AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [terminé]Happy Birthday To Us pv Madison

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7594-roxy-la-famille-trop-d-filleshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7605-roxy-rock-shttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7151-liu-xi-si-on-faisait-un-brin-de-causette#170239http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7607-roxy-attend-vos-longs-courriershttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7608-roxy-attend-vos-petits-mots

Arrivé(e) le : 27/02/2017
Parchemins rédigés : 322
Points : 12
Année : 2ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Liu Xi MacDougall

MessageSujet: [terminé]Happy Birthday To Us pv Madison   Lun 28 Aoû - 19:05



Happy Birthday to Us



J’étais rentrée maintenant depuis une semaine de la ferme. J’avais tellement attendu ce moment… j’ai du mal à croire que dans une semaine, il me faudra de nouveau retourner à Poudlard. Je ne suis pas sûre d’en avoir très envie. D’un côté, je vais retrouver mes amis… de l’autre à quoi va ressembler le château ? Je ne garde pas beaucoup de souvenir de la bataille, mais suffisamment pour appréhender mon retour. Et puis j’ai envie de profiter un peu de ma famille. Même si elle ne rend pas toujours cela facile.

Oh, ils ont été compréhensifs, ma grand-mère a convoqué un conseil de famille, où mes cousines et moi avons été invitées à raconter notre année. Pour pouvoir faire le point, pour pouvoir être consolée. Quand je dis invité…c’était soit ça, soit un psychomage. Gemma a fait ce dernier choix, mais Imo’, Minerva et moi, nous avons préféré en finir tout de suite. Parce que psychomage ou pas, il ne fallait pas se leurrer : nos parents, nos cousines, tout le monde nous poserait des questions.
La bataille, ça n’a pas été le plus difficile à raconter, je n’en garde que quelques bribes de souvenir : j’entends les cris de Milo, de Snow, je nous vois essayer de l’aider avec Maddie tout en restant cachées. On arrive même à piquer une baguette. Il y a beaucoup de sang, beaucoup de bruits… Mais on ne s’en sort pas trop mal, jusqu’à ce qu’un Mangemort nous repère… Et là, c’est le drame. Maddie m’a dit que j’avais essayé de la pousser pour qu’elle ne soit pas touchée par le sort, moi je me le prends en plein visage. Je me souviens que j’ai mal, que je touche ma joue avant de tomber dans les pommes. Je suis restée inconsciente, alors je n’ai pas de souvenirs de la suite des évènements. Mais je crois que mon cerveau a tout de même enregistré quelques éléments… La nuit parfois, je me réveille parce que j’entends des cris. Je ne sais pas si ce sont les miens, à l’infirmerie pendant les soins, ou ceux de mes camarades. Je sais que ça finira par passer. Mais c’est étrange. Je suis chanceuse en un sens, de ne pas garder de souvenir précis des événements.

Non, le plus difficile, ça a été de raconter la découverte de mon nouveau visage… Je n’étais pas très chaude pour me plaindre à ce sujet, mais en même temps… enfin, on ne peut pas vraiment y échapper.
Alors j’ai raconté. J’avais demandé à Mrs MacDougall de me laisser seule face au miroir, mais elle n’a pas tenu sa promesse tout de suite. Mais quand elle a enlevé le bandage, j’ai compris pourquoi. C’était tellement moche que j’ai failli tomber à la renverse. Alors très calmement, comme si c’était un simple tableau, elle m’a expliqué ce que je voyais « la partie encore gonflée et craquelée, c’est les restes de ton hématome, la peau est distendue mais elle se ressert tout doucement : cela va bientôt disparaître. Ta cicatrice est épaisse pour l’instant et très rouge. Ça aussi, cela va changer avec le temps, elle va s’affiner, puis devenir rose, et avec le temps, elle devrait devenir blanche. Je te laisse maintenant »… J’ai posé ma main sur ma joue et je me suis mise à pleurer comme une madeleine. C’était moi ça maintenant ? J’étais salement amochée. Est-ce que je serais encore mignonne un jour ? Pour l’instant, j’avais juste l’impression d’être défigurée. Je me pris la violence de la bataille une nouvelle fois en plein visage… Mon dieu… Pauvre Madison, elle avait du tellement paniquer en voyant ma tête. Comment j’allais faire maintenant pour montrer mon visage au monde ? J’essayais de sourire, c’était encore très douloureux…et surtout pas très beau. Un sourire tout déraillé. J’étais dépitée. En colère. Pourquoi fallait-il que je garde une marque à tout jamais ? Je n’oublierai pas ce bal, je n’avais pas besoin d’avoir un souvenir perpétuel sur la joue. J’avais envie de me cacher sous ma couette, et de ne plus jamais sortir. Je n’avais aucune envie d’appeler Maddie pour qu’elle vienne me consoler. Je n’avais pas envie qu’on me console. Juste de frapper cet oreiller jusqu’à la fin du monde et de me planquer sous ma couette.
C’est ce que j’ai fait pendant un long moment, jusqu’à ce que je m’endorme épuisée. Laisser exploser ma colère, ça m’avait fait du bien. Je repris mon observation… Je pourrais toujours cacher ma joue avec une mèche de cheveux le temps que ça dégonfle, le temps que je m’habitue. Le temps que cette cicatrice devienne vraiment une part de moi. Je n’avais pas le choix. Elle était là. Parce que je m’étais battue, parce que je m’étais défendue. Même si j’avais peur, je décidai de ne pas avoir honte. Je voulais bien que Madison vienne me voir. Je n’osai pas encore sortir de l’infirmerie… Mais je ne pouvais pas me couper du monde, en tout cas pas de ma meilleure amie. Et j’étais sûre qu’elle me donnerait la force de traverser la suite des événements.

Je ne m’étais pas trompée… même si ma cicatrice ‘’attirait’’ le regard des gens là où je passais, ne pas être seule m’aider à me dire que ce n’était pas si grave. Et puis avec Maddie, les choses n’avaient pas vraiment changé, Tracy aussi n’avait pas fait de commentaire et nous avions même pu profiter de cette petite fête improvisée organisée par Madison. Je sortais de la ferme un peu plus sereine, en me disant que je surmonterai bien ça. Que les gens finiraient par s’habituer et moi aussi.

Mais ça, c’était avant de retourner à la maison.

En toute honnêteté, je m’habitue bien à mon visage. J’ai de moins en moins mal, je peux presque croquer dans une pomme et ma cicatrice rose n’est plus aussi impressionnante qu’au début. Mais je ne peux pas m’habituer au regard de mes parents et de mes cousines. Imogena qui ne peut pas s’empêcher de me dire qu’elle est désolée, qu’elle n’aurait jamais du m’aider à me préparer. Les petits qui me demandent si j’ai encore bobo. Liam qui me promet qu’il cassera les dents à quiconque se moque de moi. Ma mère qui ne peut s’empêcher de me dire que je suis toujours aussi jolie, que ça ne me change pas. Chacun y va de son petit commentaire… J’ai l’impression de représenter leur sentiment de culpabilité. De les rendre malheureux à chaque fois qu’ils me voient. Je ne suis pas toujours aussi jolie, je n’ai pas besoin qu’on me défende, j’y arriverai bien toute seule. Mais j’ai besoin qu’on m’accepte telle que je suis maintenant. C’est de la faute de personne. J’aimerais vraiment qu’ils le comprennent. J’aimerai vraiment qu’ils puissent m’aimer comme ça. Oublier mon mignon petit visage rond d’avant, et accepter que maintenant, il comporte une cicatrice. Que ce n’est pas si grave. Ça veut dire que je suis là, en vie. Que je me suis battue pour ça. Mais je ne peux pas les aider à oublier… Il faut que j’apprenne à supporter d’être un visage de malheur.

Quand mon père me propose d’organiser cette petite fête avec Madison, même s’il n’y a pas beaucoup de temps, je suis contente. Je crois que c’est le seul qui comprend un peu que je veux juste que les choses soient normales. Pas forcément comme avant, autant ne pas se leurrer, ça n’arrivera pas… les courriers sont partis et l’oncle et la tante de Maddie ont accepté.

Nous avons décoré le jardin de ma Grand-Mère, prévu un grand buffet, forcément, nous serons nombreux ! J’ai mis une jolie robe, le bracelet orange et bleu que Tracy m’a offert, ma cousine Imogena m’a coiffée, j’espère que ça chassera ses mauvais souvenirs. Il n’arrivera rien dans ce jardin.

Madison et sa famille arrive. J’ai à peine le temps de la saluait que ma Grand-Mère embraye et présente l’ensemble de la famille. Liam qui rentrera à Poudlard cette année, les petites Victoria, Maddie, et bébé Eléanor, Sophia qui habite en France et Violet qui vient des Etats-Unis, Amber qui est à l’université. Et puis mes oncles et tantes… La famille Bloom se présente à son tour, le fameux Jay, ainsi qu’Ethan et Hope. Mais heureusement pour nous, je finis par réussir à soutirer mon amie à ma grand-mère, je ne peux rien pour sa famille mais mes parents s’en chargeront : « Grand-Mère, je t’emprunte Madison, il faut absolument que je lui montre tes fleurs, elle adore et elle s’y connait ! Je te la rends dès que j’ai fini. »

Je la prends par la main et je l’entraîne calmement vers les parterres de fleurs et les rosiers de ma grand-mère…
« Madison, je suis trop contente de te revoir ! Alors ça va ? t’es pas trop traumatisée par tout ce monde ? Tu as fait quoi de tes vacances ? »

Je la sers fort dans mes bras, je suis tellement contente de la voir ! « Je te kidnappe un peu, tu crois que tes cousins vont m’en vouloir ? » je lui demande avec un sourire. On peut y retourner si elle veut. Mais dans deux minutes !»








Dernière édition par Roxy M. Reid le Dim 14 Jan - 11:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7573-madison-p-leynd-o-a-la-decouverte-de-la-petite-maladroite-dont-le-sourire-est-eternel-ohttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7578-madison-p-leynd-o-la-petite-maladroite-dont-le-sourire-est-eternel-ohttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7579-les-p-tits-rps-de-maddiehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7583-o-boite-aux-lettres-de-madison-ohttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7582-petits-courriers-pour-madison-envoyez-un-hibou-express-avec-edelweiss

Arrivé(e) le : 21/02/2017
Parchemins rédigés : 595
Points : 3
Crédit : You_Complete_Mess (crimsonday)-> Signature
Année : 2ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Aucun

MessageSujet: Re: [terminé]Happy Birthday To Us pv Madison   Jeu 31 Aoû - 3:05

Happy Birthday to us

J'avais plus sourit en un jour qu'en une semaine. Grâce à un mot, grâce à quelques phrases, grâce à une lettre...enfin deux plus exactement, de ma meilleure amie. Désormais un grand sourire illuminait mon visage jusqu'aux oreilles, si bien que mon cousin Ethan me disait que mon bonheur était contagieux. Il m'en voyait réjouie.

Le sourire n'avait pas beaucoup été présent depuis que j'étais rentrée à la maison il y a une semaine. Pleurs et culpabilité se lisait sur les traits de ma famille et bien que je les aimais de tout mon coeur, j'avais pris soin de les éviter quelque peu. Subir déjà ma culpabilité était déjà quelque chose de difficile mais vivre celle des autres étaient encore plus compliqué. Jay ne cessait de me répéter que c'était de sa faute si j'étais entrée dans cette école, que si il ne m'avait jamais révélé que j'étais une sorcière je n'aurais jamais vécu ça. Ethan préférait baisser les yeux et ne plaisantait plus avec moi, ayant peur que je me vexe ou qu'il me rappelle un évènement douloureux. Hope était complètement indifférente à ma présence, elle me fuyait comme la peste alors que nous étions pourtant camarades de jeux avant. Mais le pire était sans doute le regard de mon Oncle et de ma Tante. Mon Oncle s'était contenté les premiers jours de me prendre dans ses bras sans rien me dire, je l'entendais dès fois soupirer. Ma Tante elle pleurait tout le temps, elle ne dormait pas, veillait sur moi comme si j'allais m'effondrer dans les secondes qui allaient suivre. Elle m'avait fait retourner à l'hôpital alors que j'étais guérie. J'avais dû mentir au médecin moldu en prétextant une chute à vélo, alors que je n'avais jamais mis un pied sur un vélo. Ce qui m'a sans doute fait le plus de mal est quand je suis arrivée à la maison, qu'elle s'est effondrée par terre en disant: "J'avais fait la promesse à ta mère de te protéger, je l'ai perdu et j'ai faillis te perdre". Cette phrase ne cessait de venir se glisser dans mes rêves la nuit. Projetant de sombres pensées, me faisant revivre mes affreux cauchemars. Je voulais juste que cela cesse mais mes désirs ne devenait pas réalité aussi facilement. J'avais convaincu ma Tante de ne pas me donner de somnifère. Il ne manquerait plus que les sédatifs empire mes cauchemars. Alors j'avais serré les dents, avait lu des histoires avant de m'endormir, avait pris soin de recevoir des nouvelles de tout le monde pour savoir si ils allaient bien. Mes nuits étaient désormais beaucoup moins agitées même si elle ne restait pas calme. Les infusions de Camomille de ma Tante était juste infecte, mais je les buvait car je ne voulais pas l'inquiéter davantage. J'avais déjà tellement fait.

Durant cette semaine j'avais pris soin d'être une petite fille exemplaire. Ne voulant pas inquiéter ma famille, je mangeais toute mon assiette même si la faim n'était pas là. Mais hors de questions d'inquiéter qui que ce soit. Les premières nuits, j'avais installé un réveil toutes les trois heures pour empêcher mes cauchemars d'aller trop loin et à présent je faisais tout pour faire taire les quelques cris qui persistaient quand ma conscience allait trop loin. J'étais sage, je souriais même si tout le monde évitait mon sourire. Je prenais soin de m'occuper de moi avant de descendre, camouflais mes cernes de la manières que je pouvais, suivais les conseils d'Anoushka pour paraître moins fatiguée. J'avais conscience que j'agissais pour que ma famille ne soit pas inquiète mais que je ne prenais pas vraiment soin de moi. Mais je m'en fichais. Ma famille était tout pour moi, hors de question de les inquiéter davantage. Je devais être forte! Et le plus important...je ne parlais de Poudlard...sous aucun prétexte. Ma Tante avait relégué le sujet sous "interdit" même si elle ne l'avait pas dit explicitement, je savais que c'était comme ça qu'elle le voyait à chaque fois que ses yeux s'écarquillaient d'effroi quand elle me voyait en train de réviser. Poudlard...je n'avais pas su avant un bon moment si j'aurais le droit d'y retourner et bien que j'essayai de cacher mon inquiétude et ma tristesse, je ne pouvais pas lutter contre un visage expressif dont on m'avait pourvu dès la naissance. Alors j'avais pris mon courage à deux main, avait attrapé ma plume et vu que je ne pouvais pas parler de Poudlard à la maison, j'avais écrit à Cruz ce que j'avais sur le coeur. Bien sûr je n'avais pu passer à côté de l'interrogatoire du côté de ma Tante et de mon Oncle et c'est sans doute ce qui les avait poussé à ne pas vouloir dans un premier temps me remettre dans cette école que j'affectionnai temps. Mais les lettres de Cruz, rassurantes et extrêmement jolies m'avaient redonné confiance et quand elle avait écrit un message à destination de mon Oncle et de ma Tante je leur avait montré la lettre. Ma Tante à pleuré, puis elle m'a dit qu'elle ne voulait pas me perdre mais qu'elle voulait que je soit heureuse, enfin elle a écrit un mot à Cruz. Je ne sais pas ce qu'elle lui a raconté mais depuis ce jour là ma Tante a retrouvé le sourire. Ainsi que toute la famille. J'étais si heureuse.

Quand un hibou est venu taper contre ma fenêtre j'ai faillis faire tomber tous mes livres. Je ne connaissais pas ce hibou et pourtant je reconnu immédiatement l'écriture de la lettre. Roxy! C'était Roxy! Je savais déjà tout et avait déjà répondu avant que le facteur ne vienne mettre le courrier dans la boite aux lettres. J'avais donc sauté les marches quatre à quatre, loupant la dernière et ne manquant pas de m'affaler sur le sol du salon. J'avais donc tout raconté à mon Oncle et ma Tante avant que la lettre qui leur était destinée n'arrive. J'étais tellement heureuse que je sautai partout. Ma meilleure amie était tout ce que j'avais de plus précieux, alors savoir que nous allions nous revoir ne pouvait que m'emplir de joie. La dernière fois, elle se sentait mieux et nous avions pu organiser un goûter avec Tracy. Elle avait eut beaucoup de mal à se redécouvrir après la découverte de sa cicatrice et j'avais du rester bien plusieurs heures devant la porte de l'infirmerie roulée en boule en me demandant si ma meilleure amie allait bien. Puis on m'avait dit que je pouvais venir la voir et je l'avais découverte. Quiconque oserait dire que ma Roxy était moche avec sa cicatrice finirait mal. J'avais fait de mon mieux pour la consoler et j'étais heureuse de savoir qu'on allait se revoir! Ma Tante et mon Oncle n'avait pu me le refuser devant ma joie de vivre et mon enthousiasme. Bien que nous devions nous rendre dans le Londres sorcier, cela n'avait pas parut déranger mon Oncle et ma Tante qui paraissait à présent plus léger. Même Jay avait eut l'air heureux de rencontrer Roxy. Depuis ce jour tout était redevenu normal dans ma petite famille et je ne pouvais que me réjouir.

Avançant à côté de mon Oncle et de ma Tante j'étais quand même un peu stressée à l'idée de rencontrer la famille de Roxy. Et si il ne m'aimait pas? Et si il disait que c'était ma faute? Ils auraient raison et pourtant cela me faisant l'impression de m'enfoncer un poignard dans le coeur. Tout était de ma faute! Un haut le coeur apparu dans ma poitrine et je me fis violence pour continuer de marcher, malgré la culpabilité qui continuait de me ronger l'estomac. Tous les mots de mes amies ne pouvaient pas m'aider contre ce mal intérieur. Tout le monde avait essayé, même Jayden et cela ne faisait rien. Rien. Je n'aurais jamais dû aller à ce fichu bal avec Roxy! Jamais. Je serrais dans ma main le bouquet de fleurs que j'avais acheté chez le fleuriste du coin. Les Camélias ne parvenaient pas, malgré leur délicieuse odeur, à me délaisser du sentiment qu'inquiétude qui pesait sur ma poitrine. Ma tante tenait dans ses mains un bouquet de Dahlias, c'est moi qui les avait choisi. Le Dahlia illustre l'abondance et la générosité alors je trouvais que ça allait bien à la famille de Roxy qui nous recevait aujourd'hui. J'avais pris soin de coiffer mes cheveux en une couronne de tresses au dessus de ma tête, comme Roxy aimait tant, avait enfilé une robe et le bracelet que Tracy m'avait offert. Le rose et le vert. Le douceur et la force intérieur. Tracy était une chouette personne. Je l'aimais beaucoup.

Mais malgré mes doutes, quand je franchis le portail du jardin de la Grand-mère de Roxy, toute mon inquiétude vola en mille éclat d'une part devant la beauté du lieu. Ils avaient fait beaucoup d'effort pour cette petite fête, mais également face au visage radieux de ma meilleure amie. Elle était superbe et son sourire ne la rendait que plus jolie. Je donnais le bouquet de fleurs à ma Tante et me précipitai vers elle pour la prendre dans mes bras. Elle m'avait tellement manqué! J'étais tellement heureuse de la revoir! Mais à peine avons nous eut le temps de se saluer que la grand-mère de Roxy présenta toute la famille. Mes yeux s'écarquillaient au fur et à mesure que toute la famille défila devant nous. Dis donc c'était une sacré famille que ma Roxy avait là! Et que de filles en plus! Je souris à tout le monde, enchanté de faire la connaissance d'une famille aussi chouette que celle de Roxy. Pendant le temps des présentations, ma famille se présenta à Roxy. Hope fut assez expéditive comme je m'y étais attendue, Ethan ne put s'empêcher une blague du genre: "Tu es donc la fameuse Roxy qui arrive à supporter ma cousine? Chapeau!". Jay et ma Tante fur très doux avec ma meilleure amie. Quand à mon Oncle je ne pus écouter ce qu'il commençait à dire à Roxy, prise en discussion avec la grand-mère de celle-ci qui était très gentille. Mais j'imaginais déjà les anecdotes qu'il pouvait lui raconter. Une Madison qui sortait de la maison en body quand elle était bébé pour se jeter dans la neige, glisser sur le verglas et finir la tête dans la mare? Ou encore une Madison qui avait recouvert la maison de papier bulle pour ne pas faire de bêtise? Oui alors pire, une Madison qui s'était habillée avec une des robes de sa Tante quand elle était petite et qui s'était barbouillée du rouge à lèvre partout. Mon Dieu c'était la honte! Roxy vient vite à mon secours, m'empruntant à sa grand-mère en affirmant qu'il fallait que je vois les jardins car j'étais très douée. Cette remarque de ma meilleure amie me fit rougir et je baissai les yeux, gênée. C'est vrai que j'adorai les jardins, mais je n'étais pas si douée que ça...j'aimais juste beaucoup la signification des fleurs. Avant que Roxy ne me kidnappe je passai reprendre mon bouquet de Camélia en le cachant derrière mon dos un sourire flanqué sur la visage. La douceur du parfum des rosiers me montèrent au nez et je souris de plus belle.

"Moi aussi ma Roxy! J'attendais avec impatience ce jour! Tu m'a trop manqué! Ecoute ça va super et encore mieux depuis que je suis avec toi, lui dis-je avec un petit clin d'oeil, et toi? Non pas du tout traumatisée, tout le monde est super gentil! Tu as une chouette famille! Je suis heureuse de l'avoir rencontrée! Mes cousins ne t'ont pas fait peur? Ethan a sans doute fait des plaisanteries comme d'habitude, il est tout le temps comme ça...Oh et je suis désolée, tu n'a pas échappé à la séquence retour en enfance de Madison de la part de mon Oncle...je me trompe? C'est trop la honte..."

Je rigolai doucement. Si mon Oncle avait ou faire rire ou sourire Roxy alors j'étais heureuse quand même. Ce ne serait pas la première fois qu'il me fera le coup, j'étais habituée à force. Mon sourire s'élargit quand je sortis de derrière mon dos le bouquet de Camélia en fleurs.

"Surprise! J'étais o-bli-gée! Elles te plaisent? Elles sentent bon? Mon petit Camélia ne pouvait pas rester seul voyons!"

Roxy me serra dans ses bras et je lui rendis son étreinte. Ma meilleure amie m'avait tellement manqué! Ne plus la voir après cette épreuve me déchirait le coeur, mais une fois qu'elle était là je pouvais rayonner de nouveau.

"Pas grand chose, j'ai révisé beaucoup! Hors de questions que je me plante encore cette année en potion! Il va falloir que je sois plus vigilante et que j'arrête les maladresses. Sinon j'ai passé beaucoup de temps à écrire à tout le monde, en plus on a eut un temps archi-nulle je pouvais même pas aller jouer dehors! Oh tu sais quoi? Ma Tante m'a redonné mes chaussons de danse! Je peux à nouveau danser dans le salons! Bon j'ai juste fat tomber un vase, mais Ethan m'a dit que de toute façon il était moche donc que j'avais bien fait, mais j'avais pas fait exprès je te jure! Et toi? Qu'est-ce que tu as fait? Tu as prévu des trucs pour la fin des vacances?"

Heureuse de revoir Roxy je ne parvenais plus à m'arrêter de parler! Un vrai moulin à paroles, alors je rigolai face à ma capacité à sortir de tels flots pour quelques questions! Mais rien ne pourrait m'arrêter aujourd'hui. Ma jauge de bonne humer dépassait les cent pour cent et j'étais en pleine forme. Je repris ma meilleure amie dans mes bras en m'excusant de parler autant. J'avais tellement de choses à lui raconter. Cela faisait quand même une semaine que nous ne nous étions pas vu!

"Non pas du tout ne t'en fais pas! Il savait à quoi s'attendre de toute manière et puis si c'est moi qui finit par te kidnapper il ne pourront rien dire, n'est-ce pas? Cela fait tellement longtemps qu'on ne s'est pas vu. Une semaine c'est long quand même! Ils ne peuvent pas nous interdire de nous parler et puis ils savent bien que les filles, et surtout nous, nous sommes de grandes pipelettes!"

Je souris à ma meilleure amie et regardai les rosiers de sa grand-mère. Devant tant de couleurs j'écarquillais les yeux.

"Le jardin de ta grand-mère est magnifique! J'adore ses rosiers! Les roses blanches sont signe de respect et de sincérité. Les roses roses, elles, invitent à la tendresse à la séduction. Si tu veux séduire un garçon ma Roxy je te conseille ses roses là ou alors les rouges qui sont symbole de la passion. Mais bon ce serait plutôt au garçon de t'offrir de belles roses!"

Un de mes doigts caressa la pétale d'une rose blanche et je souris. Elle sentait vraiment bon, même si le bouquet de Roxy emplissait l'air d'une odeur fleuri délicieuse! Je me rapprochai de ma meilleure amie et lui prit la main en la serrant dans la mienne.

"Alors dis-moi tu m'as dit dans ta lettre que tu avais pleins de choses à me raconter! J'ai hâte! Je suis toute ouïe!"

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7594-roxy-la-famille-trop-d-filleshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7605-roxy-rock-shttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7151-liu-xi-si-on-faisait-un-brin-de-causette#170239http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7607-roxy-attend-vos-longs-courriershttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7608-roxy-attend-vos-petits-mots

Arrivé(e) le : 27/02/2017
Parchemins rédigés : 322
Points : 12
Année : 2ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Liu Xi MacDougall

MessageSujet: Re: [terminé]Happy Birthday To Us pv Madison   Jeu 31 Aoû - 22:00



Happy Birthday to Us




J’étais ravie de la présence de mon amie, rencontrer sa famille, la présenter à la mienne c’était important. Elle avait été mon soutien toute l’année, mon point de repère. Et puis j’avais envie d’une journée normale, joyeuse… Mes parents en avaient sûrement besoin aussi, rencontrer des gens qui les comprennent, ça leur ferait sûrement du bien. Et moi pendant ce temps, je n’aurais pas à faire attention à leur regard plein de pitié et de tristesse. Madison semblait s’être habituée à me regarder comme j’étais maintenant. Je ne doute pas un instant qu’elle devait encore s’en vouloir, je la connaissais trop bien pour ça, mais je crois qu’elle n’a pas peur de me voir. En tout cas, sa famille a l’air très gentille.

« Pareil pour moi, je vais beaucouuup mieux depuis la ferme ! Tu vas voir, je peux tenir de longs discours maintenant, je vais te faire fumer les oreilles ! Je suis tellement heureuse de te voir ! J’avais trop peur que ta famille ne veuille pas venir ! » dis-je toute excitée. « Ethan…ouais il m’a demandé comment je faisais pour te supporter, mais si ses blagues sont toujours de ce niveau, je crois que c’est plutôt à toi que je devrais poser la question ! » répondis-je en riant. Quant à l’oncle de Madison, oui effectivement, il n’avait pas pu s’empêcher de déblatérer sur les bêtises de mini-Maddie, trop gênant ! Bon ça m’avait quand même fait un peu rire, elle devait être encore plus mignonne petite ! « Moi, je trouve que tu étais très mature et réaliste pour ton âge, c’était pas une mauvaise idée le papier bulle. » dis-je en prenant un air très sérieux. « Mais promis, les secrets de mini-Maddie seront bien protégés ! ».

Soudain, elle sort un magnifique bouquet de fleurs, des Camélias ! « Oh merciii, elles sont super belles, vient on va les mettre dans un vase pour qu’elle puisse vivre leur vie ! »… Je la regardais avec tendresse pendant qu’elle admirait les fleurs de Grand-Mère… C’était elle, la plus belle de tout le jardin.

« Pfff ! Tu plaisantes, je pense que je me passerais bien de séduction ! Pourquoi devrais-je m’encombrer d’un garçon ? Ils sont pénibles, le peu de cervelle qu’ils ont, elle fond dès qu’ils sont en groupes. Et puis franchement, c’est que des problèmes les histoires d’amour ! Tu connais tellement de choses sur les fleurs et leur symbolique, tu m'impressionnes !». dis-je en riant. Même si la symbolique des roses était très intéressante, je ne comptais pas du tout ni en offrir, ni en recevoir. Et puis embrasser quelqu’un, ça me paraissait répugnant ! Beurk.

Quant à mes vacances, elles avaient été moins studieuses que les siennes… Je culpabilisais un petit peu. Mais j’en avais soupé de cette école, je n’avais pas envie de perdre mon temps à réviser !
« T’inquiète pas Madison, je t’aiderais si tu veux. Je ne suis pas la meilleure, mais p’tet que je pourrais te faire une potion d’adresse ? ça existe tu crois ? En tout cas, c’est courageux, moi j’ai rien foutu, et je compte bien continuer comme ça, déjà qu’on a que deux semaines de vacances… » . Je n’hésitais pas à être franche avec elle, au pire elle me ferait quelques remontrances, mais elle ne m’en voudrait pas. Elle savait très bien que j’étais une élève sérieuse pour un peu que la matière m’intéresse, et que je me débrouillais toujours pour avoir des résultats corrects même dans les matières qui m’ennuyaient. Mais je n’étais pas l’élève la plus studieuse et zélée du château. « Non mais c’est merveilleux Maddie, tu danses et en plus tu fais le tri, si ça c’est pas du talent ! » ajoutais-je en riant...

Je réfléchis à ce que j’avais fait, en fait, je me rendais compte que je n'avais pas été très active ces derniers jours. Peut-être que je ne me remettais pas aussi bien que j’en avais l’impression : j’avais eu besoin de beaucoup de repos. Je n’avais pas vraiment l’énergie et la motivation pour mettre à faire quoi que ce soit, pas de bricolage, pas d’envie de sorties, non, rester avec ma famille me suffisait. Jusque-là je ne m’en étais pas rendu compte, mais c’était mon seul moteur actuellement. Ça et organiser cette petite fête. C’était déjà pas mal. Pourquoi toujours vouloir en faire plus ? « Je n’ai pas fait beaucoup de choses. Je me suis reposée et j’ai répondu à mille questions. Ma Grand-Mère tient à m’emmener à une sorte de gala ennuyeux à mourir, pour que je me prépare à affronter le regard des gens à la rentrée sans baisser la tête ou je ne sais pas quoi à propos de la fierté et d'assumer et blabla, moi je veux pas être une bête de foire. Mon père essaye de la dissuader, mais on sait tous les deux qu’on ne gagnera pas alors, je me fais une raison. » dis-je avec un sourire forcé. « J’ai aussi écrit à pas mal de monde… les gens vont bien de ton côté ? En tout cas, heureusement que tu es là aujourd’hui, parce que je commençais à m’ennuyer ! Je suis contente de t’avoir près de moi ! Vient on va dans la cuisine pour récupérer le vase, et discuter tranquillement ! »


Je l’entraînai dans la cuisine pour y déposer les fleurs. Quand soudain deux petites voix se firent entendre. Maddie (ma cousine) arrivait en galopant avec Eleanore, le bébé de la famille âgé de deux ans. Eleanore tenait absolument à participer à la conversation.
« Ossy ! » dit-elle en me tendant les bras. Je la portais « Salut Eleanore, ça c’est ma copine Madison. Mais je l’appelle Maddie. » ajoutais-je en désignant notre cousine. « Maddie-Maddie ? » Je rigolais « ouais c’est ça, deux Maddie pour le prix d’une ! »… L’air perplexe, Eleanore contemplait sa cousine et mon amie. Avant de fourrer son petit doigt boudiner sur ma cicatrice « Ossy pu bobo maintenant ? ». Je retenais une grimace, c’était pas toujours futé les bébés, je capturais ses doigts dans ma main avant de lui dévorer : « Nan, j’ai plus mal ! ». Satisfaite, la petite Eleanore ajouta « Moi aussi, quand sera ieille, aura un trait ! » et puis sûre d’elle, elle se carapata dans le jardin. Suivie par Maddie qui se chargeait de la surveiller. Dans l’ensemble, les parents étaient tranquilles, il y avait toujours une cousine plus grande pour jeter un œil sur les petits. J’entendais déjà Liam et Sophia les appeler.

J’allais répondre aux interrogations de mon amie quand mon père passa la tête par l’entrebâillement de la porte.
« Rox’, je vois que les poulettes sont reparties, elles vous laisseront tranquilles maintenant je pense… Et puis surtout, Madison, je te remercie d’avoir pris soin de notre fille. Sache que tu auras toujours une place chez nous… Et que la matriarche Meadhbh a officiellement offert sa protection à toute ta famille, si un jour il venait à y avoir un soucis quelconque, ils pourront venir dans la grande demeure familiale. Je ne vous félicite pas d’avoir loupé son grand discours sur le cœur des Meadhbh aussi pur que leur sang, et leur morale sans faille et leur sens de l’accueil et blablabla mesdemoiselles. » dis-mon père sur le ton de la plaisanterie, sans vraiment nous réprimander. En fait, je suis sûre qu’il est là parce que ma Grand-Mère le gonfle un peu. Mais je pense aussi qu’il tenait vraiment à parler à Madison. Il n’insiste pas plus et retourne avec les adultes, nous laissant à notre conversation. Heureusement qu'il est là, dans ma famille, je crois que c'est lui qui me comprend le mieux.

Maintenant que nous étions enfin en tête à tête, j'allais pouvoir discuter avec mon amie. J'espérais sans interruption mais à mon avis, c'était un vain espoir. Madison me pressait de lui raconter toutes les nouvelles... Bon, j’avais peut-être un peu abusé en disant que j’avais plein de trucs à raconter…puisqu’en soit je n’avais pas fait grand-chose de ces mini-vacances. « Bon tu risques d’être un peu déçue, parce que je n’ai pas BEAUCOUP de choses à dire… Mais c’est quand même pas mal. Premièrement, mon cadeau d’anniversaire, ça va être de voler dans un petit avion avec mon papa, et ça c’est juste troooop cool ! Je vais être dans la cabine et tout ! La deuxième chose…c’est que mon oncle nous a présenté pour la première fois la mère de sa fille et son petit ami… T’aurais vu la tête de ma grand-mère et de tante Abigail, c’était drôle. Mais ça c’est bien passé…Mais le plus important, ce n’est pas çaaa…. » Je m’arrête de parler un instant, pour ménager mon suspense : « Maddie tu as devant toi une future grande sœur ! » dis-je toute fière de la nouvelle. C’était tout nouveau, normalement, je n’avais pas trop le droit d’en parler, mais je ne pouvais pas m’en empêcher ! J’allais avoir un petit frère ou une petite sœur ! C'était une super nouvelle, je me sentais toute bizarre à cette idée.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7573-madison-p-leynd-o-a-la-decouverte-de-la-petite-maladroite-dont-le-sourire-est-eternel-ohttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7578-madison-p-leynd-o-la-petite-maladroite-dont-le-sourire-est-eternel-ohttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7579-les-p-tits-rps-de-maddiehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7583-o-boite-aux-lettres-de-madison-ohttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7582-petits-courriers-pour-madison-envoyez-un-hibou-express-avec-edelweiss

Arrivé(e) le : 21/02/2017
Parchemins rédigés : 595
Points : 3
Crédit : You_Complete_Mess (crimsonday)-> Signature
Année : 2ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Aucun

MessageSujet: Re: [terminé]Happy Birthday To Us pv Madison   Sam 2 Sep - 3:23

Happy Birthday to us

Cela ne faisait peur-être qu'une semaine que je n'avais pas revu ma meilleure amie et pourtant j'avais l'impression que cela faisait une éternité. Revoir Roxy sourire était les plus beaux des cadeaux de rentrée que l'on pouvait me faire. Revoir ma meilleure amie tout cours était déjà un super cadeau et j'en profiterai jusqu'à la fin de ma soirée. Jusqu'à ce qu'on m'arrache à ma meilleure amie. Encore une fois. Mais on allait dire que ce n'était que pour mieux se retrouver. Bref je ne voulais pas penser à mon départ avant d'avoir profité à fond de ma meilleure! Malgré mon imprécision quand à la rencontre de ma famille et celle de Roxy, le courant avait l'air de bien passé et j'étais heureuse pour eux. Je n'espérais pas qu'ils allaient parler de cette fin d'année même si je savais qu'ils allaient sans doute se rassurer mutuellement à présent. C'est donc sans inquiétudes que je laissais nos familles faire confiance, persuadée qu'elles allaient s'apprécier autant que Roxy et moi nous nous apprécions. Roxy n'était pas que ma meilleure amie, elle était quelqu'un de confiance, quelqu'un sur qui je pouvais toujours compter. La personne qui me rendait heureuse, qui me faisait sourire même lorsque que j'étais triste. Roxy était tout pour moi. Mon oncle et ma Tante l'ont compris et c'est pour ça qu'ils étaient autant heureux que moi à l'idée de la rencontrer elle et sa famille.

"Je suis contente de l'apprendre! Je n'attend que ça ma chère Roxy, j'ai bien l'intention de te faire tenir des discours interminables! Moi aussi, dès que j'ai reçu ta lettre ma jauge de bonne humeur à dépassé les 100% et maintenant que je suis là avec toi...je ne peux même plus compter! Ne t'inquiète pas, ma famille était autant heureuse de rencontre ma fameuse-super-méga-géniale-meilleure-amie-Roxy! Et puis ils savaient que ça nous ferait du bien et qu'on serait heureuse de se revoir!"

Je ne pus m'empêcher de serrer ma meilleure amie dans mes bras. J'avais eut aussi peur que ma famille ne veuille pas venir dans le Londres Sorcier après tout ça, mais il fallait dire que les lettres de Cruz et de Milo les avait rassuré et celle de Roxy m'avait transformé de petite enfant souriante et jeune fille hyper contente! Je rigolai face à la suite de ses paroles.

"Ahaha! Si tu savais! Mais j'ai l'habitude à force alors les blagues d'Ethan ne me font plus rien. Il y a quelques année il m'a offert à mon anniversaire un livre appelé: "Les aventures d'une grenouille maladroite" alors tu sais à force, dis-je en rigolant"

Mes soupçons quand à mon Oncle et à sa fâcheuse manie de me mettre la honte à chaque fois qu'on allait voir quelqu'un furent bien vite avéré. Oh mon Dieu c'était trop la honte! Si j'avais été une autruche je me serais caché la tête dans la terre, mais je ne pouvais pas à moins de me faire une bosse et puis, que Roxy sache ne me dérangeait pas.

"Oh non! Il t'a raconté le papier bulle! C'est la honte! Dis-je entre mi-rire et mi-consternation. Je ne sais même plus pourquoi j'avais fait ça, je crois que ma Tante m'avait dit qu'il ne fallait plus que je casse quelque chose sinon je ne mangerai pas de mousse au chocolat du coup voilà...finis-je en rigolant. Merci ma Roxy, je sais que minie-Maddie sera bien protégée avec toi"

Alors je lui offrais mon bouquet de Camélia et fut heureuse de sa joie. Si elle savait au moins combien elle était parfaite. Mais en attendant qu'elle s'en rende compte, ces quelques Camélia ne cesseront de lui rappeler. Ma passion pour la signification des fleurs reprit le dessus alors que je regardais le magnifique Jardin de la Grand-mère de Roxy. Je me mis à parler de garçons à ma meilleure amie, alors qu'avant qu'il ne lui offre des fleurs il devra déjà passer sous mon radar. Personne ne touche à ma meilleure amie! Je veillerai sur elle!

"Bien sûr que je plaisante. Avant de t'offrir des fleurs il faudra déjà que je le valide, dis-je en plaisantant. Je suis bien d'accord avec toi. Ils ont beau dire...ils sont encore plus compliqué que nous! Oh...ce n'est rien, dis-je en rougissant, j'adore savoir ce que chaque fleur représente. Je n'offre jamais des bouquets au hasard ça tu peux en être certaine!"

Je rigolais avec ma meilleure amie, reprenant tout de même mon sérieux quand vint l'heure de parler des cours. Le professeur de potion ne me portait déjà pas dans son coeur et savoir que j'allais encore avoir de nombreuse années avec elle, toujours dans la peur de faire exploser la classe n'était pas pour me rassurer. C'est pour ça que je travaillais à la fois mes potions et à la fois...ma maladresse. Roxy était adorable, je lui fis un grand sourire.

"C'est adorable de ta part! Je sais pas si ça existe...mais ça ne serait pas refus je pense. Au pire on aura qu'à l'inventer! Je serais sans doute le sujet idéale pour voir les effets, plaisantai-je. Tu as bien raison en même temps! On a pas eut beaucoup de vacances et on va déjà reprendre les cours dans quelques jours alors il faut profiter des vacances! On va dire que je me suis mit à réviser aussi pour me raccrocher un peu à Pou..."

Consciente que j'en avais sûrement trop dit, je souris à mon amie essayant de camoufler ma gaffe. Je n'étais pas là pour inquiéter ma meilleure amie. Je n'étais pas là pour lui mentir non plus mais souvent l'un n'allait pas sans l'autre. Si elle n'a pas remarqué, je ne dirais rien. Mais si jamais elle me demandait, je finirai par lui dire. Je ne pouvais rien cacher à Roxy...même si ce n'est pas l'envie qui me manquait pour ne pas l'inquiéter. Roxy finit par se moquer gentiment et je lui tirais la langue.

"Eh! Arrête c'est pas drôle, dis-je néanmoins en rigolant de plus belle. J'étais super gênée. C'était un vase antique qui venait de l'arrière grand mère de mon Oncle je crois. Moche certes mais bon quand même..."

Le rire de ma meilleure amie était communicatif si bien que même si sur le coup je n'avais pas rit, je ne pouvais m'empêcher de le faire. Le rire de Roxy était la plus belle musique que l'on pouvait entendre dans ce jardin. J'étais tellement heureuse qu'elle aille mieux. Quand elle me parla de sa grand-mère je compatis. La pauvre, comme si elle avait besoin de ça...

"Je te comprends...T'inquiète pas ma belle Roxy, je serais toujours là si t'a besoin de moi! T'auras qu'à me cacher quelque part et je viendrais te faire rire si tu t'ennuies de trop! Dis-toi que ta grand-mère veut juste ton bien même si elle ne prends pas vraiment en compte tes envies...Si tu veux je demande à mon Oncle de t'écrire mes plus belles bêtises comme ça tu n'ennuiera pas, t'en dis quoi?"

J'avais dis ça pour la réconforter parce que j'avais bien vu que son sourire avait fini par s crisper et je n'aimais pas quand Roxy faisait ça. Si je devais me mettre la honte pour la faire sourire, je le ferais. J'en serais même honorée. Je ferais tout pour ma meilleure amie.

"Ça dépend...Milo ne va pas forcément bien et j'ai essayé de le rassurer mais je ne sais pas si j'ai vraiment aidé...Sinon Cruz va bien, elle m'a demandé de te passer le bonjour au passage. Anoushka a du mal avec son amnésie. Elle a oublié tout ce qui s'est passé cette année, ça doit être horrible, la pauvre! Et elle se disputait un peu avec sa maman pour retourner à Poudlard, du coup j'ai fait mon possible pour l'aider à avoir une vie d'ensemble sur cette année. Oh j'ai aussi reçu des nouvelles de Jayden...il a passé un sale quart d'heure au Ministère et à dû passer sous les Doloris, mais il va mieux à présent. Et toi? Tout le monde va bien? Tout le monde est en sécurité? Moi aussi je commençais à tourner en rond dans la maison! Hope ne m'adresse presque pas la paroles, Jay révise dur, Ethan est sur ses jeux vidéos et mon Oncle et ma Tante ont d'autres choses à faire que de jouer avec moi...surtout qu'ils ont reprit le travail...du coup je suis trop contente de te revoir! Et moi donc, quand tu es là je vais encore mieux! D'accord je te suis!"

Heureuse, je suivis ma meilleure amie dans la cuisine pour y déposer les fleurs. Un sourire rayonnant toujours sur mon visage je regardais les deux jeune filles arriver dans la salle. Si je me souvenais bien le bébé s'appelait Eleanore et la plus grande s'appelait Maddie. Cela me fit sourire. La petite demanda à ce que Roxy la prenne dans ses bras et je ne pus que m'attendrir face à la scène. il fallait dire qu'Eleanor était craquante. Elle répétait d'une petite voix les paroles de Roxy et ses mimiques étaient tellement adorable que je ne pouvais empêcher un rire ou un sourire de pointer le bout de son nez. Je fis un petit signe de main au bébé pour me présenter. Deux Maddie pour le prix d'une? Ça sonnait un peu comme au supermarché ce qui me fit titre davantage.

"Tu veux nous vendre? Avec une promotion en plus? dis-je avec un petit sourire à ma meilleure amie"

Je souris à Maddie avant que mon sourire ne retombe un peu en voyant la petite cousine de Roxy mettre son doigts sur la cicatrice de Roxy. Elle lui demanda si elle avait encore mal et cela me brisa le coeur. ce geste enfantin et presque insignifiant pour la fillette ne l'était ni pour Roxy, ni pour moi. Ma lèvre inférieur se mit à trembler et je fis en sorte que cela ne se voit pas. Tout était de ma faute. Le fait que Roxy s'est fait blesser, le fait qu'elle ait cette cicatrice. Si je ne l'avais pas amené à ce bal, rien de tout cela ne se serrait passé. Si elle n'avait pas tenté de me protéger, elle n'aurait jamais eut mal. Si j'avais écouté Jill...Rien de tout cela ne se serait passé. J'étais horrible. Je ne serais même pas surprise de savoir que la famille de Roxy me déteste pour ce que j'ai fait. Je suis la pire meilleure amie de tout les temps. Luttant contre les larmes, je ne désirai croiser le regard de personne tandis que Roxy continuait de dire à Eleanore qu'elle n'avait plus mal. Si je ne l'avait pas forcé à m'accompagné, elle n'aurait jamais eut mal. Luttant contre la culpabilité qui m'assaillait l'estomac je ravalai mes larmes sans oser lever le regard. J'espérais juste que Roxy était trop occupée par ses cousines pour se soucier de mes yeux larmoyants. Je n'avais pas besoin qu'on s'inquiète pour moi. Tout était de ma faute.

Le père de Roxy arriva dans la pièce me faisant sursauter. J'en oubliai mes larmes et ma culpabilité pendant un moment. Les propos du père de Roxy firent néanmoins revenir mes larmes. Mais pas des larmes de tristes, des larmes de reconnaissance. Alors comme ça il ne me détestait pas? J'avais toujours une place dans la famille? J'avais protégé Roxy? Les larmes faisaient briller mes prunelles bleus. Ils offraient même une protection à toute ma famille? Une protection? Je n'aurais plus à m'inquiéter pour eux? C'est comme si on faisait partie de la famille? Un petit "merci" sortit de ma bouche et le père de Roxy plaisanta avant de nous laisser seule toutes les deux. Alors que j'étais toujours dos à ma meilleure amie une larme silencieuse dévala le long de ma joue. Je m'empressai de l'essuyer et me tourna de nouveau vers ma meilleure amie en essayant de ne rien laisser paraître. mais Roxy n'était pas dupe et mes yeux larmoyants ne m'aidaient sans doute pas. Avant même qu'elle ne puisse dire quelque chose, les larmes se mirent à dévaler mes joues de plus en plus vite sans que je puisse les arrêter.

"Par...par...pardon...Je...je voulais pas pleurer...je suis désolée...c'est juste que...que..."

Les larmes reprirent de plus belles et je me mis à sangloter. Je m'avançai vers ma meilleure amie pour la prendre dans mes bras. Je la serrai fort. J'avais eut tellement peur. Et c'était moi qui avait faillis la faire mourir. J'essayai de calmer ma respiration et essayer d'arrêter mes larmes au prix d'un douloureux efforts.

"Ton papa est trop gentil. Ta famille est géniale! Je ne vous remerciez jamais assez pour ce que vous faite pour moi...pour nous. Merci pour tout...il faudra que j'aille remercier ton papa tout à l'heure. Vous offrez à ma famille la protection qu'elle n'a pas, merci. Et...et vous m'accueillez dans la famille à bras ouvert alors que..."

Ma voix se brisa et je chassai les dernière larmes sur mon visage avec ma main. La culpabilité était bien plus forte que la joie de retrouver ma meilleure amie et je m'en voulais de pleurer au beau milieu de cette journée géniale. J'étais vraiment nulle! J'inspirai profondément. Je ne voulais pas que Roxy s'inquiète pour moi. Vraiment pas. J'avais déjà fait assez de mal.

"N'en parlons plus...Je ne voulais pas pleurer...excuse moi Roxy...Tu comptes tellement pour moi"

Je serrai ma meilleure amie une dernière fois dans mes bras et m'éloignai pour essuyer mes larmes. Je ne voulais plus pleurer. Non! Pas alors que j'étais avec Roxy! Pas alors que j'étais avec ma meilleure amie! Je ne voulais plus pleurer. Je ne voulais surtout pas l'inquiéter. Sans doute pour chasser mon chagrin, Roxy repris sur les bonnes nouvelles qu'elle voulait m'annoncer. J'étais sûre qu'elle était au courant de ce qui n'allait pas, je ne pouvais rien lui cacher après tout. Comme une parenthèse fermée, je me dépêchais de retrouver mon sourire et attendis avec impatiente les nouvelles de ma meilleure amie.

"Alors alors tu m'avais parlé de beaucoup de nouvelles! Je veux savoir!"

Un petit rire sortit de ma poitrine et je serrais la main de ma meilleure amie. Elle était tout. Mon point d'encrage. Ma meilleure amie. Sans elle, je ne serais pas la même. J'étais heureuse de l'avoir. Un véritable sourire illumina mon visage et Roxy se lança dans son récit. Mon visage continua de sourire tout au long de sa tirade.

"Oh c'est trop cool pour ton cadeau d'anniversaire! Je suis trop contente pour toi! Ca ne te fais pas peur les avions? Tu me racontera comment c'est hein? Oh, ils n'ont pas été content de les voir? Qu'est-ce qui s'est passé?"

Prise dans mon élan je mis quelques secondes à comprendre le reste de sa phrase. Mes yeux s'écarquillèrent, un grand sourire apparut sur mes lèvres et je me mis à sautiller partout.

"Tu vas être grande soeur? Mais c'est génial! C'est trop chouette! Je suis trop contente pour toi! Félicitations à tes parents! On s'est une trop bonne nouvelle! Oh là là un petite bébé ça va être trop mignon! Ça fait longtemps? Tu sais déjà si c'est une petite soeur ou un petit frère? Vous avez des idées de prénoms? Je suis trop contente pour toi! Ça va soit être super bien d'avoir une petite soeur ou un petit frère! Tu pourras lui montrer pleins de trucs et je suis sûre qu'il ou elle sera heureux de voir tes inventions j'en suis sûre!"

Rigolant depuis tout à l'heure. Je pris ma meilleure amie dans mes bras et la fit tourner. La fierté de Roxy se sentait dans sa voix et je ne pouvais être qu'heureuse pour elle!

"Tu seras une grande soeur merveilleuse!"

Je lui souris et lui pressa la main. Elle était déjà une meilleure amie fantastique, elle ne pouvait qu'être une grande soeur merveilleusement géniale!
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7594-roxy-la-famille-trop-d-filleshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7605-roxy-rock-shttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7151-liu-xi-si-on-faisait-un-brin-de-causette#170239http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7607-roxy-attend-vos-longs-courriershttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7608-roxy-attend-vos-petits-mots

Arrivé(e) le : 27/02/2017
Parchemins rédigés : 322
Points : 12
Année : 2ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Liu Xi MacDougall

MessageSujet: Re: [terminé]Happy Birthday To Us pv Madison   Ven 15 Sep - 8:17



Happy Birthday to Us




J’approuvais les paroles de Maddie, notre famille ne pouvait pas ignorer à quel point nous avions envie de nous revoir : ce n’est pas comme si nous parlions tout le temps l’une de l’autre et de nos aventures. En plus, ce n’était peut être pas très gentil d’en profiter, mes cela se voyait que nos parents voulaient juste nous faire plaisir après cette horrible année, jamais ils n’auraient pu nous refuser ce petit plaisir qui ne coûtait rien.
Son cousin n’était pas méchant, mais ça devait être un peu lourd, je savais de quoi je parlais, niveau cousinage, j’avais toute une brassée. « J’espère que tu te venges, offre lui un truc du genre ‘’les blagues pour les nuls’’ ce serait de bonne guerre » dis-je en riant. Les chamailleries, c’était plus sympa quand on s’y mettait à deux !

Pauvre Maddie, elle était toute gênée par son oncle… C’est vrai que ce n’était pas chouette, de raconter sa vie comme ça, mais en même temps, elle était trop mignonne. « Voilà, c’est trop cruel de priver quelqu’un de mousse au chocolat, ils n’ont eu que ce qu’ils méritent ! J’espère que mes parents ne racontent pas mes bêtises…ils en ont pour la nuit sinon !» dis-je en riant.

J’étais toujours impressionnée par les connaissances de Madison sur les fleurs, je m’intéressais à la botanique parce que je trouvais ça intéressant de faire pousser des choses, mais honnêtement, la théorie ne me passionnait pas autant. J’ignorais qu’on pouvait dire autant de chose avec des fleurs. « Bon ça va tu me rassures, tu ne me pousses pas dans les bras du premier venu… Mais t’inquiète, tu ne risques pas d’avoir trop de travail, je vais faire en sorte qu’il n’y ait personne à valider. » dis-je en plaisantant… « Je n’y connais pas grand-chose en fleur, mais crois-moi que si tu reçois un bouquet de fleur, je ferais ma petite enquête aussi. Hors de question qu’un gros naze te courtise ! »… dis-je en prenant un air revêche. Genre Jayden à tout hasard…je ne vois vraiment pas ce que Madison lui trouve, mais bon… elle est gentille, elle aime tout le monde.

Quant au cours de potion, cela devait être particulièrement difficile pour Madison, Burgess n’était pas très compréhensive et elle n’hésitait pas à être cassante avec tout le monde… Déjà que c’était une matière compliquée, avec la pression ça n’aidait sûrement pas. J’étais néanmoins sûre qu’une potion du genre devait exister, j’allais me renseigner. Peut-être que Tracy savait ? Je lui enverrais un hibou ou je lui demanderai à la rentrée. Peut-être que Matrim avait une idée ? C’était un peu le cerveau de poufsouffle, il était pas facile à approcher, mais si j’envoyai un petit message, peut-être qu’il ne m’enverrait pas bouler ?
Je levais les yeux au ciel quand Maddie interrompit sa phrase. Sérieusement, c’était quoi cette manière de faire… On ne pouvait plus se parler ? On était condamnées à discuter toute notre vie de fleurs et de trucs insignifiants ? Pourquoi elle change tout le temps de sujet ? De quoi elle a peur ? Je suis pas en sucre jusqu’à preuve du contraire…Elle ne me fait pas confiance ou quoi ? ça m’énerve. Elle change de sujet, je la laisse faire, je ne vais pas la forcer à me parler si elle ne veut pas. Après tout, je suis bien élevée, on ne doit pas contrarier ses invités. Mais je suis censée avoir invité une amie, pas une simple convive. Je hausse les épaules, ce n’est qu’un vase, et quand on a une maladroite dans la famille, on ne met pas des trucs précieux sur son chemin.
Quitte à être contrariée, je reste sur la ligne…Ma Grand-Mère a des idées un peu moyenâgeuse des fois. « ça ira va… Si ça peut permettre à son cercle bien pur de sang qui de ce que j’ai compris, n’était pas pour Blackman, mais ne se sentait pas très concerné, de prendre conscience de la réalité des choses…Au moins ça servira à ça d’en garder une trace sur le visage. Et ça ne sera pas si différent à Poudlard. ». Je n’ai pas envie qu’on m’aide, on qu’on ait pitié de moi ou quoi que ce soit. Mais en même temps, je porte le malheur de tant de gens sur le visage, que je vais devoir m’y faire. Personne n’a envie de regarder quelqu’un comme moi. Même Maddie.

Je continue de parler des autres avec mon amie : « Je crois que personne ne peut rassurer Milo, à part lui-même. S’il ne se pardonne pas, personne ne pourra le faire à sa place. » et c’était valable pour elle aussi. « Declan et Victoire vont bien, Tracy progresse avec les psychomages, même si elle appréhende un peu la rentrée. Mes cousines vont bien, elles n’ont pas été blessées. Comment ça se fait que Hope ne te parle pas ? Vous ne vous entendez pas ? » lui demandai-je avant de l’entraîner dans la maison.

Dans la cuisine, Maddie semble avoir retrouvé sa bonne humeur, difficile de ne pas craquer pour les bébés n’est-ce-pas ? « Tu plaisantes, jamais de la vie je ne vous vendrais, vous êtes mon petit stock de bonne humeur personnel ! » dis-je en riant. Je ne compte pas du tout partager avec qui que ce soit.

Mon sourire s’évanouit quand je regarde Madison, les yeux baignés de larmes… J’ai envie de me cogner la tête contre un mur et de disparaître… Comment peut-on rester amies si elle souffre à chaque fois qu’elle me voit ? Cette pensée me serre le cœur, faut-il que j’arrête de la voir pour qu’elle se sente mieux ? Je n’ai pas le temps de poursuivre cette triste réflexion que mon père pousse la porte pour parler à Madison. Je le serre dans mes bras, tant parce que ses paroles m’ont émues que parce que j’ai besoin d’un peu de sa force et de son réconfort pour ne pas me mettre à chouiner. Je le laisse partir.

Mais quand Maddie se met à pleurer à son tour, je n’ai d’autre choix que de l’accompagner. Son câlin est bienvenu. Mais ses paroles me font l’effet d’une douche froide : « Ma famille est géniale, et tu en fais partie. » lui dis-je simplement, incapable de m’étendre plus. Alors que quoi ? Alors qu’elle avait voulu qu’on s’amuse, alors qu’elle avait voulu surmonter sa trouille des Mangemorts ? Alors qu’on avait été prises toutes les deux dans ce merdier de la salle de bal ? Une angoisse sourde me vrille l’estomac, est-ce que cela redeviendrait comme avant avec Maddie ? Est-ce qu’un jour elle ne se sentira plus coupable, redevable ? Parce que, je ne pouvais rien faire pour l’aider. Est-ce que si je partais, elle se sentirait mieux ? Punie suffisamment ? ça me punirait tout autant, mais si ça pouvait lui permettre de ne plus pleurer à chaque fois qu’elle me voyait, il faudrait peut-être que je l’envisage sérieusement. Dire que je voulais qu’on fasse la fête… Est-ce qu’on était encore capable de ça ?

Je la laisse me serrer dans ses bras et lui rend son étreinte, comme si c’était la dernière. Mais j’accepte le changement de sujet et ne rebondit pas plus sur ses paroles. Non, je ne peux pas, je ne veux pas réduire à néant tout espoir de passer une bonne après-midi.

Heureusement, mes nouvelles semblent changer les idées à Madison, elle a l’air vraiment contente de m’entendre discuter et raconter ma vie. Peut-être que tout n’a pas changé ?

« Non, j’ai pas peur des avions du tout ! En plus c’est mon papa qui conduit, il peut rien m’arriver ! Je te raconterais oui, ça va être trop bien, peut-être que je filmerais, ou que je prendrais des photos ! » dis-je toute excitée.

Quand à mon oncle, c’était un peu compliqué, mais je fis de mon mieux. « En fait, mon oncle s’est toujours senti à part dans la famille, c’est le seul homme qui vivait vraiment à la maison. Et il est parti vivre à l’étranger quelque temps, j’étais pas encore née, mais mes cousines m’ont raconté. Il est revenu quand Violet avait deux ans. Sans la mère de Violet. Apparemment tout le monde l’a questionné, et il n’a même pas pris la peine de répondre, en disant que c’était sa fille, et c’est tout. Ma Grand-Mère l’a apparemment vivement engueulé, et il lui a répondu sur le même ton, en disant que venant de quelqu’un qui avait pris tous les hommes de sa vie pour des simples reproducteurs sans même se soucier de savoir si ses enfants avaient envie ou non de connaître leur père et de vivre avec lui, il n’acceptait aucune remarque ou critique. Il viendrait avec sa fille, mère inconnue ou non, point. Et cet été, on a enfin eu l’histoire au complet.

Finley est parti en Inde à la recherche de son père. Mes tantes ont toutes déjà rencontré leur père, certaines ont même une vraie relation avec lui, mais Finley lui n’a jamais eu cette chance. Thabo n’a jamais cherché à le voir, ni répondu à ses lettres quand il était petit, et Grand-Mère n’a jamais voulu l’accompagner dans sa démarche. Alors, pendant longtemps, il a décidé de faire comme si son père n’existait pas. Mais finalement, il a changé d’avis. Il nous a pas trop parlé de la rencontre, mais, je crois qu’il n’en veut plus trop à ma grand-mère d’avoir pris ses distances avec cet amant là en particulier…

Toujours est-il, qu’il est resté un peu en Inde, pour réfléchir au sens de sa vie ou je ne sais pas quoi. Un jour, il a participé à ce qu’il pensait être une cérémonie sorcière bizarre pour consacrer un lieu magique, mais en fait c’était juste un piège pour délester les sorciers étrangers de leur argent. Il se souvient juste qu’il y avait beaucoup d’alcool, d’encens, de danseuses mystiques… De danseuses pas beaucoup habillées mais, en même temps il était dans le brouillard. Comme drogué. Quand il s’est réveillé, il n’y avait plus que des sorciers à moitié stone et défroqués, ils ont fait le point sur ce dont ils se souvenaient et sont retournés chacun à leurs occupations. Finley a donné des cours d’anglais à droite à gauche, et un jour il est retombé sur la danseuse qui c’était euh, occupé de lui, à l’un d’entre eux. Il lui a parlé, il a appris qu’elle était enceinte.

Au début, il a pensé que c’était un autre piège et en plus, il n’aime pas les filles alors ça lui paraissait vraiment peu probable. La danseuse a insisté, alors il a dit qu’il accepterait de faire un test une fois le bébé né, mais qu’en attendant, elle évite de euh arnaquer les gens comme ça, que c’était pas très bon pour les bébés l’alcool et les plantes qui font rentrer en transe.

Comme elle avait pas d’argent et qu'il fallait bien qu'elle vive, elle l’a envoyé boulé. Alors il lui a proposé de l’assister pour ses cours.
Bref, il est devenu ami avec Apsara, le test de paternité a bien montré que Vio était sa fille. Apsara est devenue super bonne en anglais, alors elle a décidé de partir étudier à l’université de Magie des Etats-Unis. Finley est revenu quelque temps à Londres avec Vio pour que la famille puisse la rencontrer, le temps que Apsara fasse ses papiers et ses demandes pour les Etats Unis. Et quand tout ça a était fait, ils sont partis tous les trois là-bas.
Ils habitent dans une maison à deux étages, Apsara en haut avec son fiancé, qui n’a pas pu venir, et Finley en bas avec son petit-ami Todd. Comme ça Violette peut voir tout le monde et chacun vit sa vie comme il l’entend.

C’est une grande histoire, super bizarre, mais qui finit bien. Je crois que ma famille était pas très contente que mon oncle ne leur ai pas fait confiance pour en parler avant. C’est une situation familiale un peu étrange, mais, finalement, celle de toute notre famille l’est ! Je pense juste que ça a été un choc. Et que ma Grand-Mère a du mal à concevoir que les hommes sont bien plus attachés à leurs enfant à notre époque qu’à la sienne.
Bref, voilà, c’est quand même un truc fou hein ? Bon j’espère que je t’ai pas trop ennuyé avec mon histoire, mais douze ans de mystères viennent d’être levés ! »


J’attrape un verre d’eau, c’est que j’avais beaucoup parlé : ça donne soif. Quant à la nouvelle d’être grande sœur, j’ai l’impression que mon amie était aussi heureuse que moi, je glousse bêtement ! Elle me fait tourner dans ses bras et mes craintes s’envolent un petit peu…

« Non, ça ne fait pas très longtemps, deux mois à peu près. On ne sait pas encore si ce sera un garçon ou une fille, mais j’espère que ça sera un garçon pour que Liam ne soit plus tout seul ! Mais en même temps, c’est sympa aussi de garder la tradition des filles. Mes parents n’ont pas trop partagé leurs idées de prénoms, en fait, ils m’ont surtout dit que pour l’instant il voulait profiter de moi, qu’ils auraient tout le temps de réfléchir au bébé une fois que je serais à Poudlard. J’aime bien Aimie pour les filles, et Ethan pour les garçons. Mais je crois pas qu’on me laissera choisir, c’est pas moi qui accouche ! » dis-je en riant.

Est-ce que je serais vraiment une bonne grande sœur ? En étant à Poudlard, je ne verrais pas souvent le bébé, est-ce qu’il se souviendrait de moi d’une période de vacances à l’autre ? est-ce qu’on sera proche ? Je l’espère de tout cœur. Et puis, un peu égoïstement, je sais que ce bébé là m’aimerait comme je suis maintenant. Qu’il me trouvera normal avec ma cicatrice, pas triste, pas un mauvais souvenir, juste moi. Et c’était tellement réconfortant de savoir que je ne ferais pas souffrir au moins une personne sur cette planète.

« Ouiii, je pense que je vais lui fabriquer un mobile quand on sera à Poudlard ! et des jouets quand il sera plus grand ! J’espère qu’il m’aimera bien, même si on ne se verra pas très souvent ! »





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7573-madison-p-leynd-o-a-la-decouverte-de-la-petite-maladroite-dont-le-sourire-est-eternel-ohttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7578-madison-p-leynd-o-la-petite-maladroite-dont-le-sourire-est-eternel-ohttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7579-les-p-tits-rps-de-maddiehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7583-o-boite-aux-lettres-de-madison-ohttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7582-petits-courriers-pour-madison-envoyez-un-hibou-express-avec-edelweiss

Arrivé(e) le : 21/02/2017
Parchemins rédigés : 595
Points : 3
Crédit : You_Complete_Mess (crimsonday)-> Signature
Année : 2ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Aucun

MessageSujet: Re: [terminé]Happy Birthday To Us pv Madison   Dim 15 Oct - 20:17

Happy Birthday to us

Je n'avais jamais autant souri depuis le début des vacances qu'en ce jour accompagnée de ma meilleure amie. C'était simple, sans elle je perdais une partie de ma joie de vivre. J'avais besoin d'elle pour rayonner de tout mon être, et nous retrouver nous faisait du bien à toutes les deux. J'avais besoin d'elle autant qu'elle avait besoin de moi et nos familles respectives ne pouvaient pas l'ignorer. Nous séparer n'était pas la meilleures des solutions pour que nous puissions aller mieux, ce qu'il fallait c'était qu'on se reconstruise ensemble. Car on était faites pour ne pas être séparées. Jamais. Parler de nos familles pouvait se révéler très drôle surtout lorsque celles-ci prenait le temps de nous mettre un peu la honte bien avant. Dans le genre très gênant nous pouvions aisément citer mon oncle...et mon cousin. D'ailleurs un lueur illumina mon regard quand l'idée de Roxy atteignit mon esprit.

"Mais...c'est une trop bonne idée! Je n'y avais jamais pensé! Mais bien sûr! Tu es géniale! Tu as toujours de bonnes idées! Il faut avouer que je ne prenais jamais le risque de chercher mon cousin et j'étais peut-être un peu trop gentille de me laisser faire comme ça...mais Ethan n'est pas méchant...mais tu as raison! Il est temps que je contre-attaque!"

Je relevai le menton, affichai un air fière puis croisai le regard de ma meilleure amie. Nous essayâmes de rester un instant sérieuse avant d'exploser de rire. Je m'amusai tellement avec Roxy, mon coeur battait comme les ailes d'un papillon en plein vol. En un mot: j'étais heureuse! Tout ça grâce à ma meilleure amie. Je ne savais pas ce que je pourrais faire sans elle et je n'osai même pas l'imaginer. Je n'arrivais pas à arrêter de rire, j'avais tellement mal aux joues que je me demandais si ma mâchoire ne finirait pas par se décrocher. Cela faisait tellement du bien de passer un bon moment.

"Parce que minie-Roxy aussi faisait des bêtises? Je serais heureuse d'en entendre au moins une comme ça nous serions quitte tu ne crois pas? lui dis-je avec un clin d'oeil. Quand à nos familles, je ne sais pas pour toi mais ça ne me dérangerait pas qu'ils discutent jusqu'à demain matin!"

Je serrai la main de ma meilleure amie en rigolant de bon coeur, tout en l'entraînant vers les magnifiques fleurs de sa grand-mère dont je m'empressai de trouver la symbolique. Ca aussi c'était un de mes jeux préférés, bien qu'il soit étrange il me plaisait et Roxy semblait heureuse que je lui parle de temps en temps de mes plantes. Quand aux garçons nous semblions d'accord toutes les deux sur un point: nous ne laisserions jamais l'une ou l'autre avec un garçon que nous ne trouvons pas assez bien pour l'une ou l'autre. Il fallait un garçon qui méritait Roxy et je ferais en sorte que ce soit le cas...plus tard. Je rigolai de bon coeur avec ma meilleure amie.

"Bien sûr que je ne te pousserai pas avec le premier venu! Je veux garder ma meilleure amie pour moi encore quelques temps et puis tant qu'il ne te méritera pas, je refuserais qu'il t'offre des fleurs! dis-je en souriant de toutes mes dents. Ahaha! Je ne pense pas que tu ai à t'en faire toi non plus, le Sherlock Holmes en toi peut encore se reposer quelques temps"

Bien sûr, comme si je pensais que la bonne humeur pourrait rester au grand fixe durant tout l'après-midi, je ne fis pas attention à mes paroles. J'avais l'habitude de tout dire à ma meilleure amie, sauf quand il s'agissait de moi ou de quelque chose qui pourrait l'inquiéter. Or prise dans mon élan je n'avais pas fait attention et avait enchaîné ma phrase bien trop vite, obligée de la coupé pour ne pas révéler le fond de ma pensée. mal à l'aise j'avais changé de sujet mais Roxy était contrariée et cela se voyait. Après tout elle avait de quoi, elle était ma meilleure amie et je lui cachait des choses et même si je pensais que c'était pour son bien, je n'avais peut-être pas le droit de lui faire endurer ça, elle avait déjà tellement de chose à penser alors si elle croyait que sa meilleure amie ne voulait plus rien lui dire. J'avalai difficilement ma salive lorsque mon amie je répondis d'un ton assez distant et ne réagis pas à ma plaisanterie. J'avais eu tord. Une fois de plus.

La voir parler de sa cicatrice de cette façon me donnait froid dans le dos. Roxy ne se rendait pas compte à quel point elle était une fille géniale et courageuse qui n'avait pas hésité à me pousser pour prendre un sortilège à ma place. Elle avait peur que plus personne ne la regarde à cause de cette cicatrice alors qu'en fait sans elle, je ne serais même plus là pour la regarder. Elle avait tord de penser que tout le monde la trouverait horrible car ce ne sera pas le cas et j'y veillerai personnellement. Comment pouvait-on trouver une héroïne horrible? Elle m'avait sauvé ce soir là et ça j'avais l'impression qu'elle l'oubliait. Mais je ne dis rien, nous avions tous des démons à combattre et je savais bien de quoi je parlais. Je me sentais mal par rapport à tout à l'heure, je ne devrais pas cacher à ma meilleure amie ce qui pourrait m'arriver à la rentrer. Mais comment le lui dire? Comment faire? Comment lui dire que je risquerai de ne jamais revenir à Poudlard alors qu'elle a besoin de moi et que j'ai tant besoin d'elle? Le coeur battant la chamade je laissais Roxy me donner des nouvelles des autres tout comme je l'avais fait avant elle.

"Tu as raison et j'espère que Milo y arrivera...mais ce n'est pas si facile parfois..."

Voilà comment seulement je pouvais faire passer mes craintes à mon amie, en ce qui me concernais. Parler des autres et en faire une généralité. J'étais cette généralité. J'étais comme Milo, elle le savait et elle ne comprenait pas pourquoi. Sûrement car pour elle je n'avais rien fait, que ce n'était pas de ma faute alors que si je le savait et mon esprit me le faisait sentir. Si rien n'était de ma faute alors d'où venait cette culpabilité qui me rongeait? D'où venait ces cauchemars qui ne cessaient jamais? Si tien n'était de ma faute pourquoi je me sentirais si...si coupable? Je repris mes esprits et continuai:

"J'imagine que ça doit être dur aussi pour Tracy, mais nous serons là pour elle si jamais elle a besoin de quoi que ce soit. C'est une chouette fille! Et je suis contente que tes cousines ailles bien!"

Je me fis entrainer par Roxy vers la maison tout en lui parlant de Hope. Nos relations avec ma cousines étaient quelques peu compliquée et je sais que cela ne lui plairait pas que je lui dise ça...mais c'était encore de ma faute.

" Avec Hope c'est...compliqué. Nous ne nous sommes jamais aussi bien entendu avec elle que je m'entend avec Ethan et Jay. Et c'est entièrement de ma faute même si je sais que je ne pouvais rien faire pour éviter ça. Hope à le même âge que moi, nous sommes nées à quelques moins d'intervalles, ainsi quand ma maman et venue me déposer chez ma Tante, Tata lui a promis de s'occuper de moi comme de sa propre fille. Ca peut apraâitre horrible de dire ça, mais je le ressens bien. Hope est jalouse et elle croit que je lui vole sa famille. Ma Tante c'est autant occupée de moi que d'elle, mais elle a sut bien plus vite que moi mon passé. Peut-être c'est-elle dit que sans moi, on se serait davantage occupée d'elle? Que sans moi cela aurait été différent? J'ai l'impression d'être pour elle un nid à problème. Et le fait qu'Ethan et Jay m'apprécient beaucoup, ça la contrarie énormément car elle n'a pas les mêmes relations avec ses frères que moi j'ai avec mes cousins. Elle doit se sentir rejetée quelque fois et je pense que c'est pour ça qu'elle me rejète elle même. Elle ne veut pas vraiment que je fasse partie de la famille, elle nie fait que pour ma Tante mais je vois bien qu'elle ne m'aime pas. Le fait que je sois une sorcière n'a pas arrangé les choses entre nous..."

Je souris à ma meilleure amie, je n'avais pas une famille parfaite mais je l'aimais comme ça. Et même si Hope ne m'aimait guère, cela ne m'empêchait pas de l'aimer car elle avait tout pour plaire, à part ce côté peste qu'elle avait avec moi. A peine entrée dans la cuisine, une bouffée de bonne humeur me gonfla le coeur et je me remis à plaisanter avec ma meilleure amie. C'était elle mon stock de bonne humeur, elle remettait ma jauge de bonheur au maximum à chaque fois qu'elle était dans la même pièce que moi!

C'est sûrement le moment que mon esprit à attendu pour me mettre une violente gifle. C'est sans doute le moment où le père de Roxy est passé par la porte pour me dire des mots les plus gentils du monde que tout est venu s'effriter dans ma poitrine. C'est sans doute l'émotion qu'à ressenti Roxy et mes yeux baignés de larmes qui m'ont fait vaciller du mauvais côté. C'est sans doutes les souvenirs de cette soirée à la simple évocation du mot "protéger", ce que je n'avais pas réussis à faire pour ma meilleure amie, que tout mon petit bonheur s'est écroulée. Je me sentais mal, terriblement mal, je retenais mes larmes devant le père de Roxy qui souriait, qui m'avait accueillis dans leur famille, qui avait fait une place pour moi parmi les leur comme j'avais fait une place pour Roxy parmi les miens. Les larmes roulèrent seules sur mes joues et bientôt je ne pouvais plus m'arrêter. Combattre quelque chose qu'on ne maîtres pas était tellement plus dur que d'essayer de se convaincre qu'on n'y étais pour rien; Or j'étais trop honnête pour me faire des illusions. J'étais trop honnêtes pour me dire que je n'avais rien fait. Je voyais le regard peiné de mon amie, je voyait dans ses yeux qu'elle doutait de quelque chose et j'étais impuissante comme lors de ce bal. Faible. Impuissante. J'avais besoin de me sortir de ce mauvais pas et j'avais besoin de ma meilleure amie, mais comment lui faire comprendre qu'elle n'y ait pour rien? Que tout à toujours été de ma faute même si je ne le souhaitais pas? Je me laissais aller à son étreinte, à ses mots réconfortants. Je me sentais si égoïste que cela me vrillait l'estomac. Pourrais-je un jour sourire comme avant, ne pas me rappeler à chaque instant que je peux tout briser à la simple évocation d'un mot? Roxy pleurait et mon esprit s'en amusait pour me faire comprendre que c'était encore de ma faute. Je serrai les dents et ne pouvais que plonger dans cette étreinte réconfortante que m'offrait ma meilleure amie. Je l'aimais tellement.

"Toi aussi Roxy, tu as toujours fait partie de ma famille"

Je la serrai dans mes bras, essayai de me calmer, de calmer la tempête de mon esprit qui se déchaînait. Et respirai calmement. Au bout de quelques minutes je finis par me reprendre et m'excusez pour mes larmes. Je n'étais pas ici pour faire souffrir Roxy, nous étions ici pour nous amuser pour nous faire rire et pour sourire jusqu'à en avoir mal aux joues. Pourquoi fallait-il que les larmes viennent tout gâcher? J'avais déjà fait assez de choses comme ça et ne voulait pas continuer à enfoncer le couteau dans la plaie alors que Roxy avait déjà assez mal elle aussi. Je n'étais pas celle qui devait la faire pleurer, mais celle qui devait la faire rire. Je me l'étais promis et je tenais toujours mes promesses. Roxy changea de conversations et bientôt le poids sur mon coeur s'allégea. J'essayai de reprendre le contrôle de mes émotions et finit par réussir à sourire de nouveau. Et même si ce n'était qu'un maigre sourire, il serait bientôt rayonnant. Seulement pour elle. Seulement pour Roxy. J'aurais le temps de me morfondre ce soir quand nous serons séparé de nouveau mais pas là. Pas aujourd'hui et surtout pas maintenant!

"Trop bien! Il faudra que tu me montres tout ça si jamais tu peux filmer ou prendre des photos! Mais n'oublie pas d'enlever le capuchon de l'appareil, dis-je en plaisant de nouveau"

L'excitation de ma meilleure amie faisait plaisir à voir et cela me redonna encore un peu plus le sourire. Je l'interrogeai sur son oncle tout comme elle m'avait interrogé sur Hope mais je ne m'attendais pas à une telle cascade de mots. Bientôt entraînée dans une histoire surprenante, je buvais les paroles de ma meilleure amie en essayant de tout comprendre. C'était une histoire compliquée mais elle finissait bien!

"Oui c'est vraiment fou! Mais tout est bien qui finit bien! Et puis non ne t'inquiète pas tu ne m'as pas ennuyé, c'était une sacrée histoire et tu les raconte super bien j'étais captivée durant tout le récit! Et puis tu sais que j'adore les histoires!"

Mais malgré que cette histoire soit passionnante il y en avait une autre qui me rendait tout aussi heureuse que ma meilleure amie! Ma meilleure amie allait être grande soeur! J'étais tellement heureuse pour elle que je sautillait dans tous les sens, la bombardant de questions et ne pouvant m'empêcher de lui dire qu'elle sera une formidable grande soeur! Et ce n'était pas pour la rassurer je savais qu'elle serait la meilleure grande soeur de tout les temps! Peut-être que cet enthousiasme venait du fait que je ne pouvais pas vraiment être grande soeur ou petite soeur ne sachant où était mes parents et si ils avaient eut d'autres enfants que moi. Peut-être que cette joie, je la ressentais chez ma meilleure amie et vu que nous partagions tout je la ressentais moi aussi. Mais n'ayant pas la chance de me dire avec certitude un jour que je pourrais être grande soeur je profitai de ce moment avec ma meilleure amie, comme si un jour elle me rendrait la pareil si je pouvais lui annoncer la même chose.

" Oui c'est sûr un garçon ça changerait bien et Liam aurait un copain mais après tout c'est vrai vous êtes une famille vraiment de filles alors peut-être que cela ne changera pas? Quoi qu'il en soit que ce soit un garçon ou bien une fille je serais heureuse de le rencontrer plus tard ce bébé et je suis sûr qu'il sera aussi mignon et adorable que toi! Oui pour l'instant il est bien au chaud il peut bien attendre encore un petit peu non? Ahaha tu as bien raison, espérons que tous les Ethan ne soient pas pareil que mon cousin sinon je peut d'hors et déjà te plaindre ma pauvre, dis-je en rigolant. J'espère que la grossesse de ta maman se passera bien et que le bébé arrivera en forme!"

Je pris une nouvelle fois ma meilleure amie dans mes bras, partageant son bonheur, elle m'exposa quelques instants plus tard ses plans et je me mis à taper des mains comme une enfant! J'en étais sûre! Roxy sera la meilleure grande soeur de tous les temps! Il ne pouvait en être autrement de toute façon!

"Si tu as besoin d'aide pour fabriquer quelque chose n'hésite pas à me demander je suis là pour te servir Capitaine Roxy! Et même si je ne suis pas très douée je devrais réussir faire quelque petites choses sans me blesser tu ne crois pas? Du moment que tu ne me demandes pas de scier une planche de bois je devrais m'en sortir sans bobos! Mais bien sûr qu'il t'aimera? Qui ne t'aimerait pas? Je suis sûre qu'il sera fière de sa grande soeur quand tu reviendras de Poudlard avec de nouveaux sortilèges appris et il sera heureux de te suivre quand il sera plus grand! Tu n'as pas à t'en faire pour sa ma Roxy, moi je peux déjà te dire que tu seras une formidable grande soeur et que ton petit frère ou ta petite soeur sera super-méga-heureux de t'avoir!"

Je souris à mon amie en espérant la rassurer sur le fait que le bébé l'aimera même si ils seront beaucoup séparée. On ne peut pas oublier une fille comme Roxy, il suffit simplement de la voir une seul fois pour qu'elle reste gravée dans votre esprit et que son nom évoque un immense bonheur. En parlant de distance j'avais faillis oublier de dire quelques chose à Roxy. Je me rapprochai de ma meilleure amie, fouillai dans ma poche et en tirai une lettre avec beaucoup beaucoup d'écriture que je lui tendis en affichant un sourire, super fière de lui montrer cela. J'attendis qu'elle est finit de la lire pour reprendre tout aussi joyeusement.

"C'est Jay qui me l'a donné quand il l'a reçu la semaine dernière! Tu te rend compte il a été admis dans une des plus grande université de Londres! Je suis trop fière de lui et je suis trop contente! Il avait passé un concours mais il était sûr de l'avoir loupé, il m'avait raconté dans une de ses lettres que de toutes façon il ne pourrait jamais intégré cette école "prestigieuse" comme il l'avait appelé et là...tadam! Il a été reçu!! Bon il n'en a pas encore parlé à mon Oncle et à ma Tante, il a peur qu'il refuse qu'il y aille ou je ne sais pas trop quoi. Il m'a dit qu'ils seraient trop triste si lui aussi partait de la maison en même temps que moi et qu'on ne rentrait tout les deux que pour les vacances. Il ne veut pas leur faire de peine mais franchement je trouve ça génial pas toi? J'espère qu'il va pouvoir y aller! Il a travaillé tellement dur!"

J'étais réellement fière de mon cousin. Je savais qu'il travaillait d'arrache pied pour avoir toujours les meilleures notes à ses examens et à côté d'Ethan qui passait son temps sur ses jeux vidéos, il y avait de quoi être fière non? Mais je comprenais mon oncle et ma Tante, il devait déjà me voir partir une année entière et maintenant Jay, allaient-ils le supporter surtout depuis ce qui s'est passé avec moi la dernière fois? Allaient-ils le laisser y aller? Je l'espérais tellement et devant le regard de mon amie je ne pus m'empêcher de baisser les yeux en rougissant ayant honte de lui avoir caché que si ça se trouvait elle ne me retrouverait pas à la rentrée. Devais-je le lui dire? Manquer de gâcher la fête? Ou devais-je le lui cacher? Et manquer de perdre ma meilleure amie?

"C'est sûr qu'il me manquera comme d'habitude...voir peut-être plus si...si mon Oncle et ma Tante refuse de me laisser revenir à Poudlard dans une semaine..."

J'étais récemment la meilleure pour gâcher les fêtes il n'y avait pas à dire mais je détestais devoir mentir encore davantage à ma meilleure amie. Ne l'avais-je pas assez fait durant l'été? N'avait-elle pas le droit de le savoir et de m'aider? Devais-je constamment la protéger au risque de lui faire plus de mal que nécessaire? Je repris mon souffle et essayait de garder un petit sourire sur mes lèvres comme pour la rassurer car je ne pouvais pas m'en empêcher. Mais mon sourire était bien plus triste que ce que je ne voulais, mais je ne parvenais pas à faire autrement.

"Je ne voulais pas te le cacher, j'ai plus confiance en toi qu'en quiconque mais je voulais juste ne pas t'inquiéter car rien n'est sûr...mais je déteste devoir te cacher des choses, je déteste devoir te mentir. Depuis que je suis rentrée le sujet de Poudlard a été banni de la maison, plus personne n'en parle et plus personne n'évoque la magie. Mon Oncle et ma Tante font une drôle de tête dès que je prends un livre pour réviser et je les entend parfois se disputer le soir pour savoir si je dois ou non retourner dans cette école. J'ai bien essayé de t'en parler avant...mais...mais je voulais pas que tu sois triste parce que je compte bien revenir. Je sais je n'ai pas d'excuse j'aurais du te le dire et peut-être que ça aurait changé quelque chose mais je ne voulais pas que tu t'inquiète pour moi. Mais après tout ils ont aussi accepté l'invitation de tes parents alors peut-être qu'ils veulent bien après tout...non?"

Comment j'avais pu m'aveugler à ce point là? Croire que je n'avais pas besoin du soutiens de ma meilleure amie pour surmonter cette étape? Pourquoi ne lui en avais-je pas parler avant? Elle aurait compris, Roxy me comprenait mieux que quiconque et j'avais l'impression que je faisais tout et n'importe quoi en ce moment. Je ne voulais pas la perdre...

"Je prends toujours les mauvaises décisions, je ne sais pas parler, je te cache des choses pour ne pas t'inquiéter mais ça fait tout le contraire. Je fais tout de travers et tu m'invites pour qu'on passe une super journée et je gâche la fête...je suis vraiment une amie en carton..."

Je serrai les poings, le visage rouge de colère contre moi-même. Furieuse de ne pas faire ce qu'on attendait de moi et de faire de la peine à Roxy. Je ne voulais pas qu'on s'inquiète, je ne voulais pas qu'on me plaigne, je ne voulais pas qu'on est pitié mais je faisais tout le contraire. Je faisais pitié dans cet état là et ça ne me ressemblait pas. Je gâchai encore tout une nouvelle fois à croire que ce sont dans mes gênes. Je voulais bien faire et en fait...je faisais tout de travers. Je regardai ma meilleure amie je suis sûre qu'elle m'en veut, comment ne pas m'en vouloir après tout ce que j'avais fait. Je me disais être sa meilleure amie et je n'étais même pas capable de la faire sourire. Nulle. C'est ça. Vraiment nulle. Serais-je capable un jour de ne pas faire mal à au moins une personne sur cette planète? Puis je pensais à mes parents qui sont partis en me laissant un beaux jours. Au moins je ne leur faisait pas de mal à eux. Une larme s'écrasa sur le sol. C'était sensé être notre fête d'anniversaire, c'était sensé être le plus peux jours des vacances, j'étais sensé faire rire et sourire ma meilleure amie toute la journée, j'étais sensé être la plus heureuse de toute en ce jour et pourtant la pluie vient cacher le soleil au moins l'espace d'un instant.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7594-roxy-la-famille-trop-d-filleshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7605-roxy-rock-shttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7151-liu-xi-si-on-faisait-un-brin-de-causette#170239http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7607-roxy-attend-vos-longs-courriershttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7608-roxy-attend-vos-petits-mots

Arrivé(e) le : 27/02/2017
Parchemins rédigés : 322
Points : 12
Année : 2ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Liu Xi MacDougall

MessageSujet: Re: [terminé]Happy Birthday To Us pv Madison   Mar 24 Oct - 20:32



Happy Birthday to Us


Je ris de bon cœur avec mon amie, évidement qu’il fallait qu’elle contre-attaque ! C’était une question de survie au sein de la famille. Il ne s’agissait pas d’être méchante ni rien, juste de faire sa place et de la défendre. « Mais oui, on va te préparer un plan d’enfer pour lui rendre la monnaie de sa pièce ! » .
Et comme ça aussi, c’était de bonne guerre, Maddie ne manqua pas de me demander quelles étaient mes bêtises. Difficile d’en choisir une, mais quelque chose revient en tête. « Je ne sais pas si tu vois ce que c’est un pistolet à silicone ? ça sert à faire des joints sur les baignoires, les trucs comme ça. Ma mère a signalé à mon père qu’une planche des escaliers était un peu fissurée, qu’il faudrait qu’il la répare. Il a dit qu’en revenant des courses il mettrait de la pâte à bois ou du silicone et que ça serait réparé en moins de deux. Je savais où mon papa rangeait son matériel puisqu’il me laissait l’aider. La pâte à bois, ça je savais pas trop ce que c’était, enfin, soit c’est du bois soit c’est de la pâte. Mais le pistolet à silicone, je connaissais. Du coup, j’ai été aidé ma maman. Franchement, j’ai bouché la fissure de manière plutôt propre, mais j’ai voulu étaler bien comme il faut avec mes doigts. Le silicone ça colle super vite, du coup, je suis restée collée à la planche. Tu parles d’un coup de main toi !» dis-je en riant. Ils ont mis plus de temps à me décoller qu’à réparer la planche, ça c’est sûr !

Quant aux garçons… la aussi il y avait du pain sur la planche avant d’espérer m’en mettre un dans les pattes. Franchement, pourquoi s’encombrer avec eux ? Ils passent leur temps à nous enquiquiner. Et puis après il faut leur plaire, et faire attention à ce qu’on dit et comment on s’habille et ce qu’on fait. Non c’est trop chiant, moi je ferais que ce qui me plait ! « Bon ça va alors, je propose qu’on en reste à s’offrir mutuellement des fleurs, entre personnes de bon goût ! » dis-je avec un sourire. Au moins, on n’était sûre de ne pas être déçues, et je savais que Madison et moi, c’était du solide. On s’accepterait toujours telles que nous étions. Enfin, ça c’est ce que je pensais jusqu’à aujourd’hui.
Parce que franchement, elle ne me donne pas vraiment l’impression de me faire confiance et d’avoir envie de partager des choses avec moi. Alors oui c’est sûr on plaisante sur ce qui nos bêtises de jeunesse, sur nos familles, mais tout est superficiel et dès qu’on aborde les vrais sujets, j’ai l’impression d’être n’importe qui et pas son amie. Je ne vais pas la juger si elle a peur ou si quelque chose ne va pas. Je sais que c’est difficile pour elle. Et que je ne peux pas l’aider. Mais me mentir, c’est bas. J’ai besoin d’honnêteté entre nous.

« Je suis sûre qu’avec le temps, les choses s’arrangeront. C’est comme ma cicatrice, elle ne disparaîtra jamais, mais elle ne me fera plus mal et j’y serais habituée. Mais c’est difficile d’être patient. » Et ça s’adressait autant à Milo, qu’à Madison ou moi. Il fallait qu’on accepte qu’on ne pouvait pas changer le passé, qu’on ne pouvait pas faire disparaître nos peurs et nos traumatismes… Mais qu’on avait quand même le droit de vouloir avancer. J’appréhende cette rentrée, d’autant plus si je ne peux pas être franche avec Madison. Ce serait horrible. Après tout ce qu’on a vécu, je peux accepter ma tête, accepter la bataille, mais je ne supporterai pas que les Mangemorts m’aient enlevé mon amie.

« J’espère qu’à la rentrée tout le monde sera dans cet état d’esprit…Enfin, je veux dire, on n’aura peut-être pas envie d’en parler, mais maintenant qu’il n’y a plus de chachots entre-nous j’espère qu’on sera tous présents pour les autres, dans la mesure du possible évidemment. » Juste un peu de bienveillance entre nous, qu’on évite un peu les mesquineries et qu’on prenne soin des autres. Juste le temps que tout le monde puisse se remettre sur pied. Evidement, je ne doute pas un instant que Sage et Jade vont continuer à se chamailler, mais c’est aussi un retour à la normalité, ce n’est pas négatif. J’espère juste ne plus entendre personne se faire appeler sang-de-bourbe. Qu’aucun d’entre-nous ne considère les autres comme leurs esclaves.
Je serrais doucement Madison contre moi, je pouvais très bien comprendre ce qu’elle ressentait. « Tu sais, c’est pas ta faute s’ils s’entendent différemment avec toi qu’avec Hope. On se chamaille toujours entre frère et sœur, avec une cousine, c’est différent. Je ne sais pas pourquoi. Mais chez nous c’est pareil, je pense que je suis plus proche de Liam que ses deux sœurs. Bon après, je ne crois pas qu’elles m’en veuillent pour autant, mais on n’habite pas ensemble ça change quand même beaucoup de choses ! Quand elle sera plus mature, elle se rendra compte que c’est stupide, t’inquiète pas. Tes cousins et moi, on sait que t’es géniale » . dis-je en lui posant un baiser sur le front. Elle pouvait bien me cacher des choses, je ne pouvais pas m’empêcher de l’aimer de tout mon cœur, ma petite Madison.

L’intervention de mon père avait bouleversé Madison plus que je ne le pensais, elle me fit pleurer par ricochet et nous étions là comme deux idiotes à nous serrer l’une l’autre en pleurant. Je n’avais pas envie que cela devienne la base de nos échanges. J’avais envie qu’on partage encore plein de belles choses, mais aussi nos peines. Mais pas qu’on soit source de peine l’une pour l’autre. « On ne ment pas à sa famille, Miss Leynd. Je ne sais pas pourquoi tu pleures, mais ce que je sais, c’est que tu n’as aucune raison valable de le cacher ! » dis-je d’une voix moins assurée que je ne l’aurais voulu, mais sans desserrer mon étreinte. Mais je n’insiste pas plus, je ne veux pas la blesser, ou lui mettre la pression. Je veux juste qu’elle le sache. Qu’elle peut tout me dire. Alors quand elle change de sujet, je la suis sur son terrain.
Je lui promis de ne pas oublier de retirer le capuchon et de lui montrer les images bien sûr. Et apparemment elle avait survécu à mon loooong récit familial. Je plaisantais en lui disant qu’on pouvait lui décerner une médaille. Mais, il fallait que j’en parle à quelqu’un, c’était quand même trop énorme comme histoire. Mais c’est vrai, pas autant que mon futur statut de grande sœur. J’avais tellement hâte !
« Oui ce sera la grosse surprise, je pense qu’on devrait prendre les paris, et se faire plein d’argent de poche ! mais pour l’instant, je ne saurais pas encore trop vers quel côté pencher. Je te présenterai le bébé, ça en tout cas c’est sûr ! Tu auras le droit à toutes les nouvelles que ma mère me donnera quand on sera à Poudlard ! »

Je serrais la main de Maddie pour sceller le pacte : « promis, on va repartir à la recherche de petits trésors comme pour notre première rencontre ! Tu t’en étais très bien sortie ! » . Elle fit naître un grand sourire sur mon visage avec ses paroles : « Oh c’est trop gentil ! J’espère que tu as raison ! J’ai hâte en tout cas ! »

Mon amie me tendit une lettre que je lis avec attention… Wow, il ne plaisantait pas le cousin Jay : « Wow ! Il faudra que je le félicite ! C’est super, vous avez ça dans le sang, l’intelligence dans la famille ! Je ne vois pas pourquoi ta famille refuserait, ça serait trop bête ! C’est une super chance pour lui ! Je pense qu’ils tiennent trop à lui pour lui refuser ça, ils veulent le meilleur pour son avenir non ?! » Franchement ce serait totalement stupide et égoïste de vouloir qu’il reste à la maison. Pour y faire quoi ? Rester au chômage tout sa vie dans les jupes de sa maman ? Aucun parent censé ne voudrait ça. Et je ne connais pas les parents de Jay, mais je vois comment ils se sont occupés de Madison : ils m’ont tout l’air de savoir ce qu’ils font. Enfin j’espère !

Mais c’est surtout la suite de ses paroles qui me laissèrent sans voix. Comment ça elle n’allait pas revenir à Poudlard ? C’était une blague ? Bon je pouvais comprendre aisément que…c’était flippant tout ce qui c’était passé. Et vraiment, il y avait de quoi douter de la fiabilité de cette école. Mais c’était tout aussi dangereux que d’avoir des pouvoirs et ne pas savoir s’en servir. Oh non pauvre Maddie. Pauvre moi. Je ne pouvais pas être séparée d’elle. J’étais complètement effarée. Je posais ma main sur son épaule, attendant qu’elle vide son sac. Mon dieu… Vous m’étonnez qu’elle n’avait pas l’air dans son assiette. Mon cœur semblait prêt à exploser… « Oh Maddie ! Tu aurais dû me dire tout de suite, on aurait pu préparer un plan d’attaque avec mes parents ! Ils ne veulent pas que tu retournes à Poudlard ? Ou c’est carrément la magie qui les gêne ? Parce qu’on pourrait aller ensemble à Durmstrang ou à Beauxbâtons ! Moi ça m’est égal, mais ils ne vont pas nous séparer. Ça ne gênerait pas mes parents je pense, tu sais, je sais qu’ils ont hésité aussi… Ils m’ont demandé si je voulais aller en France avec mes cousines. Mais je voulais rester ici…avec toi. »

J’avais les larmes aux yeux, mais je les séchais bien vite. On allait trouver une solution. C’était sûr. C’était obligatoire ! Hors de question qu’ils m’enlèvent ma Madison. « Je suis sûre qu’en discutant avec ma famille, ton oncle et tante vont retrouver la raison. Je comprends que ça fasse peur, ce qu’il s’est passé… Mais ils vont être vigilants maintenant. Et en plus, si jamais il n’y a plus Poudlard pour faire de nous un groupe soudé, ça va être le cirque ! T’imagines, il suffirait aux mangemorts de faire du porte à porte, de convaincre les gens discrètement et ils pourraient recommencer sans que personne ne s’en rende compte. Encore pire que maintenant. Et puis comment on va faire, si on n’apprend pas à se servir de notre baguette ? On serait trop dangereux. Non, ils ont peur mais ils vont retrouver leur sens commun. » dis-je complètement déterminée. « En tout cas, ils ne nous sépareront pas. Quoi qu’ils fassent, on trouvera une solution, je te promets ! Tu ne gâches rien du tout, ne soit pas bête. Mais fais-moi confiance Maddie, je préfère savoir pourquoi je m’inquiète que de m’imaginer des trucs. Et là je ne suis pas inquiète, je suis en mode guerrière. Fais-moi confiance, tu veux que j’aille en parler vite fait à mes parents pour qu’ils lancent une opération séduction ?» demandai-je à mon amie, en essayant de plaisanter malgré ma gorge serrée. Je la prenais par l'épaule, pour lui montrer mon soutien. Si j'avais pu lui en vouloir pour son comportement quelques instants plutôt, c'était totalement oublié, et j'étais déjà prête à tout pour pouvoir régler notre problème.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7573-madison-p-leynd-o-a-la-decouverte-de-la-petite-maladroite-dont-le-sourire-est-eternel-ohttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7578-madison-p-leynd-o-la-petite-maladroite-dont-le-sourire-est-eternel-ohttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7579-les-p-tits-rps-de-maddiehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7583-o-boite-aux-lettres-de-madison-ohttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7582-petits-courriers-pour-madison-envoyez-un-hibou-express-avec-edelweiss

Arrivé(e) le : 21/02/2017
Parchemins rédigés : 595
Points : 3
Crédit : You_Complete_Mess (crimsonday)-> Signature
Année : 2ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Aucun

MessageSujet: Re: [terminé]Happy Birthday To Us pv Madison   Ven 3 Nov - 0:23

Happy Birthday to us

L'air déterminé et farceur de Roxy ainsi que son rire communicatif me fit éclater de rire à mon tour. Je ne serais jamais crédible dans le rôle de la fille qui veut jouer des blagues mais si pour choix des armes je pouvais prendre ma meilleure amie alors j'étais sûre que mon taux de réussite allait monter en flèche. Après tout elle avait raison, Ethan avait bien le droit à une petite blague en retour. Je lui promis que nous allions organiser ça. Ma vengeance était proche! Tout du moins tant que je ne faisais pas échouer le plan au préalable en faisant tomber un livre dans une flaque d'eau, où si je ne déclenchais pas le mécanisme toute seule. Vous rigolez mais je serais bien capable, tête en l'air comme je suis, d'oublier qu'il y a un piège et de me le prendre à la place de mon cousin. On pourra dire que le plan à échouer et que la vengeance n'est pas prête d'arriver. La simple perspective de me retrouver avec un paquet de farine sur la tête en ayant oublié qu'il était calé contre le dessus de la porte déclencha un nouveau rire. J'avais mal aux joues mais je ne pouvais plus m'arrêter, cela faisait tellement du bien de retrouver ma meilleure amie! Bien sûr, je n'avais décidément pas envie de me prendre la honte toute seule et après la séquence minie-Maddie place à la séquence Roxy-en-folie! J'hochai la tête quand elle me demanda si je savais ce qu'était un pistolet à sali...soli...sili...je-ne-sais-quoi, en espérant qu'elle ne me demanderait pas une définition car je serais tout à fait incapable de la donner. Déjà l'an passé elle m'avait appris que non on ne pouvait pas enfoncer une vis à l'aide d'un marteau alors le pistolet avec je ne sais quelle substance barbare à l'intérieur je m'en passerai volontiers. Roxy me raconta sa bêtise et quand la chute tomba je ne pus m'empêcher de rire encore une fois avec elle. J'applaudis ma meilleure amie en souriant

"Tu as mis la main à la pâte, c'est le cas de le dire! En tout cas ça partait d'une bonne intention et tu as retenu de ne plus mettre les doigts sur du silicone sauf si tu veux te retrouver coller avec une planche de bois. Si tu veux mon avis on devrait éviter de parler de cette substance collante à Jade si on ne veut pas retrouver Sage le derrière collé à sa chaise en cours"

Mon rire partit de plus belle. C'était réellement la meilleure journée de toutes mes vacances! J'acquiesçai avec un sourire entendu quand elle me m'annonça que nous resterons à nous offrir des fleurs mutuellement puisque les garçons n'en valaient pas la peine. Roxy n'avait pas tord, nous nous acceptions telles que nous étions l'une et l'autre, nous pouvions toujours compter sur l'autre si jamais nous avions le moindre problème. Je resterai toujours près d'elle simplement pour lui rappeler qu'elle sera toujours un Camélia. Mon camélia en fleur qui bourgeonnera tout le temps. Un Camélia aussi joli dehors que dedans que j'aime plus que tout. Roxy n'avait pas besoin que je lui offre des bouquets pour le savoir, tout pendant que je serais près d'elle je ne cesserai de le lui répéter. Roxy était la personne en qui j'avais le plus confiance. Et j'espérais qu'elle le savait. Je l'espérais du fond du coeur. Je détestais mentir à ma meilleure amie, je détestais lui cacher des choses mais je ne voulais pas lui donner des excuses pour qu'elle s'inquiète pour moi. Ce n'était pas ça le but...je n'étais pas sensée l'inquiéter, j'étais sensée lui redonner le sourire, j'étais sensée la faire rire et pas la faire pleurer. Il était maintenant trop tard pour enlever les mots qui s'étaient échapper involontairement de ma bouche. Dans ce cas là, la lâcheté est beaucoup plus simple que d'affronter la vérité la tête. Cruz a eu beau me répéter que j'étais courageuse ce n'était pas vrai. Je n'étais pas courageuse, trop lâche pour avouer les choses qui n'allaient pas. Trop lâche pour affronter mon destin la tête haute et me battre pour mes objectifs...non à la place de ça je m'écrasai bien trop souvent et laissait les choses suivre son cours. Je mentais à ma meilleure amie dans le but de ne pas l'inquiéter. Mais était-ce réellement le bon choix?

J'essayai d'éloigner le sujet pour ne pas m'enfoncer davantage mais le sujet suivant n'était pas sans conséquences non plus. La bonne humeur ambiante semblait être retombée d'un coup et je m'en voulais d'avoir été l'élément déclencheur de la perte de nos rire et de nos sourire ravis. J'aurais mieux fait de me taire ou de tout lui révéler mais je n'aurais jamais dû m'aventurer sur des chemins aussi glissants. Je relevai la tête vers ma meilleure amie quand elle sembla parler au nom de tous. Elle avait raison, elle avait tellement raison et j'aimerai la croire. Nous devions tous faire preuve de patience, mais c'était tellement dur. Dur d'être patient. Dur d'attendre que notre tour vienne, que les cauchemars cessent, que la culpabilité s'efface et que le sourire revienne. La patience était cruelle et pourtant dans notre cas à tous elle nous aidera à avancer. Un jour. Soudain la culpabilité resurgit dans mon estomac quand Roxy évoqua la rentrée. Elle s'inquiétait pour sa rentrée, elle me l'avait déjà dit et je pouvais le comprendre, dire que c'est de ma faute...Roxy s'inquiète déjà pour sa rentrée elle n'avait pas besoin de s'inquiéter pour la mienne. Je devrais être là en train de la faire sourire, de lui dire de ne pas s'inquiéter, que tout allait bien se passer et que je serais là pour elle. Toujours. Quoi qu'il arrive. Et même si mon avenir était encore incertain à Poudlard je voulais qu'elle le sache. Je n'avais pas le droit de l'abandonner. Jamais. Je me rapprochais de ma meilleure amie et la serra doucement dans mes bras pour la rassurer.

"Ne t'en fais pas ma Roxy. Je suis sûre que tout le monde sera dans cet état d'esprit là. On sera tous là pour les autres, on se soutiendra si jamais quelqu'un ne va pas bien. Je te le promet."

Mais même en serrant Roxy dans mes bras je sentais les larmes me piquer les yeux. J'espérais tellement tenir ma promesse. Tellement. Etre là pour elle, la soutenir, faire tout ce qui est en mon pouvoir pour qu'elle aille bien, pour qu'elle se sente bien. Il le fallait. Roxy me rendit doucement mon étreinte lorsque nous abordons le sujet d'Hope. J'avais toujours été plus ou moins mal à l'aise en la présence de ma cousine. Elle me mettait mal à l'aise pour être exacte. Je ne volais la place de personne et pourtant ce n'est pas ce qu'elle me faisait ressentir. Peut-être que pour elle je n'aurais jamais dû venir habiter chez eux...peut-être que pour elle je suis un boulet. J'avais beau me dire que ce n'était pas grave, j'avais beau tenter de la faire rire et sourire, ne serait-ce que penser l'espace d'une seconde qu'elle pourrait vouloir que je m'en aille de chez eux car je suis de trop me fait mal au coeur. Roxy tenta de me rassurer et je ne pus que sourire tellement je la trouvais adorable de me remonter le moral de cette façon. Il n'y avait que Roxy pour me faire sourire alors que j'avais mal au coeur, il n'y avait qu'elle pour que j'oublie mes peines et que je souris à pleine dents, toute douleur disparue et chagrin envolé. Quand elle m'embrassa sur le front, je rigolai doucement et souris à ma meilleure amie en lui serrant doucement la main.

"Alors tu crois...qu'elle ne me voit pas comme quelqu'un de...trop? Je me suis toujours dis que j'avais fait quelque chose de mal pour qu'elle ne m'apprécie pas autant que ça...je ne pensais pas au début que c'était ma présence qui la dérangeait...J'ai envie de te croire ma Roxy, je n'aimerai pas qu'elle soit triste à cause de moi...Dans tout les cas, tu sais quoi? C'est toi qui est géniale! Tu as toujours les mots pour me réconforter! T'es la meilleure!"

Je lui serrais la main avant qu'elle ne m'entraîne gaiement dans sa cuisine où nous fîmes la rencontre de son père. Rencontre qui m'avait autant émue que bouleverser. Je ne parvenais pas à distinguer la joie de ma peine et l'étau de mes émotions se resserrait sur ma frêle poitrine me faisant perdre tout mon contrôle. J'éclatai bientôt en sanglots incontrôlés alors que je m'efforçais encore et toujours de me taire pour ne pas lâcher une bombe de trop dans cette journée qui était sensée être magique. Mes pleurs firent du mal à Roxy et la voir me rejoindre dans mes larmes me brisa le coeur un peu plus. Mais qu'est-ce que j'étais en train de faire? Sa voix moins assurée qu'elle n'y paraissait me fait perdre tous mes moyens et pendant une fraction de secondes mes yeux s'inondent une nouvelle fois de larme. Ne pas l'inquiéter était-ce une raison valable pour lui cacher se qui me peser sur le coeur depuis le début de la semaine passée? Etais-je en train de prendre la bonne décision? De cacher quelque chose d'aussi important à Roxy, à ma meilleure amie, à ma famille? Ma gorge se serra et je me sentis très mal tandis que l'étreinte de Roxy ne se desserrait pas. La voir en pleurs, de ma faute, alors que je ne lui avais encore rien dit me paniqua et de manière maladroite je chassai mes larmes pour les remplacer par un petit sourire sincère espérant ne pas gâcher la journée plus que je ne l'avais déjà fait. Bien vite nos étreintes larmoyantes se transformèrent en un pacte en ce qui concernait le fait que ma meilleure amie sera bientôt grande soeur. Je n'avais plus besoin de me forcer de sourire. J'étais tellement heureuse pour elle qu'elle m'apportait une bouffée d'oxygène nouvelle que j'utilisait pour chasser les nuages et faire apparaître de nouveau le soleil sur mes lèvres. Je n'avais aucun doute en ce qui concernait le fait qu'elle allait être une grande soeur géniale! Il n'y avait qu'à voir comment elle s'occupait de moi déjà! C'était un ange!

"Eh bah tiens, moi je dirais que ça sera un garçon! dis-je en rigolant. Oh j'ai un statut de privilégié en plus! J'aurais toutes les nouvelles c'est génial! Pressée de faire la rencontre du futur petit Reid qui pointera le bout de son nez!"

Ca devait être tellement bien d'avoir un petit frère ou une petite soeur! J'étais heureuse pour Roxy et j'espérais que la grossesse de sa maman se passerait bien! Il me tardait déjà d'apercevoir la bouille de ce nouveau petit ange! Si Roxy était un ange, le bébé ne pourrait qu'un autre ange ça j'en étais persuadée! Son excitation me fit rire. C'était tellement agréable de parler de sujet joyeux, qui nous faisait rire et qui nous rapprochait encore un peu plus toutes les deux! Quand elle parla de notre première rencontre mes yeux pétillèrent un peu plus et je frappai des mains après avoir scellé un pacte avec ma meilleure amie.

"Ca avait un moment fabuleux! Le meilleur jour de toute ma scolarité! Enfin...je ne sais pas si je m'étais si bien débrouillée que ça mais au moins je ne nous avais pas fait passer par dessus bord! rigolai-je doucement. Tu avais été si patiente avec moi alors que je ne savais pratiquement rien...enfin juste rien, on peut se le dire entre nous. Et je vais redoubler d'efforts pour tenter de t'aider du mieux que je peux! Et que dis-tu? Bien sûr que j'ai raison! Tu es la meilleure!"

Après qu'elle m'ait fait part de sa bonne nouvelle je m'empressai de lui faire part de la mienne, en lui dévoilant l'enveloppe que j'avais piqué ce matin dans la chambre de mon cousin. Oui je sais ça ne se faisait mais aux grands mots, les grands remèdes! J'étais tellement fière de mon cousin que je voulais le partager avec ma meilleure amie. Elle sembla impressionnée elle aussi et je suis de plus belle. Jay avait tellement fait d'efforts pour passer ce concours que je me réjouissais pour lui. Si je devais le pousser devant mon oncle et ma Tante pour qu'il leur dise je le ferais sans hésiter!

"Bien sûr! Et je suis sûre qu'ils seront très heureux et fiers de Jay. Le problème ce n'est pas tant mon Oncle et ma Tante c'est mon cousin lui-même. Il a peur de leur faire du mal en partant si loin de la maison. Et pourtant je sais combien il en rêve de cette école, même si devant moi il fait semblant que ce n'est rien, je l'ai vu sauter au plafond quand il a reçu son admission. Alors je me suis promis que si je le devais je le trainerai devant mon Oncle et ma Tante!"

Mais malgré mon rire, la noirceur revint peu à peu cacher ma bonne humeur et le mélange d'émotions qui passaient à travers mon esprit rendait la situation de plus en plus délicate si je ne voulais pas inquiéter ma meilleure amie. Qu'est-ce que j'aurais pu faire? Lui dire que ma famille ne voulait pas que je retourne là-bas? Qu'il s'en voulaient de s'être montré, pour eux, si irresponsable? Qu'il regrettait de m'avoir emmené un jour dans cette école? Si je n'y avais pas été je n'aurais jamais rencontré Roxy et ça, ça me brisait le coeur encore plus que de savoir qu'il ne voulait plus que je parle de la magie. Je ne voulais pas me séparer de ma meilleure amie. Pour rien au monde. Jamais. Je m'étais fais le serment après le bal que je serais toujours là pour elle, pour la protéger, pour lui redonner le sourire, je m'étais promis que je serais toujours là. Toujours. Et dire que cette promesse ne tenait qu'à un fil déclencha mes larmes. Mes maux retenus depuis une semaine entière semblaient enfin prêt à s'extérioriser et malgré la menace qui planait sur ses révélations. malgré le fait que j'avais peur de gâcher encore une fois la journée. Je vidais mon sac et dans un sanglot livrait la vérité à ma meilleure amie. Je n'en pouvais plus de lui mentir...je ne pouvais plus...il fallait que je lui dise. Il le fallait. Durant mon récit je laissais tout m'échapper, tout ce que j'avais retenu, tous mes doutes, tous mes pleurs, ma culpabilité et mon impuissance face à la situation. Roxy posa une tendre main sur mon épaule qui eut pour conséquence de faire redoubler mes larmes. Et tandis que je voyais qu'elle retenait les siennes, je n'étais plus maîtresse de mes émotions et me laissait entraîner dans la peine de peut-être devoir me séparer de ma meilleure amie. Mais ça, je ne le permettrais pas. Elle était tellement importante pour moi. J'avais tellement besoin d'elle. Et je me l'étais promis.

"Je...je ne voulais pas t'inquiéter, dis-je en sanglotant, je ne voulais pas que tu sois triste...mais j'ai encore tout loupé, je te demande pardon. Ce...ce n'est plus simplement Poudlard, c'est la magie dans son intégralité. Quand je suis revenue de la Ferme le sujet à été banni de la maison, il ne voulait plus en entendre parler, il ne voulait même plus l'évoquer ou le sous-entendre, pendant une semaine ils ont fait comme si je n'étais pas une sorcière mais une petite fille normale, sans pouvoir. Je pense que si ça n'avait été que Poudlard...il m'aurait changé d'école mais ce n'était même pas ça...le...le simple fait de voir ce que la magie avait pu nous faire et surtout ne pas nous protéger les a mis hors d'eux et les as profondément blessé...je pense...je pense que ma Tante a eut peur de me perdre comme...comme elle a perdu ma maman...à cause de la magie..."

Ma voix se brisa et je pris le temps de respirer profondément pour réussir à calmer les sanglots qui foudroyaient ma poitrine en deux. Et dire que je m'étais promis de rester forte. Et dire que j'avais dit que je ne pleurerais pas devant Roxy. J'hochai la tête quand elle dit qu'elle ne voulait pas qu'on se sépare. Moi non plus. Moi non plus je n'avais aucune envie de me séparer de Roxy, je ne le supporterai pas. Deux jours avaient déjà été une torture abominable alors des années entières? Cela me donnait la nausée rien que d'en parler. Les yeux de Roxy passèrent de la tristesse à la détermination et quand j'osai enfin relever mes regards encore emplit de larmes vers elle et qu'elle m'expliqua à vive allure les raisons pour lequel ma famille devait me laisser retourner à Poudlard je ne pus qu'acquiescer. Elle avait raison. Mais comment? Elle reprit en disant que personne ne pourra nous séparer et qu'on pourrait lancer une opération séduction sur ma famille pour qu'il retrouve la raison. Cette petite plaisanterie m'arracha un petit sourire et j'essuyai mes larmes d'un geste. Roxy avait raison, je ne devais pas pleurer, je devais me battre. Je ne les laisserai jamais me séparer de ma meilleure amie et pourtant je ne voulais pas non plus les blesser. Sa présence. Son soutient. Ses mots réconfortant me donnaient du baume au coeur et je me demandais encore comment j'avais pu être aussi aveugle au point de ne pas parler de mes problèmes avec Roxy alors qu'elle trouvait toujours des solutions et qu'elle savait comment me redonner le sourire. En quelque temps je retrouvais plus de pêche et pu laisser entrevoir dans mes prunelles la même détermination que mon amie. Nous trouverons une solution. Elle me l'avait promis. Et Roxy tenait toujours ses promesse.

"Je te fais confiance. Je te le promet. Tu crois...tu crois que tes parents accepteront de bien vouloir nous aider à convaincre mon Oncle et ma Tante? Je ne veux pas non plus les blesser...surtout ma Tante. Je sais que c'est elle qui a le plus souffert et je ne veux pas qu'elle souffre de ma faute...mais si elle nous sépare c'est moi qui souffrirait..."

Mes yeux se voilèrent de nouveau mais je refusais de pleurer encore une fois. Je devais me montrer forte comme Roxy, nous allions trouver une solution j'en étais persuadée! Nous ne pouvions pas faire autrement de toute façon! La détermination dans les yeux de mon amie me fit sourire malgré ma gorge serrée et ma poitrine crispée. J'inspirai profondément chassant les larmes et pris ma meilleure amie dans mes bras.

"Merci Roxy. Merci pour tout. J'ai été bête de ne pas t'en parler avant. Vraiment bête. Je ne m'étais pas rendue compte combien ça me peser sur le coeur de vivre dans cette ignorance et d'imaginer que peut-être ne nous nous retrouverions pas à la rentrée. Je ne voulais pas t'inquiéter mais j'aurais dû t'en parler bien avant. Tu es ma meilleure amie. Je te fais confiance. Toujours. Et je te promet en retour qu'on ne nous séparera jamais. Promis"

Je tandis mon petit doigts à ma meilleure amie pour qu'elle le serre avec le sien. Un second pacte. Un pacte plus gros. Plus lourd. Notre pacte à toutes les deux. Un petit sourire vint se placer sur mes lèvres alors que mon coeur semblât toujours gonfler de tristesse. Mais je faisais entièrement confiance à Roxy. Nous allions trouver une solution. Il le fallait.

"Alors comment on s'y prend? J'ai bien l'intention de retourner à Poudlard avec toi! J'attend tes instructions!"

J'essaye de plaisanter un peu moi aussi, mais nous savions aussi bien l'une que l'autre que tout pendant que ce problème n'était pas réglé nous n'aurions plus le coeur à la fête. Il fallait le régler et vite. C'était une journée de retrouvaille. De sourire et de rire. Une journée où j'étais avec ma meilleure amie. Une journée où tout devait sourire. Où je devais voir mon Camélia éclore sous le soleil.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7594-roxy-la-famille-trop-d-filleshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7605-roxy-rock-shttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7151-liu-xi-si-on-faisait-un-brin-de-causette#170239http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7607-roxy-attend-vos-longs-courriershttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7608-roxy-attend-vos-petits-mots

Arrivé(e) le : 27/02/2017
Parchemins rédigés : 322
Points : 12
Année : 2ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Liu Xi MacDougall

MessageSujet: Re: [terminé]Happy Birthday To Us pv Madison   Lun 13 Nov - 14:18



Happy Birthday to Us




J’adore quand Madison rit, je crois qu’il n’y a pas de plus beaux sons sur terre. Sérieusement, c’est tellement cristallin et joyeux. On devrait l’enregistrer et le diffuser dans tous les endroits tristes du monde et tout irait mieux. Son rire ferait fuir un détraqueur. En tout cas, il suffit pour que je me sente bien, comme si tout était dans l’ordre pour toujours. Alors je ris avec elle… oh mon dieu. Sage et Jade et du Silicone… « Je pense aussi, on gardera l’information pour nous, je ne voudrais pas qu’on m’accuse de faire entrer des armes au collège » dis-je avec un air conspirateur. « Ceci dit, je le garde en mémoire au cas où on est besoin d’engluer la bouche des garçons. Ils sont quand même bien pénibles parfois ! » … Non, ce n’est pas une bonne idée ? Bon ok, probablement pas… après M. Lennox serait obligé de les décoller, et je me prendrais probablement le savon du siècle. Mais je garde quand même cette image dans un coin de ma tête, pour rendre supportable leurs bavardages insipides.

J’aurais aimé que cette insouciance et ses blagues durent toujours, mais je crois qu’on est trop grandes pour faire semblant maintenant. Avec tout ce qu’il s’est passé, je sais quand Madison a un problème, tout comme elle sait que je suis inquiète. La différence entre elle et moi, c’est que je préfère régler les problèmes tout de suite et m’en débarrasser. Je sens qu’elle voudrait me cacher ce qui la perturbe, qu’elle préfèrerait qu’on parle de fleurs et de pièges et de blagues, mais je ne lâcherais pas l’affaire comme ça. Je ne la laisserai pas repartir sans savoir ce qui lui trottait dans la tête, sans avoir essayé de trouver une solution. Je sais réparer les choses, je peux toujours essayer aussi avec les gens. Madison prend soin de moi, je ferais de même pour elle, qu’elle le veuille ou non. « Je suppose que tu as raison. Et puis… tout ne peux pas changer n’est-ce pas ? Jade essayera toujours de trucider Sage, Burgess se prendra pour un dragon et on continuera de se faire avoir par les escaliers qui n’en font qu’à leur tête. » Quand mon amie me prend dans ses bras, je sais que je suis capable de traverser tout ça. Je ne suis pas seule. Je suis entourée, aimée. Je sais que ce à quoi je ressemble n’a de l’importance que si je le décide. Je lui souris, plus détendue.

Heureusement, je parviens aussi à l’apaiser. Je pense que personne au monde ne peut détester Madison. Peut-être qu’on peut être agacé par sa maladresse parfois, mais c’est éclipsé tellement vite par sa gentillesse, son intelligence. Je ne vois pas comment sa cousine peut réellement lui en vouloir ! Ou alors, elle est jalouse parce que Madison est bien plus géniale qu’elle. Mais ça, je me garderai bien de le dire en ses termes. « Peut-être qu’elle envie un peu le fait que tu te chamailles moins avec ses frères ? Peut-être que tu pourrais lui proposer de faire un truc avec elle, ou contre-eux ? ‘Fin tu vois une sorte d’alliance féminine quoi. Mais tu peux me croire, personne ne peut te détester, tu es admirable ! »

Madison a l’air aussi ravie que moi d’apprendre la nouvelle… Je ne sais pas encore si je vais adorer être une grande sœur mais en tout cas j’ai hâte de voir. Je me suis occupée de mes petites cousines et de mon cousin, alors je ne vois pas pour quoi ça serait différent cette fois. Enfin si, je devrais partager mes parents… Mais ça devrait être faisable non ? Il les aura à peu près toute l’année, sauf pendant les vacances, je pense qu’on pourra trouver un terrain d’entente. « Ahah t’as l’air aussi heureuse que moi, je te le prêterai s’il m’embête trop ! » dis-je en riant. Après tout, entre amie, on partage tout non ?

Je l’écoute avec un grand sourire quand elle se rappelle notre première rencontre. C’était magique. « C’était plus magique que tout ce qu’il peut bien se passer à Poudlard, de rencontrer quelqu’un comme toi. » C’était peut-être un peu grandiloquent, mais je n’avais ressenti ça avant. Madison et moi, rien ne nous séparerait jamais, notre amitié s’était scellée ce jour-là. Nous sommes faites pour nous entendre. Quoi qu’il arrive. Nous nous sommes protégées pendant une bataille armées simplement de plateaux de service, je pense qu’on peut légitimement être sûres de ça. « Ahah, c’est parce que quand tu es sûre de toi, tu n’es pas si maladroite ! Et tu devais déjà être sûre que je serais de bonne compagnie » dis-je en riant. « Moi en tout cas, j’étais sûre que tu serais la meilleure assistante… enfin, bien plus que ça, ma meilleure amie. Sans toi pour assurer mes arrières, on ne serait pas en train d’avoir cette discussion n’est-ce pas ? Alors bien sûr que tu m’aideras du mieux que tu peux, tu fais toujours au mieux Maddie chérie ! » .

Notre bonne humeur est revenue et j’imaginais à tord qu’elle n’était pas prête de s’envoler : même Jay est porteur de bonnes nouvelles. Je ne doutais pas un instant que Madison ferait en sorte qu’il est un avenir radieux. C’était de famille de vouloir protéger les autres au détriment de son propre bonheur. Je ne surveillerai d’encore plus près ma petite tête blonde pour qu’elle ne se mette pas en tête de faire pareil un jour !
Mais cette révélation n’eu pas l’effet escompté… Madison pourrait ne pas être là, à côté de moi dans le train pour retourner à Poudlard. Je la console du mieux que je peux, mais je suis complètement abasourdie. C’est certain, l’école de magie a perdu de sa superbe, les parents ne pourront probablement plus jamais se dire que c’est l’endroit le plus sûr du monde. Mais de là à retirer complètement les enfants du château… Les bons professeurs ça ne court pas les rues si ? Et voilà maintenant qu’elle m’annonce qu’elle n’aura peut-être même plus le droit d’utiliser la magie ? Mais ça va être super dangereux non ?!
« Evidement que je m’inquiète et que je suis triste, je suis ton amie » dis-je agacée... Comme si c’était important que je sois triste ou inquiète. Il y avait plus urgent à traiter comme problème pour l’instant ! « T’excuse pas t’as rien fait de mal Madison. C’est pas de ta faute » . dis-je en la serrant contre moi. « Je… pfff. Ça me met hors de moi, je te jure, je crois que si j’avais un Mangemort en face de moi je pourrais lui piétiner le crâne jusqu’à en faire de la marmelade pour lui faire payer tout ce non sens. » oups, c’est sorti tout seul… Je ne fais pas de cauchemars, enfin, comparé à Madison ou Milo ou même Tracy, ce n’est rien du tout, mais par contre, j’ai des moments d’intense colère. Comme là. Je voudrais vraiment pouvoir étrangler les fautifs Blackman, ses sbires. J’essaye de reprendre mon calme pour être constructive. Je n’ai pas de Mangemort à exploser sous la main, et de toute façon, ça ne convaincrait probablement pas l’oncle et la tante de Madison de retourner à Poudlard avec une psychopathe. « Ils vont se rendre compte que ce n’est pas possible. Comment ils veulent que tu n’utilises plus la magie, que tu n’aies pas de euh… tu sais de fuite ou d’accident comme quand on est petit et sans baguette, si tu n’apprends pas à la maîtriser ? C’est juste impossible. » Je comprends qu’ils soient frustrés, qu’ils se sentent coupable de ne pas avoir pu nous aider. Mais là, c’est juste idiot. « C’est aussi la magie qui nous a sauvé. Et même les professeurs avec une baguette n’ont pas pu faire grande chose avant longtemps… Je comprends qu’ils aient peur, mais franchement, le problème ce n’est pas la magie, c’est la stupidité et la méchanceté des gens. » Je suis peut-être un peu directe, mais je suis trop énervée pour garder les mots à l’intérieur.

Je l’écrase un petit coup contre moi, trop brusque et vive pour qu’on puisse réellement appeler ça un câlin. « Je suis sûre qu’on arrivera à lui faire entendre raison sans la blesser. Quant à mes parents, ils n’auront pas le choix. Je t’assure que je peux être une plaie quand je veux ! » dis-je en parvenant enfin à rire un petit peu.

De toute façon, le pacte est scellé maintenant. Si elle ne retourne pas à Poudlard, moi non plus. « Je pense qu’il faut agir intelligemment et pas dans la précipitation. Déjà, peut-être que le fait de pouvoir venir ici en cas de problème, ça rassurera un peu ta famille ? C’est de la magie, certes… Mais ils ne vont pas renoncer à notre protection par principe quand même ? Ensuite… Je suis sûre qu’on peut trouver un moyen pour que tu communiques avec ta famille pendant l’année. Je veux dire pas seulement par lettre, mais peut-être que je ne sais pas moi, ma grand-mère pourrait déposer ta tante à Pré-Au-Lard si un jour elle s’inquiète, ou qu’elle pourrait prêter sa cheminée pour que vous vous parliez, il doit bien y avoir une cheminée que tu peux utiliser à Pré-Au-Lard ? Ensuite, je pense qu’on peut partir sur le principe que ta sécurité dépend de l’enseignement que tu vas recevoir, tu risques de faire cramer leur maison ou pire de te faire mal si jamais tu n’apprends pas à te servir de la magie. Je vais essayer d’en glisser un mot à mon père dès maintenant, mais je ne sais pas s’il acceptera d’en parler avec eux tout de suite… c’est censé être une fête. Mais on ne sait jamais. Si ta famille est raisonnable ça sera vite réglé. Sinon, je propose qu’on passe à la phase B, si les arguments ne fonctionnent pas… on n’a qu’à devenir insupportables ! On arrête de manger, on essaye de se sauver tout le temps… Il faut juste qu’on se donne un point de rendez-vous. Si avec ça ils ne se rendent pas compte que de toute manière, ils ne peuvent pas tout maîtriser et qu’on peut faire des bêtises sans magie… Et qu’on ne lâchera pas l’affaire tant qu’on n’est pas ensemble à la rentrée… Et si le plan B ne fonctionne pas, restera à passer au plan C. T’en dis quoi ?! »

Celui-ci, il commence à peine à naître dans ma tête… ça serait triste d’en arriver là, mais si vraiment il le faut, moi aussi je renonce à Poudlard. Pas à la magie, mes parents trouveront sûrement des professeurs à domicile, je suis sûre que ma grand-mère pourrait m'enseigner des choses aussi… J’irais à l’école moldue avec Madison, et je lui apprendrais la magie en secret. On ne pouvait pas aller en prison pour ça quand même ?

J’attrape mon téléphone portable, il ne me sert que pendant les vacances pour envoyer des sms à mon père et jouer un peu, et regarder des tutoriaux sur youtube. Aujourd’hui, il a une vraie mission, ça va lui changer… Je tapote à l’intention de mon père : « rdv cuisine, on a un problème ! URGENCE et DISCRETION ! :’( :’( Je suis sûre que vous avez besoin de pain ou d’eau. STP » . Si avec ça il n’arrive pas dans la minute, je ne sais pas ce qu’il lui faut.
« Bon, y’a plus qu’à attendre que mon père débarque. Et on passe à l’attaque ! » Pas de temps à perdre, Madison repartira avec le sourire, ou au moins le début d’une solution !





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7573-madison-p-leynd-o-a-la-decouverte-de-la-petite-maladroite-dont-le-sourire-est-eternel-ohttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7578-madison-p-leynd-o-la-petite-maladroite-dont-le-sourire-est-eternel-ohttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7579-les-p-tits-rps-de-maddiehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7583-o-boite-aux-lettres-de-madison-ohttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7582-petits-courriers-pour-madison-envoyez-un-hibou-express-avec-edelweiss

Arrivé(e) le : 21/02/2017
Parchemins rédigés : 595
Points : 3
Crédit : You_Complete_Mess (crimsonday)-> Signature
Année : 2ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Aucun

MessageSujet: Re: [terminé]Happy Birthday To Us pv Madison   Jeu 28 Déc - 1:00

Happy Birthday to us

Il n'y avait aucun doute sur le fait que mes moments préférés étaient ceux passés aux côtés de ma meilleure amie. A parler de tout et de rien. A blaguer, à rire et à sourire. A la faire sourire. Roxy était tout pour moi, elle était mon carburant, elle me faisait rayonner, c'était un véritable soleil. Alors évidemment quand elle n'était plus là, moi l'étoile qui gravitait autour d'elle, je m'éteignais et c'était pour ça que j'étais tellement heureuse de la retrouver aujourd'hui. Je n'avais plus à me soucier de ce que je devais faire et ne pas faire. Je n'avais plus à me soucier de mes problèmes familiaux et de la peur de ma famille de la magie. Je n'avais qu'à regarder ma meilleure amie. Qu'à rire avec elle pour que les nuages sans aillent et pour que le soleil revienne! Quoi de mieux pour rire que d'imaginer les bêtises de Jade et de Sage? Je riais avec elle. Je riais à m'en tenir les côtes et ça faisait vraiment du bien.

"C'est une idée à retenir le jour où ils nous embêteront de trop en tout cas! Super Roxy et son pistolet à silicone! Tous aux abris!"

Je riais toujours et j'aimerai que ça ne s'arrête jamais. Jamais. Les meilleurs moment étaient ceux là, ceux avec ma meilleure amie, ceux à rire, à sourire et à ne se préoccuper de rien d'autre que des problèmes de filles de notre âge. Sage et Jade ou encore les bavardages des garçons et leurs moqueries, comment trouver des cailloux brillants au bord du lac et comment je pourrais faire pour éviter de tomber à n'importe quel moment. Rien d'autre. Et pourtant ce n'était pas le cas. Pourtant je ne pouvais pas penser qu'à ça. Quelque chose d'obscur s'abattit sur mon sourire, s'abattit sur mon rire, noirci mon visage tandis que je peinais à sourire comme quelques secondes auparavant. Je n'étais pas la seule à ne pas penser qu'à notre petit moment de bonheur. Roxy avait peur, tout du moins même si elle refusait de me l'avouer elle était inquiète pour la rentrée. A cause de sa joue. A cause de sa cicatrice. Malgré mon désir de ne rien laisser paraître, je frissonnais, les images revenaient comme un coup de fouet dans ma tête. J'inspirai de l'air et secouai la tête faisant voler mes cheveux blonds dans tous les sens pour chasser mes pensées négatives. Je ne devais pas penser à moi. Je ne devais pas penser à ma douleur, ni à mon inquiétude. Je ne devais penser qu'à ma meilleure amie. Elle avait besoin de moi. Elle avait besoin de moi comme j'avais continuellement besoin d'elle. Je ne la laisserai jamais. Même si dès fois elle pensait que je devrais plus m'occuper de moi que des autres, je ne pourrais jamais faire passer mon propre bonheur avant le sien. Roxy était ce que j'avais de plus précieux au monde. Et quand on avait quelque chose de précieux on faisait tout ce qui était en notre pouvoir pour le protéger. Et je protégerai Roxy coûte que coûte. Je pris ma meilleure amie dans mes bras comme pour la bercer.

"Bien sûr que j'ai raison, douteriez-vous de ma sincérité Miss Reid? rigolai-je doucement. Oui certaines choses ne changeront jamais je continuerai toujours à être la fille la plus maladroite de Poudlard, tu seras toujours la meilleure bricolo du château et on restera toujours meilleures amies!"

J'espérais avoir redonné le sourire à Roxy. La voir triste ne me rendait que plus triste alors que la voir sourire me redonnait de l'énergie. Il fallait croire que j'avais réussit car elle semblait déjà plus détendue. Nous reprenons nos sujets de conversations à propos de nos famille et sans but de ma part de vouloir m'étendre au sujet de ma cousine je lâchai tout de même mon sac qui pesait bien lourd à ma meilleure amie. Ayant finit ma tirade je me sentais déjà plus apaisée. Roxy avait le don de me faire dire des choses que je ne confierai jamais à personne d'autres, elle avait le don de me remonter le moral en toute circonstance et surtout de m'apaiser dès que j'étais tracassée par quelques chose et que je me donnais le droit à moi aussi de souffler également. Roxy avait des idées géniales! Je l'adorai!

"Tu es un génie! Tout simplement géniale! C'est une super idée, moi qui devait préparer une vengeance pour Ethan je vais faire comme tu me l'a conseillé et lui proposer de m'aider je suis sûre que ça peut lui plaire! Merci beaucoup Roxy, heureusement que tu es là, c'est toi qui est admirable!"

Si je devais faire une liste de toutes les qualités que possédaient ma Roxy je crois que je ne pourrais jamais finir de l'écrire avant de mourir de vieillesse. Elle avait trop de qualités pour qu'elles soient toutes cités, aussi douce qu'énergique, aussi intelligente que maline, aussi généreuse que sincère et j'en passais beaucoup sinon je n'en finirai pas. Elle été également une excellente bricoleuse, toujours de bon conseil et était toujours là pour les autres. En définitif en plus d'être une meilleure amie extraordinaire, elle serait une grande soeur tout ce qu'il y avait de plus formidable sur Terre! La perspective que ma meilleure amie se balade bientôt avec son petit frère ou sa petite soeur dans les bras me comblait de bonheur pour elle. Moi qui n'avais pas la chance d'avoir de frère et soeur, ni même d'avoir de cousins plus jeune que moi je me réjouissais de voir la bouille d'un bébé qui sera sans conteste aussi mignonne que celle de Roxy.

"Bien sûr que je suis heureuse! Tout ce qui te rend heureuse me rend heureuse également et il faut avouer qu'un bébé c'est tellement mignon que ça ne peut que nous rendre joyeuse non? Bon après c'est vrai, ça pleure, ça dort et ça mange toute la journée au départ mais après c'est trop chou! Ahaha si tu as besoin de moi n'hésite pas j'enfilerai mon tablier de Super-Maddie! Tu sais un peu comme l'émission qui passe à la télé et que ma Tante regarde dès fois...euh...comment ça s'appelle...ah oui, Super-Nanny!"

Les yeux pétillants de bonheur je finis à peine mon discours sur la nourrice-qui-arrive-à-tout-gérer-en-même-temps que j'en viens à nous remémorer notre première rencontre sur le bord du lac. Première rencontre que j'aurais pu passer à l'infirmerie si je m'étais accidentellement noyée dans la lac. Mais il fallait croire que Roxy était mon porte bonheur, avec elle j'étais tout de suite moins maladroite...enfin comme cela pouvait s'entendre hein. Je pris ma meilleure amie une énième fois dans ma bras et inspira son parfum familier. Si nous ne nous étions pas protégée ce soir là...je ne pouvais même pas le concevoir, elle savait très bien ce que j'en pensais. Si j'avais pu lui épargner cette soirée, si j'avais pu lui épargner cette cicatrice je l'aurais fait...

"Une rencontre magique dans un lieu magique, si on m'avait dit d'hors et déjà que Poudlard avec toi ça serait ça j'aurais tout de suite embarquée dans le train! Ca c'est sûr! Je n'en ai jamais douté une seconde! Je pense plutôt que tu es mon porte bonheur, avec toi je fais moins de bêtises...enfin tout du moins j'essaye on va dire, rigolai-je doucement. Je ne te décevrai pas! On fera la meilleurs équipe de bricolo de tous le château, toi Super Roxy et moi ton assistante quelque peu maladroite! Et forme déjà la meilleure équipe de meilleures amies on ne peut que continuer sur cette voie!"

La bonne humeur qui régnait dans la pièce s'est cependant vite envolée. Malgré le fait que Roxy soit grande soeur, malgré le fait que nous venions de nous rappeler le meilleur souvenirs de notre première année, malgré le fait que Jay poursuivait son rêve pas à pas il y avait une ombre au tableau. Moi. Comme toujours. J'avais l'impression d'être constamment cette ombre qui venait cacher le soleil que Roxy essayait de faire poindre au dessus de notre tête. J'étais constamment celle qui venait tout foirer, celle qui venait peindre en noire la vie en rose qui s'offrait à nous. Je m'en voulais tellement pour ça, j'aurais voulu le cacher. Cacher mon inquiétude, j'aurais voulu me taire, ne pas parler de cette affaire et l'étouffer dans mon coeur en essayant de rire avec ma meilleure amie comme toujours, en essayant d'oublier le dilemme de ma famille, en essayant d'oublier que je ne reviendrais peut-être pas à la rentrée prochaine. Mais ce n'était pas possible. J'en était incapable. J'en étais devenue incapable. Mentir à ma meilleure amie, mentir à tout le monde en affirmant que j'allais bien quand cela ce n'était pas le cas, que je n'avais pas mal alors que je souffrais, que tout me souriait alors que j'avais envie de pleurer. Je n'en pouvais plus de tout garder, de tout cacher, que Roxy soit victime de mes cachotteries. Elle était ma meilleure amie pourquoi devais-je constamment cacher ce que je ne voulais révéler à personne. Pourquoi? Un trait de ma personnalité ou juste quelque chose d'extrêmement stupide...peut-être un peu des deux mais je n'y pouvais rien. Je n'avais rien dit, je m'étais retenue, jusqu'ici. Jusqu'à cet instant où j'avais tout fait éclater, où j'avais éclaté comme un nuage éclate les jour de pluies. Je ne m'étais retenue de rien, j'avais tout laissé passé sans filtre pour une fois et j'avais dit la vérité. Aussi dure soit elle, aussi cruelle soit-elle également j'avais tout sit à ma meilleure amie et imperceptiblement je me sentais déjà mieux. Alors que j'avais les larmes aux yeux, alors que je ne savais comment résoudre ce problème un poids s'était enlevé de ma poitrine grâce à Roxy. Elle me dit que c'était normal qu'elle soit triste et inquiète mais en ce jour je ne voulais qu'elle ne soit qu'heureuse. Or j'avais tout foutue en l'air.

"J'aurais dû t'en parler avant je suis désolée. J'ai la mauvaise manie de tout garder et ce n'est pas bien. Pas pour ces choses là...."

Cependant quand Roxy me pris dans ses bras tous mes peurs s'envolèrent. Je la serrai à mon tour comme si je ne voulais jamais la lâcher. Je me sentais si bien avec Roxy, comme pleine de force, comme en vie. J'étais en vie. Sûrement grâce à Roxy aussi. Si cette nuit là elle ne m'avait pas poussé pour prendre le sortilège à ma place je ne serais sans doute pas là aujourd'hui à fêter un anniversaire auquel je n'aurais pu participer. Quelques larmes coulèrent le long de mes joues mais je me sentais réconfortée. Aimée.

"Je sais pas. Je ne pense pas qu'ils pensent à ça...Ils ne connaissent pas grand chose du monde magique. Ma Tante ignore tout à ce sujet, elle s'est coupée du monde quand ma maman a eut des pouvoirs et pas elle. Elle a peur et souhaite me protéger comme elle n'a pas pu le faire avec ma maman. Mais elle ne comprends pas que si n'apprends pas à maitriser mes pouvoirs je serais dangereuse et je ne sais pas comment lui expliquer sans la brusquer, sans lui faire de mal. Elle a tout fait pour moi..."

Ma Tante était comme ma deuxième maman. Elle m'avait éduquée, elle m'avait aimée, elle m'avait appris à devenir celle que j'étais aujourd'hui. Je m'en voudrais toute ma vie si je lui faisais du mal sans le vouloir et même si cela pouvait être un mal pour un bien je m'en voudrais vraiment. Toujours. J'étais bien consciente que je devrais lui en toucher deux mots mais à chaque fois que j'essayais les mots ne sortaient pas et elle se brusquait. Je me sentais impuissante et je ne savais plus comment faire. Roxy avait raison mais je ne pouvais pas lui expliquer ça de cette manière. Je ne pouvais pas lui dire qu'elle était idiote de ne pas me laisser y retourner car je finirai par cramer la maison...je ne pouvais tout simplement pas. Mais que faire? Si je me sentais perdue j'avais bien fait de me tourner vers Roxy car elle avait un plan et pas qu'un seul. Roxy me serra contre elle et un petit rire sort de sa gorge. Malgré que la mienne soit nouée je la rejoins quelques secondes plus tard essayant de détendre quelque peu l'atmosphère pesante même si nous avons conscience que nous devons régler ça au plus vite.

"Je l'espère. Toi une plaie? J'aimerai bien voir ça!"

Par la suite Roxy me déballa son plan à la vitesse de l'éclair prévoyant plusieurs plans si jamais les premiers ne marchaient pas. Ma meilleure amie était vraiment géniale on aurait dit une espionne qui cherchait le moyen de s'en sortir et là tout de suite elle cherchait le moyen de nous en sortir toutes les deux. Parce que j'avais conscience que Roxy ne me laisserait pas toute seule. Si je tombais, elle tombait avec moi et je ne voulais surtout pas ça. Pour rien au monde je ne voudrais qu'elle arrête ses études de ma faute. Mais avec son plan aucune raison que ma famille refuse! Opération retour à Poudlard en marche! Un peu de bonheur était revenue dans ma poitrine et la détermination de mon amie devais détendre sur moi car toute ma tristesse se transforma en détermination. A la fin elle se tourna vers moi me demandant mon avis et j'essayai de me remémorer toutes les étapes de son plan interminable.

"Tu as raison. Déjà j'étais contente qu'ils aient accepté l'invitation et ils semblaient heureux de venir voir ta famille alors je ne pense pas qu'ils refuseront quoi que ce soit et je pense au contraire que ça les touche et ça les rassure quand même. Tes idées sont géniale Roxy, le fait de communiquer plus souvent avec ma Tante, de pouvoir la voir et de lui dire que je vais bien en personne! J'espère ne pas en arriver au plan B mais si il le faut, je le ferais. Je n'abandonnerai pas Poudlard autant pour ma sécurité, que pour la leur et pour le fait que je ne t'abandonnerai pas non plus! Heureusement que tu es là, je ne sais pas ce que je ferais sans toi. Et n'est pas pour pour ton père ce n'est pas grave si il n'en parle pas avec eux aujourd'hui, c'est peut-être même mieux, j'ai déjà commencé à gâcher la fête, je ne voudrais pas que l'ambiance tombe à cause de moi...Mais en tout cas je te promet que je ne baisserai pas les bras! Je ferais tout pour revenir avec toi à la rentrée!"

Un grand sourire illumina mon visage tandis que j'espérerai que ma meilleure amie me le rende. Heureusement que je l'avais, que ferais-je sans elle? Le plan de Roxy tenait la route avec tous ces arguments ma famille ne pourrait pas nier que j'avais besoin d'un enseignement et puis j'étais avec Roxy. Tant que je serais avec elle rien ne pourra m'atteindre. Jamais. Je ne savais pas ce qu'elle avait préparé comme plan C mais je ne préférais pas le savoir pour le moment. Je ne voulais pas que Roxy renonce à Poudlard. Il en était hors de question. Je ne le supporterai pas. Ce serait de ma faute encore une fois et je combattais assez de culpabilité pour le moment. Roxy ira à Poudlard en septembre et je ferais tout mon possible pour la rejoindre. Je m'en faisais la promesse! Je regardais ma meilleure amie prendre son portable et taper un message à son père pour qu'il nous rejoignent le plus rapidement possible dans la cuisine. Je me retenais de sauter au cou de ma meilleure amie pour la remercier de tout ce qu'elle faisait pour moi. J'attrapai ses mains et la regardai avec un sourire.

"Merci ma Roxy. Merci pour tout. Je ne sais pas ce que je ferais sans toi. Tu es la meilleure amie dont j'aurais pu rêver! La meilleure de toute!"

Il fallait croire que la petite stratégie de ma meilleure amie avait fonctionner car quelques minutes plus tard le père de mon amie fit irruption dans la cuisine avec un regard un peu inquiet se demandant certainement ce qui se passait pour que sa fille lui demande de venir en urgence. Je serrai la main de ma meilleure amie pour me donner du courage et m'avança un peu vers le père de Roxy.

"Monsieur j'ai...enfin nous avons besoin de vous. Je comprendrais que vous ne puissiez nous aider car cela vous mettrez dans une position délicate, or nous avons vraiment besoin de votre aide. Ma Tante hésite à me remettre à Poudlard l'année prochaine, elle a peur qu'il m'arrive du mal, elle a peur de la magie et ne sait pas comment réagir par rapport à ce qu'il s'est passé l'année dernière. Elle serait capable de me laisser à la maison pour me protéger mais je veux retourner à Poudlard. Je ne sais pas comment lui en parler sans la brusquer, je ne veux pas lui faire de peine. Elle a tant fait pour moi..."

Je savais que je devais en passer par là, cela ne me faisait rien d'en parler mais je ne pouvais ignorer le pincement au coeur que je ressentais quand je devais tout de même parler de mes parents. Je serrai la main de Roxy dans la mienne pour me donner du courage et lui expliquai. Je lui expliquai que ma Tante avait perdu ma mère sans doute à cause de la magie. Je lui expliquai qu'elle avait peur de me perdre comme elle avait perdue ma maman. Je lui expliquai qu'elle avait toujours du mal de savoir que j'étais comme sa soeur et non pas comme elle. Je lui déballai le sac sans vraiment savoir si ça allait l'aider à comprendre. A la fin de ma tirade je repris enfin mon souffle et le regardais gentiment.

"Nous avons pensé que vous pourriez être le plus apte à en parler avec ma Tante, si vous le souhaitez...s'il-vous-plait. Je ne veux pas abandonner Poudlard et je ne veux pas abandonner Roxy. Pour rien au monde je ne voudrai être séparée de ma meilleure amie. S'il-vous-plait monsieur aidez nous..."

Je lançai un regard à ma meilleure amie avant de lui serrer la main. Je ne l'abandonnerai pas. Jamais. Je m'en faisais la promesse. Je m'en faisais le serment. Où ira Roxy j'irai et où qu'elle aille je la protégerai.


Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7594-roxy-la-famille-trop-d-filleshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7605-roxy-rock-shttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7151-liu-xi-si-on-faisait-un-brin-de-causette#170239http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7607-roxy-attend-vos-longs-courriershttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7608-roxy-attend-vos-petits-mots

Arrivé(e) le : 27/02/2017
Parchemins rédigés : 322
Points : 12
Année : 2ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Liu Xi MacDougall

MessageSujet: Re: [terminé]Happy Birthday To Us pv Madison   Jeu 11 Jan - 21:36



Happy Birthday to Us




Nous plaisantions de nouveau et c’est agréable. J’espère vraiment qu’on n’aura pas réellement besoin d’en arriver à se battre à coup de pistolet à silicone, mais si c’est vraiment nécessaire je suis une pro ! Quant à la maladresse de Madison, j’étais sûre qu’on finirait par trouver quelque chose « t’inquiète pas super-Maddie, je suis sûre qu’on trouvera un remède à ta maladresse, c’est mon objectif pour cette nouvelle rentrée ! » dis-je en riant.

Nous discutions un peu plus sérieusement de nos retrouvailles en famille. Tout n’était pas rose et simple, mais dans l’ensemble, il fallait reconnaître que nous avions toutes les deux de la chance d’être aussi bien entourée. Même s’il fallait reconnaître que la situation de Maddie était bien plus compliquée que la mienne, son oncle et sa tante avaient l’air totalement adorables, et ses cousins étaient probablement comme tous les membres d’une fraterie ! Demandez à mes cousines si elles s’entendent bien avec leurs sœurs, s’il n’y a pas de guéguerre ou de jalousie et elles vous riront au nez. Néanmoins, j’étais contente que mon idée plaise à mon amie. Parfois il suffisait de pas grand-chose pour resserrer les liens ! « Tu me diras si ça fonctionne ! Mais je suis sûre que ça va vous rapprocher ! »

Une chose était sûre, c’était important pour moi que Maddie se sente bien chez elle et chez moi. Et j’étais particulièrement touchée qu’elle partage mon bonheur de voir la famille s’agrandir. « Ahah ouais on pourra faire du baby-sitting, ça sera trop bien !! Je suis sûre que tu ferais une excellente Nanny ! » . J’avais une totale confiance en elle et hâte de lui présenter le bébé. Mais bon, il allait falloir attendre encore de loooongs mois avant de voir sa tête. Et si ça se trouve, l’accouchement tomberait pendant une période sans vacances scolaires et je ferais sa connaissance sur une photo. Mais j’étais tout de même super pressée. Le monde n’allait pas si mal, si on continuait à faire des bébés non ?

Je savourai le câlin de Madison, j’étais vraiment bien dans ses bras, à ma place, en sécurité. Et j’espérais que ça resterait toujours ainsi. « Je pense que je n’y suis pour rien tu sais ! C’est juste que quand on est ensemble, on ne pense pas au reste, alors pas de raison de stresser et de louper une marche » dis-je avec sérieux. J’étais certaines que ce qui manquait à Madison, c’était d’avoir un peu plus confiance en elle et en ce qu’elle était capable de faire. Elle resterait toujours un peu maladroite, mais j’étais sûre que ça l’aiderait. « Tu ne me décevras jamais de toute façon, super-Maddie ! On est inséparable ! » dis-je avec force et cœur.

Malheureusement, il était difficile de continuer sur ce ton une fois la révélation faite. Bordel. C’était juste impossible que Madison ne soit pas avec moi dans le train dans quelques semaines. Impossible que je continue ma vie à Poudlard sans elle. Je ne pouvais pas le concevoir. Et j’avais envie de la tuer de m’avoir caché ça aussi longtemps ! Où avait-elle la tête ? Il nous fallait un plan d’attaque et elle ne pouvait sûrement pas y arriver toute seule. On trouverait quelque chose à deux, c’était sûr, je ferais de mon mieux pour qu’on reste ensemble. « Ne refais jamais ça ! » lui dis-je simplement. Maintenant que j’étais au courant, on allait avancer et ne pas s’arrêter sur ce genre de détails. Je la serrai dans mes bras et m’apprêtai à partir au combat. Hors de question d’accepter ça. « Ben on va lui apprendre, je suis sûre qu’on trouvera plein d’argument encore pire à base d’accidents horribles qui pourraient arriver si tu ne vas pas à Poudlard. On ne va pas remettre en question le fait qu’elle ne souhaite que ton bien. Faut juste lui montrer que des fois l’enfer est pavé de bonnes intentions. Et faut espérer qu’elle nous écoute surtout ! »
Les adultes étaient souvent peu doués pour ça. Les enfants ou les ados leur apparaissent comme des moucherons ou des moustiques bruyants et agaçants, mais sûrement pas dignes d’être entendus. Mais quoi qu’en pense Madison, j’étais touuuut à fait capable de me faire entendre s’il le fallait. Ça n’arrivait pas souvent, mais quand j’avais décidé d’emmerder mon monde, je ne le faisais pas à moitié.

Finalement, l’abattement n’avait pas duré si longtemps, j’étais déjà regonflée à bloc, et prête à tout mettre en œuvre pour ramener mon amie avec moi. Je crois que j’étais déjà un peu trop lancée… Je venais de noyer Madison dans les méandres de ma réflexion… Oops, j’espérais qu’elle me suivrait quand même !
« Je pense qu’on tient une bonne idée. On pourrait hurler et taper des pieds, mais il faut bien que quelqu’un commence par se montrer raisonnable dans cette histoire. Je compte sur toi pour réunir tous les arguments que tu pourras trouver, au cas où nous devions en garder en réserve. On ne baissera pas les droits, on trouvera forcément une solution. » dis-je en essayant d’être un peu plus enjouée. Il ne fallait pas céder à l’hystérie. Mais les yeux humides, ça pouvait marcher, surtout avec mon père. « Moi je sais que je n’arriverai à rien sans toi en tout cas ! » dis-je en la serrant dans mes bras.

Mon père avait a priori bien reçu mon message, parce que c’est à moment qu’il choisit d’arriver. Madison décida d’expliquer elle-même la situation, et ce n’était pas une mauvaise chose, elle était tellement émue qu’il ne pourrait pas résister à ce petit minois, j’en étais certaine. J’ajoutais ma moue boudeuse et inquiète au tableau. Il faut ce qu’il faut ! Mon père sembla écouter avec beaucoup d’intérêt Madison, hochant de temps à autres la tête pour marquer son attention. Il ne l’interrompit pas. La laissant vider son sac. Il avait l’air de saisir que c’était important. J’encourageai doucement mon amie, tenant fermement sa main dans la mienne.
Mon père prit enfin la parole sur un ton posé mais sérieux : « c’est effectivement une question délicate. Nous n’en avons pas parlé directement, mais je crois que c’est un sujet qui l’inquiète, et qu’elle a du mal à comprendre comment nous pouvons décider de laisser nos enfants retourner à Poudlard. Moi-même j’ai eu des moments de doutes je dois dire : le monde moldu n’est pas si hostile quand on apprend à s’y fondre. Mais ceci est possible uniquement parce que je n’ai pas de pouvoir. Pour des petites têtes comme vous, il faudrait d’abord que vous ne mettiez pas le feu à l’école au premier coup d’énervement. C’est difficile de savoir quelle est la bonne décision à prendre. Tous les parents essayent de faire au mieux. Pour l’heure, je pense qu’il est plus sage de passer un après-midi tranquille, de faire honneur au plat de Madame Meadhbh et d’éviter les sujets qui fâchent. Mais je te promets de recontacter ta Tante un peu plus tard afin que nous discutions de la rentrée. J’essaierai de la rassurer au mieux. » Il nous sourit, avant de nous attraper chacune par un bras comme deux enfants : « maintenant mesdemoiselles, cessez de vous morfondre et de comploter dans la cuisine, et profitez de votre journée. Laissez les adultes s’occuper du reste. » Et sans attendre notre réponse, il nous entraîna avec lui dans le jardin avec le reste de la famille. J’espérai vraiment de tout cœur qu’il parviendrait à convaincre la Tante de Maddie !





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: [terminé]Happy Birthday To Us pv Madison   

Revenir en haut Aller en bas
 
[terminé]Happy Birthday To Us pv Madison
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard, 19 ans après. :: Londres :: 
Dans Londres Sorcier
-
Sauter vers: