AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Cours n°1 des 4ème années - Les sortilèges impardonnables

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8747-professeur-john-mandrake-termineehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8756-liens-de-john-mandrake#194989http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8755-demandes-de-rp-pour-john-mandrake#194986http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8753-boite-aux-lettres-john-mandrake#194983http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8754-hiboux-express-de-john-mandrake#194984

Arrivé(e) le : 11/11/2017
Parchemins rédigés : 61
Points : 10
PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Aucun

MessageSujet: Cours n°1 des 4ème années - Les sortilèges impardonnables   Lun 13 Nov - 19:35

Ce premier cours de défense contre les forces du mal s'adressant aux quatrième années a pour but d'instruire les étudiants sur les sortilèges impardonnables. Leurs origines, leurs fonctionnements, leurs conséquences et bien entendu la législation en vigueur concernant la pratique de ceux-ci puisqu'ils ne nomment pas impardonnables pour rien. Une démonstration sera éventuellement effectuée par le professeur dans un cadre strictement professionnel.

________________________________________


John était assis derrière son bureau comme à son habitude. Il l'avait placé près d'une fenêtre qui apportait la lumière sur les différents parchemins posés sur son plan de travail. Enfin, ce n'est pas la raison principale... Le fait est que le professeur Mandrake appréciait tout particulièrement de se griller une cigarette moldue avant de commencer son cours. Une sorte d'antistress personnel si vous préférez. Sa veste de costume reposait délicatement pliée sur le dossier de son siège, il était vêtu d'une chemise classique avec une cravate noire et semblait absorbé par la lecture de ses divers papiers. Son regard bleu clair parcoure les différentes lignes écrites à l'encre de chine avec précision et son doigt tapote régulièrement sur le bois du bureau, le son résonnant dans la pièce au rythme d'une horloge parfaitement calibrée. La seule note irrégulière qui vient troubler l'ensemble c'est son souffle tirant sur sa cigarette ou recrachant la fumée à son bon vouloir. Une espèce de nuage grisâtre flotte au-dessus de lui et malgré la fenêtre ouverte elle persiste et essaie de se maintenir dans la salle de classe. À cette fumée vient se mêler l'odeur du café, Mandrake n'a toujours pas touché à sa tasse...

Alors que la sonnerie annonçant l'heure des cours résonne dans les couloirs de l'édifice, John range ses parchemins et sort sa baguette accrochée comme d'habitude à sa ceinture. Il inscrit l'intitulé du cours sur le tableau ainsi que son nom - c'est sa première année à Poudlard en tant que professeur après tout, puis il récupère sa veste après avoir d'un autre geste de sa baguette éjecté la fumée de cigarette restante vers l'extérieur.

La salle de classe de Mandrake est plutôt sobre. Elle est loin de celle d'un Gilderoy Lockhart, toute en exubérance et à la pointe du ridicule non non... Loin de là. Elle n'est pas vide pour autant elle est simplement à son image d'ancien Aurore: parfaitement organisée et rangée à la manière d'un militaire. Chaque chose à sa place et chaque chose a son importance. Le superflu passe à la trappe et seul l'essentiel trouve un emplacement dans cette pièce. Les bibliothèques regorgent de livres sur la défense contre les forces du mal en plusieurs exemplaires - le nombre est identique à celui de places de la pièce. Aucune décoration superflue: le moindre tableau, cadre ou objet sert aux démonstrations de sortilèges et à expliquer le fonctionnement de diverses créatures dangereuses.

La porte de la salle de classe s'ouvrit, les élèves venaient s'installer pour suivre leur leçon. John se tenait près de son tableau, les mains dans le dos et ses yeux parcourant les différents visages peuplant sa salle de classe pour les prochaines heures à venir.


- Je vous souhaite la bienvenue à tous, je suis le professeur Mandrake. Je vais vous enseigner la Défense contre les forces du mal à partir d'aujourd'hui. Le cours de quatrième année concernera "Les sortilèges impardonnables".

Il marqua un petit temps de pause pour laisser aux jeunes gens le temps de tout assimiler d'un coup, après tout c'était son premier jour autant ne pas brusquer directement !

- Si vous n'avez pas la moindre question, nous pouvons commencer. Une question facile: quels sont les noms des sortilèges impardonnables?




" Le feu couve dans une âme plus sûrement que sous la cendre "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8215-understood-the-mind-is-bigger-than-the-whole-universe-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8229-too-many-things-in-my-head-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8230-look-what-i-did-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8231-real-talk-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8232-real-fast-talk-casey

Arrivé(e) le : 22/08/2017
Parchemins rédigés : 836
Points : 36
Crédit : Liu ♥ (Frances Cobain)
Année : Quatrième (redoublante)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Billie

MessageSujet: Re: Cours n°1 des 4ème années - Les sortilèges impardonnables   Lun 13 Nov - 22:09


❝ Les sortilèges impardonnables ❞Quatrième annéeLe tout premier cours de Défenses Contre les Forces du Mal de cette toute nouvelle année. L’impatience de Casey frôlait des sommets. Le fait que cette matière fasse partie de ses préférées, jouait. Le fait qu’elle est passé une année presque entière sans pouvoir suivre le moindre cours, aussi. Le fait que, depuis que le château avait été libéré, son comportement auto-destructeur, ses insomnies, ses cauchemars, et tout ce qui allait avec soient revenus, plus forts, et que les cours soient actuellement la seule chose sur laquelle son esprit pouvait se focaliser assez durablement pour en oublier son mal-être, également. C’est pour toutes ses raisons que Casey avait hâte de son premier cours de Défense. D’autant plus qu’il s’agissait aujourd’hui d’un nouveau professeur qui leur avait été présenté lors du banquet de rentrée et que les cours seraient donc totalement nouveaux pour la brune - bien qu’elle ne doute pas avoir déjà lu les sujets dans les livres qu’elle lisait en dehors des programmes.

Après le cours de Sortilèges et Enchantements- qui faisait également partie de ses préférés, cette matinée parvenait réellement à lui sortir la tête de l’eau, même si ce n’était que pour quatre petites heures - elle se rendit donc à grandes enjambées vers la salle de leur prochain cours, sans se soucier des autres, focalisée sur son unique objectif, tâchant d’ignorer son coeur qui battait la chamade à chaque détour, comme si un mangemort allait surgir et lui lancer un petit doloris pour lui rappeler qu’elle n’était qu’une sale sang de bourbe qui ne méritait même pas de fouler ce sol. Mais rien de tel n’arriva et elle parvint devant la salle sans encombres. Quand elle pénétra dans la salle de cours, l’ambiance lui plut directement. Propre, rangé, carré, rien de superflu, ça pouvait sembler austère aux yeux de certains, mais elle, ça lui plaisait. Première arrivée, la jeune fille se plaça au premier rang et sortit immédiatement ses affaires avant de river les yeux sur le parchemin posé devant elle, ignorant une nouvelle fois tous ses camarades autour d’elle, ne levant même pas les yeux pour savoir qui venait de s’asseoir à ses côtés. Elle se contenta simplement de se décaler un petit peu et de resserrer les bras pour ressentir le moins possible sa présence.

Heureusement, le cours ne tarda pas à commencer, lui permettant de focaliser son attention sur les paroles du professeur. Rapide, concis, à l’image des lieux, elle sentait qu’elle allait aimer ses cours. Le nom du cours lui donna par contre des frissons dans le dos. Les sortilèges impardonnables. Un rictus amer lui tordit les lèvres. Elle pouvait parler des trois avec précision, mais l’un deux, plus que tous les autres, lui était parfaitement familier. Ses poings se crispèrent sur ses genoux pendant qu’elle relevait la tête pour prendre la parole, d’une voix sans aucune émotion malgré les souvenirs que ça réveillait chez elle. Le sortilège de la mort, dont la formule est Avada Kedavra. Le sortilège de l’Imperium, dont la formule est Impero, et le sortilège du Doloris, dont la formule est Endoloris. Endoloris. Trois syllabes qui infligeaient une douleur sans nom...
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8200-felicia-anna-williams-toujours-aller-de-l-avant-terminee?nid=5#185208http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8203-felicia-a-williams-lire-en-toi-comme-dans-un-livre-ouvert#185253http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8262-felicia-journal-perdu-pour-ne-rien-oublierhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8263-felicia-de-l-encre-blanche-sur-une-page-noire#187070http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8264-felicia-del-encre-oh-une-tache#187071

Arrivé(e) le : 19/08/2017
Parchemins rédigés : 296
Points : 18
Crédit : Me (Millie Bobby Brown)
Année : 4ème année (14 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Hilary Fitzpatrick-Priest

MessageSujet: Re: Cours n°1 des 4ème années - Les sortilèges impardonnables   Lun 13 Nov - 23:26


cours de DCFM : les sortilèges impardonnables
Commencer la nouvelle année avec un lundi tout de suite chargé de quatre heures de magie n’était pas pour enchanter Felicia, néanmoins cela n’entachait en rien sa bonne humeur, si bonne humeur il pouvait y avoir. Sa curiosité, pour être plus exact, son excitation d’en apprendre plus. L’inconvénient d’un livre, c’était qu’on en arrivait toujours au bout, les pages étaient limitées et elles ne suffisaient pas à tout. Si la pratique n’existait pas, cela suffirait à la Poufsouffle, mais ce n’était pas le cas. Dans le couloir entre les deux cours du matin, elle vérifia une nouvelle fois son emploi du temps. Effectivement, le lundi matin et la journée du jeudi étaient toutes deux riches en magies. À ne pas douter que Felicia était un peu rouillée de la baguette en cette rentrée, la preuve en était rien qu’avec son premier échec de l’année en sortilèges. Elle était sortie de la salle de classe un peu dépitée, mais avait rapidement repris du poil de la bête pour le deuxième cours. Felicia avait attendu sa meilleure amie et avait marché d’un pas rapide jusqu’à la salle de classe au premier étage. L’avantage à avoir ces cours à la suite, c’était qu’elle pouvait enchaîner les échecs et se changer les idées avec les cours d’après. Cependant, elle aimerait bien que cela change cette année. Elle allait devoir améliorer la maîtrise de sa baguette, cela ne pouvait plus durer, mais c’était un problème à régler pour une autre fois. Pour l’heure, c’était le cours de Défense Contre les Forces du Mal qui l’intéressait.

Arrivée en classe parmi les premiers pour ne pas changer, Felicia décida se s’installer au deuxième rang, juste derrière une élève déjà installée au premier rang. En espérant que cela ne dérange pas sa meilleure amie. C’était un nouveau professeur cette année qui leur faisait cours et elle ne gérait pas la matière d’un main de maître. Pour ce premier cours, la jaune & or se contenterait d’observer, d’essayer de mieux comprendre les habitudes de leur nouveau professeur et de ne pas se faire remarquer directement. Elle avait de la bonne volonté, pour sûr ! Mais cela attendrait un peu plus tard dans l’année. Le temps de s’habituer à de nouvelles habitudes d’enseignement, le temps de prendre ses marques dans une salle décorée à l’image de son nouveau propriétaire, le temps de faire passer le léger malaise qui planait. Le professeur Mandrake - car c’était ainsi qu’il s’appelait - n’avait pas choisi le thème le plus aguicheur pour commencer l’année. Il semblait aller droit au but et son bureau était rangé de manière impeccable, tout le contraire de Felicia. Seulement, deux heures n’étaient pas suffisantes pour se faire un idée sur la personne et pour le moment, elle essayait de son concentrer sur le cours qui allait sûrement jeter un froid parmi les élèves. « Une question facile : quels sont les noms des sortilèges impardonnables ? » Question facile, il était vrai. Même sans avoir révisé ou avoir ouvert le moindre livre des vacances scolaires, la réponse était connue de tous, et sûrement certains plus que d’autres... Felicia n’osa pas lever la main pour répondre. Cette réponse - ce cours tout entier en fait - elle la laissait au plus courageux pour ouvrir la bouche. Observer. Aujourd’hui elle devait surtout observer. Elle n’avait pas victime des horreurs de l’an passé et elle avait dû mal à se l’imaginer, mais cela ne la mettait clairement pas à l’aise. C’est l’élève assise devant elle qui eu le courage de répondre à la question. Felicia ne semblait pas la connaître, elle n’était pas dans sa classe l’année dernière. Par déduction, la jeune fille se dit qu’elle avait dû redoubler son année. La raison était toute trouvée. Qu’elle réponde lui parût encore plus courageux compte tenu des circonstances. Il n’y avait rien à ajouter. Et le fait qu’il nécessitait une grande volonté de souffrance pour l’un des Sortilèges Impardonnables, que ces sortilèges furent déclarés impardonnables en 1717 ; tout ça, ça n’arrivait pas à franchir ses lèvres. Felicia se contenta de noter le cours qui suivit.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8030-zoey-ayez-les-nerfs-solides-une-tornade-est-en-approchehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8060-zoey-meme-les-esprits-les-plus-rebelles-ont-besoin-de-bien-s-entourerhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8061-zoey-echangeons-que-ce-soit-benefique-ou-nonhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8064-zoey-faites-passer-votre-messagehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8065-zoey-un-message-express

Arrivé(e) le : 04/10/2014
Parchemins rédigés : 1758
Points : 3
Crédit : Bazzart
Année : 4ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Keagan A. Fassbach, Oliver T. Adams & Megan A. Euston

MessageSujet: Re: Cours n°1 des 4ème années - Les sortilèges impardonnables   Jeu 23 Nov - 18:48

Les sortilèges impardonnables.

feat. 4èmes années.

Nous venions de finir le cours de Sortilèges et j’avais chacune de mes mains sur les bras de Myla et Wendy. Je n’étais pas très fan des cours mais celui qui arrivait était mon préféré et j’avais tout simplement hâte d’y être ! « Allez les filles ! On s’active, faut qu’on ait une bonne place ! » Mais voilà qu’elles papotaient, elles parlaient des chaussures d’untel, du maquillage de cette fille, de la coiffure de l’autre… Pfff, elles allaient finir par m’achever ! On avait un nouveau prof et je voulais absolument savoir ce qu’on allait étudier pour ce premier cours. Punaise j’avais trop hâte ! « Bon arrêtez de caqueter et avancez ! Pour une fois que j’veux aller dans un cours, vous abusez ! » Râlai-je alors qu’elles se décidaient enfin à accentuer le pas. Je les adorais mes deux pimbêches, et je kiffais de parler de tout et n’importe quoi avec elle, mais concernant leur truc de mode, je préférais m’en tenir bien loin. Pour ma propre sécurité aussi, elles avaient toujours la sale idée de me relooker !

Lorsque l’on arriva dans le couloir du premier étage, je remarquai que la porte était déjà ouverte. Bon… voyons voir ! Une fois entrées dans la salle de classe, je remarquai que juste quelques élèves étaient déjà présents. Oh, c’était un peu glauque comme salle quand même… hyper sobre, pas de choses qui traînaient, bien ordonnée. Tout ce qui m’oppressait mais bon, pas comme si je pouvais mettre le bazar comme bon me semblait dedans ! J’aimais bien être au fond de la salle en temps normal mais là j’entraînais mes deux amies au deuxième rang, derrière Beckett, une nouvelle camarade. Rapidement, tous les élèves arrivèrent et je regardai un peu atour de moi. Une tête blonde s’installa devant nous : Brooklyn. Depuis la rentrée, je ne lui avais pas vraiment reparlé. Faut dire qu’on ne traînait pas du tout avec les mêmes personnes mais je n’avais jamais vraiment oublié ce dont nous avions parlé, à la ferme. J’avais bien tout gardé pour moi mais ça m’intriguait toujours autant. Je le saluai d’un fin sourire, lèvres pincées, à son arrivée avant de reporter mon attention sur l’enseignant, impatiente de commencer.

Les Sortilèges Impardonnables. C’était moi où il y avait eu un blanc archi pesant au moment où il avait prononcé ces mots ? Sûrement des souvenirs qui remontaient pour plusieurs personnes. Peut-être pas sur ces sortilèges-là, à part entière, mais personne n’oubliait que les nés-moldus avaient été torturés au cours de l’année passée. Ne fallait-il pas passer à autre chose et justement en apprendre plus sur ceux-là ? Sans aucun doute, ça n’enlevait en rien mon enthousiasme, personnellement, bien que certains visages se soient fermés.
La question qui suivit fut logique : quels étaient-ils ? Bon, perso je n’étais pas trop du genre à participer en cours. Pas que j’étais trop timide (la blague !), que je ne savais pas (même si ça arrivait souvent…) ou que j’avais peur de me tromper (pour ce que j’en avais à faire !) mais tout bonnement parce que j’avais la flemme. Oui, c’était principalement ça. Mais là, je l’avouais, pour ce cours j’aurais pu faire une exception ! Bon, sauf que la nana de devant avait direct réagi. C’était une Serdaigle, sûrement une tête… Et une amie de Brooklyn, à voir le nombre de fois où ils étaient à côté en cours. Enfin bref, je l’écoutais attentivement, me rendant compte que je les avais plutôt bien retenus ceux-là. Un soulagement, au moins je n’étais pas totalement mauvaise dans le cours que je préférais !
Taquine, je ne pus m’empêcher de chuchoter à mes amies : « C’est pas un peu flippant qu’on les connaisse déjà tous ? En tout cas elle est grave au taquet ! » Dis-je en montrant la Serdaigle d’un signe de tête, ce n’était pas méchant, un pur constat. J’en profitai d’ailleurs pour leur dire à mi-voix, aux deux devant nous : « Laissez-nous quelques réponses hein, on fait partie des têtes de la classe nous aussi ! » Je le disais sur le ton de l’humour, peut-être histoire de détendre cette atmosphère hyper désagréable. Et puis je me moquais gentiment. J’avais juste une grande bouche, je disais ce qui me venait, fallait pas prendre les choses à cœur non plus. En vrai… J’étais tout sauf une tête. Disons que j’étais dans le milieu du tableau. Je n’étais pas une grosse bosseuse mais je me donnais au moment des examens, ce qui me permettait d’avoir un niveau plutôt moyen. Comme dirait mon grand frère : « Put*** mais si tu bossais gamine, tu volerais au-dessus des Serdaigle ! » Sauf que moi je m’en foutais, je préférais le côté souterrain des serpents, utilisant mes mains plutôt que mon cerveau. Enfin, en bref hein… Là en l’occurrence, j’avais hâte d’en savoir plus !


made by guerlain for bazzart

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8212-poussez-vous-j-arrive-wendy-d-hastingshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8224-wendy-sa-petite-courshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8223-wendy-progression-ascension-et-succeshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8220-wendy-courrier-et-lettres-d-admirateurshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8221-wendy-uniquement-pour-les-autographes

Arrivé(e) le : 21/08/2017
Parchemins rédigés : 181
Points : 7
Crédit : Google
Année : 4ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Daniela et Joanne

MessageSujet: Re: Cours n°1 des 4ème années - Les sortilèges impardonnables   Jeu 23 Nov - 20:41

    "Non mais c'est exactement ça Myla ! Ce n'est pas parce qu'on mesure plus d'un mètre soixante-dix qu'on ne doit pas porter de talons, au contraire. Huit centimètres c'est le minimum et encore !" dit-elle à son acolyte modeuse tandis que Zoey s'excitait pour qu'elles marchent plus vite, les entraînant par le bras.

    "Rhoo Zoey du calme. Tu dois savoir qu'arriver trop tôt, ça équivaut à rater son entrée. Il faut être pile à l'heure ou presque en retard pour que tout le monde nous regarde quand on entre ! Mais bon, c'est un nouveau prof, alors on va essayer de faire bonne impression." dit-elle en pressant enfin le pas. Mais au final, lorsque le trio arriva enfin en classe, il n'y avait pas encore grand monde et elles purent s'installer à la place qu'elles souhaitaient, c'est à dire au second rang.

    "Tu vois, pas la peine de nous presser." glissa-t-elle à Zoey avant de prendre place.

    La salle manquait clairement de décoration. C'était chiant à mourir et affreusement basique. Wendy ignorait pourquoi Zoey aimait autant cette matière... ce n'était pas vraiment son cas. Les Forces du Mal, elle se contentait de les éviter plutôt que de savoir les affronter. C’était tout aussi efficace et moins dangereux. Enfin bref, ce n'est pas comme si elle avait le choix.

    Le sujet du jour n'était à ses yeux pas des plus intéressant. Il était plus appréciable de parler de ce qui était autorisé à faire plutôt que de ce qui était interdit. A quoi bon apprendre des sorts qu'ils ne pourraient pas utiliser ? Casey répondit à la question du prof et Wendy l'observa. Cette fille était un peu étrange et Wendy réservait son jugement sur elle pour plus tard. Elle aurait bien l'occasion de la côtoyer au sein du club pour se faire une idée plus précise.

    Zoey fit une réflexion sur le fait que c'était flippant que les élèves connaissent les sortilèges impardonnables. Wendy haussa les épaules.

    "Les mangemorts auront au moins servi à nous apprendre quelque chose..."


Dernière édition par Wendy D. Hastings le Ven 15 Déc - 11:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 24/10/2011
Parchemins rédigés : 2524
Points : 6
Crédit : Tag & tumblr ♥
Année : 4ème année (15 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Milo ♥ Anoushka ♥ Naïa ♥ Blake

MessageSujet: Re: Cours n°1 des 4ème années - Les sortilèges impardonnables   Sam 25 Nov - 11:05


❝ Cours n°1 de DCFM : Les sortilèges impardonnables ❞Brooklyn
Je n'ai aucune envie d'aller à ce cours. Vous allez me dire, je n'ai aucune envie d'aller à aucun cours. C'est certainement de la mauvaise volonté de ma part, je veux bien le croire, mais j'en ai suffisamment soupé de ce genre de choses ces derniers mois, j'aimerais qu'on me lâche maintenant. En fait, je n'arrive toujours pas à comprendre ce que je fais ici. Je n'aurais jamais dû revenir. J'aurais dû demander à Rebecca et Christopher de m'inscrire dans une école moldue à Oxford et ça aurait été tout aussi bien. Au lieu de ça, je me suis laissé prendre par les sentiments par mes soeurs. Comment pouvais-je les laisser repartir sans y aller à mon tour ? Et je sais que si je ne l'avais pas fait de moi-même, nos parents m'en auraient touché deux mots. Evidemment ils ne m'auraient pas forcé à y retourner contre mon gré, ce n'est absolument pas leur genre, mais ils m'auraient certainement glissé l'air de rien que mes soeurs m'adorent et qu'eux, ça les rassure qu'on y soit tous les trois, qu'on peut veiller les uns sur les autres et se protéger au mieux et qu'ils ont peur qu'elles soient plus vulnérable à deux. Bref, aucune obligation mais un peu de culpabilisation pour bien faire avaler la pilule. Et au fond, je ne leur en aurais même pas voulu, parce que je peux comprendre qu'ils n'aient pas envie qu'il arrive quoi que ce soit à leurs jumelles, leurs filles aînées et moi non plus je n'en ai pas envie. Mais soyons réaliste, comment pourrais-je vraiment les aider ? Je n'ai pas pu le faire l'an dernier, tout porte à croire que je ne m'en sortirais pas mieux cette année, les miracles, ça n'existe pas.

Enfin bref, tout ça pour dire que je n'aspire qu'à rester dans ma salle commune à y broyer du noir, plutôt que de me rendre au cours de DCFM. Visiblement, mes camarades de partagent pas mon avis puisque je peux constater beaucoup d'excitation chez certains. J'avais presque oublié qu'on avait un nouveau professeur, c'était pour dire l'intérêt que je portais à cette matière. J'y allais à mon rythme et constatais que j'étais presque le dernier arrivé quand j'entrais dans la salle de cours. Mettre plus de mauvaise volonté, je pense que personne n'y arrive. Il n'y a plus vraiment de places libres, ce dont, pour être honnête, je n'avais pas trop réfléchi. Je vis qu'il y en avait une près de Casey et après quelques secondes d'hésitation, je m'y installais. En passant, je vis un trio explosif que je n'aspirais pas particulièrement à supporter tout le long du cours, même si dans les trois, on ne pouvait nier que l'une m'intriguait particulièrement. J'avais encore en mémoire notre rencontre près des enclos. Zoey est une fille bien particulière, assez différente de ses amies. Et autant ma première impression fut assez mauvaise pour sa pote Myla, autant elle était plutôt bonne ... étrangement. Alors, dirons-nous, je suis mitigé quant à cette presque cohabitation forcée, trouvant cela appréciable de l'avoir à proximité, mais préférant que ses amies soient loin. A croire qu'on ne peut pas tout avoir dans la vie. J'offre un bref sourire à Casey avant que le cours ne commence. C'était toujours étrange avec elle, je ne savais jamais comment me comporter avec elle. Surtout qu'on essayait de repartir à zéro tous les deux, sans vraiment savoir comment faire.

Quand le professeur se présenta, je ne l'écoutais qu'à moitié, aspirant déjà à la fin du cours, mais cette réalité fut encore plus forte quand il annonça le sujet de ce cours. Il est sérieux ? Les sortilèges impardonnables ? Me crispant sur ma chaise, je regrettais définitivement d'être venu. Il n'a donc aucune considération pour nous ? N'aurait-il pas mieux valu attendre un peu pour ce genre de cours ? Qu'est-ce qu'ils ont tous dans cette école ? Casey leva la main pour répondre et je l'écoutais, me crispant de nouveau quand elle parla du Doloris. S'il faisait une démonstration, je me barrais, faut pas déconner non plus. J'entendis mes voisines de derrière dire quelque chose, sans vraiment y faire attention, ce n'est que quand Zoey nous adressa quelques mots, que je l'écoutais vraiment. "Fais toi plaisir ! Je vais m'abstenir de participer ... je ne voudrais surtout pas vous frustrer !" Glissais-je à la brune à mi-voix, en me retournant légèrement, avant de me remettre à ma place. J'étais en plein cauchemar. Je tournais mon regard vers Casey, pour voir si j'étais le seul à mal le vivre ou pas.


©️ 2981 12289 0



Brooklyn Noah Caldwell
♠️ BLUEBERRY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8747-professeur-john-mandrake-termineehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8756-liens-de-john-mandrake#194989http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8755-demandes-de-rp-pour-john-mandrake#194986http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8753-boite-aux-lettres-john-mandrake#194983http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8754-hiboux-express-de-john-mandrake#194984

Arrivé(e) le : 11/11/2017
Parchemins rédigés : 61
Points : 10
PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Aucun

MessageSujet: Re: Cours n°1 des 4ème années - Les sortilèges impardonnables   Lun 4 Déc - 23:29

- Le sortilège de la mort, dont la formule est Avada Kedavra. Le sortilège de l’Imperium, dont la formule est Impero, et le sortilège du Doloris, dont la formule est Endoloris.

La réponse lui vint de Casey N. Beckett, une élève de Serdaigle. Bien que cette réponse soit exacte - difficile de se louper, elle ne semblait pas joyeuse en évoquant les trois sortilèges. Surtout le dernier. Cela se lisait sur les visages de nombreux élèves: ils n'appréciaient pas le thème du cours. Peu importe, selon John connaitre et comprendre ces trois sortilèges était primordial. Chacun avait une histoire bien particulière et un fonctionnement lui étant propre. Son regard resta un instant sur la jeune Serdaigle, tentant d'y voir plus clair dans ce qui aurait pu arriver à celle-ci. Quand bien même elle aurait subi l'un des sortilèges, elle semblait en grande forme. À force, Mandrake se demandait si les élèves de cette école aimaient jouer les victimes... Certains de ses collègues avaient eu moins de chances face aux mangemorts et enduré cent fois pire avant de mourir. Son regard passa se posa ensuite sur Felicia A. Williams qui préférait prendre note plutôt que de participer oralement. Le professeur attendait de voir comment la Poufsouffle allait participer. Cette année à Poudlard semblait bien démarrer pour cette maison... Etaient-ils si talentueux que cela ou y avait-il du favoritisme dans l'air?

- Exact. 10 points pour Serdaigle, je vois que vous connaissez également les formules.

John avait commencé à inscrire sur le tableau noir le nom des trois sortilèges impardonnables, chacun dans une colonne. Il inscrivit les formules juste en dessous des sorts correspondants et laissa de la place pour la suite puisqu'il comptait donner un historique et une description détaillée pour tous... En tout cas, lui qui était issu de la maison Serpentard n'allait clairement pas faire du favoritisme! À peine le cours avait commencé qu'il repérait déjà les petits bavards de sa classe. Les chuchotements indiscrets perturbaient le silence d'église qui régnait dans la pièce. Zoey S. Brewster ainsi que Wendy D. Hastings semblaient enclines à perturber leurs camarades. Un autre Serpentard - Brooklyn N. Caldwell fit une remarque moins discrète à leurs encontre ce qui laissait supposer que seuls les deux jeunes filles posaient réellement problème.

"Fais toi plaisir ! Je vais m'abstenir de participer ... je ne voudrais surtout pas vous frustrer !"

D'un simple geste de la baguette, il resserra les chaises des deux filles de Serpentard contre leurs bancs respectifs. Leurs souffles momentanément coupés et l'impossibilité de bouger en étant prises en sandwich de cette manière allaient les faire râler, mais John prit la parole avant que la moindre complainte puisse naitre. Il avait un horaire à respecter pour son cours.

- 10 points chacune en moins pour Serpentard. Le prochain que je reprends à perturber le cours me fera le plaisir de nettoyer tous les toilettes du deuxième l'étage.

Le professeur se retourna et reporta son attention sur la craie. Il commençait à inscrire une description sous le sortilège de l'Imperium. Dans un second temps, les chaises des deux filles redevinrent normales et pouvaient à nouveau être bougées. À part le raclement des sièges sur le parquet il n'espérait pas entendre d'autres bruits comme des bavardages par exemple. Sinon sa punition serait bien moins agréable.

- Commençons par le Sortilège de l'Imperium. Du latin "Imperare" qui signifie commander. Ordonner. Sa première apparition date selon la version actuelle des historiens de l'antiquité romaine. En effet, on présente "Imperium" dans la Rome Antique comme un pouvoir sacré détenu par les Consuls. Avec les deux autres, l'Imperium sera considéré "impardonnable" et interdit en 1717. Son utilisation peut suffire à vous offrir un séjour droit à Azkaban selon la loi en vigueur aujourd'hui.

Après avoir noté cette brève description, il fit de nouveau face à ses élèves. D'un coin de la classe il attira un terrarium dans lequel se trouvait un gros lézard. Ce n'était pas l'animal de compagnie de John, il l'avait acheté exprès pour ce cours-ci. Le déposant délicatement sur son bureau à l'aide de sa baguette et d'un sort de lévitation il s'en approcha pour saisir le lézard et le déposer sur le bureau de l'élève le plus proche de lui. Sans aucun ménagement Mandrake pointa son arme sur l'animal et il prononça la fameuse forme: Impero.

- Une victime de ce sortilège perd instantanément tout contrôle. Ses effets ne sont pas visibles à l'œil nu comme vous pouvez le constater. Il est possible de combattre les effets du sortilège mais à ma connaissance très peu de sorciers ont réussi. Si la magie noire puise sa force dans la colère, la haine et tant d'autres émotions négatives, la magie blanche elle puise sa force des émotions positives comme l'amour, l'amitié, la bienveillance. Si un jour vous êtes sous l'emprise de l'Imperium raccrochez-vous à cela. Combattre la magie noire de la manière la plus élémentaire est parfois la seule solution qu'il nous reste quand tout semble perdu.

Lilly Potter protégea son fils par une magie blanche plus que basique, véritablement élémentaire. L'amour d'une mère. Même Lord Voldemort ne put la combattre sans y laisser la vie... Du moins la première fois. L'air de rien John agita sa baguette, faisant faire quelques cabrioles au Lézard sur le banc d'un élève. Il le fit ensuite descendre pour le faire avancer lentement sur le parquet, le stoppant puis le faisant repartir dans des trajectoires bien trop parfaites pour qu'elles soient naturelles. L'animal était bien sous son contrôle total. D'un bond ce dernier monta sur le banc de Zoey, avant de se tourner vers Wendy pour tirer la langue. Puis sans ménagement il le fit bondir et atterrir dans le terrarium avant de relâcher son emprise. La créature semblait légèrement agitée, mais elle se calma au bout d'une minute ou deux. John mentirait en disant que cela ne l'amusait pas, mais il ne fallait pas abuser de ces choses là...

- S'il le souhaite, un mage noir peut vous faire marcher des heures sans discontinuer. Il pourrait vous faire courir vers une falaise puis sauter dans le vide sans hésiter, ou bien vous amener à vous mutiler. Pire encore: à blesser quelqu'un de proche. Quelqu'un que vous aimez. Aucune trace de magie ne serait détectable sur vous, rien... Vous endosseriez la responsabilité du crime de quelqu'un d'autre. À travers l'histoire bon nombre de trahisons, d'assassinats et de coup bas furent animés par le sortilège de l'Imperium. Combattez-le du mieux que vous pouvez, ou mieux encore: abattez votre adversaire avant qu'il ne prononce la formule.

Il termina de noter les points importants du sortilège Imperium à la craie blanche sur le tableau avant de poser la question que certains plus que d'autres dans la classe redoutaient.

- Bien qu'aucune trace de l'Imperium ne puisse être détectée sur une victime, la baguette du lanceur gardera toujours une trace de cet impardonnable. La marque sur la baguette des apprentis sorciers est plus précise certes, mais la magie noire reste facilement détectable de cette manière. C'est ainsi qu'aux yeux de la loi vous pourrez vous défendre si l'on vous reproche des actions alors que vous étiez sous influence... En arrêtant et en confrontant votre agresseur. Bon... Le suivant étant: le Sortilège Doloris. Que pouvez-vous me dire sur celui-ci?

A la manière de Casey qui avait répondu d'une voix neutre et sans émotion, John leur posa ce dilemme sur le même ton. L'ex Auror n'avait aucun problème avec le Doloris, évidemment. Cela pouvait paraître cruel et dangereux d'aborder le sujet des impardonnables de cette manière, mais le professeur était persuadé qu'ils ne les connaissaient qu'en surface. Ils ignoraient tout du véritable danger, de la véritable magie noire. Comprendre l'histoire et le fonctionnement en détail des impardonnables donnait les moyens de les combattre efficacement. Quand bien même des élèves auraient été confrontés au Doloris, tous semblaient avoir conservé leurs esprits. Allez demander à Monsieur Londubat comment se portent ses parents... Là, nous aurons de vraies victimes. Le credo du professeur de défense des forces du mal pour ce cours était simple: Entrainement difficile, guerre facile.




" Le feu couve dans une âme plus sûrement que sous la cendre "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8215-understood-the-mind-is-bigger-than-the-whole-universe-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8229-too-many-things-in-my-head-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8230-look-what-i-did-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8231-real-talk-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8232-real-fast-talk-casey

Arrivé(e) le : 22/08/2017
Parchemins rédigés : 836
Points : 36
Crédit : Liu ♥ (Frances Cobain)
Année : Quatrième (redoublante)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Billie

MessageSujet: Re: Cours n°1 des 4ème années - Les sortilèges impardonnables   Mar 5 Déc - 0:08


❝ Les sortilèges impardonnables ❞Quatrième annéeSe décalant légèrement, prête à se concentrer entièrement sur le cours, la jeune fille relève néanmoins la tête en apercevant une silouhette familière et n’est pas peu étonnée de voir Brooklyn s’installer à ses côtés. Ignorant le fait qu’il était probablement parmi les derniers arrivés et qu’il ne devait plus y avoir beaucoup de places libres, elle lui retourne son léger sourire avant de pivoter de nouveau vers le professeur et le tableau, contente tout de même de voir qu’il ne l’évitait pas. Ça aurait pu présager un bon premier cours de DCFM, surtout qu’il s’agissait d’une des matières favorites de la brune, mais les premiers mots de l’enseignant la crispèrent rapidement ce qui ne l’empêcha pas de donner la réponse, les mots s’échappant involontairement de ses lèvres. Les poings serrés sur ses cuisses, les bras tendus, elle sentait le nom du dernier sortilège résonner dans tout son être, pendant que le professeur accordait dix points à sa maison, soulignant le fait qu’elle connaissait les formules, se mettant à les inscrire au tableau. Bien sûr, qu’elle connaissait les formules, elle les avait entendues maintes et maintes fois l’année passée, il vivait dans une grotte pour n’avoir pas eu vent de ce que les élèves avaient vécus ? Lentement, toute la bonne impression qu’elle avait eu de cette pièce et de l’enseignant qui y résidait commençait à s’évanouir. Mais la tension qui l’habitait fut légèrement rompue par l’intervention d’une camarade, dans son dos. Elle s’était penchée en avant pour leur chuchoter, à elle et à Brooklyn, de ne pas donner toutes les réponses. Si elle savait… Elle aurait préféré être parfaitement ignorante sur ce sujet-là. Le Serpentard lui répondit en se retournant légèrement qu’elle pouvait se faire plaisir et qu’il ne comptait pas participer. Casey entrouvrit la bouche pour leur répondre mais sous ses yeux, puisqu’elle s’était légèrement décalée de profil, elle vit la fille qui venait de parler ainsi que son amie se coller brutalement à la table, leur corps coincé entre leur chaise et le bureau. La brune se retourna en même temps que la voix du professeur s’élevait, enlevant des points à la maison des Serpentard. Bon, d’accord, sa première bonne impression ne fondait pas lentement mais à toute vitesse. Elle n’était pas contre les enseignants qui reprenaient les pipelettes dans leurs cours, loin de là, mais il était franchement un peu extrême. Surtout qu’il aurait du s’attendre, s’il avait une once d’intelligence, à des réactions vu le sujet du cours. Il n’espérait quand même pas que la classe se tienne tranquille alors que la moitié d’entre eux étaient passés dans les cachots l’année passée ?

Pourtant, c’est bien le silence qui s’installa alors qu’il reprenait sa craie. Tournant légèrement la tête vers Brooklyn, dans un réflexe pour y chercher un signe lui indiquant qu’il partageait ses pensées, notant ses traits quelques peu tendus. Elle ne détourna les yeux que lorsque le bruit de la craie contre le tableau s’arrêta et, avec un temps de retard, nota précipitemment les informations qu’elle connaissait déjà sur son parchemin. Son coeur s’accéléra sensiblement en voyant un gros lézard léviter jusqu’au bureau du professeur et un pressentiment lui fit tourner un regard effaré vers le Serpentard à ses côtés. Le professeur allait vraiment faire ce qu’elle pensait ? Il allait vraiment utiliser un sortilège impardonnable devant les yeux de ses élèves de quatrième année ? Autant pour la théorie, elle concevait, mais la pratique de ce genre de sortilèges ne s’étudiait que bien plus tard. En théorie. Visiblement, ça lui passait parfaitement au-dessus et c’est comme si elle assistait à la scène de l’extérieur que Casey l’entendit prononcer la formule de l’Imperium. On pouvait croire que ça n’était pas le pire des trois sortilèges impardonnables, mais aux yeux de la Serdaigle, perdre toute sa liberté, devoir obéir aux volontés du lanceur, ne plus avoir de contrôle sur son corps… C’était tout simplement la définition du cauchemar. Des petites exclamations lui indiquèrent que le lézard, maintenant sur le parquet, effectuait vraisemblablement des gestes peu naturels, mais elle était bien décidée à ne pas bouger d’un iota. Sauf que les exclamations perçantes dans son dos la firent se retourner. Le professeur avait choisi ses cibles, et les deux Serpentard derrière elle allaient regretter d’avoir parlé au début du cours. Plus une once de bonne impression ne l’habitait désormais. Est-ce que ça l’amusait ? Ce n’était peut-être qu’un animal, et Casey était loin d’être une fervente défenseuse de la cause animale, mais elle était intimement convaincue qu’il n’y avait qu’un pas minime à franchir entre s’amuser sur des animaux et s’amuser sur des humains. Après les événements de l’année dernière, Londubat aurait quand même pu faire attention à qui il engageait.

Sur ses cuisses, ses poings se resserrèrent à nouveau, encore plus fermement, quand il parla du fait qu’un mage noir pourrait leur faire faire tout ce qu’il désirait, comme sauter d’une falaise, se mutiler - elle baissa les yeux sur ses poignets et serra un peu plus les poings - ou tuer quelqu’un qu’on aimait. Inconsciemment, son regard pivota très légèrement vers Brooklyn qui n’en menait pas plus large qu’elle. Elle ne savait pas dans quelles dispositions était le reste de leur classe, mais elle était certaine d’une chose : s’il continuait de leur montrer les effets de chaque sortilège, elle n’allait pas du tout aimer la suite. Mécaniquement, elle déplia les doigts de sa main droite, s’empara de sa plume, et nota les informations que l’enseignant continuait de distiller. Abattre son adversaire hein ? Il était plutôt radical dans le genre. Et bien sûr, le sortilège des trois qu’elle redoutait le plus fut le suivant. À croire que l’enseignant tenait une bonne dose de sadisme, il ne se contenta pas d’une leçon magistrale comme pour le premier mais posa la question à ses élèves, cette fois-ci. Tiens, il allait aussi les utiliser pour sa petite démonstration ? Bien sur qu’il s’agissait d’un cours, et qui disait cours disait apprentissage, mais il n’y avait donc aucune règle élémentaire de bienveillance dans ce château de malheur ? Et c’était Casey qui pensait à ça, alors qu’elle était de loin la personne avec le moins de tact dans cette classe. Ou peut-être à égalité avec Brooklyn, mais elle n’était pas sûre de comment il se comportait avec les autres. Quoiqu’il en soit, elle trouvait ça affligeant. Mais c’est pourtant sa voix qui s’éleva une nouvelle fois, neutre, le visage impassible, mais son poing serré et son regard pouvaient se montrer très parlants pour ceux qui la connaissait, à savoir pas grand monde. Du latin Dolor, Doloris qui signifie la douleur ou, plus précisément, une peine morale, une douleur profonde, qui consume l’esprit. fit-elle en reprenant ce par quoi le professeur avait commencé. Oui, ça n’était pas bien compliqué de lâcher deux trois mots latins pour avoir l’air savant. Et au moment où elle en faisait de même, elle comprit qu’elle n’allait décidemment pas beaucoup aimer ce professeur Mandrake. Ce qui ne voulait pas dire qu’elle allait le montrer.
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8200-felicia-anna-williams-toujours-aller-de-l-avant-terminee?nid=5#185208http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8203-felicia-a-williams-lire-en-toi-comme-dans-un-livre-ouvert#185253http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8262-felicia-journal-perdu-pour-ne-rien-oublierhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8263-felicia-de-l-encre-blanche-sur-une-page-noire#187070http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8264-felicia-del-encre-oh-une-tache#187071

Arrivé(e) le : 19/08/2017
Parchemins rédigés : 296
Points : 18
Crédit : Me (Millie Bobby Brown)
Année : 4ème année (14 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Hilary Fitzpatrick-Priest

MessageSujet: Re: Cours n°1 des 4ème années - Les sortilèges impardonnables   Mer 6 Déc - 0:34


cours de DCFM : les sortilèges impardonnables
Avait-elle dit que deux heures ne suffisaient pas à se faire l’idée sur une personne ? Felicia avait changé d’avis. Ou plutôt, son avis était encore plus troublé qu’au début. Elle ne savait pas comment réagir à tout ce qu’il se passait. Ce premier était de l’observation pure pour la Poufsouffle. Pour connaître ses camarade,s pour connaître son professeur, plus que de connaître le cours en lui-même. Le sujet du jour était déjà connu de tous et cela avait jeté un froid sur la classe. Il n’y avait qu’une élève qui avait osé répondre à la question du professeur et la jaune & or pensait que personne d’autre n’interviendrai comme dans le cours précédent avec le Professeur Winslow. Cependant, il semblait que deux élèves de Serpentard parvenaient tout de même à rigoler. Peut-être pas sur le cours, mais cela restait tout de même assez perturbant de voir deux élèves rires malgré l’atmosphère. Le professeur les avait vite repris tout en notant sur le tableau noir le nom des trois sortilèges impardonnables à la craie blanche. Tout ceci lui rappelait trop l’école moldue. Pourquoi ne pas utiliser la baguette pour afficher ce qu’il voulait au tableau ? Felicia ne préféra pas tenter de trouver une réponse. Aujourd’hui c’était observation. Les élèves de Serpentard ne lui inspirait aucune sympathie, l’élève de Serdaigle semblait avoir beaucoup vécu mais possédait un sérieux à tout épreuve. Le professeur également possédait un sérieux sans faille. À croire que son cours primait avant tout car le bien-être de ses élèves ne paraissait pas entrer en ligne de compte. La menace d’aller récurer les toilettes du deuxième étage ne tomba pas dans l’oreille d’un sourd et la Poufsouffle trouva la remarque légèrement déplacé. Certaines personnes de la classe avait subi tout ça l’année dernière. Ces gens-là avaient... subi un de ces sorts. Est-ce que les professeurs s’étaient fait passés le mot pour commencer par les pires cours au programmes ? Afin de finir par l’agréable ? Elle ne savait pas. Pour le moment, elle ne savait pas vraiment que penser de ce premier cours. Tout semblait... décalé. Mais Felicia continua d’observer, impassible.

Un silence de mort s’installa dans la salle de classe, faisant respecter l’autorité du professeur sur l’espace qui lui appartenait. S’il en avait été autrement, sans nul doute que la sentence aurait été de taille. Il était là pour faire son cours, alors il le faisait. Imperméable, il ne laisserait personne interrompre son cours, c’était évident. Felicia se demandait s’il n’était presque pas pire qu’un mangemort. Il serait probablement capable de s’opposer au Directeur, à Voldemort en personne ou contre les catastrophes naturelles elles-mêmes dans le seul but de finir son cours. Et à ce niveau-là, la jeune fille ne savait pas si c’était admirable ou totalement effrayant. Elle se contenta de continuer de noter les explications sur le Sortilège de l’Imperium quand bien même elle le savait déjà. Une information pouvait toujours passer à travers les mailles du filet et il n’était jamais trop prudent de renforcer ses propres bases en matière de connaissances. La jaune & or ne connaissait pas à l’exactitude près l’histoire exact derrière le sort, mais elle connaissait la date de l’interdiction de l’utilisation de ces sorts : 1717. Le professeur crut bon de préciser "selon la loi en vigueur aujourd’hui". Comme pour préciser qu’une loi pouvait toujours être modifié et qu’il n’en avait pas toujours été ainsi. Pour la théorie, Felicia était au moins ; c’était la pratique qui lui faisait défaut, mais elle ne pensait pas qu’il allait y avoir une quelconque pratique pour ce cours avec le sujet du jour. Pourtant, le professeur Mandrake se permit tout de même de faire une démonstration. Et ça, c’était assez inattendu. En fait, la Poufsouffle ne réalisa pas très bien ce que le professeur s’apprêtait à faire. Jusqu’à ce qu’il utilise le sort sur l’animal. Jusqu’à ce qu’il prononce à voix haute le mot. Il continua ses explications, toujours aussi imperméable aux possibles réactions, aux contestations peut-être. Imperméable à la nature de l’acte qu’il était en train de commettre. Et alors qu’il imposait sa volonté au lézard, il expliquait l’infime possibilité d’échapper à un tel sort. Grâce aux émotions positives. Sortant de sa bouche, avec tout ce qu’il se passait, le décalage se renforça dans l’impression de Felicia. « Un sérieux à tout épreuve. » En vérité, cet homme finirait son cours même si le monde entier se liguait contre lui ; et ça, c’était effrayant. Il pouvait être un homme très dangereux, comment le directeur ne s’en était-il pas rendu compte ? « Et rancunier. Probablement un peu. » rajouta-t-elle au portrait qu’elle se faisait du professeur alors qu’il était parti "embêter" les deux filles de Serpentard qui discutaient tout à l’heure. Puis, il relâcha enfin son emprise et finit ses explications sur le sortilège. Avant de passer au prochain.

Felicia avait continué de tout noter sur son parchemin, écrivant presque mot pour mot ce que disait le professeur, recopiant le tableau pour des informations qu’elle aurait pu louper et rajoutant dans sa propre marge des informations supplémentaires - ajoutées par le professeur ou venant de ses propres connaissances. La jeune fille était restée impassible durant la totalité de la démonstration, ne sachant réellement comment réagir. Protester, s’indigner, s’égosiller en criant au scandale, sortir de la classe en claquant la porte, traîner le professeur en justice, se plaindre auprès du directeur à la fin du cours ? Des réactions tout aussi valables les unes que les autres. Pourtant, Felicia n’avait que ressenti un mal-être dû à la tension ambiante dans la pièce. Toutefois, une autre partie de son être ne pouvait s’empêcher de se dire qu’elle venait d’assister à quelque chose d’unique. Une démonstration des Sortilèges Impardonnables hors contexte de guerre, c’était impensable. Jamais elle ne trouverait d’autre occasion de revoir une chose pareille sans la moindre pression de subir un des trois sorts directement. La jaune & noir se sentait coupable de se voir si intéressée par ce cours. La curiosité morbide, c’était quelque chose de répugnant. Et justement parce que c’était répugnant, on avait du mal à s’en débarrasser pour la simple raison qu’une curiosité morbide ne s’appellerait pas ainsi si elle ne l’était pas - et qu’elle ne nous fascinait pas. La magie était quelque chose de fabuleux. Et Felicia se passionnait autant pour la magie blanche que pour la magie noire. Elle préférait se concentrer sur le bon côté des choses - et il y avait assez à faire de côté-là pour y consacrer toute une vie -, mais parfois c’était dur de ne pas ressentir l’envie de fouiller du côté des mauvais sorts. La Réserve devait déborder de livres noirs, mais elle s’interdisait d’y penser. Ce cours... était vraiment trop étrange pour elle. La Poufsouffle préféra se concentrer de nouveau sur le cours que de laisser ses pensées dériver. Le professeur de Défense Contre les Forces du Mal avait demandé à la classe si quelqu’un ne pouvait pas parler du Sortilège Doloris. Le tristement célèbre. Ce fut, une nouvelle fois, la même élève de Serdaigle qui répondit à la question, avec toujours autant de sérieux. Est-ce que cette classe était remplie d’insensibles ou de personnes au masque parfait ? Sans trouver de réponse, Felicia ne put s’empêcher de se dire qu’elle n’était pas mieux lotie elle-même et se décida à participer à son tour. Plus vite on passerait en revue les trois sortilèges, plus vite on en aurait fini. « Le lanceur doit vouloir réellement la souffrance de l’autre pour que cela fasse effet cependant. » C’était un détail qu’elle jugeait important. Des sadiques, il y en avait eu dans toute l’école l’année dernière. Mais s'il y en avait un devant eux en ce moment-même, ils le sauraient bien assez vite s’il tentait une nouvelle démonstration et qu’elle réussissait.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8192-serafina-edelweiss-fargerland-the-hardest-part-of-ending-is-starting-againhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8199-serafina-set-the-silence-free-to-wash-away-the-worst-of-me

Arrivé(e) le : 14/08/2017
Parchemins rédigés : 83
Points : 0
Crédit : Pinterest || Endless Love ©
Année : 4ème année.

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: Cours n°1 des 4ème années - Les sortilèges impardonnables   Lun 11 Déc - 17:00

“ Sortilèges Impardonnables ”
Serafina & les 4e Années

Au programme aujourd’hui en Défense contre les Forces du Mal – une matière qui en disait déjà long de par son nom – les Sortilèges Impardonnables. A la seule mention de leur nom, un frisson parcouru le dos de Serafina. Il s’agissait d’un sujet sensible, très sensible, au sein de Poudlard ces temps-ci. L’année passée avait été un cauchemar pour tous les élèves, quoi qu’on en dise, mais les plus infortunés avaient été les né-moldus. Si la vie au château avait été cauchemardesque pour une majorité d’élèves, pour eux, cela avait été un avant-goût de l’enfer, si celui-ci existait. Le pire dans tout ça, c’était que le sujet ressorte aussi rapidement. Pour les 4eme années du moins, qui allaient surement passer les deux heures les plus gênantes de la journée.
Mandrake termina ses explications par la question qui ramènerait des points à la Maison de celui qui répondrait. Quels étaient les trois sortilèges impardonnables. Une question facile selon lui. Alors oui, question facile, car tout le monde connaissait leur nom. Maintenant, l’était-elle vraiment pour ceux qui en avait fait les frais l’année passée ? Certainement pas. Et le cœur de Serafina se serra quand elle entendit la voix de Casey répondre au nouveau professeur. En fait, le pire allait être d’entendre les voix des survivants. La rouquine prit une longue inspiration quand Mandrake rajouta des points à Serdaigle. Certes, elle était contente que sa Maison grappille des points, mais le malaise qui planait sur l’ensemble de la salle était si palpable qu’il en devenait lourd sur ses épaules.

Au loin devant elle, des voix, ressemblant plus à des chuchotements se firent entendre. Parmi ceux-ci, la rouquine reconnu la voix de Zoey. Elle était flanquée par Myla et Wendy, de parfaits archétypes de la « pouf » selon Serafina, et celle-ci leva les yeux au ciel rien qu’en les voyant. Leur conversation n’avait pas l’air d’avoir plu à Brooklyn. Au timbre de sa voix, la rouquine pouvait deviner que les poufs, en particulier Wendy, avait surement fait une remarque désobligeante qui réveillait de mauvais souvenirs au Serpentard. Quand il se retourna vers Casey, la norvégienne eut un nouveau pincement au cœur. L’air lui semblait devenir complètement irrespirable au fil des minutes qui s’écoulaient ; elle n’avait jamais autant eu envie de prendre ses affaires et de sortir de cette classe sans demander son reste. Surtout qu’elle n’avait rien vécu de tout ça, et des remarques concernant son statut de sang-pur, elle en avait reçu des dizaines. Une chose qui avait encore plus creusé la peine qu’elle ressentait pour les né-moldus. Elle n’y était pour rien, c’est vrai, mais ça ne retirait rien à sa culpabilité. Elle tenta de chasser ses idées noires tant bien que mal alors que Mandrake clouait les filles contre leur table avant de retirer des points aux Vert & Argent. Il se lança ensuite dans de longues explications sur l’histoire derrière les trois sortilèges, et Serafina, le moral dans les talons, peinait à tout écrire sans oublier le moindre mot.
Ce fut au tour du sortilège Doloris de refaire surface, et à Casey de répondre, une nouvelle fois. Elle restait impassible, mais Dieu seul savait comment la redoublante prenait sur elle. Quelques secondes après, Felicia compléta les informations qu’avait donné la Serdaigle, en insistant sur le fait qu’un réel désir de faire souffrir la cible du Doloris était requis pour que celui-ci fonctionne ‘correctement’. “Et y prendre du plaisir.” Elle se surprit elle-même à parler tout haut. Ce n’était que des pensées, à la base. Mais en y repensant, elle frissonna de nouveau en réalisant à quel point leurs adversaires de l’année passée étaient des monstres, de véritables hérauts du mal, et son regard se posa sur Brooklyn et Casey, au premier rang, le cœur tellement serré que la rouquine ignorait s’il battait encore.
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8212-poussez-vous-j-arrive-wendy-d-hastingshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8224-wendy-sa-petite-courshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8223-wendy-progression-ascension-et-succeshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8220-wendy-courrier-et-lettres-d-admirateurshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8221-wendy-uniquement-pour-les-autographes

Arrivé(e) le : 21/08/2017
Parchemins rédigés : 181
Points : 7
Crédit : Google
Année : 4ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Daniela et Joanne

MessageSujet: Re: Cours n°1 des 4ème années - Les sortilèges impardonnables   Ven 15 Déc - 14:49

    Wendy était une assez bonne élève, il ne fallait pas le nier. Elle avait toujours des notes correctes et se tenait bien en cours, s'efforçant de toujours donner bonne impression aux professeurs. Elle excellait en théorie même si elle avait un peu de mal à maîtriser sa baguette. Ses sorts ne fonctionnaient pas toujours et alors ? Ça arrivait à tout le monde. Au moins elle essayait, on ne pouvait pas le lui reprocher. Ce n'était pas de sa faute si sa baguette n'était pas très puissante. Elle avait d'autres armes qu'elle savait utiliser s'il le fallait. Et par arme, elle ne parlait pas d'arme moldue. Sa réputation, son influence, sa capacité d'analyse et de manipulation étaient largement suffisantes.

    Le thème du cours du jour avait créé un léger malaise, notamment chez les nés-moldus. A pour ça, certains avaient testé le Doloris l'an dernier. Mais ça leur donnait l'avantage d'en connaître un peu plus que les autres sur les effets du sort. Maigre consolation, elle le concevait mais ils étaient là maintenant, alors ils n'avaient qu'à en profiter pour utiliser cet avantage et gagner des points et c'est ce que fit Casey. En revanche, le blond qui faisait sans cesse la gueule semblait sur le point de s'enfuir en courant. Bah, s'il n'avait pas les épaules pour supporter ce genre de cours, il n'avait qu'à pas revenir à Poudlard. Wendy soupira et reporta son attention sur le cours, prenant des notes en recopiant consciencieusement le tableau du professeur.

    Cela ne l'empêcha pas de réponse à la remarque de Zoey. Oui, ça faisait bizarre que des élèves de quatorze ans connaissent déjà si bien les sortilèges impardonnables mais ce n'était pas étonnant vu les évènements de l'an dernier et c'est ce que Wendy répondit. Les mangemorts avaient laissé leur empreinte. Seulement, ces réflexions, qui étaient parfaitement en rapport avec le cours, rappelons-le, ne semblèrent pas plaire au professeur qui fit un mouvement de sa baguette. Aussitôt, Zoey et elles furent prises en sandwich entre leur chaise et leur pupitre. Le souffle momentanément coupé, Wendy ne comprit pas trop ce qui passait jusqu'à ce que le prof leur retire des points, soi-disant parce qu'elles perturbaient le cours. QUOI ? Wendy en eut une deuxième fois le souffle coupé. Non mais il se prenait pour qui le croque-mort ? On s'intéressait à son cours et c'était comme ça qu'il traitait les élèves ? Non mais fallait l'enfermer, il n’allait pas bien lui ! Et le nettoyage des toilettes il pouvait se le mettre où elle pensait ! Ça n'allait pas se passer comme ça ! Wendy échangea un regard avec Zoey. Elle qui était tant enthousiaste à l'idée de suivre ce cours, l'était-elle encore maintenant ?

    Wendy inspira profondément pour apaiser sa colère. S'indigner maintenant et faire un esclandre ne servirait à rien. Elle avait d'autres armes, oui, et elle allait s'en servir. Ce prof allait le regretter d'une manière ou d'une autre. En tout cas, elle n'allait pas se laisser faire et se laisser humilier de la sorte, surtout qu'elle n'avait rien à se reprocher. Ils étaient dans une salle de classe, pas dans un monastère. Et jusqu'à preuve du contraire, sa réflexion était en rapport avec le cours et n'avait perturbé personne. Les lèvres pincées et confortée dans son idée qu'elle n'en resterait pas là, Wendy continua de prendre des notes et observa la démonstration de l'Imperium sur le lézard. Le prof fit diriger le reptile vers Zoey et elle, espérant peut-être les faire crier ? Si c'était le cas, ce type était vraiment encore plus abruti qu'elle le pensait. Elle n'avait pas peur des lézards, elle trouvait ça juste moche et dégoûtant. Quand le prof força la bestiole à lui tirer la langue, Wendy se retint de lever les yeux au ciel. C'était définitif. Ce prof était complètement débile.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8747-professeur-john-mandrake-termineehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8756-liens-de-john-mandrake#194989http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8755-demandes-de-rp-pour-john-mandrake#194986http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8753-boite-aux-lettres-john-mandrake#194983http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8754-hiboux-express-de-john-mandrake#194984

Arrivé(e) le : 11/11/2017
Parchemins rédigés : 61
Points : 10
PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Aucun

MessageSujet: Re: Cours n°1 des 4ème années - Les sortilèges impardonnables   Sam 6 Jan - 22:14

John ne put s'empêcher de remarquer la tension présente dans la salle de cours. Cela lui importait peu, il comptait bien mener le cours jusqu'au bout sans s'arrêter. Ces trois Sortilèges sont importants à comprendre et à connaitre. Ils sont certes difficiles, voire quasiment impossibles à contrer, mais la moindre information peut être vitale lors d'une confrontation. Casey N. Beckett prit à nouveau la parole pour apporter les premières informations sur le sortilège Doloris. Si cela la gênait d'en parler, elle ne laissait rien transparaître.

Du latin Dolor, Doloris qui signifie la douleur ou, plus précisément, une peine morale, une douleur profonde, qui consume l’esprit.

Mandrake acquiesça.

- Exact. Le sortilège de douleur. Lorsque ce sort est utilisé, la victime va ressentir une douleur très forte dans tout son corps. Plus précisément, c'est le système nerveux qui va s'affoler pour faire ressentir cette douleur dans les moindres recoins. Elle n'est pas ciblée sur un organe ou sur un membre, elle sera généralisée. Il est interdit depuis 1717 en même temps que l'Imperium... Le Doloris a servi pendant des siècles comme punition ou comme moyen de torture. Il a été autorisé par plusieurs gouvernements à différentes époques, le dernier à l'avoir autorisé fut celui des Mangemorts et de Lord Voldemort avant sa défaite face à Harry Potter. Pour une courte durée, heureusement. 10 points pour Serdaigle.

Ce fût au tour de Félicia A. Williams de prendre la parole. Elle souhaitait apporter un détail concernant le sortilège Doloris et Mandrake appréciait cela. Il y avait beaucoup à dire et si les langues commençaient à se délier pour donner un peu plus d'entrain à la leçon il n'était pas contre.

- Le lanceur doit vouloir réellement la souffrance de l’autre pour que cela fasse effet cependant.

Le professeur acquiesça de nouveau et répondit.

- Tout à fait. 10 points pour Poufsouffle. C'est le moteur de ce sortilège. Si nous devions faire une comparaison... Un Patronus vous demandera d'aller chercher vos intentions les plus nobles et les plus pures pour être utilisé à pleine puissance. Nous avons le cas inverse avec le Doloris. Si l'utilisateur veut vous voir souffrir pour une raison ou une autre et que cette raison alimente sa rage ou sa colère à votre encontre alors le sortilège sera dévastateur - sans pour autant être mortel. S'il a été interdit par le passé c'est bien évidemment pour des raisons morales, mais pour autre chose également.

Ce fut au tour de Serafina E. Fargerland d'intervenir, elle compléta la pensée de John sur le Doloris.

- Et y prendre du plaisir.

John fit un signe de tête pour accompagner son propos.

- Oui. Y prendre du plaisir est l'élément fondamental de ce sortilège. Cela renforce la conviction de l'utilisateur et amène beaucoup plus de ressources afin de torturer. Depuis, les différents gouvernements usent d'autres méthodes afin d'obtenir des informations. Les seuls à encore pratiquer cela sont les mangemorts. 10 points pour Serdaigle.

Un mensonge éhonté, mais que pouvait-il dire de plus...? Que le ministère utilisait ce sort dans des cas extrêmes seulement...? Des enfants n'avaient pas à en savoir plus compte tenu de l'ambiance déjà un peu tendue de ce cours. Mandrake avait déjà utilisé le Doloris sur des Mangemorts, dans les cellules spéciales du Ministère. Le manque de temps, le manque de préparation, l'urgence du moment nécessitaient parfois des pratiques peu orthodoxes pour obtenir des informations. C'était la seule chose dont il ne tirait aucune fierté dans son ancien métier. Cela ne le dégoûtait pas pour autant: chacune des victimes l'avait amplement mérité au regard de ce qu'ils avaient osé commettre... Pour ce qu'il en pensait, certains mangemorts avaient eu des morts bien trop rapides lors du combat face à Voldemort. Les parents de Neville Londubat par exemple auraient mérité un autre genre de justice... Dans l'utilisation de ce sortilège, il voyait un juste retour des choses: Œil pour œil, dent pour dent.

John se tourna vers le lézard dans sa prison de verre, il pointa sa baguette dans sa direction et prononça la terrible formule.


- Endoloris.

Avec étonnement, les élèves constatèrent que le lézard ne réagissait pas. Ce fût le verre du terrarium qui se fissura de partout dans un bruit strident, et la structure de métal tenant le tout debout se mit à grincer et à se plier. L'animal clignait des yeux, tournant légèrement la tête de gauche à droite. Mandrake approcha sa main et caressa distraitement la tête de la bestiole pour la rassurer. Son terrarium était en piteux était et tenait à peine debout.

- Le sortilège peut également être utilisé pour abîmer, endommager des structures. Cette utilisation est plus rare de nos jours, mais de nombreux mouvements obscurantistes par le passé l'ont utilisé pour défigurer de manière permanente des œuvres d'art. La particularité est que l'objet, malgré tout vos efforts:

John tapota avec sa baguette sur le terrarium, une lueur au bout.

- ne pourra jamais être réparé. S'en défendre est pratiquement impossible, d'où sa dangerosité et les lourdes condamnations qui découlent de son utilisation.

John prit le lézard et le déposa sur son bureau tandis qu'il déplaçait le terrarium en lévitation dans un coin de la salle pour le reste du cours.

- Maintenant, le sortilège de mort. Que pouvez-vous me dire sur celui-ci?




" Le feu couve dans une âme plus sûrement que sous la cendre "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8215-understood-the-mind-is-bigger-than-the-whole-universe-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8229-too-many-things-in-my-head-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8230-look-what-i-did-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8231-real-talk-caseyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8232-real-fast-talk-casey

Arrivé(e) le : 22/08/2017
Parchemins rédigés : 836
Points : 36
Crédit : Liu ♥ (Frances Cobain)
Année : Quatrième (redoublante)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Billie

MessageSujet: Re: Cours n°1 des 4ème années - Les sortilèges impardonnables   Sam 6 Jan - 23:43


❝ Les sortilèges impardonnables ❞Quatrième annéeLe professeur Mandrake continuait son cours comme si de rien n’était, reprenant ce que les rares élèves à oser élever la voix disaient pour compléter leurs propos. Ils semblaient tous être parfaitement au point sur ce sortilège, voyait-il réellement un intérêt quelconque à poursuivre sa leçon ? Bien évidemment que oui. Casey sentit une pointe d’amertume naître sur son visage mais elle la conversa par devers elle alors que leur enseignant leur assurait que seuls les mangemorts utilisaient désormais ce sortilège. Mais oui bien sûr. Il pensait sincèrement qu’ils allaient le croire ? Tous ici dans cette salle pouvaient témoigner que les mangemorts utilisaient ce sortilège, Casey s’en souvenait encore parfaitement, les poings serrés sur les cuisses, tentant de refouler des souvenirs de tortures passées. Mais elle n’allait certainement pas avaler le fait que les Aurors et autres pointes du ministère n’en fassent pas non plus usage. Alors que le professeur Mandrake se tournait de nouveau vers le pauvre lézard qui n’avait rien demandé, la brune sentit ses poings se crisper un peu plus. L’Imperium, passe encore. Mais le Doloris ? Ses yeux se fermèrent violemment alors qu’il prononçait la formule, comme si ça allait empêcher ce qui le lézard de souffrir. Au bout de deux longues secondes, quand elle n’entendit rien, pas même un murmure de protestation dans la pièce, elle rouvrit les yeux au moment où leur enseignant expliquait une autre utilisation du sortilège Endoloris. En voyant le vivarium complètement ébréché de toutes part, elle comprit qu’il avait lancé la formule contre l’habitat du lézard et pas contre le lézard lui-même. Il ne remonta pas dans l’estime de la jeune femme mais, au moins, il ne descendit pas plus bas. Et c’est avec un véritable intérêt qu’elle nota, cette fois-ci, la différente utilisation qui pouvait être faite du sortilège. Est-ce qu’il fallait vouloir la souffrance de l’objet visé également ? C’était quand même un peu plus complexe à concevoir, aussi nota-t-elle quelque chose dans la marge de son parchemin pour penser à faire quelques recherches, préférant mille fois passer un moment le nez dans des livres plutôt que de poser une seule question à ce professeur qui ne lui inspirait nulle confiance, nulle sympathie.

Puis, suite logique, ils passèrent au dernier des sortilèges impardonnables : le sortilège de la mort. Toute cette histoire commençait sérieusement à l’agacer, ses nerfs, et elle ne devait pas être la seule dans ce cas-là, étaient mis à rude épreuve par toute cette théorie sur des sortilèges qu’ils n’auraient, de toute manière, jamais à lancer et qu’elle espérait ne plus jamais avoir à faire face. Comme si ça pouvait faire accélérer le cours, le faire se terminer plus vite, bien qu’une petite partie d’elle-même craigne de voir l’application de ce sortilège sur le pauvre lézard. L’Avada Kedavra nécessite une grande puissance magique pour avoir l’effet escompté, à savoir, tuer la personne visée. C’était à la base un sortilège, araméen ou peut-être phénicien, supposé faire disparaître des maladies. Pouvait-on terminer toute cette mascarade maintenant ?
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8200-felicia-anna-williams-toujours-aller-de-l-avant-terminee?nid=5#185208http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8203-felicia-a-williams-lire-en-toi-comme-dans-un-livre-ouvert#185253http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8262-felicia-journal-perdu-pour-ne-rien-oublierhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8263-felicia-de-l-encre-blanche-sur-une-page-noire#187070http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8264-felicia-del-encre-oh-une-tache#187071

Arrivé(e) le : 19/08/2017
Parchemins rédigés : 296
Points : 18
Crédit : Me (Millie Bobby Brown)
Année : 4ème année (14 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Hilary Fitzpatrick-Priest

MessageSujet: Re: Cours n°1 des 4ème années - Les sortilèges impardonnables   Dim 7 Jan - 19:22


cours de DCFM : les sortilèges impardonnables
Tout continuait, rien ne s’arrêtait, le cours poursuivait son cours comme si de rien n’était. La classe était clairement sous tension, au point que l’atmosphère aurait pu en être palpable. On aurait pu toucher l’électricité dans l’air et le mal-être que ce cours infligeait à la majorité de la classe, si ce n’était pas tout le monde. Mais ce n’était pas tout le monde. Le professeur ne se sentait pas du tout concerné par tout ceci. En vérité, il ne se sentait peut-être même pas concerné par le sort de ses élèves, de ce qu’ils auraient pu vivre ; non. Il était là pour faire son cours, pour leur enseigner le programme de l’année, pour leur inculquer une connaissance nécessaire. C’était sur sa liste, alors il allait le faire, que les élèves le sachent déjà ou non, que cela les mette mal à l’aise ou non. Es-ce qu’il les voyait seulement ? Ou est-ce que le professeur Mandrake n’avait devant lui que des fantômes ou des pantins qui n’étaient là que pour assister au cours et répondre aux questions ? Felicia se demandait s’il vivait avec le même sérieux tous les jours, à toute heure de la journée. Cela devait être drôle de le voir à faire ses courses et de remplir coûte que coûte sa liste. Enfin, drôle n’était pas forcément le mot approprié, et surtout pas pour l’instant qu’ils vivaient maintenant. Le professeur Mandrake venait tout de même de faire une démonstration d’un sortilège impardonnable et il continuait le cours. Il avait fait sa démonstration et enchaînait sur une question, le plus normalement et calmement du monde. La tension montait graduellement aussi. Peut-être parce que ce soir avait été utilisé sur des élèves l’année dernière. Peut-être parce que tout le monde anticipait la prochaine et dernière question sur les trois. Peut-être parce qu’on ne savait à quoi on pouvait s’attendre avec ce nouveau professeur et cet inconnu dans l’équation était très effrayant. Peut-être les trois. Effectivement, pour un premier cours, la classe n’était pas près de l’oublier. Mandrake avait au moins eu le mérite de les stimuler, même si la façon de le faire n’était pas louable. Felicia n’était pas prête d’oublier ce cours, ça non. Surtout pas avec la première démonstration. Elle continuait d’observer les événements. Elle voulait continuer d’observer les événements. Pourtant, la Poufsouffle y prit quand même part en répondant à la question après la Serdaigle. Cette dernière avait déjà été identifiée comme étant très intelligente. Les cours n’avait pas repris depuis si longtemps que, déjà, la jeune fille pouvait remarquer qu’elle répondait toujours première à tous les cours. Mais pour répondre à celui-là, il fallait avoir un certain courage.

Elles furent trois, au final, à apporter des précisions quant au sortilège du doloris. Le professeur apporta ses propres précisions et donna les points au maison concernée. Felicia nota scrupuleusement tout ce qu’il disait, tout ce que ses camarades apportaient comme précisions et tout ce qui pouvait être noté au tableau. Sa feuille commençait à être noircie par l’encre tellement la jaune & noir griffonné dessus, dans tous les sens possibles. Elle avait séparé son parchemin en trois, une partie pour chacun des sorts. Les notes principales prenaient place sur le centre du parchemin, mais chaque parenthèse, chaque précision donnée, chaque connaissance personnelle qu’elle ne voulait pas oublier, elle les notait dans sa marge ou là où il y avait de la place. Sa feuille ne ressemblerait plus à rien, mais au moins, aucun détail ne lui aurait échappé, qu’elle les connaisse déjà ou non. La jeune fille se sentait presque coupable d’autant s’impliquer dans ce cours et de noter scrupuleusement chaque détail. La démonstration n’aurait pas dû autant la fasciner. Pourtant, Felicia gardait ses yeux grands ouverts. Même quand le professeur Mandrake s’apprêtait à faire une nouvelle démonstration, elle garda ses yeux grands ouverts. Elle n’approuvait pas du tout ce qu’il allait s’apprêter à faire, la pauvre bête n’avait rien demander. Mais, ses yeux ne voulaient plus se fermer et ses sourcils se fronçaient de plus en plus. Si ce sort réussissait, après tout ce qu’elles avaient dit, ce prof allait être catégorisé comme sadique, fou furieux, extrêmement dangereux et prêt à être renvoyé. Est-ce qu’il le savait ? Est-ce qu’il mesurait seulement la gravité de ses actions ? Est-ce qu’il... « Endoloris. » Ses yeux ne voulaient pas se fermer... Crac ! Avec grand étonnement - et soulagement - ce fût le verre qui se brisa. Le lézard ne souffrit pas, aucune douleur atroce, aucune convulsion, rien. Ce fût le verre, et rien que le verre qui pâtit du sort. Par Dumbledore, tant mieux ! Felicia n’était pas certaine d’avoir voulu voir ça, même si une voix lointaine ne cessait de dire qu’ils venaient de louper une occasion en or. Non. Ce professeur n’était pas non plus sans cœur. Difficile à croire encore pour le moment, mais il y avait un espoir en le voyant ainsi rassurer la pauvre bête. Cette façon d’utiliser le sort était nettement plus intéressante et la jaune & noir nota cette façon de faire sur son parchemin. Ça, pour le coup, elle ne le savait pas et l’information avait sûrement dû se perdre parmi tous les documents relatant de la première utilisation du sort qui était, elle, beaucoup plus connue et utilisée, malheureusement. Un objet qui ne pourrait jamais être réparé... Avec l’atmosphère si étrange qui régnait dans la pièce, cette simple affirmation rendait presque triste la Poufsouffle. Là, tout de suite, elle se rendait compte à quel point la magie était à la fois merveilleuse et dangereuse. Et tout ceci était absolument fascinant. Finalement, le verre brisé était peut-être moins déplorable qu’un lézard torturé injustement, mais cela avait son poids dans la conscience de Felicia qui regarda les bouts de verre se ranger dans un coin de la classe.

« Maintenant, le sortilège de la mort. » Le fameux ! Le dernier de la liste et sûrement le pire. Oh, ils étaient tous horribles, preuve en était qu’ils étaient tous condamnables et leur utilisation prohibée, mais celui-là... faisait hérisser le poil rien qu’à son entente. C’était encore une fois la Serdaigle qui répondit la première à la question, encore plus rapidement que les fois précédentes lui semblait-il. Felicia se doutait sans mal de la raison : il était temps d’en finir. Ils étaient enfin arrivés à ce fameux sort, au dernier, et il n’y aurait sûrement pas de pratique de leur part; Qu’ils disent ce qu’il y avait à dire et ils pourraient partir rapidement. Si l’on partait dans cette optique-là, la jeune fille n’avait aucune raison de se retenir à dire ce qu’elle savait. « Étymologiquement, cela signifie "que la chose soit détruite". On ne survit pas au sort, mais on peut tout de même l’esquiver ou le contrer. Le seul survivant connu à ce jour est Harry Potter. » Bien que contrer le sort doit être extrêmement compliquer. Felicia ne voyait pas quoi ajouter d’autre et entreprit de noter ce que Casey avait elle-même dit.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: Cours n°1 des 4ème années - Les sortilèges impardonnables   

Revenir en haut Aller en bas
 
Cours n°1 des 4ème années - Les sortilèges impardonnables
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard, 19 ans après. :: Poudlard :: 
Le Premier Étage
 :: Cours de DCFM
-
Sauter vers: