AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Rencontre au sommet - Les convoqués

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 13/08/2011
Parchemins rédigés : 1063
Points : 28
Crédit : Little.
PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin:
Disponible pour un RP ?:
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Rencontre au sommet - Les convoqués   Dim 3 Sep - 10:36


Rencontre au sommet


Vous avez été convoqués au ministère de la magie aujourd’hui car vous êtes soupçonnés de vous être rangé du côté du directeur Menesis Blackman lors de sa tentative d’éradication des nés-moldus. L’école ayant été mise au courant de la convocation de ses élèves, ceux-ci ont été rapatriés à Londres pour l’occasion, encadrés deux Aurors. Le professeur a, quant à lui, obtenu l’autorisation de quitter Poudlard pour la journée et s’est rendu à Londres par ses propres moyens. Vous vous retrouvez tous les huit dans des pièces séparées et un employé du ministère est entré dans la pièce avec un dossier contenant les principaux faits vous concernant et s’est assis en face de vous. La scène qui va suivre ressemble fort à un interrogatoire même si on vous dit qu’il s’agit juste de « discuter » un peu. L’employé vous salue plus ou moins chaleureusement et vous énonce les faits qui vous sont reprochés.

Professeur S. Shafiq : Des rumeurs circulent depuis la fuite du professeur Blackman, beaucoup d’entre elles disent que vous avez été impliqué dans certaines des décisions prises par le directeur et que vous avez délibérément choisi de prendre son parti au détriment des élèves placés théoriquement sous votre protection. Vous n’avez pas participé à la libération de l’école, si j’ai bien compris et j’ai ici quelques éléments prouvant que vous aviez un lien assez particulier avec le directeur. Notamment une série de lettre dont le ton plus que familier vous dessert. De plus, même si nous ne doutons en aucun cas de vos compétences en tant qu’enseignant, vous admettrez que votre embauche peut paraitre suspecte. D’autant plus que nous avons cru comprendre que l’ancienne directrice avait refusé que vous occupiez le poste de professeur.

Tracy A. Bennett : Tout d’abord, sachez que nous sommes désolés de ce qui vous est arrivé durant cette année. Nous faisons tout notre possible pour réparer cette erreur monumentale. Toutefois, contrairement à vos camarades, vous n’avez pas passé l’intégralité de la période dans les cachots car vous vous êtes fait passer pour une sorcière de sang-pur. Ce temps vous a permis d’emmagasiner un certain nombre d’informations importantes, j’imagine. Lors de notre enquête, nous avons émis l’hypothèse que vous ayez pu être une sorte « d’infiltrée » envoyée par Menesis Blackman lui-même pour espionner les nés-moldus. Nous n’avons pas eu de trace particulière de vos échanges mais nous avons pu noter une certaine animosité de certains de vos camarades lorsque nous avons essayé de poser des questions.

Narcissa A. Breckenridge : Lors de l’arrivée du directeur en octobre, vous avez prêté allégeance de manière volontaire sans qu’il soit nécessaire d’employer la force. Lors de notre enquête, nous avons recueilli différents témoignages de votre « discours » devant le directeur et tous concordent ce qui porte à croire que cet événement a réellement eu lieu. Vous avez dit être désolé que votre père ait mis des bâtons dans les roues à votre directeur et à ses adeptes en occupant sa fonction d’Auror, qu’il n'y avait pas de place pour les vermines telles que les nés-moldus et que vous comptiez bien le suivre. Vos actes ultérieurs ont d’ailleurs prouvé que vous aviez en effet l’occasion de servir la cause de votre directeur puisque vous avez même participé à la bataille pour mettre des bâtons dans les roues de vos camarades. Les reconstitutions de la bataille que vous avez menée prouvent que vous avez essayé d’assommer un de vos camarades.

Shaelyn E. Caldwell : Ce sont vos liens avec Narcissa Breckenridge qui vous ont conduite ici. Vous savez certainement que votre cousine a prêté allégeance à Blackman dès les premiers instants, Blackman qui vous a conduite au rang de préfète cette année si nous ne nous trompons pas. Vous admettrez que l'on peut aisément supposer que vous ne lui étiez pas étrangère non plus... De plus, votre position dans cette affaire est floue, votre implication est difficile à cerner. Nous aimerions que vous nous en disiez plus.

Rioghbhardan O’Callaghan : Durant notre enquête, nous avons appris qu’à plusieurs reprises, vous n’aviez pas hésité à dénoncer vos camarades au directeur ce qui leur avait évidemment attiré de gros ennuis. Certains éléments prouvent que vos actes étaient délibérés et non effectués sous la menace ou sous l’influence d’une tierce personne. Vous avez conduit vos camarades à la torture en rapportant leurs agissements au principal intéressé. Toutefois, il apparait aussi que vous avez participé à la libération de votre école. Vous avouerez que c’est un peu contradictoire. Je me demande si vous n’avez pas changé d’avis à la dernière minute en réalisant qu’il y avait des chances pour que vos camarades parviennent à avoir le dessus par rapport au directeur.

Heather Von Tiesenhausen : Peut-être faisons-nous fausse route mais notre enquête nous a laissé des doutes vous concernant. Il est difficile de définir votre position dans cette guerre. Si vous n'avez pris visiblement aucune part dans cette histoire, vous avez été vue auprès de plusieurs des personnes interrogées aujourd'hui. Et nous imaginons bien que vous avez conscience que ces interrogatoires ne se font pas sans raison... C'est pourquoi il nous semble important de définir plus précisément avec vous ce que vous avez fait, vos relations avec ces sorciers, ainsi que votre véritable camp.

Naïa Rosenberg : Vous n'êtes sûrement pas sans savoir que Poudlard a été fouillé à la recherche de preuves et d'indices après le départs des élèves. Nous voulions savoir à qui nous avions à faire et lesquels d'entre vous étaient réellement impliqués dans cette affaire... Nous avons trouvé des accusations graves vous concernant, des accusations mentionnant des actes de violence envers des nés-moldus et, d'après notre enquête, vous sembliez prendre plaisir à regarder les tortures qui avaient lieu dans la Grande Salle. Il va falloir vous expliquer.

Jude O’Connell : Peu après l’arrivée de votre directeur, vous avez déclaré être pro sang-pur, ce qui signifie nécessairement que vous étiez prête à vous ranger du côté de Menesis Blackman dans sa quête pour éradiquer les nés-moldus du monde magique. Il semble qu’il ait été très facile pour vous de retourner votre veste pour suivre la nouvelle tendance e l’école. Pourtant, à la suite de votre déclaration, vous n’avez pas forcément agi d’une manière ou d’une autre pour prouver vos convictions. Nous nous demandons donc si c’était des paroles en l’air destinées à vous faire bien voir du nouveau directeur. Vous devez réaliser que vos actes peuvent avoir des conséquences et que parfois il vaut mieux se taire et ne pas trop parler.

Une fois les faits énoncés, un court silence s’installe, vite rompu par l’homme qui ne tarde pas à reprendre la parole pour vous demander le plus naturellement du monde : « J’aimerais beaucoup connaitre votre version des faits. Pourriez-vous, s’il vous plait, m’expliquer ce qu’il s’est passé ? Chaque détail compte, soyez précis. » Il a beau vous dire « s’il vous plait », vous vous rendez bien compte que vous n’avez pas le choix, il va falloir vous expliquer maintenant.

HJ : Vous l’aurez compris, vos agissements à l’école ne sont pas passés inaperçus et maintenant que Blackman est hors d’état de nuire, il va vous falloir répondre de vos actes. Soyez convaincants car à l’issue de votre récit, ce sera aux membres du forum de juger de la crédibilité de votre argumentation. Vous avez donc votre sort entre les mains. Vous pouvez tous poster à la suite de ce sujet mais sachez que vous ne vous trouvez pas au même endroit. Normalement, un seul post par personne devrait suffire mais nous nous laissons le droit de rajouter des questions que nous rajouterons nous-mêmes ou qui nous seront posés par les autres membres du forum remplissant leur rôle de juré. Bonne chance.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7150-tracy-amelia-bennett-pour-etre-confirmee-dans-mon-identite-je-depends-entierement-des-autreshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7158-tracy-l-essentiel-en-enfer-c-est-de-survivrehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7162-tracy-bien-que-la-verite-et-le-mensonge-soient-jumeaux-la-verite-la-plus-agee-des-deuxhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7163-tracy-n-oubliez-pas-de-signer

Arrivé(e) le : 27/11/2016
Parchemins rédigés : 1096
Points : 24
Crédit : Bazzart (c)
Année : Cinquième

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Izzie & Jade.

MessageSujet: Re: Rencontre au sommet - Les convoqués   Dim 3 Sep - 14:48

Interrogatoire
Tracy au ministère

A peine avait-elle eu le temps de s’installer, et de retrouver un semblant de normalité dans son quotidien au château, tentant d’éradiquer chaque mauvais souvenir qui la ramenait aux cachots, que la maudite lettre, cachetée par le ministère, lui était arrivée en main. Imaginant qu’elle pouvait contenir un éventuel renvoi, ce fut les doigts tremblants qu’elle l’ouvrit, entourée de Megan et Alaska qui paraissaient elles aussi s’interroger vis à vis de ce courrier de mauvaise augure. Retenant sa respiration, elle l’ouvrit, difficilement à cause de ses mains moites, et le parcourut d’une traite : on voulait discuter de ses implications. « Il… il faut que je parle à Cissy. » déclara-t-elle, un peu chamboulée tandis qu’elle laissait le courrier sur sa table d’appoint, récupérant machinalement quelques affaires, avant de descendre en direction de la salle commune. Elle trouva la Serdaigle elle aussi, une lettre ouverte à la main, de la même provenance. Décidément, ce n’était pas bon… pas bon du tout. Elle demeura silencieuse, l’interrogeant du regard, et lui adressa un signe de tête entendu, espérant qu’elle comprendrait où elle voulait en venir. Si elles voulaient toutes deux rentrer de ce ministère, elles allaient devoir se protéger mutuellement, même si le rôle que Cissy avait eu dans cette histoire un peu complexe était encore flou. Tant pis, sur ce coup-là, elles allaient devoir se faire entièrement confiance…

Deux Aurors se présentèrent à elle pour l’emmener au ministère, tandis qu’elle osa à peine les saluer à mi-voix. Ils l’impressionnaient beaucoup, aussi elle ne posa aucune question tandis qu’ils transplantaient. Combien étaient-ils dans cette situation, à ne pouvoir se départir de l’étiquette de « traîtres » qui était définitivement engluée sur leur personne… ? Dan serait probablement là lui aussi… Ils traversèrent tout le département de justice magique, tandis qu’elle avait l’impression de ressembler à une future prisonnière. Est-ce que des élèves avaient témoigné contre elle… ? Peut-être que les psychomages avaient raconté tout ce qu’elle avait pu malencontreusement lâcher lors de leurs entretiens. Quoiqu’il en soit, elle était extrêmement nerveuse à l’idée d’ouvrir une nouvelle fois cette plaie béante, qui avait entraîné sa chute aux enfers et dont elle ne guérirait probablement jamais. Elle arriva dans une pièce ou une personne la salua, et s’excusa pour les mauvais traitements qu’elle avait reçu en fin d’année. Elle s’installa timidement, tandis que la personne en charge de son cas lisait à voix haute son dossier. « J’aimerais beaucoup connaitre votre version des faits. Pourriez-vous, s’il vous plait, m’expliquer ce qu’il s’est passé ? Chaque détail compte, soyez précise. » Ses yeux s’écarquillèrent quand il fut question que comme Cissy, elle soit un agent double de l’autre camp… Elle avala sa salive difficilement tandis que tous les souvenirs s’entremêlaient les uns aux autres. « Avec tout le respect que je vous dois, monsieur, je ne pense pas que le Directeur aurait jugé bon de me faire fouetter publiquement si j’étais réellement une infiltrée. Ou que j’aurais fini par devenir folle avant d’être en mesure de lui fournir les renseignements qui lui auraient été nécessaires. » lâcha-t-elle, bouleversée qu'on la croie encore de l'autre camp avec tout ce qui s'était produit, alors que son bras la démangeait subitement. La question de l’animosité de ses camarades à son égard la fit doucement ricaner, en revanche, tandis qu’elle ressentait à nouveau les mains resserrées autour de son coup, et la sensation d’étouffement. « Je ne voulais qu’aucun rapprochement soit fait entre moi et les élèves nés-moldus de cette école. J’ai menti, tourné le dos à certaines personnes, joué un rôle qui ne m’allait même pas. » Elle s’arrêta pour descendre d’une traite le verre d’eau posé sur le bureau. C’était trop tard pour faire machine arrière. « Je suis devenue amie avec Naïa Rosenberg et Narcissa Breckenridge. Moi, je mentais pour me protéger, mais Cissy voulait obtenir des informations, alors on s’est retrouvées à jouer toutes les deux un double jeu. On hésitait pas à insulter les nés-moldus, à rire de leur sort entre nous, on a fait beaucoup de choses horribles… il fallait bien qu’on joue ce rôle-là si on voulait s’en sortir. Mais Naïa éprouvait vraiment beaucoup de plaisir à voir les gens souffrir. Ou à s’en charger elle-même lorsque l’occasion se présentait. Elle a maintes fois répété qu’elle voulait tuer sa demi-soeur… Je suis sûre qu’elle aurait pu le faire. Est-ce que je peux avoir un peu plus d’eau s’il vous plait… ? » demanda-t-elle à mi-voix tandis qu’elle tentait de rassembler les pièces manquantes de son récit un peu décousu.

« Ma cousine était enfermée aux cachots, et j’avais peur qu’ils me retrouvent par son biais… mais Elijah, mon demi-frère, a tenu à lui venir en aide lors de la première rébellion. J’imagine que c’est comme ça qu’ils ont fait le rapprochement… personne ne comprenait pourquoi il devait la fouetter. J’ai essayé de m’en sortir comme j’ai pu, et c’est la première fois que j’ai parlé de ma situation… à Rioghbhardan O’Callaghan. Lui aussi était considéré comme un traître par toute l’école, alors j’avais le sentiment que nos situations étaient un peu similaires… » Elle avait le sentiment qu’elle s’égarait, et partait dans tous les sens. Est-ce que l’homme qui l’interrogeait comprenait au moins sa version ? Il était tellement impassible qu’il ne laissait rien entrevoir, au point que ça en devenait réellement dérangeant… « Et puis finalement, ils m’ont retrouvée. J’ai avalé du véritasérum, et ils m’ont posé des questions que les personnes que j’avais surprises à commettre des infractions. J’ai du tout leur dire, Dan et Elijah qui savaient pour moi, Chuck Bowman qui fournissait les nés-moldus en leur apportant de la nourriture, et… je sais plus désolée, je me rappelle plus très bien… si, il y avait Anoushka O’Nyme, elle descendait en douce la nuit rendre visite à un ami. Je voulais pas la dénoncer… ! Aux cachots, un de ses proches m’a agressée pour la venger. Et Naïa a voulu me faire payer ma trahison, mais j’ai réussi à m’enfuir… J’ai demandé de l’aide au professeur Winslow, mais je pense qu’il ne voulait pas s’impliquer. » Elle laissa difficilement ses mots s’échapper de sa bouche, embarrassée. Le temps d’un instant, elle avait encore l’impression de dénoncer, et qu’on l’attendrait derrière la porte pour le lui faire regrettait amèrement. « J’ai chaud… j’ai très très chaud… est-ce que je peux voir ma belle-mère ? Elle travaille ici… » demanda-t-elle d’une voix un peu hésitante, alors qu’on lui répondait qu’elle devrait attendre encore un peu et finir de répondre aux questions. « J’ai pris un risque en continuant d’envoyer du courrier aux autres… je le cachais, ou je trouvais des subterfuges. Mais Dan et moi, on s’est fait prendre, alors qu’on se retrouvait dans une salle déserte, et on a reçu le fouet. C’est pas un traître, vous savez… il a pris d’énormes risques pour m’aider, alors que rien ne l’y obligeait… je peux avoir encore de l’eau ? » Elle but à nouveau en seulement quelques gorgées, vidant intégralement le contenu de son verre avant de se sentir sèche, très sèche.

« Et le soir du bal… j’étais vraiment au courant de rien. Milo De Baskerville a voulu m’aider à sortir, mais j’ai été blessée, alors j’ai du rester. On a tous fini à la Ferme, et le Professeur Shafiq a tout fait pour que je puisse passer en cinquième année. Il est pas coupable, vous savez ? Il a toujours été très tolérant avec moi alors que je suis… Et il a aidé beaucoup d’autres nés-moldus. C’est un excellent professeur. » appuya-t-elle avec véhémence, se rappelant de leur discussion à la Ferme. « C’est tout ce que vous vouliez savoir… ? Est-ce que je vais être renvoyée ? » demanda-t-elle, un peu inquiète, se demandant si elle n’en avait pas trop dit. « Je voulais pas être une des leurs... ils m'ont tout volé, vous savez ?
Je... je ne sais même pas comment je pourrais seulement arriver à me souvenir de mon adolescence plus tard, ou à être moi de nouveau. Ils m'ont tout pris. Tous autant qu'ils sont.
»

Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6421-narcissa-amarillys-breckenridge-terminehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6425-narcissa-miroir-mon-beau-miroir#149272http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6426-narcissa-fiche-de-rphttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6427-narcissa-rien-de-plus-utile-que-l-ecrit-pour-economiser-la-parolehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6428-narcissa-hiboux-express

Arrivé(e) le : 12/08/2016
Parchemins rédigés : 674
Points : 6
Crédit : moi • Cara Delevingne
Année : 6ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Tasha E. Lennox-Blackwood & Professeur M. Burgess & Jayden S. Rosenbach

MessageSujet: Re: Rencontre au sommet - Les convoqués   Dim 3 Sep - 19:31

Rencontre au sommet
narcissa et le ministère
“Les grands esprits sont sûrement de proches alliés de la folie, et de minces cloisons les en séparent.”

« Patientez ici. » Me dit l’un des Aurors qui m’a fait quitter Poudlard il y a peu.

Je ne réponds rien, ne daigne même pas à hocher la tête ou à lui donner ne serait-ce qu’une once d’importance. Cette situation m’agace même si, au fond, je reconnais que cette entrevue est quand même logique et nécessaire. Il m’est tout de même étrange de m’habituer au changement de décor car cela fait bien trop longtemps que je n’ai pas mis les pieds au Ministère. Depuis les soirées mondaines auxquelles participait mon défunt père, en fait. Passer de Poudlard à un lieu aussi froid que celui-là, ce n’est pas pour me plaire. Vous voulez sans doute savoir comment je me suis retrouvée ici et pourquoi. Eh bien, je vous dirais que lorsque vous êtes accusée d’être une traîtresse, on finit par vous ôter de vos camarades pour vous isoler et vous interroger. J’ai reçu le courrier express ce matin, stipulant que deux Aurors allaient m’escorter jusqu’ici. Tracy et Shaelyn l’ont également reçu et je peux parfaitement me souvenir de l’expression que nous avions échangé, moi et Tracy, après la lecture du mot. Je n’ai pas ressenti la moindre peur sur le coup, juste l’impression que je n’allais pas être comprise comme je l’aurais souhaité. Mais je compte sur Tracy pour qu’elle appuie sur mon innocence tout comme je le ferai auprès d’elle et de Shaelyn. Après tout, nous faisons partie du même groupe d’amies. Cela dit, je me demande tout de même ce qu’ils veulent à ma cousine puisqu’elle n’a rien fait, concrètement.

Quelques instants plus tard, la porte s’ouvre, laissant entrer un homme à la silhouette fine et élancée. Il ressemble à l’un de ces costards haut placés qui n’ont jamais fait la guerre mais qui se donne le droit de vous juger. Il remet en place ses lunettes, me salue assez froidement et s’installe face à moi. Il tente de m’intimider avec son allure austère mais honnêtement, j’ai tellement connu des personnages pires que lui que cela ne me fait rien. Je me contente de le regarder dans les yeux, l’air presque indifférent. Je ne compte pas lui montrer que j’ai peur parce que je sais ce que je vaux, je sais ce que j’ai fait et je ne mérite clairement pas d’être punie ou d’être envoyée en prison ‒ dans le pire des cas. L’homme ouvre une pile de dossier et trouve le mien. Il le feuillette avant de lever un œil vers moi une nouvelle fois. Il m’énonce alors les faits : j’ai prêté allégeance volontairement à Blackman alors que je n’étais pas contrainte de le faire. J’ai tenu un discours prouvant que je prenais clairement part au camp des mangemorts, reniant même les préceptes de mon père et d’autres choses affreuses sur les nés-moldus. Il évoque aussi mes actes qui ont soutenu la politique du tyran et le fait que j’ai tenté d’assommer un camarade. A cet instant, je soupire de lassitude. Je n’ai jamais voulu assommer Zach, bon sang.

Je ne dis rien, le laissant poursuivre sur un ton naturel : « J’aimerais beaucoup connaitre votre version des faits. Pourriez-vous, s’il vous plait, m’expliquer ce qu’il s’est passé ? Chaque détail compte, soyez précise. »

A cet instant, j’imagine que les sept autres sont aussi en train de s’expliquer pour sauver leur peau. J’espère vraiment que nous allons nous en sortir, moi, ma cousine et Tracy. Il le faut. Je garde le silence pendant quelques secondes, le temps d’élaborer un plan précis de la manière dont je vais annoncer la vérité. Cela paraîtra sans doute étrange à ses yeux mais ce que je dis ne sera que pure vérité. De toute façon, je ne suis pas du genre à mentir et j’assume tous mes actes, qu’ils aient été des échecs ou bien des réussites.

« J’ai effectivement prêté allégeance à Blackman mais c’était après que Duke Selwyn l’ait fait. Il était un ami proche et j’ai pris ça comme une trahison et quand quelqu’un me trahit, je cherche toujours à me venger. Alors, peut-être que vous penserez que j’ai agi sur un coup de tête mais j’ai décidé de faire la même chose que lui pour lui rendre la monnaie de sa pièce d’une manière aussi fourbe qu’il ne l’a été avec d’autres. Et puis, c’était aussi l’occasion de pouvoir infiltrer les Mangemorts. Les élèves de Poudlard sont débiles à 80% donc je ne pense pas qu’ils auraient mieux fait que moi. »

Je prends un air supérieur, scrutant ce Monsieur col-blanc dont la plume magique prend rapidement note de mes déclarations. Je sais que ça peut paraître con de faire un truc pareil pour se venger d’un connard mais je déteste qu’on me prenne pour une conne et celui-là, il me l’avait vraiment fait à l’envers. Heureusement que j’ai pu le faire chuter de son piédestal.

« Dès cet instant, je me suis éloignée de mes amis. Aimie Rutherford, Zach Thompson et Anthea Fancourt,si vous voulez des noms. C’était dur de vivre des mois avec d’autres personnes qui se prétendaient être mes nouveaux amis alors que je ne ressentais que du mépris pour eux mais je l’ai fait quand même. Il y a eu heureusement la présence de Tracy Bennett et Shaelyn Caldwell, ma cousine, pour que je ne me sente pas salement entourée pour autant. D’ailleurs, ces deux dernières sont innocentes dans cette histoire et je ne comprends même pas pourquoi elles sont convoquées. Shaelyn n’a jamais pris part à des histoires fâcheuses à part sa torture par les Mangemorts pour avoir fait du Quidditch et je doute que l’on apprécie des personnes qui nous font du mal. Et Tracy est une née-moldue, sincèrement, c’est une vaste blague que de l’interroger. Elle voulait juste se protéger. »

L’homme prend note mais me répond qu’il vaut mieux que j’axe mon récit sur mes propres expériences et pas celles de mes amies. Je prends un air désinvolte en guise de réaction et je continue mon témoignage :

« Peu après le début de cette tyrannie, j’ai pris une née-moldue à part, Ashley Rosenbach qui est pourtant ma plus grande rivale dans ce château ‒ ça, une majorité le sait ‒ et j’ai passé un accord avec elle. Je lui ai dit que je jouais un rôle d’agent double et que j’avais besoin d’elle pour accomplir ce rôle. Nous avons donc décidé de collaborer et chaque information qu’elle pourrait obtenir d’une quelconque résistance me serait transmise et inversement. Elle pourra témoigner de la véracité de mes propos si vous le lui demandez. En revanche, si vous vous posez la question de savoir pourquoi je n’ai pas mis au courant d’autres personnes, comme mes anciens amis Zach, Aimie et Anthea, c’est parce que c’était trop risqué. Quand bien même j’admets être assez excellente pour ne pas me trahir ou laisser échapper des indices, je n’ai pas exclu la possibilité que l’on puisse un jour douter de moi et que l’on ait la présence d’esprit d’interroger ces trois-là à coups de Doloris ou de Veritaserum. Ashley, c’était peu probable qu’on le fasse et elle est, à mes yeux, l’élève qui résiste le mieux à ce genre de choses. »

Après cette tirade, je me permets de réclamer un peu d’eau. A l’aide de magie, mon interlocuteur m’en fait apparaître un et je prends mon temps avant de le boire. Jusque-là, je suppose que cela doit tenir la route pour cet homme et de toute façon, c’est la vérité. Je ne vais pas lui inventer d’autres faits alors que tout est là.

« Au cours de l’année, je n’ai pas agi pour aider les nés-moldus quand ils étaient en difficulté face à des Mangemorts et c’était pour tenir ma couverture jusqu’au jour propice. Je voulais aller au bout des choses sans me trahir et je crois que mon infiltration a été réussie puisque personne ne se doutait que tout était faux. Ah oui, au passage, je fréquentais aussi Naïa Rosenberg et elle, je peux vous dire qu’elle prenait un réel plaisir à voir les nés-moldus souffrir et Tracy m’a raconté que Naïa avait failli la tuer quand elle a su qu’elle était en réalité une née-moldue. Cette fille est complètement malade et je vous conseille de faire quelque chose pour elle car c’est une vraie psychopathe. Il y a eu certes des élèves qui ont totalement approuvé les actions des Mangemorts et elle la première mais certainement pas moi. J’ai vécu avec la tolérance des moldus et j’ai toujours cru en ce que mon père et ma tante m’ont enseignée à ce sujet même si je n’ai jamais été proche de mon père. Je fais de l’escrime en club moldu, vous savez ? Ces gens-là, je les connais bien et mon premier ami depuis ma petite enfance était moldu. »

Je bois une nouvelle gorgée, patiente quelques temps et je reprends :

« La fin de l’année s’est mal passée pour moi. Mon infiltration était parfaite mais pas mon rôle d’agent-double. Je pensais que la rébellion mise en place aurait mis au courant quelques nés-moldus, dont Ashley. Mais non, elle n’en savait rien. Par conséquent, le jour du bal, je ne me suis pas attendue à ce que l’on puisse enfin riposter pour de vrai face à Blackman et ses pions. Je n’avais pas ma baguette sur moi et quand j’ai ramassé celle de quelqu’un d’autre, un élève m’a attaquée. Sûrement pensait-il que j’allais défendre les bourreaux de l’école et il m’a retenu pendant de longues minutes, la baguette que j’avais prise m’ayant été totalement inutile à cet instant-là. J’ai esquivé comme j’ai pu. Au final, je crois qu’un Mangemort l’a achevé soit pour m’aider, soit pour le dégager de son chemin. J’ai pris le temps de regarder autour de moi et avec Chleofee Eastwood, on s’est échangées quelques mots et on a pris la décision d’aider nos camarades à neutraliser les Mangemorts. Chleofee a certes fait des mauvais choix mais elle n’a jamais été méchante, ni sadique. Elle n’a jamais voulu torturé qui que ce soit. Donc de mon côté, j’ai pris une bouteille et j’ai vu un Mangemort au loin en train de s’en prendre à un gosse. J’ai visé et je l’ai lancée mais à ce moment-là, Zach Thompson s’est interposé dans ma trajectoire ‒ involontairement, je suppose ‒ et il se l’est prise en pleine figure. Je n’ai jamais voulu l’assommer, que l’on soit clairs là-dessus. D’ailleurs, quelques secondes plus tard, il s’est pris un puissant sort qui a formé un trou dans son torse et j’ai accouru pour tenter de le soigner mais sans succès. Quand j’ai voulu essayer encore une fois, quelqu’un m’avait jeté un autre sort et je me suis retrouvée dans un état grave et je me suis évanouie, tout simplement. »

Je termine mon verre et j’attends que l’homme du Ministère ne relève à nouveau les yeux pour conclure :

« Quand je me suis réveillée, je me suis retrouvée à la ferme et on m’a prise en charge. Je me suis expliquée avec Tracy et nous nous sommes réconciliées. D’ailleurs, je tiens à préciser que Megan Euston savait que je n’étais pas celle que je prétendais être. Je ne le lui ai pas explicitement dit mais elle a été assez intelligente pour le deviner. Et pour terminer, je vous conseillerais de ne pas faire confiance au professeur Shafiq. Ne le réintégrez surtout pas à Poudlard, c’est une grave erreur pour l’éducation des jeunes sorciers. Il a été embauché par Blackman, n’a pas pris part à la rébellion comme d’autres professeurs l’ont fait, il joue actuellement le gentil homme qui veut sans doute se racheter mais j’espère bien que vous ne tomberez pas dans son piège. Vous voulez savoir ce qu’il nous enseignait à l’école, en Histoire de la Magie ? Il le sous-entendait subtilement de façon à bien manipuler des esprits faibles mais il considère les elfes comme des êtres inférieurs, il est pro-sorcier et cela ne le dérangerait pas que les moldus deviennent nos serviteurs en exploitant leur force de travail pour des boulots ingrats. Et c’est ça qu’on veut inculquer à Poudlard ? Personnellement, je le trouve incompétent, fourbe, lâche et manipulateur. Mes amies Tracy et Heather l’apprécient mais elles se font embobiner par lui. Peut-être qu’il se cherche des alliés pour se tirer de son guêpier car, de toute évidence, il sait très bien ce qu’il risque. »

Made by Neon Demon

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6239-rioghbhardan-i-m-not-your-boy-toyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6299-rioghbhardan-you-better-believe-that-i-want-you-and-you-need-mehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6300-rioghbhardan-declarations-d-amour-uniquementhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6301-rioghbhardan-rien-de-professionnel-merci

Arrivé(e) le : 03/06/2015
Parchemins rédigés : 4180
Points : 30
Crédit : (c)
Année : 7ème année - 19ans

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Skat Cunningham

MessageSujet: Re: Rencontre au sommet - Les convoqués   Lun 4 Sep - 1:11


rencontre au sommet
Rioghbhardan & les ennuis

La pièce est presque vide. Juste une table et deux chaises que je fixe sans oser m'approcher. Ils m'ont fait entrer ici et sont partis en refermant. Quelqu'un doit venir. Je dois attendre. Je m'agite un peu nerveusement. Ça me rappelle l'isolement. Le même silence, la même impression d'étouffer... C'est comme faire un retour brutal en arrière. Et dans le fond, c'est la même peur qui me noue l'estomac. Depuis que j'ai reçu la convocation, je fais comme si ça ne m'atteignait pas, comme si j'étais confiant, que je ne risquais rien mais en réalité je n'en mène pas large. Je suis complètement terrorisé. Ça a pris des proportions énormes. Je ne sais pas à quoi m'attendre, je ne sais pas ce qu'il va m'arriver après ça... J'imagine qu'ils peuvent me renvoyer de l'école. Je m'y attends, pour être honnête. Mais je crains que ça puisse aller plus loin encore. Ils ne peuvent pas m'envoyer en prison, n'est-ce pas ? J'ai peur de la réponse. La porte finit par s'ouvrir. Je me retourne, toujours planté devant. L'employé du Ministère ne devait pas s'attendre à me trouver là alors il sursaute. Je baisse les yeux, mal à l'aise, en bredouillant un désolé maladroit. « Asseyez-vous. » Je hoche la tête et m'exécute. Mes jambes tremblent un peu. Je me sens pas très bien. Il fait chaud, ici, non ? Je choisis la chaise la plus loin de la porte, pour pas qu'on pense que j'ai envie de tenter de fuir ou je ne sais quoi. J'ai du mal à tenir en place. Mes mains torturent l'ourlet de ma chemise. Il énonce ce qui m'est reproché. Plus il parle plus je me tasse sur cette maudite chaise. Mon cœur bat à tout rompre. Non content d'être un traître, je suis un criminel maintenant. Je pensais pas pouvoir tomber aussi bas. Comment j'ai pu faire ça ?! « J’aimerais beaucoup connaître votre version des faits. Pourriez-vous, s’il vous plaît, m’expliquer ce qu’il s’est passé ? Chaque détail compte, soyez précis. » Je relève prudemment les yeux vers lui et les rebaisse aussitôt, trop impressionné et paniqué pour oser soutenir son regard. J'ouvre la bouche mais rien ne vient. Il me faut quelques secondes pour réussir à trouver assez de courage pour parler. C'est pas comme si j'avais d'autres choix de toute façon.

« On savait pas combien de temps ça allait durer ni jusqu'où ça allait aller... Je voulais juste être sûr que j'aurais pas d'ennuis, rester dans leurs bonnes grâces tant qu'ils étaient là alors j'avoue que j'ai balancé ce que je savais à Chleofee dès qu'elle a débarqué. C'était une ancienne de chez nous, c'était plus facile avec elle. Et ils se faisaient pas vraiment torturer juste... Juste punir... » Ma langue passe sur mes lèvres. Ma gorge est sèche. Ma jambe, sous la table, est intenable. « Je me disais que si ça venait qu'à être pire un jour, peut-être que ça jouerait en ma faveur, vous comprenez ? J'essayais juste de m'assurer leur protection, qu'importe la manière, et puis c'était pas... Enfin... Pas comme après... C'était beaucoup moins tendu au début. Ils étaient moins cruels aussi... Alors bon... Je faisais taire ma conscience et je jouais les collabos... Si ça devait être eux ou moi un jour, je préférais que ce soit eux... » Ma voix s'éteint sur la fin, étouffée par la honte. Je sais que c'est rien, encore. Je revois souvent la gamine, pendant la nuit, ses cris me réveillent en sursaut plus souvent que je ne l'aurais jamais cru. C'est pire depuis qu'on a quitté l'école. Il n'y a plus personne pour me rassurer alors j'ai pas vraiment le choix que d'assumer. Mes parents ont pas compris ce qui leur arrivaient quand je me suis réveillé hurlant, complètement déboussolé... Et c'est maintenant que je réalise. Ça m'était totalement passé au-dessus. J'étais trop occupé à paniquer pour réfléchir. « Est-ce que vous... 'Fin... Mes parents, ils... Ils sont au courant ? » J'espère que non. Je suis majeur, ils sont pas obligés. Et ce serait mieux si ma mère ne savait rien. Patrick, c'est un autre histoire mais par pitié, pas ma mère... Malheureusement, il assassine la lueur brûlante d'un sec hochement de tête. Ça me fait l'effet d'une gifle. Je revois son visage se déformer le jour où je l'ai forcée à prendre conscience qui était mon père... Et voilà maintenant qu'ils vont la forcer à prendre conscience de qui est son fils. Un traître. Ils le savent déjà, je leur ai pas caché. Un monstre qu'ils viendront voir derrière les barreaux pour un peu qu'ils en aient l'autorisation. Mes doigts passent nerveusement dans mes cheveux. D'accord. D'accord... « Je sais plus où... » On ne me laisse même pas finir. « Vous jouiez les collabos. » Je hoche la tête et gigote sur ma chaise.

« Oui... Et puis j'ai vraiment fait n'importe quoi... Y'a eu ce match, là, avec la gamine... C'était complètement stupide mais... Mais j'ai voulu lui faire payer sa victoire et... Enfin, non, pas vraiment comme ça mais c'est l'idée. Enfin... J'ai raconté à Chleofee qu'elle avait volé un vif d'or. Je sais que j'aurais jamais dû faire ça mais je pensais pas que ça prendrait une telle ampleur, je vous jure ! Depuis le début je lui balançais tout... Je pensais qu'elle comprendrait que c'était pas vrai. C'était mon écriture et j'avais signé d'un autre nom et puis... Je pensais qu'ils l'interrogeraient, qu'on fouillerait ses affaires... Ou je sais pas trop quoi mais certainement pas ça ! Je voulais juste la faire flipper... » Doucement, je me risque à jeter un œil à l'homme de l'autre côté de la table. Impassible. Droit. Moi, je le vois surtout accusateur. Je sens ma poitrine se soulever à un rythme effrénée. « Pendant un moment y'a rien eu alors j'ai pensé qu'ils avaient compris que c'était n'importe quoi, qu'il y aurait jamais de suite. Mais non. Ils ont débarqué un soir avec la gamine et... Et... » Un goût amer m'emplit la bouche. Je suis incapable d'aller plus loin. Le cauchemar revient. L'horreur. Ses cris. Son incompréhension, ses supplications. Sa tentative de fuite. Je réprime un haut-le-cœur. « Je... J'me sens pas bien... » Les Mangemorts qui la tiennent de force. Son corps qui s'effondre. Et puis l'odeur me revient. L'odeur de chair brûlée. La sienne. Par le vif. Par ma faute. Il doit voir que je ne cherche pas seulement à gagner du temps parce qu'il me tend la petite poubelle près de la table, juste avant que mon estomac n'y rende le peu que j'ai réussi à avaler ce matin. « Pardon... Je suis désolé... » Il sort un mouchoir de sa poche et pousse vers moi un verre d'eau. Je le remercie d'un geste maladroit et fond sur le verre comme un vautour sur sa proie. Puis, quand j'ai recouvré un peu mes esprits, il fait tout disparaître d'un coup de baguette. Je me suis jamais senti aussi lamentable qu'aujourd'hui et pourtant Dieu sait que c'est une sensation qui finit par m'être habituelle. « Ils ont débarqué un soir avec Mademoiselle Griffith et...? » Une fois de plus, je hoche la tête. Je veux pas en parler. J'ai juste envie d'oublier... Pourtant, je sens son regard qui pèse lourd sur moi. Alors je reporte mon attention sur mes mains et consens à reprendre...

« Ils l'ont brûlée avec un vif d'or... C'était la première fois que c'était comme ça. C'était la première fois... Et puis ça a dégénéré. Tout le monde s'est révolté, ça a commencé à attaquer de tous les côtés. Je voulais rentrer. Il fallait rentrer. J'étais pas vraiment impliqué dans tout ça, personne savait rien, je pouvais m'en sortir sans problème. Mais il était là aussi et j'avais promis que je le laisserai pas. Il avait déjà pris et je voulais pas que ça recommence, il fallait le sortir de là... » Je me mords la lèvre en respirant profondément. Mon cœur joue les anarchiques. J'ai du mal à garder un semblant de calme. « Il ? » Je sursaute. Comme si j'avais oublié sa présence. « Milo. Alors j'ai été le chercher. Je voulais juste qu'on retourne à Poufsouffle. Juste ça... Sauf que c'était la guerre dans la Grande Salle, ça tirait de partout et j'ai eu peur... J'ai attaqué Tracy qui avait attaqué juste à côté de nous. Je sais qu'elle m'aurait rien fait à moi mais lui je savais pas... Elle était de leur côté à eux et lui, c'était un traître alors fallait le protéger. Et puis ils ont fini par nous tomber dessus, on a pas pu fuir... Y'avait plein de monde, je sais plus vraiment qui. Snow Shiver. Son frère et sa sœur aussi. Je sais plus... Ils m'ont arrachés Milo, j'ai essayé de les en empêcher mais ça a servi à rien et puis ils nous ont mis dans une pièce avec des chaises. » Je frissonne violemment. Comme ici. Exactement comme ici... L'air se fait rare. Je veux sortir de là. Je veux rentrer chez moi. Je veux retourner à la maison. S'il vous plaît... « Et ils ont commencé à nous torturer. Les uns après les autres. Y'avait la gamine. Elle était assise juste en face de moi. J'arrivais pas à détourner les yeux, je... Et puis ça a été à son tour. C'était trop dur de rester là une deuxième fois à la regarder souffrir. Fallait que ça s'arrête. Elle avait rien fait. Rien du tout. Alors j'ai tout balancé. J'étais prêt à prendre à sa place, je m'en fichais, je voulais juste qu'ils la laissent tranquille... Mais ça a rien changé... Ils ont pas arrêté... Shiver a menacé de me tuer, je crois, je me souviens plus très bien, mais je m'en fichais. C'était ma faute s'ils étaient tous là alors... » Je hausse les épaules, comme si les menaces de Shiver et les possibles représailles n'avaient aucune importance.

« J'ai plus rien dit après. » Le pire est passé. Après, je suis plus coupable de rien. Je ne me sens pas mieux pour autant... Je me redresse légèrement, recule un peu ma chaise sans le vouloir. Les pieds raclent le sol dans un bruit désagréable. « À Chleofee, je veux dire. J'ai plus rien balancé. Je voulais juste... Disparaître. Qu'on m'oublie... Enfin... J'ai quand même essayé de rectifier le tir avec Tracy mais ça servait plus à rien. J'arrivais plus à lui raconter n'importe quoi... Et puis je sais plus comment c'est venu mais elle m'a balancé qu'elle était née-moldue. Sa belle-mère avait trafiqué je sais pas quoi pour la faire passer pour sa fille, un truc du genre. Je sais plus exactement... Et puis ils ont fini par savoir ça aussi. Mais c'est pas moi ! Je vous promets que je l'ai pas trahie ! J'ai vraiment rien dit... » La crainte qu'il me croie responsable de sa séquestration à elle aussi me force à planter mes pupilles dilatées par la peur dans les siennes. J'ai rien fait. J'ai vraiment rien fait. « Elle a été interrogée. Elle a balancé tout ce qu'elle savait. Qu'un autre gars et moi, on savait pour sa condition et que quelques personnes avaient aidé des nés-moldus. Elle savait pas pour Daniela, je crois. Je sais plus. Mais je crois. Je sais vraiment plus... Enfin on a été torturés. Et elle a dit qu'elle avait parlé à cause du Véritaserum. Plein de gens l'ont pas crue mais moi si. Je sais que c'est vrai. Elle aurait pas fait ça sans quoi. Pourquoi faire ? Elle avait aucun intérêt. Elle était détestée dans les cachots pour avoir joué les pro-sang-purs, elle se serait pas volontairement fait détester dans le reste du château... » Je secoue doucement la tête. Parler de quelqu'un d'autre me calme un peu. C'est plus facile que de raconter à quel point je suis un enfoiré. « Elle a eu des ennuis. Certains lui sont tombés dessus. Mais elle avait rien fait. C'était pas juste. Moi, je lui en ai pas voulu. Alors on est restés en contact, on cachait nos lettres, on faisait comme on pouvait. C'était important pour moi qu'elle se sente soutenue. Elle était là, elle aussi, quand je me suis retrouvé avec le château à dos. J'avais Milo, j'étais pas tout seul, mais elle si. Et puis on a fini par décider de se voir. C'était débile comme idée, mais je crois qu'elle en avait besoin... » J'essaye d'expliquer du mieux que je peux. Je ne cherche pas à me racheter, j'ai été trop honnête dans ce que j'ai raconté juste avant pour m'accrocher encore à cet espoir-là.

« Alors un soir, on s'est rejoints. J'ai été arrêté par un Mangemort sur le chemin, j'ai prétendu être allé aux toilettes avant de redescendre, c'était tout juste le couvre-feu j'ai dit la première chose qui me passait par la tête. Je pensais que c'était bon mais peut-être qu'il m'a suivi... » J'ai été particulièrement con ce soir-là. J'aurais dû vraiment rentrer et nous épargner ça... Mais non. J'ai imaginé qu'il nous arriverait rien. Après tout, j'avais écrit plein de fois et à plusieurs personnes sans que ça pose problème. Et puis j'avais vu Daniela, Octavia, Alaska... Pourquoi là ce serait différent, hein...? « Ils nous ont attrapés. Elle a essayé de prendre la faute sur elle mais... Mais je pouvais pas faire ça ! Pas encore ! C'était ma faute autant que la sienne... On s'est retrouvés à l'isolement, encore une fois et on a été fouettés. On s'est un peu éloignés, après ça. Enfin, pas qu'elle. Je me suis éloigné de toutes mes amies. J'ai plus écrit à aucun nés-moldus après ça. Je sais pas trop à qui je voulais éviter des ennuis, honnêtement. Je sais pas si c'était à eux ou à moi... Les deux, peut-être... » J'imagine que ça ne change rien. Personne ne peut m'en vouloir pour ne pas avoir pris de risques, de toute façon... Pas après m'être fait torturer trois fois pour des histoires de lettre... Plus ou moins. « C'était calme après ça... Enfin je crois. Y'a bien eu le Quidditch mais... Mais je vous jure que j'étais pas impliqué. Je sais pas pourquoi j'ai pas été torturé avec les autres, j'en sais rien... Est-ce qu'on m'a pas balancé ? Est-ce qu'ils ont eu pitié ? Est-ce que c'était pour diviser encore plus le château ? Je sais pas... Mais même si les rumeurs qui disaient que c'était de ma faute, c'est pas vrai. J'ai rien fait. J'ai rien dit. J'aurais pu le faire bien avant, j'avais aucun intérêt à le faire là... Je sais pas comment ils ont su et je sais pas pourquoi j'y ai échappé... » Et je le saurai sûrement jamais. Je m'en suis voulu pour ça aussi. Mais qu'est-ce que je pouvais faire... ? J'allais pas réclamer qu'on me fasse souffrir pour être réglo avec les autres... Mon rythme cardiaque s'est un peu calmé. Le sang ne bat plus violemment à mes oreilles. Je soupire. J'ai un peu froid, maintenant.

« Pour le bal, j'étais pas au courant. Milo voulait que je vienne, alors je suis venu. J'ai rien fait. J'ai pas « participé à la libération de l'école ». Peut-être que je l'aurais fait si j'avais su. Peut-être que non. Je... Je sais pas. J'ai pas très envie de revenir sur le bal... » Je crois que c'est encore trop frais... Si je suis prêt à faire face à mes erreurs, j'ai encore du mal à accepter les siennes. C'est moi, le traître, dans l'histoire... Pas lui... « J'aimerais entendre votre récit jusqu'au bout, s'il vous plaît. » Comme la première fois, le « s'il vous plaît » ne laisse pas beaucoup de choix. Si ça ne me plaît pas, il va falloir le faire exactement de la même manière. Je soupire. « Je voulais pas y aller. C'était une soirée en l'honneur de Blackman... Après tout ce qu'on avait subi, j'avais pas envie d'y aller. On avait rien à faire là-bas. Mais j'ai pas pu lui refuser alors j'y suis allé. Il m'a tout expliqué sur place. La rébellion en place depuis des mois, ce qu'il se passait dans les cachots et le champ de bataille que la salle de bal allait devenir. » Je ferme les yeux malgré moi. C'est les mensonges qui éclatent, l'absence de confiance, les illusions... « J'ai essayé de le dissuader, de le convaincre de remonter avec moi. Je me fichais pas mal de cette histoire, je voulais juste qu'on soit à l'abri. Mais il l'a pas fait. Il est parti faire son devoir ou je ne sais quoi... J'aurais dû partir aussi mais j'espérerais qu'il ferait demi-tour. Sauf qu'il y a eu de la fumée dans toute la salle et que ça a commencé à attaquer de partout. J'ai essayé de fuir. C'est lâche mais c'était pas ma guerre. J'avais assez donné à prendre parti, d'un côté comme de l'autre. Je voulais juste qu'on me foute la paix maintenant. Mais il a été blessé alors j'ai fait demi-tour. Je pouvais pas le laisser tomber maintenant, tant pis si c'était dangereux... Je pouvais juste pas. Je voulais juste pas... Il m'a tiré des griffes d'un Mangemort mais y'en avait partout. Vraiment partout. Ils étaient au moins... J'en sais rien moi, cinquante... Un truc comme ça... Et puis ça a tiré dans notre direction, j'ai essayé de le protéger et j'ai été touché. » Je ne rentre pas vraiment dans les détails. Ça ne les regarde pas. Si je prenais la peine d'y réfléchir, je me trouverais pathétique. Mais je ne la prends pas.

« Le reste, je m'en souviens pas. Je me suis réveillé à la ferme sans savoir comment j'y avais atterri. Alors non, j'ai pas participé à la libération... J'étais juste au mauvais endroit au mauvais moment... Je pourrais essayer de récolter les lauriers mais... Mais non. J'ai rien à voir dans cette histoire. J'ai pas demandé à me retrouver dans cette bataille. Ça s'est juste fait... Mais ça veut pas dire que j'étais pour Blackman, hein ?! Et j'ai pas changé d'avis à la dernière minute... J'ai changé d'avis quand j'ai compris que ça allait trop loin. Je... Je suis pas comme eux, Monsieur. Je suis pas un ange, j'ai souvent fait n'importe quoi mais... Mais je prends pas de plaisir à voir les gens souffrir. Je voulais bien sauver ma peau, oui, et j'ai tout fait pour ça, mais pas à ce point... Quand j'ai arrêté de jouer les collabos, les élèves étaient loin d'avoir le dessus... On a continué à se faire torturé pendant des mois... Je veux bien croire que je suis stupide mais pas au point de me vendre comme ça pour des espoirs tirés par les cheveux comme ça. C'est pas la certitude d'être dans le bon camp que je voulais, juste essayer de faire la paix avec ma conscience. » Je hausse les épaules une fois de plus, l'ombre d'un sourire tristement désolé sur les lèvres. Puis un soupir m'échappe. « Ça a pas marché... Mais en tout cas, je regrette pas d'avoir « changé d'avis » comme vous dites, même si c'était l'option la plus douloureuse que j'avais. » J'ai tout raconté, aussi précisément que j'ai pu. Sans mentir, sans chercher à minimiser mes actes dans cette histoire. J'ai fait une énorme erreur et je l'assume jusqu'au bout, je refuse juste qu'on me prête des conneries qui ne sont pas les miennes. Je ne peux pas faire mieux. Maintenant, il ne me reste plus qu'à espérer que ça suffira pour me sortir de ce merdier et que ce sera la dernière fois que je foutrai les pieds ici. Je suis pas un garçon brillant, je l'avoue, j'ai clairement fait n'importe quoi cette année, je ne l'ai jamais nié mais je suis pas un vrai criminel. Et encore moins un Mangemort... Ils peuvent pas me mettre dans le même panier qu'eux, n'est-ce pas...?
Made by Neon Demon



Look me in the face. Tell me that you love me Even if it's fake 'Cause I don't fucking care, at all. I act like I don't fucking care 'Cause I have hella feelings for you 'Cause I'm so fucking scared.
Rioghbhardan O'Callaghan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7503-shaelyn-are-you-insane-like-me-been-in-pain-like-me?nid=3#168038http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7509-shaelyn-seul-on-va-plus-vite-ensemble-on-va-plus-loin#168165http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7511-shaelyn-et-son-histoirehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7510-shaelyn-owl-be-waitinghttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7512-shaelyn-coucou-hibou-coucou-hibou-coucou-hibou-coucou#168170

Arrivé(e) le : 09/02/2017
Parchemins rédigés : 233
Points : 1
Crédit : Charlotte Free ~ Cissy
Année : 6ème

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Chuck E. Bowman

MessageSujet: Re: Rencontre au sommet - Les convoqués   Lun 4 Sep - 4:15

Rencontre au sommet
shaelyn et le ministère

Une lettre à la main, Shaelyn tremblait alors qu'elle l'ouvrait avec délicatesse, comme si cette lettre pouvait lui sauter dessus et l'attaquer à tout moment. Sa rentrée n'avait vraiment pas été facile, elle a eu beaucoup de difficulté à se réadapter dans cet environnement, pourtant ce n'est pas elle qui avait vécu un an dans les cachots, mais elle avait juste envie de rester chez elle. Cependant la lettre du ministère venait totalement la bouleverser. Elle avait peur de la lire mais elle savait bien qu'elle ne pourrait pas l'ignorer. Alors finalement elle l'ouvrit et lut le message avec appréhension. Sa mâchoire tomba légèrement quand elle comprit ce que cette lettre voulait dire, elle devait retourner au ministère. La panique s'empara de son corps et elle lâcha le bout de parchemin qui tomba au sol innocemment. Elle se dépêcha de descendre les escaliers de la salle commune à la fois énervée et paniquée, comment le ministère pouvait enquêter sur elle, alors que tout ce qu'elle avait fait c'est subir les tortures des mangemorts ?! Elle n'avait pas envie de retourner dans cet endroit maudit, à peine la pensée de retrouver les sales sombres et froides du ministère lui donnait des frissons et elle eut même un haut le cœur.

Pourtant deux Aurors du ministère firent rapidement leur arrivée, elle les observait avec un mélange de peur et d'animosité et c'est à peine qu'elle eut le temps de voir que Tracy et Narcissa étaient également convoquées qu'ils transplanèrent déjà tous jusqu'au ministère. Elle pensait aux conséquences que cet entretien pouvait avoir, elle avait peur d'être punie pour quelque chose, qui sait peut-être qu'eux aussi pratiquaient des punitions peu orthodoxes, elle ne pouvait s'empêcher de sentir le danger et ça n'arrangeait pas son état de stress. Pourtant elle n'avait rien à se reprocher, il n'y avait aucune raison pour que le ministère pense qu'elle soit condamnable. Et Narcissa ? Allaient-ils la condamner parce qu'elle avait allégé à Blackman pour de faux..? Cette idée fit peur à Shaelyn, et si elle se faisait renvoyer de Poudlard ? Elle avait vraiment peur des conséquences et à chaque pas qu'elle faisait elle priait pour que tout se passe bien. Finalement elle se retrouva dans une pièce froide et isolée, séparée de tous les autres avec un simple verre d'eau sur la table, l'attente la mit dans une angoisse profonde, tellement qu'elle avait du mal a respirer, la boule à la gorge. Que vont ils lui poser comme questions ? Vont ils lui imposer du Veritaserum pour qu'elle avoue toute la vérité ? Cette idée terrifiait Shae alors lorsqu'un grand homme au visage impassible s’essaya enfin en face d'elle, elle cru pendant un moment perdre le contrôle de son corps, pas prête pour supporter toute cette tension. Il commença d'abord par sortir un dossier, puis expliqua la raison de sa présence au ministère. Elle buvait les paroles de l'homme en analysant chacune d'elle, comment ça elle n'était pas étrangère à Blackman ? En tout cas il n'a pas hésité à la torturer sans pitié ! Shaelyn fronçait les sourcils face aux paroles de l'homme essayant de cacher toute sa peur.

« J’aimerais beaucoup connaitre votre version des faits. Pourriez-vous, s’il vous plait, m’expliquer ce qu’il s’est passé ? Chaque détail compte, soyez précis.  » finit-il par dire avec le plus grand sérieux.

Shaelyn fixa d'abord le verre d'eau pendant un moment. Elle aurait bien eu envie de boire mais elle était persuadée qu'elle ne pourrait rien garder dans l'estomac à cet instant précis. Alors elle finit par rassembler tout son courage et plonger ses yeux dans ceux de l'interrogateur, inspirant un grand coup. En même temps elle imaginait dans un coin de sa tête comment Cissy devait tout expliquer de son infiltration stratégique, et ça lui donnait étrangement beaucoup de courage.

« Lorsque... Blackman a pris le pouvoir dans la nuit de Halloween, on a tous très vite compris que ça allait être une longue année bien compliquée, enfin, beaucoup on cru qu'ils pouvaient se rebeller facilement contre lui et les autres mangemorts mais au fond c'était évident que des élèves comme nous ne pouvions pas vraiment tenir tête à des hommes aussi expérimentés et cruels que les mangemorts... Alors oui, certains d'entre nous ont prêté allégeance à Blackman, dont ma cousine, Narcissa Breckenridge, que ce soit pour des raisons d'éthique identique comme ça a été le cas avec Naïa Rosenberg, des raisons stratégiques comme pour Narcissa, ou tout simplement pour se protéger comme l'a fait Tracy Bennett... Pour tout vous dire j'ai été étonnée sur le coup lorsque j'ai vu ma cousine se ranger dans les rang de Blackman, mais j'ai toujours eu ce sentiment qu'il y avait quelque chose qui clochait... Vous voyez, Narcissa je la connaît depuis que je suis toute petite, nous avons toutes les deux grandies dans des familles de sang-pur tolérant parfaitement les né-moldus ! Narcissa n'avait jamais montré une quelconque réticence à cela, vous savez elle pratique même de l'escrime dans un club moldu ! Alors j'avais raison de douter de la sincérité de son allégeance à Blackman, et vous ne devriez pas douter de son innocence. Après la chute du ministère nous avons eu une conversation à propos de cette année et elle m'a fait part de toute son expérience, elle en a souffert aussi et puis au fond son projet était vraiment intelligent et si la communication entre elle et son alliée avait été un peu plus facile elle aurait été d'une très grande utilité à la rébellion. Au final elle voulait aider les né-moldus aussi. » proclama-t-elle avec beaucoup de sérieux et d’entrain. Son cerveau fonctionnait comme une machine à écrire, tout les souvenirs de cette année se reformaient dans sa tête et elle cachait tant bien que mal le tremblement de ses mains. Elle avait beaucoup parlé de sa cousine mais elle sentait l'obligeance de la défendre au mieux qu'elle pouvait, elle était aussi innocente qu'elle même alors elle tenait à ce que les juges soient au courant de tout cela.

« Revenons en à... à moi. » souffla-t-elle appréhendant bien plus le fait de parler d'elle même que de quelqu'un d'autre. Son assurance d'avant disparut petit à petit et elle dut briser le contact oculaire avec son interlocuteur pour reprendre parole. « Comme je vous l'ai expliqué, dès le départ j'ai douté de l'engagement de ma cousine envers Blackman, j'ai déduis par moi même que ce n'était pas un sujet sur lequel je devais l'aborder car elle éloignait tout ses proches qui lui parlaient de ça, elle ne voulait pas trahir son statut d'agent-double. Alors je me suis contenté de faire comme si de rien était, je n'ai jamais voulu prêter allégeance à Blackman, j'avais peur de m'engager dans quelque chose de bien trop dangereux pour moi et puis j'ai vite remarqué que si je me contentais de toute simplement rien faire je risquais bien moins que quiconque. C'était très angoissant de ne pas savoir où se placer... mais le pire... c'était la peur constante des punitions. Je voyais tout les soirs comment certains se faisaient fouetter et... Je... J'avais trop peur de finir à leur place... Alors je détournai le regard et ignorait... la situation... » Elle sentait sa respiration se faire lourde en se remémorant les cris de certains né-moldus... Certains d'entre eux étaient même des connaissances, mais elle se contentait d'ignorer. La verre d'eau n'avait pas bougé et elle ne savait toujours pas si elle voulait boire ou pas, sa bouche était sèche mais la peur compressait toujours son estomac...

« Je suppose euh... que... c'est pour cela que Blackman m'a nommé préfète, j'étais discrète, je ne disais jamais rien, je n'ai jamais montré aucun signe de soutient au né-moldus et même si je n'avais pas dis explicitement que j'étais dans les rang de Blackman, je ne l'avais pas non plus nié pour autant. Quand il le fallait j’utilisais l'expression sang-de-bourbe et je me montrais antipathique envers les né-moldus... je n'avais pas le choix ! Si je voulais rester en sécurité et ne pas risquer de punitions je devais être un minimum convaincante, mais je limitais vraiment ça. Puis je ne pouvais pas refuser le poste de préfète que l'on m'avait proposé, ça aurait été clairement une offense et qui sait... j'en aurais peut-être payé le prix... » soupira-t-elle. Elle lançait parfois des regards vers l'homme qui la fixait impassiblement mais elle n'arrivait plus à garder un contact, les mains croisées elle espérait qu'il ne remarquerait pas trop ses tremblements et elle se répétait inlassablement qu'elle n'avait rien à se reprocher... « Et puis finalement même après tout ses efforts pour rester en sécurité et vivre une année par trop cauchemardesque je me suis retrouvée à me faire torturer dans les cachots. » lâcha-t-elle d'un coup. Le souvenir lui fit monter les larmes mais elle les retint, laissant pour autant sa voix trembler. « Mon ami... Allen Rivers... m'avait convaincue de participer au dernier match de Quidditch de l'année, c'était des matchs clandestins... je savais que je risquais et pourtant mon envie de reprendre ce sport et ma confiance envers mon ami avaient fini par me convaincre d'accepter de jouer au match... Les conséquences en étaient dramatiques... à la fin du match les mangemorts nous attendaient à bras ouverts et nous ont forcés à dénoncer tout nos camarades, ils... Ils nous ont fait boire du... Veritaserum... et après ils nous ont tous torturés dans des salles... » Le souvenir était trop douloureux, elle s'en voulait tellement, elle était obligée de presser un instant ses mains contre ses yeux pour reprendre sa respiration, elle avait trop de pensées qui se bousculaient dans sa tête et ça la déstabilisait. « Je... Je ne me souviens seulement de la... la douleur et... l-les hurlements. » disait-elle hésitante, tremblante. Elle ne savait même pas pourquoi elle racontait tout cela en détail mais d'après le regard insistant de l'homme en face d'elle, il fallait qu'elle continue comme ça.

« Depuis ce jour là c'était différent... J'avais décidément fini par m'isoler, je ne voulais vivre ça a nouveau pour rien au monde... je me suis concentrée sur mes cours, me préparant pour les examens finaux, je ne voulais plus entendre parler des ...né-moldus ou... Blackman, ils faisaient partis de mon quotidien mais je l'ignorais, totalement. C'était la meilleure chose à faire pour moi... Voilà comment j'ai finis l'année moi, j'ai nié, j'ai ignoré ! » disait-elle alors que les souvenirs se heurtèrent à sa réalité, elle ne voulait pas se souvenir de tout ça et elle détestait le ministère pour la forcer à parler de ces temps horribles. « Mais jamais je n'ai réellement soutenu les idées de Blackman ! Je n'ai peut-être pas combattu pour les né-moldus mais en aucune cas ils méritaient ce qui leur est arrivé ! C'était dégoûtant. Je ne pouvais tout simplement rien faire pour eux... » Elle releva le regard vers l'homme qui n'avait pas changé de position ou même d'expression du visage, elle n'aimait pas ça du tout. Le calme qui s'installa lui fit comprendre qu'elle ne pouvait pas s'arrêter là, elle devait encore finir son récit mais l'idée de tout ressasser lui donnait des hauts le cœur.

« Le.. Le soir du bal, je n'étais au courant de rien... La libération... tout ça... je n'en savais rien. J'étais dans la salle commune quand ça s'est déroulé... Puis lorsqu'on a entendu un bruit avec mon ami, on a décidé de sortir et puis je suis tombé sur un  né-moldu que je connaissais un peu... Jayden Rosenbach et puis les jumeaux Naïa et Loki Rosenberg aussi. J'ai rapidement compris qu'il fallait s'échapper alors je n'ai vraiment pas cherché à comprendre, j'ai couru pour fuir ce château maudit... Je voulais juste rentrer chez moi et ne plus y penser... J'étais contente que Blackman soit enfin vaincu évidemment ! Mais si j'avais su que... après... Je.. Je serais sûrement restée à Poudlard. » Elle ne pouvait plus retenir son angoisse et il lui fallut énormément d'effort pour réussir à respirer correctement. C'était ici même il y a moins d'un mois qu'on l'avait torturée, elle avait l'impression qu'elle se retrouvait projetée au même instant. Son interlocuteur lui tendit le verre d'eau mais lorsque Shaelyn but une gorgée elle ne fit que s'étouffer maladroitement... Il lui fallut quelques minutes pour se remettre de ce moment et finalement elle fixa ses mains, jouant frénétiquement avec son bracelet et secouant la tête de droite à gauche discrètement. « Les mangemorts m'ont attrapés... Je me suis retrouvée au ministère avec d'autres élèves... I-ils... voulaient des réponses. J'ai dénoncé des personnes mais je vous jure que ce n'était pas mon intention ! » s'exclama-t-elle affolée. « Ils nous torturaient... nous menaçaient... I-Ils m'ont aussi fait boire le Véritasérum... J'ai sorti des noms au hasard... Je ne voulais pas... J'ai jamais voulu dénoncer mais je n'avais tout simplement pas le choix... » disait-elle avec la douleur dans la voix. « Il y avait... A-.. Anatole Sevenoaks pendant ma torture, j'ai vu qu'il... euh.. condamné à Azkaban... N'est-ce pas ? C'est bien... Ou-oui c'est bien... » Elle détestait le monsieur qui lui avait fait dire tout ça, elle était toute chamboulée, le col de sa chemise lui donnait chaud, elle avait mal aux doigts à force de jouer avec son bracelet, la tension lui donnait mal au dos et sa gorge lui brûlait, elle avait hâte que tout cela se finisse une fois pour toute...
Made by Neon Demon


way down we go
You let your feet run wild, time has come as we all go down. But for the fall do you dare to look him right in the eyes ? Cause they will run you down 'til you fall. •• ALASKA



The Squad:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 25/08/2012
Parchemins rédigés : 1534
Points : 20
Crédit : Avatar : Sarah *_* ; Signature : Faushtine & tumblr
Année : 5ème année (14 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?:
D'autres comptes ?: Milo ♣ Brooklyn ♣ Anoushka ♣ Blake

MessageSujet: Re: Rencontre au sommet - Les convoqués   Mar 5 Sep - 23:45


❝ Chasse Aux Sorcières ❞Naïa Rosenberg
Je devrais être terrifiée, comme très certainement mes autres camarades gentiment conviés à cette petite sauterie. Mais pour être honnête, je n'y arrive pas. Je ne vais pas prétendre être totalement zen ou insensible à tout ça, mais terrifiée, non. Je ne dis pas que je ne crains pas pour ma liberté, parce qu'il est question de ça au final. Ma réputation n'est plus à faire, si je finis à Azkhaban, je ne ferai que leur confirmer leurs propos à mon sujet et je resterai dans les mémoires. Ils parleront de moi encore longtemps, disant qu'ils ont connu une fille complètement tarée qui a fini ses jours en prison, tout ça tout ça. J'aurai au moins égayé leur vie et je leur donnerai l'illusion qu'ils m'ont percé à jour tout seul, comme des grands. Mais soyons honnête, je n'ai jamais vraiment cherché à cacher ma véritable nature. Il arrive un moment dans la vie où il faut laisser apparaître qui on est vraiment, au risque de déplaire. Mais j'ai 18 ans bientôt et j'aimerai pouvoir fêter mon anniversaire en liberté. J'aimerai pouvoir continuer ma vie comme je l'entends. Ils leur restent un an à vivre avec moi, ils vont survivre. Ils ont vécu déjà 6 ans en ma compagnie, qu'est-ce qu'un an de plus ? Surtout qu'on pourra dire tout ce que l'on veut, je ne suis pas pire que Blackman, alors arrêtons l'abus.

Je sens une pointe d'excitation. Est-ce grave ? Je suppose que ce n'est pas totalement normal, bien entendu, mais qu'importe, moi j'aime bien. Sentir l'adrénaline couler dans mes veines, se dire que je vais tenter le tout pour le tout et voir si ça passe ... bref, pendant un court moment, je vais me sentir en vie. Et c'est grisant de ressentir ça, je n'avais pas eu cette sensation depuis que j'ai attaqué Tracy dans la salle des trophées. Du coup on peut dire que ça fait un bail. Et dire que c'est pour ça que je suis là. Parce que cette traitresse n'a pas su tenir sa langue. Madame ne peut rien garder pour elle, il faut impérativement qu'elle joue les victimes, pour se faire bien voir. Parce que vous comprenez, se faire détester par l'ensemble de l'école, la pauvre petite n'a pas les épaules pour ça. Il faut du charisme et une force de caractère pour passer au dessus et rire de la situation. Elle préfère chouiner dans un coin et se plaindre. Les gens sont trop méchants avec moi. Je suis trop triste, bouhou. J'aurai dû la noyer, au moins ça aurait été réglé. Elle n'aurait pas pu l'ouvrir et personne n'aurait pu remonter jusqu'à moi. Je le savais. Enfin bon, s'ils n'ont que ses lettres alors qu'est-ce que je crains vraiment ? En quoi sa parole est parole d'évangile ? Loki n'avait pas l'air d'être très serein. Je peux le comprendre, il est du genre à s'inquiéter vite, raison pour laquelle je ne lui ai jamais parlé de cette histoire avec Tracy. Je ne voudrai pas qu'il s'inquiète pour moi inutilement et puis même si j'adore mon frère, je ne voudrai pas qu'il me fasse tomber sans le vouloir. Alors moins il y a de gens qui savent et mieux c'est. Dommage que Tracy n'a pas eu la même philosophie. En recevant la lettre, je me dis que les mecs étaient confiants. On aurait pu fuir, prenant peur pour X raison. Est-ce qu'ils attendaient à ce qu'on réagisse de cette manière, pour nous prendre à notre propre jeu ? Est-ce qu'ils nous attendaient en dehors de Poudlard, prêt à nous intercepter ? Est-ce qu'ils ont intercepté nos courriers pour vérifier nos correspondances ? Si c'est le cas, ils ont dû être déçu, parce que je ne suis pas partie et quand j'ai répondu à mon père, je lui ai dit que tout irait bien et que je n'avais rien à me reprocher.

J'ignore s'il m'a cru ou pas et je m'en moque un peu, la seule personne qui me manquera si je venais à être enfermer, ce serait Loki. Il a d'ailleurs bien eu du mal à me laisser partir. J'ai eu de la peine pour lui, il n'a pas dû dormir de la nuit avec cette histoire. J'ai essayé de le rassurer du mieux que je le pouvais et nous avons dormi sur le canapé de la salle commune, mais bon, niveau confort, on repassera. C'était assez impressionnant, il faut bien l'avouer, de voir ces deux types m'attendre et je continue à être impressionné par tout le procédé de cette petite rencontre. On m'isole dans une salle, j'ignore si mes camarades passent en même temps ou non. En tout cas c'est très intimiste. Ce n'est certainement pas plus mal, je n'avais aucune envie de voir les tronches de mes abrutis de camarades, je les supporte suffisamment toute l'année. Je m'installe à la place qu'on me présente et j'attends qu'ils se lancent. Hors de question de trop en dire si ce n'est pas utile. Que savent-ils ? Visiblement ils ne parlent que de lettres, ce qui est plutôt à mon avantage. J'écoute jusqu'au bout leur bavardage, tout en me disant que s'ils n'ont que ça, on aurait pu faire ça à Poudlard entre deux cours. C'est une perte de temps monumentale. « Ok ... Va falloir être un peu plus précis parce que là pour le moment je ne sais absolument pas de quoi vous êtes en train de parler. Alors je veux bien vous parler, mais il faudrait m'en dire un peu plus, sinon je doute de pouvoir vous dire grand chose sur le sujet. » Mon ton est très calme, je suis sereine. Je n'ai pas de raison d'avoir peur, je sais exactement de quoi il parle mais je me rends compte qu'ils n'ont aucune preuve évidente contre moi. Ils m'expliquent qu'ils parlent de la correspondance de Tracy à un autre élève, sans préciser le nom dudit élève. Je les fixe un peu étonnée. Un court silence se fait, en dehors de mon air étonné, je ne laisse rien filtrer. Je ne me laisserai pas avoir si facilement. Ils entrent un peu plus dans les détails. Intéressant. « Donc si je comprends bien Tracy ... Tracy Bennett, on est bien d'accord ? Donc Tracy a parlé de moi dans une de ses lettres en disant que je l'avais agressé ? » Les aurors hochent la tête, attendant que je me défende. « Et vous voulez que je vous explique ... pourquoi ? C'est ça ? ... Mais pourquoi quoi exactement ? Pourquoi je l'ai soit disant agressé ou pourquoi elle ment ? Parce que pourquoi je l'ai agressé, je ne saurai vous répondre puisque ça n'est jamais arrivé. Par contre pourquoi elle ment ... je serai tenté de vous dire que c'est devenu compulsif chez elle. Je n'y connais pas grand chose en psychologique, ni même en justice mais .... une fille qui a menti quasiment toute sa scolarité sur qui elle est vraiment, prétend du jour au lendemain, après avoir été découvert, qu'elle a été agressé par une sang pure, c'est quand même assez amusant comme coïncidence. Tracy était loin d'être la dernière pour humilier les nés moldus, alors qu'elle savait pertinemment qu'elle en était une. Alors forcément, quand ça c'est su, elle n'a pas été populaire au sein de l'école. Tout le monde se sentait trahi. Elle s'est bien gardé de parler de ses origines pour ne pas être envoyé aux cachots, ça a eu tendance à énervé nos camarades qui n'ont pas eu cette chance. Alors bon, je peux la comprendre, elle a voulu sauver sa peau et quoi de mieux que de se faire passer pour une victime afin de se faire bien voir auprès de ses camarades nés moldus. Se faire agresser par une sang pure, c'est parfait, ça prouve que ses anciens amis lui ont tourné le dos, voire même la déteste. Elle fait pitié et elle a une vie plus tranquille comme ça. »

Je suis assez étonnée de ne pas m'énerver. Bon, il faut dire que je pense à mon frère et ça m'aide beaucoup. « Bon écoutez ... Je sais que je n'apparais pas sous mon meilleur jour, entre cette histoire de pseudo agression et mon comportement en public. Et que même si je suis capable d'expliquer cette agression, ça n'explique pas mon comportement. Je ne vais pas vous mentir, oui, je suis apparue comme une personne froide et qui jubilais devant ces agressions, mais c'était par nécessité. Mon père est un sorcier de sang pur qui a épousé une moldue, adoptant par la même occasion la fille de sa nouvelle épouse. Il avait une cible toute dessinée dans le dos. Si je me rebellais contre le pouvoir en place, je mettais la vie de mon père en jeu. Est-ce que j'aime ma belle mère ou sa fille ? Non. Mais peut-on vraiment m'en vouloir d'avoir détesté cette femme de vouloir prendre la place de ma mère ? Je ne crois pas. Oui, j'ai parfois dit sous la colère que j'aimerai quelles meurent, mais ça fait un moment qu'ils sont mariés et que je sache, elles vont toutes les deux très bien. Alors oui je suis en colère mais ça ne signifie pas pour autant que je ferai quoi que ce soit contre elles. Si j'avais vraiment eu envie de leur faire du mal ou si je détestais vraiment les nés moldus, vous ne pensez pas que j'aurai brutalisé ma demi soeur ? Ce ne serait pas Tracy que j'aurai agressé mais Octavia. Et vous pouvez aller lui parler si vous voulez, je ne lui ai rien fait. Pourtant, des occasions, j'en ai eu à la pelle. Alors oui, je suis peut-être apparue comme froide et distante face à cette situation, mais c'était pour protéger ma famille, rien de plus. Je n'ai pas couru vers Blackman le matin de l'attaque pour m'allier à lui que je sache, pourtant j'ai eu quelques camarades qui n'ont pas attendu que les corps de nos camarades soient froids pour le faire. » Pour une fois qu'Octavia allait potentiellement pouvoir me servir à quelque chose. Parce qu'elle pourra bien dire ce qu'elle veut, mais je n'ai rien à me reprocher vis-à-vis d'elle. Je crois qu'au fond de moi, c'était trop facile. Je n'avais pas envie de l'éliminer de cette façon, je n'en aurai éprouvé aucun mérite. J'aurai eu raison. « Je comprends que vous fassiez votre travail et je peux aussi comprendre qu'en lisant ces lettres ou en écoutant les bruits de couloirs ou-je-ne-sais-trop quoi, je n'apparaisse pas comme une personne digne de confiance, mais au delà d'accusation d'une menteuse qui est passée maître dans l'art de raconter des bobards et une fausse image que j'ai tenu à avoir pour protéger ma famille, vous n'avez rien contre moi. »

© 2981 12289 0



« I'm lost ... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8036-salazar-shafiq-professeur-d-histoire-de-la-magie-et-d-histoires-tout-courthttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8037-salazar-shafiq-vous-vous-lierez-a-lui-pour-le-meilleur-et-surtout-pour-le-pirehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8038-boites-aux-lettres-de-salazar-shafiq-ouverte-a-presque-toushttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8147-hibou-express-pour-le-professeur-shafiq

Arrivé(e) le : 13/07/2017
Parchemins rédigés : 45
Points : 0
PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Nope

MessageSujet: Re: Rencontre au sommet - Les convoqués   Mer 6 Sep - 10:19

Chers sorciers, chers confrères, chers élèves, chers jurés,

Devant les terribles évènements qui se sont déroulés ces derniers mois, la communauté sorcière, et plus particulièrement les habitants du collège qui étaient en première ligne, ont besoin de comprendre, de se soigner, de retrouver paix et sérénité.

Besoin d’accuser aussi. De trouver des responsables. Puis, si on les a déjà trouvés et punis, d’en rechercher d’autres. N’y en a-t-il pas qui ont souri au mauvais moment, qui n’ont pas détourné le regard à un autre moment, qui ont trop parlé ou pas assez ? Durant les périodes de guerre, de batailles et de victoires, on cherche des héros, mais on cherche aussi l’Autre, le mauvais, le bouc émissaire, le collabo, ou l’étranger. L’Histoire nous l’a montré à de trop nombreuses reprises.

Pour faire respecter la justice, et non la vengeance ou le lynchage, il faut se concentrer sur deux points seulement : les faits et les circonstances. Tout le reste, patronyme, ascendance, passé, ne sont que des procès d’intention et ne peuvent en aucun cas, servir de preuves à charge ou à décharge. Que je m’appelle Salazar, que je sois sang-pur, que mon père était un mangemort, tout cela ne peut en aucun cas servir de preuves en quoi que ce soit. Si vous n’êtes pas prêts à accepter cela, cela signifierait que vous considéreriez Albus Dumbledore comme tortionnaire de moldus parce que son père l’était, ou Sirius Black comme un mangemort, parce que sa famille l’était.

Ce point ne pouvant, je l’espère, être contesté, examinons uniquement les faits et les circonstances. Que me reproche-t-on ? D’avoir été recruté à Poudlard par Blackman lui-même, et ce après les évènements d’Halloween. D’avoir exercé mon métier durant la période où les néo-mangemorts étaient au pouvoir. D’avoir promu la supériorité du sang et approuvé l’esclavage des nés-moldus. De n’avoir rien fait, malgré mon statut de professeur, pour améliorer leur condition. De n’avoir pas participé à la bataille en juin pour libérer le collège. Des témoins affirment même que j’ai stupefixé quelques élèves face aux néo-mangemorts. Si l’on prend tous les faits mis bout à bout, mes chers jurés, tout porte à croire que je suis en effet coupable. C’est… évident, n’est-ce pas ? Je suis l’Autre, le collabo, le fils de mangemort, et cetera, et cetera.

Mais nous n’avons pas examiné les circonstances, n’est-ce pas ? Ces fameuses circonstances, qui peuvent aggraver les faits comme les faire apparaître sous un jour nouveau. Si je vous dis par exemple : un adolescent reconnu comme déséquilibré et déjà recherché par les autorités, a tué un sorcier de plus de soixante-dix ans devant une centaine de témoins, et a reconnu n’avoir jamais regretté son geste, vous le condamneriez à Azkaban sans hésiter. Pourtant, si je vous apprends que ce soi-disant fou dangereux s’appelait Harry Potter et la victime lord Voldemort, votre main, prête à condamner, s’arrête soudainement. Il vous manquait des éléments pour juger, les faits seuls ne suffisant pas.

Eh bien, chers auditeurs, chers jurés, je me fais fort de vous prouver que les circonstances m’innocentent totalement.

Comme dans toutes les histoires, il faut commencer par le début. J’ai été recruté par Blackman. Vrai. Mais avait-il un autre choix? Le chef des terroristes ne voulait comme professeur que des sangs-purs. Allez donc trouver un sorcier de sang-Pur compétent en Histoire de la Magie ! Je peux vous affirmer que ça ne court pas les rues. Il ne m’a pas recruté parce qu’il m’adorait, mais parce que j’étais le seul qui corresponde à ses critères.
« Oui, mais vous avez posé votre candidature en sachant ce qui s’était passé au collège ! » me rétorquerez-vous. En effet, je le savais. Comme je savais que mon nom, prénom et ascendance me permettrait d’avoir des libertés au collège pour assouplir et tenter d’aider les collégiens. Rajoutons à cela que j’avais déjà posé ma candidature plusieurs fois, j’étais très intéressé par ce poste, et j’étais en difficulté financière. Pour quelle diable de raison aurais-je refusé ? Et si je n’avais pas postulé, le poste aurait été donné à un autre sang-Pur, mais incapable. Etait-ce souhaitable pour les élèves ?

Le professeur McGonagall avait refusé ma candidature ? Effectivement, à deux reprises. Mais puisque vous regardez attentivement les lettres que j’ai reçues, je regrette que vous n’ayez pas précisé les raisons de ces refus. La première fois, j’avais vingt-et-un ans, ma candidature a été refusée parce que j’étais trop jeune. Avec le recul, je ne peux que reconnaître qu’elle avait raison. La deuxième fois, notre ancienne directrice de Poudlard pensait à quelqu’un d’autre, tout simplement. Ses refus n’avaient donc rien à voir avec mes supposés penchants politiques.

Deuxième accusation : on me reproche d’avoir exercé mon métier de professeur durant cette période de huit mois où Blackman possédait l’école. Voilà qui est fort étrange : faut-il également condamner les élèves parce qu’ils sont allés en cours ? Faut-il condamner TOUS les employés du ministère ? Et tous ceux qui ont osé mener une vie normale malgré les évènements ? J’ai peur qu’Azkaban ne soit pas assez grande.
Oui, mais les lettres ? Si vous vous étiez intéressés un tant soit peu à l’Histoire de la Magie, peut-être avez-vous lu les lettres de Dumbledore à Grindelwald ? Si vous vous étiez intéressés à l’Histoire tout court, peut-être vous êtes-vous intéressés à la correspondance entre Elisabeth Ière et Marie Stuart, de grandes lettres pleines de promesses d’amour familial pendant l’emprisonnement de Marie, sa conspiration et son exécution ordonnée par Elisabeth ? J’étais professeur, Blackman mon directeur, qui avait pris le pouvoir au Ministère. Et même avant, il était le leader d’un groupe très dangereux. Mes réponses étaient amicales, en effet, parce que je ne suis pas suicidaire. Je ne répondrais même pas à l’accusation de mon implication suite aux décisions de Blackman. C’est tellement ridicule de penser que qui que ce soit puisse influencer un homme pareil !

Troisième accusation et non des moindres : l’idéologie. Ai-je promu la supériorité du sang ? En fait, l’accusation ne vient pas de tous les élèves, mais plus particulièrement des Cinquièmes et Septièmes Années. Ce n’est pas un hasard : ce sont les deux années où l’on étudie l’Histoire Contemporaine, ainsi que les deux années préparatrices de diplômes. Replacez-vous dans le contexte : mon but est que le maximum d’élèves réussisse les BUSES et les ASPICS. La communauté sorcière est aux mains des néo-mangemorts. Que se serait-il passé si, aux examens, mes élèves se révélaient contre ces théories de pureté du sang et s’il était prouvé que je n’avais pas respecté le nouveau programme des mangemorts ? Ils auraient été arrêtés, voire pire, et j’aurais partagé leur sort. Héroïque, s’il n’y avait eu que mon sort en jeu. Irresponsable, si cela venait à condamner deux tranches d’âge ! Je suis, viscéralement et au plus profond de moi, professeur. J’ai donc fait ce qui était le mieux pour protéger mes élèves. Puisque vous avez des témoignages d’élèves contre moi, pourquoi passez-vous sous silence les témoignages en ma faveur ? En particulier les nés-moldus dont je me suis occupé dès que j’en ai eu l’occasion ? Ne sont-ce plus des élèves digne de confiance lorsqu’ils me soutiennent ?

Malgré les nouveaux programmes imposés par le pouvoir qui était en place, j’ai toujours été critique, dans mes cours, puisque c’est justement ce que j’encourage : toujours poser un regard critique sur les documents historiques. Jamais vous ne m’avez entendu, pendant mes cours, affirmer que la pureté du sang est une vérité absolue. Jamais vous ne m’avez vu affirmer que les nés-moldus ont mérité ce qui leur était arrivé. Jamais vous ne m’avez même entendu prononcer la fameuse insulte « sang-de-bourbe ». Parce que je ne l’emploie jamais et parce que je la méprise. N’ai-je rien fait pour améliorer la condition des nés-moldus ? Vous posez la mauvaise question. Si j’étais vraiment un néo-mangemort, l’accusation aurait dû être : « vous avez durci leur condition, on a des preuves, des témoins, et cetera. » Or, cela n’apparaît pas. N’est-ce pas étrange ?

Nous en arrivons à la dernière accusation : mes agissements en juin. Je n’ai pas tourné ma baguette contre les néo-mangemorts. Non ; pour une raison très simple : je n’étais pas au courant. Me pensant dans les rangs des néo-mangemorts, vous vous doutez que personne ne m’a informé de la révolte, je ne risquais donc pas de me trouver au premier rang des libérateurs. J’ai stupéfixé des élèves durant les affrontements. Je ne nie aucun témoignage, c’est vrai. Je vous rappelle les faits : vous découvrez des sorts qui fusent, des élèves contre des adultes, parfois des collègues, vous ne savez rien de rien, et voilà que des élèves vous prennent pour cible. Est-ce que, spontanément, vous allez leur tourner le dos et attaquer vos collègues qui vous défendent, pour montrer en deux secondes que vous avez tout compris grâce à un éclair de génie, que c’est la révolution, et que vous êtes dans le bon camp ? En comptant sur le fait que des élèves arrêtent leurs sorts en pleine course, changent de cible, et vous acceptent soudainement.
J’ai stupefixé les élèves qui s’en prenaient à moi et à des collègues, et je gage que tout le monde aurait fait de même. Ceux qui affirment qu’ils auraient posé leurs baguettes, aurait crié « je suis avec vous » ou auraient, le plus naturellement du monde, pris la tête des révolutionnaires qui auraient compris de suite à qui ils avaient affaire, ces gens-là sont soit d’une évidente mauvaise foi, soit d’une inconscience suicidaire.

Finalement, ce procès servira quand même à une chose que les gens semblent avoir oublié depuis la mort de monsieur Black et de monsieur Rogue il y a de cela plus de vingt-cinq ans : les apparences peuvent être trompeuses. Non pas que je ne me compare à ces personnes illustres, bien entendu, mais ce que vous jugez en ce moment est-il vraiment le procès d’un possible néo-mangemort, corrompu, ouh-qu’il-est-vilain… ou le procès des circonstances contre les apparences ?

Réfléchissez bien à ce que vous allez choisir avant de délibérer : que me reproche-t-on, exactement ? qu’auriez-vous fait, à ma place ? Et avant de penser que vous auriez été un résistant hors pair, fondant une armée interne et éliminant la moitié des mangemorts à vous seuls, essayez un instant d’être réaliste et de vous rappeler qu’en tant que professeur, on n’est pas seul. On est responsable de la vie et du bien-être de TOUS ses élèves, même ceux de onze ans, et que vos choix risquent d’entraîner des conséquences irréversibles sur tous les collégiens dont on vous a confié la charge. J’affirme avoir fait tout ce que je pouvais pour eux, que je demande, non seulement d’être acquitté, mais de conserver mon poste pour continuer à les servir du mieux qu’il m’est possible. Parce que je suis professeur. Votre professeur. Et que je mérite de le rester.

Mesdames et messieurs les jurés, je vous remercie.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 07/07/2017
Parchemins rédigés : 288
Points : 11
PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: aucun ( enfin dans une autre vie peut être )

MessageSujet: Re: Rencontre au sommet - Les convoqués   Ven 8 Sep - 0:09


❝ La verité de demain se nourrit du mensonge d'hier ❞Saskia S. Frowein



J'étais effrayée , dire le contraire c'etait se voiler la face meme si c'etait ce dont j'essayai de me convaincre depuis des jours .J'étais épuisée , ayant a peine reussi a fermer l'oeil juste le minimum vital . Je ne me se sentais absolument pas prête a affronter la journée , si spéciale . Je jetais un coup d'oeil dans le miroir au passage et j'eus bien du mal a me reconnaître sur le coup . Cette fille pâle et apeurée que je contemplais n'étais qu'un pâle reflet de moi . Ou étais cette fille si joyeuse et confiante envers l'avenir ? Probablement disparue pour un temps . Je me demandais bien comment j'allais bien pouvoir berner le ministère en ne parvenant pas moi même a sauver les apparences vis a vis de mon état actuel . Je n'avais peur que d'une chose c'était que la batisse que je n'avais construite ne s'effondre comme un château de sable , en moi temps qu'il ne m'en avait fallu pour la construire . Biensûr j'avais peur d'Azkaban , je savais que c'était ce genre d'internement et j'avais eu bien du mal m'y faire et puis ma famille y avait été effectué de joyeux petits sejours dans le temps mais bon je m'efforçais de croire en mes chances.

J'étais jugée pour complicitée parce que je m'étais positionnée du côté de Blackman en prêtant allégance publiquement , je n'avais torturé personne mais il n'empêche que j'avais assisté a cela de manière détachée et le fait que j'avais pu insulter allegrement certains nés moldus , bien qu'a contre coeur devait surement jouer a ma défaveur mais bon on va dire que je m'étais contentée de jouer mon rôle d'actrice jusqu'au bout même si j'en avais eu la nausée

Et puis franchement qui pourrait bien jeter un joli minois comme moi a croupir au fond d'une cellule comme un rat ? Et puis j'estimais que ma famille avait bien les moyens de se payer un avocat assez doué pour pouvoir me permettre de sortir .

Je me maudissais intérieurement de même que celui dont je connaissais plus que bien le nom qui avait réussi a me foutre dans une merde pas possible . La principale a blâmer dans l'histoire c'était moi mais en même temps on ne pouvait pas dire que mon entourage avait eu une influence positive . Mais bon ce n'était certainement pas une raison pour trahir quelqu'un qui ne le jeter en pâture aux crocodiles pour de la pâté pour chiens .
Stratégiquement je ne pouvais plus vraiment me permettre de traîner avec ce genre de personnes mais en même temps en ces temps difficiles il était toujours plus agréable de pouvoir compter sur un allié , quelqu'un qui ressent ce que l'on peut éprouver .
Je m'assis sur mon lit meditant sur les événements , je pouvais comprendre pourquoi on me le demandait mais en même temps je trouvais cela injuste . Si je l'avais fait c'était pour sauver ma peau comme la plupart d'entre nous et dela a être traitée comme une délinquante c'était un peu trop osé . J' aurais très bien pu aller me confier a quelqu'un mais je ne voulait impliquer personne d'une manière ou d'une autre dans cette affaire .
Je crois que je me sentais comme si tout les malheurs du monde venaient de s'abbattre en même temps sur mes epaules alors que la matinée passa une vitesse folle , me faisant me retrouver en moins temps qu'il ne m'en fallut pour réaliser , entre les murs du ministère . Etonnement a ce moment précis je faisais certainement beaucoup moins fière allure . J'avais imaginé rentrer dans ses lieux mais en temps qu'auror pas de complice d'un crime . Un crime oui elle qualifiait cela comme ça malgré tout .

je n'avais même pas pu voir mes camarades , évidemment j'avais été placée dans une pièce séparée Je connaissait bien cette procédure mais a quoi bon ? s'imaginaient ils réellement que nous allions organiser un complot ?
Chaque minute s'écoulant était une torture , j'étais de nature patiente mais la ça commençait sérieusement a s'eterniser . Je ne trouvais rien de mieux a faire que de taper du pieds contre le sol en esperant que cela attirait l'attention de l'inspecteur qui finirait par rentrer .
Je m'occupais a penser a ce que j'allais bien pouvoir leur servir , c'était le moment de balancer la vérité . Mais quelle vérité ? Surtout que je n'avais pas été capable de l'affronter . Ca allait sans nulles doutes faire remonter des trucs a la surface et fissurer ma précieuse carapace . Probablement ce qu'ils attendaient mais je detestais cela .

J'étais tellement occupé a pestiferer et a réfléchir a tous ces trucs sans queue ni tête que j'en sursautais alors que la silhouette d'un inspecteur du ministère vint se glisser face a moi . Je fis alors le premier truc qui me passait par la tête , le gratifier d'un sourire même si en ce moment précis je n'avais absolument aucune envie de sourire . Ensuite je savais ce que je devais faire , je m'appliquais tant bien que mal a le regarder dans les yeux même si mes bras croisés trahissaient ma peur .
Il me toisait d'une expression neutre , indescriptible , un truc qui vous faisait froid dans les dos . Je reconnaissait son expression , c'était un menteur comme moi . Un mec qui s'employait a ne strictement rien laisser paraître , froid comme la glace , vide de toute expression . Du travail de maître , pour le coup je l'aurais presque félicité si on n'avait pas été a ce moment précis où il s'appretait a essayer de la faire craquer .

Je devais avouer que je commencais a hyper ventilée mais je n'étais pas du genre a me laisser a voir comme ça donc je m'administra des claques mentales pour me rebooster , voyant cela plutôt comme un exercice , périlleux mais un exercice .


Il feuillete dans une pile de papiers posés fermement devant lui avant de se saisir d'une qu'il commençe a décortiquer avec attention .


'' Saskia Sephora Frowein , née le 18 septembre 2007 
… élance t'il d'un ton on ne peut plus calme''Il s'arrête quelques instants alors que je plante mes yeux dans les siens , me dandinant nerveusement . '' Je suppose que vous connaissez la raison de votre présence en ses lieux …. Comme vous le devinez , je suis la car j'aimerais beaucoup entendre votre version des faits , votre vérité. Pourriez vous s'il vous plait , m'expliquer ce qu'il s'est passé ? Chaque détail compte , soyez précise .. 
Je le regarde en déglutissant , tentant de ravaler la bile qui me monte a la gorge

'' Ca ne va pas sans dire que je compte sur votre collaboration et votre sincerité mademoiselle Frowein . La n'est pas le but de vous accabler ou quoi que ce soit de ce genre , nous avons juste besoin d'être au clair en ces temps assez … agités . Et je pense que vous le comprenez ''

Je baissais la tête contemplant soudainement avec un intérêt nouveau mes mains enlacées , ne me décidant a relever la tête que quelques secondes plus tard . Je m'éclaircis la voix me préparant a lançer mon discours en espérant que ma voix ne me jouerait pas des tours.

'' J'ai … j'ai fait des choses dont je ne suis pas vraiment fière vous savez . Je sais pourquoi je l'ai fait et j'assume même si je me sens terriblement coupable , stupide . Vous savez je pense que l'être humain est égoïste , impulsif par nature et je n'échappe pas a cette règle même si je sais que cela ne constitue pas une excuse en soi ...
Je pris une pose le temps de reprendre ma respiration et mon calme par la même occasion

'' - J'étais effrayée par les événements , affreusement , ça me dépassait tout ça . C'est vrai , comment étions nous censés réagir avec tout cela qui survenait aussi brusquement ? Alors je n'ai pas su vraiment quoi faire , quoi dire et j'ai cru , je dis bien j'ai cru parce que je sais que je me suis trompée , suivre le meilleur chemin pour me protéger ''



'' Alors j'ai commencé a suivre le chemin de la facilité , a fermer les yeux sur cette voix terrible qui m'emplissait de culpabilité , entièrement justifiée .


Je plantais mes ongles dans la paume de ma main presque a m'en faire saigner alors que je tentais , veinement de contrôler le chevrotement perceptible dans ma voix ,

'' . Je crois qu'a cette epoque je ne réalisais pas vraiment la gravité des choses , je savais juste que quelque chose se passait et égoïstement je me suis dit que je ne pouvais pas me permettre de les laisser gagner , les laisser m'atteindre … De même que je ne voulais pas voir mes plans d'avenir échouer ''


'' Vous pouvez demander a qui vous voudrez , oui on est libre de nos choix , du moins c'est ce dont on nous rabache les oreilles a longueur de temps , mais dans les faits , on n'est ,juste humain , on a peur , on ne sait pas quoi faire , on est ... complètement perdu . Je voulais juste faire comme si rien ne se passait ,je voulais juste continuer ma petite vie parfaitement tranquille . ''

J'esquissais un sourire triste

'' Je connais certaines de ses personnes , ces personnes interrogées aujourd'hui ; bien que leurs choix sont condamnables ils n'ont rien de monstrueux . Ils ont juste voulu se protéger , ou protéger les leurs , se sentir plus important ou tout simplement défendre cette vérité a laquelle ils croient dûr comme fer . Ils ne pensaient pas a mal ''


L'homme se contente de noter mes propos , me jetant de temps a autre un coup d'oeil , me perçant de son regard glacial .

Il m'incite en un geste a continuer . Mon dieu , son silence était plus oppressant que si il ne m'avait accablé .
' Si vous me connaissiez vous sauriez qu'il n'est pas dans mes habitudes de cautionner ce genre de choses . Ma famille a des antécédents , je ne vais pas vous le cacher . Mais ils ne sont pas pour autant plus monstrueux que vous et moi , ils ont juste des idéaux auxquels ils s'accrochent . Ils se contentent d'y croire parce que pour eux ce n'est pas condamnable , c'est leur vérité . Quand a mes parents , ils m'ont élevés dans l'idée que sorciers et moldus devaient être traites d'égaux a égaux . J'ai été élevée dans ces deux milieux , j'en ai pris un peu des deux . Vous savez ces moldus , je crois que nous leur sommes supérieurs en quelques points mais la n'est pas la raison pour se permettre de les traiter de cette manière . Je me suis toujours efforcée de rendre fière ma famille , de faire honneur a ses principes en me montrant la plus juste possible . Voyez vous j'ai toujours eu un certain franc parler donc je m'evertuais a l'employer a bon escient . Sauf que j'ai échoué , je me suis convaincue du bien fondé des événements même si quelque part au fond je savais que cela me dégoutait profondement et j'ai laissé passé des choses vis a vis d'innocents , de personnes chers a mon coeur qui me repugne. Mais je me sentais comme ... comme si ce n'était plus vraiment moi mais quelqu'un d'autre , la véritable Saskia était cachée derrière ses sourires de façades et sa froideur envers les nés moldus . ''
'' La suite des événements elle tenait plus du rêve , du cauchemar et croyez moi j'ai vite payé pour ma bêtise . J'ai finit par ouvrir les yeux , bien trop tard et je ne pouvais plus rien faire que de suivre le mouvement , de faire semblant . J'ai fait semblant de n'en avoir rien a foutre de ces tortures comme si ça ne me touchait pas le moins du monde alors qu'en vérité ça m'était insoutenable . Je n'ai jamais fait preuve de violence physique sur eux c'était ma limite , je faisais déjà bien trop de mal mais je me suis comportée de manière odieuse en les insultant et leur rappelant leur statut de moins que rien parce que je ne voulais pas risquer de me compromettre , d'être jetée aux cachots . Mais ça ne me posait pas de problèmes , du moins c'est ce dont je me disais , du moment que je ne les regardais pas dans les yeux ; quand je le faisais croyez moi que je voyais l'image affreuse que j'y reflétait . ''

Il se mit a me toiser avec cette même expression et je ne savais si je devais y deviner du dégoût , de la compassion ou du désintérêt . Probablement aucun des trois ou le tout en un , chose qui serait méritée

- '' Et ensuite la fin vous la connaissez . ... La guerre , le bordel sans nom , les blessés , la panique . Ce bal c'était une brillante idée de ma soeur , qui finalement s'est avérée plus héroïque que je ne l'aurais pensé . Je me doutais des choses , d'une révolte qui se profilait même si Aniek avait pris soin de m'en dire le moins possible pour me préserver . Vous êtes en droit d'en douter mais croyez moi que même si j'en avais su plus pour rien au monde je ne l'aurais révélé aux Mangemorts . J'ai pesé le pour et le contre et finalement j'ai participé a cette révolte en compagnie des '' rebelles '' , me retournant contre ces monstres , autant pour sauver ma peau que par regrets même si je savais qu'Aniek n'était pas d'accord avec ça , elle avait peur qu'on me lynche ou que je sois blessée , elle voulais juste que je me tere dans mon coin mais il en était hors de question , je pouvais au moins faire ça . Je me suis retrouvée complètement paniquée , prise au dépourvu au cours de cette bataille où ça tirait de tous les côtés et j'ai lutté comme je le pouvais contre ses saletés de mangemorts avant de m'enfuir comme une lâche dans la foret ne sachant pas comment agir . Je n'avais aucun plan en faisant ça , c'était lâche mais pas le moins du monde planifié .
'' déclarais je fermement

'' Ensuite et bien j'ai eu cet sorte de dilemme dans mon esprit entre revenir et fuir et j'ai fait appel a ma raison et je suis retournée la bas , dans cette ferme aménagée . J'ai étais bien accueillie vous savez , le comble en sachant comment j'avais pu agir avec ces gens . Je me sentais comme une intrue , une lâche . J'ai essayé d'aider comme je le pouvais tout en me faisant discrète , parce que j'avais déjà fait bien trop de bêtises a mon goût ...
''

Je m'efforçais tant bien que mal de rester focalisée sur autre chose alors que je sentais les larmes me piquer les yeux .

'' - Ainsi s'achève mon histoire inspecteur
déclarais je en souriant '' Je me demande si vous vous attendiez a du sensationnel et si c'était le ças , j'espère que vous en avez bien profité'' balançais je d'un ton sévère , retrouvant quelque peu d'aplomb alors que ma colère prenait le pas sur ma tristesse , en colère pour ce que j'avais fait , pour le fait que me trouvais aujourd'hui traitée comme une criminelle . je voulais juste rentrer et oublier
©️ 2981 12289 0

( Poste validé par les modérateurs )


Dernière édition par Saskia S. Frowein le Ven 22 Sep - 19:18, édité 24 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6956-sun-moon-truth-jude-done?nid=3#157594http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6958-hey-jude-dont-make-it-baaaaad#157612http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6959-take-a-sad-song-and-make-it-better#157614http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6961-coffee-before-talk#157617http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6960-send-a-secret#157615

Arrivé(e) le : 27/10/2016
Parchemins rédigés : 107
Points : 7
Crédit : wildcookie (av) + crackintime (code)
Année : 5ième année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: Rencontre au sommet - Les convoqués   Ven 8 Sep - 0:11

We are all mistaken sometimes; sometimes we do wrong things, things that have bad consequences. But it does not mean we are evil, or that we cannot be trusted ever afterward. (@originecitation // beerus)
mistaken
☆ Jude ☆

Assise sur une chaise dans une salle bien spartiate du Ministère, Jude fixait la porte sans un mot, sans détourner les yeux ni même cligner ceux-ci. Une table, deux chaises, une porte. Voilà tout ce qu'il y avait dans cette pièce dont l'atmosphère pesante, presque lourde, semblait l'étouffer petit à petit. Peut-être était-ce le stress, l'angoisse de cette « rencontre » comme ils – les Aurors venus la chercher – l'avaient annoncé. Elle se trouvait en route vers les cuisines pour une collation de l'après-midi, lorsque deux Aurors l'avait intercepté. À peine leur avaient-ils dit de les suivre que la lumière s'était faite dans la tête de la jeune fille. Sans doute avait-elle pâli car un des deux lui avait annoncé que ce n'était d'une simple petite discussion. Jude ne les croyait pas vraiment, sachant pertinemment ce qu'elle avait fait l'année précédente, même si cela n'avait été que pour sa protection, celle de son frère jumeau et aussi, pour récupérer des informations. Elle s'était ralliée à la cause des Pro Sangs-Purs et la voilà, assise sur cette chaise au dossier fortement inconfortable, à attendre le jugement et les explications qui allaient suivre. La porte s'ouvrit soudain et Jude ne bougea pas d'un centimètre, concentrant son regard sur le Sorcier qui venait de passer dans la petite pièce et d'y refermer soigneusement la porte. Il s'assit sur la chaise en face de la jeune Serpentard, un dossier remplit plein les mains, dossier qu'il déposa sur la table entre eux deux. Il se racla la gorge et commença à parler d'une voix forte.

« Peu après l’arrivée de votre directeur, vous avez déclaré être pro sang-pur, ce qui signifie nécessairement que vous étiez prête à vous ranger du côté de Menesis Blackman dans sa quête pour éradiquer les nés-moldus du monde magique. Il semble qu’il ait été très facile pour vous de retourner votre veste pour suivre la nouvelle tendance e l’école. Il prit une inspiration, et continua sur sa lancée. Pourtant, à la suite de votre déclaration, vous n’avez pas forcément agi d’une manière ou d’une autre pour prouver vos convictions. Nous nous demandons donc si c’était des paroles en l’air destinées à vous faire bien voir du nouveau directeur. Vous devez réaliser que vos actes peuvent avoir des conséquences et que parfois il vaut mieux se taire et ne pas trop parler.  »

Il la fixa droit dans les yeux avant de continuer une dernière fois. « J’aimerais beaucoup connaitre votre version des faits. Pourriez-vous, s’il vous plait, m’expliquer ce qu’il s’est passé ? Chaque détail compte, soyez précis. »

Jude remua sur sa chaise, cherchant ses mots, rassemblant ses pensées, comme elle l'avait fait durant une majeure partie de l'été avec la Psychomage. Elle savait que cela ne serait pas facile, pas plus que la première fois où elle s'était confiée, mais elle n'avait pas le choix. Fermant les yeux une seconde, elle remit au jour tous les souvenirs qu'elle gardait casés dans un coin de sa tête, non oubliés, mais pas non plus en première place dans son esprit.

- Vous n'êtes certainement pas dans l'ignorance du cas de mon jumeau, si je ne m'abuse, Monsieur? Mordu par un Loup-Garou un an avant notre entrée à Poudlard, son cas est devenu une priorité pour moi et ma famille à cacher, le plus possible. Bien qu'ils ne soient plus chassés comme autrefois, ils ne sont toutefois pas les plus appréciés, comme espèce. Avant Blackman, il y avait les Professeurs au courant de son cas, et aussi un Maître des Potions pour lui fournir la potion adéquate. Par la suite, lors de cette nuit d'Halloween, lorsque Blackman a prit le pouvoir de l'école et relégué tous les Nés-Moldus au fin fond des cachots, là où même les Serpentards n'osent que peu aller, j'ai eu peur pour mon frère. S'il mettait les Nés-Moldus au fin fond des cachots humides, sans chaleur, sans condition de vie propice, qu'arriverait-il s'il découvrait par malheur que mon jumeau n'est pas totalement Sorcier, une bête sauvage une fois par mois? Un demi-humain. Je ne voulais même pas y penser, ne laissant même pas cette idée effleurer mon esprit. Alors j'ai pris une décision. Je savais que j'allais risquer beaucoup au final, mais j'ai pris cette décision. Je devais protéger mon jumeau de son influence néfaste alors je me suis déclarée, moi, Jude O'Connell, Pro Sang-Pur. Je me suis dit que cela metterait ma famille au complet à l'abri. Mes parents, quoique Sang-Pur tous les deux, ne sont pas ouvertement pour la supprémacie Sang-Pur. Au contraire, ils acceptent avec plaisir les différences, qu'elles soient non-sorcières, né-moldus, que ce soit une créature … Alors je me devais de les protéger eux aussi. Qu'aurait-il fait à mes parents? J'avais peur, je voulais absolument faire en sorte que rien ne leur arrive, alors j'ai prêté allégeance au nouveau Directeur. Puis, tant qu'à lui avoir juré allégeance, je me suis dit que je pourrais ainsi gagner leur confiance – à lui et ses Mangemorts – pour grapiller des informations avec plus d'aisance. Quoi de mieux qu'une déclaration au milieu de tous?

Là a commencé ma descente aux enfers, si l'on puis dire ainsi. Oui, j'ai commis certaines actions regrettables, mais la plupart du temps, je me contentait de regarder, de participer le moins possible à moins d'y être spécifiquement obligée par l'un de ceux avec qui je trainais, mais j'ai aussi appris à me fondre dans la masse, glânant au passage leur confiance. Alors, cela fait, je pouvais faire ce que bon me semblait, dans la mesure du raisonnable, dans le Château. De temps à autre, au détour de couloirs sombres et déserts, j'échappais malencontreusement une pomme, du pain, quelques petites choses du genre à manger, alors qu'un des Nés-Moldus emprisonnés faisait le … ménage. Parfois, c'était un petit coup de baguette pour ledit ménage, d'autre fois, des sorts de soins ou pour les réchauffer. Pas souvent, certes, je ne devais pas griller ma couverture. Je m'étais isolée de tout le monde, et un jour, lorsqu'il y a eu la révolte où Johanne, une petite de Gryffindor de première année à été brûlée à vif avec un vif d'or, j'ai décidé que je n'en pouvais plus. Alors que certains étudiants avaient été tirés dans une salle pour se faire torturé au Doloris pour leur implication dans la révolte, j'ai usé de la confiance des Mangemorts et tenté de m'infiltrer dans ladite salle, bien gardée, d'où j,entendais le cri de mes amis.

C'était horrible de les entendre souffrir ainsi, à l'agonie. Au final, nous avons échoués et terminés notre soirée dans une salle sombre, sans rien d'autre que la compagnie des autres qui avaient embarqués avec moi pour essayer de libérer les élèves. Au bout de quelques heures, ils nous ont libérés sans rien d'autre. Quelques semaines plus tard, nous avions tous été convoqués dans la Grande Salle. Chaque personne ayant participé à cette tentative de sauvetage avait été ammené sur le devant de la table des professeurs, avec, devant lui ou elle, la personne la plus chère à son cœur. Ami, famille … On nous a donné un fouet. C'était le fouet, ou pire.


Jude frissonna à ce souvenir, ferma les yeux une fraction de seconde et avala le verre d'eau qui se trouvait devant elle d'une traite. Quand était-il apparu devant elle, elle n'aurait pu le dire. Avec une inspiration, elle reprit son récit là où elle l'avait arrêté.

- Pour ma part, ils avaient trainés Scorpius devant moi. Dans ses yeux, j'avais pu lire plein de choses, dont l'étonnement que moi, qui avait coupé tout contact avec lui depuis cette soirée d'Halloween, avait tenté de le sauver. Il me suppliait de le fouetter, car tous les deux savions qu'il y avait pire qui nous attendait si nous ne faisions pas cela. Alors je l'ai fait, et lui, se tenait droit, sans trop broncher. Il était le plus vieux, il devait essayer de se montrer fort pour les plus jeunes, sans aucun doute. Cette soirée me hante encore …

Par la suite, j'ai commencé à reprendre lentement contact avec Scorpius, lui laissant des fioles de potions diverses et variées. Il pouvait les utiliser pour lui ou les autres, même si sa tante est la Maître des Potions. Enfin bref. Puis, un jour, j'ai reçu une lettre de Scorpius me demandant d'organiser un Bal, quelque chose qui regrouperait les Pro Sangs-Purs, une partie des Mangemorts et probablement Blackman lui-même. Quelque chose qui les occuperaient pendant que, cachés et préparés, nous allions essayer de faire sauter les barrière du Château, de se battre pour faire sortir les jeunes emprisonnés ou simplement essayer de se défaire du plus de Mangemorts possibles. J'ai suivi Scorpius aux cachots, et après une bataille, des sortillèges, et de la chance, nous avons finalement été en mesure de faire sortir ceux qui étaient emprisonnés. Par la suite, nous avons été rejoindre les différents champs de bataille, séparés et une fois que la bataille fut terminés et que nous avons été en mesure de tous sortir, de pouvoir être libres, j'ai été emmené à la Ferme. J'y ai passé le reste de mon été avec un Psychomage, et à essayer de regagner la confiance de certains, même si je sais que ce n'est pas gagné.


Voilà, tout était dit. Elle prit une inspiration, comme si elle avait retenu son souffle trop longtemps, et baissa le regard, nerveuse de ce qui allait lui arriver. Mordillant ses lèvres jusqu'au sang, elle attendait alors qu'un silence pesant planait peu à peu dans la pièce, menaçant de la faire craquer. Les larmes qu'elle avait retenu pendant trop longtemps roulèrent sur ses joues, une larme, deux larmes. Elle s'en voulait tellement, tellement qu'elle n'arrivait plus que difficilement à vivre avec elle-même, malgré son aide pour la bataille finale et sa participation à une tentative de rébellion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 13/08/2011
Parchemins rédigés : 1063
Points : 28
Crédit : Little.
PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin:
Disponible pour un RP ?:
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: Rencontre au sommet - Les convoqués   Dim 24 Sep - 18:51


Rencontre au sommet


Ce fut une longue journée qui vient de se dérouler mais qui malheureusement ne touche pas encore à sa fin pour tout le monde. Certains ont su démontrer leur innocence dans cette histoire, d'autres au contraire sont loin de s'en sortir aussi bien. Certaines interrogations subsistes, des témoignages sont demandés pour comprendre ce qu'il en est vraiment et pour prendre une décision définitive sur l'innocence ou non de certains accusés.

Professeur S. Shafiq : "Vous dites ne pas avoir durci la condition des nés-moldus. Il se trouve que si, nous avons un témoignage dans ce sens, celui de Miss Griffith. Vous prônez votre statut de professeur mais vous avez refusé de répondre à ses questions concernant un de vos cours en prétextant qu'elle n'était pas venue dans votre salle de classe pour apprendre mais pour nettoyer vos vitres. Non seulement vous ne l'avez pas aidée, mais vous l'avez faite punir en plus. Il n'y avait pas de mangemort témoin de cette scène, alors pourquoi s'être acharné ? Pourquoi ne pas l'avoir aidée comme vous dites l'avoir fait pour d'autres nés-moldus et pourquoi avoir durci sa condition déjà précaire ? Vous dites être responsable de la vie et du bien-être de TOUS les élèves, même des plus jeunes. Ce n'est pas ce que cet évènement montre..." Nous sommes navrés mais au vu de l'ensemble des informations que nous avons recueillies aujourd'hui, nous ne pouvons pas nous permettre de vous déclarer non-coupable. Vous allez être mis à pied de Poudlard et nous allons devoir continuer notre enquête pour mieux comprendre vos implications avec les Mangemorts.

Tracy A. Bennett : Au vu de ce que vous nous avez dit et de ce que nous avons entendu aujourd'hui de la part de l'ensemble des personnes interrogées, nous avons conclu que vous n'étiez qu'une victime de plus des Mangemorts. Aucune charge n'est retenue contre vous Mademoiselle Bennett, vous êtes déclarée non-coupable et vous pouvez repartir à Poudlard et reprendre - nous l'espérons de tout coeur - une vie normale. Bon courage à vous et bonne continuation.

Narcissa A. Breckenridge : Votre témoignage est assez clair et concis, malheureusement, il n'a pas persuadé l'ensemble des jurés de votre bonne foi. Nous aimerions donc entendre le témoignage de Mademoiselle Rosenbach afin de vérifier la véracité de vos propos. Vous comprendrez aisément que nous ne pouvons pas simplement vous croire sur parole quand vous nous dites que vous jouiez les agents doubles. Aux yeux de certains jurés, cela ne ressemble qu'à une tentative de s'accrocher aux branches pour ne pas tomber, rien de plus.

Shaelyn E. Caldwell : Merci pour votre témoignage, au vu de ce que vous nous avez dit et de l'ensemble des témoignages que nous avons entendu aujourd'hui, il nous est apparu clair que vous n'aviez aucun rapport avec M. Blackman. Vous êtes déclarée non-coupable et vous êtes libre de partir et de retourner à Poudlard reprendre vos études. Bon courage à vous Mademoiselle Caldwell.

Rioghbhardan O’Callaghan : Merci pour votre témoignage. Nous n'allons pas vous cacher que nous nous sommes posés quand même quelques questions sur votre intégrité et sur votre honnêteté. Mais au vu d'un témoignage d'une de vos camarades, Mademoiselle Cooper, qui a mis en lumière votre capacité à venir en aide à vos camarades Nés moldus quand le besoin s'en faisait sentir, nous avons décidé de vous désigner non-coupable. Cependant, tâchez de réfléchir à tout ça et d'apprendre que chaque acte à ses conséquences et qu'elles peuvent être parfois bien plus importantes qu'on pourrait le croire. Vous êtes libre de retourner à Poudlard. Bonne continuation à vous M. O'Callaghan.

Saskia Frowein : "Merci pour votre témoignage malheureusement nous restons assez perplexe face à tout ça. Nous n'arrivons toujours pas à déterminer quelles ont été réellement vos implications dans cette histoire. Avez-vous participé, de près ou de loin à des tortures contre vos camarades ? Avez-vous été torturé par les Mangemorts ? Avez-vous dénoncé certains de vos camarades pour rester dans les bonnes grâces des Mangemorts ? Et pourquoi votre soeur, qui faisait partie de la rébellion, a-t-elle jugé de ne pas vous tenir informée de ses intentions ?"

Naïa Rosenberg : Merci pour votre témoignage, très clair et concis ... Cependant vous n'êtes pas sans savoir que certains de vos camarades ont aussi témoigné aujourd'hui et des informations supplémentaires sont apparues. Vous n'apparaissez pas comme une personne digne de confiance et il serait réellement inconscient de notre part de vous laissez retourner librement à Poudlard pour reprendre le cours normal de votre vie. A la lumière des éléments qui nous ont été présenté, vous êtes mise à pied de Poudlard et nous allons continuer notre enquête afin de déterminer jusqu'à quel point vous avez été impliqué dans cette histoire.

Jude O’Connell : Merci pour votre témoignage, au vu de ce que vous nous avez dit et de l'ensemble des témoignages que nous avons entendu aujourd'hui, il nous est apparu clair que vous n'aviez aucun rapport avec M. Blackman. Vous êtes déclarée non-coupable et vous êtes libre de partir et de retourner à Poudlard reprendre vos études. Bon courage à vous Mademoiselle O'Connell.

La journée se termine pour Mademoiselle Bennett, M. O'Callaghan, Mademoiselle Caldwell et Mademoiselle O'Connell. Les choses ne font que commencer pour le professeur Shafiq et Mademoiselle Rosenberg et malheureusement la journée continue pour les demoiselles Breckenridge et Frowein. Les personnes désignées non-coupables sont ramenées à Poudlard, tandis que les personnes désignées coupables vont devoir quitter Poudlard et seront étroitement surveillées par des Aurors jusqu'à la fin de leur procès.

HJ : Pour quasiment l'ensemble des personnes interrogées, c'est le retour à Poudlard. Pour Miss Frowein et Miss Breckenridge, il reste encore quelques éclaircissements à faire. Miss Rosenbach va devoir témoigner pour tenter de sauver ou non sa camarade. Quant au Professeur Shafiq et à Naïa Rosenberg, l'aventure s'arrête ici. Le professeur Shafiq est destitué de ses fonctions à Poudlard et Naïa est renvoyée.
Vous êtes libre de jouer vos personnages en tant "qu'adulte" ou de changer de personnage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 07/07/2017
Parchemins rédigés : 288
Points : 11
PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: aucun ( enfin dans une autre vie peut être )

MessageSujet: Re: Rencontre au sommet - Les convoqués   Dim 24 Sep - 20:20



Mesdames et messieurs les jurés bonjour ,

je viens a vous car suite a mon jugement et la décision me concernant encore en suspens , je souhaiterais faire appel si la défense me l'accorde a un témoin , représenté en la personne de Logan A Light , personnellement au courant de certains faits me concernant pouvant je l'estime être d'une grande importance dans la suite des choses . Je vous prie d'agréer mes plus sincères salutations en vous remerciant d'avance pour votre réponse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6178-you-can-tell-jesus-that-the-bitch-is-back-ash-finihttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6184-hello-darkness-my-old-friend-ashhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6183-fiche-rp-ashhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6182-les-courriers-d-ashleyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6181-envoi-une-lettre-si-tu-peux-ash

Arrivé(e) le : 01/06/2016
Parchemins rédigés : 1238
Points : 0
Crédit : Kaya Scodelario - (moi)
Année : 6ème - 17 ans

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Professeur L. Ziegler

MessageSujet: Re: Rencontre au sommet - Les convoqués   Dim 24 Sep - 20:51

ASHLEY
AU
MINISTERE
TEMOIGNAGES ET VERITES ?
[SEPT 2023]
J’avais eu vent que des élèves et professeurs (un seul pour ce dernier mais bref) avaient été convoqué au ministère pour parler de l’affaire mangemort de l’année scolaire dernière. Dans le fond, je m’en foutais un peu, mais je ne pouvais m’empêcher de trouver cela très con. Ils avait certainement du capturer certains mangemorts et ont du les interroger sur leur moyen pour avoir pu pénétrer Poudlard et ainsi de suite, alors interroger les élèves... certes des élèves qui avaient avoué leur allégeance pro-sang-pur – même si pour certain on le savait déjà *tousse* Naïa *tousse* – mais bon ce n’était pas comme si c’était répréhensible. Il y a une frontière entre pensées et actes que le ministère actuel n’avait semble-t-il, pas conscience.

Donc ! Concrètement je m’en foutais, et je vivais ma vie comme n’importe quelle personne qui s’en foutait de l’actualité : je fumais une clope nonchalamment, mon dos appuyé contre un mur, comptant mentalement l’argent qu’il me restait pour pouvoir acheter d’autres clopes – et de l’alcool aussi soit dit en passant. C’est donc dans mes pensées les plus profondes et les plus sombres qu’un sorcier apparu devant moi – certainement grâce à la magie de téléportation connu sous un nom dont je ne me souviens plus la teneur et potentiellement dangereuse pour les membres du sorcier si mal contrôlée. Bref. Un sorcier a déboulé en face de moi – comment il a sut que j’étais là ? – et j’ai failli m’étouffer avec une bouffée de ma clope tellement j’étais surprise. Sur le coup je faillis me jeter sur lui pour lui foutre un coup dans les boules – mon réflexe premier avant celui de dégainer ma baguette – mais bizarrement je me retins. La sagesse de l’âge ? Ou simplement le visage de la personne qui m’inspirait plus confiance que tous les visages de mangemorts que j’ai rencontré durant mon année scolaire désastreuse ? Je ne saurais le dire. Dans tout les cas, il eut la présence d’esprit de me demander si j’allais bien, avant de me faire le topo.
J’allais devoir témoigner à propos de la plaidoirie de Breckenridge.
Autant dire que... j’étais quelque peu choquée.

Je détestais le ministère depuis le premier jour où j’ai mis le pied sur leur dalle de pierre pourrie. C'est-à-dire, quand j’ai été jugé pour acte de magie sur moldue, lorsque je faillis me faire violer par des violeurs en série. Je n’étais pas une bonne élève, loin de là, alors beaucoup d’entre eux avaient certainement dut se dire que le mieux aurait été de me virer de Poudlard pour ne pas nuire à sa réputation. Le fait est qu’au vu des circonstances atténuantes et du fait que j’étais mineure, j’ai été acquittée. Mais cela ne m’empêcha pas de garder une image mauvaise du ministère, surtout sachant qu’ils ont été aussi pathétiquement mis en échec par les mangemorts lors de leur première attaque.
Bref, je n’aimais pas me retrouver au ministère, et c’était clairement là que je me rendais pour tenter de sauver la peau des fesses pleines des cellulites de Narcissa.

On m’exposa les faits. Moi, assise au centre de la pièce, tandis que les juges étaient assis dans les estrades formant de jolis arcs de cercle tout autour de moi, et que le chef des opérations trônaient en face de moi. Mon visage était froid et presque indifférent tandis que je toisais la personne qui me résumait la plaidoirie de Breckenridge. Durant ce résumé, je ne pus m’empêcher de jeter un regard en direction de l’accusé. Un regard tout aussi froid que mon expression, qui, en somme, ne présageait rien de bon.
Le résumé fut finit, et mon regard revint immédiatement vers le ministre de la magie. Un sourire carnassier prit place sur mon visage, alors que je pris finalement la parole.

« L’idée de savoir Narcissa derrière les barreaux tel un animal de cirque bon marché m’est extrêmement plaisante. Je serais presque tentée. » Mon regard se tourna à nouveau vers Narcissa, un regard qui se voulait moqueur et appréciateur de la situation, avant de m’en retourner vers le ministre. « Presque. » Mon visage se durcit. « Pardonnez l’expression de mes paroles, » je me fis l’effort de prononcer cette phrase, et quiconque me connaissait assez bien pouvait très clairement voir sur mon visage que c’était un effort surhumain. « Mais je trouve cette situation complètement conne. Vous voulez juger des personnes dans des circonstances propices aux actes désespérés pour pouvoir survivre. Jouer le jeu des mangemorts, jouer double jeu, faire semblant. Vous jugez pour la plupart des mineurs qui ont été influencé par la situation et qui ont préféré vouloir survivre plutôt que de se faire punir. C’est lâche, certes, mais c’est compréhensible – contrairement à ce que vous faites, d’ailleurs. Il est vrai que concernant Rioghbhardan, » j’écorchais d’ailleurs totalement son prénom, « des doutes peuvent être émis, pareillement pour le professeur Shafiq que je ne connais pas – je ne m’avancerai donc pas sur son cas. Cependant il ne faut pas confondre ce que l’on peut penser et ce que l’on peut faire. Il en existe plein, des sorciers pro-sang-pur, qui ne sont pas pour autant des mangemorts. La liberté d’expression existe encore, je crois. » Je poussais un soupire. « Enfin bref. Narcissa Breckenridge est bel et bien venue vers moi, alors que l’on se déteste, pour faire alliance. Elle me sauva à quelques reprises de situations pouvant être catastrophique pour ma vie, car je suis « incapable de réfléchir avant d’agir et complètement dénuée de toute intelligence », comme elle dirait. Une tête brûlée, en somme. J’avoue avoir doutée d’elle, car comme répétée, on ne s’aime pas, alors c’est genre trop bizarre qu’elle vienne me voir moi. Apparemment c’est car je suis tellement chiante et malaimée que personne ne soupçonnerait que je puisse faire alliance avec qui que ce soit pour mener une rébellion. Et d’après l’autre serdaigle, je serais plus difficile à atteindre avec la légilimencis ou autre car j’suis têtue et bornée. Bref. » Je marquais une légère pause pour replacer mes idées, bien que j'avais l'impression de m'emmêler plus qu'autre chose. « Je ne pense pas que Breckenridge soit quelqu’un de fondamentalement mauvais, pareillement pour toutes les personnes qui ont été convoqué – excepté Shafiq que je ne connais pas donc. Elle a voulu se protéger, tout comme la plupart des gens. Faire l’autruche, comploter ou autre. Je crois bien que si je n’avais pas été née moldue, j’aurais fais pareille que les autres : j’aurais ignoré et insulté les nés moldus, « accepté » la situation. Et bien que j’aimerais en voir certains derrière les barreaux comme Breckenridge ou Rosenberg, bien que ces mêmes personnes soient particulièrement chiantes, mesquines, des têtes à batte professionnelles – genre je leur foutrais bien ma batte de Quidditch en pleine face et voir leur sang coulé sur leur visage de connes –, je trouverai cela particulièrement injuste de les condamner pour leurs potentiels idéaux. Il y a eut des circonstances qui ont conduits à des actes, cela ne veut pas dire qu’en tant normal elles l’auraient fait. Enfin je me trompe peut-être. Après tout, de ce que j’en ai vu, Breckymoche n’a pas semblé se sentir très coupable. » J’haussais les épaules avec nonchalance, le regard presque empreint d’un défi jubilatoire, alors que je finissais mon discours. « Condamnez-les, j’m’en moque. Mon avis sur la question, c’est que dans ce cas, vous seriez des idiots finis et désespérés. Désespérés car vous avez voulu faire appel à moi pour sauver les fesses en décomposition de Narcissa Breckenridge. Moi. Celle qui doit avoir certainement le moins de charisme et le moins de talent d’oratrice. J’en rigolerai presque. »

CODAGE PAR AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 07/07/2017
Parchemins rédigés : 288
Points : 11
PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: aucun ( enfin dans une autre vie peut être )

MessageSujet: Re: Rencontre au sommet - Les convoqués   Dim 24 Sep - 23:27


❝ La verité de demain se nourrit du mensonge d'hier ❞Saskia S. Frowein




Saskia tournait en rond comme un lion en cage , faisant les cents pas , comptant ces derniers de manière quasi obssessionelle . La pièce était sombre et étroite , assez vetuste , tout ce qui fallait pour renforcer l'impression de claustrophie de la jeune fille . Il y avait aussi une horloge mais elle s'était résolue a arrêter de la fixer au bout d'une dizaine de minutes a devenir presque folle , les yeux rivés sur l'aiguille bougeant frénétiquement . La notion de temps était changée ici , le temps s'écoulant bien trop lentement a son goût . Elle était de nature patience alors elle savait prendre sur elle mais la en période de stress , elle était a deux doigts d'en arriver a taper du poing sur la vitre sans teint la séparant du reste du monde . Ca aurait au moins le mérite de la soulager même si ça n'améliorerait surement pas son cas , la faisant apparaître plus comme une folle qu'autre chose . Alors elle fit appelle a tout le calme possible et pris son mal en patience , s'asseyant tranquillement , se mettant somnoler a moitié bien que l'anxiété qui lui donnait envie de vomir rendait impossible la perspective de dormir, . Bientôt , quelqu'un rentrait soudainement surgissant dans son champ de vision accompagné d'un bruit de claquement de porte d'une violence certaine , et Saskia se redresse le corps parcourut d'un sursaut , chose qui semblait devenir une habitude . Pour des hommes de cette fonction , ils n'avaient pas vraiment beaucoup de politesse . A moins que le but voulut ne soit justement cela , l'énerver ..
Elle se mit a le toiser avec une pointe de nonchalence , le corps crispé ..

'' Quel est le verdict ?
Demande t'elle nerveusement , l'anxiété occasionnée faisant battre son cœur a la chamade .

En fait elle espérait de tout ce qu'elle pouvait pouvoir sortir au plus vite d'ici mais la vie était une pute des fois et c'était bien trop simple pour ce que soit le cas . Et puis trop de temps s'était écoulé pour que la procédure soit normale . D'autant qu'elle savait qu'elle ne s'était probablement pas défendue a la perfection . Elle tendit l'oreille


'' Malheureusement je suis au regret de vous annoncer que vous n'êtes malgré tout pas encore libre . Nous vous remercions pour votre témoignage et votre sincérité mais hélas un certain nombre de choses restent encore floues , qui font que ,nous ne connaissons pas vraiment votre implication réelle vis a vis du cours des événements
… Enonce t'il , laissant Saskia entre le choc et la fureur

Elle allait donc rester des heures de plus dans cet état et risquer la prison . Elle s'était fourrée dans un merdier pas possible Elle était furieuse envers le monde entier , envers le ministère , les gens qui avaient pu l'impliquer d'une manière ou une autre , et surtout elle même …

Elle reste silencieuse un moment tentant de réfléchir a une solution en prenant appui sur ce qu'elle avait pu voir dans les films , quelque chose d'assez convaincant . Elle opta le pour et le contre , finissant par se résoudre , de toute manière dans sa situation elle n'avait plus grand chose a perdre

Elle se redresse , regardant l'homme dans les yeux

'' Je désire faire appel a un témoin si vous me l'accordez . Déclare t'elle solennellement . J'estime qu'il est au courant d'un certain nombre de choses qui pourraient éclaircir la situation . ''



L'inspecteur l'étudie quelques instants , réfléchissant surement un peu avant de prendre la parole

'' Accordé . Nous nous chargerons de le ramener jusqu'ici au plus vite . Son nom ? ''

'' Logan A Light '' elle déclare presque a contre cœur . '' Il se fera une joie de vous dire la vérité '' . lâche t'elle avec une pointe d'ironie


Elle ne voulait rien laisser paraître mais alors qu'il s'en va , elle se retrouve a serrer les dents , la tête entre les mains en signe de désespoir . Elle aurais beau dire la vérité que même qu'elle pensait que Logan ferait son maximum pour la protéger , ne serait ce que par il se sentait redevable envers elle , elle ne pouvais pas s'empêcher d'être effrayée .. Elle se sentait a mi chemin entre une soldat prête pour partir au combat et une princesse en détresse . Même si actuellement elle était plus proche de la princesse en détresse attendant désespérément l'aide de son principe charmant

©️ 2981 12289 0
[color=#ff0000]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 05/06/2014
Parchemins rédigés : 1518
Points : 9
Crédit : lilousilver (bazzart)
Année : 5e année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Non

MessageSujet: Re: Rencontre au sommet - Les convoqués   Dim 8 Oct - 16:46

Témoignage pour SaskiaLogan avait été appelée par son amie Saskia à témoigner dans son procès au Ministère. Après tout, ils étaient amis et elle avait bien protégée son secret depuis qu'elle le connaissait. C'était important pour lui de le faire alors. Même si elle l'avait demandé durant une ballade dans le parc de l'école.

Il entra dans le Ministère et fila vers le lieu du procès avant d'entrer. Il se placa à la barre des témoins dès qu'on le lui demanda. On lui demanda de décliner son identité. Evidemment, c'était comme ça chez les Moldus comme chez les sorciers et encore plus après les temps troublés qu'ils venaient de finir.Il dit donc:


-Je suis Logan Alexander Light. Je suis de Sang-Pur et je viens témoigner pour Saskia S. Frowein.

Il attendit que les jurés en aient pris note puis il se décida à commencer à témoigner. Il prit une respiration avant car sa tirade serait sûrement longue. Il dit:

-Je tiens à dire que Saskia a bien assisté à des tortures sur les Nés-Moldus sans rien dire mais elle ne leur a jamais rien fait. Elle n'a jamais dénoncé personne. Enfin elle l'a fait mais c'était pour protéger son image de Sang-Pur et pour se montrer virulente envers les Nés-Moldus. D'ailleurs, les mages noirs ont eu des suspicions mais elle a mené sa barque pour rester à flot et ne pas laisser paraître son changement de camp. D'ailleurs, le jour de la révolte, je crois qu'elle a combattu avec les autres les Mangemorts. Sa soeut ne l'a pas tenu au courant parce qu'elle ne voulait pas que Saskia prenne de risques.

Logan s'arrêta deux minutes. Maintenant, il devait parler de son secret, le fait qu'il sorte avec un Né-Moldu et que Saskia l'avait gardé. Mais il ne devait pas tout dire non plus, il ne voulait pas mettre Maxim en danger et se mettre ses parents à dos. Parce que oui ses frères et sa soeur savais mais pas ses parents, pro Sang-Pur depuis des générations. Pour eux, il sortait avec Thomas. Il regarda l'assemblée puis il dit:

-Et puis elle a aussi su gardé un de mes secrets. Disons que j'ai des relations avec des Nés-Moldus (un en particulier) alors que je suis d'une famille de Sang-Pur et pro-Sang Pur depuis des années. Elle a su gardé ce secret et c'est très bien, ça prouve qu'elle n'est pas à la botte des Mangemorts. Enfin je tiens à dire qu'elle a grandi avec des traîtres à leur sang.

Le jeune Light était soulagé d'avoir dit tout ça. Il regarda son amie puis l'assemblée avant de dire ce que serait le verdict final. Enfin s'il avait le droit d'y participer bien sûr. En tout cas, une chose était sûre: il avait hâte de revoir son amie à Poudlard et qu'elle le remercie d'avoir témoigner pour elle...
©️ 2981 12289 0

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Rencontre au sommet - Les convoqués
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard, 19 ans après. :: Londres :: 
Dans Londres Sorcier
 :: Le Ministère de la Magie
-
Sauter vers: