AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Souvenirs sacrés renfermés dans ce médaillon doré, dis-moi tes secrets. [Professeur Soussa & Maddie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7573-madison-p-leynd-o-a-la-decouverte-de-la-petite-maladroite-dont-le-sourire-est-eternel-ohttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7578-madison-p-leynd-o-la-petite-maladroite-dont-le-sourire-est-eternel-ohttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7579-les-p-tits-rps-de-maddiehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7583-o-boite-aux-lettres-de-madison-ohttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7582-petits-courriers-pour-madison-envoyez-un-hibou-express-avec-edelweiss

Arrivé(e) le : 21/02/2017
Parchemins rédigés : 654
Points : 15
Crédit : You_Complete_Mess (crimsonday)-> Signature
Année : 2ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Aucun

MessageSujet: Souvenirs sacrés renfermés dans ce médaillon doré, dis-moi tes secrets. [Professeur Soussa & Maddie]   Jeu 4 Jan - 1:45


Souvenirs sacrés renfermés dans ce médaillon doré, dis-moi tes secrets.
Professeur Soussa & Maddie
⋆ ☽ ⋆ ◯ ⋆ ☾ ⋆
J'avais l'impression de voler. Je n'étais ni sur un balai, ni dans les arbres, j'étais sur la terre ferme et pourtant j'avais l'impression que tout avait un goût de hauteur. En demi-pointe j'effectuai une pirouette les yeux fermés me laissant entrainer dans la douce danse enivrante du vent qui m'appelait comme pour que je le rejoigne. La jambe tendu, le dos courbé, le poignet brisé j'effectuai plusieurs tours avant de retomber en quatrième position. Mes yeux fermés ne m'empêchaient cependant pas de sourire et un voile lumineux s'abattit sur mon visage quand j'offris celui-ci au soleil qui brillait sur Poudlard aujourd'hui. Le vent effleurait ma peau et je continuai de danser avec le sourire au lèvres profitant du peu de temps en solitaire qu'il me restait le temps que mes amies finissent de s'entraîner. Au coin du terrain de Quidditch, tandis que les filles voletaient dans les airs pour s'entraîner, moi je gardais la tête dans les nuages mais les pieds sur terre. Je n'avais rien à faire ce matin alors quand les filles m'ont dit qu'elles allaient s'entraîner je n'ai pas hésité une seconde avant de leur dire que j'allais les rejoindre pour les regarder. Ceci dit après une demi-heure à avoir attrapé le tournis à force de regarder les balais valser dans les airs j'avais fini par moi aussi danser sur la pelouse en attendant que mes amies finissent. Déposant mes affaires et sol et dénouant dans un geste précieux le pendentif qui avait appartenu à ma mère j'avais revêtit de façon imaginaire mes demi-pointes et mon justaucorps pour virevolter dans l'ombre du terrain. Cela faisait bien longtemps que je n'avais pas étiré mon corps et les entrainements que je réalisai avec Billie me semblait lointain, il allait falloir que nous nous remettions ça un de ces jours. Changer de pied. Sauter. Tourner. Etirer. Plier et étirer. C'était sans doute la danse mon équilibre et malgré que je ne sois pas dans les airs, j'avais ma propre façon de voler. "Maddie attention!" J'ouvris les yeux brusquement et vit la balle, enfin le Souffle ou le-truc-dans-lequel-il-tapait-dedans-et-qui-faisait-mal foncer droit vers moi. Dans un geste de défense je me jetais sur le côté en plein dans mes affaires qui volèrent littéralement et s'éparpillèrent un peu partout sur le terrain. Aïe. Je me massai la tête et me relevai doucement. "Ne vous inquiétez pas, plus de peur que de mal!" Je souris et me relevai sans doute trop brusquement car un vertige me pris. Je fermai les yeux, me massai les tempes et souris à Roxy pour la rassurer. Je ne voulais pas qu'elle s'inquiète de trop ce n'était qu'une bosse tout au plus. Mais pour éviter que ma meilleure amie me traine de force à l'infirmerie et en quatrième vitesse, je m'assis gentiment et attendis quelques minutes afin que la douleur à ma tête se calme et que les filles aient finis car d'après ce que je voyais, elle en avait bientôt fini. "Maddie, tu viens?" J'hochai la tête, regrettant amèrement mon geste et entreprit de rassembler toutes mes affaires éparpillées partout. Roxy vint me donner un coup de main et une minute plus tard tout était plus ou moins en désordre dans mes bras. Souriant et prenant la bras de ma meilleure amie nous nous mîmes en direction de nos dortoirs.

Il fallait voir l'horreur de ma tête quand je passai devant le miroir du dortoir. Une trace de terre était en train de sécher sur ma joue, tendis que je semblais avoir perdue toutes mes couleurs et mes cheveux ne ressemblaient guère à autre chose qu'à une jungle emmêlée et en mauvais état. Je grimaçai et croisant le regard de Roxy éclatai de rire. Je ressemblais...à rien à vrai dire. Je passai une main dans mes cheveux et soupirai en rencontrant un noeud. Au grand mot, les grands remèdes. Allant chercher un élastique j'entrepris de faire une tresse avant de les nouer avec l'élastique. Rencontrant mon reflet dans le miroir je souris contente, avant que mon sourire ne s'efface d'un coup. Mon collier. Mon pendentif. Mon médaillon. Posant une main sur mon cou et ne rencontrant pas la surface métallique de mon bien le plus précieux ma tête me tourna. Où était-il? Où? Je me ruai vers mon lit où j'avais dépose mes affaires en arrivant. Je fouillai dans le bazar que j'avais mis dans mes feuilles. Où était-il? Où? Je renversai le contenu de mes affaires par terre et continuai à le chercher frénétiquement n'ayant que son image derrière mes rétines. Je tâtai mon cou une nouvelle fois. Je n'avais pas pu le perdre. Non je n'avais pas pu le perdre! Pas ce que j'avais de plus précieux au monde! Pas mon médaillon! Pas mon pendentif! Maman...Ma gorge se serra et les larmes me montèrent aux yeux. Je ne pouvais pas l'avoir perdue. Non. Tout mais pas ça. Paniquée je ne savais plus où donner de la tête. Je renversai l'intégralité de ma valise sur le sol. Pas là. Ni là. Je sentais la panique envahir ma poitrine. Où j'avais pu le mettre. Je l'avais avant d'aller au terrain. Je l'avais et...Le terrain! "Je reviens!" criais-je entre deux sanglots à mes amies. Le souffle court et les larmes aveuglant ma vue, je courrai dans les couloirs même si cela m'étais défendu. Tant pis. Je revoyais encore la balle arriver vers moi et moi qui essayait de l'esquiver. J'avais dû faire glisser mon médaillon et n'y avait pas penser. Comment avais-je pu être aussi bête! Comment avais-je pu oublier une partie de moi? Une larme dévala ma joue et je l'essuyai d'un geste précipitée. Vite.

J'arrivai paniquée au terrain et me mit à quatre patte pour le chercher dans l'herbe à l'endroit où il était tombée. Mais il n'était pas là. Pourquoi? Je l'avais perdue là pourtant. Pourquoi n'était-il pas là? Ma gorge me serrait et ma respiration était saccadée. Je voulais bien tout perdre mais pas mon médaillon. Pas la seule chose qui me reliait encore à mes parents. Pas mon porte bonheur. Pas ce pendentif qui me rendait plus forte, qui ne me faisait jamais abandonner, qui me rappelait combien ils m'aimaient. Pas mon médaillon. Je repris ma fouille mais je parvenais toujours à la même conclusion douloureuse. Rien. Rien sous mes doigts. Rien sous mes pieds. Rien sous mon ombre. Il n'était pas là. Un sanglot s'échappa de ma poitrine et je me relevai. Le coup de tout à l'heure me tourna la tête et je titubai sur quelques pas. Je rouvris les yeux quelques peu aveuglée par le soleil. Je séchais les larmes qui roulai sur mes joues. Il n'avait pas pu disparaitre, il était forcément là. Forcément! Je scrutais avec intention le terrain. Il fallait quelque chose de brillant. Quelque chose de petit et de brillant. Je passai plusieurs fois en revu le terrain et soudain je vis quelque chose briller dans la lueur du soleil. Là! Un soulagement envahi ma poitrine et je me précipitai vers la lumière. Ma lumière. Malheureusement le soulagement fut bien vite remplacée par un autre sentiment. Un autre sentiment quand je me précipitai vers la lueur, que je glissai sur une flaque de boue et que ma cheville vrilla sous le choc. Une douleur fulgurante m'arracha un gémissement plaintif et je tombai à genoux dans le boue. Ma cheville me lançait affreusement mais je tendis les doigts et attrapai la source de lumière. Un caillou. Mon champ de vision fut bientôt rempli par les larmes tandis que la douleur dans ma cheville ne cessée de me lancer douloureusement. Je m'assis à même le sol et lançai le caillou de toutes mes forces en colère contre moi et terriblement peinée. Terriblement malheureuse. Je l'avais perdue. Tout était de ma faute. Je passai une main sur mon visage laissant une trainée boueuse le long de ma joue mais je n'en avais rien à faire. J'avais perdu la seule chose qu'il me restait de mes parents et j'étais clouée sur le sol avec une cheville qui gonflait et qui me faisait atrocement mal. Comme si j'avais besoin d'une entorse en plus.

Je devais me montrer courageuse. Je mis tout mon poids sur mon autre cheville et tentée de me relever. Impossible, je retombai sur le sol dans un lourd fracas. Je ne retenais même plus les larmes qui refusaient de rester immobile dans mes yeux. Le soleil de mon rire de tout à l'heure avait volé en fumée derrière l'ombre des nuages qui pesaient sur mon coeur. J'avais perdue mon médaillon comme une idiote et il m'étais impossible de continuer mes recherches avec cette cheville foulée. Pourtant je devais continuer. Je ne pouvais pas abandonner. Ce pendentif était tout ce qui me restait. Tout ce qui me restait d'eux. Il fallait que je le retrouve. A tout prix.
code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8989-professeur-i-soussa-vol-gryffondorhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8997-irina-soussa-prof-de-vol-lienshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9067-professeur-irina-soussa-courriers-longshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9068-professeur-irina-soussa-petits-courriers#200242

Arrivé(e) le : 25/08/2015
Parchemins rédigés : 686
Points : 24
Crédit : *angie (Gal Gadot)
Année : Prof de Vol ~ Directrice des Gryffys

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Victoire, Jill et Allen

MessageSujet: Re: Souvenirs sacrés renfermés dans ce médaillon doré, dis-moi tes secrets. [Professeur Soussa & Maddie]   Ven 5 Jan - 18:43


Madison & Irina

Souvenirs sacrés renfermés dans ce médaillon doré, dis-moi tes secrets


S’il y avait bien un aspect particulier qu’Irina adorait dans le fait d’être professeur de vol depuis quelques mois, c’était la vie qu’il y avait sur le terrain. De façon tout à fait normale, son accès était limité, les élèves étaient tenus de venir demander l’autorisation avant de venir s’entraîner ou voler…Rares étaient les fois où Irina refusait cette autorisation, d’autant que, la plupart du temps, elle était au terrain également, dans les vestiaires, avec des élèves, des joueurs des différentes équipes ou juste dans le petit bureau qui lui était attribué. Un vrai plaisir de pouvoir profiter du temps frais et sec de l’hiver et de voir l’intérêt que certains avaient pour la pratique du Quidditch ou, plus largement, pour le vol. C’est donc en toute logique qu’Irina s’installa, ce matin là, sur le petit bureau dont elle disposait. Situé au pied de l’une des grandes colonnes de gradins du terrain, il disposait d’une large fenêtre qui lui donnait une vue sur toute la pelouse ; elle avait également assez de hauteur pour lui permettre de voir les élèves en vol … La jeune femme avait sorti son exemplaire du « Quidditch à travers les âges » ainsi que de l’encre et du parchemin pour copier le prochain papier qu’elle allait transmettre aux élèves au début de son prochain cours. Un petit bout de la théorie qu’elle avait l’intention d’aborder. Très peu fan de ce genre d’activité (les livres, le parchemin, l’écriture…) Irina était parfois tentée de jeter un œil aux petites jeunes femmes qui s’entrainaient un peu en vol et qui avaient l’air de profiter du moment. Elles avaient raison : le temps était clément et ensoleillé… Leur petite danse aérienne dura un bon moment et Irina n’avait manqué que quelques poignées de minutes, au bout du compte. C’est cinq minutes après le départ des jeunes femmes qu’un hibou arriva au bureau, lui déposant une lettre de quelques lignes seulement et qui lui fit chaud a cœur : Bianca lui écrivait pour lui dire qu’elle lui manquait… La petite n’avait pas idée d’à quel point sa maman en pensait tout autant… Irina écrivit sans plus attendre une réponse et invita le hibou à prendre son courrier. Une fois dehors, elle l’aida à s’envoler et c’est alors que son regard se posa sur quelque chose qui brillait au soleil. Quelques pas suffirent à Irina pour récupérer un petit bijou qu’elle emporta avec elle, c’était un médaillon.

De retour dans sa toute petite salle qui ne ressemblait en rien à celle de tous les autres professeurs de l’école, Irina déposa le petit médaillon sur le bureau. Elle pensait avoir identifié une petite blonde qui n’avait pas volé aujourd’hui et serait peut-être en mesure de lui rendre son bien, la prochaine fois. Il y avait néanmoins un petit hic dans l’histoire : l’envie de la jeune femme d’ouvrir le pendentif et de regarder d’un peu plus près. Le bijou était mignon, peut-être un peu grossier pour une jeune fille de première ou deuxième année ? Irina jugeait peut-être bien mal la chose… elle n’était peut-être plus du tout au fait sur les dernières modes… Mais ce qui la perturbait le plus, c’était le sentiment d’avoir déjà vu cet objet quelque part. Impossible ! Peut-être qu’il ressemblait juste à la quantité de bijoux en tout genre de sa mère Alexandra. La tentation de regarder de plus près était de taille. Jeter un coup d’œil ou respecter ? Le respect et le désintérêt pour l’objet aurait dû être la décision finale d’Irina, mais cette dernière, animée par une pulsion, ne put s’empêcher de se dire qu’il n’y avait personne et qu’il valait mieux que ce soit elle plutôt qu’une personne mal intentionnée. Elle n’était pas au bout de ses surprises…. Le visage sur lequel tombèrent ses yeux lui était familier et c’était peu de le dire ! Irina laissa échapper un cri qu’elle était seule à pouvoir entendre. Mary… Mary… Mary… Le prénom qui allait avec le visage qu’elle avait sous les yeux. Irina reconnaissait aussi Jake qu’elle avait connu … Plutôt que de rester une petite seconde dans la contemplation du médaillon et de la photo qu’il contenait, Irina y resta quelques bonnes minutes … Elle ne vit pas tout de suite, par la fenêtre de son bureau, la petite blonde revenir sur le terrain. Elle cherchait quelque chose et il ne fallait pas être spécialement perspicace pour comprendre….. Une petite voix dans sa tête lui cria LEYND… Irina était censée aller lui rendre le médaillon en lui disant de faire attention à ses affaires, mais elle était chamboulée… pour ne pas dire bouleversée par la découverte qu’elle venait de faire. Peut-être n’y était-elle pas du tout…. Mais même de loin, la petite était le portrait craché de Mary….

C’est en la voyant tomber au sol qu’Irina se décida à réagir…Enfouissant le médaillon dans sa poche, elle se précipita à l’extérieur. Irina ne pouvait pas lui dire « Madison ! » tout en sachant qu’elle ne faisait même pas partie des élèves qui suivaient son cours… La jeune femme opta pour autre chose et s’approcha de la petite blonde qui avait l’air au plus mal au pas de course avant de s'accroupir près d'elle et lui dire : « Hey hey… je t’emmène dans les vestiaires, viens. » La petite lui faisait évidemment très mal au cœur avec ses larmes et Irina la souleva tout en lui demandant : « Tu t’es fait mal ? La cheville ? Tu t’es cognée la tête ? » Plutôt que de la laisser dans les vestiaires de Quidditch, elle l’emmena directement dans son bureau, la déposant délicatement sur son siège de bureau. Irina eut autant de mal à la porter que lorsqu’il était question de porter sa fille de maintenant 9 ans. De grands enfants…. Prenant un air naturel, Irina essaya de croiser le regard de la petite avant de lui dire : « Qu’est-ce qui t’arrive… ? » Si la petite avait besoin d’aide ou d’un soutien quelconque, Irina était là, mais elle ne s’ôtait pas de la tête ce qu’elle avait dans le fond de sa poche…
AVENGEDINCHAINS


I'd risk the fall. Just to know how it feels to fly.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7573-madison-p-leynd-o-a-la-decouverte-de-la-petite-maladroite-dont-le-sourire-est-eternel-ohttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7578-madison-p-leynd-o-la-petite-maladroite-dont-le-sourire-est-eternel-ohttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7579-les-p-tits-rps-de-maddiehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7583-o-boite-aux-lettres-de-madison-ohttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7582-petits-courriers-pour-madison-envoyez-un-hibou-express-avec-edelweiss

Arrivé(e) le : 21/02/2017
Parchemins rédigés : 654
Points : 15
Crédit : You_Complete_Mess (crimsonday)-> Signature
Année : 2ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Aucun

MessageSujet: Re: Souvenirs sacrés renfermés dans ce médaillon doré, dis-moi tes secrets. [Professeur Soussa & Maddie]   Sam 27 Jan - 0:33


Souvenirs sacrés renfermés dans ce médaillon doré, dis-moi tes secrets.
Professeur Soussa & Maddie
⋆ ☽ ⋆ ◯ ⋆ ☾ ⋆
Comment avais-je pu être aussi bête? Comment avais-je pu perdre ce qui me tenait le plus à coeur? Comment avais-je pu perdre une partie d'eux et une partie de leur amour? Je me sentais vide. Il me manquait une part de moi. Il me manquait mes parents. Lorsque j'avais rencontré Cruz la première fois, alors que j'avais perdue la lettre de ma mère, elle m'avait dit de ne pas m'attacher à ses choses futiles qui me retarderont plus qu'autre chose. Mais je ne le pouvais pas. C'était trop tôt. J'avais besoin d'eux...C'était mon porte bonheur. J'avais conscience de leur amour pour moi mais il me fallait ce pendentif pour réellement le croire, pour garder de l'espoir. Sans lui, je n'avais plus l'espoir. J'avais dû mal à retenir les larmes qui brûlaient le bord de mes paupières et en laissait rouler le long de mes joues sans vraiment le vouloir. S'ajoutant à la douleur sourde de mon coeur, ma cheville me lançait et me faisait gémir de douleur. Je ne m'étais pas loupée, la cheville aura sûrement doublée de volume et prit une jolie couleur bleue. J'allais devoir passer voir M. Lennox mais ce n'était pas cela qui me préoccupait le plus pour le moment. Je pouvais supporter la douleur de ma jambe, je ne pourrais ignorer celle de mon coeur. Après une nouvelle chute, je restai assise dans la boue, les joues striées de larmes et de marques boueuses avec l'envie de redevenir une toute petite fille. Une petite fille qui se roulerait en boule sous sa couette. Une petite fille qui irait dans les bras de ses parents pour se rassurer. Une petite fille qui ne dépendait pas d'un médaillon qu'elle avait désormais perdue. J'étais nulle. Il n'y avait pas d'autres mots. J'inspirai profondément, clignai des paupières pour chasser les larmes ne réussissant qu'à en créer de nouvelles. Comment allais-je faire maintenant? Comment allais-je me relever? Retrouver mon médaillon? Je n'en avais aucune idée et ma cheville était trop douloureuse pour que je puisse ne serait-ce que me relever. Je crispai la main sur l'herbe fraîche et le soleil se cacha derrière les nuages. Il ne manquerait plus qu'il pleuve. Je soupirai et calmai ma respiration comme je le pouvais. J'allais retenter de me lever quand des pas et une voix me tira de mes sombres pensées « Hey hey… je t’emmène dans les vestiaires, viens. » Une jolie dame arriva vers moi et je me sentis bête de ne pas trop savoir à qui je m'adressai. Un professeur peut-être? Son visage me rappelait quelque chose mais je n'en avais pas une idée précise. Elle arriva vers moi et me souleva dans ses bras ce que j'aurais d'habitude protestée pour ne pas qu'elle se fasse mal, mais je ne pouvais plus poser la cheville par terre et il fallait reconnaitre que j'avais besoin d'aide moi aussi quelque fois, comme maintenant. J'avais besoin d'aide pour ma cheville mais pas pour la douleur dans mon coeur. Elle ne pourrait rien faire. Même si je lui racontait tout, elle ne pourrait pas le retrouver, elle ne savait pas à quoi il ressemblait...j'étais maudite! Je la laissais me transporter tandis qu'elle semblait s'inquiéter pour moi. J'en étais malade. Malade d'avoir perdue mon médaillon, malade de mettre fait mal à la cheville, malade que je cause des soucis à quelqu'un...j'avais l'impression de ne causer que cela. Des soucis.

Le chemin, je ne le connaissais pas, et pourtant quand je fus arrivée dans ce qui semblait être le bureau de ma secouriste je m'aperçus aussitôt à qui j'avais à faire. Je ne l'avais vu que de rares fois quand j'étais aller voir les filles à leur entraînement mais maintenant cela me semblait évident. Maladroite comme j'étais je n'avais pas reconnu le professeur dont je n'avais désormais plus le cours. Le professeur de vol de mes amies. Elle me déposa sur la chaise en face de son bureau et je baissai les yeux rougissante de gêne. Je n'avais pas l'habitude de pleurer devant les gens, je n'avais pas l'habitude de leur causer des soucis et surtout de les inquiéter pour rien. Je pouvais marcher normalement, j'aurais dû le faire au lieu d'embêter le professeur de vol de mes amies. « Tu t’es fait mal ? La cheville ? Tu t’es cognée la tête ? » La gentillesse avec laquelle elle s'adressa à moi me fit néanmoins relever les yeux et je lui souris gentiment en tentant de cacher mes grimaces de douleurs. "J'ai glissé et je suis tombée...ne vous inquiétez pas professeur ce ne doit pas être grand chose j'ai juste un peu mal à la cheville...mais je vous assure que ça va aller, je ne voulais pas vous embêter..." Je passai une main sur ma joue pour tenter d'enlever le reste de boue de mon visage car en plus de ressembler à une empotée j'étais dans un état abominable entre mes cheveux qui ne devait ressembler à rien, les joues pleines de boue et striés de larmes, je ne devais pas faire un joli tableau et je m'en voulais de me montrer de la sorte à un professeur mais elle était tombée au mauvais endroit au mauvais moment...à moins que ce ne soit mon cas à moi. "J'ai l'habitude vous savez...je ne suis pas très douée ni de mes mains, ni de mes pieds alors ce genre de petit incident ça m'arrive presque tous les jours" Je rigolai nerveusement, rougissant de plus belle me rendant compte que j'aggravai plus mon cas plutôt que de l'améliorer. En plus de mettre fait mal et de ne pas être présentable je passai pour la cruche et le boulet de service. Décidément ce n'était pas mon jour...Avec un petit sourire contrit je regardai le professeur qui croisa mon regard « Qu’est-ce qui t’arrive… ? » Mon sourire s'évanoui aussitôt et je ressentis la pointe désormais familière de la culpabilité envahi également d'un sentiment de tristesses. Les larmes aux bord des yeux je détournai le regard cherchant la façon la plus appropriée pour ne pas froisser le professeur mais lui dire que tout allait bien alors que ce n'était pas le cas. Il fallait toujours que tout aille bien avec moi. Toujours. Quelque soit la situation. Je remis une mèche dorée derrière mon oreille et me tortillai gênée sur le siège où m'avait déposé la gentille professeur. Qu'est-ce que je pouvais bien lui dire? Que pouvais-je lui raconter? Le pouvais-je seulement? Ou ferais-je mieux de garder mes sentiments et mes problèmes pour moi? J'étais un livre ouvert qui tentai désespérément de se fermer mais qui n'y arrivait jamais physiquement.

Le coeur au bord des lèvres, les yeux remplit de larmes je me forçai à sourire gaiement à mon professeur en secouant la tête négativement comme si tout allait bien. "Tout...Tout va bien, je voulais juste...enfin...j'avais fait tomber ma barrette mais ce n'est pas grave...ce...ce n'est qu'une barrette après tout" Qu'une barrette. Qu'un médaillon. Oui...qu'était-ce pour les autres ce que moi je considérais comme une partie intégrante de moi? Qu'était-ce qu'un médaillon trouvée dans une flaque de boue sinon mon plus beau trésor. Je me mordis ma lèvres inférieure pour l'empêcher de trembler. Qu'est-ce que j'avais fait? Qu'est-ce que j'avais encore fait? Malgré mon envie de tout cacher. Malgré mon envie de ne rien révéler et de tout garder pour moi, mon semblant de façade que j'avais tenter de me créer se fissurait bien plus vite que je ne l'aurais voulu, m'obligeant à laisser une larme dévaler ma joue. Je l'essuyai d'un geste rapide et me tournai de nouveau vers mon professeur "Vous...vous n'avez rien trouvé de particulier sur le terrain professeur?" La dame semblait si gentille que je ne pouvais me résoudre à ne pas au moins demander une information. J'espérais seulement qu'elle allait me donnait la réponse que j'attendais, qu'elle allait pourquoi pas me dire qu'elle avait trouvé un médaillon et me le rendre. Je l'espérais tellement que cela me faisait mal au coeur.
code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8989-professeur-i-soussa-vol-gryffondorhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8997-irina-soussa-prof-de-vol-lienshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9067-professeur-irina-soussa-courriers-longshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9068-professeur-irina-soussa-petits-courriers#200242

Arrivé(e) le : 25/08/2015
Parchemins rédigés : 686
Points : 24
Crédit : *angie (Gal Gadot)
Année : Prof de Vol ~ Directrice des Gryffys

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Victoire, Jill et Allen

MessageSujet: Re: Souvenirs sacrés renfermés dans ce médaillon doré, dis-moi tes secrets. [Professeur Soussa & Maddie]   Sam 10 Fév - 13:01


Madison & Irina

Souvenirs sacrés renfermés dans ce médaillon doré, dis-moi tes secrets


Etre professeur apportait son lot de surprises… Irina ne pouvait même pas prétendre connaître les adolescents (pour la majeure partie des élèves qu’elle avait sous la main) car sa fille venait juste de fêter ses 10 ans. Elle se sentait novice et pourtant parfois animée par quelque chose qui lui disait qu’elle avait les capacités de le faire. Enseigner, gérer des jeunes n’était pas donné à tout le monde, si ? Irina ne se sentait pas si mal dans le rôle… juste débutante, cruellement en demande d’expérience. Elle n’imaginait pas qu’elle aurait à faire face à un nouveau cas de figure aujourd’hui même… Un cas de figure qui, selon elle, allait à l’encontre de ses attributions de prof. Pas de sentiment, pas de privilèges ou de favoritisme (envers certains élèves) ni de mention de sa vie personnelle. Elle se focalisait sur le Quidditch, sur la bonne tenue et la progression des élèves de Gryffondor (et les autres, de manière générale) et c’était tout…. Avoir ce médaillon dans les mains la déstabilisa clairement. A 31 ans, elle avait assez de cran pour retomber sur ses pattes et prendre la situation avec du recul, mais il était quand même question de Mary et Jake ! Mary et Jake… qui n’avaient plus répondu à ses lettres, qui n’étaient tout simplement « plus là ». Irina avait été tellement occupée par ses activités professionnelles, par sa fille et leur avenir respectifs qu’elle n’avait pas cherché à en savoir plus, attendant des nouvelles de Mary ou une lettre qui arriverait peut-être un jour….avec quelques explications. Rien, jusqu’à maintenant… Pas de nouvelles de son amie. Honteusement, elle n’y avait même pas pensé ce matin en sortant de ses draps pour se préparer à rejoindre le terrain de Quidditch… C’était jusqu’à trouver ce médaillon et violer l’intimité (en quelque sorte) de son propriétaire. Irina n’avait pas eu besoin de s’y pencher très longtemps pour comprendre : la fille de Mary était à Poudlard. La fille de Mary avait laissé tomber le médaillon avec la photo de ses parents et désormais, elle se trouvait au sol, dans la boue… à quelques mètres de la porte de la salle occupée par Irina.

Cette dernière n’avait pas attendu très longtemps avant de s’y précipiter. Voler à la rescousse d’un élève faisait partie des choses qu’Irina apprenait à faire et elle n’avait pas l’impression d’être apte, ni bien préparée pour tout ça…. D’autant qu’elle avait la petite Leynd sous les yeux, le portrait de sa maman ; Irina avait passé d’incroyables moment avec Mary, les souvenirs des instants passés en sa compagnie, ici, à Poudlard, ne manquaient pas. La petite se laissa déposer sur une chaise et Irina lui posa d’abord des questions relatives à son état physique. Le reste allait venir après… Selon ce qu’elle pouvait voir du visage de la jeune femme, elle en avait gros sur le cœur et Irina se demanda d’emblée si le médaillon y était pour quelque chose. Sa réponse me donna envie de sourire intérieurement, même si elle était relativement négative. Comme Mary, la petite n’était pas contrariante, très maladroite (à première vue, avec la chute) et sûrement adepte de l’idée de faire plaisir aux autres et de positiver. Irina ne se mit néanmoins pas à rire et aller chercher des serviettes en papier pour essuyer la joue de la jeune fille, commençant elle-même le travail avant de se rendre compte qu’elle n’avait pas Bianca sous les yeux, mais bien une élève … « Hum… une nouvelle patiente pour monsieur Lennox. J’ai à faire au château, je t’aiderai à y aller…. » et pour ne pas lui laisser de répondre que tout allait bien Irina enchaîna en disant : « Tu ne m’embêtes pas, il est hors de question que je te laisse repartir pleine de boue, en ayant mal à la cheville et visiblement troublée par quelque chose…. En revanche, je sais que ça va aller. Je vais m’en assurer, mais je vais quand même avoir besoin de savoir ce que tu faisais sur le terrain toute seule. » Et l’erreur était commise, Irina la tutoyait sans réfléchir, peut-être que la petite Madison ne s’en rendait pas compte, mais Irina en était bien consciente.

Irina garda le silence pendant un moment, elle aida la petite à enlever sa chaussure et à essuyer le reste de boue sur son visage et sur ses vêtements maculés avant de poser la question fatidique. Son ton était relativement calme, mais avoir connaissance de la présence du médaillon dans le fond de sa poche lui faisait quelque chose… Tout sourire quitta le visage de la petite au moment de la question et Irina la regarda avec une expression un peu peinée : « Une…barrette ? C’est une barrette que tu cherches, Madison ? » Elle faisait peut-être une grosse erreur en l’appelant par son prénom alors qu’elle ne lui avait rien demandé. Peut-être que la petite penserait qu’Irina avait connaissance de tous les élèves de l’école, même ceux qui n’étaient ni à Gryffondor, ni dans ses cours, mais peu importe, le mal était fait depuis longtemps. Irina commença à y voir parfaitement clair quand Madison lui demanda si elle avait trouvé quelque chose sur le terrain. Ses larmes mirent Irina dans tous ses états et elle ne sut quoi faire pour consoler la petite, se contentant d’être face à elle sans la quitter des yeux. « Si. Mais je ne vais pas te le rendre avant de te présenter mes excuses et espérer que tu me pardonneras pour ce que j’ai fait… » Irina haussa les épaules. La petite n’allait rien y comprendre, mais Irina savait parfaitement où elle voulait en venir. Elle avait regardé, elle s’était mêlée de ce qui ne la regardait pas…Elle s’en voulait, mais d’une autre manière, elle était contente de retrouver le regard de Mary…enfin…celui de sa fille…

AVENGEDINCHAINS


I'd risk the fall. Just to know how it feels to fly.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: Souvenirs sacrés renfermés dans ce médaillon doré, dis-moi tes secrets. [Professeur Soussa & Maddie]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Souvenirs sacrés renfermés dans ce médaillon doré, dis-moi tes secrets. [Professeur Soussa & Maddie]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard, 19 ans après. :: Poudlard :: 
L'Extérieur du Château
 :: Le Terrain de Quidditch
-
Sauter vers: