AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ···· ·· ·−·· ·− ·−· −·−− || Hilary Fitzpatrick-Priest

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8899-hilary-fitzpatrick-priesthttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8911-hilary-un-capitaine-a-besoin-d-un-equipage-et-d-ennemis#197603http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8912-hilary-si-on-imaginait#197606http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8913-une-lettre-pour-hilary#197607http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8914-un-envoi-express-pour-hilary#197608

Arrivé(e) le : 03/12/2017
Parchemins rédigés : 188
Points : 9
Crédit : by me • Nastya Kusakina
Année : 2ème année - 13 ans

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Felicia A. Williams

MessageSujet: ···· ·· ·−·· ·− ·−· −·−− || Hilary Fitzpatrick-Priest   Dim 3 Déc - 20:39



PRENOM est une née-moldue, né(e) le 27 décembre 2010 à Waterford en Irlande. D'ailleurs elle n'y vit plus puisqu'elle a déménagé à Whitby en Angleterre. Aujourd'hui, Hilary a donc 12 ans (bientôt 13) et est en 1ère année (redoublement). Et juste pour ta culture personnelle, sache qu'elle a un rat qui s'appelle Vinaa.

Il est bon de savoir que Hilary est attentionnée, rêveuse, patiente, modeste et pieuse mais également méfiante, pleurnicheuse, impulsive, possessive, influençable et a une faible estime d'elle-même. Elle a des goût étranges, par exemple elle aime la mer, nager dans le lac noir, communiquer en morse, savoir des choses que les autres ne savent pas, ou encore l'infinité des choses alors qu'elle déteste Poudlard, les carottes, les promesses non-tenues, ne pas être au courant de quelque chose ou ne pas savoir ce que tout le monde sait, les personnes qui ont l'air de tout savoir sur tout, être enfermée et Poudlard.

Sa baguette est composée de frêne avec une épine de monstre du fleuve blanc et mesure 18 centimètres. Grâce à elle, Hilary a le malheur de suivre les cours obligatoires.



Hilary Fitzpatrick-Priest
feat. Nastya Kusakina

ET EN VRAI ?
J'ai 18 ans, mais peut-être que tu le sais déjà parce que je suis Felicia c:, j'ai même dépensé 0 points pour rien du tout de ce nouveau personnage. Je suis arrivé(e) sur NYL toujours grâce à Serafina et je devrais être là en moyenne tous les jours, ce qui est pas très bien pour mes études jours par semaine. Avant de finir j'aimerais juste rajouter que la voilà enfin, tu vois Milo ? Avant la fin de la semaine Milo.


Tout le monde a une histoire

« Apprends à regarder et tu verras que la lumière parle aussi »

La petite Hilrary s'était réveillée avec excitation ce matin-là, alors que le soleil se levait doucement à l'horizon. La mer était calme, alors qu'à l'intérieur de la petite fille, ça bouillonnait. Elle avait envoyé la couverture loin d'elle - et loin du lit par la même occasion -, et d'un bond, ses pieds étaient déjà au fond de ses bottes en caoutchouc jaunes. La froid l'avait attaqué dès sa sortie du lit, mais sa chemise de nuit en laine maintenait encore la chaleur des draps. Elle passa un peu d'eau sur son visage dans la salle de bain au fond du couloir, faisant craquer le plancher sous ses pas, et descendit en trombe les escaliers pour rejoindre sa mère et son frère dans le salon. Le grésillement familier de la télé se faisait déjà entendre et sa famille ne fut pas surprise de la voir arriver si vite. Il était difficile d'être discret dans cette maison craquant de partout. Comme d'habitude, œufs et bacon pour le petit-déjeuner. Tout était déjà prêt : la table était mise, le journal taché de café posé sur un coin de la table et sa mère versa le dernier œuf dans son assiette pile au moment où elle s'était hissée sur sa chaise. « Pile-poil à l'heure, ma petite chérie. » Sa mère lui souriait chaleureusement. Hilary était encore la dernière levée et ce n'était pas faute de se lever tôt ! Mais ce n'était pas grave. Parfois, quand elle se réveillait trop vite, elle attendait un peu avant de se lever, pour que la scène matinale se mette en place. Elle adorait tout ce dans quoi elle baigner le matin : l'odeur du petit-déjeuner, le crépitement du bacon dans la poêle, la chaleur du poêle à bois, les sourires complices avec son frère (surtout aujourd'hui), la télé bon-marché qui fonctionnait une fois sur deux, le froid qui s'infiltrait par les fenêtres mal isolées (surtout la nuit), les craquements de l'escalier et du plancher de l'étage, les vêtements en laine et l'odeur de la mer. Le son des vagues qu'elle entendait depuis sa chambre, le crie des mouettes, les bateaux à quai qui s'apprêtaient à le quitter. La maison était juste en face du port, domiciliée dans la rue Church Street, et il suffisait de remonter Church Street pour arriver directement vers la plage. Sa mère avait juste besoin de traverser la rue pour rejoindre son bateau de pêche, comme chaque matin. « N'oublie pas d'emmener ta sœur à l'école, Willem. » Elle déposa un bisou sur la joue d'Hilary et passa une main dans les cheveux de Willem, bien qu'il soit déjà grand pour recevoir ce genre d'affection. Elle n'avait jamais pu se détacher de ces habitudes. Elle pria pour sa sûreté en mer et une bonne récolte, puis la mère des deux enfants Priest sortit pour prendre le large. Une fois seuls, un grand sourire se déposa sur le visage des deux enfants de la fratrie. « T'as pas oublié ta promesse, hein ? » demanda-t-elle à son frère. Il finit sa tasse de café avant de répondre : « Après les cours, petite sœur, promis juré ! Tu seras patiente jusque là, pas vrai ? » Hilary hocha la tête ave vivacité : elle allait être patiente, elle attendait déjà depuis des mois. Peut-être même depuis un an ! Une journée de plus n'allait pas lui faire de mal et aujourd'hui était l'occasion parfaite. Leur mère devait rentrer plus tard, ils auraient largement le temps de faire leur petite affaire. « C'est pas bien de jurer, ils le disent à l'école. » Willem débarrassa la table alors qu'il avait terminé et lui intima de remonter se changer d'un geste de la main si elle avait terminé aussi. Au lieu de dire des bêtises. « Seulement si on tient pas ses promesses. Allez, ouste ! Maman ne sera pas contente si tu es en retard à l'école. » Hilary partit se changer en vitesse. Son sac était déjà prêt de la veille, elle n'eut qu'à enfiler son uniforme et mettre son rosaire autour de son cou. Elle redescendit rapidement et dut attendre son frère qui était monté peu après elle - elle l'avait entendu grâce aux escaliers -, mais qui prenait plus de temps qu'elle dans la salle de bain. Lorsqu'il descendit à son tour, ils éteignirent la télé et verrouillèrent la porte derrière eux, puis montèrent dans la vieille voiture grise. En sortant, ils avaient jeté un coup d'œil du côté des quais : le bateau de leur mère était déjà parti. Ils devaient eux aussi se dépêcher de partir. Le son de la cloche de l'église leur rappela le retard qu'ils avaient pris. Une journée banale en somme. Willem mit les clés dans le contact et démarra la voiture. Le moteur vrombissait. « Il va falloir de dépêcher, sœurette ! » Comme s'il n'y avait pas un matin où ils n'étaient pas en retard. L'église était là pour leur rappeler, quand elle sonnait non seulement huit heures pile, mais également le début des cours dans quinze minutes à peine. Hilary allait encore louper le sermon du matin si son frère n'accélérait pas la cadence. Dire qu'ils n'habitaient pas si loin que ça en voiture ! Ils trouvaient tout de même le moyen d'être régulièrement en retard, pour ne rien changer. Mais aujourd'hui était particulier. Après les cours, ce soir, elle allait enfin monter dans un des phares de Whitby Pier.

Whitby était une ville portuaire d'Angleterre, loin de la capitale. Sûrement que des années auparavant, ce n'était qu'un petit village de pêcheurs. Puis, le petit village s'était agrandi, était devenu une ville et était devenu populaire d'une certaine façon. Le tourisme s'était implanté. On a continué de travailler comme avant, mais on cherchait aussi à plaire désormais. Apparat et poisson. Appât et pognon. Il paraissait qu'un célèbre personnage de littérature avait posé pied à Whitby, un soir de tempête. Peut-être une des explications de la, soudaine célébrité du lieu ? « Tu savais, sœurette ? 'parait que Dracula a fait naufrage ici, à Whitby. » lui avait un jour dit son frère. Elle ne savait qui c'était Dracula, elle... « Dracula ? C'est qui ? » Hilary ne le connaissait pas, mais elle ne l'aimait pas trop. Son frère en savait toujours plus qu'elle, tout le temps, et il semblait y prendre un véritable plaisir qu'elle ne comprenait pas. Tout ça réunit, ça l'énervait un peu. « Un vampire. Un monstre de la nuit qui vient vous sucer le sang. » lui répondit-il en mimant deux canines avec ses index. Il s'approcha d'elle doucement et l'attaqua à coup de chatouilles, avec un rire diabolique. Je suis le compte Dracula, lui disait-il en rigolant. Leur mère était vite intervenue pour arrêter tout ça. « Ne raconte pas de bêtises à ta sœur, Willem ! » Elle n'aimait pas trop ce genre d'histoire, leur mère. Ça faisait bien rire Willem. Hilary, elle ne savait pas trop. Au début, ça l'énervait toujours un peu, puis elle rigolait bien, après, des blagues de son grand-frère. C'était toujours la même chose. Entre l'église, la mer, l'école, l'abbaye en ruines et la maison, Hilary savait un peu près quelles scènes pouvaient s'y dérouler. À la maison, elle rigolait comme à l'abbaye - mais pas le même amusement - ; à l'école, elle s'ennuyait et se faisait disputer ; à l'église, on les regardait de travers ; et à la plage, devant la mer... Ah, la mer restait imprévisible, c'était pour ça qu'elle l'aimait énormément. Sauf qu'aujourd'hui, un nouvel endroit allait enfin se rajouter à sa liste. Le phare de Whitby West Pier. Son frère s'en occupait, si elle avait bien compris les explications compliquées qu'il lui avait donné. Et Hilary avait toujours voulu monter dans un phare ! Sauf que, quand elle avait émis l'idée à son frère, le phare était en réparation de 2017 à 2018, ils ne pouvaient donc pas y aller. Mais ça y est, les travaux étaient terminés et contrairement au deuxième phare, ils pouvaient monter dedans. Seulement, leur mère ne devait pas être au courant, elle n'aurait jamais accepté. Voilà pourquoi, aujourd'hui était la journée idéale.

Son frère était revenu la chercher après les cours avec la voiture qui pétaradait depuis le lointain. Elle monta dans la boîte de conserve sans se précipiter, même si son frère essayait de la presser un peu depuis la voiture. Il n'aimait pas trop cet endroit. L'école religieuse, c'était pas son truc, alors l'église, c'était encore pire. Heureusement que leur mère ne les obligeait pas à venir avec elle le dimanche matin. Sans ça, ils ne pourraient plus vagabonder de droite à gauche à leur bon vouloir. Comme ce soir. « Pas très rapide pour quelqu'un qui mourrait d'impatience ce matin. » Hilary roula des yeux. C'était lui l'impatient dans la famille. Leur mère lui disait qu'entre lui et Hilary, c'était lui l'enfant. Ça la faisait beaucoup rire, Willem un peu moins. La petite tira la langue, c'était lui qui était en avance, les cours venaient à peine de se terminer. Il n'avait jamais été aussi rapide pour revenir la chercher. Un jour, il l'avait même oubliée. Leur mère l'avait bien disputé. Ça la faisait sourire de repenser à ça dans la voiture. Willem avait pris le même chemin de retour de d'habitude, mais cette fois, il ne prit pas le pont, il continua tout droit. Tout droit vers la mer, vers la plage. Vers la berge. Hilary voyait le phare qui devenait de plus en plus grand à mesure qu'ils s'approchaient. Elle allait pouvoir monter tout en haut ! Son frère arrêta la voiture sur un parking des quais et ils durent marcher jusqu'au phare. Il y avait encore quelques personnes qui erraient sur la jetée. « Tu as de la chance, les visites ne sont pas encore mises en place. Tu seras donc la première à visiter le phare ! » Hilary fit le tour du phare pendant que Willem déverrouillait la porte. C'était impressionnant. « La première après toi, tu veux dire. » embêta-t-elle son frangin adoré, puis il s'engouffrèrent à l'intérieur. Il y avait énormément de marches à monter, mais Hilary ne s'en plaignit pas. Car, une fois arrivée en haut, le spectacle en valait la chandelle. Elle avait une vue d'ensemble sur la mer, encore plus que depuis sa chambre ou depuis la plage. Elle voyait l'horizon, la mer qui s'étendait à l'infini. Pour Hilary, au-delà de la mer, il n'y avait plus rien. Il n'existait que l'eau. « Hey, sœurette, j'ai une autre surprise pour toi. » Elle se retourna, étonnée. Ce n'était pas son anniversaire pourtant. Elle fut un peu déçue quand son frère lui tendis une lampe torche tout ce qu'il y avait de plus banal. Elle la prit néanmoins, alors qu'il en sortait une deuxième avec laquelle il l'aveugla. « Eh ! » Willem se moqua d'elle un moment avant de reprendre son sérieux. « Tu vois ce gros truc là ? » Il y avait effectivement un gros objet en plein milieu, mais Hilary ne savait pas trop ce que c'était. « C'est la lumière du phare. On s'en servait avant, chaque nuit, on l'allumait, pour que les bateaux arrivent à bon port. » Hilary trouvait ça dommage qu'on ne s'en serve plus. Elle aurait bien aimé voir ça, mais il ne faisait même pas encore nuit. Mais quel rapport avec les torches, bon sang ? Elle affichait une mine totalement déconcertée : c'était très intéressant - et elle regrettait de ne pas pouvoir assister au spectacle de nuit, la mer devait être magnifique ! -, mais elle ne comprenait pas où il voulait en venir. « Et parfois, ils utilisent la lumière pour envoyer des messages aux bateaux. » Envoyer des messages ? Comme des lettres ? C'était possible avec de la lumière ? Elle ne comprenait pas. « Comme ça. » Son frère alluma et éteignit sa lampe successivement, plus ou moins longtemps. « Ça veut dire Hilary en morse. » Alors là, elle était totalement perdue et ça faisait bien rire son frangin. « On peut parler avec de la lumière. Ça marche aussi si tu tapotes avec ton doigt, mais c'est peut-être trop tôt pour toi. » Plus tard, Willem lui promit de lui apprendre le morse, une fois qu'il eut fini de tout lui expliquer dans la voiture, sur le chemin du retour. Ça branchait bien Hilary, de parler différemment des autres. Avec de la lumière. Un jour, elle essayerait de parler comme ça, la lampe torche dirigée vers la mer. Peut-être que quelqu'un lui répondrait ?

--------------

« Le mensonge de Church Street »

C'était dimanche, le jour où leur mère partait à l'église. Par pure politesse, elle demandait toujours si les deux enfants Priest ne voulaient pas l'y accompagner. Willem ne répondrait jamais oui, il n'était pas croyant du tout, ais elle avait le bénéfice du doute quant à Hilary - qui refusait elle aussi. Elle en avait tellement l'habitude, qu'elle ne faisait que demender sans s'attendre à une réponse positive de leur part et partait dans la foulée. Les deux enfants Priest profitaient de cette matinée de libre pour faire des bêtises. Les petites bêtises qu'on ne peut pas faire en présence d'un adulte. Leur mère leur déconseiller d'aller traîner près des ruines de l'abbaye de Whitby ou de la plage. Que faisaient-ils ? Ils se glissaient à l'extérieur par la porte arrière de la maison, une fois assurés que leur mère était bien partie, et couraient jusqu'aux ruines. La route était longue pour y arriver, ils traversaient les champs, ignoraient les routes, s'épuisaient pour parvenir à l'endroit habituel du dimanche matin, mais ce n'était pas grave. Leur mère avait sa prière, ils avaient leur rituel. Leur communion ils l'exerçaient à Whitby Abbey, lorsque personne ne regardait, et ils partageaient leur imagination. C'était leur endroit secret. Enfin, pas si secret que ça, si on voyait le nombre de touristes qu'il pouvait parfois y avoir. Mais le dimanche matin, ils étaient plus tranquilles. Personne à l'horizon, les ruines n'avaient pas bougé, toujours témoins du passage du temps, impassibles, et ils le exploraient. Inlassablement, ils retraçaient le même parcours chaque dimanche matin, redécouvraient chaque pierre à chaque voyage en ces lieux. Leur endroit secret... Hilary se disait que, désormais, ils avaient même leur langage codé. Depuis qu'elle avait appris le morse, la fratrie s'échangeait des messages à table à l'aide de tapotement du doigt. Ils étaient complices, pour le plus grand bonheur de la petite. Personne ne pouvait vraiment intégrer leur bulle s'ils décidaient de s'écarter des autres et elle n'autoriserait personne à y entrer. Hilary ne comprenait pas toutes les subtilités de la complicité qu'elle partageait avec son frère, mais elle s'en moquait. Tout ce qui importait pour elle, c'était la proximité sacrée qu'ils avaient tous les deux. Elle entendait l'église non-loin de là où ils étaient, sentait Dieu veiller sur elle, respirait l'air salé de la mer, appréciait le temps immortel qu'elle partageait avec Willem, et tout ça dans un endroit presque magique. Les ruines n'avaient rien d'exceptionnel en soi, mais la pierre encore froide de la nuit sous le toucher les transportait ailleurs. L'abbaye d'antan avait dû être mille fois plus impressionnante, car le peu qui restait leur coupait déjà le souffle à chaque visite. Après avoir fait le tour, les deux enfants Priest s'installaient :parfois sur les pierres, parfois allongés par terre, parfois ils continuaient simplement de fouler la terre. Et ils s'amusaient à imaginer. Souvent c'était Willem qui commençait. « Tu imagines si on vivait la tête en bas ? On aurait plus la tête dans les étoiles tous les deux, mais dans l'eau. » L'idée plaisait à Hilary. Ils s'imaginèrent si le monde vivait vraiment la tête en bas, la vision qu'ils auraient des ruines de l'abbaye, de la maison et de tout le village. La vision qu'elle aurait de la mer. Sa mère ne voulait pas qu'elle s'approche trop de l'eau, prétextant l'existence d'un quelconque monstre marin. Parfois, au lieu de se rendre à Whitby Abbey, ils se rendaient sur la plage, mais cela durait moins longtemps. La mer était plus loin que l'abbaye et plus proche de l'église, alors ils ne restaient jamais bien longtemps. C'était pratique néanmoins, pour exercer son apprentissage du morse, bien que la lampe torche ne soit pas d'une grande utilité en plein jours. « C'est à ton tour, sœurette. » À son tour d'imaginer. Ses pensées n'arrivaient pas à se détacher de la mer. Des profondeurs de la mer... « Tu imagines s'il existait vraiment des monstres marins ? » Willem s'était relevé en s'appuyant sur son coude (ils s'étaient installés dans l'herbe). Hilary le vit froncer les sourcils avant qu'il ne prenne la parole. « C'est à cause de ce que maman dit ? Il n'y a pas de monstre dans les fonds marins, petite sœur. » Il ne voulait pas que sa sœur commence à avoir peur de l'eau. Leur mère était un peu trop superstitieuse sur les bords pour lui, bien qu'il l'appréciait énormément. Enfin, que Hilary prenne peur d'entrer dans l'eau, ça ne risquait jamais d'arriver, c'était même l'inverse. C'en était presque inquiétant, mais Willem ne pouvait pas s'en douter. Il préféra la charrier sur le sujet. « Le seul monstre des mers, ici, c'est vous mon capitaine Davy Jones ! » Ils rigolèrent ensemble un moment et une fois leur sérieux revenu, continuèrent d'imaginer jusqu'à ce que les cloches de l'église résonnent. À ce moment-là, ils se rendirent compte qu'il étaient restés plus longtemps que prévu. « Il va falloir courir, petit monstre, et vite ! » Ils se relevèrent en toute hâte et coururent jusqu'à en perdre haleine en direction de la maison. Il fallait rentrer avant que leur mère ne revienne de l'église. Voiture contre course à pied, l'issue était toute désignée. Pourtant, ils arrivèrent quand même avant leur mère. Willem envoya Hilary prendre une douche le temps de reprendre leur souffle à tous les deux. Il en profita pour allumer la télé et c'est à ce moment précis que leur mère rentra. « J'ai croisé Benjamin en faisant les courses, » commença-t-elle alors que Willem baissait le son pour pouvoir l'entendre. « Il mange avec nous ce midi, ça vous va ? » Hilary sortit de la salle de bain à cet instant et déboula les escaliers pour se précipiter vers l'entrée de la maison. Elle se jeta dans les bras de l'homme qui se trouvait juste derrière leur mère. « Oncle Benji ! » Le cinquantenaire entra comme il pu dans la maison, Hilary ne voulant le lâcher. Leur mère déposa le sac de course sur la table et Willem vint l'aider après avoir éteint la télé. Tout se déroula dans l'allégresse la plus totale. « Ça doit vouloir dire oui, » rigola l'homme aux cheveux poivre et sel.

Benjamin ne resta pas seulement manger à midi, mais resta également tout l'après-midi et dîna même avec la famille Priest le soir. Hilary était d'une joie immense de l'avoir à la maison pendant un aussi long moment. Elle ne voyait l'homme de façon fugace et il ne restait jamais longtemps quand il venait leur rendre visite. Pourtant, elle l'adorait énormément : Il devait bien être la seule personne que la petite appréciait en dehors de son entourage familiale et elle profita de sa présence au maximum. En vérité, il avait dû passer l'après-midi avec Hilary. Il ne pût se débarrasser d'elle qu'après le dîner du soir. Willem l'emmena se brosser les dents à l'étage, laissant les deux autres adultes discuter de choses plus importantes. De choses d'adultes, comme ils disaient. Pour les grandes personnes. Ce qui n'incluait pas Hilary ni Willem, mais ça c'était uniquement Hilary et sa mère qui se moquaient de lui. Avant de monter à l'étage, Hilary enlaça sa mère, enlaça Benjamin - en serrant peut-être un peu fort -, dit "bonne nuit" à tout le monde et suivit son grand-frère à l'étage. Si elle avait prêté attention, elle aurait entendu le mot "tempête" dans leur discussion, mais seul Willem intercepta la bribe de conversation que les deux adultes avaient entamé autour d'un verre d'alcool. C'est d'ailleurs seul qu'il redescendit quelques instants plus tard. Il s'était assuré que Hilary se soit brossé les dents, mise en pyjama et soit installée sous ses couvertures bien au chaud. Mais une fois en bas des escaliers, Benjamin s'était déjà éclipsé. Il pris sa place et rejoignit sa mère prise dans une intense réflexion. « Quelque chose te préoccupe ? » Elle se resservit un verre avant de lui répondre. « Des tempêtes. Apparemment, il va y en avoir bientôt. Ça va être dangereux de prendre la mer. » Ça n'annonçait rien de bon, en effet. Il ne pourrait pas sortir souvent de la maison non plus avec Hilary, ça allait miner la petite quand il y pensait. Elle n'aimait pas rester enfermée. Willem profita de la soirée pour aborder un sujet que sa mère n'aimait pas particulièrement, elle, aborder. « Tu devrais peut-être lui dire... » Sa mère reposa son verre plus violemment que prévu sur la table. La fatigue n'allait pas aider à l'exaspération. « Ne commence pas, Willem. » Elle n'avait pas vraiment envie d'en parler, ce soir en particulier. Les tempêtes étaient une source d'inquiétude suffisamment grande déjà. « Ça lui ferait plaisir. Waterford... Les vikings ont vécu là-bas, non ? Elle serait folle d'apprendre que ses ancêtres étaient capitaines de navire. » Willem avait un petite sourire triste en disant cela. Sa mère soupira tristement elle aussi. Willem savait qu'il avait été adopté, Hilary non, et ça le travaillait de temps à autres. Elle aimerait peut-être savoir, peut-être pas. Il tenait à sa sœur comme il tenait à sa mère. Aujourd'hui, la question l'avait beaucoup travaillé, alors il avait remis le sujet sur la tapis. Ses parents étaient encore vivants à elle... Il n'aurait probablement pas dû, car ça travaillait sa mère également. Elle reprit même un verre à cause de ça. « Elle est encore trop jeune pour savoir. Ne lui dis rien sans mon accord, Willem, s'il-te-plaît...» Willem acquiesça en silence. « Promis juré. » Elle lui lança un regard qui voulait dire "ne jure pas non plus en ma présence", mas il lui sourit avec insolence à la place et se leva de table pour aller se coucher à son tour. En son for intérieur, il se disait que mentir n'était pas non plus acceptable selon Dieu, alors elle ne pouvait pas vraiment le gronder pour une simple promesse. « Et arrête de lui dire des bêtises ! » lança-t-elle sur le ton de la plaisanterie. Il lui répondit : « Promis juré ! » sur le même ton, mais tous deux savaient qu'ils étaient sérieux dans leur propos. Hilary, dans son lit, entendit, de façon très lointaine, son frère monter les escaliers, puis sa mère quelques temps après, puis se rendormit. Qu'est-ce qu'elle aimait sa famille.

-----------------

« L'enfer est vide, tous les démons sont ici. » William Shakespeare, La Tempête

« Monte dans la voiture, vite. » Hilary monta dans la vieille voiture grise d la couleur des nuages dans le ciel. Sa mère démarra en trombe aussitôt sans prendre la peine de mettre en marche le poste de radio. La gamine aurait préféré. Dans sa tête, elle n'arrêtait pas d'entendre les mêmes mots sans cesse, en boucle, les uns après les autres. Ceux qui lui ont crié dessus depuis le milieu de la matinée. Les cris, les pleurs. Les pleurs des autres, mais surtout les siens. La directrice avait appelé à la maison, Willem avait décroché et leur mère était venue la chercher en urgence. Hilary ne pouvait s'empêcher de pleurer depuis lors. Ça brisait le cœur de sa mère de la voir ainsi, mais elle ne savait pas quoi faire tant qu'elle n'aurait pas entendu sa version des faits. Dans son cas, c'était les mots de la directrice qui se répétaient sans relâche, si bien qu'elle ne faisait pas vraiment attention à la route. Elles arrivèrent néanmoins à la maison sans encombre, entières et en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire. Pourtant, le voyage avait semblé interminable, étouffant. Toute la tension que contenait la boîte de métal sur roues ne s'était pas relâchée un instant. Le temps de sortir de la voiture, juste pour rentrer à l'intérieur de la maison. Une fois Hilary poussée à l'intérieur et passée le seuil, sa mère ferma la porte à double tour, prit soin de descendre les volets de toutes les fenêtres et de verrouiller la porte arrière. Elle alluma quelques bougies et demanda à Hilary de s'asseoir sur une chaise. La petite sanglotait encore un peur. Son frère vint les rejoindre quelques secondes après et s'installa silencieusement dans un fauteuil du salon. Le pesant silence s'installa. Leur mère ne savait pas comment aborder le sujet, Hilary n'avait pas forcément envie d'en parler et Willem ne comprenait pas entièrement les événements. Toutefois, ce fut la petite qui prit la parole la première, toujours en sanglotant. « Je... J'ai pas fait exprès... » Willem la prit dans ses bras, lançant un regard à leur mère, plein d'interrogation. La mère Priest ne cessait de ressasser les mots de la directrice qui lui avait expliqué la situation. Elle se souvenait clairement de son passage dans le bureau. « Voyons, madame, ça peut arriver à tout le monde de renverser un verre d'eau... » La pêcheuse essayait de se montrer la plus respectueuse possible envers la directrice et envers Dieu qui se trouvait probablement dans cette pièce également. Elle pesait chacun de ses mots, les employant avec soin, mais elle n'était pas dupe. Elle avait bien entendu les mots utilisés par la directrice et celle-ci ne tarda pas à les lui rappeler. « Pas renverser, madame Priest. Éclater. Et sans le toucher. » Même une fois rentrée à la maison, elle avait encore du mal à y croire. « Qu'est-ce qu'il s'est passé, ma chérie ? » demanda-t-elle doucement. Éclater un verre sans même y toucher. Elle n'arrivait pas vraiment à y croire. « C'est... Elle... Elle n'arrêtait pas de dire que tu n'étais pas ma vraie maman, alors... » commença Hilary prise de sanglots. « Alors, j'ai commencé à m'énerver et... » Et le verre avait éclaté. Hilary ne finit pas sa phrase mais sa mère comprit. Enfin, elle comprit dans la limite du raisonnable. Sa camarade de classe s'en était retrouvée blessée et la directrice avait appelé les parents des deux enfants. Hilary n'assisterait pas aux cours pour aujourd'hui. La mère Priest prit sa tête dans ses mains. Quelle situation devait-elle régler en premier ? Cette histoire de verre, la culpabilité d'Hilary ou ce qu'avait dit sa camarade à son sujet ? Elle ne savait pas. Ce fut Willem qui décida d'emmener Hilary dans sa chambre, laissant leur mère réfléchir seule. Il ne comprenait pas la situation et demanderait des détails plus tard, mais pour le moment, il préféra s'occuper de sa petite-sœur et l'aider à se calmer. Il l'installa sur son lit, prit un manteau bien chaud et lui recouvrit les épaules avec. Elle était toujours en train de pleurer, mais s'était légèrement calmée. « Est-ce que je suis un monstre, Willem ? » Il fut prit de court avec une telle question, mais la réponse était déjà toute choisie. « Tu n'es pas un monstre. » Il la serra fort dans ses bras. « Même si j'en étais un, tu resterais avec moi ? » « Oui, sœurette. Toujours. Promis. » Et la petite s'endormit d'épuisement.

Dans les jours qui suivirent, Hilary continua d'aller à l'école, mais les gens l'évitaient. Les rumeurs allaient vites bien que la ville portuaire ne soit plus un village. Et les rumeurs se retrouvaient rapidement déformées. À la messe aussi, la mère des deux Priest préférait rester derrière à l'écart pour ne pas entendre ce que l'on disait sur son dos et sur le dos de sa fille. Toutes ces messes basses leur étaient déjà suffisamment insupportables, mais la lettre qu'ils reçurent un peu plus tard n'arrangeait pas leurs affaires. « Collège Poudlard, école de sorcellerie ? » C'était Willem qui avait ouvert la lettre, la mère Priest avait abandonné tout espoir de comprendre quoi que ce soit à cette histoire. Benjamin était parmi eux ce jour-là, mais parla encore moins que d'habitude, ne voulant peut-être pas se mêler des problèmes de la petite famille. « Ça te dirait d'y aller, ma petite chérie ? » Hilary ne savait pas trop. Sa mère semblait exténuée et les jours à l'école n'étaient pas très amusant. Encore moins que d'habitude. Elle ne s'en préoccupait pas, elle avait toujours était là pour Dieu uniquement, mais sa mère ne semblait pas heureuse de la situation depuis l'accident avec le verre. Hilary hocha la tête. Si ça permettait à sa mère de se sentir mieux, elle irait. Willem avait d'abord crut à une énorme blague. Cette histoire de verre ne pouvait être qu'un malentendu, la camarade avait tout simplement déformés les faits. Et cette lettre devait être un canular d'un habitant. Cela ne pouvait pas en être autrement. Pourtant, sa mère et Benjamin semblait sérieux à ce sujet. Même avec sa petite-sœur, ils n'avaient jamais imaginé de telles choses. En tout cas, pas jusqu'au point de s'imaginer être de vrais sorciers. Des pirates, à la limite, c'était déjà plus dans l'esprit de sa petite sœur. Elle adorait la mer.

----------------

« Taken in the Tempest »

Qu'est-ce qu'il y avait devant ses yeux ? Si ce n'était qu'une étendue d'eau frigorifiée, qui la glacerait jusqu'aux os dès qu'elle y mettrait le pied dedans. Car elle y mettrait un pied dedans. Il lui semblait que quelqu'un l'appelait au loin. Son corps était attiré par la mer encore agitée de la dernière tempête. Le brouillard l'empêchait de voir. Au loin, on entendait le bip des cornes de brumes pour prévenir les bateaux de l'approche des côtes. On n'y voyait rien. On ne la voyait pas. C'est pour ça qu'elle était là. Plus personne ne pouvait la voir. L'eau atteignait déjà ses chevilles, bientôt ses genoux. Invisible aux yeux des autres, le brouillard la cachait, la mer l'engloutissait. Willem lui avait dit un jour que Dieu se trouvait dans l'eau. C'était ce qu'il avait entendu dans un film. « C'est pas ce qu'ils disent à l'école. » avait-elle répliqué. « Depuis quand tu écoutes ce qu'ont te dit à l'école, petite canaille ? » Elle avait rigolé en l'entendant l'appeler ainsi et lui avait demandé quel genre de film c'était. « Un film qui raconte comment un anarchiste voulait réduire à néant le gouvernement. Il portait un masque et n'avait qu'une seule lettre pour prénom. » Hilary n'avait pas compris le mot a-na-bidule et n'avait pas écouté le reste de l'explication. Leur mère était encore intervenue. « Willem, ne dis pas de bêtises à ta sœur. » Leur mère... C'était elle qui devait l'appeler au loin. Elle était partie en mer dans la nuit et elle y était restée. Elle n'était pas là ce matin quand Hilary s'était réveillée. Il n'y avait que Willem et Oncle Ben. « Maman n'est pas là ? » Cette fois-ci, il n'avait pas dit de bêtises. Willem avait été le plus sérieux du monde et il n'avait pas dit de bêtises. « Non. Elle est restée en mer. Par ta faute. » Hilary n'avait pas compris. Elle ne comprenait toujours pas. Oncle Ben lui avait dit qu'elle ne reviendrait pas, que désormais, sa mère était une étoile. Mais les étoiles étaient beaucoup trop hautes dans le ciel pour les attraper. Leur reflet dans l'eau était déjà plus accessible. Seulement, avec le brouillard, les étoiles étaient invisibles ce soir. Hilary n'y voyait rien, mais elle sentait l'eau qui atteignait désormais son bassin. Quand on disait que quelqu'un était parti rejoindre les étoiles, c'était qu'ils étaient partis rejoindre Dieu, non ? Sa mère était sûrement auprès de Dieu et si Dieu était dans l'eau, alors elle était probablement ici. La petite savait que sa mère ne serait pas contente de la savoir près de l'eau - dans l'eau. La mer pouvait se montrer si profonde et il y avait des monstres au fond de l'eau, c'était ce qu'elle disait dans l'espoir de l'effrayer. Mais si sa mère était restée en mer par sa faute comme le disait Willem, alors elle devait y aller à son tour. Car, elle aussi, était un monstre. Et un monstre se trouvait dans les profondeurs de l'eau. Laissant son corps se faire balloter par les vagues. Hilary n'entendait déjà plus la corne de brumes et sa vison se brouillait. Elle sentait juste la pression de l'eau tout autour d'elle désormais...

---------------

« À mon réveil, j'ai bien souvent pleuré, voulant rêver encore. » William Shakespeare, The Tempest

Pourquoi la magie ne pourrait-elle pas être possible ? Un ange était bien tombé du Paradis. Pourtant, depuis qu'elle avait intégré Poudlard, Hilary croyait encore moins à la magie. Ils auraient dû la laisser dans l'eau plutôt que de l'envoyer ici. Poudlard, c'était la prison pour les mauvais enfants. C'était ce qu'elle s'était dit un mois après être arrivée, c'était ce qu'elle pensait toujours. La magie n'existait plus pour elle. Elle était morte, étouffée et enterrée avec son innocence. Poudlard, c'était ringard. Camp de redressement pour enfants. Sa mère était morte à cause d'elle. Willem lui reprochait cela, à cause de ses pouvoirs, elle s'était attiré les regards ; sans ça, sa mère ne serait pas partie se calmer en mer lors de la tempête. Les tortures qu'elle avait subies étaient dû à son sang de ce qu'elle avait compris. Il était logique de penser qu'elle méritait tout cela. Elle avait fini par le penser. Dieu l'avait emmener ici à cause de tout ce qu'elle avait fait. Elle ne voulait pas y retourner l'année prochaine. Mais pour son frère, elle se sacrifierait. Dans sa cellule, Hilary patientait jour après jour. Elle ne rechignait pas à faire les corvées imposées, si ça pouvait la faire bien voir de ses tortionnaires. La petite n'avait retiré qu'une légère cicatrice à l'arcade sourcilière à peine visible, ce qui n'était pas grand chose comparé à d'autres. Elle ne dormait pas beaucoup, mais ce n'était rien. Ses doigts tapotaient sans cesse la même chose par automatisme sur le mur de la cellule : ···· · ·−·· ·−−·. La révolte, elle n'y croyait pas plus que ça. Parfois, elle s'était même demandée si tous les sorciers passaient par cette étape pour faire de la magie. Si c'était le prix à payer, elle ne voulait pas en faire. C'était à cause de son utilisation de la magie qu'elle s'était retrouvée ici. Elle voulait juste repartir. La magie n'existait plus. Elle n'en avait retenu que du négatif.
Pourtant, elle allait devoir renouveler ça une année de plus.


Famille et compagnie

[la veille de la tempête, avant que la mère ne parte en mer]

La photo de famille encadrée et disposée sur le rebord de la cheminée avait déjà pas mal d'années derrière elle ; la poussière s'accumulait sur le cadre et autour, on pouvait même y voir deux ou trois fissures, mais es figures que la photo représentait étaient toujours perceptibles. Malheureusement, on ne faisait plus vraiment attention à son existence. Elle était là, posée et c'était tout. Pourtant, parfois, quand la mère d'Hilary s'asseyait dans le canapé une bouteille à la main, il lui arrivait de laisser traîner son regard sur cette vieille photo, prise par Oncle Ben, qui lui ramenait tant de souvenirs. Ce soir était un de ces soirs.

Elenna Priest était une femme d'une quarantaine d'années, membre d'une fratrie composée de trois personnes en la comptant. Elle s'était rapidement éloignée de sa famille et de son regard néfaste sur elle, évitant tout contact avec sa sœur et son frère, appelant parfois sa mère pour le strict nécessaire, mais jamais rien de bien long quand elles étaient en appel téléphonique. Pourtant, elle n'aurait jamais adopté Hilary sans sa sœur, contre toute attente. Aujourd'hui était un des soirs où, la bouteille vissée dans sa paume et déjà à moitié vide, la pluie battant son plein contre les vitres de la maison, Elenna n'avait plus les idées très fixes. La mère e pouvait s'empêcher de penser à plusieurs choses à la fois : le fait qu'elle ne puisse pas avoir d'enfants, cette haine soudaine envers sa fille qui attirait tous les regards sur eux, son bateau de pêche, tous les événements récents qui la dépassaient, et plus en encore ; ce qui avait de quoi lui donner un mal de tête conséquent, bien amplifié par l'alcool qu'elle avait ingéré. Elle savait qu'elle devait arrêter de boire, que Willem faisait de son mieux pour cacher les bouteilles de la maison, mais c'était plus fort quelle. Dès qu'il y avait quelque chose qui la dépassait, elle buvait pour y réfléchir au mieux. Elenna n'était pas une grande penseuse, la réflexion ce n'était pas son truc ; naviguer sur l'eau, ça l'était déjà plus et ça la calmait toujours. Alors la technologie, elle laissait Willem s'en occuper. La magie, elle voulait bien y croire mais elle préférait de pas trop y penser et surtout pas ce soir. Mais Dieu, Dieu était une entité qui la dépassait autant qu'elle l'admirait, l'aimait et était dévouée pour Lui. Dieu était la seule... "chose" qu'elle se devait de comprendre seule. Ce n'était pas Willem qui allait l'aider de toute manière et elle n'avait jamais voulu forcer Hilary à devenir croyante également. Mais, ne pas la mettre dans une école catholique, pour elle, c'était attirer les regards sur sa famille déjà bien particulière. Les gens de l'église la regardait déjà de travers : une femme seule, sans mari, qui élevait tout de même deux enfants qui n'étaient pas les siens et qui allait pêcher seule en mer, on ne pouvait pas faire plus atypique ; et ça, ça dérangeait les vieux de la paroisse. Les vieux grincheux attachés à leurs valeurs. Cependant, Elenna n'aimait pas beaucoup ça, attirer les regards - ce qui était tout le contraire ces derniers temps, un véritable fiasco - ; de peur de s'attirer le mauvais œil. Même se dire que le regard de Dieu sur elle lors de son jugement dernier était le seul regard dont elle devait se préoccuper ne parvenait pas à la faire se détacher du reste. Avec tout ça, elle ne préférait pas emmener Hilary avec elle à la messe du dimanche matin, non sans risque qu'on puisse lui poser des questions indiscrètes. Puis, la petite était plus heureuse de passer la matinée avec son frangin adoré que de rester enfermée sans bouger toute la matinée. Cette idée rassurait Elenna tous les dimanches à l'église. Il y en avait au moins deux qui s'amusaient à l'écart des regards. Elle se doutait bien qu'ils ne restaient pas sagement à la maison pendant toute son absence, mais la femme espérait tout de même qu'ils ne se s'approchaient pas de la mer. La nature pouvait être dangereuse si l'on n'était pas reconnaissants envers elle. Même elle priait une ou deux fois avant de partir en mer et faisait une nouvelle prière en revenant. Mais si seulement il n'y avait que la nature. Elle avait pris soin, quand les deux étaient encore des bambins, à leur apprendre à ne pas passer sous une échelle, à ne pas croiser la route d'un chat noir et à ne surtout pas blasphémer le nom de Dieu. Du côté d'Hilary, la dernière requête était respectée, mais pour ce qui était de Willem, c'était une autre affaire...

Alors qu'Elenna avait mis Hilary à l'école primaire catholique de St Hilda, Willem avait étudié à l'école publique puis à l'école de formation spécialisée dans l'industrie de la pêche de Whitby comme elle. Le garçon - qui avait désormais une vingtaine d'années - s'occupait d'un des phares de Whitby Pier. Celui de l'ouest, plus précisément, le seul qu'ils voulaient bien ouvrir au public pour des visites. Sur la vieille photo, il avait les cheveux tout ébouriffés, a contrario de ceux d'Hilary qui étaient peignés, lissés et brossés. Willem avait toujours été un peu différent et c'était tout à son honneur. Il ne croyait pas en l'existence de Dieu une seule seconde, ce qui avait le don d'irriter Elenna, mais maintenant qu'elle y repensait, ça la faisait sourire - peut-être un peu sous l'influence de l'alcool. Willem était un petit bout bien spécial. Malgré ses vingt-cinq ans, son attitude était encore celle d'un gamin de l'âge d'Hilary. C'était peut-être pour cette raison qu'ils s'entendaient aussi bien. Il avait tellement appris à sa petite-sœur, avait veillé sur elle, avait rigolé avec elle, rêvé avec elle. Parfois, c'était à Hilary de reprendre son grand-frère sur ses attitudes, pour dire à quel point il était candide ! Pourtant, sous ses airs d'imbécile heureux, il cachait une grande culture qui impressionnait toujours Elenna. Elle se demandait comment le petit garçon de huit ans qu'elle avait recueilli avait grandi si vite en en sachant autant. Ce qu'elle se disait quand elle repensait à tout ce qui pouvait lui miner le moral quand cela allait déjà mal, c'était que Willem aurait pu être un véritable petit génie, si on lui en avait donné l'occasion. Elle en était persuadée. Seulement voilà, les parents biologiques de Willem l'avait abandonné et il fallut que ce soit elle qui l'adopta, réduisant considérablement ses chances de devenir ce petit génie. Ce n'était pas avec une mère comme elle et ses maigres revenus qu'il pourrait accomplir de grandes choses. Ça n'avait pas l'air de le gêner cependant, il ne lui avait jamais reproché quoi que ce soit et ce même quand il découvrit qu'il avait été adopté. Willem n'avait jamais cherché à retrouver ses parents. Pourtant, quand Elenna était au fon du trou, elle pensait réellement qu'il aurait eu plus de chance et plus d'avenir s'il avait été adopté par une autre famille. Sans elle, Willem ne serait pas bloqué dans ce village portuaire qu'était Whitby. Néanmoins, elle ne saurait pas ce qu'elle aurait fait sans lui dans sa vie.

En vérité, sans Willem et Hilary, la vie d'Elenna aurait été bien morne. Seul Dieu pouvait la sauver. Que Willem n'y accorde pas d'importance était son droit, bien qu'elle n'aime pas qu'il jure sous le toit de cette maison. Mais pour Hilary, Dieu avait pris un rôle spécial. Elenna en avait l'intime conviction, mais ce qu'elle ne savait pas, c'était qu'Hilary ne considérait pas Dieu comme une entité toute puissante comme elle. Ou peut-être que si, mais pas seulement. Dieu était, pour la petite, le père qu'elle n'avait jamais eu, un substitut. Pas un père qui avait besoin d'être présent physiquement pour elle, qui devait jouer avec elle et la disputer, non. Une présence paternelle, quelqu'un qui l'observait d'en haut, qui veillait sur elle à sa façon. Tout ce qui devait lui arriver était forcément mérité pour elle, c'était la façon de Dieu de la récompenser ou de la punir pour ses bonnes ou mauvaises actions. Hilary pensait même qu'il était normal d'avoir Dieu pour père et ne comprenait pas les personnes qui ne pensaient pas ainsi. Ce qui pouvait la faire passer pour une véritable pieux dévouée au Seigneur pouvait se révéler comme une totale insolence aux yeux de certains. Elenna savait que certaines nonnes avaient sa fille à l'œil sans bien savoir pourquoi. Hilary ne faisait rien de mal, elle adorait juste Dieu à sa manière de petite fille et ce la ne blessait personne. Seulement, si elle savait qu'Il représentait un père pour sa fille, Elenna reverrait peut-être se idées et ajouterait une préoccupation à la longue liste qu'elle avait en cette soirée.

Si vraiment une figure paternelle il devait y avoir dans cette famille, Elenna espérait que l'Oncle Ben pouvait devenir un pilier pour le foyer Priest. Hilary avait d'abord était méfiante à son égard et il avait fallu plusieurs semaines pour qu'elle finisse par l'accepter. Depuis, à chaque fois qu'il leur rendait visite, elle ne le lâchait plus. Benjamin était un pêcheur tout comme Elenna avec qui elle avait commencé à sympathiser un jour où ils amarraient tout deux leur bateau à quai. Le vent leur avait donné quelques difficultés et ils s'étaient entraidés. Benjamin n'avait rien d'un mauvais bougre, mais il était quelque peu solitaire et régulièrement sur ses gardes, sans raison apparente. La famille Priest devait être sa seule touche de socialisation dans la semaine, Elenna en était convaincue. Il devait vivre seul également, pour ne rien arranger. Néanmoins, la mère Priest était heureuse qu'il aime les enfants et ils le lui rendaient bien. C'étaient eux, d'ailleurs, qui un soir s'étaient concernés pour l'affubler du surnom d'Oncle Ben après s'être un peu moqué de son air bougon. Rien de bien méchant et Benjamin ne s'était pas du tout vexé en l'apprenant. Il avait même totalement accepté le rôle qu'ils lui avaient donné. Il était déjà arrivé une fois qu'il soit invité un soir de fête et vienne avec des cadeaux tout spécialement pour les deux enfants. Cet homme était un véritable souffle d'air frais dans la famille qui restait entre eux la plupart du temps. Alors si en plus ils pouvaient aider Benjamin à sortir de sa solitude, c'était gagnant pour les deux partis. Elenna savait que, si un jour il arrivait malheur, non seulement Willem serait là, mais Benjamin n'hésiterait pas également. Rien qu'à cette idée, un nouveau sourire étira ses lèvres alors qu'elle portait la bouteille à ses lèvres.

Puis, en portant son regard une nouvelle fois sur la Hilary aux cheveux coiffés à l'extrême, qui se tenait bien droite et presque crispée, Elenna repensa à ses parents biologiques et à sa propre sœur. Ils avaient tout simplement voulu se débarrasser d'Hilary pour elle ne savait quelle raison, mais qu'importe. Elle était très heureuse d'avoir ce petit bout avec elle. La seule chose qui l'énervait, c'était qu'ils avaient toujours des droits sur elle. Elenna n'avait que rajouter son nom au leur. Elle ne pensait pas qu'ils se manifesteraient un jour, mais cette peur refusait tout de même de partir. Elle était pleine de mépris pour eux et la seule qui la mettait également dans des états pareils, c'était sa propre sœur. Sans elle, Elenna n'aurait jamais adopté Hilary. C'était elle qui connaissait les Fitzpatrick habitant en Irlande ; elle aurait dû se douter qu'avec un caractère pareil, elle ne connaîtrait que des gens qui lui étaient similaires. Elle qui lui avait dit presque en crachant qu'ils ne voulaient plus de leur fille, comme s'ils parlaient d'un objet qu'on pouvait se permettre de jeter, et qu'elle savait que cela pouvait intéresser Elenna. Hilary, c'était le prénom qu'elle lui avait choisi. Elle ne connaissait pas celui que les Fitzpatrick lui avait donné et ne voulait pas le savoir. Elle avait adopté Hilary et, désormais, elle ne voulait plus rien savoir sur eux. Sa prise sur la bouteilles se resserra alors qu'elle était déjà bientôt vide. Que de telles personnes soient liées à Hilary, ça la rendait malade. Tout ce qui se passait actuellement, c'était un truc de fou. Il fallait qu'elle boive encore un peu.

Demain, elle arrêterait de boire. C'était dit ! Et elle dirait à ses enfants à quel point elle les aimait, à Benjamin à quel point elle lui était reconnaissante pour tut ce qu'il avait fait depuis leur rencontre. Ils étaient peut-être intenables et avait l'impression d'élever deux enfants au lieu d'un, mais Elenna ne pouvait se voiler la face. Même l'alcool n'effacerait pas l'amour qu'elle leur portait. C'était pourquoi, pour l'heure, elle irait se calmer en allant naviguer un peu ce soir. Elle ne craignait pas de les laisser seuls. Willem avait promis de toujours rester avec sa sœur elle les avait surpris en montant à l'étage ce jour-là. Hilary s'était calmée en pleurant toutes les larmes de son corps, Elenna se calmerait en ressentant les vagues dans son bateau.
Car ce qu'il y avait de plus tumultueux que les humeurs de son cœur, c'était la houle.



Dernière édition par Hilary Fitzpatrick-Priest le Dim 3 Déc - 23:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8899-hilary-fitzpatrick-priesthttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8911-hilary-un-capitaine-a-besoin-d-un-equipage-et-d-ennemis#197603http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8912-hilary-si-on-imaginait#197606http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8913-une-lettre-pour-hilary#197607http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8914-un-envoi-express-pour-hilary#197608

Arrivé(e) le : 03/12/2017
Parchemins rédigés : 188
Points : 9
Crédit : by me • Nastya Kusakina
Année : 2ème année - 13 ans

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Felicia A. Williams

MessageSujet: Re: ···· ·· ·−·· ·− ·−· −·−− || Hilary Fitzpatrick-Priest   Dim 3 Déc - 20:40


La première fois ici

Il avait promis. Son frère adoré avait promis. Le souvenir était encore récent, mais Hilary avait juré de ne jamais l'oublier. Elle se souvenait de chaque promesse et se permettait de les effacer quand elles avaient été remplies. Est-ce qu'elle avait rêvé cette nuit-là ? Sa vision des choses fut floue, brouillée par les nombreuses larmes qu'elle avait versé, mais la petite pouvait encore compter sur ses oreilles. Elles ne la trompaient pas : Willem avait bel et bien promis de toujours rester avec elle, de ne pas l'abandonner. Pourtant, là, Hilary avait surtout l'impression qu'il la mettait dehors. Qu'il voulait mettre le plus de distance possible entre elle et lui. Et ça la déchirait de l'intérieur. Hilary partait en voyage, mais il ne venait pas avec elle. Elle ne comprenait pas et elle n'aimait pas beaucoup ça. Plusieurs émotions s'agitaient dans sa cage thoracique sans qu'une réussisse à prendre le dessus sur les autres. La tristesse : son frère voulait qu'elle parte, il ne fallait pas se leurrer ; sa valise était déjà empaquetée, en bas des escaliers et prête à être emmenée. La colère : elle n'avait pas rêvé la promesse et son frère était clairement en train de la briser. Cependant, ce sentiment était minime face à la déception, le vide et la culpabilité. Elle méritait sûrement de partir après tout, elle n'avait plus rien à faire dans cette maison. C'était à cause de... ce truc, la magie, non ? C'était à cause de ça, qu'aujourd'hui, elle partait. La rentrée scolaire approchait, mais elle ne pensait pas réellement se rendre à cette école, si loin de chez eux. Willem ne lui disait pas au revoir joyeusement, en lui souhaitant une bonne année, au plaisir de la revoir aux prochaines vacances. Non. Hilary partait, pour l'année entière et ne reviendrait qu'aux grandes vacances, histoire qu'il la voit le moins possible. Elle ne voulait pas aller à Poudlard, elle s'en fichait de la magie. Elle était bien ici. Mais peut-être que Willem ne parvenait plus à supporter sa présence entre ces murs. Son frère était près de la cheminée où il avait couché la photo de famille sur le rebord de la cheminée, cachée, pour qu'on ne puisse plus la voir. Sur le pas de la porte, Hilary ne parvenait pas à distinguer avec exactitude l'expression de son frère, mais il se dégageait de lui une atmosphère lourde et grave. Si bien que la petite Priest n'osât pas franchir le pas pour se rendre à l'intérieur, ce qui la troubla énormément. Elle avait l'impression de partir pour toujours. Son frère avait tout préparé : sa valise, le voyage, les billets, l'argent pour les fournitures. Il avait donné tout ce qu'il fallait à Oncle Ben. C'était lui qui allait s'occuper d'emmener Hilary jusqu'à la gare de Londres. Le vieux pêcheur n'avait pas protesté et avait accepté rapidement. Il n'allait plus tarder pour emmener Hilary, qui attendait toujours sur le pas de la porte, sans esquisser le moindre mouvement. Ses jambes étaient lourdes - tout son corps l'était. Elle voulait approcher, rentrer une dernière fois dans la maison, mais l'atmosphère dégagée par son frère l'en empêchait. Les murs l'en empêchaient. La maison toute entière semblait ne plus vouloir d'elle ici. Tout paraissait plus froid que l'hiver même, comme dépossédé de toute chaleur humaine ; la maison semblait avoir doublé de taille, prête à avaler quiconque se tenait sur son plancher. Est-ce qu'elle allait avaler Willem aussi ? Si c'était toujours Willem. Le frère qu'elle avait connu semblait avoir disparu, comme mort en même temps que... comme mort. Finalement, il ne resterait personne de vraiment vivant dans cette maison. Si les trois occupants partaient, il était normal que les murs se refroidissent. Hilary espérait tout de même retrouver son frère quand elle reviendrait. Et que tout redeviendrait comme avant. Sans magie, sans problème, sans rien. Juste son frère et elle. Dieu s'occupait de leur mère, elle en était persuadée. Une année, c'était long, mais elle savait se montrer patiente. Il y aurait forcément des choses à faire. Des choses pour racheter son âme. Expier sa faute. Hilary pleurait pour presque tout, mais bizarrement, pour sa mère, elle n'avait pas versé une larme. La mer était déjà suffisamment grande pour qu'elle ne vienne en rajouter. Elle s'autoriserait à pleurer quand elle aurait expié sa faute. En attendant, elle n'en avait même pas le droit. Cependant, pour son départ, Hilary ne retint pas ses larmes. Elle essaya d'étouffer au maximum ses pleurs - pour ne pas déranger son frère -, mais ses larmes coulaient d'elles-mêmes.
Oncle Ben était arrivé. Il avait klaxonné en passant devant la maison, puis alla se garer sur les quais en face. Willem se détourna pour la première fois de la cheminée afin d'avancer dans la direction d'Hilary. Il vit ses yeux rougis. Elle crut voir une once d'empathie se réveiller dans ses yeux, une flamme se rallumer. Willem n'avait jamais été aussi morne. Son Willem, c'était un garçon qui adorait rêver avec elle. Imaginer avec elle. Mais l'étincelle s'éteignit en même temps qu'il recroquevilla la main qu'il avait tendu vers elle. Son frère prit sa valise et sortit de la maison. Hilary le suivit, mais pas de trop près. Elle resserra son emprise sur les bretelles de le petit sac qu'elle avait sur le dos, à s'en faire pâlir les phalanges. Quand elle voyait toute l'organisation faite par son frère, comme si tout avait été soigneusement répété quelques jours avant, la petite se disait qu'elle n'avait d'emprise sur rien. Que son destin soit décidé par Dieu, elle l'acceptait, mais que ses déplacements soient tout réfléchis par une tierce personne, elle avait un peu de mal. Surtout par son propre frère. Elle le savait intelligent, évidemment qu'il avait déjà pensé à tout. Alors, la seule chose sur laquelle Hilary avait encore une emprise, c'était son petit sac. Celui-là, elle l'avait préparé toute seule, sans que Willem n'y touche. Dedans, il y avait des babioles inintéressantes, mais importantes pour elle. Un coquillage de la plage, son rosaire, mais surtout la lampe torche offerte par son frère, avec un supplément de pile pour qu'elle - elle l'espère - tienne toute l'année. Le claquement du coffre la fit revenir à la réalité. Il était l'heure de partir. Oncle Ben ouvrit la portière pour Hilary avant d'aller s'installer du côté conducteur. Toutefois, Hilary ne bougea pas. Elle s'était déjà décidée à aller dans cette école, s'il le fallait vraiment, mais elle voulait savoir si son frère allait lui dire au revoir. Cela n'avait pas l'air d'être les cas quand il commença à retourner vers la maison sans lui accorder un regard. Alors, à son tour, elle s'avança résignée vers la voiture d'Oncle Ben.
« Fais pas trop de bêtises. » crut-elle entendre. Mais déjà, son frère traversait la rue. Cependant, Hilary en était convaincue, l'espace d'un instant, c'était le Willem qu'elle connaissait qu'il lui avait parlé.

Le trajet jusqu'à la gare de Whitby n'était pas bien long, il fallait juste traverser le pont de chez eux et ils ne restaient que quelques mètres pour y être. Cependant, Oncle Ben avait préféré s'y rendre en voiture pour éviter de transporter la valise d'Hilary sur tout le chemin. Hilary se moqua en lui disant qu'il se faisait surtout vieux. La valise d'Hilary était peut-être la seule qu'elle emportait, mais elle était assez lourde, il fallait l'admettre. En garant la voiture sur le parking de la gare, Benjamin tendit son billet à Hilary. La petite sortit la première, prête à aller le composter pendant qu'Oncle Ben la rejoindrait avec sa valise. Enfin, c'est ce qu'elle aurait fait si le billet n'avait pas déjà été composté. Son frère avait vraiment pensé à tout et quelque part, ça l'énerva un peu. Elle n'avait peut-être pas son intelligence, mais même en essayant de tout prévoir comme il le faisait, elle oubliait toujours un détail. Ce côté de lui... l'énervait quelque peu. S'il n'était pas son frère, savait se montrer patient avec elle et lui expliquait ce qu'elle ne comprenait pas ; sans nul doute qu'elle l'aurait déjà tapé. À la place, Hilary attendit Oncle Ben et elle se dirigea en sa compagnie dans la gare.
« Ça va être un long voyage, pas vrai petite ? » Oncle Ben essayait de donner l'air rassurant. Il avait fait vérifier à Hilary qu'elle n'avait rien oublier et il fit de même. Il semblait savoir où ils se rendaient, car le vieux pêcheur avait prévu de quoi rester la nuit. Il était vrai, quand Hilary y repensait, que la rentrée scolaire n'était pas le jour même ni même le lendemain. Pour l'heure, tout ce qu'elle voyait sur son billet, c'était la destination, les correspondances et l'heure de départ : dans un peu plus d'une trentaine de minutes. Ils étaient venus en avance, à moins que Willem ait voulu la virer le plus rapidement possible... Il y avait deux correspondances entre Whitby et Londres. Une qui passait à Middlesbrough et l'autre à Eaglescliff. Parfois, la deuxième se faisait à York, mais ce n'était pas le cas aujourd'hui. Avec tous ces changements, le trajet allait durer pas moins de cinq heures. Hilary poussa un long soupir. Ils s'étaient assis sur un banc qui donnait pleine vue sur les voies. Oncle Ben avait acheté un journal, Hilary ne faisait que tenir son sac contre elle en imaginant son voyage en train. Les rares fois où elle l'avait pris, ils n'étaient jamais allés aussi loin, elle s'en souviendrait. Cinq heures, c'était quand même quelque chose. La petite en aurait presque regretté de n'avoir rien pris pour s'occuper, si ce n'était sans compter sur le fait qu'elle n'avait envie de ne rien faire pour le moment. Puis, simplement regarder le paysage, ça lui suffisait. Elle se voyait partir dans un autre monde à chaque fois. Cependant, cette pensée ne parvenait pas à illuminer le visage d'Hilary qui affichait une mine vraiment sombre comme Oncle Ben n'en avait jamais vu. Elle sentait son visage encore bouffi des pleurs de plus tôt, pourtant, ses yeux n'avaient pas l'air d'avoir épuisé toutes leurs réserves. Elle portait sur son dos le poids de son sac et de sa culpabilité, sans se plaindre, sans rechigner. Oncle Ben lui lançait des petits regards de temps à autre. Il ne savait pas comment la consoler, alors tout ce qu'il pouvait faire, s'était s'assurer que son état n'empirait pas.
En fait, il ne lançait pas des regards à Hilary uniquement, il regardait partout autour de lui. À se demander l'utilité d'avoir acheté un journal si ce n'était que pour le cacher aux yeux des autres. Ses yeux n'arrêtaient d'osciller entre le parking, l'entrée de la gare, le panneau d'affichage, l'horloge, la petite Priest et les passants. Surtout les passants. Il n'y avait pas foule à Whitby, mais ça lui suffisait à être anxieux. Hilary avait remarqué la jambe prise de soubresauts d'Oncle Ben, mais cela faisait du paysage maintenant et ne la gênait plus le moins du monde. Elle continuait juste d'observer les trains venir et repartir. Cependant, la petite posa tout de même une main sur le bras du vieux pêcheur quand celui-ci se mit à gratter frénétiquement son avant-bras. L'adulte ne retint pas un sourire. Triste, mais un sourire quand même, qu'elle lui rendit à l'identique. Hilary ne savait pas trop pourquoi, mais il semblait que lui non plus n'avait pas trop le moral actuellement. Ou peut-être que si. Pour la même raison que Willem, sûrement... Rien que d'y pensait, ça la déprimait juste encore un peu plus. Hilary allait finir par croire que Poudlard n'était qu'une école faite pour exprès pour qu'elle puisse expier ses péchés. Quant à Benjamin, il s'était demandé il n'y a pas si longtemps - et il y repensait maintenant - si la petite n'était pas suicidaire, pour s'être jetée dans la mer encore agitée comme elle l'avait fait. Ils l'avaient retrouvé frigorifiée. Cependant, il semblait que ce ne fût pas ça. Hilary n'avait aucune envie de passer l'arme à gauche par tous les moyens possibles. Le vieux pêcheur en était venu à la conclusion que la petite avait juste un don de soi poussé à l'extrême qu'on lui avait peut-être enseigné à l'école catholique. Mais est-ce qu'on apprenait vraiment à des enfants à passer la vie des autres au détriment de la leur ? De ça, il en était encore moins sûr. Elle savait que sa mère était morte, qu'elle était partie rejoindre ce "Dieu" auquel ni Willem ni lui ne croyait ; mais elle ne devait pas comprendre le poids exact derrière les mots "vie" et "mort". Pour sa propre vie, ça ne faisait aucune différence. Benjamin ébouriffa ses cheveux et ils restèrent silencieux à attendre l'heure du départ. Ils savaient attendre tous les deux, à leur façon. Peut-être était-ce la seule chose qu'ils savaient faire sans se tromper et sans faire d'erreur. Une soudaine envie de gratter à nouveau son bras pris Benjamin et leur train entra en gare. Ils se dirigèrent vers la première voiture et montèrent tout en haut, pour qu'Hilary puisse voir au mieux le paysage. Puis le train partit.

Cinq heures de train, ça laissait le temps de faire énormément de choses, car le voyage s'annonçait très long, mais dans un train, on ne pouvait pas tout faire. Hilary n'avait pas spécialement envie de faire une quelconque activité lors du premier trajet de Whitby à Middlesbrough. Regarder le paysage défiler, ça lui suffisait. Elle dormit même un peu, légèrement épuisée d'avoir tant pleurer. Ils passèrent le premier trajet ainsi, calmement. Au changement de Middlesbrough, néanmoins, l'ennui commença à les prendre. Se relever après un long moment de son siège pour retourner s'asseoir, ça n'avait rien d'agréable. Hilary remuait beaucoup pour essayer de trouver une position confortable, mais elle ne trouva rien de bien appréciable. Quelle plaie. Oncle Ben avait, cependant, pensé à tout - à moins que Willem lui ait suggéré l'idée, encore une fois... - et avait pris divers jeux : jeux de société, jeux de cartes, ou encore les dames ou les échecs. Bref, de quoi passer le temps comme ils le pouvaient. « On commence par quoi ? » Hilary opta pour un jeu de cartes : la bataille. Simple, efficace, une simple question de hasard. Pas besoin de se prendre la tête pour réfléchir à une stratégie particulière, ça lui convenait tout à fait. Et ça semblait convenir à Oncle Ben également. Ils n'avaient vraiment pas envie de se fouler. Une certaine lassitude émanait d'eux, si bien que chaque mouvement était d'une véritable lenteur. Ils pouvaient faire autre à côté, le temps que l'autre ramasse les cartes amassées. Le jeu s'équilibrait à chaque manche, si bien qu'aucun gagnant ne se dessinait encore après plusieurs minutes de jeu. Peut-être était-ce pour le mieux, le trajet était assez long de toute manière. Mais la première commençait à tirer trop en longueur. Hilary envisageait sérieusement de changer de jeu dès qu'ils en auraient fini. Oncle Ben continuait de gratter son bras, toujours au même endroit. Il devait à chaque fois soulever sa manche et la petite Priest crut y voir une marque sur l'avant de son bras, là où il grattait, mais déjà le vieux pêcheur replaça sa manche. Ça commençait à devenir vachement rouge aux yeux d'Hilary, mais Oncle Ben la rassura en lui disant qu'il faisait juste un peu d'eczéma et qu'il trouverait une crème une fois qu'ils seraient arrivés à Londres. Ils continuèrent d'enchaîner jeux sur jeux jusqu'à l'overdose.
Puis, le dernier changement, la dernière correspondance. Le train partant d'Eaglescliff jusqu'à Londres. Oncle Ben entreprit de se reposer un peu lors du dernier voyage et piqua un petit somme. Au début, Hilary continua de regarder le paysage. Au fur et à mesure qu'ils se rapprochaient de Londres, son esprit essayait d'imaginer la future école qui l'accueillerait. Mais, même dans son sommeil, Oncle Ben grattait parfois son bras, ce qui attirait l'œil d'Hilary sur la manche qui ne faisait que se relever de plus en plus. Quand elle distingua le début de la marque qu'elle avait vu tout à l'heure, elle se dit, qu'après tout, elle n'avait qu'à regarder de plus près. Sur un coup de tête, elle se pencha légèrement en avant pour qu'elle puisse soulever la manche du vieux pêcheur le plus délicatement possible. Peut-être qu'il était pirate dans sa jeunesse ? Un vrai pirate ! Et que cette marque était un tatouage de vrai pirate qu'il s'était fait. Parfois, Oncle Ben grommelait dans son sommeil et gigotait un peu, ce qui effrayait Hilary craignant de le réveiller. Toutefois, elle parvint à ses fins et souleva suffisamment la manche pour voir le tatouage dans son ensemble. Ça ressemblait à... à un crâne. Avec un serpent qui lui sortait de la bouche. Pour un pirate, c'était plutôt stylé ! Peut-être le symbole de son drapeau ? Hilary replaça vite la manche alors qu'Oncle Ben montrait des signes de réveil. C'est sûr qu'après ça, Hilary n'allait plus le voir de la même manière. Le vieux pêcheur bougon était passé d'Oncle Ben à Cap'taine Ben. Ça faisait une sacrée évolution. Elle s'était méfie de lui la première fois qu'elle l'avait rencontré ; un homme inconnu que sa mère ramenait sans crier gare, cela pouvait paraître un peu suspicieux. Mais au final, Oncle Ben avait juste l'air bougon, en dessous, il était juste un ours mal léché qui lui donnait un air d'adorable papi. Il lui en voudrait, d'ailleurs, de toujours le vieillir autant, mais c'était plus fort qu'elle. Bien que, depuis la dernière correspondance, à l'approche de Londres, Hilary sentait le vieux pêcheur de plus en plus anxieux et sur ses gardes...

Une fois arrivés à Londres, tout alla très vite. Oncle Ben savait exactement où allait et comment, Hilary avait du mal à le suivre. Le vieux pêcheur marchait vite, se faufilant entre la foule, tout ça avec la valise en main. La petite devait presque courir pour ne pas le perdre. Il ralentit un peu en sortant de la gare, mais soutint le rythme jusqu'à trouver un taxi dans lequel il poussa Hilary. À peine avait-elle le temps de réaliser que, déjà, Benjamin avait donné l'endroit où il voulait se rendre. Hilary n'arrivait plus à suivre et décida de tout bonnement se laisser emmener. De toute façon, c'était ce qu'elle faisait depuis le début de la journée. Ce n'était pas cette année qu'elle visiterait Londres. Et puis, elle n'en avait pas envie : Londres tout le monde y allait et il n'y avait aucune étendue d'eau aussi grand que la mer ; aucun intérêt. Ils arrivèrent à ce qui lui semblait être un pub et pour la première fois depuis qu'ils étaient arrivés, Oncle Ben ralentit considérablement la cadence. Ils allaient enfin pouvoir se reposer. Il avait réservé deux chambres pour deux nuits. Ils allaient passer le reste de la journée ici et demain, ils iraient acheter les fournitures. Le programme était simple et convint à Hilary qui, à peine arrivée dans sa chambre, tomba raide sur son lit et s'endormit. Cinq heures de train pour se retrouver trimballer à toute vitesse de la gare jusqu'au... "Chaudron Baveur", c'était trop pour elle. Elle avait bien mérité un peu de repos. Benjamin avait déposé la valise d'Hilary au pied du lit et s'était rendu dans sa chambre, juste à côté de celle de la petite, pour y déposer les siennes. Il ne s'attendait à s'endormir presque aussitôt lui aussi.

Le lendemain matin, Hilary s'éveilla en ayant presque oublié qu'elle ne s'était pas endormie dans sa chambre la nuit dernière. En fait, il était fort probable qu'elle se soit endormie dans un endroit... Comment pouvait-elle dire ça ? Magique ? Tous les pubs ne s'appellent pas le "Chaudron Baveur", quand elle y réfléchissait bien. Mais elle n'avait pas le temps de se triturer les méninges sur le nom de l'endroit. Qui paraissait un peu vieux d'ailleurs. Pas étonnant qu'Oncle Ben puisse connaître cet endroit, aussi vieux et poussiéreux que lui. En parlant du loup, il toqua à sa porte avant d'entrer en l'entendant rire, signe qu'elle était réveillée. S'il savait qu'elle se moquait justement de lui... Il était encore assez tôt dans la journée, mais - sûrement une déformation professionnelle - Benjamin était déjà levé ainsi qu'Hilary. Ils se mirent donc d'accord pour prendre un petit-déjeuner rapide et d'aller acheter ces fameuses fournitures scolaires. Ce qui s'en suit, et bien...
Mettons de côté le passage dans le mur derrière le pub, les briques qui bougent toutes seules, une rue qu'aucune carte n'affiche juste derrière ce mur, le nombre impressionnant de personne qui s'y trouvait, les boutiques - toutes plus extravagantes les unes que les autres -, la banque où Oncle Ben fit le change entre l'argent donné par son frère et la monnaie du monde magique, le personnel de la banque, les premières boutiques dans lesquelles ils entrèrent, la boutique de baguettes magiques, et bien plus encore ; et Hilary ne voyait pas la différence avec l'achat de fournitures normales. Seulement, tout ça, ce n'était pas trop pour elle. Elle ne s'y sentait pas à sa place, comme en décalée avec ce monde. Elle n'avait jamais connu ça. A contrario, Cap'taine Ben semblait se déplacer avec aisance dans la rue marchande, comme s'il connaissait déjà l'endroit. Il se permit même de bifurquer à un moment dans la rue et, aussitôt, Hilary constata la très nette différence entre l'activité et le bruit de la rue principale et la rue sombre dans laquelle ils venaient de s'engager. « Je ne t'ai pas demandé... On a déjà acheté tout ce qu'il faut, » dit-il les mains plein de sacs, ça faisait quand même beaucoup de choses. « Mais on peut avoir un animal de compagnie, si on veut. » Ils leur restaient un peu d'argent, alors elle pouvait choisir. Parmi tous les choix, le seul qui lui plaisait réellement, c'était un rat. « Attends-moi là et ne bouge pas. » Puis Oncle Ben entra dans une boutique. Il avait dit qu'il en aurait pour un petit moment et lui avait laissé les sacs. Comparée à la rue principale, Hilary se sentait plus à l'aise dans cette rue. Moins de monde, moins de bruit, et l'humidité ambiante lui rappelait la mer qu'elle avait quitté de force la veille. La seule chose qu'elle n'avait pas pu emmener. La petite regardait autour d'elle. Le magasin dans lequel était entré Oncle Ben avait les carreaux noirs, alors elle ne pouvait rien y voir. L'échoppe d'en face, en revanche, avait des vitres presque impeccables et Hilary s'en approcha doucement. Elle se trouvait juste en face, elle pouvait se permettre de laisser les sacs là où ils étaient. En jetant un coup d'œil à l'intérieur, la petite constata que les objets en vente n'avaient rien à voir aux magasins de la rue principale. Entre crânes et objets bizarres, Hilary ne voyait pas vraiment à quoi tout cela pouvait bien servir. Pour un aspect pratique, elle n'en avait aucune idée, pour un aspect magique, encore moins. Mais son lèche-vitrine se retrouva coupé court quand la vendeuse sortit de son magasin, furieuse. « Soit tu entres et tu paies, soit tu dégages. » Elle était arrivée comme une furie ! Ne lui laissant aucune possibilité de répondre. « T'es qui d'abord ? Qu'est-ce que tu fais là petite ? » Hilary reculait au fur et à mesure que la dame se faisait pressante de réponse, bafouillant une excuse qui n'arrivait pas à sortir. La petite sursauta quand une main se posa sur son épaule. C'était Oncle Ben, il avait fini. « Désolé, on s'en va tout de suite. » Il ramassa les sacs, Hilary l'aidant le plus vite possible, et ils s'éclipsèrent dans la direction par laquelle ils étaient arrivés et retournèrent au pub le plus vite possible.
Hilary passa la nuit avec la cage de son rat près d'elle. Le lendemain matin, elle partirait pour Poudlard.

Et tout ce qu'elle voulait, c'était de ne pas remonter dans un train. Malheureusement, son souhait ne semblait pas avoir été exaucé. Avec tout ce qui lui était arrivé depuis qu'elle était partie de chez elle, la conviction que Poudlard était une école de redressement plus qu'une école de magie grandissant dans l'esprit d'Hilary. Oncle Ben ne l'avait pas accompagné jusqu'à la voie, préférant la laisser seule pour le reste. C'est donc seule qu'Hilary dut se débrouiller. Elle fit abstraction de tout ce qui sortait de l'ordinaire et accepta à contre cœur ce nouveau voyage en train qui lui, au moins, la laissait se rappeler de son monde où la magie n'existait pas, où l'on ne traversait pas les murs et où il fallait mettre cinq heures pour arriver de Whitby jusqu'à Londres. Le trajet de King's Cross juqu'à Poudlard lui parut rapide, détestable et sans saveur. Elle n'attendait rien de l'école, pour qu'elle puisse avoir une part de surprise en espérant s'y plaire.
Le voyage en barque jusqu'au château l'attira immédiatement. Cela faisait deux jours entiers qu'elle n'avait pas revu une étendue d'eau, surtout d'aussi près. Hilary n'avait que faire du château qui se dessinait en arrière-plan, seul le lac la fascinait. L'eau noire tout autour d'eux lui faisait extrêmement envie. Ses jambes avaient besoin de se dégourdir après tant de trajet passé assis à ne rien faire ; elle voulait sentir la pression de l'eau sur son corps. Comme hypnotisée, elle pencha son buste par-dessus la chaloupe. Presque attirée par le fond du lac. Elle n'y voyait pas grand chose, mais parfois, Hilary semblait détecter un mouvement dans l'eau. Sa tête se rapprochait petit à petit, son nez n'était qu'à quelques millimètres de la surface sans qu'elle ne s'en soit rendue compte ; lorsqu'elle sentit une force la tirer en arrière. « Fais attention petite ! Un peu plus et tu tombais dans l'eau. » Passer par-dessus bord ne lui faisait pas peur, ça pouvait arriver dans la vie d'un pirate ! Elle s'y était préparée. Sûre qu'Oncle Ben aussi. Et puis, ça ne lui aurait pas déplu, de tomber. Sentir l'eau autour d'elle la mettait à l'aise. L'ombre que projetait l'imposante demeure de Poudlard ne la rassurait pas du tout. « C'est la seule étendue d'eau de la région ? » demanda-t-elle à l'adulte veillant sur le petit groupe. « Le seul, mais à ta place, je n'irai pas m'y baigner. » Génial. Ça faisait un gros malus pour Poudlard. Survivre avec seulement un lac ? Sa mer lui manquait terriblement...
Le groupe de première année fut emmené, trimbalé, encore un fois, jusqu'à une grande salle où étaient déjà réunis la plupart des élèves. Elle avait entendu dans le train, rapidement, ce qui allait se dérouler dans quelques minutes, mais tout ceci était tout nouveau pour Hilary. Elle n'aurait jamais pu imaginer tout ça même dans ses rêves les plus fous. Il fallait reconnaître que l'endroit était impressionnant, mais elle ne s'y sentait réellement pas à sa place. La petite n'y était pas du tout à l'aise. Cependant, elle devait prendre sur soi. Si son frère ne voulait pas la voir pour le moment, alors elle n'avait pas d'autres choix que de rester ici, c'était le seul endroit où elle pouvait aller. Cette année allait être une merveilleuse année. Elle se ferait des amis qui seraient... comme elle. Peut-être qu'elle se plairait ici. La cérémonie était loin de ce qu'on pourrait attendre d'une maison de redressement. Est-ce qu'elle avait seulement le droit à tant de bonheur ? Parce qu'elle pourrait finir par s'y plaire au final. La plupart des créatures qu'elle pouvait imaginer pouvaient se trouver ici. Peut-être que Dracula se trouvait ici ! Tout était brouillé, toutes ses émotions se mélangeaient. Un coup elle voulait rester, un coup elle voulait repartir. Peut-être que Dieu l'aiderait à trouver une réponse adéquate...
« Hilary Fitzpatrick-Priest ! » Tout le monde la regardait ; qu'est-ce qu'ils avaient à la regarder ? Apparemment, c'était la deuxième fois qu'on l'appelait déjà. Alors, Hilary se dépêcha de monter pour connaître l'issue de sa maison. Finalement, elle voulait repartir. Elle n'y connaissait rien à la magie et il n'y avait pas la mer !

QUESTION DU CHOIXPEAU
Une personne pas douée tombe dans le lac noir, malheureusement, il/elle est le seul témoin de la scène, que fait-il/elle ? – Si quelqu'un de pas doué tombe dans le lac noir, c'est forcément elle, donc c'est elle qu'il faudra venir aider.
Sinon, elle essayera quand même d'aider la personne comme elle peut.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

Invité

CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: ···· ·· ·−·· ·− ·−· −·−− || Hilary Fitzpatrick-Priest   Dim 3 Déc - 21:49

REBIENVENUE Sloane j'ai pas encore lu ta fiche en entier (elle est longue, tu sais ) mais j'aime déjà cette petite Coeur
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité

Invité

CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: ···· ·· ·−·· ·− ·−· −·−− || Hilary Fitzpatrick-Priest   Dim 3 Déc - 21:54

Re ma chérie ! Coeur Coeur
Revenir en haut Aller en bas

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://[url=http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8788-eliana-bradley][/url]http://[url=http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8803-liens-avec-eliana][/url]

Arrivé(e) le : 15/11/2017
Parchemins rédigés : 497
Points : 7
Année : 2e année (12 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Non

MessageSujet: Re: ···· ·· ·−·· ·− ·−· −·−− || Hilary Fitzpatrick-Priest   Dim 3 Déc - 22:04

Bienvenue avec ce beau et nouveau personnage ! En plus, une 1e année, quoi de mieux ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

Invité

CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: ···· ·· ·−·· ·− ·−· −·−− || Hilary Fitzpatrick-Priest   Dim 3 Déc - 22:21

REBIENVENUE ma femme Perrin
J'ai pas encore lu ta fiche, mais ça ne saurait tarder. Le petit encadré du haut donne envie d'en savoir plus sur elle Rusé
On a envie de lui filer un élastique à celle là ! Elle sait s'attacher les cheveux pour ne plus les avoir dans le visage des fois ?
Amuse toi bien avec ta nouvelle louloute en tout cas, et garde mon un lien au chaud avec Sage (je vais enfin pouvoir connaître ton idée maintenant ?!)
Revenir en haut Aller en bas

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8200-felicia-anna-williams-toujours-aller-de-l-avant-terminee?nid=5#185208http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8203-felicia-a-williams-lire-en-toi-comme-dans-un-livre-ouvert#185253http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8262-felicia-journal-perdu-pour-ne-rien-oublierhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8263-felicia-de-l-encre-blanche-sur-une-page-noire#187070http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8264-felicia-del-encre-oh-une-tache#187071

Arrivé(e) le : 19/08/2017
Parchemins rédigés : 552
Points : 24
Crédit : Dan ♡ (Millie Bobby Brown)
Année : 5ème année (15 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Hilary Fitzpatrick-Priest

MessageSujet: Re: ···· ·· ·−·· ·− ·−· −·−− || Hilary Fitzpatrick-Priest   Dim 3 Déc - 22:22

Lowell Niamh Je sais qu'elle est longue, je suis désolée Winslow Octavia Mais merci, c'est gentil Rougi

Sera & Eli Marchi Rougi Perrin

Perrin MON HOMME Perrin Nan mais faut pas lire la fiche, elle est nulle Niamh
Oui, elle sait s'attacher les cheveux, mais pas sur ces photos
Ouiiiiii, tu sauras bientôt du coup Coeur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6244-archibald-milo-de-baskerville-je-t-aime-bien-mais-en-cas-de-danger-je-te-sacrifie-directhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6295-archibald-milo-de-baskerville-le-titre-qui-tuehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6331-tybalt-se-chargera-de-m-apporter-votre-courrierhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6332-express-tybalt-se-chargera-de-m-apporter-votre-courrier

Arrivé(e) le : 05/01/2012
Parchemins rédigés : 6353
Points : 24
Crédit : Thomas Brodie-Sangster crédit : Sarah ♥
Année : 7ème année (17 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Brooklyn ♥ Phoenix ♥ Hadley ♥ Blake

MessageSujet: Re: ···· ·· ·−·· ·− ·−· −·−− || Hilary Fitzpatrick-Priest   Dim 3 Déc - 22:27

Ah ben si elle est nulle, compte sur moi pour ne pas la lire sifflote
Re-bienvenue parmi nous ma belle Coeur



Archibald Milo de Baskerville
“Pour qu'un amour soit inoubliable, il faut que les hasards s'y rejoignent dès le premier instant.” Kundera Milan ♦ by dream's
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t4105-danni-cooper-termine]Présentationhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t4112-danni-cooper-lienshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t4113-les-aventures-de-dannihttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t4114-courrier-pour-danni-cooperhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t4115-les-hiboux-express-pour-danni-cooper

Arrivé(e) le : 14/11/2014
Parchemins rédigés : 3150
Points : 4
Crédit : Google
Année : 7ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Joanne et Wendy

MessageSujet: Re: ···· ·· ·−·· ·− ·−· −·−− || Hilary Fitzpatrick-Priest   Dim 3 Déc - 22:30

Rebienvenue Savannah
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8200-felicia-anna-williams-toujours-aller-de-l-avant-terminee?nid=5#185208http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8203-felicia-a-williams-lire-en-toi-comme-dans-un-livre-ouvert#185253http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8262-felicia-journal-perdu-pour-ne-rien-oublierhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8263-felicia-de-l-encre-blanche-sur-une-page-noire#187070http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8264-felicia-del-encre-oh-une-tache#187071

Arrivé(e) le : 19/08/2017
Parchemins rédigés : 552
Points : 24
Crédit : Dan ♡ (Millie Bobby Brown)
Année : 5ème année (15 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Hilary Fitzpatrick-Priest

MessageSujet: Re: ···· ·· ·−·· ·− ·−· −·−− || Hilary Fitzpatrick-Priest   Dim 3 Déc - 22:37

Milo De ce que j'avais compris, c'est pas toi qui va la lire de toute façon Erm
Merci Coeur Jade

Dani Marchi Tasha


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

Invité

CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: ···· ·· ·−·· ·− ·−· −·−− || Hilary Fitzpatrick-Priest   Lun 4 Déc - 22:00

Rebienvenue avec ta petite louloute toute choupie. Je crois que j'écris ça à tous les premiers années mais chut on a rien vu. Perrin
Revenir en haut Aller en bas

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10285-alexis-v-sherwin-your-level-of-success-is-determined-by-your-level-of-discipline-and-perseverance#219734http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10292-alexis-4eme-gryffondorhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10318-alexis-v-sherwin-mailboxhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10319-alexis-v-sherwin-express-mail

Arrivé(e) le : 15/10/2014
Parchemins rédigés : 1964
Points : 5
Crédit : *bazzart(Adelaide Kane)
Année : 4ème année (14 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Jill, Prof Soussa & Allen

MessageSujet: Re: ···· ·· ·−·· ·− ·−· −·−− || Hilary Fitzpatrick-Priest   Mar 5 Déc - 18:20

Une autre petite !! Admiratif Admiratif Admiratif Ce sont les plus dégourdies ! Preuve avec Madi & Rox!! hihi

ReBienvenuuueee avec cette louloute ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 21/04/2011
Parchemins rédigés : 1711
Points : 0
Crédit : (c) Phoebe.
PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin:
Disponible pour un RP ?:
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: ···· ·· ·−·· ·− ·−· −·−− || Hilary Fitzpatrick-Priest   Jeu 7 Déc - 0:13




Bienvenue parmi nous

Déjà... JE TE DETESTE ! C'est quoi cette fiche archi-longue ?! Suspect J'espère que t'as honte,
et tout, hein ! è_é Mais bon, ça va, t'as une jolie plume alors ça compense. Ça passe pas plus vite mais t'as pas envie de te pendre à chaque mot. J'espère que tu t'amuseras bien avec cette petite qui aurait été mieux en jaune, tout est toujours mieux en jaune et que tu nous pondras plein de jolis bébés RPs ! Bonne réinstallation et reste avec nous encore longtemps. Coeur



C'est difficile de savoir où te mettre, toi... Tu as des qualités pour chaque maison... Je vois... Je suis sûr que tu sauras trouver ta place à
GRYFFONDOR
!
Gryffondor Gryffondor Gryffondor



Quelques conseils pour bien commencer


Maintenant que tu es réparti(e), il ne faut pas te reposer sur tes lauriers. Ta vie NYLienne commence à peine et pour la faire démarrer sur de bonnes bases, il te reste encore pas mal de petites choses à faire. Ne t'inquiètes pas, je vais tout te montrer...

Commence par créer ta fiche de liens, ta fiche de RPs, ainsi que boîte aux lettres qui te permettra aussi de gagner des points RPs en écrivant des lettres de plus de 300 mots et ta boite à hiboux express pour les messages plus courts. Peut-être que tu n'en trouveras pas tout de suite l'utilité, mais ça ne saurait tarder... Alors mieux vaut l'avoir fait tout de suite. Et puis, si jamais tu cherches quelqu'un d'important pour le développement de ton personnage, n'hésite pas à créer un poste vacant.

Aussi, je te conseille d'aller lire comment marche le système de points, si ce n'est pas déjà fait. Ce serait bête de ne pas savoir comment rapporter des points à ta maison. D'ailleurs, tu peux jeter un coup d'oeil aux sabliers pour voir où en est la course à la Coupe. Et comme les votes, c'est le bien, Top-Siter rapporte des points !

N'empêche que le meilleur moyen d'obtenir des points reste d'aller en cours. Et oui, nous sommes dans une école et nos chers professeurs vont se faire une joie de t'apprendre tout ce qu'ils savent. Quand tu te seras bien installé(e) dans ton dortoir, attrape tes bouquins et rends toi vite en classe ! Nos professeurs t'attendent, et pour savoir à qui tu as à faire, tu trouveras la liste ici. La liste des sortilèges par année est disponible .

Il n'y a pas que les points des sabliers qui sont importants ici. Il y a aussi les points défis ! Tu peux aller lire ce sujet pour savoir exactement ce que c'est que les points défis. N'oublie pas de créer ton sujet d'ailleurs, qu'on puisse tous t'en proposer ! Bien sûr, tu peux également savoir combien tu as de points en allant voir la fiche ! Le nombre de point s'initialise automatiquement à 0/0 mais dès que vous avez un point, vous pouvez voir l'évolution de ceux-ci à 1/2000...

Heureusement, il n'y a pas que les cours dans la vie ! Tu vas pouvoir t'entraîner à être une fouine en écoutant les rumeurs qui se baladent dans les couloirs, attraper ton balai pour devenir le plus grand joueur de Quidditch de l'histoire de Poudlard... Enfin, pour être sûr(e) de ne rien louper des activités qui te seront proposées, garde un oeil sur le panneau d'affichage, et sur la Gazette du Sorcier pour être informé(e) de tout ce qui peut bien se passer dans le monde magique.

Le HRP (hors-RP) te donnera également de quoi t'occuper grâce à une partie Flood bien remplie. Tu pourras également faire plaisir aux autres membres en leur offrant des cadeaux. N'oublie pas, à l'occasion, de passer sur la ChatBox, avec un peu de chance, tu tomberas en plein jeu... S'il y a quelque chose que tu ne comprends pas, nous répondrons à toutes tes questions.

Sur ce, je te souhaite beaucoup de plaisir dans cette nouvelle vie qui commence, et plein de merveilleux RPs !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8899-hilary-fitzpatrick-priesthttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8911-hilary-un-capitaine-a-besoin-d-un-equipage-et-d-ennemis#197603http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8912-hilary-si-on-imaginait#197606http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8913-une-lettre-pour-hilary#197607http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8914-un-envoi-express-pour-hilary#197608

Arrivé(e) le : 03/12/2017
Parchemins rédigés : 188
Points : 9
Crédit : by me • Nastya Kusakina
Année : 2ème année - 13 ans

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Felicia A. Williams

MessageSujet: Re: ···· ·· ·−·· ·− ·−· −·−− || Hilary Fitzpatrick-Priest   Jeu 7 Déc - 0:45

Marchi tout le monde Tasha

Oui, j'ai très honte Dan, super honte, j'ai plus du tout envie d'écrire à cause de ça (en vrai je pensais que ça serait si long, pardon Winslow) J'ai tellement honte, que je vais continuer d'écrire comme du caca juste pour toi Perrin
Merci d'avoir eu le courage de tout lire Tasha Jade
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://[url=http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8788-eliana-bradley][/url]http://[url=http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8803-liens-avec-eliana][/url]

Arrivé(e) le : 15/11/2017
Parchemins rédigés : 497
Points : 7
Année : 2e année (12 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Non

MessageSujet: Re: ···· ·· ·−·· ·− ·−· −·−− || Hilary Fitzpatrick-Priest   Jeu 7 Déc - 11:15

CHOUETTE !!! Une camarade de dortoir !!!
Félicitations pour ta répartition à Gryffondor et surtout, bienvenue dans notre noble maison !!! cheers
Ca va être génial, on va bien s'amuser entre 1res années ! Cool
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: ···· ·· ·−·· ·− ·−· −·−− || Hilary Fitzpatrick-Priest   

Revenir en haut Aller en bas
 
···· ·· ·−·· ·− ·−· −·−− || Hilary Fitzpatrick-Priest
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard, 19 ans après. :: Le Commencement :: 
Présentation des sorciers
 :: Répartitions terminées
-
Sauter vers: