AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Joyeux Noël ! [INSCRITS]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6421-narcissa-amarillys-breckenridge-terminehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6425-narcissa-miroir-mon-beau-miroir#149272http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6426-narcissa-fiche-de-rphttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6427-narcissa-rien-de-plus-utile-que-l-ecrit-pour-economiser-la-parolehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6428-narcissa-hiboux-express

Arrivé(e) le : 12/08/2016
Parchemins rédigés : 899
Points : 17
Crédit : black swan • Cara Delevingne
Année : 6ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Tasha E. Lennox-Blackwood & Professeur M. Burgess & Jayden S. Rosenbach

MessageSujet: Re: Joyeux Noël ! [INSCRITS]   Jeu 4 Jan - 3:49

Joyeux Noël !
narcissa et tout le monde
“Si vous êtes en danse, dansez, si l'on vous attrape, tournez. ...”

J’ignore depuis combien de temps je suis enfermée là-dedans. Sûrement des heures, voire même toute la journée. La nuit est tombée depuis belles lurettes et ce qui m’aide à y voir clair, c’est le grand lustre de cristal qui trône au milieu du plafond. Lorsque je pose enfin ma baguette sur la table, je pousse un long soupir. Je suis en retard de dix minutes par rapport au timing de base mais je l’ai enfin terminée. Je lâche un petit rire nerveux tout en contemplant la splendeur qui me fait face. De ma vie, je n’ai autant subi la pression des délais et j’ai quelques fois cru que mon inspiration tomberait à tel point que je serais contrainte de dire à Tracy que j’annulais tout. Elle a insisté depuis le début du mois pour que je me rende à ce fichu bal de Noël, situé avant les vacances et j’ai refusé à maintes reprises. Mais elle est revenue à la charge quelques jours auparavant et elle a fini par me convaincre. En vrai, je n’ai aucun intérêt à y aller puisque c’est un événement qui rameutera presque toute l’école et tout le monde sait que je n’aime pas la plupart des gens. Danser, rire, faire la fête avec ce ramassis d’idiots, c’est n’importe quoi. Je ne comprends même pas pourquoi toutes les filles de notre club y vont. Je l’ai fait pour faire plaisir à ma meilleure amie mais au fond, je sais déjà comment ça va se passer ; je vais m’ennuyer. Je n’ai pas envie de danser avec n’importe quel mec, je n’ai pas envie de taper la discute à des inconnus et faire semblant de m’intéresser à leur vie. Honnêtement, je crois que j’ai envie de me désister parce que je me sens assez épuisée après cette journée folle à finaliser ma robe de soirée. Je pourrais faire comme Edward et dire que j’ai attrapé la grippe, non ?

Malheureusement, cette robe ne mérite pas d’être mise au placard sans avoir été exhibée. Elle est trop belle et j’y ai passé trop de temps. Je baille un petit coup et je la contemple encore une fois en vérifiant qu’elle est sans défauts. Cela n’a pas été simple de la créer dans un délai aussi court mais je suis très fière du résultat et ce n’est pas étonnant puisque j’ai tout donné. J’ai d’ailleurs passé la journée seule, très loin de tout le monde dans cette petite salle inutilisée de l’école. Je me doute bien que Tracy doit se demander où je suis et elle m’en voudrait que je ne vienne pas sauf si j’attrape mystérieusement la grippe.

Je range toutes mes affaires en veillant à porter délicatement ma robe sur une épaule et je prends le chemin vers mon dortoir qui commence à se vider. Les gens sont prêts pour la plupart et ils descendent à tour de rôle les escaliers. Tant mieux ; j’aurai toute la place nécessaire pour me préparer. Toutefois, avant cela, je prends le temps de me doucher pour me rafraîchir et me réveiller. Ce que je ferai pas pour Tracy, sérieusement… Ca reste tout de même quatre ou cinq heures de soirée gâchées pour voir la tronche des stupides élèves de cette école, quand même. Cinq heures que j’aurais pu exploiter pour avancer dans la lecture de mon roman sur la vie ancestrale des êtres aquatiques. Je me ressuie convenablement et passe les prochaines minutes à me sécher les cheveux à l’aide de la magie, à enfiler des sous-vêtements et à ranger mon matériel de couture. J’observe à nouveau ma nouvelle création bleu marine au style cocktail dont l’extrémité des pans est faite en dentelle et qui est ornée d’un joli nœud au niveau de la taille. Je décide de la prendre en photo avant de la porter alors je la pose sur un de mes faux mannequins et prends le cliché avec satisfaction. Au moins, cela fera un beau souvenir. Puis, je l’enfile doucement et l’ajuste comme il le faut pour éviter les plis. Je me tourne et admire mon reflet dans le miroir : je suis encore plus parfaite que d’habitude. Je ne pense pas que les élèves méritent de me regarder, en vrai. Je risquerais de les éblouir…

Je soigne avec attention mon maquillage et termine par une touche finale parfumée à la vanille et au patchouli qui est mon effluve préférée. J’ignore de combien de temps je suis en retard mais je m’en fiche ; j’ai au moins fait l’effort d’accepter de me rendre à cette soirée alors ils feront avec. Je constate d’ailleurs en descendant les marches que je suis loin d’être la seule à avoir traîné puisqu’une bande de garçons peu sûrs d’eux se poussent entre eux pour faire le premier pas vers la Grande Salle. C’est comme s’ils avaient peur de se montrer mais au vu de leurs têtes, je comprends tout à fait. Je les bouscule gentiment alors qu’ils sont encore perdus dans leur hésitation et je franchis le tout nouveau décor qui s’offre à moi.

C’est très réussi, je dois l’avouer. Je lève la tête vers le plafond pour voir tomber sur nous de la fausse neige. Les bougies sont faits de glace, un grand sapin parfaitement décoré se situe au fond, près du buffet. Les tables ont disparu pour laisser place à des fauteuils à l’aspect confortable et esthétique tandis qu’une piste de danse a été installée au centre de la pièce. Des personnes sont déjà en train de danser et la foule est si dense que je ne distingue pas forcément des têtes familières en premier lieu. Mais mon attention est rapidement attirée par une voix féminine qui s’élève à côté de moi et qui demande à quelqu’un de répéter « le discours du directeur ». Apparemment, j’ai dû manquer ça. J’écoute attentivement et je saisis plus ou moins qu’il a déclaré que ce bal serait l’occasion de resserrer les liens entre les élèves et que bien qu’il soit important de connaître son ennemi et de le combattre, il faut aussi connaître ses alliés. Ce soir, on allait apprendre à se mettre à la place des autres.

C’est une blague ? Me mettre à la place des autres ? Il a complètement fumé. J’ai assez donné avec Isidore Vayne au sujet du regret et de la compassion ! Cela ne reproduira pas deux fois, je n’en ai certainement pas l’envie, ni l’intérêt. J’espère que ce directeur ne mijote pas quelque chose d’étrange puisque son événement d’Halloween était foireux. On y est tous fictivement morts. Je crois que j’aurais dû prendre ma baguette…

Pourquoi je l’ai pas prise ?!

Mon humeur baisse d’un cran et j’affiche une mine presque blasée lorsque je m’avance parmi les fourmis d’élèves qui grouillent à droite et à gauche. J’aperçois rapidement des camarades de classe tels que Hadley, Faith, Milo et son chéri Rioghbhardan ‒ oui, j’ai réussi à retenir son prénom ‒ ou encore Matrim et je détourne rapidement le regard puisqu’ils ne m’intéressent pas. Hélas, à la place, je les vois eux

C’est une plaisanterie…

Zach qui discute avec Casey près du buffet ? Pourquoi ? Ils ne sont même pas censés se connaître et je pensais que les rumeurs disaient des bêtises. Ca n’est pas possible. Qu’est-ce qu’une fille aussi intelligente et censée qu’elle ferait avec un boulet idiot tel que Zach ? Il l’a ensorcelée ou ça se passe comment ? Je n’ai jamais dit à mes amies de ne pas adresser la parole à Zach mais ça coule de source qu’il est infréquentable, ce gars. Il m’a trahie alors je ne doute pas qu’il serait capable d’en faire autant à ses autres amis.

Casey, tu fais de la merde, là.

J’inspire un bon coup et décide de garder mon calme. Il n’en vaut pas la peine et j’ai réussi à l’oublier depuis l’été. Il ne mérite pas un centième de mon attention. Je le quitte du regard tout en m’approchant de l’autre extrémité du buffet de sorte à ne pas trop m’en approcher comme s’il était une maladie. Oui, Zach c’est devenu le choléra de ma vie et j’ai dû m’en vacciner. Et en parlant de choléra, c’est sans compter la présence de ce couple has been nommé Cooper/Fassbach que j’aperçois du coin de l’œil. Elle est toujours aussi mal fringuée, cette fille qui bégaie et ne parlons même pas de son mec qui me donne souvent l’irrésistible envie de le fracasser en deux pour ce qu’il a fait à Tracy. Et non loin d’eux, qui d’autres apparaissent dans mon champ de vision ? Cruz et Isidore. A vrai dire, je ne sais pas quoi en penser dans l’immédiat. J’ai peu à peu oublié mon drama avec ce mec même si je ne me suis pas excusée de mon comportement. Cruz sait très bien ce que j’en pense mais l’avouer à la personne ciblée, c’est autre chose.

Après ces quelques secondes passées à les observer, je décide de me servir un cocktail au citron vert. Je n’ai pas encore aperçu Tracy ou Wendy mais j’imagine qu’elles doivent être dans le coin. Il y a sûrement trop d’élèves pour que je les aperçoive aussi facilement. Je me demande qui sont leur cavalier même si je n’arrive pas à concevoir que Wendy puisse parvenir à choisir un mec qui lui siérait bien. J’ai toujours pensé qu’elle était une fille qui se suffisait à elle-même et qui n’avait pas besoin de compagnie affective. Un peu comme moi.

Buvant une autre gorgée de mon breuvage, je finis par sursauter lorsque j’entends des éclats de verre à côté de moi. Une chose orange et verte se met à se déplacer le long du buffet en dévorant une bonne partie des mets et en renversant les boissons. Les assiettes éclatent sur le carrelage, les élèves s’écartent aussitôt et dans la précipitation, des gamins de troisième année me bousculent assez brusquement. La surprise me fait presque lâcher mon verre et je sens que son contenu vient de s’en échapper. Je me retourne juste après pour constater que plus de la moitié de mon jus de citron vert vient de s’écraser sur le costard d’un garçon que je ne connais pas. Je regarde à nouveau le buffet, me posant mille questions sur ce qu’il vient de se passer lorsque j’aperçois le professeur d’Arithmancie prendre à part une élève de Gryffondor. Décidément, certains saisissent les bonnes occasions pour faire le bordel. Elle mériterait bien des gifles, celle-là ! Je lui lance un regard noir au loin avant de revenir à la victime de mon cocktail. Comme un curieux hasard, il semble en compagnie de Felicia Williams, une fille que je fréquente à la bibliothèque.

« Merlin. Je crois que ta tenue est foutue pour ce soir et je n’ai pas ma baguette sur moi. Quoi qu’un prof pourrait arranger ça. » Dis-je sans prendre la peine de m’excuser pour un acte commis à cause d’une gamine.

Je me décale légèrement de ce garçon mouillé et observe avec déception ce qui reste mon délicieux cocktail. Giflez-moi cette Gryffondor sinon je m’en charge ! Je pose le verre sur le bord de la table et j’attends qu’un élève responsable de septième année ne se charge de tout remettre en place. Pendant ce temps, je jette un regard à Felicia. Je la jauge de la tête aux pieds sans le cacher. Son style est feliciesque, quoi. Rien de bien fantastique mais je n’en attends pas plus de sa part.

« Modeste ton style. Mais ça te va bien. »
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8747-professeur-john-mandrake-termineehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8756-liens-de-john-mandrake#194989http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8755-demandes-de-rp-pour-john-mandrake#194986http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8753-boite-aux-lettres-john-mandrake#194983http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8754-hiboux-express-de-john-mandrake#194984

Arrivé(e) le : 11/11/2017
Parchemins rédigés : 155
Points : 8
PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Aucun

MessageSujet: Re: Joyeux Noël ! [INSCRITS]   Jeu 4 Jan - 16:02

John appréciait également le cadre de l'école de Poudlard comme son homologue le laissait penser. Il aurait certes préféré continuer son travail sur le terrain, mais une certaine nostalgie persiste dans ce château. Cela lui rappelle bien évidemment une enfance normale, loin des conflits actuels et ses anciens camarades pour la plupart tombés à ses côtés. Se maintenir en forme pourquoi pas, mais la bonne santé de l'esprit cela joue aussi. Avec le temps, John finira peut-être par s'adoucir un peu... Magnus répondit à ses premiers propos, parlant de confiance et de respect. John répondit:

- Je pense qu'il y aura beaucoup de chemin pour en arriver là. Je vous sens fin psychologue, professeur. Malgré mon titre d'enseignant, je ne reste qu'un homme de terrain, je ne connais qu'une seule façon de les pousser à aller mieux. Un travail dur, acharné et éprouvant... A la manière d'un Auror.

John ne put s'empêcher de sourire légèrement avant de porter la coupe à ses lèvres. Il croyait entendre Daria en s'écoutant parler. Magnus désira ensuite échanger un peu plus concernant sa dernière question. Qu'est ce qu'il pourrait faire, modifier ou améliorer dans son approche avec des enfants? Autant il considérait sa méthode efficace, elle restait efficace sur des adultes. Certains élèves se montraient studieux et intéressés, d'autres ne laissaient transparaître que le mépris ou indifférence. Était-ce seulement possible de contenter 7 classes différentes? Après avoir écouté poliment John répondit à nouveau.

- Je vois...

Sans s'en rendre compte à nouveau, il plaça une main sur son côté qui avait été blessé en service. Mais cette fois-ci une espèce d'alarme interne avait retenti, comme si quelque chose allait se produire. Il ignorait quoi, mais n'allait pas tarder à le savoir. Le professeur d'Arithmancie souhaita par la suite l'inviter à une soirée regroupant les différents professeurs, ce qui le surprit juste avant l'incident.

- Ah? Et bien je-

La créature s'anima sur le buffet et commença à dévorer ce qui s'y trouvait. D'un geste du bras John écarta les rares élèves encore présents devant le buffet pour éviter que l'un d'eux se fasse mordre ou blesser autrement. Il prit bien soin d'éviter à chacun des élèves déplacés de tomber puis il s'approcha de la créature avec Magnus qui l'avait déjà neutralisé à l'aide de sa baguette. Cela rassura le professeur de défense contre les forces du mal, savoir que ce n'était pas qu'un fin psychologue ou juste un mordu de calculs était intéressant. Mandrake avait à peine vu la baguette sortir, il reconnaissait bien là les méthodes de Daria.
Magnus l'invita à se préoccuper des élèves d'abord puis il s'en alla en direction de la coupable soi-disant repérée.


- Bien sûr.

John se tourna vers les quelques élèves qu'il avait du déplacer par magie, s'assurant qu'aucun n'était blessé. Les personnes les plus proches semblaient surprises, mais pas plus que de coutume. Évidemment, ils avaient sans doute déjà vu pire dans le genre "apparition inexpliquée dans l'école". Une jeune Serdaigle était tombée en arrière, John se baissa à son niveau.

- Vous allez-bien jeune fille?

- O-Oui je crois, professeur. Ça m'a juste surpris...

- Tenez.

Il lui tendit la main et l'aida à se relever. Elle le salua et retourna au centre de la salle de bal. Une fois les élèves écartés du carnage sur la table John se tourna vers l'étrange créature... l'Ex-Auror sortit sa baguette et l'analysa d'abord pour éviter le moindre piège, puis il la fit léviter sur le côté pour la déposer au sol. D'un autre geste de la main, il fit disparaître la nourriture et les boissons renversées, laissant ainsi le plaisir aux elfes de maison de remplir à nouveau le buffet. Voyant désormais que l'objet était sans risque apparent le professeur le saisit et d'un dernier coup de baguette remarqua les sortilèges de dissimulation et d'animation utilisés. S'il ne savait pas déjà que la boutique des frères Weasley ne fabriquait pas ce type de citrouilles, il aurait pu confondre, un véritable travail d'artiste. Les sortilèges étaient parfaitement calibrés pour le déclenchement de l'engin. Cela lui rappelait ses propres farces avec des feux d'artifice assez particuliers dont sa sœur avait le secret.

- Intéressant. Visiblement, quelqu'un a un certain talent pour emmerder le monde.

Le professeur tourna la tête et observa Magnus. Visiblement le professeur d'Arithmancie s'entretenait avec une jeune Gryffondor, Eliana Bradley. Elle était en première année et bien qu'on ne doit pas juger un livre à sa couverture, il était évident pour lui qu'elle avait reçu l'aide de quelqu'un pour développer cette citrouille piégée... Si ce n'est pas le cas, peut-être était ont en présence d'un futur talent? Sans plus attendre, une flamme apparut au creux de sa main et elle alla englober la citrouille avant de la désintégrer en à peine quelques secondes. Il savait ce qu'il y avait à savoir sur cet appareil sans avoir besoin de s'en encombrer davantage.



" Le feu couve dans une âme plus sûrement que sous la cendre "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6239-rioghbhardan-i-m-not-your-boy-toyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6299-rioghbhardan-you-better-believe-that-i-want-you-and-you-need-mehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6300-rioghbhardan-declarations-d-amour-uniquementhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6301-rioghbhardan-rien-de-professionnel-merci

Arrivé(e) le : 03/06/2015
Parchemins rédigés : 5341
Points : 16
Crédit : (c)
Année : 7ème année - 19ans

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Skat Cunningham

MessageSujet: Re: Joyeux Noël ! [INSCRITS]   Jeu 4 Jan - 18:00


joyeux noël
Rioghbhardan & les fêtards

Je ne suis pas vraiment du genre à aimer les coïncidences quand elles sont aussi énormes que celle-ci, je l’avoue. Pourtant, il n’y a sûrement rien d’étonnant à se dire qu’il y a une sorte de play-list pour les bal de l’école. Des mêmes chansons qui reviennent dans un ordre ou dans un autre à chaque soirée organisée par la direction. Enfin, en y pensant deux secondes, ça ne me choque pas. Maintenant, que la chanson vienne s’immiscer dans notre soirée déjà chaotique, c’est plus difficile à supporter. Pourtant, je crois que ça a été le déclic. Après tout, c’est exactement pour ça que je suis là, non ? Pour faire face à ce qu’a laissé la dernière fois derrière elle, ramasser les restes de souvenirs déplaisants pour y bâtir maladroitement des meilleurs. Alors j’imagine que si cette chanson nous rappelait qu’un des pires moments de notre histoire commune, il fallait commencer par là. Et tout contre lui, je ne regrette pas cette idée stupide, bien au contraire. J’ai du mal à me détendre, je reconnais, et j’attends, peut-être un peu fébrilement, que quelque chose merde à un moment ou à un autre. Pourtant, je ne fuis pas. Ça ne fait pas partie de mes habitudes, ça non plus. Prendre sur moi, faire taire mes craintes, affronter ce qui m’effraie. J’aime bien prendre la poudre d’escampette à la première occasion. Mais pas ce soir. Ce soir, on s’en relèverait probablement pas. Et puis, il faut bien reconnaître qu’il est adorable à y mettre du sien comme ça depuis le début ! Son sourire revient, le mien suit le même chemin. Le moment est agréable. Pas parfait, pas encore, mais il prend doucement les traits d’une bonne soirée. De la bonne soirée que je lui ai maladroitement promise dans mon invitation. « Dis toi que tu es à la hauteur de mes exigences et c'est tout ce qui compte. » C’est tout ce qui compte. Je hoche discrètement la tête alors que mes joues rougissent un peu. Je ne pourrais pas en espérer davantage, de toute façon. Le seul avis qui m’importe (qui m’importe peut-être un peu trop parfois, cela dit) c’est le sien. Les autres, je m’en fous. Je veux juste que lui soit satisfait, qu’il pose sur moi un regard amoureux et ne se demande jamais ce qu’il fout avec moi. « Je pense que je devrais réussir à m’en contenter. » Mon ton ne laisse place à aucun doute : ce n’est pas seulement du contentement, c’est un véritable ravissement.

Finalement, j’oublie jusqu’aux pas sur lesquels je tente de m’appliquer depuis qu’on s’est lancés et marche sans un remord sur le cadavre des centimètres qui se dressaient encore entre nous. Notre danse se transforme en un câlin rassurant. C’est sûrement pour ça que je suis venu ce soir. Pas pour danser, pas nous montrer, non, juste pour nous délester rien qu’un peu de la méfiance qui s’accumule depuis trop longtemps. Je ne dirais pas que je suis totalement serein, c’est faux, mais je me sens bien. J’arrive un peu à admettre qu’il ne nous arrivera rien. Je me détends. Je profite. Et j’ai bêtement l’impression que ça fait une éternité que je ne me suis pas seulement contenté de le faire. Penser à rien, ou à pas grand chose en tout cas, et souffler un moment en me laissant porter. J’arrive un peu à lâcher prise, à arrêter de paniquer pour rien. Tant et si bien que je lui demande de ne pas mettre tout de suite un terme à cet instant. Il ne durera pas éternellement, j’en ai bien conscience, mais j’aimerais que ça dure encore une poignée de secondes. Il accepte sans ciller et se met doucement à rire face à ma bêtise. Mon coeur se gonfle de plaisir en l’entendant. Il passe une bonne soirée. On passe une bonne soirée. « Je n'ai malheureusement pas de papier sur moi mais tu peux signer dans mon dos, ça fonctionnera tout autant. » Je hoche la tête une fois de plus. Mon bras quitte son cou un instant pour se frayer presque timidement un chemin sous sa veste. Au travers du tissus de sa chemise, je sens la chaleur de sa peau. Un soupir content m’échappe. Et puis je m’exécute, traçant du bout du doigt un merci aussi clair que possible. Peut-être que ça n’est pas vraiment la signature qu’il attend mais je m’en fiche. C’était important qu’il sache que je lui suis infiniment reconnaissant de tout ce qu’il peut faire pour moi, de sa patience, de son amour. De tout. Une fois fait, je reprends ma position comme si je n’avais jamais bougé. Malheureusement, les craintes reviennent en surnombre pour un je t’aime glissé à mon oreille. Est-ce que c’est le point de départ d’un nouvel Enfer ? Est-ce qu’il va reprendre ses distances et s’enfuir, donnant définitivement à ces trois mots un visage affreux ? Les secondes passent mais rien. Je t’aime et puis c’est tout. Je me sens con d’avoir douté, une fois de plus. Je me calme, une fois de plus, et me laisse aller entre ses bras. Moi aussi, je l’aime. Je me blottis contre lui et le laisse mener la danse sans même réfléchir, me contentant de le suivre machinalement. Ses caresses dans mon dos me bercent. Je frissonne et resserre tendrement mon étreinte. Mon regard finit par se perdre devant moi, observant avec un intérêt absent les gens qui dansent ou qui s’agglutinent à côté du buffet. Elle est encore là, la gamine, me fixant de ses grands yeux. Mais à ce instant précis, ça ne m’effraie pas. Pour la première fois depuis des mois, je me sens en sécurité. Peut-être que ça ne durera pas, j’en sais rien et je n’ai pas vraiment envie de savoir mais là, tout de suite, elle ne m’atteint pas. Néanmoins, je ne soutiens pas son regard bien longtemps et reporte mon attention sur mes doigts, glissant tendrement sur la peau de Milo, profitant avec délice des quelques centimètres délaissés entre son col et ses cheveux, alors que les mots de Tracy me reviennent en mémoire. Je crois que je ne vais plus pouvoir fermer les yeux éternellement…
Made by Neon Demon



Je me souviens de toi près de moi, tu m'embrassais pour la première fois, j'ai cette image gravée dans la tête. Je me souviens des premiers rendez-vous comme de la plus belle image de nous.
Rioghbhardan O'Callaghan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5970-professeur-morgana-h-burgess-quel-plus-bel-art-que-celui-des-potions-termineehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5973-morgana-chaque-annee-un-nouveau-depart-et-de-nouvelles-tetes#138879http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6052-morgana-ecrire-cest-une-facon-de-parler-sans-etre-interrompuhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6053-morgana-hibou-express

Arrivé(e) le : 13/03/2016
Parchemins rédigés : 772
Points : 25
Crédit : lilany - Olivia Wilde
Année : Professeur de Potions & Directrice de Serpentard

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Tasha E. Lennox-Blackwood & Narcissa A. Breckenridge & Jayden S. Rosenbach

MessageSujet: Re: Joyeux Noël ! [INSCRITS]   Jeu 4 Jan - 19:52

Bal de Noël
EXORDIUM.
Comme chaque année à Noël, Poudlard proposait une soirée à tout le personnel et les élèves de l’école dans le thème des fêtes et de la fin de l’année. La nouvelle en enchantait quelques-uns mais elle rappelait évidemment de mauvais souvenirs à d’autres, ce qui laissait supposer qu’il y aurait des absents. Cela pouvait se comprendre et j’espérais en tout cas que le directeur Londubat ne ferait pas la même bêtise deux fois. Je ne m’étais pas rendue à cet événement d’Halloween mais le professeur d’Astronomie m’avait raconté les faits ; comment les élèves s’étaient retrouvés dans une situation fictive mais traumatisante, à devoir faire des choix et tenter de sauver leur peau ainsi que celle de leurs amis. La grande majorité avait échoué en connaissant des souffrances terribles et on s’était demandé l’intérêt de tout cela. Evidemment, on ne pouvait en vouloir aux plus sceptiques de critiquer cette idée de bal mais il fallait également y voir là une tentative pour la direction de l’école de se rattraper. Pour aller dans ce sens, j’avais accepté de m’y rendre. Au départ, c’était Aaron qui m’en avait fait la suggestion mais je n’y avais pas prêté attention jusqu’à ce qu’il ne m’invite personnellement à l’accompagner. Devenir sa cavalière… Si on m’avait sous-entendu cela bien des années auparavant, je l’aurais sûrement mal pris ou j’aurais ris au nez à la personne. Et pourtant, aujourd’hui, cela ne me dérangeait absolument pas et c’était sûrement parce que nous étions devenus amis depuis un bon moment. Peut-être depuis cet été, non ? Nous nous étions réconciliés il y a plus d’un an de cela, à la fin de mon voyage au Japon, mais ce n’était pas pour autant que nous étions devenus amis. On avait juste clarifié les choses et abouti sur une bonne entente jusqu’à ce que Blackman n’arrive. Et depuis que tout était revenu à la normale, nous avions pris le temps de rattraper le temps perdu.

Il m’attendait donc ce soir à l’entrée des cachots quelques minutes avant l’heure convenue. Je faisais en sorte d’être prête à temps pour ne pas le faire patienter trop longtemps et au programme, j’avais misé sur une robe émeraude, fidèle aux couleurs de ma maison. Ce n’était peut-être pas très représentatif de Noël mais c’était dans mon style et c’était ce qui m’importait le plus. J’avais opté pour un maquillage assez simple mais efficace et qui rendait mes yeux légèrement charbonneux. Après tout, ce n’était pas nous les professeurs qui devions nous faire remarquer au bal mais plutôt les élèves car c’était eux qui allaient notamment donner de l’ambiance à la soirée.

Une fois que j’estimai que tout était bon, j’éteignis les bougies et quittai mes appartements, me demandant combien de mes collègues avaient aussi décidé de quitter leur cocon pour rencontrer toute la foule. J’arpentai les couloirs froids des cachots en faisant claquer mes talons et à cette heure-là, certains Serpentard sortaient également de leur salle commune, robes et costards étant la coutume de tous. Puis, à la sortie, une vague de chaleur agréable vint me réchauffer. Je repérai la tête familière de mon cavalier et lui adressai un sourire. Comme attendu, il était bien vêtu, ce qui marquait une sévère transition avec son habituelle cravate de travers et sa chemise dont les boutons du haut n’étaient pas souvent fermés. Je m’étais toujours demandée s’il le faisait exprès ou pas, d’ailleurs…

« Bonsoir, Aaron. Mais quel charisme, on pourrait presque croire que tu as fait tous ces efforts pour moi. » Lançai-je à la fois avec sincérité et sarcasme, bien que la malice était sûrement plus perceptible.

Mon sourire s’esquissa davantage tandis que je lui pris le bras qu’il me présentait. C’était à la fois étrange et presque normal pour moi. Je ne saurai dire pourquoi. Peut-être parce que j’avais déjà partagé un petit moment amical et légèrement complice en sa compagnie dans la forêt interdite ? En tout cas, ce n’était certainement pas sur mon visage serein que l’on pouvait y trouver le moindre doute ou le moindre trait anxieux. Je me montrais confiante alors que nous venions d’entamer les premiers pas en direction des escaliers menant au Hall.




The past is behind us
“We can easily forgive a child who is afraid of the dark; the real tragedy of life is when men are afraid of the light.” @platon ≈ › (c) alaska.



Dernière édition par Professeur M. Burgess le Jeu 4 Jan - 22:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5702-aaron-winslow-no-need-for-the-wand-finihttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5705-aaron-winslow-relationships-never-die#132001http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5706-aaron-winslow-fiche-de-rp#132009http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5707-chris-le-facteur-volanthttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5708-le-hibou-express-d-aaron

Arrivé(e) le : 23/12/2015
Parchemins rédigés : 317
Points : 4
Crédit : June
PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Zach E. Thompson

MessageSujet: Re: Joyeux Noël ! [INSCRITS]   Jeu 4 Jan - 20:42

    Nous y voilà, les fêtes approchaient et, avec elles, le traditionnel bal de Noël. Et si d’habitude cet évènement ne m’attirait pas particulièrement, je devais avouer que son absence l’année dernière s’était fait ressentir. Enfin, il avait bien eu lieu, mais à cause de mon ascendance je n’avais pas eu le droit d’y participer. Quant au bal de fin d’année… J’avais eu d’autres choses à faire à ce moment-là. C’était donc enfin l’occasion de rattraper ce temps perdu et de profiter un peu de la vie. Certains élèves n’auraient pas forcément cet avis après l’évènement d’Halloween qui en avait traumatisé plus d’un, mais nul doute que nombre d’entre eux seraient quand même présents. Et que Neville avait appris de ses erreurs et ferait gaffe cette fois-ci. Nos jeunes têtes blondes avaient déjà bien suffisamment subi l’an dernier, il valait mieux éviter de recommencer. Je devais avouer que j’avais vu d’un mauvais œil l’initiative de Neville, surtout qu’il ne nous en avait pas vraiment parlé, mais je lui laisse le bénéfice du doute et j’espère qu’il se rattrape.

    Mais pour aller au bal dans les meilleures conditions possibles, il me fallait une cavalière. Et tout naturellement, mon choix se dirigea vers Morgana. Morgana, mon ennemie d’hier, mon amie d’aujourd’hui. Si on me l’avait dit à l’époque, je n’y aurai pas cru, mais depuis l’an dernier il y avait eu tant de choses qui s’étaient passé pour finalement nous rapprocher. Et n’en déplaise à ceux qui étaient de mon camp à l’époque et ne comprenaient pas qu’aujourd’hui il n’y en ait plus, je la considérais maintenant comme une amie. Ce qui était moins naturel, c’était la tenue que j’arborais ce soir. Je ne pouvais pas me permettre d’apparaître débraillé au bal, et encore moins au bras de ma collègue. C’est ainsi que, sans grande prétention ni originalité, j’avais enfilé un costard noir avec une chemise blanche. Un nœud papillon ornait mon cou, et, pour un peu de couleur, un mouchoir bleu se trouvait dans la poche au niveau de la poitrine de ma veste. Et une fois bien habillé, je descendais chercher ma cavalière aux cachots. Ca non plus c’est pas très original, le cavalier qui va chercher sa cavalière. Mais bon, on est professeurs maintenant, on est un peu vieux jeu.

    Au bout du couloir, après le passage de quelques élèves de Serpentard accompagnés ou non, je retrouvais enfin leur directrice, vêtue de vert pour représenter sa maison. Un sourire malicieux se dessina sur mes lèvres, elle était presque aux couleurs du sapin de Noël. Arrivée à ma hauteur pourtant, c’était à elle de faire une réflexion sur ma tenue. Un mélange de compliment, de gentille moquerie et de… provocation ? Non, ça faisait partie de la malice de sa salutation, c’est tout.

    « Bonsoir, Morgana. Peut-être bien, qui sait. Il faut bien que je sois à la hauteur de ta robe sapin. » Moi aussi, je savais être malicieux, elle le savait très bien.

    Je lui tendais donc mon bras pour l’inviter à me suivre. Direction la grande salle, transformée en salle de bal pour l’occasion en laissant une place belle pour les danseurs. Je n’avais pas vraiment de surprise quant à la décoration, puisque j’y avais participé, mais malgré tout la féerie était toujours là. On ne lésinait pas sur ça, à Noël. Peu de temps après notre arrivée, Neville commença son discours d’introduction. Un discours plein de bonnes volonté, mais laissant quand même quelque mystère sur la fin. Certes, vouloir que l’on connaisse nos alliés était louable, mais la formulation me semblait un peu étrange.

    « T’as pas l’impression que son discours est bizarre ? On dirait qu’il a une idée derrière la tête. »

    Une bonne ou une mauvaise, l’avenir nous le dira. Ou bien, peut-être que j’étais simplement un peu trop paranoïaque à cause de l’année dernière. Mais quoiqu’il en soit, en attendant, on pouvait profiter un peu de la fête.

    « Alors, vous voulez boire un verre, mademoiselle ? »




   
   
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

Invité

CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: Joyeux Noël ! [INSCRITS]   Jeu 4 Jan - 21:32

Bal de Noël
Le courage d'un premier bal


21h.
Elle était là, toute petite toute discrète, au milieu de cette foule d'élèves. Elle avait abandonné l'idée de voir le directeur pendant son discours d'entrée, de trop grandes personnes étaient devant, même en se hissant sur le bout de ses pieds.
Elle n'arrivait toujours pas à le croire. Elle était bel et bien ici, sur le point de vivre son premier bal de Noël.
Jusqu'à aujourd'hui, elle n'avait jamais daigné assister à une telle cérémonie, les festivités de masse ne l'avait jamais tellement attiré, c'était le genre d'occasion pour se réunir entre amis se disait-elle, or elle en avait pas des tonnes, des amis avec qui partager un bon moment comme celui ci.

Elle ne pouvait pas se le cacher, c'était évident, elle était stressée. Le stress d'être seule parmi tant d'élèves, le stress d'être ridicule, de ne pas être assez élégante, mais pas trop non plus histoire de ne pas attirer tout les regards... Et puis, pour le moment, elle n'avait pas vu beaucoup de visages familiers, ce qui ne la rassurait pas.

Lors du discours, sans trop de surprises, il fut mention des vacances. A cette idée, Ruby sourit sans s'en rendre compte, elle avait tellement hâte de retourner chez elle dans sa petite ville côtière d'Irlande, et de revoir ses chers parents. Ils lui manquaient tellement. L'air frais et le bourdonnement des hélices d'avions juste derrière la maison, l'odeur de l'océan et l'herbe tendre qui s'estompe aux chutes des falaises. Elle fut transportée dans ses souvenirs un court instant, mais sa bulle s'éclata pour la laisser s'écraser net contre le sol dés lors qu'elle entendit la partie la plus désagréable du discours : J'espère que cette soirée permettra de resserrer les liens entre vous.[...]Je ne vous cache pas que c'est notre but, ce soir, de vous apprendre à vous mettre à la place de vos camarades, de les comprendre au mieux, de ne faire plus qu'un avec eux.

Gloups. déglutit péniblement Ruby. L'idée d'aller vers autrui lui faisait grincer des dents, et pourtant c'était un peu le but d'un bal entre élèves. Elle ne savait même pas pourquoi elle avait finalement décidée de s'inscrire à ce bal, sans qu'on l'y invite chaleureusement.
Elle avait passée plus de deux heures dans sa chambre, sur son lit, la tête désespérément plongée dans son oreiller, tourmentée par ce fameux bal. Elle avait 14 ans, ça devenait de son âge toutes ces choses là...Mais avait-elle une tenue convenable, était-elle assez "cool" pour prétendre à ce genre de rassemblement, ces gens de sa génération voudraient-ils connaître une intello timide comme elle?...de tout cela elle doutait fort. Mais elle doutait bien plus de son courage à elle pour aller vers les autres.
Cependant, elle eut le sentiment qu'elle devrait au moins une fois dans sa vie oser aller à ce bal, qu'elle devrait connaître la sensation d'être bien apprêtée, entourée de jeunes gens tous sur leurs 31, et que la décoration de la grande Salle en vaudrait le détour.

C'était dans tous les cas un phénomène social très intéressant à observer. Et puis, cela l'amusait de se dire que les professeurs en feraient de même.
Quand elle eut pris cette décision, elle se releva d'un coup.
Son cœur avait palpité au moment d'écrire son nom, sa classe et sa maison sur l'immense liste des inscrits, mais encore plus quand la soirée approcha et qu'il fût temps de se préparer.
Elle avait attentivement regarder les filles Serdaigle se maquiller, en essayant de ne pas trop se faire remarquer, c'était quand même un peu la honte pour une fille de ne pas savoir faire ce genre de choses que certaines (voire beaucoup), faisaient au quotidien. Or Ruby s'en était toujours fichue au plus haut point, se pouponner tous les jours ne leurs rapportaient pas leurs bonnes notes et encore moins leur bonté. Mais elle avait toujours gardé un rouge à lèvre coquelicot et un mascara bon marché noir dans le fond de ses affaires. Ruby restait une jeune fille comme toutes les autres qui faisait attention à son image physique, elle n'était pas prude et innocente de toute envie de séduction comme pouvaient le penser pas mal de ses camarades.
Ça lui était arrivé de nombreuses fois, des phases de réflexion sur elle même et sur sa beauté, ces moments où elle essayait son maigre maquillage avant de tout enlever impulsivement sous la colère ou la tristesse, dans les toilettes des filles à l'abri des regards (sauf celui de Mimi Geignarde qui se moquait comme à son habitude, bien qu'elles discutaient souvent toutes les deux. Elles se ressemblaient après tout, c'était son fantôme favoris.).
A cette occasion elle avait demandé à sa mère de lui envoyer sa robe noire qui prenait la poussière dans sa garde à robe, par hibou.

Tout cela réunit, elle s'était préparée timidement à l'insu des filles de sa chambre. Une robe avec pour haut une forme tee-shirt dont le tissu laissait transparaître un top plus sombre en dessous, séparé par un grand resserrement à la taille d'un évasé ni trop long ni trop court en bas. Ses chaussures étaient des petites chaussures plates, noires passe partout et plutôt mignonnes trouvait Ruby. Elle hésita beaucoup devant son reflet, elle tâtait les tissus de sa tenue, tournait et tournait sans arrêt. Son maquillage, elle n'en avait pas fait des tonnes, elle l'avait appliqué à la manière des habituées dans le domaine, puisqu'elle s'en était plus qu'inspirée.

Elle était elle même choquée du changement brutal que c'était à côté de son style vestimentaire quotidien plutôt banal.
Et puis ses cheveux, ce carré, entre le court et le mi-long, de chevelure sombre imprévisible quelque peu rebelle mais légère. Elle y avait passé ses mains, les avait secoués un peu pour donner du volume, et c'était réussi. Elle avait l'air plus décontractée et branchée de cette manière.
Comme tout changement radical et personnel, il lui était dur d'avoir un avis objectif sur la question, mais cela devait être assez acceptable. C'était simple et joli.
Elle se demandait si ses connaissances seraient aussi surpris qu'elle en la voyant. Enfin, seulement si elle allait les croiser, la plupart étaient assez populaires comparés à elle...

Bref, sans changer les bonnes habitudes, tout cela l'avait retardée et elle n'était pas arrivée en avance.

Le directeur Londubat ayant terminé, la musique se lança.

C'est parti pour la soirée de folie...pensa Ruby d'un sarcasme affligeant.

Elle se faufila entre les hordes de jeunes sorciers qui se dispersaient pour x raisons, tandis que la première chose que fit Ruby fut de se ruer prêt du buffet. Pour ça aussi, elle s'était inscrite évidemment.

Elle était, cela ne faisait aucuns doutes, le genre de personne à faire bande à part. Elle n'aimait ni la foule, ni le bruit, ni l'agitation...Donc elle serait hors de cette foule mouvante, elle le savait depuis le début.

Là prêt de la table, dégustant un petit pain craquelant nappé de saveurs surprenantes surement d'origine magique et qui lui fit des miettes sur sa robe, elle avait déjà la tête dans les étoiles, ou plutôt dans le faux ciel qui produisait un faux semblant de neige. Elle tendit une main pour tenter d'accueillir un flocon dans son creux, mais le flocon ne fondit même pas, il se volatilisa...comme par magie. Elle avait émit un rire bref un peu dédaigneux à la vue de cette décoration. Elle était bien plus convaincue par les bougies en stalactites de glace.
Elle n'était pas non plus du genre à s'émerveiller face à de la neige, l'hiver étant la saison qu'elle aime le moins avec l'automne, périodes de l'année qui la faisait frissonner et la gardait malgré elle enfermée au chaud, la privant souvent de ses ballades habituelles.

Elle prit plaisir à déguster toutes ces curiosités raffinées qui s'étalaient devant elle. Elle n'était pas la seule évidemment, ça aurait été un peu gênant, mais la plupart cherchaient leurs amis ou commençaient déjà les discussions mondaines, sans doutes...
Elle avait aperçu Pandora, elle était très belle, et elle était accompagnée d'un garçon. Pas étonnant sourit-elle.
Elle avait rapidement vu Wyatt, lui aussi bien accompagné semblait-il. Elle ria de voir son jeune ami déjà faire des ravages parmi ses petites camarades. Elle était contente de les voir s'amuser.
Elle eut à cet instant une petite pensée pour son garde-chasse, qui n'était pas ici. Évidemment, il n'était absolument pas du genre à aimer ce genre d'évènement, mais elle aurait aimé pouvoir discuter et partager ces bienfaits gastronomiques avec lui, elle se serait bien amusée avec lui.
Elle avait notamment remarquer son professeur Monsieur Mandrake dans un coin. Il est élégant se permit-elle de penser en rougissant. Ruby avait toujours était plus intéressée par des hommes mûres, plutôt que cette bande de prépubères immatures. Il semblait faire parti aussi des gens calmes et reclus, ce qui lui plût d'autant plus. Il sortit même de la salle, surement pour se décontracter, chose que Ruby hésitait fort à faire elle aussi.
Mais elle se contenta de tous les regarder et...

Elle ne se sentait pas prête à faire le premier pas. Elle ne se lancerait du moins pas tout de suite, peut être le ferait-elle le ventre plein.
Et puis danser, avec ses parents oui, ici avec des adolescents en pleine ébullition d'hormones, fallait pas rêver.
Un partenaire? Ah ! Le preux chevalier sur son fier balais qui oserait la sauver de sa timidité affligeante, il était pas arrivé celui là.
Elle rit discrètement toute seule dans son coin.

Jusqu'à ce qu'elle vit une jeune élève vêtue de bleue, non loin d'elle le long des gourmandises. Ruby aimait bien sa tenue d'une couleur assez inhabituelle, mais douce. Elle la regardait du coin de l’œil, elle était tout comme elle : non accompagnée et spectatrice de tout ce beau monde.
C'était vers ce genre de personnes que Ruby était attirée, forcément, qui se ressemble s'assemble! Mais quelle ne fut pas sa surprise de la voir quitter la réconfortante nourriture pour aller danser là bas au milieu des autres, sans cavalier, et sans se soucier des quelques rieurs mesquins autours. Eh oui, même pour Noël la méchanceté gratuite plane au dessus des humains.

Quelle courage ! Ruby avait les yeux qui brillaient.
C'est cette personne que je dois accoster !

Elle avala rond sa bouchée et se lança sans réfléchir sur la piste de danse. Elle ne savait même pas quoi dire.

-J'adore ton style!, lança t-elle avec un grand sourire. Les yeux écarquillés elle lui demanda maladroitement si ça ne lui dérangeait pas qu'on l'accompagne pour danser.


Codage par Libella sur Graphiorum

Revenir en haut Aller en bas

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7825-andrea-welcome-to-selfocracyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7877-andrea-sevenoaks-mirrors-hunger-for-perfect-reflection?nid=17#177328http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7886-andrea-a-young-boy-died-throught-looking-at-himslef-too-longhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7887-andrea-its-vanity-shout-your-need-to-be-famed-and-glorifiedhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7887-andrea-its-vanity-shout-your-need-to-be-famed-and-glorified

Arrivé(e) le : 30/04/2017
Parchemins rédigés : 161
Points : 3
Crédit : viif (rj king)
Année : septième année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: octavia rosenberg

MessageSujet: Re: Joyeux Noël ! [INSCRITS]   Jeu 4 Jan - 22:36




when you dance with the devil, the devil doesn't change, the devil changes you



La soirée se déroulait sans obstacle, du moins jusque-là. Du coin de l'oeil, je pouvais apercevoir les professeurs qui discutaient entre eux - certains s'étant lancés sur la piste de danse - ainsi que les élèves, agglutinés par petites bandes. Mais ce regard en biais avait deux inconvénients. Le premier, c'est qu'il me donnait le tournis. Le deuxième, c'était que ça ne me concernait pas. Même si ma sécurité était ce qui avait de plus important ce soir, la deuxième chose importante était d'obtenir la confiance de Tracy, d'être lavé de tout soupçon. Bien sûr, j'étais certain que ses doutes ne s'évaporeraient jamais. Pour elle, je n'étais qu'un septième année présomptueux et intelligent avec des idées derrière la tête et une fiancée au bras. Elle ne connaissait pas mes intentions. En réalité, elle devait vraiment être dans le flou. Et si je devais être honnête, je devrais dire que pour moi aussi, la brume s'imposait un peu plus à moi à chaque seconde. À la voir jouer le jeu, à la voir se surpasser comme d'habitude, sa frimousse innocente et ses grands yeux bruns. Sa robe jaune moutarde coupée dans un tissus semblant être à l'état liquide tellement il ondulait lorsque nous valsions légèrement. Elle me posait des questions ouvertement, et je me contentais de venir lui répondre en me rapprochant doucement. « Les vestiges enneigés, les lumières sur la place de Venise… j’imagine. Le théâtre et l’opéra sont inévitables. » Son parfum léger m'enivrait légèrement alors que dans ma tête se formait des paysages enneigés d'Italie. Je m'imagine aisément un crochet me tirer en avant à hauteur de mon ventre, mes organes se contracter et cette salle de bal disparaître sous nos yeux alors qu'un mélange de couleurs et de formes se dessine sous nos yeux. Ensuite, plus nettes, des lumières au milieu d'une place, la Basilique, impériale, se découpe dans la nuit noire, de la buée s'échappe d'entre nos lèvres tandis que le froid nous mord les parties de peau laissées à découvert. Plus loin, des rires de puritains qui passent le porche d'un bâtiment atypique et à la fois, totalement authentique. À l'intérieur, des voix à briser une âme, des voix qui supplient nos émotions de se laisser prendre au jeu, et ça fonctionne. « Enfin, vous avez sûrement déjà beaucoup à faire. » Je cligne des yeux légèrement. Elle a bien dû voir mon mot d'égarement dans ce rêve à moitié éveillé. Je réprime un frisson à l'idée des basses températures et surtout, de ces effrayantes pensées. Qu'est-ce qui m'arrive ? La seule personne qui a su briser ma carapace, jusque-là, possédait des pouvoirs qu'elle ne contrôlait même pas. Je reste silencieux, me sentant simplement coupable de ce plaisir interdit que je m'octroyais. Mère allait me tuer. « Il faut savoir profiter, parfois. » Un sourire mystérieux s'invite sur mon visage alors que je ne tarde pas à révéler ma pensée. « Tu m'as donné envie d'inviter ma Mère à l'opéra. On ne s'offre jamais de cadeau, mais celui-ci en vaut vraiment la peine, je crois. » Un mince sourire persistait sur mon visage idiot sans que je ne sache m'en défaire et à la fois, essayais-je vraiment de le faire partir ? Non. J'étais bien. J'étais dans mon élément, mon plan progressait sans rencontrer de mauvaise surprise et cette idée d'opéra était parfaite pour Mère. Je sais qu'elle devra choisir de laisser tomber quelqu'un ou quelque chose pour se libérer un soir, mais une fois qu'elle acceptera, elle se rendra compte elle-même que ça aura vraiment valu le coup.

L'idée que Candice entraîne Tracy dans ses aventures lui semblait d'avance mauvaise. Connaissant la fille Tiedoll, je savait que ça allait mal se passer. Mais je n'étais rien pour elle, je ne pouvais pas lui déconseiller d'y aller. Tout ce que je pouvais faire, c'était en toucher un mot à Candice, qui ne m'écoutera pas, étant Candice. Ça me ferait sourire et tout ce que je pouvais espérer, c'était qu'aucun incident ne vienne troubler sa soirée. J'espérais simplement me tromper et qu'elle commence l'année en beauté, comme elle se terminait d'ailleurs. « Très aimable. Je m’en voudrais d’être trop amochée pour commencer cette année qui s’annonce pleine de projets. » Mon regard brilla sans que je ne réponde à mon tour. J'allais vraiment parler à Candice. En attendant, il valait mieux ne pas s'étendre sur le sujet. J'avais compris le genre de soirée auquel la serdaigle aspirait et je ne pouvais lui avouer mon sentiment.
Laissant un nouveau silence s'installer, je me concentrais sur la danse et nos mouvements. Il faisait chaud, mais étonnamment, plus nous dansions et mieux je me sentais. Remarquant son air appliqué et ses gestes précis, je ne pus m'empêcher de la complimenter sur cet aspect de sa personnalité que je n'imaginais pas. Une belle petite facette, une boule de charmes qui m'envoûtait doucement. C'était à se prendre à son propre jeu ... « Je ne te savais pas aussi douée en danse. Tu m'impressionnes. » Bien sûr, avec le recul, ça me paraissait logique. C'est ce que j'aimais chez elle, sa volonté de se dépasser à tous les niveaux, de ne jamais se reposer sur ses lauriers et de cultiver l'amour du savoir. Il ne me restait plus qu'à savoir ce qu'elle voulait faire de tout ça. Et pour ça, je veux dire, après avoir surpassé les limites connues de la magie. Après l'immortalité et la résurrection.

Je ne m'attendais pas à ce qu'elle propose de se replier. Mon plan ne s'établirait pas dans un coin. Mon plan n'allait pas fonctionner, si nous n'étions pas à vue de tous. Il me fallait résister et la convaincre de redresser simplement la tête. Sourire était la meilleure des vengeances. L'indifférence était la plus aisée des armes, le plus blessant des mots. L'ignorance. Comme si sa présence ne comptait même plus assez pour prendre position, pour s'énerver, pour le secouer. Ignorer, c'est mettre hors de sa vie. C'est oublier les problèmes lorsque nous ne attendions que les autres répondent à leurs propres questions. Je le faisais continuellement, me lasser des problèmes simples. J'avais développé des automatismes qui me permettaient d'éviter justement que l'on s'approche de moi. Un gain de temps inestimable pour tout ce que je faisais de mes temps libres. Je ne perdrais pas mon temps avec des idiots. Je ne perdrais pas mon temps avec des demeurés. Je n'avais pas beaucoup de temps pour réaliser tous les objectifs que je m'étais fixé, alors je devais rentabiliser chaque heure de mon existence, chaque minute pour être un peu plus à même d'atteindre les objectifs fixés. Bien sûr, ces automatismes m'éloignaient des gens en général. Au moins, pour moi, choisir d'en approcher quelques-uns par moi-même était un rare signe d'intérêt et de respect envers cette même personne. Tout comme inviter Tracy avait été une cascade de questions, d'interrogations et de prises de tête intérieures, et je n'étais certainement pas encore convaincu d'avoir bien fait, mais son changement soudain de comportement m'intriguait autant qu'il me faisait dévier de mes projets. « Non, Andrea. Bien sûr que non. » Sa voix semblait tout de suite plus précipitée, et à moins qu'elle ne soit comédienne de sang, je pourrais jurer qu'il s'agirait ici de vérité. Elle ajoute « Tout est parfait. », mais je sens que tout n'est pas vraiment parfait. Sa voix tremble légèrement et son regard fuyant ne se contente plus de mon visage. Ce n'est pas parfait. Elle est vulnérable et s'ouvre comme un livre ouvert, et je n'aime pas ce que je lis dans ses traits soucieux. Je la fixe, impassible, sans sourire, sans pour autant ralentir notre danse et les enchaînements de plus en plus périlleux qui trahissait mon impatience et mon désir d'effectuer les règles dans l'art. « Il y a certaines personnes ici que je préférerais ne pas voir. » Non, je ne tente pas d'apercevoir qui que ça soit par-dessus son épaule. Je ne veux pas connaître l'identité de cette personne. Je ne me rabaisse pas à ce genre d'attitude. Il n'y avait qu'Harrison pour me faire perdre le contrôle - pour me faire devenir cette part noire de moi-même que je masque aux yeux du monde. Je me complaisais dans cette relation malsaine, et j'espérais bien en instaurer une autre en compagnie de la serdaigle. « Et tu ne vois pourtant plus qu'elles, à présent. » Ce n'était pas vraiment un reproche, seulement une constatation. Elle semblait douce et innocente, mais je le savais, tout au fond, elle brûlait d'envie de se libérer de ses chaînes. Et alors que la musique recommence à se calmer, je ralentis le pas. Je me rends compte que cette intimité qui s'est créée en dansant nous à rapprocher physiquement. Ça ne me gêne pas, mais je l'admets, je ne suis simplement pas à l'aise avec ce genre de proximité. Un ange passe et je me redresse, le menton levé, mais mes yeux la dévisagent pour décoder ses réactions. Un sourire fugace me prend alors aux lèvres, impertinent. « Je te suis, si tu veux te dérober aux yeux du monde. » Même si en général, j'affronte ou j'ignore, je ne perds pas mon temps à m'angoisser d'une situation. Mais une fois n'était pas coutume : c'était à elle de choisir la prochaine activité.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8027-wolf-in-sheep-s-clothing-sage-sawyer-sinclair-u-c#181969http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8050-sage-u-c#182357http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8703-sage-indisponible#193246http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8257-sage-ma-boite-a-courrierhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8256-sage-ma-boite-a-courrier

Arrivé(e) le : 02/08/2016
Parchemins rédigés : 1369
Points : 1
Crédit : january blues (ava) & tumblr (gifs) / david mazouz
Année : deuxième année (redoublant) - quatorze ans

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Perrin & Ashton

MessageSujet: Re: Joyeux Noël ! [INSCRITS]   Ven 5 Jan - 0:40


joyeux noël
sage & les autres

Then the Grinch thought of something he hadn't before! What if Christmas, he thought, doesn't come from a store. What if Christmas...perhaps...means a little bit more!
"Bon. Princesse Jayden, Princesse Saša, Princesse Sage avez-vous enfin fini de vous préparer?" ,lança Kenny, la soeur de Sage au travers de la porte qui menait aux dortoirs des garçons. L’adolescent était planté devant le miroir observant attentivement son reflect. Ce qui l’inquiétait en ce moment particulier était ses boucles noires qui partaient dans tous les sens refusants de rester là où il voulait qu’elles soient. Sa dernière coupe de cheveux remontait à quatre mois ce qui, dans le cas de Sage, n’était absolument pas favorable. Même si ça avait le mérite d’être largement moins catastrophique qu’après huit mois dans les cachots, ça ne lui plaisait pas le moins du monde de devoir se présenter à un bal dans cet état. Il se versa un peu de mousse qu’il entreprit d’appliquer sur ses boucles afin de leur donner un allure un peu moins sauvage lorsque Kenny, fidèle à son impatience légendaire, choisit ce moment pour manifester de nouveau son mécontentement : "Si dans cinq minutes vous n'êtes pas dans la salle commune je vous laisse y aller seuls!" L’adolescent ne put s’empêcher de rouler des yeux aux paroles de son impatiente de soeur. Il l’aimait beaucoup et ne l’échangerait pour rien au monde, mais parfois, elle pouvait se montrer vraiment lourde. Il jeta un regard qui en disait long à son meilleur ami qui se trouvait dans le dortoir avec lui. Pas besoin de paroles, Jayden comprendrait exactement ce qu’il pensait. Un dernier coup d’oeil dans le miroir permis à Sage de replacer une mèche rebelle. Il soupira de découragement face à sa coiffure, mais n’ayant plus le temps de faire quoi que ce soit pour l’améliorer, il se résolut à rejoindre Kenny qui s’impatientait plus que de normal dans la salle commune. Il croisa Skat en sortant du dortoir. “Je ne suis pas le seul avec un problème de boucles… “, se dit mentalement le serpentard en regard son nouvel ami qui, visiblement, avait le même soucis capillaire que lui. Il lui fit un sourire amicale alors que la veste sur l’épaule, il se dirigeait vers l’endroit où sa soeur devait les attendre. D’ailleurs, Sage ne put s’empêcher de se demander pourquoi elle ne les avait pas rejoint. Si les garçons n’avaient pas le droit d’entrer dans les dortoirs féminins, la règle ne s’appliquait pas dans l’autre sens. "Enfin! J'ai faillis vous attendre!" ,se plaignit une nouvelle fois Mackenzie lorsqu’ils débarquèrent dans la salle commune. Sage jeta un regard entre l’amusement et l’incertitude à sa soeur. « Depuis quand tu portes des robes toi ? C’est maman qui te l’a envoyé et forcé à la mettre ? T’as l’intention de draguer quelqu’un où quoi ? » ,demanda-t-il alors qu’il s’avançait vers elle. Avant qu’elle ne se retourne pour partir vers la salle de bal, le regard émeraude du garçon aperçu un truc inhabituel chez sa soeur ; « C’est du maquillage ?! Tu as mis du maquillage ?! », s’exprima-t-il à voix haute sous le choc. Décidément, il n’était pas au bout de ses surprises avec elle. Déjà la robe était un changement assez radicale, mais ce n’était rien au côté de ce truc qu’elle s’était tartiné sur les lèvres pour les faire briller.

Le quatuor débarqua dans la magnifique salle de bal. Si la décoration et le buffet étaient magnifiques, ce n’était pas ce que Sage cherchait des yeux. Le pauvre gamin tentait de voir si Zoey Brewster était présente. La jolie serpentarde sur qui il avait flashé depuis déjà plusieurs mois. Il laissa glisser son regard sur tous les convives sans arriver à la voir. Une pointe de déception s’infiltra en lui alors qu’il faisait le constat de son absence. Le directeur Londubat profita de ce moment pour leur faire un petit discours de bienvenue bien particulier. « Je vous souhaite avant toute chose, et un peu en avance puisque je n'aurai pas l'occasion de le faire plus tard, d'excellentes vacances et de bonnes fêtes de fin d'année. J'espère que cette soirée permettra de resserrer les liens entre vous....» Ses paroles ne plurent que très peu à Sage qui gardait un souvenir très peu positif du dernier événement organisé par l’école. L’Halloween avait été assez douloureux psychologiquement pour le jeune homme qui pensait encore ses plaies laissées par la présence de Blackman l’an dernier. Il espérait que ce bal de Noël ne serait pas de la même sauce qu’Halloween. Il n’avait pas envie de passer les vacances de fin d’année avec sa famille à faire d’horrible cauchemars toutes les nuits. Ce n’était pas le moment !

« Voyez qui nous as fait l'honneur de se présenter ce soir. Vous ne pouvez pas la rater elle louche sur le buffet et est habillée avec un sac poubelle. », lui glissa Mackenzie à l’oreille ce qui le fit tourner la tête en direction de l’endroit qu’elle lui indiquait pour y apercevoir Jade. Étrangement, il fut surpris de constater qu’il n’était pas de l’avis de sa soeur ; la robe de la poufsouffle était plutôt jolie. Sauf que Sage préférait mourir que de l’admettre. « Elle doit avoir le parfum qui vient avec ; “ Brise de détritus numéro 4”. », lâcha-t-il sur un ton moqueur, mais à voix basse pour ne pas que Skat entende. Sage ne tenait pas à vexer le troisième année alors qu’il l’utilisait pour rendre Jade furieuse de le voir trainer avec eux. Jusque là, son petit jeu fonctionnait bien. La preuve, Skat était avec eux ce soir et non pas avec elle. « Je comprends pas pourquoi tu ne cours pas inviter Jade à danser petit frère on a très bien remarqué que tu en mourrais d'envie avec Jayden, hein Jay? Tu trouves pas que ça peux être une bonne idée pour qu'il se réconcilie? » Sage se retourna brusquement vers sa soeur ne se gênant pas pour lui lancer un regard noir. À sa grand surprise, Skat s’y mit à son tour ; « Oui. Peut-être même Jade elle sera contente de Sage qui l’invite pour la danse. Ça ferait comme pour faire plus la guerre. » Il avait quoi derrière la tête celui-là ? Pourquoi il voulait qu’il danse avec sa soeur ?! De toute manière, Sage n’avait pas du tout l’intention d’aller inviter l’insupportable Jade à danser. « On vous a lancé un sort de confusion ?! À moins que vous ne soyez tous complètement défoncés ! Pas question que j’invite “Jade” à danser. Pas ce soir et même jamais. Je préfèrerais me faire couper les quatres membres plutôt que de devoir danser avec elle ! », s’exclama-t-il outré qu’on ne lui ai seulement proposé l’idée. Ils cherchaient quoi ? La troisième guerre mondiale ? En tout cas, c’était couru d’avance que s’il invitait Jade à danser, ce serait la guerre nucléaire dans la salle de bal. Roxy, il ne disait pas non elle était sympa et même plutôt cool. À la limite, il aurait même invité Shynnagh ou Joanne à danser, mais jamais au grand jamais il ne le ferait avec Jade. Quant à Madison, ce n’était pas une option. Il avait remarqué que Jayden passait beaucoup de temps avec elle. Même que Sage se doutait que son meilleur ami avait un petit truc pour la jolie blonde… « Maintenant qu’on a régler votre bulle au cerveau, on va chercher un truc à boire ? » Un proposition qui avait pour but de changer de sujet...

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7892-matrim-with-the-beast-inside-theres-nowhere-we-can-hide-u-c#177483http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7913-matrim-stop-i-m-already-dead#177786http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7926-matrim-disponible#177863http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7927-matrim-u-chttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7928-matrim-u-c#177865

Arrivé(e) le : 27/05/2017
Parchemins rédigés : 414
Points : 0
Crédit : meblang (ava) - jade weber
Année : troisième année à la rentrée (treize ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: perrin & sage

MessageSujet: Re: Joyeux Noël ! [INSCRITS]   Ven 5 Jan - 1:33


joyeux noël
matrim & les autres

Christmas waves a magic wand over the world, and behold, everything is softer and more beautiful.
Je ne m’attendais pas à ce que la soirée ne soit très réussi. J’étais assez nerveux de devoir me retrouver au travers de tant de gens, mais ce qui me rendait le plus nerveux était la présence de Niamh. Un phénomène étrange qui se produisait chaque fois qu’elle était dans les environs. Dire que j’avais dit que je venais seulement parce qu’elle avait dit y aller. Le pire étant sans doute que je n’avais pas été en mesure de me résoudre à l’y inviter. C’était trop officiel… Et puis, comme je l’avais déterminé lorsque Lana et moi avions mis un terme à notre “relation amoureuse”, ces trucs ce n’était absolument pas pour moi. Je n’avais pas de talent pour me consacrer totalement à quelqu’un. Déjà que j’avais un mal fou à entretenir des amitiés, s’il falllait que j’aie une copine, ce serait sans aucun doute catastrophique. Et puis, soyons honnête, qui voudrait être en couple avec moi ? Je n’aimais pas qu’on me touche, je n’étais pas particulièrement sympa - ou plutôt je ne savais pas quand ou comment l’être - et puis j’avais assez amer comme personne. J’aimais bien passer du temps à analyser les autres, moi inclus. Tenter de comprendre comment les humains fonctionnaient. Niamh n’avait pas échapper à mes analyses. J’en étais venu à la conclusion qu’elle aurait dit non si j’avais osé l’inviter à venir avec moi à ce stupide bal de Noël…

« H-Hey ! Tu es bel et bien ici ! »,répondit-elle en se retourna vers moi, souriante comme je ne l’avais jamais vu. Après son sourire rayonnant, la seconde chose qui me frappa furent ses cheveux ; elle les avait coupé à la hauteur des épaules. Le résultat était… Magnifique. En tout cas, de mon point de vu. Ça lui allait vraiment très bien. J’avais toujours aimé les cheveux courts… Malgré mon coeur battant, mon cerveau se décida enfin à communiquer avec ma conscience ne permettant d’analyser ce qu’elle venait de dire. Biensur que j’étais là ! N’avais-je pas dit que j’allais venir ? « Je… Enfin, ce que je voulais dire en fait c’est que… Ça me fait plaisir de t’y croiser. Ton costume te va bien ! », balbutia la jolie poufsouffle. Je lui souris à mon tour bizarrement intimidé par le compliment qu’elle venait de me faire. « J’avais dit que j’allais venir. Je ne suis pas un menteur. », commençais-je à répondre d’une voix calme. « Je suis moi-même content de t’y croiser. Je me rends compte que je ne connais pas grand monde ici… » Est-ce quelque chose que je ne devais pas dire ? Pourquoi Safia ou Lana n’étaient pas là quand j’avais besoin d’aide ?! Même Cruz aurait été la bienvenue en ce moment où j’avais l’impression que mes pensées tournaient carrées. « Ou plutôt pas grand monde avec qui j’ai envie de discuter. Je ne viens que rarement aux “soirées”, ce n’est pas mon truc normalement. J’essaie de faire des changements cette année. Comme ce costume. » Je désignai ma tenue. « Je n’ai pas l’habitude d’en mettre contrairement à…. » Je m’arrêtai juste avant de dire Andrea évitant de faire une boulette… « … à d'autres. Merci en tout cas, pour le compliment, je suis content de ne pas avoir l’air d’un pingouin. » Tentative de blague ici… Je fis un sourire à Niamh l’observant attentivement de la tête au pied analysant ce qu’elle portait. Du jaune. Décidément, cette fille était fière d’être à Poufsouffle contrairement à moi… « J’aime beaucoup ta robe. », dis-je avec un sourire gêné. J’étais incapable de dire qu’elle était très jolie dedans ou que le jaune lui allait bien. À la place, je fis ce commentaire assez impersonnel qui me fit monter le rouge aux joues…

« Il fait chaud, non…? Que dirais-tu d’aller boire quelque chose…? », annonça Niamh. Non. Je n’avais pas chaud. Je ne contredis toutefois pas, hochant de la tête de manière affirmative tout en plongeant les mains dans les poches. « Je te suis. » , répondis-je évitant les longues phrases. Je me rendais compte que j’avais beaucoup trop parlé jusque là. Je m’étais transformé en véritable moulin à paroles. Une tendance qui n’était pas coutume chez moi. Enfin, sauf lorsque je parlais d’un sujet qui me passionnait. J’emboitai le pas derrière Niamh se dirigeant vers le buffet. Ce fut un jeu de tétris pour se rendre jusque-là sans entrer en collision avec qui que ce soit. La salle était vraiment bondée ! Nous finîmes néanmoins par y arriver en un seul morceau. « Qu’est-ce que tu bois ? », demandais-je à la jolie brunette me surprenant moi-même par mon avenance. J’attrapai une coupe sans attendre de savoir ce qu’elle voulait dedans, puis glissai d’une voix un peu plus basse et incertaine : « Tu me laisses choisir pour toi ? Ce sera une surprise. » Il me prenait quoi à moi ?!?

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7670-jayden-sonny-rosenbach-underco-80?nid=2#171608http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7672-jayden-life-is-not-a-video-gamehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7673-jayden-le-courrier-c-est-un-coup-de-telephone-qui-part-a-piedhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8259-jayden-pour-les-petits-mots-ou-les-urgences

Arrivé(e) le : 23/03/2017
Parchemins rédigés : 312
Points : 10
Crédit : google
Année : 2ème année – 13 ans (redoublement)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Tasha E. Lennox-Blackwood & Professeur M. Burgess & Narcissa A. Breckenridge

MessageSujet: Re: Joyeux Noël ! [INSCRITS]   Ven 5 Jan - 4:11


Le bal de Noël

Jayden & ses amis

« Bon. Princesse Jayden, Princesse Saša, Princesse Sage avez-vous enfin fini de vous préparer? » Hurla une voix féminine que Jayden connaissait si bien.
Décidément, elle ne pouvait pas attendre un peu plus longtemps celle-là. Jayden jeta un regard légèrement blasé à Sage et à Skat. Des princesses, vraiment ? C’était elle qui était censée l’être, pas eux. Mais en y réfléchissant, Mackenzie n’avait jamais rien eu d’une princesse. Elle était plutôt le genre de fille à briser les contes de fée, à incarner la princesse grossière et très peu délicate. Malgré tout, il l’appréciait telle qu’elle était. C’était une amie sur qui il avait toujours pu compter, notamment en ce qui concernait les coups bas qu’il faisait à ceux qu’ils n’aimaient pas.
« C’est toi la fille, t’es censée mettre une heure à te parfumer ! » S'exclama Jayden derrière la porte tandis qu’il enfilait le pantalon qui faisait partie de son costard.
Franchement, plus le temps avançait et plus il se demandait s’il avait fait d’accepter de venir. Il avait catégoriquement dit non la première fois mais Mackenzie avait insisté et il avait cédé. Pourquoi avait-il fait ça ? Cela allait être ennuyeux à souhait… Voir tous ces gens danser sachant que lui-même ne savait pas danser allait vraiment lui donner l’envie de partir illico presto. Il pouvait toujours revenir en arrière, remettre son pyjama et dire que finalement il n’en avait plus l’envie ‒ s’il l’avait eue un jour‒ mais ses mains refusaient d’enlever ce pantalon et elles s’attardèrent sur sa veste.
« Si dans cinq minutes vous n'êtes pas dans la salle commune je vous laisse y aller seuls! » Continua son amie.
Il ne se dépêcha pas pour autant et Sage lui renvoya le même type de regard que tout à l’heure. De toute façon, il savait qu’il irait dans tous les cas dans cette salle de bal avec son meilleur ami… et Skat. Oui, depuis qu’ils l’avaient rencontré, ils passaient beaucoup de temps avec ce nouveau qui avait toujours l’air un peu paumé. Il était clair que cette amitié resterait fausse et Jayden aimait beaucoup l’idée de faire rager Jade à cause de ça. Il se montrait plutôt sympathique en sa compagnie mais il prenait plaisir à le tailler dans son dos en compagnie de Sage et de Mackenzie. Skat, c’était leur petit gibier. D’ailleurs, ce soir, il avait l’air encore plus rouge de honte que d’habitude et c’était assez ridicule à voir.

Durant quelques minutes, il continua de se plaindre de cette soirée auprès des deux garçons, racontant à quel point ils allaient s’ennuyer comme des rats morts. Ce costard n’était même pas le genre de vêtements dont il avait l’habitude de porter et il avait même cru à un cadeau empoisonné la première fois qu’il l’avait reçu. Le colis avait été signé Ashley et au départ, il avait eu en face de lui une robe pour fille bien dégoûtante. Il lui en avait voulu durant des jours jusqu’à ce que le sortilège mis en place par sa frangine ne prenne fin et que la robe laisse place à un costard digne de ce nom. Les farces de ce style, c’était bien dans son genre à celle-là… Et d’un autre côté, il avait rapidement cessé de lui en tenir rigueur puisqu’elle lui manquait. Son exclusion du château pour un nouveau trafic de substances étranges avait été définitive et cela n’avait pas l’air de l’avoir alarmée plus que cela. Mais elle lui manquait, ça c’était sûr.
Finalisant sa coiffure sans trop de problèmes ‒ il n’avait pas de boucles ‒ il ajusta une dernière fois sa veste avant de se regarder une dernière fois dans le miroir. Normalement, c’était bon !
Lorsqu’ils se rendirent tous les trois dans la salle commune, Mackenzie les attendait, totalement métamorphosée. Jayden écarquilla presque les yeux et ne dit point mot. C’était bien Mackenzie, celle-là ?

« Enfin! J'ai failli vous attendre! » Dit-elle sur un air arrogant et pressé.
« Depuis quand tu portes des robes toi ? C’est maman qui te l’a envoyé et forcé à la mettre ? T’as l’intention de draguer quelqu’un où quoi ? »
Sage venait d’expliciter la pensée exacte de Jayden. Sincèrement, il n’arrivait pas à croire qu’il s’agissait bien de son amie. Elle semblait bien différente avec cette jolie robe et ces artifices sur le visage.
« C’est du maquillage ?! Tu as mis du maquillage ?! » Reprit son meilleur ami lorsqu’il put s’approcher de sa sœur.
Le changement était clairement radical, c’était le cas de le dire. En fait, il l’avait tellement considéré comme une sorte de garçon manqué que cela le choquait presque de la voir être capable d’être féminine. Ce n’était pas un mal mais il était trop habitué à son aspect naturel.
« Ca te va bien. Mais ça reste...inhabituel. » Se contenta-t-il de dire.

Sur ces derniers mots, ils quittèrent ensemble les cachots pour se rendre dans la salle du bal où déjà toute une foule s’était formée à l’intérieur. Il faisait chaud, bien trop chaud. La fraicheur des cachots manquait déjà à notre deuxième année qui regrettait de plus en plus d’être venu à chaque pas qu’il effectuait. Il jeta un bref coup d’œil à Skat qui était encore plus bizarre qu’à l’accoutumée et rouge cramoisi quand Mackenzie prenait la parole. C’était à croire qu’elle le mettait très mal à l’aise un peu trop souvent. Il plissa les yeux tout en l’observant discrètement et il se posa quelques questions à ce sujet. Mais rapidement, son attention fut vite détournée par le décor de la Grande Salle, aménagée bien différemment. Il ouvrit la bouche mais aucun son n’en sortit. C’était époustouflant. On aurait dit qu’ils avaient tous changé d’univers en passant la porte. Une neige presque vraie tombait sur les élèves et s’essoufflait à quelques centimètres du sol. Un buffet énorme trônait à la place de la table des professeurs, mettant par la même occasion en valeur le grand sapin orné de mille boules et de guirlandes aux couleurs scintillantes. Pendant plusieurs minutes, il détailla l’ensemble de la pièce sans s’occuper de ce que pouvaient bien dire Sage et Mackenzie. Il revint à la réalité quand la voix grave du directeur s’éleva dans les airs.

« Je vous souhaite avant toute chose, et un peu en avance puisque je n'aurai pas l'occasion de le faire plus tard, d'excellentes vacances et de bonnes fêtes de fin d'année. J'espère que cette soirée permettra de resserrer les liens entre vous....»
Jayden tira une grimace. Il n’avait plus confiance en Londubat depuis l’événement de Halloween. Il l’avait plutôt bien pris à la fin mais il considérait qu’il y avait d’autres façons de faire passer le message qu’il avait voulu leur faire comprendre. C’était quand même cool d’avoir tenté d’échapper à des chasseurs fous mais il espérait bien que ce Noël puisse se dérouler normalement. A la rigueur, il n’était pas contre l’arrivée d’un père fouettard venu offrir des cadeaux surprises ou empoisonnés ‒ au hasard ‒aux élèves. Avec un peu de chance, il pourrait bien s’en tirer et se moquer ouvertement des malchanceux.
Il écouta vaguement la fin du discours, captant au passage le regard désespéré de Mackenzie. La musique commença ensuite à se faire entendre, signant le début de cette soirée ennuyante. La foule s’agita, se déplaça vers le buffet ou vers la piste de danse. Le Serpentard n’arrivait pas à comprendre l’enthousiasme qui semblait nourrir chaque sourire de ces élèves et professeurs qui riaient et partageaient des moments complices avec leurs cavaliers. Il aurait tellement voulu que Ashley soit là pour qu’elle puisse le faire rire en se ramenant avec un costume inapproprié. Au fond, cela l’aurait agacé mais il aurait adoré le voir en vrai. Toutes ces choses-là n’étaient malheureusement plus possibles…

« Voyez qui nous a fait l'honneur de se présenter ce soir. Vous ne pouvez pas la rater elle louche sur le buffet et est habillée avec un sac poubelle. » Glissa Mackenzie à l’oreille de Sage et Jayden, à l’abri de celles de Skat.
Jayden suivit la trajectoire de ses yeux du regard et esquissa un sourire mauvais. Alors comme ça, elle aussi avait décidé de se pointer au bal ? Mais avec sa tronche de gueuse, cela ne pouvait que briser la glace et la magie de Noël. Elle aurait mieux fait de rester dans sa chambre.
« Elle doit avoir le parfum qui vient avec ; “ Brise de détritus numéro 4”.
‒ Et puis cette tunique à pois, on dirait un vêtement de grand-mère. » Glissa-t-il à son tour de façon dédaigneuse et moqueuse.
Ils rirent aux éclats avant que la seule fille du groupe ne décide de passer un bras autour des épaules de Sage. Elle aimait en rajouter une couche mais cette fois-ci, elle mima un air totalement sérieux et sans le cacher à Skat.
« Je comprends pas pourquoi tu ne cours pas inviter Jade à danser petit frère on a très bien remarqué que tu en mourrais d'envie avec Jayden, hein Jay? »
Il ricana, oubliant durant un instant la fameuse solidarité des meilleurs amis mais il ne s’en voulut pas vraiment ; ce n’était qu’une blague, rien de bien sérieux même si sa sœur savait faire semblant de l’être. Skat tomba dans le panneau et il fut le premier à répondre par l’affirmative.
« Oui. Peut-être même Jade elle sera contente de Sage qui l’invite pour la danse. Ça ferait comme pour faire plus la guerre. »
Comme pour faire plus la guerre… Oui, bien sûr. Cette guerre ne s’arrêterait jamais, c’était certain. Sage et Jade étaient bien trop différents pour copiner et quand bien même ils le feraient, ce serait une pure déception. Mais pour ne pas briser l’harmonie de la plaisanterie, Jayden alla dans le sens de son amie, toujours en ayant un sourire espiègle.
« Ouais, c’est vrai que ces temps-ci, elle n’arrêtait pas de te regarder bizarrement comme si elle voulait que tu l’invites à être ta cavalière. »
La gueulante ne tarda pas à arriver suite à cela.
« On vous a lancé un sort de confusion ?! À moins que vous ne soyez tous complètement défoncés ! Pas question que j’invite “Jade” à danser. Pas ce soir et même jamais. Je préfèrerais me faire couper les quatres membres plutôt que de devoir danser avec elle ! »
C’était prévisible comme réaction mais toujours bon à prendre pour détendre l’atmosphère et s’occuper un peu. En compagnie de Mackenzie, Jayden eut du mal à s’arrêter de rire. Il n’avait pas non plus l’envie de froisser Sage mais il espérait que celui-ci comprenne que ce n’était pas du tout sérieux.
« T’inquiète pas, on avait compris depuis le temps. » Lui dit-il en le tapotant brièvement au niveau de l’épaule.

Cette haine envers Jade restait un bon spectacle, parfois. Rien qu’en classe, cela donnait des situations cocasses ou ridicules mais qui valaient le coup d’y assister. Se passerait-il quelque chose ce soir entre eux ? Pour l’heure, personne ne pouvait le savoir. Jayden observa une dernière fois la Poufsouffle près du buffet et il constata qu’elle était en compagnie de Joanne mais pas de Roxy, Shynnagh et de Madison. C’était curieux. Elles étaient toujours en groupe d’habitude, incapables de se lâcher les unes des autres comme des petites sangsues qui se partageaient le sang. Est-ce que Madison était vraiment absente ? Il la chercha dans le coin mais la petite blonde au fameux sourire ne semblait pas avoir fait son apparition et il avait du mal à l’imaginer loin des festivités alors qu’elle était censée adorer ce genre de choses, en compagnie de plein de personnes qu’elle devait connaître.

« Maintenant qu’on a régler votre bulle au cerveau, on va chercher un truc à boire ? »
Cette question le tira temporairement de ses pensées. Il hocha la tête et prit la tête du groupe pour entamer la marche vers le buffet. Il en profita pour demander à Mackenzie :
« Roxy, Shynnagh et Madison sont-elles malades ? Je ne vois que la tête de lutin de Joanne aux côtés de la grosse Jade. Pas que je m’inquiète pour elles, bien sûr que non. C’est juste une question. »


by FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5970-professeur-morgana-h-burgess-quel-plus-bel-art-que-celui-des-potions-termineehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5973-morgana-chaque-annee-un-nouveau-depart-et-de-nouvelles-tetes#138879http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6052-morgana-ecrire-cest-une-facon-de-parler-sans-etre-interrompuhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6053-morgana-hibou-express

Arrivé(e) le : 13/03/2016
Parchemins rédigés : 772
Points : 25
Crédit : lilany - Olivia Wilde
Année : Professeur de Potions & Directrice de Serpentard

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Tasha E. Lennox-Blackwood & Narcissa A. Breckenridge & Jayden S. Rosenbach

MessageSujet: Re: Joyeux Noël ! [INSCRITS]   Ven 5 Jan - 6:22

Bal de Noël
EXORDIUM.
Se charrier de cette manière n’avait rien de méchant mais c’était sûrement une petite trace du passé qui demeurait tout en évoluant. Je me souviens comme si c’était hier du premier soir où nous nous étions vus dans ce château, il y a bientôt deux ans. Il m’avait froidement accueillie alors que j’avais tenté de lui faire comprendre que les choses avaient changé de mon côté. J’avais pensé qu’un peu de temps suffirait à l’ouvrir à ce sujet mais il avait fini par me froisser et à me rendre plus hostile à son égard les semaines suivantes. Tout ce parcours laborieux aura finalement débouché sur une fin plus pacifiste qu’on n’aurait pu le penser.

« Bonsoir, Morgana. Peut-être bien, qui sait. Il faut bien que je sois à la hauteur de ta robe sapin. »

Une réplique fidèle à sa signature comme on pouvait s’y attendre. Il utilisait mon sarcasme contre moi, ce qui avait le don de m’amuser dans cette situation. Je ne répondis rien d’autre, laissant mon sourire lui sous-entendre ma pensée. Ensemble, nous prîmes la direction de la Grande Salle où le brouhaha général commençait à se faire entendre au fil de nos pas. Notre ‘couple’ attira les regards des élèves que nous croisions sur notre chemin mais les réactions n’allèrent pas plus loin que la simple surprise. Les grandes portes déjà ouvertes donnèrent sur un paysage enneigé et spacieux très séduisant et convaincant. La magie opérée aux quatre coins de la pièce suffisait à émerveiller la majorité des sorciers. Je connaissais certains trucs mais je ne doutais pas que la magnificence de ce décor dans son ensemble relevait des secrets d’enchantement de mon collègue qui y avait naturellement participé.

« Joli travail. » Lui glissai-je.

Nous nous installâmes dans un coin tranquille le temps d’échanger quelques banalités au milieu de toutes ces conversations inaudibles. Et bientôt, la cacophonie s’estompa lorsque le directeur attira les centaines de paires de yeux vers sa position. Située non-loin de lui, je l’observai de profil, curieuse d’entendre son discours de mise en ambiance. Ses propos avaient de la portée mais elles restaient floues, comme s’il y avait quelque chose de plus important et de notable derrière l’organisation de ce bal. Lorsqu’il définit le but de cette soirée comme étant le fait de se mettre à la place des autres, je jetai un regard dubitatif à Aaron qui sembla bien me le rendre. Il n’était pas étonnant que les directeurs de Poudlard avaient tendance à lâcher quelques expressions insaisissables ou farfelues mais dans ces paroles se tapissait quelque chose qui possédait réellement un sens concret. Il m’était plus facile d’imaginer qu’il ne s’agissait que de mots puisque je n’avais pas été prévenue de quoi que ce soit en matière d’événement mais étant donné que les informations que l’on nous avait données au sujet d’Halloween n’avait jamais concerné les massacres fictifs auxquels les élèves avaient dû participer, je pouvais aussi me permettre de m’en méfier.

Le silence fut à nouveau roi jusqu’à ce que la musique ne se lance. Le directeur observa une dernière fois l’assemblée avant de se retirer du centre de l’attention. Apparemment, son discours en avait laissé plus d’un perplexe et j’avais donc le sentiment que mes doutes étaient partagés par bien d’autres.

« T’as pas l’impression que son discours est bizarre ? On dirait qu’il a une idée derrière la tête. »

Je me tournai vers Aaron, constatant à cet instant que je faisais presque la même taille que lui du haut de mes escarpins. A lui aussi, cela lui avait donné la même impression… Je me mordillai la lèvre inférieure, montrant à mon tour mon scepticisme.

« Je pense aussi. Ce qui est sûr, c’est que nous ne sommes au courant de rien s’il va vraiment se passer quelque chose, répondis-je sérieusement avant d’ajouter en haussant les épaules. Nous verrons bien. »

Nous ne pouvions effectivement rien faire d’autre qu’attendre et voir en espérant que la surprise ne soit pas de mauvais goût. Après le fiasco d’Halloween, c’était le moins que le directeur puisse faire pour se rattraper de cette bourde. En attendant, il valait mieux profiter de l’atmosphère joyeuse qui se dégageait de toutes parts. Les gens ne s’étaient pas gênés pour se servir en petits mets ou bien pour se déhancher sur la piste. Le château n’avait jamais été aussi gai depuis des mois et il semblait que durant l’espace d’une soirée, la plupart des maux du passé avaient tout simplement disparu. Ils emportaient dans leur danse leurs tracas et s’en émanaient de leurs mouvements ce qui semblait être une jovialité nouvelle.

« Alors, vous voulez boire un verre, mademoiselle ? »
Aaron attira de nouveau mon regard et m’extirpa un autre sourire. L’air maniéré qu’il venait de prendre signa le début d’un faux jeu de séduction. Puisque nous n’étions pas loin du buffet, je ne voyais pas de raison de ne pas nous y rendre.
« Je ne peux évidemment pas vous refuser cela, ce sera donc avec plaisir. » Répondis-je sur le même ton.

Bras dessus, bras dessous, nous menâmes nos pas vers notre nouvelle destination qui attirait la convoitise de plus en plus de personnes. Il y avait beaucoup de choix pour satisfaire les plus difficiles élèves et comme prévu, il n’y avait pas d’alcool. Pas même pour nous. Ce n’était pas indispensable en soi, très loin de là, mais l’idée de taquiner mon accompagnateur à ce sujet était tentante.

« Je voudrais bien un jus à la canneberge, s’il te plait. »
Je marquai une pause le temps qu’il m’offre la boisson avant de poursuivre avec la même malice que tout à l’heure :
« Tout est sans alcool à ton plus grand déplaisir. Au moins, ça t’évitera de te rappeler de quelques souvenirs, ce n’est pas si mal. »
L’ironie venait surtout du fait que je venais moi-même de les lui rappeler mais j’en jugeai qu’il était bon d’en rire maintenant plutôt que de s’en plaindre comme nous l’avions souvent fait.




The past is behind us
“We can easily forgive a child who is afraid of the dark; the real tragedy of life is when men are afraid of the light.” @platon ≈ › (c) alaska.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 25/11/2017
Parchemins rédigés : 81
Points : 1
Année : 3ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Madison P. Leynd

MessageSujet: Re: Joyeux Noël ! [INSCRITS]   Ven 5 Jan - 14:23

❝Bal de Noël❞
- Les élèves & Kenny -
On a pas à pousser la porte d'un bal pour s'amuser. Il suffit d'un peu de bonne humeur d'un peu d'entrain et surtout de beaucoup de malice. Il ne suffit pas d'une robe et de faux sourires pour se faire aimer, il faut être soit même et se donner les moyens de réussir. Pourquoi aller à un bal alors? Pour rien. Mais quand le diable frappe à la porte qui le refuserait?
Pour rien au monde Kenny ne regretterait d'aller à ce bal accompagnée de ses amis Serpentard et de son frère. L'on s'amusait davantage lorsqu'on était plusieurs et avec Jayden et Sage aucune raison que cette soirée tourne à l'ennui. L'ennui était un mot à bannir de leur vocabulaire lorsqu'ils se retrouvaient ensemble. Par contre, elle aurait pu mourir d'ennui en les attendant. Qui aurait cru que les garçons seraient aussi long à se préparer? Ils pouvaient bien dire des filles mais ils passaient davantage de temps devant la glace que ces dernières. « C’est toi la fille, t’es censée mettre une heure à te parfumer ! » Malheureusement pour Jayden, c'était mal connaître la jeune Sinclair qui se fichait éperdument de ce que pouvait penser les autres quand à sa tenue, à sa coiffure et à son absence de maquillage habituel. Elle leva les yeux au ciel, signe de son agacement. Aujourd'hui même si elle avait fait des efforts elle avait à peine dépassé le temps qu'elle mettait d'habitude pour se préparer par contre eux s'étaient enfermés depuis des heures dans ce dortoir! Des heures! Elle aurait très bien pu les rejoindre, mais le but étant qu'il se bouge un peu, elle n'allait pas leur faire ce plaisir. Son impatience légendaire dépassait même les limite de l'inimaginable et en conséquences elle râlait encore plus qu'à l'habituel. Mais que voulez-vous? Mackenzie avec ou sans robe restait tout de même Mackenzie. Enfin presque...« Depuis quand tu portes des robes toi ? C’est maman qui te l’a envoyé et forcé à la mettre ? T’as l’intention de draguer quelqu’un où quoi ? » Patientant dans la salle commune elle se tourna vers les garçons qui venaient de franchir les portes de leurs dortoirs. Entre amusement et incertitude Sage ne se privait pas pour charrier sa soeur, à peine la soirée commencée. C'était tellement gentil de la part de son frère de la faire passer pour une clocharde devant ses amis qu'elle ne put que lui adressait un regard noir. Non mais avait-il l'habitude de porter des costumes lui aussi? Pour quelle occasion se serait-elle permis d'arriver en jean et en basket à un bal? Elle avait mit une robe justement pour changer, elle était distinguée tout de même, pas un vulgaire garçon manquée comme elle l'était à son habitude. Elle pouvait être féminine également et pas seulement pour sauter sur tout ce qui bougeait. Draguer? Elle écarquilla les yeux face aux idioties de son petit frère. "Sache que maman n'y est pour rien, elle m'a bien envoyé cette robe mais tu sais bien que même si elle m'avait forcé je ne l'aurais mise qu'une fois décidée. Et puis c'est un bal je n'allais quand même pas me ramener en jean! Et puis n'importe quoi, je ne compte draguer personne! Et si tel était le cas en quoi cela te concernerait-il Sage? Je fais ce que je veux, je suis grande et vaccinée! D'ailleurs merci pour tes compliments ça fait toujours plaisir." Elle ponctua sa dernière phrase d'un petit mouvement de tête, l'air vexé. Elle qui allait s'apprêtait à lui dire qu'il était élégant...il pourra toujours courir maintenant! Sa bonne volonté et ses compliments ravalés, comme quoi on était toujours mieux servit par soi-même. Elle qui pensait que Sage aurait pu faire l'effort de dire qu'elle était jolie, elle pouvait elle aussi toujours rêver. Soudain elle remarqua que son frère la regardait bizarrement et retint un "quoi" agacé « C’est du maquillage ?! Tu as mis du maquillage ?! ». Elle leva les yeux au ciel. Sage se prenait dès fois pour son père et cela était agaçant à un point inimaginable. Elle faisait ce qu'elle voulait. Légèrement blessée elle posa son regard sur son frère à la recherche d'un truc à lui reprocher à lui aussi. Et pourtant, malgré son envie d'être mauvaise langue, Sage était parfait, à ses yeux, comme d'habitude. A part peut-être "Oui j'ai mis du maquillage, est-ce un crime? Moi au moins je ne n'ai pas l'air de mettre battue avec du gel pour cheveux" Si Sage avait hérité de belles boucles, Mackenzie elle avait les cheveux lisses et n'avait pour conséquent pas besoin de dresser sa chevelure rebelle. Chevelure un peu longue chez son frère qu'il avait du mal à dompter. "Ca te va bien" Elle se tourna vers son ami et lui sourit. Au moins Jayden était bien élevée en compagnie d'une dame. "Merci Jay" Elle savait qu'elle pouvait toujours compter sur son ami pour la soutenir, même quand il s'agissait de vêtements, de maquillages et de coiffures. Elle avait fait des efforts et quelqu'un lui disait enfin que ça lui allait bien elle commençait à avoir peur. Elle haussa un sourcil en direction de son frère comme pour lui dire de manière silencieuse "Heureusement que ton meilleur ami connaît les bonnes manières Sage Sinclair" Enfin...elle avait peut-être parlé un peu vite "Mais ça reste...inhabituel." Il aurait pu se contenter de la première phrase. Kenny ne savait que trop bien que tout ceci, que tout cet artifice était inhabituel chez elle mais elle avait voulu changer, faire des efforts. La prochaine fois elle ne s'embêterait pas elle viendrait en salopette et chapeau de paille on verra laquelle des deux versions les garçons préféreront. Il n'y avait que Skat qui s'était contenté de garder la tête basse sans émettre le moindre commentaire et au vu de deux autres, cela ne pouvait être que préférable. Avait-il seulement remarqué qu'elle avait quelque peu changé? Après tout, qu'est-ce qu'elle en avait à faire? Elle se contenta de sourire de nouveau et d'entrainer les garçons à sa suite vers la Salle de bal.

« Elle doit avoir le parfum qui vient avec ; “ Brise de détritus numéro 4”. » Kenny pouffa doucement le regard toujours rivé sur Shepherd tandis que Jayden argumentait à son tour quand à sa robe de grand-mère. La soeur de Skat avait eut le malheur de passer elle aussi les portes du bal. Malheur tout d'abord pour Kenny et ses acolytes car ils devront sûrement se la coltiner toute la soirée et encore ils avaient de la chance toutes les perruches qui l'entouraient d'habitude n'étaient pas avec elle mais Griffith était assez agaçante toute seule pour ne pas qu'on en rajoute trois autres de plus. Puis malheur aussi pour Jade car une fois en ligne de mire de la jeune Serpentarde elle ne se débarrassait pas de cette impression de sifflement dans les oreilles jusqu'à la fin de la soirée. Des amis. Des ennemis. De la bonne musique. Tout pour une soirée réussit. Elle n'était pas venue pour quelque chose en particulier ses amis et son frère lui suffisait, elle était bien contente d'ailleurs de pavaner au côté de Skat juste pour voir une grimace sur le visage immonde de ce dindon de Jade. Elle remarqua que son frère cherchait quelqu'un discrètement et Jayden également. Elle ne leur avait même pas demandé si ils avaient invité une fille à les rejoindre. Qu'importe. Elle verrait bien de toute façon. Ne trouvant pas Cruz du premier coup d'oeil elle laissa de nouveau son esprit divaguer pour trouver une blague à faire à son petit frère. Il ne pourrait rien dire, il l'avait bien cherché tout à l'heure. La vanne ne tarda pas à sortir des lèvres de Kenny qui prit plaisir à intégrer un Skat bien silencieux dans son plan machiavélique. Sage n'allait pas tarder à s'arracher les cheveux dans 3 « Oui. Peut-être même Jade elle sera contente de Sage qui l’invite pour la danse. Ça ferait comme pour faire plus la guerre. » 2 « Ouais, c’est vrai que ces temps-ci, elle n’arrêtait pas de te regarder bizarrement comme si elle voulait que tu l’invites à être ta cavalière. » 1 « On vous a lancé un sort de confusion ?! À moins que vous ne soyez tous complètement défoncés ! Pas question que j’invite “Jade” à danser. Pas ce soir et même jamais. Je préfèrerais me faire couper les quatres membres plutôt que de devoir danser avec elle ! » Pauvre petit regard innocent vers Sage et sourire en coin avec Jayden ils finirent par éclater de rire tous les deux. Ce bal commençait drôlement bien et il promettait d'être fort intéressant. Elle remercia silencieusement les garçons qui avait suivis dans son jeu. Tout du moins si Skat n'avait pas réellement cru qu'elle avait été sérieuse sur ce coup là. Elle n'espérait pas détruire Poudlard ce soir, ni perdre son frère face à cette enragée du ciboulot alors. La jeune fille se sentit un peu vache d'avoir fait un coup pareil au jeune homme qui avait marché dans son jeu sans savoir que tout ceci n'était qu'une blague. Skat était bien trop naïf parfois mais cela ne l'empêchait pas d'être gentil. D'ailleurs il n'était pas d'une compagnie embêtante, il suivait souvent et était très peu bavard. Mais vraiment très peu. Peut-être un peu trop même. Cela ne devait pas être facile pour lui mais après tout qu'est-ce que la jeune fille y pouvait? Sa compagnie ce soir avec leur petit groupe n'était en rien au départ pour faire rager Jade. Ils ne savaient même pas que la Poufsouffle allait venir au bal. Non. Skat passait beaucoup de temps avec eux et Kenny avait fini par apprendre petit à petit à le connaître. On allait dire que ses amis ne courrait pas les rues non plus. Skat était devenu une sorte d'ami pour eux et c'était donc tout naturel qu'il vienne avec eux. Si en plus ils pouvaient faire rager Jade...que demander de mieux? Tandis que Jayden rassurait son meilleur ami au bord de la crise de nerf elle se dirigea vers Skat "Pour des raisons de sécurités ainsi que de survie de ta soeur et de mon frère je crois que nous allons laisser tomber cette danse. Ils seraient bien capable de se découper en plein milieu de la salle si on les laissait faire et le bal serait complètement fichu. On va les laisser tranquille...pour l'instant" Elle se tourna vers le jeune homme et lui adressa un sourire complice. La soirée ne faisait que commencer, et si elle continuait de cette manière, Kenny finirait pas aimer de genre de soirée. Elle n'était pas une grande fan de toutes ces paillettes et ces faux semblants. La franchise et le naturel était pour elle une seconde nature et être ce soir dans cette salle, avec une robe, un maquillage léger, une coiffure donc les pinces lui rentrait dans la tête ainsi que le désir de bien faire, ce n'était pas naturel. Les garçons avaient raisons. C'était inhabituel chez elle. Elle avait voulu faire un peu de changement, elle n'aurait pas pu trouver mieux. Le jeune garçon à ses côtés ne semblait pas plus à l'aise qu'elle. Le costume et tout ce qui allait avec ce n'était certainement pas pour lui non plus. Kenny eut un petit sourire de compassion sur ce coup là, elle le comprenait. "T'inquiète pas Saša, ça va bien se passer et ça te va plutôt bien le costume d'ailleurs" Un peu de gentillesse n'avait jamais tué personne et Jade était toujours en train de les fixer. D'ailleurs Mackenzie se retenait de lui tirer la langue. Mais cela serait sans doute trop puéril et inadapté à la situation. Elle ferait comme si elle n'existait pas. Comme la plupart du temps.

« Maintenant qu’on a régler votre bulle au cerveau, on va chercher un truc à boire ? » Ne lui dite pas qu'il était encore fâché ou même vexé qu'ils lui aient proposé l'idée pour la blague de tout à l'heure quand même? Elle rigola doucement et rejoignit Sage et Jayden accompagné de Skat. "On te suit!" La fête était tellement plus agréable avec son frère, Jayden et Skat et cela la mettait plus à l'aise que si elle devait s'y rendre seule. Sans repère. Déjà qu'elle ne parvenait à trouver Cruz pour lui demander quelques conseils, il ne manquerait plus qu'elle soit larguée dans cette salle seule et sans attache. Elle rejoignit Jayden en tête du groupe et laissa Skat et Sage derrière eux. Peut-être avait-il des trucs à se dire, des conseils de garçons, mais en tout cas Jayden avait une question pour la jeune Sinclair qui la prit quelque peu au dépourvu. Roxy? Shynnagh? Madison? Malade? Elle n'en avait aucune idée. Elle n'était ni infirmière, ni assez bête pour trainer dans les pattes de Jade et ses amies. Elle était quand même au dessus de tout ça. Kenny plissa les yeux se demandant réellement la véritable question de son ami qui appuyait sur le fait qu'il ne s'inquiétait pas et que c'était juste de la curiosité. Ouais...ouais...à d'autres! Mais Jayden était son frère d'armes et il aurait très bien pu être un autre de ses petits frères. Elle ne passait pas son temps à se moquer de ses amis c'était tellement plus drôle quand ses ennemis essayaient de lui rendre la pareille. Elle disait bien essayé car ce n'était jamais facile de coincer la fille Sinclair. Dans le groupe que Jayden venait de lui dire elle ne connaissait vraiment que Roxy. L'amie de Sage. Elle était sympa cette fille, même si amie avec Jade, elle ne lui ressemblait pas temps que ça. Heureusement, qui aimerait ressembler à un cochon boiteux? Shyn...Shy...Shy-truc quand à elle, la jeune fille était bien contente de ne pas la voir ici. Elle collait un peu trop son petit frère à son goût et cela ne l'enchantait guère. Quand à la catastrophe ambulante plus connue sous le nom de Madison, à part le fait d'être amie avec Jade et d'être une véritable gourde elle n'avait pas grand chose à lui reprocher pour l'instant. D'ailleurs cette dernière était amie avec Skat et Jayden alors elle essayait de ne pas trop interférer. "Je sais pas. M'as-tu déjà vu trainer avec elle? Et je vais pas aller demander à Jade pour tes beaux yeux. Mais je pense que Roxy en a assez bavé au bal de l'année dernière et compte tenu du déroulement d'halloween je pense pas qu'elle ait eu envie de venir ce soir. Et tu sais bien que Madison ne lâcherait jamais sa copine d'un millimètre alors si Roxy est resté dans le dortoir, il est fort proposable qu'elle y soit aussi quand à l'autre j'en sais rien. Peut-être qu'elle aime pas danser, c'est pas plus mal qu'elle soit pas là d'ailleurs elle. Puis on en a assez de deux, les deux plus chiantes-lourdingues en plus, t'es pas d'accord?" Si Jayden avait décidé d'en inviter une des trois à danser...il devrait se tourner vers quelqu'un d'autre. Lui ferait-elle l'affront d'aller danser avec Joanne? Elle ne retrouverait ni son frère, ni son ami si tel était le cas. "C'est juste de la curiosité ou bien..." plaisanta-t-elle. Tout compte fait, ils étaient mieux ensemble.

Arrivée au buffet elle prit un verre avant d'y boire une gorgée. La salle était pleine à craquer et il faisait vraiment chaud. Elle prit le temps de regarder les autres élèves et il fallait avouer que beaucoup dansaient sur la piste de danse. Elle y reconnu d'ailleurs Cruz qui dansait avec Isidore, un mec de Serpentard qui s'entendait bien avec Sage. Elle se promit d'aller voir son modèle un peu plus tard dans la soirée pour qu'elle l'aide à ne pas se faire engloutir par tout ce qu'elle devait et ne pouvait faire. Et aussi des conseils pour envoyer balader les gens sans être euh...désagréable? Sans aucun doute. Elle ne pouvait pas parler de ça avec les garçons...c'était le problème. Quand on avait l'habitude de trainer avec des gars il ne fallait pas s'attendre à pourvoir recevoir des conseils d'eux et encore moins des compliments apparement. Elle se tourna vers les trois garçons "Au fait...un de vous trois sait danser?" Non pas que l'envie lui prenait d'aller danser mais elle est la danse ça faisait plutôt deux. Elle pouvait certes se montrer gracieuse et n'aurait qu'à recopier les pas de ses aînées pour exécuter une valse mais de loin l'envie de se faire passer pour la seule gourde ici, elle préférait savoir ce qu'il en était de ses amis.
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 15/11/2017
Parchemins rédigés : 383
Points : 7
Crédit : Selena Gomez
Année : Première année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Non

MessageSujet: Re: Joyeux Noël ! [INSCRITS]   Ven 5 Jan - 21:55



À en juger par l’air épouvanté de mon cavalier qui suivait des yeux ladite « surprise » en pleine action, appuyée par les cris et le bruit des pas fuyants, j’avais réussi. Du moins, durant un temps relativement court. À peine quelques minutes que la citrouille était lâchée, que l’un des enseignants de l’école dont je n’avais pas encore fait la connaissance, avait pointé sa baguette sur mon seau citrouille avant d’en faire jaillir un sortilège qui eut pour effet immédiat l’annulation du maléfice. Le seau citrouille croqueur fit deux brefs sauts, avant de s’arrêter net. Le contre sort avait été jeté de façon précise et déterminée, ne laissant aucune place à l’erreur. Je m’étais arrêtée de rire depuis longtemps, la mine quelque peu sombre, mais je me retenais de ne pas laisser transparaître la colère qui m’animait secrètement. À ce stade, pourvu que le directeur n’ait pas raté une miette du spectacle que je lui avais préparé avec soin.

« J’espère que le spectacle t’aura quelque peu diverti ? rétorquai-je d’un sourire crispé à l’attention de Wyatt. Il s’est achevé un peu vite, mais ça valait le coup d’essayer ! »

Le professeur en question qui avait contré le maléfice se posta soudain devant nous. Je sentis plus que je ne vis mon cavalier se tendre à ma gauche. Il s’efforçait de garder contenance, mais le connaissant bien, je pouvais me douter de ce qu’il pensait : « On n’est pas sortis de l’auberge ! ». Le professeur dont je ne connaissais pas le nom nous toisa de toute sa hauteur. L’air froid et intransigeant, mais le regard calme et insondable, il s’adressa à moi d’une voix étrangement calme :

« Mademoiselle, pour le reste de la soirée vous ne vous éloignez pas à plus de trois mètres de moi. Et demain, je vous veux dans mon bureau pour que l’on revienne sur cet incident. Je vous laisse une chance, ne faites pas plus d’une vague ce soir, laissez l’ensemble des personnes ici passer une soirée agréable et la discussion que nous aurons sera rapide. »

On ne pouvait pas être plus clair ! J’étais pétrifiée, liquéfiée par ce que je venais d’entendre. Comment avait-il su ? Comment avait-il fait pour me repérer ? Cet homme était-il seulement un humain ? J’avais pourtant fait preuve de prudence, d’où le recours à un enchantement à rebours. Peut-être m’avait-il repéré lorsque j’étais encore au buffet, avec Wyatt… Mais ça n’avait plus d’importance. Ces propos étaient on ne peut plus clairs, et je devais me faire toute petite, sinon quoi je pouvais risquer l’exclusion. C’est pourquoi, avant qu’il ne prenne mon silence pour du je-m’en-foutisme, je lui répondis d’une voix fluette :

« Oui, professeur. »

Défaitiste, avec un air de « celle qui a été prise la main dans le sac », je tâchai de suivre les prérogatives du professeur inconnu, à savoir, ne pas s’éloigner de lui « à plus de trois mètres ». Je lançais un regard désolé à Wyatt et lui murmurai :

« Tu peux t’en aller si tu veux, tu n’es pas obligé de rester avec moi. Ça risque de devenir pénible pour toi. Désolée d’avoir gâchée notre soirée. »

Au loin, j’aperçus le professeur Mandrake, qui à mes yeux était l’enseignant le plus digne de respect dans cette école. Je l’admirais depuis le premier jour, même si ses méthodes étaient des plus controversées. D’ailleurs, de ce que je pouvais voir avec cette cohue qui me dissimulait presque tout, le professeur, de profil au buffet, tenait mon seau citrouille à la main, l’auscultant avec la plus grande minutie. Je le regardais faire, fascinée. Et qu’elle ne fut pas ma surprise quand soudain, d’un mouvement précis de la main, il fit jaillir une flamme qui entoura la citrouille maléfique. Elle se consuma en trois secondes. J’en restai estomaquée, plus par admiration que par peur. Décidemment, ces professeurs me laissaient sans voix…

Légèrement tremblante, mais déterminée à montrer toute ma bonne volonté au professeur mystère, je m’approchai davantage de lui, hésitante :

« Professeur, pardon de vous déranger, mais… à quelle heure dois-je me présenter à votre bureau, demain ? Aussi, sans vouloir vous offenser, de quel bureau s’agit-il ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8025-skat-zovem-se-sasahttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8057-skat-zelite-li-biti-moj-prijateljhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8069-skat-lakse-je-pisati-nego-govoritihttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8070-skat-samo-nekoliko-rijeci

Arrivé(e) le : 07/02/2015
Parchemins rédigés : 3703
Points : 0
Crédit : (c)
Année : 3ème année - 13 ans

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Rioghbhardan O'Callaghan

MessageSujet: Re: Joyeux Noël ! [INSCRITS]   Sam 6 Jan - 19:07


joyeux noël
Skat & les fêtards

Peut-être que, sans la menace de Mackenzie, jamais Skat ne serait sorti de son dortoir. Il aurait trouvé une excuse, n’importe laquelle, pour ne pas avoir à s’y rendre. Sauf qu’elle était là et qu’il était hors de question de la décevoir. Rien ne lui disait qu’elle ne s’en fichait pas, évidemment, mais il préférait ne pas y penser. Quand bien même il ne savait pas toujours sur quel pied danser avec elle, il lui semblait qu’elle l’appréciait. Elle s’asseyait naturellement à côté de lui en classe et ne paraissait pas embêter à l’idée de lui parler… Sa soeur pouvait bien dire ce qu’elle voulait, il avait de la chance d’avoir des amis comme les Sinclair. Leur présence à ses côtés lui était rassurante. Et il y avait fort à parier que sa mère, elle, serait contente de voir qu’il était en mesure de trouver des gens sur qui compter. Un groupe soudé et intéressant qui l’appréciait pour ce qu’il était, tout simplement. Et tant bien si Jade n’était pas de cet avis. Lorsqu’il posa le pied dans la salle commune, le constat fut immédiat : il aurait regretté de ne pas s’y aventurer. Kenny était magnifique. C’était même pire que ça. Il se sentait indigne de poser les yeux sur elle tant elle était belle. « Depuis quand tu portes des robes toi ? C’est maman qui te l’a envoyée et forcée à la mettre ? T’as l’intention de draguer quelqu’un ou quoi ? » Cette dernière question lui fit un pincement au coeur qu’il attribua au fait qu’elle valait mieux que ça. Elle n’était pas de ces filles qui s’intéressaient aux garçons dès le plus jeune âge et empruntaient des chemins sombres et tortueux qui les embarquaient bien loin de toute vertu. C’était une fille bien. Elle avait le droit de s’habiller avec de jolis vêtements sans que ça soit mal interprété. « Sache que maman n'y est pour rien, elle m'a bien envoyé cette robe mais tu sais bien que même si elle m'avait forcée je ne l'aurais mise qu'une fois décidée. Et puis c'est un bal je n'allais quand même pas me ramener en jean ! Et puis n'importe quoi, je ne compte draguer personne ! Et si tel était le cas en quoi cela te concernerait-il Sage ? Je fais ce que je veux, je suis grande et vaccinée ! D'ailleurs merci pour tes compliments ça fait toujours plaisir. » La dispute entre le frère et la soeur le mit mal à l’aise. Ils étaient censés passer une bonne soirée tous les quatre, non ? « C’est du maquillage ?! Tu as mis du maquillage ?! » Ça lui allait bien. Non pas qu’il espérait qu’elle s’apprête ainsi tous les jours, elle était ravissante au naturel, mais il ne pouvait nier qu’elle était malgré tout très belle maquillée. Cela ne plaisait pas à Sage ? « Oui j'ai mis du maquillage, est-ce un crime ? Moi au moins je ne n'ai pas l'air de mettre battue avec du gel pour cheveux. » Leurs chamailleries n’avaient pas de fin. L’adolescent gardait le silence en espérant que l’orage passe, craignant d’aggraver les choses au moindre mot prononcé. Il ne voulait s’attirer les foudres ni de l’un ni de l’autre. « Ca te va bien. » Il ne pouvait qu’approuver Jayden. Ça lui allait bien. « Merci Jay. » Une pointe de jalousie s’insinua en lui. C’était ridicule. Il n’en laissa néanmoins rien paraître, osant à peine relever les yeux sur la scène qui se déroulait devant lui. « Mais ça reste…inhabituel. »

La soirée toute entière était inhabituelle en même temps. Parce qu’ils allaient souvent à des bals, eux ? Pour lui, c’était la première fois. La première fois qu’il voyait une salle aussi incroyable. La première fois qu’il se retrouvait de son plein gré au milieu de tous ces élèves pour s’amuser et faire la fête. Rien que ça, c’était nouveau. Normalement, à Noël, en dehors de plus de temps de prière, il n’y avait rien. Ni musique entraînante ni buffet à rallonge. Pas de gens bien habillés ni d’amis auprès de qui rester jusqu’au bout de la nuit… Toutefois, lorsque le sujet glissa sur sa soeur, le Serpentard ne se sentit pas très à l’aise. Comme s’il avait envie qu’elle danse avec Sage ! Il n’avait rien contre lui, loin de là, mais tout de même ! C’était sa soeur ! Il se surprit malgré tout à acquiescer bêtement, pour les jolies yeux de Mackenzie. « Ouais, c’est vrai que ces temps-ci, elle n’arrêtait pas de te regarder bizarrement comme si elle voulait que tu l’invites à être ta cavalière. » Son regard se reposa sur la Poufsouffle. Elle ne le regardait pas. Ni là ni jamais. Ou, tout du moins, il l’espérait. Il se souvenait de ses premières lettres et de la fascination malsaine qu’elle semblait éprouver pour l’infirmier Lennox. Elle n’avait pas jeté son dévolu sur son camarade, n’est-ce pas ? « On vous a lancé un sort de confusion ?! À moins que vous ne soyez tous complètement défoncés ! Pas question que j’invite “Jade” à danser. Pas ce soir et même jamais. Je préfèrerais me faire couper les quatre membres plutôt que de devoir danser avec elle ! » Skat se renfrogna légèrement. Ça n’était pas très drôle. Elle était très bien, Jade ! Qu’il n’ait pas envie de danser avec elle, c’était une chose, mais qu’il parle de l’idée comme si c’était une véritable torture, il n’appréciait absolument pas. Elle n’était peut-être pas un ange mais elle ne méritait pas qu’on parle d’elle comme ça ! Mackenzie remarqua-t-elle que quelque chose n’allait pas ? C’était à croire puisqu’elle choisit ce moment précis pour se rapprocher de lui. Son mouvement fit arriver jusqu’à lui les effluves de son parfum. Elle sentait aussi bon qu’elle était belle. La gêne augmenta d’un cran. « Pour des raisons de sécurités ainsi que de survie de ta soeur et de mon frère je crois que nous allons laisser tomber cette danse. » Une fois de plus, il hocha doucement la tête. C’était pas une bonne idée de toute façon, il n’en avait jamais douté. Mais il fallait mieux qu’elle en prenne conscience toute seule, il ne voulait pas être celui qui cherchait à la décourager. « Ils seraient bien capables de se découper en plein milieu de la salle si on les laissait faire et le bal serait complètement fichu. On va les laisser tranquilles...pour l’instant. » Silencieusement, il approuva. Elle pouvait même les laisser tranquilles jusqu’à la fin des temps si le coeur lui en disait, ça ne serait certainement pas lui qui irait contre ! Le sourire qu’elle lui adressa déclencha chez lui une vague de chaleur, augmentant son malaise. Il ne méritait décidément pas toute cette attention de sa part. Il en était honoré, forcément, mais ne comprenait pas ce qu’il avait fait pour avoir tant de chance ce soir. « T'inquiète pas Saša, ça va bien se passer et ça te va plutôt bien le costume d’ailleurs. » Son compliment le fit rougir brutalement. Et son nom dans sa bouche sonnait plus délicieusement que d’ordinaire. Un sourire maladroit étira ses lèvres. « J’ai pas dit tout à l’heure mais… mais t’es beaucoup belle. Vraiment beaucoup belle. » Et s’il avait connu d’autres mots pour rendre compte de sa beauté, soyez sûrs qu’il les aurait tous utilisés.

« Maintenant qu’on a réglé votre bulle au cerveau, on va chercher un truc à boire ? » Il n’en fallut pas davantage pour mettre fin à ce tête-à-tête inattendu. « On te suit ! » Un peu groggy par les secondes qui venaient de s’écouler, il leur emboîta le pas vers le buffet sans penser à être déçu de rejoindre les deux autres. Sa belle s’enfuit avec Jayden sans qu’il n’y trouve rien à redire, le laissant seul avec Sage. Le silence qui s’abattit sur le duo n’avait rien de gênant pour Skat qui rêvassait à ce que ce bal étrange pouvait avoir à offrir. Il n’en avait pas tant attendu alors il se voyait mal en attendre plus encore. Mais elle trouvait tout de même que ce costume lui allait bien. Lui n’était pas forcément du même avis mais quelle importance ? Lorsqu’il écrirait à sa génitrice pour la remercier de l’attention pour ce bal, il ne manquerait pas de mentionner ce fait. Oh, il tairait probablement qu’il s’agissait d’une fille et plus encore de cette fille mais qu’importe. C’était important qu’elle sache qu’elle ne s’était pas trompée, n’est-ce pas ? Bien sûr, il aurait préféré recevoir le colis de Jade, colis qu’elle avait totalement délaissé d’ailleurs (un beau gâchis !), mais Kenny avait suffi à effacer un peu le sentiment d’injustice qui l’avait rongé une partie de la journée. Une fois au buffet, le jeune homme attrapa un verre d’un geste intimidé mais, faisant naturellement comme les copains, il finit malgré tout par le porter à ses lèvres. N’avait-il pas l’air un peu stupide, là ? Il ne savait même pas ce qu’il était réellement censé faire… Il n’allait pas boire toute la soirée, ça n’avait aucun sens… D’autant plus qu’il n’avait même pas soif ! Peut-être qu’ils ne resteraient pas longtemps… Il ne serait pas véritablement dérangé par un départ précipité. Il s’était imposé de ne rien manger et ne savait même pas danser, comment pourrait-il espérer faire autre chose que tapisserie… Peut-être qu’il aurait dû y penser plus tôt… Avant de venir, par exemple… « Au fait… un de vous trois sait danser ? » Il avala de travers à sa question et toussota maladroitement avant de secouer la tête. Qu’il aurait aimé dire oui, poser ce verre et l’inviter à y aller ! La faire virevolter comme le faisaient les garçons qui évoluaient sur la piste… Mais non. Alors au lieu de ça, il se perdit dans la contemplation du liquide qu’il faisait tournoyer dans son verre. Bien maigre compensation mais il n’avait pas mieux pour l’instant…
Made by Neon Demon



You know that I've got something special, I feel so lucky to be me. Some people say that I'm a princess running wild but just look into my eyes cause now you're under my spell and I'm not gonna set you free !
Jaswinder Swindlehurst
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5702-aaron-winslow-no-need-for-the-wand-finihttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5705-aaron-winslow-relationships-never-die#132001http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5706-aaron-winslow-fiche-de-rp#132009http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5707-chris-le-facteur-volanthttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5708-le-hibou-express-d-aaron

Arrivé(e) le : 23/12/2015
Parchemins rédigés : 317
Points : 4
Crédit : June
PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Zach E. Thompson

MessageSujet: Re: Joyeux Noël ! [INSCRITS]   Sam 6 Jan - 20:00

    Ces taquineries étaient devenues monnaie courante depuis un moment, aussi elle ne s’étonna pas que je compare sa robe à un sapin. Elle devinait sans problèmes que malgré tout, je la trouvais très bien sa robe. Et que même si je ne le disais pas à haute voix, je le reconnaissais bien mieux qu’à l’époque où elle a débarqué au château. Ainsi, on n’avait rien à rajouter avant de rejoindre la salle de bal. Seuls nos sourires respectifs suffisaient à nous comprendre, quoiqu’ils laissaient tout de même dubitatifs les élèves sur notre chemin. Pourtant, il n’y avait rien d’étonnant à ce que deux professeurs s’entendent bien. On n’avait pas été si visibles dans nos disputes, si ? Quoiqu’il en soit, ça ne les concernait pas vraiment, et malgré les regards, je comptais bien profiter de ce bal en charmante compagnie. Dans une salle que j’avais déjà vue puisque j’avais aidé aux préparations pour ce soir. Ce n’était rien de bien difficile, mais malgré tout le compliment de Morgana me touchait. Encore quelque chose que moi-même je n’aurais pas imaginé il n’y a pas si longtemps que ça.

    Après avoir admiré un peu l’ouvrage, nous nous installions donc tranquillement dans un coin pour discuter de la pluie et du beau temps avant que le directeur n’entame son discours certes plein de bonnes volontés, mais également teinté de mystère. Malgré moi et toute la volonté du monde à croire que Londubat pouvait reprendre le flambeau de Minerva, je ne pus m’empêcher de tiquer sur le contenu de son discours. Il y avait quelque chose qui clochait, et bien que je n’arrive pas vraiment à savoir quoi, je ne pus m’empêcher d’en parler à Morgana. Comme si je cherchais une confirmation sur ce que je pensais. Et la confirmation vint, elle pensait également qu’il y avait quelque chose qui clochait et dont nous n’étions pas au courant. Enfin, ça ne pouvait pas être quelque chose de bien grave. Même si les moyens de prendre la place de quelqu’un étaient légion dans le monde de la magie, je doute que les mangemorts allaient revenir aussi vite. On avait bien à faire avec Neville, et il était loin d’être aussi tordu et pervers que ne l’a été Blackman.

    « Ouais, c’est sûrement pas si grave que ça. »

    Passons donc plutôt aux festivités, pour penser à quelque chose de plus joyeux. Et quoi de mieux pour commencer une soirée qu’un peu de boisson. Bien entendu, je ne comptais pas trouver ici de l’alcool, mais même sans ce type de boisson, se désaltérer était une bonne façon de débuter. Continuant le jeu de toute à l’heure, je prenais un air faussement séducteur pour l’amener à ce buffet, et elle répondit sur le même ton. Sans plus attendre, nous nous y dirigions donc, nous frayant un chemin parmi les élèves qui traînaient autour, discutant, draguant, riant. Ce buffet était au moins aussi fourni que la décoration, il y en avait pour tous les goûts, et le choix de Morgana se porta sur le jus de canneberge. J’attrapais donc un verre pour servir le jus, et pour moi je pris du lait de poule. Je me retournais pour offrir son verre à ma cavalière quand elle fit une réflexion sur l’alcool et, bien évidemment, l’incident d’il y a deux ans à ce sujet. Une grimace traversa mon visage l’espace d’un instant. Ca la foutait quand même sacrément mal que je me sois retrouvé dans un état pareil au château.

    « Oui bon, ça va hein… De toute façon, je sais qu’au cas où tu seras aux petits soins avec moi pour me remettre d’aplomb. »

    Moi qui détestais les potions, je devais bien avouer que ce qu’elle m’avait fait boire ce soir-là avait été très bénéfique. Qui sait ce qui aurait pu se passer si j’avais déambulé plus longtemps dans le château dans mon état. Je ne préfère pas imaginer. Relativement parlant, ce qui s’était passé n’était pas si mal en fait. Je commençais donc à boire ma boisson après avoir trinqué à l’hiver, aux vacances et aux fêtes.

    « Et puis ce serait dommage de voir flou ce soir. T’imagines si je marchais pas droit au milieu de la piste de danse ? »

    Faudrait-il déjà que je m’y retrouve, sur la piste de danse, certes. Non pas que ce soit exclu, mais je ne savais pas vraiment si c’était le truc de Morgana…




   
   
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

Invité

CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: Joyeux Noël ! [INSCRITS]   Dim 7 Jan - 4:16



La soirée commençait avec beaucoup de difficultés. Niamh ne s'était jamais sentie aussi stupide dans ses propos, comme si elle ne pouvait s'empêcher de déblatérer des évidences dès lors qu'elle s'adressait à lui. À quelque part, outre le fait de s'être sentie idiote en affirmant qu'il était là et qu'il le confirme en disant qu'il ne mentait pas (ce qu'elle n'avait jamais voulu sous-entendre), la jeune fille se sentit rassurée par cette affirmation. La sincérité était une qualité qu'elle savait plus qu'apprécier et dont elle redoutait tant l'effet inverse. Nombreux sont ceux lui ayant menti, fait miroité des choses pour ensuite les brisées. Phen avait malheureusement lui aussi fait parti de ceux-là. Malgré toute sa méfiance initiale, Niamh se gifla intérieurement pour arrêter de ressasser inutilement le passé. Les Psychomages lui avaient après tout conseillé de se focaliser le plus possible sur l'instant présent, ce qu'elle avait souvent du mal à faire. Elle prit une grande inspiration et tenta de se concentrer de nouveau sur son interlocuteur du moment. Le mot qu'elle capta fut alors ''content'' suivit d'une désignation la concernant, ce qui eut pour effet d'agiter les battements de son cœur ridiculement et de rougir son visage. La chaleur ambiante commençait certainement à l'atteindre bien plus qu'elle ne l'aurait pensé. Elle faillit répliquer qu'il était difficile de connaître beaucoup de monde dans une école avec autant de monde mais elle retint sa réponse quand elle le vit continuer sa phrase, l'écoutant avec plaisir parler de lui. Il était rare qu'il confie des petits bouts de lui-même, alors elle n'en loupait jamais une miette. Et au vu de sa mémoire, il lui serait difficile d'en oublier toutes les parties. Lorsqu'il eut finit, elle ne put s'empêcher de rire un peu à l'allusion de pingouin, voilà bien longtemps qu'elle n'avait plus entendu cette comparaison. À vrai dire son père devait certainement être le dernier à l'avoir dit devant elle.

- Non, je te rassure t'es bien mieux habillé qu'un pingouin, ajouta-elle en riant à son tour. Et du coup c'est plutôt quoi, ton truc à toi ?

Bien curieuse de savoir ce qui le passionnait plus qu'une soirée dansante, Niamh attendit sa réponse avec grande avidité. Sa curiosité piquée de nouveau à vif, encore plus lorsqu'il s'agissait du brun étrangement, elle ne put s'empêcher d'en savoir plus sur ce monde qui lui appartenait. Elle se retrouvait en un sens dans ses propos, même si ses rêves de Princesse et de paillettes de petite fille sommeillait quelque part en elle, elle sentait bien que cette soirée entourée de trop de monde pouvait très vite devenir pesante. Depuis l'année dans les cachots, Niamh prenait bien plus de recul avec les foules, évitant ainsi de ressasser les événements de l'année dernière et profitant surtout de toute l'intimité dont elle avait été privée durant ce temps. Tandis qu'elle était de nouveau plongée dans ses nombreuses pensées, un rouge vif vint piquer ses joues lorsqu'elle reçu un commentaire sur sa robe. Prise de surprise, la jeune Poufsouffle cacha légèrement sa gêne derrière le dos de sa main, murmurant un faible Merci... Sa seule échappatoire fut de mimer un environnement trop chaud, justifiant ainsi cette nouvelle coloration sur son visage. Bon sang qu'elle se sentait soudainement étrange, couvait-elle quelque chose ?
Fort heureusement pour elle, Matrim accepta de la suivre sans poser plus de questions, lui permettant de retrouver ses esprits calmement. Une fois qu'ils eurent survécu à la marée humaine posée devant le buffet, rendant la traversée vraiment inconfortable, les deux Poufsouffles purent enfin s'apprêté au choix de la boisson. Ce à quoi il devança cette même question en s'adressant directement à elle. Mais, bien avant qu'elle n'ait pur réfléchir et formuler sa réponse, il proposa de jouer la carte de la boisson mystère pour la surprendre.

- J'accepte le challenge, surprends-moi !, fit-elle un air espiègle se dessinant sur son visage.

Regardant rapidement le buffet, la Poufsouffle fit des prognostique sur quelle serait le choix de son camarade de maison, mais ne le connaissant pas encore assez dans ce genre de contexte-ci, elle préféra se laisser une marge d'erreur un peu plus grande que ce qu'elle s'accorderait normalement. Pendant l'attente des boissons, alors qu'elle balayait la salle du regard, elle se sentit comblée. Depuis la rentrée, sa vie sociale n'avait pas été aux beaux fixes, ses journées dosées par bien trop de travail que l'on pourrait parfois juré que son uniforme se tentait de bleu. Et si lui n'avait pas été là, elle n'aurait certainement pas eu grand monde avec qui traîné ici, puisque tout le monde semblait avoir trouvé son cavalier, notamment Zach. Alors oui, Niamh était contente d'avoir trouvé quelqu'un dans le même bateau qu'elle. Sans noter qu'il s'agissait bien évidemment de lui. Un gros bonus dans l'histoire.

- Tu sais..., commença-t-elle. Je suis contente que tu sois venu et de t'y avoir croisé aussi. La soirée me semble soudainement beaucoup plus intéressante.

Ce à quoi Niamh lui accorda un sourire d'une sincérité rare. Une part de confession qui ne la fit pas rougir tant elle été ancrée en elle comme une évidence. Elle se rendit compte en cet instant que sa compagnie était bien loin de lui être désagréable et qu'elle avait à quelque part espérer pouvoir passer cette soirée en sa compagnie... Oui, il restait encore beaucoup de choses à clarifier en elle. Beaucoup.


Revenir en haut Aller en bas

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 21/04/2011
Parchemins rédigés : 861
Points : 3
PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin:
Disponible pour un RP ?:
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: Joyeux Noël ! [INSCRITS]   Dim 7 Jan - 12:15


Petite soirée entre amis


Il n'y avait pas à dire, cette soirée semblait être une véritable réussite ! Depuis un coin de la salle, le Directeur observait silencieusement les élèves allant ça et là en parlant et chahutant. La piste de danse et le buffet avaient été pris d'assaut, chacun trouvant son bonheur là où il le pouvait. Même les petits débordements causés par quelques fauteurs de trouble ne parvenaient pas à entacher ce bal de Noël grâce à la surveillance discrète mais accrue des professeurs présents. Il faudrait penser à leur en toucher deux mots, à l'occasion. C'était bien beau de vouloir recadrer quand quelque chose n'allait pas, encore fallait-il également remercier et encourager lorsque tout se passait bien. Et qu'importe si c'était leur travail. Par les temps qui couraient et les différents présents un peu partout dans l'école, il lui paraissait nécessaire de garder ses troupes soudées. Ou, du moins, autant qu'il lui était possible de l'être.

Neville laissa fuir une poignée de minutes, offrant aux adolescents un répit bien mérité, puis il se redressa, posa son verre à moitié vide sur le coin d'une table et s'éclaircit discrètement la gorge. La musique fut mise en sourdine presque sur le champ et, peu à peu, tous les regards se tournèrent vers lui. Dans certains, luisait encore une certaine méfiance, probablement ravivée par son discours d'entrée. Ils n'avaient pas tort, ces enfants, mais aucun mal ne leur serait fait ce soir. Ni réel ni virtuel. Il pouvait le promettre. Son sourire, qui ne l'avait pas quitté, s'agrandit alors. « J'espère que vous passez tous et toutes une agréable soirée. » commença-t-il d'un ton calme. « Mais, comme je vous le disais tout à l'heure, cette soirée doit surtout être l'occasion pour vous de vous mettre à la place de vos petits camarades, de tenter de voir le monde par leurs yeux... C'est pourquoi les quelques prochaines minutes risquent d'être un peu dépaysantes. J'espère que vous saurez trouver l'expérience enrichissante et que de la vivre, tous ensemble, vous aidera à resserrer les liens entre vous. » Il agita furtivement sa baguette magique et, l'espace d'un instant, tous les regards se firent hagards. Le transfert avait visiblement fonctionné...


Petite mise au point

Mes NYLiens d'amour (déjà, bonne année), j'espère que vous êtes contents de voir la suite de ce petit bal arrivée ! Comme vous l'avez compris avec le MP que vous avez reçu, votre personnage va se retrouver dans le corps d'un autre, il sera donc question de reprendre votre RP là où l'autre joueur avait arrêté le sien (du genre s'il était en pleine conversation avec Bidule, vous vous retrouvez « en pleine conversation » avec Bidule aussi). Bien sûr, si vous devez jouer quelqu'un qui n'a pas posté, vous ferez simplement comme s'il était déjà dans la salle. Le bal durera jusqu'à la prochaine mise à jour mais à partir du 26 ou 27 janvier, vous pourrez réintégrer vos propres corps et mettre un terme à votre soirée. Amusez-vous bien !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8789-j-ai-pas-trouve-de-titre-la-dechehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8789-j-ai-pas-trouve-de-titre-la-deche

Arrivé(e) le : 16/11/2017
Parchemins rédigés : 429
Points : 0
Crédit : andy biersack by Ilyria
Année : 7ème (18 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: Joyeux Noël ! [INSCRITS]   Dim 7 Jan - 16:44


bal de noël
feat. le corps de Megan
« joyeux noël de merde. »


Le contact avec les gens, la vie en société, la sociabilité, l’essence même de l’existence d’un homme. Mais il en est pour qui la relation sociale est un fardeau, presque toxique, un besoin nul gravé dans les gênes de tous. Vivre centrer sur soi-même, sur un monde qu’on ne veut observer que de loin, peut-être par peur de s’en approcher, un mode de vie qu’on adopte alors sans même s’en rendre compte. Mais si nous avons tous le droit à ses belles paroles depuis le début de soirée, c’est sans aucun doute suite aux évènements de l’an passé, cause pour laquelle j’ai encore été très peu pardonné, chose pour laquelle je ne veux même pas me justifier. Je m’en fou. Tout ça pour exprimer à quel point je déteste ce bal. Tout ça pour justifier le regard noir et sombre qui orna mon visage lorsque Londubat a prononcé des paroles qui en ont fait frémir plus d’un. Alors que je sirotais mon cocktail auprès de la Serdaigle Pandora, il évoqua les mots d’une expérience sociale, une volonté de resserrer les liens, écho de ses paroles de bienvenue qui n’étaient alors qu’un avant goût.

N’y rien comprendre, mais ne rien sentir de bon. Alors que je porte un regard intrigué vers Pandora, je sais déjà ce qui est entrain de se passer. Enfin, pas totalement. Pas besoin d’être une tête pour comprendre que cet enfoiré nous a tous jeté un sort. Il veut de la cohésion sociale ? Il aura une émeute à ce rythme là. Ses pensées ont à peine traversés mon esprit, que je commence à me sentir bizarre. C’est indescriptible, frustrant, gênant. Puis un vide, un vide soudain, comme si j’avais arrêté d’exister ne serait-ce que quelques secondes. Un flash devant les yeux, des images, une tête qui tourne. Il y a du poison dans les verres ou quoi ? Trop de questions ont le temps de circuler dans ma tête jusqu’à ce que je me rende compte qu’elle n’est plus là. Pandora, n’est plus auprès de moi. C’est quoi ce délire ? Puis je ressens des choses encore inédite. Un poids, un poids sur ma poitrine, un courant d’air frais sur la peau de mes jambes. Mais le pire de tout, c’est cette saloperie de douleur au talon, comme si on était entrain de me planter un clou sous le pied. Il n’a fallut qu’un quart de seconde pour que je remarque que; je ne suis plus au même endroit. Quelques secondes encore, avant que je ne baisse les yeux sur une robe de bal et des jambes de femme nichées sur des talons. Vous voulez une bonne blague ? Ce ne sont pas les jambes lisses et douces de ma nouvelle voisine de gauche; ce sont les miennes. Sur la barbe à Merlin, CE SONT LES MIENNES PUT*** !

« Qu..mais...Oh bordel. » Des cris, des hurlements, des mots d’injures jaillissent de tous les côtés. Tous perdus, tous à regarder autour de nous comme si le ciel venait de nous tomber sur le crâne. Comme si je n'étais pas déjà en enfer, je sens un contact peau contre peau, une main dans la mienne. Me tourner alors vers le coupable, voir un gamin au bout du bras qui me choppe amoureusement la main (Allen). Je fais quoi, je vomis ou je le castagne ? Nan, je panique avec colère, clairement, et je dégage cette main au plus vite, manquant de peu de me péter la gueule sur les talons de cette gonzesse. « T’es qui toi ?! » Question nullement posé dans l’attente d’une réponse, simple réaction de panique face au mec qui se tenait auprès de la fille que je suis, une blonde en plus. Je suis blonde bordel de merde. Et ma voix, vous avez entendu ma voix de gamine ? J’ai pas une énorme estime de moi-même, mais là sérieusement, je suis tombé bien bas. Je veux exploser. Je pourrais décapiter les gens autour de moi tellement la rage m’envahit. La présence des gens m’exaspère, alors vivre à l’intérieur de l‘un d’eux ? Encore moins. C’était ça ton idée Londubat ? Bah elle est à chier. Respirer, prendre le contrôle, rester lucide, des années de pratique qui font du bien à la pauvre gamine de 15 ans que je suis.

Je me cherche du regard, retirant tout de suite ses saloperies d’instrument de torture que j’ai au pied. Je vois des visages que je reconnais, mais personne qui ne se reconnait pourtant.
(c) DΛNDELION


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8747-professeur-john-mandrake-termineehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8756-liens-de-john-mandrake#194989http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8755-demandes-de-rp-pour-john-mandrake#194986http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8753-boite-aux-lettres-john-mandrake#194983http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8754-hiboux-express-de-john-mandrake#194984

Arrivé(e) le : 11/11/2017
Parchemins rédigés : 155
Points : 8
PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Aucun

MessageSujet: Re: Joyeux Noël ! [INSCRITS]   Dim 7 Jan - 18:21

Alors qu'il venait de détruire la citrouille animée qui avait saccagé le buffet, John sentit sa tête tourner après les paroles du directeur. Bien évidemment, il avait réservé une surprise à toute l'assemblée et non pas des moindres! En l'espace de quelques secondes, Mandrake se rendit compte qu'il avait traversé plusieurs mètres dans la salle de bal. Baissant le regard il comprit qu'il avait quitté son corps et se trouvait maintenant dans celui d'un étudiant. Par réflexe il plaça tout de même une main sur le côté pour sentir sa blessure: la douleur avait simplement disparu. Sa première pensée fût un soulagement, sa vieille blessure bien que soignée en surface continuait de l'assaillir à cause de la magie noire... Cependant, son visage prit une expression médusée lorsqu'il imagina la suite! Si lui se trouvait dans le corps d'un étudiant... qui avait prit sa place? Sa tête tourna à gauche puis à droite pour repérer son corps et c'est seulement après quelques minutes qu'il put observer son vrai visage près du buffet. D'un autre côté, il pouvait aussi observer Londubat qui semblait satisfait de son travail. Savait-il seulement ce qu'il allait infliger à un ou une élève en particulier? Envoyant tout bonnement chier les personnes se trouvant à côté de lui, John dans le corps de Luca se dirigea vers Londubat. Une fois arrivé à sa hauteur il prit la parole et fût légèrement déconcentré par le son de sa nouvelle voix si peu familière à ses oreilles.

- Londubat! Vos stupides jeux n'amusent que vous! Inversez immédiatement ce sortilège ou je devrai en référer au Ministère! Ma blessure est loin d'être guérie et je doute que la personne qui ai pu prendre place dans mon corps apprécie cette sensation!!

Il voyait plus rouge que rouge et n'attendit même pas une réponse de Londubat avant de tourner les talons pour se diriger vers son corps. Mais pendant quelques secondes, il se dit que Londubat ignorait peut-être qui se trouvait dans le corps de Luca actuellement. Mandrake se retourna en ayant cet fois baissé d'un ton pour indiquer ce fameux détail.

- Ah. C'est Mandrake qui vous parle, au fait...

Ne cherchant même pas à écouter ce que Londubat comptait répondre à ça et étant surtout préoccupé par ce qui pouvait arriver à son corps le professeur Mandrake fila droit vers le buffet ne cherchant même pas à s'excuser lorsqu'il écarta sans ménagement plusieurs élèves. Approchant du buffet, John aperçut Magnus en compagnie d'Eliana Bradley. Le professeur d'Arithmancie semblait se comporter de manière étrange, il n'avait pas été épargné non plus... Tant pis, il verrait ça plus tard! Le plus important était de rejoindre son corps. Sa blessure infligée par un Feudeymon lors de l'embuscade des mangemorts était loin d'avoir guéri entièrement. En surface peut-être, mais la magie noire continuait son œuvre lentement ce qui lui infligeait depuis plusieurs mois des douleurs chroniques pouvant parfois le forcer à suivre un traitement assez complexe. John s'y était habitué et avait appris à faire avec mais qui que ce soit dans son corps il doutait que la personne puisse supporter cela comme lui. Une fois arrivé devant son enveloppe originelle, il agrippa le bras tout en prenant la parole.

- Qui que ce soit la dedans, surtout ne vous éloignez pas de moi. C'est le professeur Mandrake.

C'était vraiment déroutant de ne sentir aucune gêne, aucune douleur permanente. Il se maudissait de ne pas avoir pris de médicament sur lui pour ce soir. Déjà lors de sa conversation avec Magnus, John avait pu sentir un léger picotement, signe que la douleur n'allait pas tarder à montrer le bout de son nez. Ont est loin de la sensation d'un Doloris ou d'une plaie ouverte et bien saignante... Cela ressemblait plus à une chaleur intense sous la peau, qui se balade et qui progresse le long des cicatrices. Cette dernière commençait au niveau de son torse, progressait le long de son bras droit et retournait dans son dos. Bref, c'était assez étendu... La chaleur qui fait son apparition de manière un peu imprévisible atteint parfois une température alarmante et plusieurs fois à Sainte Mangouste John eut l'impression qu'on le marquait au fer rouge. Un certain Blake - aujourd'hui infirmier à Poudlard, avait participé à son traitement pour diminuer les crises et atténuer la douleur. Cela restait évidemment un Feudeymon, une magie noire très dangereuse... Il espérait surtout que la personne dans son corps actuellement pourrait tenir face à aux séquelles qui l'assaillaient depuis quelques mois.

- Mais au fait... J'ai l'air de quoi, moi?

John ignorait qu'il était dans le corps de Luca. L'ex-Auror avait remarqué que son corps semblait jeune il supposait donc être un étudiant, mais pour ce qui est de l'identité... Aucun miroir à proximité, le professeur ne voyait donc pas d'autre solution que de demander à celui qui occupait actuellement son corps à lui. Il gardait une certaine emprise sur son corps d'ailleurs, tenant fermement son bras gauche pour éviter que ce dernier se balade et ne fasse n'importe quoi. Ont pouvait sentir la panique dans sa voix. Cela l'inquiétait réellement qu'une personne soit coincée en lui et surtout que son intimité soit ainsi violée... Mandrake ne souhaitait pas qu'on apprenne sa condition précaire et l'idée que quelqu'un est à traverser ce qu'il traversait tous les jours le rendait plus que nerveux. Faites que ce soit un autre professeur et pas un étudiant trop curieux...! Après tout ça il allait se payer Londubat!!



" Le feu couve dans une âme plus sûrement que sous la cendre "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7150-tracy-amelia-bennett-pour-etre-confirmee-dans-mon-identite-je-depends-entierement-des-autreshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7158-tracy-l-essentiel-en-enfer-c-est-de-survivrehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7162-tracy-bien-que-la-verite-et-le-mensonge-soient-jumeaux-la-verite-la-plus-agee-des-deuxhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7163-tracy-n-oubliez-pas-de-signer

Arrivé(e) le : 27/11/2016
Parchemins rédigés : 1828
Points : 17
Crédit : Schizophrenic. (c)
Année : Cinquième

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Izzie & Jade.

MessageSujet: Re: Joyeux Noël ! [INSCRITS]   Dim 7 Jan - 19:30

Animals trapped 'till the cage is full
Tracy au bal de Noël

« Il faut savoir profiter, parfois. Tu m'as donné envie d'inviter ma Mère à l'opéra. On ne s'offre jamais de cadeau, mais celui-ci en vaut vraiment la peine, je crois. » Si elle ne s’était pas surveillée, ses joues en aurait rosi de réjouissance. Ça pouvait n'avoir l'air de rien, de pas grand chose, mais ça en aurait presque ressemblé presque à une marque de confiance. Ça semblait signifier beaucoup pour lui. L’opéra était une valeur sûre, et elle s’extasiait à chaque représentant à laquelle son père l’emmenait, alors elle ne pouvait que difficilement croire que ça ne lui plairait pas, même si son esprit cartésien était probablement accoutumé à d’autres activités. Evoquer ces vacances semblait l’enthousiasmer, et elle comprenait aisément pourquoi, se plaisant à imaginer les monuments les plus emblématiques recouverts d’une fine pellicule de neige, légère comme le sucre… « J’espère qu’elle appréciera l’attention ! Et que vous saurez en profiter. C’est important. » crut-elle bon de rajouter, de manière un peu évasive. Il était bon de savoir domestiquer sa curiosité, de ne pas la laisser envahir outre mesure cette conversation. Il s’agissait de ne pas le brusquer, ou de le pousser à se refermer. Il y avait quelque chose qui changeait dans son attitude lorsqu’il parlait de sa mère… quelque chose qu’elle ne parvenait pourtant pas à identifier. Comme un sentiment muet. Ce qui rendait à ses yeux leurs relations d’autant plus étranges… « Je ne te savais pas aussi douée en danse. Tu m'impressionnes. » Elle ignorait s’il le pensait réellement, mais le compliment lui arracha un sourire. Au moins, elle ne le décevait pas, et cette simple idée suffisait à la rassurer, voire la détendre un peu plus, tandis qu’elle s’abandonnait à lui, continuant de le suivre au gré de la mélodie, parfois désarçonnée par le rapprochement progressif de leurs corps, sans que cela ne lui soit désagréable. C’était peut-être l’essence de son problème, d’être plus à l’aise avec lui que d’ordinaire, comme si c’était tout naturel entre eux, et que s’en méfier devenait tout à coup obsolète. Il n’y avait plus de Naïa Rosenberg, alors qu’elle n’aurait jamais du laisser ce détail trop encombrant quitter son esprit. « Tu es un excellent cavalier, ça aide beaucoup. Je m’attendais à ce que tu le sois, mais la soirée est meilleure que tout ce que j’aurais pu imaginer. » reconnut-elle. Ce n’était pas un compliment en l’air, ou une flatterie destinée à aller dans son sens. Mais pour autant, c’était réel.

Et ça ne pouvait manifestement pas durer indéfiniment. « Et tu ne vois pourtant plus qu'elles, à présent. » Ses mots l’attristèrent plus que de raison. Il n’avait pas tort : en se focalisant sur ses terreurs de l’année passée, était-elle en train de développer une forme de paranoïa, l’empêchant de profiter des quelques possibles moments de tranquillité qu’on leur accordait… ? Comme si l’adolescente insouciante qu’elle aurait du être s’en retrouvait déchirée. Et elle ignorait comment trouver les mots justes auprès d’Andrea, qui semblait voir en elle plus qu’elle n’aurait voulu l’autoriser à regarder. Son ton serein rendait d’autant plus difficile de comprendre s’il lui en tenait rigueur ou non… « Ce n’est pas vrai. » se contenta-t-elle de répondre. Si, ça l’était. Mais ce n’était pas ce qu’elle voulait qu’il croie. Il avait été merveilleux, avec elle, plus qu’elle ne l’aurait soupçonné en ne connaissant que celui qui était son partenaire de travail, ou son adversaire aux échecs. Bien sûr, elle ne s’était pas attendue à ce qu’ils parlent de leurs avancées, ou des lectures plus controversables qui étaient les leurs en ce moment, cela viendrait plus tard. Mais quelque chose s’était créé, et voilà que la réalité la rattrapait avec amertume… « Je te suis, si tu veux te dérober aux yeux du monde. » Elle entrouvrit légèrement la bouche, hésitante, ne s’attendant pas à ce qu’il lui donne le choix. Il avait eu la délicatesse de ne pas l’interroger, elle en éprouvait une certaine reconnaissance. Son regard se tourna vers le reste de la piste, et les silhouettes sans visage des danseurs qui y évoluaient, sans s’attarder sur eux. Celle de son tortionnaire s’éloignait alors, au bras de sa cavalière, mais sans quitter la pièce. Elle revint finalement à Andrea, et plongea ses yeux dans les siens, s’y perdant un peu, prête à lui dire qu’elle avait changé d’avis, qu’il n’était pas nécessaire de s’écarter. Elle allait prendre sur elle, affronter ses vieux démons, et s’efforcer d’ignorer qu’il était là, à tout juste quelques mètres d’eux. Elle n’avait pas envie d’interrompre leurs pas, même s’il avait doucement ralenti la cadence ; elle n’offrirait pas le plaisir à celui qui l’avait tourmentée de gâcher sa soirée. Elle aimait ce moment, et la manière dont son cavalier le rendait magique. Si bien qu’elle réagit sans doute trop tard une fois que Londubat eut pris la parole pour achever son discours, tandis qu’elle espérait se tromper sur ce qu’elle avait compris de ses intentions…

Et puis… tout se volatilisa. Et lorsqu’elle cligna des paupières, ce fut pour se rendre compte qu’Andrea avait soudainement disparu. Elle ne portait plus la même robe, elle ne reconnaissait plus les coutures, le jaune or était devenu rouge écarlate, et lui semblait plus près du corps que la normale, un peu trop moulante, et ses poignets étaient recouverts de bracelets. Et enfin… elle découvrit avec horreur le garçon qui venait de prendre la place de son cavalier : celui-là même qu’elle avait cherché à fuir quelques minutes plus tôt, à quelques centimètres de lui, comme si elle était sur le point de… l’embrasser ?! Son coeur et ses artères se mirent à pulser plus vite, plus fort. La simple vue de son visage, pourtant radouci par rapport à la dernière fois qu’elle l’avait vu d’aussi près, provoqua en elle un frisson d’épouvante, et un déchaînement d’émotions plus brutal encore que lorsqu’elle s’était retrouvée poursuivie par le clown, en haut de la grande roue. Ses traits n’étaient plus déformés par la haine, mais c’était toujours le même, elle le devinait sans difficulté ! Et si elle ne faisait rien pour se défendre, il allait à nouveau lui faire du mal… Son premier réflexe fut de plonger sa main dans sa poche, pour constater avec horreur qu’elle ne possédait plus la baguette qu’elle avait pourtant emportée avec elle, ni sa cape d’invisibilité. C’était un véritable cauchemar, qui n’était pas sans lui rappeler celui d’Halloween, sauf que cette fois-ci, il semblait bien réel. Et son traumatisme revenait avec force la hanter, à seulement quelques centimètres d’elle… Elle le fixa, médusée, avec l’impression d’être complètement prise au piège. Ce n’était pas parce que cette fois il avait un costume qu’elle sous-estimerait la menace qu’il représentait. « Eloigne-toi de moi. TOUT DE SUITE. » ordonna-t-elle, la voix mal assurée et tremblante, plus aiguë que d’ordinaire, retirant ses bras placés autour des épaules de son bourreau. Les sensations de ses mains sur son cou étaient encore présentes au moment où elle demeurait persuadée qu’il avait tenté de la tuer, il n’était plus question qu’il ne les pose où que ce soit sur elle. Une force soudaine s’empara alors de Tracy, hors d’elle, qui se dégagea de son étreinte pour décocher un coup de poing, plus violent qu’elle ne l’aurait cru au premier abord, dans la mâchoire de Keagan. Elle demeura pétrifiée quelques secondes, complètement désarçonnée par son propre comportement, et par le changement qui s’était opéré : elle n’était plus elle-même, et curieusement, ce n’était pas le fait d’avoir changé d’enveloppe corporelle qui était la cause de cette subite métamorphose. Elle n’avait pas particulièrement envie de lui faire du mal pour se venger de toute la douleur qu’il avait causée en elle, mais son instinct prenait le dessus sur sa raison, la rendant incontrôlable. Elle avait envie de s’enfuir le plus vite possible de cette salle de bal, si bien que les instants de parfaite communion en harmonie avec Andrea lui semblaient tout à coup presque irréels…


Emi Burton


I’m afraid, somebody else might take my place


Dernière édition par Tracy A. Bennett le Lun 8 Jan - 2:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

Invité

CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: Joyeux Noël ! [INSCRITS]   Dim 7 Jan - 20:13

Bal de Noel dans le corps d'Isidore
Une soirée de folie


La petite brune était contente, peut être qu'une rencontre était sur le point de débuter, pensait-elle. Ou simplement une compagnie, de quoi échanger une discussion qui lui ferait passer la soirée plus vite. Mais elle se sentait à la fois très bizarre, qu'est ce qui lui prenait d'aller danser avec une parfaite étrangère? Était-ce là l'effet secondaire d'un quelconque ingrédient magique dans les petits fours, qui lui montait à la tête?
Alors qu'elle s'apprêtait à s'élancer malgré le ventre plein, sur la piste de danse avec cette inconnue toute de bleu vêtue, un lourd silence tomba, quelques paroles en l'air d'un directeur qui avait la réputation d'être là pour taquiner les élèves au sens fort depuis Halloween, et pouf! D'un mouvement de baguette tout à fait inattendu (alors que la moitié de la salle semblait se dire "Et c'est repartit pour un tour") un air de changement planait dans la salle.

En rouvrant les yeux, elle pensait s'être réveillé d'un drôle de rêve. Elle était peut être coincée dans une terreur nocturne, puisqu'elle se réveilla dans ce même rêve étrange...les mains posées sur une jeune fille qui ressemblait à une mariée.
C'était donc ça. Un rêve dans lequel elle finirait par se marier avec une fille haute sur ses talons aiguilles.

Non pas du tout. Ce n'était pas un songe, elle s'était bel et bien inscrite à ce fameux bal qui au contraire de l'ennuyer, l'amusait de plus en plus. Là, ça devenait intéressant.

Cette main droite, elle avait l'impression qu'elle lui manquait, c'était froid et intensément désagréable, elle eut presque mal qu'elle poussa un petit bruit d'effroi sans expression faciale identifiable.

Elle se sépara de la coquette fille pour examiner cette main, qui n'était ni de peau ni de chair mais de ferraille. Demeurant impassible, personne ne pouvait se douter du tourbillon d'émotions qui palpitait dans le cœur de Ruby, cœur dont elle n'était même plus sûre qu'il était le sien d'ailleurs. C'était là une expérience incroyable que de vivre la séparation d'un membre de son corps, elle souhaitait remercier le directeur de lui accorder un tel cadeau.

Décidément, il a le don pour animer les soirées celui là!


C'est à ce moment qu'elle se dit aussi qu'il devait être terrible de se voir ôter une partie de son anatomie. Quel handicap affligeant. L'une de ses phobies était de perdre l'un de ses sens naturels, sans une main c'était à peu près là même chose, ce fait rendait plus vulnérable à la vue du monde extérieur. Comment se défendre si l'on est pas opérationnel?
Elle se sentait soudainement faible, triste et apeurée.

Elle se désintéressa du membre manquant quand elle sentit comme une montagne lui pousser entre les gambettes. C'était lourd et tout bourru dans le pantalon.
Elle tira la grimace et tâta dans le plus grand des calmes son entre cuisse, pour finalement remarquer que ses habits n'étaient pas vraiment les siens, mais celui d'un garçon un peu négligé pour l'envergure de cette soirée et à côté de sa...très élégante partenaire pour ne pas dire exagérément. Cette cavalière dont Ruby ne prêtait pas attention pour le moment.
C'est alors qu'elle prit réellement conscience qu'elle n'était plus dans son corps respectif, mais dans celui d'un garçon lambda qu'elle ne connaissait surement pas.

c'est notre but, ce soir, de vous apprendre à vous mettre à la place de vos camarades, de les comprendre au mieux, de ne faire plus qu'un avec eux.

-Ah ouais, ils font carrément pas les choses à moitié eux.

Elle sourit avec la bouche du jeune homme, car à l'avenir elle pourra certifier savoir au moins un peu ce que c'est que d'être un garçon et d'avoir les boules, c'était le cas de le dire, car elle préférait autant le poids de sa poitrine raisonnable à côté de ce paquet tombant.
Maintenant la question était de savoir si absolument tout le monde dans cette salle était dans le même cas qu'elle.

Écouter, j'aurais dû écouter...

La première chose qu'elle eut envie de faire fut de courir à la recherche d'elle même car forcément, quelque part, son corps lui aussi était possédé par une autre âme déchue. Elle aurait enfin l'occasion de réaliser ce rêve de toutes filles (et peut être des garçons aussi qui sait ?), de pouvoir se voir de l'extérieur, sous toutes ses coutures.
Mais peut être que le choc ou la déception serait trop grande, elle abandonna pour l'instant cette idée dans l'optique de le rendre sagement à son légitime possesseur. Cette impressionnante opportunité créait beaucoup trop de désirs, et des questions d'éthique s'y imposaient aussi par la même.

Or elle s'accorda tout de même de penser qu'il était fort agréable de ne plus être elle même au moins quelques minutes.

Elle se tourna vers celle qui était censée être la partenaire de danse et peut être plus, du garçon dépossédé de ce corps pas très tonique.
Qu'allait-elle lui dire?

"Salut, on continue de danser étant donné que je suis en fait une fille que tu ne connais pas à l'intérieur du corps de ton ami?"

Encore faudrait-elle qu'elle soit toujours la même.

D'un air ahurit qui ne collait pas du tout avec les traits du visage de l'homme, Ruby lança à celle-ci :
-Alors, ça va te paraître fou, mais je ne suis pas qui tu crois...en fait je ne sais même pas si tu es bien toi même?
Dans l'incompréhension totale, Ruby secoua la tête du sorcier, et reprit :
Euh...Si tu es toujours toi même, je suis Ruby et j'aimerais savoir à qui appartient ce corps, car j'aimerais le lui rendre...enfin ça serait bien.

Décidément, si Ruby avait su la tournure qu'aurait prit ce bal bien avant, elle s'y aurait inscrit sans tous les doutes qui l'avaient embêtées jusque là.
C'était de la folie, et c'était tellement plus amusant que ces conventions, ces révérences et toute cette mascarade générale. Après tout ils étaient à Poudlard, une prodigieuse école de magie, il fallait y faire honneur ! Quel intérêt de reproduire ces bals gnangnan à mourir comme on en trouve dans les collèges moldus?


Codage par Libella sur Graphiorum


Revenir en haut Aller en bas

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6340-zach-e-thompson-la-famille-c-est-bien-quand-elle-part-pas-en-vrille-finihttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6343-zach-e-thompson-les-amis-c-est-comme-une-seconde-famillehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6344-zach-e-thompson-allez-venez-jouerhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6347-zach-e-thompson-le-hibouhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6345-zach-e-thompson-gotta-go-fast

Arrivé(e) le : 07/07/2016
Parchemins rédigés : 373
Points : 0
Crédit : Liu <3
Année : 6ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Professeur A. Winslow

MessageSujet: Re: Joyeux Noël ! [INSCRITS]   Dim 7 Jan - 20:54


    Ben finalement, tout se passe bien dans ce bal. Les gens dansaient, buvaient, mangeaient, et à part quelques éclats de la part de Eliana et des professeurs qui s’occupaient de son cas rapidement, tout était calme et paisible. On en oublierait presque la dose de mystères du discours du directeur. Et notre danse… elle ne transpirait pas trop la gêne, c’était déjà ça. En proposant ça, j’avais pas forcément prévu qu’elle soit d’accord. Et j’avais pas non plus pensé au fait que j’aurais ma main dans son dos, qui n’était pas vraiment recouvert. Mais bon, il faut ce qu’il faut, et maintenant qu’on était lancé, autant assumer ça jusqu’au bout. Au moins, on arrivait tout de même à danser correctement, il faut croire que malgré ce qu’il s’était passé entre nous, ça n’entachait pas nos talents respectifs. Et elle le remarquait aussi. Plus encore, elle s’interrogeait sur mon apprentissage. Ca venait de plusieurs choses, les bals des années précédentes, des petits cours de la part de ma mère en prévision de ceux-ci… Rien de bien exceptionnel, c’était finalement surtout la pratique qui avait fait que j’étais à l’aise.
    « Hé bien… »
    Mais pas le temps de lui répondre. Londubat reprenait la parole, à la grande surprise d’une majorité de l’assemblée. En même temps, sa première phrase n’annonçait rien de bon et me donnait déjà envie d’abandonner toute cette mascarade. Mais bon, il ne m’en laissa pas le temps, en rajoutant quelque chose de pire. Je comprenais à peine ce que ça impliquait que ma tête se mit à tourner, puis ce fut le trou noir.

    Et mon réveil ne me laissa pas plus de temps pour comprendre l’étendue du discours du directeur. J’avais d’autres urgences à gérer, mon corps me semblait… bizarre. Déjà, depuis quand j’étais sur la pointe des pieds ? Pourtant mes talons reposaient sur quelque chose… Et à ma connaissance, j’ai pas embarqué de talons hauts, c’est pas trop mon truc. Et puis tous mes habits étaient changés, plus de pantalon, plus de veste, j’étais en… robe ? Entre mes jambes, plus rien. Sérieusement, quoi ? C’est peut-être stéréotypé, mais pour un garçon, ça fait bizarre de plus avoir ses bijoux de famille. Et enfin au niveau de mon torse, c’est quoi ça ? Machinalement, ma main libre (l’autre tenait un verre ?) monta pour se rendre un peu mieux compte de ce qu’il y avait. Je les soupesais quelques instants avant d’enfin comprendre… Depuis quand j’ai des seins ? Mais qu’est-ce que c’est que ce bordel ? Par réflexe, je levais le verre vers mes yeux pour espérer voir un reflet même flou, et là, je compris. Ce n’était plus mon corps. On se croirait dans un vieux film de SF pourri, j’étais dans le corps d’une autre. Et pas n’importe qui en plus, j’étais dans la prof de potions. Bordel, c’était ça son plan ? J’avais même pas osé l’imaginer tant c’était kitsch !

    Tournant ma tête d’un coup pour voir qui se trouvait à mes côtés, je me mangeais des cheveux dans les yeux et dans la bouche. Bordel, c’est pas pratique les cheveux d’une fille tiens. Mais au moins, j’apercevais quelque chose de très prometteur. A mes côtés se tenait le professeur Winslow. S’il y en avait bien un qui pouvait comprendre ce qu’il se passait, c’était lui.
    « Professeur ! C’est parfait que vous soyez là ! Je ne suis pas Miss Burgess, je suis Zach Thompson. Qu’est-ce que je fiche dans ce corps ? Qu’est-ce qu’il nous a fait le directeur ? Vous étiez au courant ? Comment il peut nous faire ça après Halloween ? »
    Je le bombardais de questions avec un air un peu paniqué. Franchement, c’était pas aussi flippant qu’Halloween, mais j’étais pas plus rassuré pour autant. C’était une position très… inconfortable. Aussi bien à cause des talons que ce qui me manquait et ce que j’avais en trop. Et puis tout simplement le fait d’être dans le corps de quelqu’un d’autre. Et d’une prof en plus. Bref, c’est la merde.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8215-understood-the-mind-is-bigger-than-the-whole-universe-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8229-too-many-things-in-my-head-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8230-look-what-i-did-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8231-real-talk-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8232-real-fast-talk-casey

Arrivé(e) le : 22/08/2017
Parchemins rédigés : 1121
Points : 10
Crédit : moi (Frances Cobain)
Année : Quatrième (redoublante)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Billie

MessageSujet: Re: Joyeux Noël ! [INSCRITS]   Dim 7 Jan - 21:08


❝ joyeux noël ❞le balLa seconde d’avant, elle était au bras de Zach, passait une bien meilleure soirée qu’elle ne l’aurait parié, malgré la proximité de leur deux corps imposée par la danse dans laquelle ils s’étaient engagés ; la seconde d’après, alors que les mots de Neville Londubat s’inscrivait lentement dans son esprit, elle se retrouvait à un tout autre endroit de la Grande Salle. Déboussolée, plusieurs secondes furent nécessaires pour qu’elle prenne l’entière mesure de la situation dans laquelle elle évoluait désormais. Ses bras étaient passés autour de la taille d’une personne qui n’était plus Zach et elle ne parvint pas à trancher pour décider si c’était une bonne chose ou si c’était bien pire étant donné que leurs corps collés avaient réduit à néant toute la saine distance qu’elle avait imposée entre elle et son cavalier. Son visage à quelques millimètres du sien, elle pouvait sentir son souffle sur sa peau, élément qu’elle qualifierait de désagréable, mais tout bascula bien vite. Avant d’avoir pu esquisser le moindre mouvement, d’avoir pu prononcer le moindre mot, alors que Casey se rendait compte qu’elle enlaçait langoureusement Daniela, les yeux de cette dernière s’agrandirent d’une lueur que la jeune femme assimila à de l’horreur et sa voix perçante lui cria bientôt de s’éloigner d’elle. Sentant ses épaules se délester d’un contact, elle ne se fit pas prier pour reculer d’un pas même si elle trouvait la réaction de Daniela légèrement exagérée. N’était-elle donc pas capable de se contrôler un minimum en public ? Casey et elle n’étaient certainement pas les meilleures amies du monde, en fait, aux dernières nouvelles, elles ne se connaissaient même pas, excepté un bref moment passé ensemble dans un cauchemar dans lequel on les avait plongées lors de Halloween. Mais mis à part cette chasse - dont elles avaient été les proies - Casey ne se souvenait pas avoir jamais eu le moindre contact avec la Poufsouffle, rien qui ne justifia cette réaction d’horreur. Tout ce que la Serdaigle associait à sa camarade, c’était une certaine honte qu’elle ignorait sciemment, car à quoi bon ressasser un passé qu’on ne pouvait pas changer ? Elle regrettait de s’être enfuie face à la vision de la jeune femme, une corde enroulée autour du coup, tout en sachant en son for intérieur qu’elle aurait été incapable de la sauver. Au cours de ces quelques secondes d’éternité, entre le moment où elle avait croisé son regard et celui où elle avait tourné les talons, c’était son instinct le plus primaire qui avait pris les commandes de son corps, la faisant détaler à toute vitesse. Est-ce que Daniela lui en avait voulu pour ça ? Elle n’en savait fichtrement rien et n’en avait rien à foutre. Sa culpabilité n’était pas quelque chose que la Poufsouffle pouvait atténuer ou exacerber, selon comme elle-même vivait la chose, mais uniquement un jugement que Casey se portait à elle-même. Au moment où le poing de Daniela s’écrasait sur sa mâchoire, Casey se fit la réflexion qu’elle devait lui en vouloir, finalement, et même sacrément. Tu es complètement folle ? lâcha-t-elle d’une voix acide, mais bien plus grave que sa voix normale, en portant sa main jusqu’à son visage, son autre poing se serrant de colère. Dans un tout autre contexte, elle aurait répliqué et ne se serait pas privée de frapper sa camarade à son tour, mais elle était toujours un peu choquée, mille et unes informations s’entrechoquant dans son esprit, l’une d’elle éclairant un peu plus sa situation actuelle alors qu’elle constatait que ses doigts n’étaient plus fins et gracieux mais s’approchaient plus de boudins épais.

Les mots du directeur revinrent sur le devant de la scène et l’étonnement se peignit sur son visage de glace. Il n’avait pas réellement osé faire ça ? Se désintéressant momentanément de Daniela - mais était-ce vraiment elle ? - Casey jeta un coup d’oeil à la salle. Tous les élèves s’étaient arrêtés de danser et contemplaient d’un air plus que surpris les personnes en face ou autour d’eux. Elle espérait ne pas avoir l’air aussi benêt qu’eux parce que c’était franchement ridicule mais ne savait plus comment se tenir, ni comment agir, propulsée dans un corps trop lourd, trop gros pour être le sien. Reportant son attention sur la personne la plus proche, à savoir Daniela, elle estima que le regard que cette dernière lui lançait ne lui était pas adressé, pas à elle, mais à son enveloppe charnelle. Chose étrange, car si elle raisonnait correctement, et elle n’en doutait pas, elle était très certainement dans le corps de son petit-ami - avec qui d’autre, sinon, aurait-elle été enlacée si amoureusement ? Son corps en frissonnait, pas de plaisir, rien que d’y penser. La suite logique de toute cette histoire était qu’une autre personne se trouvait actuellement dans le corps Daniela et cette personne n’aimait franchement pas le corps dans lequel elle, elle se trouvait. Super, elle payait parce qu’un type idiot avait fait une connerie quelconque. Ce n’est pas qu’elle avait particulièrement à coeur les intérêts de la personne qu’il avait blessée, mais elle préférait éviter de se prendre un autre poing dans la figure. Londubat avait parlé de quelques minutes pour voir à travers les yeux d’un autre, elle voulait bien voir autre chose que des coups. Desserrant le poing, adoptant une voix un peu moins amère, Casey ne fit cependant pas le moindre pas vers la Poufsouffle, sachant reconnaître un corps tendu comme un arc quand elle en voyait un. Tu n’es pas Daniela, n’est-ce pas ? Parce que, personnellement, je ne suis pas non plus... Elle baissa les yeux sur ce corps, cherchant, fouillant dans sa mémoire, ne parvenant pas à trouver comment ce type pouvait bien s’appeler. Lui. Et j’apprécierai de ne pas me prendre un autre coup qui lui est destiné. Maintenant que ce fait était établi - encore fallait-il que la personne en face ne soit pas débile et comprenne le bordel dans lequel le directeur les avait tous mis - Casey s’inquiétait de savoir ce qui lui arrivait, à elle. Fouillant la salle des yeux, elle cherchait son corps, son corps à elle, le vrai, espérant que la personne qui s’y trouvait actuellement - c’était vraiment étrange de penser ça, elle n’arrivait pas à croire que c’était réel, mais préférait rester concentrée sur un point à la fois - ne ferait pas n’importe quoi. Il n’y avait aucune raison, par exemple, qu’il se décide à remonter les manches de sa robe, mais la simple idée qu’elle ne soit pas en possession de ses membres et de ses gestes lui donnait le vertige et lui tordait le ventre.
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 15/11/2017
Parchemins rédigés : 383
Points : 7
Crédit : Selena Gomez
Année : Première année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Non

MessageSujet: Re: Joyeux Noël ! [INSCRITS]   Dim 7 Jan - 21:44

Eliana is... Professor VaatiVidya !

Il y a des expériences que l’on ne soupçonne pas vivre un jour. Des expériences dont la magie même ne nous inspirerait pas l’idée. Des expériences inimaginables, incongrues, improbables. Tandis que j’étais trop occupée à être fâchée contre moi-même - pour avoir raté mon coup au buffet, mais aussi pour m’être faite arrêter en moins de temps qu’il n’en fallait -, je n’avais pas prêté attention au second discours du directeur, ni à cet étrange moment de flottement qui m’avait donné l’impression d’être littéralement aspirée de mon corps…

Ce mauvais pressentiment que j’avais ressenti à l’ouverture du bal, il prenait tout son sens désormais. Comme si j’étais revenue dans mon corps en à peine une seconde, j’eus le réflexe de regarder les paumes de mes mains. Mon air éberlué, comme si mon sens de la vue avait été altéré, c’était les mains d’un autre que je voyais. Des mains d’hommes. Celles d’un adulte. Comme pour me prouver que j’avais encore toute ma tête, je me tâtai de ces mains qui n’étaient pas les miennes. Déjà, j’étais couverte de la tête au pied, d’une couleur et d’un tissu qu’il n’était pas dans mes habitudes de porter. À mon cou, siégeait un nœud papillon d’une texture soyeuse. Et le costume que je portais était – semble-t-il – taillé sur mesure pour moi. Du moins… pour le propriétaire de ce corps. La couleur bleu-violet du veston avait été choisie avec une grande attention, l’intention de vouloir dégager de l’élégance sans pour autant tomber dans le m’as-tu-vu. Quoique… cette manière de se conformer aux codes vestimentaires était tout ce que je haïssais !

Je n’avais pas la possibilité de me voir dans un miroir, mais je ne doutais pas de l’identité du corps dans lequel j’avais atterri. J’écarquillai les yeux car, sous l’impulsion de cette idée, une deuxième, probablement déterminante, me frappa : peut-être que le contre sort était de trouver l’identité de la personne qui avait élu domicile dans mon corps ! Je me retournai avec une vivacité non dissimulée, tenant mal sur mes deux jambes inhabituellement trop longues, dans ce costume sur mesure que je ne souhaitais pas abîmer, et ma taille trop haute (c’était étrange d’être à la taille des adultes, de tout voir, et même d’être plus grande que d’autres adultes). Dans cette agitation générale et bruyante, je retrouvai mon enveloppe corporelle initiale à seulement quelques mètres derrière moi, Wyatt toujours près de moi (mon corps), s’il était toujours lui.

Et quelle ne fut pas ma surprise lorsque je me vis, toute petite, avec le même air d’effarement que la plupart des visages nous entourant. Me voir, moi, d’une autre perspective, me fit avoir une réaction bien disproportionnée au tempérament légendairement calme de mon professeur. Je poussai un cri suraigu, que je n’avais jamais entendu. Cela me dérouta tellement que je me tus aussitôt, plaquant mes deux mains – trop grandes – sur ma bouche. Ces mains d’homme étaient plus fortes qu’à l’accoutumée, si bien que je m’en giflai.

« Aïe ! » m’écriai-je d’une voix étouffée, reculant de deux trois pas en arrière sous la violence du coup.

Je mis une trentaine de secondes avant que ma respiration ne se calme. Je repris mes esprits du mieux que je pus et me recentrai sur mon idée principale, à savoir : trouver le contre sort. Il était évident qu’après Halloween, la direction voulait encore se jouer de nous, et de ce que je pouvais interpréter des réactions autour de moi, aucun des convives n’appréciaient ce cadeau de fin d’année. Je cherchai des yeux Londubat, que j’aperçus bien loin de nous, un sourire malicieux sur le visage, visage que j’aurais voulu orner d’un joli coup de poing. Je me reconcentrai sur la personne qui logeait dans mon corps. Je ne savais pas combien durerait ce manège, je n’avais rien entendu de ce qu’avait dit cet imbécile, mais si nous restions ainsi jusqu’à la fin du bal ? Voire toute la nuit ?

J’avançai jusqu’à la personne qui était à ma place et celle dans le corps de Wyatt. Je les gratifiai d’un sourire amical, mais vu leur expression déconfite, je crois que ce que je leur avais servi n’avait rien d’un sourire. Prenant mon mal en patiente, ne supportant plus de me retrouver coincée dans le corps d’un adulte, je leur fis part de mon plan :

« Toi ! hélais-je la personne qui habitait mon corps (m’entendre dans la voix d’un autre était tellement bizarre !). Je suis Eliana Bradley et tu es dans mon corps. Et quant à toi, me tournai-je vers la personne dans le corps de Wyatt, tu es dans le corps de mon ami / cavalier. Je sais que c’est absolument fou et grotesque, mais je pense savoir comment nous sortir de là. Tout maléfice de cette nature devrait avoir un contre sort, non ? Et si pour celui-ci, il s’agissait juste de retrouver nos âmes respectives ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8200-felicia-anna-williams-toujours-aller-de-l-avant-terminee?nid=5#185208http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8203-felicia-a-williams-lire-en-toi-comme-dans-un-livre-ouvert#185253http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8262-felicia-journal-perdu-pour-ne-rien-oublierhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8263-felicia-de-l-encre-blanche-sur-une-page-noire#187070http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8264-felicia-del-encre-oh-une-tache#187071

Arrivé(e) le : 19/08/2017
Parchemins rédigés : 412
Points : 3
Crédit : Perrin ♡ (Millie Bobby Brown)
Année : 4ème année (14 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Hilary Fitzpatrick-Priest

MessageSujet: Re: Joyeux Noël ! [INSCRITS]   Dim 7 Jan - 22:08


Joyeux Noël !
Observer en silence, c’était peut-être ce que Felicia savait faire de mieux. La Salle de Bal recelait de choses à voir, déjà de part sa beauté, de sa décoration et de son buffet bien garni ; mais également de part les élèves, préfets et professeurs qui peuplaient la Salle de Bal. La jeune fille était venue se terrer près du buffet pour essayer d’échapper au flot de personne qu’il y avait, pour se désaltérer car elle crevait de chaud avec tout ce monde, pour éviter de faire la conversation aussi peut-être. Un petit verre, histoire de se rafraîchir le gosier, de se cacher derrière même si l’on pouvait toujours voir son visage à travers. Oz l’avait rejoint prêt du buffet. Elle n’échapperait pas à la discussion. Et puis, c’était elle qui avait accepté d’y aller après tout, il fallait qu’elle assume un peu. Felicia avait proposé à Oz d’aller parler avec Pandora, s’il était vraiment si inquiet de ce qu’elle pouvait bien penser. Parce qu’à part une ou deux blagues de leur côté, ils n’allaient pas parler de grand chose. Enfin, ça c’était ce qu’elle pensait si jamais il ne se passait rien. Parce qu’il se passait toujours quelque chose. La Poufsouffle n’avait pas vraiment fait attention au discours du directeur au tout début du bal ; déjà parce qu’elle n’en avait pas envie, puis parce qu’elle faisait confiance au directeur. Elle avait envie de lui faire confiance. Même si après Halloween, un arrière-goût amer se glissait dans sa gorge. Il s’y prenait mal dans sa quête de paix, ça, il n’y avait pas à dire. Pendant qu’elle laissait Oz réfléchir, Felicia observa les alentours comme elle savait si bien le faire. Mais bon, à part les gens de sa propre maison, il y avait définitivement trop de monde au niveau du buffet pour reconnaître qui que ce soit. En reportant son regard vers la piste de danse, elle remarqua Casey rapidement, entre deux pas de danses des autres couples sur la piste. Il y en avait au moins qui s’amusait. Ce n’était pas la jeune fille qui allait proposer à Oz d’aller danser. Ce serait trop bizarre. Elle ne se sentait pas assez à l’aise pour ça, et sûrement pas pour danser avec un garçon. La jaune & noir n’avait pas mis de talons - merci les ballerines toutes simples -, mais danser en robe serait déjà suffisamment compliqué comme ça. Elle aurait pu mettre ses tennis en toile montante que cela aurait été la même chose, le même problème, la même galère: marcher encore et toujours sur le plis de sa robe. Le petit-four c’était une chose, mais trébucher sur sa propre robe en dansant en plein milieu des gens, c’en était une autre ; et elle allait s’épargner ça. Puis, Oz et elle, en train de danser, une situation bizarre et gênant, peut-être pire que leurs propres blagues. Non, vraiment, elle préférait encore rester ici à discuter tranquillement. Felicia traînerait son partenaire parler à Pandora s’il le fallait vraiment, pour éviter l’ennui, mais tout pour éviter la gêne.

La quatrième année continuait de boire dans son verre, histoire de faire quelque chose que d’attendre sans rien dire et sans rien faire. La soirée continuait, sans incident, sans bouleversement, sans ennui. C’était presque un miracle, mais surtout difficile à croire. Et il suffisait d’y penser pour que quelque chose se passe. Même si Felicia ne se trouvait pas loin de l’événement, elle ne comprit pas tout ce qu’il se passa. Le résultat, en tout cas, c’était qu’une partie du buffet était gâchée. Alors qu’il y avait tant de monde autour ! C’était un désastre. Le tour d’une première année si elle avait bien compris... La jeune fille essayait de se penser dans tous les sens pour voir ce qui avait bien pu provoquer cela. Un sacré ramdam en tout cas ! Les professeurs, dont le professeur Mandrake, s’occupèrent rapidement de l’incident, mais le résultat demeurait le même : un buffet gâché. Et Felicia avait fini son verre. Enfin, au moins, cela avait fait un peu d’action, mais ça n’arrangeait pas ses affaires. Peut-être en saurait-elle plus à propos de cet incident dans la Gazette de l’école ? Mais qu’allait-elle faire maintenant qu’elle n’avait plus d’excuses pour esquiver quoi que ce soit ? Le buffet n’allait pas se remplir en un fragment de secondes... « Merlin. » Felicia se retourna vers la provenance de cette voix, d’autant plus qu’elle semblait proche d’eux et familière. En effet, la Poufsouffle reconnu Narcissa qui avait visiblement renversé son verre sur Oz et qui ne se gêna pas pour jauger la jaune & noir. Elle ne s’en offusqua pas, c’était tout elle de toute façon. « Modeste ton style. Mais ça te va bien. » Ah ! Ce n’était pas qu’elle pensait, mais Oz avait dit quelque chose de similaire en tout début de soirée. Si seulement elle était venue habillée comme son cavalier... Enfin, son costard était fichu pour le moment ; et comparé à Narcissa elle-même, tout pouvait paraître modeste, c’était sûr. Néanmoins, venant de sa bouche, le compliment avait un peu plus de valeur pour sa propre estime. « Comparé à toi, je n’en doute pas. » Elle se retint de lui dire qu’elle était superbe. La Serdaigle devait le savoir de toute manière. « C’est rare de te voir en dehors de la bibliothèque. » Felicia fit un petit sourie en coin.

Puis soudain, la musique se tût, les visages se tournèrent vers le directeur pour la deuxième fois ce soir. Une autre annonce ? Oh, cette fois, la Poufsouffle le sentait mal. Elle ne voulait pas que le directeur termine son discours. En fait, elle voulait qu’il ne l’ait même pas commencé. Parce qu’il s’embarquait dans les problèmes. Tous les élèves allaient finir par le détester, et c’était difficile de faire pire que l’année dernière. Mais là. Il allait juste créer la discorde et la panique dans la Salle de Bal. Il...
Un coup de baguette seulement. Les yeux de Felicia ne voyaient plus la même chose. Elle voyait de plus haut. Il y avait toujours Narcissa dans son champ de vision, mais elle voyait également... Son propre corps ? Elle baissa la tête pour regarder ses mains, ses bras. Sa tenue n’était plus la même. En fait, elle ressemblait beaucoup à celle sur laquelle elle lorgnait depuis le début de la soirée. Elle ressentait une tache humide sur le costume. « Le cocktail de Narcissa... » La jeune fille glissa sa main dans ses cheveux, en faisant passer ça pour un réflexe, mais surtout pour vérifier sa tignasse qui était beaucoup plus longue que celle qu’elle avait. Le corps d’Oz. Felicia jeta un regard à travers toute la salle. Vu l’étonnement apparent dans les gestes de chacun, tout le monde avait échangé de corps. TOUT LE MONDE. D’accord. Il fallait rester calme. La jaune & noir commença à ronger ses ongles. Enfin, les ongles d’Oz. Elle arrêta bien vite d’ailleurs quand elle se souvint que ce corps n’était pas le sien en s’essuyant les doigts sur la veste. À la place, elle croisa les bras sous sa... poitrine ? Non. C’était un torse plat qu’elle avait là. Oh, que tout ceci était déstabilisant ! Encore plus quand on voyait son propre corps en face de soi. Felicia garda tout de même les bras croisés mais dans une position indélicate, peu habituée au corps d’un homme. Elle voulait retrouver son corps. Elle voulait retrouver son corps. Elle n’allait pas prendre le risque de croiser les jambes, ou même de les serrer, ou quoi que ce soit. Non, non, non. La jeune fille écarta les jambes, peut-être un peu trop, mais qu’importe ! Qui était dans son corps ? Oz ? « Oz ? Est-ce que c’est toi dans mon corps ? » Ça restait logique, si elle était dans le sien. Elle regarda dans la direction de Narcissa également. « Narcissa ... ? » Si c’était encore elle. Juste... Un long soupir s’échappa. « Bon sang ! Londubat et sa logique tordue ! » Elle était si proche et si loin d’elle-même. Perturbant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Contenu sponsorisé



CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: Joyeux Noël ! [INSCRITS]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Joyeux Noël ! [INSCRITS]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard, 19 ans après. :: La Corbeille :: 
Corbeille
 :: Les vieux RPs
-
Sauter vers: