AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Esprit frappeur et vagabondages nocturnes [ft. Perrin et Tasha]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 15/11/2017
Parchemins rédigés : 118
Points : 11
Crédit : Selena Gomez
Année : Première année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin:
Disponible pour un RP ?:
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Esprit frappeur et vagabondages nocturnes [ft. Perrin et Tasha]   Jeu 23 Nov - 23:06


"Applaudissez Peeves ! L’esprit frappeur a encore frappé !"

«Wingardium Leviosa !»
________________________________________________________________________

1-2-3 : L’énorme pavé qui me servait de manuel flotta pendant une seconde, avant de s’écraser lourdement au sol. Je priais pour que personne n’entende.

4-5-6: Comme je m’y attendais, rien ne se produisit. Rien. Je soupirai de dépit. Encore raté.
________________________________________________________________________

Depuis environ une heure et demie, je m’exerçai à pratiquer les sortilèges appris depuis la rentrée. Le cours de Sortilèges n’étant pas celui dans lequel j’excellais. J’avais pris la résolution de m’entraîner un peu plus que mes camarades de classes – dont la majorité s’en sortait plutôt bien. Ce qu’il me manquait ? De l’endurance. Et celle-ci viendrait avec plus de pratique. Oui… Il fallait que je reste confiante. Si je m’entrainais régulièrement en dehors des cours, il n’y avait pas de raison. Et puis, les soirs après le dîner à la Grande Salle était le moment idéal. Malheureusement, il y avait beaucoup trop d’agitation et pas assez d’espace pour travailler dans la salle commune de ma maison. Fort heureusement, le quatrième étage recelait quelques salles inutilisées où l’espace et la tranquillité offrait le cadre idéal pour s’entrainer – si on mettait de côté la fine poussière qui s’en dégageait.

Le sortilège qui me posait le plus problème était celui de lévitation. En cours, je pouvais sans problème faire léviter des plumes, des parchemins, et quelques fois des encriers. Pour ce qui était des objets un peu plus lourds… Le problème était justement là. J’étais incapable de faire léviter plus d’une seconde un grimoire, une chaise ou quelque chose de plus conséquent. Alors pour me défendre à l’avenir, comment allais-je m’y prendre ? Mais je soupçonnais que lors des prochains cours, d’autres sortilèges me donneraient davantage du fil à retordre. Et des sortilèges bien moins faciles que celui de lévitation. Fatiguée, je m’étais assise à même le sol. Mais je me rendis compte que le fait de pratiquer debout offrirait peut-être de meilleurs résultats. Je me relevai, pris une posture droite, et fixai la chaise à quelques mètres de moi, le regard imperturbable et déterminé. C’était idiot. Si j’y arrivais à peine avec mon manuel d’Histoire de la magie, comment allais-je faire voler une chaise ? Néanmoins, je fis taire ces voix négatives dans ma tête et me reconcentrai sur ma tâche. Brandissant ma baguette, prête à jeter le sort, une voix tonitruante sortie de nulle part me fit tressaillir.

« UN INTRUS DANS LA SALLE ! UN INTRUS DANS LA SALLE ! » s’égosilla la voix.

Dans la quasi-obscurité, une peur violente s’empara de moi. Mon cœur battait à tout rompre à mesure que je regardai de gauche à droite, cherchant désespérément le propriétaire de la voix. Soudain, une forme humaine surgit du sol et s’en extirpa de manière fluide, flottant jusqu’à trois bons mètres du sol. Je retins un cri de justesse : il ne fallait pas qu’on m’entende ! Mais je crois bien qu’il était trop tard, car le vilain fantôme en question – qui faisait sans cesse des pirouettes dans les airs – riait fortement. J’avais même l’impression que son but premier était que je me fasse attraper.

« AH AH AH AH AH !!! » riait-il indéfiniment.

« Monsieur ! S’il-vous-plaît, arrêtez de faire du bruit ! Je risque d’avoir des ennuis ! » murmurai-je sur un ton suppliant.

Mais rien n’y faisait : le fantôme continuait de rire d’une voix suraigüe. Il était d’ailleurs vêtu d’une cravate d’un orange criard et d’un vilain chapeau à cloches, le tout le faisant davantage ressembler à un clown. À ma demande, il s’arrêta net. Et de rire, et de s’agiter dans les airs. Il se rapprocha de moi et me dévisagea de fond en comble, le regard mauvais, comme s’il allait faire empirer les choses. Ce qui ne tarda malencontreusement pas. Le vilain se précipita sur le tableau et, arrivé à sa hauteur, y subtilisa des craies qu’il me jeta dessus comme si j’étais une vulgaire cible pour jeu de fléchettes.

« ÉLÈVE HORS DES DORTOIRS ! » criait-il de sa voix nasillarde et franchement désagréable.

Je poussai un cri en me mettant à couvert, recroquevillée, me servant de mes bras pour me protéger. À cet instant, je ne savais pas ce qui était le pire : se faire prendre en flagrant délit après le couvre-feu ou se faire jeter des morceaux de craie par un fantôme déchaîné ? Visiblement à court de craie, le fantôme ne semblait pas se calmer pour autant :

« Applaudissez Peeves ! L’esprit frappeur a encore frappé ! » chantonna-t-il en s’applaudissant.

Me relevant, j’époussetai ma robe des tâches de craie et lançai un regard noir à ce fou furieux. Non mais franchement, pour qui se prenait-il ?! Je me mis sur mes gardes, ma baguette bien en main, sur le point de lui jeter n’importe quel sort qui me traverserait l’esprit, quand la porte s’ouvrit avec fracas. Un garçon et une fille entrèrent précipitamment dans la salle, leurs baguettes brandies. Oh non. Tout sauf ça. C’était les préfets de ma maison.

J’étais dans le pétrin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 15/11/2017
Parchemins rédigés : 118
Points : 11
Crédit : Selena Gomez
Année : Première année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin:
Disponible pour un RP ?:
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: Esprit frappeur et vagabondages nocturnes [ft. Perrin et Tasha]   Sam 25 Nov - 15:38

Eliana Bradley a effectué 1 lancé(s) d'un Le Hasard (Image non renseignée.) :
1


Dernière édition par Eliana Bradley le Jeu 14 Déc - 17:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 28/06/2011
Parchemins rédigés : 5309
Points : 159
Crédit : (c) Lily L. Potter
PETIT +

MessageSujet: Re: Esprit frappeur et vagabondages nocturnes [ft. Perrin et Tasha]   Sam 25 Nov - 15:38

Le membre 'Eliana Bradley' a effectué l'action suivante : Le Hasard


'Le Hasard' : 4
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7125-perrin-everything-you-want-s-a-dream-away-and-we-are-legends-every-day#160683http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7194-perrin-je-porte-l-amour-en-peinture-de-guerre#162342http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7199-perrin-je-porte-l-amour-en-peinture-de-guerre#162345http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7200-perrin-je-porte-l-amour-en-peinture-de-guerre#162347http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7201-perrin-je-porte-l-amour-en-peinture-de-guerre#162348

Arrivé(e) le : 19/11/2016
Parchemins rédigés : 996
Points : 7
Crédit : moi ^^ (Fionn Creber)
Année : cinquième année - quinze ans

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Sage & Matrim

MessageSujet: Re: Esprit frappeur et vagabondages nocturnes [ft. Perrin et Tasha]   Sam 2 Déc - 21:17


esprit frappeur et
vagabondages nocturnes
eliana, perrin & tasha

Peeves is the most notorious and troublesome poltergeist in British history. Unlike the overwhelming majority of his colleagues, Peeves has a physical form, though he is able to become invisible at will. His looks reflect his nature, which those who know him would agree is a seamless blend of humour and malice.
« Je déteste les rondes. », ai-je dit à Tasha alors qu’on traversait un couloir glacial en cette fin de mois d’Octobre. Les courants d’air froids avaient commencés à s’infiltrer dans le château par les fenêtres et les portes mals isolées ce qui rendait les soirée toutes particulièrement affreuses lorsque, comme nous, on devait faire des rondes jusqu’à tard afin de s’assurer que tout le monde était bel et bien dans sa salle commune. Nous passâmes devant une fenêtre qui offrait une vue sur le parc éclairé seulement par la lueur de la lune. Un spectacle magnifique ! « Je préfèrerais largement être dehors plutôt que de patrouiller entre ces murs. Il ne se passe jamais rien d’intéressant ! »,dis-je en me plaignant. Ce n’était pas exactement la vérité puisqu’une fois j’étais tombé sur un poufsouffle en début d’année avec qui je m’étais glissé par infraction dans la salle de classe de divination. Ça avait été plutôt cool ! Mais depuis, c’était aussi intéressant de faire des rondes que d’observer une Scrout à pétard… « On ne voit tellement rien dans le château ! Ça doit faire deux semaines que j’ai pas rencontré la moindre souris ou un chat qui les courserait. Rien du tout. Nada. Le néant total ! » Nous tournâmes dans un autre couloir tout autant désert que le premier. Y avait vraiment pas de quoi sauter de joie. Le boulot de préfet c’était un ennui total ! Il n’y avait que deux avantages à avoir cet insigne. Le premier était qu’on avait une raison de rester plus tard dans les couloirs que les autres élèves ce qui était tout à faire parfait pour les rebelles qui, comme moi, aimaient bien s’adonner à de petites explorations nocturnes. Le deuxième avantage était que chez les gryffondors, la préfète était ma meilleure amie ce qui nous permettait de passer un peu de temps ensemble malgré son horaire surbooké. Des fois, j’avais l’impression que c’était ces rondes et les cours les seuls instants où j’arrivais à me retrouver avec mon amie. « J’ai commencé à faire quelques recherches au niveau des sortilèges de métamorphoses destinés à animer notre petite carte. C’est assez complexe ! Je ne m’attendais pas à moins, mais ça m’a laissé assez dubitatif. » ,dis-je avec mon accent traînant qui ne m’avait pas quitté depuis cinq ans. On pouvait sortir le Travellers de son camp, mais pas la shelta du Travellers. « Tu aurais du temps pour qu’on arrange quelques détails des dessins cette semaine ? » , lui demandais-je à voix basse. « Aller dans… » Je ne terminai pas ma phrase m’interrompant en entendant des voix, tout juste audibles, en provenance d’une salle de classe pas très loin. Je posai un doigt sur mes lèvres, indiquant à Tasha de rester silencieuse alors que nous nous approchions de la porte close derrière laquelle venait le bruit. L’une de ces salles vides du troisième. Celle-là même dans laquelle on nous avait torturé l’an dernier… Ce souvenir me fit perdre des couleurs, et me donna surtout envie de m’enfuir à toutes jambes. Je me retins de le faire, collant ma meilleure amie de près alors que nous nous plaçions près de la porte pour mieux entendre.

« Monsieur ! S’il-vous-plaît, arrêtez de faire du bruit ! Je risque d’avoir des ennuis ! » ,disait une voix féminine. Je fronçai les sourcils à ces mots, attendant la suite non pas sans jeter un regard interrogateur à Tasha. « ÉLÈVE HORS DES DORTOIRS ! » Il y eu un cri, puis la voix de Peeves repris : « Applaudissez Peeves ! L’esprit frappeur a encore frappé ! » Ah non ! Pas lui ! Tout s’expliquait d’un coup. L’esprit frappeur avait encore une fois frappé - sans vouloir faire de jeux de mots. Je sortis ma baguette de ma poche voyant ma meilleure amie faire la même chose, mais j’y tirai aussi une fiole remplie d’une petite poudre noire. Ne sait-on jamais, la poudre d’obscurité instantanée ça peut toujours être pratique contre les fantômes. « Un. Deux. Trois. », murmurais-je avant d’ouvrir la porte à volée pénétrant dans la classe. Je repérai rapidement la fille… Euh… La gamine pour être plus exact parce qu’elle était toute petite ! Une fois que je vis Tasha se rendre à ses côtés, je ne perdis pas de temps pour lancer ma fiole au sol. Une fumée noire très dense enveloppa toute la pièce la plongeant dans l’obscurité. « On dégage ! », lançais-je aux filles tout en rebroussant chemin vers la porte.
(c) DΛNDELION


Perrin O'Riordàn
make a wish ▬ down an unknown road to embrace my fate though that road may wander, it will lead me to you and a thousand years would be worth the wait it might take a lifetime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7869-tasha-emma-lennox-blackwood-termineehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7875-tasha-bien-s-entourer-ca-eloigne-les-problemeshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7874-fiche-de-rps-tashahttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7872-tasha-le-courrier-sera-precieusement-conservehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7873-tasha-une-urgence

Arrivé(e) le : 22/12/2015
Parchemins rédigés : 2015
Points : 12
Crédit : FLY ~ Amelia Zadro
Année : 5ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Professeur M. Burgess & Narcissa A. Breckenridge & Jayden S. Rosenbach

MessageSujet: Re: Esprit frappeur et vagabondages nocturnes [ft. Perrin et Tasha]   Dim 14 Jan - 4:03


Vagabondages nocturnes
Feat Perrin & Eliana
Il n’y avait plus un seul chuchotement dans ces couloirs plongés dans l’obscurité. Pas une seule présence mis à part la nôtre. Le château s’était endormi au même rythme que les élèves, laissant la majorité des lieux de l’école dans le silence et le désert le plus total. J’aimais cette atmosphère mais je préférais encore plus lorsqu’il se passait des choses. Hélas, en ce moment, la routine m’ennuyait cruellement.

« Je déteste les rondes.
‒ Pareil… »
Perrin me comprenait à ce propos puisque nous ressentions le même vide occasionné par notre position de préfets. Cela faisait maintenant plus de deux mois que nous portions cette insigne qui honorait notre maison mais nous avions toujours l’impression que cela nous bouffait une grosse part de notre temps. Nous ne nous voyions plus autant qu’avant et cela nous contraignait à devoir sacrifier des heures de divertissements ou d’aventures pour surveiller les autres élèves. C’était souvent le moment idéal pour que nous puissions parler mais je préférais toujours que nous nous amusions dans la Forêt Interdite plutôt que de discuter sur un air blasé en sillonnant les différents corridors. Nous croisions parfois Zach, Shaelyn, Cruz ou encore Niamh mais cela restait des rencontres assez courtes car nous étions tous pris dans notre tâche.

« Je préfèrerais largement être dehors plutôt que de patrouiller entre ces murs. Il ne se passe jamais rien d’intéressant ! » A repris Perrin tout en me montrant la vue magnifique offerte par l’une des fenêtres.
La lune éclairait à elle seule tout le parc et cette nature harmonieuse semblait nous appeler pour que nous venions à elle. C’était très tentant. On se sentait tellement libres en dehors de ces quatre murs… J’ai soupiré de lassitude tandis qu’il a poursuivi aussitôt :

« On ne voit tellement rien dans le château ! Ça doit faire deux semaines que j’ai pas rencontré la moindre souris ou un chat qui les courserait. Rien du tout. Nada. Le néant total !
‒ Je sais bien, c’est la routine… Je savais qu’être préfète ne serait pas palpitant du tout mais là, c’est aussi terrible qu’un cours d’Histoire de la magie. Des fois, j’espère presque qu’un élève de notre maison ne transforme un couloir en marécage, histoire qu’on puisse faire quelque chose d’utile plutôt que de faire trente-six allers et retours inutiles dans chaque étage. » Ai-je avouer en esquissant un triste sourire.

C’était mal de penser ainsi quand on avait un poste à responsabilité mais je n’étais pas quelqu’un qui aimais le calme et la monotonie trop longtemps. Je voulais bouger, être au cœur de l’action, découvrir des choses cool et sympathiques ! Maintenant, j’en avais moins le temps à cause de tout ça et des entraînements de Quidditch. D’ailleurs, ce sport me permettait de m’évader temporairement et de me défouler sans trop faire attention à mon statut d’élève détenant une certaine autorité.

Nous avons quitté la fenêtre des yeux pour tourner vers un autre couloir aussi désolant que le premier. J’ai retenu un bâillement tout en observant vaguement les tableaux qui somnolaient sur le mur. Eux, au moins, ils pouvaient faire ce qu’ils voulaient quand ils voulaient… Et dire que nous aurions pu être près d’une tanière de loups à cette heure-là, en train de cartographier une nouvelle zone de la forêt… C’était blasant d’y penser.

« J’ai commencé à faire quelques recherches au niveau des sortilèges de métamorphoses destinés à animer notre petite carte. C’est assez complexe ! Je ne m’attendais pas à moins, mais ça m’a laissé assez dubitatif. »

Voilà un sujet intéressant et qui me fait un peu quitter mon envie d’aller dormir. Dès qu’il s’agissait de recherches de sortilèges visant à améliorer notre carte, j’étais carrément présente ! J’ai observé mon meilleur ami avec une curiosité non-dissimulée.
« Ah ouais ? Je suis pas terrible en métamorphose, dommage. Il faudra que tu m’expliques à quoi il sert et comment le lancer. »
Et puis est venue la grande question…
« Tu aurais du temps pour qu’on arrange quelques détails des dessins cette semaine ? Aller dans… »
Aller dans… ? Je n’ai même pas pu répondre puisque des bruits venus d’ailleurs ont attiré notre attention. Je me suis immobilisée sur place, les oreilles aux aguets. Etaient-ce des voix ou plutôt des cris que j’ai perçus ? Perrin a posé son index sur ses lèvres et à vrai dire, je n’ai pas vraiment eu besoin de ce signe pour me taire. Ce n’était pas des cris normaux… On aurait dit une énorme plainte. Presque à pas de loups, nous nous sommes avancés vers la source de ce tapage : l’une des salles inutilisées de cet étage. Celle dans laquelle on avait torturé beaucoup d’élèves, l’an dernier. Un sentiment de malaise s’est pris de moi, à ce moment-là mais la présence de Perrin me rassurait. Avec beaucoup ‒ trop ‒ de prudence, nous avons continué à nous approcher de notre destination, l’un presque collé à l’autre. Je me demandais lequel de nous deux appréhendait le plus la chose et en même temps, j’étais un peu plus réveillée et excitée par cet événement que tout à l’heure. Prendre un élève en flagrant délit, ça me tentait bien et pas forcément pour le punir après. Au moins, j’aurais fait quelque chose de cette soirée.
L’oreille collée à la porte, j’ai écouté la conversation.

« Monsieur ! S’il-vous-plaît, arrêtez de faire du bruit ! Je risque d’avoir des ennuis ! » A prononcé une voix aigue et féminine qui me donnait l’impression que l’élève en question ne devait pas avoir plus de treize ans.
J’ai capté le regard interrogateur de Perrin sans dire un seul mot.

« ÉLÈVE HORS DES DORTOIRS ! »

La jeune fille a poussé un cri par la suite, avant que l’autre voix ne se mette à chantonner. Peeves… Il avait fallu qu’il trouve lui-même un élève hors de son lit et qu’il ne se mette à faire le bazar ! Franchement, c’était la poisse. Ni moi, ni Perrin ne pouvions faire quelque chose contre cet esprit frappeur de malheur. Il était bien trop indépendant et fourbe. J’ai soupiré et j’ai sorti ma baguette en même temps que mon meilleur ami. Je lui ai adressé un regard entendu alors qu’il a sorti une fiole contenant de la poudre d’obscurité instantanée du Pérou, une substance très utile pour faire diversion. Le genre d’objets que Perrin gardait toujours sur lui, au cas où. Cela nous servirait !

« Un. Deux. Trois. »

Perrin a brusquement ouvert la porte, prenant la jeune fille victime de Peeves au dépourvu, tout comme son agresseur. J’ai observé le spectre d’un air sévère même si je savais que je ne l’effrayais pas le moins du monde. Baguette tendue vers lui, je me suis précipitée vers l’élève dont la taille me laissait supposer qu’elle devait être en première ou deuxième année. La faible lumière de l’extérieur ne me permettait pas d’apercevoir que sa robe était couverte de craie mais j’ai senti que j’avais écrasé quelque chose de ce style en courant.

« Vite, viens avec nous ! »

Je l’ai prise par la main avant de l’entraîner vers la porte d’entrée. Perrin a ensuite jeté sa poudre noire dans toute la pièce afin que nous puissions échapper à Peeves.

« On dégage ! »

Sans refermer la porte derrière nous, nous avons couru. De toute façon, Peeves pouvait traverser les murs donc la fermer serait tout à fait inutile et le but était que la poudre d’obscurité instantanée obscurcisse la vue de Peeves dans le couloir s’il était assez déterminé pour vouloir nous poursuivre.
Au bout du couloir, deux chemins s’est offerts à nous. D’après mes souvenirs, celui de droite menait à un autre couloir qui possédait un tableau-raccourci menant au septième étage directement.

« Par là ! »

Toujours sans lâcher la petite élève, j’ai pris le virage en maintenant mon rythme. C’était un peu la panique dans ma tête mais je devais avouer qu’il y avait enfin un peu d’action… Bon, pas comme je l’aurais voulu, évidemment.
Lorsque j’ai commencé à m’essouffler, la voix de Peeves semblait bien lointaine. Elle s’était même estompée. J’ai ralenti ma course avant de m’arrêter devant une salle de cours. J’ai pris une profonde inspiration tout en dégageant les mèches rebelles de mes cheveux qui avaient échappé à ma queue de cheval durant mon sprint.
« On a eu chaud… Si le concierge avait débarqué…»

CRAAAC !

2 - 3 - 6 : Peeves apparaît juste derrière eux et les surprend en poussant un cri. « BLAAAAAAARG ! Alors les petits préfets débutants veulent échapper à Peeves ?! Mais Peeves veut jouer, lui aussi ! FEUUU ! » Et il leur lance à nouveau des munitions de craies qu'il avait gardées sur lui.
1 - 4 - 5 : C'était juste le bruit du bois qui travaille. Il semble que Peeves ait perdu le groupe. Perrin, Tasha & Eliana ont donc du répit. Le concierge a été alerté par les cris de Peeves mais pour le moment, aucun souci notable pour le trio.
©️ FRIMELDA



Beyond the horizon

“La vie est une aventure ou elle n'est rien.”
©️ FRIMELDA


Dernière édition par Tasha E. Lennox-Blackwood le Dim 14 Jan - 4:04, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 28/06/2011
Parchemins rédigés : 5309
Points : 159
Crédit : (c) Lily L. Potter
PETIT +

MessageSujet: Re: Esprit frappeur et vagabondages nocturnes [ft. Perrin et Tasha]   Dim 14 Jan - 4:03

Le membre 'Tasha E. Lennox-Blackwood' a effectué l'action suivante : Le Hasard


'Le Hasard' : 4
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: Esprit frappeur et vagabondages nocturnes [ft. Perrin et Tasha]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Esprit frappeur et vagabondages nocturnes [ft. Perrin et Tasha]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard, 19 ans après. :: Poudlard :: 
Le Quatrième Étage
 :: Les Vieilles Salles Inutilisées
-
Sauter vers: