AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Serafina Edelweiss Fargerland || “The hardest part of ending is starting again.”

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Invité

Invité

CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Serafina Edelweiss Fargerland || “The hardest part of ending is starting again.”    Lun 14 Aoû - 18:43



Serafina est un(e) sang-pure, née le 28.12.2008 à Oslo en Norvège. D'ailleurs elle n'y vit plus puisqu'elle a déménagé à Glasgow en Ecosse. Aujourd'hui, Serafina a donc 14 ans et est en 4e année année à la rentrée. Et juste pour ta culture personnelle, sache qu'elle a une Chevêchette du Cap qui s'appelle Vann.

Il est bon de savoir que Serafina est audacieuse, indépendante, mélomane, sensible et travailleuse mais également lunatique, insolente, opportuniste, renfermée, rancunière et têtue. Elle a des goût étranges, par exemple elle aime sa guitare, être seule, lire & écrire, les animaux du monde magique ou encore les reptiles alors qu'elle déteste pleurer, être comparée aux autres, l'intolérance, voir que son compte bancaire est vide et le climat de l'UK.

Sa baguette est composée de lierre avec un coeur de ventricule de dragon et mesure 27 centimètres. Grâce à elle, Serafina a le malheur de suivre les cours obligatoires, Etude des Moldus, Soins aux Créatures Magiques et de vol.



Serafina Edelweiss Fargerland
feat. Sophie Turner

ET EN VRAI ?
J'ai 18 ans ans, mais peut-être que tu le sais déjà parce que j'étais Faolán Warlock, j'ai même eu le culot de dépenser aucun points pour revenir vous hanter. Je suis arrivé(e) sur NYL en écumant les top-sites et je devrais être là en moyenne 5/7 jours par semaine. Avant de finir j'aimerais juste rajouter que I'M BACK BITCHIIIIIIES ♥.


Tout le monde a une histoire


“VELKOMMEN”

Les premières lumières. Un sourire, puis deux, bientôt suivis par une myriade d'autres. Des cris de joie, des félicitations, de douces embrassades, des rires. Un ciel blanc tant il déborde de clarté, l'aveuglant presque. Le bruit alentour l'assourdissait. Elle ne savait pas où elle était, ni qui étaient ces gens qui semblaient pourtant la connaître. Le bonheur. C'était surement ce qu'ils ressentaient tous. Pourtant, de son point de vue à elle, c'était un cauchemar. Dans tous ces visages souriants, elle ne trouvait pas celui de l'ange à qui elle se sentait instinctivement liée. Elle remua, prisonnière d'une cuve qui semblait refuser le moindre mouvement de la petite tant elle bougeait en même temps qu'elle. S'agissait-il d'un avertissement ? Était-elle condamnée à vivre dans cet étau ? Ses petits yeux bleus brillant balayaient la pièce quand elle fut enfin assise dans cet étrange siège remuant, et elle fut tant effrayée que fascinée par les objets, les murs, les couleurs. Tout autour d'elle débordait de vie sans pour autant qu'ils soient, comme elle, vivants.
Elle reporta son attention vers les gens. Ils s'étaient rassemblés plus loin, tenant pour la plupart une coupe transparente remplie d'un liquide rouge pour certains, ambre clair pour d'autres. La petite ne tarda pas à remarquer l'ange avec eux. Ils formaient un cercle autour d'elle, la flattant, la protégeant. Un pincement au cœur la fit sursauter quand un de ces inconnus - elle jurait avoir pourtant déjà vu son visage - s'approcha de l'ange et la cercla de ses bras, l'embrassant par la même occasion. Devant ce spectacle, elle était partagée entre l'attendrissement et la jalousie, sans trop savoir ce que ces émotions signifiaient.
Elle détourna le regard, cherchant d'autres merveilles qui lui apparaitrait, dans quelques années, dérisoires. Ses perles bleues se posèrent alors sur un objet. Il n'avait rien de particulier, mais elle avait un sentiment de déjà vu en l'observant plus en détails. Puis soudainement, poussée par une volonté instinctive, elle leva les yeux, se concentrant sur ce qu'il y avait au-dessus de sa tête et qui coupait le ciel blanc de sa couleur parme qu'elle trouva immédiatement affreusement fade.
Elle l'avait deviné, une de ces prisons dans lesquelles elle se tenait actuellement se trouvait à son côté droit. D'abord méfiante, son courage la rassura en quelques secondes et alors elle fut prête à s'approcher du deuxième caisson. Son siège basculait dangereusement vers la droite, mais elle ne semblait pas s'en préoccuper, son attention étant accaparée par le petit être blotti dans ses couvertures nacrées. Confortablement endormi, elle le cru d'abord semblable à ces formes immobiles dans la pièce. N'ayant aucune notion du temps, elle n'eut pas l'impression de rester plus d'une dizaine de minutes à fixer la silhouette assoupie. Celle-ci bougea, toute grâce envolée à cause du sommeil, et la petite fut sûre de faire face à son reflet. C'était un sentiment étrange, puisqu'elle n'avait aucune idée de ce à quoi elle ressemblait. Cependant, cette vision l'apaisa. Cette solitude qu'elle avait ressentie en voyant l'ange s'éloigner s'était envolée. Quand elle posait son regard sur son double, toute la peur qu'elle pouvait ressentir s'effritait pour ne devenir et rester que poussière. Son bonheur à elle, il était là, avec cet être qui lui ressemblait tant.
Des rires, de douces embrassades, des félicitations, des cris de joie. Des myriades de sourires. Les lumières. Et un mot, prononcé par la douce voix de l'ange qui plongea ses yeux dans les siens.
"Velkommen."

“WE'LL CAST SOME LIGHT AND YOU'LL BE ALRIGHT”

Il faisait froid, noir. Elle était seule, au milieu d'un chaos sinistrement silencieux. Et elle hurlait, à s'en arracher les cordes vocales, et personne ne l'entendait. Même pas elle. Elle avait mal à la gorge pourtant. Prisonnière de ce mutisme, la panique commença à la prendre à la gorge. Elle avait beau respirer à pleins poumons, elle avait l'impression d'étouffer. C'était comme si elle se noyait dans l'infini néant qui l'entourait, sans pouvoir lutter. Alors qu'elle avait l'impression de tomber, elle ouvrit les yeux pour apercevoir le plafond de sa chambre. Elle se releva en vitesse, ses draps souillés de sueur, de même que ses vêtements. Ce n'était qu'un cauchemar, mais les larmes commencèrent à couler le long de ses joues. Elle eut le sentiment que son cœur avait lâché. Pleurer lui arrachait des battements. Et cette soudaine panique qui l'avait prise d'assaut. Elle ne la contrôlait pas, tout comme le flot de larmes qui ruisselaient sur son visage. La colère se lut rapidement dans les yeux de la rouquine. Elle ne contrôlait rien: ses émotions se manifestaient d'elles-mêmes, sans lui en demander la permission. Elle secoua la tête tout en enlevant l'eau qui floutait sa vision. Si elle avait bien horreur de quelque chose, c'était bien de perdre le contrôle de ses émotions.
Les larmes ne se calmaient pas, et plus elle restait là, les bras ballants, dans sa chambre, plus son angoisse se renforçait. Et il y avait cette peur qui lui nouait le ventre, celle de se faire submerger par ces terreurs soudaines. Une larme s'échappa de son œil pour la énième fois, et la jeune fille sorti en trombe de sa chambre, traversant alors le couloir baigné dans la lumière lunaire, et atteignit la poignée d'une porte. Au seuil de celle-ci, une faible lumière rouge orangée trahissait l'éveil de Svein. Elle n'hésita pas à rentrer dans la pièce, et son frère abandonna alors ses activités pour la prendre dans ses bras. Ses frayeurs s'étaient alors tues. Svein la fit s'asseoir sur son lit, et il prit sa guitare avant de venir la rejoindre. Ses doigts vinrent effleurer les cordes, et elle reconnu immédiatement les notes. Cette chanson, qu'elle n'avait entendue que quand elle pleurait. La dernière fois remontait à si longtemps qu'elle l'avait pratiquement oubliée. Oubliant la nuit et le silence que celle-ci exigeait, Svein accompagna les quelques notes de sa voix.


Don't you know that I'll be around to guide you
Through your weakest moments to leave them behind you
Returning nightmares only shadows


Ces trois premiers vers avaient fait fuir les craintes et les peurs de Serafina au plus loin d'elle, et elle s'aperçut qu'elle avait arrêté de pleurer. Elle sourit alors que son frère continuait de chanter, et se laissa bercer par ses mots avant que le sommeil ne la rattrape.

We'll cast some light and you'll be alright
We'll cast some light and you'll be alright for now



L'ÉPISODE DU GRENIER SANS FOND
Christer lâcha la poignée, laissant se refermer la trappe dans un fracas remarquable. Une fois descendu de l'escabeau aux horribles reflets d'aluminium, il frotta ses mains l'une contre l'autre pour se débarrasser de la poussière qui y avait élu domicile, puis soupira. Il jeta un regard vers le semblant de porte au plafond, plaçant ses mains sur ses hanches. Il se savait désordonné - Ranveig avait un autre mot pour le décrire : chaotique - mais il savait se retrouver dans son barda. Du moins en théorie. Il haussa les sourcils en signe d'abandon, fourra ses mains dans les poches de son jogging, puis fit demi-tour. Il faisait son chemin vers le salon, le regard vagabondant entre le parquet et les murs blancs du couloir qu'il traversait.“Perdu. Envolé. Disparu !”, qu'il se lamentait une fois sorti du corridor. Ranveig, plongée dans un livre devant lequel même Stephen King fuierait, laissa échapper un petit rire en entendant la complainte de son mari.“J'aurai plutôt dit "Enseveli. Caché. Dissimulé !", mais c'est comme tu veux.”Et la complainte du sorcier - ce qui aurait fait un sacré bon nom pour un film, selon Svein - continua pour ne s'achever que quelques répliques plus tard, se terminant sur la victoire écrasante de Madame : l'objet disparu ne s'était pas volatilisé. Il était juste tombé entre les mains de Christer Fargerland. Un voyage sans retour, à ce qu'on en disait.

Dans la pièce reculée, l'escabeau trônait toujours, haut, gris, mais surtout et par dessus tout, présent. Car si Christer avait oublié, dans sa déception, de le ranger, ses enfants, eux, savaient que l'accès à cette pièce que leur père disait "sacrée" s'ouvrait enfin à eux. Un grincement digne de tout film d'horreur qui se respecte se fit alors entendre, conséquence d'une porte d'armoire ouverte trop lentement, comme si le meuble lui-même voulait instaurer un semblant de suspense bien palpable comme on les aime. Une tête émergea alors de la penderie et risqua des regards à droite et à gauche. Une fois convaincu que leur père n'était pas retourné sur ses pas, il sortit après avoir fait signe aux deux énergumènes qui lui servaient de frère et sœur. Ils devaient avoir cinq ans sur la tête à tout casser, mais le même éclat de vie - surtout de sournoiserie - brillait dans leurs yeux impatients. Ils regardèrent de concert Svein, l'aîné, et celui-ci pu pour la énième fois constater leur ressemblance, physique comme psychologique. Ce qui était génial : au lieu d'avoir un démon à charge, il avait le bonheur, que dis-je, l'immense et incommensurable de joie de profiter de son double tout aussi maléfique.
Vihaan attrapa la vieille lanterne que Christer aimait tant pendant que Serafina s'attaquait déjà à l'ascension de l'escabeau. Quant à Svein, il restait là à sourire bêtement, fier de ses petits protégés. Il aurait très bien pu leur laisser faire cette petite expédition sans lui : ensemble, rien ne semblait pouvoir les arrêter. Seulement, lui aussi mourrait d'envie d'explorer la Caverne aux Merveilles de leur père. En tant que collectionneur impulsif, qui pouvait bien savoir ce qu'il cachait là-haut, sous les toits de leur maison.
La jeune fille ouvrit la trappe et son cri de joie fut étouffé par la main de Vihaan qui l'avait rejoint sur les marches de l'escabeau. Main dans la main, ils furent les premiers - hormis leur hurluberlu de père - à se glisser dans cet antre qui suintait la magie. L'aîné les rattrapa rapidement, armé d'une lampe torche qui était une source de lumière plus fiable que la vieille lanterne du siècle dernier. Mais on ne faisait pas la morale à Vihaan, qu'il ait cinq ou quinze ans. D'un commun accord, les plus jeunes avaient attendu Svein, tenant à faire le premier pas dans cet endroit nouveau et étrange ensemble.

Le groupe avançait, toujours soudé, aux milliers de colonnades d'objets poussiéreux bancals, à la fois émerveillé par la quantité astronomique de bibelots et déconcerté par la taille du grenier. Leur résidence était spacieuse, certes, mais de là à faire paraître la soupente plus imposante que le reste de la maison... Serafina se souvenait d'un dicton qui correspondait bien à la situation ; "Ta gueule, c'est magique." Elle évita cependant soigneusement de le prononcer en présence de l'aîné, ce dernier se qualifiant d'allergique aux grossièretés. Pour la jeune fille, un mot était, avant toute chose, un mot, et elle ne comprenait pas cette répulsion envers ce que ses parents appelaient "gros-mots". Une appélation bien enfantine, pour quelque chose qu'on cherche à éloigner de la bouche des gosses. Elle leva les yeux au ciel en y pensant. Les adultes se disent prêcher la bonne parole, mais ils sont aussi stupides que ces enfants ignorants dont ils ont la garde. Ses parents à elle étaient déjà plus ouverts à la réflexion, sa mère principalement. Celle-ci avait grandi au milieu d'une bibliothèque si grande qu'une échelle sur rail était nécessaire pour y saisir un livre. Ça ne les empêchait pourtant pas de penser ce que la société voulait qu'ils pensent. "Préservez vos enfants des grossièretés ! Mangez cinq fruits et légumes par jour ! Achetez ! Consommez !". Ces paroles qui pouvaient sonner comme un doux refrain aux oreilles de certains n'étaient que du poison pour la jeune fille. A cinq ans à peine, elle se lassait de la société. Elle était reconnaissante au destin de lui avoir offert pour famille des sorciers, car leur monde à eux était si différent. Du moins en apparence, mais cela lui suffisait.
Elle continua son chemin jusqu'à une vieille étagère sur laquelle reposait un service à thé datant du début du siècle dernier, ainsi qu'une bougie qu'elle attrapa immédiatement. Par chance, un briquet trainait à côté. Au début, la peur de se brûler le doigt en l'enclenchant la rebuta, mais si tout le monde se servait des briquet, c'était qu'ils ne représentaient aucun danger. Elle alluma donc le petit bâton de cire froide, puis s'engouffra dans les sombres allées après avoir lancé un dernier regard vers ses frères.
Tenant sa bougie devant elle, Serafina avait cette sensation de supériorité sur les ténèbres : elles disparaissaient pour la laisser passer. C'était comme si elle chassait la peur elle-même, et elle ne pu réprimer un sourire à l'idée que les monstres de ses cauchemars se pliaient devant elle, à cet instant. Plus elle avançait, plus ce sentiment de sécurité grandissait en elle. Plus rien ne pouvait l'effrayer maintenant. Elle avait du se plonger dans les ombres pour y trouver la plus luisante des lumières, celle dont l'éclat repousse tout. Consciente de son invulnérabilité, n'ayant pour seule arme qu'une simple bougie, elle s'élança, marchant de plus en plus rapidement jusqu'à ce que ses jambes ne se mettent à courir. Elle ne s'arrêta que quand les couloirs en rejoignaient en un immense hall.

Soudainement, une vague d'inquiétude la surprit, et elle focalisa son regard sur la petite flamme au bout de sa main. Elle eut un mouvement de recul quand elle vit celle-ci vaciller, lui rappelant que la plus luisante des lumières n'est qu'un éclat au milieu des ténèbres dévorantes. Son sourire s'effaça. Cette petite chose lui rappela que rien ne restait tel pour l'éternité. Tout pouvait changer, et certaines choses, comme la flammèche, ne dureraient pas. Un temps viendra où elle s'épuisera, la laissant alors au cœur des ombres et en proie aux monstres dont on ose imaginer les traits tellement de ceux de la mort ils sont proches.
Elle entendit des pas derrière elle, et vit alors deux sources de lumière dans l'obscurité quand elle se retourna. L'espoir, c'est ce qu'elle voyait arriver au loin. Mieux que quiconque, elle devait savoir que la plus redoutable des forces se trouvait dans l'entraide, l'amitié, ce genre de chose qui font que la solitude paraît être un vieux mythe auquel personne ne croit. Quand ils furent assez près pour qu'elle voit leurs visages, elle leur offrit un de ses plus beaux sourires, et sans qu'ils ne comprennent, elle les serra dans ses bras quand ils furent à quelques mètres d'elle.
“Merci.”, dit-elle en retenant une larme.

MÉTIER A RISQUES

Cela faisait maintenant quelques semaines que Ranveig semblait cacher quelque chose. Et elle cachait en effet quelque chose. La fin d'année était proche, et elle avait eut la chance de tomber sur une petite merveille au cours de ses expéditions. Magizoologiste, elle avait étudié nombre d'animaux fantastiques sous son toit, mais jamais l'un d'eux n'avait été physiquement présent. Malgré ces absences, les jumeaux étaient toujours aux anges quand leur mère acceptait de leur faire découvrir ces créatures sous toutes leurs coutures. Elle organisait souvent des sorties qui duraient généralement plus d'une semaine avec des collègues, et ensemble, ils courraient la lande à la recherche de ces animaux appartenant au monde magique. Elle était rentrée depuis quelques jours, avec dans ses bagages de quoi émerveiller les deux derniers de la fratrie.
Le 28 Décembre 2014 vint rapidement après son retour. Les jumeaux savaient qu'aujourd'hui, Ranveig allait leur dévoiler la raison du sourire collé en permanence sur son visage. Pour être honnête, ces deux là n'avaient pas fermé l'œil de la nuit. Vihaan avait dormi quelques heures. Serafina le savait, mais celle-ci ne lui en tenait pas rigueur. La passionnée des créatures magiques, la vraie, c'était elle.

Elle dévala les marches, traînant un Vihaan encore dans le coaltar à sa suite. Quand ils atteignirent le rez-de-chaussée, l'air était devenu instantanément plus lourd et chaud. Serafina s'arrêta comme un piquet, faisant que son jumeau se cogna contre elle, qui ne bougea pourtant pas. Elle avait peur d'espérer, mais elle ne s'en priva pas. Comme soudainement réanimée, elle piqua un sprint vers la table basse du salon, où sa mère se trouvait, assise sur le tapis. Elle passa devant la cheminée, remarquant au passage qu'un feu vivace y brûlait et comprit d'où venait cette chaleur. La jeune fille s'étala plus qu'elle ne s'assied, mais un sourire illuminait toujours son visage chérubin. Sa mère lui caressa la joue, sa main douce comme la soie ayant depuis toujours ce don de la calmer, et Serafina reprit une respiration stable. Vihaan ne tarda pas non plus à s'installer, toujours aux côtés de sa jumelle, et tout deux concentrèrent leur attention sur Ranveig, qui gardait manifestement la surprise dans son dos.
L'horloge plus haut sur le mur sonna 9h, et leur mère attrapa le trésor qu'elle avait conservé pour ce jour précis. Elle le posa délicatement sur une couverture grise puis reporta son attention sur le visage des jumeaux. Ces derniers gardaient des bouche en "o" qui firent vite place à des sourires emplis de joie.
“Un dragooooooooooooooon !”
La rouquine ne pouvait plus contenir sa joie. Elle adorait les animaux, mais elle avait toujours eut ce petit faible pour les reptiles. Les dragons ne faisaient pas exception. Vihaan finit par hausser un sourcil à l'œuf, dubitatif, puis releva la tête vers sa mère.
“Mais.. C'est pas interdit ?” Serafina fut coupée dans sa danse de la victoire. Elle regarda tristement son frère puis sa mère, tour à tour. Après coup, elle se voyait mal vivre avec un dragon dans sa maison. Elle savait qu'ils n'auraient jamais pu le garder, mais elle aurait préféré que sa crise de joie ne sois pas brisée de la sorte, et aussi vite qui plus est. Ranveig soupira amèrement.
“Si. Elle releva la tête, tout sourire. Mais le Ministère n'est pas au courant pour l'instant ! Avec un peu de chance, il devrait éclore aujourd'hui.”
Ils restaient alors ici, les yeux rivés vers l'oeuf noir, et les minutes passèrent en silence.

Malheureusement, ils revinrent les jours qui suivirent pour ne fixer qu'une coquille immobile pendant des dizaines de minutes. Les journées s’enchaînèrent, et Serafina ne quittait plus le salon : elle avait trouvé un vieux sac de couchage, oublié par son oncle Viggo quelques années plus tôt, dans le débarras, et avait installé son lit de fortune aux côtés du nid de coton que sa mère avait préparé pour le dragon à venir. N'étant pas de ceux qui ressentait le besoin de dormir plus de dix heures, elle occupait ses heures nocturnes à reluquer l'ovale, attrapant parfois des feuilles blanches dans le tiroir ainsi que des crayons et se mettait à imprimer manuellement l'image de l'œuf sur la feuille. Elle n'excellait pas en dessin, mais le résultat était satisfaisant et surtout, le plus important, reconnaissable. Elle lâcha la feuille dans un long soupir après l'avoir contemplée quelques secondes. Le lézard savait se faire attendre ! La jumelle n'était pas spécialement impatiente, mais il y avait des choses pour lesquelles sa patience était moins conciliante. Attendre l'éclosion du dragon en faisait partie. Elle ne tarda pas à s'assoupir dans les secondes qui suivirent.
Quand elle réalisa quelle était l'origine du craquèlement qui l'avait sortie de son sommeil, ses yeux s'ouvrirent en grand, et elle se redressa d'un coup. Son regard azur suivit les traits de la fissure à la surface de l'œuf d'obsidienne qui remuait de plus en plus vite à mesure que la lézarde s'élargissait. Il était aux environs de 7h du matin, heure à laquelle les jumeaux avaient commencé à se réveiller pour espérer capturer l'instant de l'éclosion, Serafina ne fut donc pas surprise d’apercevoir la silhouette de son double s'approcher d'elle. Il bailla en s'asseyant en tailleur à sa gauche. Puis, tout comme sa sœur avant lui, il sembla se réveiller d'un coup en remarquant que la surface de l'œuf était striée de fines lignes. Un sourire s'afficha sur ses lèvres quand il observa l'air enjoué de Serah. Son bonheur à elle lui suffisait, la plupart du temps. Bien sûr, il partageait sa joie d'assister à la naissance d'un dragon, mais il était beaucoup moins à l'aise avec les animaux et les créatures qu'elle.
La rouquine se saisit de la main de son jumeau quand le nouveau né donna un coup suffisamment fort pour casser la coquille et en soulever une partie avec son aile. Le dragon se démena avec les restes de l'œuf et fut enfin libre quand l'horloge sonna le premier quart d'heure. Le lézard toussota quelques petites flammes, sans que rien ne prenne feu, puis plongea son regard dans celui des jumeaux, les jaugeant. Ce premier contact les glaça. Non pas de peur, mais de fascination. Vihaan ne faisait pas exception.
Ranveig observait la scène de loin. Elle savait que les Norvégiens à crête étaient réputés pour être dangereux, mais au fil des années, elle avait retenu que tout est basé sur les stéréotypes. Elle était confiante, et elle regardait la joie sur les bouilles de ses deux enfants, qui n'avaient jamais été aussi bien réveillés que ce matin là.
Dès l'instant où ils posèrent leurs yeux sur la créature noire de jais, les jumeaux ressentirent un mélange d'euphorie et de tristesse. Ils savaient qu'ils ne pourraient pas garder le dragon avec eux. Quoique l'idée d'un dragon en plein milieu d'Oslo n'était pas une idée qui déplaisait à la rouquine : rien que pour le spectacle que cela pouvait offrir, elle était curieuse d'y assister. Cette dernière approcha une main prudente vers le dragon qui s'y frotta affectueusement après l'avoir reniflée. Elle encouragea alors son frère à faire de même, et il fut couronné du même succès.
“Nocturne.”, murmura-t-il avec le sourire.
Serafina releva la tête vers son frère, l'interrogeant du regard. Il laissa échapper un petit rire gêné, désignant le dragon d'un signe de tête.
“Juste une idée comme ça... Je me suis dit que ça lui allait bien, puisqu'il est noir comme la nuit.”
La jeune fille rigola, et passa un bras autour des épaules de son jumeau.
“Va pour Nocturne alors.”, termina-t-elle en logeant sa tête sur l'épaule de Vihaan, qui sera sa sœur contre lui alors que le petit lézard noir commençait à s'agiter près d'eux.

HOME, FAREWELL HOME

Il faisait nuit noire. Seules les aiguilles étaient éveillées. Même Svein dormait. En fait, il ne quittait presque plus son lit. Il ne jouait plus de la guitare, et refusait la présence des jumeaux. C'était la première fois qu'il la rejetait, et le moral de la petite en avait prit un coup. Elle s'était longtemps questionnée à ce sujet, se demandant ce qu'elle avait pu faire de mal pour qu'il se mette dans cet état. Qu'avait-elle dit ? Rien d'inhabituel pourtant ! Vihaan n'avait rien fait non plus. Il avait juste fait remarquer à l'aîné qu'il jouait trop souvent la même chose, rien de bien méchant. Et puis Svein était la personne la moins susceptible du monde. Il n'y avait aucune explication à son soudain isolement. Le cœur de Serafina se brisait chaque fois qu'elle passait devant la chambre de Svein, car les accords de guitare qui en émanaient s'étaient tus pour laisser leur place à des pleurs.
C'était également le cas, cette nuit là. Les aiguilles de l'horloge n'étaient plus les seules à trahir l'obscur silence qui régnait dans la maison. Après s'être arrêtée, l'instant de quelques secondes, pour écouter couler les larmes de son frère, elle ferma les yeux, retenant elle aussi les larmes, avant de se diriger d'un pas ferme vers les escaliers. La vue de la lune l'avait toujours apaisée, et les larges baies vitrées du rez-de-chaussée lui paraissaient bien plus réconfortante que son épaisse couverture dans laquelle elle avait l'impression d'étouffer. Elle évita aisément de marcher aux endroits où le parquet grinçait. Svein saurait immédiatement, et il n'avait pas besoin de savoir que Serafina s'inquiétait de son état au point d'en faire des insomnies. Il n'avait pas besoin de ça. Elle ne savait pas quel mal le rongeait, mais elle ne voulait pas lui donner une raison de plus d'être malheureux, inquiet ou anxieux. Il passait ses journées à dormir pour ne pas les passer à pleurer. S'il la savait là, aux alentours de quatre heures du matin, à vagabonder dans la maison pour faire passer le temps, il saurait que son état affectait sa sœur beaucoup plus qu'il ne devrait. Et il en dormirait mal, si ce n'est point du tout.
Quand elle accéda enfin aux premières marches de l'escaliers, la jeune fille entendit une voix familière; celle de sa mère. Elle venait de pleurer, elle aussi. Plus inquiète que curieuse sur ce coup là, Serafina s'assit sur la marche, camouflée par l'ombre et la rambarde. Sa mère parlait, mais rien de censé ne sortait de sa bouche. La rouquine prit le risque de se pencher et observer la situation. Elle vit son père bercer sa mère sans ses bras, et non loin d'eux, sur la table, semblait reposer un document.
Hormis les aiguilles et les sanglots lointains de Svein, le silence était de retour sur la maisonnée. Quelques longues minutes passèrent tandis que Ranveig se libéra de l'étreinte de son mari pour saisir le papier que leur fille venait d'apercevoir. Elle le fixa pendant une dizaine de secondes, et même si elle lui tournait le dos, Serafina s'imaginait parfaitement les traits faciaux de sa mère: défigurés par une tristesse sans nom. Elle claqua les feuilles sur le bois avant de saisir son crâne dans ses deux mains, désespérée. Elle passa ses mains sur son visage, surement pour effacer les larmes qui recommençaient à perler, puis soupira.
“Il faut que je me sauve.”
Sans trop savoir ce que sa mère voulait dire par là, Serafina senti son cœur se briser une nouvelle fois. Christer, à côté, soupira également, les yeux rivés sur le plancher.
“Glasgow ?”
Les yeux de la rouquine s'ouvrirent en grand. Glasgow ? Elle paniqua. Glasgow, ce n'était pas en Norvège. La jeune fille comprenait petit à petit que sa vie prenait un tournant majeur sous ses yeux, et qu'elle ne pouvait rien y faire. Ironique. Elle qui s'était juré de décider elle-même de son destin, elle était dans l'incapacité d'intervenir et tenter de faire changer les choses. Ses parents parlaient bien de déménager, n'est-ce pas ? Elle se mordit la lèvre inférieure, priant pour que cela soit faux, dans l'attente d'une réponse de Ranveig. Celle-ci hocha la tête, et son regard se replaça sur le document, toujours sur la table.
“Il a toujours voulu rencontrer Dàireen... Je pense que cela lui fera le plus grand bien.”
Serafina arqua un sourcil. Dàireen ? Ce nom lui disait vaguement quelque chose. Un souvenir lointain lui revint alors, et elle fit directement le lien avec l'Écosse. Dàireen était sa cousine. Par adoption, certes, mais sa cousine tout de même. Et maintenant qu'elle se souvenait d'elle, elle sut à qui se référait le "il" dans les paroles de sa mère. Svein. En effet, depuis que Ranveig leur avait parlé de la fille de son frère, il avait eut la soudaine envie de la rencontrer. Serafina se mit à sourire. Si le prix à payer pour le sourire de Svein était un déménagement, qu'il en soit ainsi. Son père acquiesça, faisant apparaître un faible sourire sur le visage de Ranveig, et la rouquine fit de même.
Elle s'apprêtait à repartir quand elle entendit la phrase de trop. Celle qu'elle aurait préféré oublier, préféré ne jamais entendre.
“Ils pourront peut-être le soigner, eux.”
Alors que sa mère hochait la tête suite aux paroles de Christer, Serafina sentit son cœur s'arrêter. Elle fixait le vide, et ses mains se mirent à trembler. Svein était... malade ? Et à en juger par l'expression de ses parents, ce n'était pas qu'un simple rhume. La jeune fille eut bientôt le regard obstrué par les larmes, et les yeux lui piquèrent. Elle se releva, réalisant qu'elle n'arriverait surement pas à calmer ses pleurs comme elle l'avait fait précédemment, et elle se dirigea vers sa chambre. Le parquet grinça quand elle marcha dessus. Elle veilla à refermer la porte dans le calme, et s'effondra sur son lit, la tête enfouie dans ses fins bras. Ses pleurs étaient tellement violents qu'elle n'arrivait qu'à se concentrer sur eux, ce qui transforma sa tristesse en colère. Elle se rappela alors ce cauchemar qu'elle avait fait, quelques années auparavant, et de son frère qui la consolait. Elle se rappelait avoir souhaité de plus jamais pleurer, mais les larmes ne s'arrêtaient point. Elle coulèrent jusqu'à ce qu'elles ne soient que des manifestations physiques de sa colère dans lesquelles la fillette se noyait indéfiniment.


GLUANT DE MÉTAL

Serafina donna un coup de coude discret à l'intention de son jumeau quand Viggo appela les "loup-garous". Elle y jouait depuis le début de l'après-midi, et il avait fallu attendre que le soleil soit sur le point de se coucher pour qu'elle et Vihaan se voient écopés de la même carte. Il le lui renvoya avec un sourire, avant d'apercevoir que leur père était le dernier membre de leur trio infernal. En temps que maître du jeu, son oncle reprit.
“Votre victime, messieurs ?”
Les trois se dévisagèrent. Certes, leur but était de gagner la partie à trois, mais il fallait être stratégique. Éliminer stratégique. Facile à dire. Elle et son jumeau désignèrent, par un hasardeux hasard, la même personne. C'était une amie de Dàireen qu'elle connaissait de l'école, Alicia. Elle n'avait encore rien contre la petite blonde, mais puisqu'il fallait choisir... Et puis Alicia avait été une des personne à voter contre elle lors de leur dernière partie, alors c'était legit, n'est-ce pas ? Vihaan s'était dit la même chose, elle n'en doutait pas. Impuissant face au choix de ses enfants, Christer haussa les épaules avant de désigner Alicia du doigt, et leur rôle fut terminé. Du moins, pour cette nuit.

“Even !”, cria soudain la rouquine quand elle trouva enfin son frère.
Celui-ci se retourna en entendant son deuxième prénom, puis sourit. Il adorait son deuxième prénom, et l'aurait bien échangé contre le premier, mais il aimait aussi se dire que seule Fina' avait le droit de l'utiliser pour l'appeler. Tout comme il était la seule personne en droit de l'appeler Fina'. La plupart des gens se contentait de Seraf', ou de Serah, mais il lui en avait trouvé un spécialement pour être le seul à en profiter. Cette histoire de surnom, ça leur donnait l'impression d'être les seuls à réellement connaître l'autre. Et ça leur plaisait.
“Il est 7h du matin Fina'...”, murmura celui-ci.
La rouquine arqua un sourcil. Depuis leur arrivée en Ecosse, il était tout le temps matinal, de quoi se plaignait-il ? Il lut son interrogation dans ses yeux et leva les yeux au ciel avant de répondre.
“D'habitude, tu me déranges aux alentours de 8h.”
Elle lâcha un rire.
“8h13 pour être précise.”
Il soupira tandis qu'elle croisait les bras en signe de victoire. S'il voulait chipoter sur les détails, qu'il vienne.
“Admettons. Et donc, tu voulais me dire quelque chose, non ?”, poursuivit-il calmement, mais toujours avec cette lueur narquoise dans ses yeux.
“J'ai fait un rêve trop bizarre !”
Pour la deuxième fois en même pas deux minutes, Vihaan leva les yeux au ciel. Tout ça pour ça ? Il admettait que les rêves de sa sœur relevaient du burlesque, mais il s'attendait à mieux. Des nouvelles de Svein par exemple ? Puisque l'aîné ne lui envoyait pas de lettres, à lui. A ses côtés, Serafina s'agitait dans tous les sens en lui racontant son rêve.
“Je parlais à un type, dans une maison, qui me disait de choisir entre deux suspects d'un meurtre, parce qu'ils ne savaient pas qui avait fait le coup.”
Vihaan posa son candy'up sur la table et attrapa la manette de la Playstation 4 qu'il avait précédemment posée.
“Les suspects en question étaient des parts de gâteaux.”
Il lâcha l'écran des yeux pour poser un regard plus qu'interrogateur sur sa sœur. Des parts de gâteaux ?! Elle leva son index en l'air, lui demandant de la laisser finir.
“J'ai ensuite fait le tour de la maison, à la recherche d'indices. Et là, je tombe sur toi, qui bossait ici comme screamer.”
Vihaan sourit à la mention du mot screamer. Il avait déjà pranké Vann et Dàireen un nombre incalculable de fois, alors il était heureux d'être resté fidèle à lui même dans le rêve de la rouquine.
“Et après, je suis tombée sur Dàireen qui me disait avoir voulu manger un yaourt vide, dans lequel elle a trouvé 4£.”, termina-t-elle enfin, dans le plus grand des calmes.
“4£ ? Eh bien, va falloir que je fasse attention, la concurrence commence à grimper !”, plaisanta-t-il.
Serafina leva les yeux au ciel, à son tour. Ils étaient censés s'entre-aider non ? Qui lui avait flanqué un jumeau pareil ? Elle glissa un regard vers l'écran. Vihaan jouait à Final Fantasy X, le préféré des deux enfants. Et Vihaan avait, elle ne voulait pas savoir comment, fait en sorte que le sac à PV de l'équipe meurt. Elle soupira.
“Laisse-moi faire, maudit Slime.
Elle s'empara de la manette dans les mains de son frère.
“Metal Slime, je suis un Metal Slime.”, sourit-t-il en croisant les bras derrière la tête.
Elle lui lança un regard plein de défi.
“Toi ? Tu vaux deux points d'xp. Et seulement parce que tu as une sœur jumelle.”, ironisa-t-elle.


Dernière édition par Serafina E. Fargerland le Dim 20 Aoû - 17:19, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité

Invité

CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: Serafina Edelweiss Fargerland || “The hardest part of ending is starting again.”    Lun 14 Aoû - 18:53


Tout le monde a une histoire


VANN

Le visage de la jeune fille semblait figé, comme hors du temps. Elle fixait sa chouette dans les yeux. Celle-ci lui rendait son regard, innocente, ignorante. Elle sentit soudain des gouttes se former sur ses cils. Mais elle ne fit rien pour les chasser. Vihaan lui caressait le dos, dans l'espoir de la calmer, de le montrer que tout allait bien. Quand elle s'empara d'un mouchoir pour chasser le surplus de larmes, il prit la parole.
“Ce n'est pas de ta fau-”
“Viggo me déteste.”, coupa-t-elle sèchement.
Elle se redressa et fit face à son reflet. Elle était dévastée, rongée par une culpabilité qui n'était en rien la sienne. Et ces maudites larmes. Elle détestait pleurer, plus que tout au monde. Il le savait, et il se voyait là, impuissant.
Derrière elle, il vit le petit rapace basculer sa tête sur le côté, s'interrogeant sur la situation. Il saisit les épaules de sa sœur dans ses mains et elle le regarda dans les yeux.
“Non. Ca, c'est ce qu'ils essaient de te faire croire.”
Elle chassa d'autres larmes avant de froncer légèrement des sourcils. Qui ça, "ils" ? Comme à son habitude, Vihaan lut en elle comme dans un livre ouvert.
“Tes démons.”
Elle soupira suite à ses mots. Des démons oui, mais lesquels ? La culpabilité d'une faute commise, c'est un démon ?
“Ça ne change rien aux faits, Evy.”, se lamenta-t-elle.
Il s'éloigna d'elle. Au même moment, Dàireen entra dans la chambre, et en apercevant la rouquine dans cet état, la pris immédiatement dans ses bras. La brunette pleurait à chaudes larmes, mais Vihaan connaissait suffisamment sa cousine pour dire que ces larmes cachaient une énorme volonté d'aide. Fina' avait besoin d'aide. Elle refusait, comme à son habitude, de le voir et de le comprendre. La rouquine s'agrippa à la veste de Dàireen, relâchant toutes ses larmes dans l'étreinte de la jeune fille. Elle détestait pleurer, mais laisser les larmes couler faisait un bien fou. Et il préférait les larmes au silence de sa jumelle.

____

Le cercueil s'engouffra enfin sous terre dans un silence macabre. Après la cérémonie, les adultes étaient restés discuter entre eux. Serafina vagabondait entre les tombes des défunts, en songeant à toutes ces histoires ayant pris fin trop tôt. Elle remarqua alors des jambes en face d'elle, et en levant les yeux, aperçut Viggo. Elle déglutit. Elle ne pouvait pas faire face à son oncle. Plus jamais elle ne pourrait. Elle n'arrivait pas à détacher le regard de l'homme aux cheveux noirs de jais devant elle, au visage profondément vieilli par la peine. Il était le père adoptif de Vann et Dàireen, et la première des deux venait de rejoindre le bas-monde. A cause d'une petite rousse qui s'en voulait énormément, mais qui pensait Viggo aveugle à sa détresse. Celui-ci s'abaissa pour être à la taille de la jeune fille, puis la prit dans ses bras lorsque celle-ci éclata de nouveau en sanglot. Il la rassura, lui promettant des lendemains plus beaux, la remerciant pour avoir fait sourire la petite et timide Vann pendant les quelques années de sa vie. Mais la petite s'en voulait. Vann avait fait une mauvaise chute lors d'une randonnée en Norvège, pendant leurs vacances. A cause de Serafina. Elle n'avait pas survécu. Et maintenant, elle se sentait de trop, dans les bras de cet homme qui avait perdu son compagnon, et maintenant une de ses deux filles. Il n'avait pas fini de porter le deuil d'Ivan, le frère de Ranveig, que leur deuxième fille le rejoignait. Et pourtant. Il était là, la serrant contre lui comme si elle était une des choses les plus précieuse à ses yeux, et il la pardonnait.
“Vann ne fera plus de mauvaises chutes, Serafina. Elle a des ailes, là où elle est maintenant..”, lui chuchota-t-il à l'oreille.

Des ailes..., songea-t-elle en rentrant chez elle, à Glasgow. Elle escalada les marches, rentra dans sa chambre, et aperçut alors la petite chouette, toujours prisonnière de sa cage. La jeune fille prit une grande inspiration avant d'aller ouvrir la fenêtre. Elle se dirigea vers la cage de l'oiseau, située non loin d'elle, et ôta le loquet.
“Ne crains rien Vann. Papa m'a dit que tu savais voler..”
Et à ces mots, la chouette prit en effet son envol, et sortit de la chambre pour aller explorer la ville sous un autre point de vue. Serafina sourit enfin, s'accoudant contre le mur en voyant la petite chouette voler au loin.
Tu ne tomberas plus, hein ? Tu voles maintenant. Comme tu l'as toujours voulu.

LA COMMUNAUTÉ DU RESPECT ENVOLÉ

La famille se remettait petit à petit de la mort de Vann quand Vihaan et Serafina reçurent une lettre qui promettait de bouleverser leurs sept années à venir. Dàireen et Svein ne serait plus les seuls à profiter de Poudlard ! La promesse de cette école de magie avait aidé la rouquine à s'accommoder de l'Ecosse, une fois qu'elle y fut résidente. Bien sûr, Svein allait mieux. Sa maladie, un lupus de ce qu'elle en avait compris, était malheureusement mortelle, mais grâce aux médecins et au suivis médical, il se portait beaucoup mieux. Enfin. Serafina était persuadé qu'il en aurait été de même à Olso mais... Ranveig souhaitait rentrer en Ecosse pour une bonne raison : Ivan. Son frère aîné avait était emporté par une crise cardiaque quelques jours avant que le verdict des médecins tombe, au sujet de Svein. Elle connaissait Viggo depuis qu'ils étaient des gamins, et il avait clairement besoin de compagnie à la mort d'Ivan. Ranveig avait expliqué à ses enfants leur histoire plus en détail, toutes les difficultés par lesquelles le couple de son frère était passé pour avoir le droit d'adopter Vann et Dàireen. Aux yeux des enfants Fargerland, les Arvesen étaient des héros, et un modèle à suivre. Finalement, ce déménagement aurait dans l'ensemble était plus que bénéfique : Svein vivait mieux sa maladie, loin de là où il l'avait contractée, Serafina avait enfin pu rencontrer celui que sa mère appelait sa "Princesse Chernabog", en référence à Viggo, ses cheveux noirs et le personne dans Fantasia, mais surtout, rencontrer leurs fameuses cousines. Malheureusement, le destin s'était montré mauvais joueur, et avait emporté la vie de Vann sans que personne ne la joue. Malgré tout cela, la petite troupe vivait bien.

Une bonne nouvelle venait de tomber, alors des bouteilles furent ouvertes. Serafina se contenta d'un simple verre de lait accompagné de quelques oréos, alors que Vihaan jouait au gros dur avec Svein autour de deux coupes de Champagne. Serafina grimaça. Elle adorait la France, hein. Mais le Champagne. Yeurk'. Elle préférait ne pas repenser à l'ignoble goût de ce breuvage et se concentra sur ses biscuits, à l'aspect et au goût nettement plus appréciable que l'amuse-bouche de ses frères.
Elle aperçut du coin de l'œil Dàireen, une lettre à la main. La pauvre n'avait pas l'air d'apprécier ce qu'elle lisait dessus. Pensant que personne ne la voyait, elle posa précipitamment la lettre sur le bureau, assez loin de la où la plupart des gens étaient, quand elle vit son père se diriger vers elle. Elle le suivit, laissant la fameuse lettre sans surveillance. La rouquine laissa son verre et ses biscuits de côté et s'arrêta devant le bureau. Elle jeta quelques coups d'œil à gauche et à droite. Vihaan l'observait, dubitatif, au loin. Parfait. Aucun témoins oculaires. Son jumeau ne comptait pas.
Elle prit délicatement le papier, comprenant qu'il venait de Poudlard. En terminant sa lecture, elle se sentit offensée. L'école reprochait à Dàireen un manque de concentration en classe, après avoir présenté ses condoléances vis-à-vis de Vann. La rouquine cracha. La personne qui avait écrit cette lettre ne manquait pas de culot. Elle se retourna vers Vihaan, qui avait eut le temps de la lire également, et surement d'en penser la même chose.
“Faut que je brûle cette lettre. Je sais pas comment, mais je dois le faire.”
Son frère la regarda dans les yeux pendant quelques secondes, avant de sourire de toutes ses dents, affichant cet éternel minois narquois.
“Moi je sais comment, sœurette.”
Il attrapa au passage leurs deux lettres en provenance de l'école de Magie, et conduisit Serafina dans le jardin. Personne ne faisait réellement attention à ce que les jeunes faisaient, ce qui arrangeait grandement Vihaan. Ce dernier sorti un briquet de sa poche en criant "Tadam !", ce qui fit rire Serafina. Elle s'arrêta soudainement, repesant à un autre papier qu'elle mourait d'envie de brûler.
“Attends !”
Il comprit son intention et attendit, planté comme un piquet, dans l'obscurité du jardin alors que la nuit était déjà bien présente.
Elle ne revint que quelques minutes plus tard, et quand elle fut à sa hauteur, il reconnut le dossier médical de Svein. Il haussa un sourcil; il ne le sentait pas ce coup là. Elle soupira.
“Je viens d'en faire une photocopie, t'inquiètes.”
Le sourire de son frère regagna ses lèvres tandis qu'il prenait le papier encore chaud dans sa main. Il déposa les feuilles au sol, et y mit le feu à l'aide de son briquet. Serafina ne perdit pas une miette du spectacle. La lettre envoyée à Dàireen, le dossier médical qui avait gentiment dit à Svein que sa vie n'allait pas être celle qu'il voulait avoir, et les lettres de Poudlard, voir tout ça brûlait l'apaisa. Leurs lettres représentaient un nouveau départ, mais il y avait quelque chose de plus... festif, à les brûler. Histoire de marquer le coup.
"T'es un génie Evy", oui, je sais Fina !”
Vihaan se félicitait tout seul.
“Je vais te prendre des chaussures taille 40.”
Son jumeau ne sembla pas comprendre.
“Hein ?”
“Pour tes chevilles gonflées, Jus de Betterave !”
Il éclata de rire après une seconde de silence suite à ce surnom des plus.. awkward, comme aurait dit Dàireen. En jetant un coup d'œil à cette dernière qui semblait chercher sa lettre, les jumeaux sourirent. Les adultes commencèrent à remarquer une source de lumière inhabituelle dans le jardin, et Dàireen les remarqua enfin. Se passant un bras sur l'épaule de l'autre, les jumeaux rigolèrent en cœur.
“Pas un mot de tout ça à Dàireen.”, commença Vihaan.
“Il ne s'est rien passé !”
Et les deux levèrent alors les yeux vers le ciel nocturne, admirant sa beauté, et songeant également au véritable Nocturne. Libre comme l'air, libre comme la nuit. Et Serafina se surprit à sourire de plus belle. Le monde magique. Celui dans lequel Nocturne se cachait. Elle ne tarderait pas à le découvrir. Et elle ne serait pas seule. Reen' serait là, Svein aussi... Mais surtout, Vihaan serait là. Et temps qu'il était là, elle avait l'impression de pouvoir accomplir tout ce qu'elle entreprendrai. Elle ferma les yeux, un sourire toujours collé aux lèvres tandis qu'une larme de joie coula sur sa joue.


“TAKE ME DOWN TO THE FIGHTING END”

Ses doigts glissaient naturellement sur le piano en face d'elle. Elle observait les touches sans les voir, se laissant guider par son instinct. Ses mains savaient exactement où aller, sur quelle note appuyer, combien de temps exercer la pression. Il y avait bien cette partition en face d'elle. Elle l'ignora. Cette mélodie, elle la connaissait sur le bout des doigts. Les paroles qui l'accompagnaient, sur le bout de la langue.

Take me down to the river bend

Christer s'appuya contre la vitre de la voiture, comme ennuyé. Un coup d'œil sur le tableau de bord de la voiture lui confirma que son camarade avait de loin dépassé la limite de vitesse. Il ne prêta guère attention à ce détail : depuis son arrivée en Ecosse, il s'était reconvertit dans la police qui patrouillait dans les terres de l'ancien comté de Lanarkshire. Il avait beaucoup plus à faire ici que dans les brigades de polices, à la solde du Ministère de la Magie. Il s'était trouvé un boulot qui l'occupait toute la journée, et il en était bien content. Quand bien même ils vivaient, ses collègues et lui, dangereusement, au moins la justice régnait-elle. Il redirigea son regard vers la vitre. Au loin, il pouvait apercevoir la Clyde onduler entre les arbres pour se jeter plus loin dans le Strathclyde Loch. Il adorait ce coin. Serafina également. Il sourit en repensant à la première partie de pêche de sa fille, il y a de cela quelques années.

Take me down to the fighting end

Jake s'arrêta dans le centre de la petite bourgade d'Hamilton, au sud du parc du Loch. Christer empoigna son arme de fonction et sortit du véhicule. Il chercha la supérette des yeux, et la trouva presque aussitôt. Aujourd'hui, rien de bien méchant. Juste un braquage qui n'avait heureusement pas débordé. Deux des compagnons du sorcier étaient déjà sur place. Ils avaient appréhendé le malfrat. Eux avaient été appelés en renfort avant la capture, mais le sorcier avait insisté pour venir. Si son expérience lui avait bien enseigné quelque chose, c'était bien que tout pouvait dérailler.
A l'intérieur du magasin, un étalage gisait au sol, mais hormis cela, le propriétaire n'était pas blessé. Le norvégien s'aventura alors dans l'arrière boutique pour trouver une de ses amies, Dayana Herring. Il l'a salua et, voyant le type menotté à ses côtés, sourit en constatant que la bataille était terminée.

Wash the poison from off my skin

Seulement, un coup de feu se fit entendre dans la rue. Sur le qui-vive, Christer fit demi-tour, trouva ses camarades, et ensembles sortirent en trombe de la boutique tandis que le propriétaire rejoignait Dayana et verrouillait la porte du cagibi.
De l'autre côté de la rue, le sorcier aperçut une femme armée de ce qui semblait être un 9mm au premier coup d'œil, et quand elle se tourna vers les forces de l'ordre, elle n'hésita pas à pointer son viseur sur eux. Sans réfléchir, Christer pressa la détente.

Show me how to be whole again

La femme tomba, et son arme cogna le sol dans un fracas assourdissant aux oreilles de Christer. Ses bras retombèrent le long de son corps, sans pour autant lâcher l'arme du crime. Il fixait le cadavre, de l'autre côté de la route. Tout avait déraillé. Il n'y avait eut aucun mort. Tout allait bien. Et pourtant, il avait tiré.
Il s'était préparé à ôté une vie. Mais vraisemblablement, il n'était pas prêt. Jake le saisi par l'épaule, et la secoua d'une main ferme dans l'espoir de faire réagir son ami.

Fly me up on a silver wing

Il cligna des yeux et revint alors à lui. Il regarda son camarade, hochant machinalement la tête pour lui faire comprendre qu'il allait bien, puis traversa le bitume pour aller vérifier le poux de la femme. Sans résultat. Il appela alors les pompiers, qui une fois arrivés, emmenèrent la victime sur un brancard blanc. Il se sentait vide. Les rappels de ses camarades, lui soufflant qu'il venait de sauver la vie de l'un d'eux, n'arrangèrent rien. Il retourna s'asseoir à la place passager de sa voiture de service, fixant le ciel gris qui le surplombait, le jugeait pour avoir pris une vie sans réfléchir.

Past the black where the sirens sing

Un cri brisa son silence assourdissant. Il tourna instantanément la tête vers la boutique d'où venait le bruit. Puis il entendit une avertissement, lui conseillant de se sauver. Cette voix, il la connaissait. Dayana. Il entra en trombe dans la pièce, et au même moment, un autre coup de feu retenti. Du sang gicla sur le mur blanc, tandis que la jeune femme s'écroulait sur le sol.

Warm me up in a nova's glow

Ne contrôlant alors plus rien, Christer lâcha son arme et emprisonna le cou du tueur entre ses mains. Il voyait rouge, surement à cause des larmes qui lui brulaient les yeux. Mais il n'était concentré que sur le souffle qui quittait petit à petit les poumons de l'assaillant. Mais il manqua de prudence.
Il sentit le canon d'un revolver sous sa mâchoire, et la seconde d'après, tout fut enfin terminé. Cette tristesse d'avoir pris une vie, ainsi que celle d'avoir perdu Dayana s'était envolée. Disparue.

And drop me down to the dream below

Ranveig souriait. Svein n'était plus malade. Serafina n'était plus rongée par les remords. Vihaan s'était enfin investit dans son travail scolaire. Viggo n'était plus seul. Dàireen n'avait pas connu de dépression. Vann respirait.
Et lui se sentait bien. Tout allait bien. Et tout irait bien, maintenant que le paradis lui ouvrait ses portes.

Cause I'm only a crack in this castle of glass,
Hardly anything else there for you to see,
For you to see

Serafina pleurait maintenant. Mais sa voix s'en accommodait très bien. Elle détestait sentir ces larmes lui courir les joues. Mais quelle force avait-elle pour lutter ? Aucune. Elle les laissa donc ruisseler sur sa peau tandis qu'elle chantait et faisait vivre la musique sous ses doigts. Tous ici étaient maintenant témoin de son impuissance. Tous savait maintenant qu'elle n'était pas aussi forte qu'elle l'avait un jour prétendu. Sa mère, elle ne voyait pas son visage. Svein n'avait plus la force de pleurer. Elle ne trouvait pas le réconfort dans les yeux d'Even. Viggo s'était isolé. Dàireen portait le deuil sur son visage, et la dépression en vêtements d'apparât. Vann n'était pas là.

Bring me home in a blinding dream,
Through the secrets that I have seen
Wash the sorrow from off my skin
And show me how to be whole again

Elle se revoyait au Loch, à tirer la ligne de toute ses forces pour remonter ce fichu brochet qui menaçait de l'attirer avec lui sous les flots. Elle revoyait son père saisir la canne et l'aider à gagner cette bataille, sortant enfin la bête de l'eau. Elle le revoyait la rassurer, que ce brochet, aussi vilain fut-il, devait retrouver sa liberté. Elle l'entendait à nouveau lui dire que toute vie est précieuse, et qu'il ne fallait en aucun cas en prendre une. Que personne n'était maître du destin d'autrui.

Cause I'm only a crack in this castle of glass
Hardly anything there for you to see
For you to see
Cause I'm only a crack in this castle of glass
Hardly anything else I need to be

Elle se rappelait de tout. Toutes ces valeurs qu'il lui avait transmises. Toutes ces leçons qu'il fallait tirer de la vie. Toutes ces leçons qu'il fallait, malheureusement, tirer de la mort.


'Cause I'm only a crack in this castle of glass
Hardly anything there for you to see
For you to see
For you to see

MY DECEMBER

Elle errait sans but dans les couloirs de l’école, laissant sa main glisser sur les pierres des murs. Ses yeux fixaient un point invisible dans le néant obscur de la nuit tandis qu’elle avançait, s’engouffrant dans les ténèbres.
Il était 2h52, et le calendrier affichait le 28 Décembre 2023. Serafina sourit, mais faussement. Elle avait 15 ans depuis dix minutes à peine. D’ordinaire, elle aurait rejoint Vihaan dans son dortoir, où partout ailleurs dans le château, comme ils avaient coutume de le faire. Seulement, elle ne cherchait qu’une chose : la solitude. Elle était bien, quand elle était seule. Surtout depuis l’attaque des Mangemorts. Quand les autres sont là, elle ne s’entend pas crier à l’aide. L’adolescente laissa échapper un rire moqueur. A quoi bon ? Personne ne t’écoute. Elle soupira. Depuis la mort de Svein, cette nuit d’Halloween, les voix dans sa tête étaient devenues monnaie courante.
Quand elle releva enfin la tête pour voir où diable ses pas l’avaient conduite, elle se retrouva devant une cage d’escalier. Rien d’étonnant. Rien de plus qu’un escalier parmi les centaines que compte cette école. Elle s’avança en silence, la gorge nouée par des pleurs qu’elle retenait, comme à son habitude. La jeune fille s’arrêta à du mur, à quelques mètres des premières marches, devant un tableau. Un portrait parmi tant d’autres. Et pourtant, c’était devant ce tableau que la rouquine venait déposer des fleurs, chaque semaine, depuis le mois de Novembre.
Elle soupira de nouveau, une fois sa minute de silence effectuée. Elle se sentait désespérément vide, pourtant sa tête lui semblait le plus lourd des fardeaux. Et le poids s’alourdissait de jour en jour, à mesure que le temps l’éloignait des derniers moments de vie de son frère. Plus le temps passait, plus elle s’enfermait sur elle-même. Je vais finir seule. songea-t-elle. Oh mais tu es seule, ma chère. Eperdument seule. Elle fronça les sourcils. Elle en avait assez, de ses horribles voix de serpent. Elles étaient devenues sa seule compagnie, puisqu’elle refusait celle des autres. Quelle ironie. Elle rejetait les autres pour s’isoler, mais elle ne pouvait même pas être seule avec elle-même.
A cet instant même, elle n’eut qu’une envie. Celle de cogner sa tête contre le mur jusqu’à ce que ces voix cessent. Et comme elle ne pouvait rien leur cacher, celles-ci rigolèrent aux pensées de la jeune fille. Mais fais-donc, souffla une première. Souffre autant que tu veux, continua la deuxième. Jamais nous ne te quitterons, termina la troisième. L’adolescente profita de leur silence pour prendre une grande inspiration, comme si leurs paroles l’étouffaient.
“Je veux juste que ça s’arrête…”
Les trois voix désincarnées s’esclaffèrent en chœur. Si c’est vraiment ce que tu souhaites… Pourquoi es-tu toujours là ? Elle laissa la question en suspens. Pourquoi ? Il devait bien y avoir une raison. L'espoir de voir la lumière au bout du tunnel peut-être ? Peut-être.



Dernière édition par Serafina E. Fargerland le Mer 16 Aoû - 20:06, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité

Invité

CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: Serafina Edelweiss Fargerland || “The hardest part of ending is starting again.”    Lun 14 Aoû - 18:58



Famille et compagnie

Christer Leif Fargerland ||

Le père Fargerland est souvent surnommé « la force tranquille », en raison du calme permanant que son visage affiche, et de cette autorité naturelle que son regard dégage. Il vient d’une famille de sang-pur, de même que son épouse, qui prône l’égalité des sangs au sein de la communauté des Sorciers, valeurs désormais ancrées dans le cœur de ses enfants.
Christer est un collectionneur accompli, à tel point qu’un allé dans son grenier est un voyage sans retour. Du moins, c’est ce qu’il se plait à dire, mais chacun de ses trois enfants a réussi à revenir vivant de cet antre recélant une myriade de trésors, comme des peluches, différents balais pour joueurs de Quidditch, des ventilateurs, des bouteilles de différentes marques, et même de vieux livres de cuisine.
Hormis tout cela, Christen a travaillé Ministère de la Magie, dans les brigades de police magiques. Il avait, depuis son arrivée en Ecosse, rendu son blason, et avait offert ses services à la police de Glasgow. Il est mort en fonction le 25 Aout 2020.

Ranveig Sigrid Fargerland, née Arvesen ||

S'il y a bien une chose que ses enfants ont héritée d'elle, c'est son caractère bien trempé. Elle leur a répété un nombre incalculable de fois de ne pas se laisser marcher sur les pieds, tout en leur enseignant l'humilité.
Ranveig, au-delà de sa froideur extérieure, est une femme d'une extrême tendresse, maîtrisant l'art des mots, et capable ainsi d'en souligner leur sublime splendeur. Elle a su faire naître cet intérêt et cet amour pour la lecture dans l'esprit de ses enfants, qui gardent un bon souvenir et une profonde nostalgie de ces nombreuses soirées passées à l'écouter conter les péripéties éternelles de héros éphémères.
Magizoologiste, elle est également la responsable de la passion dévorante de sa fille pour les animaux, fantastiques ou non, mais surtout des dragons.

Vihaan Even Fargerland ||

"Moitié", "Ame-Soeur".. ces mots n'ont pas le même sens pour Serafina que pour une majeure partie des gens. Ces mots traduisent explicitement ce qui la lie à Vihaan, puisqu'ils sont jumeaux.
Ils sont passés par toutes les épreuves ensemble : on les as comparé l'une à l'autre, séparé, donné raison à tord, et tord à raison et jugé. Mais leur force était dans leur unité. Ils ont affronté ces épreuves ensemble, renforçant ces liens, passant d'une contrainte naturelle à une force commune capable de tout repousser.
Aujourd'hui, ce qui les lie, en plus de leur sang, est leur caractère. Exécrable par moment, oui. Un trait de caractère souvent attribué au jumeau, qui lui est souvent reproché par la jumelle. Cependant, comme s'ils avaient un jour été un être unique destiné à une tragique séparation, certains défauts, comme certaines qualités se retrouvent des deux côtés.
Cependant, il s'agit d'une relation à double tranchant. Chacun on tendance à tout pardonner à l'autre, comprenant souvent ses raisons, et poussant vers un soutient quasiment maladif. Heureusement pour lui, Vihaan arrive à faire la part des choses, et pèse le pour et le contre, contrairement à sa sœur qui, d'une manière, voit les choses en noir et blanc.

Svein Asgeir Fargerland ||

Vihaan n'est pas le seul responsable du garçon manqué qu'est devenue sa jumelle. Dès son plus jeune âge, Serafina a grandi en marchant dans les pas de son frère aîné, Svein. Seules quatre petite années les séparaient, mais le temps n'a jamais pu délier leurs coeurs.
C'est simple. Partout où Svein se trouvait, Serafina n'était pas loin, délaissant parfois Vihaan, qui restait seul avec ses délires souvent trop perchés pour elle.
Svein a toujours été le modèle que la jeune sorcière voulait atteindre : altruiste, bienveillant et débrouillard. Oh bien sûr, elle l'idéalisait, et même si elle en a conscience aujourd'hui, une partie d'elle ne cessera jamais de noyer son aîné sous des tonnes de qualités qu'il ne possède pas.
Parmi toutes ces qualités qu'elle lui donnait, il en avait certaines. De celle que n'importe qui se devrait de posséder, comme la tolérance et la discipline. Il avait des défauts aussi, mais elle ne les avait jamais vus, ni cherchés..
Il avait cette passion pour la lecture, qu'il a transmise à sa jeune sœur mais également ce côté rockeur, qui ne se rendait nulle part sans écouteurs ni musique.
Elle a tout appris de lui : valeurs, lecture, musique, guitare, manières et j'en passe. Elle voulait bâtir sa vie en prenant la sienne en modèle, mais ce modèle, cette vie, cet ami, ce frère, elle l'a perdu dans la nuit d'Halloween 2022.

Dàireen Celyan Arvesen ||

Durant son enfance, Serafina a souvent entendu parler des Arvesen. La famille de sa mère ne s’était pas éteinte quand elle choisit pour nom celui de son époux. En effet, son frère aîné, Ivan, ce globe-trotteur passionné, a terminé sa course en Ecosse, à Glasgow. C’est là-bas qu’est née Dàireen Arvesen.
Pour les enfants Fargerland, les Arvesen n’étaient qu’une image floue, du moins jusqu’en 2014. Quittant leur Norvège natale pour ce pays inconnu, les jumeaux ont dû apprendre une nouvelle langue en l’espace de quelques années seulement. Si les adultes s’accordent le privilège de cet exploit, le mérite revient en vérité à Dàireen. Ces échanges linguistiques quotidiens menant à des incompréhensions et donc à des fou-rires les ont aidés à forger de puissants liens d’amitié, bientôt renforcés par des familiaux.
Même si Serafina garde, et gardera, cet amour quasiment mystique pour son pays natal, elle a passé la plus grande partie de sa vie en Ecosse, si on compte ses quelques années à l’école de Sorcellerie, et ces mêmes années passées aux côtés de sa cousine les ont rendues comme des sœurs.
 


La première fois ici



King’s Cross Station. Elle y était enfin. Fatiguée. Mais présente. Elle et sa famille n’avait cependant pas le temps d’une petite visite de Londres : il fallait faire vite.
“Ça valait pas le coup de venir ici, si c’est pour retourner en Ecosse…”
La rouquine se tourna vers son jumeau. Mais c’est qu’il avait raison. Elle venait de réaliser qu’elle avait traversé tout le Royaume-Uni, direction Londres, pour revenir d’où elle venait. Elle hocha la tête tout en gardant un contact visuel sur son frère.
“Attends de prendre le Poudlard Express et tu verras. Tu nous supplieras pour prendre le train à Londres à chaque rentrée !”
Dàireen pouffa légèrement.
“C’est pas comme si on avait le choix, Svein.”

Pour marquer le coup de son premier Poudlard Express, Serafina roupilla tout le long du trajet. Quand elle se réveilla, le train ne tarderait plus à s’arrêter à la gare de Pré-au-Lard.
“Pré-au-Lard ?”, demanda Vihaan en fronçant les sourcils devant ce nom à faire saliver un amateur de viande porcine.
“Le Paradis, termina Svein en regardant au ciel, comme s’il s’adressait à Dieu.
Hum. A en juger par l’expression faciale de son jumeau, Serafina pouvait dire qu’il n’était pas convaincu.
Le train s’arrêta enfin. Dàireen et Svein se levèrent, laissant les deux Premières Années à leur sort. Serafina inspira un bon coup et se leva, tout sourire. Cette rentrée marquait un nouveau départ, quand bien même elle n’était pas néophyte dans le monde de la magie.
Elle et Vihaan ne se quittèrent plus après la descente du train. Ils restaient en retrait dans les barques qui les conduisaient au château, ignorant les élèves qui en profitaient pour faire connaissance avec les autres.

Déboulant dans la Grande Salle, les deux élèves aperçurent leurs aînés assis aux longues tables qui courraient toute la pièce. Au loin, il y avait une estrade, et derrière se trouvaient leurs professeurs à venir.
Alors que les regards des autres enfants se perdaient dans le plafond, celui de la petite rousse cherchait son frère et sa cousine. Elle ne trouva que cette dernière, qui lui faisait signe en compagnie de quelques-uns de ses amis. Requinquée, la jeune fille attrapa Vihaan par le poignet et commença à avancer vers l’estrade. Confiante, elle était dans les premières rangées d’enfants attendant leur répartition. La plus belle chose qu’elle eut la chance d’admirer ce soir-là, hormis le sourire de Dàireen, ce fut le Choixpeau. Elle avait certes compris depuis longtemps qu’il fallait s’attendre à tout, mais voir le chapeau se mouvoir et parler la fascina.
“Serafina Edelweiss Fargerland !”
Elle eut un rictus. On venait d’écorcher son nom là, pas vrai ? Peu importe. Elle s’avança vers le Choixpeau et lui sourit en arrivant. Elle ignorait si le chapeau pouvait la voir, mais elle ne put retenir son sourire à l’approche de l’objet magique. Surement car elle savait qu’elle allait découvrir des choses encore plus farfelues que ça. Assise sur la chaise, elle attendit patiemment que le verdict tombe.

QUESTION DU CHOIXPEAU
Une personne pas douée tombe dans le lac noir, malheureusement, elle est la seule témoin de la scène, que fait-elle ? Elle l'aide de loin. Elle l'encourage à se sauver lui-même et à faire preuve de courage. Elle sait qu'elle est de mauvaise foi mais si elle peut éviter de plonger, elle le fait.




Dernière édition par Serafina E. Fargerland le Mer 16 Aoû - 21:23, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6239-rioghbhardan-i-m-not-your-boy-toyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6299-rioghbhardan-you-better-believe-that-i-want-you-and-you-need-mehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6300-rioghbhardan-declarations-d-amour-uniquementhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6301-rioghbhardan-rien-de-professionnel-merci

Arrivé(e) le : 03/06/2015
Parchemins rédigés : 5347
Points : 17
Crédit : (c)
Année : 7ème année - 19ans

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Skat Cunningham

MessageSujet: Re: Serafina Edelweiss Fargerland || “The hardest part of ending is starting again.”    Lun 14 Aoû - 19:08

Tu t'étonnes et nous, en tant que staff, on te déteste. What a Face
Rebienvenue ! Coeur



Je me souviens de toi près de moi, tu m'embrassais pour la première fois, j'ai cette image gravée dans la tête. Je me souviens des premiers rendez-vous comme de la plus belle image de nous.
Rioghbhardan O'Callaghan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6244-archibald-milo-de-baskerville-je-t-aime-bien-mais-en-cas-de-danger-je-te-sacrifie-directhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6295-archibald-milo-de-baskerville-le-titre-qui-tuehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6331-tybalt-se-chargera-de-m-apporter-votre-courrierhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6332-express-tybalt-se-chargera-de-m-apporter-votre-courrier

Arrivé(e) le : 05/01/2012
Parchemins rédigés : 6021
Points : 11
Crédit : Thomas Brodie-Sangster crédit : Sarah ♥
Année : 6ème année (17 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Brooklyn ♥ Anoushka ♥ Naïa ♥ Blake

MessageSujet: Re: Serafina Edelweiss Fargerland || “The hardest part of ending is starting again.”    Lun 14 Aoû - 19:13

Si c'est pour foutre la merde, tu pouvais rester où tu étais Rolling Eyes

Re-bienvenue Coeur



Archibald Milo de Baskerville
“Pour qu'un amour soit inoubliable, il faut que les hasards s'y rejoignent dès le premier instant.” Kundera Milan ♦ by dream's
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6465-allen-my-work-is-a-game-a-very-serious-game-termine#150095http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6468-allen-liens-you-re-never-fully-dressed-without-a-smile#150292

Arrivé(e) le : 22/08/2016
Parchemins rédigés : 430
Points : 2
Crédit : (c)me (Shawn Mendes)
Année : 6ème année - 16 ans

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Victoire, Jill et Professeur I. Soussa

MessageSujet: Re: Serafina Edelweiss Fargerland || “The hardest part of ending is starting again.”    Lun 14 Aoû - 21:17

Tu peux aussi nous prévoir un petit résumé du perso pour quand on aura envie de te réclamer des petits liens Ange Ange Pour quelques petites lignes en plus .... j'dis ça comme ça !! Rolling Eyes sifflote sifflote sifflote

ReBienvenue sur NYL ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

Invité

CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: Serafina Edelweiss Fargerland || “The hardest part of ending is starting again.”    Lun 14 Aoû - 21:43

SUPER choix d'avatar Bave Perrin
Rebienvenue Coeur
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité

Invité

CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: Serafina Edelweiss Fargerland || “The hardest part of ending is starting again.”    Mar 15 Aoû - 0:34

FAOOOOOOO Coeur

Contente de te revoir parmi nous avec, mon dieu tu as envie de me tuer, la sublime Sophie sexy Turner Bave je sais pas comment mais un lien avec au moins un de mes deux persos oblige!!! Anoushka Hâte de te voir validé ! Slurp
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité

Invité

CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: Serafina Edelweiss Fargerland || “The hardest part of ending is starting again.”    Mar 15 Aoû - 12:53

Rio & Milo: Ça va aller, vous êtes trois dans ce fameux Staff, et il y a trois messages : répartissez-vous le travail What a Face
Non mais en vérité je suis désolée là, je voyais ça moins long Octavia

Allen: Ahah, t'en fais pas, je vais te concocter un résumé aux petits oignons Very Happy En vérité c'est pas si dur à résumer x)

Alaska: Merci à toi Coeur Eh ouais, Sophie c'est bae

Chucky: Mais en même temps c'est Sophie Bave
Quand tu veux ce fameux lien, pour tes deux persos s'il faut !

Merci à vous tous, ça me fait trop plaisir de vous retrouver Perrin


Revenir en haut Aller en bas

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8035-j-ai-toujours-reve-d-apprendre-a-voler-savannah-r-caldwellhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8048-in-our-family-portrait-we-look-pretty-happy-savannah-r-caldwellhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6353-ecrire-pour-mettre-de-l-ordre-dans-ses-obsessions-savannah-r-caldwell-sinead-p-o-riordan#164473http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8066-send-me-your-love-savannah-r-caldwell#182506http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8067-send-me-your-love-savannah-r-caldwell#182508

Arrivé(e) le : 14/11/2015
Parchemins rédigés : 1545
Points : 0
Crédit : Bazzart
Année : 5ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: Serafina Edelweiss Fargerland || “The hardest part of ending is starting again.”    Mar 15 Aoû - 14:58

Personnellement, je ne te souhaite pas du tout la bienvenue ! Very Happy J'ai la flemme de lire tout ça, d'ailleurs je te conseille de repartir tout de suite, parce que la validation n'est pas au programme. \o/ Bon et si jamais par MIRACLE, on décide quand même de te valider, sache que si tu dois repartir dans les prochaines semaines et abandonner ton personnage, je te retrouverai et tu auras mal, très mal. Ange

SINON, REBIENVENUE SUR NYL MON CHATON ! Pompom Girl Je suis trop contente de revoir Sophie Turner sur un forum, je l'aime beaucoup, beaucoup, beaucoup trop. *-*

J'espère que tu t'amuseras bien parmi nous. Câlin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6316-ed-carter-no-pain-no-gain-but-without-a-brother-it-would-be-easier-terminee#146978http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6324-ed-carter-i-can-reach-my-goals-alone-but-it-s-good-to-have-some-relationships-along-the-way#147069

Arrivé(e) le : 03/07/2016
Parchemins rédigés : 437
Points : 4
Crédit : pillsnpotions
Année : 7ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: Serafina Edelweiss Fargerland || “The hardest part of ending is starting again.”    Mar 15 Aoû - 21:34

REBIENVENUE TOI Câlin
Tu m'a manqué un peu !
Et bienvenue à ta jolie rouquine! Je la comprends, le climat anglais est vraiment pourri ...
Comme dit Sav, t'as pas intérêt à redisparaitre Evil or Very Mad



I'm unstoppable
No pain, no gain ⊹ No matter what, I'll do whatever it takes. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

Invité

CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: Serafina Edelweiss Fargerland || “The hardest part of ending is starting again.”    Mer 16 Aoû - 21:29

Sav': Je me suis déjà excusée, nom de nom Yerk Et puis je suis revenue, c'est ce qui compte non ? What a Face

: Comment ça "un peu" ? Niamh
Si je disparais, vous aurez le droit de danser sur ma tombe.

Merci à vous Coeur
Revenir en haut Aller en bas

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7577-spencer-l-mortensen-la-lumiere-pense-voyager-plus-vite-que-quoi-que-ce-soit-d-autre-mais-c-est-faux-peut-importe-a-qu-elle-vitesse-voyage-la-lumiere-l-obsurite-arrive-toujours-la-premiere-et-elle-l-attendhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7587-spencer-l-mortensen-les-bons-amis-t-aident-a-retrouver-des-choses-importantes-lorsque-tu-les-a-perdues-ton-sourire-ton-espoir-et-ton-couragehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8411-historique-rp-de-spencerhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7622-boite-aux-lettres-de-spencer-mortensenhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7623-hiboux-express-spencer-mortensen

Arrivé(e) le : 23/02/2017
Parchemins rédigés : 749
Points : 6
Crédit : Calisah (Jeremy Irvine) / Code signa : Wild heart
Année : Cinquième

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: Serafina Edelweiss Fargerland || “The hardest part of ending is starting again.”    Jeu 17 Aoû - 16:57

Re-bienvenue ! Coeur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8027-wolf-in-sheep-s-clothing-sage-sawyer-sinclair-u-c#181969http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8050-sage-u-c#182357http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8703-sage-indisponible#193246http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8257-sage-ma-boite-a-courrierhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8256-sage-ma-boite-a-courrier

Arrivé(e) le : 02/08/2016
Parchemins rédigés : 1370
Points : 1
Crédit : january blues (ava) & tumblr (gifs) / david mazouz
Année : deuxième année (redoublant) - quatorze ans

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Perrin & Ashton

MessageSujet: Re: Serafina Edelweiss Fargerland || “The hardest part of ending is starting again.”    Ven 18 Aoû - 3:18

FAOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO Perrin
Rebienvenue parmi nous
Je vais devoir m'armer de courage pour finir la lecture de ta fiche, mais ce que j'ai pu lire pour le moment me semble très intéressant ! Amuse toi bien avec ce nouveau personnage Liu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7869-tasha-emma-lennox-blackwood-termineehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7875-tasha-bien-s-entourer-ca-eloigne-les-problemeshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7874-fiche-de-rps-tashahttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7872-tasha-le-courrier-sera-precieusement-conservehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7873-tasha-une-urgence

Arrivé(e) le : 22/12/2015
Parchemins rédigés : 2146
Points : 16
Crédit : lilany ~ Amelia Zadro
Année : 5ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Professeur M. Burgess & Narcissa A. Breckenridge & Jayden S. Rosenbach

MessageSujet: Re: Serafina Edelweiss Fargerland || “The hardest part of ending is starting again.”    Ven 18 Aoû - 9:50

Re-bienvenue, Fao Câlin


Beyond the horizon

“La vie est une aventure ou elle n'est rien.”
©️ FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 21/04/2011
Parchemins rédigés : 1665
Points : 0
Crédit : (c) Phoebe.
PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin:
Disponible pour un RP ?:
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: Serafina Edelweiss Fargerland || “The hardest part of ending is starting again.”    Ven 18 Aoû - 22:42

Alors j'ai tout lu. Cool Et je te déteste toujours autant qu'avant. What a Face

Si je ne te répartis pas tout de suite, c'est parce qu'il y a un détail qui me pose problème (deux en réalité) : l'âge de Serafina. Tu mets qu'elle a 15 ans et qu'elle va entrer en 4ème année, ce qui n'est pas totalement impossible si redoublement il y a mais je voulais bien m'assurer que c'était le cas avant de faire quoi que ce soit. Parce que si les nés-moldus sont tenus de redoubler à cause de leur enfermement aux cachots, les autres non. J'ai cherché mais je n'ai rien trouvé sur le sujet donc dans le doute... Voilà. (si jamais je suis passée devant l'info sans la voir, désolée)

Et deuxième petite chose, t'en feras ce que tu veux, je trouve vraiment que la gamine a pas des réflexions de gamine (le jumeau non plus, dans une moindre mesure cela dit) dans toute la première partie de ta fiche. J'ai beaucoup de mal à imaginer une enfant de 4 ou 5 ans s'intéresser à la notion de consommation et philosopher sur la vanité du monde qui l'entoure et tout le bazar. Erm Je ne refuserai pas ta validation pour ça, mais je trouve pas ça particulièrement crédible.

Voilà voilà ! Je te laisse m'éclairer quant à ça et je te répartis dans la foulée ! Et la prochaine fois, je te fais bouffer tes 15000pages de présentation. Coeur xD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

Invité

CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: Serafina Edelweiss Fargerland || “The hardest part of ending is starting again.”    Ven 18 Aoû - 22:59

Mais j'aime vous poser des problèmes, tu devrais savoir au bout d'un moment :3

Alors en fait pour l'âge vu qu'elle est née en Décembre, elle n'avait pas 11 ans en Septembre 2019. Après si c'est pas possible, je change tout ça :3
Pour ce qui est de leur réflexions, je t'accorde que c'est en effet du too much, mais c'est surtout une part de moi qui s'exprime derrière je pense... Mais Seraf' a grandi trop vite, dans le sens où ses parents ont fait leur possible pour les écarter du monde moldu ** Au final ils partagent ma vision des choses, et ils l'ont inculquée à tous leurs enfants .
Voilààààà !
Ta lecture a été longue ? Pense aux heures que j'ai mis pour écrire ça, au rythme d'une phrase par tranche de 10min quand j'étais en panne d'inspiration xD !

Et forcément merci à vous tous Coeur
Revenir en haut Aller en bas

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6239-rioghbhardan-i-m-not-your-boy-toyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6299-rioghbhardan-you-better-believe-that-i-want-you-and-you-need-mehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6300-rioghbhardan-declarations-d-amour-uniquementhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6301-rioghbhardan-rien-de-professionnel-merci

Arrivé(e) le : 03/06/2015
Parchemins rédigés : 5347
Points : 17
Crédit : (c)
Année : 7ème année - 19ans

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Skat Cunningham

MessageSujet: Re: Serafina Edelweiss Fargerland || “The hardest part of ending is starting again.”    Ven 18 Aoû - 23:07

Bah elle est entrée à l'école à 11ans et a eu 12ans en Décembre. Erm Là elle aurait 14ans et en aurait 15 en Décembre. Erm Je vois pas trop où est le problème en fait. Erm Parce qu'elle va avoir 16ans en 4ème année, là, en fait. Erm Dan compatit pour l'avoir fait, mais il a retapé lui

Oui, ma lecture a été longue. Suspect xD



Je me souviens de toi près de moi, tu m'embrassais pour la première fois, j'ai cette image gravée dans la tête. Je me souviens des premiers rendez-vous comme de la plus belle image de nous.
Rioghbhardan O'Callaghan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

Invité

CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: Serafina Edelweiss Fargerland || “The hardest part of ending is starting again.”    Ven 18 Aoû - 23:13

Nan mais j'ai fait littéraire, je sais pas compter. T'as raison, elle a 14 ans, en effecto ._. Je change tout ça ! Mais Dan c'est le King de l'ecole là

Si ça peut te rassurer, j'aurai mis des heures à lire tout ça vu que je lis à -3 à l'heure.


Dernière édition par Serafina E. Fargerland le Ven 18 Aoû - 23:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6244-archibald-milo-de-baskerville-je-t-aime-bien-mais-en-cas-de-danger-je-te-sacrifie-directhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6295-archibald-milo-de-baskerville-le-titre-qui-tuehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6331-tybalt-se-chargera-de-m-apporter-votre-courrierhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6332-express-tybalt-se-chargera-de-m-apporter-votre-courrier

Arrivé(e) le : 05/01/2012
Parchemins rédigés : 6021
Points : 11
Crédit : Thomas Brodie-Sangster crédit : Sarah ♥
Année : 6ème année (17 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Brooklyn ♥ Anoushka ♥ Naïa ♥ Blake

MessageSujet: Re: Serafina Edelweiss Fargerland || “The hardest part of ending is starting again.”    Ven 18 Aoû - 23:17

Moi je propose qu'on te supprime et qu'on en parle plus Ange sifflote



Archibald Milo de Baskerville
“Pour qu'un amour soit inoubliable, il faut que les hasards s'y rejoignent dès le premier instant.” Kundera Milan ♦ by dream's
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

Invité

CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: Serafina Edelweiss Fargerland || “The hardest part of ending is starting again.”    Ven 18 Aoû - 23:21

Coeur
Revenir en haut Aller en bas

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 21/04/2011
Parchemins rédigés : 1665
Points : 0
Crédit : (c) Phoebe.
PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin:
Disponible pour un RP ?:
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: Serafina Edelweiss Fargerland || “The hardest part of ending is starting again.”    Ven 18 Aoû - 23:23




Bienvenue parmi nous


Officiellement rebienvenue ! Je sais pas pourquoi on poste ça, tu connais la maison. Tu vas changer de couleur et de salle co' mais j'espère que ça te plaira quand même. Si je peux te donner un conseil, ne fais confiance à personne portant tes couleurs, on sait jamais, il y a beaucoup de traîtres dans vos rangs ! Bon courage pour ton installation et si tu as besoin de quoi que ce soit, n'hésite pas, tu sais où nous trouver !



Il y a des évidences qui ne nous apparaissent pas bonnes et c'est le cas avec toi. Serpentard serait un choix facile. Trop facile je crois. Il te faut autre chose, je le sais, je le sens. Oui ! Voilà ! C'est ça ! Je n'ai plus de doutes te concernant !
SERDAIGLE
!
Serdaigle Serdaigle Serdaigle



Quelques conseils pour bien commencer


Maintenant que tu es réparti(e), il ne faut pas te reposer sur tes lauriers. Ta vie NYLienne commence à peine et pour la faire démarrer sur de bonnes bases, il te reste encore pas mal de petites choses à faire. Ne t'inquiètes pas, je vais tout te montrer...

Commence par créer ta fiche de liens, ta fiche de RPs, ainsi que boîte aux lettres qui te permettra aussi de gagner des points RPs en écrivant des lettres de plus de 300 mots et ta boite à hiboux express pour les messages plus courts. Peut-être que tu n'en trouveras pas tout de suite l'utilité, mais ça ne saurait tarder... Alors mieux vaut l'avoir fait tout de suite. Et puis, si jamais tu cherches quelqu'un d'important pour le développement de ton personnage, n'hésite pas à créer un poste vacant.

Aussi, je te conseille d'aller lire comment marche le système de points, si ce n'est pas déjà fait. Ce serait bête de ne pas savoir comment rapporter des points à ta maison. D'ailleurs, tu peux jeter un coup d'oeil aux sabliers pour voir où en est la course à la Coupe. Et comme les votes, c'est le bien, Top-Siter rapporte des points !

N'empêche que le meilleur moyen d'obtenir des points reste d'aller en cours. Et oui, nous sommes dans une école et nos chers professeurs vont se faire une joie de t'apprendre tout ce qu'ils savent. Quand tu te seras bien installé(e) dans ton dortoir, attrape tes bouquins et rends toi vite en classe ! Nos professeurs t'attendent, et pour savoir à qui tu as à faire, tu trouveras la liste ici. La liste des sortilèges par année est disponible .

Il n'y a pas que les points des sabliers qui sont importants ici. Il y a aussi les points défis ! Tu peux aller lire ce sujet pour savoir exactement ce que c'est que les points défis. N'oublie pas de créer ton sujet d'ailleurs, qu'on puisse tous t'en proposer ! Bien sûr, tu peux également savoir combien tu as de points en allant voir la fiche ! Le nombre de point s'initialise automatiquement à 0/0 mais dès que vous avez un point, vous pouvez voir l'évolution de ceux-ci à 1/2000...

Heureusement, il n'y a pas que les cours dans la vie ! Tu vas pouvoir t'entraîner à être une fouine en écoutant les rumeurs qui se baladent dans les couloirs, attraper ton balai pour devenir le plus grand joueur de Quidditch de l'histoire de Poudlard... Enfin, pour être sûr(e) de ne rien louper des activités qui te seront proposées, garde un oeil sur le panneau d'affichage, et sur la Gazette du Sorcier pour être informé(e) de tout ce qui peut bien se passer dans le monde magique.

Le HRP (hors-RP) te donnera également de quoi t'occuper grâce à une partie Flood bien remplie. Tu pourras également faire plaisir aux autres membres en leur offrant des cadeaux. N'oublie pas, à l'occasion, de passer sur la ChatBox, avec un peu de chance, tu tomberas en plein jeu... S'il y a quelque chose que tu ne comprends pas, nous répondrons à toutes tes questions.

Sur ce, je te souhaite beaucoup de plaisir dans cette nouvelle vie qui commence, et plein de merveilleux RPs !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: Serafina Edelweiss Fargerland || “The hardest part of ending is starting again.”    

Revenir en haut Aller en bas
 
Serafina Edelweiss Fargerland || “The hardest part of ending is starting again.”
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard, 19 ans après. :: La Corbeille :: 
Corbeille
 :: Les anciennes fiches
-
Sauter vers: