AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Rencontre sur fond d'inondations (PV Milo)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Invité

Invité

CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Rencontre sur fond d'inondations (PV Milo)   Mer 22 Nov - 21:09

Rencontre sur fond d'inondation
EXORDIUM.
Je suis en retard. Oui il est l'heure de partir en cours et comme d'habitude, je m'y prends à la dernière minute en ce lundi matin. Bon, certes, il est à peine 7h30 mais j'aime bien être ponctuelle. Comment ça ça vous surprend ? Beh oui j'ai beau être un peu à l'ouest des fois je tente de m'améliorer comme quoi tout peut arriver des fois ! C'est la raison pour laquelle ce matin je fais l'impasse sur le petit déjeuner, je mangerai bien plus à midi et cela m'apprendra à écraser le réveil d'une manière bien peu ordinaire. Les cheveux peignés à la va-vite, le sac en bandoulière sur mon épaule, quelques livres sur les potions je sors du dortoir adressant un « bonjour » rapide à mes partenaires de dortoir qui affichent un sourire pour le moins goguenard.

Une fois dans les couloirs je commence à courir, je ressens le froid sous mes pieds et m'arrête un instant dans cette course effrénée pour constater que mes pieds sont nus comme d'habitude me direz-vous de toute manière je pense bien que mes camarades ont l'habitude de me voir aussi particulière voire unique en mon genre non ?

Quant aux enseignants que dire d'eux ? Le principal n'est pas forcément la présentation des élèves tant qu'ils ont leur uniforme. D'ailleurs je regarde rapidement ma tenue..  bon ça va sur ce point je suis correcte hormis peut être quelques plis. Cela m'importe peu. Je continue de courir, un vague sourire sur les lèvres bousculant quelques âmes esseulées au passage « oh pardon excuses moi » mais je poursuis sans même regarder quelle est la personne ainsi dérangée avant de percuter de plein fouet un autre... un grognement manifeste est la seule réaction que j'obtiens et la chute de mes livres complaît le tableau. Je m'accroupis, lève les yeux un peu honteuse je grommelle « pardon pardon je suis vraiment en retard, j'espère que vous n'avez pas trop mal, je dois vraiment filer ».

Au final la personne m'importe peu et mon débit de paroles est tellement rapide que je laisse guère le temps à mon interlocuteur de répondre à l'interpellation. Je continue ma cavalcade mais plus prudemment, évitant les troupeaux d'élève amoncelés ça et là « je suis pressée » et je poursuis « laissez passer » oui un courant d'air voilà ce que je deviens au fil des années à Poudlard.

Puis le deuxième étage, je ne me suis même pas rendue compte que j'y étais déjà, les couloirs commencent à être trop bondés à cette heure là alors raison pour laquelle je décide de couper par cet étage là et de rejoindre l'escalier un peu récalcitrant qui se trouve au bout du couloir. Je cours seule et je m'essouffle peu à peu jusqu'à un ploc... oui un ploc et des pieds mouillés. Dire que je m'arrête de moi-même serait mentir puisque je glisse ni plus ni moins, les ouvrages finissant dans l'eau qui commence à remplir peu à peu le passage. Eberluée je regarde où je me trouve et constate l'évidence... Mimi, dieu mais que lui arrive-t-il encore à celle là ? Je lève les mains et regarde mon uniforme trempé  « cette fois ci je vais être réellement en retard mais avant.. » oui j'ouvre la porte des toilettes et entend les gémissements pour la plus ou moins célèbre Mimi Geignarde « ooooh une vilaine élève qui va être en retard » et ça gémit ça continue de pleurer alors que les éviers débordent, les toilettes pas mieux et que les yeux de Mimi s'évertuent à accentuer ce dégât des eaux en perspective « va donc en cours » je secoue la tête à son ordre « Mimi faut vraiment que tu arrêtes de pleurer, à cause de toi le couloir du deuxième étage est inondé.. » j'entends en même temps des bruits dans le couloir, la porte ouverte et l'état de ce dernier va forcément attirer d'autres étudiants à cette heure «  les autres vont vraiment pas être contents voyons Mimi sois raisonnable pour une fois » des pleurs qui s'accentuent « mais quels autres petite écervelée je n'ai personne moi, personne qui me plaint ni me comprend, je suis cantonnée dans ces toilettes et j'ai même pas de maison à moi je suis juste la maîtresse des toilettes, je suis une bonne à rien » les pleurs redoublent en même temps que cette eau continue de couler...

Je ne sais plus vraiment quoi faire ni quoi dire à cet instant, appeler à l'aide ? User de ma persuasion pour la ramener sur terre, bon un peu maladroit cette idée surtout pour une fantôme... aller chercher le Directeur ? Oui c'est peut être une bonne idée cela au final.

Je commence à reculer « allez Mimi ça va aller d'accord je vais chercher quelqu'un avec qui tu pourras parler tu veux ? » je poursuis en marche arrière jusqu'à percuter quelqu'un de plein fouet provoquant un petit cri de surprise, d'effroi même, je ne m'attendais pas du tout à avoir quelqu'un qui m'écoute, je me retourne jusqu'à le voir Milo « oh Milo ça va ? » je passe ma main dans les cheveux désormais trempés, la tenue collante ; par dessus son épaule je vois encore les livres éparpillés au milieu de l'eau et je me mordille la lèvre...
Revenir en haut Aller en bas

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6244-archibald-milo-de-baskerville-je-t-aime-bien-mais-en-cas-de-danger-je-te-sacrifie-directhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6295-archibald-milo-de-baskerville-le-titre-qui-tuehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6331-tybalt-se-chargera-de-m-apporter-votre-courrierhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6332-express-tybalt-se-chargera-de-m-apporter-votre-courrier

Arrivé(e) le : 05/01/2012
Parchemins rédigés : 6019
Points : 9
Crédit : Thomas Brodie-Sangster crédit : Sarah ♥
Année : 6ème année (17 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Brooklyn ♥ Anoushka ♥ Naïa ♥ Blake

MessageSujet: Re: Rencontre sur fond d'inondations (PV Milo)   Sam 25 Nov - 12:23


❝ Rencontre sur fond d'inondations ❞Faith & Milo
Le réveil sonne, je l'entends au loin. Je sens bouger à mes côtés, légèrement. Morphée nous abandonne, nous laissant à notre triste sort, ne revenant nous visiter que ce soir. Pourtant aucun de nous deux n'aspire vraiment à se lever, on remue un peu, mais sans plus de motivation. Je me contente pour ma part de me retourner et d'enfouir mon visage dans son cou pour ne plus être dérangé par la lumière assassine. Je sens ses doigts se glisser dans mes cheveux pour d'agréable caresses. C'est certainement le meilleur moment de la journée, quand, encore endormi, on se réveille en douceur aux côtés de l'autre. Pas de pression, la réalité n'a pas encore de prise sur nos consciences, encore ensommeillées. Oui, c'est définitivement le meilleur moment de la journée. Mais comme toutes bonnes choses, ça a une fin, bien trop rapide à mon goût, mais nécessaire si on ne veut pas finir par se mettre en retard. Surtout que j'ai potions les deux premières heures et que je n'ai aucune envie de me faire engueuler dès le début de la semaine. On ne va pas se mentir, mon professeur de potions me fait peur, alors moins je me fais remarquer et mieux je me porte. Je me demande encore parfois pourquoi j'ai choisi de garder cette matière. Je sais que c'est important pour mon avenir si je veux partir en herboristerie, mais ça ne me servira pas à grand chose si je pars en politique, par exemple. Il va vraiment falloir que je me penche sur mon avenir, parce que c'est bien beau d'essayer d'aider Dan à trouver ce qu'il veut, mais ça serait une bonne chose que je penche aussi sur la question. Alors certes, j'ai encore un an après cette année à Poudlard et lui non, mais quand même, ça ne me ferait pas de mal de savoir vers quoi je me dirige. Ma psy m'a dit que ça pourrait me faire du bien d'avoir un objectif à long terme, que ça me changera les idées. Je pense qu'elle n'a pas tort, on ne peut pas vraiment dire qu'actuellement je m'imagine avoir un avenir radieux, voir un avenir du tout. Ils parlent tous de potentielles nouvelles attaques, moi ça joue sur mes nerfs, autant être honnête. Je ne veux pas d'une nouvelle guerre, je ne suis pas prêt à ça. Je veux oublier, aller de l'avant et surtout, essayer de me pardonner. Et c'est déjà pas gagné, si on me met de nouveau la pression, je n'y parviendrais jamais.

Mais j'essaye de ne pas penser à ça, je sais qu'en dehors de me faire un ulcère, je ne parviendrais pas à grand chose. J'en parle avec ma psy et c'est déjà un bon début. Je ne sais pas comment le vivent les autres et j'ai peur qu'en parlant de ce que je crains, j'ouvre des plaies avec eux et je ne le veux pas. S'ils arrivent à se reconstruire, c'est une bonne chose, un jour j'y arriverais aussi. En attendant, j'ai fini par me lever, contraint et forcé, pour rejoindre la douche. Je n'ai pas très faim, alors j'ai décidé de sauter le petit déjeuner. Je sais que ce n'est pas bien, mais j'ai un peu l'estomac noué. Ca ira mieux à midi, j'en suis sûr. Je me change et j'abandonne Dan quelques heures. Nous nous retrouvons pour manger, en attendant, je vais me diriger tranquillement en cours. C'est un peu la cohue à cette heure-ci. C'est infernal, c'est toujours la même chose. Je décide de couper par le 2ème étage pour aller plus vite, les gens ne se décalent pas quand on veut passer, c'est vraiment agaçant. Tout le monde se pousse, se marche dessus, c'est définitivement pas ce que j'apprécie dans cette école, parfois mes cours à domicile me manquent, c'est pour dire. Au deuxième étage, je vois de l'eau sur le sol et ... des livres ? Qu'est-ce qu'il s'est passé ? Je me retrouve rapidement devant les toilettes des filles. Ce n'est pas une situation anodine de voir une inondation dans le coin, Mimi adore faire des siennes pour se faire remarquer. Je n'ai jamais vu un fantôme aussi chiant. Mais c'est la première fois que je vois des livres au sol. Je sais que les garçons ne sont pas vraiment autorisés à aller dans les toilettes des filles, mais j'y vais en tant que préfet et pas en tant que voyeur. Tous les robinets sont ouverts et une silhouette blonde est dos à moi, en train de parler à Mimi. Pas besoin qu'elle se retourne pour reconnaître la dégaine de ma cousine. J'avance de quelques pas et au moment où j'allais tapoter son épaule, elle recule et me fonce dedans. Parfait ! Merci Faith ! "Ce sont tes livres là bas ?!" Lui demandais-je sans détour. Si c'est le cas, elle aurait pu peut-être prendre la peine de les ramasser, maintenant ils vont être tout tremper. Alors certes, un coup de baguette magique et ils seront tout sec mais quand même, un peu de respect pour ses affaires. Je baisse mon regard vers ses pieds. J'ignore pourquoi j'ai fait ça, peut-être par réflexe, parce que je la connais par coeur ma cousine et que je savais que j'avais une chance sur deux de la trouver sans chaussure. "Où sont tes chaussures ? Tu sais que tu ne peux pas aller en cours sans tes chaussures ? On en a déjà parlé Faith, on n'est plus à la maison, il faut que tu portes tes chaussures quand tu es ici !" Mais qu'est-ce que j'ai fait pour mériter une famille pareille ? A croire qu'avec Acacia, on est les seuls normaux. Entre Abel et John qui étaient de vrais démons et Faith qui vagabonde gaiement dans tous Poudlard sans chaussure et la tête dans les nuages, paye la réputation de la famille derrière.


©️ 2981 12289 0



Archibald Milo de Baskerville
“Pour qu'un amour soit inoubliable, il faut que les hasards s'y rejoignent dès le premier instant.” Kundera Milan ♦ by dream's
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

Invité

CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: Rencontre sur fond d'inondations (PV Milo)   Mar 28 Nov - 22:09

Rencontre sur fond d'inondation
EXORDIUM.
Les toilettes de Mimi Geignarde inondées, cela peut sonner comme une habitude pour la plupart des écoliers de Poudlard mais pas pour moi. Rien n'est normal ou du moins toute situation dramatique n'est jamais irrémédiable, il y a toujours une solution logique à un problème. C'est bien pour cela que je me suis attardée quelques minutes pour échanger avec Mimi. De toute manière, vu où j'en suis, la manière dont je suis habillée et chaussée cela ne va pas aider si l'on vient à me surprendre. Je reste moi-même jusqu'au bout des attitudes n'en déplaise à ceux de ma famille ou mes enseignants, à force ils me connaissent non ? Du moins je l'espère ou pas, de toute manière, personne ne me changera ou du moins celui qui le tentera, échouera, lamentablement.

Par contre, à cet instant précis, s'il y a bien une personne à laquelle je ne m'attendais pas c'est bien à Milo ; et bon ai-je besoin de rappeler qu'il est préfet ? Ai-je besoin de rappeler qu'il est mon cousin ? Ai-je besoin de rappeler à voir son regard et à entendre ses paroles pour le moins sèche qu'il est dépité de ma situation actuelle ? Non je ne crois pas.

« Milo ne me dis pas qu'au travers de tes paroles j'entends non plus le cousin mais le Préfet tu n'oserais pas user de ton titre non ? » dis-je boudeuse, juste l'espace d'un instant. Je le regarde alors que j'entends pouffer derrière moi « oh oh les cousins qui se chamaillent, mais ça va être marrant cette scène ». Un petit regard en arrière de ma part pour vérifier que Mimi se soit calmée et je fais un clin d'oeil au garçon qui me fait face « Et personnellement moi je n'aurai pas les chaussures mouillées au contraire de toi je crois non ? ».

Je m'amuse un peu avec lui et je reste moi-même nullement décontenancée par son rappel à l'ordre. Il m'en faut bien plus pour cela. Mais mon cousin ici présent semble avoir oublié quelque chose de primordial en ma personne alors que je le contourne, le frôlant juste et glissant dans son dos c'est que je suis un poil rancunière. J'entends sa moquerie dans ses remarques ou du moins une certaine honte de ce que je suis « Aurais-tu honte de ce que je suis Milo ? Tu as réellement oublié tout ce que j'ai fait pour toi par le passé ? » ; la franchise pour retourner la situation et reprendre pied tant que je peux alors que je m'éloigne pour ramasser les livres non sans avoir donné un petit coup de baguette pour les sécher. Une fois cela fait je m'adosse au mur des toilettes regardant Mimi « Ah Mimi, toi aussi tu as connu la honte des tiens, des autres, de tes camarades de dortoir » oui je suis colère peu à peu  « oh petite écervelée mais que veux tu me faire dire ? Le jeune homme là s'est moqué de toi ? Tu vas finir comme moi à pleurer dans les toilettes pour le restant des tes jouuuurrs » dit-elle en s'envolant un peu plus haut, s'enfermant dans les toilettes pour finir sans un bruit pour l'instant.

Souriante, sans un bruit hormis les petites éclaboussures à chaque pas qui me rapproche de Milo je mets la main sur son épaule « Allons Milo quand est ce que tu me considéreras comme normale ? Je ne suis rien d'autre qu'une jeune femme qui cherche à devenir quelqu'un elle aussi à sa manière ? As tu vraiment honte de moi à ce point là pour être aussi cassant sérieusement ? » dis-je en finissant par lui faire face ma main toujours sur son épaule.

Les yeux pétillants d'envie, d'espoir, j'entends toujours ce petit rire de Mimi qui semble prendre un malin plaisir à épier notre conversation...
Revenir en haut Aller en bas

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6244-archibald-milo-de-baskerville-je-t-aime-bien-mais-en-cas-de-danger-je-te-sacrifie-directhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6295-archibald-milo-de-baskerville-le-titre-qui-tuehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6331-tybalt-se-chargera-de-m-apporter-votre-courrierhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6332-express-tybalt-se-chargera-de-m-apporter-votre-courrier

Arrivé(e) le : 05/01/2012
Parchemins rédigés : 6019
Points : 9
Crédit : Thomas Brodie-Sangster crédit : Sarah ♥
Année : 6ème année (17 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Brooklyn ♥ Anoushka ♥ Naïa ♥ Blake

MessageSujet: Re: Rencontre sur fond d'inondations (PV Milo)   Ven 1 Déc - 15:44


❝ Rencontre sur fond d'inondations ❞Faith & Milo
Non mais qu’est-ce qu’il ne faut pas entendre. Maintenant elle va tenter de se servir de notre lien de parenté pour obtenir ce qu’elle veut, c’est à dire éviter la punition. Non mais je vous jure, c’est quoi cette famille ? Ils n’ont définitivement aucun respect pour ce que je fais ou ce que je suis. A croire que parce que je suis leur cousin ou leur frère, ils ont des passes droit d’avance. Sauf que c’est mal me connaître, les règles sont simples, il faut les respecter, sinon tu te fais punir. c’est quand même pas compliqué à comprendre, si ? "Et toi tu n’oserais pas user de ton lien de parenté avec moi pour obtenir un sauf-conduit ?" On ne me la fait pas avec moi. Je ne dis pas que je ne me suis pas fait déjà avoir par le passé, l’an dernière j’ai eu tendance à être beaucoup plus clément, au début parce que je ne savais pas trop ce que j’avais le droit de faire ou non et parce que je ne voulais pas devenir l’ennemi public numéro 1 et ensuite parce que la situation à Poudlard était déjà tellement horrible que je ne me voyais pas en rajouter une couche en punissant les fraudeurs. Mais cette année, il n’y a plus de raison d’être clément et le fait que Faith soit de ma famille ne doit pas rentrer en ligne de compte. Elle connaît les règles, elle sait ce qu’elle a le droit de faire ou de ne pas faire, elle n’a pas à passer au dessus parce que Madame l’a décidé et que Madame est étrange donc ça devrait passer. Je pense qu’il faut qu’elle grandisse et qu’elle mûrisse un peu, elle ne pourra pas continuer comme ça éternellement. On lui pardonnait parce qu’elle était jeune et que c’était un peu spécial chez nous mais maintenant qu’on vit plus souvent à Poudlard qu’en Angleterre, elle peut faire des efforts d’adaptation.

J’en aurais presque oublié Mimi dans toute cette histoire. Trop occupé à enguirlander ma cousine, j’avais oublié la raison de ma présence ici. Mimi et ses jérémiades. Je suis autant agacé que peiné par elle. C’est vrai, même si elle est chiante, dites vous qu’elle restera éternellement comme ça, coincée dans un corps spectral, à se remémorer le passé, sans pouvoir avancer. L’angoisse. Moqueuse, lourde, pleurnicheuse et visiblement pas très jolie, cette pauvre fille n’avait pas grand chose pour elle de son vivant. Mais je la plains sincèrement d’être morte de cette façon. Etre au mauvais endroit, au mauvais moment … beaucoup d’élèves ont connu ça récemment et rien que d’y penser, ça me donne la nausée. "A l’instar de tes livres …" Si elle croit m’avoir ou m’amadouer, elle se plante totalement. Je ne vais pas plier, hors de question. Oui j’ai les chaussures mouillées, mais ce n’est qu’un détail, auquel je remédierais en sortant d’ici. Ca ne change pas le problème qu’elle ne porte pas de chaussures de son côté. Elle m’énerve. Maintenant elle veut jouer sur la culpabilité. Ah ben bravo la famille, c’est du beau. En fait, le plus dur dans mon rôle, ce n’est pas de faire la discipline avec les autres élèves, mais avec ma propre famille, parce qu’ils ne me prennent pas au sérieux et pensent qu’en rappelant ce qu’on a vécu, ça allait leur servir. Je me braque, en colère. J’aime pas du tout ça, va falloir qu’elle arrête assez rapidement parce que si elle veut jouer à ça, on peut y jouer à deux. "Si tu crois que c’est en jouant sur la corde sensible que tu vas t’en sortir, tu te fourres le doigt dans l’oeil. Ca n’a rien à voir avec de la honte, c’est juste de la bienséance. On ne se promène pas pied nu dans le château et on ne va pas en cours comme ça. Et qu’on soit de la même famille ou qu’on est pu vivre des choses particulières ensemble n’y change strictement rien. Il y a un règlement, des règles de vie à suivre et elles s’appliquent à tous, même aux filles étranges comme toi ! " Bon, je suis peut-être allé un peu fort en disant tout haut ce que je pense tout bas.

Fille étrange, je sais que ce n’est pas sympa de la décrire comme ça mais c’est vrai, Faith est étrange. Et elle ne fait rien pour arranger son cas en plus. La voilà qui s’en va ramasser ses livres, pendant que je m’attelle à fermer les robinets pour arrêter l’inondation. Elles me fatiguent toutes les deux, il n’y en a pas une pour rattraper l’autre. Et maintenant Faith prend à parti Mimi, jouant ses petites victimes, tout en taquinant Mimi. Et cette dernière finit par disparaître dans les toilettes. "T’es contente ?" Lui dis-je plein de reproches. Bon au moins je suis débarrassé d’un boulet, il me manque le deuxième. Et Faith n’a pas l’air de s’avouer vaincue. Elle se rapproche de moi pour poser sa main sur mon épaule. Qu’est-ce qu’elle me veut encore ? La voilà qui reparle encore de la honte que je ressentirais en pensant à elle. Il faut vraiment qu’elle arrête. Bon, je ne dis pas, on ne va pas dire que je suis méga fière de ma cousine, elle est étrange et parfois, ça me dérange ce qu’elle fait en public. Je suis quelqu’un de discret et j’aime pas la façon dont elle s’affiche, sans même y faire attention. Mais bon ça ne signifie pas pour autant que j’affiche vraiment ce que je pense aux yeux de tous. "Quand tu le seras ? Tu ne peux pas prétendre être normale alors que tu passes ton temps à parler toute seule ou à des êtres qui n’existent pas, à marcher pieds nus tout le temps et à être si …. toi !" Toi signifie bizarre, soyons bien d’accord. Mais je n’ai pas envie de me prendre la tête avec ma cousine ou à la blesser, mais je ne vais pas mentir non plus, si ? Elle est bizarre, c’est quand même pas de ma faute, si ? "Et je n’ai pas honte …. c’est juste que j’aimerai que tu sois moins … toi par moment !" oui je m’acharne avec le “toi” qui voulait tout dire selon moi.

©️ 2981 12289 0



Archibald Milo de Baskerville
“Pour qu'un amour soit inoubliable, il faut que les hasards s'y rejoignent dès le premier instant.” Kundera Milan ♦ by dream's
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

Invité

CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: Rencontre sur fond d'inondations (PV Milo)   Sam 2 Déc - 22:18

Rencontre sur fond d'inondation
EXORDIUM.

A la base, j'allais en cours, certes pas vêtue ni habillée correctement j'en conçois mais cette nouvelle crise de Mimi m'a peut-être sauvée d'un rappel à l'ordre fort utile. Car pour sûr que je sais que c'est interdit d'arriver ainsi mais c'est également interdit d'arriver en retard non ? Tel est mon problème tête en l'air pour se lever mais tête en l'air aussi pour des choses évidentes telles que les chaussures. Puis parce que je suis naturellement douce et inquiète pour les autres, y compris pour les fantômes il a fallu que je glisse sur cette eau, m'étalant par terre, me retrouvant mouillée, les livres abîmés. Je devrais m'en retrouver contrite même présenter mes excuses à celui qui me rappelle ouvertement ce que je dois faire et ne pas faire. Mais ça c'est bien mal me connaître au final. Je reste de marbre, te provoquant un petit peu, osant te taquiner et évoquer ce lien de parenté et ce que j'ai pu faire pour toi par le passé.

Je remarque bien que ma répartie ne te touche nullement et je soupire, de fatigue, de déception. J'aimerais bien ne plus être comme ça, mais je ne veux pas mentir sur ce que je suis, ma personne. Après tout si je suis là où je suis aujourd'hui ce n'est pas pour rien c'est après force de travail et de persévérance seule toujours seule avec mes idées loufoques et mon travail acharné mais t'en rends tu seulement compte ? Non car oui je sens au fond de toi que tu ne m'aimes pas, que tu es fatigué de mon attitude et je suis blessée. Mais une fois de plus je ne te le montre pas j'intériorise alors que mon cœur se serre.

Tu ne vois pas mes dents qui se plantent dans ma lèvre pour lutter contre les larmes qui perlent à mes yeux comme pour tenter d'extérioriser cette blessure qui se fait de plus en plus béante au fur et à mesure de ces rencontres.

Je t'entends fermer les robinets ; je suis tellement tête en l'air que je n'ai pas pensé à les fermer. Alors que je sèche rapidement les livres je me rapproche de toi et je te touche, te frôle tentant de poursuivre dans cette séduction ou du moins cette tentative de faire ressortir en toi la fibre familiale mais que suis-je stupide, jusqu'au bout car tu es fermé totalement à ma prière celle de simplement avoir un mot doux de son cousin, faire appel à un semblant de condescendance... je suis trop nature, trop moi au final et tu le soulignes à travers tes paroles.

Mon sourire qui m'habitait il y a encore quelques secondes alors que je ramène ma main sur mon côté sans te quitter du regard. Tu veux que je sois une autre personne mais je ne le peux pas, je ne peux pas trahir d'où je viens et ce que je veux devenir, je ne veux pas simplement. L'entends tu ? Le comprends tu ? Je secoue la tête je vais pour te répondre alors qu'une voix se fait entendre criarde derrière la porte des toilettes ou Mimi s'est réfugiée  « Hé jeune écervelée ne l'écoutes pas, les mecs ils ont toujours ça à la bouche, être parfaite tout ça, toute façon personne m'aimait moi avant que je meure donc bon... » nouveaux pleurs bruyants derrière la porte « Sois toi-même, moi c'est ça aussi qui m'a tuée, l'écoutes pas » un plouf qui signe comme le départ de Mimi dans les toilettes nous laissant seuls cette fois-ci.

Je ne réponds pas je maintiens cet échange par le regard, nulle réaction, juste une rencontre un soupir alors qu'une larme glisse au moment où nul sanglot ne sort de ma gorge. Je suis moi-même je te regarde dans les yeux et je veux que tu vois cette blessure béante que tu crées quand tu es ainsi un préfet pas un cousin, un camarade de classe pas un garçon avec qui j'ai passé toute mon enfance, tu es personne...


Je secoue la tête « Elle a raison... je ne changerai pas pour te faire plaisir que tu le veuilles ou non, mais ne t'étonnes pas si le jour où tu as besoin de moi tu trouves porte close, ce jour là tu réfléchiras à la peine que tu as pu me faire en me repoussant ainsi et oubliant celui que tu es au fond de toi-même »... je te contourne et marque un temps d'arrêt alors qu'un plop se fait entendre dans les toilettes « Tu le sais pourtant Milo que je t'aime comme mon frère, on a pas été gâté l'un et l'autre sur ce point, pourquoi me rejettes tu? Pourquoi tu me fais ça ? » ; je ne peux pas quitter ces toilettes avant que l'on est parlé profondément de ce qui nous lie, de ces blessures que l'on a eus ensemble, pourquoi me rejettes-tu et veux tu me changer ? Je suis toujours la même, la petite fille fofolle, celle qui parle trop, celle qui oublie de mettre ses chaussures le matin, celle qui au final je suis sûre au fond de toi te fait rire... je me trompe ?

Revenir en haut Aller en bas

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6244-archibald-milo-de-baskerville-je-t-aime-bien-mais-en-cas-de-danger-je-te-sacrifie-directhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6295-archibald-milo-de-baskerville-le-titre-qui-tuehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6331-tybalt-se-chargera-de-m-apporter-votre-courrierhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6332-express-tybalt-se-chargera-de-m-apporter-votre-courrier

Arrivé(e) le : 05/01/2012
Parchemins rédigés : 6019
Points : 9
Crédit : Thomas Brodie-Sangster crédit : Sarah ♥
Année : 6ème année (17 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Brooklyn ♥ Anoushka ♥ Naïa ♥ Blake

MessageSujet: Re: Rencontre sur fond d'inondations (PV Milo)   Mar 12 Déc - 13:08


❝ Rencontre sur fond d'inondations ❞Faith & Milo
Je sais que je ne suis pas très sympa sur ce coup, que je devrais peut-être lâcher du mou ou au moins dire les choses avec moins de brusquerie. On a vécu beaucoup de choses tous les deux, je devrais être celui qui la protège et prend soin d’elle, au lieu d’être celui qui la montre du doigt et lui jette des pierres. Mais si je ne le fais pas, qui le fera ? Et il vaut mieux que ça vienne de moi que des autres. C’est vrai, peut-être que je ne suis pas très délicat, mais au moins je la prépare à ce qu’elle risque d’entendre par les autres, de façon certainement moins sympathique encore. J’ai presque envie de croire que c’est un mal pour un bien. Peut-être que c’est moi qui me voile la face dans l’histoire et que je tente de me donner bonne conscience. Je ne sais pas. Je ne la déteste pas. Elle peut bien croire le contraire, je sais que je ne la déteste pas. Mais on ne peut pas dire que j’ai pas du mal avec ma famille ces derniers temps. Et peut-être que sans le vouloir, j’essaie de mettre de la distance entre eux et moi. Pourquoi ? Je n’en sais rien. J’ai l’impression que quand grand-mère sera morte, je n’aurais plus de raison de garder contact avec eux. C’est horrible de se dire ça et pourtant, au fond de moi, je crois que je le pense. Pourtant j’aime ma famille, mais elle m’a fait trop souffrir, j’ai pas envie de leur donner de seconde chance. Pourtant c’est stupide, parce qu’au fond de moi, je ne vois pas ma vie sans Acacia ou Dax, par exemple et même si nous sommes très différents, je n’imagine pas ma vie sans Faith non plus. Et peut-être qu’au fond, même si en ce moment c’est trop compliqué pour moi, je ne déteste pas autant que je le voudrais mes parents ou Abel. Mais c’est trop dur, j’ai déjà du mal à gérer ma propre culpabilité, je ne peux pas affronter de front mes problèmes personnels et ma famille. L’an dernier, j’ai fait des choses dont je ne suis pas encore prêt à assumer, il va déjà falloir que je me pardonne moi avant de pouvoir leur pardonner à eux. Mais tout ça, Faith l’ignore. Elle sait que tout ce qu’on a vécu avec les Mangemorts m’a changé et que je suis malheureux, mais j’ai l’impression qu’elle ne se rend pas compte de la réelle impact que tout ça à sur ma vie. J’ai eu envie de me suicider plusieurs fois, moi un fervent croyant. J’ai eu envie de fuir ou de me mutiler, pour faire partir cette douleur qui me ronge de l’intérieur. Mais eux ne voit qu’un gamin un peu perturbé, qui s’en remettra.

Je ne dis pas que je suis le seul à souffrir. Abel a dû me torturer pour me sauver et même si je n’arrive pas à lui pardonner, j’ai pris conscience qu’il n’avait pas le choix. Le pardon viendra plus tard, dans un second temps. Je sais qu’Acacia fait encore des cauchemars la nuit à cause de l’an dernier, alors qu’elle n’a participé à aucune révolte, mais vivre au milieu de tout ça marque forcément. Et je ne doute pas un instant que Faith a ses propres blessures. Mais je ne peux pas m’occuper d’eux, ce n’est pas à moi de le faire. C’est égoïste, mais c’est comme ça. Alors oui, peut-être que je suis vache en ce moment et que je mets trop de distance entre elle et moi, mais c’est la seule façon que j’ai trouvé pour rester debout. Je ne veux pas admettre qu’elle est très bien comme elle est et que si elle s’assume en fille bizarre, grand bien lui en fasse, je la soutiendrai quoi qu’il arrive. Non pas que je ne veux pas la soutenir, mais je ne suis pas prêt. Je veux me faire oublier, je ne veux pas qu’on parle de nous, je ne veux pas à avoir à me battre pour elle. Je veux juste être normal, dans le moule, sans faire de vague. Pourtant c’est débile parce que je n’hésiterais pas un instant à me battre pour Dan si je le devais … Est-ce que je suis un monstre ? Je me rends bien compte que je ferais n’importe quoi pour Dan mais que j’ai mes limites pour ma propre famille. Mais je me rends compte aussi que je ne pourrais jamais perdre ma famille, parce que le lien du sang existera toujours, quoi qu’il arrive, alors qu’il n’en est pas de même pour Dan. Aujourd’hui, on est ensemble mais personne ne pourra m’assurer que notre histoire durera. Alors oui, peut-être que je priorise parce que je sais qu’au fond, je ne pourrais jamais perdre ma cousine. Mais ça, pourrait-elle le comprendre si je tentais de le lui expliquer ? Je m’attelle à fermer les robinets, reprochant encore et toujours à ma cousine d’être “elle” comme si c’était un défaut. Mimi n’étant jamais loin, encourage ma cousine dans sa détermination à rester elle-même, prétextant qu’on lui a toujours reproché la même chose et que ça lui a causé sa mort. "Ce qui t’as tué c’est un basilic !" Dis-je d’un ton buté. Evidemment que je comprenais ce qu’elle lui disait.Que si on ne s’était pas moqué d’elle, elle n’aurait pas été dans les toilettes à ce moment là et qu’elle n’aurait pas croisé ce basilic. Mais bon, là il y avait trop de drama pour moi et ce n’est pas peu dire.

Je n’aime pas voir ma cousine triste, surtout si c’est à cause de moi. Mais je ne vais pas m’excuser parce qu’elle pleure alors qu’elle n’en fait toujours qu’à sa tête. Je veux bien croire que je ne suis pas toujours sympa mais mince, il y a des règles à respecter, ça fait 6 ans qu’on est ici, ça serait peut-être le moment de les respecter. Elle n’est plus une gamine, on ne va plus lui passer ses caprices ou être compréhensifs. Elle reprend la parole, me disant qu’elle n’allait pas changer pour moi et que le jour où j’aurai besoin d’elle, je trouverais porte close. Sympa la famille, au moins je ne pourrais pas prétendre qu’elle ne m’a pas prévenu. Mais qu’est-ce qu’elle veut que je lui dise ? Je ne vais pas m’excuser parce qu’elle est en tort et c’est bien beau son discours, mais elle oublie une chose "A t’écouter, j’ai l’impression que je suis en train de te poignarder. On va commencer à remettre les choses dans leur contexte. Tu vas en cours les pieds nus et je suis préfet, alors oui c’est de mon devoir de te signaler que tu es en infraction. Et c’est bien gentil de me faire un beau discours sur le fait que je veux que tu changes et tout le blabla, mais tu vas peut-être prétendre que tu ne fais pas la même chose ? On sait tous les deux que je suis très à cheval sur les règles à suivre, me demander de fermer les yeux sur ce que tu fais, c’est me demander d’être une autre personne. Alors j’ai bien l’impression qu’on fait tous les deux la même chose ..." Je commence un peu à en avoir marre d’essuyer constamment les reproches parce que je n’accède pas constamment à leurs requêtes. Je la fixe quelques instants. "Et arrêtes de dire que je te rejettes, c’est n’importe quoi ..." Peut-être pas mais qu’importe...

©️ 2981 12289 0



Archibald Milo de Baskerville
“Pour qu'un amour soit inoubliable, il faut que les hasards s'y rejoignent dès le premier instant.” Kundera Milan ♦ by dream's
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

Invité

CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: Rencontre sur fond d'inondations (PV Milo)   Ven 15 Déc - 21:43

Rencontre sur fond d'inondation
EXORDIUM.
A la base, je partais en cours, certes en retard mais, fermement décidée de commencer ma journée dans la normalité, pour une fois. Mais, comme d'habitude mon esprit aventureux, quelque peu particulier s'est fait happé par Mimi. Au final, si je réfléchis bien c'est peut être un mal pour un bien non ? Car c'est un fait, les mots de Milo trouvent une oreille attentive et raisonnable en moi. Enfin. Mais, je n'ai cesse de penser que je ne souhaite pas changer, que je souhaite rester cette jeune fille un peu folle, gourde quelques fois aussi. C'est ainsi que l'on me connaît, ainsi que certains à Poudlard m'aiment voire m'apprécie et ainsi que je me reconnais simplement.

Il m'a attristée. Un instant, des larmes ont coulé mais je me ressaisis, un petit peu. Il reste froid, impartial. Son rôle de préfet lui colle bien au corps et au caractère après tout. Cette rencontre est elle l'augure d'un changement ? Probablement mais est ce qu'il m'aidera seulement à devenir celle qu'il souhaite que je sois ? Je commence à faire les 100 pas alors qu'un nouveau blop se fait entendre dans les toilettes témoin d'un peut être retour de Mimi. Je ne veux plus la voir, j'ai besoin de m'entretenir avec Milo. J'aurais aimé qu'il éprouve de la reconnaissance en ma personne mais au gré de l'échange c'est l'inverse qui se produit.

Alors qu'il a fini de s'exprimer je cesse mes allers retours et je me retourne face à lui, avec un visage où les larmes ont cessé de couler mais où le sourire a également disparu  « Très bien » ; deux mots alors que je ne bouge plus. Je suis à distance raisonnable. Je secoue la tête, un frisson s'empare de mon être. Voilà que je vais tomber malade à cause de l'humidité « Tu as raison, je ne respecte aucune règle, il est temps que cela cesse » levant la main l'empêchant de reprendre la parole « Et nul besoin de me les réciter je les connais par cœur ».

Mais je ne manque de penser qu'il va poursuivre dans ce rejet ; ses paroles sont suffisamment glaciales y compris dans ce dédain présent dans la dernière phrase « Je ne te demanderai plus rien, plus de condescendance, plus d'aide ; tu sais où j'habite, tu sais dans quelle maison je suis, tu sais à quelle place je m'assieds, tu sais tout de moi si tu veux venir me parler, tu trouveras toujours une oreille attentive ».

Je commence à avancer vers la sortie et m'arrête juste à son niveau ne le quittant pas du regard « Tu veux que je fasse partie des meubles, des moutons de Poudlard ; à suivre les enseignements diligentés je le ferai puisque ce n'est que ainsi que j'obtiendrai un semblant d'approbation de ta part Monsieur le Préfet ».

L'amertume se ressent dans ma voix, la rancoeur aussi profonde mais je la dissimule sous ces paroles froides que je lui assène. Peu de personnes m'ont vue ainsi. En tout cas, face à lui, sa froideur, je me rends compte que nous ne sommes pas cousins pour rien. Puis je le questionne comme demandant une autorisation qu'il ne va peut être pas me délivrer « Puis-je retourner chercher des habits propres ainsi que des chaussures ? »

Il n'a pas le temps de répondre que le Blop se fait entendre de nouveau concomitamment du retour de Mimi devant Milo. Elle le regarde furieuse avant de se remettre à pleurer à chaudes larmes le mouillant complètement. « Mimi arrêtes ! » j'hurle pour tenter de la maîtriser, sans succès. Soupirant je me rapproche de ce cousin si honteux de ma personne. Le prenant par la taille je l'embarque rapidement dans le couloir fermant la porte des toilettes alors que nous sommes tous deux trempés jusqu'aux os.

Secouant la tête je le regarde «  Désolée » un seul mot pour couvrir tellement d'autres... mais le percevra-t-il ? J'en sais fichtrement rien.
Revenir en haut Aller en bas

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6244-archibald-milo-de-baskerville-je-t-aime-bien-mais-en-cas-de-danger-je-te-sacrifie-directhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6295-archibald-milo-de-baskerville-le-titre-qui-tuehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6331-tybalt-se-chargera-de-m-apporter-votre-courrierhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6332-express-tybalt-se-chargera-de-m-apporter-votre-courrier

Arrivé(e) le : 05/01/2012
Parchemins rédigés : 6019
Points : 9
Crédit : Thomas Brodie-Sangster crédit : Sarah ♥
Année : 6ème année (17 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Brooklyn ♥ Anoushka ♥ Naïa ♥ Blake

MessageSujet: Re: Rencontre sur fond d'inondations (PV Milo)   Sam 6 Jan - 13:31


❝ Rencontre sur fond d'inondations ❞Faith & Milo
Ce qui devait arriver arriva, nous voilà face au mur avec comme seule possibilité la fuite et la rancoeur. Je l'ai cherché, j'en suis bien conscient mais il m'est bien difficile de maitriser mon mauvais caractère quand je suis lancé. Je me rends souvent compte que je blesse les gens en parlant un peu trop franchement et froidement, mais il faut que je le fasse, c'est plus fort que moi, surtout quand il s'agit de quelqu'un auquel je tiens. J'aurais pu me montrer plus conciliant ou plus sympathique. J'aurais pu lui expliquer les choses autrement ou me montrer plus laxiste, mais je ne l'ai pas fait et pour être honnête, je ne le regrette pas vraiment. Comme je l'ai dit, je pense à elle et à son bien être et je pense sincèrement qu'elle n'est pas prête à rentrer dans notre société avec ce tempérament. Alors je souhaite la protéger, d'une façon ou d'une autre et vu que je sais pertinemment que je ne mettrais pas souvent les pieds dans notre "monde", je tente de l'armer au mieux pour se débrouiller toute seule. J'ignore si elle souhaite continuer à graviter dans l'aristocratie, mais je sais que moi, à l'instar de Dax, je vais y faire une croix dessus. Et cela n'a rien à voir avec le fait que j'aime un garçon, parce que j'estime que mon affection pour Dan n'a pas à avoir une quelconque influence dans cette histoire. Mais je ne me sens pas à ma place là bas. Je n'aime pas leur attitude et les faux semblants. Et puis j'ai envie de réussir par moi-même. C'est un peu bête mais j'ai envie, à la fin de ma vie, de me dire que si j'en suis arrivé là où j'en suis, c'est uniquement grâce à moi. J'aspire à de grandes choses, c'est un fait et je ne doute pas que l'influence de ma famille et son argent pourraient m'y aider, mais en quoi aurais-je mérité ma place ? Je ne veux être redevable à personne, j'ai bien trop d'égo pour ça. Alors oui, je vais peut-être ramer au début et avoir l'impression que je ne vais jamais y arriver, mais qu'importe, au moins je me serais donné à fond et si je n'y arrive pas, je ferais autre chose.

Le ton de ma cousine et froid, presque cassant. Ce n'est définitivement pas dans ses habitudes de réagir de cette façon mais je n'y suis pas allé de main morte, il faut croire que je l'ai grandement mérité. La voilà qui joue son numéro de martyr. Je ne peux m'empêcher de lever les yeux au ciel tout en prenant la mesure de notre ressemblance. Nous avons l'art de nous mettre en scène quand nous le voulons, il faut croire que nous avons ça dans le sang et qu'il n'y a pas que ma mère qui est une grande drama queen. Cela pourrait presque m'amuser si je n'étais pas peiné de constater que j'avais vraiment froissé ma cousine. Mais c'est elle aussi, si elle n'était pas aussi divergente, nous n'en serions pas là. Nous sommes si différents alors pourquoi je tiens tant à elle ? Je devrais la mépriser pour sa nature si étrange et si tête en l'air, mais non, je l'aime malgré tout. Tout nous sépare et tout nous rapproche en même temps, c'est si étrange. Elle m'empêche d'en placer une, alors j'obtempère naïvement. Le respect des règles et des autres sont trop ancrées en moi pour que j'aille au delà d'une interdiction. Elle veut garder la parole et me dire tout ce qu'elle a sur le coeur, grand bien lui en fasse, je l'écouterais docilement. Cela ne m'empêchera pas, une fois le moment venu, de lui dire ce que j'ai moi aussi sur le coeur, si la situation l'exige. J'entends du bruit derrière moi, dans les tuyaux, signe que peut-être, notre chère Mimi n'est pas si loin de nous finalement. Je préférerais qu'elle reste dans son coin et qu'elle ne se mêle pas de notre histoire. Je préférerais aussi laver mon linge sale en famille et uniquement en famille. Je ne suis pas un grand fan de l'étalage de ma vie privée en public. C'est certainement mon éducation qui veut ça, il faut impérativement préserver les apparences. Même si je rejette d'où je viens, je ne pourrais nier que tout ce que j'ai appris est fermement ancré en moi et fait la personne que je suis aujourd'hui. "Je vois qu'il n'y a pas que ma mère qui a l'art de la scène ! Tu ferais une actrice d'exception si tu persévérais sur cette voie ..." Dis-je d’un ton un brin moqueur. Je ne me moque pas réellement d'elle ou pas directement, mais disons qu'être comparé à ma mère n'est pas réellement un compliment. Cela dit, si elle choisissait l'art de la scène comme profession, elle pourrait rester elle-même, c'est l'avantage. Plus tu es étrange et plus les gens aiment ça. Il est évident qu'elle aurait peut-être moins de succès qu'à l'époque de notre grand-mère mais elle pourrait fouler quelques scènes prestigieuses si elle s'en donnait les moyens. Ce n'est pas parce que ma mère n'a aucun talent que ça signifie que notre famille ne compte pas d'artistes célèbres. Notre grand mère est tout de même une des plus grande cantatrice de sa génération et ce n'est pas rien, croyez le bien !

Je lève de nouveau les yeux au ciel. Faut-il vraiment que je supporte cette crise ? Qu'elle me dise d'aller me faire voir et qu'elle s'en aille, cela nous ferait gagner du temps. Là il faut qu'elle dramatise tout et qu'elle exagère. Non mais vraiment, ma mère serait vraiment fière d'elle. Je soupire d'exaspération. "Ca y est ? Tu as fini ton numéro ? T'es ridicule ma pauvre fille. Tu peux suivre les règles et avoir ta propre personnalité. Je suppose de toute façon que quoi que je fasse, tu ne changeras jamais. Je te demande juste d'éviter de te faire trop remarquer, je pense que j'en ai encore le droit !" Nous sommes face à un mur. Elle ne comprendra jamais pourquoi je lui dis tout ça et je ne la comprendrais jamais non plus. Nous sommes voués à rester sur nos positions. J'aimerais qu'on arrête de critiquer ou se moquer de ma cousine à chaque fois qu'elle en offre une occasion, c'est quand même pas compliqué à comprendre ? Et vu que le problème vient d'elle avant de venir des autres, je tente de régler le problème à sa racine. Elle va pour s'en aller quand Mimi pointe le bout de son nez et avant que j'ai réalisé quoi que ce soit, la voilà qui me pleure littéralement dessus, me mouillant au passage. Non mais sérieux ? Voilà à quoi j'en suis réduit ? J'aurais dû passer mon chemin, cela apparaît comme une évidence. Faith lui crie dessus avant de m'embarquer avec elle, refermant la porte derrière nous pour nous séparer de la pleureuse. Elle fait beaucoup de bruit pour un fantôme, c'est fort désagréable. Je ne comprends définitivement pas ce que Billie leur trouve. "Au moins tu as trouvé une alliée." Dis-je en riant un peu plus amicalement. Je sors ma baguette pour me sécher.

©️ 2981 12289 0



Archibald Milo de Baskerville
“Pour qu'un amour soit inoubliable, il faut que les hasards s'y rejoignent dès le premier instant.” Kundera Milan ♦ by dream's
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: Rencontre sur fond d'inondations (PV Milo)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rencontre sur fond d'inondations (PV Milo)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard, 19 ans après. :: La Corbeille :: 
Corbeille
 :: Les vieux RPs
-
Sauter vers: