AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 they're gonna hate [feat. Billou]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8789-j-ai-pas-trouve-de-titre-la-dechehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8789-j-ai-pas-trouve-de-titre-la-deche

Arrivé(e) le : 16/11/2017
Parchemins rédigés : 426
Points : 0
Crédit : andy biersack by Ilyria
Année : 7ème (18 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?:

MessageSujet: they're gonna hate [feat. Billou]   Mer 10 Jan - 21:15

they're gonna hate
trouble squad Twisted Evil

Lassé de vagabonder dans les couloirs du Château un jour de repos, défait de toute motivation à bosser, je me devais de prendre l’air, bouger, m’enfuir d’entre ses murs de Pierres. Ed révise, Kaegan est avec Dan, et Audrey ? Introuvable. Celle qui a quelque peu animé ma journée, c’est la naine que j’ai croisé dans la grande salle. Celle avec qui j’affectionne les mauvaises actions, celle en qui je peux être sûr de compter si je souhaite monter le plan parfait et être le plus stratégique possible. Cruel aussi, parfois. Deux cerveaux qui se rendent mutuellement vils et malins. Deux personnages comiques lorsqu’on nous regarde de loin. Une naine et une asperge, un lutin maléfique et un géant psychopathe, un duo de partenaires uniques. Je n’avais aucune vengeance en tête, aucun plan à élucider, juste la rare envie de prendre l’air avec un ami. Je lui avais alors proposé de m’accompagner à Pré-au-lard cette après-midi. J’admets, j’avais peut-être aussi énoncé une rapide recherche d’inspiration pour nous deux si l’envie lui prenait.

Et l’inspiration ? Billie l’a eu, très vite même. Mains dans les poches, tête baissée vers le sol gelé en ce mois de Janvier, mes pas accompagnent les siens. A discuter de tout et de n’importe quoi, à remémorer nos conneries, j’en viens à parler de toutes les fois où j’ai volé. Jamais, je ne me suis fais prendre, pas une seule fois. Grand, fin, intimidant, je me faufile aussi bien qu’un vers-de-terre dans un tas de pailles. Alors devinez quoi ? Cette idiote a voulu me mettre au défi. Elle sait que j’ose tout, que j’aurais les couilles de faire toutes les choses que je souhaite. Si je ne le fais pas, c’est juste que je ne le veux pas. Là, je n’en ai pas spécialement envie, mais ça me démange. Le sourire qui se niche sur ses lèvres, il me pousse à le faire. Comme un enfant qui veut montrer qu’il est suffisamment grand, j’hausse les épaules, sourcils froncés avant de détacher mes pas des siens. « Attends-moi là, j’en ai pour deux minutes. » Mes jambes de sauterelles pénètrent silencieusement à l’intérieur du magasin de farces et attrapes : Zonko.

Franchement, je vous passe les détails. Rentrer sans rien dire, faire le tour des lieux, attirer l’attention du propriétaire loin de ma personne en poussant un gosse à renifler une tasse à Thé mordeuse. En profier pour m’éloigner et glisser dans ma poche; des conneries que je ne payerai jamais. J’ai choppé une petite boîte, un genre de kit qui rassemble Bombabouses, Bonbons à Hoquet et Savons sauteurs. Sortir sans trop de hâte et retrouver Billie dans le froid extérieur. J’ignore comment il l’a su, s’il ma vu ou s’il a juste remarqué la supercherie et le paquet manquant, mais la voix du propriétaire se fait entendre derrière mon dos. Celui-ci m’interpel, suspicieux. Regard fixé sur Billie, j’hausse les sourcils, le visage terne et sans expression spécifique. Réfléchis, pas si attentif que ça aux mots du type, je fais un pas de plus de vers elle avant de glisser le petit pack volé dans sa main. Puis imposer quelques mots entre nous, sans trop de discrétion, sans crainte et avec assurance amusée. « Je pense qu’il faudrait commencer à courir. » Depuis un moment décidé à l’embarquer dans ma merde, persuadé qu’elle me suivra, car l'instinct on est ainsi. J’hausse un sourcil juste avant de tailler comme une gazelle. Où sont passés mes couilles ? Elles sont toujours là, je te rassure. Prenez-moi au mot. J’ai dis que je ne me suis jamais fais chopper, et à ce que je sache, je suis toujours en cavale. Sprinter les premières secondes, ralentir quelque peu alors que nous arrivons au niveau des trois-balais. Regarder rapidement derrière moi et pousser Billie à l’intérieur du bar. Souffle coupé, respiration forte et hâtive, je me tourne vers elle avec beaucoup de culot, une nouvelle situation clarifiée en peu de mot. « L’appel de la Bièraubeurre ! » Lâcher ses mots perdus dans mon souffle, avant d’avancer de quelques pas et lui sourire enfin. C'est maintenant que je me met à rire, maintenant que je m'imprègne de la chaleur du bar qui sera notre repère quelque temps, un temps peut-être limité.

☾ anesidora




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8960-like-a-river-always-running-billie-atwood?nid=1#198597http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8965-we-see-through-the-stars-billie#198613http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8966-push-and-pull-billie#198614http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8967-real-talk-billie#198615http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8968-real-fast-talk-billie#198616

Arrivé(e) le : 22/12/2017
Parchemins rédigés : 280
Points : 16
Crédit : amor fati (Maisie Williams)
Année : Cinquième (redoublante)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Casey

MessageSujet: Re: they're gonna hate [feat. Billou]   Jeu 11 Jan - 11:41


❝ they're gonna hate ❞Luca & BillieCe n’est pas vraiment qu’elle n’avait rien à faire et s’ennuyait à mourir au château - bien que réviser s’approchait dangereusement de la définition de l’ennui quand même - mais il fallait être honnête : entre la proposition d’une après-midi à Pré-Au-Lard en compagnie d’un ami à l’esprit aussi intrépide que le sien et la perspective de leçons à apprendre afin de se préparer pour les BUSES… le choix était vite fait. Le duo quitte ainsi Poudlard pour le petit village sorcier voisin, parlant de tout et de rien sur le chemin, mais surtout de leurs conneries ; et le sujet est inépuisable en ce qui les concerne. Il lui était déjà arrivé de voler, quel enfant n’avait jamais été attiré vers quelque chose qu’il ne pouvait s’acheter - ou ne voulait pas s’acheter et dépenser ainsi le maigre argent qu’il possédait - et décidait alors de se l’approprier malgré tout ? Pas Billie, en tout cas, qui se souvenait encore de la punition qui avait été la leur, à elle et Josh, lorsqu’ils avaient été pris la main dans le sac, du chocolat dans les poches. Oui, du chocolat, le choix de leur larcin était discutable, mais rappelons qu’ils avaient à peine dix ans, que c’était l’heure du goûter, et que les brioches tranchées de l’orphelinat commençaient sincèrement à leur taper sur les nerfs. Luca, lui, se vantait avec morgue de ne s’être jamais fait prendre. Voyez-vous ça. Je suis sceptique, il faudrait le voir pour le croire lâcha-t-elle avec une innocence peinte sur son visage enfantin. L’avantage d’avoir la taille d’un enfant malgré que sa majorité sorcière soit proche. Son grand sourire gâche un peu l’effet de candeur, mais peu importe, le Serpentard la somme de l’attendre ici et elle l’observe se diriger vers Zonko.

Billie s’impatiente rapidement mais la perspective de le voir relever le défi implicite qu’elle lui a lancé lui permet de ne pas trouver la minute et demie qu’il passe là-dedans trop longue. Il ressort, incarnation même du flegme et de la nonchalance, et la Gryffondor grimace en sentant venir la victoire qu’il affichera avec prétention, elle n’en doute pas. Et puis alors qu’il est à mi-chemin entre la boutique et la jeune femme, une tierce personne sort, interpellant Luca d’un jeune homme autoritaire et suspicieux. Pas si victorieux que ça, finalement. Le Serpentard lui fourre le paquet dans les mains sous son regard mêlant amusement et agacement face à son assurance qui le pousse à l’inclure sans sourciller dans ses problèmes. Tu fais chier lui répond-t-elle alors que le propriétaire du magasin entame la descente des marches, les poussant à détaler à toute vitesse. Billie fait peut-être la moitié de la taille de Luca, ça ne l’empêche pas de courir aussi vite que lui, se maintenant sans problème à son niveau. Goguenarde, alors qu’ils s’arrêtent, elle le fixe haleter, le souffle erratique, alors qu’elle-même a simplement les joues un peu plus rougies que d’habitude et la respiration légèrement plus rapide. Il faudrait penser à te mettre au sport. L’avantage de pratiquer la danse dans les vieilles salles de Poudlard, le Quidditch, mais aussi de courir aussi souvent que possible. Billie n’a jamais été capable de rester en place et se dépenser quotidiennement lui permet de se sentir bien et de se maintenir en forme pour des cas de force majeure comme celui-ci.

Le culot de son ami la pousse à lui envoyer son paquet en pleine figure, mais elle ne prend pas la peine de regarder si elle l’a touché ou s’il a rattrapé l’objet, pénétrant dans les Trois-Balais, là où Luca a arrêté leur course, accompagnée par son rire qui déclenche le sien alors que la chaleur du bar l’enveloppe toute entière. Évidemment, fin de semaine, jour de sortie pour les élèves de l’école, les lieux sont blindés de monde. À la fois, c’est une bonne chose, ils sont sûrs de définitivement semer le propriétaire de Zonko ainsi, mais elle jure à voix basse en ne voyant aucune place de libre. C’est finalement en s’enfonçant dans un recoin qu’ils découvrent deux places, miraculeuses, comme si cette table et ces deux chaises n’attendaient qu’eux. Jamais fait prendre, hein ? lance-t-elle alors qu’elle s’assoit.
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8789-j-ai-pas-trouve-de-titre-la-dechehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8789-j-ai-pas-trouve-de-titre-la-deche

Arrivé(e) le : 16/11/2017
Parchemins rédigés : 426
Points : 0
Crédit : andy biersack by Ilyria
Année : 7ème (18 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: they're gonna hate [feat. Billou]   Dim 14 Jan - 20:29

they're gonna hate
trouble squad Twisted Evil

Oui je fais chier. Oui je le sais, mais en plus je fais tout pour l’être. Je me suis fais chopper, et j’ignore encore comment le propriétaire s’est rendu compte de la supercherie. De toute façon tout ça n’a plus d’importance maintenant. Nous avons prit la fuite comme deux criminels. Fuite que j’ai moi-même provoqué en jetant la preuve du délit dans les mains de Billie. Il était hors de question que je sois le seul dans cette merde. Je ne le suis jamais. Il y a toujours quelqu’un pour m’accompagner, et la plus part du temps, c’est elle. Son défi, mon acte, notre problème.

Course hâtive qui nous a prouvé à tous les deux que je manque d’endurance. Un peu plus essoufflé qu’elle, j’admets que le manque de sport ne m’est pas favorable. Ce n’est qu’une question de santé interne, parce que fin comme je suis, je pourrais bouffer des kilos de cochonneries que je ne prendrais pas un gramme. Je suis d’ailleurs étonné qu’elle soit parvenue à me suivre au pas avec ses jambes de naine. Rire alors à sa réflexion tandis que j’attrape au vol la boîte à conneries qu’elle me renvoie sans gêne. Retour au propriétaire illégitime. Rires mutuels une fois avoir pénétrer les lieux qui nous vaudront une fuite efficace. La taverne est tellement blindée de mondes, qu’on ne risque pas de se faire rattraper ici. D’ailleurs, je ne suis même pas sûr que le type nous ai suivi plus de 10 mètres. C’est qu’on a couru comme des gazelles. Imaginez le jour où notre vie est en danger ? On survit, c’est sûr.
Enième taquinerie de la part de Billie qui se fout de moi à présent. « Je t’assure, je sais pas comment il a su, il était entrain de s’occuper d’un gosse que j’ai couilloné… » Franchement, elle ne veut pas savoir ce que j'ai foutu dans cette boutique. Dire les choses, sans gêne, sans le moindre malaise, comme si c’était le récit d’un livre d’enfant. Je compte bien lui fournir la réponse la plus fourbe que je puisse trouver. Toujours besoin de me défendre, toujours trouver un moyen de me valoriser, même lorsque j’ai tord. Ceci dit, je suis un mec honnête, et pour moi, l’un va parfaitement avec l’autre. J'enchaîne alors avec la mauvaise foie volontaire que j’épreuve de temps à autre. « Et puis prouve moi le contraire si tu peux, mais il a juste su ou vu; il ne m’a pas chopper ! » Jouer sur les mots. Hausser les sourcils, étendre un sourire malicieux d’enfant fier tandis que je lève les mains avec innocence. Se déplacer au même moment vers la seule table de libre du bar et s'y assoeir, comme si elle nous était destinée. C’est presque bizarre, presque menant à penser qu’il y a un gag là-dessous. Je ne regarde pas les gens autour de moi, comme toujours je m'en tape. Je ne pense qu'à l'adrénaline que m'a foutu l'escapade passée, qu'à ma gorge qui appel au frais d'une Bièraubeurre. « En tout cas moi j'ai fais ma connerie du jour. Vous reviendrez demain madame défis à la con. » Persuadé que j'en ai fini pour aujourd'hui, pas spécialement dans l'attente d'une idée farfelue à venir. Peut-être aussi que je joue sur la provocation. Je ne sais qu'être provoquateur de toute façon, comme devenu une seconde nature, un réflexe sans objectif direct. Doigts entrelacés, dans l'attente d'une serveuse, je sourie en coin à la naine qui me sert de partenaire. Eh, d'ailleurs, Vous avez déjà vu Cruz et Billie à côté de moi ? Un sketch. Je pourrait les accrocher au sapin de Noël qu'on y verrait que du feux.

☾ anesidora




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8960-like-a-river-always-running-billie-atwood?nid=1#198597http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8965-we-see-through-the-stars-billie#198613http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8966-push-and-pull-billie#198614http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8967-real-talk-billie#198615http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8968-real-fast-talk-billie#198616

Arrivé(e) le : 22/12/2017
Parchemins rédigés : 280
Points : 16
Crédit : amor fati (Maisie Williams)
Année : Cinquième (redoublante)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Casey

MessageSujet: Re: they're gonna hate [feat. Billou]   Lun 15 Jan - 21:34


❝ they're gonna hate ❞Luca & BillieUn gosse ? Quel gosse ? Qu’est-ce qu’il avait encore fait dans ce magasin ? Qu’est-ce qu’il avait fait avec le gosse qu’il venait de mentionner ? Billie roula des yeux, pas surprise le moins du monde de voir que Luca s’était une nouvelle fois montré retors. Il avait fallu qu’il implique une tierce personne dans son larcin, hein, bah bravo, quelle belle mentalité, quel courage également. Rien de très étonnant, il n’était pas à Gryffondor, lui. En réalité, ça amusait quand même la jeune femme, qui ne s’était pas départie de son petit sourire depuis qu’ils étaient entrés dans les Trois-Balais. Le gamin ne risquait certainement rien, son ami étant vil, pas méchant, et puis le propriétaire ayant repéré le petit manège de Luca, il n’allait certainement plus se soucier de l’enfant. Luca, qui était également d’une mauvaise foi à toute épreuve, assurant à la Gryffondor avec un aplomb tout naturel qu’il avait réussi son pari. D’une certaine manière, c’était bien ce qu’il était entrain de lui dire, là, avec tout le culot dont il était capable. Qu’est-ce qu’il pouvait inventer comme connerie à la seconde, lui, alors. Tu joues sur les mots Luca. Si on applique la devise pas vu, pas pris, t’as pas réussi à relever le défi. Un large sourire qui masque la nouvelle provocation qu’elle lui adresse. Mais maintenant qu’ils sont assis dans le bar, elle n’a aucune envie de se bouger pour retourner assister à un second échec du jeune homme. Non, ils sont bien, ici, et puis ça laissera le temps au propriétaire de Zonko de les oublier.

Billie se délestait de son écharpe et de sa veste au moment où une serveuse, zigzaguant habilement entre les clients, s’approchait d’eux pour prendre leur commande. Deux Bièraubeurre plus tard et la voila repartie. En général, tu les enchaînes les conneries, qu’est-ce qu’il t’arrive, t’es malade ? le raille-t-elle avec amusement. Coudes posés sur la table, tête appuyée sur ses paumes, elle jette un coup d’oeil au paquet volé que Luca a rattrapé lorsqu’elle le lui a balancé en pleine figure. C’était son idée, d’accord, elle admettait tout, ou plutôt son défi, elle n’aurait quand même pas proposé explicitement au Serpentard d’aller piquer un truc dans la première boutique du coin. C’était plus amusant de le voir incapable de répondre à une provocation, encore plus de le voir s’éloigner sur ses échasses pour rétablir son honneur baffoué. Bon, ça n’était pas vraiment un succès aux yeux de Billie qui n’en démordait pas : il s’était quand même fait prendre sur le fait. Il ne s’était pas fait attraper, mais au diable la nuance. Billie désigna l’objet de son larcin d’un geste de la tête. Alors, qu’est-ce que c’est ? Provenant de Zonko - dont Billie connaissait le catalogue habituel sur le bout des doigts - ça ne pouvait qu’être quelque chose de suffisamment intéressant pour valoir le coup. Restait à s’assurer qu’il n’avait pas choppé les rares trucs de la boutique qui n’étaient plus très amusants, avec le temps, un peu comment une chanson qu'on aurait trop écoutée.
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8789-j-ai-pas-trouve-de-titre-la-dechehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8789-j-ai-pas-trouve-de-titre-la-deche

Arrivé(e) le : 16/11/2017
Parchemins rédigés : 426
Points : 0
Crédit : andy biersack by Ilyria
Année : 7ème (18 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: they're gonna hate [feat. Billou]   Sam 20 Jan - 12:34

they're gonna hate
trouble squad Twisted Evil

Oui, il y avait un gosse. Mais je précise une fois encore, mieux vaut ne pas savoir. Esquisser un sourire en coin amusé parce que c’était franchement drôle à voir, encore plus à faire. Se foutre de la gueule de Billie en abusant de ma mauvaise foi alors que je serais, en temps normal, le premier à admettre mes erreurs. Oui, je suis honnête et sincère, mais je ne m’excuserais pas pour autant. Je ne chercherais pas non plus à me racheter. Autrement dit j’y passerais ma vie. Alors je me contente simplement de répondre à mon échappatoire détourné. « D’accord, vu comme ça. » Moue approuvant, mais à la fois rédhibitoire face à une nuance que j’avais aimé souligner. Ne pas m’étaler trop longtemps sur ma défaite, accepter les faits et avancer avec confiance dans un bar si peuplé, que la simple respiration des gens fait chauffer les murs. A présent assied à l’une des dernières tables libres de chez Zonko, nous retirons nos vêtements hivernaux, écharpe couleur verte et argent que je dépose sur la table. Regard viré vers une serveuse qui vient prendre nos commandes, regard que j’excède sur son allure alors qu’elle repart afin de les traiter. Rapporter l’attention sur Billie qui ne cesse de bafouer mon honneur depuis tout à l’heure. Elle va se calmer la naine ? Arquer un sourcil, passer une main dans ma chevelure noire. « Peut-être juste que pour une fois j’ai décidé d’te faire chier toi. » Sûrement une vengeance à son défi que j’ai raté, peut-être aussi que je ne lui veux rien, que c’est la seule réponse que j’ai trouvé; une taquinerie pour répondre à la sienne. Je suis le roi des provocations, hors de question que je ne réponde pas à celles qu’on me jette.

Boîte de farce toujours entre mes mains, Billie la désigne, interrogée sur ce qu’elle peut bien contenir. Tiraillé entre le mépris que j’ai pour ses trucs puérils et l’amusement que je ressens à les avoir carottés, je sourie à la Gryffondor en m’exprimant de mots qui ne collent pas avec l’expression de mon visage. « C’est de la merde. » Expulser un rire soudain qui perce à peine les autres voix du bar. « Y’a des Bombabouses, des Bonbons à Hoquet et des Savons sauteurs dans cette boîte à la con. » Tournoyer la boîte sous tous ses angles, comme si je m’emmerdais à présenter un produit que je déteste et me retrouve à dénigrer. Je ferais un bon commerciale ceci-dit, je n’en doute pas. A partir du moment où on ne me fait pas vendre des farces et attrapes. Poser le paquet sur la table, le pousser vers elle pour qu’elle y voit de plus près. « Si ça t’inspire, gardes-la. » Le bleu azur des mes yeux fixé dans les siens, accompagne à la perfection ce froncemement de sourcils soudain. Le pire dans tout ça, c’est qu’avec notre imagination, on pourrait vraiment faire les cons avec ça. Ici ou ailleurs. Créer un bordel pour lequel riraient deux enfants ayants suffisamment économisés pour se procurer des farces et attrapes. J’ai beau avoir une maturité hallucinante concernant certains sujets, je n’en reste pas moins un homme, qui, en présence de ses amis, perd un an ou deux. Des années que je reprends comme par magie, alors que la serveuse m’apporte la Bièraubeurre que ma gorge sèche appelait au secours.

☾ anesidora




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8960-like-a-river-always-running-billie-atwood?nid=1#198597http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8965-we-see-through-the-stars-billie#198613http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8966-push-and-pull-billie#198614http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8967-real-talk-billie#198615http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8968-real-fast-talk-billie#198616

Arrivé(e) le : 22/12/2017
Parchemins rédigés : 280
Points : 16
Crédit : amor fati (Maisie Williams)
Année : Cinquième (redoublante)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Casey

MessageSujet: Re: they're gonna hate [feat. Billou]   Lun 22 Jan - 18:23


❝ they're gonna hate ❞Luca & BillieAgaçant au possible ce type, plus impertinent, tu meurs. Comment en étaient-ils venus à être amis, déjà ? Il lui rappelait énormément Josh, c’était dingue comme elle retrouvait un peu de celui qui était comme un frère pour elle chez Luca. Comme avec celui qu’elle connaissait depuis presque toujours, elle adorait Luca autant qu’elle avait envie de lui arracher les yeux. Et elle avait vraiment très souvent envie de les lui arracher. En toute amitié, bien sur. Pour son bien à lui. Il éluda superbement sa question concernant le gosse et Billie roula une nouvelle fois des yeux mais n’insista pas puisqu’il reconnut de vive voix qu’elle était la raison incarnée. Enfin, c’était pas vraiment ce qu’il avait dit, mais elle saisissait le fond de sa pensée, si, si. Très bien, ça, elle pouvait l’accepter, et superbement ignorer sa moue qui démentait la totalité de ses propos. Il approuvait à voix haute mais désapprouvait à voix basse. Tant pis pour lui, Billie ne se souciait que de ce qu’il affirmait haut et fort - à savoir qu’elle avait raison, mais ça, elle le savait déjà, même si c’était toujours un immense plaisir de l’entendre de sa bouche à lui - et afficha donc un sourire triomphant à faire grincer des dents celui qui était assis en face d’elle. La victoire modeste n’était pas vraiment quelque chose qu’elle pratiquait, surtout pas quand elle était à l’origine du défi de base. Tu passes tout ton temps à me faire chier, j’te signale, c’est pas comme si ça allait changer nos habitudes. assena-t-elle sans se départir de son sourire. L’un comme l’autre, ils ne rataient jamais une occasion de s’emmerder mutuellement ou d’entraîner l’autre dans une situation improbable. Généralement sans même lui demander son accord. Mais je te rappelle quand même que c’est toi qui m’a demandé de t’accompagner. Bien évidemment parce que je te manquais, alors montre-toi plus aimable. Leur seul mode de communication, ce sont les taquineries. Ont-ils déjà été sérieux ? Oui, ne serait-ce que l’année dernière, où ils l’ont été plus que de raison. Ils savent l’être quant il le faut, mais il le faut rarement, avec eux.

Il ne savait même pas ce qu’il avait volé, c’était le comble, ça. Billie l’observa d’un air narquois étudier la boîte et lui détailler ce qu’elle contenait. De la merde, peut-être pas de son point de vue à elle, mais certainement pas ce qu’il se faisait de mieux dans la matière. Donc en plus de t’être fait choppé, t’as volé de la merde. T’es en forme aujourd’hui. La jeune femme s’empara de la boîte qu’il venait de pousser vers elle pour l’étudier un peu plus. Elle connaissait bien le paquet, en ayant acheté quelques fois, mais plutôt durant ses premières années. En arrivant à Poudlard, tout un monde de farces et attrapes s’était ouvert à elle. Les moldus en étaient réduits à des choses bien basiques, comparé aux sorciers, aussi avait-elle entamé son épopée personnelle : tester tous ces gadgets magiques qui la fascinaient. Avec le temps, ils étaient devenus quelque chose de tout à fait basiques et normaux. Ce qu’elle regrettait, c’était de ne pas pouvoir en ramener à sa famille d’orphelins pour leur montrer à quel point les créations de l’esprit étaient illimitées. Ouais j’vais la garder, ça pourra toujours servir. Une bonne Bombabouse était toujours utile.

Quand la serveuse revient, les mains chargées de leurs boissons, Billie retire ses coudes de la table pour qu’elle puisse les y poser. Impsosible de manquer le regard que Luca lui lance, à la serveuse, créant un début de sourire parfaitement sarcastique qui s’élargit à mesure que les yeux du Serpentard suivent le chemin des courbes de la femme qui vient de leur apporter leurs boissons. Portant son verre à ses lèvres, elle apprécie la première gorgée avant de reprendre les taquineries mutuelles. Si je dérange, je peux m’en aller, je voudrais pas t’empêcher de passer du bon temps avec la serveuse. Bien évidemment, jamais il n’a formulé une telle chose. Mais pas besoin, son visage tout entier parle pour lui, ça en était presque affligeant.
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8789-j-ai-pas-trouve-de-titre-la-dechehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8789-j-ai-pas-trouve-de-titre-la-deche

Arrivé(e) le : 16/11/2017
Parchemins rédigés : 426
Points : 0
Crédit : andy biersack by Ilyria
Année : 7ème (18 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: they're gonna hate [feat. Billou]   Jeu 25 Jan - 22:04

they're gonna hate
trouble squad Twisted Evil

Au fond, c’est vrai. Je passe mon temps à faire chier tout le monde. Autant par ma nature ignoble et impulsive que par une volonté qui se veut marquante. Je m’étais contenté de sourire en coin à une autre de ses taquineries. Soi-disant elle m’aurait manqué et je lui dois amabilité. Comme une petite sœur qui fait royalement chier son grand-frère, le dernier étant bien évidemment le plus immature des deux. Aussi futé et intelligent qu’un homme puisse être, il aura toujours du retard sur la femme à ce niveau là. Rien que les mots que j’emploie en disent bien long sur moi. De la merde, que j’ai appelé ça. Grossier jusqu’au bout des ongles, grossier jusque sur ma peau, dans mes mots et mes sentiments. Une grossièreté qui plait à plus d’un, visiblement. Forme du jour qu’elle me dit excéder, sarcasme volontaire qui me fait froncer les sourcils d’une mine faussement mécontente. « On va peut-être se calmer maintenant la naine ?! » Plus une réclamation conseillée qu’une véritable demande, toujours dans le thème de la taquinerie ceci-dit.

Aussi idiots que nous avons l’air, nous avons connu une période où nos gamineries on portés leur fruit à quelque chose de grand. Plus grand que nous. Ames charitables et rebelles furent secrètement investies pour ravir le palet des martyrs. Ce fut l’une des preuves de mon intégrité et de ma conscience. Conscience aujourd’hui envolée alors que je trimballe sur moi un objet volé. Rien de bien méchant. Des broutilles que volerait un gamin de 11 ans. Des conneries que j’ai tendues à Billie au cas où elle en aurait l’usage. Quelques secondes qui s’écoulent avant que la serveuse ne revienne vers nous. Plus âgé que moi, mais pas moins charmante qu’une étudiante. D’un côté, c’est même plus avantageux. Je lui offre mes remerciements d’un signe de tête avant de m’empresser d’empoigner le manche de mon verre. Mon regard lui, la suit à nouveau, comme le plus naïf des cons devant les atouts d’une Femme. La suite ne fut pas des moins prévisibles. Comme une perche que j’aurais expressément tendue à Billie pour me faire battre. Oublier la serveuse dès le moment où elle quitte mon champ de vision, m’en souvenir dès lors que Billie me jette une énième taquinerie à la gueule. Rouler des yeux alors que la seule personne avec laquelle je veux être est mon seul amour; cette Bièraubeurre bien fraîche en contact avec mes lèvres. Boire une gorgée avant de râler après la râleuse. « Je vais pas te laisser partir toute seule, tu vas encore te perdre... ou tomber dans un trou. » Bravo pour la maturité et la blague de merde Luca. Honnêtement, je suis entrain de m’imaginer Billie tomber dans de tous petits trous gisants à même le sol, et je trouve ça drôle. Bref, j’enchaîne avec un peu plus de sérieux, bien que j’avais déjà dis les choses d’un sérieux impressionnant, comme si la Bièraurebeuure était un sujet qu'il ne faut prendre à la légère. « Allé, sérieusement. Ranges-moi ta tronche de cochon, tu l'as feras à d'autres. » Tendre mon bras vers elle, lever un verre dont je me suis déjà permis de boire la mousse. « A nous ! » Inviter quelqu’un à trinquer, aussi bizarre que ça puisse paraître, c’est une jolie preuve d’amitié pour moi. A l'époque, les gens qui trinquaient devaient pouvoir se faire confiance. Tu connais pas l'histoire ? Bah tant pis, je suis pas ta mère.

☾ anesidora




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8960-like-a-river-always-running-billie-atwood?nid=1#198597http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8965-we-see-through-the-stars-billie#198613http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8966-push-and-pull-billie#198614http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8967-real-talk-billie#198615http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8968-real-fast-talk-billie#198616

Arrivé(e) le : 22/12/2017
Parchemins rédigés : 280
Points : 16
Crédit : amor fati (Maisie Williams)
Année : Cinquième (redoublante)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Casey

MessageSujet: Re: they're gonna hate [feat. Billou]   Ven 26 Jan - 18:41


❝ they're gonna hate ❞Luca & BillieBillie consentit à accorder une cessation - temporaire, bien évidemment, quand on les connaissait, on savait qu’une trêve ne pouvait qu’être très courte - des hostilités à Luca. De toute façon, la serveuse qui avait pris leur commande revenait déjà avec leurs boissons dans les mains, boissons qu’elle déposa devant les deux jeunes sorciers en se penchant d’une manière trop exagérée pour être naturelle. La Gryffondor se retint de lever les au ciel mais sentit, au contraire, son sourire s’élargir alors qu’elle notait le regard appuyé et intéressé du Serpentard. Ben tiens, il en manquait pas une, celui-là. Voilà, la paix avait été de très courte durée, Billie sentait déjà de nouvelles taquineries lui démanger les lèvres, et elle ne se priva pas de les balancer, un sourire entendu sur le visage provoquant une réaction parfaitement attendue chez son ami. Étouffant un rire dans sa chope, elle avala un peu de Bièraubeurre, le goût de caramel chaud n’enlevant rien à son envie d’emmerder un peu plus le jeune homme. Il avait cherché - il n’avait qu’à être plus discret, aussi - il l’avait trouvée. Ses mots se bataillèrent une demi-seconde avec sa conscience, celle-ci cherchant à les retenir, à ne pas faire cette blague vaseuse, mais c’était déjà trop tard. Au moment même où l’allusion - involontaire ou non, cela restait à voir - de Luca avait été prononcée, la réplique de Billie était déjà prête à surgir et appuyer son sous-entendu précédent. Actuellement, de nous deux, c’est toi qui risque le plus de tomber dans un trou. Et, de nouveau, noyer le fou rire qui la menaçait d’une gorgée de Bièraubeurre, masquer, encore quelques secondes, le fait qu’elle se foutait ouvertement de sa gueule. Ce n’était pas du tout une tête de cochon, simplement, je veille à ton bien-être, les occasions doivent être tellement rares pour une asperge comme toi que si je peux rendre service en me cassant, ce sera presque avec plaisir. Continuer de l’emmerder, parce que c’est son passe-temps favori. Heureusement qu’il n’est pas du genre à prendre la mouche. Mais s’il l’était, ils ne seraient pas amis, c’est donc somme toute tout à fait logique.

Sa chope déjà quelque peu entamée, elle la lève néanmoins pour aller la faire taper contre celle de Luca, reprenant ses mots. À nous ! Quelques secondes sans se chamailler comme deux gamins, trop occupés qu’ils étaient à savourer leur boisson, respectivement chaude et froide. Se passant une main dans les cheveux, Billie les ébouriffe d’un geste, appréciant la chaleureuse ambiance qui se dégageait de ce bar bondé comme jamais. Le temps glacial à l’extérieur plus une sortie d’étudiants, tous les critères étaient réunis pour que le bar le plus populaire de Pré-Au-Lard soit pris d’assaut. La rentrée était encore récente et les lieux bruissaient des conversations d’amis qui ne s’étaient pas vus pendant de longues semaines. Comme c’était le cas pour elle et Luca, en fait, puisqu’elle était exceptionnellement retournée à l’orphelinat durant les vacances de Noël. Bon et sinon, tu vas bien ? Je veux dire, si on excepte le fait que tu es un Serpentard et que la nature n’est pas tendre avec toi, comment ça va ? Impossible. C’était tout simplement impossible pour les deux d’être sérieux même quelques secondes. Tu as fais quoi de tes vacances ? Bon d’accord, quelques seconde, ça semblait peut-être envisageable, en fait. Mais garde au retour de flamme.
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8789-j-ai-pas-trouve-de-titre-la-dechehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8789-j-ai-pas-trouve-de-titre-la-deche

Arrivé(e) le : 16/11/2017
Parchemins rédigés : 426
Points : 0
Crédit : andy biersack by Ilyria
Année : 7ème (18 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: they're gonna hate [feat. Billou]   Sam 27 Jan - 21:35

they're gonna hate
trouble squad Twisted Evil

Certes, la serveuse est plutôt pas mal à regarder. Mais ça s’arrête là. J’ai déjà suffisamment de problèmes avec les femmes en ce moment, nul besoin de m’empoter avec une de plus. Un plaisir pour les yeux, mais un plaisir coupable. Elle est repartie, et ça m’est égal. Intérêt seul pour la Gryffond face à moi et pour la Bièreaubeurre que j’apporte à mes lèvres. A deux doigts de m’étouffer avec la mousse lorsque Billie avance une remarque plutôt salace, le genre que je n’entends pas tous les jours. En général, celle-là, c’est moi qui les fais. Elle se fou de ma gueule, caché derrière sa bière. Incapable de m’en empêcher. Incapable de ne pas lui renvoyer le ridicule de la situation du même jeu d’ordre. « Au moins elle, elle a un trou dans lequel y'a la place pour rentrer. » Soit disant la naine en a un étroit. Oser le salace, sans gêne, sans répit. Faire comme elle. Simuler un fou rire, que je n’ai pas, derrière mon verre. Détourner mon regard vers la foule du bar qui se déchaîne déjà trop pour un après-midi. Aucune culpabilité, que de vacheries amicales. Billie qui continua avec cette fille dont je me fiche. Rouler des yeux, prier pour que le sujet se clôture parce que c’est n’importe quoi. Aussi sexy qu’elle soit, je préfère à mille fois la présence d’une amie, bien que ce ne soit pas dans mes habitudes de le montrer. Ne rien répondre, offrir à la Gryffondor un regard qui surpasse tout le reste.

Choppe en l’air, attentif au moment où le verre de Billie viendra cogner contre le mien. Bruit qui se fait que trop peu entendre dans le brouhaha émanant du bar. Alors quand on pense enfin retrouver une conversation normal, cette idée se dissipe aussitôt. Il va peut-être falloir commencer à songer qu’aucune de nos conversations n’est normale. Ou alors c’est la normalité qui deviendrait anormale pour nous. Qu’importe, voilà un autre uppercut de la petite. Les vacances furent de courtes durées, et pourtant, j’aurais juré ne pas en voir la fin. Passif à l’ennui, il ne m’a pas importé plus que ça. Je les ai appréciés, ces vacances, mais je n’ai rien à en dire. Trop rare sont les moments où je parle de moi pu d’autre chose que de ce qui m’énerve. Une chance que ses piques à la con ne me foutent pas les nerfs, impulsif comme je suis, j’aurais déjà tarté la première conne de son genre. « Tu parles de ses vacances ? Ses quelques jours que j’ai passé loin de toi et de tes piques débiles ? Juissifs. » Et merde. C’est reparti de plus belle, moi qui pensais pouvoir calmer le jeu et profiter de la fraîcheur d’une Bièraubeurre sans excès. Mais Billie et moi, c’est l’excès constant, principalement envers les autres. « Non, sérieusement, je vais bien. » Bof. « Je me suis forcé à bosser un peu ses vacances. J’avais même eu l’idée d'un coup qu’on aurait pu faire, mais t'étais pas là et maintenant j’ai oublié ce que c’est… » Bravo, merci pour l’information constructive. « Et toi sale teigne ? » Je suis ce genre de type mystèrieux qui peut parler beaucoup sans pour autant en dire de trop. Souvent volontaire, parfois non. Et ça compte, même pour là. Je suis le genre qui ne se laisse mentir que pour une chose; son état d'esprit. Mauvaise période ou pas, la façade en pierre qui orne mon visage est infranchissable.

☾ anesidora



PS (mdr):
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8960-like-a-river-always-running-billie-atwood?nid=1#198597http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8965-we-see-through-the-stars-billie#198613http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8966-push-and-pull-billie#198614http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8967-real-talk-billie#198615http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8968-real-fast-talk-billie#198616

Arrivé(e) le : 22/12/2017
Parchemins rédigés : 280
Points : 16
Crédit : amor fati (Maisie Williams)
Année : Cinquième (redoublante)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Casey

MessageSujet: Re: they're gonna hate [feat. Billou]   Dim 28 Jan - 23:12


❝ they're gonna hate ❞Luca & BillieBillie n’avait peut-être jamais eu la moindre relation amoureuse, les mecs l’intéressaient à peu près autant que les traités d’Arithmancie en dix volumes que pouvait contenir la bibliothèque, tout au plus avait-elle embrassé un ou deux garçons à l’orphelinat et à Poudlard, mais ça n’était franchement pas son centre d’intérêt principal. Ça ne l’empêchait pas de parfaitement comprendre les sous-entendus sexuels et donc de saisir avec clarté la réplique salace que lui renvoya Luca. Bon, elle avait cherché, ce n’était qu’un juste retour des choses. Ça s’aventurait quand même sur un terrain trop glissant là, sans mauvais jeu de mot. Elle aurait parié que Luca l’avait fait exprès pour couper court à toute tentative de l’emmerder un peu plus. Il avait bien joué, Billie n’avait aucune envie de continuer plus loin dans l’exploration de leur palette de sous-entendus libidineux, se contentant donc d’étouffer le nouveau fou rire qui la gagnait lentement dans une nouvelle gorgée de Bièraubeurre. Heureusement qu’elle ne pense jamais à ce genre de choses et qu’elle est de nature je m’en foutiste, ça lui évite d’avoir à rougir du sous-entendu vraiment pas très subtil du Serpentard en face d’elle. Ses lèvres étirées en un grand sourire, elle soutient son regard entendu.

Le bruit de sa choppe contre la sienne ne parvient pas à surmonter le bruit ambiant mais qu’importe, c’est pas ça le plus important mais le geste en lui-même. Incapable de rester entièrement sérieuse trop longtemps, la Gryffondor s’enquiert malgré tout de l’état actuel de son ami, non sans balancer une nouvelle vacherie au passage. De celles-là mêmes ouais approuve-t-elle juste avant que le Serpentard n’affirment qu’elles étaient jouissives, déclenchant un nouveau roulement d’yeux chez la Gryffondor. Il y avait trois réactions types entre les deux : des piques, les rires et sourires, et les yeux levés au ciel. Et ils naviguaient constamment entre les trois, avec quelques pauses parfois, mais ils y revenaient toujours. Grimace expressive alors qu’il lui dit avoir travailler ses cours. C’est qu’elle avait complètement oublié les résolutions qu’elle prenait régulièrement - pour les oublier aussitôt - de bosser un peu plus sérieusement et de ne pas se contenter que du strict minimum dis donc. Je savais que je t’avais trop manqué, mais au point de travailler les cours ? Wahou ! raillerie légère, gentille même. Si tu t’en souviens, fais-moi signe. Non pas qu’elle était toujours partante pour faire les quatre cent coups mais… si, en fait. T’es sur que ça va ? T’as une petite mine quand même lâche-t-elle de but en blanc, histoire de s’assurer qu’il ne lui dit pas qu’il va bien par pure et simple politesse. C’est pas qu’elle le prendrait mal mais presque.

Laisser couler le sale teigne qui ne l’atteint nullement et sourire légèrement alors que la Bièraubeurre coule une nouvelle fois le long de l’intérieur de sa gorge. Ça va super. Comme à peu près toujours, il était rare que la jeune femme se sente mal. Mais au plus bas, l’année passée, elle trouvait de quoi rire et sourire. Je suis retournée à Londres et j’ai passé deux jours chez Milo. Et le nouvel an je te raconte pas. Franchement, tu t’es un peu amusé au moins ou tes vacances ont été aussi ennuyeuses que ça ? D’habitude, elle, quand elle restait à Poudlard durant les vacances, elle s’amusait tout autant que quand elle rentrait à Londres, c’était un comble de savoir qu’il avait simplement bossé ses cours.
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8789-j-ai-pas-trouve-de-titre-la-dechehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8789-j-ai-pas-trouve-de-titre-la-deche

Arrivé(e) le : 16/11/2017
Parchemins rédigés : 426
Points : 0
Crédit : andy biersack by Ilyria
Année : 7ème (18 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: they're gonna hate [feat. Billou]   Mar 30 Jan - 19:51

they're gonna hate
trouble squad Twisted Evil

Réactions naturelles, presque uniques, essence même de notre relation quelque peu spécifique. Je balance rarement tant de conneries et de vacheries à la pelle. Disons que c'est dans mon caractère d'être garant d'un humour noir, mauvais, parfois même malsain et sarcastique. Mais un enchaînement pareil, et avec un tel sourire ? Il n'y a qu'avec Billie que ça fonctionne aussi bien. Elle est un peu comme la petite soeur que je n'ai jamais eu finalement. Mon Jayden d'un autre âge, en un peu plus fou. Quand on pense que nos vacheries se terminent, d'autres reprennent, automatisme constant dont j'ai fais preuve à la réponse de sa question des plus banales. Ça, ce n'est pas sorti simplement parce que c'est elle. Je l'aurais sorti à n'importe qui. Grande gueule, certes, mais jamais lorsqu'il s'agit de parler de moi. Toujours très secret, pourtant toujours au courant des dernières nouvelles, autant par de simples regards jetés à tout va que par une ouïe toujours attentive. Capable d'écrire la vie d'un autre sans pour autant en être au sujet de la mienne. Manque de volonté ou d'imagination, on ne doit pas m'en vouloir pour ça. Ce n’est jamais à titre personnel, je pars du principe que personne ne souhaiterait savoir ce qui se trame dans ma tête perturbé de paradoxes et de principes propres, des choses que certains ont découverts par eux-même. Pandora, suffisamment intelligente pour m'avoir cerné de bout en bout. Connaissances à mon égard qui la pousse à m'apprécier un peu trop, sans vouloir parler d'admiration.

Alors oui, je ne vais pas au mieux, mais depuis quand je m'en care ? Figure d'autorité sombre et mystérieuse, d'apparence coupé du monde, pourtant bien attentif à chaque détail. Observer ses sourires et faux regards lassés qui fusent entre nous, joie de se fréquenter incontestée. Elle a le droit. Elle a le droit d’être étonné du fait que je puisse avoir bosser ses vacances. Je le serais aussi. Je serais même étonné rien que d'avoir prononcé ce mot. Je sourie à sa remarque, me mettant même à réfléchir sur ce que j’ai appris ses vacances, finalement rassuré de constater que je m’en souviens toujours. Par la suite, hocher de la tête d’une mine aussi convaincante qu’elle n’est petite. « Ca change pas franchement de d’habitude. » Une vérité qui en cache une autre.

Et toi, la teigne ? Écouter ce qu'elle a à dire de ses vacances, hausser un sourcil, tirer une mine satisfaite de sa réponse, laisser s'échapper un « Cool ! » sincère. Milo, son meilleur ami, prénom assez souvent glissé dans divers sujets, un prénom sur lequel j'ai encore du mal à mettre un visage. « Bah, me raconte pas alors. » Réponse en coup de vent, par dessus ses mots, sans expression, digne de moi. Puis comme j'aurais du m'en douter, le sujet revient sur ma personne comme un boomerang lancé à toute vitesse. C'était trop rapide, trop beau. Elle veut en savoir plus sur mes deux semaines de répits ? Elle veut au moins savoir si je me suis amusé ? D'accord, mais qu'elle ne s'attend pas au moindre détail fortuit. Boire une nouvelle gorgée suivie d'un rapide passage de ma langue sur ma lèvre inférieur. Plaquer avec force le dessous de mon verre, paré à enchaîner. « Mouais, c’était banale quoi. J’ai passé une semaine à Londres aussi, chez mon Père. » Pas avec lui, mais vraiment chez lui. Aux abonnés absents, bonjour et au revoir, respect mutuel entre un Père craignant et son fils. « Ma mère a fait l’effort de venir une journée puis je suis retourné à Poudlard la deuxième semaine. Si je me suis mis à réviser, c'est sûrement parce qu'y avait rien d'amusant à faire justement. » Billie m'a peut-être vraiment manqué quand on y pense ?! Mais il n'y a pas grand chose à dire, soyons honnêtes. Surtout aucune envie de s’éterniser sur le sujet. Visite d’une mère qui veut se racheter, séjour chez un père qui a plus l’aspect d’un colocataire. Tout ce que j’ai fais d’intéressant à Londres c’est revoir de vieux amis et vivre une vie de Moldu respectable. Un détail seulement que je me permets cependant d’ajouter, une anecdote que j’avais véritablement oublié. Profiter de cette révélation pour changer de sujet et mettre de côté ma vie de famille. « Ah si, j’sais pas si tu sais, mais j’ai intégrer l’équipe de Quidditch ! » Annoncer la chose, sans trop de fierté, sans même une esquisse, regard viré sur la mousse se diluant de ma Bièraubeurre. Comme une réussite qui ne fait ni chaud ni froid, tant je l'appréhende. Voilà, j’ai dis ce que j’avais à dire, on peut passer à autre chose maintenant ? Le passé c’est bien beau, mais moi, mon avenir, je ne le vois toujours pas. « Bref, on se retrouvera sur le terrain. Je veillerais à ce qu’on te prenne pas pour un souaffle. » Ne sourire que maintenant, maintenant que je retrouve la taquinerie infantile qui me colle à la peau.

☾ anesidora




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8960-like-a-river-always-running-billie-atwood?nid=1#198597http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8965-we-see-through-the-stars-billie#198613http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8966-push-and-pull-billie#198614http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8967-real-talk-billie#198615http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8968-real-fast-talk-billie#198616

Arrivé(e) le : 22/12/2017
Parchemins rédigés : 280
Points : 16
Crédit : amor fati (Maisie Williams)
Année : Cinquième (redoublante)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Casey

MessageSujet: Re: they're gonna hate [feat. Billou]   Sam 3 Fév - 21:13


❝ they're gonna hate ❞Luca & BillieLuca est un maître dans l’art d’éluder les questions auxquelles il ne veut pas répondre. Billie déplore parfois ce trait de caractère : elle préfère nettement la franchise brute de Cruz, si semblable à la sienne, qu’aux paroles pleines de sous-entendus qui veulent à la fois tout et rien dire. Chez beaucoup, elle prend ça pour de l’hypocrisie. Ce sont les mêmes personnes qu’elle ne peut pas se voir, en général, les pimbêches et autres poules qui se trimballent dans le château, dissimulant le fond de leur pensée par des tournures de phrases alambiquées ou des mots qui pouvaient signifier une chose et son contraire. C’est pas le cas du Serpentard, elle l’apprécie vraiment, mais sa tendance à jouer sur les mots, à lâcher des paroles qui pourraient flotter sur l’eau tellement elles sont légères à le don de l’agacer, suivant l’humeur initiale dans laquelle elle se trouve. Et puis, malheureusement pour Luca, il était peut-être le roi dans cette discipline, mais Billie était l’impératrice des obstinés qui ne lâchaient jamais l’affaire. La faute à quoi, cette fois-ci ? Qu’est-ce qui était à l’origine de cette humeur ? Les sujets qu’ils balayaient depuis des années regorgeaient de possibilités, mais la jeune femme préférait attendre de voir ce qu’il allait lui dire plutôt que de faire des suppositions. En deux semaines, ils pouvaient s’en passer, des choses.

Ses deux semaines à elle avaient été plus que bien remplies. Entre l’orphelinat, le Noël avec sa famille, les deux jours passés chez Milo, le Nouvel An… qu’ils avaient plus que bien fêté, elle n’avait pas eu le temps de se reposer, sans cesse entrain de faire quelque chose ou de préparer la suivante. Ça avait bien compensé les deux mois d’été où elle avait été plus ou moins forcée à se tourner les pouces à la Ferme, par manque d’activités intéressantes. Mais ce n’était pas d’elle qu’elle voulait parler à l’instant mais bien de Luca et de ce qu’il avait fait. La mention de son père lui fait pincer les lèvres avant qu’elle ne les détendent d’une gorgée de Bièraubeurre. En, quoi, quatre, cinq ans d’amitié ? elle ne sait plus, ils ont eu le temps de balayer le sujet famille et elle sait bien que le Serpentard n’a pas gagné le lot “parents amoureux + ambiance familiale au top + relation géniale avec les géniteurs”. Fallait venir me voir, ça aurait égayé ta semaine passée chez ton paternel. Maintenant qu’elle y pensait, Luca et elle n’avaient que rarement - ou même jamais ? - pensé à se voir en dehors de Poudlard alors qu’ils habitaient la même ville. Bon, en même temps, elle avait déjà abandonné Josh, Eliott, Ted et Phoebe pour deux jours avec son meilleur ami, ils l’auraient sûrement étripée si elle avait recommencé. Mais peut-être bien que Luca aurait pu se joindre à eux. Ça aurait été drôle ça, pensa-t-elle alors qu’un sourire amusé traduisait ses pensées. Plonger le Serpentard dans un milieu complètement moldu. Il fallait essayer, en plus, elle savait qu’il s’entendait bien avec Cruz aussi, et ça permettrait peut-être d’égayer les vacances de cette dernière qui détestait les passer à l’orphelinat. La Gryffondor nota cette idée dans un coin de sa tête, là où elle était sûre de ne pas l’oublier.

Enfin Luca se décida à partager une vraie information avec elle, et pas des moindres. Billie ouvrit la bouche, surprise, avant d’éclater de rire. Je sais pas si je dois lever ma chope pour te féliciter ou te la renverser sur la tête en espérant que tu tombes malade pour le prochain match. Elle n’hésitait en fait pas et la leva effectivement vers son ami avant d’en boire une nouvelle fois. Quel poste ? s’enquit-elle, curieuse. Le prochain match opposerait les Gryffondor aux Poufsouffle, mais il lui semblait que le suivant les ferait affronter les Serpentard. Billie avait l’impression que chaque match l’amenait à se battre contre des amis. Un challenge appréciable qui ne changeait rien du tout à son esprit de compétition et à sa ténacité à toute épreuve dès qu’il s’agissait de victoire. Ils étaient si désespérés chez les vipères qu’ils ont pris n’importe qui ? Le taquiner, parce qu’elle savait qu’il n’était pas nul, loin de là, mais n’avait pas souvenir qu’il ai déjà fait mention d’une envie profonde d’intégrer l’équipe de sa maison. Trop aimable de ta part, vraiment railla-t-elle alors qu’il mentionnait le fait qu’il veillerait sur elle. Je serais toi je me laisserais pas distraire, un accident est si vite arrivé lâcha-t-elle en souriant, n’exagérant même pas. Mais elle était pas batteuse, alors c’était pas elle qui créait les accidents, en général. Au moins une chose pour laquelle on ne pouvait pas la pointer du doigt.
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: they're gonna hate [feat. Billou]   

Revenir en haut Aller en bas
 
they're gonna hate [feat. Billou]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard, 19 ans après. :: Pré-au-Lard :: 
Les Commerces
 :: Les Trois Balais
-
Sauter vers: