AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 C'est en se plantant que l'on peut pousser... ~ Hadley & Victoire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7627-life-goes-on-victoire-gardner-oaken-terminehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7636-victoire-gardner-oaken-fiche-de-liens

Arrivé(e) le : 15/10/2014
Parchemins rédigés : 1795
Points : 3
Crédit : *moi(Bridget Satterlee)
Année : 5ème (15 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Jill J. Adams, Myla H. Starkey & Allen Rivers

MessageSujet: C'est en se plantant que l'on peut pousser... ~ Hadley & Victoire    Dim 22 Oct - 14:13

Hadley

Victoire
C'est en se plantant que l'on peut pousser...

Même si les nés-moldus avaient été enfermés, malmenés, blablabla, les sorties à Pré-Au-Lard n’étaient pas supprimées et c’était pour mon plus grand plaisir ! Enfin la possibilité d’aller flâner à droite et à gauche en toute tranquillité. Ma dernière tentative d’évasion s’était soldée par une punition salée, plusieurs avertissements et un regard tueur de la part de mon père, mais il n’y avait aucun danger à se promener à Pré-Au-Lard et à explorer un peu les environs. Les grappes d’élèves se pressaient déjà vers les grilles, emmitouflées dans de grosses écharpes pour échapper au vent de l’automne. Pourquoi fallait-il toujours qu’ils se trimballent ensemble ?! Ils n’étaient pas capable de se démerder un peu seuls, pour une fois ? Hors de question pour moi de jouer les copinettes de quelqu’un et de me pointer quelque part avec un troupeau dans les pattes. Je dépassais donc un groupe de jeunes de quatrième année en leur lançant un regard ahuri et avançais en réfléchissant à ce que j’allais pouvoir faire de sympa. J’avais horreur des boutiques justement à l’idée de croiser tous les élèves de l’école et passer devant Honeydukes me le confirma. Ils étaient tous agglutinés devant un tonneau de bonbons qui ne me disait rien qui vaille. Espérant qu’ils choppent tous des caries et que l’infirmier ne puisse rien faire pour eux, je m’apprêtais à renier également les Trois Balais, bondés de monde, mais quelque chose attira mon attention à la dernière minute : un serveur ! Jeune serveur que je n’avais jamais vu auparavant et qui semblait avoir deux mains gauches. Il jetait des choses dans un tonneau situé non loin de l’entrée et je le suivis des yeux alors qu’il rentrait de nouveau dans l’établissement. Mouais bon, les Trois Balais était rempli d’abrutis, si j’y entrais, j’allais rehausser un peu le niveau, ce qui n’était pas plus mal !

Je passais par la même porte que le jeune homme avant d’aller me glisser directement au bar, histoire d’avoir toutes mes chances pour que ce soit lui qui me demande ce que je voulais. Il le fit après de longues secondes et je plongeais tout de suite mon regard dans le sien pour mener à bien la mission évidente que je venais tout juste de m’auto-attribuer. « Un Whisky Pur Feu, s’il vous plaît…. » Il me dévisagea quelques secondes et je finis par pincer les lèvres avant de rectifier, un petit sourire au coin des lèvres : « Une Bièraubeurre en fin de compte…. » Je pensais avoir capté son regard et avoir réussi à l’envoûter sans faire aucun effort, mais il baissa rapidement les yeux, ne les relevant plus vers moi, même pour me dire : « Vous pouvez aller en salle, je vous apporte ça tout de suite. » Furieuse, je passais mon chemin en sachant pertinemment que je n’abandonnerai pas la partie si vite et je dirigeais vers…. Vers rien du tout, il n’y avait pas la moindre place. Je repérais une chaise vide, à côté d’une fille et eus le culot d’aller m’y installer sans demander mon reste. Cette place m’arrangeait puisque je pouvais l’orienter face au bar ! Parfait pour le serveur qui avait décidé de m’échapper. Croisant les jambes après m’être installée, je commençais à sourire toute seule en l’imaginant se transformer en mouton, proie parfaite qui ne résistait jamais au loup affamé. Pourquoi résisterait-il, lui, hein ? Je perdis un peu mon sourire en remarquant que la personne à côté de qui je m’étais assise me regardait du coin de l’œil. Je lui coulais le même genre de regard avant de détourner un peu les yeux, style de rien… mais cela ne dura que quelques instants, je me sentis obligée de regarder l’élève de nouveau, et, forcée de dire quelque chose, je demandais, à contre cœur : « Tu attendais quelqu’un, c’est ça ? » C’était une fille. Je regardais ce qu’elle avait devant elle. Avec un peu de chance, elle avait presque fini et allait partir dans les secondes à venir….Espérons !







(c) black.pineapple
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 25/08/2012
Parchemins rédigés : 1669
Points : 6
Crédit : Avatar : Vandetta ; Signature : Faushtine & tumblr
Année : 5ème année (14 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?:
D'autres comptes ?: Milo ♣ Brooklyn ♣ Anoushka ♣ Blake

MessageSujet: Re: C'est en se plantant que l'on peut pousser... ~ Hadley & Victoire    Mar 24 Oct - 19:37


❝ C'est en se plantant que l'on peut pousser... ❞Hadley & Victoire
Assise à ma table, seule, j’observais les gens qui m’entouraient. Ce n’est pas comme si j’avais quelque chose de plus important à faire, pour être honnête, mais j’aimais bien faire ça de temps en temps. J’essayais d’imaginer ce qu’il se passait dans la tête de chacun et la vie qu’ils devaient avoir, tous. C’était un exercice qui demandait autant d’imagination que de capacité d’observation. Il fallait observer correctement pour obtenir quelques indices sur la vie des uns et des autres qui permettraient de faire quelques déductions intéressantes. Pour le reste, libre à l’imagination de broder autour, romançant de temps à autres la vie des gens. Quant à savoir si j’avais visé juste ou pas, c’était encore une autre question. J’ai tenté à plusieurs reprises d’interroger les gens sur leur vie, histoire de voir si j’avais eu raison ou non, mais peu sont enclin à me répondre. Bien souvent ils me regardent mi-étonné, mi-effrayé et ils me fuient, rapidement, en marmonnant des choses qui s’apparentent souvent à “elle n’est pas bien celle-là !” C’est dommage, du coup je ne saurais jamais, mais ça n’a pas l’air de les déranger. Cela ne m’empêche pas de continuer malgré tout mon petit jeu. Il faut dire que je viens souvent seule à Pré-au-Lard, rares sont les gens qui arrivent à me supporter une après-midi entière sans avoir envie de se pendre ou de me frapper. Du coup, une fois que j’ai fini de faire mes courses, une fois sur deux, je vais aux Trois Balais ou au Salon de thé. Lors de notre première sortie, je suis allée au salon de thé, du coup aujourd’hui j’ai décidé d’honorer de ma présence les Trois Balais. Ce n’est pas toujours facile d’y trouver une place pour être honnête, le pub est souvent pris d’assaut par mes camarades. Mais aujourd’hui je n’avais pas grand chose à faire alors du coup j’ai pu trouver une table assez facilement.

J’ignore depuis combien de temps je suis ici. Le serveur prenant mon verre à chaque fois que je le termine, j’ai dû mal à me souvenir si j’en suis à 3 ou 4 thé glacé. Le nombre de mes allers-retours aux toilettes me laissent à penser que je suis ici depuis longtemps, mais à savoir combien de temps exactement, c’est encore une autre histoire. Il fait chaud, il y a de l’animation et l’après-midi est encore loin de toucher à sa fin, je n’ai donc pas réellement de raison de rentrer au Château. La table à la droite de la mienne a changé 2 fois de “propriétaires”, si je puis dire ça comme ça. Quand je suis arrivée, il y avait 2 filles qui y étaient assises, gloussant pour un rien à chaque fois que le serveur faisait sa tournée dans le bar. Il n’a pas relevé et j’ignorais si c’était parce qu’il ne les avait pas remarqué ou parce qu’ils s’en moquaient. Les voyants un peu être déçues du manque d’attention du jeune homme, je me suis permise de mettre le doigt dessus quand il m’a apporté un de mes verres. Visiblement mon initiative ne fut pas appréciée à sa juste valeur. Lui c’est contenté de lever un regard presque blasé sur les filles et de dire que c’était “bien”, alors qu’elles, rouge pivoine, sont parties en m’insultant. Il a dit que c’était “bien”, pourquoi elles m’insultent ? J’avoue ne pas avoir compris, mais je ne comprends jamais rien de toute façon. Après les deux filles, j’ai le droit depuis 1 verre et demi environ à un petit couple qui ignorent royalement le monde qui les entourent pour vivre leur amour. Grosso modo, ils passent leur temps à se chatouiller la glotte.

Après avoir observé un groupe de garçons en train de, visiblement, préparer un mauvais coup, je posais mon regard sur une fille qui venait de faire son entrée dans le pub. Grande, brune, magnifique. Elle se dirigea directement vers le bar pour commander une boisson. Enfin en tout cas c’est ce que je supposais, parce que j’ai du mal à voir ce que tu peux commander ici, si ce n’est de quoi boire. Le serveur ne porta pas plus d’attention à la fille. Décidément, soit les filles ne l’intéressaient pas, soit il était déjà en couple, soit, comme ça peut arriver, il n’a aucun attrait pour ce genre de choses. Je me demande quelle est sa vie à lui. Perdue dans mes pensées, en train d’essayer de deviner, je me rends compte après quelques instants que quelqu’un s’est installée à mes côtés. La jeune fille que j’observais quelques instants plus tôt venait d’élire résidence à ma table, comme si c’était le plus normal du monde. Je ne dis rien, l’observant en coin. Elle est encore plus jolie de prêt que de loin, ce n’est pas toujours le cas. Elle finit par me demander si j’attendais quelqu’un et je me contente dans un premier temps de dire non de la tête. Tu sais que tu es encore plus jolie de près que de loin ? Lui dis-je d’un ton totalement détaché et sérieux. C’était une observation totalement objective et j’étais persuadée que ce que je pensais, les autres le pensaient aussi. Cela dit, j’étais malgré tout admirative de cette capacité. Peut-être que si je décidais de la prendre comme exemple avec mon don, moi aussi j’arriverais à être jolie de près et de loin.

©️ 2981 12289 0



« I'm lost ... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7627-life-goes-on-victoire-gardner-oaken-terminehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7636-victoire-gardner-oaken-fiche-de-liens

Arrivé(e) le : 15/10/2014
Parchemins rédigés : 1795
Points : 3
Crédit : *moi(Bridget Satterlee)
Année : 5ème (15 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Jill J. Adams, Myla H. Starkey & Allen Rivers

MessageSujet: Re: C'est en se plantant que l'on peut pousser... ~ Hadley & Victoire    Mer 1 Nov - 9:58

Hadley

Victoire
C'est en se plantant que l'on peut pousser...

Les Trois Balais, les Trois Serpillères tant qu’on y est ! Heureusement que le serveur m’avait fait de l’œil, sinon, j’aurais renié cet endroit minable à vie. Marcher dans les rues de Pré-Au-Lard, toute seule, comme une âme en peine était une idée qui me convenait et j’avais prévu de rejoindre mes quartiers avant que l’attroupement d’élèves n’ait la même idée que moi. Etre toute seule et ne pas partager l’instant de cette sortie était peut-être triste pour certain, mais j’en étais ravie. Isidore était la seule personne à qui j’avais pensé pour traîner ici, mais il avait ses amis, son petit entourage et l’idée s’était éliminée d’elle-même assez vite. De toute façon, ma fierté m’empêchait d’aller lui proposer cette balade ! Je me retrouvais donc devant la porte de l’établissement en question à reluquer un serveur (pas extraordinaire, mais ça faisait l’affaire !) avant d’y entrer à mon tour pour essayer de m’amuser quelque peu avec mes petits pouvoirs de demi-vélane. J’avais fini par me dire qu’en étant simplement « demi », les pouvoirs désirés étaient forcément diminués… amoindris ou je ne savais quoi encore ; mais ça, je ne pouvais l’accepter ! L’idée était d’essayer de travailler la chose, même si ça ne marchait pas.

Mal à l’aise parmi tant d’élèves et rageuse d’avoir raté la première tentative avec le serveur, tandis que je passais une commande, je dénichais assez vite une place à côté de quelqu’un qui n’avait pas l’air d’attendre une foule de « super copains ». Une jeune fille, blonde. Voilà le verdict de ma micro-seconde d’observation au moment de lui demander si elle attendait quelqu’un et au moment où elle secoua la tête pour me dire que non. J’étais prête à monter mille et uns plans pour faire payer au serveur son désintérêt quand une voix assez proche de moi s’éleva. Ma voisine, à n’en point douter. Ce furent ses paroles qui me clouèrent sur place… « Encore plus jolie de près que de loin » ?! C’était elle qui avait dit ça ? En levant les yeux vers elle, je remarquais que son regard était dirigé dans ma direction.

Il n’était pas question de confiance en soi, mais je fus obligée de me retourner pour voir si elle parlait à quelqu’un d’autre qu’à moi. Portant de nouveau mon attention vers elle, j’écarquillais légèrement les yeux avant de finalement lui lancer un regard forcément un peu soupçonneux. Sur le même modèle de la phrase qu’elle venait de me sortir, je pris la parole à mon tour pour lui dire : « Tu sais que tu viens de parler tout haut ? » Incapable de détacher les yeux de la petite (ou pas si petite, allez savoir), mes pensées allaient à toute allure et j’étais en train de me demander si ce que j’avais voulu faire avec le mec du bar était en train d’avoir effet avec la petite blonde de la table. Impossible ! Flippant….et curieux aussi…. C’est au bout de longues, très longues secondes, que je coupais le contact visuel pour diriger mes yeux vers le serveur. Je tendis le cou pour l’apercevoir (cela pouvait passer pour une envie d’être servie, non ?) et remarquais qu’il était en train de déposer les commandes des gens sur le bar et qu’une autre serveuse allait faire sa petite distribution. Ok, je n’allais pas le revoir de près ! Ma Bièraubeurre arriva d’ailleurs quasiment pendant que je faisais cette triste constatation. Je tirais l’énorme verre près de moi et relevais les yeux vers ma « voisine de table », lui demandant : « Tu aimes la Bièraubeurre ? » Elle l’ignorait sûrement, mais je ne lui demandais pas ça pour faire connaissance ou simplement causette. Ce qu’elle m’avait dit, comme un cheveu sur la soupe, ne cessait de me tourmenter… Je n’avais pas la moindre idée de comment engager une conversation normale ni même une solution pour revenir ce qu’elle avait dit (elle l’avait dit à moi, nous étions d’accord ?) quelques instants auparavant. Peut-être était-il temps de sortir les conseils de Madi’ et son acolyte Roxy ? Histoire de faire un effort…. Ou étais-ce complètement inutile…








(c) black.pineapple
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 25/08/2012
Parchemins rédigés : 1669
Points : 6
Crédit : Avatar : Vandetta ; Signature : Faushtine & tumblr
Année : 5ème année (14 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?:
D'autres comptes ?: Milo ♣ Brooklyn ♣ Anoushka ♣ Blake

MessageSujet: Re: C'est en se plantant que l'on peut pousser... ~ Hadley & Victoire    Jeu 2 Nov - 11:22


❝ C'est en se plantant que l'on peut pousser... ❞Hadley & Victoire
Les gens sont toujours surpris de m'entendre dire ce que je pense, comme si ça ne se faisait pas. Je le vois constamment, à chaque fois que j'ouvre la bouche pour dire quelque chose, je vois leur regard s'agrandir d'étonnement et parfois de stupeur. Bon, souvent ça se mêle rapidement à l'ennui et à l'agacement, mais c'est encore une autre histoire. Ma famille me l'a souvent dit que ça ne se fait pas de dire tout haut ce que l'on pense tout bas. Mais j'avoue ne pas comprendre pourquoi. Si on le pense, pourquoi n'a-t-on pas le droit de le dire ? Ils ont tenté de m'expliquer que parfois, il vaut mieux garder pour soi nos pensées. Quand on nous demande notre avis, parfois on le requière vraiment et parfois on attend qu'on nous mente. Et j'avoue que là non plus je n'ai pas compris. Quand on me demande mon avis, je m'attends à avoir le droit de le donner et pas à dire un mensonge qui fera plaisir à l'autre. Sinon qu'il le demande vraiment "dis moi un mensonge qui me fera plaisir !". Je déteste mentir et je déteste les mensonges, mais toujours selon ma famille c'est parfois socialement acceptable de mentir, voire même préférable. J'avoue que moi, ça me dépasse. Surtout qu'en plus il faut savoir quand on veut vraiment notre avis et quand on ne le veut pas vraiment. Soit disant qu'avec de l'expérience, on le sait rapidement, on finit par le repérer. Pour ma part, je ne comprends jamais rien et au final ça me passe au dessus. C'est de toute façon plus fort que moi de dire ce que je pense alors je le fais, sans vraiment songer aux conséquences. De toute façon j'ai pris l'habitude de voir les gens me fuir quand ils en ont marre. Oui je sais. Lui dis-je simplement en la fixant toujours. Evidemment que je le sais. Je constate encore une fois que j'aurais peut-être dû me taire, mais j'avoue ne pas comprendre pourquoi. Qu'ai-je fait de mal ? N'ai-je pas le droit de lui dire qu'elle est belle ? Je pensais que si c'était un compliment, ça passerait mieux. Surtout que dans mon cas, au delà d'un simple compliment, je viens surtout de mettre en évidence la réalité : elle est encore plus belle de près que de loin.

Je la vois gesticuler dans tous les sens sur son siège, en quête de je-ne-sais-quoi. Est-ce qu'elle doute que je lui parle à elle ? Pourtant nous ne sommes que 2 à cette table et je ne me vois pas parler à quelqu'un qui ne s'est pas installé à côté de moi. Et puis objectivement, je ne vois pour le moment aucune autre personne pour qui la phrase conviendrait. Certaines sont très belles, je ne remets pas en doute ça, mais pas forcément encore plus belle de près que de loin. Bien souvent tu vois leurs défauts quand on se rapproche. Rien de vraiment dérangeant, ça n'enlève pas forcément de leur charme, mais c'est une réalité. Alors qu'elle, je n'ai pas la sensation qu'elle ait beaucoup de défauts. Elle doit en avoir, mais je ne la connais pas pour les remarquer. Je trempe mes lèvres dans mon thé glacé et j'en bois quelques gorgées. Elle n'a pas l'air d'être très bavarde, cela dit ce n'était peut-être pas pour faire la conversation qu'elle est venue s'asseoir ici. Tant pis, cela ne me dérange pas, je me contenterais de la regarder à loisir en tentant d'assimiler tous les traits de son visage pour tenter de les reproduire ensuite. Mais finalement elle me donne tort en reportant son attention sur moi. Est-ce que j'aime la bièraubeurre ? Je lui réponds le plus naturellement du monde Non, pas vraiment, je trouve ça trop sucré. Cela fait un moment que je n'ai pas retenté d'en boire, il est vrai, mais ça ne m'a jamais apparu comme une boisson délicieuse jusqu'à présent. En général je teste tous les ans des boissons que je n'aimais pas pour vérifier si mes goûts ont changé et même si je ne déteste pas profondément, je ne prends jamais beaucoup de plaisir à en boire. Est-ce que tes parents sont aussi beaux que toi ? Lui demandais-je sans préambule. Il y a 2 solutions en général : soit vous avez un très bon patrimoine génétique, soit alors c'est uniquement le pur fruit du hasard, avec de bonnes combinaisons, rien de plus. Bon, c'était un peu plus complexe que ça, bien évidemment, mais on ne va pas rentrer dans les détails. Bien souvent les gens se moquent des détails, il faut toujours simplifier pour qu'ils comprennent quelque chose. Là on ne va pas parler de combinaisons d'allèles récessifs ou dominants. Je lui offre un sourire, ne voulant pas paraître trop étrange, même si à mon avis je l'étais quand même déjà à ses yeux.

©️ 2981 12289 0



« I'm lost ... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7627-life-goes-on-victoire-gardner-oaken-terminehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7636-victoire-gardner-oaken-fiche-de-liens

Arrivé(e) le : 15/10/2014
Parchemins rédigés : 1795
Points : 3
Crédit : *moi(Bridget Satterlee)
Année : 5ème (15 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Jill J. Adams, Myla H. Starkey & Allen Rivers

MessageSujet: Re: C'est en se plantant que l'on peut pousser... ~ Hadley & Victoire    Lun 6 Nov - 19:23

Hadley

Victoire
C'est en se plantant que l'on peut pousser...

Destinée à être seule et à ne pas rester dans ce bar plus de quelques minutes (sauf en cas de réussite de mon petit plan), je m’installais à contre cœur à la seule place que je trouvais libre et assez bien située… Cet endroit était le plus naze que je n’avais jamais vu, trop bondé, trop éloigné de la définition que je me faisais des endroits « cool ». Bref, tout ça pour dire que je regrettais d’être venue à l’instant où je m’installais…
Le destin m’avait vraisemblablement mis à la seule place où il y avait une chance pour que je minimise mes regrets, mais je n’imaginais pas ce cas de figure en m’installant près d’une jeune fille blonde à qui je n’avais jamais adressé la parole de ma vie. Celle-ci le fit sans attendre ….et la phrase qui sortit de sa bouche me cloua sur place. J’hésitais entre l’envie de la croire sérieuse ou celle d’attendre encore quelque secondes pour qu’elle se mette à rire avec des copines bien cachées (à une blague qui était vachement pas drôle, en passant). Rien de cela n’eut lieu et c’est avec un soupçon d’embarras que je regardais si elle ne s’était pas adressée à quelqu’un d’autre… juste au cas où. Et puisque j’étais adepte de l’expression « passer du coq à l’âne » (ce qui m’arrangeait, pour le coup), je lui demandais si elle aimait la bièraubeurre ; ce à quoi j’eus droit à une réponse négative. Lui adressant un petit sourire, je me retournais vers les gens qui étaient assis derrière-moi, leur déposant la bièraubeurre sur la table avant de leur dire « Cadeau ! J’aime pas ça ! J’y ai pas touché. » Puis, mon attention se reporta sur la jeune femme qui était ma toute nouvelle voisine de table et je lui fis savoir, dans une grimace : « Moi non plus…. » D’après moi, la fin de la conversation avait sonné. Je n’allais pas lui demander de répéter ni insister sur ce que j’avais cru entendre de sa bouche. A l’instant T, je n’étais même plus sûre de ne pas l’avoir rêvé….

Et si c’était un rêve, il était tenace car la jeune fille reprit la parole assez rapidement, ré-engageant la conversation en me posant une question aussi déstabilisante que la précédente. « Mes… parents ?! Ma mère n’est pas trop mal… mon père est un enfoiré, ce qui le rend moche à mes yeux. » Et POURQUOI je lui disais une chose pareille ? C’était ce que je pensais, évidemment, mais depuis quand j’étais spontanée ? Surtout que l’insistance de la jeune femme sur la question me perturbait comme c’était rarement le cas. D’ailleurs, elle ne tarda pas à en rajouter une couche, ce qui me mit presque mal à l’aise (Victoire Gardner n’est JAMAIS mal à l’aise… presque…). « C’est que….euh…. tu te moques de moi, c’est ça ? On ne peut pas être aussi honnête, c’est pas possible…. Tes parents sont aussi honnêtes que toi ? C’est génétique ? » Je ne pus m’empêcher de rire légèrement. Au bout d’un moment, je haussais les épaules avant de dire : « Ma grand-mère, que je n’ai jamais vue de ma vie, était une vélane. Je ne suis pas là pour parler de moi, mais en contre-partie, j’ai un caractère exécrable, il faut le savoir. J’sais pas ce qui est le mieux, dans l’histoire…. » Retour du malaise, je repris la parole pour lui demander : « Pourquoi tu me dis ça… ? » Avec tout ça, j’en avais oublié mon serveur qui n’avait pas cessé de bosser depuis tout à l’heure. Qu’il aille au diable ! Cela me faisait bien mal de l’avouer, mais la petite blonde m’intéressait davantage… pas pour les flatteries de ses paroles, mais pour son naturel… Et si je l'allumais elle, plutôt ? Nan... mauvaise idée, mes idées étaient vouées à l'échec alors autant opter pour m'occuper de la tournure de l'instant présent.







(c) black.pineapple
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 25/08/2012
Parchemins rédigés : 1669
Points : 6
Crédit : Avatar : Vandetta ; Signature : Faushtine & tumblr
Année : 5ème année (14 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?:
D'autres comptes ?: Milo ♣ Brooklyn ♣ Anoushka ♣ Blake

MessageSujet: Re: C'est en se plantant que l'on peut pousser... ~ Hadley & Victoire    Dim 12 Nov - 16:54


❝ C'est en se plantant que l'on peut pousser... ❞Hadley & Victoire
Elle me demande si j'aime la bièraubeurre et je lui réponds honnêtement que non, je n'aime pas ça. Je trouve ça trop sucrés et finalement rapidement écoeurant. Cela n'a rien à voir avec le poids, je n'en bois pas parce que ça pourrait me faire grossir, juste que ça m'écoeure et que je ne prends finalement pas beaucoup de plaisir à la boire. Je ne pense jamais à mon poids pour être honnête, ça ne fait pas encore parti de mes préoccupation. Ca viendra peut-être, si les filles sur lesquelles je prends exemple me dise ce que je dois manger ou ne pas manger, je les écouterais religieusement, mais pour le moment, je ne me prive de rien et je n'ai pas la sensation que ça joue en ma défaveur. Evidemment, en hiver j'aurais peut-être tendance à prendre 2 ou 3 kilos, mais souvent que je perds en été parce que je mange moins et plus de légumes. Mais bon, j'avoue être une petite gourmande, j'aimerais bien qu'on ne me prive pas des bonnes choses, même si ça cause quelques désagrément à ma silhouette. Mais pour le moment, comme je vous l'ai dis, ça ne rentre pas en ligne de compte. Je ne m'attendais pas à ce qu'elle donne son verre à la table à côté de nous. Je pensais qu'elle me demandait ça pour faire la conversation, rien de plus, visiblement c'était pour me donner son verre. Je n'ai pas de regrets, je n'aime pas ça et visiblement elle non plus. Mais pourquoi l'avoir cmmandé si tu n'aimes pas ça ? Il n'existe pas des boissons que tu apprécies et qu'ils servent ici ? C'est peut-être possible. Je trouve ça un peu étonnant dans le sens où ils ont quand même un large choix et que je pense qu'il y en a pour tous les goûts, mais peut-être que j'ai tort et que les gens très difficiles, comme elle peut l'être, ne trouvent pas leur bonheur. Mais dans ce cas là, qu'est-ce qu'elle fait là, si elle sait qu'elle ne va rien aimer ? Surtout qu'elle est seule, donc ce n'est même pas pour retrouver des amis afin de passer un bon moment. Bon, après je suis bien venue seule et je n'avais pas l'intention d'engager la conversation avec qui que ce soit, mais j'aime leur thé glacé, alors je suis venue malgré tout avec une idée en tête. Peut-être apprécie-t-elle juste l'ambiance ou le sentiment de ne pas être seule et n'a pas le choix de commander pour rester ici ... C'est possible. J'enregistre tout ça dans une liste mentale que je réalise au fur et à mesure de mes pensées, histoire d'un peu mieux comprendre la jeune fille qui me fait face et qui m'intrigue beaucoup.

Je lui demande le plus naturellement du monde si ses parents sont beaux. Parce que selon moi, si on schématise, on a deux solutions : soit c'est une histoire de génétique, soit c'est une histoire de chance. Après je suppose que c'est un peu plus compliqué que ça mais je ne me suis jamais vraiment penchée sur la question, peut-être qu'un jour je le ferais. Visiblement il ne faut pas chercher du côté de sa famille, à moins qu'elle ne soit pas très objective par rapport à son père parce qu'elle le déteste et dans ce cas là, il y a malgré tout une piste à creuser. Donc tu dirais que c'est une histoire de hasard pour toi ? Lui demandais-je tout naturellement. Je me moque de savoir pourquoi elle déteste son père, ça ne me regarde pas, ce qui m'intéresse c'est de savoir si c'est génétique ou une histoire de combinaisons gagnantes. Elle a l'air surprise de tant d'honnêteté et se demande si je me moque d'elle. Elle me demande également si mes parents sont aussi honnêtes que moi. Je me rends bien compte que j'ai encore fait une boulette et que les gens ne réagissent pas comme je peux le faire en cet instant. Mais en même temps je ne comprends rien à ce qui est acceptable de faire et ce qui ne l'est pas. Pardon, je suis désolée, je n'ai jamais su ce qu'on avait le droit de dire et ce qu'il fallait garder pour nous. Je n'ai pas de filtre, je dis tout ce que je pense. Lui dis-je aussi honnêtement que j'en étais capable. Je ne me moque pas de toi, je n'ai aucune raison de le faire. Je n'ai pas un mauvais fond, juste un problème avec les règles de bienséances et de sociabilité. Quant à mes parents ... j'aime à croire que ce sont des gens honnête oui, même s'ils savent filtrer leurs pensées. Ils ont essayé de me l'enseigner, mais je ne comprends pas et les choses que je ne comprends pas, je n'arrive pas à les mettre en application. Je vais certainement passer pour la parfaite débile de service, pourtant c'est tout le contraire, c'est parce que je suis trop intelligente que j'ai du mal à m'insérer correctement dans la société. Je ne rentre dans aucun moule puisque je ne les comprends pas et je n'arrive pas à y trouver ma place. Mais j'ai bon espoir qu'avec beaucoup d'efforts et de bons conseils, j'y arriverais à être comme n'importe qui.

Oooh alors tu es une demi-vélane ? Lui demandais-je tout excitée. L'intérêt pour sa personne grandit d'instant en instant. J'ai en face de moi une véritable demi-vélane. Je comprends mieux pourquoi je la trouve si jolie. Par contre je ne comprends pas comment le serveur n'a pas pu le remarquer. Déjà ça se voit comme le nez au milieu de la figure qu'elle est belle, mais si en plus elle a le don des vélanes, alors j'avoue que j'en reste sans voix. Mais c'est ce que c'est vrai que tu as des pouvoirs ? Comment ça se fait que le serveur est resté de marbre face à toi ? Moi-même qui ne comprends rien aux relations amoureuses, je te trouve magnifique, alors si moi, un cas dans mon genre te trouve superbe, je ne comprends pas comment il a pu passer à côté de ta beauté ... Et j'étais véritablement surprise. Je ne disais pas cela pour lui faire plaisir. Moi qui pensais que j'étais un cas désespéré, il faut croire qu'il y a pire que moi. J'étais en tout cas fascinée par elle. Je ne ressentais pas d'attirance physique à proprement parlé, mon coeur ne battait pas la chamade comme j'ai pu le lire ou autres symptômes d'excitation quelconque, mais il n'empêche qu'objectivement, je la trouvais très belle.

©️ 2981 12289 0



« I'm lost ... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7627-life-goes-on-victoire-gardner-oaken-terminehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7636-victoire-gardner-oaken-fiche-de-liens

Arrivé(e) le : 15/10/2014
Parchemins rédigés : 1795
Points : 3
Crédit : *moi(Bridget Satterlee)
Année : 5ème (15 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Jill J. Adams, Myla H. Starkey & Allen Rivers

MessageSujet: Re: C'est en se plantant que l'on peut pousser... ~ Hadley & Victoire    Dim 12 Nov - 20:38

Hadley

Victoire
C'est en se plantant que l'on peut pousser...

Je me doutais que la jeune femme me poserait cette question. Celle concernant la Bièraubeurre. Je l’avais vue venir et c’est en haussant les épaules que je lui répondis : « Bah… parce que… les trois quarts des personnes ici prennent ça, non ? » Je me retournais pour vérifier mes dires sur les tables voisines. Les gens venaient boire cette immondice, chose que je ne comprenais pas… Était-ce simplement l’idée de faire « genre » alors qu’ils savaient tous que la Bièraubeurre était dégueulasse… Je n’avais pas la réelle explication, mais, me retournant vers la jeune femme, je poursuivis : « Tu vas me dire que j’ai voulu faire comme tout le monde, c’est ça ? En réalité, j’étais juste venue pour draguer le serveur, j’ai horreur de cet endroit…y’a trop de monde… J’ai demandé ce qui me passait par l’esprit. » Levant les yeux vers la jeune femme, j’espérais capter sa réaction et voir ce qu’elle me trouverait comme bonne raison pour aimer venir ici. Plein de tables entassées pour avoir le plus de clients possibles, quasiment que des élèves de Poudlard que nous pouvions voir tous les jours… l’ennui absolu ! Puisque nous en étions là, il fallait bien que je jette un œil sur les goûts de la jeune femme, s’il n’était pas question de Bièraubeurre. Ne pouvant m’en empêcher, je m’exclamais : « Qu’est-ce qui est mieux que la Bièraubeurre, pour toi ? » En voilà encore une ! Je m’intéressais à la petite qui est en face de moi… Je ne savais d’ailleurs pas pourquoi je pensais à « la petite » en pensant à elle puisqu’elle ne devait pas être plus jeune que moi…. Et notre discussion était formidable.

Cette dernière ne s’arrêta pas là et la jeune femme commença à me parler de mes parents se qui me paru tout de suite suspect. Était-il possible d’être « comme ça » ? Je n’avais pas de mot sur sa façon d’être, mais elle était tenace, ça c’était un fait. Bien chiante à souhait mais ça, je pouvais lui pardonner assez facilement. Je n’avais que très rarement de scrupules à être chiante aussi ce qui passait bien chez moi quand c’était le tour des autres de démontrer leurs talents. Au moment où je relevais les yeux vers elle, la petite blonde me demanda si c’était le hasard… et nous parlions de beauté…sujet qu’elle avait engagé et qui me mettait mal à l’aise pour une raison que je ne trouvais toujours pas. Bien décidée à ne pas répondre clairement à sa question, j’entrais un peu dans son jeu en lui disant : « Le hasard a été généreux avec toi aussi…est-ce que tu crois qu’on subit toutes les deux un revers de médaille ailleurs ? » Je roulais légèrement les yeux, portant un peu mon regard sur les gens du bar qui semblaient tous pris dans de grandes et passionnantes conversations… Seigneur… Mon interlocutrice (dont j’avais désormais envie de connaître l’identité, mais plutôt crever que de lui demander) commença à s’excuser en me disant qu’elle ne savait pas qu’il ne fallait pas tout dire. Mmh… intéressante façon d’être. Intérieurement, elle me faisait rire, elle était de ceux que l’on pouvait qualifier de « mignons », mais elle n’allait pas être nommée de la sorte par ma personne (plutôt mourir, encore !). La solution à ce qu’elle me présentait comme un problème, je ne l’avais pas, mais je tentais quand même de lui proposer quelque chose : « Burgess doit avoir une potion … Si on joue sur les mots, on a bien le philtre d’amour, le philtre de paix…elle va bien réussir à te faire le philtre du filtre ! » Très drôle Victoire, youhou ! La populasse des Trois Balais devrait se lever pour applaudir… Reprenant mon sérieux, j’ajoutais : « Tu es pardonnée, une chance que tu aies dit quelque chose de plaisant et pas l’inverse… Me dis pas que tu as déjà dit à quelqu’un qu’il puait ou qu’il était affreux, si ? » Nan mais là, je partais loin, très loin ! La jeune femme allait sûrement me répondre sans filtre puisque c’était ce qu’elle était … Et cela m’amusait, je devais bien l’avouer. Le compliment qu’elle m’avait fait était flatteur, mais interpellait moins que sa personne.

Sans savoir quelle mouche me piquait, je lui en dévoilais un peu plus sur moi. La jeune femme pouvait bien l’ignorer et je ne m’amusais pas à le dire à tout le monde, mais il fallait définitivement que je réponde à ses questions et ce fut chose faite… Son enthousiasme me mis une fois encore à l’épreuve et je m’empêchais de sourire avant de prendre l’air détaché en lu disant : « Demi-vélane… oui… Tu l’aurais senti passer si j’étais une vélane tout court ! » Je haussais les sourcils d’un air malicieux en lui jetant un coup d’œil, ne sachant pas quoi dire d’autre ; ce qui n’était pas grave car elle reprit la parole à ma place, me posant encore plein de questions auxquelles je répondis tout de suite : « Tu me poses des questions auxquelles je n’ai pas de réponse… » J’en profitais pour jeter un petit œil vers le serveur avant de poursuivre : « Je ne sais pas pourquoi ça n’agit pas avec tout le monde et c’est justement ce que je cherche à savoir ! Ça m’agace, le serveur n’a eu aucune réaction, ce qui n’est pas normal… » Reprenant un air malicieux, j’ajoutais : « Mais ça marche avec toi et maintenant, tu me dragues, arrête ça ! » Je me pinçais désormais les lèvres pour m’empêcher de rire. Je ne riais qu’avec Isidore et exceptionnellement avec les deux petites Pouffy (Roxy et Madison) ; mais pour le coup, j’avais envie de m’esclaffer sérieusement en essayant de retourner un peu la situation et de mettre la petite mal à l’aise. Bien lancée, je repris la parole quelques secondes après pour dire : « Tu sais que tu n’es pas mal non plus ? Peut-être que tu aurais plus de succès avec ce serveur que moi…. » Et en disant ça, je ne la quittais pas des yeux une seule seconde. Elle était sans filtre, mais était-ce pour autant qu’elle était impossible à déstabiliser ?








(c) black.pineapple
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 25/08/2012
Parchemins rédigés : 1669
Points : 6
Crédit : Avatar : Vandetta ; Signature : Faushtine & tumblr
Année : 5ème année (14 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?:
D'autres comptes ?: Milo ♣ Brooklyn ♣ Anoushka ♣ Blake

MessageSujet: Re: C'est en se plantant que l'on peut pousser... ~ Hadley & Victoire    Ven 17 Nov - 18:25


❝ C'est en se plantant que l'on peut pousser... ❞Hadley & Victoire
Mon premier réflexe fut de lui dire du tac au tac Et alors ? Tout simplement parce que pour moi, ce n’était pas une vraie raison. Je sais que ce que je vais dire va paraître bien stupide dans ma bouche quand on connaît mon objectif actuel, mais il n’empêche qu’en étant la plus objective possible, ce n’est pas parce que l’ensemble des gens fait quelque chose qu’automatiquement c’est la bonne chose à faire. Oui, il est vrai que statistiquement, si on regard les différentes boissons qui se trouvent sur les tables en cet instant, on constatera que le taux de bièraubeurre est largement plus élevé que les autres boissons, mais ça ne signifie pas pour autant qu’il faut en prendre parce que les autres le font. Si tu n’aimes pas, tu n’aimes pas, il n’y a aucun intérêt à faire pareil. J’espère qu’on ne me forcera jamais à prendre quelque chose que je n’aime pas, sous prétexte que c’est socialement plus acceptable que mes goûts. Bon après, comme je vous l’ai dit, je suis mal placée pour juger puisque je me laisse guider par les goûts des autres pour forger le mien. Mais qui a dit que j’étais une personne censée, à suivre ? Elle continua ses explications et finalement, ce qu’elle m’avait dit en premier n’était pas vrai ou pas complètement. Il est vrai que si on se penche sur la question, on se rendra compte qu’elle a été influencé par l’esprit de masse et qu’elle n’a choisi sa boisson que par rapport à ce que son cerveau aura assimilé inconsciemment comme informations en entrant ici. Et que finalement, la boisson n’étant que secondaire dans sa venue dans ce lieu, elle n’a pas cherché à prendre une boisson qui lui plairait forcément. Je trouve ça dommage, tu peux avoir envie de draguer le serveur mais apprécier une bonne boisson quand même, l’un n’est pas incompatible avec l’autre. Mais peut-être que, vexée par l’indifférence du serveur, elle n’a pas cherché une boisson qu’elle apprécierait, justement pour avoir une bonne raison de s’en aller plus rapidement après son échec. C’était une situation fort intéressante et je me demandais si elle était consciente de toutes les connexions qui avaient pu se faire dans son cerveau dans cette courte période. C’est fou comme le cerveau est bien fait. C’est vrai, en entrant ici, il a assimilé des informations qu’il a stocké pour potentiellement les utiliser plus tard, informations qui t’ont aidé à choisir ta boisson par exemple. Il a vu que sur l’ensemble des tables, une bonne moitié avait des bièraubeurre, raison pour laquelle tu as choisi cette boisson, même si tu ne l’aimes pas, parce que c’était une information fraîche et disponible dans l’instant. Mais en même temps, si on se penche un peu plus sur tout ça, on se rend compte qu’inconsciemment, tu as choisi une boisson que tu n’aimais pas pour avoir une bonne raison de ne pas rester ici. Vu que la seule raison qui t’a poussé à venir ici aujourd’hui c’est le serveur et que tu as essuyé un échec, tu n’avais donc aucune vraie raison de rester, d’où le choix de ta boisson. C’est incroyable comme en une nanoseconde, pleins d’informations peuvent être traité en même temps et aboutir à un schéma logique et réfléchi ! Et voilà, comme toujours je n’avais pas pu m’empêcher de déblatérer sur ce que je trouvais intéressant, toujours prête à ouvrir mon esprit et offrir mes réflexions aux autres. J’aime beaucoup de choses, mais je suis très friande du thé glacé. Je trouve ça extrêmement rafraîchissant ! En hiver je vous accorde qu’un thé bien chaud est préférable, mais dès que les beaux jours arrivent, je ne peux m’empêcher de revenir sur ma première passion. De temps en temps, j’aime bien me faire un petit plaisir, même quand il fait froid, mais ça reste somme tout assez rare. Même si un bon thé glacé avec une pâtisserie, il n’y a rien de mieux. On remarquera que je n’ai absolument pas relevé le fait qu’elle n’aimait pas ce lieu, cela me passe totalement au dessus et je ne suis définitivement pas le genre de personne à juger les gens sur leurs goûts, au vu des miens.

J’avoue ne pas arriver à la suivre. Même si c’était extrêmement flatteur, je ne voyais pas en quoi la nature avait été généreuse avec moi. Pourtant ce n’était pas la première qui me disait ça, mais j’avais pris les autres remarques comme une forme de politesse, une envie d’être gentille, rien de plus, peut-être qu’au final il y avait un fond de vérité. Pour être honnête, quand je me vois dans la glace, je ne me déteste pas, mais je me trouve particulièrement quelconque. J’ai les cheveux longs et raides, des yeux bleus, certes, mais un poil globuleux, une bouche pulpeuse mais un visage encore poupon d’enfant. Je n’ai pas de poitrine et je suis plutôt musclée comme fille. Bref, je ne ressemble en rien au canon de la beauté actuelle. Mais ce n’est pas tant ça sur lequel je m’interroge mais plutôt sur sa question. Est-ce qu’on a subi un revers ailleurs. C’est à dire ? Est-ce que pour compenser notre potentielle beauté, on aurait été lésé dans un autre domaine ? Histoire d’équité peut-être, mais est-ce que le principe existe vraiment dans la nature ? J’en doute. Je ne sais pas, je suppose qu’on compense tous un manque par quelque chose d’autre et inversement. Si on se pense jolie, on ne cherchera pas à être intelligente … Enfin en théorie, en pratique, je ne pense pas que ça soit aussi simple, il y a plusieurs autres facteurs qui rentrent en ligne de compte. Cela dépendant du cadre dans lequel tu as été élevé. Si tes parents te poussent à te surpasser tout le temps, que tu sois belle ou non n’aura aucune influence, pas à la base en tout cas. Et si au contraire tes parents pensent que ta beauté prime sur le reste, alors je suppose que tu ne chercheras pas forcément à développer tes connaissances et tes capacités dans d’autres domaines. C’était une question intéressante, mais me direz-vous, je trouve toutes les questions intéressantes. A partir du moment où cela demande un brin de réflexion, j’adore. Faire marcher mes petites cellules grises me fait un bien fou. Je prends quelques instants pour réfléchir sérieusement à la remarque qu’elle a fait. Est-ce qu’on pourrait créer une potion type Philtre de filtre ? Techniquement ça pourrait être possible, mais … je ne sais pas, j’ai un doute quand même. C’est un comportement qu’on apprend, ce n’est pas quelque chose d’acquis. A mon avis ce n’est pas réalisable, je vais juste devoir apprendre par moi-même à reconnaître ce que j’ai le droit de dire et ce que je dois garder pour moi. C’est en rapport avec l’apprentissage, tu crois vraiment que ce serait possible ? J’ai du mal à l’imaginer. Oui alors mon problème c’est que je prends toujours tout au sérieux. Elle finira par vite le comprendre. Le second degré, je ne le connais pas. C’est encore une lacune que je vais devoir combler un jour, mais chaque chose en son temps. Je posais mon regard bleuté sur elle après avoir écouté sa question. Est-ce que j’ai déjà dit à une personne des propos désagréables ? J’ai déjà dit à une personne qu’elle avait mauvaise haleine. Est-ce que ça compte ? J’ai déjà fait des allusions à certains défauts, mais mes remarques sont toujours construites et sans aucune once de critiques derrière. Mais les gens ne le voient malheureusement pas comme ça et ils n’apprécient pas mes remarques. Ce qui était totalement vrai. Je ne me suis jamais permise de critiquer ouvertement et de façon méchante une personne. Je crois que j’en suis tout bonnement incapable. Mais cela ne m’empêche pas de pointer du doigt quelques défauts ou problèmes des gens sans forcément penser à mal. Cela ne s’est pas toujours bien passé d’ailleurs, il faut croire que les gens n’apprécient pas d’entendre la vérité, c’est assez déstabilisant pour moi.

Je me suis toujours demandé à quoi ressemblait les vélanes. On les dit très belles et extrêmement attirantes, au point que ton libre arbitre en prend un coup, mais que si jamais tu les énervent, elles deviennent particulièrement hideuses. Tu as déjà rencontré une vraie vélane ? Sont-elles aussi belles qu’on le dit ? Et toi, si on t’énerve, est-ce que tu deviens laide ? Délicatesse bonjour ! Mais bon, elle aura certainement compris que j’étais comme ça et que je posais toutes les questions qui me passaient par la tête. Je fus un peu étonnée de l’entendre me dire que je la draguais. Il est vrai que je lui avais fait beaucoup de compliments, mais il n’y avait aucune autre intention que de dire ce que je pense. Je rougis légèrement, en me rendant compte que j’avais peut-être fait passer les mauvais signaux, comme toujours. Je ne savais pas ce qu’il se passait dans sa tête mais je savais très bien ce qu’il se passait dans la mienne. Je ne connais pas grand chose à la drague mais je suis sûre que ça n’en est pas. Je suis juste réaliste et franche. J’étais un peu perturbée par ses propos. Déjà parce que je ne comprenais pas qu’elle me taquinait et ensuite parce que je ne savais pas s’il y avait un fond de vérité derrière tout ça. Non pas que je la draguais vraiment, mais est-ce qu’il pouvait y avoir une possibilité qu’elle me plaise ? C’était une demi-vélane, il fallait bien que ça rentre en ligne de compte. Pour être honnête, je n’en avais aucune idée. Tout était tout embrouillée dans ma tête et le sujet bien trop nouveau pour que je sache vraiment quelle position adoptée. Il n’y a que récemment que j’ai décidé de faire comme les autres filles en me tournant vers les garçons. Oliver m’avait tapé dans l’oeil, c’était vrai, mais était-ce parce que j’avais décidé qu’il me fallait une cible ou parce que je le trouvais vraiment attirant ? Là, je ne saurais le dire. Non, restons réaliste quelques instants. Si tu n’as pas su attirer son attention, je ne vois pas comment je pourrais y parvenir. Et je ne disais pas cela pour me faire mousser, je le pensais vraiment. Non, il n’était peut-être pas intéressé par la gente féminine ou par des filles plus âgées. Ou alors il était déjà en couple.

©️ 2981 12289 0



« I'm lost ... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7627-life-goes-on-victoire-gardner-oaken-terminehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7636-victoire-gardner-oaken-fiche-de-liens

Arrivé(e) le : 15/10/2014
Parchemins rédigés : 1795
Points : 3
Crédit : *moi(Bridget Satterlee)
Année : 5ème (15 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Jill J. Adams, Myla H. Starkey & Allen Rivers

MessageSujet: Re: C'est en se plantant que l'on peut pousser... ~ Hadley & Victoire    Lun 20 Nov - 18:56

Hadley

Victoire
C'est en se plantant que l'on peut pousser...

Un sourire intérieur commença à naître dès que la jeune femme insista sur la question de la boisson que j’avais commandée et refilée sur la table de derrière. Cette discussion n’avait pas grand intérêt, mais la petite blonde n’avait pas l’air d’avoir les mêmes réflexions que tout le monde. Qu’elle s’intéresse à un tel détail n’était peut-être finalement pas si étonnant que ça. Je n’attendis pas bien longtemps avant de fournir une réponse à sa curiosité : « Alors il est plus difficile de voir la singularité de quelqu’un quand ce quelqu’un se fond dans la masse des autres, nan ? Il faut bien garder une part de mystère… je n’aime pas la Bièraubeurre, mais j’aime quelque chose d’autre…. Tu ne peux pas savoir quoi parce que j’ai choisi de faire comme les trois quart des personnes ici. » Levant délicatement un sourcil je pris quelques secondes avant de reprendre : « Ça n’a pas de sens pour toi, si ? ça en a pour moi, laisse tomber. Je voulais que ce soir le serveur qui vienne m’apporter quelque chose à table, quelle que soit la chose… et j’ai choisi ça au pif… » Je terminais en haussant les épaules. J’étais probablement beaucoup trop compliquée. Ce qu’il aurait sans doute fallu dire à la jeune fille, c’était que je n’avais pas la moindre envie, ni un soupçon de plaisir à venir ici dans la perspective de boire quelque chose, ce qui, d’emblée, réglait toute question de boisson. Je manquais de m’étouffer avec ma propre salive quand elle reprit de plus belle sur la question. Elle me donnait envie de rire, je devais me retenir et ne pas me laisser avoir, mais elle était carrément hilarante. « Tu crois que tous les cerveaux sont capables de faire un…. Schéma logique et réfléchi ? Le mien probablement… à fille parfaite, cerveau parfait…. Mais tous les autres ? » Bonjour la modestie. Puisqu’elle voulait parler de choses intelligentes, autant essayer de la piéger un peu en lui posant quelques questions. Je rangeais dans ma mémoire l’information qu’elle venait de me donner sur ses goûts, ne sachant pas quoi en faire pour l’instant, mais certaine de ne pas l’oublier.

La solution était peut-être de mettre les pieds dans le plat avec cette inconnue….et être aussi franche avec elle qu’elle ne l’était avec les autres, quitte à exagérer un petit peu, au passage. Il était évident que l’idée de la mettre un peu en difficulté m’amusait. Je n’avais pas la moindre idée de quelle réaction pouvait avoir l’arroseur arrosé et je tentais ma première carte en lui disant que le hasard avait été généraux avec elle aussi. Cette phrase pouvait être adressée à n’importe qui avec plus ou moins d’honnêteté. Avec elle, je le pensais vraiment, elle avait son charme et sa façon d’être l’aidait sûrement à renforcer encore un peu ce dernier. Cette dernière n’eut aucune réaction particulière et s’intéressa au revers de la beauté physique. D’après mon humble avis, il était évident que la perfection à tous les niveaux n’existait pas. Me concernant, je portais fièrement mon caractère de petit ver solitaire et emmerdeur à souhait, ce qui n’avait probablement rien de très reluisant, en opposition avec les compliments physiques qu’elle m’avait faits. Je la laissais donc finir son (interminable) explication avant de dire à mon tour : « Et la personne qui, par le plus grand des hasards, a réussi à avoir la beauté et la facilité d’accès aux connaissances ? Elle va compenser quelque part ailleurs, nan ? Si ce n’est pas le cas, on pourra la qualifier de « parfaite » et les gens parfaits n’existent pas. » Je l’interrogeais discrètement du regard, ayant d’ores et déjà l’impression qu’elle allait avoir quelque chose à dire SAUF si elle ne pigeait pas ce que je racontais, ce qui était probable puisqu’il n’arrivait de me perdre toute seule dans le propre fil de mes idées. Bref, j’avais mentionné le philtre de filtre avec humour, et je ne cessais de rire de l’idée et attendis qu’elle ait fini de me poser une nouvelle question…. A laquelle je répondis par une question : « La question, c’est de savoir si tu as vraiment envie d’avoir un filtre ou pas. C’est ce que tu veux ? C’est plutôt cool d’être franche. Je voudrais apprendre à l’être. Tu peux m’apprendre ? » J’étais avide d’entendre sa réponse, et son éventuelle excuse. Ses excuses et ses justifications étaient intéressantes et me faisaient sourire, ce qui n’était pas rien. Elle alimentant cet aspect des choses en me disant qu’elle avait déjà dit à une personne qu’elle avait mauvaise haleine. Par un mouvement de la tête, je lui confirmais que cela comptait, trouvant cette petite franchise non calculée géniale ! Dans un rire (que je ne pouvais plus retenir), je lui demandais : « Qu’est-ce que la personne qui avait mauvaise haleine était censée faire de l’information ? C’est plutôt évident qu’il y a une chance non négligeable pour qu’elle le prenne mal, tu ne crois pas ? » Et justement, voir quelqu’un prendre mal une remarque était tout ce qui pouvait me plaire et m’amuser. La petite avait des airs de vilain petit canard tout en étant mignonne, un vrai petit mystère !

La question des vélanes semblait l’intéresser et je ne savais pas vraiment pourquoi c’était le cas… J’écoutais la jeune femme me poser deux premières questions avant d’ouvrir la bouche à mon tour pour dire : « J’ai vu des vélanes au mariage de la cousine de mon père. Elles sont jolies… parfaites… et je n’ai pas eu l’occasion de les voir s’énerver, mais tu peux me croire quand je te dis que j’ai quand même essayé de les énerver. Ça n’a pas marché, indifférence totale ! » Je haussais les épaules pour terminer mon explication avant de me pencher sur sa dernière question : « Je suis une DEMI vélane… elles te diraient que je suis une pâle copie insignifiante… Je ne change pas de tronche si on m’énerve quoique… va savoir en fait, je ne m’énerve pas souvent. Tu veux essayer ? » Je ne la quittais pas du regard, bien décidée à aller jusqu’au bout de cet échange, maintenant qu’il avait commencé et que cette petite blonde accaparait curieusement mon attention.

Elle niait être en train de me draguer, mais elle ignorait qu’elle aurait probablement dû dire que c’était ce qu’elle était en train de faire, au moins pour avoir la paix, car j’allais insister. Enfin…après réflexion, la jeune femme avait un souci avec ce qu’il fallait dire et ne pas dire ; cela était peut-être trop lui demander d’avouer quelque chose qui n’était pas vrai. J’appuyais mon coude sur la table, puis ma joue sur la paume de ma main en me penchant vers la jeune femme pour lui dire : « Tu dois en connaitre suffisamment sur la drague pour savoir que ça n’en était pas, nan ? Ah et tu as aussi dit que tu n’y connaissais « pas grand-chose », tu n’as pas dit, « pas du tout. » » Et j’ajoutais, me penchant encore un peu dans sa direction : « Moi, je te draguerai si cet imbécile de serveur ne m’avait pas frustrée autant… » Je roulais finalement les yeux, reculant avant de jeter un nouveau regard vers le bar, ce qui me fit penser à dire à la jeune femme qu’elle pouvait sans problème prétendre à draguer ce serveur. Sa réponse me fit sourire et je regrettais le sourire dès que je fus certaine qu’elle l’ait vu… Pour noyer le poisson, je repris la parole pour faire le constat suivant : « Tu es réaliste, franche, jolie ET défaitiste. Il y a autre chose que je n’ai pas encore décelé ? » Je terminais en haussant délicatement un sourcil.








(c) black.pineapple
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 25/08/2012
Parchemins rédigés : 1669
Points : 6
Crédit : Avatar : Vandetta ; Signature : Faushtine & tumblr
Année : 5ème année (14 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?:
D'autres comptes ?: Milo ♣ Brooklyn ♣ Anoushka ♣ Blake

MessageSujet: Re: C'est en se plantant que l'on peut pousser... ~ Hadley & Victoire    Mer 22 Nov - 17:05


❝ C'est en se plantant que l'on peut pousser... ❞Hadley & Victoire
J'essayais de comprendre les paroles de ma camarade. J'essayais toujours de tout comprendre, sans que ce soit toujours un réel succès mais je ne baissais pas les bras facilement, fort heureusement. Après tout, le savoir n'est pas toujours accessible et il faut savoir se donner du mal pour l'obtenir par moment. Elle me disait qu'il était difficile de voir la singularité d'une personne si cette personne se fondait dans la masse. En soit c'était une remarque pertinente. Il est vrai que pour le moment je suis une personne unique, mais qu'à partir du moment où je rentrerais dans le moule, je serais comme tout le monde. Et cela peut effrayer certaines personnes de s'oublier autant pour être comme les autres. Mais moi ça me rassurera. Je suis unique mais je n'ai pas la sensation que ce soit dans le bon sens du terme. Ainsi, si je deviens comme les autres, j'effacerais ma différence pour devenir lambda. Visiblement, ce n'était pas le cas de ma camarade. Même si son raisonnement était un peu particulier. Elle cachait sa différence pour devenir comme tout le monde afin de garder une part de mystère. D'une certaine façon, je comprenais, mais en quoi ça allait attirer le serveur ? Se faire passer pour le tout venant n'allait pas attirer son attention, c'était un peu bête comme stratégie, non ? En soit je comprends ton raisonnement. Vouloir garder une part de mystère c'est très bien, mais je ne comprends pas trop pourquoi vouloir rentrer dans le moule pour attirer l'attention du serveur ? S'il te voit comme n'importe quelle fille de ce pub, en quoi tu vas marquer des points ? C'est ça qui m'échappe. Je n'y connaissais pas grand chose en drague et en amour, c'était un fait, mais il me semblait que c'était de la pure logique que de penser que c'était cette idée d'apparaître comme unique aux yeux des autres qui attirait leur attention. Je me trompais peut-être. Quant à savoir si je pensais que tous les cerveaux étaient capables d'avoir un schéma logique et réfléchi, je dus prendre quelques instants pour y réfléchir. Il est vrai que nous sommes tous différents, mais je pense que la base reste la même, ce sont uniquement les connexions qui diffèrent. Je pense que tous les cerveaux sont capables d'engranger la même somme d'informations sans qu'on en soient conscient. Après, c'est une histoire de connexion. Je ne pense pas qu'on soient tous égaux et certains vont avoir de meilleures connexions que d'autres. J'acquiesçais donc à demi-mot sur ses dires, sans prendre en compte ou relever cette histoire de fille parfaite et de cerveau parfait. Non pas que je n'avais pas entendu mais pour être honnête, j'étais tellement prise par mes réflexions, que je n'y avais pas réellement fait attention. Et puis comme on le sait, j'ai une capacité à ne pas comprendre l'humour, alors forcément ça me passe un peu au dessus.

Sa réflexion était intéressante et je pris quelques instants pour y réfléchir. En effet, la perfection n'existe pas. On pourrait croire que certaines personnes le sont, tellement elles accumulent beaucoup de qualités, mais pourtant ce n'est pas le cas, il y a toujours un défaut de fabrication quelque part, un vice caché comme on dit si bien. Je ne pense pas qu'on puisse être bon dans tous les domaines, c'est humainement impossible. On peut tenter de s'employer à l'être au maximum, mais on atteindra jamais la perfection. Je suppose donc qu'une personne belle et intelligente aura des lacunes quelque part. Elle ne sait pas cuisiner, est bordélique, à un mauvais caractère, est maladroite ou autre. Après peut-être avions-nous tort et il existe des gens, quelque part dans le monde, qui sont parfaits. Je n'en ai jamais entendu parler mais ils peuvent exister. Je trouverais ça vraiment injuste mais pourquoi pas. Mais en y réfléchissant bien, aimerais-je vraiment être parfaite ? Je ne le pense pas, c'est beaucoup de responsabilités je trouve et je ne suis pas prête pour ça, pas pour le moment en tout cas. Avais-je envie d'avoir un filtre ? Il est vrai que là était toute la question. Pour être honnête, je n'avais pas besoin de beaucoup réfléchir pour connaître la réponse. J'y avais déjà longuement réfléchi avant et j'étais déjà arrivée à une réponse sur le sujet. Quant à savoir si je pouvais le lui apprendre, j'avais bien du mal à imaginer comment je pourrais m'y prendre. Moi qui adore aider les autres et enseigner plein de trucs, je me retrouvais un peu dans le mal et je n'aimais pas ça. Oui je veux apprendre à avoir un filtre. Ca n'a l'air de rien comme ça, mais c'est très handicapant au quotidien de ne pas en avoir. Je me rends bien compte que les gens n'aiment pas entendre la vérité et ont parfois bien du mal à la supporter. Pourtant je ne fais que mettre en avant la réalité, mais ça leur déplait et ils finissent par me détester pour ça. Et je n'ai pas envie qu'on me déteste sous prétexte que je n'ai pas acquis les filtres nécessaire pour vivre en société. Ca c'était pour répondre à sa première question, je buvais une gorgée de mon thé glacé avant de reprendre. Quant à t'apprendre à être franche, je dois bien avouer que je vais avoir du mal, c'est ... naturel. Il n'y a rien à apprendre, juste à dire la vérité ou ce que tu penses quand on te le demande. Et même quand on te le demande pas. Pas d'apprentissage, bien au contraire, un désapprentissage des normes de notre société plutôt. Non pas que je ne souhaitais pas l'aider, je ne savais juste pas comment le faire. Dire la vérité, c'est tellement naturel pour moi que j'ai du mal à comprendre que ce ne soit pas le cas pour tout le monde. Elle me demanda ce que la personne devait faire de l'information que je lui avais transmise et me demanda pourquoi à mes yeux ce n'était pas normal qu'elle le prenne mal. Mais pour être honnête, ce n'était pas de ma faute si cette personne avait mauvaise haleine, ce n'était pas de mon fait. Cela n'aurait rien changé que je garde l'information pour moi, sa mauvaise haleine serait restée. Ce n'est pas de ma faute si elle avait mauvaise haleine, cela ne sert à rien de m'en vouloir. Au moins grâce à moi elle le sait et peut tenter d'y remédier. Il existe des potions pour avoir une haleine fraîche. Elle peut, peut-être, se brosser les dents plus souvent ou manger des bonbons rafraichissant. Il existe beaucoup de possibilités pour palier à ce problème. En somme, au lieu de me jeter des pierres, elle aurait dû me remercier de lui avoir rendu service en la prévenant. C'était le moins qu'elle pouvait faire.

Quelle chance d'avoir rencontré des Vélanes. Elle n'a pas l'air de le voir de la même façon, mais je trouve ça plutôt génial. J'aimerais en rencontrer pour voir si elles sont égales à leur réputation et pour essayer de voir comment on vit quand on est aussi belle. Est-ce que c'est facile au quotidien ? Comment est-ce de vivre avec le pouvoir d'envouter n'importe qui ? Et est-ce qu'elles sont si hideuses qu'on le dit quand elles s'énervent ? Visiblement ce n'est pas ma camarade qui va pouvoir me le dire et c'est bien dommage. Aurais-je moi aussi l'occasion d'en croiser une un jour ? Je l'espère, mais j'en doute. Et je peux comprendre que ça ne soit ça pas bien passé si elles se voient comme supérieures à ma camarade. Pourtant je la trouve déjà très belle de base, alors je n'ose imaginer ce que ça donnerait si elle n'était pas "demi" mais une vélane à part entière. Quant à savoir si je veux l'énerver pour voir si elle est vilaine ou pas, je dois avouer que la réponse est non. Je ne veux pas t'énerver volontairement ou te blesser. Ce serait cruel de ma part, je détesterais ça. Je suis peut-être parfois un gros boulet et je vexe les gens sans le faire exprès, mais jamais volontairement. Je déteste l'idée de blesser des gens volontairement. Je ne suis pas quelqu'un de mauvais, bien au contraire, j'aimerais rendre les gens heureux. On change de sujet pour aller vers un qui me met un peu mal à l'aise. Est-ce que je la drague ? Selon moi, non, selon elle ... en fait je ne sais pas, je ne comprends pas vraiment si elle me reproche vraiment de la draguer ou non. Tout est assez obscure en ce moment. Est-ce que c'est de la drague ? Je dirais que non, mais je ne m'y connais pas vraiment. Ce qui est sûr c'est que ses propos ne m'aident pas vraiment. On peut parfois envoyer de mauvais signaux sans même le savoir. Et j'aurais pu te faire croire, sans le vouloir, que je te draguais alors que ce n'était pas le cas. Quant à savoir ce que je sais ou non sur le sujet, mon savoir est purement théorique. Elle prétend qu'elle m'aurait dragué si le serveur ne l'avait pas frustrée. Je reste assez pantoise face à cette affirmation. Pourquoi ? Pourquoi m'aurait-elle dragué moi ? Parmi l'ensemble des gens présents dans ce pub, pourquoi se serait-elle tournée vers moi ? Pourquoi m'aurais-tu dragué ? Je n'ai rien de particulier, j'ai du mal à concevoir comment une fille comme toi pourrait draguer une fille comme moi. On remarquera que le fait qu'on soit deux filles ne me posait pas particulièrement de problème. Ce sont des choses qui arrivent, il n'y a aucun mal, selon moi, à aimer une personne de son propre sexe. En soit, de mon côté j'ignorais si j'étais portée sur les garçons ou sur les filles. Il y avait bien Oliver, mais est-ce qu'il me plaisait vraiment ou était-ce parce que j'avais décidé qu'il me plaisait ? Parce que pour être honnête, mon coeur ne s'accélérait pas à sa vue, je n'avais pas chaud, ni des papillons dans le ventre. Mais je le trouvais plutôt beau garçon et je me disais "pourquoi pas lui ?" N'était-ce pas suffisant ? Elle fit une très rapide liste de ce que j'étais. Je n'étais pas particulièrement d'accord sur les deux derniers points, mais peut-être n'étais-je pas assez objective pour vraiment faire une liste réaliste de mes qualités et défauts. Si je dois faire une liste de l'ensemble de mes qualités et défauts, il va falloir un peu de temps.

©️ 2981 12289 0



« I'm lost ... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7627-life-goes-on-victoire-gardner-oaken-terminehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7636-victoire-gardner-oaken-fiche-de-liens

Arrivé(e) le : 15/10/2014
Parchemins rédigés : 1795
Points : 3
Crédit : *moi(Bridget Satterlee)
Année : 5ème (15 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Jill J. Adams, Myla H. Starkey & Allen Rivers

MessageSujet: Re: C'est en se plantant que l'on peut pousser... ~ Hadley & Victoire    Lun 18 Déc - 20:34

Hadley

Victoire
C'est en se plantant que l'on peut pousser...

La jeune femme avait des réflexions assez trouble (ou troublées) à mon goût pour attirer mon attention. Pour être honnête, je n’avais vraiment pas fait exprès de me mettre là, le hasard était le seul responsable de ma rencontre avec cette petite blonde et cas exceptionnel : je ne le regrettais pas ! Fuir cet endroit de malheur aurait probablement était chose faite depuis bien longtemps si je n’avais pas engagé une petite conversation avec la fille. Conversation qui n’avait pas vraiment de finalité bien précise, mais c’était ça qui me plaisait. Nous parlions du serveur et de ma tentative qui s’était soldée par un échec. Inutile de le dire à voix haute à la jeune femme, mais j’avais déjà envoyé valsé tous mes objectifs concernant ce dernier et rares étaient les fois où je portais mon regard dans sa direction, désormais… Le don ne marchait pas, c’était un fait… Je savais parfaitement quelle aurait été sa réaction, dans le cas contraire. C’est la remarque suivante de la jeune femme qui me fit réagir et je ne pus m’empêcher de m’exclamer : « T’es incroyable. Je n’ai pas cherché à rentrer dans le moule POUR attirer le serveur, j’ai juste choisi de commander le premier truc qui me passait par la tête pour que ce soit lui qui me serve… et pour éviter qu’une serveuse édentée prenne le relai…tu vois le genre ? Est-ce que tu crois que donc, ce même serveur a refusé de s’intéresser à moi parce que je ne lui ai pas semblé assez unique ? » Question dont la réponse n’allait pas faire avancer l’histoire, mais c’était le point de vue de mon interlocutrice, moi, j’étais bloquée sur l’aspect « le don n’a pas marché » et mes envies de revanche n’étaient toujours pas enterrées. La jeune femme me parla ensuite des cerveaux et de leurs capacités. Si je savais encore pourquoi nous en arrivions à parler de ça…. Pas le moins du monde ! Mon propre cerveau avait un sacré bug, mais j’étais intéressée par ce qu’elle me disait, choisissant de la mettre au défi en lui posant une nouvelle colle : « Okay, j’vois. Alors prends l’enfant qui a grandi sans compagnie et enfermé dans une pièce sans lumière, et à côté de lui, l’autre enfant qui a grandi avec ses parents, a pu se balader, sortir, jouer…. Peut-être que le premier avait une plus forte capacité de « connexion », comme tu le dis, mais au final, son cerveau ne fera probablement pas les mêmes schémas logiques et réfléchis que l’autre enfant, nan ? DONC, résultat des courses, c’est la manière dont on agit sur le cerveau qui fait et pas les prédispositions naturelles de chaque cerveau… Nan ? » Un peu compliqué à comprendre, peut-être ? En gros, j’étais en train de lui dire que l’environnement agissait fortement sur les capacités du cerveau et j’en étais persuadé. Mon père m’avait pourri le cerveau, mais mes connexions étaient assez bonnes pour que je puisse être super méga équilibrée (ouais… ou pas !) Quoiqu’il en soit, la petite (même si elle n’était toujours pas beaucoup plus petite que moi) était géniale et j’adorais me perdre dans des trucs sortis de nulle part.

La suite me fit sourire intérieurement car la jeune femme me disait qu’elle pensait que des lacunes existaient chez une personne d’apparence « parfaite ». J’étais parfaitement d’avis, la théorie de la balance s’appliquait forcément pour moi…et il y avait un côté blanc et un côté noir. Contre toute attente, j’attendis qu’elle ait fini son explication pour hocher la tête et lui demander : « Et toi, en quoi es-tu bonne ? Et quelles sont tes lacunes ? » Le savait-elle ? Avait-elle assez de recul pour trouver quelque chose ? Pas dit ! Comment voulez-vous se montrer objectif avec soi-même… Tout était néanmoins possible, la jeune femme était pleine de surprises. Elle m’avoua d’ailleurs qu’elle voulait apprendre à avoir un filtre, ce qui n’allait pas être facile, mais possiblement faisable. « Essaie de leur dire la vérité sans que les mots ne traversent tes lèvres… Dis-le intérieurement. Tiens par exemple….. » Je la fixai un instant, gardant le silence pendant un certain nombre de secondes avant de reprendre : « Voilà. Je viens de te dire que tu étais mal coiffée. Mais tu ne l’as pas entendu… et tu n’as pas pu avoir l’occasion de te vexer ; n’est-ce pas ? Bon, si je l’avais dit à voix haute, j’aurais sûrement ajouté que tu pouvais rester comme ça sans souci… » Je haussais finalement les épaules, convaincue par ce que je lui disais et par la solution de la « vérité qu’on a l’impression d’avoir dite mais qu’on n’a pas vraiment dite ». Elle m’expliqua ensuite qu’il allait être difficile de m’apprendre, mais les seules informations qu’elle me donna furent suffisantes, pour le moment : « Ok, je retiens : dire la vérité ou ce que je pense quand on me le demande ET aussi quand on ne me demande rien ! Il aurait fallu que je dise au serveur qu’il était mal fringué même si je le trouvais charmant, c’est un exemple qui illustre ce que tu viens de me dire, ou pas ? » Apprendre à être sans filtres…une idée qui me plaisait même si j’étais bien avancée dans le processus, déjà. N’insistant pas trop sur la vérité avouée à la personne qui avait mauvaise haleine, j’ajoutais juste, à la suite de la jeune femme : « Peut-être que c’est le fait qu’elle ne t’avait rien demandé qui l’a vexée plus que l’idée de la mauvaise haleine… » ou les deux ! Se voir dire une vérité compliquée à accepter ET se voir dire la vérité alors qu’on ne l’a pas demandée.

Les Vélanes ne me faisaient pas spécialement rêver, elles n’avaient rien des jolies princesses parfaites dont elles avaient l’air et leur vie devait être très difficile à supporter. Celle de demi-vélane l’était aussi, et je commençais tout juste à m’en rendre compte. La petite blonde refusa de m’énerver volontairement pour voir, ce qui me fit sourire….et cette fois, impossible de retenir ledit sourire. « On ne saura jamais… mystère…. » et je disais ça pour attisera sa curiosité bien évidemment. Elle n’était tellement pas commune que ça pouvait bien ne pas marcher, mais qui savait ?! D’ailleurs elle continuait de me pondre des phrases inédites qui me donnaient envie de rire de plus belle. Si elle me draguait ? Probablement pas… Mais moi, je voulais la déstabiliser un peu et la confronter à certaines vérités. Elle était capable de dire la vérité, mais faire face à des vérités (vraies ou pas)… c’était autre chose, non « Oui, et on peut aussi draguer quelqu’un sans même le savoir… OU BIEN, tu essaies de me faire croire, par tes paroles, que tu as m’as dragué sans le vouloir alors que tu le savais parfaitement. Bon, je ne pense pas puisque tu es sans filtres, mais si tu avais des filtres, le doute aurait été permis. » Je lui adressais un léger regard malicieux, consciente de partir dans des hypothèses en forme de toile d’araignée… un truc incompréhensible, mais l’idée était encore et toujours de voir ses capacités à perdre ses moyens. Quant à la question de savoir pourquoi je l’aurais dragué elle… elle donnait à réflexion et j’attendis encore quelques secondes pour lui répondre : « Nan, tu as raison, je ne l’aurais pas fait avant de t’adresser la parole. Après, oui, mais pas probablement pas avant… » Puis, je n’attendis pas bien longtemps avant de lui demander : « Qu’est-ce que tu entends par « une fille comme toi » et « une fille comme moi » ? » La question était posée, je laissai place à l’attente de la réponse et écoutai la jeune femme me dire qu’il allait falloir du temps pour énumérer l’ensemble de ses qualités et défauts. Avec un léger sourire, je lui demandai : « Pourquoi ? Trop de qualités à lister ? Les sans-filtres sont aussi modestes ! Waouh…je VEUX être une sans filtre…. » C’était de l’humour, auquel elle n’allait pas réagir, c’était quasiment sûr, mais cela m’amusait, moi.






(c) black.pineapple
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 25/08/2012
Parchemins rédigés : 1669
Points : 6
Crédit : Avatar : Vandetta ; Signature : Faushtine & tumblr
Année : 5ème année (14 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?:
D'autres comptes ?: Milo ♣ Brooklyn ♣ Anoushka ♣ Blake

MessageSujet: Re: C'est en se plantant que l'on peut pousser... ~ Hadley & Victoire    Mar 26 Déc - 23:57


❝ C'est en se plantant que l'on peut pousser... ❞Hadley & Victoire
La question de ma camarade était pertinente. Est-ce qu’il ne s’est pas intéressé à elle parce qu’elle a choisi de rentrer dans le moule et donc est apparue comme n’importe quelle fille qu’il a pu croiser jusqu’à présent ? C’est une hypothèse qui tient la route, même si, à mon avis, il faut pousser plus loin la réflexion. Ce garçon, on ne le connaît pas, on ignore ses goûts, ses préférences. Peut-être préfère-t-il les hommes ou les femmes plus âgées. Peut-être préfère-t-il les rousses ou les blondes ou des filles aux belles rondeurs. Ou alors peut-être est-il déjà en couple et très fidèle et ne s’intéresse pas aux autres filles, conscient que la beauté l’entoure, sans pour autant s’y intéresser. Ce serait plutôt une belle hypothèse, peut-être un peu niaise, mais follement romantique. Un homme qui pense déjà avoir trouvé l’amour dans les bras de sa copine et qui ne voit aucune raison d’aller voir ailleurs, étant satisfait de ce qu’il a déjà. En fait, on ne peut pas réellement avancer dans nos théories parce qu’on n’a pas la base. Il faut toujours faire un état des lieux de ce que l’on sait de quelque chose, pour pouvoir avancer des théories qui tiendraient la route et l’idée ce n’est pas d’en inventer 15.000 mais deux ou trois qui pourront s’éliminer avec le temps et les expériences. Là, il y a trop de variables inconnues pour pouvoir vraiment faire un diagnostic intéressant. Je ne crois pas qu’il y ait de serveuses édentées qui travaillent ici. Dis-je naïvement dans un premier temps, prenant vraiment au sérieux ce qu’elle venait de dire et ayant à coeur de mettre à jour la vérité sur le staff des Trois Balais. Je n’ai jamais croisé de serveuses qui pourraient ressembler de près ou de loin à la description qu’elle m’a fait et même si ça faisait longtemps que je n’étais pas venue, je n’ai pas le souvenir d’avoir entendu des gens parler d’une serveuse qui pourrait ressembler à ça. Quant à ta théorie, elle pourrait tenir la route. Mais le problème dans cette histoire c’est qu’il y a trop d’inconnues. On ne connaît pas ce garçon, on ne connaît ni ses goûts, ni sa vie, ni quoi que ce soit qui pourrait nous mettre sur la bonne voie. Peut-être qu’il ne drague jamais durant le service, peut-être est-il déjà pris, peut-être est-il gay ou préfère-t-il un tout autre type de filles. On ne sait pas, alors il est difficile de savoir dans quelle direction aller. Après, vous allez me dire, ce n’est pas un problème d’une grande importance, mais moi je trouve cette discussion intéressante et j’aime bien connaître le fin mot de l’histoire. Mais dans notre cas, en dehors de lui poser des questions, je ne vois pas comment on pourrait s’en sortir.

Encore une fois, elle faisait preuve de réflexions très intéressantes. Peut-être que je la trouve intéressante parce qu’elle est l’une des rares qui ne part pas en courant dès qu’elle me voit. Ou alors parce qu’elle réfléchie vraiment par elle-même et est capable de poser des hypothèses intéressantes, qui peuvent se tenir, jusqu’à ce que tu prouves que non. Je prends un instant pour réfléchir à ce qu’elle venait de me dire. Son exemple était intéressant, mais cela reste du domaine de l’exemple. Il faudrait avoir des cas concrets pour pouvoir faire des études plus poussées sur le fonctionnement du cerveau et savoir si oui ou non, l’apprentissage joue un rôle dans les connexions et dans la capacité de l’homme à utiliser son cerveau. Et puis il ne faut pas oublier que l’environnement, la stimulation et la nourriture jouent un grand rôle dans le développement du cerveau. Si une personne n’a jamais été stimulé par quoi que ce soit, elle va avoir forcément des lacunes tôt ou tard, que ce soit pour la motricité ou pour les réflexions. C’est un sujet assez vaste, mais extrêmement intéressant, on pourrait en parler des heures sans que cela ne me lasse un seul instant. A mon avis il y a beaucoup de facteurs qui rentrent en ligne de compte, on ne fait que schématiser et faire beaucoup de raccourcis sur un sujet qui demanderaient à être plus pointilleux sur nos réflexions. Mais je ne peux pas te donner tort cependant. Il a été prouvé que la stimulation joue un grand rôle sur le cerveau. Le premier enfant n’a jamais été stimulé. Enfermé dans sa pièce, sans aucun contact physique, il ne doit même pas savoir marcher, parler ou même réfléchir par lui-même, ne pouvant mettre de mot sur ce qu’il ressent. A contrario, le second enfant a été éduqué, aimé, stimulé, il a donc pu pleinement développer ses connexions. Mais il n’empêche que les prédispositions naturelles ont quand même une part dans le développement du cerveau. Je ne m’attendais pas à avoir ce genre de discussion avec un élève de Poudlard, autre que Matrim. C’est vraiment une rencontre intéressante, cette fille est une magnifique surprise.

J’ai une très bonne capacité d’apprentissage et une excellente mémoire, ce qui me permet d’acquérir plus facilement de nouvelles connaissances et de pouvoir les stocker pour les ressortir au moment voulu. Par contre je suis une catastrophe au niveau social et je n’ai aucun goût vestimentaire. Je m’arrête au vestimentaire mais il me semble que mon manque de goût va au delà du vestimentaire. Mais je ne peux pas faire un travail sur tout, il faut que je commence par quelque chose et ensuite j’évoluerais vers d’autres pôles, alors disons que pour le moment, on va se concentrer sur la mode et on verra plus tard pour le reste. Je fais beaucoup d’efforts, ne m’en demandons pas trop, sinon, face à une tâche trop ardue, je pourrais facilement baisser les bras. Bon, même si, pour être honnête, j’ai une grande volonté et une capacité à me surpasser quand je suis face à l’impossible. Je ne prétends pas que je parviens toujours à mes fins mais disons que je donne mon maximum pour y arriver et pour le moment, ça fonctionne plutôt bien. Et toi ? Lui demandais-je, curieuse. Son plus gros atout, c’est sa beauté, à n’en pas douter, mais derrière ces beaux traits, je peux constater qu’elle est loin d’être bête et qu’elle peut émettre des hypothèses très intéressantes et qui font avancer la discussion. Je lui dis que je veux acquérir la capacité de parler avec un filtre, sans pour autant mentir. Je ne m’en sens pas capable et je n’en ai pas envie. Je ne veux pas être obligée de mentir aux gens, je trouve ça très mal et on m’a appris que c’était mal de mentir. Elle me dit de garder mon idée pour moi ou plus précisément de la dire dans ma tête. Je dois avouer que c’est assez flou et je ne suis pas sûre de tout comprendre alors je la fixe, sans trop comprendre, pour voir si le mystère allait s’éclaircir de lui-même ou s’il allait falloir qu’elle m’éclaire. Je porte une de mes mains vers ma tête. Suis-je mal coiffée ? Cela se peut, avec le bonnet, il faut bien dire que je finis souvent ébouriffée, à force de le mettre et de l’enlever. Je comprends un peu mieux ce qu’elle venait de me dire sans forcément comprendre l’intérêt de ce stratagème. Mais quel est l’intérêt d’une telle méthode ? D’accord, tu as dit ce que tu pensais, mais vu que tu ne l’as pas partagé, cela ne sert à rien, c’est juste finalement que tu l’as pensé sans partager l’idée. J’ai un peu du mal à comprendre le principe. Quand je pense quelque chose, je le dis, le garder pour moi n’a aucun intérêt puisque ça ne peut pas servir à la personne en face. Par exemple, te dire dans ta tête que je suis mal coiffée ne m’apporte rien, puisque j’aurais pu ne jamais le savoir. Alors que maintenant je sais que je suis mal coiffée, ce qui signifie que si je le veux, je pourrais aller me recoiffer dans les toilettes durant notre conversation ou avant de partir. On remarquera que je suis loin de me vexer, en fait en soit je m’en moque un peu. Je suis tellement habituée à être mal coiffée qu’en soit, ça ne change pas ma vie, même si ma soeur me dirait qu’il faut que je fasse un peu plus d’effort pour plaire et elle aurait certainement raison.

Je hoche la tête. Oui c’est un bon exemple. Tu peux trouver une personne totalement à ton goût mais trouver que quelque chose ne va pas et lui en faire part. Tu ne remets pas en question la personne en tant que telle, tu soulèves juste un détail qui ne va pas. Evidemment, on ne dit pas aux gens qu’ils sont stupides, même s’ils le sont, parce que c’est vraiment méchant et que je ne suis pas adepte de la méchanceté gratuite pour ma part. Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil ou presque. Je n’aime pas blesser les gens volontairement. Je ne dis pas que ça ne m’arrive jamais, mais sincèrement, ce n’est pas voulu initialement. Bien souvent c’est un quiproquo avec la personne, ça arrive et il faut savoir s’excuser quand on se rend compte qu’on est aller trop loin. Je prends un instant pour réfléchir à ce qu’elle venait de dire. Peut-être qu’en effet, quand une personne ne demande rien, elle ne s’attend pas à ce qu’on remette en question quelque chose chez elle. Cela dit, si personne ne le lui dit, comment pourra-t-elle le savoir ? Je ne pense pas qu’on se dise un jour qu’on est prêt à entendre ce genre de vérité. Je pense surtout qu’il y a des vérités bonnes à entendre et d’autres qu’on préférerait oublier. Je ne sais pas, je crois qu’on ne s’attend jamais à ce genre de remarques et que cela peut paraître blessant parce qu’au fond, ce n’est pas de notre faute ? Je veux dire, la mauvaise haleine, c’est de la faute à personne, ça arrive, c’est souvent hors de contrôle, il faut donc savoir assumer des défauts de fabrication, comme dirait si bien mon frère. Je haussais les épaules. Il y a certaines choses qui ne sont peut-être pas faites pour être connues, voilà tout. En tout cas moi je n’ai aucun regret, je ne veux pas la blesser volontairement pour voir comment son corps réagirait à cette attaque, je préfère passer mon chemin. Tant pis, parfois il est préférable que certaines choses restent secrètes. Dis-je en souriant. Oui, peut-être que certaines personnes font semblant de ne pas draguer alors qu’ils l’ont fait volontairement. Mais je ne fais pas partie de cette catégorie. Déjà parce que je ne sais ps draguer et faire semblant reviendrait à mentir et je ne suis pas une menteuse. Alors on peut facilement partir du principe que tout cela ne me concerne pas et que si j’ai envoyé des signaux, ce n’est que involontairement. Pourquoi tu m’aurais dragué après m’avoir adressé la parole ? Demandais-je un peu étonnée. Je dois avouer que je suis un peu perdue. Elle me demande ce que j’entends pas une fille comme moi et une fille comme elle et je lui réponds sans hésiter. Je suis une fille somme toute banale, ni belle, ni moche, juste normale, qui n’attire pas l’oeil. Je n’ai rien d’extraordinaire. Alors que tu es magnifique, tu attires tous les regards quand tu entres dans une pièce. Je ne vois donc pas ce qu’une fille aussi magnifique que toi aurais à perdre son temps avec une fille banale comme moi. Pourtant c’est un peu ce qu’elle fait, perdre son temps en ma compagnie, même s’il n’y a aucune drague derrière, il n’empêche qu’elle pourrait faire beaucoup d’autres choses plutôt que d’avoir des conversations intéressantes mais inutiles en ma compagnie. Non, pas vraiment, seulement l’être humain est composé de qualités et de défauts et si on veut faire une liste exhaustive, cela prend du temps parce qu’il faut parfois creuser un peu pour en trouver.

©️ 2981 12289 0



« I'm lost ... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7627-life-goes-on-victoire-gardner-oaken-terminehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7636-victoire-gardner-oaken-fiche-de-liens

Arrivé(e) le : 15/10/2014
Parchemins rédigés : 1795
Points : 3
Crédit : *moi(Bridget Satterlee)
Année : 5ème (15 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Jill J. Adams, Myla H. Starkey & Allen Rivers

MessageSujet: Re: C'est en se plantant que l'on peut pousser... ~ Hadley & Victoire    Mar 2 Jan - 17:43

Hadley

Victoire
C'est en se plantant que l'on peut pousser...

Est-ce que le serveur qui m’avait poussé à franchir les portes des Trois Balais m’importait vraiment ? Non et re non, mais il fallait bien trouver de quoi s’occuper et visiblement, mon idée tordue ne se révélait pas si vaine qu’elle m’était apparu au moment où le serveur s’était désintéressé de moi. La petite blonde qui me faisait office de camarade de table valait tous les coups d’œil de serveurs de la terre… Enfin, j’abusais peut-être, mais c’était un peu l’idée. Perspicace, un peu trop naturelle et amusante, tout pour ne pas me faire regretter d’avoir passé la porte de cet établissement de malheur. Et si j’avais eu envie de ne pas rigoler, hein ? Dans cette hypothèse, elle ruinait mes plans car sa remarque sur l’absence de serveuses édentées me fit rire. Son naturel faisait partie intégrante du côté amusant de la situation d’ailleurs. Nous en étions toujours à l’idée de comprendre pourquoi je n’avais pas réussi à attirer le regard du serveur et j’attendis qu’elle ait fini pour dire : « Ta théorie tient aussi bien la route que la mienne…si ce n’est mieux… Est-ce que le fait de savoir que j’avais « totalement confiance en mes capacités et…. quelque chose comme au minimum 50% de chance de le séduire de source sûre indépendamment de tous les principes qu’il peut avoir » peut changer la donne ? » Ce que j’étais en train de lui dire, c’était que je comptais sur mes don de demi-vélane pour faire un carton plein dès les premiers instants, ce qui n’avait pas eu lieu, mais j’y avais cru, à l’époque. La jeune femme ne savait pas à ce moment là quels dons je pouvais manifester, de temps à autre.

Comme si cela ne suffisait pas, la conversation vira vers le cerveau et ses capacités. Pourquoi ? Comment ? Je ne savais plus quel fil nous avait menées à ce stade de la conversation, mais je prenais un immense plaisir à la pousser à parler encore un peu plus. Son intelligence était établie, je n’avais sûrement pas autant de jugeote qu’elle, mais justement, en parlant de stimulations, j’en avais eu trop et de trop mauvaises pour ne pas être capable de réfléchir et de trouver des solutions à un problème, quel qu’il fut. « L’instinct de survie des gens civilisés », c’était peut-être ça. Et pour répondre à la longue tirade qu’elle venait de faire sur le sujet, je croisais les jambes avant de dire : « Personne sur cette terre n’a trouvé le moyen d’estime les prédispositions naturelles de chacun alors que les moldus s’éclatent à voler dans l’espace avec des engins craignos ? » Je haussai les épaules avant de reprendre : « Incompréhensible, ou alors, je ne suis pas au courant de tout. Si tu fais une conférence sur le développement du cerveau un samedi matin à 7h, je serai la première levée pour venir l’écouter. » Oui… oui… oui… J’avais eu cette idée là en tête et bien sûr, l’idée venait d’être traduite à l’orale.

De même, je n’hésitai pas à lui poser la question de savoir quels étaient ses points forts et ses lacunes…A croire que j’avais également quelque petits gênes de « l’humain sans filtres » bien dissimulés. La jeune femme ne sembla pas m’en tenir rigueur et commença à me dire qu’elle avait de la mémoire et qu’elle avait donc, de ce fait, beaucoup de facilités. Quelque chose que j’avais deviné et qu’elle avait plutôt raison de mettre en avant. Quant au reste, ça n’était pas non plus surprenant… Une catastrophe au niveau social, oui… si on voulait, mais j’avais quelque chose à dire à ce sujet : « A mes yeux, les catastrophes sociales sont les personnes incapables d’aligner deux mots ou qui sont tellement gênées en présence d’autrui qu’elles finissent par parler de la météo. Tu n’es pas une catastrophe sociale selon ma définition, mais j’entends bien la lacune, tout de même. » Je fis une mini pause avant de reprendre sur le reste : « On a des nanas qui se prennent pour des gravures de mode ou pour les as de la mode à Poudlard, rapproche-toi d’elle, sauf si tu n’as pas envie de lutter contre l’endoctrinement. » Ne fais pas ce que je te conseille de faire, voilà le message que j’essayais de lui faire passer. Je ne pus retenir un sourire malin à la fin de ma phrase, la jeune femme ne trouverait sûrement pas ça drôle, je commençais à cerner l’oiseau. Mais qu’elle me pose la question en retour n’était néanmoins pas quelque chose que j’avais anticipé. « Moi ? J’ai une incroyable et exceptionnelle capacité à changer de conversation quand on me pose une question à laquelle je n’ai pas de réponse. Surtout quand c’est une question retournée… et que c’est de bonne guerre venant de la personne en face de la poser… » Je plissais un instant des yeux, histoire de voir si elle avait compris que je parlais de notre conversation et que je tentais d’éluder la question… Bon, c’était un peu idiot de le faire, mais j’avais beaucoup de mal à parler de moi-même si me vanter était quelque chose qui sortait plutôt bien : « Moi… rien… je sais juste m’occuper de moi et ne compte sur personne d’autre pour le faire, c’est un bon point de départ. J’essaie aussi d’être aussi insupportable que possible, je suppose que c’est une lacune… vu sous un certain angle. » Voilà, c’était tout.

Et OUF, libération, un nouveau sujet de discussion se présenta à nous et il était question de parler de son côté sans filtre. Selon ses dires, elle n’était pas contre l’idée d’apprendre à en avoir, parfois et je lui exposai la première idée qui ma traversa l’esprit, attendant de voir si elle allait la considérer ou non. Forcément, elle fut sceptique et c’est dans un haussement d’épaules (qui ne témoignait pas du tout de mon indifférence face à notre conversation, au contraire) que je lui répondis : « Considère que la personne en face à assez de présence d’esprit pour se rendre compte d’elle-même de ce qui cloche. Ou au pire, donne-lui quelques indices pour la guider… Tu lui tends un chewing-gum… puis un autre… Si le message n’est pas assez clair, c’est qu’il manque sûrement des prédispositions du cerveau ! » Envie de rire, quand tu nous tiens. Ce que nous nous étions dit avant prenait tout son sens, non ? « Moi, j’aurais passé une main dans mes propres cheveux pour essayer de faire en sorte que tu en fasses de même, par mimétisme… et si ça n’avait pas marché, j’aurais avancé une main vers tes cheveux pour faire mine de remettre une mèche en place alors que c’est toutes les mèches entières qui clochent. Et peut-être que le geste t’aurait poussé à te dire « Ah.. oui, il semblerait que je sois mal coiffée, assurons-nous du contraire ». » J’interrogeais la jeune femme un instant avant de dire : « Pas convaincue ? » Si j’étais du genre à plaisanter tout le temps avec tout le monde, j’aurais déjà été hilare à ce moment de la conversation… Sauf avec un ignare incapable de tenir une conversation. C’était loin d’être le cas avec cette petite inconnue.

Comme si cela ne suffisait pas… Nous n’en avions pas fini de rentrer dans nos grands discours alors que nous n’avions même pas l’identité de l’autre. Incrédible, mais pourtant bien vrai. Ce qui nous préoccupa ensuite fut la drague et je ne m’empêchais plus du tout de sourire suite aux remarques de la jeune femme. Elle me demanda pourquoi je l’aurais possiblement draguée après lui avoir adressé la parole : « Parce que, aussi contradictoire que cela puisse paraître au vu de…. ce qui vient de se passer avec le serveur, mon intérêt se manifeste après quelques paroles échangées…C’est ce qu’on vient de faire. Tu m’as convaincue. Tu n’es pas bête du tout et tu es drôle… tu ne parles pas pour rien dire et tu as des arguments, même si, évidemment, on peut très bien les réfuter et ne pas être d’accord. C’est tout… » Je terminais en haussant les épaules une nouvelle fois. Le tableau qu’elle peignait d’elle-même n’était pas spécialement conforme à la réalité, selon moi et je ne manquais pas de le lui faire savoir en lui disant : « Tu es jolie. C’est toi qui crois qu’autrui, en l’occurrence une… « fille aussi magnifique que moi qui attire tous les regards », peut perdre son temps avec toi, mais je n’ai pas l’impression de perdre mon temps, même si j’étais persuadée que c’était ce que j’allais faire en entrant ici. Comment tu l’expliques ? » Allez, défi intellectuel ! Expliquer pourquoi j’avais moi-même le sentiment qu’elle avait tort avec des arguments fondés, s’il vous plait ! Quant à l’idée des qualités, je l’abandonnai sans trop attendre, je pouvais aussi les identifier moi-même… ses qualités et ses défauts, non ?






(c) black.pineapple
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 25/08/2012
Parchemins rédigés : 1669
Points : 6
Crédit : Avatar : Vandetta ; Signature : Faushtine & tumblr
Année : 5ème année (14 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?:
D'autres comptes ?: Milo ♣ Brooklyn ♣ Anoushka ♣ Blake

MessageSujet: Re: C'est en se plantant que l'on peut pousser... ~ Hadley & Victoire    Lun 15 Jan - 19:06


❝ C'est en se plantant que l'on peut pousser... ❞Hadley & Victoire
Je pris un instant pour réfléchir à sa nouvelle théorie. Elle était intéressante mais je voyais là quelques points noires qui se profilaient à l’horizon. Bien évidemment, en cet instant, je n’étais pas au courant de son don de demi-vélane, du coup je ne voyais pas les choses de la même façon que si j’étais au courant. A mes yeux, elle était une très belle fille d’environ mon âge, sûre d’elle et de ses charmes. Et du charme, elle en avait à revendre, à n’en pas douter, mais est-ce que ça pouvait suffir à dévier du droit chemin quelqu’un de très amoureux de quelqu’un d’autre ? Se rendrait-il vraiment compte qu’elle était jolie ? Est-ce que ça changerait de bord quelqu’un qui aimait les personnes de son sexe plutôt que celle du sexe opposé ? Et s’il ne voyait en elle qu’une adolescente beaucoup trop jeune pour lui ? C’est vrai, si elle avait mon âge cela signifierait qu’aux yeux de la loi, il peut rencontrer beaucoup d’ennuis, cela refroidit les ardeurs de beaucoup il faut bien l’admettre. Je ne pense pas non. Il y a encore trop d’inconnus qui rentrent en ligne de compte, d’un côté comme de l’autre. S’il est du genre fidèle il serait capable de ne même pas voir que tu es jolie ou que cela ne lui fasse ni chaud, ni froid. S’il aime les garçons, toute l’assurance du monde et les charmes féminin n’auront aucune emprise sur lui. Et il ne faut pas oublier qu’il n’a aucune idée de ton âge, il pourrait ne pas avoir envie d’avoir des ennuis avec la justice. C’était une discussion vaine, j’en étais parfaitement consciente, mais qu’importe ? Je trouvais cela beaucoup intéressant que de savoir si le temps était à la pluie ou si tel garçon s’habillait mieux, il rentrerait totalement dans le top 10 des garçons les plus mignons du château. Non pas que je ne serais pas capable de donner mon avis sur ces sujets mais je doute que mon intérêt récent pour la gente masculine soit à la hauteur des attentes de mes camarades. En dehors d’Oliver, je n’ai pas réellement fait attention aux autres garçons. Et j’ignore encore si c’est une réelle attirance pour lui ou si j’ai trouvé en lui le moyen d’apparaître comme une adolescente normale avec ses hormones en ébullition.

Je bus une gorgée de mon thé glacé tout en réfléchissant à la conversation en cours. Il était certainement plus facile d’inventer des engins pour voyager dans l’espace que de comprendre comment fonctionne le cerveau. Cela peut paraître assez étonnant mais le cerveau est un muscle bien plus complexe qu’il n’y paraît au premier abord et ses nombreuses connexions et capacités sont loin d’être toutes connues et maîtrisées. Je ne prétends pas que le tout venant serait capable de construire une machine qui permettrait d’explorer l’espace mais il doit exister plus de personnes qui ont les compétences pour le faire, que pour comprendre le cerveau. Et c’est bien triste à dire mais il y a plus d’argent déboursé pour les machines moldues que pour comprendre comment nous fonctionnons. Je crois qu’ils sont plus attirés par l’idée que nous ne soyons pas seul dans l’univers. Cet instinct de colonisation ne les a jamais lâché et il n’attend qu’un signe pour se réveiller de nouveau. Ils n’ont plus rien à découvrir sur notre terre alors ils cherchent ailleurs. Je ne saurais dire s’il faut parler d’instinct ou de tradition ou de comportement ancestral ou que-sais-je encore. Ce qui est sûr en tout cas c’est que nous faisons parti d’une espèce mégalo qui a besoin d'asseoir son pouvoir sur les autres. C’est triste, mais c’est comme ça. Et le jour où nos dirigeants auront un réel intérêt à financer les recherches sur la santé, je suis persuadée que nous ferons un bon énorme dans le domaine. En attendant, on grapille quelques informations à droite à gauche, grâce à des recherches financées par des laboratoires en tout genre. Je n’ai malheureusement pas la prétention de tout connaître sur le cerveau et je serais bien à mal de faire une conférence sur le sujet. Dis-je le plus naturellement du monde, petit sourire aux lèvres. Evidemment que j’ai pris sa proposition au premier degré, comment aurais-je dû la prendre ? Déjà je ne pense pas que ce serait très pertinent de faire une conférence si tôt. Le jour est bien choisi, mais l’heure est bien trop matinale pour mes camarades. Etant une lève tôt, je sais de source sûre que peu sont levés à cette heure-ci et encore moins disponible pour écouter une conférence sur le fonctionnement du cerveau. Ensuite, je ne pense pas que le sujet les intéresserait vraiment. Je ne prétends pas que je n’aurais pas quelques personnes intéressées, mais 5 ou 6, tout au plus. Peut-être que j’aurais plus de succès auprès de nos professeurs, mais comment pourrais-je avoir l’audace de tenir une conférence sur un sujet si complexe alors qu’au final je ne fais qu’avancer des arguments que j’ai lu à droite à gauche sans avoir de réelles assurances qu’ils soient fondés. Non il faudrait que je fasse moi-même les vérifications et cela me prendrait beaucoup de temps et du matériel. Peut-être durant mes études universitaire, si je décide de partir dans cette voie, ce qui n’est pas assuré encore.

Elle n’avait peut-être pas totalement tort et j’avais peut-être noirci un peu le tableau sans le vouloir. J’étais prête à croire que je n’étais pas une catastrophe sociale, uniquement si elle m’accordait malgré tout le fait que j’avais des lacunes dans ce domaine. Il est évident que je ne dis jamais ce qu’il faut, quand il le faut et je ne réagis pas comme les autres. Cependant, il est vrai que je n’éprouve aucune timidité à l'égard de mes camarades et que je suis capable d’aborder tous les sujets sans aucun problème. Je ne ressens aucune gêne quand je vais parler aux autres. Je ne dis pas que jamais l’idée que je pourrais les déranger ne me vient à l’esprit, mais il est évident à mes yeux que s’ils ne veulent pas me parler, ils me le feront savoir. Et jusqu’à présent, ça a souvent été le cas. Mais soit, disons que je n’ai que des lacunes dans le domaine, cela me permet d’avoir de l’espoir quant à l’amélioration de la situation. J’ai l’impression finalement de partir de moins loin, l’effort est moins impressionnant et la réussite plus assurée qu’il y a quelques instants. Quand elle parla de nos camarades qui étaient populaires parce qu’elles étaient jolies ou parce que leur assurance à croire en cette vérité avait suffit à persuader leurs camarades que c’était vrai, je ne pus m’empêcher de hocher la tête en souriant. C’est exactement ce que je compte faire et je me moque bien de lutter contre l’endoctrinement pour être honnête. Je ne pense pas que de me rapprocher de ce genre de filles me changera vraiment, pas fondamentalement en tout cas. Et je ne vois absolument pas l’avertissement de ne pas l’écouter derrière ses propos, pour moi c’était plutôt une invitation à continuer mon projet C’est exactement ce que je compte faire. Je pense qu’elles peuvent vraiment m’aider à m’intégrer à cette école et à devenir populaire. Je suis donc ravie que l’idée te soit venue aussi, cela prouve qu’elle n’est pas si mauvaise. On pouvait voir de l’excitation face à ce projet d’envergure. Ce n’est quand même pas rien de se rapprocher de ce genre de filles. Je suis loin d’être populaire ou en vu et ma réputation me précède bien souvent. Il va falloir que je redouble de motivation et d’imagination pour arriver à les approcher et surtout à faire qu’elles s’intéressent à moi. Mais j’ai bon espoir, je suis suffisamment intelligente pour trouver une faille quelque part et m’y engouffrer rapidement. Je saurais leur faire miroiter l’intérêt de me façonner à leur image. Le narcissisme et l’égocentrisme jouant un rôle primordial dans leur vie, leur faire réaliser qu’elles pourraient avoir une influence importante dans la vie d’une autre personne au point d’apparaître comme un dieu en personne pourrait tout changer.

Je lui retourne la question et sa réponse me laisse perplexe. Que dois-je comprendre ? Qu’elle ne s’attendait pas à une telle question et qu’elle ne compte pas me répondre ? Pourquoi ? Elle ne peut pas poser un milliard de questions aux autres et ne pas s’attendre qu’on lui rende la pareille, si ? Je suis tout aussi curieuse qu’elle de savoir ce qu’elle peut penser d’elle, la façon dont elle se décrit, dont elle se voit, c’est certainement tout aussi intéressant que de savoir qui elle est je pense. On en apprend beaucoup à observer les gens, c’est un fait, mais on en apprend tout autant en les écoutant parler d’eux. C’est là où on voit quelle opinion ils ont eux, la façon dont ils se perçoivent et dont ils pensent que les autres les voient, ce qui n’est pas toujours la même vision que la réalité. Je ne dis rien, je la fixe, attendant de voir si malgré tout il va y avoir une suite à sa réponse. Va-t-elle céder ou rester sur ses positions ? Ce serait bien dommage si elle s’en arrêtait là, j’ai joué le jeu, à elle d’en faire de même, ça serait en effet de bonne guerre. Elle finit par reprendre et si je dois traduire ses propos, cela donnerait certainement : indépendante, autonome, égoïste, emmerdeuse, voire pourquoi pas, si on pousse plus loin la réflexion, effrayée par la peur de s’attacher, la peur de ne pas être aimé autant qu’on le voudrait ou carrément la peur de l’abandon. Il serait intéressant de la voir faire pour voir s’il y a vraiment quelque chose derrière cette envie de faire chier son monde, ça serait intéressant. Peut-être pas pour elle, j’en conviens, mais je suis persuadée qu’elle serait un excellent sujet d’étude. Peut-être que cette envie d’être détestée contre balance son envie de plaire ou sa nature de séductrice. Après tout, on sait tous que les vélanes ont le don de vous hypnotyser par leur beauté, le fait d’avoir envie d’être le plus désagréable possible montre une volonté de ne pas coller uniquement à sa nature de demi-vélane et d’être sûre que si un jour une personne tombe amoureuse d’elle c’est pour elle et non pour sa nature. La description est loin d’être exhaustive mais il faut croire qu’elle m’a déjà fait une faveur en répondant à ma question. Après tout, elle est plutôt du genre à changer de sujet pour ne pas répondre aux questions qui la dérangent, non ? Ou une façon de cacher quelque chose de plus profond ! Dis-je simplement, sans insister plus que nécessaire sur le sujet. Si elle n’aime pas parler d’elle, je peux le concevoir et ne chercherais pas à insister. Surtout qu’il n’est pas toujours évident de se décrire avec une totale objectivité, on est souvent tenté d’améliorer le tableau ou au contraire de le noircir sans que ce soit de façon consciente.

Mais quel est l’intérêt d’une telle méthode ? D’accord, tu as dit ce que tu pensais, mais vu que tu ne l’as pas partagé, cela ne sert à rien, c’est juste finalement que tu l’as pensé sans partager l’idée. J’ai un peu du mal à comprendre le principe. Quand je pense quelque chose, je le dis, le garder pour moi n’a aucun intérêt puisque ça ne peut pas servir à la personne en face. Par exemple, te dire dans ta tête que je suis mal coiffée ne m’apporte rien, puisque j’aurais pu ne jamais le savoir. Alors que maintenant je sais que je suis mal coiffée, ce qui signifie que si je le veux, je pourrais aller me recoiffer dans les toilettes durant notre conversation ou avant de partir. On remarquera que je suis loin de me vexer, en fait en soit je m’en moque un peu. Je suis tellement habituée à être mal coiffée qu’en soit, ça ne change pas ma vie, même si ma soeur me dirait qu’il faut que je fasse un peu plus d’effort pour plaire et elle aurait certainement raison.

Le sujet change totalement, mais ce n’est pas dérangeant, on ne peut de toute façon pas réellement dire qu’on est resté sur des sujets qui se ressemblent, on est parti un peu dans tous les sens mais à chaque fois c’était très intéressant et instructeur. Je vois la fin de mon verre arriver et comme toujours, je trouve que cela arrive trop vite. A croire qu’il y a un trou dans le verre, ce n’est pas possible que j’ai tout bu toute seule, sans même m’en rendre compte. On parle du fait que je n’ai aucun filtre et je ne comprends pas comment on peut faire comprendre quelque chose à une personne sans le lui dire verbalement. Pour moi il est important de communiquer avec l’autre et de lui souligner ce qui ne va pas pour tenter de l’aider à s’améliorer. Selon elle, on peut utiliser des moyens détourner pour se faire comprendre. Ce n’est pas complètement idiot comme méthode, mais est-ce que cela fonctionne vraiment avec tout ? Pour des sujets concrets, type mauvaise haleine, je comprends le principe et ne le trouve pas si mauvais, mais cette technique de fonctionne pas avec tout, si ? J’étais curieuse d’essayer la prochaine fois que j’en aurais l’occasion, si je m’en souviens, cela va s’en dire. Est-ce que les gens le prendront moins mal si je tends un chewing-gum ? Le message reste le même, seule la méthode pour le faire comprendre change. Par contre je n’étais pas vraiment convaincue par sa technique pour me faire comprendre que j’étais mal coiffée. Ben …. pas vraiment. Je ne me touche pas les cheveux quand je vois quelqu’un le faire et je ne pense sincèrement pas que si tu m’avais remis une mèche de cheveux en place je me serais dit que j’étais mal coiffée, juste que j’avais une mèche rebelle. Après peut-être que je suis un cas à part parce que ma coiffure est bien le dernier de mes soucis ou que mon esprit est déjà focaliser sur tellement d’autres choses que je n’ai plus de place pour ce genre de futilité ? Il est assez amusant de m’entendre parler de futilité alors que juste avant j’ai dit que je voulais me rapprocher des filles populaires de notre école pour pouvoir devenir populaire à mon tour. Mais il faut bien comprendre que même si j’ai envie d’être populaire, ce n’est pas parce que j’estime que l’apparence compte, mais parce que je n’ai pas envie de partir d’ici en me disant que personne ne se souviendra de moi. Les gens n’arrêtent pas de me dire de lâcher un peu de pression et de m’intéresser aux autres, je ne fais que leur obéir. Et puis c’est un sujet d’étude intéressant de voir comment une fille comme moi, plutôt intello et pas forcément portée naturellement vers les autres peut devenir une icône au château.

J’esquisse un sourire quand elle me dit que je ne suis pas bête, mais j’avoue ne pas comprendre comment elle peut me trouver drôle. J’ai beaucoup de qualité mais le sens de l’humour n’en fait définitivement pas parti, à moins qu’on parle d’être drôle sans le vouloir, à mes dépends en somme. Elle continue en me disant que j’étais jolie et qu’elle n’avait pas l’impression de perdre son temps avec moi, malgré le fait qu’elle pensait vraiment que ça allait être le cas, non pas en venant me parler mais en venant ici tout court. Elle me demanda comment je pouvais expliquer ça et je ne suis pas vraiment quoi répondre. Comment j’expliquais quoi ? Qu’elle pourrait me draguer si elle le voulait ? Qu’elle n’avait pas la sensation de perdre son temps avec moi ? Sa question était trop vague pour que j’arrive à savoir vers quelle réflexion je devais me tourner. Heu… Je ne suis pas sûre d’avoir compris ta question pour être honnête. Comment j’explique quoi ? Je me sentais un peu bête et j’avais l’impression que je lui donnais toutes les raisons du monde de revenir sur le fait qu’elle ne me trouvait pas bête, mais qu’y pouvais-je ? Il m’arrive à moi aussi de ne pas forcément toujours comprendre ce qu’on attendait de moi, je ne suis qu’un être humain après tout...

©️ 2981 12289 0

HS:
 



« I'm lost ... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: C'est en se plantant que l'on peut pousser... ~ Hadley & Victoire    

Revenir en haut Aller en bas
 
C'est en se plantant que l'on peut pousser... ~ Hadley & Victoire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard, 19 ans après. :: Pré-au-Lard :: 
Les Commerces
 :: Les Trois Balais
-
Sauter vers: