AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Dartmoor - England ... Baskerville's Manor (Billie & Milo)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6244-archibald-milo-de-baskerville-je-t-aime-bien-mais-en-cas-de-danger-je-te-sacrifie-directhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6295-archibald-milo-de-baskerville-le-titre-qui-tuehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6331-tybalt-se-chargera-de-m-apporter-votre-courrierhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6332-express-tybalt-se-chargera-de-m-apporter-votre-courrier

Arrivé(e) le : 05/01/2012
Parchemins rédigés : 5787
Points : 31
Crédit : Thomas Brodie-Sangster crédit : Naïa ♥
Année : 6ème année (16 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Brooklyn ♥ Anoushka ♥ Naïa ♥ Blake

MessageSujet: Dartmoor - England ... Baskerville's Manor (Billie & Milo)   Sam 6 Jan - 17:59


❝ Baskerville's Manor ❞Billie & Milo
Le grand jour était enfin arrivé. Noël était passé et avec lui, quelques jours agréables en famille. Je n'étais définitivement pas mécontent d'être rentré chez moi pour les fêtes de fin d'année. Même s'il était évident que Dan et mes amis me manquaient, je me sentais beaucoup plus à l'aise actuellement chez moi qu'à Poudlard et ce n'est pas un sentiment habituel. En général je considérais Poudlard comme ma maison. Je m'y sentais bien, en sécurité, à ma place. Je ne prétends pas m'entendre avec tout le monde et ne pas avoir vécu des moments désagréables, mais tout était surmontable, jusqu'à récemment. Oui, j'étais victime de certaines personnes qui aimaient me rendre la vie impossible, mais j'arrivais à m'en sortir. La fuite faisait des merveilles et si j'étais avec Billie, cette dernière me donnait le courage d'affronter mes ennemis. Ce n'était pas toujours probant, mais au bout du compte, je me sentais plus vivant en ayant essayé de me montrer courageux, qu'en fuyant. Même si, entre nous, ma nature première restait d'être un lâche, préférant sauver sa vie en courant, plutôt qu'en affrontant ses ennemis. Mais depuis cette histoire avec Blackman et surtout ce retour à la réalité cette année, j'ai bien du mal à voir Poudlard de nouveau comme chez moi. Je ne prétends pas qu'il ne m'arrive pas de me sentir bien, en sécurité, mais ce sentiment explose souvent en éclat. Que ce soit à cause des disputes avec Dan ou des événements organisés par la Direction, je n'ai pas l'impression qu'on m'aide beaucoup à me rendre plus serein. Mais je ne peux pas trop les blâmer, Dan surtout, puisque j'ai ma part de responsabilité dans cette histoire. Je sais que j'ai fait de nombreuses erreurs récemment et qu'elles nous ont coûté beaucoup à tous les deux. Et autant que j'en paye les conséquences, c'est normal, mais que Dan soient obligés de les payer à cause de moi, ça devient vite impensable. Et pourtant ... Comme j'aimerais pouvoir revenir en arrière, je sais que je ferais les choses différemment, avec tout ce que je sais aujourd'hui, mais cela est impossible et c'est bien dommage.

Mais aujourd'hui, je ne veux pas penser à tout ça. Ma première pensée en me réveillant fut la joie de revoir ma meilleure amie. Les vacances avancent lentement et ne vont qu'en s'améliorant. Elles ont pourtant très bien commencé, avec Noël et la joie de nous retrouver tous ensemble, dans une ambiance agréable et réconfortante. J'ignore ce qui arrive à ma famille mais ils se sont tous montrés fort agréable. Je me doute bien que mon état en est la cause. De ce que j'ai cru comprendre, ma psy a voulu tous les voir et je suppose que c'est elle qui leur a conseillé de se montrer patient, à l'écoute et présent pour moi. Je suppose aussi qu'elle a dû les rassurer sur les progrès que je faisais mais sur la lenteur de ma reprise en main. J'avais besoin de temps, cela m'étais nécessaire pour vraiment repartir de bon pied. Maintenant que c'est chose faite, en théorie, tout devrait se passer un peu mieux. Et ils ont dû être content de me voir souriant, riant même parfois et de retour dans ma serre. J'étais loin de l'adolescent malheureux, déprimé et aux sombres pensées de suicide d'il y a quelques mois. C'est certainement à cause de tout ça qu'ils n'ont pas pu refuser d'accueillir Billie à la maison. Ils n'étaient pas heureux de cette nouvelle, mais vu que j'avais refusé de voir qui que ce soit, en dehors de Dan le dernier jour des vacances la dernière fois, demander l'autorisation de reprendre ma vie comme elle l'était avant en invitant Billie à la maison était donc vouée à être accepté. Surtout que j'avais également demandé l'autorisation de passer le nouvel an et quelques jours supplémentaires chez Dan. Je sais que mes parents n'approuvent pas cette relation. Me voir avec un garçon les rend malades et en plus quelqu'un d'aussi fauché, c'était pire encore. Mais qu'importe, selon eux, ce n'est qu'un caprice d'adolescent, selon moi, ils peuvent bien penser ce qu'ils veulent, j'aime Dan et je sais que ce n'est pas un caprice. J'ai la sensation d'être au bout de ma vie à chacune de nos disputes et je n'arrive pas à imaginer ma vie sans lui, comment cela pourrait-il n'être qu'un caprice ?

"Billie arrive aujourd'hui !" Criais-je dans toute la maison dès mon réveil. Je suis le seul excité par cette idée mais qu'importe, cela ne m'enlève définitivement pas le plaisir de savoir ma meilleure amie bientôt ici. J'ai tellement hâte que je me suis réveillé tôt et que je n'ai pu me rendormir. On ne m'a pas vu excité de cette façon depuis longtemps. Je mange avec appétit, ce qui est le cas depuis que je suis rentré. Cela rassure ma famille de me voir reprendre quelques couleurs et quelques kilos et j'ai la sensation qu'ils me gavent volontairement. Je ne leur en veux pas, je n'ai jamais beaucoup aimé mon corps mais je dois bien avouer que je l'appréciais encore moins depuis quelques mois. Plus rachitique que jamais, on voyait mes cotes. Alors en soit, ce n'était pas trop dérangeant, personne ne le voyait en dehors de moi, mais quand même, je trouvais ça vraiment très laid. Une fois mon petit déjeuner engloutit, je partis prendre ma douche et je m'occupais l'esprit dans ma serre, en attendant que ma soeur daigne m'annoncer qu'elle était prête à aller chercher Billie. N'ayant pas encore l'âge légale pour passer notre permis de transplanage, nous étions voué à être dépendant des autres. Alors quand c'est Dan qui vient me chercher, c'est moins dérangeant, j'aime l'idée qu'il vienne, même pour une histoire de quelques minutes, dans mon monde, mais je déteste l'idée d'obliger ma soeur à me rendre service en allant chercher ma meilleure amie. Ce n'est qu'un peu avant midi qu'Acacia est venue me chercher. Main dans la main, nous disparaissions de ma serre pour atterrir dans une petite ruelle à proximité de l'orphelinat de Billie. Notre petit périple ne dura pas bien longtemps, le temps de récupérer Billie à l'orphelinat et de promettre aux responsables dudit orphelinat de ramener Billie le 30 Décembre dans la journée. Une fois chose faite, nous repartîmes tous les trois et Acacia nous lâcha dans le jardin, avant de reprendre le chemin du manoir. Je profitais donc qu'on ne soit que tous les deux pour sauter dans les bras de ma meilleure amie. "Je suis tellement content de te voir, tu m'as tellement manqué !!" Nous étions au milieu de la pelouse, entre les grilles de notre propriété et notre manoir. Quand on regardait le manoir de face, on pouvait distinguer sur la gauche de ce dernier un bout de ma serre. Notre jardin à la française, extrêmement bien entretenu, donnait une touche de gaité au temps morne et froid de cette journée d'hiver. Mais même le ciel gris ne pouvait influer sur mon humeur. Billie était là pour 2 jours et ensuite je passerais quelques jours chez Dan, rien ne pouvait me rendre plus heureux que de voir les deux personnes que j'aime le plus en si peu de temps ! Enfin je revivais, après avoir passé tant de mois en apnée.

©️ 2981 12289 0



Archibald Milo de Baskerville
“Pour qu'un amour soit inoubliable, il faut que les hasards s'y rejoignent dès le premier instant.” Kundera Milan ♦ by dream's
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8960-like-a-river-always-running-billie-atwood?nid=1#198597http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8965-we-see-through-the-stars-billie#198613http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8966-push-and-pull-billie#198614http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8967-real-talk-billie#198615http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8968-real-fast-talk-billie#198616

Arrivé(e) le : 22/12/2017
Parchemins rédigés : 193
Points : 52
Crédit : Chaussette (Maisie Williams)
Année : Cinquième (redoublante)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Casey

MessageSujet: Re: Dartmoor - England ... Baskerville's Manor (Billie & Milo)   Sam 6 Jan - 20:30

Baskerville's manor
milo & billie

Billie trépignait d’impatience. Littéralement. Elle s’était réveillée aux aurores, déçue de constater qu’il n’était pas encore l’heure pour elle de quitter l’orphelinat pour le manoir des de Baskerville et s’était attirée les foudres de ses colocataires de dortoir qu’elle avait réveillées en faisant sa valise de manière très peu silencieuse et discrète. Le coussin trouva sa cible, à savoir son visage, étouffant le rire qui la gagnait. Un deuxième suivit, puis un troisième, jusqu’à ce que Billie se ressaisisse enfin. Désormais en possession de munitions, elle s’employa à se venger consciencieusement, jusqu’à ce que Phoebe se lève à son tour et tente de la faire taire définitivement. La course-poursuite qui s’ensuivit força les autres filles à quitter leur lit à leur tour et la bataille se généralisa. Il n’était pas encore huit heures et cette partie là de l’orphelinat vibrait déjà au rythme des cris et des hurlements des six filles qui y dormaient. Lorsque la porte s’ouvrit avec force, elles s’arrêtèrent d’un coup, comme gelées sur place en plein mouvement, s’attendant à voir débarquer la directrice. Mais il s’agissait en fait des garçons, parmi lesquels Ted, Eliott et Josh qui furent aussitôt accueillis par un lancer de coussin. Et la bataille gagna rapidement l’étage tout entier. Une demi-heure plus tard, finalement alerté par les hurlements bestiaux que les adolescents poussaient un peu partout dans les chambres, ce n’est pas la directrice mais le surveillant du moment qui débarqua et s’employa à remettre de l’ordre dans ce chaos généralisé.

Une fois les chambres rangées et les esprits apaisés, Billie descendit prendre le petit-déjeuner avec ses amis. Au final, la routine de l’orphelinat ne différait pas tellement de celle de Poudlard, si ce n’est qu’elle se sentait désormais comme en vacances à Londres et chez elle à Poudlard. Elle était cependant toujours sincèrement contente de revenir ici et de retrouver ceux qu’elle considérait comme sa famille. Une famille qui ignorait tout de ses réelles occupations la majeure partie de l’année, pensant qu’elle était envoyée dans un pensionnat spécialisé, respectant ainsi une volonté inscrite sur le testament de ses parents. Le jour viendrait où ce mensonge commencerait à être trop bancal, notamment parce que leur grand projet avec toujours été de vivre ensemble une fois qu’ils seraient majeurs et lancés dans la vie adulte, et que Billie ne voyait pas comment concilier ça et sa vie de sorcière. Pas sans leur en parler. Elle savait qu’elle n’avait actuellement pas le droit, de rien dire, mais peut-être que plus tard, une fois majeure… Après tout, certains moldus étaient bien au courant que la magie existait et ça ne posait de problèmes à personne. Comme la directrice de l’orphelinat par exemple, ou comme tous les conjoints des sorciers qui voyaient leurs enfants partir à Poudlard. Donc, ça devait être possible.

Le petit-déjeuner avalé, Billie retourna à toute vitesse dans sa chambre pour préparer sa valise. Ses amis savaient qu’elle s’était liée d’amitié avec nombre de ses camarades, là-bas, en Ecosse, et ils savaient aussi qu’elle considérait Milo comme son meilleur ami. En même temps, elle bassinait tellement ses quatre comparses avec lui qu’ils ne pouvaient qu’être au courant. Ils savaient également qu’elle allait passer deux jours chez lui, pour son plus grand bonheur, mais qu’elle serait bien évidemment revenue pour fêter le nouvel an avec eux. Ils avaient prévu une soirée inoubliable mais n’avaient pas voulu lui en dire plus. Billie se concentrait donc sur les prochaines heures qui avaient intérêt à passer plus vite que ça merci beaucoup, attendant avec une impatience croissante de pouvoir retrouver son meilleur ami et de pouvoir passer deux jours entiers rien qu’avec lui, loin de Poudlard et donc des autres élèves, juste tous les deux. Sa valise faite, Billie fila sous la douche et se prépara à toute vitesse. Milo ne lui avait pas donné d’heure précise, précisant simplement qu’il viendrait probablement en fin de matinée, début d’après-midi.

Aussi, vers onze heures, Billie embrassa Phoebe, Ted, Eliott et Josh, leur fit promettre de ne pas faire trop de bêtises sans elle et fila dans le bureau de la directrice. Milo n’était pas encore arrivé, aussi fut-elle réduite à patienter, chose qu’elle ne savait absolument pas faire. Elle avait l’impression qu’elle connaissait le nombre de lattes de parquet ainsi que le nombre exact de briques dans l’immeuble d’en face quand deux silhouettes la firent se précipiter à la fenêtre. C’était bien Milo ! Accompagné d’Accacia, bien évidemment, puisqu’il ne possédait pas encore l’accréditation pour transplaner. Billie trépignait, littéralement, mais du encore patienter, qu’ils pénétrent dans le bureau de la directrice, qu’ils règlent les derniers détails, et enfin elle pu s’accrocher au bras de la soeur aînée de Milo qui transplana, l’emmenant chez les de Baskerville. Ils arrivèrent dans le jardin et, enfin, Milo et Billie se retrouvèrent seuls à seuls, Accacia se dirigeant déjà à grands pas vers le manoir. Ni une, ni deux, la jeune femme lâcha son sac à dos et sauta dans les bras de Milo. Toi aussi tu m’as manqué ! Je suis trop contente d’être là ! Enfin, d’être avec toi. Mais on fera avec être ici. Billie lui adressa un clin d’oeil, amusée. Ce qui était bien, c’est qu’elle n’avait pas besoin de faire semblant d’aimer la famille de Milo parce que celui-ci ne lui en tenait pas rigueur, et heureusement, pas plus que ceux-ci ne faisaient semblant de l’apprécier. Tout au plus se toléraient-ils tous, pour le bien-être de Milo. Un regard circulaire lui rappela un paysage assez familier. Avec le temps, le manoir et l’immense jardin taillé à la française ne l’impressionnaient plus du tout. Comment tu vas alors ? Ça s’est bien déroulé ton Noël ? Il faut que tu me racontes tout ! Tu es retourné dans ta serre ? demanda-t-elle, enchaînant les questions à toute allure à mesure qu’elle lui passaient par la tête, son regard se posant sur les serres de Milo, son lieu de prédilection depuis qu’elle le connaissait mais qu’il avait fuit à cause des événements de l’année dernière.
electric bird.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6244-archibald-milo-de-baskerville-je-t-aime-bien-mais-en-cas-de-danger-je-te-sacrifie-directhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6295-archibald-milo-de-baskerville-le-titre-qui-tuehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6331-tybalt-se-chargera-de-m-apporter-votre-courrierhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6332-express-tybalt-se-chargera-de-m-apporter-votre-courrier

Arrivé(e) le : 05/01/2012
Parchemins rédigés : 5787
Points : 31
Crédit : Thomas Brodie-Sangster crédit : Naïa ♥
Année : 6ème année (16 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Brooklyn ♥ Anoushka ♥ Naïa ♥ Blake

MessageSujet: Re: Dartmoor - England ... Baskerville's Manor (Billie & Milo)   Mar 9 Jan - 23:33


❝ Baskerville's Manor ❞Billie & Milo
Si je pouvais rassembler tous les gens que j’aime dans un même endroit pour les vacances, je le ferais, malheureusement ce n’est pas possible. Au delà du fait que les gens en question ne seraient peut-être pas d’accord, ma famille surtout ne serait pas enchanté de voir tout ce “beau” monde chez eux. Ils tolèrent que je “traine” avec Billie et que je sorte avec Dan, mais il était évident qu’après Poudlard, tout cela ne serait plus qu’un mauvais souvenir. Ils ne pouvaient empêcher leurs enfants de s'acoquiner avec la populace, mais espéraient, bien naïvement, qu’une fois de retour à la maison, tout cela prendrait fin. Comme si on pouvait oublier ses amis ou l’amour de sa vie d’un claquement de doigt. Rien n’était une passade, ni mon amitié avec Billie - ou Perrin -, ni ma relation avec Dan. Je comptais bien continuer à les voir après Poudlard, quoi qu’ils puissent en penser. Tant que Billie, Dan ou Perrin ne me viraient pas de leur vie, j’y resterais bien fermement accroché, comme une moule à son rocher. Mais allez l’expliquer à ma famille … Personnellement, je m’en moque, je sais ce qu’ils représentent à mes yeux et ils sont beaucoup plus qu’une vulgaire passade dans ma vie. Billie est tellement importante à mes yeux. Elle est la première personne qui m’a défendu, qui a cherché à me connaître, qui m’a embêté, jusqu’à ce que je cède. Depuis qu’elle est rentrée dans ma vie, je n’imagine pas passer le reste de mon existence sans elle. Elle pourrait être n’importe où dans le monde, je trouverais toujours du temps à lui consacrer à chaque fois qu’elle le voudra ou que j’en aurais besoin. Et si mes parents pensent qu’une fois que Dan aura quitté Poudlard, à la fin de l’année, notre histoire prendra fin, c’est qu’ils ne nous connaissent pas. Je ne pense pas sincèrement qu’on se donnerait autant de mal si on ne pensait pas que notre histoire pourrait durer, même avec la distance. Je ne prétends pas que ça ne sera pas difficile et que le vide ne sera pas immense, mais je n’imagine pas ma vie sans lui ou avoir quelqu’un d’autre à mes côtés. C’est lui, pour le meilleur et pour le pire et au diable si je n’ai que 16 ans et que je suis comme n’importe quel ado qui croit que son premier amour sera son unique amour. Moi je ne le crois pas, je le sais.

Bref, tout ça pour dire que j’étais plus que ravi de voir Ma Billie ici et que j’espère que notre petite tradition de nous voir à chaque vacances perdurera dans le temps. Même quand on sera dans le monde du travail, j’espère qu’on arrivera à se consacrer quelques soirées ou des weekends, pour profiter l’un de l’autre. La sentir tout contre moi, tout aussi excitée que moi, me faisait chaud au coeur. Nos chemins se sont séparés il n’y a pas si longtemps que ça, mais malgré tout je suis content de lui avoir manqué. On a beau savoir que l’autre tient à nous, ça fait toujours un petit quelque chose quand on en a la preuve. Je ris bêtement en l’entendant me dire qu’elle était contente d’être avec moi et qu’elle ferait semblant de se réjouir d’être ici, vu que c’était la seule façon de me voir. Je sais qu’elle n’apprécie pas ma famille, en même temps je n’ai jamais vanté les mérites des membres de ma famille et ils se sont chargés de lui faire comprendre qu’elle n’était pas la bienvenue à chaque fois qu’elle a passé quelques jours à la maison. Et si on prend en compte le fait qu’elle croisait régulièrement Abel et Acacia à Poudlard et qu’ils n’ont jamais fait aucun effort pour être agréables avec elle, on peut comprendre qu’elle ne soit pas folle de joie de revenir ici. Mais j’aime l’idée qu’elle se fasse violence pour moi. Il n’était pas possible que je la rejoigne dans son orphelinat, il fallait donc que chacun y mette du sien. Je sais ma famille peu encline à faire des efforts avec des gens qu’elle estime lui être inférieur socialement parlant, mais ils arrivent plus ou moins à se maîtriser pour que ça ne se voit pas trop la plupart du temps. Sans être particulièrement chaleureux avec elle ou agréable, ils se montrent au moins courtois et polis. C’est toujours ça de pris ! "Je suis sûr que vous vous êtes mutuellement manqué ..." Dis-je en plaisantant, n’y pensant pas un seul instant. Ma famille est capable de faire de nombreux efforts quand ma grand-mère le demande … voire l’ordonne, mais pas au point de laisser entrer définitivement Billie dans leur vie et de l’estimer à sa juste valeur.

Et heureusement que j’ai toujours ma grand-mère de mon côté. Je sais que cela révolte souvent mes frères, soeur et cousins mais il faut bien dire ce qui est, je suis le petit privilégié. Il n’y a pas eu un seul moment où elle ne m’a pas soutenu et appuyé. Quoi que je dise ou fasse, j’ai toujours obtenu son aval. Mais ce que personne ne comprend c’est que j’ai passé toute ma vie dans les jupes de ma grand-mère, la mettant sur un piédestal que personne n’arrivera à détruire. On a créé un lien très fort elle et moi et j’ose espérer que jamais personne n’arrivera à défaire. Pourtant dieu sait qu’elle n’est pas femme à aimer facilement ou à se laisser guider par ses émotions. Femme indépendante et attirée par le pouvoir, elle n’a jamais accordé beaucoup d’attention à ses deux fils, les laissant aux mains expertes de nounous et de domestiques. Ce n’est pas qu’elle ne les a jamais aimé, juste qu’elle était trop égoïste pour penser aux autres avant de penser à elle. Mais l’âge aidant et le besoin évident de son dernier petit fils à obtenir son attention ont réussi à la faire plier et une réelle complicité c’est créée entre eux. Là où elle n’a jamais su être une vraie mère, elle fut une grand-mère attentionnée et pleine d’attention. Elle n’a jamais détesté ses autres petits enfants, tentant de se montrer le plus juste possible, malgré son évidente jalousie envers Acacia et sa beauté, qui a un peu trop le don de lui rappeler sa jeunesse perdue à tout jamais. Mais quand j’étais dans l’histoire, vous pouviez être sûr que j’obtenais gain de cause. C’est pour cela que même si elle n’éprouve aucun intérêt envers Billie ou qu’elle n’approuve peut-être pas forcément ma relation avec Dan, elle les appuie malgré tout tous les deux. "Ca va … je revis loin de Poudlard pour être honnête. Plus de pression, plus d’angoisse, plus de peur… Même si je n’oublie pas, j’arrive à aller de l’avant ici. J’ai pu profiter des fêtes. Je n’ai pas juste fait acte de présence, j’y ai vraiment pris du plaisir et sincèrement, je ne pensais pas cela possible !" Avec Billie, je savais que je pouvais tout dire. Je ne prétends pas que je ne ressens pas une part de culpabilité vis-à-vis de ce qui lui est arrivé ou que je n’ai pas osé, au début, parler de ce qui n’allait pas de mon côté, mais aujourd’hui, je sais que je peux lui parler librement et qu’elle sera toujours là pour m’écouter. "J’ai même réussi à parler à Abel … Bon, quelques mots, mais c’est un bon début quand on sait que je ne lui avais pas adressé la parole depuis la Ferme." Mon frère a toujours incarné mon pire cauchemar, mais avec l’arrivée de Blackman, cette réalité a véritablement pris tout son sens. J’étais tout bonnement incapable d’être dans la même pièce que lui sans repenser au fait qu’il m’a fouetté et que j’ai été torturé par sa faute. Mais j’avance dans les étapes qui déboucheront au pardon et ça c’est plutôt une bonne nouvelle. "Quant à ma serre …. J’y suis retourné !! J’ai d’ailleurs de nouvelles résidente, il faut vraiment que tu les vois !" Bon, en dehors de la plante de Dan, il n’y avait pas grand chose à voir, puisque Maddie m’avait envoyé des graines, elle n’allait voir qu’un pot remplie de terre, rien de plus, mais qu’importe, il fallait que je lui raconte d’où venait ses graines. Je passais donc mon bras sous son bras et je l’entrainais en direction de ma serre "Et toi alors ces vacances et ces fêtes ?"

©️ 2981 12289 0



Archibald Milo de Baskerville
“Pour qu'un amour soit inoubliable, il faut que les hasards s'y rejoignent dès le premier instant.” Kundera Milan ♦ by dream's
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8960-like-a-river-always-running-billie-atwood?nid=1#198597http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8965-we-see-through-the-stars-billie#198613http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8966-push-and-pull-billie#198614http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8967-real-talk-billie#198615http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8968-real-fast-talk-billie#198616

Arrivé(e) le : 22/12/2017
Parchemins rédigés : 193
Points : 52
Crédit : Chaussette (Maisie Williams)
Année : Cinquième (redoublante)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Casey

MessageSujet: Re: Dartmoor - England ... Baskerville's Manor (Billie & Milo)   Mer 10 Jan - 14:59

Baskerville's manor
milo & billie

C’était une évidence qui n’échappait pas à Milo que sa famille toute entière avait horriblement manqué à Billie. Abel, son merveilleux frère si doux et pas du tout bête comme ses pieds, aux idées novatrices et tellement éloignées des pensées clairvoyantes des mangemorts ; Acacia qui était la gentillesse et l’altruisme même ; ses parents, qu’elle aimait comme s’ils étaient les siens et qui le lui rendaient bien ; et puis alors cette merveilleuse grand-mère dont tous les enfants du monde pouvaient rêver tant elle était gentille, gâteuse, prête à rendre service et pas du tout, du tout du genre à contrôler et à donner des ordres aux autres. Tu ne savais pas que j’étais venue que pour eux ? Oui, les de Baskerville étaient tous plus merveilleux les uns que les autres, c’est ça. Comment Milo avait fait pour être lui-même entourés de ces gens, c’était un mystère dont ne se plaignait nullement la jeune femme. Dire qu’avec les prédispositions qui étaient les siennes, il aurait pu ressembler à son frère aîné, ça foutait les jetons. Heureusement, il en était loin, très loin.

Qu’elle l’apprécie ou non, qu’elle l’estime ou pas, il n’en restait pas moins que c’était la famille de son meilleur ami. Il savait très bien ce qu’elle pensait de chacun de ses membres, tout comme il savait ce que ces derniers pensaient de Billie, cette dernière n’était pas non plus là pour passer deux jours à les critiquer. Elle voulait profiter à fond de Milo et moins elle verrait ou penserait à ses frères, soeurs, parents, mieux elle se porterait. La Gryffondor fut néanmoins ravie de savoir qu’il avait passé de bonnes vacances ici et qu’il avait pu s’éloigner de la pression qu’il ressentait à Poudlard depuis la rentrée. Billie faisait tout son possible pour égayer ses journées mais il n’était malheureusement pas en son pouvoir d’éloigner tous les démons qui l’habitaient. Notamment parce qu’une partie d’entre eux étaient liés à son petit-ami et que, ça, Billie ne pouvait absolument rien y faire. Alors qu’il lui dise avoir passé de bons moments et s’être ouvert chez lui, ça lui faisait sincèrement plaisir. C’est cool si tu as pu profiter et te sentir mieux. Bon, ça allait sans dire qu’elle ne comprenait pas comment il pouvait se sentir mieux ici qu’à Poudlard mais le fait que sa seule famille soit ses amis de l’orphelinat y était peut-être pour quelque chose.

Enfin, peu importe qu’elle y comprenne quelqe chose ou pas, l’essentiel était que Milo aille bien, aille mieux. Qu’est-ce qu’il devient, celui-là ? Non, en fait, ça m’est égal, il ne te cherche pas des noises au moins ? C’était peut-être grâce à son frère aîné qu’ils s’étaient parlés pour la toute première fois, mais la jeune femme ne lui en était absolument pas reconnaissante pour un sous. Ce type était infâme, débile au possible et violent. Il avait passé ses années à Poudlard à faire de celle de son frère un enfer et Billie l’avait pris en grippe dès qu’elle l’avait vu. Et ne parlons même pas de l’année dernière, la simple idée de ce qu’il avait osé faire subir à Milo donnait à Billie l’envie de lui refaire le portrait, à la manière moldue ou sorcière, ça lui était égal. C’était pas trop compliqué de te retrouver dans la même pièce que lui ? Et de lui parler. Si ça n’avait tenu qu’à Billie, elle aurait poussé Milo à ignorer éternellement cet idiot qui n’avait jamais réussi qu’à lui faire du mal. Mais ça ne tenait pas qu’à elle et il ne s’agissait pas de sa famille, alors elle se contentait d’avoir les yeux brillants de colère quand le sujet tournait autour d’Abel et de soutenir son meilleur ami si jamais celui-ci avait envie de se venger de son frère, ce qui n’était pas vraiment d’actualité, Milo étant bien trop lui-même et de nature moins sanguine que Billie.

Alors allons-y ! Milo s’empara de son bras et ils se dirigèrent à grands pas vers la serre de ce dernier. Le début de ses vacances à elle s’était très bien passé un large sourire barrant son visage alors qu’elle relatait ce fait à son meilleur ami. C’était super ! Ça fait du bien de revoir tout le monde, on s’amuse bien et on profite à fond. Mais j’avais quand même hâte de venir ici et je suis pressée de retourner à Poudlard ! Qu’importe les événements de l’année dernière, Blackman n’était plus là, la vie reprenait son cours, et il fallait en profiter.
electric bird.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6244-archibald-milo-de-baskerville-je-t-aime-bien-mais-en-cas-de-danger-je-te-sacrifie-directhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6295-archibald-milo-de-baskerville-le-titre-qui-tuehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6331-tybalt-se-chargera-de-m-apporter-votre-courrierhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6332-express-tybalt-se-chargera-de-m-apporter-votre-courrier

Arrivé(e) le : 05/01/2012
Parchemins rédigés : 5787
Points : 31
Crédit : Thomas Brodie-Sangster crédit : Naïa ♥
Année : 6ème année (16 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Brooklyn ♥ Anoushka ♥ Naïa ♥ Blake

MessageSujet: Re: Dartmoor - England ... Baskerville's Manor (Billie & Milo)   Sam 13 Jan - 16:37


❝ Baskerville's Manor ❞Billie & Milo
Je levais les yeux au ciel face à sa réponse. Madame serait venue uniquement pour voir ma famille, évidemment. Je ne comptais absolument pas à ses yeux et elle n’avait aucune envie de me voir. D’ailleurs Madame attend ait la première occasion pour me fausser compagnie et rejoindre Acacia pour parler mode et garçon, Abel pour parler sport et mes parents pour parler des rumeurs chez les autres familles d’aristo. Peut-être qu’à la fin de son séjour, elle sera arrivée à refaire son look, avoir les derniers billets pour le prochain match de Quidditch et aura aidé mes parents à me trouver ma future femme, qui remplacera rapidement Dan dans ma vie. Mais bien sûr ! Même si j’ignore quel est l’avis de Billie sur mon petit ami, je sais qu’elle n’a aucun attrait à passer du temps avec le reste de ma famille. Fort heureusement d’ailleurs, je pense que je le vivrais mal si elle passait plus de temps avec le reste de ma tribue, plutôt qu’avec moi. Ce n’est pas que je suis un garçon jaloux et possessif mais j’aime pas trop passer au second plan… "Je n’en doute pas un instant, c’est d’ailleurs eux qui ont insisté pour que tu viennes, tu penses bien que je n’avais aucune envie de te voir et j’ai déjà hâte de te larguer dans le salon pour retourner à mes plantes ... " Dis-je en prenant un air sérieux, qui ne dura que quelques instants. Non, je ne ferais jamais ça et il était même impossible que l’idée de délaisser ma meilleure amie, même pour mes plantes, me viennent à l’esprit. J’étais bien trop content de la voir pour l’abandonner aussi vite. Même si je ne doutais pas un instant que nous allions nous disputer durant ce court séjour, mais nos disputes ne duraient jamais et étaient très vite oubliées. Nous étions impulsifs et parfois de mauvaises fois, il fallait bien qu’il y ait quelques étincelles, non ?!

Je hochais la tête quand elle me répondit que c’était cool si j’avais pu me sentir mieux et profiter. Pour moi il était plus qu’évident que Poudlard était devenu un endroit pesant et étrange où je ne m’y sentais plus aussi bien qu’avant. Tout était devenu si bizarre depuis l’an dernier, d’abord avec les Mangemorts et maintenant avec notre nouveau directeur. Je ne prétendais pas que c’était une mauvaise personne mais je ne comprenais définitivement pas ce qu’il attendait de nous. D’abord à Halloween il a traumatisé bon nombre de nos camarades, ensuite au bal il s’est amusé à nous changer de corps et pour quoi au juste ? Moi j’ai pas demandé tout ça, j’aimerais en fait juste qu’on me laisse tranquille. J’ai suffisamment à faire avec mes propres démons, je n’ai pas besoin qu’on m’en rajoute. Et puis cette obsession qu’on est toujours en danger … ça m’angoisse, je n’en peux plus. "Au moins ici je ne risque pas de changer de corps ou qu’on tente de me tuer !" Dis-je sur le ton de la plaisanterie, même si au fond je ne trouvais pas réellement cette histoire très drôle. J’étais vraiment content que Dan et moi choisissions de ne pas participer à la soirée d’Halloween, je crois que je ne m’en serais jamais remis sinon. Le sujet de mon frère arriva sur le tapis et je vis bien au changement d’attitude de Billie qu’elle ne le portait pas dans son coeur et à juste titre. Il a toujours tout fait pour me pourir la vie et on ne peut pas dire que ce n’est pas allé crescendo. Je ne prétends pas qu’il a pris du plaisir à me torturer l’an dernier et que ça ne l’a pas bouffé cette histoire mais je suis incapable de lui pardonner totalement. C’est pour le moment trop dur et du coup je comprends que Billie ne lui pardonnera jamais. J’aurais certainement fait pareil si les rôles étaient inversés. "Il travaille en tant que vendeur de balais au magasin à Pré-au-Lard, évite donc la boutique si tu ne veux pas le voir..." Commençais-je par dire, un peu en plaisantant. Essayer de prendre tout cela à la rigolade m’aidait à ne pas replonger en enfer. J’ignore si c’est très sain de me plonger la tête dans le sable mais pour le moment je n’étais pas capable de faire autrement. "Et non, il ne me cherche pas des noises … en fait c’est tout le contraire. Il veut essayer de se racheter..." C’est assez surprenant à dire mais il a l’air vraiment sincère. Je sais que cela l’a beaucoup affecté toute cette histoire et depuis Blackman, il ne m’a jamais frappé ou embêtait. "Si ..." Dis-je tout penaud, en baissant la tête un peu honteux "Au début j’ai cru que je n’y arriverais pas. Mais j’ai pris sur moi. Je l’ai évité au maximum mais j’ai bien vu qu’il essayait vraiment de faire beaucoup d’efforts pour se montrer sous son meilleur jour. C’est tellement dur … Je me déteste de le détester autant et de lui en vouloir mais je n’y arrive pas ..." J’étais sincère, d’ordinaire je le déteste, mais je sais pourquoi, là je le déteste pour de mauvaises raisons. Je sais qu’il est innocent et que sans Blackman, ça ne serait jamais arrivé mais quelque chose s'est brisé en moi et je lui en tiens responsable.

Nous nous dirigeâmes vers ma serre, j’étais impatient de lui montrer les nouvelles plantes que j’avais reçu. Je l’attrapais donc par le bras et je l’entraînais à ma suite vers mon petit paradis. J’étais content d’y être enfin retourné et je ne regrettais pas de mettre donnait un coup de pied au derrière pour y retourner. J’étais vraiment malheureux loin de mes plantes mais j’étais incapable d’être 100% avec elles, ce qui ne me plaisait absolument pas. Je ne peux m’empêcher de me raidir quand elle parle de Poudlard et de notre prochaine rentrée. Moi je n’ai aucune envie d’y retourner. Je sais que je n’aurais pas le choix, mais je repoussais cette idée au maximum. "J’ai pas du tout envie d’y retourner..." Dis-je simplement, sans trop oser la regarder...

©️ 2981 12289 0



Archibald Milo de Baskerville
“Pour qu'un amour soit inoubliable, il faut que les hasards s'y rejoignent dès le premier instant.” Kundera Milan ♦ by dream's
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8960-like-a-river-always-running-billie-atwood?nid=1#198597http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8965-we-see-through-the-stars-billie#198613http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8966-push-and-pull-billie#198614http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8967-real-talk-billie#198615http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8968-real-fast-talk-billie#198616

Arrivé(e) le : 22/12/2017
Parchemins rédigés : 193
Points : 52
Crédit : Chaussette (Maisie Williams)
Année : Cinquième (redoublante)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Casey

MessageSujet: Re: Dartmoor - England ... Baskerville's Manor (Billie & Milo)   Lun 15 Jan - 21:35

Baskerville's manor
milo & billie

Le sérieux apparent de leur discussion ne dura que quelques secondes avant qu’un grand sourire n’éclaire leur visage. Bien évidemment qu’elle n’était pas là pour sa famille ; si elle avait le choix entre les voir ou les faire disparaître mystérieusement de ce gigantesque manoir pour les deux jours où elle était ici, Billie n’hésiterait même pas une demi-seconde. Sérieusement, ça ne serait qu’un immense avantage : elle ne se coltinerait pas les regards dédaigneux des parents de Milo, n’aurait pas à supporter la vue de cet imbécile d’Abel, et en plus, elle pourrait avoir son meilleur ami pour elle toute seule et l’entraîner dans mille et une bêtises sans que personne ne vienne la réprimander pour ça. Ouais, ça serait parfait, mais c’était impossible. Billie ne se plaignait pas cependant, déjà, elle pouvait passer quelques jours des vacances de Noël avec Milo, et c’était beaucoup. Ça avait été impossible l’année dernière, en plus de ne pas pouvoir se parler ni passer le moindre moment ensemble. Hormis quand ils réussissaient à déjouer la surveillances des néo-mangemorts, ou encore la fois ou Dan avait manœuvré pour offrir de précieux instant à Milo et Billie lors de l’anniversaire du jeune homme, ils étaient forcés de s’ignorer sous peine de subir une correction des plus sévères. Alors pouvoir le retrouver, lui tout seul, en dehors de Poudlard, ça lui faisait un bien fou alors que ça ne faisait que quelques minutes seulement qu’ils avaient transplané de l’orphelinat. Bon bah en attendant je suppose qu’on est obligés de se supporter alors. Ça allait être une épreuve terrible, c’était certain.

La plaisanterie de Milo au sujet des récents événements qui avaient eu lieu à Poudlard lui arracha une grimace très expressive. Billie n’avait pas participé à la soirée d’Halloween, clouée au lit par une fièvre qui lui brouillait la vue et lui donnait l’impression que son dortoir était rempli de feux d’artifice ; et elle ne s’était pas non plus rendue au bal, trop occupée à rassembler ses affaires juste avant les vacances de Noël pour avoir le temps d’aller se pavaner dans une robe de bal qui lui donnerait le sentiment de ressembler à un épouvantail géant. Certaines de ses amies s’arracheraient probablement les cheveux, lui assurant qu’elle serait ma-gni-fi-que dans une robe très féminine, mais merci non merci. Sa non-participation ne l’avait pas empêchée d’avoir un compte rendu détaillé de la part de plusieurs personnes du déroulement de ces deux soirées. Si Billie était certaine qu’elle se serait amusée comme une petite folle, autant dans le corps qu’un autre que dans ce jeu d’horreur grandeur nature, ça ne l’empêchait pas de trouver l’initiative du directeur complètement maladroite et de ressentir une certaine colère à son égard en voyant les mauvais souvenirs qu’il avait remué chez certains de ses amis. Le premier qui essaye aura à faire à moi. Pas sûre que ça rassure des masses son meilleur ami. Il faut dire qu’avec son mètre cinquante et ses cinquante kilos tout mouillée, elle ne parvenait pas franchement à inspirer la crainte. Mais il fallait se méfier de l’eau qui dort, elle avait appris beaucoup à l’orphelinat, encore plus à Poudlard, et elle ne laissera personne s’en prendre à Milo.

En tête de liste des personnes qui n’avaient pas intérêt à toucher le moindre de ses cheveux, il y avait son propre frère, qui figurait en bonne place parmi les individus que Billie détestait. Il aurait pas pu travailler ailleurs, chez Barjow&Beurk à tout hasard, je pourrais plus aller rêver dans ce magasin maintenant... lâcha-t-elle sur un ton à moitié sincère seulement. Une part d’elle-même s’agaçait vraiment de ce fait, l’autre s’en fichait pas mal. Il n’était plus à Poudlard, c’était déjà de nombreuses occasions en moins pour faire du mal à Milo. Bien que, d’après ce qu’il était entrain de lui raconter du comportement de son frère durant les vacances, Abel semblait avoir viré de bord. Ça n’était pas ça qui allait faire que Billie allait se mettre subitement à l’apprécier, loin de là, mais il n’y avait tout bonnement aucune raison logique pour qu’Abel cherche à se racheter auprès de Milo, à part si son repentir était sincère. Ça n’était pas du tout le genre de type à s’écraser, encore moins à s’excuser, alors s’il adoptait un tout nouveau comportement avec son cadet… peut-être se sentait-il réellement coupable. Avec raison. Certains lui trouveraient peut-être des circonstances atténuantes, pas Billie, quand bien même les mots de Milo l’étonnaient un peu plus à chaque seconde. C’est normal que ce soit compliqué pour toi rassura-t-elle son meilleur ami, sourcils froncés. C’est déjà vraiment honorable et courageux de ta part de lui laisser une chance... Pas besoin de dire à voix haute que, à sa place, elle n’en aurait sûrement rien fait, Milo la connaissait assez bien pour en avoir conscience. Elle n’avait pas non plus besoin de dire qu’elle pensait qu’il ne méritait franchement pas tous les bons sentiments de Milo, ce dernier s’en doutait aussi, et Billie n’était pas là pour l’enfoncer alors qu’il cherchait à se sortir de cette période compliquée.

Sans plus s’attarder sur la pelouse parfaitement entretenue qui entourait le manoir, ils se dirigèrent vers la serre du jeune homme. Billie n’y connaissait absolument rien aux plantes, c’était tout juste si elle s’y intéressait en réalité, la Botanique n’était d’ailleurs pas franchement sa matière préférée, bien qu’elle trouva les végétaux du monde magique bien moins ennuyeux que ceux du monde moldu. Et puis, Milo parlait avec une telle passion dans la voix qu’il parvenait à animer sincèrement l’intérêt de la jeune femme pour ce qu’elle lui disait. Et quand elle n’y comprenait rien ou qu’elle trouvait ça barbant, elle ne se privait pas pour lui dire. Presque arrivée à la serre, Billie sentit Milo se raidir à ses côtés alors que le sujet Poudlard prenait le centre de la conversation. Cela ne l’étonna pas que son meilleur ami lui dise ne pas vouloir y retourner mais ça n’empêche pas son coeur de se serrer. Elle aurait voulu pouvoir aider Milo à aller mieux d’un simple claquement de doigt, mais c’était impossible, tout comme prendre un peu de sa peine pour le soulager. Tu sais bien qu’il le faut... commença-t-elle avec une certaine forme de tact que seul Milo était capable de réveiller en elle. Ça aurait été n’importe qui, elle l’aurait secoué comme un prunier en lui disant d’arrêter de faire la pleureuse mais c’était Milo, il y avait une année de cauchemar qui était passée par là, et elle savait qu’il n’allait pas bien, même quand il n’en parlait pas. Puis il est hors de question que tu me laisses toute seule ! Ce serait suffisamment dur de passer deux années sans lui pour partager des moments ensemble. Mais pour l’instant nous sommes là, loin de Poudlard, essayons de ne pas penser à la rentrée si tu préfères ? Elle lui laissait le choix d’en parler plus ou d’éviter le sujet, selon s’il avait besoin de s’épancher ou besoin d’oublier.
electric bird.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6244-archibald-milo-de-baskerville-je-t-aime-bien-mais-en-cas-de-danger-je-te-sacrifie-directhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6295-archibald-milo-de-baskerville-le-titre-qui-tuehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6331-tybalt-se-chargera-de-m-apporter-votre-courrierhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6332-express-tybalt-se-chargera-de-m-apporter-votre-courrier

Arrivé(e) le : 05/01/2012
Parchemins rédigés : 5787
Points : 31
Crédit : Thomas Brodie-Sangster crédit : Naïa ♥
Année : 6ème année (16 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Brooklyn ♥ Anoushka ♥ Naïa ♥ Blake

MessageSujet: Re: Dartmoor - England ... Baskerville's Manor (Billie & Milo)   Lun 22 Jan - 12:53


❝ Baskerville's Manor ❞Billie & Milo
Je ricanais de bon coeur à sa remarque. Oui, il faut croire qu’en attendant qu’on arrive dans le salon, il va falloir se supporter et quel supplice, mon dieu. J’en voudrais presque à Acacia d’être partie en avant en laissant derrière elle un tel boulet… On y croit ? Au vu de mon sourire et de mes yeux pétillants à la simple vue de ma meilleure amie ici, je doute que mon interprétation soit très réussie. Mais qu’importe, il n’y a de toute façon pas de public, je peux bien être un acteur médiocre, je serais au moins dans le thème de ma famille. Bon, je dis ça mais je suis un peu méchant, il n’y a véritablement que ma mère qui n’a pas la fibre artistique, sinon les autres ont plutôt bien hérité de ma grand-mère. Il faut croire que le côté paternel est plus doué pour se jouer des autres que le côté maternel. Et j’ai beau être un excellent comédien quand il s’agit de jouer mes pauvres petites victimes, je suis archi nul pour mentir. Cela se voit comme le nez au milieu de la figure que je n’y crois pas un seul instant et que, pire encore, cela me met mal à l’aise. J’ai certainement plus de conscience que certains membres de ma famille, sans vraiment que je sache d’où elle me sort. Suis-je le fils caché de mon oncle ? Cela expliquerait au moins beaucoup de choses... "Oui… je suppose. Et le chemin va être atrocement long jusqu’au salon … Je te propose donc de nous ignorer jusqu’à être arrivé ? C’est déjà assez difficile de te voir, si en plus je dois t’entendre..." Mon dieu, j’ai presque honte de parler de cette façon à Billie. Mais elle sait que je plaisante et que je ne pense pas un seul mot de ce que je viens de dire. Et puis de toute façon, comment pourrais-je vivre sans sa joie de vivre et son énergie ? C’est elle qui me donne la force d’avancer et de combattre ma nature de victime. Bon, on est encore loin du résultat parfait, mais malgré tout, je sais que j’ai beaucoup avancé depuis que je la connais. Mais pour sa défense, je suis parti de très très loin… Elle est douée mais pas encore prête à faire des miracles.

L’attention était adorable et je la savais capable de me défendre bec et ongles face à n’importe qui, qu’importe le danger. Elle l’a déjà fait par le passé, je ne vois aucune raison qu’elle ne réitère pas l’expérience. Je la sais forte, indépendante, courageuse, témérère - trop si vous voulez mon avis d’ailleurs - la main sur le coeur, mais je sais aussi que sa petite taille et son poids de moineau ne sont définitivement pas un avantage dans une bataille. Certes elle se faufile plus facilement dans une foule, est plus légère donc court plus vite, mais face à une attaque frontale, c’est définitivement pas sur elle que je miserais. Pourtant elle se donne du mal et fait tout ce qui est en son pouvoir pour te venir en aide et c’est certainement ce qui est le plus important pour moi. Je m’en moque qu’elle n’y arrive pas, je sais qu’elle aura tout donné et ça compte bien plus à mes yeux que toutes les réussites du monde. Mais je refuse l’idée qu’elle puisse être blessée en voulant me protéger. C’est à moi de veiller sur elle. Je sais que c’est un peu macho de penser ça, mais je tiens trop à elle pour qu’on lui fasse du mal, voilà tout. Dites vous que ce qui vaut pour Billie, vaut aussi pour Dan, ça passera peut-être mieux. "Je ne voudrais pas être celui qui s’y aventure..." Lui dis-je en souriant. Et je le pense sincèrement. Même si elle aura certainement que peu de chance de réussite face à un homme adulte, par exemple, je sais qu’elle pourrait apparaître comme une furie. Et de toute façon je refuse l’idée de lui faire réaliser qu’elle ne pourra jamais me protéger, parce que ce n’est pas vrai. Et puis quel intérêt de la blesser volontaire sur ce genre de sujet ?

J’offris un sourire compatissant à ma meilleure amie. Je comprends sa frustration. Personnellement cela ne me pose aucun problème puisque je n’aime ni le Quidditch, ni le sport en général, alors il peut travailler dans toutes les boutiques qui sont dans le thème qu’il ne m’y verra jamais. Sauf si Billie ou Dan m’y traine dedans, c’est pas demain la veille que mon frère me verra débarquer à son travail. "Je suis désolé… Pour ma part cela ne me pose aucun problème, je n’y mettais déjà de base jamais les pieds, je vais donc pouvoir continuer à le faire sans problème." Après je comprends ce choix et je le trouve très pertinent, ce qui apparaîtrait presque comme étonnant quand on connaît un tant soit peu mon frère. La logique ce n’est pas trop son genre mais on sait tous qu’il a toujours été un grand sportif et qu’il a toujours adoré le Quidditch. Le fait qu’il veuille se racheter auprès de moi et qu’il a donc dû se tourner vers une boutique de Pré-au-Lard pour rester à proximité, cette boutique apparaît comme celle qui lui correspondait le plus. "Dis toi que c’était soit ça, soit les Trois Balais … Je vois déjà de temps en temps la tronche de mon cousin là bas, ça m’aurais vraiment gonflé de voir celle de mon frangin." Je n’irais pas jusqu’à dire que mon frère ou mon cousin, même combat, mais presque. Moi qui aurais apprécié que mes deux pires ennemis s’éloignent au maximum de moi, j’ai été amèrement déçu d’apprendre qu’ils avaient trouvé tous les deux du travail à Pré-au-Lard... Je reste un peu sceptique aux paroles de ma meilleure amie. C’est mon frère, il a agit sous la contrainte, je suppose que c’est un peu dégueulasse de ma part de lui en vouloir autant pour quelque chose dont il n’a pas réellement eu le choix. Mais en même temps, cela m’a vraiment marqué, physiquement et mentalement, je ne pourrais jamais oublier alors … oui, peut-être que malgré le fait que ce soit mon frère, je n’arrive pas encore à passer au dessus. Je ne sais pas, tout cela est si compliqué. Mon côté croyant me pousse à lui tendre l’autre joue et à lui offrir mon pardon, comme le voudrait ma religion, mais en même temps ma nature d’homme, si imparfaite, n’en ai pas capable. Est-ce que cela fait de moi un mauvais catholique ? Je n’ose poser la question à Billie, je sais que nous ne partageons pas la même vision de ma religion, alors, tout comme avec Dan, je laisse tomber et hausse seulement les épaules en guise de réponse.

En nous approchant de ma serre, nous abordons une nouvelle fois le sujet de Poudlard et là je ne peux m’empêcher de lui dire très clairement ce que j’en pense. Je ne veux pas y retourner. Jamais. Je me rends bien compte que ce n’était pas une bonne idée en Septembre et je ne vois toujours pas pourquoi ça en deviendrait une maintenant. Tout est trop difficile, je ne suis pas sûr d’avoir la force de continuer à lutter contre vent et marée. Entre ma relation avec Dan qui est loin d’être de tout repos, son départ prochain de Poudlard qui me pèse déjà beaucoup alors qu’il nous reste la moitié d’une année, la pression de notre directeur et ses coups bas et les cours, moi je n’y arrive plus. Selon ma psy c’est normal d’avoir cette impression que je n’y arriverais pas mais selon elle toujours ça finira par passer. Une fois que je me serais rendu compte du chemin que j’ai parcouru jusque là, je me rendrais compte que rien n’est impossible. Et je sais qu’elle n’a pas tort. A la fin des grandes vacances c’est à peine si j’étais capable de me lever de mon lit. Aujourd’hui je suis capable de sourire et de rire sans feindre la joie. J’ai forcément fait du chemin, mais pourquoi tout me semble encore si difficilement atteignable ? "Tu ne veux pas finir ta scolarité ici ? On aurait un précepteur, tu verras c’est pas si mal que ça et l’enseignement et d’une toute autre qualité." Je vendais mon produit comme je le pouvais, que voulez-vous. Je savais que même si j’étais sérieux, elle refuserait ma proposition et j’en connais d’autres aussi. Je sais qu’elle aime vivre à Poudlard et je serais bien cruel de l’en priver. Mais si on est vraiment en danger là bas, pourquoi nous demander d’y revenir ? C’est ça que je ne comprends pas. 1 semaine ici et je n’ai jamais entendu qui que ce soit parler d’un potentiel danger. Alors certes, peut-être qu’on veut me préserver mais quand même, j’aurai vu des informations filtrer, non ? Enfin bon, de toute façon la question ne se pose pas réellement, je retournerais à Poudlard que je le veuille ou pas. Je ne pourrais pas laisser derrière moi l’ensemble de mes amis et je sais que personne ne sera d’accord pour suivre des cours via précepteur. Pourtant ça serait génial d’avoir Dan, Billie, Perrin, Casey, Liu, Izzie en autre, à la maison. Ca fera un peu colonie de vacances, mais version de luxe. Pas de tentes moisies, ni d’abri bidon pour prendre son repas, rien que du confort, de la chaleur et de l’espace… "Oui, faisons ça, n’y pensons plus, j’aurais largement le temps de m’en plaindre par lettre bientôt !! Tu veux faire quelque chose de particulier pendant ton séjour ?" Lui dis-je en tentant de lui offrir un sourire sincère. Y penser ne servirait à rien et me gâcherait sa présence, alors autant changer rapidement de sujet.

©️ 2981 12289 0



Archibald Milo de Baskerville
“Pour qu'un amour soit inoubliable, il faut que les hasards s'y rejoignent dès le premier instant.” Kundera Milan ♦ by dream's
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8960-like-a-river-always-running-billie-atwood?nid=1#198597http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8965-we-see-through-the-stars-billie#198613http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8966-push-and-pull-billie#198614http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8967-real-talk-billie#198615http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8968-real-fast-talk-billie#198616

Arrivé(e) le : 22/12/2017
Parchemins rédigés : 193
Points : 52
Crédit : Chaussette (Maisie Williams)
Année : Cinquième (redoublante)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Casey

MessageSujet: Re: Dartmoor - England ... Baskerville's Manor (Billie & Milo)   Lun 22 Jan - 23:57

Baskerville's manor
milo & billie

Bille lui tira la langue de manière tout à faire mature et adulte alors qu’un éclat de rire brisa toute cette savante façade de détestation qu’ils faisaient mine d’arborer tous les deux. Pour la crédibilité on repassera, chacun sait très bien que l’un ne peut pas se passer de l’autre et que les mots famille de Milo, Billie, amour réel ne vont pas du tout, mais alors pas du tout. Tu n’imagines pas si bien dire ! Mais bon, j’imagine que, pour faire plaisir à tes parents, on peut faire mine de se supporter quelques instants encore. Accompagnant le tout d’un clin d’oeil et d’un nouveau rire qui achevèrent leur petit instant taquinerie. Ce n’était pas comme si l’un ou l’autre pouvait se vexer sincèrement, ils étaient assez au fait de la force et de la véracité de leur amitié pour ne même pas penser à s’offusquer de sarcasmes de bas étage, mais quand même, c’était plus agréable de vraiment converser avec Milo que de se balancer des vacheries, même si ça aussi, ça faisait toujours plaisir, à petites doses. Et des petites doses, ils allaient avoir le temps d’en appliquer en deux jours ensemble non-stop. Cette simple perspective la faisait trépigner de joie. Milo et elle, rien que tous les deux - si on exceptait sa famille, mais ça, elle était assez douée pour le faire, et elle ne comptait pas supporter plus que nécessaire leurs regards affligés qu’ils ne manquaient pas de lui jeter, comme si le fait d’être orpheline et moldue faisait d’elle la pire tare de cet univers. En fait, de leur point de vue, c’était sûrement le cas - loin de Poudlard et des autres élèves, loin de cet idiot de O’Callaghan. Ça, Billie ne l’avouerait jamais à voix haute devant son meilleur, parce qu’elle savait très bien que ça le blesserait plus qu’autre chose, et qu’encore plus que l’autre Poufsouffle, ce qu’elle aimait le moins, c’était blesser Milo. N’empêche, elle était plus que ravie de passer deux jours avec ce dernier sans sa sangsue de petit-ami dans les pattes.

Personne ne serait dans leurs pattes, à vrai dire, à part éventuellement ces idiots de gamins du village s’ils décidaient d’aller y faire un tour. Mais ça, Billie en faisait son affaire. Elle avait beau être petite et fine comme une brindille, il n’en restait pas moins qu’elle n’avait pas peur de se battre. Bon, ça n’était pas toujours concluant, mais elle était à même de donner et de recevoir des coups. Le Quidditch, ça l’avait pas mal endurcie à ce niveau là. Faut dire que se prendre des cognards dans la tronche à chaque match, ça forge, et qu’après ça, un coup de poing ça ressemble presque à une caresse. Alors si en plus c’est pour défendre Milo, elle n’hésiterait même pas une seconde, que ce soit face un gamin ou un adulte, moldu ou sorcier. Peu importe, elle n’était pas le genre à fuir en courant, ni à baisser les bras à la première adversité. Elle travaillait encore à pousser son meilleur ami dans le même sens. Il avait fait pas mal de progrès depuis qu’ils se connaissaient, c’était un fait, et son simple comportement de l’année dernière prouvait qu’il n’était pas que le couard que certains voyaient en lui, qu’il était capable de se dépasser et de dépasser ses craintes et peurs quand c’était nécessaire. De là à dire que c’était un mal pour un bien, les événements de l’année dernière, il y avait un gouffre que Billie ne franchirait sous aucun prétexte. Tout ce qui leur était arrivé l’année passée n’était pas bien, surtout quand on voyait les ravages que ça avait causés. Mais c’était quand même arrivé, et il fallait s’en relever, parce qu’ils étaient bien trop jeunes pour se laisser anéantir, pas à cet âge.

Ta famille est vraiment partout, à croire qu’ils le font exprès. Rouler des yeux tout en continuant à avancer vers la serre de Milo. Entre le magasin de Quidditch, les Trois-Balais, les de Baskerville commençaient à devenir légion à Pré-Au-Lard. Et, malheureusement, ça n’étaient pas les meilleurs d’entre eux qui restaient dans le coin. Même si le seul fréquentable aux yeux de la Gryffondor, c’était Milo et uniquement Milo. Sérieusement, il avait été adopté à la naissance, c’était pas possible. C’est dommage, si ça n’avait pas été le cas, il aurait pu finir à l’orphelinat avec elle et ils auraient grandis ensemble au lieu d’attendre leurs onze ans pour se rencontrer et ne plus se lâcher. Bon, bien sur cette pensée est purement utopique et surréaliste, en plus, elle ne souhaiterait pas à Milo d’avoir grandit en orphelinat. Si elle, ça ne l’a jamais dérangée et qu’elle ne changerait rien à son passé, elle sait que ça n’est pas ce qui aurait convenu à son meilleur ami. Et puis, s’il était ainsi, c’était aussi de part son éducation, aussi étrange que cela puisse paraître. Billie le sent se tendre contre elle et retient un petit soupir. Elle le connaît pas coeur, Milo. Ils ont beau être aussi peu semblables qu’une chaussette trouée et une cravate de bonne facture, elle connaît ses réactions, pourrait presque entendre les pensées qu’il réfrènent et n’ose pas prononcer à voix haute. Ça l’attriste, elle aimerait bien qu’il arrive enfin à tout lui dire, même s’ils ne sont pas toujours d’accord, parce que jamais elle ne le jugera pour ce qu’il est, ce qu’il pense, ce qu’il veut. Tu sais que tu peux tout me dire hein ? La jeune femme ne sait pas exactement ce qui lui torture l’esprit à cet instant, mais elle mettrait sa main à couper qu’il y a quelque chose. Mince alors, s’il ne peut pas tout lui dire, à elle, à qui peut-il le faire ? Son petit copain ? Berk, elle refuse de se dire qu’elle peut passer après lui.

La proposition de Milo la fait rire, même si elle sait qu’au fond de lui, ça s’approche franchement de son voeu le plus cher. Et me coltiner toute ta famille tous les jours alors qu’à Poudlard je t’ai pour presque moi toute seule ? Merci mais non merci. Et puis, elle a tous ses amis à Poudlard, et les matchs de Quidditch, et les couloirs infinis à explorer… Non, un précepteur, ça n’est pas pour elle. Il faudrait qu’elle se tienne bien, elle en est à peu près sûre, et c’est pas du tout dans ses capacités ça. Faisons ça ! Mais, Milo ? Billie ralentit le pas pour le fixer, lui faire comprendre qu’elle est sincère et que malgré son sourire et ses yeux pétillants de joie de le retrouver, chaque mot, elle le pense. S’il y a quoi que ce soit, vraiment, tu sais que je suis là. Je sais que tu ne veux pas retourner à Poudlard, et tu sais que ce n’est pas vraiment possible, ne serait-ce que parce que je viendrais te chercher par la peau des fesses si ça arrivait, et on va essayer d’oublier la rentrée. Mais ce n’est pas pour ça que tu ne dois pas me parler de ce qui ne va pas. Bille le savait, il était plus du genre à tout garder pour lui par peur de l’ennuyer, ou par peur qu’elle lui rit au nez, et ça l’embêtait toujours - le mot était faible - de se rendre compte que Milo n’arrivait pas encore à tout lui dire sans retenue. Sinon, rien de particulier non, t’avais des idées ? demanda-t-elle alors qu’ils pénétraient dans l’antre de son meilleur ami, le royaume des fleurs, le paradis des plantes.
electric bird.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6244-archibald-milo-de-baskerville-je-t-aime-bien-mais-en-cas-de-danger-je-te-sacrifie-directhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6295-archibald-milo-de-baskerville-le-titre-qui-tuehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6331-tybalt-se-chargera-de-m-apporter-votre-courrierhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6332-express-tybalt-se-chargera-de-m-apporter-votre-courrier

Arrivé(e) le : 05/01/2012
Parchemins rédigés : 5787
Points : 31
Crédit : Thomas Brodie-Sangster crédit : Naïa ♥
Année : 6ème année (16 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Brooklyn ♥ Anoushka ♥ Naïa ♥ Blake

MessageSujet: Re: Dartmoor - England ... Baskerville's Manor (Billie & Milo)   Ven 26 Jan - 21:28


❝ Baskerville's Manor ❞Billie & Milo
Je méritais largement ce tirage de langue, je ne peux pas le nier, mais il me fait rire plus qu'il ne m'attriste. Je suis content qu'elle soit là, qu'on se taquine comme avant, qu'il n'y ait pas de changements, comme si rien ne s'était passé. Et j'essaye de m'accrocher à cette idée, que rien ne s'est passé. Personne ne l'a transpercé d'une lance dans le ventre. Personne ne l'a maltraité. Personne ne l'a réduit en esclavage. Je ne l'ai pas laissé dormir seule dans les cachots alors que je partageais mon lit, pendant un temps, avec Dan. Je n'ai pas eu la sensation de fermer les yeux sur ces atrocités. Rien de tout ça ne s'est produit ... On n'en a jamais parlé et pour être honnête, je n'ose pas le faire. Parce que je sais comment ça va se finir. Moi, en larmes, au bout de ma vie, m'excusant de l'avoir abandonné et de les avoir laissé lui faire du mal. Toute ma culpabilité ressortirait immanquablement et me dévorerait à nouveau. Sauf que je passe de bonnes vacances, après des mois de torture psychologique, à m'en vouloir pour tout et son contraire, j'arrive enfin à fermer l'oeil, à faire des nuits complètes sans cauchemar, à ne pas penser à ma culpabilité, à mon incapacité à la défendre, à l'abandon, etc. Je sais que je ne suis qu'un gamin, que je n'avais que 15/16 ans et qu'on ne peut pas demander grand chose à un gamin de cet âge là, mais quand même, j'aurai dû être plus présent, lutter plus, la défendre, n'importe quoi. J'ai eu mon lot de peines, j'en conviens mais pas suffisamment à mon goût. A croire qu'il est plus facile d'oublier sa propre douleur que celle des autres. Je suis un peu égoïste mais j'ai envie de continuer à passer de bonnes vacances, à pouvoir en profiter au maximum. Je sais que je serais rapidement confronté de nouveau à la réalité avec mon retour à Poudlard et que mon petit nuage sur lequel je flotte depuis mon retour chez moi disparaitra bien vite. "Oui c'est vrai que je suppose que ça pourrait leur faire plaisir de croire que l'entente est cordiale entre nous et que je ne ferais pas de scène exprès à cause de ta présence..." Répliquais-je en prenant un air détaché, comme si ça n'avait pas d'importance tout ça, alors qu'on savait tous les deux que c'était faux. Mais fort heureusement je ne gardais pas mon sérieux bien longtemps et mon sourire revint très rapidement sur mes lèvres. En tout cas c'est bête à dire mais je crois que j'aime l'idée qu'elle n'aime que moi. Je sais que c'est un peu stupide de penser comme ça, mais j'aime l'idée que pour une fois, on me préfère à ma famille et que leur approbation n'a aucune espèce d'importance. Combien de fois, durant mon enfance, on a préféré mes frères ou ma soeur à moi ? Combien ai-je subi de moqueries parce que j'étais différents ? Alors pour une fois que la roue tourne et que les gens m'apprécient plus que les membres de ma famille, j'en profite au maximum. Surtout qu'on m'aime parce que justement je suis différent et c'est encore mieux !

C'est vrai que les connaissant, on pourrait en effet croire qu'ils le font exprès. Est-ce le cas ? Peut-être, mais pas dans le sens que le croit Billie. Oui, c'était totalement volontaire qu'Abel travaille sur Pré-au-Lard. Il ne m'a pas caché son projet de rester près de moi, afin de pouvoir tenter de se montrer plus présent et plus à l'écoute. Il veut vraiment que je lui pardonne ce qu'il m'a fait, qu'on tourne la page et qu'on construise une vraie relation. Je ne lui ai pas caché de mon côté que c'était très joli en théorie mais que dans la pratique, ça ne sera pas aussi facile qu'on pourrait le croire. Parce que moi je ne suis pas prêt à oublier. C'est peut-être cruel mais mince, il m'a quand même torturé !! Alors je ne prétends pas que l'attention n'est pas sympathique et que je n'apprécie pas les efforts qu'il fait, mais actuellement, ce n'est pas encore suffisant pour que je tourne la page et le laisse reprendre sa place dans ma vie. Pour mon cousin par contre, là j'ignore ce qu'il lui est passé par la tête. Est-ce que c'est parce qu'il a trouvé un travail là bas, un peu au hasard ? Ou alors est-ce vraiment une volonté de rester dans le coin. Je n'ai aucun doute que si c'est le cas ce n'est ni pour Faith ni pour moi, mais bien pour Abel. Je les sais très proches tous les deux et j'imagine qu'il imaginait être en colocation avec mon frère et que si ça doit se faire à Pré-au-Lard alors ça se fera là bas. Et je ne doute pas qu'une fois qu'il en aura marre, il entraînera mon frère loin d'ici. Est-ce que j'ai hâte que ça arrive ? Je sais que devant les autres je dirais oui, mais je crois qu'au fond de moi je n'en ai pas envie. J'aime l'idée que mon frère lutte pour moi et qu'il veut vraiment s'impliquer dans ma vie. C'est bête à dire mais j'aimerai beaucoup avoir de meilleures relations avec ma famille. Ca n'a pas toujours été le cas, encore récemment je prétendais que je m'en foutais totalement d'eux, mais au fond je souffre d'avoir toujours été si différent. J'envie les relations normales de mes amis avec leur famille et j'aimerais aussi connaître ça. "Oui, c'est parce qu'ils ne peuvent plus se passer de toi et n'osent pas te le dire." Lui dis-je en rigolant. Nous savions tous les deux que c'était faux mais ça rebondissait avec le début de notre conversation alors ce n'était pas très grave. Après je pouvais comprendre que de son côté, elle ne trouve pas l'idée bien. Elle déteste mon frère et mon cousin, à raison. On ne peut pas dire qu'ils n'ont pas pris plaisir à nous rendre la vie impossible ces deux là. Et là où je ne suis pas mécontent de savoir Abel près, je dois bien avouer que je préférerais savoir mon cousin le plus loin possible. Parce qu'il serait totalement capable de cracher dans mon verre à la première occasion venue.

Je me fige un peu quand elle parle de Poudlard. J'aimerai ne pas ressentir ce trouble, mais je n'y arrive pas. On touche là à un sujet délicat et ça mer perturbe trop pour que je puisse faire semblant. Je ne comprends pas comment elle peut avoir envie d'y retourner après tout ce qu'on a pu lui faire là bas. Et comment peut-elle faire confiance à notre Directeur. Je ne dis pas que je m'en méfie, parce que ce serait faux, mais disons que je m'interroge sur ces actions. Il y a des choses que je ne comprends pas. Alors peut-être qu'il n'y a que de la maladresse et M. Londubat est une personne très bien, bourrée de bonnes intentions, mais peut-être pas et avec ce qu'on a vécu l'an dernier, je préfère rester un peu sur mes gardes. Je tente d'éviter le sujet en rebondissant sur ce que me dit Billie. Parlons d'autre chose en effet, ça sera mieux. Et pendant un temps, je me dis que j'ai réussi mon coup, mais ce fut de courte durée. Déjà un peu avant elle m'a rappelé que je pouvais tout lui dire. Je me suis senti un peu mal et honteux. Je le sais ça, ce n'est pas vraiment ça le problème. Je me tourne vers elle et lui dit en la regardant droit dans les yeux. "Je le sais Billie." Je lui dis ça parce que je ne veux pas qu'elle croit que je n'ai pas confiance en elle, c'est définitivement pas ça. J'ai confiance en elle, elle est ma meilleure amie, je pourrais lui confier ma vie. Mais j'ai honte, je me sens mal de ce qu'il lui est arrivé et je suis encore plus honteux de mal vivre cette année alors que très clairement j'ai moins souffert qu'elle ou en tout cas de façon vraiment différente. Oui, on m'a torturé plusieurs fois, mais j'arriverais à oublier. Mes des mois d'emprisonnement, ça on oublie pas si vite, être traité comme un esclave, ça marque à vie. Je lui propose, à moitié au sérieux, de rester chez moi et de suivre des cours à la maison. Je sais que l'idée n'est pas très séduisante mais au moins elle est safe. Mais ça n'a pas l'air de l'emballer. Pour être honnête, je savais qu'elle n'accepterait pas, je sais que ça ne lui ressemble pas, mais j'avais malgré tout bon espoir ... "T'es pas ouverte d'esprit et tu ne fais aucun effort !!" Dis-je d'un ton qui se voulait blasé mais il était évident que je n'en pensais pas un mot. Ma serre n'était plus qu'à quelques pas maintenant, une bonne occasion de faire diversion, mais en vain. Elle nous arrêta et me fit face. Je l'écoutais docilement. Je la trouvais vraiment touchante mais je me sens vraiment mal. Je baisse les yeux, rougis de honte. J'aurais aimé qu'on n'aborde pas le sujet. "Tu ne comprends pas ... je peux pas t'en parler Billie ... d'ailleurs je ne peux en parler à personne ... Pas par manque de confiance en toi ou dans les autres mais parce que je ne suis pas légitime. Ma peine, ma douleur, tout ça n'est pas légitime. J'ai pas le droit de m'apitoyer sur mon sort ou me plaindre après tout ce que tu as vécu. Je..." Je sens les larmes me monter. Je suis une vraie chouineuse, ce n'est pas possible. Ma psy dit que c'est une bonne chose, qu'il faut que je sois capable d'évacuer tout ça, de laisser tout sortir, mais elle ne sait pas ce qu'elle dit, j'ai pas le droit, quoi qu'elle puisse dire, je n'ai pas le droit...

©️ 2981 12289 0
HS:
 



Archibald Milo de Baskerville
“Pour qu'un amour soit inoubliable, il faut que les hasards s'y rejoignent dès le premier instant.” Kundera Milan ♦ by dream's
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8960-like-a-river-always-running-billie-atwood?nid=1#198597http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8965-we-see-through-the-stars-billie#198613http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8966-push-and-pull-billie#198614http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8967-real-talk-billie#198615http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8968-real-fast-talk-billie#198616

Arrivé(e) le : 22/12/2017
Parchemins rédigés : 193
Points : 52
Crédit : Chaussette (Maisie Williams)
Année : Cinquième (redoublante)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Casey

MessageSujet: Re: Dartmoor - England ... Baskerville's Manor (Billie & Milo)   Lun 29 Jan - 10:58

Baskerville's manor
milo & billie

Alors faisons comme ça, pour les beaux yeux de ta famille. Dont Billie se fichait, en réalité, comme de son premier bleu. Tout ce qui lui importait dans ce fichu manoir, ça n’était ni l’argenterie, ni les pièces qui s’enfilaient, sans fin, à croire qu’un régiment entier vivait ici, ni la fortune qu’on devinait jusque dans la moquette - franchement ! - et encore moins les autres membres de la famille de Baskerville. La jeune femme n’était là que pour son meilleur ami. S’il avait souhaité passer deux jours au fin fond d’un marécage humide dans une cabane en bois, elle en aurait été aussi contente, temps qu’ils étaient ensemble. Elle avait un doute quant au fait que ce soit le cas de tout le monde dans l’entourage de Milo, mais elle gardait ses pensées par devers elle la plupart du temps quand il s’agissait de ce sujet, plus que sensible. Billie n’était pas détentrice du sacro-saint tact, plus du genre à foncer dans le tas qu’à prendre des pincettes, sauf quand il s’agissait de son meilleur ami et de son bien-être. On parlait quand même de Billie, donc même si elle parvenait parfois à faire preuve de tact en n’affirmant pas à tout va ce qu’elle pensait du petit-ami de Milo, ce dernier était plus que parfaitement au courant de son avis sur la question. C’était un des sujets de discorde entre les deux adolescents, raison pour laquelle ils l’évitaient le plus souvent, mais quand c’était aussi gros que ça, on ne pouvait le faire éternellement, et parfois, ça explosait, quand Billie n’arrivait plus à juste ignorer les faits. Cependant, elle n’était pas là pour se prendre la tête face à cette relation qui la rendait parfaitement méfiante, mais pour profiter de deux jours entiers avec Milo pour elle toute seule - sans l’autre Poufsouffle dans les pattes, un pur bonheur. Il était à peu près certain qu’en deux jours le sujet serait au moins effleuré, surtout que Milo allait passer le nouvel an chez lui, il le lui avait dit, mais pour le moment ils se retrouvaient et ils avaient plein de choses à se raconter.

À commencer par les relations entre Milo et sa famille, loin d’être simples, ce qui faisait presque se réjouir Billie de ne pas avoir de famille à proprement parler pour lui taper sur les nerfs, personne à qui rendre des comptes et qui pensait avoir un droit de regard sur la vie qu’elle menait. Pas non plus de frère ou de soeur pour lui mener la vie dure et à qui elle était attachée par le sang, malgré ses sentiments propres. Ça n’avait pas empêché des enfants à l’orphelinat d’agir ainsi mais au moins ne leur devait-elle rien d’autre, au regard d’un lien familial inexistant, que du mépris et des coups, quand elle était en mesure de les rendre. La Gryffondor savait que Milo n’était pas du genre à couper les liens qui l’empoisonnaient, surtout pas quand il s’agissait de sa famille, surtout pas quand des questions telles que le pardon et le dépassement de la colère - ou autres conneries, à son humble avis, que la religion de Milo tendait à inculquer - étaient en jeu. Billie était peut-être destinée à l’enfer, mais elle ne voyait aucune raison de pardonner un type qui avait passé sept années à emmerder Milo dans les couloirs alors qu’ils étaient frères, à le descendre, physiquement ou verbalement, pour venir s’excuser et faire acte de repentance maintenant. Elle ne pensait pas qu’il avait pris le moindre plaisir à fouetter Milo, mais il n’avait jamais été un ange auparavant, alors un acte forcé qu’on regrettait suffisait-il à effacer tous les autres, volontaires et parfaitement conscients ? Non, elle ne le pensait pas. Milo pouvait essayer de le pardonner pour quelque chose qu’il avait été forcé de faire, et encore, mais il resterait des années de brimades à se faire excuser. J’imagine en effet qu’Abel et ton cousin souffrent affreusement de ne pas me voir railla-t-elle. Autant Billie tolérait le reste de la famille de Milo, elle ne leur portait pas une haine viscérale, ne les détestait pas spécialement, simplement, ils étaient aussi différents que le jour et la nuit et la façon dont ils se comportaient avec Milo suffisait à lui hérisser le poil d’agacement ; autant elle détestait réellement Abel.

Tout ceci les ramenait forcément à Poudlard. Tout les ramenait à Poudlard. L’année passée avait marqué chaque élève de ce château, plus ou moins profondément, plus ou moins douloureusement, mais personne n’en était ressorti tout à fait identique à la rentrée. Pas même Billie, en témoignait la fine cicatrice, dernier vestige de la lance qui lui avait traversé l’abdomen. Sur le coup, ça faisait vachement mal, elle n’avait pas fait la maligne même si elle s’en amusait aujourd’hui. Avait-elle cru mourir ? Oui, et elle était bien consciente que ça n’était pas passé loin. Dans le monde moldu, rien n’aurait pu la sauver. En même temps, dans le monde moldu, aucun taré fanatique de magie noire ne serait venu s’emparer d’une école pour enfermer ses élèves dans des cachots et instaurer une ambiance proche de la guerre. Mais la différence, entre certains élèves et d’autres, était la manière dont ils géraient l’après. Billie avait l’impression qu’ils étaient rares, ceux qui, comme elle, ne se sentaient pas alourdis par le traumatisme, la peine, la culpabilité, la peur, ou tout le reste. Milo n’en faisait pas partie, en tout cas, il n’avait beau pas en parler franchement, fallait être aveugle pour voir que ça n’allait pas, quand bien même la seule chose qu’il consentait à dire sans trop de difficulté était qu’il ne voulait plus vraiment rester à Poudlard, qu’il ne s’y sentait plus en sécurité. Il aimerait bien lâcher la faire, encore une fois, mais quelqu’un vous a déjà dit que Billie était la ténacité incarnée ? Il ne veut pas lui parler, d’accord, même si la frustre et qu’elle aimerait parfois le secouer pour qu’enfin il sorte tout ce qui lui pèse sur le coeur. Mais sait-il au moins, vraiment, qu’il peut compter sur elle et tout lui dire ? Ouais, ça la vexe un peu de s’imaginer qu’il confie tout à son mec mais qu’avec elle, il n’en fasse rien. Il lui assure que c’est pourtant bien le cas, et elle le croit, à moitié en tout cas. Il le sait, il le sait, c’est visiblement pas suffisant et il préfère embrayer sur une possibilité parfaitement chimérique de le faire étudier, ici, avec un précepteur. En soit l’idée n’est pas si mauvaise, Billie pourrait presque s’habituer à vivre ici avec sa famille, mais il y a tous les gens qu’elle apprécie à Poudlard et qui ne pourront être là. Puis, elle ne doute pas un instant qu’il ferait la offre à l’autre parasite, et tenir la chandelle était loin d’être sa priorité dans la vie. Il y aurait sûrement un meurtre dès la première semaine. D’accord, je vais essayer de me projeter ! Donc, il y aurait toi, ta famille, sûrement ton copain et moi ? Un précepteur qui s’arracherait les cheveux en très peu de temps, des parents qui seraient chaque jour un peu plus effarés de voir à quel point la meilleure amie de leur fils est une délinquante sans éducation qui brise les règles élémentaires et a manqué de faire sauter une aile de votre manoir en testant une potion ? Elle fit mine de réfléchir, ne prenant pas la peine de mentionner que elle et O’Callaghan dans une même bâtisse sans aucun autre élève risquait de se finir en explosion également. Non, toujours pas.

C’était pas une diversion de ce type qui pouvait lui faire oublier son objectif premier aussi décide-t-elle d’en rajouter une petite couche, histoire que Milo en prenne bien conscience. Le voyant baisser les yeux - sachant qu’il faisait approximativement quatre mètres de haut et qu’elle en faisait cinquante à tout casser, c’était un exploit de remarquer qu’il baissait le regard - et rougir, elle comprit qu’elle avait fait mouche mais se sentit aussitôt coupable en voyant les yeux de son meilleur ami s’embuer. Qu’est-ce qu’il lui racontait ? Pas légitime pour parler de ce qu’il ressentait ? Conneries. Billie détestait les gens qui passaient leur temps à se plaindre sans chercher de solutions, mais ça n’était pas vraiment ce que faisait son meilleur ami à l’heure actuelle. C’était même à peu près tout l’inverse, il voulait tout garder pour lui, quitte à se laisser dévorer de l’intérieur. Pourquoi est-ce que tu ne serais pas légitime ? Parce que tu n’as pas dormi dans les cachots, parce qu’on ne t’a pas enlevé ta baguette, parce que tu n’as pas du exécuter mille corvées pour le compte d’idiots arriérés ? C’est pas parce que t’as pas vécu tout ça que t’as pas souffert, c’est pas non plus comme si t’étais tranquillement resté dans ton dortoir à te tourner les pouces ou que tu avais embrassé la cause des néo-mangemorts. Son ton s’adoucit quelque peu alors qu’elle reprenait la parole, tentant de conserver son calme même si les souvenirs de cette période et de ce qu’avait subit Milo avait tendance à la rendre presque folle. T’as subi des doloris, t’as été fouetté, torturé, tu t’es engagé auprès de la rébellion pour faire bouger les choses, comme tu le pouvais, même si t’étais mort de trouille. Le Milo que j’ai rencontré en première année n’aurait jamais fait tout ça... C’était entièrement vrai, et même si ça lui donnait une occasion de faire un doigt d’honneur bien tendu à tous ceux qui osaient critiquer Milo, elle aurait mille fois préféré qu’il n’ait jamais à faire preuve de courage vu tout ce que ça impliquait. C'était peut-être pas hyper fin de foncer dans le sujet comme ça, mais elle passait le peu de tact qu'elle possédait dans le sujet "petit-copain" et il n'en restait donc plus une miette après. T’es pas responsable de ce qu’il s’est passé l’année dernière, c’est pas toi qui a décidé que les nés-moldus étaient des moins que rien qui méritaient à peine de vivre dans les cachots, et c’est pas parce que tu n’y étais pas que t’as pas le droit de souffrir de ce que toi tu as vécu. Billie aurait aimé qu’il lui parle de ce qui le rongeait intérieurement avant mais il imaginait bien qu’il lui avait fallut un long travail sur lui-même pour en arriver déjà à balbutier ces quelques débuts d’explications. Au milieu de son flot de paroles qui semblait ne pas vouloir s’interrompre, elle pourrait parler pendant des heures pour expliquer à Milo qu’il faisait fausse route et que se convaincre qu’il n’avait pas le droit de ressentir de la peine et d’être traumatisé par tout ça ne ferait que le conduire dans un mur, Billie s’était emparée de sa main, nouant ses doigts aux siens, effectuant une pression qu’elle voulait réconfortante. Ils n’étaient pas prêts de bouger de là, elle le laisserait pas se défiler une nouvelle fois, elle s’était laisser aveuglée, préférant croire qu’il allait plutôt bien, le croyant, à tort, quand il l’affirmait ou quand il esquivait.
electric bird.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6244-archibald-milo-de-baskerville-je-t-aime-bien-mais-en-cas-de-danger-je-te-sacrifie-directhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6295-archibald-milo-de-baskerville-le-titre-qui-tuehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6331-tybalt-se-chargera-de-m-apporter-votre-courrierhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6332-express-tybalt-se-chargera-de-m-apporter-votre-courrier

Arrivé(e) le : 05/01/2012
Parchemins rédigés : 5787
Points : 31
Crédit : Thomas Brodie-Sangster crédit : Naïa ♥
Année : 6ème année (16 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Brooklyn ♥ Anoushka ♥ Naïa ♥ Blake

MessageSujet: Re: Dartmoor - England ... Baskerville's Manor (Billie & Milo)   Dim 4 Fév - 1:08


❝ Baskerville's Manor ❞Billie & Milo

"Faisons donc ça !" Dis-je en clôturant la discussion d'un sourire aux lèvres. Faisons semblant de bien s'entendre pour faire plaisir à ma famille ou plutôt faisons semblant de nous forcer à le faire pour le bonheur fictif d'une famille qui n'en a rien à faire de Billie, ni de son bonheur. C'est bête et inutile ce petit jeu, mais j'aime bien. J'aime ce genre de situations, elles permettent de détendre un peu l'atmosphère, d'aborder des sujets qui peuvent être un peu délicat au premier abord mais qui, dit sur le ton de la plaisanterie, passent tout seul. Je sais que c'est une solution de facilité et que ça ne fonctionnera pas tout le temps mais qu'importe, avec ce sujet, ça fonctionne et avec Billie, ça passe toujours, alors pourquoi s'arrêter en si bon chemin. Un jour il faudra être sérieux, un jour la situation ne permettra pas de prendre un air désabusé ou blasé pour essayer de faire passer la pilule. Un jour je serais obligé d'être sérieux, mais pas aujourd'hui, pas maintenant en tout cas. Nous avançons lentement vers mon manoir, non pas pour rejoindre les membres de ma famille, certainement dispatchés aux 4 coins de la maison à être occupés sur une activité quelconque. Non, nous dévions notre chemin au bout de quelques mètres pour prendre un autre chemin, qui nous conduira sur le côté de la maison, pour nous rendre vers ma serre. Billie la connaît par coeur, j'en conviens, mais elle a subit quelques modifications, elle abrite aujourd'hui de nouveaux membres depuis la dernière fois où elle est venue. Et comme à chaque fois, je me fais un devoir de tout lui montrer et de lui présenter tous mes nouveaux résidents. Je ne doute pas un instant que ça doit l'ennuyer mortellement, mais au moins elle a la décence de ne pas me le dire et de faire au moins semblant de passer un bon moment. Vrai ou non, ça ne change rien à ma vie, ça me fais plaisir de partager ma passion et ma vie avec elle et je me dis que si ça l'ennuie, ça compensera les années que j'ai perdu à suivre les cours de Divination pour lui faire plaisir alors que très clairement, ça ne m'emballait absolument pas. Mais bon, elle ça lui faisait plaisir, on passait un bon moment ensemble, alors je me suis plié sans trop de difficulté à l'exercice. Même si j'avoue que j'ai profité de ne plus partager sa classe pour faire sauter cette matière. Sauf si je redouble, en théorie on ne sera plus jamais dans la même classe, alors quel intérêt de suivre un cours que je n'aime pas ? Sans elle, c'est définitivement plus la même chose, les cours de l'an dernier me l'ont prouvé.

Je ris à sa plaisanterie. C'est un peu dommage qu'ils ne s'entendent pas mais en y réfléchissant bien, je ne vois pas comment ça pourrait en être autrement. Ils ne viennent pas du même monde, n'ont pas eu la même éducation, n'ont pas les mêmes envies, les mêmes rêves, les mêmes idéaux. Billie n'incarne définitivement pas les filles que les deux garçons aiment. Elle n'est pas féminine, on ne se tourne pas sur son passage et ne prend pas vraiment soin d'elle. Après ça ne signifie pas qu'elle n'est pas belle, mais elle n'incarne pas la jolie fille qui attire l'oeil et plait aux garçons. Billie c'est la bonne amie, celle qui se plierait en quatre pour te faire plaisir, qui te défendrait bec et ongles pour te protéger et qui sait s'affirmer quand il le faut. Et c'est aussi ça qui ne passe pas. Elle peut se montrer violente ou vulgaire par moment, par énervement ou pour énerver, au choix. Elle les cherche, elle s'en fout des conséquences, elle se moque qu'ils ne l'aiment pas, au contraire, parfois j'ai même l'impression qu'elle y prend beaucoup de plaisir. Après je peux comprendre, elle vient d'un monde tellement différent du notre que notre façon de vivre peut parfois la rendre dingue. Et c'est parce qu'on est si différent tous les deux que parfois je me demande comment elle peut autant m'aimer. C'est vrai, je suis plutôt quelqu'un porté sur l'ouverture d'esprit et le mélange des gens. J'aime rencontrer des gens d'univers totalement différents de moi. Je ne dis pas que ça passe tous le temps, parfois c'est me faire trop violence et j'en suis incapable, mais j'aime bien la mixité. J'aime découvrir de nouvelles choses, écouter les récits des gens me dire que j'ai raté mon enfance, que ça aurait été cool de partager la leur. Parce qu'on ne va pas se leurrer, mon enfance, quoi que tout à fait normale, n'a pas été très trépidante. Mais Billie dans l'histoire elle récolte quoi ? En dehors d'un meilleur ami ennuyant au possible, trop susceptible et peureux ? "On ira leur rendre visite à Pré-au-Lard ensemble si tu veux, comme ça vous serez contents tous les trois !" Lui dis-je en plaisantant. Personnellement je croise plutôt les doigts pour ne pas tomber sur un jour où c'est mon cousin qui sert aux Trois Balais et je ne fréquente jamais la boutique de Quidditch de base donc j'ai pas beaucoup de risques de tomber sur Abel.

Oui bon dit comme ça il est évident que c'est la pire idée du siècle. Et au fond je le sais, j'en suis parfaitement conscient que ça n'ira à personne. Billie ne veut pas être enfermée ici, ni pour étudier, ni pour supporter ma famille ou Dan. Dan n'a certainement pas envie de passer la fin de sa scolarité ici. Même s'il ne connaît pas assez ma famille pour vraiment se faire une idée sur eux, je doute que ça l'emballe beaucoup et j'imagine que voir Billie au quotidien ne l'enchante pas vraiment non plus. Et ma famille non plus n'aura encore envie de les voir tous les deux, même pour mes beaux yeux. Alors il est évident que ce serait purement égoïste de ma part de forcer le truc pour obtenir ce que je veux. Il n'y aurait que moi d'heureux et encore, combien de temps ce bonheur durera-t-il ? Voir les gens que j'aime malheureux ne risque pas de m'emballer bien longtemps et une fois que j'aurais arrêté de me persuader qu'ils ne se feront pas à la situation, je serais aussi malheureux qu'eux. Il faut juste que je me fasse à l'idée que peut-être bientôt j'arriverais de nouveau à être heureux à Poudlard ou en tout cas suffisamment bien pour ne pas être effrayé à l'idée qu'il puisse m'arriver quelque chose. Je suis persuadé que je pourrais y arriver, mais j'ai peur que ce soit trop tard. Ca arrivera certainement au moment où nous serons à la fin de l'année et le départ de Dan me foutra en l'air. Je le sais, je me connais. Je ferais le mec heureux que son copain ait réussi ses ASPICs et je l'encouragerais dans tous les projets qu'il aura, même de loin, mais au quotidien, je serais au bout de ma vie. Je le cacherais pour ne pas donner l'illusion à mes amis que leur présence ne suffit pas à mon bonheur mais la vérité c'est que quand tu enlèves un pilier dans une maison, la maison s'effondre, même si les autres piliers sont toujours là et aussi fort qu'avant. J'aime Billie, Perrin et tous les autres et je serais content de les voir encore un an au quotidien et bien triste de laisser Billie derrière moi pour un an, c'est évident. Mais je ne peux nier que sans Dan, ça ne sera pas pareil. J'aurais la sensation de revenir à ma vie d'avant sans lui, sauf que ce n'est pas possible parce que je n'ai aucune envie de retourner à cette vie là. "T'es vraiment bourrée de mauvaise volonté aussi ..." Dis-je avant de lui offrir un sourire. Je sais. Je sais que ce n'est pas possible, je sais que je rêve éveillé et je sais qu'elle a raison. Mais n'ai-je pas le droit de rêver un peu ?

Je me sens tellement honteux que la "vraie" discussion éclate. Celle que je voulais éviter absolument et que j'étais prêt à tout pour ne pas l'avoir durant son cours séjour. Et pourtant la voilà, cette fameuse discussion, arrivée quelques instants après que Billie débarque chez moi. A croire qu'elle n'attendait que ça pour la sortir cette discussion. Et le pire c'est que je ne lui en veux pas, parce que je sais que si Billie insiste, si elle me fait autant de violence pour que je parle, c'est pour mon bien. Parce qu'elle a bien compris que ça ne va pas, que je n'en peux plus et qu'il faudra que ça sorte tôt ou tard. Je sais que je ne peux pas me reconstruire sur des bases précaires et que si je veux avoir des bases solides, il va falloir que je fasse table rase du passé. Sauf qu'actuellement, j'en suis incapable, trop rongé par la culpabilité. Alors je baisse les yeux, rouge de honte et je balbutie quelques phrases. Billie prend le relais, elle m'attrape la main, enroulant ses doigts autour des miens. Et ce contact me donne de la force et me rassure aussi. Elle est là, avec moi, elle me soutient, elle ne m'abandonnera pas. Elle n'est pas là pour me juger et je le sais tout ça, pourtant j'ai peur. Peur qu'elle se rende compte que je suis un monstre et que tout ça, c'est de ma faute. Alors évidement que je suis conscient que ce n'est pas le cas mais j'ai l'impression que je n'ai rien fait pour elle. Quand elle parle de ce que j'ai vécu, je sens mon coeur se serrer dans la poitrine et mes larmes me brouiller la vue. Je détourne le visage, regardant au loin. Je ne veux pas entendre ça, je ne veux plus, je ne peux plus. Tout ce qu'elle dit est vrai, évidemment, mais pourtant je n'arrive pas à m'en persuader. "J'ai pas l'impression d'avoir fait assez pour vous ... pour toi !" Dis-je d'une petite voix. Le regard toujours au loin, bien incapable de plonger mes yeux dans les siens. "J'aurais pu ... faire plus ... Me battre plus ... Ne pas les laisser faire ... Au lieu de ça je me suis terré dans le silence et j'ai continué à vivre..." Je sais que c'est con, parce que ça n'aurait rien changé. Je me serais fait torturé encore plus ou je serais mort, voilà tout. Mais c'est difficile d'avouer qu'on ne pouvait rien faire d'autres pour ceux que l'on aime. C'est difficile de regarder les gens qu'on aime souffrir, sans pouvoir rien faire. Dan, Billie, moi et tant d'autres, on a dû supporter la douleur des gens qu'on aime et on a tous réagis à notre façon. Moi j'ai fait des choses dont je me pensais incapable de réaliser un jour et aujourd'hui je porte le poids du monde sur les épaules, Dan a réaliser un sort pour me lier à lui, prenant ma douleur en lui pour m'en soulager... On n'aurait jamais dû vivre tout ça.

©️ 2981 12289 0



Archibald Milo de Baskerville
“Pour qu'un amour soit inoubliable, il faut que les hasards s'y rejoignent dès le premier instant.” Kundera Milan ♦ by dream's
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8960-like-a-river-always-running-billie-atwood?nid=1#198597http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8965-we-see-through-the-stars-billie#198613http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8966-push-and-pull-billie#198614http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8967-real-talk-billie#198615http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8968-real-fast-talk-billie#198616

Arrivé(e) le : 22/12/2017
Parchemins rédigés : 193
Points : 52
Crédit : Chaussette (Maisie Williams)
Année : Cinquième (redoublante)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Casey

MessageSujet: Re: Dartmoor - England ... Baskerville's Manor (Billie & Milo)   Ven 9 Fév - 18:00

Baskerville's manor
milo & billie

Adjugé, ils étaient d’accord pour mettre de l’eau dans leur vin et tout faire pour passer un moment sans se hurler dessus comme des chiffonniers afin de faire plaisir à sa famille à lui. Ça allait être de la torture pure et simple, ça, c’était clair, et pas du tout un moment privilégié qu’elle attendait depuis plusieurs jours, moment où elle avait reçu sa lettre, ça non. Elle ne venait ici que pour les beaux yeux de ses parents, qu’elle aimait comme les siens à force, et ne restait amie avec Milo, supportant son petit-ami à qui elle aurait déjà crevé les yeux en temps normal, que pour pouvoir venir au Manoir en toute légitimité. Rah, rien que ces pensées lui donnaient une poussée d’urticaire et la folle envie d’aller voir l’air dépité des adultes de Baskerville pour s’assurer qu’ils ne l’aimaient toujours pas, sentiments réciproques. Mais le sujet casons Billie avec toute la famille d’aristocrate du coin n’était définitivement pas clôt, il en restait à la pelleté, des de Baskerville, mais les deux qu’ils risquaient le plus probablement de croiser étant son cousin et son frère, deux personnes qui, pour le dire poliment et avec toute la gentillesse du monde, étaient deux belles enflures aux yeux de la Rouge et Or. Aller les voir à Pré-Au-Lard ? Mais oui avec plaisir et ravissement, joie et bonheur, enthousiasme et impatience. Ça se voyait sur son visage, en plus. Non ? Comment ça, non ? Quelle bonne idée, on se fait ça dès la rentrée, j’ai hâte de leur raconter mes vacances et qu’ils me racontent les leurs, et puis au moment où ils redeviendront les deux imbéciles qu’ils ont toujours été, on courra très vite, ça devrait le faire. Les brutes ne lui faisaient pas peur, mais il fallait savoir tirer avantage de ses caractéristiques, et celles de Billie n’était pas vraiment la force ni les coups qui vous assomment direct, mais plutôt la rapidité et l’agilité. Pour faire saigner du nez quelqu’un, c’était pas forcément super utile, pour éviter que son propre ne saigne, par contre, c’était vraiment un atout. Ce qui ne l’empêchait pas, la majeure partie du temps, de foncer dans le tas sans réfléchir au fait que, avec son mètre cinquante et ses quarante-cinq kilos tous mouillés, elle fonçait droit dans un mur en tentant de s’en prendre à des septième années épais comme des troncs d’arbre. Et ça n’était pas les diverses dérouillées qu’elle s’était déjà prise dans sa courte existence qui l’avaient faite changer. En fait, Billie avait le crâne aussi dur que le diamant, pour y faire rentrer des règles et des leçons, il fallait qu’elle le veuille.

C’est qu’il continue sur les idées de génie, Milo, il est en forme aujourd’hui. Après un tête à tête avec son frère et son cousin, voilà qu’il propose à Billie une année entière enfermée dans ce manoir avec les gens qu’elle aime le plus : son petit-ami - elle a déjà dit qu’elle lui aurait crevé les yeux s’il n’était pas si proche de son meilleur ami ? - ses parents, un précepteur qui, à n’en pas douter, aurait un balai dans le cul ; dans des situations qu’elle chérit de tout son être : respecter des règles imposées par l’étiquette aristocrate, devoir manger à table avec tous ces gens qu’elle aimait à la folie, voir son meilleur ami passer ses journées entières à roucouler avec son mec sous son visage dépité, n’avoir personne avec qui fuguer ou faire les quatre-cent coups… Elle était même sûre que Gustave finirait pas être malheureux ici. Et ça n’avait absolument rien à voir avec le fait qu’il était le chat le plus acariâtre que cette terre ai jamais porté. On me le dit souvent, j’en suis vraiment, vraiment, mais alors vraiment désolée. Ça se voit, je suis toute peinée. Tu veux que j’essaie encore d’imaginer à quoi ça pourrait ressembler en y mettant un peu du mien ? Sourire plein d’innocence qui souligne sans délicatesse que y mettre du sien pour Billie veut actuellement dire rendre le rêve encore pire qu’un cauchemar, es-tu vraiment sûre que c’est ce que tu veux Milo ?. Il lui faudrait vraiment un coup puissant sur la tête pour lui faire envisager la possibilité qu’étudier ici soit une bonne chose. Peut-être que ça l’était, pour Milo, et encore, elle en doutait fortement. Se cacher, fuir les problèmes, ça n’était pas ça qui allaient les résoudre, loin de là. Mais soit. Sauf qu’elle, elle avait besoin de monde, de gens avec qui partager des moments, pas d’être enfermée entre quatre murs - d’accord, ils étaient géants ces murs, mais tout de même - à devoir se plier à des règles et à supporter le spectacle vomitif de O’Callaghan entrain de faire les yeux doux à quelqu’un qu’il ne méritait même pas. Ou alors il fallait que Billie tombe aussi amoureuse. Peut-être qu’Accacia était dispo ? Cette idée lui arracha un sourire machiavélique, c’était vraiment le pire scénario possible tout ça.

Ou, en tout cas, le pire derrière l’état actuel de son meilleur ami. Fallait être aveugle pour pas s’être rendue compte qu’il n’allait pas bien, et maintenant qu’elle avait abordé de front le sujet, la Gryffondor se demandait si, avoir attendu aussi longtemps avait été une bonne chose. Elle n’avait pas voulu, à la rentrer, parler de tout ce qu’il s’était passé avec Milo pour ne pas lui replonger la tête dans les horreurs encore toutes récentes, espérant qu’en voyant que Blackman ne revenait pas et que le château redevenait ce lieu où les élèves riaient, mangeaient, allaient en cours, enfreignaient les règles, ce lieu qu’il avait toujours été pour Billie. En fait, elle avait tenté de lui remonter le moral sans foncer droit dans le tas comme elle le faisait habituellement, une expression d’un tact qu’elle ne possédait pas en temps normal et qu’elle ne posséderait plus jamais vu le piètre résultat. Milo n’allait pas mieux, pas mieux du tout, et peut-être que si elle avait abordé le problème de face au lieu de louvoyer, de vouloir le faire rire, sourire, profiter des journées à Poudlard comme si de rien n’était, peut-être qu’il irait mieux ? Ou peut-être pas, peut-être que ça n’aurait fait qu’empirer le tout. Impossible à dire, impossible à savoir, tout ce dont elle était certaine, c’était que son meilleur ami n’allait pas mieux, n’allait pas bien, et que cette fois-ci, elle n’allait pas le laisser s’en tirer avec des phrases toutes faites pour éluder les siennes. Se plonger dans un magma de mauvaises choses, garder le silence, refuser de se confier par des peurs abracadabrantes, ça ne fonctionnait jamais, pas même un peu. Fallait qu’il parle, qu’il sorte ce qu’il avait sur le coeur. Et, à mesure qu’il commençait à le faire, les doigts de Billie se serraient un peu plus forts autour des siens. La jeune femme souhaitait parfois être plus grande, comme dans ces moments là, où elle aurait voulu entourer Milo de ses bras et le serrer contre elle, mais elle lui arrivait au milieu du torse alors c’était un peu ridicule. Il évite son regard, elle sent qu’il voudrait éviter cette conversation aussi, mais elle ne le lâchera pas. Et, manque de bol, ils vont passer deux jours ici, et il ne pourra pas fuir dans sa Salle Commune comme à Poudlard. Milo… J’ai passé toutes nos premières années à Poudlard à te secouer comme un prunier pour que tu te bouges le cul et que tu cesses de te terrer derrière tes peurs et ta lâcheté et que tu oses, enfin. Il avait supporté son mauvais caractère, elle ne l’avait pas lâché d’une semelle, et puis les bases d’une amitié plus solide que n’importe quoi étaient nées. Alors tu dois me croire quand je te dis que, le vrai courage, parfois, ça n’est pas de foncer dans le tas, ça n’est pas de t’interposer pour prendre les coups à la place, c’est pas de te mettre en danger, mais c’est bien ne rien faire. C’est même souvent ce qui demande le plus de force. Est-ce qu’elle le pensait sincèrement ? Oh que oui. Billie était incapable d’être hypocrite, encore moins avec lui. Disons qu’elle pouvait mentir pour éviter une punition, modifier la réalité à sa sauce pour arranger les faits, mais pas avec Milo, pas avec lui, c’était toujours la vérité toute entière qui sortait, sa vérité à elle en tout cas, sans filtres ni tact, que ce soit bien ou moins bien. Donc si elle lui disait tout ça, c’est qu’elle en était entièrement convaincue. La jeune femme ne voulait pas minimiser ce qu’avaient vécu les nés-moldus : elle y était, de l’intérieur, et elle savait bien que dormir à même le sol dans un cachot humide trop petit pour eux tous, être privés de nourriture, être battus, torturés, punis, ça avait été dur. Parce que pendant ce temps là, certains de leur plus vieux camarades sympathisaient avec ces brutes, jouaient leur jeu, se ravissaient des changements. Mais au final, les impuissants étaient sûrement les plus à plaindre. Ceux qui n’adhéraient pas aux idées de Blackman, qui voyaient des amis maigrir, souffrir, perdre de leur vitalité au fil des jours, pendant qu’eux dormaient dans des lits douillets, mangeaient à leur faim, la peur au ventre, la culpabilité accrochée comme une seconde peau, sans avoir le droit de se plaindre parce qu’ils n’étaient pas dans ces cachots, eux. C’était plus facile d’être à sa place à elle : si elle allait mal, elle avait le droit vu son année ; si elle allait bien, comme c’était le cas, on la prenait pour une force de la nature qui ne se laissait pas abattre. Mais pour ceux qui avaient continué leur vie d’élève, aller mal était mal vu par une partie du château, comme si eux n’avaient rien vécu, comme si pour eux, ça n’avait pas été un traumatisme de voir leurs amis être enfermés, battus. Surtout que, pour la plupart, ils avaient aussi subit des doloris et autres joyeusetés. Si tout le monde pouvait déjà accepter que chacun - à part les infâmes personnages qui avaient choisi le camp de Blackman volontairement - avait le droit d’aller mal, peu importe que lui ai reçu plus de doloris que lui, tout le monde pourrait faire un grand pas en avant. T’as fais tout ce que t’as pu et, encore, t’étais même pas obligé de le faire. T’aurais pu te comporter comme ceux qui ont juré allégeance à Blackamn et te ranger à ses côtés, en temps que sang-pur, noble avec ça, t’aurais été accueilli comme un roi et t’aurais été tranquille, bien plus que ce que tu ne l’as été. On a pas vécu la même chose l’année dernière, c’est le cas pour personne, même entre nés-moldus, et on a chacun notre manière de réagir. C’est pas parce que j’ai été dans les cachots que je dois aller mal et être traumatisée, et c’est pas parce que tu n’y étais pas que tu ne peux pas l’être. Il y a plein d’autres élèves qui devraient autrement culpabiliser, pas toi. Elle lui ferait entrer ça à coup de poings, en dernier recours. Parler des agissements d’un certain Poufsouffle n’améliorerait pas non plus leur conversation, aussi Billie se contenta-t-elle de généralités, bien qu’elle aurait souhaité lui montrer que, ceux qui pouvaient culpabiliser à fond dans l’histoire, c’était ceux qui avaient dénoncés certains de leurs camarades, par exemple. Si t’avais fait plus, tu te serais fait torturer, encore et encore, et ça aurait été très con. Être courageux, c’est pas être con. Et tu fais quoi de ta participation à la rébellion ? C’est du pipi de chat ? Parce que t’avais le droit à un lit, tout le reste ne compte pas ? Parce que t’avais le droit de manger à ta faim et que tu as profité de ce fait, tu es une mauvaise personne ? Tout le monde aurait fait comme toi Milo, moi la première. Se priver de manger ou de dormir, culpabiliser parce qu’on a pas les mêmes punitions que les autres, ça ne fait pas avancer les choses. Ce que vous avez fait, par contre, toi et les autres, ça a conduit à la chute de Blackman. Peut-être qu’il existait un sortilège pour implanter des idées dans les crânes durs comme de la pierre. Tu te trompes de coupable, Milo. C’est pas toi le fautif, c’est aucun d’entre nous, mais ce sont Blackman et ses néo-mangemorts.
electric bird.



Dernière édition par Billie Atwood le Ven 16 Fév - 16:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6244-archibald-milo-de-baskerville-je-t-aime-bien-mais-en-cas-de-danger-je-te-sacrifie-directhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6295-archibald-milo-de-baskerville-le-titre-qui-tuehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6331-tybalt-se-chargera-de-m-apporter-votre-courrierhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6332-express-tybalt-se-chargera-de-m-apporter-votre-courrier

Arrivé(e) le : 05/01/2012
Parchemins rédigés : 5787
Points : 31
Crédit : Thomas Brodie-Sangster crédit : Naïa ♥
Année : 6ème année (16 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Brooklyn ♥ Anoushka ♥ Naïa ♥ Blake

MessageSujet: Re: Dartmoor - England ... Baskerville's Manor (Billie & Milo)   Mar 13 Fév - 13:21


❝ Baskerville's Manor ❞Billie & Milo

Je ne peux m'empêcher de ricaner à sa remarque. Il est vrai que même s'ils devaient se montrer civiliser avec nous, cela ne durerait que quelques instants. Encore que j'ai bon espoir qu'Abel sache se tenir un peu plus que notre cousin et que sa volonté de se racheter auprès de moi sera suffisamment forte pour qu'il n'ait pas envie de s'en prendre à Billie. Après je ne donne pas cher de notre peau avec mon cousin. Même si Abel lui demande de bien se comporter, il n'est pas vraiment le genre de personne à pouvoir se contenir bien longtemps et les bonnes vieilles habitudes revenant un peu trop rapidement à la charge, je pense qu'on risquerait nos vies assez rapidement et courir vite nous sera grandement utile. Mais l'idée pourrait être amusante, parce qu'au fond, j'ai toujours adoré les embêter, chercher les ennuis pour pouvoir me plaindre d'eux par derrière. C'est assez compliqué à Poudlard parce que ce ne sont pas nos parents qui sont là pour réceptionner mes plaintes, les professeurs voient tout cela sous un jour bien différent. Ils prendraient certainement moins ma défense et ce n'est pas une heure de retenue et quelques points en moins dans leurs sabliers qui changera grand chose. Je le sais parce que j'ai testé, quand j'étais en première année. Les habitudes étant tenaces, j'ai essayé de dénoncer mon frère et mon cousin quand ils me tombaient dessus, sans forcément que je l'ai cherché. Et les punitions n'étant pas vraiment très effrayantes, j'ai pu rapidement constater que les fuir serait certainement la meilleure solution. Et aujourd'hui, il est vrai que je préfère fuir les conflits plutôt que d'en prendre part."Je suis sûr qu'on n'aurait même pas le temps de finir nos verres ..." Dis-je d'un ton un peu blasé. Oui parce que mon cousin n'a définitivement aucune patience. S'il ne crache pas dans nos verres ou ne nous affiche pas en racontant des anecdotes gênantes sur nous auprès des autres clients, je pense qu'on sera chanceux. Je l'ai revu à Noël et je peux certifier que travailler ne l'a pas rendu plus intelligent ou plus raisonnable. Il n'a pas changé d'un iota sauf qu'il se vante d'avoir trouvé un travail et d'avoir une paie. Paie qu'il ne doit pas trop voir, le connaissant, puisqu'il est du genre à acheter tout et son contraire et je soupçonne mon père de l'initier aux paris. A mon avis toute cette histoire va mal se terminer, surtout quand mon oncle l'apprendra et sincèrement, j'espère ne pas être là pour assister à l'apocalypse.

Peinée par la situation, Billie ? Je n'y crois pas un instant mais bon, si elle le dit je suis prêt à faire semblant de la croire pour lui faire plaisir. Même si on sait tous les deux que ce n'est que du vent. Elle aime sa liberté, elle aime sa vie à Poudlard, malgré tout ce qu'il s'est passé là bas et elle ne quittera le château pour rien au monde. Après je sais que je ne lui offre pas un avenir très intéressant. Vivre avec ma famille, suivre des cours via un précepteur, ne plus avoir ses amis autour d'elle, ne pas pouvoir faire des balades dans une forêt dangereuse avec une forte probabilité de ne jamais en revenir, c'est clair que c'est moins trépident tout de suite. Mais c'est parce qu'elle ne voit pas le plus important, je pense à sa sécurité et au fait que justement, elle pourrait avoir un avenir. J'ignore ce qu'il nous attend à la rentrée et je vis assez mal ces derniers mois. Ils ne font que nous rabâcher qu'on est en danger et font tout pour nous traumatiser. Je commence un peu à en avoir marre de tout ça et je ne suis pas sûre de pouvoir en supporter plus. Mais je n'ai pas forcément envie d'inquiéter inutilement ma meilleure amie avec tout ça. Elle a l'air d'être heureuse, de vivre pas trop mal cette année et je ne peux pas lui gâcher tout ça parce que je suis un trouillard né. Elle a assez souffert comme ça, elle a le droit au bonheur elle aussi. Et si elle estime que son bonheur est à Poudlard alors je ne peux pas l'interdire d'y retourner. "Non ! Tu vas imaginer un scénario encore pire que le premier et je vais en faire des cauchemars pendant 6 mois. Laisse ma maison en paix, elle ne mérite n'y d'être brûlée, ni de finir en miette !" Oui parce que je la connais et je sais qu'elle va imaginer un scénario catastrophe où la moitié de ma famille ne s'en sortira pas, nous à peine et que ma pauvre maison sera en ruine. Je pense que personne ne mérite tout ça alors je préfère encore qu'elle retourne à Poudlard, puisque c'est le seul endroit où elle veut être.

La discussion devient plus sérieuse et ce n'est pas forcément pour me plaire. Je ne me sens pas à l'aise avec ce sujet et encore moins avec elle. Ce n'est pas tant elle le problème mais moi, bien entendu. Mais je ne sais pas, j'ai la sensation que c'est déplacé de parler de tout ça avec elle alors qu'elle a vécu bien pire tourments que moi. Je sais que c'est débile, que ma peine est tout aussi justifiée que la sienne, mais c'est plus fort que moi, je ne peux m'empêcher de m'en vouloir d'être aussi faible et aussi incapable de passer au dessus de tout ça. Elle y est arrivée, pourquoi pas moi ? Même si en soit il n'y a rien d'étonnant à tout ça, elle a toujours été beaucoup plus forte que moi, sur tous les points, il est évident qu'elle serait capable de s'en remettre bien avant moi. Je sens ses doigts se resserrer sur les miens et je sais qu'elle veut me rassurer, me faire comprendre qu'elle est là, mais ça reste quand même dur comme discussion. J'entends tout ce qu'elle me dit et peut-être qu'une part de moi l'écoute et la comprend, mais il n'empêche qu'il y a quand même un gros noyau qui n'arrive pas à assimiler cette vérité vraie. Oui, mais ... voilà tout ce que mon cerveau a envie de dire."Oui mais si j'étais allé me battre avec les autres quand ils sont arrivés ... au lieu de me terrer dans ma salle commune ..." Me terrer dans ma salle commune n'a pas eu que de mauvais côté. Déjà j'ai fait la connaissance de Dan. On s'était déjà croisé une fois mais c'est vraiment ce soir là que tout a commencé entre nous. Et ensuite on a fait une infirmerie éphémère, pour soigner les blessés qu'on nous ramenait, alors on a quand même été utile un peu. Mais j'ai la sensation quand même de ne pas avoir fait assez. J'aurais aimé prendre les armes et bouter les ennemis hors de Poudlard. Dans mes rêves s'était envisageable, dans la réalité, en dehors de mourir, je crois que je n'aurais réussi à rien. Je sais que mon implication dans la première bataille n'aurait certainement apporté rien de particulier, mais il n'empêche que je n'arrête pas de me poser la question. Et si ... ? Parfois je me dis que certains de mes camarades ne seraient peut-être pas morts ce soir là ou alors que j'aurais certainement fait parti de la liste, je ne sais pas. Tout est allé si vite et s'était si effrayant, au fond de moi je crois que je sais que j'aurais été incapable de sortir de notre salle commune. Malgré tout le recule que j'ai actuellement, je sais que je n'aurais pas pu le faire. Et même encore aujourd'hui je ne suis pas sûr d'être capable d'aller affronter le danger s'il repointait le bout de son nez. "Et trahir tout le monde ? Non ça jamais. Je suis peut-être lâche mais pas au point de pactiser avec le diable. J'ai trop de principes pour ça !" Dis-je avec une pointe de colère dans ma voix. Et cette colère n'était même pas pour elle, mais peut-être pour tous ceux qui ont prêté allégeance à Blackman sans même chercher à savoir si ça allait blesser leurs camarades ou pas. Tu peux avoir peur, tu peux te terrer dans ton coin, faire profil bas, ça je peux le comprendre, mais trahir les autres, sans une once de regret, non, ça je ne peux pas. Tu peux faire de mauvais choix, mais il faut pouvoir les assumer et essayer de les racheter. C'est ce qu'à fait Dan et c'est pour ça que je suis resté avec lui, parce que son choix était mauvais, mais il le regrettait sincèrement. Ce n'est pas une mauvaise personne, c'est juste une bonne personne qui a fait un mauvais choix dans la vie et c'est ça qui fait la différence avec les monstres. Même si cette belle philosophie, je suis incapable de me l'appliquer à moi.

Je me détourne un peu d'elle, je n'aime pas parler de la rébellion. Je suis conscient que ça les a aidé à sortir de cet enfer, mais on a fait tellement de dommage. Etait-ce vraiment nécessaire ? Est-ce qu'autant de monde devait être blessé ? Est-ce que nous n'aurions pas dû nous préparer plus ? Prévenir plus de gens ? Evidemment c'était aussi prendre le risque d'être démasqué et de faire capoter notre plan, mais je ne sais pas, j'ai vraiment l'impression d'avoir causé du tort à trop de gens pour pouvoir m'en remettre. Des gens sont morts par notre faute. Et même si toute cette histoire n'est pas notre faute, ce serait un peu trop facile de mettre tous les torts sur le dos de Blackman pour laver notre conscience. Je suis un pacifiste et j'ai combattu de gens, j'ai blessé des gens, certains sont morts à cause de mon implication. C'est vraiment difficile à gérer. "Je sais que tout ça ce n'est pas de notre faute et qu'on a essayé de faire notre possible avec la rébellion. Mais j'ai la sensation qu'elle n'était pas assez préparée, qu'on s'est trop précipité pour la réaliser. Des gens sont morts Billie. Des gamins comme toi et moi, qui n'avaient rien demandé ! D'autres ont été gravement blessés ... Je n'arrive pas à m'enlever ça de la tête ! " Dan a été blessé et avec lui, beaucoup d'autres. Izzie a perdu une main, une fille de Gryffondor a perdu la mémoire ... Personne n'en est sorti sans séquelle de cette histoire, physique ou psychologique. On n'aurait jamais dû vivre tout ça ! Je sais que ce que Billie veut me dire est vrai. Je me diabolise certainement beaucoup trop. Elle n'est pas la seule à me le dire, mon psy me dit la même chose, mais c'est plus fort que moi. Je crois que je trouve ça plus facile à tout me mettre sur le dos plutôt qu'à en vouloir aux autres. J'en veux à Blackman, bien entendu mais peut-être pas autant que je le devrais, pas par pitié mais parce que j'ai peur que si je commence, je sois incapable de m'arrêter.

©️ 2981 12289 0



Archibald Milo de Baskerville
“Pour qu'un amour soit inoubliable, il faut que les hasards s'y rejoignent dès le premier instant.” Kundera Milan ♦ by dream's
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8960-like-a-river-always-running-billie-atwood?nid=1#198597http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8965-we-see-through-the-stars-billie#198613http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8966-push-and-pull-billie#198614http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8967-real-talk-billie#198615http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8968-real-fast-talk-billie#198616

Arrivé(e) le : 22/12/2017
Parchemins rédigés : 193
Points : 52
Crédit : Chaussette (Maisie Williams)
Année : Cinquième (redoublante)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Casey

MessageSujet: Re: Dartmoor - England ... Baskerville's Manor (Billie & Milo)   Ven 16 Fév - 19:33

Baskerville's manor
milo & billie

Billie ne peut qu’approuver vigoureusement son meilleur ami quand il suppose qu’ils n’auraient même pas le temps de finir leur verre avant de devoir prendre la poudre d’escampette pour échapper aux deux brutes qui composaient une partie de sa famille. En défendant Milo contre son gros balourd de frère puis en devenant amie avec lui, elle avait également récolté la partie la moins fun de leur arbre généalogique qui ne se privaient pas de s’acharner sur elle, de s’acharner sur lui. En ce qui la concernait, ça la faisait plus rire qu’autre chose, ils ne lui faisaient pas peur, elle savait comment les éviter, mais elle aurait préféré que Milo soit exempté de tares pareilles. Il méritait des parents aussi aimants que possible, une grande soeur et un grand frère fiers de leur petit frère qui l’épauleraient et le soutiendraient dans ses différences. Mais non, au lieu de ça, il se récoltait… bah il se récoltait ce qu’il se récoltait. Ce n’était pas non plus les Misérables, Milo était loin d’être une Causette, mais tout de même, le karma ne l’avait pas épargné niveau familial. Et il s’étonnait sincèrement que Billie ne veuille pas vivre ici tout le long de l’année pour suivre des cours avec un précepteur qui, avec toute la chance qu’elle avait, serait encore pire qu’Abel, son cousin, et les parents de Milo réunis. Elle ne comptait pas trop Accacia dans le lot qui se montrait tout de même bien moins antipathique avec elle que les autres. Et puis, elle avait fait transplaner Milo jusqu’à l’orphelinat pour qu’ils viennent récupérer Billie, c’était donc certainement celle qui avait le moins mauvais fond de tous. Enfin, son meilleur ami semblait avoir compris que lui demander d’étudier l’idée était vraiment une mauvaise chose et ne ferait que mettre en marche son esprit bien trop imaginatif pour la santé des personnes présentes dans le coin. La jeune femme afficha un grand sourire qu’elle voulait angélique, effet réduit à néant par le rire qui lui échappa. J’imaginais en réalité quelque chose de beaucoup plus drôle et innovant qu’une maison brûlée ou en miettes, tu me prends pour qui !? Non mais voyons, elle n’était plus une débutante, avec le temps, elle avait acquis une certaine originalité et sa vision des choses si un jour elle atterrissait dans ce manoir pour y étudier tout au long de l’année, entourée d’abrutis du même type que son petit-ami, était bien plus inédite. T’es sûr ? Tu renonces à ton idée, tu veux pas que je t’explique dans les moindres détails ? C’était bien dommage, O’Callaghan y tenait une place centrale et finissait par disparaître à l’instar du manoir. Finalement, peut-être qu’elle allait étudier la proposition de Milo. Puis après, elle culpabiliserait éternellement devant son meilleur ami au plus mal à cause de la perte de l’être aimé. C’était son karma à elle qui était merdique. Sur tous les élèves de ce château, il avait fallu que Milo tombe amoureux du pire crétin de la planète, suffisamment pour que sa mort, même tout à fait accidentelle, n’en vienne à le peiner durablement.

Sur le chemin des serres, ils délaissent rapidement les taquineries et les conversations pleines de sarcasmes, déviant sur un sujet on ne peut plus sérieux qui pousse Billie à s’arrêter pour faire face à Milo et à prendre sa main pour la serrer contre la sienne. Franche de nature, elle était encore plus sincère quand il était dans la balance : jamais elle n’avait menti à son meilleur ami. Tout au plus, parfois, atténuait-elle un peu la réalité pour ne pas le blesser, surtout quand ça concernait son mec et les sentiments qu’elle nourrissait à son égard. Mais pour tout le reste, elle n’y allait pas par quatre chemins, la vérité étant telle qu’elle, un point c’est tout. C’est donc sur le même mode qu’elle tenta d’abord de rassurer Milo puis, voyant que c’était aussi efficace qu’une goutte de pluie pour éteindre un incendie, de lui faire prendre conscience qu’il n’était pas le coupable qu’il s’acharnait à dépeindre. Avec des si tu mettrais Paris en bouteille lâcha Billie d’un ton quelque peu blasé, ne pouvant s’empêcher d’utiliser ce proverbe moldu qui ne dirait probablement rien du tout à Milo, à moins qu’il n’y ai un équivalent sorcier du genre avec des si tu transformerais un Sombral en Licorne ou quelque chose du genre. Qu’importe, le sens était suffisamment clair : il pourrait ressasser encore et encore la manière dont les choses s’étaient déroulées, il trouverait toujours un élément qui aurait pu améliorer la fin. Mais le fait était que le passé, justement, était le passé, et qu’il ne pouvait plus rien y faire. À revenir sans cesse sur ce que tu as fait et ce que tu aurais pu faire, et comment ça aurait pu se passer si tu avais fait ça au lieu de ça, tu vas juste finir rongé par la culpabilité. Si je n’avais pas pris à droite mais à gauche je me serais peut-être pas pris une lance dans le bide, mais j’aurais aussi bien pu me la prendre dans le coeur”. Si t’étais sorti de ta salle commune, t’aurais peut-être voulu aider quelqu’un et ça n’aurait fait qu’aggraver la situation. T’en sais rien, c’est un fait, et l’ignorance va te bouffer si tu ne cesses pas de te demander ce que ça aurait pu donner en agissant différemment. Comment pouvait-il ne pas le comprendre et se laisser aveugler ? Billie voulait bien qu’il culpabilise, qu’il ai l’impression de ne pas en avoir fait assez, mais il y avait culpabilité dévorante et regrets amers. Puis, bordel, on parlait d’une guerre qui avait englobé des enfants et des adolescents presque sans défenses, ce n’était pas comme s’il culpabilisait de ne pas avoir défendu un gamin face à son frère, par exemple ! Là il aurait pu dire qu’il avait fait preuve de lâcheté et Billie aurait certainement acquiescé. Cependant, elle comprenait bien que ça pesait énormément à son meilleur ami, aussi radoucit-elle le ton de sa voix, pour lui faire comprendre qu’elle était de son côté, quoiqu’il advienne, et que ce n’est pas parce qu’elle n’était pas d’accord et qu’elle pensait qu’il fonçait dans un mur qu’il ne pouvait pas, ne devait pas, lui parler. Si je dois prendre un marteau pour que ça rentre, je le ferais. Toujours à la manière Billie, quand même.

La Rouge & Or pince des lèvres pour retenir sa franchise naturelle qui la pousse à lui demander, alors, comment il peut sortir avec un type qui a balancé une gamine aux néo-mangemorts. Parce que là, en terme de traîtrise, on attend des sommets jamais explorés. Et ne parlons donc même pas de la lâcheté. Mais le sujet, c’est pas ce crétin, c’est Milo, et ces remords qui le rongent, et ce mal qu’il traîne depuis Blackman. Tu vois, sur l’échelle de la lâcheté et du courage, ceux qui ont prêté allégeance à Blackman, ils sont tout en bas, morts et enterrés sous le poids de leur connerie, et toi, t’es là dit-elle en mimant un point au milieu de son échelle imaginaire. Personne te demande d’être tout en haut et de foncer tête baissée dans le danger au risque de te manger un mur. Ou pire. Ça, c’est moi, mon rôle. Et de reprendre la main qu’elle venait de lâcher alors qu’il se détourne un peu, fuyant la conversation et l’importance qu’elle revêtait. Billie avait envie de l’attraper par les épaules et de le secouer, mais elle ne pouvait pas. Déjà parce qu’il faisait approximativement trois mètres et elle deux centimètres, et que ça s’avèrerait compliqué, et ensuite parce qu’elle ne voulait pas être brusque avec son meilleur ami quand celui-ci allait mal. Pourquoi ne pouvait-il pas la regarder alors qu’ils parlaient de la rébellion ? Toujours cette culpabilité ? Si Billie avait eu le pouvoir de la faire disparaître d’un claquement de doigt, même si ça voulait dire la porter à sa place, elle n’aurait pas hésité une seule seconde. Il fallait qu’il arrête de se ronger l’esprit avec ça. C’est vrai reconnait-elle. On est que des gamins qui n’avaient rien demandé et on s’est retrouvés, pour certains, enfermés dans des cachots, pour d’autres, obligés de suivre des cours et l’idéologie de ces arriérés. On est que des gamins et on nous a plongé dans une bataille alors qu’on avait rien demandé. Et parce qu’on est que des gamins, on a agit avec nos moyens, et ça a donné ce que ça a donné. Il y eu des morts, des blessés, on a perdu des amis, mais si on était resté les bras croisés, on serait peut-être toujours dans cette galère à se demander quand est-ce que les adultes réagiraient enfin. On a fait ce qu’on pouvait, à la hauteur de nos moyens, mais comment est-ce que tu peux te reprocher de ne pas avoir agit comme un auror parfaitement entraîné alors que t’es qu’un gosse ! Son ton s’était légèrement élevé au fil des mots avant de se radoucir. Ils avaient été abandonnés par toute aide extérieure, plongés dans un chaos qu’ils n’auraient jamais du ne serait-ce qu’effleurer, et ils s’en étaient sortis. Pas tous, pas tous entiers, pas tous aussi bien qu’avant, mais ils s’en étaient sortis. Et c’était en grande partie grâce à des élèves comme Milo, Isidore ou Zach, qui avaient refusé de laisser les choses s’enfoncer trop longtemps.
electric bird.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6244-archibald-milo-de-baskerville-je-t-aime-bien-mais-en-cas-de-danger-je-te-sacrifie-directhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6295-archibald-milo-de-baskerville-le-titre-qui-tuehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6331-tybalt-se-chargera-de-m-apporter-votre-courrierhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6332-express-tybalt-se-chargera-de-m-apporter-votre-courrier

Arrivé(e) le : 05/01/2012
Parchemins rédigés : 5787
Points : 31
Crédit : Thomas Brodie-Sangster crédit : Naïa ♥
Année : 6ème année (16 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Brooklyn ♥ Anoushka ♥ Naïa ♥ Blake

MessageSujet: Re: Dartmoor - England ... Baskerville's Manor (Billie & Milo)   Jeu 22 Fév - 13:23


❝ Baskerville's Manor ❞Billie & Milo

Je sais que ce n'était pas une bonne nouvelle pour Billie de savoir mon cousin et mon frère vivant à Pré-au-Lard et y travaillant, mais il était peu probable qu'on y tombe dessus en même temps. Je suppose qu'ils doivent travailler quand on est autoriser à s'y rendre, du coup si on ne rentre pas aux 3 balais et au magasin de balais, on n'a très peu de chance de les croiser. Alors certes, c'est un peu dommage de se voir priver du pub, mais rien ne nous empêche de vérifier s'il y travaille ou non et si ce n'est pas le cas de s'autoriser à y passer un peu de temps. Sinon, le salon de thé est très bien aussi, certes un peu kitch, mais très bon. Il y a toujours des solutions à tout, fort heureusement. Et puis cette lubie tiendra combien de temps ? Qui nous dit que l'an prochain, mon cousin n'aura pas réussi à persuader mon frère d'aller vivre à Londres ? Je n'ai pas la sensation qu'il s'éclate beaucoup à Pré-au-Lard, surtout quand on y vient pas, alors bon, je pense que ce petit caprice ne durera pas bien longtemps. A voir si mon frère finit par céder ou non. On abandonne la discussion pour parler de faire l'école à la maison. Rien de séduisant, je vous l'accorde, mais c'est tout de même plus sécuritaire que de retourner à Poudlard, non ? Billie ne voit pas les choses de la même façon visiblement et elle me le fait bien comprendre. Elle n'est pas croyable, rien ne lui va jamais ! Bon, c'est vrai que devoir supporter ma famille ce n'est peut-être pas l'idéal mais si on y réfléchie bien, il n'y aura que mes parents et ma grand-mère, les autres seront chez eux. Niveau isolement on sera au top, mais on arrivera bien à se divertir tous ensemble, non ? Dan, Billie Faith et moi. Je suis sûr qu'avec ma grand-mère, on pourra se rendre à Londres quelques fois pour aller "prendre l'air", faire des découvertes artistiques et chiner un peu. Mais je suis sûr que Billie trouverait encore à y redire. "Une brute !" Dis-je d'un ton boudeur. Oui bon, je ne le pense pas vraiment, bien entendu, mais quand même, on ne détruit pas ma maison sous prétexte qu'on n'aime pas mon idée. Idée farfelue et originale ou non, qu'importe je ne veux pas le savoir. Et elle continue sur sa lancée la chameau, à croire qu'elle veut vraiment que je la boude ! "Non ! Je te retire mon invitation, tu n'es plus la bienvenue. On se débrouillera sans toi !" Dis-je en prenant une mine boudeuse. Bon, je ne boude pas vraiment, qu'on se le dise mais qu'importe, elle ne met pas à feu et à sang ma maison et ma famille. Qu'elle retourne avec les autres sauvages, on restera entre gens civilisés. Et puis je suis persuadé que Dan sera content de la savoir loin. J'ignore pourquoi, mais ce n'est pas la folle entente entre eux. C'est dommage, je suis sûr qu'ils pourraient bien s'entendre s'ils faisaient un effort ! Surtout qu'en plus ce sont les personnes auxquelles je tiens le plus au monde, il faudra bien qu'ils se fassent une raison un jour et qu'ils enterrent la hache de guerre.

Nous prenons le chemin de ma serre mais nous nous arrêtons à ses portes. J'avais bon espoir de passer entre les mailles du filet mais visiblement j'avais tort puisque la discussion sérieuse venait de démarrer, pour mon plus grand malheur. Je savais que Billie s'inquiétait pour moi, elle n'était pas la seule. Et je savais que ce que je ressentais n'était pas sain, ni vraiment légitime. Mais pour le moment, je n'arrivais pas à penser autrement. J'avais pris conscience qu'on avait mis trop de responsabilités sur mes épaules et qu'on ne pouvait pas s'attendre à ce qu'un gamin de 16 ans prennent des décisions si importantes, concernant la vie d'autres personnes. Mais ça n'enlevait pas pour autant la culpabilité que je ressentais. Ma psy m'a dit que ça finirait par s'estomper ce sentiment et même si je ne la croyais pas au début, je me rends compte qu'elle n'avait peut-être pas tort. J'arrive à ressentir moins de culpabilité aujourd'hui, qu'en début d'année. L'expression employée par Billie m'était totalement inconnue mais je comprenais le principe en tout cas. Et ce fut encore plus clair quand elle l'expliqua à sa façon ... un peu trop brutale à mon goût, mais peut-être fallait-il en passer par là pour pouvoir me faire ouvrir les yeux, je ne sais pas. "Je sais que ton raisonnement tient la route et qu'au fond ... tu as raison. C'est juste que .... j'aurais aimé que ça se passe autrement et que personne ne soit blessé." Je ne peux m'empêcher d'esquisser un léger sourire quand elle parle de me faire entrer la vérité à coup de marteau dans la tête s'il le faut. Billie tout crachée ! Je sais qu'il va falloir que j'arrête de broger, ça ne sert à rien. Il faut juste que j'arrive à admettre que je ne suis pas un héros, qu'un simple humain, et que moi aussi je fais des erreurs. Je ne suis pas un fin stratège, ni un guerrier, je n'ai pas ma place sur les batailles. Et vu que j'accepte difficilement l'échec, il est difficile pour moi de vivre avec ça sur la conscience. J'ai échoué et cet échec n'a pas qu'une influence sur moi il a une influence sur l'ensemble de l'école et ça, c'est dur à accepter. Je sais que personne ne m'en veut et que mon plus grand ennemi, c'est moi, mais il est difficile pour le moment de m'enlever tout ça de l'esprit.

J'aurais voulu que cette discussion s'arrête, qu'on n'en parle plus, mais il a l'air difficile de faire changer de disque à Billie. En même temps elle sait que c'est sa seule chance d'en parler, elle sait qu'elle peut compter sur moi pour ignorer le sujet à l'avenir ou me débrouiller pour qu'il ne retombe jamais sur le tapis. Alors elle en profite et veut aller au fond des choses, même si moi je n'en ai pas envie. Elle me parle du niveau de lâcheté des gens, mettant ceux qui ont prêté allégeance à Blackman tout en bas, moi au milieu et elle certainement en haut. Bien entendu elle plaisante, mais l'idée est là. On considère que ceux qui foncent dans le tas sans trop réfléchir sont courageux, alors qu'à mes yeux ce n'est qu'une forme de suicide dissimulé. Je ne prétends pas que Billie ait envie de mourir, bien entendu, mais qu'à force de foncer dans le tas, elle va finir par se prendre un mur et que le choc risque d'être désagréable. Elle a déjà vécu l'expérience avec la lance, la prochaine fois, elle n'aura peut-être pas autant de chance, si on peut appeler ça comme ça ! "Je n'ai de toute façon pas envie de foncer tête baissée, ça ne me ressemble pas !" Et ça elle en est parfaitement consciente. J'ai besoin d'analyser la situation, de voir mes chances de réussites, de peser le pour et le contre et surtout, il me faut du temps pour rassembler tout mon courage. Je ne peux pas foncer dans une situation périlleuse sans au préalable m'être caché, mort de peur, incapable de bouger, ni de réfléchir. Ce n'est qu'au bout de quelques instants que mon esprit commence à réfléchir et mon instinct de survie se met en branle."Mais si tu pouvais ne pas foncer tête baissée dans le danger, ça m'arrangerais aussi !" Dis-je le plus sérieusement du monde. Je n'ai pas envie de la perdre et certainement pas pour quelque chose de stupide. Je veux pouvoir la voir vieillir à mes côtés, qu'on partage la même maison de retraite et qu'on soit encore capable de plaisanter ensemble, comme au bon vieux temps ! "Je ne sais pas Billie ... Peut-être parce que j'ai l'impression que c'est ce qu'on attendait de nous ... à moins que ce soit ce que j'attendais de moi ..." Tout est assez confus dans mon esprit. Est-ce juste moi qui me reproche de ne pas avoir géré la situation comme un adulte, un auror professionnel ou est-ce que je ressens ça vis-à-vis des autres. Je l'ignore, mais est-ce vraiment important ?

©️ 2981 12289 0



Archibald Milo de Baskerville
“Pour qu'un amour soit inoubliable, il faut que les hasards s'y rejoignent dès le premier instant.” Kundera Milan ♦ by dream's
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8960-like-a-river-always-running-billie-atwood?nid=1#198597http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8965-we-see-through-the-stars-billie#198613http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8966-push-and-pull-billie#198614http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8967-real-talk-billie#198615http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8968-real-fast-talk-billie#198616

Arrivé(e) le : 22/12/2017
Parchemins rédigés : 193
Points : 52
Crédit : Chaussette (Maisie Williams)
Année : Cinquième (redoublante)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Casey

MessageSujet: Re: Dartmoor - England ... Baskerville's Manor (Billie & Milo)   Sam 24 Fév - 21:10

Baskerville's manor
milo & billie

Une brute ! Il la prenait pour une brute ! Billie porta les mains à sa poitrine, mimant la douleur, comme si son coeur se brisait en mille morceaux, et accompagna le tout d’un Aaargh d’agonie quand Milo enfonça le clou en lui affirmant qu’il retirait son invitation et qu’ils se débrouilleraient sans elle. Bien évidemment, elle ne doutait pas un instant que le pluriel englobe son meilleur ami et le mec de celui-ci, ou plutôt la tare qu’il se trimballait depuis bien trop longtemps à son goût. Je sais que tu peux pas te débrouiller sans moi, pas la peine de faire genre répondit-elle apès avoir fini de mimer une mort lente et douloureuse en balayant les protestations de Milo d’un geste de la main. Au final, elle ne comptait pas foutre le feu à ce manoir, et lui n’allait pas réellement rester ici après les vacances de Noël, alors tout allait bien, n’est-ce pas ? Si on exceptait l’autre type collé aux basques de son meilleur ami, mais ça, même si ça lui donnait de l’urticaire, fallait bien faire avec, jusqu’à ce que ça se finisse. Ouais, la Gryffondor espérait bien que ça n’était pas parti pour durer pour la vie cette histoire là, elle voulait bien être gentille et écouter Milo lui raconter sa vie de couple sans vomir, ça s’arrêtait là, elle était tout bonnement incapable de souhaiter qu’ils vieillissent ensemble parce que ça voudrait dire que l’autre type ne disparaîtrait jamais de sa vie, et c’était bien le pire cauchemar dans lequel on pouvait la plonger.

Juste après celui où elle assistait à la souffrance de son meilleur ami, comme ce fut le cas alors qu’ils se dirigeaient vers les serres, s’arrêtant à quelques pas de celles-ci pour se faire face, bien que Milo évitât son regard qu’elle cherchait pourtant à accrocher. Billie aurait tant voulu pouvoir le soulager de toute la douleur qui l’habitait, quitte à l’assumer à sa place, sachant que son caractère à elle était tel qu’elle se débarrasserait rapidement de considérations qu’elle jugerait inutiles, là où Milo ne faisait que s’embourber dans celles-ci à la recherche de réponses qu’il ne trouverait pas, pas de cette manière. Ça n’était pas en s’auto-désignant coupable de tous les maux de la Terre qu’il pourrait avancer et laisser derrière lui les événements terribles de l’année passée. La jeune femme aurait tant aimé pouvoir lui faire comprendre son point de vue d’un claquement de doigt, tout en sachant que c’était impossible et en se désolant de ce fait. Mais, mine de rien, peut-être que ses mots parvenaient à le toucher, derrière cette carapace d’amertume et de remords, peut-être qu’elle parvenait à allumer une petite étincelle d’un feu plus grand. En tout cas, il était désormais hors de question qu’elle attende sagement qu’il se décide à s’ouvrir pour aborder un sujet qu’elle estimait être capital. Voyez ce que ça donnait : rien de bon. Elle aurait du lui parler bien plus tôt, au lieu de le laisser se noyer dans tout ce qui le bouffait intérieurement. Ou alors il se serait renfermé un peu plus… Bon, comme elle venait de le dire, avec des si, on mettait Paris en bouteille, ça ne servait à rien de se lamenter sur ce qui aurait pu être fait, c’était bien ce qu’elle s’efforçait de faire rentrer dans le crâne de Milo, à sa manière à elle, il fallait songer au présent. Et présentement, elle décidait qu’elle ne le laisserait plus se noyer tout seul, elle s’emploierait à le tirer hors de l’eau cûte que coûte.

On aurait tous préféré ça... répondit la Rouge & Or en soupirant. Si on exceptait quelques rares personnes, tous les élèves, s’ils le pouvaient, reviendraient en arrière pour modifier le cours des choses. Ils préfèreraient tous que jamais Blackman n’ait pu pénétrer dans l’enceinte du château, que jamais il n’ait pu instaurer ses lois désuètes, que jamais leurs camarades n’aient été blessés, que jamais personne ne soit mort. Parfois, elle avait un peu l’impression d’être tombée au moyen-âge, avec ces histoires de sang qui ressemblaient bien trop aux histoires de races du monde moldu. En plus violent et plus magique. Mais à côté de tout ce que ce monde lui avait offert, ça n’était rien, rien du tout, et elle continuerait de se relever quoiqu’il advienne. Et bien sur que j’ai raison, je suis la voix de la sagesse, tu devrais le savoir, à force taquina-t-elle Milo incapable de ne pas tenter de briser doucement cette ambiance tendue qui alourdissait l’air autour d’eux. Rassurée, également, de l’entendre dire que ça n’était pas parce qu’il s’en voulait de la manière dont les événements s’étaient déroulés qu’il allait soudainement se mettre à agir de manière imprudente. Un peu comme elle, ouais, et c’est d’ailleurs le lien qu’il fit lui aussi, lui arrachant une petite grimace exagérée. On sait tous les deux que c’est mon rôle, de foncer tête baissée dans le danger, et je suis encore en vie, c’est donc que ça ne marche pas si mal éluda-t-elle sciemment, sachant que si Milo pouvait lui arracher la promesse qu’elle soit un peu plus sage, il n’hésiterait pas un seul instant. Comme c’était ennuyant d’être sage, elle ne voyait pas du tout ce qu’il trouvait de rassurant là-dedans. Billie avait plus de chance de mourir d’ennui que de mourir à cause du danger dans lequel elle se fourrait immanquablement.

Reprenant un peu de sérieux, la Gryffondor ne lâchait pas la main de son meilleur ami, un peu comme si elle avait peur qu’il s’éloigne trop d’elle si jamais elle le faisait. Elle se demandait si les démons qui s’agitaient à l’intérieur de lui étaient partagés par d’autres élèves, et par combien, le cas échéant. Même si c’était lui qui lui importait, bien avant les autres, bien avant tous les autres. Il se mettait une trop grande pression pour des choses qui n’étaient pas de son ressort, et Billie aurait vraiment tout donné pour qu’il s’en rende compte. Tu t’en demandes trop alors. Tu n’es pas un héros invincible, tu n’aurais pas pu tous nous sauver, aucun de nous ne l’était. Il faudra bien que tu l’acceptes… Moi, en tout cas, je t’accepte comme ça, et je sais ce que tu vaux. Billie ne pouvait pas en dire plus, elle avait exprimé tout ce qu’elle ressentait, mais le chemin, c’était lui qui devait le parcourir. S’il avait besoin, elle serait éternellement là pour lui tenir la main, qu’il n’en doute jamais, mais elle se doutait bien que le processus ne s’effectuerait pas en un claquement de doigt.
electric bird.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: Dartmoor - England ... Baskerville's Manor (Billie & Milo)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dartmoor - England ... Baskerville's Manor (Billie & Milo)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard, 19 ans après. :: Autour du Monde :: 
Le Royaume-Uni
-
Sauter vers: