avait déjà commandé, il regarda tristement son thé, vide.

« Une deuxième s'il vous plaît. »

Les deux élèves furent servis presque dans l'instant, ne laissant pas le temps au silence de s'installer. Et alors qu'Elijah, habitué des blancs gênants, arme terrible pour se débarrasser des de ceux avec qui il ne souhaitait guère discuter, il se laissa aller aux affres de la discussion, curieux de savoir ce qui se cachait derrière tant de rancoeur envers une sorcière qu'il se souvenait pourtant avoir été très proche. C'était aussi peut-être l'occasion d'en apprendre un peu plus sur quelques détails qui l'intriguaient concernant sa soeur. Mais il était sans doute encore trop tôt pour en arriver là.

« C'est plutôt rare de croiser des gens du château par ce temps là miss rancunière. Que nous vaut le plaisir de ta visite ? Tu as encore croisé quelqu'un dans les couloirs qui t'a mise sur les nerfs ? »

Un sourire taquin s'étira sur ses lèvres, avant de plonger ces dernières dans son verre et profiter de la dégustation de cet agréable breuvage.

« A moins que tu ne m'aies suivi depuis le château afin d'enfin régler sincèrement tes comptes avec moi, loin de l'image que tu souhaites peut-être donner en public d'une personne plus sage et réfléchie ! »

L'hypothèse était probable. Les rumeurs se basant uniquement sur les apparences, beaucoup gardaient un masque tout le long de la journée, et réglaient leurs histoires en douce, à base de menaces, ou d'affrontements cachés des yeux du plus grand nombre.

« Ce que je ne souhaite pas, soyons d'accords. Ce serait un tantinet inquiétant sinon. »

EXORDIUM.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 03/02/2018
Parchemins rédigés : 167
Points : 12
Année : 7ème année (17 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: la citrouille.

MessageSujet: Re: intrigued is master word [feat. elijah]   Mar 13 Fév - 16:58



intrigued is master word


Je ne sais quelle idée m’est passée par la tête. C’est vide de sens. Habitude fâcheuse à me poser seule, loin des abrutit et bas cons de ce monde, je me suis dirigée vers un garçon de ma classe, souriante, sans véritable raison valable. Nul autre que l’intrigue qu’il m’inspire. C’est peut-être tout ce qu’il me faut finalement. Perturber le garçon dans ce qu’il faisait, affaires qu’il s’était empressé de ranger dès lors que son regard s’était posé sur moi. Présence qui dérange sûrement, activité qu’il ne désirait peut-être pas étaler à ma vue. Qu’importe, je suis à présent assise à ses côtés, comme une amie lambda l’aurait fait. Mais je n’en suis pas une. Je ne suis rien de spéciale à ses yeux, tout comme il n’est rien de bien particulier aux miens. Alors quoi ?

Commander une Bièraubeurre à cette heure hivernale de l’après-midi, ce n’est pas ce qu’on ferait en temps normal. Remarquer la tasse de thé vide d’Elijah et en conclure, qu’effectivement, le temps serait plutôt à ce genre de breuvage. Sa voix vient pourtant recouvrir celle d’un serveur acquiesçant ma demande. Il commande la même chose. Les paroles qui suivent me forcent alors à croire que ma présence n’est pas si dérangeante que ça. Nous ne sommes ni dans l’attente, ni même confrontés à un long silence pesant. Le bar est si calme en ce jour, que je vois rapidement nos Bièraubeurre arrivées à notre table. Deux choppes parfaitement frâiches à même le bois. Saisir le manche de celle face à moi, écouter attentivement les mots du Serpentard alors que ceux–ci attirent mon regard vers le sien. Taquinerie soudaine qui me fait hausser les sourcils et hisser un sourire en coin. Il commence comme ça ? Très bien. Et il ne se contente pas que d’une seule. Référence aux premières paroles que nous nous sommes échangés, référence à ce jour où j’ai quelque peu perdu mon sang-froid. Il met à présent ma nature en doute. Esprit du garçon qui se révèle peu à peu de cette remarque loin d’être idiote. Beaucoup de monde se comporte de la manière dont il le dit. Se voiler la face, hypocrisie imminente, naturel refoulé, volonté de servir de dessert à la prestance et à la bonne image. Tout ce que je ne suis pas. J’ai beau avoir des airs de petites filles modèles, je n’en suis pas moins différente lorsqu’on apprend à me connaître. Certes j’ai toujours été un modèle pour mes parents. C’est d’eux que je tiens ce si peu de tolérance envers le monde qui m’entoure. Mais le reste on en fait quoi ? Nous sommes toujours bien plus que ce que nous laissons percevoir. On aura beau le savoir, ça n’empêche cependant pas certains de se foutre totalement des autres. Et là, je parle pour moi. Quoiqu’il en soit, il a bien raison de ne pas souhaiter une telle situation, car ce n’est pas du tout le cas. La femme est fourbe, certes. Quant à moi, je déteste l’hypocrisie et la manipulation pure et dure.

Boire une gorgée fraîche de mon verre, regard viré sur la porte du bar. Tirer une mine amusée par les mots du garçon, avant de lui rapporter mon regard. Le dessous de ma choppe de bière s’éclate à nouveau contre la table. « Dommage, c’était bien réfléchi, mais non. » J’esquisse un sourire taquin avant d’enchaîner. « Ma journée manque tellement de piquant, que j’aurais aimé te dire être venue là pour régler des comptes. Mais je n’ai toujours aucun souci avec toi; l’Anthea que tu as vu la dernière fois est bien la vraie. » Offrir une fausse mine désolée, amusée, car non, ce n’est pas aujourd’hui qu’on se prendra la tête. Du moins je l'espère. Epargner le sujet de ma haine envers l'hypocrisie et le port de masques, choses qu'il remarquera peut-être par lui-même un jour. Je passe une main dans mes cheveux alors que l’autre laisse pianoter mes doigts contre le verre. Nul besoin de réfléchir pour savoir ce qui va s’en dire. Avancer des propos du même ton que le sien précédemment. « Et toi ? Tu expose ta solitude pour qu’une âme charitable vienne t’en délivrer, ou tu comptais vraiment passer ton après-midi tout seul ici ? » Je suis l’âme charitable, l’âme qui se fiche qu’un tel soit seul ou accompagné. J'aurais pu me vendre comme la fervente princesse sauveuse de ses hommes, mais ça aurait été légèrement de trop. Qu'importe, je devais trouver une raison à ma venue, plus une explication de ma présence à cette table qu'en ce lieu. Voilà tout ce que j’ai trouvé à dire. Il se ficherait de savoir que le froid ne me dérange pas, que je n’en pouvais plus d’être enfermé, ou encore que le besoin de m’éloigner des autres quelques heures était devenu vitale. Je m’en ficherais aussi. Car il s’agit là d’une conversation entre deux adolescents qui ne se connaissent pas, et dont le seul point commun est ce jour unique. Peut-être en demeure-t-il d’autres. Tout ce que je sais, c'est ce que je sens; cette aura qui lui est propre, cette aura qui lui donne tout intérêt à mon égard.
copyright acidbrain

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 02/02/2018
Parchemins rédigés : 99
Points : 3
Année : 7ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin:
Disponible pour un RP ?:
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: intrigued is master word [feat. elijah]   Jeu 15 Fév - 2:58


Intrigued is the master word

Cette compagnie improvisée n'allait pas réellement dans le sens des plans que le jeune sorcier s'était fixé. Avec pourtant un nombre de parchemins qu'il estimait être nécessaire de rédiger aujourd'hui, il s'était finalement laissé tenter par cette présence incongrue, d'une jeune sorcière qui malgré la brièveté de leur rencontre passée avait réussi à titiller en lui une espèce de curiosité étrange. Il décida alors de tolérer sa présence, imaginant qu'il pourrait tout aussi bien s'inspirer de l'ambiance en en profitant quelque peu, et en prenant ainsi la place d'un de ces fameux piliers de bar qu'il souhaitait dépeindre dans son récit. La Serdaigle qui s'était incrustée sans mot dire dans son espace vital pouvait s'estimer heureuse, même si elle ne se rendait certainement pas compte de sa chance, car rares étaient les personnes qui avaient droit à un tel honneur. Et Elijah ne se gênera sans doute pas pour lui rappeler à un moment propice.

Toujours était-il, que la conversation s'engageait, et qu'il n'avait pas encore fait mine de la rejeter. Au contraire, il s'était montré incisif, avec une once de taquinerie et de sarcasme bien placé comme il en avait l'habitude. Et c'est sur ce même ton un peu joueur et dénué de toute agressivité qu'elle lui répondit. Bien qu'il ne put s'empêcher d'éprouver une pointe de déception à l'idée de pouvoir se débarrasser de sa compagnie si Anthea avait décidé de faire tomber un masque d'hypocrisie, c'est plutôt une forme de soulagement qui s'aventura dans ses ressentis. Il aurait été dommage de tuer dans l'oeuf cette curiosité qui l'avait embrasé au moment bref où ils s'étaient adressés la parole.

« Et bien, tu m'en vois ravi. »

Son ton était monocorde, comme à son habitude, mais il accompagna sa simple phrase d'un sourire amusé, qui s'écarta ensuite pour laisser place à sa chope, qu'il vida de sa boisson amère et sucrée à la fois d'une longue gorgée. Elle avait alors reprit la discussion, sur le même ton léger qui avait marqué le début de leur échange. Il la toisait du regard, tentant vainement de se rappeler les rares fois où il avait pu faire suffisamment attention à elle. Néanmoins le sorcier n'avait jamais pris la peine de faire très attention à ses camarades, et bien que la jeune fille soit tout à fait charmante, il n'avait jamais été question de le remarquer jusque là. Il fallait cependant bien qu'il prenne définitivement la peine de graver ce visage dans sa mémoire. Ses observations s'interrompirent quand elle attendit une réponse de sa part, toujours ce même sourire mutin aux lèvres.

« Que y-a-t-il de mal à rester seul toute une après-midi ? C'est tellement plus calme comparé à l'agitation de tous ces idiots du château. Ça évite d'avoir à se fatiguer en menant des conversations futiles. »

Bien qu'il ne sous entende pas que celle-ci le soit, Elijah ne prit pas la peine de le souligner. Il n'avait jamais réellement été du genre à faire des sous-entendus, trop honnête pour ces faux-semblants stupides et ignorants.

« Je ne suis pas du genre à demander de l'aide d'une âme charitable d'ailleurs. Mais puisque tu es là désormais, je vais devoir m'en contenter ! »


Il teinta sa voix d'un peu plus d'émotion cette fois, mimant une exaspération exagérée et qui se voulait évidemment mensongère, dans le but tout à fait précis de détendre l'atmosphère à l'image de tout le reste de leur brève discussion. Et bien qu'il ne sache pas réellement comment prolonger cette dernière, il n'était pas complètement impossible pour lui d'au moins répondre avec une forme de répartie similaire.

« Et toi donc, tu es simplement venue dans l'espoir d'être une âme charitable ? Ou apprécies-tu également la solitude et le calme d'un bar tout le long d'une après-midi ? A moins que tu n'attendes quelqu'un et dans ce cas là je ne voudrais pas te déranger. »

Un regard intrigué se dessina sur son visage. La plupart des élèves qu'il avait jusque là rencontré se retrouvaient tous dans le regard de l'autre, dans un groupe, et exécraient la solitude qui pour Elijah n'était que paradis. Et il ne pouvait que trouver étrange que quelqu'un d'autre ait un comportement semblable au sien.


EXORDIUM.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 03/02/2018
Parchemins rédigés : 167
Points : 12
Année : 7ème année (17 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: la citrouille.

MessageSujet: Re: intrigued is master word [feat. elijah]   Dim 18 Fév - 17:50



intrigued is master word



Un jour peut-être, saurez-vous m’expliquer ce que je fais vraiment là. Loin d’être déplu par cette environnement et la compagnie que je m’y suis faîtes, je suis simplement surprise de me laisser tant emporter par la présence de quelqu’un que je ne connais pas, rapport de force qui en général, ne me fait même pas hisser le petit doigt. Mais c’est moi qui suis venue. C’est moi qui ai posé mes fesses à côté des siennes, et le mouvement se suit depuis tout à l’heure. Taquineries, subtilités, c’est en buvant de ma Bièraubeurre fraiche à souhait que je me ravis tout autant que lui, de notre présence mutuelle qui ne nous dérange pas. Lire sur son visage de la déception, une expression faussée qui m’amuse beaucoup. Regard viré sur son sourire, je sens son regard prendre part au froid qui me tasse les épaules. Je ne sais pas ce qu’il pense vraiment. Mais j’ai ce sentiment profond qu’on se dévisage, instruits des mêmes pensés, des mêmes intentions, et surtout, des mêmes impressions. Et je ne suis qu’au début de cette hypothèse.

Il avait fait remarquer cette similarité qui n’est nul autre que notre présence solitaire en ce dimanche glacial. Peut-être que nous n’avons aucune explication à donner, ni à l’autre, ni à nous-mêmes. Et c’est bien le terrain que je suis venue tâter par cette question qui se voulait tout aussi parfaite en réponse à son taquin. Alors nous y voilà. Ce sentiment de similarité refait surface alors qu'il justifie quelque peu sa venue aux-trois-balais. Sentir le mépris du jeune homme envers ceux qui l’entourent, ou la plupart de ceux qui gisent entre les murs du Château. Penser à ce manque de tolérance qui me bouffe toute l’amabilité que je peux avoir. Je le comprends, il n’imagine pas à quel point. Mais aussi, je prends ça pour un compliment. Car en dehors de ses murs, la subtilité et l’intrigue de notre conversation fait rage. Je ne suis, en ce moment pas, de ses idiots futiles qui trainent dans le château. J’ignore si j’ai raison ou non de le penser, mais c’est préférable. Je me mets alors à rire de ses mots. Exprimer par la suite un regard blasé alors que j’hoche la tête, terriblement consciente de la raison que je lui donne.

Je ne prends pas le temps d’y répondre, qu’il s’exécute à une nouvelle taquinerie. Stricte vérité ou non, l’exagération prend de toute façon le dessus sur un quelconque mécontentement naturel. Arquer un sourcil alors que j’abaisse mon regard sur ses mains posées à même le verre marqué de ses doigts. Je ne trouve rien à y répondre. Je ne ressens pourtant aucune gêne. Je me sens presque bien, malgré que je sois dans une situation que je n’imaginais pas vouloir aujourd’hui.

« Si tu veux savoir, il semblerait qu’on ait bien plus en commun que ce que tu crois. » Prendre une pause prenante, susciter son intérêt alors que j’apporte la chope à mes lèvres, regard bleu azur viré dans le sien. Reposer le verre contre la table avant de me défaire d’une veste toujours nichée sur mes épaules. Dévoiler alors un pull en laine, col en V. « Je ne suis pas du genre âme charitable. Plus le genre intélorente, de ceux qui préfèrent s’isoler des autres au risque de péter un câble. » Poser ma veste à côté de moi, rapporter le regard vers lui pour une énième intonation. « Alors non, je n’attends personne. Et même si tu me dérange, je ferais avec. » Hausser des épaules sur la fin, répondre exactement au même pique que le sien lorsqu’il disait se contenter de ma venue. On dirait une façon comme une autre de nous ravir de ses sourires et de cette compagnie inattendue. Plus dans l'ironie subtile ceci-dit. C’est ça ? On est entrain de se jeter des fleurs ou comment ça se passe ? Qu’importe. Une réplique me vient à la langue et je suis incapable de la laisser ternir plus longtemps. Lever ma chope de bière, l’avancer vers le Serpentard, prête à trinquer au nom d’une chose : notre solitude. « Bon, soyons seuls ensemble alors. » En tout cas, nous sommes bien partis pour. Esquisse en coin, mine désolée pour lui d'avoir à supporter mon avenance. Mais je n'aurais jamais répliquer de tels mots si je n'étais pas sûre que sa chope viendrait se claquer contre la mienne. Au pire des cas, je m'en irais, fin de l'histoire.

copyright acidbrain

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 02/02/2018
Parchemins rédigés : 99
Points : 3
Année : 7ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin:
Disponible pour un RP ?:
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: intrigued is master word [feat. elijah]   Dim 25 Fév - 23:20


Intrigued is the master word

La compagnie qu'il s'était ainsi trouvée n'était guère des plus commune, mais pas forcément des plus désagréables. Et alors que la jeune femme n'hésitait pas à faire preuve d'une justesse et d'une subtilité dans ses piques à laquelle il appréciait répondre. Le ton était jovial, bien que les répliques parfois acerbes puissent faire douter les observateurs les plus négligents. Ce genre de personnes qui ne savait pas lire entre les lignes, et qui ne manquaient pas dans des endroits comme le bar où les deux jeunes sorciers se trouvaient en ce moment même.

« Je dois moi-même admettre que je ne suis pas du genre des plus tolérants avec la plèbe qui s'agglutine la plupart du temps au château. Néanmoins, je suis prêt à faire un effort maintenant que tu es là. »


Son sourire taquin ne quitta pas ses commissures tandis que ses doigts lâchaient tranquillement son verre pour réajuster doucement son pull qui surplombait sa chemise immaculée d'un bref geste plutôt inutile, mais qui lui donnait volontiers de la contenance alors que la jeune femme se défaisait de sa veste, profitant de la chaleur des Trois-Balais pour se permettre un confort qu'on ne pouvait espérer dans la fraîcheur glaciale de l'extérieur.

« Qu'importe, si par hasard tu veux t'en aller je ne t'en voudrai pas. Je sais que je peux facilement être désagréable. »

Pas la peine de se voiler la face. L'honnêteté d'Elijah était souvent aussi la principale raison de sa solitude. La vérité était gênante pour beaucoup, et l'absence de filtre dont le sorcier faisait preuve, bien qu'il soit capable de manier les mots avec justesse et habileté, était suffisante pour se débarrasser de la majorité des gens qui pouvaient par hasard lui adresser la parole. Mais ce n'avait pas été le cas d'Anthea. Et la jolie camarade de classe qu'il n'avait jamais eut l'occasion de connaître en dehors de ces quelques minutes volées dans un couloir où la situation aurait largement pu s'envenimer, était venue vers lui, sans le moindre a priori. Elle s'était installée à ses côtés, et menait une conversation à présent enjouée. Et bien que la situation ait tout d'une rencontre agréable et qui pourrait contenter n'importe qui, ce n'était pas tout à fait le cas du Serpentard qui n'arrivait pas à éteindre ce soupçon de regret face à sa solitude perdue. Un regret qu'il pensait pouvoir trouver aussi chez la jeune femme, au vu de son discours qui pourrait tout à fait faire écho aux siens.

La sorcière leva son verre, l'invitant à venir l'entrechoquer avec le sien, dans ce rituel social qui venait à valider ou célébrer quelque chose. Cette fois c'était au nom de cette impromptue rencontre, qu'il accepta de valider en prenant son contenant et venant le cogner avec une violence mesurée, suffisante pour faire éclater un tintement qui résonna autour d'eux avec clarté. Il se servit d'ailleurs d'une longue gorgée, suivant par là cette tradition et en même temps pour étancher sa soif.

« On peut presque admettre que nous sommes là à deux. Soyons fous ! »

Et alors qu'il s'amusait de nouveau de cette brève taquinerie, derrière eux d'autres éclats de verre vinrent interrompre leur discussion. Mais ceux-ci n'étaient pas aussi conviviaux que celui des deux jeunes élèves ci présent. Non, ceux-là étaient brutaux, bruit de verre brisé avec force, et qui firent écho aux sourds sons des tables et des chaises se renversant sous les coups d'adultes qui commençaient à élever la voix.

« Mais qu'est-ce que ?.. »


Deux sorciers, visiblement assez stupides pour se battre démunis de leurs baguettes finirent leur roulé-boulé près d'eux, visiblement complètement alcoolisés, et bousculèrent les élèves qui avaient encore leurs verres en main, renversant ainsi l'essentiel de leurs boissons sur leurs vêtements. Camouflant un juron, Elijah mortifia les alcooliques du regard et alors qu'il s'apprêtait à sortir sa baguette pour les séparer, ce fut la tenante du bar qui s'en chargea. Cette dernière éleva le ton, et d'un coup de baguette saucissonna les bagarreurs.

« Mais quelle incroyable duo de Trolls. Comme quoi même ici, et alors qu'il y a pas grand monde on est pas à l'abri de la stupidité du commun des mortels. T'es pas trop trempée ? »

EXORDIUM.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 03/02/2018
Parchemins rédigés : 167
Points : 12
Année : 7ème année (17 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: la citrouille.

MessageSujet: Re: intrigued is master word [feat. elijah]   Mer 28 Fév - 22:17



intrigued is master word



Alors c’est ça. Un échange de taquineries, un combat dévoilant la victoire de celui qui ne sera plus en mesure de trouver la bonne subtilité au bon moment. Seulement le peu de caractère qu’il laisse ressortir de sa personne me pousse à croire que nous sommes encore loin d’en avoir fini. Je n’écarte pas non plus l’éventualité d’un ex aequo parfait. Il me ressemble. Du moins il en a l’air. Et si c’était justement la raison de cette intrigue alarmante ? Et si c’était cette similarité évidente le maître mot ? Qu’importe ce qui l’explique, elle existe bien. Nous n'avons aucune tolérance à nous deux, aucune envers ceux qui ruminent entre les murs du Château. Et pourtant, nous sommes avenants l'un envers l'autre en ce moment. Oui, nous pouvons dire ce que nous voulons, nous faisons parti intégrante des personnes que nous critiquons. Fixer involontairement sa gestuelle, regard attiré par ses mains s’étant retrouvés à cet endroit à ce moment précis. Homme appréciable, facilement désagréable, peut-être la raison de sa venue solitaire en ses lieux. « Je conviendrais de l'usage de cette informations dès que j’y aurais apporté mon jugement personnel. » Esquisse en coin, une fois encore, mais avec une part certaine de maturité et de confiance en moi.

J’avais invité le garçon à trinquer, par sympathie certes, mais plus par tradition. Bien que je sois amusée par l’image de deux solitaires, je me retrouve presque gêné à l’idée de finalement leur imposer compagnie. Bruit retentissant de deux verres qui se percutent. Avoir eu, le sentiment d’un instant, l’impression que nos verres se brisaient sous le choque. Je me rends finalement compte du chahut ahurissant qui dévale jusqu’à nous. J’ai à peine le temps de tourner la tête et de visualiser leurs visages qu’un liquide frais et collant se déverse sur mon pantalon encore gelé par le froid extérieur. Nul autre réflexe que celui de me lever soudainement d’un bond, un geste qui accompagne à la perfection celui d’Elijah à présent sur ses gonds. Je porte un regard méprisant face à tant d’idiotie, tendant le bras vers l’une des mains des mains du vert et argent, apprêté à un geste évident. Pure réflexe idiot que j’ai eu. Si c’est bien sa baguette qu’il voulait sortir, je crains que ça n’aurait servit à rien. De toute façon c’est déjà terminé. Paroles incendiaires du garçon alors que mon regard toujours viré sur les saoulard en est le parfait miroir. Ce ne sont pas des trolls, ce sont des strangulots venus perturber un calme que nous sommes venus cherchés et que nous étions parvenus à maintenir. Ecarter les mains de tous contact avec mon corps, visualiser finalement le rendu et répondre à la question pertinente, ou pas, du brun. « Pour tout te dire, j’en ai plus sur mes fringues que dans mon verre. Mais ce n’est pas grave. Contrairement à leur stupidité dépravée, ça va s’évaporer. » Mon sourcil arqué en dit long sur ce que j’en pense. Mais ce sourire au bord de mes lèvres dévoile tout le calme dont je suis capable, et l’amusement que je m’impose pour éviter de voir gâché, un après-midi qui avait si bien commencé. C’est d’un pur réflexe que je porte le regard sur ses vêtements à lui. Aucun de nous n’a été épargné. Songer à un sortilège de sécheresse, pas très sereine à l’idée de le tenter dans cette circonstance.

Toujours debout entre la table et le banc, une serveuse s'ammène avec un chiffon et nettoie les quelques flaques de Bièraubeurre gênantes. Un remerciement de ma part alors je me débarasse de mon pull quelque peu trempé afin de laisser perçevoir le débardeur que je porte juste en dessous. J'ai la peau encore légèrement froide, mais à un moment ou à un autre, je vais bien finir par me réchauffer. En fait, la solution est aussi simple que ça. Mes iris reflètent les flammes vacillante du feu de cheminée non loin derrière. Pull entre mes mains, je m'approche du crépitement du bois dont s'émane une agréable chaleur. Voilà comment on optimise les choses. Bien que ses abrutits aient presque éveillés nos nerfs, le moment venu est parfait pour savourer la chaleur d'un feu de cheminée. Ambiance sympa, à l'ancienne, dans la tradition. Moi ça me plaît en tout cas. Mes iris bleus cherchent une dernière fois le regard d'Elijah. « Je vais la faire à l'ancienne. » Derniers mots avant je ne déplace une chaise ou deux, posant mon pull mouillé sur le dossier de l'une d'elle. Une mise en scène tout prêt du feu. Revenir vers lui, attraper le restant de ma Bièraubeurre que je descends cul sec. Claquer mon verre vide sur la table, sourire à pleine dent au garçon alors que j'offre un ton que je n'avais encore pas utilisé ici. « Bon, j'pense pas allé jusqu'à retirer mon pantalon, donc je vais me mettre un peu devant le feu. » Un brin de sarcasme et d'amusement, tout ceci mêlé au mépris encore raisonnant que m'évoquent les deux trolls perturbateurs. Je m’en vais faire sécher mes fringues. J’avais besoin de préciser ? Je crois qu’il n’y a pas besoin de lui faire un dessin, il n’a pas l’air crétin.

copyright acidbrain

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 02/02/2018
Parchemins rédigés : 99
Points : 3
Année : 7ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin:
Disponible pour un RP ?:
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: intrigued is master word [feat. elijah]   Lun 5 Mar - 1:31


Intrigued is the master word

« Tu ferais mieux de prendre tes jambes à ton cou assez vite avant que tu finisses tout simplement par vouloir m'étrangler. »

Un nouveau sourire, mais à son grand désarroi, juste après qu'ils aient trinqué et auraient dû techniquement profiter allègrement de leur boisson, deux trublions se sont permis de les délester de leurs divins breuvages, payés en plus. Quelle déception ne fut pas cette arrivée soudaine qui renversa la quasi-intégralité de leurs verres directement sur leurs vêtements. Et alors que le Serpentard s'était déjà apprêté à les immobiliser ainsi qu'à les conspuer, ce fut la tenante du bar qui s'en chargea fort heureusement à sa place. Il n'y avait pas de raison de s'impliquer dans un vulgaire incident de comptoir, pourquoi prendre le risque d'inscrire une telle stupidité sur son dossier scolaire dans le malheur où les deux ivrognes s'étaient pris d'un étrange éclair de génie et décidés à se plaindre auprès de l'école, ou bien même auprès des autorités compétentes afin d'essayer d'obtenir par hasard des dommages et intérêts qu'ils auraient de nouveau noyés dans la boisson.

« Je suis dans le même cas... Ces deux ignominies ne méritent que du mépris, mais on se demande malgré tout comment il peut exister de telles stupides énergumènes. Mais soit. »

Elijah laissa de côté l'agacement qui commençait à monter en lui, se disant que cela rajouterait matière à poser sur le parchemin le moment venu. Il était dans l'immédiat plus important de trouver de quoi se sécher. Et, baguette toujours en main, l'idée lui vint d'assécher ses vêtements immédiatement, mais le cachemire de son pull n'apprécierait sans doute pas le sortilège qu'il aurait pu effectuer, et observa alors la jeune femme préparer un coin près du feu, où ils pourraient tous les deux s'installer. Prenant l'ensemble de ses affaires, il fit voleter deux chaises qu'il approcha du feu, non loin de l'endroit où la sorcière avait installé les siennes. Faisant les quelques pas pour rejoindre le feu de cheminée et déposer ses affaires, il retourna brièvement au bar afin de vider ce qu'il restait de son verre, avant de s'adresser à la barmaid.

« La même chose s'il vous plaît, pour nous deux. »

Et alors qu'il voyait les deux ivrognes décuver dans un coin éloigné, il précisa en les pointant du doigt.

« Sur leur note hein. Merci. »

Enfin, il se dirigea pour s'installer près de la sorcière, afin de s'asseoir sur un des deux sièges qu'il s'était réservé, tout en enlevant son gilet noir, qu'il déposa délicatement sur le dossier de bois du second qu'il avait réservé à cet effet. Sa chemise n'avait pas manqué d'être également trempée, et collait légèrement à sa peau, mais il ne se permettrait pas, comme la brillamment fait remarquer sa camarade, de se dénuder outre mesure. Remarque à laquelle il répondit avec une ironie similaire à la sienne.

« Libre à toi de t'adonner à l'exhibitionnisme si tu le souhaites. Mais je t'avoue que je ne te suivrai pas sur ce terrain là, je garde ma chemise et mon pantalon. Mais fais-moi une faveur, même si l'envie te prend de t'en débarrasser garde tes habits, il serait déplacé que mon regard se pose par inadvertance sur un morceau de peau dénudée. Et mener la conversation en ne regardant pas son interlocuteur est vite fatiguant. »

Nullement intéressé par une quelconque attirance charnelle, le Serpentard ne souhaitait surtout pas se retrouver dans une situation gênante, précisant ainsi avec son tact habituel, que tous les penchants exhibitionnistes de la sorcière, qui puissent être légitimes et respectés, n'arrangeraient en rien leur capacité à mener une discussion de manière naturelle. Néanmoins, se doutant qu'elle n'était pas du genre à pratiquer ce genre d'étranges coutumes, il avait gardé un ton léger et empli d'ironie, qu'il garda pour terminer son bref discours.

« D'autant plus que je doute que tous suivent mon exemple. Rien qu'à l'image de nos deux chers "amis" les ivrognes qui ne manqueraient pas de t'observer d'un air dépourvu d'innocence. »

EXORDIUM.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 03/02/2018
Parchemins rédigés : 167
Points : 12
Année : 7ème année (17 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: la citrouille.

MessageSujet: Re: intrigued is master word [feat. elijah]   Sam 10 Mar - 17:05



intrigued is master word



Même s’il venait à m’énerver et que l’envie de l’étrangler me prenait, je choisirais l’exile instantanément. Je m’éviterais le premier instant où s’éveille la colère, et où les mots et les gestes dépassent la raison. Loyale et diplomate Fancourt, de nature trop calme pour laisser sa colère l’influencer. Alors oui, qu’importe. S’il commence à m’énerver parce que je cerne le désagrément qu’il dit avoir, je n’aurais qu’à placer une réplique fortuite mais bien placé, et m’en aller.

Il avait appuyé d’une énième couche de mépris envers les deux ivrognes. Il semblerait que je sois tombé sur bien plus intolérant que moi. Je ne peux cesser de me demander comment. Quelles sont les raisons qui l’ont un jour poussés à devenir ce qu’il est ? Que ce soit une question d’éducation, de vécu ou de choix, on ne devient pas quelqu’un sans raisons. Serait-ce une autre intrigue de ma part à son égard ? Sans doute. Ce mot reviendra encore souvent, vous pouvez me croire, alors habituez-y vous.

Dans la réflexion et le réflexe d’instinct, je me suis empressée de poser mes affaires au coin du feu. Le liquide froid qui colla mon pull et mon débardeur à ma peau était si désagréable, que je n’ai pas pu rester dans cette position plus longtemps. A l’appel des flammes de la cheminée, j’ai réagis au quart de tour. Le Serpentard suivait mes pas et finissait son verre juste après que le mien soit retourné entre les mains de la serveuse, mais surtout il en commanda un autre. Une seconde Bièraubeurre au compte de ceux qui avaient fait se renverser la première. Son entrain sur le sujet me fit lâcher un rire amusé, si encore il n’était pas complètement moqueur. C’est effectivement à eux de payer, je serais intransigeante là-dessus aussi. Sourire alors que je prends place sur la chaise face aux braises. Lâcher une remarque, toujours dans un esprit de plaisanterie, sur les vêtements que nous retirons au fur et à mesure. Simple amusement pour détendre un atmosphère que j’ai peut-être finalement endossé de malaise. Il lui faut maints mots et maintes phrases pour me dire que le pantalon devrait rester où il est, s’il veut pouvoir me regarder dans les yeux. Certes, c’était une autre plaisanterie de sa part, du même ton que le mien, une taquinerie qui me fit pincer les lèvres et hausser la tête de haut en bas. Une parfaite approbation qui veut rire mais s’en dispense. Sourire finalement à pleine dent, lâcher le regard du brun à l’écoute de ses dernières paroles. La plaisanterie sur mon pantalon tient finalement sur la longue et prend plus d’intérêt que je ne pensais. Y aurait-il un sens caché ? Qu’importe. Avant que je ne puisse répondre, la serveuse revient à nous et nous donne à chacun les Bièraubeurre qu’il avait si amèrement commandé. « Merci ! » Tourner à nouveau le regard vers Elijah et enchaîner directement la réponse que j'aurais aimé apporter avant qu'elle ne m'interrompe. « Dans ce cas, je vais encore moins prendre la décision de le retirer. A choisir, je préfère franchement qu'on me regarde dans les yeux. Et puis de toute façon, c’est pas drôle quand t'es seul à retirer tes vêtements ! » Je grimace sur la phrase de fin. J'hésitais sincèrement à m'engager davantage sur le terrain taquin, de peur que ça devienne trop bizarre, ou même trop mal vu. J’aurais pu continuer sur notre lancée, jouer avec les mots, mais j'ai préférée rester simple et en rire, au risque de faire passer cette entrevue comme une tentative de séduction. Il ne me connaît pas assez pour que je me permette de déconner sur le sujet. Alors je me contente de plaisanter, comme si j'avais une seule fois eu l'intention de le faire, ce qui n'est bien sûre absolument pas le cas. J’ai juste osé une légèrement remarque de fin insignifiante à laquelle mon sourire lui, fut signifiant du manque de sérieux dont je fais preuve.

Je me penche, dépose mes avants bras sur mes genoux et sens la chaleur du feu me brûler les pores du visage. J'élève mon nouveau verre au niveau de mes lèvres afin d'en boire une gorgée rafraîchissante. Porter mon regard face à moi, laisser le reflet des flammes se dessiner dans mes iris. « Rassure moi, tu ne regrette toujours pas qu’un de ses élèves fâcheux du Château soit venir tenir compagnie à ta solitude intolérante ? Ca serait dommage, parce que je ne compte pas bouger. » Esquisser un sourire en coin provocateur et amusé avant qu’une autre gorgée ne coule le long de ma trâchée. D’accord, j’avoue, je ne savais pas quoi dire de plus. Ca devenait gênant. M'adosser contre le dossier de la chaise, croiser mes jambes, choppe en pleine main. « Je suis plutôt bien, là. » Petite mine satisfaite, me mettre à mon aise avec, une fois de plus, avantage d'amusement que de sérieux.


Spoiler:
 

copyright acidbrain

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 02/02/2018
Parchemins rédigés : 99
Points : 3
Année : 7ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin:
Disponible pour un RP ?:
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: intrigued is master word [feat. elijah]   Jeu 15 Mar - 17:39


Intrigued is the master word

Elijah n'était guère habitué à ce genre de conversations aux sous entendus marqués, bien qu'amusés et complètement dépourvus d'intentions réelles. Solitaire et réservé ses conversations tenaient souvent en quelques phrases, où toute notion d'attirance ou de sensualité étaient absentes. Tout ceci bien qu'il ne nie jamais, via des considérations tout à fait logiques et objectives, les qualités physiques de ses interlocuteurs. Et bien qu'il se soit jusque là éminemment débrouillé, les paroles et les répliques adaptées commençaient à manquer. Néanmoins, son orgueil faisant son oeuvre, il n'en démordit pas pour autant, et laissa ainsi exprimer son arrogance dans ses quelques mots toujours prononcés sur un ton très léger.

« Encore un peu et je pourrais presque croire à une invitation ! Je comprends tout à fait qu'on puisse vouloir retirer mes vêtements, mais je pense qu'il est encore un peu tôt pour en arriver là, non ? »

Son sourire amusé et sûr de lui n'avait pas quitté son visage. Le Serpentard se trouvait objectivement séduisant, même s'il n'en jouait pas vraiment, préférant laisser exprimer ses capacités intellectuelles et magiques avant de mettre en avant toute considération superficielle. Cependant il paraissait tout à fait naturel pour lui de parler de manière tout à fait détachée de son capital esthétique, bien qu'il l'ait fait dans le cas présent avec une ironie palpable, faisant écho au ton utilisé tout au long de leur conversation. Le silence s'installa ensuite quelques instants, les deux sorciers qui venaient de vivre cette stupide mésaventure profitant tous deux de la chaleur du foyer enflammé leur caressant le visage, et séchant doucement leurs vêtements humides. Son verre en main, servit quelques instants plus tôt trouva sa bouche et le liquide frais contrasta agréablement avec la chaleur ambiante.

Ce fut finalement la jeune femme qui reprit le fil de leur conversation, toujours légère, revenant sur ses remarques ultérieures concernant leur volonté mutuelle de solitude. Et bien qu'il ne puisse nier qu'il apprécierait certainement tout ceci seul, il n'eut pas le coeur à la rejeter immédiatement, tentant de faire l'effort d'une sociabilisation qu'il n'appréciait habituellement guère. Il lui répondit alors,

« On s'y fait. Dans le pire des cas je pourrai toujours fermer les yeux et faire comme si tu n'étais plus là. »


Rieur, il s'interrompit afin de déguster une nouvelle gorgéeC'était peut-être aussi pour lui l'occasion d'en apprendre un peu sur les raisons exactes du conflit qui l'oppose à Narcissa, une amie qu'il connaissait aussi depuis longtemps maintenant, et donc par extension sa soeur, raison pour laquelle ils se sont initialement adressés la parole. Il ne chercha pas spécialement à formuler une phrase délicate sur ce sujet certainement sensible, et laissa donc ses pensées se déverser sans philtre ni tabous, comme à son habituelle habitude.

« Et sinon, désolé de gâcher l'ambiance mais j'avoue que la curiosité me taraude, pourquoi tu en veux à Narcissa ? Et donc à ma demi-soeur par la même occasion ? »

De but en blanc, les mots furent lâchés tel un véritable pavé dans la marre. Mais il aimait avoir des réponses à ses questions et n'hésitait donc jamais à les taire.


EXORDIUM.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 03/02/2018
Parchemins rédigés : 167
Points : 12
Année : 7ème année (17 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: la citrouille.

MessageSujet: Re: intrigued is master word [feat. elijah]   Sam 7 Avr - 14:30



intrigued is master word



Voilà. Je savais que je commençais à m'initier de trop dans les taquineries amusantes. Une invitation à ce qu’il se déshabille ? Non merci. Je ne doute clairement pas de ses atouts, je veux dire, il ne doit certainement pas être le mec le plus mal foutu de l’école. Mais comme il le dit si bien, il est tôt pour en arriver là. Tout ça pour dire qu'il est même encore tôt pour évoquer un tel humour. J’ignore si c’est la gêne qui nous fait dire des conneries pareilles, ou si au contraire, nous nous sentons déjà trop à l’aise. Répondre à cette question évidente d’un hochement de tête et d’un sourire qui laisse s’emporter un rire léger.

Des lèvres esquissés qui s’estompent peu à peu, un verre à bière que je fais tournoyer entre mes mains. Un silence soudain, un silence court et agréable que j’ai finalement rompu par une énième taquinerie ressassant le début de notre conversation. Nous voulions être seuls, et voilà que deux solitaires se suivent au cœur d’un bar chauffé et s’accompagnent de gorgées fraîches. Fermer les yeux, faire comme si je n’étais pas là, une réponse amusée qui me fait hausser les sourcils et les épaules. Je m’en ficherais je pense. Mais je sais que ça n’arrivera pas. Comme si je faisais tout pour que son regard reste collé sur moi, je ne cesse de sourire et de lui adresser un intérêt certain. Comme si je faisais tout pour qu’il me parle. En vérité, il y’a peut-être une once d’égocentrisme là dedans. D’un côté, je veux être la petite exception qui me prouverait que même le garçon solitaire peut m’apprécier et voir en moi des caractéristiques inexistants chez d'autres. Ouais c'est une façon de me rassurer, en un sens. Mais cette bouffée d'air frais se retrouve très vite empoisonnée. Un poison qui se répend dans mes poumons, jusque dans les souvenirs de ma mémoire. J'étais entrain de boire une gorgée de ma Bièraubeurre, et j'ai bien faillis la recracher. C'était soudain comme interrogation. Un changement de sujet radical. Passer ma langue sur ma lèvre humide de bière, le fixer subitement. J'ai comme un blocage. Je reprense à notre soi disant rencontre, ce jour dût à la haine que je porte pour ses filles, ses filles dont il vient de prononcer les prénoms. La bièraubeurre qui coule le long de ma trachée prend soudainement un goût amer. Je n'ai plus le sourire. Je n'ai plus aucune expression sur le visage qui lui permette de voir ce que je ressens vraiment. Je suis juste emmerdé. Emmerdé d'avoir à évoquer le sujet, ici, trempée au coin du feu. On peut retourner à la solitude ?

Mes yeux vacillent entre sur la surface liquide d’une bière que je fais mijoter et un feu fumant. « Oh ça... ça serait un peu long de tout te raconter, et en soit ça ne te regarde pas vraiment... Je veux pas parler et passer pour la balance râleuse, ni même pour la commère qui raconte des conneries parce que les histoires ont toujours deux versions. Je connais les conflits de filles, c'est puérile à mort. » Et voilà enfin un sourire à ses derniers mots. Rammener finalement le regard sur lui pour un peu plus de sérieux. « Mais puisque tu me le demande, je devrais pouvoir satisfaire ta curiosité sur quelques points. » Mon conflit avec Cissy n'est pas ce qu'il y a de plus puérile. C'était une histoire sérieuse. C'est ma haine envers Tracy qui l'est. Tapoter des doigts contre mon verre, prise d'un certain malaise mépris d'une esquisse en coin. Commencer le récit d'une voix déjà prise par l'émotion. « Tu sais, l'an dernier c'était compliqué. C'était même l'enfer pour certains ! Bah Cissy et moi on a prit des chemins différents, on s'est totalement perdue et...pas en bon therme. Puis elle s'est énormément rapprochée de Tracy. Je suis désolée pour ta demi-soeur, mais je la vois comme ma remplaçante imparfaite, un mouton qui se contente de suivre aveuglement Cissy, de répondre oui amen à chacune de ses volontés. Elle se laisse bêtement influencer. Ça fait vraiment peine à voir. » Pourquoi descendre un absent ? J'aurais pu la traiter comme il se doit, comme la traîtresse trop fière qu'elle est. Oui c'était une traîtresse, un mot que je n'ai même pas évoqué. Parce que je suis juste, et ça ne m'apporterait rien de malmener ses pauvres filles si elles ne sont même pas là. Et parce que Narcissa fut comme une soeur pour moi. Pardon Zach si tu m'entends, mais j'aimais vraiment Cissy. Et chaque souvenir me fait mal autant qu'il me fait sourire. Chaque fois que j'entend son prénom je me retrouve bouffée par une nostalgie luttant contre la rancune. C'est dur. Alors j'en resterais là. Alors je vais finir tout ça en buvant une très longue gorgée de ma Bièraubeurre, jusqu'à m'en brûler la trachée de fraîcheur. Est-ce qu'il compte me faire la morale ? Qu'il le face et je m'en vais. Est-ce qu'il compte simplement acquiesser et enregistrer l'info ? C'est conseillé.


copyright acidbrain

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 02/02/2018
Parchemins rédigés : 99
Points : 3
Année : 7ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin:
Disponible pour un RP ?:
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: intrigued is master word [feat. elijah]   Ven 4 Mai - 11:43


Intrigued is the master word

Le jeune sorcier savait pertinemment que cette question n’allait certainement pas plaire à la jeune femme qui partageait sa compagnie. Pour autant il ne s’attendait pas une réaction aussi violente. Jusque là plutôt enjouée et même enthousiaste, elle se renfrogna immédiatement à la prononciation du prénom de Narcissa et de Tracy. Sur son visage où on pouvait lire quelques secondes plus tôt de la détente et de l’amusement ne restait plus que de la crispation frustrée. Ce contraste des plus surprenants, même s’il ne la connaissait au final qu’à peine, lui rappelait ses propres émois lorsqu’on venait lui parler d’Octavia. Une douleur sourde, qui s’éveillait à son souvenir. Une nostalgie qu’il était difficile de ne pas subir.

Il écouta avec attention les réponses évasives de la jeune femme, qui formulées après un long silence, plus gênant que le précédent. Une gêne que le Serpentard ressentit également, mais dont il faisait fi. Une gêne qu’il comprenait, et qu’il ne pouvait pas reprocher à Anthea, étant de son côté trop habitué à directement rentrer dans le vif du sujet, et mettant souvent mal à l’aise ses interlocuteurs. De la même manière qu’il ne pouvait pas lui reprocher sa réserve quant à sa réponse. Ils ne se connaissaient qu’à peine, et dans toute relation sociale « normale »il aurait été bon ton de garder ce genre de questions pour soi. Mais Elijah n’était pas quelqu’un de normal, et il ne se forçait pas à respecter toutes ces conventions sociales, sauf dans les rares cas de force majeure. Ainsi, bien qu’incomplète, il avait sa réponse. Une réponse qu’il écouta attentivement, tentant de mieux comprendre les raisons de ce conflit latent.

Narcissa avait, il est vrai, eu un comportement tout à fait étrange au court de l’année dernière. Elijah avait eu les mêmes réserves quant à cette infiltration qui aux yeux de beaucoup n’en était pas une. Pour autant, pour l’avoir connue malgré tout pendant de longues années, il l’imaginait mal se diriger pleinement vers ces idéologies grégaires. Et bien qu’il ait pu être passablement vexé par ces précautions qui l’ont forcée à ne rien dire, il avait accepté et compris la logique de sa démarche, qu’il aurait tout à fait pu imiter, s’il ne tenait pas trop à son avenir et ainsi à la limitation des risques. Ainsi, le jeune sorcier s’efforça de faire des parallèles entre les brèves phrases de la jeune femme et les interpréta afin d’y donner un sens, et ainsi pouvoir formuler une réponse cohérente dans cette conversation épineuse.

« Je vois. »

Commença-t-il prudemment, tout en dégustant une nouvelle gorgée de sa boisson.

« Ce genre de conflits est difficile à démêler quand les deux parties restent dans un dialogue de sourds. »

Cette fois sa voix se fit plus assurée, reprenant un peu de contenance, alors que les mots suivants lui vinrent avec une aisance accrue.

« L’année dernière a été une année terrible. Certains sorciers ont fait des choix, d’autres ont été obligés d’en faire, tandis que d’autres se sont sentis obligés d’en faire. Et je comprends la réserve que tu as au sujet de Narcissa. Pour autant tu sembles sincèrement peinée par sa perte. Ça se lit sur ton visage. Ne serait-il pas bon ton de lui accorder au moins le bénéfice du doute ? Bien qu’elle puis être dotée de certains défauts, caractériser les gens selon leur sang n’en fait pas partie je crois ? Pour ma part, j’ai compris sa démarche. Mais parfois ça peut être difficile surtout quand la douleur est forte. »

Une nouvelle pause, un nouveau sujet, un nouveau ton. Peiné, peut être agacé sur le fond. Il comprenait les remarques de la sorcière, Amelia ayant toujours été quelqu’un d’influençable. Néanmoins il la savait capable de faire preuve de caractère.

« Je ne saurais te dire si tu es une version améliorée de ma demi-sœur, je sais seulement que tu portes très bien les vêtements mouillés à la bière ! Mais j’ai l’impression que plus que son caractère, c’est la place qu’elle à prise dans la vie de Narcissa qui te gêne. Non ? »

Et une fois de plus il mit les pieds dans le plat, sans précaution quelconque. A analyser, comprendre et réfléchir, il ne pouvait s’empêcher de dresser ses logiques conclusions et les imposer à son environnement comme s’il se devait forcément de le savoir. Comme toujours.

EXORDIUM.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: intrigued is master word [feat. elijah]   

Revenir en haut Aller en bas
 
intrigued is master word [feat. elijah]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard, 19 ans après. :: Pré-au-Lard :: 
Les Commerces
 :: Les Trois Balais
-
Sauter vers: