AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ta surprise a huit pattes, William. [ft. Professeur W. Hammond]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 20/11/2017
Parchemins rédigés : 33
Points : 1
Crédit : Aldebaran/Astra
PETIT +

MessageSujet: Ta surprise a huit pattes, William. [ft. Professeur W. Hammond]   Dim 26 Nov - 14:47

« Ne me regarde pas ainsi Archi. C'est mon fauteuil et tu as ton panier. » Une chance que personne ne se trouvait là pour voir ça, même si William, le professeur de Soin aux créatures magiques devait commencer à prendre l'habitude de ce genre de scène puisqu'il squattait sa cabane la moitié du temps.

Fergus se replongea dans la lecture d'un manga assez étrange sur des êtres gigantesques appelés titans sans manquer de faire danser ses sourcils à chaque carré parcouru. S'il n'avait pas été sorcier, qu'il n'avait jamais rencontré de géants ou de créatures de rang xxxxx, alors il aurait eu peur, assurément, mais comme c'était loin d'être le cas, il se contentait de critiquer et d'étudier les dessins. Et vraiment, il se demandait bien ce que pouvait trouver sa fille d’intéressant la dedans... autant l'histoire des  pirates était originale, autant celle-ci laissait à désirer. À une autre page tournée sur un humain se faisant manger, il ne pu se retenir. « Et elle la laisse lire ça ? Il n'y a vraiment pas de quoi s'étonner que Donna ne dorme plus, si tu veux mon avis. C'est ridicule. » Autant que lui-même qui faisait part de ses pensées à un chat, chat qui, qui plus est, n'en avait strictement rien à cirer visiblement.

Il lâcha un profond soupir avant de jeter sa lecture sur la table, de se lever du fauteuil pour se diriger vers un renfoncement de sa cabane où nombre de miroirs prônaient fièrement accrochés au mur. Il porta un énième regard à un de ces derniers, disposés là pour surveiller des lieux de la forêt interdite. Un sourire en coin de satisfaction n’eut aucun mal à poindre sur son visage. L'objet de sa convoitise était toujours là et il avait grand hâte de l'annoncer à William... et à le faire tourner un peu en bourrique au passage avant ça. Après tout, il avait dû attendre, alors quoi de plus logique que son comparse patiente également. Comparse qui le faisait encore attendre. Il ne pouvait avoir oublié n'est-ce pas ? Il ne pouvait être ailleurs qu'ici, avec lui, ou dehors à donner cours, ce n'était pas comme s'il avait des amis. Enfin si, il en avait, mais il n'était pas des plus sociable ou le plus à l'aise dans les lieux renfermés et bondés donc. Ou une élève le retenait dans le parc pour lui conter fleurette, à moins qu'il ne charme une professeur. Il était jeune et Fergus n'avait aucun mal à admettre qu'il était séduisant assez pour faire glousser les petites midinettes et sûrement même les femmes plus âgées, bien qu'il était certain également d'avoir plus de charisme que lui. « Tu penses la même chose que moi, n'est-ce pas Archi ? » Il pencha sa tête du recoin pour chercher son familier des yeux au centre de la pièce, mais le persan voleur avait déjà chiper sa place. Il était tout simplement impossible. Il n'y en avait pas deux comme lui à ses yeux. Aussi sans gêne que le professeur.

Roulant des yeux, il quitta le renfoncement pour se diriger vers le coin cuisine et retirer d'une armoire quelques biscuits encore tièdes qui firent miauler l'animal, ainsi qu'une tasse de thé à la menthe. Il fini par reprendre place dans son fauteuil en soulevant le chat, tout en se disputant pour la protection de l'assiette chaude.

Les yeux plissés, il se remit à parler pour lui-même. Incertain. « Il n'a pas pu oublier ce que je lui ai dit. Sujet intéressant veut tout dire après tout.  » Ce n'était pas tous les jours que Fergus se permettait de débarquer avant le début d'un cours pour signaler que quelque chose de passionnant requerrait de revenir au plus vite à la cabane !

Archibald, déposé à terre, ne cessait de se frotter à ses jambes dans le but clair de gagner récompense pour sa mignonnerie. Pianotant des doigts sur l'accoudoir, il failli céder, mais les oreilles du chat lui signalèrent bien vite l'arrivée imminente d'une personne. Enfin. Se fit-il alors que la porte s'ouvrait et qu'il proposait léger comme s'il n'avait rien d'autre à dire.

« Thé ? Ah non, où ai-je la tête, tu es plutôt café, n'est ce pas ? » Il se redresserait à la réponse, même si William savait déjà ou trouver le tout, y compris le lait de Re'em qu'il avait placé lui-même dans la cabane.


₪ Garde-Chasse ₪ Stay calm, I keep my eyes on you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Ta surprise a huit pattes, William. [ft. Professeur W. Hammond]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard, 19 ans après. :: Poudlard :: 
L'Extérieur du Château
-
Sauter vers: