AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 S.O.S, journaliste en détresse ! (ft. Hilary)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Invité

Invité

CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: S.O.S, journaliste en détresse ! (ft. Hilary)   Mer 3 Jan - 1:45

S.O.S, Journaliste en détresse !

feat. Hilary Fitzpatrick Priest



Le 15 Octobre 2023,

Derrière une pile de grimoires, la tête enfouie sous une liasse de parchemins noircis par une encre noire encore fraiche, Aisling, notre Serdaigle exténuée, ne vivait pas très bien le surmenage qu’elle s’auto-imposait. Quelques ronflements rythmaient le somme involontaire qui l’avait foudroyé après son énième ébauche d’article concernant le nouveau bibliothécaire de Poudlard, Monsieur Ethergsen. En effet, aujourd’hui, l’inspiration n’était pas au beau fixe et ce grand bonhomme à la crinière sombre n’y mettait absolument pas du sien pour l’aider dans ses affaires. Excepté le paradoxe notable à propos de son étonnante consommation de crème glacée pour sa silhouette digne d’un dresseur de dragons, elle n’avait déniché aucune information supplémentaire pour nourrir sa plume inventive. Allait-elle devoir affabuler ? Broder un tissu de mensonges pour rendre son article intéressant afin de satisfaire ses lecteurs exigeants ? Inventer une dramatique histoire d’amour à Ethergsen qui expliquerait les airs ténébreux et irascibles qu’il se donnait ? Non ! Elle ne pouvait tomber si bas, qui plus est elle avait toujours eu pour principe de ne s’inspirer que d’éléments concrets pour exagérer les faits de sa rubrique favorite qu’elle avait intitulé avec humour « Ragoût de ragots » . Certes, il lui arrivait de faire usage de nombreuses hyperboles pour rendre la réalité moins morne qu’un match de quidditch sans cognards, mais jamais au grand jamais elle ne s’était octroyée le droit de créer de toutes pièces une histoire rocambolesque.

Pourtant en cette après-midi d’octobre la tentation était grande. Les parchemins épars en témoignaient, Aisling était dans une impasse. Une impasse incroyablement gênante qui faisait de l’ombre à l’ambition qui la caractérisait d’ordinaire. Son cerveau avait surchauffé alors qu’elle bataillait contre son moi intérieur, se demandant s’il ne valait pas mieux remettre cet article à plus tard ou tout simplement l’abandonner. Déclarer forfait face au bibliothécaire énigmatique de Poudlard ?! Hors de question ! L’obstination, voir l’obsession, de la Serdaigle à rédiger des articles accrocheurs lui menaient la vie dure. Une énième apparition à la bibliothèque pour le cuisiner semblait aussi efficace qu’un malencontreux poil de chat dans une préparation de polynectar. Ça marchait à peu près, mais pas comme on s’y attendait.

Un grand bruit extirpa soudain notre sorcière aux couleurs héraldiques bleu et bronze de son assoupissement. Prise sur le fait de son inertie, elle redressa précipitamment la tête, un parchemin malicieusement encore collé à la joue qu’elle décrocha d’un revers de manche brutal.

« - Grmblmbl, c’est pour quoi ? »

Grommela t-elle d’une voix profonde avant de détailler rapidement du regard l’importune qui venait d'interrompre son sommeil de cent ans. Une petite aux couleurs des Gryffondor lui faisait face avec aplomb et l'air déterminé de ceux qui ont quelque chose d'important à dire. Depuis combien de temps se trouvait-elle dans la pièce ?! Son visage au teint diaphane ne disait pas grand chose à Aisling qui, les yeux encore embués de songes, essayait de se remémorer les notes de son carnet "spécial Poudlard". Cette petite ne devait pas être de ceux qui se faisaient remarquer car aucun nom ne lui revint. Incertaine, elle coupa d’un geste péremptoire la Gryffondor qui allait visiblement répondre à sa question et ajouta dans sa mauvaise humeur :

«  - En fait, c’est pas trop le moment là, pour les plaintes faudra m’envoyer un hibou ! »

Puis, abandonnant du regard l'intruse en se donnant l'air d'avoir des choses très importantes à faire, elle attrapa un parchemin, une plume et s'absorba dans la relecture de son article désastreux sur Ethergsen. Elle n'avait pas le temps de gérer les vexations que pouvaient occasionner ses tranches de vérités mensuelles. Non, pas le temps, ni l'envie !


made by guerlain for bazzart


Dernière édition par Aisling N. Shepherd le Lun 15 Jan - 22:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8899-hilary-fitzpatrick-priesthttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8911-hilary-un-capitaine-a-besoin-d-un-equipage-et-d-ennemis#197603http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8912-hilary-si-on-imaginait#197606http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8913-une-lettre-pour-hilary#197607http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8914-un-envoi-express-pour-hilary#197608

Arrivé(e) le : 03/12/2017
Parchemins rédigés : 116
Points : 6
Crédit : by me • Nastya Kusakina
Année : 1ère année - 13 ans

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Felicia A. Williams

MessageSujet: Re: S.O.S, journaliste en détresse ! (ft. Hilary)   Lun 8 Jan - 5:34

S.O.S, journaliste en détresse !

Elle n’était pas bête. Non, elle n’était pas bête. Elle n’était pas idiote non plus, ni une imbécile. C’était juste que Hilary ne savait pas tout et que cela pouvait arriver à tout le monde. Tout le monde ne pouvait pas tout savoir pas vrai ? Pas de quoi en faire tout un foin. Le seul qui possédait la connaissance universelle, c’était Dieu. Et personne ne pouvait prétendre être Dieu. Donc personne ne pouvait tout savoir. C’était ce que la petite se disait pour se rassurer face à son manque cruel de connaissances et de matière grise. La plupart des gens autour d’elle semblait savoir énormément de choses, parlait de choses qu’elle ne comprenait pas et tout ça le plus normalement du monde. Elle éjectait les adultes d’office et les professeurs trop gentils à son goût qui cachaient forcément quelque chose. Eux, rien que d’y penser, ça l’énervait déjà de savoir qu’ils pouvaient la regarder de haut juste pour avoir le plaisir de dire "moi je saiiiiiis" et pas elle. Ses camarades, en revanche, c’était déjà plus compliqué, mais ça restait encore à prouver. Tous autour d’elle paraissait connaître énormément de choses. Autour d’elle, Hilary voyait un monde sombre qui ne lui était pas permis parce qu’elle ne comprenait pas, parce qu’elle ne connaissait pas ; parce qu’elle ne savait pas. Loin d’elle l’idée que ces discussions pouvaient concerner le monde magique tout simplement ; monde totalement inconnu pour elle en grande partie, surtout après un an presque entier enfermée aux cachots et qu’elle ne voulait tout bonnement ne pas en savoir plus. Mais tout de même, ne pas savoir, être dans l’ombre, ça l’énervait. Qu’est-ce qu’elle avait, elle, que les autres n’avait pas ? La communication en morse ? La langue de la lumière comme elle aimait l’appeler ? Pour l’instant, ce savoir ne lui avait pas servi à grand chose puisque que personne à part elle dans cette école ne le possédait également. Oh, ça faisait déjà ça de su que les autres ne savaient pas ! Mais si personne ne savait qu’elle savait, c’était bien inutile. Puis, elle n’était pas du genre à se vanter. Ça c’était le rôle des gens populaires, des mecs qui se prennent justement - de façon injuste - pour Dieu, des filles qui se croient au dessus de tout le monde. Certains diraient des Serdaigle en somme, mais Hilary dirait des gens qui traînent à la bibliothèque. Elle n’aimait pas ces gens-là, et elle n’aimait du coup pas l’endroit ; qu’elle fuyait comme la peste. Ça savait là-bas, et ça savait que ça savait, alors ça s’en vantait, ça le montrait, ça s’en régalait d’avance et ça l’étalait devant tout le monde. Beurk. Le petit lion préférait encore rester dans son ignorance à ce moment-là... ou apprendre des choses autrement. En errant dans les couloirs de l’école - profitant qu’on ne les enferme pas une deuxième fois -, la petite passait à côté de groupe d’amis qui rigolait à leurs blagues. Blagues qui ne pouvaient être compris que d’eux-mêmes. Elle passait à côté des gens, à côté du monde sombre qui ne lui était pas permis (les discussions trop intellectuelles pour elle), quand elle tomba sur une porte d’entrée à la connaissance ! Un journal.

Une gazette même, tombée au sol. La petite Gryffondor le ramassa sur un coup de tête.Qu’est-ce que c’était que ce chiffon de papier ? On lui avait marché dessus de nombreuses fois, le pauvre. Tout ratatiné, tout chiffonné, presque déchiré. Il y avait plusieurs colonnes avec plusieurs titres et plusieurs lignes qui s’alignaient les unes en dessous des autres. Hilary ne savait pas qu’il y avait une telle chose à l’école. Cela daté du deux octobre, de quelques semaines, tout au plus maintenant. Une rubrique en particulier attira son regard. Pour cause ! Celle-ci avait son titre en rouge, pour bien attirer l’oeil du lecteur. Ça fonctionna sur la rouge & or en tout cas. Elle commença à lire cette rubrique en particulier, alors qu’elle avait abandonné les autres très rapidement. « Êtes-vous du genre à avoir une oreille qui traîne ? » Ses deux oreilles étaient toujours rattachées à sa tête aux dernière nouvelles... « Une capacité d’observation hors norme ? » La petite savait regardait loin à l’horizon, ça oui. Mais pas plus. « L’ambition de colporter... » Elle abandonna cette phrase à partir de ce mot : elle ne savait pas ce que cela voulait dire. Les questions s’arrêtèrent là. À la place, plusieurs phrases exclamatives prirent la suite. Une offre d’embauche. En tout cas, ça y ressemblait et la petite n’avait pas le profil du tout pour la demande. Ça l’empêcha pas de lire toute la rubrique jusqu’à la dernière lettre. Et au mot "bravoure", elle se décida ! Emballé c’était pesé, le quinze octobre, dans l’après-midi, elle se trouvait devant le bureau présumé de la rédactrice de cette fameuse Gazette de Poudlard, au quatrième étage. Voilà. C’était ça, sa porte d’entrée vers la connaissance, et cela lui évitait un aller à la bibliothèque. Rien de bien sensationnel et pas de quoi casser une patte à un poulet, mais pour Hilary, c’était quelque chose ! Elle ne savait pas grand chose du métier de journaliste, mais pour elle, ces gens savaient énormément de choses et dans plusieurs domaines. La petite tête blonde ne savait pas comment ils faisaient, c’était presque sorcier toute cette histoire, mais il n’empêchait que tous les mois, ils disaient aux gens des choses que personne ne savait. Mais eux. Eux, ils savaient, allez savoir comment d’ailleurs ! Même les secrets, les journalistes le savaient. Et un secret, c’était... beh secret. Personne ne devrait savoir ! Les journalistes y arrivaient quand même. Alors, Hilary se disait, que, peut-être, en devenant l’assistante d’une journaliste, elle aussi, elle pourrait savoir des choses que personne d’autre ne savait. Un peu comme Sherlock Holmes et John Watson. C’était son frère qui lui avait un jour parlé de ce duo emblématique. Sherlock Holmes il savait presque tout sur tout lui aussi, très rapidement. En un seul coup d’œil, il savait des choses que même la personnes concerné ne savait pas ! Watson aussi, il devait des choses incroyables pour accompagner Holmes. Dans la tête d’Hilary, alors qu’elle se tenait devant la porte, son imagination avait déjà pris le contrôle. Elle s’imaginait déjà comme ces deux compères avec sa future chef. Si elle voulait bien d’elle... Elles vivraient des aventures, pour sûr !

Le petit lion ouvrit la porte doucement, la gazette toujours sous le bras, après avoir toqué une fois, très légèrement. Personne n’avait répondu, mais elle se permit tout de même d’entrer. « Excusez-moi... » murmura-t-elle. Il y avait bien quelqu’un ici, en plus de tout un bazar dans la pièce. Cette salle n’avait pas dû être utilisée depuis longtemps. Tant et si bien que la Gryffondor trébucha sur quelque chose et se rattrapa de justesse, faisant un bruit monstre et tirant la Serdaigle de ses rêveries. La jeune fille aux cheveux flavescents, à peine plus âgée qu’elle, daigna la regarder alors, un parchemin collé sur sa joue. Hilary ne cligna pas des yeux, plus concentrée sur ce parchemin qui tenait miraculeusement sur cette joue que sur la Serdaigle qui la détaillait. Tout d’un coup, sa venue ici s’échappa totalement de sa pensée. Est-ce qu’il existait une colle spéciale pour la peau ? Vraiment, ce parchemin ne semblait pas être prêt à partir de cette joue, c’était incroyable. Puis, elle loucha sur le visage encore ensommeillée de la rédactrice alors qu’elle faisait fuir la feuille d’un revers de manche et la raison de sa venue lui revint. Elle secoua la tête et sa détermination refit surface. Oui, elle était là pour apprendre des choses ! « Je... » Mais la Serdaigle coupa court à sa réponse d’un geste désintéressé. Hilary n’était pas là pour une plainte, elle était là pour postuler. Elle resserra la gazette toute chiffonner entre ses doigts, faisant crisser le papier journal. Alors ça, non ! Leur magnifique duo n’avait même pas commencer que leurs aventures prenaient déjà fin ? Non, non et non ! Si elle commençait elle aussi à la prendre de haut parce qu’elle savait, mais pas elle, ça n’allait pas lui plaire. Il y avait sûrement un malentendu sur la question. « Je ne viens pas pour une plainte... » La petite tapota sur l’épaule de la rédactrice afin qu’elle se retourne et tandis la gazette devant ses yeux. Son doigt se positionna sur la rubrique qui l’intéressait, tout en bas à droite. « Je viens pour l’annonce d’assistante. » Hilary pencha la tête sur le côté pour la faire dépasser de la gazette tendu devant elle. La petite tête blonde n’était pas sûre d’avoir les qualifications requises - comme on disait -, mais elle pouvait toujours tenter le coup, non ?

Codage par Libella sur Graphiorum

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

Invité

CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: S.O.S, journaliste en détresse ! (ft. Hilary)   Ven 12 Jan - 10:33

S.O.S, Journaliste en détresse !

feat. Hilary Fitzpatrick Priest



Non, non, ça n’allait pas du tout ! Écrire : « …Ses yeux noirs ébène dignes de ceux des baleines… » à propos d’Ethergsen pour faire une rime était d’une ignominie sans nom ! On aurait dit que le style littéraire de la petite Serdaigle avait régressé de deux ans en arrière. époque douloureuse à son souvenir où son humour de première année atteignait des sommets en matière de crétinerie. Non ! C’était pas possible ! Cette époque honteuse où le mot « pétoncle » la faisait rire aux éclats au point d’en avoir mal au ventre se devait de MOURIR. Enfin, du moins le souhaitait-elle très fort… parce que secrètement « pétoncle » la faisait quand même encore un peu marrer… Ethergsen, ébène, baleine… manquait-elle d’imagination à ce point ?!
Sourcils froncés, yeux plissés et toute concentrée à la lecture de son parchemin maltraité de ratures, elle gardait une oreille attentive. Attentive à la présence de la première année qui était apparue dans son antre comme si elle y avait transplané. Était-elle partie à pas de loup ou avait-elle pris racine ici ?

« Je ne viens pas pour une plainte. »

Aisling sentit une main lui tapoter l’épaule avec insistance et elle sursauta si fort que sa longue queue de cheval en tressaillit. *QUOI - ENCORE !* Fortement agacée elle fit volte-face brusquement, prête à pousser une petite gueulante si la Gryfondor avait l’outrecuidance de lui voler encore plus de son précieux temps pour rien.
Et c’est alors, que la première année téméraire, lui mit sous le nez un vieux numéro de la Gazette de Poudlard. Le journal était amoché, et c’est avec tristesse que la Serdaigle remarqua les nombreuses traces de chaussure sur le papier. Alors c’était comme ça que finissait son dur labeur ? Déchiré et maltraité par l’indifférence des élèves ? Elle n’eut cependant pas le temps de s’appesantir sur ce détail :

« Je viens pour l’annonce d’assistante. » Ajouta la Gryffondor avec aplomb en lui pointant du doigt l’article.

C’était un coup de maître. De facto, la bombe Aisling Shepherd était désamorcée et c’est avec une grande stupéfaction qu’elle scruta son interlocutrice. Une. Assistante. UNE ASSISTANTE !! Elle avait du mal à en croire ses oreilles. Ses neurones s’emmêlaient de surprise. C’était la première fois, depuis la publication de son annonce que quelqu’un se présentait pour ce poste. Elle n’y croyait plus, n’y pensait plus et avait du mal à croire que ce qui se déroulait maintenant sous ses yeux était bien réel. Son trouble ne dura cependant qu’un instant. Il était temps de se montrer professionnelle ! Reprenant ses esprits elle sauta sur ses pieds aussi vivement qu’une sauterelle et s’exclama : « - Mais bien sûr !! » en empoignant la main libre de la petite Gryffondor avec chaleur.

« - Aisling Shepherd ! Rédactrice en chef de la Gazette de Poudlard Dilettante ! Enchantée ! » Elle lâcha enfin la main captive et observa son interlocutrice avec une toute nouvelle attention. Une Gryffondor comme assistante ! Une petite Gryffy ! C’était parfait ! Elle n’aurait pu rêver mieux ! La fatigue qui alourdissait auparavant son visage s’était envolée au profit d’une vitalité soudaine. Un large sourire étirait ses lèvres et l’euphorie la gagnait alors qu’elle peinait à contenir ses élans enthousiastes. Elle aurait voulu prendre l’inconnue dans ses bras et lui crier aux oreilles mille merci. « - Ah ! J’oubliais ! Ephedra Singlish est mon nom de plume ! Assieds-toi ! On va passer à l’entretien ! » Fit-elle en l’invitant d’un geste énergique à prendre place sur une petite chaise en bois qui faisait face à son bureau couvert de grimoires et parchemins. Elle poussa une pile de livres sur le côté sans s’inquiéter de ce qui tombait par terre avec fracas. Puis se saisissant de sa belle plume Scribenpenne ainsi que de son carnet de notes elle s’assit avec empressement.

«  - Nom, prénom, année, maison ? » Puis après une courte pause elle ajouta « - Passe-temps, particularités, points forts, points faibles ? » Elle observa la Gryffondor avec un vif intérêt en agitant sa plume sous son menton, prête à tout répertorier. « - Donne moi le plus de détails possibles. Et ne t’en fais pas, tout ce que tu me diras de confidentiel restera entre nous, qui suis-je pour juger ? Cet entretien est Off-the-record. » Conclut-elle fière de pouvoir sortir ce terme professionnel.


made by guerlain for bazzart
Revenir en haut Aller en bas

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8899-hilary-fitzpatrick-priesthttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8911-hilary-un-capitaine-a-besoin-d-un-equipage-et-d-ennemis#197603http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8912-hilary-si-on-imaginait#197606http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8913-une-lettre-pour-hilary#197607http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8914-un-envoi-express-pour-hilary#197608

Arrivé(e) le : 03/12/2017
Parchemins rédigés : 116
Points : 6
Crédit : by me • Nastya Kusakina
Année : 1ère année - 13 ans

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Felicia A. Williams

MessageSujet: Re: S.O.S, journaliste en détresse ! (ft. Hilary)   Mar 16 Jan - 19:51

S.O.S, journaliste en détresse !

Clap de fin ! Il fallait tout remballer, tout ranger, remettre les décors à leur place, faire tomber le rideau sur la scène, applaudir et disparaître. En trébuchant après son entrée dans la pièce, le petite avait un peu déchanté. L’endroit ne ressemblait pas à une usine où les journaux fraîchement tapés défilaient accrochés à des cordes à linge pour sécher. Pas de fumée, pas de bruit sourd de machine qui tournait à plein régime, pas de cheminée de charbon. L’endroit ne ressemblait pas non plus à l’intérieur d’un bureau de la CIA avec des panneaux sur lequel on aurait punaisé toutes sortes de documents : photos, morceaux de journaux et autres, avec plusieurs fils pour relier les éléments entre eux. Et il n’y avait aucune similitude avec le salon d’un modeste appartement loué par deux hommes à une vieille dame qui servirait comme lieu principal aux intrigues de la société. Au final, l’endroit était plutôt banal ; comme précisé, il s’agissait d’une des pièces inutilisées du quatrième étage, il ne fallait pas s’attendre à grand chose. Hilary avait, de nouveau, laissé son imagination prendre le dessus trop vite. Il y avait de quoi écrire, pas de bruit, de quoi s’asseoir et c’était tout. Le reste était un débarra sans nom qui envahissait la salle et sur lequel la petite tête blonde avait trébuché. Il faudrait penser à ranger ! La rédactrice, elle aussi, était très commune dans son genre. Pas d’appareil photo qui faisait la moitié de sa tête autour du cou - en tout cas pour le moment. Pas de deerstalker ni de pipe à la bouche avec une petite cape - bien que le deerstalker anglais lui irait bien. Il n’y avait guère que la plume qui pouvait lui rappeler l’idée qu’elle se faisait du journaliste idéal. Quand la rouge & or avait poussé la porte, elle ne trouva pas ce à quoi elle s’était attendue, mais ce n’était pas pour autant qu’elle allait se débiner. Ni parce que la rédactrice en chef de la gazette n’avait pas l’air de vouloir lui parler. La petite ne venait pas pour des plaintes ni pour soumettre une enquête ou vendre une information croustillante, scrogneugneu. Elle était là pour louer l’appartement à deux, pour cohabiter, aider. Postuler, voilà, c’était ça le mot ! Même si dans sa tête ça sonnait surtout comme «pour en savoir autant que toi». Parce qu’elle ne savait pas grand chose, la pauvre. Et avec sa répulsion des lieux trop chargés de livres - et de gens qui se la pètent -, elle avait juste saisi la première solution qui s’offrait à elle pour en savoir tout autant que les autres. (Et leur montrer, ahah, qu’elle aussi, elle aussi, elle pouvait savoir !) Entrer au service d’une journaliste, c’était tout parfait, même si maintenant, elle commençait à se demander si sa réussite à l’entretien était à la clé. Et si elle lui posait des questions de culture ? Des questions sur le monde magique ? Des questions, sur - oh Dieu -, sur les célébrités du monde magique ? Le petit lion n’avait aucune réponse à des questions pareilles. Est-ce que la rédactrice allait seulement l’accepter avec ses lacunes ? Devait-elle essayer de faire comme si elle était sûre d’elle ? Parfois ça marchait... Oh, et puis ça ne servait à rien de trop réfléchir, ça lui donnait plus mal à la tête qu’autre chose !

La rédactrice s’était retournée avec un air furieux sur le visage quand Hilary lui avait tapoté l’épaule ; mais ses traits s’étaient adoucies aussitôt quand elle lui montra la rubrique de recrutement. Au moins, la petite n’allait pas se faire virer de la salle à peine les pieds posés dedans. C’était déjà ça. Elle avançait, petit à petit. Pas aussi vite que sur balai, mais elle avançait. Puis, tout d’un coup, comme si Dieu l’avait entendu, tout s’accéléra et la première année se retrouva prise dans un tourbillon d’excitation de la part de la Serdaigle. La petit cligna plusieurs fois des yeux alors que la rédactrice de la gazette lui secouait vigoureusement la main. Ça voulait dire qu’elle avait le poste ? Déjà ? Est-ce que ça voulait dire ça ou pas ? La propriétaire de l’annonce se présenta : Aisling Shepherd. Hilary afficha un sourire un peu bancal, car déconcertée, mais elle lui retourna ses politesses. Il fallait toujours être polie, c’était une règle qu’elle essayait d’appliquer comme elle le pouvait. Parfois elle oubliait, mais se souvenait rapidement qu’elle avait oublié de le faire. C’était déjà ça de pris ! « Enchantée... » L’euphorie de la Serdaigle était contagieuse, la petite tête blonde se retrouvait elle aussi à sourire pour elle ne savait quelle raison. (Est-ce qu’elle venait d’obtenir le poste là ? On pouvait obtenir un poste plusieurs fois ? Qu’es-ce que...) « Ah ! J’oubliais ! Ephedra Singlish est mon nom de plume ! » Ah oui, c’était vrai, elle avait ce prénom aussi. En tout cas, c’était celui qui était noté sur le papier journal. Qu’est-ce que cela voulait dire ? Qu’elle n’était pas la vraie propriétaire de cette gazette ? Ou bien elle avait deux noms différents ? Son frère lui avait déjà parlé de ces "noms de plume", où un écrivain utilisait un autre nom que le sien. Hilary trouvait ça marrant. Elle c’était son nom de famille qu’elle avait en double, mais elle préférait utiliser Priest plus que tout le reste. L’autre elle ne le connaissait pas, il servait à rien. Donc ça servait à rien d’y réfléchir. La Gryffondor s’assit comme la rédactrice l’invita à le faire. Cette dernière fit place sur son bureau, ne manquant pas de renverser au passage les pauvres objets qui se trouvaient en bout de table. La petite Priest les suivit du regard, triste pour eux. Maintenant, ils avaient eux aussi rejoint le débarras de la pièce en général. Elle leur dédia une petite prière avant de revenir à son entretien. Entretien qui prenait plus forme à interrogatoire, mais au moins, la plume et le carnet de note lui disait qu’elle était bel et bien tombée sur une vraie journaliste. Une vraie de vraie ! « Priest, Hilary, pre... première année, chez Gryffondor. » Le petit lion avait faillit dire "deuxième année", dans la précipitation. C’était peut-être sa deuxième année à Poudlard, mais sa classe n’avait pas changé d’un iota entre les deux. Puis c’est là que tout se compliqua pour la première année. Aisling commença à poser de nouvelles questions, dont elle saisissait à peu près le sans, mais la dernière expression qu’elle utilisa, elle n’en avait jamais entendu parler. « Euh... J’aime bien voler. Sur un balai. » Ça oui, elle adorait voler même ! « J’aime beaucoup la mer... et les pirates. Je m’en sors bien en lancé de sorts aussi... » Bon, ça, c’était encore à prouver après ses échecs répétés lors de son duel face à Mackenzie, mais qu’importe ! Que pouvait-elle dire d’autre ? Il fallait qu’elle se mette en valeur. Son frère répétait toujours le même texte quand il cherchait de l’emploi, avant de trouver du boulot au phare. « Je suis très motivée et en engagée, ainsi que concernée par ce que je fais. De plus, je suis honnête et sociable. » En espérant que ça marche... Peut-être ? « Ah, et je sais communiquer en morse, aussi... » rajouta-t-elle. Elle ne savait pas si ça allait peser dans la balance, mais c’était une chose qu’elle savait faire et pas les autres. Et ça c’était cool. On pouvait commencer la colocation maintenant ?

Codage par Libella sur Graphiorum


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

Invité

CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: S.O.S, journaliste en détresse ! (ft. Hilary)   Sam 20 Jan - 13:23

S.O.S, Journaliste en détresse !

feat. Hilary Fitzpatrick Priest


La petite blonde au teint diaphane s’assit docilement suite à l’invitation de la Serdaigle. Les yeux rivés sur son carnet de notes d’un air concentré et attentif, Aisling notait consciencieusement chaque mot de la Gryffondor. Grattant le papier aussi vite que sa future assistante ne parlait. Pour sûr ça en jetait d’écrire aussi vite. Elle s’était entraînée de longues heures avec Ruby dans leur salle commune pour arriver à ce niveau de maitrise. Les cours étaient par ailleurs un très bon exercice également.
Il ne faisait aucun doute que cette jeune fille remplirait le rôle d’associé à la perfection. L’intuition infaillible de la journaliste le lui confirmait. Mais elle se réservait de lui dire en fin d’entretien ! Ça faisait toujours plus sérieux lorsqu’on passait un entretien d’embauche, non ?

« Priest, Hilary, pre... première année, chez Gryffondor. »

Aisling haussa un sourcil en entendant l’hésitation d'Hilary, mais porta toute son attention sur le nom et prénom qu’elle venait de noter. Priest Hilary. Drôle de nom ça, Priest. Ça ne sonnait pas vraiment famille de sorciers, enfin… elle n’avait encore jamais entendu pareil patronyme à l’école. De mémoire, pas de frère ou soeur, ni cousin/cousine à signaler dans les années supérieures… Elle nota « née-moldue » avec un point d’interrogation à la suite du patronyme, gardant cette question pour plus tard. Elle pouvait se tromper, mais si sa théorie se confirmait, peut-être que l’hésitation de la petite sorcière quant à dire son année scolaire était signe qu’elle avait redoublé. Oui, elle partait loin là, mais eh ! Une journaliste se devait d’être observatrice !
Observatrice, Aisling l’était sans même avoir à se forcer. C’était une qualité naturelle chez elle qui l’avait toujours aidé dans ses enquêtes. Elle avait ce don, de déceler chez les autres les quelques détails qui ne payaient pas de mine au premier abord. Elle se trompait beaucoup et pouvait partir loin dans des théories abracadabrantes, mais ce qu’elle remarquait avait souvent beaucoup d’importance. C’était une force tout comme une faiblesse. Car d’observatrice à l’imagination débordante la bleue et bronze se changeait trop souvent en agaçante petite curieuse aux questions gênantes.

« Euh... J’aime bien voler. Sur un balai. J’aime beaucoup la mer... et les pirates. Je m’en sors bien en lancé de sorts aussi…Je suis très motivée et engagée, ainsi que concernée par ce que je fais. De plus, je suis honnête et sociable. »

« - Intéressant, intéressant… » Marmonnait-elle en opinant du chef, les yeux toujours rivés sur sa prise de notes éclair. Elle écrit dans la case points forts : bonne maîtrise du vol sur balai, capable en sortilèges, connaissances marines et en piraterie, passionnée, studieuse, digne de confiance et accessible.

« Ah, et je sais communiquer en morse, aussi... »

Aisling ajouta rapidement : Communication avec les créatures aquatiques avec entre parenthèses la mention (Odobenus rosmarus). Cette petite avait l’air d’avoir beaucoup d’accointances avec le monde de l’eau. D’où lui venait cette passion ? Se rendait-elle souvent à la plage avec sa famille ? Avait-elle un ancêtre vélane aquatique ou sirène ? Si on poussait le raisonnement plus loin, vivait-elle carrément en bord de mer ? La petite semblait n’avoir plus rien à ajouter et la Serdaigle consciencieuse remarqua que la case points faible était toujours vide. Bah, qui aimait se trouver des défauts après tout ? Après avoir relu en diagonale ses notes elle émergea enfin de son parchemin pour planter son regard scrutateur dans celui de la petite Hilary. La jeune fille était charmante, les traits de son visage gracieux étaient encadrés par une longue chevelure dorée. La théorie Vélane était plausible. La petite descendait sûrement d’une nymphe de rivière. Mais alors… cela ne collait plus avec la théorie née-moldue… ? En intense réflexion, la Serdaigle fit planer un silence pesant. On aurait dit qu’elle passait Hilary au scanner. Bon, sur quel tableau allait-on jouer ? Peut-être valait-il mieux garder ces questions pour plus tard. Le temps était venu de lui annoncer qu’elle avait le poste ! Et mieux encore : il fallait lui trouver un nom de plume !!
Un éclair malicieux passa soudain dans son regard et elle se leva brusquement en passant son buste par dessus son bureau, faisant encore une fois tomber quelques grimoires au sol. Elle tendit une main franche et un large sourire dévoila ses belles dents blanches. Sourire colgate aux lèvres elle s’exclama avec excitation :

« - Bienvenue dans l’équipe Hilary !! » Puis, après une énième poignée de main vigoureuse, elle fit le tour de son bureau, enjambant le fourbi qui gisait par terre avec enthousiasme. « - Bon, comme tu peux le constater, je suis seule ici, plutôt qu’équipe je devrais dire duo ! »

Elle laissa Hilary pour se diriger vers le fond de la pièce en attrapant une liasse de petits papiers. « - Viens par là ! On va te trouver un nom de plume ! » elle écrivit une lettre sur chaque bout de papier avant de sortir sa baguette, confiante et résolue. « - Wingardium Leviosa ! » Sous les ordres de la sorcière, douze lettres s’envolèrent pour former le prénom et nom initial de la petite lionne.
« - Mmmh, voyons voir… » Pensive elle agita sa baguette avec maitrise pour ajuster les lettres :

ART SYLPHIRIE

- Non, ça sonne bizarre.

HARY TIRESLIP

- Haha ! Laisse tomber, c’est pas encore ça.

SARI HYPERLIT

- Non, non, non !

SAPHIR TIRLEY

Elle s’arrêta, l’expression d’un chevalier ayant enfin trouvé le graal au visage :

- Mmh. J’aime bien celui là ! T’en penses quoi ?

made by guerlain for bazzart


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8899-hilary-fitzpatrick-priesthttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8911-hilary-un-capitaine-a-besoin-d-un-equipage-et-d-ennemis#197603http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8912-hilary-si-on-imaginait#197606http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8913-une-lettre-pour-hilary#197607http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8914-un-envoi-express-pour-hilary#197608

Arrivé(e) le : 03/12/2017
Parchemins rédigés : 116
Points : 6
Crédit : by me • Nastya Kusakina
Année : 1ère année - 13 ans

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Felicia A. Williams

MessageSujet: Re: S.O.S, journaliste en détresse ! (ft. Hilary)   Dim 4 Fév - 20:52

S.O.S, journaliste en détresse !

Ce qu’elle savait : communiquer en morse, la capacité au temps de ralentir et d’accélérer, quelques chants religieux, que l’horizon n’avait aucune fin, que Dieu était absolu, que son frère avait toujours raison, qu’elle était une mauvaise fille doublé d’une pleurnicheuse, que Poudlard était un endroit à vomir, qu’il fallait respecter la nature, que les carottes c’était vraiment pas bon, que les rêves c’étaient importants, que briser des promesse ça ne se faisait pas et qu’il n’y avait presque rien de mieux que de voler sur un balai. Ce qu’elle ne savait pas : tout le reste. Ce n’était pas très contraignant au quotidien. Ça l’énervait tout au plus. Son frère en savait beaucoup pour que cela soit normal, de toute façon. Sa mère disait tout le temps qu’il était un “petit génie” et ça rendait Hilary fière d’avoir un tel frère. C’était vrai, qu’il savait beaucoup de choses… Il ne lui racontait jamais deux fois la même histoire, avait toujours une nouvelle anecdote sur tout, utilisait des mots compliqués et comprenait les papiers les plus difficiles à intégrer qu’ils recevaient dans leur boîte aux lettres. À l’école de la petite, on lui demandait juste d’avoir la foi et de connaître ce qu’il fallait chanter au bon moment, rien de plus, rien de bien savant. L’école c’était pas vraiment son truc de base, ce qui n’était pas le cas de son frère. Mais ils n’en parlaient pas vraiment ensemble. C’était un sujet tabou, en quelque sorte - bien qu’elle ne sache pas ce que “tabou” voulait dire. Un sujet interdit. Comme quand leur mère leur interdisait de sortir de la maison. Mais ça, c’était le genre d’interdiction qu’ils ne respectaient pas du tout. Parce que son frère savait qu’ils ne couraient aucun risque. Son frère savait tout. C’était la principale différence avec le petit lion qui ne savait rien. Elle n’avait pas vraiment conscience de manquer de connaissance ou d’avoir une logique différente, mais le sentiment de ne pas comprendre lui était désagréable. Comme… Comme un picotement dans la poitrine, le feu qui montait aux joues, semblable à de la honte, le cerveau qui avait beau cherché le sens - sans le trouver. Toutes ces sensations lui étaient désagréables, alors, on pouvait au moins rajouter sur la liste quelque chose qu’elle savait : Hilary n’aimait pas ne pas savoir. Et plus que tout, elle adorait savoir des choses que peu de personne savait, sinon ce n’était pas drôle du tout après. La Gryffondor n’avait pas beaucoup de capacités ni compétences. Elle se débrouillait en vol et en sortilèges, mais cela n’allait pas plus loin. Il fallait recourir a beaucoup d’efforts pour avoir des notes dans la moyenne, ne serait-ce que pour ne pas redoubler une deuxième fois - elle n’avait aucune envie de rester plus longtemps à Poudlard ! Alors, si on donnait un CV à la petite tête blonde, elle saurait à peu près quoi mettre dedans, si elle ne se faisait pas d’idées fausses sur elle-même. Ce ne serait pas un CV très flatteur, mais il n’y aurait pas plus honnête. Honnête et quelque peu rabaissant sur sa personne, mais ça, c’était pas très grave. Après tout, c’était ce qu’elles étaient en train de faire, non ? Un CV. Aucune idée des mots qui correspondaient aux deux lettres, mais ce genre de présentation pour un “emploi”, ça s’appelait un “CV”. Son frère en faisait au début, avant d’avoir son travail au phare. Ça avait l’air barbant. Ça l’était. Parce qu’on ne savait jamais quoi dire sur soi-même. Hilary avait eu du mal à se trouver des qualités et encore plus à les énumérer. Elle n’en avait pas beaucoup ! Par contre, la liste était longue du côté des défauts. Tellement longue qu’elle ne savait pas par où commencer et avait préféré se taire à la toute dernière seconde sur ce sujet. Puis, son frère disait que ce n’était pas très flatteur si on mettait des défauts trop contraignants. Ça “empêchait d’avoir le job” d’après lui. Et son frère avait toujours raison, donc : pas de défauts. Ou plutôt, omission des faits de manière volontaire, mais ça, personne n’avait à le savoir. Et puis, elle avait le droit d’être intimidée, par vrai ? C’était son premier “entretien d’embauche” ! Aisling avec un beau sourire, mais ça ne stressait la rouge & or qu’encore plus. Elle était tendue sur sa chaise.

Elle l’était encore plus alors que le silence tombait dans la petite salle et que la Serdaigle semblait la détaillée des pieds jusqu’à la tête. Elle avait l’impression d’être passée au crible et ça la tendait encore plus. La Gryffondor déglutit difficilement. Elle avait dit tout ce qu’elle avait à dire, pourquoi la réponse prenait-elle autant de temps ? Elle avait quelque chose de mal ? Quelque chose n’allait pas ? Elle n’avait pas le poste, au final ? La poignée de main de tout à l’heure ça voulait pas dire qu’elle avait le poste ? Les jobs, les colocation, les papiers… Tout ça, c’était des truc d’adulte qu’elle ne saisissait pas bien et que - pour une fois - elle n’avait pas envie de saisir du tout. Trop compliqué. Beaucoup trop compliqué. Aisling avait noté tout un tas de trucs sur son petit carnet à une vitesse incroyable. Et c’était beaucoup plus que ce que la rouge & or avait bien pu dire. Ça ne la rendait pas vraiment à l’aise pour le coup… La petite tête blonde ne pensait pas subir tout ça en arrivant ici, au début, mais si cela était nécessaire… Il ne manquerait que la bleu & argent finisse par lui tendre un parchemin avait marqué “contrat” en grosses lettres où elle devrait signer tout en bas. Avec les petites lignes que personne ne lisait jamais et sur lesquelles on se faisait tout le temps avoir. La Serdaigle n’allait pas faire ça… pas vrai ? Hilary n’espérait pas. En fait, elle n’espérait qu’une chose : qu’elle arrête de la détailler ainsi. Son regard lui donnait la sensation d’une dizaine de pairs d’yeux qui la reluquaient. Il fallait avouer que c’était tout sauf agréable ! Puis, tout d’un coup ! Aisling se leva d’un bond ! Renversant plusieurs grimoires une nouvelle fois et de peu sa chaise au passage. La Gryffondor envoya une nouvelle prière expresse aux livres tombés à terre. Elle ne les aimait peut-être pas, mais prendre la poussière parmis le reste des objets dans la pièce, ce n’était pas une très belle fin. Mais trève de bavardages ! Une fois encore, la Serdaigle lui présenta une main tendue avec un sourire d’une blancheur inégalée. Hilary lui présenta sa main, avec un peu plus de retenue tout de même. Déjà parce que son enthousiasme était bien moindre par rapport à la bleu & argent, mais surtout parce qu’elle encaissait encore la bonne nouvelle. Elle avait le poste ! Vraiment ! Enfin ! Et elle avait parlé “d’équipe” ! Si c’était pas beau, ça. Une équipe, un équipage, quelle différence ? Ses rêves se réalisaient peu à peu. « Merci… » parvint-elle à articuler dans la bonne humeur équivalente à une équipe entière de rugbyman après une victoire. Aisling était un véritable typhon, une tempête ! Elle allait devoir suivre le rythme à présent ! Mais plus important : leur colocation allait commencer. Comme Sherlock Holmes et John Watson. Un duo, comme elle disait. Hilary préférait équipe, mais duo c’était bien aussi. « Duo ou équipe, les deux me vont ! » Et leur collaboration commençait par lui trouver, à elle aussi, un nom de plume. Une deuxième identité. Ça allait lui faire tout bizarre, mais pourquoi pas. Le petit lion suivit la Serdaigle dans “l’arrière boutique” où cette dernière commença à animer des bouts de papiers grâce à la magie. C’était son nom ! Ah non, plus maintenant. La rédactrice en chef faisait bouger les lettres d’un coup de baguette et les mettait en total désordre. Toutes les combinaisons lui donnaient un drôle de goût dans la bouche et ce jusque dans la gorge. C’était son prénom et son patronyme qu’on chamboulait comme ça. La sensation était bizarre. On allait l’appeler par un autre nom. Déjà qu’elle ne se faisait pas au Fitzpatrick… Mais la dernière combinaison proposée par Aisling était satisfaisante. Ça plaisait à la Serdaigle et ça plaisait plutôt pas mal à la Gryffondor aussi. « Il est cool ! » Très cool. Ça sonnait bien. Peut-être un peu trop joli pour quelqu’un comme elle même. Mais la petite tête blonde n’oserait pas remettre en doute l’avis de sa nouvelle chef. « Je vais devoir faire quoi, du coup ? Je commence quand ? » Hilary était opérationnelle dès maintenant s’il le fallait ! Quant au travail à effectuer, elle ferait ce qu’elle lui demanderait de faire… En espérant que cela lui permettrait d’apprendre des choses. Plein de choses. Comme des secrets enfouis.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: S.O.S, journaliste en détresse ! (ft. Hilary)   

Revenir en haut Aller en bas
 
S.O.S, journaliste en détresse ! (ft. Hilary)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard, 19 ans après. :: La Corbeille :: 
Corbeille
 :: Les vieux RPs
-
Sauter vers: