AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Catch me if you can [Eliana et Zach – Défi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 15/11/2017
Parchemins rédigés : 122
Points : 12
Crédit : Selena Gomez
Année : Première année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin:
Disponible pour un RP ?:
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Catch me if you can [Eliana et Zach – Défi]   Ven 8 Déc - 22:10


Il allait payer. Trop c’est trop. Cela avait assez duré. Je n’oublierai jamais le visage de cet idiot de Serdaigle qui persécutait Wyatt sans relâche, ainsi que d’autres premières années. Ce décérébré traînait dans les couloirs, toujours accompagné d’un ou deux sbires encore plus stupides que lui. En discutant avec des élèves de 3e et 4e années de Serdaigle, j’avais réussi à mettre la main sur les informations qu’il me fallait. Un certain Samuel, en 5e année, de la même trempe que ce vicieux de Logan. C’était vrai ce que les moldus disaient : ce qui se ressemble s’assemble. Je lui avais écrit un mot, que j’avais fait transmettre par l’un des élèves de sa maison. Rien de bien compliqué : « RDV dimanche soir, 21h, 3e étage, couloir interdit. SEUL. Signé : une élève de 1re année qui vient causer arrangement. ». Si je prétendais que l’on causerait seulement pour trouver une solution à ses chantages, menaces et persécutions, bien-évidemment, ce gros nul qui s’en prenait à cœur joie aux nés-moldus verrait de quel bois je me chauffe.

Je préparai ce plan depuis plus d’une semaine, le temps que je me fasse approvisionner du strict nécessaire – un élève de ma maison m’avait fourni l’essentiel de chez Zonko en échange d’une petite compensation financière. Pour le reste, quelques pièges feraient l’affaire. Il suffisait juste de savoir comment les positionner, trouver le parfait coin de mur caché dans l’obscurité. Au moment où ce crétin se pointerait, il le regretterait aussitôt. Car rien d’aussi simple qu’un sortilège de découpe pour activer les pièges mis en place, l’un après l’autre.

D’une démarche rapide mais prudente, je m’avançais vers les escaliers menant au 3e étage. Je ne devais surtout pas me faire prendre. Les préfets de ma maison m’avaient confié à quel point les couloirs grouillaient de leurs compères les soirs de weekend, en particulier les dimanches. Bien-sûr, j’avais conscience de dépasser le couvre-feu, mais cela ne me faisait ni chaud ni froid. À dire vrai, c’était devenu d’une banalité depuis le temps…

Par chance, la porte menant au couloir interdit était ouverte. Je m’y engouffrai en prenant soin de ne pas faire le moindre bruit. Je brandis ma baguette, au cas où. Les torches ne s’illuminèrent pas et c’était tant mieux. Et puis, l’obscurité ne m’effrayait pas, n’est-ce-pas ? Au fur et à mesure de mes pas, il régnait dans ce couloir une atmosphère… glauque. Cependant, ce n’était pas une raison pour rebrousser ce chemin. Mes pièges étaient là, dans mon petit carton dissimulé sous ma robe. Je repérai un angle sans lumière, face à la porte par laquelle je venais d’entrer, à quelques mètres seulement. Ça ferait l’affaire. La manœuvre consistait à surprendre l’ennemi au moment où il se pointerait. Mon coup serait réussi si je me montrai rapide et la plus réactive possible. Si cela marchait comme prévu, et que le Serdaigle se retrouverait par terre, humilié, alors là, on causera.

Je regardai ma montre : 20h58. Il n’allait pas tarder ! Je défis mes objets du carton avant de les placer précautionneusement – il ne fallait pas les énerver - par terre, dans le coin obscur. Tout à coup, j’entendis de l’agitation derrière la porte menant au 3e. Je me dépêchai de récupérer le carton et de me cacher dans un autre angle, celui-ci parallèle au coin piégé. Je brandis ma baguette, fermai les yeux et soufflai un bon coup. Samuel, c’est quand tu veux.

La porte s’ouvrit dans un bruit plutôt discret. Je crus entendre deux voix se parler, mais je distinguai seulement le son d’un pas lent et vif qui était entré dans le couloir. Sa baguette diffusait une lumière bleue-blanche, mais pas assez forte pour que je puisse distinguer son visage. Je reconnus néanmoins un garçon d’une quinzaine d’années. J’eus un sourire mauvais.

« Cracbadaboum ! » m’écriai-je, sortant de ma cachette.


1-6 : Aussitôt, les trois objets enchantés, immobiles au départ, s’animèrent parfaitement, chacun faisant ce pourquoi il avait été confectionné. Les sifflets assourdissants émettaient une musique énergique et tonitruante, se balançant sur leurs petits pieds et se tournant sans cesse autour, dans une danse asynchrone. La pâte visquo-baveuse prit la direction du Serdaigle en se mouvant tel un mollusque, prête à coller aux jambes du visé et à le faire tomber. Enfin, les deux tasses à thé mordeuses se mirent à rire tels de petits monstres, leurs bouches aux dents gigantesques s’ouvrant et se refermant dans un buit sec, prêtes à mordre l’élève s’il approchait davantage.

2-5 : Les sifflets assourdissants émirent un bruit tonitruant, mais le silence regagna le couloir au bout de trois secondes. Ce fut bref. Les deux tasses à thé mordeuses firent apparaître deux bouches béantes avec des dents impressionnantes, prêtes à mordre quiconque les approchait… si elles allaient dans le bon sens. Enfin, la pâte visquo-baveuse s’anima, pour aussitôt s’assoupir. J’en bouillonnai de frustration : cela n’avait pas marché comme je l’aurais souhaité !

3-4 : Le sortilège n’eut pas plus d’effet que de ricocher sur une porte face à moi, ce qui y laissa une profonde entaille, notamment au niveau de la poignée. La porte céda néanmoins et je m’y engouffrai sans plus attendre. Paniquée, je cherchai dans la salle - que je supposais petite et pleine d’humidité - un endroit où me cacher. Mais la porte s’ouvrit à nouveau, et je brandis ma baguette droit devant moi, prête à en découdre s'il le fallait.


HRP:
 


Dernière édition par Eliana Bradley le Lun 1 Jan - 11:19, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 15/11/2017
Parchemins rédigés : 122
Points : 12
Crédit : Selena Gomez
Année : Première année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin:
Disponible pour un RP ?:
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: Catch me if you can [Eliana et Zach – Défi]   Ven 8 Déc - 22:19

Eliana Bradley a effectué 1 lancé(s) d'un Le Hasard (Image non renseignée.) :
5


Dernière édition par Eliana Bradley le Jeu 14 Déc - 17:19, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 28/06/2011
Parchemins rédigés : 5331
Points : 185
Crédit : (c) Lily L. Potter
PETIT +

MessageSujet: Re: Catch me if you can [Eliana et Zach – Défi]   Ven 8 Déc - 22:19

Le membre 'Eliana Bradley' a effectué l'action suivante : Le Hasard


'Le Hasard' : 3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6340-zach-e-thompson-la-famille-c-est-bien-quand-elle-part-pas-en-vrille-finihttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6343-zach-e-thompson-les-amis-c-est-comme-une-seconde-famillehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6344-zach-e-thompson-allez-venez-jouerhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6347-zach-e-thompson-le-hibouhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6345-zach-e-thompson-gotta-go-fast

Arrivé(e) le : 07/07/2016
Parchemins rédigés : 318
Points : 12
Crédit : Moi et 5 secondes de ma vie
Année : 6ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Professeur A. Winslow

MessageSujet: Re: Catch me if you can [Eliana et Zach – Défi]   Mer 27 Déc - 15:50

    « Tu vois vraiment pas qui ça peut être ? » redemandais-je pour la énième fois à Samuel, un Serdaigle d’un an mon cadet, fixant avec une expression déconfite la lettre qu’il m’avait montré. « Nan parce qu’une connerie des neurones pareille, c’est quand même pas à la portée de tout le monde. »
    Non parce que là, en une lettre, il y avait de quoi plomber définitivement la maison de l’élève. Le couvre-feu était complètement outrepassé, le rendez-vous était dans le couloir interdit qui portait pourtant bien son nom… Et quelque chose me disait que c’était pas pour s’embrasser sous le gui, et que l’élève en question avait surtout dérapé sous ses pantoufles. Peut-être que je me faisais seulement des idées, mais j’étais plutôt sûr qu’elle avait le cerveau qui baigne dans la confiture de coing. Mais bon, Samuel n’en savait pas plus que ça. Je ne cachais pas que ça m’embêtait un peu, si on avait su qui c’était on aurait pu aller s’en occuper de suite, et j’aurais été tranquille ce soir. Mais bon, on a pas d’idée sur qui c’était, on allait devoir s’en occuper sur le coup. Et je vous garantis que la maison du fautif allait perdre énormément de points. Désolé les Gryffondors s’il s’agit de vous (non parce que briser les règles c’est plutôt chez les rouges).

    Le soir venu, j’accompagnais donc Samuel jusqu’au point de rendez-vous. J’aurais pu y aller seul, mais il avait tenu à m’accompagner. Après tout, c’était lui la cible principale. Et puis, en un sens ça m’arrangeait, il était plus habile avec sa baguette que je ne l’étais. Pas que les sorts que pourraient lancer une première année soient vraiment effrayants, mais on sait jamais. Et puis en soit, même le fait qu’il active un Lumos était un plus non négligeable. Même un sort élémentaire comme celui-là, j’étais pas sûr de réussir à le maintenir. On arrivait enfin devant la porte menant à ce fameux couloir qui était déjà entrouverte. De toute évidence, le petit rigolo qui pensait que les règles ne s’appliquaient pas à lui était déjà bien installé à l’intérieur.
    « Bon, on voit qui est là, s’il faut on le calme, et ensuite on le ramène à son directeur de maison, qu’il assume un peu ses actes. » indiquais-je à Samuel à voix basse, qui acquiescais au même volume. J’espérais quand même que ça ne tourne pas au duel.

    Doucement, j’ouvrais la porte tandis que Samuel passait pour éclairer la salle. Mais à peine passait-il la porte que j’entendis une formule pas très sympathique. Un sortilège de coupure. Oui, même si j’étais nul pour m’en servir, je connaissais mon répertoire. Surtout les sorts potentiellement dangereux, après m’être fait trouer le torse.
    « Fais gaffe ! » hurlais-je à Samuel par réflexe, l’attrapant par la manche pour le tirer vers moi. La porte se referma sous l’impact du sort avec Samuel et moi à l’extérieur.
    « Ouh, là je te jure qu’elle va plomber sa maison à elle seule… »
    Elle m’avait énervé en un sort. Les blessures, on en avait assez eu l’an dernier. Ce sort, là, elle voulait clairement s’attaquer à Samuel. Et ça, je le tolèrerai encore moins que toute cette mascarade. Si ça se trouve, c’était même une nouvelle infiltrée. Je sortais enfin ma baguette, déterminé à ne pas me laisser faire et à l’immobiliser le plus rapidement possible, et j’ouvrais de nouveau la porte d’un coup de pied, offrant cette fois l’ouverture complète d’un seul coup. Je pointais ma baguette vers l’obscurité tandis que Samuel éclairait la salle, révélant les ombres d’objets que j’avais du mal à identifier. Si j’avais su que ça tournerait comme ça, j’aurais ramené des potions affaiblissantes, comme l’an dernier.
    « Qui que vous soyez, je vous conseille de vous dévoiler avant d’enfoncer votre cas ! »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 15/11/2017
Parchemins rédigés : 122
Points : 12
Crédit : Selena Gomez
Année : Première année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin:
Disponible pour un RP ?:
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: Catch me if you can [Eliana et Zach – Défi]   Lun 1 Jan - 14:40



J’étais cachée dans l’obscurité de la petite pièce adossée à une table miteuse – accroupie, ma baguette prête à jeter le premier sort qui me traverserait l’esprit - lorsque j’entendis la porte s’ouvrir d’un coup sec. Mon cœur ne pouvant cesser de battre, je craignis qu’il ne s’arrête à cet instant précis. Alerte, je distinguai dans le noir non pas un mais deux bruits de pas s’engouffrer à l’intérieur. Je fronçai des sourcils, me demandant si j’entendais correctement. Une faible source lumineuse éclaira vaguement la pièce, mais assez pour que je vois deux têtes se tenir droit devant la porte largement ouverte, tous deux leurs baguettes brandies, prêts à en découdre avec moi s’il le fallait. J’en tressaillis : je reconnus tout de suite le visage d’ange – à tort – de Samuel, dont la source lumineuse provenait de sa baguette, et à sa droite, un autre visage qui m’était curieusement familier. Ce dernier, l’air contrarié, voire en colère, s’écria d’une voix claire et dont le ton ne laissait pas de place au compromis :

« Qui que vous soyez, je vous conseille de vous dévoiler avant d’enfoncer votre cas ! »

Il fallait me rendre à l’évidence : j’étais cuite. À la rigueur, s’il n’y avait que Samuel, j’aurais pu tenter de le prendre par surprise une dernière fois… Mais il avait fallu que ce moins que rien ramène une escorte ! Entre lui et Logan Light, je préférai me confronter au second ; il fallait dire que ses « acolytes » qui lui servaient de clique étaient bêtes comme ses pieds, et par conséquent, ne s’avéraient pas être une grande menace. Même si le souvenir que je gardais de leur dernière rencontre n’était pas des plus mémorables, et que je manquais souvent de chance. C’est pourquoi, je refusais de m’entêter à faire payer Samuel pour ses méfaits, même si je l’avais là, devant moi, seulement à quelques mètres. Et puis, comme l’avait dit son camarade, je n’avais pas intérêt à davantage m’enfoncer.

J’optai donc pour la solution pacifique : je me mis debout et leur fit face, les deux mains en l’air en signe de paix qui signalait que je me rendais, ma baguette toujours dans ma main droite. Par peur que le grand blond ne me lance un sortilège cuisant, je fis tomber ma baguette à contre cœur.

« Je ne pensais pas que tu viendrais accompagné, Samuel. » lançais-je à mon interlocuteur privilégié, accentuant le mot « accompagné » en guise de remontrances.

Mon regard balaya la petite salle que je voyais pour la première fois, avant de s’attarder sur l’autre jeune homme qui me pointait de sa baguette. Mes yeux accrochèrent son insigne de préfet. J’écarquillai les yeux d’horreur : tout sauf un préfet ! Non seulement mon plan était tombé à l’eau, mais il fallait aussi que je me fasse coffrer par le préfet des Serdaigle dans le couloir interdit, après le couvre-feu. Les larmes montèrent, mais je les retins par fierté, la seule dignité qu’il me restait ce soir. Je devais contrecarrer ma frustration, ma colère et ma déception pour ne pas avoir pu venger Wyatt. En m’adressant au préfet dans une veine tentative d’échapper à une lourde punition, voire à l’exclusion, je tentai, l’air minable :

« Je suis vraiment… désolée. Ce garçon ennuie un de mes amis depuis la rentrée. Je voulais juste lui… intimer de ne plus l’ennuyer. Je t’en prie, ne dit rien au professeur Soussa ! Je l’apprécie beaucoup et je ne veux pas qu’elle ait une mauvaise opinion sur moi… »


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6340-zach-e-thompson-la-famille-c-est-bien-quand-elle-part-pas-en-vrille-finihttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6343-zach-e-thompson-les-amis-c-est-comme-une-seconde-famillehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6344-zach-e-thompson-allez-venez-jouerhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6347-zach-e-thompson-le-hibouhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6345-zach-e-thompson-gotta-go-fast

Arrivé(e) le : 07/07/2016
Parchemins rédigés : 318
Points : 12
Crédit : Moi et 5 secondes de ma vie
Année : 6ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Professeur A. Winslow

MessageSujet: Re: Catch me if you can [Eliana et Zach – Défi]   Dim 14 Jan - 14:54

    Si on m’avait dit que j’aurais à faire face à un cas pareil, j’aurais certainement été perplexe. Certes, quelques malins avaient tendance à briser la paix du château, mais à ce point-là, on battait des records. Outre les interdits brisés, il y avait maintenant mise en danger d’autrui. Qu’importe qui était à l’origine de ce piège, il n’allait pas apprécier ce qui s’ensuivrait. Les points tomberont, peut-être que des sanctions personnelles seront prises, ça, ce ne sera pas à moi d’en juger, mais je l’espérais. On n’a pas idée de lancer un sort de coupure dans la direction de quelqu’un. C’était au mieux profondément stupide, au pire dangereusement criminel. Alors même si ma baguette n’était pas d’une grande aide d’habitude, j’étais prêt à m’en servir pour calmer le fautif s’il ne se rendait pas de lui-même. Mais heureusement, il avait encore un minimum de jugeote et préféra se dévoiler à nous, les mains en l’air comme dans les films. Et… C’était une élève de gryffondor bien jeune. Au mieux, je la placerais en deuxième année, mais certainement pas plus. Et c’est ça qui lance des sort de coupures, brave les interdit dès les premières années, et crée un piège pareil ? Décidément, la jeunesse de nos jours…

    Bien sûr, elle qui pensait pouvoir accomplir ses méfaits tranquillement n’était pas très contente que Samuel m’ait ramené avec lui. Et pourtant, il avait été plus malin qu’elle.
    « Faut croire qu’il est plus futé que toi. Plutôt que de faire des conneries, il parle de ses problèmes à une forme d’autorité » rétorquais-je sans baisser ma baguette, les sourcils toujours froncés.
    C’était dur des fois de se dire que je faisais figure de première autorité dans le système de Poudlard. Et pourtant, le préfet est généralement le premier contact des élèves quand il y avait des litiges. Pas pour elle, visiblement. Elle préférait faire les choses elle-même comme s’il n’y aurait aucune répercussion. Naïveté de la jeunesse ou simple stupidité, allez savoir, mais en tout cas je ne serai pas plus tendre parce qu’elle est plus jeune. Et maintenant que le mal était fait, elle tentait de s’excuser, de s’expliquer vaguement, de ne pas en parler à la professeure Soussa. Pas grand-chose qui ne sauve vraiment son cas, et pas grand-chose que je puisse lui promettre. Soussa était sa directrice de maison, elle serait fatalement la première informée. Et de toute façon, les professeurs en parleraient certainement entre eux après ça.

    « Et donc ? Qu’est-ce qui t’empêchait d’en parler à un professeur ? Si tu apprécies Soussa, tu n’avais qu’à lui demander de l’aide, plutôt que de vouloir le faire par toi-même, et au passage ignorer purement et simplement le règlement. »
    Bien sûr, il faudra que j’en touche deux mots à Samuel aussi, mais pour l’instant elle avait capté toute mon attention avec son sortilège.
    « Et je n’aurai d’autre choix que de faire un rapport sur tes actions, notamment l’utilisation d’un sortilège de coupure qui aurait bien pu frapper mon camarade. Tu te rends compte, au moins, à quel point c’est dangereux ? »
    Non pas que comprendre son erreur adoucisse les conséquences, mais si on pouvait faire un premier pas vers la compréhension pour pas qu’elle recommence, c’était déjà pas mal. Enfin, vu mon ton encore énervé, je n’étais pas vraiment sûr que ça ait l’effet attendu.
    « Ta maison va perdre un nombre de points conséquents pour tes actions. Et je pense que je vais t’emmener chez ton directeur de maison pour qu’il prenne les mesures qu’il jugera nécessaire. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: Catch me if you can [Eliana et Zach – Défi]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Catch me if you can [Eliana et Zach – Défi]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard, 19 ans après. :: Poudlard :: 
Le Troisième Étage
-
Sauter vers: