AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Année 2023-2024] The more wit, the less courage ▬ Casey [TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7879-cruz-v-rosewood-le-visage-d-un-ange-mais-le-diable-au-corps-finihttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7882-cruz-your-hell-your-dream-nothing-in-betweenhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7883-cruz-les-mots-comme-trace-de-notre-passagehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7884-cruz-de-votre-plus-belle-ecriturehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8024-cruz-des-petits-mots-a-gogo#181927

Arrivé(e) le : 19/05/2017
Parchemins rédigés : 978
Points : 13
Crédit : Eilyam (Vanessa Hudgens)
Année : Septième

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Aucun

MessageSujet: [Année 2023-2024] The more wit, the less courage ▬ Casey [TERMINE]   Sam 16 Déc - 17:48

The more wit, the less courage

feat. Cruz & Casey

Cruz n'avait pas revu Casey depuis cette fameuse nuit, quelques jours seulement après leur soirée cauchemardesque d'Halloween. Une nuit pleine de surprises et de révélations, de prises de conscience aussi. Une nuit qui leur avait fait du bien, à l'une comme à l'autre. La Serpentard connaissait Casey de longue date, depuis la première année de la jeune femme à Poudlard. Elle avait d'abord fait connaissance de son poing, avant de s'intéresser à la Serdaigle. Depuis, les deux jeunes femmes avaient pris pour habitude de parfois réviser ensemble et surtout de s'entraîner aux sortilèges ensemble. Mais jamais Cruz n'aurait pu penser se retrouver autant en Casey. Cette fille était comme un miroir pour l'Espagnole, le reflet quasi parfait de ses propres doutes et angoisses. Avec elle, la jeune femme avait pu parler des tourments qui la rongeaient suite au choix qu'elle avait dû faire dans cette illusion d'Halloween : celui de sauver Isidore et, par conséquent, de donner sa propre vie en échange. Cruz s'était livrée comme jamais elle ne l'avait fait jusqu'alors et pourtant de manière si spontanée qu'elle-même avait été surprise par la facilité qu'elle avait à parler avec la Serdaigle. Cette dernière l'avait écoutée, rassurée, comprise et ce, sans jamais la juger une seule fois. C'est sans doute cela qui avait amené la Serpentard à réussir à parler de son passé avec la brune. Ce passé enfoui, caché, protégé et défendu bec et ongle depuis l'arrivée de Cruz à Poudlard. Ce passé qu'elle n'aurait jamais pensé avouer à quelqu'un. Casey avait réussi à déverrouiller une partie du cœur de la jeune femme ce soir là, sans jamais la forcer à la confidence. C'est ainsi que les deux élèves s'étaient aperçues que leurs histoires personnelles avaient beaucoup en commun. L'une était une orpheline qui n'avait jamais eu la chance d'être adoptée, l'autre une enfant arrachée à sa famille par l'assistance sociale et placée dans une famille d'accueil tout aussi détestable. Des filles sans parents, voilà ce qu'elles étaient. Des filles dont on ne voulait pas, mais qui pourtant étaient là alors qu'elles n'avaient jamais rien demander à personne. Et il fallait bien faire avec et réussir à construire son petit bout de chemin malgré les casseroles qu'elles trainaient derrière elles. Des survivantes avec une rage qui se développait à l'intérieur de leurs entrailles contre cette vie qui dressait sans cesse des obstacles sur leur route. Leur nuit de confidence avait pris fin comme elle avait commencé, presque par hasard. Les deux jeunes femmes s'étaient quittées apaisées. Ou, du moins, c'est ce que Cruz avait crû.

En effet, la préfète des Serpentards n'avait pas revu sa comparse depuis cette nuit là. La Serdaigle semblait l'éviter, non en fait elle semblait surtout éviter tout le monde. Elle n'était plus venue au réunions du club, alors qu'elle paraissait enchantée d'en faire partie. Elle n'avait pas non plus répondu à la lettre que Cruz lui avait envoyée, espérant arriver à entrer en contact avec elle de cette façon. A Poudlard, Casey semblait tout faire pour ne pas avoir à croiser Cruz. Si jamais, par mégarde, elles se trouvaient dans le même couloir, la quatrième rebroussait chemin ou tournait avant d'arriver à la hauteur de l'Espagnole. Celle-ci n'était d'ailleurs même pas sûre que Casey assistait à tous ses cours. Lassée de cet interminable jeu du chat et de la souris, Cruz avait fini par abandonner tout espoir de pouvoir discuter une nouvelle fois avec la jeune femme. Le temps lui ne s'était pas arrêté et l'automne s'en allait tout doucement pour laisser place à l'hiver. Nous étions désormais au tout début du mois de décembre et un tapis de neige avait recouvert les ruelles de Pré-Au-Lard. Cruz, accompagnée d'Edward avec qui elle avait eu un rapprochement inespéré, vérifiait les autorisations des élèves de Serpentard avant de les laisser se rendre au village. Puisque c'était une sortie commune à toutes les maisons et que les rues allaient grouiller d'élèves, les deux préfets avaient convenus de ne pas passer l'après-midi ensemble afin de ne pas se faire remarquer. Leur relation était secrète, inconnue de tous et Cruz préférait qu'il en soit ainsi pour diverses raisons. C'est donc seule que la jeune femme arpentait les rues enneigées de Pré-Au-Lard, armée d'un bonnet, d'une écharpe et d'une paire de gans. Malgré tout cet attirail, la Serpentard songeait fortement à s'abriter : peut-être aux Trois Balais ou à la Licorne Blanche. Se dirigeant vers ce dernier bar, Cruz se ravisa soudainement. Elle n'avait pas vraiment d'argent à dépenser dans des pâtisseries : non seulement elle voulait être mince pour être belle lors du bal de Noël mais en plus elle envisageait sérieusement d'offrir un cadeau à Madison pour Noël. Et qui dit cadeau, dit argent. Il fallait donc se montrer raisonnable et économe en cette période de fêtes. Alors que la jeune femme rebroussait chemin et sortait de la ruelle dans laquelle elle s'était engagée, elle tomba nez-à-nez avec deux grands yeux bleus qui ne lui étaient pas inconnus. « Casey ? Si je m'attendais à te trouver là ... » Déclara Cruz, un peu surprise de tomber sur la Serdaigle. Dans son étonnement, la sixième année n'eut pas la présence d'esprit de retenir sa comparse : elle allait sûrement prendre la poudre d'escampette, encore une fois.

made by guerlain for bazzart



Cruz V. Rosewood
Family isn't always blood. It's the people in your life who want you in theirs. The ones who accept you for who you are.


Dernière édition par Cruz V. Rosewood le Sam 3 Fév - 20:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8215-understood-the-mind-is-bigger-than-the-whole-universe-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8229-too-many-things-in-my-head-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8230-look-what-i-did-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8231-real-talk-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8232-real-fast-talk-casey

Arrivé(e) le : 22/08/2017
Parchemins rédigés : 1192
Points : 16
Crédit : moi (Frances Cobain)
Année : Cinquième (redoublante)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Billie

MessageSujet: Re: [Année 2023-2024] The more wit, the less courage ▬ Casey [TERMINE]   Dim 17 Déc - 0:27


❝ the more wit, the less courage ❞Cruz & CaseyEn cette matinée de décembre, le réveil de Casey ne fut pas des plus calmes. En cause, une journée placée sous le signe d’une sortie à Pré-Au-Lard pour toutes les maisons et pour la majorité des élèves. S’enfonçant dans ses coussins, disparaissant sous sa couette, la jeune fille attendit que ses camarades de dortoir quittent ce dernier pour enfin se redresser et s’étirer en baillant. Les voix désagréables - tout lui était désagréable lorsqu’elle émergeait d’une nuit de sommeil - des filles qui partageaient cette chambre lui avaient indiquée que la neige était tombée dans la nuit. En effet, en se levant et en s’approchant d’une fenêtre, Casey constata que le sol, à l’extérieur, était recouvert d’un tapis blanc, immaculé. Cette vision contribua à apaiser quelque peu la brune qui s’habilla sans se presser. Les élèves allaient se précipiter à Pré-Au-Lard et elle pouvait prendre tout le temps qui lui était nécessaire pour faire la même chose si elle souhaitait éviter de se retrouver au milieu de la cohue. Par-dessus son gros pull gris dont elle avait retroussé les manches, Casey enfila une écharpe qui la protégerait efficacement du froid, ainsi qu’un bonnet et des gants assortis. Ses bottes à talons plats ajustées sur son pantalon noir, et elle était fin prête. Dans le miroir en face d’elle, son reflet lui renvoyait l’image d’une jeune fille parfaitement habillée et sûre d’elle. Il lui avait fallu du temps pour en arriver à cette image, composant avec le manque d’argent inhérent à son état d’enfant moldue placée en famille d’accueil, avec ses failles et ses cicatrices. Elle avait tout fait pour en arriver là, pour laisser derrière elle son passé fait de violences et d’abandon, pour couper un à un les fils qui la reliait à lui. Est-ce qu’elle avait réussit à le faire ou est-ce que ce n’était qu’une illusion, c’était une autre histoire. Elle avait pensé y être arrivée, avoir fait le plus gros, et puis l’année dernière avait tout balayé, comme une tempête souffle les feuilles mortes, sans pitié, sans considération. Elle s’était retrouvée aussi démunie face aux mangemorts qu’elle l’avait été face à son père, son seul réconfort étant la trêve qui s’était instaurée naturellement avec Brooklyn. C’était, elle en était consciente, au fond, ce qui lui avait donné la force de se battre. Ils se battaient toujours, l’un pour l’autre, ensemble. Depuis qu’ils étaient tous petits. Jusqu’à ce qu’ils en viennent à se battre l’un contre l’autre. L’arrêt des hostilités, l’année dernière, avait été une bouffée d’air frais au milieu de l’horreur. Loin de croire que ça effacerait tout le reste, Casey avait quand même espéré que ça finirait par être le cas. Et puis après quelques pas en avant, ils avaient faits un retour en arrière drastique. Juste deux petits mots qui avaient mis au renouveau naissant de leur amitié. Et qui avaient replongés Casey au fin fond d’elle-même, là où elle souhaitait plus que tout être seule, là où elle ne voulait parler à personne, ne voir personne, ne côtoyer personne. À quoi bon, si c’était encore pour s’attacher. Toutes les relations étaient vouées à l’échec, c’était bien ce qu’elle retenait de tout ça.

Il y avait certaines personnes qu’elle évitait plus que d’autres, pour différentes raisons. Alors qu’elle quittait enfin le château, empruntant le chemin enneigé, troué des pas des élèves qui l’avaient précédée, elle leva son visage vers le ciel de coton, se rassasiant du froid. Casey avait cessé de se rendre aux réunions du club, ne se sentant pas l’aplomb de garder ce masque superficiel face aux filles, ni la force de s’intéresser, d’une quelconque manière, à la mode et aux autres sujets futiles qui accompagnaient toujours ces moments là et qui lui convenaient pourtant parfaitement depuis le début de l’année. Arrivée à Pré-Au-Lard, la Serdaigle ne se sentit ni l’envie, ni le courage de pénétrer dans un des bars ou salon-de-thé qui bordaient le petit village. Elle y trouverait, assurément, des élèves, et c’était justement tout ce qu’elle fuyait. Les boutiques ne la tentaient pas plus, elle n’avait, de toute manière, pas d’argent à dépenser, alors elle laissa ses pas l’emmener où bon leur semblait, ses pensées divaguant sans réel but. Plongée dans celle-ci, le nez levé vers le ciel, elle aperçu du coin de l’oeil une silhouette au moment où elle allait lui rentrer dedans et s’arrêt net à quelques centimètres de… Cruz. Ses pupilles s’écarquillèrent sous l’effet de la surprise tandis que celle de la Serpentard y faisait écho. Dans un autre contexte, la brune aurait prétexté n’importe quoi pour fuir loin, très loin de Cruz et éviter ainsi… tout ce qu’elle évitait, mais elle était prise au dépourvue, là, à la lisière de Pré-Au-Lard, dans une rue qu’elle ne connaissait même pas, son esprit n’arrivant pas à trouver un quelconque échappatoire. Je crois que je me suis égarée. répondit-elle simplement, son regard hésitant étudiant les alentours, son esprit cherchant une solution plausible pour retourner à sa solitude. Entrouvrant les lèvres, elle laissa l’inspiration lui dicter une idée, inspirant avant de fuir.
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7879-cruz-v-rosewood-le-visage-d-un-ange-mais-le-diable-au-corps-finihttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7882-cruz-your-hell-your-dream-nothing-in-betweenhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7883-cruz-les-mots-comme-trace-de-notre-passagehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7884-cruz-de-votre-plus-belle-ecriturehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8024-cruz-des-petits-mots-a-gogo#181927

Arrivé(e) le : 19/05/2017
Parchemins rédigés : 978
Points : 13
Crédit : Eilyam (Vanessa Hudgens)
Année : Septième

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Aucun

MessageSujet: Re: [Année 2023-2024] The more wit, the less courage ▬ Casey [TERMINE]   Mer 20 Déc - 21:54

The more wit, the less courage

feat. Cruz & Casey

Les rues de cette partie de Pré-Au-Lard étaient plus étroites mais aussi plus sombres que les autres. Les murs de pierre semblaient ternes, comme si une couche de saleté les recouvraient. Fort heureusement, le soleil réfléchi par la couche de neige fraîche qui recouvrait le sol permettait d'atténuer le côté lugubre que pouvaient avoir ces rues, surtout à la tombée du jour. C'était le genre d'endroit que Cruz ne fréquentait pas lorsqu'elle était à Poudlard, pour coller à son image de jeune fille modèle. Pourtant, lors des vacances d'été quand Cruz rentrait à Londres, cette dernière passait le plus clair de son temps dans des lieux tels que celui-ci. Parce que son orphelinat se trouvait dans un quartier défavorisé et, par conséquent, elle n'avait eu d'autre choix que de s'acclimater à son lieu de vie. Si elle avait eu la possibilité de s'échapper de son existence médiocre, bien sûr qu'elle aurait préféré des endroits bien plus appréciables et appréciés tels que les beaux quartiers de Londres. Mais la jeune femme n'avait pas eu cette possibilité, personne ne l'avait. Aussi avait-elle appris à vivre et surtout à survivre dans cet environnement hostile, pas toujours très sécuritaire aux yeux de la plupart des gens. Cruz ne partageait pas cet avis, du moins pas entièrement : quand on connaît la rue, elle ne peut pas nous faire de mal. Et si jamais quelqu'un s'approche de trop près, sors tes poings et dis au danger d'aller se faire voir. C'est comme ça qu'elle procédait, dans les ruelles sales et mal éclairées de Londres et d'ailleurs. Du moins, lorsqu'elle ne risquait pas de se retrouver face à un élève, qui plus est qu'elle connaissait. La jeune femme était plus que surprise de se trouver face à Casey, qui l'évitait depuis plusieurs semaines, dans cet endroit. Premièrement, Cruz ne pensait pas que la Serdaigle aimait se balader dans ce genre d'endroits. Ensuite, connaissant l'intelligence de la quatrième année, il était étonnant de voir qu'elle s'était laissée avoir aussi facilement. C'était comme lors de leur dernière rencontre, dans une impasse sombre et déserte du septième étage de Poudlard. Casey s'était faite avoir comme une bleue, là aussi. Elle qui devait connaître toutes les combines pour échapper à la vigilance des préfets et professeurs s'était engagée de son plein gré dans un cul-de-sac, erreur typique d'un débutant. Erreur qu'elle avait commise parce qu'elle était préoccupée par ce qu'elle avait vécu lors de sa soirée d'Halloween. Si aujourd'hui encore elle se laissait piéger de la sorte, c'était que quelque chose la tracassait à nouveau. Peut-être que ses tracas ne l'avait jamais quittée, d'ailleurs.

Casey semblait aussi surprise que la Serpentard de se retrouver face à elle. Pour sûr, elle ne devait pas s'attendre à croiser la préfète des verts et argents ici, dans cette ruelle mal-fâmée. Effectivement, rares étaient ceux qui pouvaient se vanter d'avoir aperçu Cruz Rosewood dans les parages. Il faut croire que le destin avait décidé de réunir les deux jeunes femmes, encore une fois. La sixième année marqua son étonnement dans les salutations qu'elle adressa à sa camarade, lui signifiant qu'elle ne s'attendait pas à la trouver ici. Cruz aurait pensé que la brune serait restée dans son dortoir, au lieu de se rendre à Pré-Au-Lard. Quitte à éviter tout le monde, autant le faire jusqu'au bout non ? La Serdaigle prétexta qu'elle avait dû se perdre. La panique qui agitait son regard, le faisant ainsi se balader de tous les côtés, était la preuve, s'il en fallait une, qu'elle ne mentait pas. Et Cruz, toute à sa surprise de se retrouver nez-à-nez avec Casey, n'eut pas le réflexe de la retenir par une parole ni même par un geste. A quoi cela aurait-il servi, de toute façon ? Un animal traqué ne demeurait pas moins effarouché une fois qu'il se trouvait capturé. Elle allait s'en aller, c'était évident. Elle était précisément en train de chercher comment trouver un échappatoire à cette situation. Parallèlement à cela, Cruz cherchait tout autant comment éviter que Casey ne prenne la fuite sans pour autan la contraindre à rester. La Serdaigle entrouvrit les lèvres pour prendre une grande inspiration, prête à s'enfuir. Cruz devait absolument tenter quelque chose maintenant sinon elle risquait de la perdre, et bon courage pour arriver à la croiser à nouveau. Si la Serpentard avait bien appris une chose sur sa camarade, c'est qu'elle se montrait particulièrement douée pour se montrer invisible. « J'ai pu parler à Isidore, finalement. » Prononça la jeune femme, prise d'une inspiration soudaine. Tentant le tout pour le tout, Cruz ramena la conversation sur elle, reprenant ainsi celle qu'elles avaient achevées il y a un mois de cela, dans un des couloirs froids du château. De nombreuses évolutions avaient eu lieu depuis cette nuit là, du moins du côté de Cruz. Elle avait parlé avec Isidore et ses cauchemars avaient cessé. Elle avait trouvé la réponse à cette question qui lui brûlait les lèvres. Non, elle n'était pas meilleure candidate qu'un autre au suicide. Non, elle ne méritait pas moins que les autres de vivre. Elle aussi avait une famille, en la personne d'amis chers : peut-être Casey allait finir par en faire partie, si elle cessait de fuir.

made by guerlain for bazzart



Cruz V. Rosewood
Family isn't always blood. It's the people in your life who want you in theirs. The ones who accept you for who you are.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8215-understood-the-mind-is-bigger-than-the-whole-universe-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8229-too-many-things-in-my-head-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8230-look-what-i-did-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8231-real-talk-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8232-real-fast-talk-casey

Arrivé(e) le : 22/08/2017
Parchemins rédigés : 1192
Points : 16
Crédit : moi (Frances Cobain)
Année : Cinquième (redoublante)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Billie

MessageSujet: Re: [Année 2023-2024] The more wit, the less courage ▬ Casey [TERMINE]   Ven 22 Déc - 19:49


❝ the more wit, the less courage ❞Cruz & CaseyUne sortie à Pré-Au-Lard rassemblait toujours une grande partie des élèves qui délaissaient alors Poudlard et son enceinte pour arpenter les rues et les cafés du petit village sorcier voisin. Le temps d’une journée, le château était presque vide de toute présence, ne restaient que quelques âmes qui semblaient errer dans une bâtisse abandonnée. Plutôt que de profiter de cette tranquillité quasi-assurée, Casey avait préféré se rendre elle aussi à Pré-Au-Lard, bien après tout le monde cependant pour éviter ses camarades et leur bonne humeur agaçante, fuyant les rues les plus animées du village, perdue dans ses pensées, errant sans réel but, autre que celui de ne croiser personne susceptible de vouloir lui parler. La liste de noms était très réduite mais elle tomba pourtant sur l’une de ces personnes. Croiser Cruz à Pré-Au-Lard n’était, en soit, pas une surprise : en temps que préfète, elle devait certainement avoir des obligations liées à la sortie des élèves, et surtout des Serpentard ; la croiser dans ces ruelles était par contre plus étrange. Casey avait machinalement passé le mode “pilote automatique”, laissant ses pas la guider où ils le désiraient et ceux avaient choisis les ruelles sombres et bien moins fréquentées - pour cause - du village. Et elle n’aurait pas parié sur la présence de la Serpentard ici, fréquentant habituellement les endroits moins médiocres. C’était un peu comme si on demandait à une princesse d’aller se balader dans un champ constellé de bouses de vaches : invraisemblable. Pourtant, elle était bien là, et ce n’était pas par erreur, Casey l’aurait juré. Pas comme elle qui s’était perdue dans ses pensées et donc perdue dans les ruelles. Elle semblait, de plus, parfaitement à l’aise - la rue n’était pas non plus un coupe-gorge, c’est un fait, mais l’ambiance y était tout de même bien différente que dans le centre du village. L’étonnement était léger ; les confidences qu’elles s’étaient échangés lors de leur dernière discussion expliquaient sûrement que Cruz semble parfaitement à l’aise, les orphelinats étant rarement situés dans les beaux-quartiers des villes. Ça devait trancher avec l’attitude de Casey, qui évaluait les alentours du regard pour chercher un échappatoire et pas parce qu’elle était inquiète des rencontres qu’on pouvait faire dans ce genre de rues écartés, sombres et peu fréquentée. Quand elle était à Oxford, c’était le genre d’endroit où elle passait la majeure partie de son temps. Casey ne passait que très peu de temps dans la maison de sa famille d’accueil, juste pour dormir, avant de fuir de nouveau et de retourner arpenter les rues qu’elle connaissait par coeur. Schéma qu’elle reproduisait ici, fuyant la chaleur et le silence confortable de Poudlard lorsqu’une journée à Pré-Au-Lard était prévue pour se retrouver à l’extérieur.

Confrontée à une situation imprévue, Casey inspira pendant que son esprit cherchait une excuse plausible, bien qu’elle ne doute pas un instant que Cruz sente qu’elle fuyait. Elle reconnaissait l’intelligence de sa camarade sans peine et ne lui faisait pas l’affront de la prendre pour plus débile qu’elle ne l’était. N’importe quoi ferait l’affaire, sa mauvaise foi se chargerait du reste. Mais la préfète lui coupa l’herbe sous le pied, lui annonçant de but en blanc une nouvelle qui faisait suite à leur conversation nocturne dans les couloirs de Poudlard, peu après Halloween. Casey bloqua sa respiration quelques secondes, retenant les mots qu’elle allait prononcer par devers elle, évaluant les deux options qui étaient les siennes : ne rien dire, rester, accepter d’entrer dans le sujet que Cruz venait de lancer ; ou bien signifier qu’elle avait bien entendu et fuir quand même. Laissant l’air quitter ses poumons, la brune baissa les armes. Parler avec Cruz, la dernière fois, lui avait donné l’impression que certaines parties d’elle-même se reflétaient dans un miroir. Pour une fois, elle avait pu s’ouvrir au lieu de se refermer, trouvant une certaine sécurité dans cette ressemblance jusque là inimaginée, ce qui lui avait fait un bien lui-même insoupçonné. Pouvait-il en être de même aujourd’hui ? Le fait que Cruz mentionne Isidore, avec qui les choses étaient en suspens après Halloween, fut peut-être ce qui la poussa à ne pas détaler. Isidore, Brooklyn, à quel point les histoires des deux jeunes femmes étaient-elles similaires ? À quel point Casey parviendrait-elle à réfléchir sur sa situatin en parlant de celle de Cruz ? Et puis, il y avait aussi le fait que la Serdaigle avait demandé à son amie ce qu’elle pensait de fuir Poudlard, et que sa réponse avait parlé à Casey, sans l’influencer d’une quelconque manière, réveillant juste ce qu’elle pensait au fond. Et que c’était ce même sujet qui la poussait, elle, à s’isoler depuis plusieurs semaines. Oh, les choses se sont arrangées ? Elle pressentait bien que leur conversation n’allait pas se contenter des banalités ordinaires. Cruz avait tenté de lui reparler depuis Halloween, elle lu avait même envoyé un mot, ne récoltant que le silence de Casey. Faire comme si de rien n’était ne lui ressemblait pas, aux yeux de la Serdaigle, qui glissa néanmoins les mains dans ses poches, attendant la suite de l’histoire.
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7879-cruz-v-rosewood-le-visage-d-un-ange-mais-le-diable-au-corps-finihttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7882-cruz-your-hell-your-dream-nothing-in-betweenhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7883-cruz-les-mots-comme-trace-de-notre-passagehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7884-cruz-de-votre-plus-belle-ecriturehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8024-cruz-des-petits-mots-a-gogo#181927

Arrivé(e) le : 19/05/2017
Parchemins rédigés : 978
Points : 13
Crédit : Eilyam (Vanessa Hudgens)
Année : Septième

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Aucun

MessageSujet: Re: [Année 2023-2024] The more wit, the less courage ▬ Casey [TERMINE]   Mar 2 Jan - 21:00

The more wit, the less courage

feat. Cruz & Casey

Comme un animal sauvage traqué, apeuré, cerné de tous côtés par des chasseurs fusil à la main, Casey semblait prise au piège. La comparaison peut sembler douteuse quand on sait à quoi ressemblait le cauchemar d'Halloween qu'avait vécu la jeune femme, aussi je ne poursuivrai pas plus loin cette idée. Mais il y avait bien un petit quelque chose de ça, dans l'attitude de la Serdaigle. Pourtant, Cruz n'était pas une personne menaçante. Enfin, là encore cela dépend du contexte. La brune pouvait se montrer redoutable lorsqu'elle jouait pleinement son rôle de préfète des Serpentards. Prenant plaisir à laisser son côté tyrannique exploser au grand jour, la jeune femme traquait sans relâche les éventuels fauteurs de troubles. Que des Gryffondors, des Serdaigles ou des Poufsouffles, étrangement. Pourtant, il était de notoriété publique à Poudlard que les Vert et Argent n'étaient pas des anges, bien que relativement plus astucieux et rusés que ces bourrins de lionceaux. Un brin chauvine, la jeune femme avait nettement tendance à ne pas voir ses camarades de maison exercer leur talent de trublions. Tout était bon pour faire grimper Serpentard dans le classement de la coupe des quatre maisons et fermer les yeux (sans faire exprès, évidemment) sur certaines bêtises était un moyen comme un autre d'y parvenir. L'Espagnole avait une tendresse particulière pour les gamins de sa maison - à défaut d'apprécier les plus grands - et notamment pour la petite Mackenzie Sinclair, qui n'était pas connue pour être la plus sage des troisièmes années. Elle adulait Cruz, cette dernière n'allait quand même la rejeter ! Son ego aimait beaucoup trop cela. Mais, pour revenir à la situation qui nous préoccupe, la Serpentard n'avait pas revêtu son costume de préfète chassant l'infraction. C'était bien par le hasard le plus total qu'elle s'était retrouvée face à Casey et, par extension, dans cette ruelle à ce moment précis. Qui plus est, même si Cruz se doutait que la Serdaigle cherchait à l'éviter depuis leur dernière conversation, elle ne pensait que la croiser rendrait aussi mal à l'aise la jeune femme. Quand même, elle n'était pas le diable, si ?

Alors que la quatrième année semblait sur le point de prendre la fuite, une fois de plus, Cruz tenta le tout pour le tout. Elle se mit elle-même en situation inconfortable en prenant le risque de dévoiler quelque chose la concernant, chose dont elle n'avait guère l'habitude. La jeune femme déclara avoir pu reprendre contact avec Isidore, chose dont les deux étudiantes avaient débattue lors de leur précédente entrevue. Cruz émettait alors des doutes sur la possibilité d'une explication entre son ami et elle, après plusieurs jours sans nouvelle de ce dernier, suite au sacrifice de la jeune femme lors de l'évènement d'Halloween. Cette dernière aurait aimé parlé des avancées de l'affaire avec Casey au fur et à mesure, mais cette dernière s'était faite encore plus rare que la neige en plein mois de juillet. Même la lettre que la préfète avait envoyé à la Serdaigle était restée sans réponse, aussi la jeune femme avait laissé tomber. Jusqu'à maintenant, puisque cet aveu eut l'effet escompté. « Oh, les choses se sont arrangées ? » Questionna Casey, cessant toute tentative d'évasion, avant de plonger ses mains dans ses poches. Au moins, la Serpentard avait réussi à la retenir. Mais le plus dur restait à faire, car Cruz n'avait absolument pas prévu de se livrer à des confidences au beau milieu de cette ruelle crasseuse. Elle pouvait être entendue par n'importe qui, y compris par le principal intéressé et ce n'était franchement pas le but de la manœuvre. « Plus ou moins ... Comme d'habitude, on s'est pris la tête et j'ai bien crû qu'on allait finir par se battre comme des chiffonniers. La routine, quoi. » Plaisanta la jeune femme, mal à l'aise, avant de se mordre la lèvre inférieure. Autant se confier à Casey quand elles étaient seules, la nuit, dans un couloir lui avait semblé plus ou moins naturel, autant là c'était une toute autre histoire. C'était comme si tout un siècle avait passé depuis leur dernière conversation, comme si la complicité qui s'était créée ce soir là était partie en poussière aussi vite qu'elle était apparue. Toutefois, Cruz était consciente qu'elle devait se mettre en danger si elle voulait que sa camarade ne s'évapore en l'espace d'un claquement de doigt. Il suffisait d'une seule faille dans son discours pour que Casey prenne à nouveau la poudre d'escampette. Et cela n'était pas envisageable du tout. « Je ... Enfin il aurait voulu que je donne son nom. Il était pas mal en colère que j'ai gâché mon soit disant potentiel pour lui. » Expliqua maladroitement la Serpentard. Elle entortilla nerveusement une mèche de cheveux autour de son index, attendant la réaction de Casey. C'était quitte ou double.

made by guerlain for bazzart



Cruz V. Rosewood
Family isn't always blood. It's the people in your life who want you in theirs. The ones who accept you for who you are.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8215-understood-the-mind-is-bigger-than-the-whole-universe-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8229-too-many-things-in-my-head-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8230-look-what-i-did-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8231-real-talk-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8232-real-fast-talk-casey

Arrivé(e) le : 22/08/2017
Parchemins rédigés : 1192
Points : 16
Crédit : moi (Frances Cobain)
Année : Cinquième (redoublante)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Billie

MessageSujet: Re: [Année 2023-2024] The more wit, the less courage ▬ Casey [TERMINE]   Sam 6 Jan - 15:21


❝ the more wit, the less courage ❞Cruz & CaseyEnfoncés dans les poches de son pantalon, ses doigts retrouvèrent un peu de la chaleur qui faisait cruellement défaut à l’extérieur. En quelques jours à peine, l’automne avait définitivement cédé sa place à l’hiver, les feuilles étaient tombées et la neige avait recouvert le sol d’un blanc éclatant. Casey aimait particulièrement cette saison ainsi que la neige quand elle tombait, le calme qu’elle apportait, sa douceur ouatée qui semblait étouffer tous les bruits en son sein. Mais à cet instant, en plein milieu d’une ruelle miteuse de Pré-Au-Lard, où même la blancheur de la neige virait au gris cendre, le froid lui semblait moins amical et lui donnait envie de déguerpir. Une chose parmi tant d’autres. Son souffle créa un nuage de bué alors qu’elle s’encquérait de la situation entre Cruz et Isidore. Son ton et son attitude toute entière dénnotaient sûrement de son malaise : elle n’avait pas prévu de se retrouver là, encore moins face à une amie qu’elle évitait depuis des semaines ; pourtant, elle était sincèrement intéressée par la réponse. Elle avait beau fuir tout contact depuis le début du mois de novembre et avoir entièrement disparue de la vie des rares personnes qu’elle côtoyait alors, elle n’arrivait pas à feindre l’indifférence à cet instant, pas avec Cruz, pas alors qu’elles s’étaient tant ouvertes, aussi bien l’une que l’autre, lors de leur dernier tête à tête. Ce moment avait été précieux - et encore, Casey était bien incapable d’en mesurer pleinement toute la valeur - et elle ne voulait pas tout détruire par son comportement têtu et fermé. Le hasard l’avait poussée là, l’avait mise face à la préfète, dans une situation où il lui était impossible d’esquiver, ou presque, alors elle décida de se laisser faire, pour une fois.

Dans d’autres circonstances, la réponse de la Serpentard aurait pu lui arracher un sourire, mais là, le parallèle que son esprit effectua malgré elle la déchira de l’intérieur. Cruz semblait aussi mal à l’aise que Casey et celle-ci ne faisait rien pour dissiper cet état d’esprit - quand bien même elle l’aurait désiré, elle n’aurait pas su comment s’y prendre. Bien loin de cette dernière soirée où elles s’étaient retrouvées dans un couloir, s’accordant presque parfaitement. Si la brune n’était pas enfoncée jusqu’au cou dans son mal être actuel et dans une solitude qu’elle pensait lui convenir mais qui ne faisait que la ronger, peut-être aurait-elle pu s’en attrister. Mais elle ne parvenait qu’à le constater. La dernière fois, écouter Cruz avait été un véritable échappatoire à ses propres pensées, à ses propres problèmes. Une volonté égoïste pour une belle finalité puisque ça avait considérablement rapproché les deux jeunes femmes qui s’étaient découvertes à travers des points communs aussi nombreux qu’improbables. Mais cette fois-ci, Casey n’y parvenait pas, n’était pas dans le même état d’esprit. Les similitudes et les grosses différences avec sa propre situation ne faisaient que lui laisser un goût amer dans la bouche puisque elle, elle ne reparlait certainement pas à son Isidore. Et au lieu de se réjouir pleinement pour son amie, l’amertume teintait tout le reste et elle ne savait pas quoi dire face au ton légèrement plaisantin de la jeune femme. Cette dernière avait beau dire que les choses s’étaient plus ou moins arrangées, laissant flotter un léger doute, Casey avait tout de même l’impression que le plus prévalait. Tout n’était peut-être pas réglé, mais au moins la glace était-elle brisée et au moins s’étaient-ils expliqués. Plutôt que de s’ignorer sicemment et de s’enfoncer dans un mal être de plus en plus profond sans parvenir, sans même vouloir en sortir, comme c’était le cas pour quelqu’un d’autre. C’est mieux que de rester sur du silence conclu-t-elle finalement, ne laissant rien transparaître de son trouble, bien que les mots soient pleinement applicables à sa situation à elle.

Les nuages de buée se formaient et se déformaient devant les visages des deux jeunes femmes qui se faisaient toujours face, dans une situation toujours teintée d’incertitude : est-ce qu’elle allait rester là ? est-ce qu’elle allait fuir de nouveau ? Elle-même n’en savait trop rien même si le simple fait d’avoir déjà entamé la discussion avec Cruz semblait faire converger la situation vers la première option. Si elles restaient plantées ici, c’est de toute manière ce qui allait sûrement se passer puisqu’elles finiraient probablement en statues de glace. Nouveau nuage alors que Cruz apportait une précision sur le comportement incompréhensible qu’avait eu son ami, l’ignorant presque alors qu’elle avait donné sa vie pour lui. Il a compris ton choix, finalement ? demanda la brune, sincèrement intéressée.
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7879-cruz-v-rosewood-le-visage-d-un-ange-mais-le-diable-au-corps-finihttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7882-cruz-your-hell-your-dream-nothing-in-betweenhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7883-cruz-les-mots-comme-trace-de-notre-passagehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7884-cruz-de-votre-plus-belle-ecriturehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8024-cruz-des-petits-mots-a-gogo#181927

Arrivé(e) le : 19/05/2017
Parchemins rédigés : 978
Points : 13
Crédit : Eilyam (Vanessa Hudgens)
Année : Septième

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Aucun

MessageSujet: Re: [Année 2023-2024] The more wit, the less courage ▬ Casey [TERMINE]   Sam 6 Jan - 19:52

The more wit, the less courage

feat. Cruz & Casey

L'échange qui se poursuivait entre les deux jeunes femmes n'avait rien de naturel, Cruz s'en rendait compte sans aucun mal. Cette discussion contrastait d'autant plus que la préfète avait encore en tête leur première session de confidences de ce type, qui s’était déroulée avec beaucoup plus de facilité et de naturel. Là, les deux demoiselles semblaient engoncées dans un carcan de conventions bien trop petit pour elles. Cela ne leur ressemblait pas. Enfin, du moins ça ne ressemblait pas à Cruz. L'Espagnole n'osait plus s'aventurer jusqu'à faire des hypothèses sur les pensées et comportements de sa camarade, pas depuis que cette dernière avait surpris tout le monde en se refermant sur elle-même comme une huitre du jour au lendemain. Cruz n'aimait pas qu'on se joue d'elle comme ça et n'appréciait pas non plus de s'être laissée berner de la sorte. Elle avait osé espérer que l'échange qu'elles avaient eu dans ce couloir froid et désert ne signifiait pas rien pour la Serdaigle, force est de constater qu'elle s'était trompée sur toute la ligne. Et voilà que Casey se retrouvait là, devant elle, les mains enfoncées dans les poches et le regard fuyant. Comme si le destin avait voulu donner une chance à ces deux gosses de l'assistance. Est-ce que l'on pouvait appeler ça un coup de pouce ? Cruz n'était pas certaine de l’appellation. La sixième année aurait très bien pu s'en sortir sans avoir à recroiser Casey ou à lui parler à nouveau. Après tout, elle savait se débrouiller seule et ce n'était pas une brève déception amicale qui allait contrarier ses plans d'avenir. Et pourtant, Cruz ressentait ce besoin de parler avec la Serdaigle. Oui, elle s'inquiétait pour sa camarade. Ce n'était pas normal, ce brusque changement d'attitude. Il fallait que la Serpentard tire profit de cet instant en tête à tête pour comprendre ce qui lui était arrivée. Et pour cela, il fallait trouver de quoi retenir Casey.

« C’est mieux que de rester sur du silence. » Le sujet "Isidore" semblait le meilleur moyen de capter l'attention de la jeune femme, sur l'instant. Cependant, Cruz doutait de plus en plus que cela suffise à retenir l'électron libre qui se trouvait face à elle. En effet, Casey restait de marbre face aux mots de sa camarade, faisant à peine mine de s'y intéresser. Simple façade ou réel ennui ? Cruz n'aurait su le dire. Ce qu'elle savait, c'est qu'elle aurait aimé avoir plus de répondant de la part de la Serdaigle. Un petit quelque chose de plus que ce simple assemblage de mots convenu. Bordel, elle ne se confiait pas à elle pour entendre des choses qu'elle savait déjà ! Si Cruz avait voulu ça, elle se serait procuré un carnet et aurait écrit ses pensées dedans, point. Si elle prenait le risque d'exposer des bribes de son intimité à une autre personne, c'était qu'elle avait quelque chose à y gagner. Et certainement pas pour se taper une fille qui tire la tronche en guise d'interlocutrice. « Cela n'aurait pas pu être autrement. Rester silencieuse, ce n'est pas dans mes habitudes. » MOI, se retint de répondre la Serpentard. Une petite pique amère, glissée comme cela, l'air de rien, sur le ton de la conversation. Si Casey était une tête de mule, Cruz n'en était pas moins rancunière et n'était pas prête d'oublier le silence que lui avait témoigné sa camarade durant les dernières semaines. Comme si l'on pouvait se permettre d'ignorer Cruz Rosewood impunément, juste à cause d'une lubie passagère. Comme si elle méritait pas mille fois mieux, rien que par les mots qu'elle avait dit à Casey lors de cette fameuse nuit.

« Il a compris ton choix, finalement ? » Cruz arqua un sourcil inquisiteur. Voilà qu'elle se mettait à poser des questions, finalement la Serpentard avait réussi à intéresser Casey. Si elle n'était pas encore vexée par le silence de son amie, Cruz aurait pu rire de sa question. Isidore Vayne, reconnaitre ses torts ? Non mais sérieusement, cela se voyait qu'elle ne connaissait pas la personne en question. Jamais le Serpentard n'aurait fait une chose pareille, pas même sous la torture. Quoique ... Cruz devrait peut-être envisager de tester la chose, histoire d'être sûre. Car, tout de même, qu'est-ce qu'il pouvait être odieux quand il s'entêtait à maintenir son opinion en sachant pertinemment qu'il était en tort. Rien que de repenser à la scène qui lui avait fait l'autre jour, non loin de la Cabane Hurlante, Cruz avait envie de lui mettre une droite. Une toute petite, juste histoire de lui remettre les idées en place. Comment ça, ça ne se fait pas entre amis ? « Je ne sais pas ... Je suis tentée de te répondre non, parce qu'on a failli se taper dessus pour savoir qui de nous deux avait raison. Je crois qu'il n'arrive pas à comprendre qu'on puisse se sacrifier pour lui ... » Supposa la Serpentard. Elle n'avait aucun mal à faire cette conjecture, car celle-ci pouvait tout autant s'appliquer à elle-même. Ils étaient si semblables, sur ce point. Tellement qu'ils se seraient sacrifiés mutuellement l'un pour l'autre. Pas pour les mêmes raisons, peut-être. Mais les unes n'étaient pas moins légitimes que les autres et cela, Cruz commençait doucement à l'envisager.

made by guerlain for bazzart



Cruz V. Rosewood
Family isn't always blood. It's the people in your life who want you in theirs. The ones who accept you for who you are.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8215-understood-the-mind-is-bigger-than-the-whole-universe-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8229-too-many-things-in-my-head-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8230-look-what-i-did-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8231-real-talk-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8232-real-fast-talk-casey

Arrivé(e) le : 22/08/2017
Parchemins rédigés : 1192
Points : 16
Crédit : moi (Frances Cobain)
Année : Cinquième (redoublante)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Billie

MessageSujet: Re: [Année 2023-2024] The more wit, the less courage ▬ Casey [TERMINE]   Sam 6 Jan - 21:47


❝ the more wit, the less courage ❞Cruz & CaseyEst-ce que les derniers mots de la Serpentard traduisaient une simple réalité où bien est-ce que le sous-entendu que Casey pensait percevoir était réel et adressé à son encontre ? Qu’importe que ce soit le cas ou non, elle le prenait pour elle ; elle qui était restée silencieuse ces derniers semaines, dans un silence totalement hermétique aux incitations extérieures de diverses personnes qui avaient tenté de le briser. Jusqu’à il y a quelques jours et sa rencontre fortuite avec celui qu’elle considérait comme la pire personne résidant au sein du château - et encore, elle pesait ses mots pour les rendre moins tranchants - où elle était sortie de son silence et de sa torpeur pour enchaîner les répliques assassines. Et au moment où son adversaire, poussé à bout, lui avait lancé un sortilège de mutisme, la privant de sa voix, l’empêchant alors de parler - ce qui ne la dérangeait plus depuis Halloween mais qui, cette fois, n’était pas de sa propre volonté, ce qui changeait absolument tout - elle avait réagit avec les poings, récoltant un retour de flamme, un bleu dans le dos et une retenue. Est-ce que ça valait le coup de franchir un certain nombre de limites qu’elle s’imposait ? Oui. Ne serait-ce que parce qu’elle avait vu la colère déchirer les traits trop lisses de cet insupportable crevard. Mais aussi parce qu’elle s’était comme réveillée d’un long sommeil après ça. Juste avant d’y replonger toute entière. Ça avait été un sursaut de conscience au cours duquel elle avait pu exhulter toute la colère et la haine qui l’habitait, mais ça n’avait pas été suffisant pour lui faire effectuer un virage complet. C’était plus facile de continuer sur la route qu’elle avait commencé à emprunter, continuer de se renfermer, acquérir un peu plus de solitude, que de faire machine arrière et de tout reprendre, un à un.

Et maintenant, elle se retrouvait de nouveau face à quelqu’un, d’une toute autre trempe que ce crétin détesté, dans un tout autre contexte, mais les conséquences étaient à peu près les mêmes puisqu’elle se décidait à parler et ne voulait pas fuir. Pas tout de suite. Quand bien même c’était justement dans ses habitudes dernièrement. En parlant d’habitudes, les mots de la préfète lui étaient peut-être adressés, mais Casey n’en avait cure, feignant d’ignorer la pique sous-jacente si s’en était bien une. Qu’elle ne se prive pas de lui dire clairement les choses, cela fonctionnait toujours mieux sur la Serdaigle. Quand ça fonctionnait, ce qui n’était pas non plus toujours le cas. Ça faisait un mois qu’elle ignorait tout le monde, alors l’ignorance était devenue extrêmement facile pour la brune. Il n’empêche que se retrouver face à quelqu’un quand on ne cherchait que la solitude n’était déjà pas une fin agréable en soit ; se retrouver face à quelqu’un qui avait des reproches à formuler l’était encore moins, lui redonnant brusquement envie de reprendre ses mots et sa résolution de discuter un peu avec Cruz, pour voir, et de fuir une nouvelle fois. Mais elle était enchaînée par la question qu’elle lui avait posée et qui découlait d’un réel intérêt. Saluer la Serpentard et se tailler à cet instant relèverait de l’irrespect le plus pur, et Casey était peut-être entrain de se fermer au monde, elle n’en oubliait pas moins les bonnes manières et les apparences qu’il fallait un minimum conserver.

Ce n’était cependant pas ses bonnes manières qui la poussaient à s’intéresser au problème entre Cruz et Isidore. Déjà curieuse de cette histoire lors de leur dernière rencontre, elle l’était toujours aujourd’hui bien que sa curiosité soit quelque peu enfermée sous une épaisse couche de je-m’en-foutisme qui la protégeait d’à peu près tout. Elle était pourtant bien loin de l’état dans lequel elle se trouvait lorsqu’elle s’était faite prendre, coincée dans un cul de sac, par Cruz ce qui avait conduit les deux jeunes femmes à discuter longtemps. Aujourd’hui, elle s’était encore faite prendre par surprise, encore une fois perdue dans ses pensées ce qui l’avait conduit à se perdre tout court, sauf qu’au lieu de vouloir accompagner la Serpentard dans sa ronde elle était tiraillée entre la fuir et retourner à ses tristes tracas ou rester, ne pas la repousser encore une fois, comme elle l’avait fait en ignorant sa lettre, s’enquérir de son état à elle puis, quand Cruz lui aurait tout dit et que la conversation toucherait à sa fin, repartir de son côté. C’était ce qui arriverait, immanquablement, Casey pouvait tout de même bien attendre jusque là et en profiter pour savoir si les choses s’étaient améliorées pour Cruz, ou pas vraiment. Pour le moment, la situation semblait être en demi-teinte et Casey n’était pas certaine de savoir si, oui ou non, Isidore et elle s’étaient réconciliés, sans comprendre pourquoi ça l’intéressait autant. Ce n’était pas comme si elle pouvait en tirer des enseignements. Peut-être s’agissait-il tout simplement d’un pur intérêt amical, désintéressé. J’imagine qu’il n’est pas le seul. Les mots prononcés par Cruz ce soir là lui revenaient parfaitement en mémoire. Ne lui avait-elle pas dit qu’ils étaient pareils, les deux Serpentard ? S’ils se ressemblaient tant, Casey n’avait pas de mal à émettre l’hypothèse que leur envie de se taper dessus venaient du fait qu’ils étaient trop semblables. Pourquoi ne t’avait-il pas parlé depuis Halloween, alors ? C’était bien ça qui rongeait Cruz lorsqu’elles s’étaient croisées, ce soir là.
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7879-cruz-v-rosewood-le-visage-d-un-ange-mais-le-diable-au-corps-finihttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7882-cruz-your-hell-your-dream-nothing-in-betweenhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7883-cruz-les-mots-comme-trace-de-notre-passagehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7884-cruz-de-votre-plus-belle-ecriturehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8024-cruz-des-petits-mots-a-gogo#181927

Arrivé(e) le : 19/05/2017
Parchemins rédigés : 978
Points : 13
Crédit : Eilyam (Vanessa Hudgens)
Année : Septième

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Aucun

MessageSujet: Re: [Année 2023-2024] The more wit, the less courage ▬ Casey [TERMINE]   Dim 7 Jan - 21:04

The more wit, the less courage

feat. Cruz & Casey

Le froid devenait saisissant. Un frisson parcouru Cruz alors que le seul le silence venait répondre à la petite pique qu'elle venait de lancer à Casey. La Serpentard n'en était pas étonnée. Il fallait s'y attendre, c'était quelque peu mesquin de sa part de l'attaquer de la sorte, presque sous le manteau, à demi mot. Ce n'était pas le genre de Cruz. D'habitude, elle fonçait directement dans le tas et déblatérait ses quatre vérités à celui qui avait osé la contrarier, quitte à blesser quelques égos au passage. Mais là, la situation était différente : la brune était amère et en voulait à la quatrième année pour son silence. Alors, elle lui faisait comprendre comme elle pouvait, sans pour autant l'avouer de vive voix et pas forcément de la meilleure des manières. Quelques minutes s'égrainèrent avant que la Serdaigle ne se décide enfin à reprendre la parole. « J’imagine qu’il n’est pas le seul. » L'hypothèse que faisait Casey n'avait rien d'innocent. Bien au contraire, elle était bourrée d'implicites que Cruz n'avait aucun mal à déceler. Si la Serdaigle imaginait qu'il n'était pas seul, c'est qu'elle supposait que sa comparse Serpentard pensait exactement la même chose. Et dans le fond, ce n'était pas totalement faux. En fait, c'était même carrément vrai. Encore aujourd'hui, elle ne comprenait pas vraiment pourquoi quelqu'un serait prêt à se sacrifier pour elle et à tout abandonner pour lui laisser une chance. D'habitude, c'était elle qu'on abandonnait et jamais le contraire. Isidore lui avait bien expliqué pourquoi il aurait donné sa vie pour elle. Parce qu'ils étaient amis ... Comme une famille. Depuis ce jour, ce mot résonnait en Cruz d'une manière inédite. Jamais l'orpheline n'avait réussi à mettre une définition derrière ce concept et voilà qu'aujourd'hui, elle se rendait enfin compte qu'elle avait réussi à se construire sa propre famille. Elle n'était pas bien grande, voire carrément bancale parfois, mais c'était la sienne. Et ça faisait tout drôle pour une gamine qui s'était toujours crue seule. « Oui bon ça va ... Faut pas comparer ce qui n'est pas comparable. » Bougonna la jeune femme, plus par amusement et par esprit de contradiction qu'autre chose. Au fond d'elle, elle savait bien qu'elle était le même genre de tête de mule que son ami. Mais plutôt crever que de l'admettre.

« Pourquoi ne t’avait-il pas parlé depuis Halloween, alors ? » Une autre question de la part de Casey, décidément c'était Noël. La Serpentard ne savait trop comment réagir face à ces quelques marques d'intérêt. Pourquoi avait-elle attendu si longtemps pour lui adresser la parole ? Pourquoi avait-il fallu un étrange concours de circonstance pour la forcer à sortir de son silence ? Cruz n'était pas le genre de personne qu'on évitait, en général. Bon sauf quand elle était en furie pour une quelconque raison. Mais cela n'avait jamais été le cas avec Casey. Bien au contraire, elle s'était ouverte à la quatrième année plus qu'à n'importe qui d'autre. Plus qu'à son propre petit copain, c'est dire. D'ailleurs, est-ce que Edward était vraiment son petit copain ? Ou juste un passe temps ? Une attirance fugace ? Trop compliqué, ces histoires d'adolescents. A se demander pourquoi Mackenzie Sinclair et Hadley Lewis étaient venues lui quémander des conseils à ce sujet ... « Parce qu'il était bien trop occupé à en vouloir à la Terre entière et plus particulièrement à Londubat. Il est comme ça en ce moment, c'est une boule de nerf. » Lâcha Cruz. En réalité, elle n'avait pas vraiment eu l'occasion d'évoquer ce silence au cours de leur discussion qui avait parfois pris une tournure houleuse. Réussir à se contrôler pour ne pas lui foutre son poing dans la figure avait déjà demandé assez d'énergie à la jeune femme pour qu'elle ne tente pas le diable en remettant de l'huile sur le feu avec une question sujette au conflit. Qui plus est, elle avait la prétention de penser qu'elle arrivait assez bien à cerner son camarade de maison. Ils avaient de nombreux points communs, forcément ça aidait. Mais même au delà de ça, elle arrivait à lire un peu en lui. Bon, elle ne comprendrait jamais ce qu'il avait bien pu trouver à cette folle furieuse de Savannah mais ça, c'était une autre histoire. « Et tu m'as l'air dans le même état. Il s'est passé quelque chose ? » Questionna la préfète. Elle n'allait pas parler d'elle pendant des heures non plus. Sa camarade semblait avoir beaucoup plus besoin de vider son sac qu'elle.

made by guerlain for bazzart



Cruz V. Rosewood
Family isn't always blood. It's the people in your life who want you in theirs. The ones who accept you for who you are.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8215-understood-the-mind-is-bigger-than-the-whole-universe-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8229-too-many-things-in-my-head-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8230-look-what-i-did-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8231-real-talk-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8232-real-fast-talk-casey

Arrivé(e) le : 22/08/2017
Parchemins rédigés : 1192
Points : 16
Crédit : moi (Frances Cobain)
Année : Cinquième (redoublante)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Billie

MessageSujet: Re: [Année 2023-2024] The more wit, the less courage ▬ Casey [TERMINE]   Lun 8 Jan - 14:47


❝ the more wit, the less courage ❞Cruz & CaseyC’était peut-être la neige qui tombait, c’était peut-être le lieu insolite où elles se retrouvaient, c’était peut-être une simple distorsion de l’espace temps, personne ne pourrait jamais savoir ce qui avait provoqué cet exploit, réalisé par Cruz Rosewood, à savoir : arracher un sourire sincère à Casey. Un petit sourire, à peine un léger étirement des lèvres, mais qui gagna son regard polaire, fait assez rare pour être souligné, surtout dans son état actuel qui aurait probablement pu inverser le réchauffement climatique si d’aventure elle s’y était intéressée. Quoiqu’en dise la Serpentard avec ses plus ou moins, la situation semblait assez positive aux yeux de Casey. Pouvait-elle être parfaite avec les deux caractères forts qui étaient les leurs ? La réponse qu’elle formulait intérieurement tendait vers le non. Mais ils s’étaient parlés et Cruz était à même de plaisanter sur les faits ce qui signifiait bien que ça tout allait mieux par rapport à Halloween. Restait l’interrogation la plus importante qui subsistait, en ce qui concernait Casey du moins, parce qu’elle imaginait bien que Cruz avait du faire en sorte qu’Isidore lui apporte une réponse : quelle était la raison qui avait poussé le Serpentard à l’éviter alors qu’elle s’était sacrifiée pour lui ? Ça résumait assez bien ce que Casey avait retenu des confessions de la préfète et du problème tel qu’elle le visualisait, s’imaginant sans peine qu’il devait être bien, bien plus complexe que ça en réalité. Sa réponse était inattendue, ou peut-être était-ce la force des propos qui l’était, ou encore ce que ça réveilla chez Casey. Toujours est-il que la faible lueur amusée qui éclairait son visage quelques secondes auparavant s’éteignit alors que son visage redevenait de glace. Pourquoi est-ce que ce que Cruz dépeignait d’Isidore, qu’elle ne connaissait même pas, à part de nom, ou encore d’elle-même, réveillaient tant de choses que Casey s’évertuait à enfouir ? Je vois.

Oh que oui, elle voyait, puisque son état actuel s’approchait plus ou moins du sien. Certes, elle n’en voulait pas particulièrement à Londubat, même si le directeur avait considérablement baissé dans le peu d’estime qu’elle portait aux êtres humains en général. Tout au plus le trouvait-elle complètement inconscient et incompétent désormais, mais sa colère n’était pas dirigée contre lui, non, toute concentrée qu’elle l’était sur une autre personne, une autre personne qui avait fait de Casey une boule de nerfs qui s’était transformée, au fil des jours, en une personne atone, éteinte, fuyante. Si on exceptait cette brève rencontre au cinquième étage où la boule de nerfs avait littéralement explosée avant de se renicher au creux de Casey qui s’était employée à refortifier les barrières qu’elle mettait entre elle et les autres. Comme si elle risquait de perdre à nouveau ses moyens. En réalité, elle ne les avait pas vraiment perdus, c’est ce qu’elle s’évertuait à se répéter, puisqu’elle avait choisi de rentrer dans le jeu dangereux qu’ils jouaient avec cet imbécile de vipère, et qu’elle avait décidé de son plein gré de le pousser dans ses derniers retranchements, se délectant de voir sa colère à lui grandir. Mais ça n’avait pas été raisonnable, comme choix, quand bien même ça lui avait fait un bien fou. Elle ne pouvait pas passer son temps à se défendre des autres en leur envoyant toute la haine qu’elle contenait en elle, ça ne collait pas avec l’image qu’elle dégageait. Elle préférait ignorer ces autres, tout comme elle ignorait ses propres problèmes et tout le reste avec.

Savoir qu’elle n’était pas forcément la seule à ne pas aller bien ne lui fit ni chaud, ni froid, puisqu’elle se doutait déjà fort bien que tous les élèves de ce château n’accueillaient pas les derniers événements avec grande joie. Au fond, ce n’était pas tant Blackamn ou Halloween qui la plongeait dans son mutisme prolongé que sa relation avec Brooklyn dont la forte ressemblance avec un yo-yo la plongeait dans des états excessifs. Une trop grande joie à la rentrée, alors qu’il lui avait envoyé un mot, de son propre chef, et qu’ils avaient convenu d’un rendez-vous, et maintenant une trop grande peine alors que son Laisse tomber n’avait toujours pas fini de distiller de l’amertume dans l’esprit de Casey. Étonnamment, elle avait senti venir Cruz. Si elle arrivait aussi bien à cerner sa camarade, ça n’était pas, pour une fois, à sens unique puisque la Rosewood parvenait également à comprendre bien des choses de la Serdaigle. Son regard glissa, s’éloignant de Cruz pour se perdre dans les volutes de neige qui s’était remise à tomber. Est-ce qu’elle voulait ignorer, encore une fois, la douleur sourde qui grondait en elle, assurer que tout allait bien alors que ça n’était assurément pas le cas ? Pouvait-elle sciemment faire l’affront à la préfète de la prendre pour une imbécile alors même qu’elle l’estimait assez pour lui avoir confié des choses bien trop secrètes peu après Halloween ? Elle se refusait à voir la réponse qui était pourtant bel et bien négative. Tout comme elle se refusait à voir, depuis des semaines, que son problème était assez simple et qu’il lui fallait y trouver une solution, quelle qu’elle soit. Et, de toute manière, elle ne pouvait pas déballer toute son histoire à Cruz, même si celle-ci était au courant de bien plus que le reste du château, elle ne savait toujours rien de l’ancienne amitié qui liait Casey à Brooklyn, relation passée qui l’affligeait aujourd’hui. Et, en même temps, ce qu’elle lui avait raconté de sa relation avec Isidore la poussait à penser que, peut-être, si quelqu’un pouvait comprendre, c’était bien elle, bien que les ressemblances n’en fassent pas non plus des situations parfaitement identiques. Un petit soupir, seul signe de son esprit agité, accompagna ses doigts qui passèrent dans ses cheveux avant de retrouver la chaleur de sa poche. On peut dire ça oui éluda-t-elle en reportant son attention sur la préfète. Rien de bien important. Sachant très bien qu’elle même n’y croyant pas, elle ne parviendrait pas à faire illusion face à Cruz.
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7879-cruz-v-rosewood-le-visage-d-un-ange-mais-le-diable-au-corps-finihttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7882-cruz-your-hell-your-dream-nothing-in-betweenhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7883-cruz-les-mots-comme-trace-de-notre-passagehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7884-cruz-de-votre-plus-belle-ecriturehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8024-cruz-des-petits-mots-a-gogo#181927

Arrivé(e) le : 19/05/2017
Parchemins rédigés : 978
Points : 13
Crédit : Eilyam (Vanessa Hudgens)
Année : Septième

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Aucun

MessageSujet: Re: [Année 2023-2024] The more wit, the less courage ▬ Casey [TERMINE]   Sam 13 Jan - 18:36

The more wit, the less courage

feat. Cruz & Casey

Cruz essayait, elle essayait vraiment. Mais rien à faire, c'était comme si elle tentait de faire la conversation à un mur. Et encore, même un mur aurait sans doute été plus coopératif. Il y en avait des têtes de mule dans ce château, Cruz était bien placée pour le savoir vu qu'elle faisait partie des plus coriaces. D'ailleurs, elle avait souvent eu l'occasion de se confronter aux autres élèves de la même trempe qu'elle. Souvent, ça avait fait des étincelles voire même laissé des traces. Souvent, Cruz gagnait. Et elle aimait ça, parce que la plupart du temps elle ne pouvait pas encadrer ses adversaires. Que ce soit Keagabruti, Savannah ou autre ... Le plaisir de remporter la bataille était justement de leur foutre une raclée. Là, avec la Serdaigle c'était carrément différent. Cela ne ferait pas plaisir à Cruz de remporter la bataille, parce qu'il n'y avait tout simplement pas lieu de se battre. Et pourtant, l'Espagnole devait bien reconnaître que Casey avait sans nul doute sa place sur le podium des pire têtes à claques de Poudlard. Cruz avait pourtant cru que la discussion était bien entamée, lorsque sa camarade avait commencé à lui poser des questions sur son entrevue avec Isidore. Peut-être même qu'elle s'intéressait vraiment à Cruz, au final. Rassurée par cette langue qui semblait se délier, la Serpentard avait poussé les confidences un peu plus loin, allant même jusqu'à révéler des choses sur le jeune homme. Mais déjà, Casey se refermait sur elle-même. Comme si parler d'Isidore faisait résonner des choses en elle. Peut-être que Cruz se faisait des idées et que ça n'avait absolument rien à voir mais elle avait tout de même la prétention de croire qu'elle commençait à connaître Casey. Elle aurait été prête à parier que ce qu'elle avait dit sur Izzie pouvait s'appliquer à la Serdaigle. Ce n'était pas pour rien qu'elle avait formulé les choses de cette manière, pas conne la gosse.

Persuadée que l'hypothèse qu'elle faisait sur le comportement de sa camarade était la bonne, Cruz poussa l'audace jusqu'à lui avouer qu'elle sentait qu'elle avait les nerfs à fleur de peau en ce moment. En même temps, ce n'était pas hyper difficile à remarquer. Même un aveugle unijambiste aurait pu faire ce constat. « On peut dire ça oui. Rien de bien important. » Hein ? Non ce n'était pas possible, Cruz n'avait pas bien entendu. Casey n'était pas vraiment en train d'essayer de lui faire gober ce mensonge gros comme une maison. Pas à elle ! Dire que la Serpentard pensait qu'une certaine amitié les unissait, surtout depuis leur entrevue nocturne. Comme quoi, on ne connait jamais vraiment les gens. Si Casey continuait dans cette direction, elle allait bien finir par être la plus grosse déception de Cruz dans cette école de branquignoles. « T'es sérieuse là Casey ? » Lui demanda la jeune femme, qui sentait doucement la colère monter en elle. Non, elle n'appréciait pas que Casey se foute ouvertement de sa gueule comme elle le faisait. Pas après les confidences qu'elle lui avait fait et qu'elle continuait de lui faire. Cela ne pouvait pas se faire à sens unique, si c'est ce que la Serdaigle croyait, elle se fourrait le doigt dans l'oeil et jusqu'au coude ! « Tu ne parles plus à personne, tu m'évites comme la peste et tu me dis que y'a rien de bien important ? Tu comptes arrêter de me prendre pour une conne à quel moment exactement ? » Non mais, elle allait quand même pas apprendre au vieux dragon à cracher des flammes, si ? Cruz n'était pas née de la dernière pluie, elle savait bien que ce n'était qu'un tissu de calembredaines que Casey lui sortait depuis tout à l'heure. Cela faisait plus d'un mois qu'elle s'amusait à prendre la préfète des Serpentards pour une imbécile et voilà qu'elle continuait alors qu'elles se trouvaient l'une en face de l'autre. C'était tout bonnement ridicule. C'était presque comme si la quatrième année lui crachait au visage en toute impunité. Cruz voulait bien être patiente, essayer de comprendre, faire des efforts ... Mais au bout d'un moment, fallait pas non plus pousser le bouchon trop loin. Tout le monde a ses limites et celles de Cruz avaient la particularité d'être facilement dépassées. « Ça va finir par te bouffer de l'intérieur, Casey. » Cruz essayait de tempérer son impulsivité en se mettant à la place de la Serdaigle. Ce n'était guère difficile puisqu'elle aussi avait failli se laisser détruire par cet étrange sentiment qui s'était emparé d'elle après Halloween. Mais elle avait réussi à s'en sortir, grâce à ses amis : Isidore, Madison, Edward et Casey elle-même ... Il était temps de lui renvoyer l’ascenseur, qu'elle le veuille ou non.

made by guerlain for bazzart



Cruz V. Rosewood
Family isn't always blood. It's the people in your life who want you in theirs. The ones who accept you for who you are.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8215-understood-the-mind-is-bigger-than-the-whole-universe-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8229-too-many-things-in-my-head-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8230-look-what-i-did-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8231-real-talk-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8232-real-fast-talk-casey

Arrivé(e) le : 22/08/2017
Parchemins rédigés : 1192
Points : 16
Crédit : moi (Frances Cobain)
Année : Cinquième (redoublante)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Billie

MessageSujet: Re: [Année 2023-2024] The more wit, the less courage ▬ Casey [TERMINE]   Dim 14 Jan - 20:28


❝ the more wit, the less courage ❞Cruz & CaseyEnlisée dans une fuite qu’elle avait elle-même initiée, Casey était incapable de faire machine arrière. Trop bornée, trop convaincue qu’exposer ses faiblesses ne pourrait que lui nuire - maintenant ou plus tard - trop habituée à tout masquer derrière une indifférence de glace, à faire comme si tout allait bien, quand bien même le premier aveugle venu pouvait se rendre compte que tout n’allait pas comme d’habitude. Peut-être parce qu’elle n’agissait pas comme d’habitude. Mais nier l’évidence était une chose pour laquelle elle était particulièrement douée, aussi se contenta-t-elle de dire qu’il ne s’agissait de rien de très important alors même qu’une voix intérieure hurlait face à cette réponse à l’exact opposé de ce qu’elle ressentait réellement, se débattant pour se faire entendre, mais trop profondément enfouie pour y parvenir. Casey n’était pas dupe et savait très bien que Cruz ne l’était pas non plus. La voix, au fond, l’espérait. Elle, elle n’espérait ou faisait mine de n’espérer rien de plus qu’un comportement similaire au sien : un haussement d’épaule indifférent et aucune question. Ce ne fut, bien évidemment pas, le cas. La jeune femme vit les traits de la préfète se troubler, abandonnant l’amical intérêt pour revêtir, petit à petit, une colère parfaitement identifiable qui s’exprima également à travers ses mots et son ton.

Casey reçu ses attaques comme une gifle. La seule personne qui lui avait jamais parlé sur ce ton, c’était Brooklyn, le seul qui parvenait avec une facilité irritante à rendre inutile les belles murailles que la brune dressait entre elle et les autres, le seul qui ne se privait pas de lui envoyer tout ce qu’il pensait, même ce qui relevait de la mauvaise foi la plus pure, dans la gueule, le seul qui parvenait à la faire quitter son habit de glace et à exprimer ses émotions. Parce que la jeune femme maintenant tout le monde à une distance suffisante pour que jamais une telle chose se produise. Bien sûr, c’était tout bonnement impensable avec son ami d’enfance, celui avec lequel elle partageait tant de cicatrices et de souvenirs communs. Et il y a désormais une seconde personne qui pouvait prétendre à lui dire sans détour ce qu’elle pensait. Ou plutôt, une deuxième personne à qui Casey ne tournerait pas immédiatement le dos avec une petite moue méprisante. C’était bien elle qui avait décidé de laisser cette ouverture à Cruz, personne ne l’avait forcée à se confier à elle après Halloween, à lui dévoiler une partie de son passé, chose qui était impossible jusqu’au moment où elle s’était produite. Et juste après qu’elles se soient mutuellement accordé une confiance rare, Casey avait vu une autre personne bien plus importante qu’elle ne voudrait jamais l’avouer lui tourner le dos, la poussant à se renfermer comme jamais auparavant et à éviter toutes les personnes qui pouvaient vouloir lui parler. Comme une sorte d’équation étrange, plus elle était proche de la personne en question, plus elle la fuyait. Parce qu’elle n’avait aucun mal à envoyer se faire foutre les gens qui ne comptaient pas et parce que ces derniers n’auraient de toute façon aucun intérêt à l’interroger sur son état. Parce qu’au moment où Cruz lui demandait quand elle arrêterait de la prendre pour une conne, l’indifférence et l’assurance placardées sur son visage s’effondèrent en un rien de temps. C’était pour ça, qu’elle les évitait tous, et Cruz plus particulièrement. Parce qu’elle s’était ouverte à son amie comme jamais auparavant et qu’elle savait que la Serpentard était tout aussi intelligente qu’elle et qu’elle ne se laisserait pas abuser par des faux airs, pas plus qu’elle ne se laisserait détourner du sujet par un ce n’est rien de bien important. C’était pour ça, qu’elle l’avait évitée. Pour ne pas craquer. Avec l’autre enfoiré, elle avait déjà craqué, mais un craquage violent qui lui avait surtout permi d’extérioriser un peu de la douleur qui l’habitait. Rien de comparable avec l’instant présent, rien de comparable avec des aveux verbaux, rien de comparable du tout. Très bien, que veux-tu entendre ? Un ton au-dessus, sa voix avait perdu son calme olympien, remplacé par un savant cocktail d’émotions diverses qui faisaient vibrer ses poings serrés dans ses poches ainsi que ses mots. Que ça ne va pas du tout ? Et bien voilà, c’est dit. Maintenant que les premiers mots étaient sortis, une foule d’autres se pressaient sur ses lèvres, débordant après de longs jours à être contenus. Casey les retint pourtant encore, se contentant d’une autre question amère. Contente ?

Une nouvelle fois, son regard quitta le visage de Cruz pour se perdre dans le vide ponctué de neige. Ses poings toujours serrés l’aidaient à ne pas céder totalement aux émotions qui affluaient, trop longtemps enfouies, trop heureuses de pouvoir s’exprimer. Ne la regardant plus, elle l’entendit néanmoins parfaitement, ses nouvelles paroles remuant Casey au plus profond d’elle-même. Ça la bouffait déjà et tout le problème était là. Refusant de se laisser submerger, elle ravala tout, même les larmes qui commençaient à lui brûler les yeux avant de soutenir à nouveau le regard de la préfète. Trop tard. Une voix pleine d’amertume, à l’instar du rictus qui étirait ses lèvres.
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7879-cruz-v-rosewood-le-visage-d-un-ange-mais-le-diable-au-corps-finihttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7882-cruz-your-hell-your-dream-nothing-in-betweenhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7883-cruz-les-mots-comme-trace-de-notre-passagehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7884-cruz-de-votre-plus-belle-ecriturehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8024-cruz-des-petits-mots-a-gogo#181927

Arrivé(e) le : 19/05/2017
Parchemins rédigés : 978
Points : 13
Crédit : Eilyam (Vanessa Hudgens)
Année : Septième

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Aucun

MessageSujet: Re: [Année 2023-2024] The more wit, the less courage ▬ Casey [TERMINE]   Dim 14 Jan - 21:19

The more wit, the less courage

feat. Cruz & Casey

« Très bien, que veux-tu entendre ? » Contre toute attente, la colère apparente de Cruz ainsi que la certaine amertume qui s'était dégagée de ses propos semblait avoir eu un impact sur Casey. Au delà des paroles que venaient de prononcer la Serdaigle, c'était dans son attitude générale que le changement était perceptible. Ne serait-ce que dans son regard. C'était ... Cruz manquait de mots pour vraiment expliquer ce qu'elle voyait dans les yeux de son amie. Un peu comme si Casey se réveillait d'un long sommeil. Comme si elle voyait pour la première fois. Comme si elle venait de se prendre une lance en plein coeur ou alors une gifle en plein visage. Peut-être un peu de tout cela à la fois. Et ça faisait complètement bizarre d'avoir cet effet là sur une personne habituellement aussi blasée que pouvait l'être Casey. On ne va pas se mentir, Cruz ne s'y attendait pas. Au mieux, elle aurait pensé que ses paroles interpelleraient la Serdaigle, l'irriteraient peut-être un peu, mais guère plus. Et maintenant, Casey lui demandait ce qu'elle voulait entendre. Et qu'est-ce que Cruz était censée répondre à cela ? Qu'elle aimerait un peu d'honnêteté de la part de son amie, comme lors de leurs confidences nocturnes ? Qu'elle aimerait entendre la vérité, sans autre forme d'artifice ? Inutile de gâcher sa salive à expliquer quelque chose d'aussi évident. « Que ça ne va pas du tout ? Et bien voilà, c’est dit. » La préfète des Serpentards inclina la tête, pour signifier qu'elle avait entendu. Effectivement, c'était dit. Et cela avait le mérite d'être clair. Pile ce que Cruz souhaitait, comme quoi ce n'était vraiment pas la peine de se fatiguer à répondre à sa précédente question. Bon, Casey venait de lui cracher ces quelques mots au visage mais qu'importe la forme quand on avait le fond. Si déjà elle arrivait à admettre qu'elle se sentait mal, c'était un premier pas. Cruz n'avait pas eu besoin qu'elle lui dise les choses clairement pour deviner son mal-être. Si elle poussait la Serdaigle dans ses retranchements, c'était pour son bien. Même si elle ne semblait pas encore en être consciente, bientôt elle s'en rendrait compte.

« Contente ? » La questionna Casey avec une amertume non dissimulée. Cruz ne put s'empêcher de lever les yeux au ciel, sentant une pointe d'agacement lui chatouiller la langue. Et pourtant, il ne fallait pas qu'elle perde son calme sinon la situation allait très rapidement dégénérer et ce n'était pas le but. Elle était l'ainée ainsi que la préfète, c'était à elle de se montrer la plus mature des deux. Cruz devait se montrer présente pour son amie. Oui, elle avait une dette envers elle et elle comptait bien s'en acquitter même si cela signifiait devoir passer un moment peu agréable, pour l'une comme pour l'autre. « Comment pourrais-je être contente d'entendre que tu vas mal ? Arrête de faire l'enfant Casey. Tu as besoin de mettre des mots sur cette douleur et c'est ce que je t'aide à faire. » Répondit simplement et calmement Cruz, en croisant les bras contre sa poitrine. Elle n'allait pas s'engager sur le terrain ô combien facile de la colère, de l'amertume et d'une dispute aussi puérile qu'inutile. Casey avait besoin de pouvoir compter sur ses amis les plus proches et c'est ce qu'elle pourrait faire avec la Serpentard. Même si cela signifiait pour Cruz de devoir se transformer en punching-ball, le temps d'un après-midi. « Alors vas-y, défoule toi sur moi si ça peut te faire du bien. Crache moi toute cette rancœur, cette haine, cette douleur qui te consume. Je peux tout entendre mais surtout, ne te referme pas sur toi-même comme tu l'as fait ces derniers temps. » Cruz pouvait encaisser, peu importe la violence des propos que pouvait tenir la quatrième année. Elle pouvait se montrer forte pour deux, elle l'avait déjà prouvé face à Isidore. Et là, elle avait une Isidore au féminin devant elle. Ça ne devait pas être bien plus compliqué à gérer, si ?

« Trop tard. » Répondit Casey, toujours aussi amère, après que la sixième année lui ait que son mal-être allait finir par la détruire. Un rictus suivit cette réponse, tandis que des larmes perlaient aux yeux de la Serdaigle. Était-ce des larmes de rage, de tristesse, de douleur ? Cruz ne savait pas quelle origine leur attribuer. C'était sans doute un peu des trois. Elle aurait dû s'en émouvoir, laisser tomber son masque impassible pour venir prendre Casey dans ses bras et lui dire que tout allait s'arranger, qu'elle était là et qu'elle allait l'aider. Mais Cruz n'était pas du genre à prendre pitié des gens aussi facilement et encore moins à entrer dans leur jeu. Si Casey voulait se faire plaindre, elle avait frappé à la mauvaise porte. La jeune femme détailla le regard perdu de sa camarade, ses poings tellement serrés qu'ils allaient certainement finir par éclater, son corps qui semblait si frêle tout à coup. Face à tant de douleur, la plupart des gens auraient fui, ayant déjà assez de leurs propres problèmes pour ne pas en plus s'encombrer de ceux des autres. Mais la Serpentard allait bien et elle tenait à faire en sorte que Casey parvienne à se sentir bien elle aussi, un jour. « Eh bien si c'est trop tard, s'il n'y a plus rien à faire, pourquoi t'es là ? Pourquoi tu te tiens devant moi, pourquoi tu fais semblant avec tout le monde ? J'vais pas faire le boulot à ta place Casey, si toi même tu n'y crois plus alors peut-être bien que c'est foutu. » Les bras croisés sur la poitrine, Cruz sait qu'elle a employé des mots durs. Certainement pas ceux que son amie aurait voulu entendre. Et peut-être que ces paroles allaient avoir l'effet totalement inverse de celui escomptait. Peut-être que Casey allait se tirer pour se jeter du haut de la tour d'Astronomie ou renoncer à tout. Mais peut-être aussi que ça allait lui faire le même effet que tout à l'heure, une belle gifle reçue en plein dans la figure. Cela valait le coup d'essayer, en tout cas. Car si Casey pensait que c'était trop tard, Cruz était tout autant persuadée du contraire.

made by guerlain for bazzart



Cruz V. Rosewood
Family isn't always blood. It's the people in your life who want you in theirs. The ones who accept you for who you are.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8215-understood-the-mind-is-bigger-than-the-whole-universe-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8229-too-many-things-in-my-head-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8230-look-what-i-did-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8231-real-talk-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8232-real-fast-talk-casey

Arrivé(e) le : 22/08/2017
Parchemins rédigés : 1192
Points : 16
Crédit : moi (Frances Cobain)
Année : Cinquième (redoublante)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Billie

MessageSujet: Re: [Année 2023-2024] The more wit, the less courage ▬ Casey [TERMINE]   Lun 15 Jan - 19:04


❝ the more wit, the less courage ❞Cruz & CaseyComme toujours quand Casey perdait le contrôle de ses émotions - ce qui, bien heureusement, n’arrivait que rarement -, elle regrettait dans les secondes qui suivaient, cette fois-ci ne faisant pas exception. C’était une haine viscérale qu’elle portait aux démonstrations de faiblesse quand la démonstration venait d’elle. Avouer qu’elle allait mal c’en était une. Que ce soit Cruz son interlocutrice tempérait un peu la chose, comme si elle commençait doucement à accepter qu’il puisse y avoir une personne dans ce château à qui elle se confie sans que cela ne finisse par jouer contre elle, sans que ce ne soit un aveu de fragilité. Mais atténuer ne voulait pas dire disparaître, et la sensation d’avoir parlé sans réfléchir, de remords, était tout de même bien présente. N’étant pas familière de genre d’exercice, la brune termina sa rapide et amère confession par une pique, manière pour elle de se prémunir. Contre quoi ? Une petite partie d’elle-même qu’elle n’écoutait presque jamais et qu’elle passait son temps à ignorer était ravie qu’elle parle à quelqu’un, qu’elle partage ce qui la faisait souffrir. Tout le reste de sa personne avait l’impression qu’on l’ouvrait en deux pour farfouiller dans ses entrailles ce qu’elle vivait comme une agression. Même alors qu’il s’agissait bien de ses lèvres qui s’étaient mises en mouvement pour déballer la vérité. Alors terminer sur une attaque, c’était comme un moyen de se protéger, ça permettait de casser le côté dramatique et larmoyant des paroles précédentes. Comme si c’était réellement faisable.

Les poings toujours enfoncés dans les poches de son pantalon, serrés à en être douloureux, son regard dévia de la Serpentard alors qu’un petit rire amer la secouait. Les mots étaient déjà posés sur cette douleur qui la rongeait et ça ne changeait rien du tout à l’histoire. Quant à se défouler sur Cruz ? La brune secoua lentement la tête, de droite à gauche, alors que son éclat d’ironie mourrait dans sa gorge. Je ne me défoulerais sur personne et encore moins sur toi. Un éclat métallique passe dans son regard à cet instant, rapide, infime. Léger mensonge puisqu’elle s’était déjà défoulée, et de la plus belle des manières, sur un des camarades de Serpentard de Cruz. Son poing se souvenait encore du bruit de l’impact contre la mâchoire de ce Veracrasse, se le remémorait avec délice. Elle lui avait craché sa haine ce jour-là, une haine grandie, augmentée du mal-être qui la bouffait intérieurement, bien qu’il n’ai rien à voir avec lui. Ça lui avait du bien, sur le coup, de le voir sortir de ses gonds, de le voir riposter, être aculé au point de devoir se montrer violent à son tour. Mais quelques minutes plus tard et cette impression était déjà envolée. Il était hors de question qu’elle se serve de Cruz comme d’un punching-ball, même si ça ne devait être que verbal. Elle n’était pas ce genre de personne qui utilise les autres comme des réservoirs de haine dans lesquels on peut cracher impunément. Ça laisse toujours des traces, l’enfant qu’elle était pouvait en témoigner. Aucun mot ne changera quoi que ce soit à la situation, ni à ce que je ressens. C’était inutile, elle le savait depuis le début, se confier ne changerait rien, ne parviendrait qu’à la faire se sentir faible et pitoyable. La Serpentard ne détenait pas les clefs de ce monde, elle ne pourrait rien changer à la situation dans laquelle était la jeune femme, pas plus que verbaliser son problème ne le règlerait. Je suis parfaitement capable d’en poser sur cette douleur, comme tu le dis si bien, pour ce que ça m’apporte... Mais soit. Puisqu’elle le lui demandait, elle allait essayer de ne pas se refermer. Pas maintenant, en tout cas. Laisser une porte entrouverte, pour Cruz, au moins durant les prochaines minutes. Après… et bien, après, qui sait.

Pour l’instant, le plus important était de refouler les émotions qui l’avaient envahie, profitant de cette même ouverture pour se manifester. Il était hors de question qu’elle verse la moindre larme devant Cruz et bien qu’elle sentit ses yeux piquer, rien ne vint mouiller ses joues. Piètre victoire puisque Cruz était parfaitement à même de noter son regard brillant, sa mâchoire contractée, mais qu’importe. Alors que les mots de la préfète pénétraient son esprit, le marquant au fer rouge, son regard se déroba une nouvelle fois au sien, comme si elle ne pouvait pas soutenir le contact visuel et plonger dans ses pensées en même temps. Peut-être bien que c’est fou. Ces mots tournaient à une vitesse hallucinante dans sa tête, menaçant de lui donner le vertige. C’était une chose d’avoir une conscience lointaine de quelque chose, c’en était une autre d’entendre des mots aussi crus venir s’y apposer. Tout était foutu, oui. Toute cette maudite relation était foutue, pour une raison qu’elle n’appréhendait pas entièrement. Par sa faute. Parce qu’il avait préféré lui tourner le dos. Encore. Oui, c’était foutu, c’était bien ça qui lui faisait si mal. Il lui suffisait pourtant de tourner la page de cette relation brisée, d’en faire le deuil définitif, mais elle n’y arrivait pas, raison pour laquelle elle n’était qu’un mur de glace dernièrement. Elle se forçait à avancer, à maintenir un visage impassible, alors qu’à l’intérieur, ça n’était qu’un champ de désolation. Casey ne savait pas ce qui faisait le plus mal. Ce nouvel abandon ou le fait de ne pas réussir à se relever, de continuer à boîter, comme si les cachots et le rapprochement qui s’y était opéré l’avaient de nouveau forcée à avoir besoin d’une béquille pour avancer. Peut-être bien, en effet. À peine un souffle. Comment était-elle censée faire, désormais ? Si elle n’arrivait pas à laisser Brooklyn derrière, à oublier ce que c’était que de le retrouver, à continuer d’avancer sans lui, si elle en était incapable, qu’est-ce qu’elle était censée faire ? Parce qu’il ne voulait plus lui parler, parce qu’elle n’avait jamais été qu’un poids pour lui, alors qu’est-ce qu’elle pouvait faire ? Coincée entre le marteau et l’enclume, était-elle destinée à recevoir ce coup inlassablement ? C’est trop tard pour ne pas souffrir précisa-t-elle cependant d’une voix dénuée de toute émotion. Ouais, ça la rongeait intérieurement, c’était un fait, c’était le cas. Mais je continue, jusqu’à ce que ça passe. Et ça prenait du temps, ça prenait trop de temps, ça la poussait à rechercher une solitude qu’elle pensait à même de la guérir, comme pour se prouver qu’elle n’avait besoin de personne. On avait donné un coup de hache dans le bateau, elle s’efforçait donc de le faire couler pour montrer qu’elle pouvait y arriver très bien toute seule.
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7879-cruz-v-rosewood-le-visage-d-un-ange-mais-le-diable-au-corps-finihttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7882-cruz-your-hell-your-dream-nothing-in-betweenhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7883-cruz-les-mots-comme-trace-de-notre-passagehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7884-cruz-de-votre-plus-belle-ecriturehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8024-cruz-des-petits-mots-a-gogo#181927

Arrivé(e) le : 19/05/2017
Parchemins rédigés : 978
Points : 13
Crédit : Eilyam (Vanessa Hudgens)
Année : Septième

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Aucun

MessageSujet: Re: [Année 2023-2024] The more wit, the less courage ▬ Casey [TERMINE]   Mer 17 Jan - 17:23

The more wit, the less courage

feat. Cruz & Casey

« Je ne me défoulerais sur personne et encore moins sur toi. » La bonne nouvelle, tant tout ça, c'est qu'au moins le joli minois de la préfète des Serpentards ne risquait pas d'être amoché au cours de la bataille. Maigre consolation, s'il en fallait une. Cruz était peinée de voir son amie aussi mal en point, aussi dévorée par ce qu'elle ressentait. Elle s'en voulait de pas avoir cherché à lui tirer les vers du nez plus tôt, de ne pas avoir forcé le dialogue au lieu de laisser courir. Et elle s'en voulait encore de son impeccable inefficacité face à ce qui se déroulait sous ses yeux. Que pouvait-elle faire ? Elle n'avait même pas le début d'un contexte, pas le moindre indice sur les causes de l'état de Casey. Halloween n'y était sans doute pas pour rien, c'était un fait. Cruz s'en doutait déjà depuis un petit moment, depuis leur précédente rencontre. Mais la Serdaigle n'allait pas aussi mal à l'époque, pas à ce point. Ou alors, elle l'avait vraiment bien caché. Mais l'Espagnole estimait qu'elle n'était pas assez idiote pour être tombée dans le panneau aussi facilement. Non, quelque chose d'autre était entré en ligne de compte, quelque chose qui avait fait penché la balance. Un évènement qui s'était déroulé entre ce jour et leur précédente rencontre, sans doute peu après cette dernière. Dans les souvenirs de Cruz, la quatrième année avait commencé à l'éviter dans les jours qui avait suivi leur discussion. Casey continuait d'expliquer à sa camarade que rien ne pouvait changer la situation dans laquelle elle se trouvait et sûrement pas le fait de poser des mots dessus. Mettre en mots ses émotions lui semblait totalement inutile. Forcément, si elle ne voulait pas y mettre du sien c'était complètement fichu. Cruz aurait beau s'évertuer à la faire sortir de sa torpeur, si cela allait à l'encontre de ce que pensait Casey, autant arrêter de se fatiguer. Les bras croisés sur la poitrine, la préfète attendait la suite en haussant les sourcils. Elle aussi était bornée, bien plus que Casey ne pouvait l'imaginer, et elle ne comptait pas démordre de ses affirmations aussi facilement. C'est donc non sans une certaine pointe de satisfaction que la brune accueillit les paroles de sa camarade. Si la Serdaigle affirmait être capable d'exprimer sa douleur par des mots, des phrases, alors Cruz demandait à voir. Même si ça lui semblait complètement stupide et tout bonnement inutile, même si elle n'en voyait pas l'intérêt. La Serpentard voulait en savoir davantage pour mieux la comprendre. Elle souhaitait aussi que cette douleur prenne du sens et ne connaissait rien de mieux que de mettre des mots dessus pour la matérialiser. « Bah alors vas-y, je t'en prie. Mets des mots dessus, puisque tu es parfaitement capable de le faire. » Un défi, voilà ce que Cruz lançait à son amie. Du moins, elle en avait pris le ton. La jeune femme ne voulait pas la ménager, elle l'avait déjà assez fait en évitant de se confronter à elle durant les précédentes semaines. Ce n'était plus le temps des cajoleries, il fallait que la quatrième année commence à se bouger un peu pour s'en sortir.

Casey semblait peu à peu se décomposer à mesure que Cruz lui balançait au visage que tout semblait bel et bien foutu pour elle. Elle n'y était pas allé avec le dos de la cuillère, mais c'était le but. Cela se faisait dans d'infimes détails, cette décomposition progressive. Ses poings toujours plus serrés et tremblant légèrement, ses yeux qui clignaient sans arrêt, son regard qui ne savait où se fixer. Son visage restait totalement impassible, cependant. Si Cruz n'avait pas bien connu la Serdaigle, elle n'y aurait sans doute vu que du feu. Soudain, un souffle vint rompre le silence qui s'était installé. Ce n'était qu'un murmure, à peine audible. Sans être certaine d'avoir correctement compris les paroles de Casey, Cruz pensait avoir entendu que cette dernière l'approuvait. La préfète de Serpentard se serait entendu à des reproches, des cris, des contre arguments. Tout mais pas ça. Définitivement, Casey n'était pas Isidore. Même s'ils se ressemblaient sur beaucoup de points, ils restaient néanmoins différents. Avec le jeune homme, Cruz aurait réussi sans trop de mal à piquer là où ça faisait mal et à le faire sortir de ses gongs. Parfois, elle trouvait même ça trop facile. Mais avec Casey, c'était tout l'inverse. Elle restait tranquille, approuvait les propos pourtant durs qu'avait tenu sa camarade. Enfin, après un temps qui avait semblé interminable à la préfète, Casey reprit la parole. C'était trop tard pour lui éviter de souffrir, le mal était fait. Ainsi c'était donc ce qu'elle avait voulu dire dans son murmure. Étrangement, cela soulagea Cruz. Cela aurait dû être le contraire, elle aurait dû se sentir absolument dévastée de ne pas pouvoir empêcher son amie de souffrir. Mais elle s'était faite à cette idée depuis un moment, il aurait fallu être complètement à côté de la plaque pour ne pas remarquer la souffrance déjà bien présente de la Serdaigle. Non, si Casey avait ressenti le besoin de préciser son propos, c'était peut-être qu'il y avait encore un espoir pour que la situation s'améliore. « Mais je continue, jusqu’à ce que ça passe. » Cruz leva les yeux au ciel. Son entêtement état agaçant et d'autant plus que la Serpentard le comprenait parfaitement : elle réagissait exactement pareil, toujours. C'était Savannah qui lui avait fait remarqué, à la Ferme, que c'était relativement triste de ne compter que sur soi-même. De penser qu'on n'a besoin de personne et qu'on se suffit à nous-même. A l'époque, elle n'avait pas compris et l'avait rembarrée. Maintenant qu'elle se trouvait à la même place qu'elle, Cruz comprenait mieux. Cette fille, qu'elle détestait, avait raison sur toute la ligne. Plutôt crever que de l'avouer publiquement mais, force est de constater qu'elle n'avait pas dit de conneries. Une fois n'est pas coutume. « Et t'as pas l'impression d'aller droit dans le mur ? Parce que si ce n'est pas le cas, ça en a tout l'air vu de ma fenêtre. Qu'est-ce qui t'a foutu dans cet état ? » C'était tout de même là le point important de la discussion. Comment régler le mal quand on ne savait pas d'où il venait ? Puisque Casey ne semblait pas se décider à en parler, Cruz avait jugé nécessaire de poser la question. En espérant que la quatrième année ne se défile pas.

made by guerlain for bazzart



Cruz V. Rosewood
Family isn't always blood. It's the people in your life who want you in theirs. The ones who accept you for who you are.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8215-understood-the-mind-is-bigger-than-the-whole-universe-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8229-too-many-things-in-my-head-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8230-look-what-i-did-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8231-real-talk-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8232-real-fast-talk-casey

Arrivé(e) le : 22/08/2017
Parchemins rédigés : 1192
Points : 16
Crédit : moi (Frances Cobain)
Année : Cinquième (redoublante)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Billie

MessageSujet: Re: [Année 2023-2024] The more wit, the less courage ▬ Casey [TERMINE]   Ven 19 Jan - 18:15


❝ the more wit, the less courage ❞Cruz & CaseyLe froid qui l’enveloppait et la glaçait ne provenait plus des températures hiémales de Pré-Au-Lard. C’était un froid intérieur qui la gelait toute entière, lui donnant presque envie d’adopter une posture similaire à celle de Cruz : pas renfrognée, mais les bras croisés, pour se réchauffer. Elle n’en fit rien, ce geste étant inutile : ça n’était pas ça qui pourrait la réconforter. Est-ce que c’était normal de se sentir ainsi à cause d’un autre être humain ? Casey ne s’était en fait jamais posé la question et aurait été, le cas échéant, bien en peine pour trouver une réponse. Elle maintenait toute personne à une bonne distance, refusant de s’attacher et n’avait donc, par extension, jamais ressenti ce vide qui l’enveloppait face à l’absence d’une personne. Ou plutôt, si, c’était la deuxième qu’elle en faisait l’expérience, et toujours pour la même personne. Le fait de n’avoir jamais eu d’autre repère que lui jouait très certainement un rôle dans son état : comme lorsqu’elle avait neuf ans, à quoi pouvait-elle se rattacher quand elle perdait son unique pilier ? À force de ne pas vouloir éprouver de réels sentiments pour les autres, elle se retrouvait complètement démunie quand le seul qui avait jamais compté à ses yeux lui tournait le dos. La brune savait pourtant bien, depuis la première fois qu’il l’avait abandonnée, plus ou moins forcé, certes, qu’elle ne devait plus recommencer, qu’elle devait se débrouiller seule et ne jamais compter sur personne d’autre qu’elle-même. Et voilà qu’elle avait refait la même erreur, poussée par des conditions qui lui rappelaient trop - et à lui aussi - son passé familial, se raccrochant à cette branche qui lui paraissait alors si solide. Tombant de très haut quand la branche avait décidé de rompre. Le comportement à avoir était peut-être plutôt de ne pas tout donner pour une personne mais d’en accepter plusieurs, au lieu de réagir dans le sens complètement inverse en se refermant sur elle-même, mais ça, Casey n’était pas prête d’en avoir conscience, encore moins d’en prendre le chemin. Plutôt que de se dire que c’était grâce aux autres qu’elle se relèverait de cette nouvelle désillusion, elle se fermait pour ne plus jamais risquer la même chose.

Mais, face à Cruz, elle ne détalait pas en courant, pas cette fois. La jeune femme n’était pas habituée à devoir rendre des comptes à qui que ce soit, pas sur son état, pas sur ses sentiments, rarement sur ses agissements. Pourtant, c’était bien ce que lui demandait la préfète qu’elle avait évité pendant des semaines comme si elle était porteuse de la peste ou du choléra. Alors qu’elle était simplement porteuse d’une attention que Casey ne savait ni appréhender, ni gérer, n’ayant pas l’habitude qu’on s’intéresse à comment elle allait, à ce qu’elle ressentait, à ce qu’elle vivait. C’était, du moins, ainsi qu’elle percevait les choses ; avis forgé dans la douleur et la tristesse, d’abord à cause d’un père violent et d’une mère effacée, puis de diverses familles d’accueil qui lui avaient donné l’impression de n’héberger des gosses que pour l’argent que cela pouvait leur rapporter. Persuadée qu’elle n’intéressait, de toute manière, personne, pas véritablement, elle avait rajouté une carapace aux autres déjà présentes. Désormais, elle ne laissait personne s’intéresser à elle, c’était plus facile ainsi, plus facile que d’espérer et d’être déçue. Seule contre le monde entier. Des œillères efficaces qui l’empêchaient de considérer l’attention que lui portaient Grace et Dave à sa juste valeur. Ou celle de Cruz. Elle avait laissé tout de même une ouverture plus grande à cette dernière, notamment quand elles s’étaient croisées dans les couloirs, de nuit, peu après Halloween. Puis, comme une biche effrayée qui s’était laissée tenter par une clairière particulièrement accueillante, se sentant prise au piège, ou sur le point de l’être, elle avait détalé.

Jusqu’à ce que le hasard décide de la mettre face à Cruz et que la conversation dérive sur son attitude d’évitement et que la préfète lui lance une sorte de défis. Casey le perçut très nettement mais c’était comme si elle était incapable de l’éviter, comme si tout ce dont elle avait besoin, c’était de s’exprimer, incapable de tout garder pour elle plus longtemps, de continuer à tout enfouir, la coupe étant déjà pleine à rapport. La mettre au défi de se confier était sûrement la meilleure manière de l’emmener sur ce terrain là, de permettre à son cerveau compliqué de ne pas faire passer cela pour une faiblesse mais pour une force. Néanmoins, même si les mots se pesaient sur ses lèvres - qu’elle mordillait d’ailleurs depuis un bon moment déjà - elle hésitait, encore, à franchir ce pas. Celui qui l’emmenait vers les confessions, celui qui l’emmenait sur le chemin où elle se dévoilait. Que dire ? Que taire ? Elle ne pouvait pas mentionner Brooklyn, elle ne pouvait pas dévoiler le lien qu’ils avaient, au passé, parce qu’il n’y avait plus aucun lien entre eux depuis son dernier mot. Quoique… Cruz était déjà au courant qu’elle n’avait pas réellement la vie de famille parfaite dont elle parlait depuis sa première année. Un peu plus, un peu moins… C’est juste que la seule personne qui ai jamais réellement comptée à mes yeux m’a une nouvelle fois laissée tomber. Les yeux dans le vide, à mesure qu’elle articulait ces mots, elle prenait pleinement conscience de cette douleur qui la rongeait et de cette rancœur qui l’habitait depuis cette fois où Brooklyn avait été emmené par les services sociaux. C’était pitoyable à dire, ça sonnait comme venant d’une personne fragile, faible, ce qu’elle n’était pas. Mais en même temps, ça soulageait de le dire à voix haute. Les deux parties s’affrontaient en elle, la poussant à rajouter : Alors je réapprend à faire sans. Pas question qu’elle donne l’impression d’être une pauvre petite chose fragile qui n’était pas capable de se relever. Elle continuait de marcher - de boîter - et ne voulait pas montrer autre chose. Recroisant finalement le regard de Cruz, elle ne baissa pas une nouvelle fois les yeux. Ce n’est qu’une question de temps. Avant que ? Qu’elle n’aille mieux ? Qu’elle ne s’éloigne définitivement de tout le monde ? Qu’elle ne se décide à n’avancer qu’en solitaire ?

L’avis de Cruz différait totalement du sien, ce qu’elle ne s’empêcha pas de lui faire remarquer. Mais non, bien sur que non, elle n’allait pas dans le mur. Ça faisait des années qu’elle agissait ainsi et elle était toujours là, c’est bien qu’il s’agissait du meilleur comportement à adopter. Ou du moins pire, peut-être. Ou alors ni de l’un, ni de l’autre, elle se fourvoyait depuis des années, parvenant à se convaincre de l’inverse en se blindant contre tout et contre tous. Les mots de la Serpentard la remuaient bien plus qu’elle ne le comprenait. Pourquoi ne parvenait-elle pas à simplement lui rétorquer que non, elle ne fonçait dans aucun mur, pourquoi les ressassait-elle, encore et encore, pourquoi considérait-elle autant son avis alors que jamais celui des autres ne lui avait importé ? Elle était plus perdue à chaque seconde, toutes les interrogations qu’elle avait refoulée menaçant de la noyer. C’était trop de poids, celui de toutes les années passées à tout éviter, un poids trop lourd pour elle. Retardant l’inévitable, répondant à une question par une autre, une question qui mènerait forcément à tout ce qu’elle ne voulait pas voir en face, mais il était de toute manière trop tard, toutes ses belles défenses intérieures craquelant lentement. Ça a l’air de quoi, vu de ta fenêtre ? Un poil agressive, mais comment ne pas l’être quand elle avait l’impression d’étouffer.
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7879-cruz-v-rosewood-le-visage-d-un-ange-mais-le-diable-au-corps-finihttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7882-cruz-your-hell-your-dream-nothing-in-betweenhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7883-cruz-les-mots-comme-trace-de-notre-passagehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7884-cruz-de-votre-plus-belle-ecriturehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8024-cruz-des-petits-mots-a-gogo#181927

Arrivé(e) le : 19/05/2017
Parchemins rédigés : 978
Points : 13
Crédit : Eilyam (Vanessa Hudgens)
Année : Septième

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Aucun

MessageSujet: Re: [Année 2023-2024] The more wit, the less courage ▬ Casey [TERMINE]   Dim 21 Jan - 21:01

The more wit, the less courage

feat. Cruz & Casey

Cruz venait de lancer un défi à Casey. En réalité, ce n'en était pas réellement un. Mais Cruz se doutait qu'il fallait que ça en prenne la forme pour faire réagir la jeune femme. Elles étaient pareilles toutes les deux, c'était donc asse simple de savoir quels mots employer. Et encore que, la Serpentard n'était pas certaine que ça allait marcher. Peut-être que Casey aller tout simplement se barrer, fuir encore une fois. Avec elle, tout était possible. Finalement, alors que Cruz n'osait plus l'espérer, son amie sembla décider à lui confier ce qu'elle avait sur le cœur. « C’est juste que la seule personne qui ai jamais réellement comptée à mes yeux m’a une nouvelle fois laissée tomber. » Cruz ne réagit pas tout de suite à ce que venait de lui dire Casey. Il fallait d'abord qu'elle encaisse le choc de cette révélation. Tandis que la préfète restait sans voix, essayant d'assimiler petit à petit les paroles de sa camarade, la Serdaigle semblait tiraillée intérieurement. Comme si le soulagement que lui procurait cette révélation était immédiatement pollué par une nouvelle douleur. Et Cruz se rendit compte qu'elle ne savait en réalité presque rien des relations de Casey. Elle ignorait totalement qui pouvait être cette fameuse personne, elle n'avait même pas le début d'une idée. Rien, le néant complet. Comment avait-elle pu être aussi égoïste, aussi autocentrée ? Tout un tas d'informations lui manquait pour pouvoir assembler les pièces du puzzle et elle détestait ça. Elle ne pouvait s'en prendre qu'à elle-même, elle aurait du s'intéresser à Casey bien avant. Mais si la Serpentard avait osé lui poser des questions, aurait-elle eu des réponses en retour ? Rien n'était moins sûre avec la quatrième année. Cruz ne savait que trop bien comme cela pouvait être horripilant de subir des tentatives d'intrusion dans sa vie privée, surtout lorsqu'on tient absolument à garder tout pour soi. Comme c'était le cas pour elle, comme ça devait l'être tout autant pour Casey. Alors, comment savoir de qui elle parlait ? Était-ce son petit ami ? Non, pas possible. La rumeur qui courait sur elle et Zach était bien trop récente pour qu'elle se soit mis en couple entre temps et surtout qu'elle se soit attachée à ce point. Alors quoi, sa meilleure amie ? Ou son meilleur ami ? Peut-être. Cruz n'avait aucune idée de qui cela pouvait être. Tout ce qu'elle pouvait deviner, c'était que cette personne devait être extrêmement importante aux yeux de Casey. Une sorte de bouée de sauvetage pour la jeune femme, qui s'était finalement dégonflée. Et apparemment ce n'était pas la première fois. Qui que ce soit, ça devait être un sacré connard. « Alors je réapprend à faire sans. Ce n’est qu’une question de temps. » Cruz reconnaissait bien là son amie, dans cet entêtement insupportable à prouver que, même si c'était le foutoir dans sa vie en ce moment, elle allait quand même réussir à s'en sortir. C'est rassurant, en un sens, que la jeune femme pense déjà à l'après. Au moins n'avait-elle pas l'intention de se laisser totalement couler à pic, du moins Cruz l'espérait. Cette dernière n'avait toujours pas bougé, ses bras étaient restés croisés sur sa poitrine. Elle aurait aimé pouvoir trouver les mots, ceux qui font du bien au coeur, ceux qu'on attend d'une amie sincère. Mais Cruz ne savait pas consoler les gens. La tendresse, ce n'était pas vraiment son truc. Même si Maddie avait débloqué certaines choses en elle, ce n'était malheureusement pas encore suffisant. Qu'est-ce qu'elle était censée faire ? La prendre dans ses bras ? Non, ce serait carrément gênant. Lui dire de se secouer, que ce n'était qu'une personne parmi tant d'autres ? Pas sûr que ce soit le meilleur moment pour ça. Et puis, Cruz ne savait pas assez de choses sur la situation pour se permettre une telle critique. Même si, dans le fond, elle n'en pensait pas moins. « Comment ça s'est passé ? » Questionna enfin la préfète des Serpentards, après un silence qui lui avait semblé interminable. Elle ne pouvait pas aider Casey si elle n'avait pas toutes les clés en main. Alors elle essayait de la faire parler : au pire, ça soulagerait quelque peu la Serdaigle. Au mieux, cela pouvait donner lieu à un début de solution. Elle n'osait pas encore aborder la délicate question de l'identité de la personne qui était à l'origine des tourments de la brune. C'était trop tôt encore, elle était bien trop à fleur de peau pour le moment. Cela viendrait peut-être plus tard, peut-être dans quelques jours, quelques semaines. Peut-être jamais. Tout dépendait d'elle et de son bon vouloir, et Merlin sait que rien n'était jamais acquis avec Casey de ce côté là.

« Ça a l’air de quoi, vu de ta fenêtre ? » Demanda ensuite Casey, après que Cruz lui ait expliqué son désaccord sur sa vision des choses. Non, clairement elle ne pensait pas que la tactique adoptée par la jeune femme était la bonne. Bien au contraire, c'était le meilleur moyen de s'enterrer vivante. Cruz, bien que n'ayant jamais été aussi bas, savait ce que c'était de s'enfermer sur soi même en espérant que la délivrance vienne d'elle-même, avec le temps. Le problème avec cette méthode, c'est que le temps était une donnée rarement fiable et clairement pas fidèle à ceux qui lui accordaient leur confiance. C'était comme demander à Satan de trancher à sa place. Léguer son destin à un hasard le plus total. Avec un peu de chance, tu t'en sortais. Sinon, bonjour les emmerdes. Et la probabilité de tomber sur l'une ou l'autre des solutions était strictement la même. Alors oui, Cruz désapprouvait totalement cet espèce de laisser aller, de nonchalance qui ne correspondait absolument pas à la Casey qu'elle connaissait. C'était un mécanisme de défense comme un autre, certes. Mais ce n'était clairement pas le meilleur et la préfète des Serpentards aurait été une bien piètre amie si elle avait laissé sa camarade croire le contraire. Alors elle avait ouvert sa gueule, comme elle savait si bien le faire. C'était bien beau d'être en opposition avec son amie mais, maintenant, il était temps de se justifier. « D'un suicide à petit feu. Mais je peux me tromper. » Répondit tout simplement la Serpentard comme si les deux jeunes femmes ne faisaient que discuter météo depuis tout à l'heure. Inutile de prendre des gants avec la quatrième année, elle n'en avait pas besoin. De toute manière, Cruz ne savait pas utiliser la manière douce. Il fallait que ça rentre dans le tas directement, toujours. Frapper au cœur du problème, ne pas mâcher ses mots. La brune ne connaissait pas d'autre manière d'aider les gens à aller mieux. Cela dit, elle n'était pas non plus une championne dans l'art du réconfort. Sa technique pouvait très bien avoir l'effet totalement inverse mais ça, pour le savoir, il fallait d'abord le tenter. C'était donc l'instant de vérité.

made by guerlain for bazzart



Cruz V. Rosewood
Family isn't always blood. It's the people in your life who want you in theirs. The ones who accept you for who you are.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8215-understood-the-mind-is-bigger-than-the-whole-universe-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8229-too-many-things-in-my-head-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8230-look-what-i-did-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8231-real-talk-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8232-real-fast-talk-casey

Arrivé(e) le : 22/08/2017
Parchemins rédigés : 1192
Points : 16
Crédit : moi (Frances Cobain)
Année : Cinquième (redoublante)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Billie

MessageSujet: Re: [Année 2023-2024] The more wit, the less courage ▬ Casey [TERMINE]   Lun 22 Jan - 20:28


❝ the more wit, the less courage ❞Cruz & CaseyFacile de déceler le choc que la révélation de Casey avait causé à Cruz. Cela la rassurait, dans un sens, démontrant qu’elle arrivait bien à faire illusion et que personne ne se doutait de ce qui la reliait à Brooklyn, depuis bien avant Poudlard. En même temps, elle se demandait ce que Cruz pensait au fond d’elle. La trouvait-elle faible de s’être accrochée à ce point à quelqu’un et de souffrir autant de son absence ? Éprouvait-elle de la pitié à son égard pour avoir ainsi abaissé sa garde et laisser quelqu’un la meurtrir à ce point ? De la pitié ou du dégoût face à cette faiblesse ? Tout ça, c’était en réalité le regard que Casey portait sur elle-même, rien de plus, rien de moins. Le moindre mot en trop aurait suffit pour que la Serdaigle se braque et se referme totalement, mais Cruz et elle étaient bien trop semblables pour que cette dernière face une erreur aussi grosse que celle-là. Et la douce chaleur qui se répandait en elle lui confirma une fois de plus une intuition bien ancrée en elle, à peine un murmure qu’elle n’écoutait pas vraiment mais qui n’avait pas besoin de l’être pour prendre tout son sens : elle pouvait parler à Cruz. Celle-ci ne la prendrait pas en pitié, ne lui enfoncerait pas la tête dans ses faiblesses, mais ne chercherait pas non plus à la secouer pour qu’elle oublie quelque chose de trop profondément ancré en elle pour que ce soit si simple. Parce que la jeune femme n’avait ni besoin qu’on la plaigne, ni envie qu’on lui dise qu’il fallait qu’elle se bouge et qu’elle avance. Qui que ce soit d’autre aurait peut-être pris la question de Cruz comme un manque d’intérêt de sa part, pas Casey, qui, parce qu’elle aurait agit de la même manière à sa place, savait quel cheminement suivait la préfète. Elle lui laissait tout le choix de continuer à se confier, tout en lui donnant l’impression qu’elle le faisait parce qu’elle l’avait bien voulu, et uniquement pour cette raison. Deux fiertés aussi immenses que les leurs, ça se ménageait, ça s’apprivoisait. Elles étaient toutes les deux désormais dans une danse à deux temps ; chacune guidant l’autre là où elle voulait l’amener, mais l’autre ne se contentant pas de suivre aveuglément, gardant toute la liberté de faire basculer la danse dans la direction souhaitée. C’était minutieux, aussi raide qu’un fil tendu entre deux extrémités d’un gouffre, mais c’était un jeu auquel elles excellaient toutes deux.

Relater le déroulement de l’abandon de Brooklyn aurait pu tenir en quelques mots seulement, mais ça n’était pas si simple. Rien ne l’était, avec lui. Rien ne l’avait jamais été, avec eux. Sans reprendre le fil de leur relation depuis le début, il fallait au moins remonter à la soirée que le Directeur avait organisé pour ses élèves dans la Cabane Hurlante. Jamais Casey n’aurait parié sur le fait qu’elle en viendrait, un jour, à parler de tout ça, c’était pourtant bien ce qu’elle s’apprêtait à faire. Pourquoi ? Sa rationalité à toute épreuve cherchait une explication logique, peut-être nichée dans le fait que Cruz attendait, en face d’elle, dans le froid hivernal, une réponse. Et qu’après ce par quoi elles étaient passées, lui en dire un peu plus n’était plus un risque qu’elle prenait. Ou alors, peut-être à cause de cette impression tenace qu’elles étaient en partie le miroir de l’autre. Si quelqu’un pouvait comprendre, n’était-ce pas elle ? Ou encore parce qu’elle en avait déjà beaucoup dit. Un peu plus n’y changerait rien. Et le trop plein avait besoin d’être vidé, même un peu. Tu te souviens de ce soir après Halloween ? Si Casey avait été familière de l’ironie, elle aurait pu rire jaune du décalage qu’il y avait entre le souvenir de cette soirée où elles avaient énormément parlé toutes les deux, un moment paisible, dans le secret de la nuit, et l’effondrement qui était survenu juste après avoir reçu le mot de Brooklyn, quelques jours plus tard. Je t’ai demandé si tu avais déjà pensé à partir de Poudlard. Elle même n’y avait jamais songé, pas dans les pires moments où la seule chose qui lui importait était de quitter les cachots, certes, mais surement pas le monde magique. Il avait trop à lui apporter. C’était parce que cette personne le voulait, et qu’elle voulait que j’aille avec elle. La jeune femme se mordait les lèvres à chaque pause, hésitant sur ce qu’elle allait dire ensuite, tentant de dénouer ces nerfs par ce moyen. Se focaliser sur la légère douleur que ça provoquait, laisser une nouvelle fois son regard se perdre dans le vide, froncer les sourcils parce qu’elle même ne savait pas ce qu’elle pouvait expliquer pour justifier ces deux petits mots, tracés surement sans aucune considération. J’étais prête à la suivre. Perdre tout ça. C’était en tout cas vrai au moment où elle l’avait écrit à Brooklyn. Mais au fond, aurait-elle réellement pu le faire ? Pas sans une tonne de regrets. Pour finalement n’avoir qu’un “Laisse tomber” et rien d’autre que de l’indifférence. Fallait-il lui expliquer que c’était aussi de l’indifférence que Brooklyn lui avait accordé en première année ? Fallait-il lui dire son nom, lui expliquer qu’ils s’étaient battus des années avant de retrouver un semblant de relation grâce aux cachots ? Lui parler de leur enfance moldue ? Sa voix était déjà hachée, sa poitrine oppressée par un poids invisible, elle était tout bonnement incapable d’en dire plus, pas sans une quelconque impulsion de la part de Cruz. Tout comme elle aurait été incapable de dire tout ça si la Serpentard ne l’y avait pas amenée.

L’avis que Cruz portait sur tout ça, Casey venait de le lui demander, et s’attendait à quelque chose de dur, aussi sa réponse ne fut pas une grande surprise. Elle n’en restait pas moins dure à digérer et accepter. Un suicide à petit feu ? Malgré tout ce par quoi elle était passée, Casey n’avait jamais pensé baisser les bras au point d’en arriver à une telle extrémité. Encore moins depuis que le monde sorcier s’était ouvert à elle. Il y avait tant de choses à savoir, à découvrir, à apprendre, qu’elle ne pouvait tout simplement pas s’arrêter là. Raison pour laquelle elle ne s’était attachée à personne pendant longtemps, pour ne pas être ralentie, sous aucun prétexte. Ce qui se passait en ce moment. Mais elle n’abandonnait pas, elle ne baissait pas les bras. Elle allait mal, c’était douloureux, cette pression dans sa poitrine, ce déchirement qui la brûlait de l’intérieur. Mais elle ne comptait pas abandonner pour autant, ne serait-ce que pour montrer à Brooklyn qu’il s’était trompé. Qu’il avait eu tort. Qu’elle n’avait besoin de personne. Le suicide, c’était pour les faibles qui n’arrivaient pas à affronter la réalité. Tout à fait différent de son comportement, n’est-ce pas ? Ignorer ses sentiments, les enfouir au plus profond pour ne pas les affronter, ça n’était pas la même chose, non ? Ce n’est pas le cas. Non, elle n’aurait jamais cette ultime faiblesse là. Bien que les mots de Cruz s’insinuent lentement en elle, lui faisant prendre conscience sans qu’elle ne le remarque que son attitude n’était peut-être pas celle d’une battante.
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7879-cruz-v-rosewood-le-visage-d-un-ange-mais-le-diable-au-corps-finihttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7882-cruz-your-hell-your-dream-nothing-in-betweenhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7883-cruz-les-mots-comme-trace-de-notre-passagehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7884-cruz-de-votre-plus-belle-ecriturehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8024-cruz-des-petits-mots-a-gogo#181927

Arrivé(e) le : 19/05/2017
Parchemins rédigés : 978
Points : 13
Crédit : Eilyam (Vanessa Hudgens)
Année : Septième

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Aucun

MessageSujet: Re: [Année 2023-2024] The more wit, the less courage ▬ Casey [TERMINE]   Mer 24 Jan - 18:15

The more wit, the less courage

feat. Cruz & Casey

« Tu te souviens de ce soir après Halloween ? » Cruz opina de la tête, sans rien dire. Que répondre d'autre à une question aussi rhétorique ? Cela relevait tout simplement du bon sens. Comment la jeune femme aurait-elle pu oublier cette fameuse soirée après les évènements discutables du 31 Octobre ? Cette ronde nocturne qui avait été chamboulée par la découverte d'une Casey aux allures de zombie. Cet instant où Cruz avait failli s'effondrer, en relatant ce qui lui était arrivé dans son cauchemar d'Halloween. Ces confidences, enfin, sur le rebord d'une fenêtre. L'instant où les deux jeunes femmes s'étaient rendues comptes qu'elles étaient bien plus semblables qu'elles ne l'auraient pensé. Cette soirée avait marqué le début - ou la fin - de quelque chose pour Cruz. Elle avait eu le sentiment d'être différente après avoir quitté Casey cette nuit là mais aussi - et c'était bien nouveau pour elle - celui d'être enfin pleinement comprise par quelqu'un. Terminés les mensonges, les faux-semblants, les diversions. Avec la Serdaigle, la préfète pouvait être elle-même sans être jugée. Et inversement, bien entendu. Non franchement, il était impossible pour la Serpentard d'oublier cette fameuse soirée, théâtre d'une véritable rencontre amicale. Casey lui rappela une des questions qui avaient été soulevées ce soir là. Si Cruz avait déjà songé à partir de Poudlard ... Bien évidemment que non et l'Espagnole s'était empressée de le dire à sa comparse. Elle n'avait aucun autre endroit où aller à part ce château et il était absolument hors de question qu'elle recommence à passer des années complète dans cet orphelinat de malheur. Même si elle pourrait voir Billie tous les étés, ce n'était qu'une maigre consolation en comparaison de tout ce qu'elle perdrait si elle décidait de tout plaquer. En revanche, Cruz n'avait jamais eu connaissance de l'avis de Casey à ce sujet, bien qu'elle se fut douter que la question n'était pas innocente. La brune n'était pas du genre à creuser quand les gens ne voulaient pas parler. Une des nombreuses leçons qu'elle avait appris dans le lieu misérable qui lui servait de résidence. Maintenant, Cruz comprenait un peu mieux le sens de tout ça. Cette personne, si chère à Casey, lui avait demandé de tout quitter pour partir avec elle. C'était à la fois une énorme marque de confiance et une belle preuve d'égoïsme. Plus la préfète en apprenait sur cette personne et plus cela la laissait perplexe : elle n'arrivait pas à se faire une idée du personnage. D'un autre côté, comment aurait-elle réagi de son côté si une personne comme Isidore ou encore Billie lui avait demandé la même chose ? Aurait-elle tout quitter pour eux ? Ce dilemme cornélien lui semblait insoluble alors qu'il n'était fictif, elle n'osait donc pas imaginer ce que cela avait dû être pour Casey qui, elle, s'était retrouvée face à du concret.

« J’étais prête à la suivre. Perdre tout ça. » Les mots de Casey tombèrent sur Cruz comme un coup de massue. La jeune femme avait réussi à trancher, elle avait accepté de tout abandonner pour la personne en question. Qui que ce soit, cela devait vraiment être quelqu'un de très important pour la quatrième année. Cruz commençait à la connaître et Casey n'était pas du genre à tout lâcher sur un coup de tête, encore moins pour le ou la premier(e) venu(e). La Serdaigle avait fait preuve de bien plus de courage et d'amour - oui, on peut le dire - que Cruz n'aurait pu le faire et, en soit, cela lui inspirait le plus grand des respects. Mais alors, si elle avait accepté de partir malgré ce que lui avait dit la préfète des Serpentards ce soir là, que faisait-elle encore ici ? S'était-elle finalement dégonflée à la dernière minute ? « Pour finalement n’avoir qu’un “Laisse tomber” et rien d’autre que de l’indifférence. » Second coup de massue en l'espace de cinq minutes. C'était presque irréel. Comment cette personne avait-elle osé faire ça ? Soumettre un dilemme à Casey, lui demander de prendre une décision pour ensuite tout laisser tomber - elle y compris - sans donner la moindre explication ? Cruz sentait monter en elle une haine viscérale à l'égard de cet individu, quel qu'il soit. C'était clairement le plus gros foutage de gueule de l'année. A côté, le silence d'Isidore passait pour une caresse. Et qui c'est qui devait encore et encore ramasser les morceaux brisés par ce connard de première ? C'était Cruz. Si elle le choppait, celui là, il passerait un sale quart d'heure. Qu'est-ce qu'elle était censée faire maintenant ? Comment faisaient les gens dans ce genre de situations ? Est-ce qu'elle devait prendre Casey dans ses bras pour la réconforter ? Lui poser davantage de questions ? Insulter la fameuse personne ? Avouez que la troisième option était tentante. Mais ce n'était certainement pas la solution la plus pertinente. Aussi, Cruz avança d'un pas en direction de Casey pour ne se retrouver qu'à une trentaine de centimètres de la jeune femme. « Qui est-ce ? Pourquoi s'est-il permis de te demander une chose pareille ? » Lui demanda tout doucement la sixième année. Elle n'osait pas encore la toucher, de peur de la voir se dissoudre et tomber en poussière d'un seul coup. Comme un petit être fragile, tenant à peine debout. Les questions étaient déjà assez osées, inutile d'en rajouter.

Par la suite, Casey réfuta l'hypothèse de Cruz selon laquelle elle était en train de se suicider à petit feu. Peut-être que les mots qu'avait employé la préfète étaient durs, peut-être qu'ils l'étaient trop pour la Serdaigle. Mais Cruz n'allait pas enfiler des gants pour lui faire plaisir. Elle voyait les choses ainsi, alors c'est ainsi qu'elles les disaient. Amie ou pas amie, cela ne changeait rien à sa manière de fonctionner. La quatrième année lui répondit que ce n'était pas le cas, qu'elle se trompait. Cruz arqua un sourcil inquisiteur, bien peu convaincu par la réponse de Casey. Certes, c'était peut-être un peu fort de parler de suicide. Mais le comportement de la Serdaigle n'avait rien de celui d'une fille qui voulait s'en sortir et qui faisait tout pour ça. Bien au contraire, Cruz avait l'impression qu'elle prenait grand soin de rester dans sa zone de confort et qu'elle se complaisait là dedans. Pas le genre d'attitude à l'impressionner, pour le coup. « Eh bien prouve le. Parce que je t'avoue que, pour l'instant, le doute est permis. » Cruz campait sur ses positions et elle ne comptait pas lâcher aussi facilement. Elle n'allait pas laisser Casey dans cette torpeur pendant les deux prochains mois, comme elle l'avait fait jusqu'à maintenant. Puisqu'elle avait enfin l'occasion d'échanger avec elle, autant aller jusqu'au bout. Il était temps que Casey prenne conscience de certaines choses et le plus tôt serait le mieux.

made by guerlain for bazzart



Cruz V. Rosewood
Family isn't always blood. It's the people in your life who want you in theirs. The ones who accept you for who you are.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8215-understood-the-mind-is-bigger-than-the-whole-universe-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8229-too-many-things-in-my-head-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8230-look-what-i-did-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8231-real-talk-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8232-real-fast-talk-casey

Arrivé(e) le : 22/08/2017
Parchemins rédigés : 1192
Points : 16
Crédit : moi (Frances Cobain)
Année : Cinquième (redoublante)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Billie

MessageSujet: Re: [Année 2023-2024] The more wit, the less courage ▬ Casey [TERMINE]   Jeu 25 Jan - 19:03


❝ the more wit, the less courage ❞Cruz & CaseyToujours cette sensation, mélange douloureux entre soulagement et tourment, qui lui enserrait la gorge et lui donnait l’impression qu’elle n’allait bientôt plus pouvoir respirer. S’engager dans un chemin inconnu n’était pas chose aisée, surtout quand il s’agissait d’un qu’elle avait évité avec tant d’application durant sa courte vie. C’était l’angoisse de confier des sentiments si longtemps enfouis, ça faisait mal, comme après avoir été dans une position trop longtemps et que tous les muscles en deviennent ankylosés : le moindre mouvement contraire faire alors souffrir le corps tout entier. Après des années à ne jamais parler de ce qui la préoccupait, que ce soit des choses insignifiantes ou des peines immenses, le faire s’avérait douloureux. Et en même temps, ça lui faisait un bien fou. Le poids pesant de ces dernières semaines, sans s’être envolé comme par miracle, s’était allégé et Casey avait l’impression de respirer plus librement. Ce n’était pourtant pas ça qui rendait les choses plus faciles ou qui la pousserait à penser que dévoiler ses faiblesses - parce qu’elle continuait de voir ses sentiments comme des faiblesses, quelques minutes de dévoilement de soit n’allaient pas encore y changer quoi que ce soit - était une bonne chose. Peut-être aurait-elle pu tourner les choses différemment pour moins ressembler à une poupée fragile en quête de réconfort, ce qu’elle avait furieusement l’impression de donner comme image alors que tout son être se rebiffait à l’idée de donner cette perception. Sauf qu’elle n’arrivait pas à mentir, même par omission, même par détournement, et qu’elle ne pouvait pas faire comme si elle n’était pas désemparée face à l’entière situation. C’était tellement emmêlé dans son esprit, et pas que, que le moindre pas en avant lui donnait envie de faire mille pas en arrière, et inversement. Le résultat allait simplement être la chute, à force.

Les mots prononcés qu’elle aurait aussitôt souhaité pouvoir ravaler, effacer, oublier. Son regard délaissa une nouvelle fois le vide pour le visage de Cruz qui s’était rapprochée, réduisant presque à néant l’espace entre les deux jeunes femmes. Casey n’avait donc pas vraiment d’autres choix que de soutenir son regard et d’y chercher des traces de ce que pensait la préfète de tout ça, toujours en quête d’une lueur qui lui indiquerait qu’elle allait tourner les talons en méprisant ces aveux de faiblesse. C’était une réaction instinctive, contraire à ce qu’elle savait au fond d’elle, à savoir que cela n’arriverait pas, pas avec la Serpentard. Tout comme elle savait quelle question viendrait ensuite, sachant qu’elle poserait la même, à sa place. Cela ne manqua pas, Cruz lui demandant effectivement l’identité de cette personne, ajoutant à cela une interrogation sur le droit qu’il avait de lui avoir demandé une chose pareille. Que lui répondre ? Le prénom lui démangeait les lèvres mais la brune restait tiraillée entre vider son sac, inspirer encore un peu plus le soulagement qui grandissait en elle depuis le début de cette conversation et l’impossibilité ferme de dévoiler ce lien qu’il y avait entre elle et Brooklyn. C’était une dernière défense bien branlante étant donné que Cruz savait, de toute manière, une partie de son passé. Mais elle n’avait aucun droit de lier clairement le jeune homme à ça. Malgré tout, malgré son indifférence et son mépris, elle se refusait à dévoiler des éléments le concernant par simple esprit de vengeance. Pas avec lui. Quand bien même il ne mentait pas à tout le temps en s’inventant une famille parfaite. Ceci dit, sa famille à lui s’approchait déjà plus de la perfection que la sienne, peut-être était-ce pour ça qu’il ne ressentait aucun besoin de mentir. Quoiqu’il en soit, Casey ne pouvait pas, justement parce que Cruz en savait bien plus sur son passé que quiconque désormais, hormis Brooklyn, et que le citer lui permettrait de rapidement faire des liens logiques. Un ami d’enfance. Quant à la seconde partie… que dire ? Leur relation était d’une complexité telle qu’elle ne saurait même pas la définir. Était, en tout cas. Ils avaient trop vécu, trop partagé, et sa demande ne lui avait pas semblé aberrante. Au fond, elle avait même été contente qu’il ne la laisse pas derrière, cette fois-ci. Désillusion si vite arrivée. Je… C’est compliqué. Entre Blackman, Halloween… Il ne nous pensait pas en sécurité ici, il croyait préférable de retourner dans le monde moldu. Ceci expliquait-il cela ? Probablement que non. Ou peut-être que si. Casey se sentait juste si vide, en repensant à tout ça. Vidée de son énergie, de ses espoirs, vidée de tout ce qui lui aurait fait esquiver les questions, en temps normal, et fuir, à nouveau.

Les phrases pleines d’un défi à peine dissimulé par Cruz lui arrachèrent finalement l’ombre d’un rictus douloureux. Prouver quoi ? et comment ? Elle ne voyait pas où son amie voulait en venir, mais toute sa fierté se rebellait contre l’idée qu’évoquait la préfète avec hargne, à savoir qu’elle allait droit dans un mur, et volontairement. Comment pouvait-il en être autrement, en terme d’oeillères, Casey possédait certainement les plus épaisses du marché dès que cela touchait certains sujets, notamment celui des sentiments et émotions. Il n’y a rien à prouver. Les choses sont comme elles sont. Je ne compte pas me prendre de mur, je m’emploie même à l’éviter, ni me suicider. Elle s’était déjà relevée une première fois, avait réappris à marcher sans béquille, ça n’était pas pour tout abandonner maintenant que la magie faisait partie de son monde et que la possibilité de quitter définitivement le quotidien miteux qui était le sien chez les moldus était envisageable. Elle le savait, c’était une vérité ancrée en elle. Mais la formuler à voix haute lui faisait prendre conscience que ça n’était peut-être pas spécialement le chemin vers lequel elle avançait ses derniers temps, emmurés dans une tristesse trop grande.
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7879-cruz-v-rosewood-le-visage-d-un-ange-mais-le-diable-au-corps-finihttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7882-cruz-your-hell-your-dream-nothing-in-betweenhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7883-cruz-les-mots-comme-trace-de-notre-passagehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7884-cruz-de-votre-plus-belle-ecriturehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8024-cruz-des-petits-mots-a-gogo#181927

Arrivé(e) le : 19/05/2017
Parchemins rédigés : 978
Points : 13
Crédit : Eilyam (Vanessa Hudgens)
Année : Septième

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Aucun

MessageSujet: Re: [Année 2023-2024] The more wit, the less courage ▬ Casey [TERMINE]   Dim 28 Jan - 16:25

The more wit, the less courage

feat. Cruz & Casey

« Un ami d’enfance. » Trois mots, une seule phrase mais une multitude de sens. Pour quelqu'un qui ne savait rien de l'histoire de Casey, cette explication aurait suffit. Un ami d'enfance, cela restait vague tout en était suffisamment précis pour comprendre ce que cela impliquait comme relation. Mais pour la Serdaigle, tout était forcément bien plus compliqué et Cruz arrivait à saisir toute l'ampleur de ces complications. L'enfance de Casey était scindée en deux parties distinctes : celle où elle vivait chez ses parents biologiques et celle où elle fut placée dans une famille d'accueil. A quel moment de sa vie la jeune femme avait-elle rencontré ce fameux ami d'enfance ? Vu l'état dans lequel il l'avait mis, Cruz était prête à parier que c'était un garçon qu'elle avait connu du temps où elle vivait encore chez ses parents. Un genre de souvenir qu'elle n'avait peut-être pas envie de voir ressurgir. La préfète des Serpentards était bien placée pour savoir que ce n'était pas forcément agréable de voir des gens qui lui rappelaient un évènement en lien avec son passé. Ce n'était pas pour rien qu'elle passerait encore une fois les vacances de Noël à Poudlard cette année : aucune envie de revoir ces abrutis de l'orphelinat qui lui remémoraient la condition déplorable qui était la sienne. Peut-être que ça avait fait pareil pour Casey, de revoir ce garçon à Poudlard. D'ailleurs, si c'était un ami d'enfance il y avait de grandes chances pour que ce soit un Né-Moldu, lui aussi. Donc un garçon qui avait passé toute l'année dernière aux cachots avec la brune. Si Cruz s'en donnait la peine, elle arrivait certainement à trouver l'identité de la personne. Mais ce n'était pas vraiment le sujet d'aujourd'hui, n'est-ce pas ? Les hypothèses de Cruz furent pour la plupart confirmées lorsque la quatrième année poursuivit ses explications. Elle parla de Blackman, d'Halloween ... Rien de nouveau sous le soleil, tous les élèves avaient été marqués par ces épisodes dramatiques. Casey disait que c'était compliqué et ça devait certainement l'être bien davantage que le peu qu'elle laissait apercevoir. Certes, son ami avait eu raison de ne pas les croire vraiment en sécurité à Poudlard. Mais retourner dans le monde moldu ?! Même Cruz, qui commençait pourtant à peine à vraiment connaître la Serdaigle, trouvait l'idée juste complètement débile. D'après les confidences de la brune sur son passé, la préfète se doutait que le monde moldu n'avait pas laissé un souvenir agréable à Casey. Alors ouais, Cruz se permettait de juger la proposition du fameux ami d'enfance complètement égoïste. Surtout que, si les souvenirs de la Serpentard étaient bons, elle n'avait jamais vu Casey en compagnie d'un garçon spécifiquement durant toutes ces années à Poudlard. Donc soit ils cachaient très bien leur relation soit ils n'étaient pas si proches que ça en réalité. Dans tous les cas, c'était vraiment con comme proposition, évitons de faire les langues de bois. « Ça ne lui donnait pas le droit de te demander ça. T'as pas à te laisser faire comme ça. Et lui il a pas à t'ignorer sans aucune explication. » Cela tombait sous le sens pour la jeune femme. Elle avait l'impression d'étaler des vérités tellement évidentes qu'elle se sentait un peu inutile. Qu'est-ce qu'elle pouvait bien dire à Casey ? D'aller demander des explications ? Elle-même avait bien attendu qu'Isidore la contacte au lieu d'aller lui parler directement, elle était donc bien mal placée pour donner ce genre de conseils. « J'ai sûrement pas tous les détails mais je crois que tu devrais arrêter de cautionner ce diktat qu'il t'impose. 'Fin j'sais pas, t'es pas sa chose. » Cruz allait peut-être trop loin en osant exprimer de pareilles conjectures. Après tout elle ne savait pas grand chose du fond du problème et, de toute évidence, Casey n'était pas vraiment décidée à lui en dire davantage. La préfète faisait donc avec les moyens du bord, tant pis si ça froissait quelques fierté au passage.

« Je ne compte pas me prendre de mur, je m’emploie même à l’éviter, ni me suicider. » Répondit la quatrième année à l'espèce de défi que venait de lui lancer Cruz. Peut-être que cette dernière avait été un peu dure dans ses mots, sans doute était-elle allée un peu trop loin. Mais l'idée était bien là quand même et la préfète n'en démordrait pas. Casey avait besoin de se sortir de cette spirale infernale qui consistait à se couper du monde et à toujours rechercher la solitude, refermant sa coquille dès que quelqu'un parvenait à y faire une petite ouverture. Il fallait qu'elle arrête de se refermer sur elle-même, progressant un peu plus à chaque fois dans cette solitude. La jeune femme était en train de se laisser partir à la dérive et Cruz ne pouvait tolérer cela plus longtemps. « Tant mieux. Tu comptes revenir aux réunions du club alors ? » Un moyen comme un autre de la prendre au piège. Si elle voulait être cohérente avec elle-même, Casey serait obligée de répondre par l'affirmative. Et si elle répondait oui, alors elle allait bien devoir se bouger les fesses et se rendre à ces fameuses réunions. Ainsi, la Serdaigle commencerait à revoir du monde, à arrêter de ruminer cette fâcheuse histoire, à se changer les idées. Ce n'était peut-être pas très sympa de la part de Cruz de la coincer comme cela mais aux grands maux les grands remèdes. La méthode douce ne fonctionnait pas sur les personnes comme Casey et Cruz. Cette dernière était bien placée pour le savoir, c'est pourquoi elle savait aussi que son amie ne lui en voudrait pas. Du moins, elle l'espérait de tout son coeur.

made by guerlain for bazzart



Cruz V. Rosewood
Family isn't always blood. It's the people in your life who want you in theirs. The ones who accept you for who you are.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8215-understood-the-mind-is-bigger-than-the-whole-universe-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8229-too-many-things-in-my-head-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8230-look-what-i-did-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8231-real-talk-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8232-real-fast-talk-casey

Arrivé(e) le : 22/08/2017
Parchemins rédigés : 1192
Points : 16
Crédit : moi (Frances Cobain)
Année : Cinquième (redoublante)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Billie

MessageSujet: Re: [Année 2023-2024] The more wit, the less courage ▬ Casey [TERMINE]   Lun 29 Jan - 16:58


❝ the more wit, the less courage ❞Cruz & CaseyC’était épuisant. Jamais Casey n’aurait pensé que confier ce qui lui pesait si lourdement sur le coeur serait à ce point éreintant. Comme si on l’avait vidée de ses émotions, du sens qui l’habitait, elle se sentait certes légère, mais parce qu’il n’y avait plus rien qui restait après les mots prononcés, confessés à Cruz. Tout ce qui restait, c’était une lassitude complète, une envie de fondre comme ce flocon de neige qui touchait le sol et qui disparaissait. Vie éphémère, tomber lentement du ciel, rencontrer la terre, disparaître, et rien de plus. Elle se sentait vraiment comme ce petit flocon de neige, ballottée au gré du vent, aussi insignifiante, aussi peu capable de lutter contre le vent. Maintenant que la vérité était énoncée, partagée avec une tierce personne, elle semblait être devenue de plomb, prendre toute sa réalité. Ce bloc pesant était sorti du corps de la jeune femme à mesure que les mots en faisaient de même, il ne lui pesait donc plus, plus totalement, mais il était maintenant face à elle, dans toute sa grandeur, dans toute sa signification, dans toute son immuabilité. Avoir tout dit à voix haute l’empêchait de retourner à un état qu’elle affectionnait depuis si longtemps : celui où elle enfouissait tout, en attendant que ça passe, n’affrontant jamais pleinement les choses en face, préférant biaiser, serrer les dents puis oublier. On n’oubliait jamais réellement, elle ne le savait simplement pas encore, persuadée que toutes les gouttes acides qui remplissaient la coupe s’étaient évaporées avec le temps. Ça ferait juste très mal quand la coupe déborderait. Pour l’instant, elle se retrouvait donc confrontée de plein fouet à cette situation inextricable avec Brooklyn, coincée entre cette idée insidieuse qu’il n’avait jamais voulu d’elle dans sa vie, encore moins maintenant, et le besoin de savoir pourquoi il avait réagit ainsi. Ce n’était pas parce qu’elle avait parlé avec Cruz et qu’elle prenait enfin conscience qu’elle ne parviendrait pas complètement à tourner la page, qu’il resterait dans un coin de sa tête comme un point d’interrogation douloureux, que Casey allait subitement virer de bord et aller confronter Brooklyn. Non, elle n’en ferait rien, mais comme la prise de conscience commençait lentement à se faire, peut-être parviendrait-elle à se faire à l’idée. Ou non, mais elle avancerait avec. Les mots de Cruz réveillèrent une vieille vague d’ego chez la Serdaigle. Elle savait qu’elle agissait d’une toute autre manière dès qu’il s’agissait de Brooklyn, acceptant ce qu’elle n’accepterait de personne d’autre, se donnant plus qu’elle ne se donnait avec quiconque, ressentant des émotions bien plus fortes et dévastatrices qu’avec n’importe qui d’autre. Bien sur que non, il n’avait pas à l’ignorer comme ça, pas après lui avoir demandé ça, pas après les efforts qu’ils avaient faits pour concilier ce qu’ils savaient de l’autre, ce qu’ils étaient devenus, et ce qu’ils voulaient conserver de relation entre eux. Mais Casey ne confrontait pas. Face à un mur, elle ne cognait pas dedans jusqu’à ce qu’il cède - encore que, dans le tunnel, c’était plus ou moins ce qu’elle avait fait, mais elle savait que la situation l’indiquait comme unique détentrice des torts - elle louvoyait pour le contourner. Il ne voulait plus lui parler ? Elle n’irait pas le trouver pour exiger des explications, surtout pas si c’était pour entendre dire qu’il n’avait jamais voulu d’un relan d’amitié avec elle. Elle préférait ne pas savoir. Comme je disais, c’est compliqué. Mais s’il s’est décidé à m’ignorer, je n’irais certainement pas lui demander de changer d’avis. Supplier ? Ramper ? Dévoiler le mal que ça lui faisait ? Hors de question. C’était inenvisageable en cet instant, mais elle ne savait pas encore qu’elle se retrouverait en retenue avec lui et que ses bonnes résolutions de faire comme s’il ne lui importait pas, lui non plus, ne tiendraient pas plus de quelques minutes. C’est épuisant de se battre contre le vent. Sauf que le vent ne s’arrêtait jamais de souffler et qu’elle était loin d’en avoir fini avec ça.

En attendant la prochaine tempête, se renfermer et s’isoler n’était peut-être pas la meilleure chose à faire, c’était bien ce que Cruz tentait de lui faire comprendre à coup de paroles dures qui sous-entendaient un défi dans lequel la jeune femme fonça tête baissée. La Serpentard avait habilement manœuvré, l’emmenant là où elle le souhaitait sans rencontrer trop de résistance de sa part. Parce qu’elle était curieuse de voir où son amie souhaitait en venir, comment elle porterait le coup final, et parce qu’elle était lasse de se battre contre tout et tout le monde. C’est avec les réunions du Club que Cruz comptait la voir réagir, lui demandant si elle comptait y retourner. Casey avait jeté les mots de Tracy au feu, tous, sans exception, évitant avec application la préfète, même si elle doutait que celle-ci aurait eu le même comportement que Cruz si elle s’était retrouvée face à la jeune femme par hasard. Ses dents vinrent râper sa lèvre inférieure. Casey ne comptait pas esquiver mais réfléchissait à si elle allait effectivement y retourner ou non. Elle était plutôt proche de chacun des filles qui le composaient, ce Club, si on exceptait Wendy, et elle avait jugé que c’était une bonne idée pour sa réputation, quand bien même l’opinion de certains sur ses camarades était plus que mitigé. Elles n’en avaient rien à faire, survolant tout ça comme si rien ne pouvait les atteindre. Elle n’avait, en fait, aucune raison de dire non. Oui, la prochaine fois, sûrement.
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7879-cruz-v-rosewood-le-visage-d-un-ange-mais-le-diable-au-corps-finihttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7882-cruz-your-hell-your-dream-nothing-in-betweenhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7883-cruz-les-mots-comme-trace-de-notre-passagehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7884-cruz-de-votre-plus-belle-ecriturehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8024-cruz-des-petits-mots-a-gogo#181927

Arrivé(e) le : 19/05/2017
Parchemins rédigés : 978
Points : 13
Crédit : Eilyam (Vanessa Hudgens)
Année : Septième

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Aucun

MessageSujet: Re: [Année 2023-2024] The more wit, the less courage ▬ Casey [TERMINE]   Ven 2 Fév - 20:11

The more wit, the less courage

feat. Cruz & Casey

« Comme je disais, c’est compliqué. Mais s’il s’est décidé à m’ignorer, je n’irais certainement pas lui demander de changer d’avis. » Cruz n'avait rien à dire pour contrer les paroles de la Serdaigle. Après tout, n'avait elle pas adopté la même stratégie face au silence que lui avait témoigné Isidore après leur Halloween ? Difficile de critiquer le comportement de Casey après ça. L'ignorance était le meilleur des mépris, à ce qui se disait. Et le silence était sans aucun doute la meilleure façon de s'en protéger, de prémunir autant son cœur que sa fierté. Parce que demander des explications, c'était en quelque sorte admettre que le silence de l'autre nous faisait mal. Reconnaître que l'autre nous manquait. Avouer ses faiblesses. Pour des personnes aussi blindées que l'étaient Cruz et Casey, c'était bien trop leur en demander. Est-ce que cela valait pour autant le coup de faire une croix sur cette amitié qui semblait si précieuse aux yeux de la quatrième année. Cruz n'était pas aveugle, elle voyait bien que cette relation était la cause du renfermement de Casey. Si cela la travaillait au plus profond d'elle-même c'est que cette amitié était à la base d'un certain nombre de choses et qu'elle en remuait beaucoup d'autres. Cruz n'avait pas vraiment d'amis d'enfance, elle ne pouvait donc pas comparer. Mais elle pouvait observer ce que ça donna sur sa comparse et elle ne regrettait pas d'avoir échappé à ça. « Comme tu voudras. » Répondit Cruz d'un ton nonchalant. Il n'y avait rien à rajouter à cela, la préfète des Serpentards étant bien mal placée pour lui faire la morale. Comme elle s'était d'ailleurs permise de le faire lors de leur précédente séance de confidences, dans un des couloirs du septième étage, en pleine nuit. Là bas, Casey avait demandé à Cruz si elle avait déjà songé à se barrer du château. Cette dernière lui avait alors répondu qu'il en était hors de question et que rien au monde ne pourrait la faire changer d'avis. La fuite c'est pour les lâches, avait elle dit ... Mais ça, c'était avant. Avant son entrevue avec Isidore, avant leur brise de bec qui avait fini se finir en baston, avant les déchirantes révélations, avant cette ultime demande ... L'instant où Cruz s'était rendue compte que c'était vraiment facile de tenir de beaux discours tant qu'on n'était pas soi même confronté au dilemme en question. « Au fait, je voulais te dire ... C'est pas con du tout d'avoir voulu partir avec lui. Vraiment pas. Izzie m'a demandé la même chose quand on s'est vus. » Et cette demande avait provoqué un tsunami, emportant tout sur son passage. Le poids du monde s'était retrouvé sur les frêles épaules de Cruz, l'espace de quelques secondes. Son monde à elle, ses ambitions, son avenir ... Tout ça s'était écroulé d'un seul coup. Pour mieux se relever par la suite car la brune n'avait eu aucune hésitation quant à sa réponse. C'était comme si les arbres s'étaient écartés pour lui laisser un chemin tout tracé vers l'évidence.« Et ... malgré tout ce que j'ai pu te dire, j'ai accepté. Pour lui. Alors je comprend plus que tu ne crois. Faut être super forte pour accepter de tout quitter pour quelqu'un. » Bon, ça ne coutait rien de s'envoyer quelques fleurs au passage. Mais la dernière phrase que Cruz avait prononcée était surtout là pour faire comprendre à Casey qu'elle était aussi solide qu'un roc et que rien ne pouvait l'atteindre. Si cet idiot qui disait être son ami avait réussi à lui en faire douter, Cruz était là pour lui rappeler qui elle était vraiment. Parce que elle, Cruz Rosewood, quand elle avait des doutes elle pouvait se tourner vers Isidore. Il était toujours là pour lui rappeler qu'un jour elle changerait le monde. Mais Casey, qui le lui rappelait à elle ? La quatrième année en avait marre de se battre contre le vent. Mais qu'importe que le vent hurle, la montagne jamais ne ploie devant lui. Enfin, c'est ce que dis le proverbe chinois. De là à comparer Casey à une montagne ... Vous avez saisi l'image. Il fallait juste que la Serdaigle se remémore de quelle roche elle était faite.

« Oui, la prochaine fois, sûrement. » Consentit à répondre Casey à la question de sa camarade. Elle n'avait en réalité pas vraiment le choix. Si elle refusait, c'était un signe que tout n'allait pas si bien que ça et qu'elle n'était pas prête à sortir la tête de l'eau. Cruz lui avait donc posé la question parfaite, la proposition que la quatrième année était dans l'incapacité de refuser. Un sourire triomphant apparu sur les lèvres de Cruz : sa tactique avait marché à la perfection. Si la suite se passait tout aussi bien, les filles du Club ne tarderaient pas à retrouver Casey dans leurs rangs. Un petit pas qui lui permettrait de sortir de cette spirale infernale dans laquelle elle s'était retrouvée. Tout ça à cause d'un abruti de garçon. Ah pour sûr, ce n'était pas Cruz qui allait se laisser engluer dans des histoires de gar... ouais bon ok je retire. Un coup de vent fit frissonner Cruz. Cette dernière se rendit alors compte que le soleil avait déjà bien entamé sa descente. L'après-midi touchait déjà à sa fin et elle n'avait encore fait aucun achat pour les fêtes. Sans compter qu'elle devait rester disponibles pour les plus jeunes, qui risquait de la solliciter à tout instant. Et bon courage pour réussir à la trouver dans cette ruelle crasseuse. Comme quoi, le destin avait sûrement dû s'en mêler pour que les deux amies arrivent à se retrouver dans ce dédale. « On se verra la prochaine fois, dans ce cas. Passe une bonne fin d'après-midi. » Prononça finalement la préfète des Serpentards, mettant ainsi fin à la discussion. Une discussion qui s'était révélée fructueuse dans l'ensemble, restait à voir comment cela allait se répercuter sur le long terme. Cruz espérait vraiment que la promesse de Casey de revenir aux réunions n'étaient pas des paroles en l'air et qu'elle allait s'y tenir. Parce que, si ce n'était pas le cas, l'Espagnole le vivrait comme une trahison. Parce qu'il n'y avait pas de demi-mesure avec elle : ou elle donnait tout, ou elle donnait rien. Et les choses pouvaient changer en une fraction de seconde à cause d'un minuscule détail. La brune se remit en mouvement et contourna Casey pour sortir de la ruelle, essayant de réchauffer quelque peu son corps. Allez, elle avait un cadeau à trouver.

made by guerlain for bazzart



Cruz V. Rosewood
Family isn't always blood. It's the people in your life who want you in theirs. The ones who accept you for who you are.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8215-understood-the-mind-is-bigger-than-the-whole-universe-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8229-too-many-things-in-my-head-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8230-look-what-i-did-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8231-real-talk-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8232-real-fast-talk-casey

Arrivé(e) le : 22/08/2017
Parchemins rédigés : 1192
Points : 16
Crédit : moi (Frances Cobain)
Année : Cinquième (redoublante)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Billie

MessageSujet: Re: [Année 2023-2024] The more wit, the less courage ▬ Casey [TERMINE]   Sam 3 Fév - 20:34


❝ the more wit, the less courage ❞Cruz & CaseyPour la seconde fois en très peu de temps, Casey avait l’impression que sa rencontre avec Cruz s’entourait d’une bulle qui s’épaississait au fur et à mesure de leur conversation jusqu’à exploser et rompre le moment privilégié qu’elles vivaient, marquant la fin de ladite conversation. La jeune femme avait senti l’instant où cette bulle avait explosé, la dernière fois, comprenant qu’il s’agissait de la fin de leur tête à tête et que, d’ici quelques minutes tout au plus, elles seraient retournées chacune de leur côté. Aujourd’hui, elle pressentait que l’éclatement était proche, pouvait sentir que les confidences étaient elles-aussi finies et qu’il ne s’écoulerait pas bien longtemps avant qu’elles retournent à leur occupation première. D’ailleurs, leur face à face s’était étiré dans le temps, bien plus que Casey ne l’avait estimé ; le soleil entamait déjà une lente descente, teintant les alentours d’une lueur de fin de journée. La fatigue, mêlée à la lassitude, lui donnait envie de retourner au Château, de s’extraire du froid qui grandissait en elle et d’oublier un peu le vide qui résultait de tous ces aveux oralement exprimés avant d’y faire pleinement face et d’enfin reprendre une avancée clopinante en direction d’un chemin qu’elle n’avait aucune envie d’emprunter. Elle avait passé toutes ses forces dans un combat contre un courant d’air et avait épuisé le peu qui restait dans ces confidences arrachées par la préfète des Serpentard. Elle voulait juste s’oublier, disparaître quelques heures dans son lit avant de ré-endosser le rôle qu’elle s’était elle-même attribuée et de reprendre son masque et son attitude habituelles. Pourtant, alors qu’elle s’apprêtait à ressentir le fugace instant où leur bulle volait en éclat, Cruz le repoussa de quelques secondes, lâchant des aveux surprenants qui attachèrent la Serdaigle, encore un peu, à ce sol glacé dans un coin écarté du centre de Pré-Au-Lard. Ainsi, elle aussi avait été confrontée à une demande similaire. Si ses mots réchauffèrent un peu Casey de l’intérieur, ils la frustrèrent un peu plus. Cruz lui avait bien dit que les choses s’étaient arrangées avec Isidore, c’est donc que malgré cette demande et la réponse qui en avait découlé, il n’avait pas décidé de tourner le dos à la Serpentard, sans raison valable apparente. Alors pourquoi en était-il ainsi, pour elle ? Un énième soupir créa un énième nuage de buée devant son visage. Elle avait peut-être fait preuve d’une force étonnante en acceptant de fuir avec Brooklyn, elle se retrouvait désormais éparpillée en mille morceaux, dans un état de faiblesse qu’elle haïssait de chaque fibres de son corps. Et Cruz avait raison, il était temps de ressaisir. À force de serrer les poings dans ses poches, Casey en avait les doigts bloqués dans cette position, les détendre lui créa un frisson de douleur qui se propagea le long de ses bras, remontant dans ses épaules, la réveillant un peu, la piquant, au-delà de la torpeur dans laquelle elle s’enveloppait depuis Halloween.

Ce prolongement provisoire de leur bulle ne fut qu’éphémère, le terme revenant à grand pas, rapproché par les salutations de Cruz auxquelles Casey ne fit qu’hocher la tête. Elle avait vraisemblablement épuisé son quota de paroles pour le reste du week-end, elle n’avait définitivement pas l’habitude de parler autant, encore moins d’elle, de ses sentiments et de ses histoires avec Brooklyn. C’était d’une nouveauté totale pour elle et elle était encore incapable de décider si elle avait apprécié l’exercice - tout à fait relativement bien sûr - ou détesté ça. Pour l’instant, ce qu’elle en retenait, c’était qu’elle venait de promettre à Cruz un retour au Club et ce, dès la prochaine réunion. La Serpentard contourna une Casey toujours immobile, le regard de nouveau perdu dans le vide dès l’instant où Cruz s’était mise en mouvement, une Casey qui resta ainsi une bonne minute au moins avant de se mettre en marche à son tour, reprenant bien vite le contrôle de ses expressions et de ses pas. Reconnaissant les lieux, elle parvint finalement à s’orienter et à quitter ce coin mal-famé du village pour retourner au centre et le quitter aussitôt, direction Poudlard, mille et une pensées tourbillonnants dans son esprit, invisibles pour tous. Seule Cruz venait d’en avoir un petit aperçu.
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: [Année 2023-2024] The more wit, the less courage ▬ Casey [TERMINE]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Année 2023-2024] The more wit, the less courage ▬ Casey [TERMINE]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard, 19 ans après. :: Pré-au-Lard :: 
Les Ruelles Mal-fâmées
-
Sauter vers: