AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [+18 only] You say you're a rude boy, show me what you got. ▬ Luca [TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7879-cruz-v-rosewood-le-visage-d-un-ange-mais-le-diable-au-corps-finihttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7882-cruz-your-hell-your-dream-nothing-in-betweenhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7883-cruz-les-mots-comme-trace-de-notre-passagehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7884-cruz-de-votre-plus-belle-ecriturehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8024-cruz-des-petits-mots-a-gogo#181927

Arrivé(e) le : 19/05/2017
Parchemins rédigés : 892
Points : 2
Crédit : Eilyam (Vanessa Hudgens)
Année : Septième

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Aucun

MessageSujet: [+18 only] You say you're a rude boy, show me what you got. ▬ Luca [TERMINE]   Sam 3 Fév - 20:00

You say you're a rude boy, show me what you got.

feat. Cruz & Luca

Le match tant attendu entre Gryffondor et Serpentard venait de prendre fin. L'attrapeur avait attrapé le vif d'or, mettant ainsi un terme à la partie. Cruz avait bien évidemment assisté à l'intégralité du match. En bonne préfète qu'elle était, elle se devait de venir encourager l'équipe de Quidditch de sa maison. Même si elle avait des amis chez les joueurs rouges, comme Billie ou encore Oliver. La compétition restait la compétition et, dans ces cas, c'était sa maison avant tout. Cruz avait toujours eu l'esprit de la gagne en elle : si elle participait c'était pour la victoire, pas pour le soit disant plaisir d'avoir passé un bon moment. Comment pouvait-on passer un bon moment si on finissait par perdre ? Nul, aucun intérêt. Alors Cruz était venue avec son écharpe de Serpentard autour du coup, prête à encourage tous ses joueurs avec ferveur. Comme si cela pouvait impacter le match, comme si cela changerait quelque chose. Bien sûr que non, mais ça ne coûtait rien d'essayer. La jeune femme était venue pour encourager particulièrement un joueur : leur dernière recrue, Luca Pumpkin. Oh bien évidemment, Cruz n'encourageait pas que lui. Il y avait aussi Isidore pour qui elle était venue et, d'ailleurs, à la base elle n'était venue que pour lui. Mais ça, c'était avant. Avant qu'elle ne croise Luca dans le parc, parti s'entraîner avant l'heure fatidique. Avant qu'il ne la soulève du sol. Avant toute cette tension sexuelle. Avant ces quelques baisers échangés. Le goût de ces derniers encore sur les lèvres, Cruz s'était époumonée durant tout le match pour encourager celui à qui elle avait promis sa petite culotte, d'abord sur le ton de la plaisanterie puis beaucoup plus sérieusement.

Voilà, le match était donc terminé. L'heure pour Cruz de descendre dans les vestiaires pour rendre son verdict. Est-ce que les joueurs avaient mérité son courroux ou ses félicitations ? Sur leur premier match contre Serdaigle, malgré leur défaite, ils s'étaient montrés excellents. C'était encore le cas aujourd'hui et Cruz savait reconnaître ça. De toute façon, vif d'or attrapé ou pas, Savannah n'aurait pas une once de compliment. Fallait pas trop en demander non plus. Luca avait tout à fait bien joué mais ça, Cruz n'en avait jamais douté. Elle se devait donc de le féliciter comme il se doit. La préfète ferait de même avec les autres joueurs et particulièrement avec Isidore, mais cela pouvait attendre. Luca lui, ne pouvait pas attendre. Pas après ce moment volé dans le parc. Cruz se rendit donc aux vestiaires, encore toute excitée par l'adrénaline liée au match. Au match, uniquement ? Toujours est-il qu'une fois arrivée devant la porte, la jeune femme se trouva soudain prise d'une certaine appréhension. Comme si ces baisers et notamment le dernier avaient changé quelque chose entre Luca et elle. Mais ce n'était qu'un jeu pourtant, n'est-ce pas ? La blanche colombe se mit soudain à avoir peur du feu, après s'être brûlée une plume pour voir ce que ça faisait. Peur du feu parce qu'elle avait bien trop adoré ça. La brune se décida enfin à pénétrer à l'intérieur, où la plupart des joueurs étaient encore là. Elle nota néanmoins l'absence d'Izzie et de Savannah, ce qui n'était pas plus mal. Enfin, Cruz aperçut le septième année dans le fond. A peine sorti de sous la douche, si l'on en croyait ses cheveux encore mouillés et son torse complètement dévêtu. Justement en train de fermer le bouton que la préfète avait réussi à ouvrir dans le parc. Une majeur partie de ses tatouages laissés à la vue du monde et surtout à celle de Cruz. Vague de chaleur qui n'a rien à voir avec les litres de sueurs dans cette pièce. La jeune femme se rapproche de Luca, d'ailleurs elle ne voit que lui. « Beau match, mes encouragements ont payé. » Déclare Cruz pour signifier sa présence au Serpentard, alors qu'il s'apprête à se saisir de son T-shirt. Ne te rhabille pas tout de suite Trésor, ça peut attendre.

made by guerlain for bazzart



Cruz V. Rosewood
Family isn't always blood. It's the people in your life who want you in theirs. The ones who accept you for who you are.


Dernière édition par Cruz V. Rosewood le Jeu 22 Fév - 17:42, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8789-j-ai-pas-trouve-de-titre-la-dechehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8789-j-ai-pas-trouve-de-titre-la-deche

Arrivé(e) le : 16/11/2017
Parchemins rédigés : 462
Points : 3
Crédit : andy biersack by Ilyria
Année : 7ème (18 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: [+18 only] You say you're a rude boy, show me what you got. ▬ Luca [TERMINE]   Dim 4 Fév - 0:45



rude boy, show me what you got

Le premier match de ma vie vient de se terminer. Tout le stress qui auparavant me bouffait les tripes, vient de se dissiper. Qu’importe le résultat, il ne saura jamais exprimer le plaisir que j’ai eu à jouer ce match. Adorateur de la compétition et du jeu, le Quidditch en est un suffisamment violent pour me satisfaire. Ce fut long, éprouvant, mais j’ai donné le meilleur de moi-même, comme chacun de nous. La défaite de Serpentard contre Serdaigle leur avait foutu la niaque, et je pouvais la ressentir jusque devant les buts. Acclamations de nos supporters, de nos amis, de quoi donner confiance aux joueurs. Pas à moi. L’acclamation à mon égard n’est pas de ce que je cautionne.

Eau tiède coulante sur ma peau, fermer les yeux un instant, se remettre de ses émotions. Revenir à l’homme terne que j’étais, loin de toute émotion, comme si passer la porte de ce vestiaire m’avait envoyé dans un univers parallèle, un univers où plus aucun cri de supporter ne règne, où mon cœur s’est arrêté de battre à l’unisson des autres, un monde où l'on entendrait plus que l’eau couler par-dessus les voix criardes de mes camarades de jeu. Taille imposante, tatouages encrés dans ma peau, ma présence passe rarement inaperçu. Ignorer les regards, porter simplement les miens vers ceux qui ont mérités mes félicitations il y a plusieurs minutes. Un sourire rapide à Isidore, une tape sur la tête de Jayden, des petites choses déjà suffisamment expressives en ce qui me concerne. Prendre son temps, voir le vestiaire se vider au fur et à mesure alors qu’enfin, j’enfile un pantalon. Entrain de me pencher pour attraper mon T-shirt, une voix familière, dans mon dos, me fait tourner la tête avant que mon corps ne suive le mouvement. T-shirt en boule, entre mes mains, porter le regard sur une préfète satisfaite de ma prestation au match de ce soir. A présent torse nu face à celle dont les lèvres avaient aguiché les miennes quelques heures avant le match. Froncement de sourcil naturel, prestance au plus détendu face au compliment de la belle. Est-ce qu’elle est venue ici pour me voir, moi ? Elle veut bien me donner sa petite culotte finalement ? Entre autre, je lui avais dis. Je lui avais dis qu'elle me prendrait à part, qu’elle le ferait pour chacun nous, peu importe la conclusion du match. Alors la voilà, comme si je l'attendais. Mais je ne pensais pas la voir de sitôt ceci dit, ni à même les vestiaires juste après quelques minutes de la confrontation. Réponse sincère de ma part, au plus détendu, regard fixé sur des iris que j’ai l’impression de connaître par cœur à présent. « Merci. » Tourner la tête vers les quelques individus restants autour de nous avant de rapporter un sourire à la préfète. Serrer le T-shirt entre mes doigts avant d’en lâcher la pression. Laisser le tissu se dérouler entre elle et moi, sourire en coin, sans savoir quoi dire. Je sors d'un match, d'une douche et en plus d'être torse nu, je le suis face à celle qui, il y a quelques heures, avait ouvert le bouton de mon pantalon et laissé mes mains divaguer contre le sien recouvrant ses rondeurs. C'était inattenu. Alors pardonnez moi de ne pas trouver les mots tout de suite. « Bravo aux supporters qui ont du s’éclater la voix. » Chacun son mérite, bien que je sois plus approbateur de celui de l’équipe. Entourés de toute part, je me retiens fortement de parler de sa petite culotte. Quand je dis fortement, c'est que ça sortirait volontié de mes lèvres sans que je puisse le contrôler. Bien que l'envie ne me manque pas, le moment n'est pas venu de jouer. Aussi désirable que ça soit, je ne veux pas être propice à cette connerie savourante. Une connerie pour elle. Alors lâche la brune du regard Luca, nan ? Toujours pas ? Bon ok.

copyright acidbrain

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7879-cruz-v-rosewood-le-visage-d-un-ange-mais-le-diable-au-corps-finihttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7882-cruz-your-hell-your-dream-nothing-in-betweenhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7883-cruz-les-mots-comme-trace-de-notre-passagehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7884-cruz-de-votre-plus-belle-ecriturehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8024-cruz-des-petits-mots-a-gogo#181927

Arrivé(e) le : 19/05/2017
Parchemins rédigés : 892
Points : 2
Crédit : Eilyam (Vanessa Hudgens)
Année : Septième

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Aucun

MessageSujet: Re: [+18 only] You say you're a rude boy, show me what you got. ▬ Luca [TERMINE]   Dim 4 Fév - 14:32

You say you're a rude boy, show me what you got.

feat. Cruz & Luca

Luca ne l'a pas entendue arriver. Cruz le sait, car il ne lève la tête vers elle seulement lorsqu'elle se met à parler. Son T-shirt toujours dans ses mains, il ne l'enfile pas tout de suite et la brune lui en est reconnaissante. Elle ne peut s'empêcher de poser les yeux sur ton torse nu, détaillant chacun de ses tatouages en se demandant quelle signification ils peuvent avoir. Détaillant aussi ce torse sur lequel elle a posé une main, plus tôt dans l'après-midi. Elle aurait peut-être dû s'y attarder davantage, maintenant qu'elle le regarde. Comme une attirance magnétique à laquelle elle ne peut résister, et pourtant il le faut. Luca fronce les sourcils de cette manière qui n'appartient qu'à lui et qui amplifie son charme avant de la fixer de ses prunelles claires. Regard beaucoup trop souvent posé sur elle ces derniers temps. Il la remercie avant de balayer rapidement les vestiaires de regard et de lui concéder un sourire. Le jeu n'a pas encore commencé, il y a trop de monde autour d'eux actuellement. Pour une fois, ce sont juste deux amis qui se parlent, rien de plus. Si ce n'est que l'un d'eux est torse nu et que l'autre le dévore du regard. Cruz lui rend son sourire, tandis que le septième année déroule son T-shirt comme pour mettre une barrière entre lui et sa préfète. Comme si les vêtements avaient réussi à les arrêter, tout à l'heure. La brune se mord la lèvre inférieure : cette fois-ci elle ne peut s'empêcher. Signe de son appréhension ou de son excitation ? Peut-être ne le saurons nous jamais.

« Bravo aux supporters qui ont du s’éclater la voix. » Comme si le mérite revenait aux supporters, la blague. Mais Cruz apprécie le compliment quand même, c'est rare d'entendre Luca parler sur un ton aussi ... sincère. Qui plus est, la jeune femme peut témoigner de l'engouement des supporters. C'est que ça criait dans les tribunes et pas qu'un peu. D'ailleurs, Cruz se demandait s'il n'y avait pas plus de supportrices que la dernière fois. La faute à leur nouvelle recrue au poste de gardien ? Elle y mettrait presque sa main au feu. Presque. En tout cas, même si le match fut plein de rebondissement, Cruz n'a jamais totalement réussi à décrocher son regard de lui. A cause de ce qui s'était passé entre eux juste avant. A cause de la sensation de ses lèvres sur les siennes encore gravée dans son esprit. A cause de ses caresses dont le souvenir provoque encore des frissons à la sixième année. Le dernier occupant de vestiaire, que la jeune femme reconnaît comme étant Jayden Rosenbach - le frère d'Ashely - se décide enfin à quitter les lieux. Ne reste plus que Cruz et le gardien des Serpentards, qui n'a toujours pas enfilé son T-shirt. Lui est resté assis sur le banc, tandis que la préfète est restée debout. Déjà qu'elle n'est pas bien grande, autant ne pas en rajouter. Enfin, la partie peut commencer. « Qui te dit que je parlais de ces encouragements là ? » Ne peut s'empêcher de répondre Cruz, avec un éclat de malice dans ses iris sombres. Elle se retient de trop sourire, mais elle se sent prise d'un soudain engouement. Comme lorsque l'on s'apprête à faire une énorme bêtise et que la punition risque d'être sévère, mais que l'on sait qu'on ne regrettera pas de l'avoir fait. Adossée au mur, juste à côté de Luca, l'anecdote de sa petite culotte lui brûle la langue. Bien sûr qu'il va comprendre qu'il y avait un sous-entendu lorsque la belle avait parlé d'encouragement. Est-ce qu'il va saisir cette ouverture, comme il sait si bien le faire, ou battre en retrait, comme il en est tout aussi capable ? Allez, dis le.

made by guerlain for bazzart



Cruz V. Rosewood
Family isn't always blood. It's the people in your life who want you in theirs. The ones who accept you for who you are.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8789-j-ai-pas-trouve-de-titre-la-dechehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8789-j-ai-pas-trouve-de-titre-la-deche

Arrivé(e) le : 16/11/2017
Parchemins rédigés : 462
Points : 3
Crédit : andy biersack by Ilyria
Année : 7ème (18 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: [+18 only] You say you're a rude boy, show me what you got. ▬ Luca [TERMINE]   Lun 5 Fév - 10:37


rude boy, show me what you got

Elle se mord la lèvre inférieure. Si c’est le manque de tissu sur ma peau gravée qui la stresse, elle n’a qu’à le dire. Si ce qu’elle éprouve est tous sauf un stress, je pourrais alors me donner raison. Je ne cesse de penser que sa venue hâtive au vestiaire n’à pas qu’à voir avec le match qui vient de s’achever. Retrouvailles précédentes très brèves mais intenses, suffisamment pour justifier sa présence. Probable, supposition. Je m’assoie sur le banc en bois face à elle, banc sur lequel était posé mon T-shirt avant que je ne l’empoigne, paré à recouvrir mes épaules. Pourtant il n’est toujours pas sur mon dos. Il ne l’est toujours pas alors que mon regard fixe sans répit une Cruz au visage changeant. Jayden quitte le vestiaire, dernier regard en la direction d’un gnome que j’adore et pour lequel sa sœur m’a missionner garant. Dès lors que le gosse est sorti de la pièce, l’expression faciale de Cruz a évoluée au même rythme que la portée de ses mots. C’est d’un autre genre d’encouragement qu’elle parlait. La conversation qui fut alors entre amis, reprend peu à peu le court d’une autre histoire, le récit de deux abrutit joueurs se croyants plus malins que la nature, se languissant de baisés à même le Parc d’une école de magie. Pour la deuxième fois depuis toujours, ce contexte avait eu lieu, un contexte qu’on pensait déjà oublié. Et pourtant, tout porte actuellement à croire qu’il avait juste été mit en pause.

Malicieuse Cruz qui recherche l’attention et titille le challenge qu’elle avait demandé plus épicé. Au fur et à mesure, je ne me pose même plus la question de savoir si elle est consciente de l’ampleur que prend le jeu. Parce qu’à force d’avancer à ce rythme, je réalise que son consentement dépasse tout le reste. On aura beau trouver ça amusant, ça n’en reste pas moins fondé sur une réalité. J’ignore ce qui la pousse à faire ça. Réputé comme coureur de jupon, je ne suis certainement pas le plus intéressant à séduire. Séduction, fondation même de notre amitié, je dois pourtant l’être à ses yeux. Quoique, sélectif avec mes amis, je peux tout autant l’être avec les femmes. Le simple fait de la qualifier comme amie change la donne face à toutes les autres. Elle doit certainement en être consciente. Elle me cherche beaucoup trop. Elle est trop accrochée à l’idée de ma défaite, une nuance de jeu qui commence à se perdre. Regard face au bassin de la préfète debout devant moi. Sujet puérile de sa petite culotte revenue dans mon esprit, pas à l’abri que ça soit également son cas. Le vestiaire fumant des vapeurs de douche impose son calme et nos seules voix ambiantes. Garder en tête le message que j’ai compris à travers ses dernières paroles. En découle alors les miennes. « Tu l’as toujours sur toi ou tu compte la sortir de ta poche ? » Et me la jeter au visage ? Arquer un sourcil habituel et esquisser un sourire amusé alors que je porte mon regard sur ses cuisses au même niveau que mon visage. Ca y est, c’est dit, c’est évoqué. Sans pudeur ni grand romantisme. Je ne suis de toute façon pas connu pour mon romantisme, inexistant même lorsque percent les sentiments rares et détestables. Garder malgré tous le souvenir de deux semaines douces et sincère auprès d’une blonde aux couleurs rouges et or. Souvenirs baffoués par cette main qui glisse discrètement le long de son mollet. Caresse rapide, contact affectif, mains que je ramène déjà à moi alors que mon autre main oublie déjà la fermeté avec laquelle elle tient mon t-shirt. Je ne sais pas ce qu'elle veut, ni même ce qu'elle attend vraiment de moi. Bien que je m'en doute, je n'en suis pas sûre. Je me contente de marquer la présence qu'elle est venue rejoindre, de marquer mon regard fixé sur son bassin, de m'adapter à un soit disant jeu de moins en moins évident.

copyright acidbrain

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7879-cruz-v-rosewood-le-visage-d-un-ange-mais-le-diable-au-corps-finihttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7882-cruz-your-hell-your-dream-nothing-in-betweenhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7883-cruz-les-mots-comme-trace-de-notre-passagehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7884-cruz-de-votre-plus-belle-ecriturehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8024-cruz-des-petits-mots-a-gogo#181927

Arrivé(e) le : 19/05/2017
Parchemins rédigés : 892
Points : 2
Crédit : Eilyam (Vanessa Hudgens)
Année : Septième

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Aucun

MessageSujet: Re: [+18 only] You say you're a rude boy, show me what you got. ▬ Luca [TERMINE]   Lun 5 Fév - 18:01

You say you're a rude boy, show me what you got.

feat. Cruz & Luca

Enfin, il se retrouvaient seuls dans ce vestiaire, à l'abri des regards et des oreilles indiscrets. Ils étaient déjà suffisamment nombreux à l'avoir vue se précipiter dans les vestiaires, alors qu'elle était plutôt du genre à attendre à l'extérieur pour les féliciter ou les sermonner. Les langues de vipères du château allaient s'en donner à coeur joie, Cruz en était certaine. Mais qu'importe, elle avait des félicitations à transmettre qui ne pouvaient guère attendre. Le temps qui s'était écoulé depuis leur dernière rencontre lui avait paru une éternité, alors que cela faisait seulement quelques petites heures. Et voilà que Cruz se tenait là, face au Serpentard à moitié dévétu, ne sachant pas trop ce qu'elle est venue faire là. Ou plutôt, elle a peur de le savoir. Peur de s'avouer que si elle est ici, en ce moment même, c'est pour donner une suite à leur instant d'intimité dans le Parc. Parce qu'oser se l'avouer, ce serait prendre conscience de cette envie fulgurante qui lui dévore le bas ventre quand elle se trouve près de lui. La jeune femme n'a d'ailleurs pas attendu longtemps avant de relancer les hostilités, parlant d'un certain type d'encouragements que seul Luca peut connaître. Cette promesse, une promesse stupide d'une adolescente bien trop inconsciente, de lui offrir sa culotte s'il faisait un bon match. Et maintenant, Cruz se trouvait là, prête à honorer sa parole. Si prête que ça, vraiment ? Ses yeux parcourent avec minutie la peau tatouée du jeune homme tout en faisant parfois des aller-retour vers son regard. Lui semble avoir compris le sous-entendu de la jeune femme, comme en témoignent ses iris clairs qui fixent le bassin de Cruz. Regard posé sur elle qui paraît peser une tonne, tant la préfète sent son poids. Elle se sent comme une proie, un gibier que l'on détaille avant de lancer la partie de chasse. Et elle adore ça autant que cela l'effraie.

« Tu l’as toujours sur toi ou tu compte la sortir de ta poche ? » Question posée de but en blanc par Luca, sans aucun détour. Rien d'étonnant, Cruz connait le spécimen qu'elle a en face d'elle : cela fait plusieurs années qu'elle le pratique, elle sait à quoi s'en tenir. Là où son manque cruel de romantisme et de tendresse aurait rebuté certaines, Cruz voit son excitation doublée. C'est tellement différent d'Edward, tellement plus ... crû, sauvage, dangereux. Le septième année arque un sourcil, sourire en coin : il est dans la partie, lui aussi. Le bas ventre de Cruz se contracte tandis qu'elle sent ses yeux sur ses cuisses. Il la détaille, elle ne peut s'empêcher de faire de même. Et ses prunelles sombres viennent se poser à l'endroit où, plus tôt, elle avait entrepris de défaire un bouton. Endroit interdit auquel elle ne devait même pas penser. Pensée honteuse qui lui fait se mordre la lèvre à nouveau. Une décharge électrique traverse le corps de la brune lorsque l'une des mains de Luca vient se poser contre son mollet, caresse fugace mais qui fait augmenter le rythme cardiaque de Cruz. Elle le sait, c'est trop tard. Elle ne peut plus reculer. « Tu n'as qu'à venir vérifier. » Paroles prononcées dans un souffle, tandis que la jeune femme n'ose plus bouger ne serait-ce que le petit doigt. Paroles qui ressemblent presque à des supplications. Supplications qui mêlent envie et appréhension. Danger qui se rapproche de plus en plus, feu dévorant sur le point de l'embraser. Pauvre colombe, tu t'es jetée toi même dans la gueule du loup. Des regrets ? Pas aujourd'hui, pas maintenant. Le désir est bien trop grand.

made by guerlain for bazzart



Cruz V. Rosewood
Family isn't always blood. It's the people in your life who want you in theirs. The ones who accept you for who you are.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8789-j-ai-pas-trouve-de-titre-la-dechehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8789-j-ai-pas-trouve-de-titre-la-deche

Arrivé(e) le : 16/11/2017
Parchemins rédigés : 462
Points : 3
Crédit : andy biersack by Ilyria
Année : 7ème (18 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: [+18 only] You say you're a rude boy, show me what you got. ▬ Luca [TERMINE]   Mar 6 Fév - 11:24



rude boy, show me what you got

Avouez-le, dîtes-le, vous voyez la même chose que moi. Où est Cruz ? Où est sa crainte ? Où est son objectif de victoire si elle se laisse elle-même piéger dans ses propres règles ? Où sont-elles ses règles d’ailleurs ? Depuis aujourd’hui, c’est une toute autre femme que j’ai sous les yeux, une femme fière de vouloir commettre une bêtise, aussi irréparable soit-elle. Et je n’aide en rien son innocence en me rendant plus coupable qu’elle ne l’est. Ce regard lourd et pesant que j’exerce sur ses hanches, je me rends compte après quelques secondes seulement, de l’ampleur que ça prend soudainement. Si c’est toujours un jeu pour elle, il est très bien joué. Si c’est toujours ce jeu, je m’engouffre tout doucement dans les néants de la défaite. Mais je n’y crois pas, je n’y crois plus. C’est trop bizarre, trop changeant. Quand autrefois elle affirmait s’être lassée de jouer avant que le challenge ne s’amplifie, je pourrais y croire. Mais ça n’est pas le cas. S’il faille que je craque et que je perde, ça m’est parfaitement égal, j’aurais fais ce que je voudrais. Je fais toujours ce que je veux, exception faîtes de la raison éventuelle qui me sort la tête enfoncée dans le sol.

Mes mots vacillent d’ailleurs déjà comme ils le veulent. Sans pincette, annoncer la couleur dès le départ. Réponse préméditée de la brune qui ne maintient alors qu’un sourire en coin sur mes lèvres. Réfléchir quelques instants, penser à ses mots avant d’agir d’une impulsion habituelle. Impulsion qui nous ronge depuis certains jours. Je lève la tête vers elle et plonge mon regard dans le sien. Forte pression naturellement exercée sur elle par le pouvoir de simples iris bleus. Tendre le même bras qui passa le long de son mollet quelques secondes avant. Oser, sans crainte, absolument aucune. Oser glisser mon index dans le haut de son pantalon, juste au dessus du bouton qu’elle connaît bien, et tirer le tissu vers moi afin qu’elle suive le rythme, afin qu’elle puisse me faire face. Je compte la prendre au mot, et ce, parfaitement. Expression faciale à présent vide de sentiment, concentré sur mes agissements, mais surtout, sur les siens. Je reste attentif à tous geste ou ressenti de sa part. Ecarter mes jambes, son bassin me faisant à présent face, je laisse mes mains glisser délicatement jusque sur les poches arrière de son jean. Garder un contact visuel avec les traits de son visage, arpenter le tissu, profiter du contact certain avec ses rondeurs. Au touché, rien dans ses poches arrières. A l’œil nu, rien dans ses poches avant. J’agis suffisamment lentement mais droitement afin de faire durer le plaisir, afin de créer la frustration que je désire tant procurer. Venue maintenant la partie la plus intéressante, celle que je réserve depuis le début de mon manège. Je savais bien évidemment que ses poches étaient vides. Mais pourquoi ne pas profiter d’une bonne paire de fesse lorsqu’elle s’offre à vous ?

Rapporter mes mains filantes jusqu’à l’extérieure de ses cuisses, faire le tour jusqu'à l'avant. Laisser l’une d’elle ouvrir lentement le bouton de son pantalon. A chacun son tour, à chacun son moment. Ceci-dit, j'ai plus de douceur qu'elle dans mes gestes. Elle est proche de moi, parce que je m’en suis moi-même assuré, mais aussi parce que l’attractivité y oblige. Nul besoin de magie, sous l’envie, le corps s’avance à lui seul comme un aimant attiré par un autre. C’est la braguette que je baisse à présent, un geste qui vaudrait à son jean d’être bien moins serré, et donc, plus simple à retirer. Mais ce n’est pas mon objectif actuel, loin de là. Mon but suivra ses grandes mains que sont les miennes et qui se permettent de baisser de quelques centimètres ce qui recouvre le bas de son corps. Ecarter un tantinet les deux triangles de tissu qui se sont formés à l’ouverture de sa braguette. Se donner un peu de clarté, une vision plus complète de ce que je suis venu chercher. Objet trouvé, objet que je pourrais presque m’approprier depuis le temps qu’on en parle. Dernière volonté en tête alors que je prends un malin plaisir à faire ce que je fais. Ce n’est pas uniquement mesquin et joueur, c’est aussi frustrant et palpitant pour moi que ça ne doit l’être pour elle. Mon visage déjà bien proche se rapproche un peu plus. Sans pudeur, le bout de mon nez s'écrase légèrement contre le bas de son ventre. Inspirer, subir un frisson résulté de mon geste. Mordre d'une trève le haut de se son sous-vêtement, tirer, avant de relâcher la pression comme j’avais fais avec sa lèvre inférieur. Reculer subitement mon visage et mes mains, relever les yeux vers elle, mine innocente mais fière. « J’ai vérifié. » Elle est maître de ses mots, je suis maître de la réception que j’en fais. Exprimer ce fait évident de l’avoir prise au mot, déléguer le reste du pouvoir que je me suis précédemment approprié. Prendre le risque de s'en prendre une en pleine face, bien que ça soit une réaction que je n'attends pas à voir. Oui, Cruz, ça y est, j'ai vérifié.
copyright acidbrain

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7879-cruz-v-rosewood-le-visage-d-un-ange-mais-le-diable-au-corps-finihttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7882-cruz-your-hell-your-dream-nothing-in-betweenhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7883-cruz-les-mots-comme-trace-de-notre-passagehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7884-cruz-de-votre-plus-belle-ecriturehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8024-cruz-des-petits-mots-a-gogo#181927

Arrivé(e) le : 19/05/2017
Parchemins rédigés : 892
Points : 2
Crédit : Eilyam (Vanessa Hudgens)
Année : Septième

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Aucun

MessageSujet: Re: [+18 only] You say you're a rude boy, show me what you got. ▬ Luca [TERMINE]   Mar 6 Fév - 21:24

You say you're a rude boy, show me what you got.

feat. Cruz & Luca

Les mots à peine sortis de sa bouche, comme incapables d'être retenus plus longtemps, Cruz les regrette déjà. Elle n'a pas pour habitude de laisser ses pulsions la guider. D'ailleurs, elle n'a pas pour habitude de ressentir de pulsions tout court. Ce moment dans les vestiaires, celui dans le parc, tout cela est bien nouveau pour elle. La jeune femme essaie de le cacher, tant bien que mal, car elle n'aime pas être prise à défaut. Mais ce serait bien naïf de croire que son manque d'expérience ne transpire pas par tous ses pores. Luca, lui, a l'air de savoir ce qu'il fait et Cruz n'arrive pas à savoir si elle doit s'en réjouir ou non. Trop tard, les mots sont prononcés et l'invitation lancée. Le septième année relève la tête et plonge ses yeux azur dans les prunelles sombres de la préfète. Regard captivant dans lequel Cruz se perd quelques instants, assez pour se laisser surprendre par l'index du jeune homme qui vient se glisser dans le haut de son jean. Stupeur que l'on peut lire dans les yeux de la brune : elle ne l'avait pas venir. Doucement, Luca la tire vers lui et elle se laisse faire bien volontiers. L'attraction est bien trop forte pour tenter de résister. Le simple contact de son index lui fait retenir son souffle. La voilà qui se retrouve face à Luca, entre ses jambes, toute proche de lui. Son visage est dénué de tout résidu d'émotions, il est méthodique et concentré. Est-ce à cela que l'on ressemble lorsque l'envie nous dévore ou est-ce simplement là l'expression facile d'un homme qui a déjà fait ça des dizaines de fois ? Cruz est au courant, vaguement, du passé de celui qui glisse délicatement ses mains vers ses fesses. Cela devrait l'inquiéter, au moins l'impressionner, mais il n'en est rien. Son cerveau s'est mis sur pause à l'instant où elle est entrée dans ce vestiaire. La brune sent les mains de Luca en train de palper ses poches arrière, à la recherche de la fameuse petite culotte. Elle n'y est pas, c'est évident et Cruz pourrait le lui dire immédiatement afin de stopper le contact. Mais elle n'en a pas envie. Son regard vide se perd dans celui du septième année : en réalité, elle ne le fixe pas vraiment, bien trop concentrée sur les sensations que lui procure cette fouille. Des frissons lui parcourent le corps et, pour autant, elle reste figée. Comme si elle n'arrivait plus à bouger. Elle sent une envie grandissante en elle, une envie qui n'a qu'un désir : voir Luca passer à la vitesse supérieure. Mais aucun son ne sort de la bouche de Cruz, elle est comme en apnée.

Les mains de Luca finissent par quitter les fesses de Cruz, pour glisser lentement sur l'extérieur de ses cuisses. Elle regrette que cela n'ait pas duré plus longtemps et, en même temps, a hâte de savoir à quelle sauce elle va être mangée. Un doute lui traverse l'esprit : est-ce qu'il ne l'a pas trouvé trop grosse ? Avec les fêtes, elle a peut-être pris un ou deux kilos ... Angoisse qui s'éloigne alors que Luca défait le bouton de son pantalon. Même scène que précédemment, sauf que les rôles sont inversés et que l'un semble beaucoup plus à l'aise dans l'exercice que l'autre. Son rythme cardiaque s'accélère dangereusement, tout son bas-ventre se contracte tandis que le Serpentard s'applique maintenant à défaire sa braguette. Enfin, l'objet de leur conversation est visible. Luca baisse un peu le jean de la brune de quelques centimètres et écarte un peu l'ouverture laissée par sa braguette. Cruz n'ose plus respirer alors que son cœur bat à une allure folle. Ça y est, sa culotte est enfin accessible. Elle n'a rien de bien extraordinaire, mais Cruz se félicite de l'avoir choisie plutôt jolie lorsqu'elle s'est vêtue ce matin : un simple tanga rouge sur le devant, avec le dos en dentelle noire transparent. Comme si elle avait secrètement espéré que Gryffondor remporte ce match. Rassurez-vous, il n'en est rien. Alors qu'elle s'apprête à interroger Luca du regard, pensant innocemment que la partie est terminée, le geste du septième année la surprend. Son visage, déjà si proche de son intimité, s'avance davantage et le nez de Luca vient s'écraser légèrement contre le bas ventre de la brune. Contact qui tend son bas-ventre en une crampe incontrôlable, décharges et frissons dans tout le corps, respiration qui s'accélère. Soudain, il prend le haut de sa culotte entre ses dents et se met à tirer dessus, arrachant un soupir à la jeune femme. Drôle de réflexe qu'elle ne se connaissait pas et qu'elle n'avait pas prévu. A peine le temps de prendre conscience des réactions de son corps que la chose est déjà finie. Luca lâche le bout de tissu et se recule, relevant innocemment les yeux vers elle. Elle qui ne comprend pas ce qui lui arrive, prise au dépourvu par le plaisir qu'elle vient de prendre. Le septième année dit quelque chose et Cruz l'entend à peine, perdue dans les multiples tatouages qui recouvrent sa peau. Elle comprend enfin qu'il lui a signifié que sa vérification était terminée. Frustration immense qui s'empare de la jeune femme. Elle ne veut plus attendre. « Ne t'arrête pas. » Réussit à répondre Crue en un souffle suppliant, alors que sa respiration est toujours aussi rapide. Elle veut s'abandonner, faire la plus belle connerie de sa vie là, maintenant. Ne plus rien contrôler et chasser l'enfant qui est restée en elle. Incapable de bouger, cependant, ne sachant pas vraiment ce qu'elle doit faire. Juste une envie dévorante de l'embrasser, de parcourir son corps à son tour, de sentir à nouveau ses mains sur le sien. Pas que ses mains, d'ailleurs.

made by guerlain for bazzart



Cruz V. Rosewood
Family isn't always blood. It's the people in your life who want you in theirs. The ones who accept you for who you are.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8789-j-ai-pas-trouve-de-titre-la-dechehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8789-j-ai-pas-trouve-de-titre-la-deche

Arrivé(e) le : 16/11/2017
Parchemins rédigés : 462
Points : 3
Crédit : andy biersack by Ilyria
Année : 7ème (18 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: [+18 only] You say you're a rude boy, show me what you got. ▬ Luca [TERMINE]   Dim 11 Fév - 17:26



rude boy, show me what you got


Regard innocent, trop pour être crédible. Crédibilité que je ne cherche pas à avoir, parce qu’elle me connaît, parce qu’elle sait ce que j’ai dans la tête. Nulle envie de me faire passer pour le pire des connards à ses yeux, souciance que j’exerce et laisse percevoir depuis ses derniers jours, à chacune de nos retrouvailles. En général, je fonce, sans demander de compte, sans même me demander si la personne qui me fait face a conscience de son engagement. Parce que je juge que chacun est suffisamment grand pour savoir ce qu’il fait, au point d’oublier que souvent, je suis le seul lucide de l’histoire. Mais malgré le peu de valeurs que j’ai, mes amis en sont une. Cruz en est une. Bien que nos chemins ne se soient croisés que trop tard, je respecte cette fille, bien plus encore que ma propre famille d’enfoirés. Alors oui, je me suis questionné, je me suis demandé si ce jeu ne ferait pas mieux de s’arrêter avant que l’irréparable n’arrive. Seulement, pour moi, ce jeu n’existe presque plus. De mes mains qu’elle laisse se poser sur son corps et dévêtir de peu le tissu accessible, de cette attirance qu’on ne peut finalement pas nier ; je juge le jeu plus faible que nos pulsions.

A un aucun moment je n’ai pensé que tout s’arrêterait dès lors que j’aurais ramené mes yeux vers les siens et laissé les choses tels quels. Elle a provoqué, j’ai réagis, j’ai cherché et elle en redemande. Ce soit disant jeu est si malsain, que je ressentirais presque une vague de culpabilité. Il n’y’a pourtant rien de plus humain. Mais est-ce que j’aurais raison de le faire ? J’ai beau anticiper la moindre de mes décisions et savoir que celle-ci tournera mal, que je ne daigne pas repousser la belle. Trop sûr de moi, je m’en sens incapable. Cruz est pure, innocente, et je ne devrais pas tolérer ce qu’elle me demande. Sousciance et culpabilité au centre d’un cœur battant d’une vitesse toujours plus hâtive. Nul autre impulsion que de soulever son T-shirt de quelques centimètres avant d’approcher à nouveau mes lèvres de son bassin. Continuer. Voilà ce que je fais. Suite logique des évènements, mes lèvres filantes le long de son ventre découvert, un contact qui fait frissoner chaque parcelle de ma peau.

Finalement, je me relève en fixant son regard et reprend de la hauteur, debout sur mes deux jambes. Mon esprit est lancé, autant que les pulsions qui vacillent dans mon corps et qui me demandent de serrer la préfète contre moi. Tout ça, ça me bouffe toutes les interrogations que je peux avoir. Une de mes mains se glisse contre sa joue, filante jusqu'à sa nuque. Visage de Cruz que je rapproche du mien alors que ma main libre s’empare de sa hanche. Trop sûr, trop volontaire, trop impulsif, trop envieux. Retrouvaille soudaine de nos lèvres. Offrir un baisé contre les siennes, un baisé qui se multiplie et s’étend, plus long, plus fougueux. Rapprocher son corps du mien de cette main contre sa hanche, glisser ma paume de main dans le bas de son dos. J’exerce une pression de mon corps contre le sien alors que mes longs doigts vont et viennent le long de sa nuque, filants dans quelques unes de ses mèches de cheveux. Palpitation au creux du ventre, amplifier le contact de nos lèvres avec plus de passion alors que j’attrape fermement le haut de son pantalon. Tirer, exprimer l’envie qu’elle m’inspire, oser avec impulsivité. Le goût de ses lèvres m’avait séduit plus tôt dans la journée, et il me séduit encore. Elle voulait que je continue. Je ne peux de toute façon pas m’arrêter. C’est plus fort que moi. Volonté de retirer ce qu’elle a sur le dos et de se retrouver à part égal. D’un souffle saccadé, je ramene mes dix doigts sur la fermeture de sa veste et découvre ses épaules. Abaisser mes lèvres jusqu’à son cou que je recouvre de baisés chauds, alors que les manches de sa veste glissent à même sa peau, protection hivernale tombante à même le sol. Attaquer directement la couture de son T-shirt que je soulève quelque peu et maintient tel quel. Mon souffle contre sa peau se dissipe finalement alors que je rapporte mon visage face à celui de la Préfète. Je pose mon front contre le sien, et exprime dans un souffle, des mots qu’elle serait la seule à comprendre. « Je veux pas m'arrêter. Mais si je continue, je perds, ou on perd ensemble.. ? » Mieux vaut prévenir que guérir, la franchise est de mise. Référence à un jeu qu'on aurait presque oublié, juste une histoire de se rassurer, de se donner une bonne excuse. Assurance dans ma voix pourtant trahie par le désire. C’était pas dans mes plans, Cruz. Tu fais chier. Si tu te joue de moi, alors ce mordillement précédent de tes lèvres n'était qu'une mauvaise interprétation de ma part et je ne pourrais m'en prendre qu'à moi.
copyright acidbrain

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7879-cruz-v-rosewood-le-visage-d-un-ange-mais-le-diable-au-corps-finihttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7882-cruz-your-hell-your-dream-nothing-in-betweenhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7883-cruz-les-mots-comme-trace-de-notre-passagehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7884-cruz-de-votre-plus-belle-ecriturehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8024-cruz-des-petits-mots-a-gogo#181927

Arrivé(e) le : 19/05/2017
Parchemins rédigés : 892
Points : 2
Crédit : Eilyam (Vanessa Hudgens)
Année : Septième

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Aucun

MessageSujet: Re: [+18 only] You say you're a rude boy, show me what you got. ▬ Luca [TERMINE]   Dim 11 Fév - 19:38

You say you're a rude boy, show me what you got.

feat. Cruz & Luca

En réponse à la demande de Cruz - la supplication, même - Luca n'émet pas la moindre parole. La brune est attentive à chacun de ses mouvements, chacune de ses expressions. C'est son esprit logique qui parle et qui, malgré le flot d'émotions qu'elle subit, ne peut totalement s'abandonner. Pas encore. Elle se sent bien trop peu à l'aise dans cet environnement nouveau pour cesser de se fier à ses sens et à ses neurones. L'un ne va pas sans l'autre, dans le cas présent. Si Cruz s'était fiée uniquement à son cerveau, elle aurait stoppé le jeu. Si jeu il y avait encore et cela, rien n'était moins sûre. Elle aurait mis un terme à tout ça, parce que si elle avait été en pleine possession de ses moyens, elle aurait compris qu'elle était en train de faire une belle connerie. Malheureusement, les sens étaient aussi de la partie et lui faisaient perdre la tête. Les lèvres du septième année reviennent au contact de la peau de Cruz, au niveau de son bassin. Bas-ventre qui se tend immédiatement, contraction soudaine et incontrôlable. Zone érogène, sans aucun doute. Il soulève son T-shirt de quelques centimètres, découvrant ainsi son nombril et le bijou qui l'orne. L'une des rares personnes de ce château à savoir maintenant qu'elle a un piercing à cet endroit. Billie aurait sûrement dit que c'était un truc de pouf, elle n'aurait sans doute pas eu totalement tort. Mieux valait ne pas penser à Billie en cet instant. Luca couvre son ventre de baisers, donnant des décharges à Cruz à chaque fois. Tout un flot de sensations nouvelles qu'elle essaie d'appréhender tant bien que mal. Tout son corps est tendu par l'excitation, bien plus qu'il ne l'est pas l'appréhension.

Luca se relève, plongeant ses prunelles claires dans les iris sombres de l'Espagnole. Cette dernière ne bouge toujours pas d'un iota malgré sa respiration qui s'accélère. Qu'est-ce qu'il est grand, qu'est-ce qu'elle est petite. Petite fille prête à s'abandonner dans les bras d'un grand garçon. L'une de ses mains vient glisser le long de la joue de Cruz, elle baisse les yeux pour suivre le mouvement du regard, jusqu'à ce qu'elle se glisse derrière sa nuque. L'autre main de Luca se cale sur la hanche de la jeune femme et il l'embrasse. Baiser fougueux, encore plus que celui du parc. Baiser qui donne naissance à bien d'autres, cascade dont le débit ne semble pas pouvoir s'arrêter. Luca passa sa main dans le bas du dos de la préfète et exerce une pression pour la rapprocher de lui, leurs corps sont désormais l'un contre l'autre. Cruz ose passer ses mains dans le dos du jeune homme, caressant doucement cette parcelle de peau à laquelle elle n'avait pas eu accès jusqu'à présent. Ses gestes sont quelques peu hésitants, elle ne maîtrise plus rien du tout et se sent particulièrement gauche. Comme un poisson hors de l'eau. Un poisson qui apprécie dangereusement d'être loin de son milieu naturel. Le bas ventre de la jeune femme est en feu, une envie grandissante s'empare d'elle tandis que Luca joue avec quelques unes de ses mèches de cheveux. Cruz désire toujours davantage ses baisers et les lui rend avec ferveur, brûlants. Le Serpentard tire sur le haut du jean de la jeune femme, jean qui lui semble soudain inutile et dont elle a envie de se débarrasser, comme de tout le reste. Envolés, les doutes concernant son physique. Juste l'excitation reste, palpable. Comme si Luca partageait ses pensées, le voilà qui s'attaque à la fermeture de la veste de Cruz. Leurs baisers cessent, quelques instants, le temps que ce blouson file s'écraser sur le sol. Un temps bien trop long loin de ces lèvres qui attirent la brune comme un aimant. Elle l'embrasse une dernière fois avec passion, avant que Luca ne descende doucement dans son cou désormais accessible. Cruz penche un peu la tête, ramenant ses longs cheveux sur un seul côté, respiration de plus en plus saccadée à mesure que les lèvres de Luca se posent sur sa peau.

Enfin, il se saisit du T-shirt de la brune et commence à remonter doucement. Elle croit qu'il va le lui enlever aussi rapidement que sa veste et, pourtant, il n'en fait rien. Alors qu'il maintient le vêtement un peu en dessus de la poitrine de Cruz, Luca cesse ses baisers et vient poser son front contre celui de la jeune femme. Leurs visages ne sont qu'à quelques millimètres l'un de l'autre, leurs nez se frôlent. « Je veux pas m'arrêter. Mais si je continue, je perds, ou on perd ensemble.. ? » Prononce le septième année dans un souffle. Cruz non plus ne veut pas s'arrêter, elle n'a qu'une envie : que ses lèvres retrouvent celles de Luca au plus vite et qu'il lui enlève ce fichu T-shirt. Elle saisit néanmoins toute la portée de sa question et l'ampleur que s'apprêtent à prendre les choses. Est-ce qu'ils sont toujours en train de jouer là ? Jeu qui les dépasse, qui les a pris au piège. Un piège que Cruz sent se refermer sur elle et dont elle ne veut surtout pas sortir. « On perd ensemble. » Réussit à répondre l'Espagnole avant que, n'y tenant plus, ses lèvres rejoignent celles du septième année, subissant une passion dévorante. Son baiser est encore plus fougueux que le précédent. Elle le sait, elle vient de donner son aval pour de bon. Comme pour sceller son accord, ses mains quittent le dos de Luca pour se poser sur la couture de son propre T-shirt, non loin de celles du Serpentard. En un geste, elle rompt leur baiser et enlève ce morceau de tissu, laissant apparaître sa poitrine couverte d'un simple soutien-gorge. Assorti à la culotte, coup de chance. Cruz plonge ses yeux dans ceux de Luca, leurs deux regards sont brûlants de désir. Elle ose poser ses mains sur le haut du jean du Serpentard, non loin du bouton sur lequel elle s'était jetée plutôt dans l'après-midi. L'envie a grandi mais l'assurance n'est plus la même, bien au contraire. Parce qu'elle sait qu'il ne la stoppera pas, cette fois. Cruz a des frissons dans tout le corps et la chair de poule a recouvert sa peau. Enfin, elle se décide et va pour déboutonner ce fameux bouton. Ses yeux n'ont pas quitté ceux de Luca, elle l'interroge presque du regard. Nouveau mordillement de lèvres. Est-ce que je fais ça bien ? Est-ce que je ne déçois pas ? Je te plais ? Embrasse moi.

made by guerlain for bazzart



Cruz V. Rosewood
Family isn't always blood. It's the people in your life who want you in theirs. The ones who accept you for who you are.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8789-j-ai-pas-trouve-de-titre-la-dechehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8789-j-ai-pas-trouve-de-titre-la-deche

Arrivé(e) le : 16/11/2017
Parchemins rédigés : 462
Points : 3
Crédit : andy biersack by Ilyria
Année : 7ème (18 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: [+18 only] You say you're a rude boy, show me what you got. ▬ Luca [TERMINE]   Mar 13 Fév - 23:01



rude boy, show me what you got




copyright acidbrain

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7879-cruz-v-rosewood-le-visage-d-un-ange-mais-le-diable-au-corps-finihttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7882-cruz-your-hell-your-dream-nothing-in-betweenhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7883-cruz-les-mots-comme-trace-de-notre-passagehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7884-cruz-de-votre-plus-belle-ecriturehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8024-cruz-des-petits-mots-a-gogo#181927

Arrivé(e) le : 19/05/2017
Parchemins rédigés : 892
Points : 2
Crédit : Eilyam (Vanessa Hudgens)
Année : Septième

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Aucun

MessageSujet: Re: [+18 only] You say you're a rude boy, show me what you got. ▬ Luca [TERMINE]   Jeu 15 Fév - 22:41

You say you're a rude boy, show me what you got.

feat. Cruz & Luca



made by guerlain for bazzart



Cruz V. Rosewood
Family isn't always blood. It's the people in your life who want you in theirs. The ones who accept you for who you are.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8789-j-ai-pas-trouve-de-titre-la-dechehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8789-j-ai-pas-trouve-de-titre-la-deche

Arrivé(e) le : 16/11/2017
Parchemins rédigés : 462
Points : 3
Crédit : andy biersack by Ilyria
Année : 7ème (18 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: [+18 only] You say you're a rude boy, show me what you got. ▬ Luca [TERMINE]   Mar 20 Fév - 20:54



rude boy, show me what you got




copyright acidbrain

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7879-cruz-v-rosewood-le-visage-d-un-ange-mais-le-diable-au-corps-finihttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7882-cruz-your-hell-your-dream-nothing-in-betweenhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7883-cruz-les-mots-comme-trace-de-notre-passagehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7884-cruz-de-votre-plus-belle-ecriturehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8024-cruz-des-petits-mots-a-gogo#181927

Arrivé(e) le : 19/05/2017
Parchemins rédigés : 892
Points : 2
Crédit : Eilyam (Vanessa Hudgens)
Année : Septième

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Aucun

MessageSujet: Re: [+18 only] You say you're a rude boy, show me what you got. ▬ Luca [TERMINE]   Mer 21 Fév - 15:02

You say you're a rude boy, show me what you got.

feat. Cruz & Luca


...

Temps suspendu, poitrine qui se soulève lentement au rythme de sa respiration. La virginité de Cruz s'est envolée, tout comme ce moment en dehors du temps. Un dernier baiser, tendre, comme un remerciement. La préfète hésite à utiliser la douche des vestiaires mais préfère finalement attendre de retourner dans la salle commune. C'est déjà étonnant que personne ne les ait surpris, inutile de jouer avec la chance plus longtemps. Elle récupère ses vêtements, dispersés dans tout le vestiaire sous le coup de l'excitation. Retrouver sa culotte, celle qui a tenu le rôle majeur lors de cette partie. Si Cruz avait su, elle l'aurait sûrement choisie avec plus d'attention ce matin là. L'Espagnole se rhabille, arrange un peu ses cheveux, vérifie qu'elle n'a rien oublié. Elle regarde une dernière fois le lieu afin de le garder en mémoire. Cet endroit c'est le leur, il n'appartient qu'à eux, pour toujours. Comme le souvenir de ce qui s'y est passé. Enfin, elle quitte le vestiaire, avant Luca. Elle ne le sait pas encore, mais demain elle culpabilisera. Notez bien le choix des mots : Cruz culpabilisera, elle ne regrettera pas.

made by guerlain for bazzart



Cruz V. Rosewood
Family isn't always blood. It's the people in your life who want you in theirs. The ones who accept you for who you are.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: [+18 only] You say you're a rude boy, show me what you got. ▬ Luca [TERMINE]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[+18 only] You say you're a rude boy, show me what you got. ▬ Luca [TERMINE]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard, 19 ans après. :: La Corbeille :: 
Corbeille
 :: Les vieux RPs
-
Sauter vers: