AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ghosts of the past ► milo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6956-sun-moon-truth-jude-done?nid=3#157594http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6958-hey-jude-dont-make-it-baaaaad#157612http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6959-take-a-sad-song-and-make-it-better#157614http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6961-coffee-before-talk#157617http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6960-send-a-secret#157615

Arrivé(e) le : 27/10/2016
Parchemins rédigés : 107
Points : 7
Crédit : wildcookie (av) + crackintime (code)
Année : 5ième année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?:

MessageSujet: ghosts of the past ► milo   Mer 4 Oct - 2:34



ghosts of the past

FT. MILO

Au dehors, la pluie tombait doucement en une fine bruine incessante qui ne servait qu'à humidifier les vêtements, à rendre l'air froid d'humidité et à mettre un air morose sur la journée. Assise dans les escaliers menant à la tour d'Astronomie, adossée à un des murs de pierre froide, Jude avait les mains qui tremblaient furieusement. Elle venait de lire la dernière lettre – la plus recente – que Scorpius venait de lui envoyer. Dire qu’elle était bouleversée était un euphémisme. Le mot était tellement faible, ne posait qu’un vague impression de ce que ressentait réellement la jeune fille à cet instant. Elle n’avait pas eu connaissance de la lettre que son jumeau avait envoyé à son meilleur ami. Il devait réellement s’inquiéter pour avoir envoyé une lettre à Scorpius, c’était peu dire ! Ils ne se parlaient pour ainsi dire que très peu, et bon, la jeune fille comprenait. Son jumeau était réservé, discret, presque invisible, effacé du reste du monde. Même s’ils s’entendaient bien, ils n’étaient pas pour autant amis, tout juste des connaissances, mais Jude savait que parfois, ils pouvaient s’asseoir ensemble et discuter sans même utiliser des mots. Oui, pour que Leo se rende à cette … extrémité, la situation devait être plus grave que ce que la jeune fille avait d’abord imaginé sur sa situation. Elle ferma très fort les yeux pour essayer de retenir ses larmes, mais un sanglot franchit la barrière presque hermétique de ses lèvres et ce fut comme si une écluse s’était ouverte, comme si un barrage avait cédé et Jude pleura. Heureusement qu’elle avait jeté un impervius sur le parchemin avant de le lire. Sinon, elle aurait mélangé l’eau salée de ses larmes à l’encre du parchemin. Les mots inscrit sur le papier venaient la chercher loin, tellement loin dans ses sentiments qu’elle avait cru enfouis pour toujours. Ils venaient la chercher et la libérer, la soulager. Comme si elle n’avait attendu que cela depuis de longs mois, ce fut comme une délivrance. Avec ces mots, elle sentait qu’elle pouvait commencer à guérir.

« Tu es une fille géniale pleine de ressources et d'intelligence. En toi brille une étincelle de malice et de joie de vivre qui m'a toujours plu. Tu es une fille qui mord dans la vie et vit chaque jour comme si c'était le dernier. Souvient toi de comment on a fait rencontre toi, Albus et moi. Souvient toi de comment nous étions les meilleurs amis du monde, de vrais inséparables. Souvient toi de la fille que tu étais. Malgré tout ce qui a pu t'arriver, cette fille, elle est toujours là quelque part. Il est temps que tu la laisses briller Jude, que tu lui laisses sa chance de refaire surface. Montre à tout le monde celle que je sais que tu es. Montre à tout le monde comment ma meilleure amie est la meilleure et ne te laisse pas abattre. »

La jeune fille laissa librement couler ses larmes, laissant toute sa douleur s’en aller, laissant l’eau qui coulait le long de ses joues trempées la nettoyer, nettoyer tous les mauvais agissements qu’elle avait pu faire. Elle s’était rachetée avec la rébellion, elle avait eu droit de retourner à Poudlard, déclarée libre et non-coupable. Et maintenant son meilleur ami lui envoyait ces mots, ce réconfort inattendu qui lui faisait chaud au cœur, qui agissait sur elle comme le baume qu’elle n’avait pas encore eu le temps de recevoir pour lui permettre de se remettre de ses blessures une fois pour toutes. C’était comme si elle recevait une deuxième chance, une nouvelle vie. Ne prenant pas la peine d’essuyer ses joues trempées ni même de les arrêter, elle laissait libre court à tout. Libre, elle se sentait enfin libre, propre et assainie. Elle pouvait se pardonner et recommencer, redevenir ce qu’elle était avant, et briller. Car oui, l’ancienne elle-même lui manquait. C’était comme si on lui avait redonné une partie d’elle-même qu’elle avait perdue près d’un an auparavant et cela sembla la réchauffer de l’intérieur. Était-ce de l’espoir ? Comme pour lui donner raison, un rayon de soleil perça les nuages et vint illuminer la pièce dans laquelle elle se tenait. Oui, il y avait finalement de l’espoir, de la lumière après la tempêtes, et désormais, les fantômes du passé pouvaient retourner là d’où ils venaient. Elle pouvait revivre. Un sourire éclaira son visage et elle ferma les yeux. Heureuse, elle était heureuse.

(c) proserpina


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6244-archibald-milo-de-baskerville-je-t-aime-bien-mais-en-cas-de-danger-je-te-sacrifie-directhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6295-archibald-milo-de-baskerville-le-titre-qui-tuehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6331-tybalt-se-chargera-de-m-apporter-votre-courrierhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6332-express-tybalt-se-chargera-de-m-apporter-votre-courrier

Arrivé(e) le : 05/01/2012
Parchemins rédigés : 5345
Points : 28
Crédit : Thomas Brodie-Sangster crédit : BONNIE ♥
Année : 6ème année (16 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Brooklyn ♥ Anoushka ♥ Naïa ♥ Blake

MessageSujet: Re: ghosts of the past ► milo   Sam 7 Oct - 15:16


❝ Ghosts of the past ❞Jude & Milo
Il pleut. Je le sais parce que je l'entends glisser doucement sur la vitre de notre dortoir depuis une bonne demi-heure. J'ignore depuis quand il pleut, mais est-ce vraiment important ? J'aime me réveiller lentement, avec le son de la pluie au dehors. J'aime ses journées où je n'ai pas besoin de me lever tôt ou pas dans l'obligation de devoir affronter le froid du dehors, bien au chaud blotti dans notre lit, au creux de ses bras. J'aime sentir son souffle dans mon cou et la chaleur de sa peau irradier la mienne. Bref, j'aime ses matins où je suis le premier à me réveiller et où je peux tout à mon aise l'entendre dormir à mes côtés. Je ne sais pas quelle heure il est mais je m'en fous. Je vais attendre bien sagement qu'il se réveille, sans bouger, pour profiter au maximum de cet instant. Je suis bien, heureux et c'est tout ce qui compte. Je n'ai même pas encore ouvert un oeil et je ne suis pas encore prêt à le faire. Je ressers mon étreinte sur son bras et je soupire d'aise. Et puis il finit par s'agiter lentement et là, un tout autre programme commence. Je me retourne lentement et nous sommes partis pour une petite séance de câlins matinaux à coup de bisous et de caresses. Rien de torride, nous ne nous envoyons pas en l'air tous les 4 matins et c'est même quelque chose d'assez rare finalement quand on regarde le nombre de fois où l'on a couché ensemble pour le nombre de mois où nous sommes ensemble. Mais ça ne me dérange pas. Je ne dis pas que je n'en ai pas envie, il est quand même difficile de ne pas avoir envie quand on dort avec la personne que l'on aime et qui nous plait vraiment. Mais je n'ai pas envie de brusquer les choses ou de le forcer à faire quelque chose qu'il n'a pas envie. Et j'aime nos séances de câlins. Alors je ne me prends pas la tête, on avance à notre rythme et c'est tout ce qui compte.

Et puis finalement il faut se lever. C'est le pire moment de la journée je trouve. Le moment où la vie reprend son cours et où on doit se séparer pour vaquer à nos occupations. Je finis par me résigner et par aller prendre ma douche, pendant qu'il larve encore quelques instants dans le lit. Je finis de me préparer quand il va prendre sa propre douche et nous allons ensemble prendre notre petit déjeuner. J'ai décidé d'aller faire un tour à la bibliothèque parce que je dois compléter mon devoir de Botanique. Je l'ai quasiment terminé, mais il me manque un détail ou deux et je n'ai pas envie de le bâcler. C'est la matière où je suis sûr d'avoir d'excellentes notes, je ne compte pas tout gâcher inutilement. Alors une fois notre petit déjeuner terminé, je me rends dans l'antre du savoir pour finir mes recherches. Je mets plus de temps que je m'y attendais. J'avais prévu de passer une petite demi-heure dessus et finalement au bout d'une heure, je n'ai toujours pas fini d'écrire tout ce que je veux dans mon devoir. Une fois mon devoir terminé, je décide de prendre un nouveau parchemin pour écrire à ma grand-mère. Cela fait quelques jours que j'ai reçu sa lettre et je n'ai toujours pas pris le temps de lui répondre. Et je sais qu'elle s'inquiète un peu, alors je voudrais la rassurer. Ces derniers temps, j'ai été loin d'être la personne la plus heureuse du monde et il faut bien avouer que loin de Dan, je suis loin de l'être. Après je ne dis pas, quand je suis avec lui, j'ai toujours les mêmes problèmes qui me hantent, mais disons qu'il me permet de les oublier alors que quand il n'est pas là, ils reviennent à la charge et c'est désagréable. Je me sens toujours coupable de ce qu'y est arrivé et je crois que je ne pourrais jamais me pardonner. Tout le monde dit que c'était une bonne chose cette révolte, moi je n'en suis plus si sûr. Je doute. On a causé la mort de certaines personnes, on en a blessé d'autres, comment on peut vivre avec ça ? On a beau me dire que c'est la guerre, je n'ai pas signé pour ça. Alors oui, je n'ai pas les épaules suffisamment solides pour supporter toutes cette violence et j'ai été bien trop naïf sur ce coup là. Je sais qu'on a sauvé des gens, que grâce à nous, on peut revivre normalement, mais quand même, c'est beaucoup de responsabilités à supporter et moi je n'en suis pas capable.

Une fois la lettre terminée, j'hésite un peu. Est-ce que je me mouille pour l'envoyer ou j'attends demain dans l'espoir qu'il aura cessé de pleuvoir ? Je range mes affaires et me dirige vers le hall. Je regarde le parc par les grandes portes et j'hésite toujours. Et puis je me dis que ce n'est que de l'eau et que ça ne me fera pas de mal de prendre un peu l'air. Alors armé de ma capuche, je finis par sortir, pressant le pas malgré tout pour éviter de me faire trop mouiller. Peine perdu, bien entendu, mais au moins j'aurai essayé. Je me tiens à la barrière mouillée, pour ne pas tomber dans les escaliers de la volière, je n'ai aucune envie de finir à l'infirmerie juste parce que j'aurais été trop bête. Je monte donc lentement les marches glissantes et je m'engouffre dans la volière, refermant rapidement la porte derrière moi. Ce n'est qu'en me retournant que je vois une silhouette à l'intérieur et je sursaute légèrement, ne m'attendant pas à voir quelqu'un ici. « Oh pardon, je ne m'attendais pas à voir quelqu'un ici par ce temps ... » Dis-je un peu hésitant. Qu'est-ce que je fais ? Je vais voir Tybalt ? j'attends qu'elle termine ? Je reviens plus tard ? En même temps j'ai aussi le droit d'être ici et ce n'est pas interdit d'être à plusieurs dans la volière. Et puis il pleut dehors, je n'ai pas envie d'avoir fait ce chemin pour rien, alors flute, j'y vais quand même. Armé de ma résolution, je m'approche de l'endroit où Tybalt se trouve. J'entends quelques reniflements mais sur le coup, je me dis juste que la personne a pris froid. Je caresse mon Grand-Duc et lui donne quelques friandises. Lui a l'air tout content, par contre la jeune fille qui se trouve à proximité n'a pas l'air au mieux de sa forme. Au début je n'osais pas trop la regarder et puis je me suis dit que j'avais encore le droit de faire ce que je voulais, alors j'avais glissé quelques coup d'oeil vers elle et visiblement elle pleurait. Qu'est-ce que je fais ? Je me sens un peu mal, je déteste ce genre de situation, je ne sais jamais comment réagir. Après une intense hésitation, je finis par demander « Est-ce que ça va ? Tu veux ... être seule ? » Ca va me saouler de revenir mais bon, je peux concevoir que si elle a besoin d'être tranquille et seule, ça la gonfle de voir une personne débarquer ici.

©️ 2981 12289 0



Archibald Milo de Baskerville
“Pour qu'un amour soit inoubliable, il faut que les hasards s'y rejoignent dès le premier instant.” Kundera Milan ♦ by dream's
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6956-sun-moon-truth-jude-done?nid=3#157594http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6958-hey-jude-dont-make-it-baaaaad#157612http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6959-take-a-sad-song-and-make-it-better#157614http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6961-coffee-before-talk#157617http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6960-send-a-secret#157615

Arrivé(e) le : 27/10/2016
Parchemins rédigés : 107
Points : 7
Crédit : wildcookie (av) + crackintime (code)
Année : 5ième année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: ghosts of the past ► milo   Lun 9 Oct - 15:11



ghosts of the past

FT. MILO

La jeune fille pleurait et essayait de faire cesser ses larmes, sans succès. Une libération, voilà ce que c’était. Autant la lettre de Scorpius que celle de l’eau salée coulant sans retenue sur les joues trempées. Après un temps, la jeune Serpentard réussi à calmer ses pleurs, restant que des sanglots et des reniflements peu glorieux. Entendant des pas, elle garde la tête baissée, peu désireuse que la personne qui venait dans l’antre des hiboux et chouettes voit son visage rougit et ses yeux boursouflés par les larmes qui avaient coulé pendant un certain temps. Disons qu’elle n’était pas au mieux de sa forme, ni même présentable. Inspirant profondément, reniflant un coup puis expirant longuement, elle tentait de se calmer. Soudain, la personne qui s’était introduite dans la voilière, sans doute soulagée de ne plus se trouver sous l’averse qui fait rage dehors, prononce des mots qui mettent quelques secondes à faire du sens dans l’esprit embrumé de Jude. Elle relève la tête et essuie une larme qui coule d’un revers de la main.

- Visiblement, ça ne va pas. Mais dans un sens, je vais mieux que jamais. Je … Non, tu peux rester si tu veux, c’est pas comme si c’était une salle de classe abandonnée.

Il a tous les droits de se trouver ici. Après tout, la voilière est un endroit accessible à tous les étudiants et professeurs. Elle ne pouvait pas empêcher les gens de venir. Juste …. La jeune fille avait simplement craqué sous la pression, sous la douleur et les regrets, et puis les mots de son meilleur ami couché sur papier lui avaient rappelé qu’elle n’était pas cette mauvaise personne, qu’elle aussi pouvait briller, qu’elle avait le droit de sortir de ce monde de ténèbres qui était le sien. Elle avait le droit de revivre, de se pardonner. D’exister. Il lui avait rappelé qu’elle était humaine, et qu’il y avait eu une vie avant l’année dernière. Il lui avait rappelé qui elle était réellement. Il s’inquiétait. Jude secoua la tête. En premier lieu, la jeune fille était venue pour poster une lettre elle aussi, mais s’était retrouvé à pleurer, à se soulager de tout ce poids qui l’oppressait. Le pardon. Le pardon était quelque chose de difficile, encore plus lorsqu’il provenait de soi. Le pardon de soi était quelque chose de difficile, mais parfois libérateur. Après cela, l’on pouvait souvent recommencer à vivre, à sourire.

- C’est pas des larmes de tristesse, tu vois.

Elle ne voulait pas donner à personne des raisons pour se moquer d’elle, quelque chose à utiliser contre elle. Elle voulait se montrer forte, alors que visiblement elle était faible. Mais ce n’était pas une faiblesse qu’elle venait d’exprimer, seulement son humanité. En bonne Serpentard, elle ne voulait pas que quiconque puisse utiliser quoi que ce soit contre elle, même si elle avait beaucoup de son passé qui pouvait se retourner contre elle, malgré le fait d’avoir été déclaré non-coupable. Cela n’effaçait pas la douleur des autres.


(c) proserpina


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6244-archibald-milo-de-baskerville-je-t-aime-bien-mais-en-cas-de-danger-je-te-sacrifie-directhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6295-archibald-milo-de-baskerville-le-titre-qui-tuehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6331-tybalt-se-chargera-de-m-apporter-votre-courrierhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6332-express-tybalt-se-chargera-de-m-apporter-votre-courrier

Arrivé(e) le : 05/01/2012
Parchemins rédigés : 5345
Points : 28
Crédit : Thomas Brodie-Sangster crédit : BONNIE ♥
Année : 6ème année (16 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Brooklyn ♥ Anoushka ♥ Naïa ♥ Blake

MessageSujet: Re: ghosts of the past ► milo   Mer 11 Oct - 22:55


❝ Ghosts of the past ❞Jude & Milo
Maintenant que je venais de franchir la porte de la volière et que je m'étais rendu compte que je n'étais pas seul et qui plus est, la personne à mes côtés étaient en train de pleurer, je regrettais amèrement d'être venu. Non pas qu'elle n'avait pas le droit de pleurer, je crois qu'on a tous de très bonnes raisons de pleurer par les temps qui courent et qu'il n'y a rien de honteux de chercher un endroit tranquille pour se libérer d'un poids. Mais j'avoue que je me sens toujours mal quand je tombe sur des gens qui pleurent. Qu'est-ce que je suis censé faire ? Aller les voir pour tenter de les consoler ? Et ce même si je ne les connais pas ? Tenter de leur parler pour qu'ils vident leur sac afin de se soulager ? Les laisser pleurer en paix ? Et si je faisais ça, je m'y prends comment ? M'excuser et m'en aller ? Faire comme si je n'avais rien vu ? Je ne sais pas, sincèrement, je n'ai aucune idée de ce qui est le mieux. Surtout qu'en plus je suppose que ça dépend des gens en face de qui on est. Certains voudront juste une épaule sur laquelle pleurer. D'autres voudront une oreille attentive. D'autres encore préféreront que je m'en aille et que je garde ça pour moi. Bref, il existe une multitude de personnes et je suppose qu'il existe tout autant d'attitude à avoir. Voilà pourquoi je déteste me retrouver dans ce genre de situation. Je suis heureux de voir que je ne suis pas le seul à craquer mais je n'ai pas envie d'être témoin de tout ça pour autant. Je préfère encore m'accrocher à l'espoir que je suis normal et que tout le monde est atteint par ça, plutôt que de savoir qu'ils vont mal et de partager leur douleur.

Bref, tout ça pour dire que soudainement, je n'ai plus vraiment envie d'être ici. Sauf que bon, je suis venu pour envoyer ma lettre, qu'il pleut dehors et que je n'ai aucune certitude que la prochaine fois que je voudrais l'envoyer, il ne pleuve plus. Et puis ça me dégoûtera un peu de partir alors que je n'ai pas eu le temps de faire ce que j'avais à faire. Surtout que Tybalt fait un peu la tronche là, ça va être plus long que prévu. Par politesse, je lui demande si elle va bien et si elle veut que je m'en aille. J'espère sincèrement qu'elle ne me répondra pas par l'affirmative, sinon ça me gonflera un peu. Je le ferai, mais à contre coeur. Elle me répond que visiblement ça ne va pas. Oui, merci, j'avais remarqué, ça s'appelle de la politesse. Les gens demandent si ça va, même s'ils savent que ça ne va pas, c'est la moindre des choses. C'est bête, certes, mais c'est comme ça qu'on nous l'enseigne alors moi je l'applique stupidement. Mais elle m'autorise à rester, parce que ce n'est pas une salle abandonnée. Oui, merci, j'avais remarqué que ce n'était pas une salle abandonnée. Je ne vois d'ailleurs pas le rapport. Je vais pour lui demander pourquoi elle dit ça et puis je me retiens à la dernière minute. On s'en fout, ce n'est pas très important. J'appâte Tybalt avec des friandises, pour le rendre moins boudeur quand elle reprend la parole pour me dire que ce n'était pas des larmes de tristesse. Je me tourne vers elle, étonné. « Non, je ne vois pas ... Mais je te crois sur parole. » Lui répondis-je en tentant d'esquisser un sourire. Je ne la connais pas, je ne peux donc pas affirmer si ce sont vraiment des larmes de joie ou de tristesse. Mais bon, vu que je ne la connais pas, je n'ai aucune raison de douter de sa parole. Bon certes, la couleur de sa cravate me fait clairement comprendre qu'elle est à Serpentard et qu'ils sont plutôt du genre à mentir régulièrement pour obtenir ce qu'ils veulent. Mais bon, penser ça serait de faire une généralité. Et je ne vois aucune raison pour laquelle elle me mentirait.

©️ 2981 12289 0



Archibald Milo de Baskerville
“Pour qu'un amour soit inoubliable, il faut que les hasards s'y rejoignent dès le premier instant.” Kundera Milan ♦ by dream's
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 
ghosts of the past ► milo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard, 19 ans après. :: Poudlard :: 
Les Tours
 :: Tour d'Astronomie
-
Sauter vers: