AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 When I come around [PV Matrim]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7330-wake-me-up-when-september-ends-presentation-de-niamh-a-mandragoranhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7354-go-on-till-you-come-to-the-end-then-stop-niamh-mandragoran#165278http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7353-it-doesn-t-matter-which-road-you-take-niamh-mandragoran#165272http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7352-we-re-all-mad-here-niamh-mandragoran#165269

Arrivé(e) le : 30/12/2016
Parchemins rédigés : 210
Points : 7
Crédit : Bazzart© Natalia Dyer
Année : 5eme année - 15 ans

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Aucun

MessageSujet: When I come around [PV Matrim]   Ven 8 Déc - 22:04



La neige commençait à tomber tout doucement, annonçant une journée bien froide. Mais malgré le temps, personne ne semblait vouloir louper cette sortie à Pré-au-lard. Toutes les chaumières étaient déjà décorées avec des couronnes de houx et de belles lumières animées. Niamh avait prit la journée pour sortir, profitant de l'air rafraichissant que l'extérieur pouvait lui procurer. Elle n'avait plus tant le goût de rester à l'intérieur dès lors qu'elle pouvait poser un pieds en dehors, certainement à cause des précédents événements. Quoi qu'il en était, maintenant beaucoup de choses avaient changé sans même qu'elle ne s'en rende compte. Jusque là coincée dans de douloureux souvenirs, elle se rendit compte en parcourrant les rues peuplées de monde que son esprit se libérait. Peut-être était-ce dû à tous ces changements...? Des amitiés retrouvées, comme Sinéad ou les nouvelles formées avec tous les autes nés-moldus. Malgré toutes les souffrances encourrues, Niamh sentait qu'elle avait énormément gagné par la suite. De ce courage qu'elle enviait tant à son amie Gryffonne, de l'hardiesse au travail et à l'apprentissage qu'elle admirait chez sa cousine... Et de tant d'autres choses dont elle ne se savait même pas capable.
C'est pour cela que ce matin, elle avait voulu concrétiser tout ça. Elle avait demandé un rendez-vous à Rhea dans la grande salle pour s'occuper de ses cheveux, laissés à l'abandon depuis octobre dernier. La jeune Gryffondor s'était empressée d'accepter, toute excitée à l'idée de pouvoir s'exercer sur quelqu'un. C'est ainsi qu'en plus de multiples conseils beauté et maquillage, Niamh avait perdu un bon quinze centimètres de cheveux, lui donnant une coupe au carré. Non sans trouver la sensation étrange de ne plus sentir ses cheveux -constamment emmêlés- dans son dos, elle s'était surtout sentie plus légère. En plus de ça, son amie avait maîtrisé ses boucles d'un coup de baguette magique. Voilà bien longtemps qu'elle n'avait pas prit le temps de prendre soin d'elle. La Poufsouffle se nota à l'esprit d'écouter plus souvent les conseils d'Alaska. Elle nota également de dire à la Serdaigle de songer à les appliquer pour elle aussi, par ailleurs.

Cet après-midi, Niamh se sentait donc rafraîchie et de très bonne humeur. Elle n'avait pas particulièrement de projets en venant sur Pré-au-lard hormis s'acheter une nouvelle plume et faire du repérage pour les cadeaux de noël à venir. Fort heureusement, lorsqu'elle arriva chez Scribenpenne, le magasin était quasiment vide. Elle pu rapidement trouver la plume qui l'intéressait -lui coûtant la somme de douze gallions quand même, mais cet achat en vallait la peine- et sortie de la boutique où elle croisa un regard connu sur la Grande Place. Matrim. Un vent de nostalgie à la chaleur estivale la prit de plein fouet. La ferme paraissait désormais si loin... Elle n'avait jamais pu percer ce mystère derrière la coquille que le Poufsouffle semblait se former et la curiosité revint la prendre d'assaut. Elle lui sourit lorsque leurs regards se croisèrent et elle décida finalement de faire le premier pas vers lui cette fois-ci.

- Salut, Matrim, fit-elle simplement tout en se rendant compte qu'elle n'avait absolument pas prévu de sujets de conversation. Jusqu'à ce qu'elle remarque quelque chose de changé chez le jeune homme également. C'est rare qu'on se croise sans nos uniformes, mais je crois que c'est la première fois que je te vois avec cet ensemble ! Enfin... C'est... Ok ça à l'air vraiment bizarre dit de même, je donne l'impression d'être une stalkeuse et... Bref ! Je voulais te dire que ça t'allait bien en fait. J'ai juste foiré mon compliment...

Bon sang... Déjà qu'elle parlait trop, elle se rendait maintenant stupide, génial. Le regard du Poufsouffle suffisait à lui seul à la déstabiliser la plus part du temps et elle avait du mal à comprendre pourquoi. Ses regards étaient beaucoup plus profonds que ceux qu'elle avait l'habitude de regarder et elle avait l'impression de voir toutes ses armes tombées lorsqu'il commencer à la regarder. Elle soupira légèrement, espérant ne pas l'avoir trop ennuyé encore une fois... Décidément.




If I lay here, if I just lay here.
Would you lie with me and just forget the world?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7892-matrim-with-the-beast-inside-theres-nowhere-we-can-hide-u-c#177483http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7913-matrim-stop-i-m-already-dead#177786http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7926-matrim-disponible#177863http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7927-matrim-u-chttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7928-matrim-u-c#177865

Arrivé(e) le : 27/05/2017
Parchemins rédigés : 312
Points : 8
Crédit : meblang (ava) - robbie wadge
Année : sixième année (seize ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: perrin s. o'riordàn & sage s. sinclair

MessageSujet: Re: When I come around [PV Matrim]   Sam 6 Jan - 21:36


when I come around
matrim & niamh

Sometimes you picture me I'm walking too far ahead You're calling to me, I can't hear What you've said Then you say go slow I fall behind The second hand unwinds
La veille avait été une journée riche en changements pour moi. Un moment plein de nervosité comme je n’avais pas l’habitude de changer les choses. C’était quelque chose avec lequel je n’étais pas confortable en règle générale, sauf que cette fois, ça m’avait bien plu. L’après-midi passée avec Cruz chez Gaichiffon à choisir puis essayer des vêtements, la nouvelle coupe de cheveux après avoir choisis une toute nouvelle garde-robe puis nous avions terminé la soirée à ce petit concert amateur aux Trois-Balais. Oui, oui. Vous avez bien lu, j’ai bien dit un concert amateur. Encore une fois, une idée de ma part. J’adore la musique et, bien que je ne lui ai enseigné que du piano jusqu’à présent, je me suis douté que Cruz aimerait. Ma manière à moi de la remercier pour son aide précieuse tout au long de la journée. À ma grande surprise, ça avait aussi permis de tisser des liens avec la serpentard qui, à ma grande surprise, était une personne très agréable à cotoyer. Pas du même style que Lana et Spencer ou que Safia et Jaspe, mais à sa manière à elle. Un mélange entre mes quatres amis plus un petit quelque chose qui lui était bien personnel. À la fin de la journée, étendu dans mon lit, je m’étais dit que je n’avais pas passé d’aussi bonne journée depuis un long moment. Puis ce matin, en m’éveillant, j’avais eu envie de lui faire savoir à quel point ça avait été important pour moi. Je n’étais pas du genre à faire des cadeaux en règle générale, mais l’ayant vu reluquer une jolie robe hier à la boutique de vêtements, je m’étais dit que ça lui plairait de l’avoir. L’unique raison de ma présence à Pré-Au-Lard pour un deuxième jour de suite était la fameuse robe de Cruz. J’espérais qu’elle allait l’apprécier le geste parce qu’il faisait froid pour la saison. Le vent glacial piquait la petite zone où la peau de mon visage était à découvert.

Passant sur la place centrale du village, complètement gelé, mon regard se posa sur une fille que je ne connaissais que trop bien. Une jolie brunette avec un écharpe aux couleurs des blaireaux au cou. “Passe ton chemin...”, me souffla une voix dans ma tête. Le truc étant que je n’avais pas vraiment envie de passer mon chemin. L’envie irrésistible d’aller lui parler se fit sentir. La gêne était toutefois bien trop présente pour que je n’arrive à indiquer à mes pieds de prendre sa direction. J’étais planté là comme un écervelé incapable de me décider entre partir ou aller à sa rencontre lorsque son regard croisa le mien. Mal à l’aise, je baissai la tête pour regarder mes pieds l’espace de deux secondes. Ce fut suffisant pour qu’en relevant le regard, il ne se plante directement dans les jolis yeux bleus de la poufsouffle. « Salut, Matrim », dit Niamh avec un sourire à m’en faire perdre la parole. Je me contentai de lui sourire à mon tour, le coeur cognant contre ma poitrine. J’étais mal à l’aise maintenant qu’elle se retrouvait devant moi. Les vêtements que je portais, de tout nouveaux vêtements, avaient été choisis dans l’optique de lui plaire. Enfin, ça, je ne l’avais pas dit à Cruz, mais si j’avais voulu changer de look, c’était bien parce que j’espérais attirer l’attention de la jolie préfète des jaunes et noirs. « Bonjour Niamh. », me contentais-je de répondre d’une petite voix au bout d’un moment. Je la détaillai un peu plus longuement alors qu’elle reprenait la parole. « C'est rare qu'on se croise sans nos uniformes, mais je crois que c'est la première fois que je te vois avec cet ensemble ! Enfin... C'est... Ok ça à l'air vraiment bizarre dit de même, je donne l'impression d'être une stalkeuse et... Bref ! Je voulais te dire que ça t'allait bien en fait. J'ai juste foiré mon compliment... » Son compliment me fit monter le rouge aux joues accélérant légèrement le battement de mon coeur alors qu’un sourire amusé se glissait sur mes lèvres. Visiblement, je n’étais pas le seul incapable de s’exprimer convenablement. « Merci pour le compliment. » , lui répondis-je. “Il était très bien…” , ajoutais-je mentalement. Je ne sais pas pourquoi j’avais pensé ça. Heureusement que je ne l’avais pas dit à voix haute parce que c’était un pur mensonge. Il était très mal formulé son compliment. Sans doute que si elle n’avait pas spécifié qu’il s’agissait d’un compliment, je ne l’aurais pas déduie par moi-même. Je n’avais pas pour habitude de mentir, alors pourquoi est-ce que ça m’avait traversé l’esprit ? Pour lui faire plaisir… Je ne mentais jamais pour faire plaisir ! Il se passait quoi avec moi au juste ? La fille me plaisait !? Y allait falloir faire des recherches sur le sujet alors parce que, honnêtement, je ne saurais pas trop l’expliquer. Peut-être que je pourrais demander à Cruz ? Non. Mauvaise idée. Je devrais lui expliquer et je ne saurais pas le faire. Il allait falloir se débrouiller tout seul. Prendre des notes et éviter de faire ou dire n’importe quoi.

« Je préfère les uniformes, c’est plus simple que de devoir choisir des vêtements. », avouais-je au bout d’un petit moment. Voilà. Ça c’était bien comme sujet de conversation. Pas de risque de bévues. « Mais je dois bien admettre que le non-uniforme te va très bien également. » Ah non ! Sérieusement ? Pourquoi j’ai dit ça moi ?! “Comment dire n’importe quoi par Harrison Matrim Sevenoaks-Newton “ serait le titre de mon premier livre. Moi qui croyait que ce serait un truc plus intellectuel, je m’étais largement trompé… J’avais les joues en feux. Le froid ou la honte ? Je ne saurais le dire parce qu’il faisait vraiment froid dehors aujourd’hui. « Il s’agit d’un nouvel ensemble, donc c’est normal que tu n’aies jamais remarqué avant. », lui dis-je comme explication. Je m’enfonçais de plus en plus là ! Ça et le fait que j’allais finir cryogénisé d’ici cinq minutes. « Tu… », commençais-je hésitant. « Tu veux aller dans un endroit plus chaud ? Enfin, si tu veux encore discuter. » J’avais ajouté la dernière phrase précipitamment de peur qu’elle ne prenne la proposition mal. Je n’avais aucun envie qu’elle ne dise non. J’avais envie de rester encore un peu en sa compagnie. Le plus sûr aurait été de rester où nous étions, mais avec le vent du nord qui soufflait, on aurait tôt fait de terminer à l’infirmerie pour faire traiter des engelures.


(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7330-wake-me-up-when-september-ends-presentation-de-niamh-a-mandragoranhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7354-go-on-till-you-come-to-the-end-then-stop-niamh-mandragoran#165278http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7353-it-doesn-t-matter-which-road-you-take-niamh-mandragoran#165272http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7352-we-re-all-mad-here-niamh-mandragoran#165269

Arrivé(e) le : 30/12/2016
Parchemins rédigés : 210
Points : 7
Crédit : Bazzart© Natalia Dyer
Année : 5eme année - 15 ans

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Aucun

MessageSujet: Re: When I come around [PV Matrim]   Ven 12 Jan - 6:05



Décidément, quelque chose avait changé chez Matrim et elle n'arrivait pas à mettre le doigt dessus. Il paraissait plus... Détendu. Leur première rencontre avait été tout de même brutale, Niamh fuyant la surveillance des Mangemorts devant faire face à l'humeur massacrante du jeune homme. Elle l'avait clairement ennuyé ce jour là et pourtant... Depuis le mois passé dans la ferme, ils s'étaient finalement accordés du temps pour parler. Les discussions avaient même finit par venir d'elles-même et la jeune fille s'était rendue compte d'à quel point ce garçon pouvait être intéressant et était doté d'une intelligence rare. Niamh n'arrivait décidément pas à savoir quand -et surtout pourquoi- tout avait changé. Non pas qu'elle s'en plaindrait, bien au contraire. Son opinion de son camarade de Maison avait littéralement prit un tournant à trois-cent soixante degrès, et elle ne regrettait pas d'avoir finalement apprit à le connaître. Même si depuis quelques jours subsistait ce sentiment étrange de gêne dès qu'ils se parlaient. Sur cela non plus, la brune était incapable de réellement comprendre. Surtout car ce sentiment semblait l'affecter elle aussi.
Néanmoins, malgré cela, elle n'était pas mécontente de le croiser en dehors de l'école, dans un nouveau contexte auquel ils n'avaient encore jamais fait face. Surtout lorsqu'il était d'autant plus difficile de se croiser à l'école avec l'emploi du temps chargé de la nouvelle Préfète. Heureusement qu'ils étaient dans la même maison, les occasions étaient du coup plus grandes pour se croiser.

- C'est vrai que c'est bien moins prise de tête les uniformes...! Mais je dois avouer que depuis que j'en porte, mon garde robe s'est relativement restreint. J'ai surtout des tenues confortables, en fait, pour contraster avec l'uniforme serré.

Elle s'était faite cette remarque bien récemment mais les vêtements confortables étaient sa priorité après une rude journée ou pour profiter des jours de repos. Lorsque Matrim la complimenta sur sa tenue du jour -qui ne lui semblait pourtant pas fameuse...-, Niamh piqua un phard du nez jusqu'aux oreilles, totalement prise au dépourvu. Il était bien rare qu'elle recoive des compliments, aussi banals soient-ils. Alors pour une rare fois, Niamh fut prise au dépourvue et ne sut quoi répondre de plus qu'un petit Merci... timidement murmuré.
Fort heureusement pour elle, le jeune homme parti sur un tout autre sujet, déviant son attention sur autre chose. Il lui annonça donc porter un nouvel ensemble, ce qui expliquait pourquoi cette tenue semblait tant constraster avec les souvenirs des autres tenues qu'elle lui avait vu sur le dos. Elle n'eut même pas le temps d'y répondre qu'il lui demanda si elle désirait continuer à discuter avec lui, dans un endroit plus chaud.

- C'est... C'est une excellente idée ! Ca te tente Les Trois Balais ? Je pense que mes doigts vont avoir besoin d'une bonne boisson chaude pour survivre... J'ai oublié de prendre des gants avant de sortir ce matin !

Ses doigts, ses oreilles, son nez ou toutes les extrémités de son corps réclameraient bien un peu de chaleur par ces temps-ci. Même si actuellement le froid était balayé par un engouement nouveau dans sa poitrine : Il voulait encore discuter avec elle, prendre le temps pour. Finalement, la gêne qu'elle ressentait parfois n'était peut-être pas quelque chose de mal ou un dégoût pour sa personne... Il lui arrivait souvent de douter après tout, d'avoir peur d'être un poids pour les autres. Elle espérait fortement qu'il n'en soit rien pour le jeune homme en face d'elle à qui elle sourit tout en attendant la réponse à sa proposition.



If I lay here, if I just lay here.
Would you lie with me and just forget the world?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: When I come around [PV Matrim]   

Revenir en haut Aller en bas
 
When I come around [PV Matrim]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard, 19 ans après. :: Pré-au-Lard :: 
Le Centre du Village
 :: La Grande Place
-
Sauter vers: