AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Happy birthday to you ! ♕ Spencer, Savannah & Isidore.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 13/01/2017
Parchemins rédigés : 272
Points : 21
Année : 6ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin:
Disponible pour un RP ?:
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Happy birthday to you ! ♕ Spencer, Savannah & Isidore.   Sam 29 Juil - 2:59

Happy birthday !Spence, Sav' & Izzie« Laisse tomber, j’arrive pas à fouetter les oeufs… tu crois que tu peux le faire ? » conclut Isidore en grimaçant, avant de tendre le saladier à Spencer.

La cuisine n’avait jamais été un problème pour lui, c’était même plutôt instinctif d’ordinaire… Mais désormais, il fallait revoir quelques habitudes, notamment celles qui nécessitaient la pleine possession de ses moyens. En tout cas, quitter l’infirmerie et avoir été mis au courant d’une potentielle « solution » s’était révélé plutôt bénéfique, et lui ôtait un peu cette impression d’être un légume flétrissant dans un lit d’hôpital… Et puis, il fallait bien voir le bon côté des choses, désormais il pouvait retrouver son meilleur ami et sa petite amie librement, sans avoir à craindre de recevoir un châtiment à la hauteur de leur témérité, ou que ces derniers n’aient à en pâtir par la suite… Et après tout, la ferme n’était pas si mal. Bien sûr, il s’était promis de la détester, alors il ne manquait pas de laisser échapper multiples réflexions, se plaignant du réfectoire pas assez grand, des chambres mal éclairées, de l’herbe pas si bien coupée à l’extérieur… Mais finalement, attendre ici ne serait pas tant un calvaire. Et puis, il y avait pratiquement tout le monde ici, à part quelques absents qui manquaient encore à l’appel, et Victoire qu’il n’était pas encore parvenu à croiser… Et surtout, ils pouvaient aller où bon leur semblait librement, à condition qu’il soit à l’heure pour sa séance de rééducation quotidienne, et on les laissait utiliser la cuisine. Tant bien que mal bien sûr, et heureusement la magie le sortait de bien des situations, mais les sortilèges à la main gauche n’étaient pas son point fort… Les retrouvailles avec Spencer l’avaient presque remis d’aplomb, et le temps d’un après-midi, il en oubliait presque qu’il était à demi-manchot. Il ferait bon dehors ce soir… Alors autant profiter de son premier jour de libération pour le passer avec ceux qui comptaient le plus.

« Une bonne heure de cuisson et ça devrait être bon pour les tartes, on trouve une bouteille quelque part et se retrouve dehors… ? » lança-t-il à son meilleur ami, qui lui avait généreusement fourni un coup de main pour tout mettre au point.

Il était bien déterminé à rattraper son humeur massacrante des premiers jours avec Savannah qui avait du subir son caractère lunatique, et il avait décidé de commencer en tentant de fêter dignement l’anniversaire de cette dernière, et celui du Poufsouffle en avance qui tombait quelques jours plus tard. Il adressa un signe à Spencer après avoir rangé quelques ustensiles et disparut dans les couloirs. Il traversa le réfectoire en une fraction de secondes, et retrouva l’infirmerie seulement quelques minutes après l’avoir quittée… Il interpela l’infirmier, et lui demanda de changer son bandage, rendu poisseux par la préparation culinaire, et détourna le regard, refusant obstinément de se rendre compte de l’étendue des dégâts. Puis, il gagna les chambres, et s’efforça de soigner au maximum son apparence, après s’être rendu compte du laisser aller de ces derniers jours… Ceci fait, il redescendit en cuisines en se rendant compte que l’heure était bientôt écoulée, et parvint à sortir les tartes sans se brûler. Restait à espérer que Spencer serait parvenu à chiper une bouteille quelque part ! En attendant, ils avaient tous les trois rendez-vous sur la terrasse, avant d’aller établir leur campement un peu plus loin, selon le bon goût de ses compagnons. Maladroitement, il tenta quelques sortilèges sans succès, avant de finalement parvenir à faire sortir de sa baguette quelques fleurs qu’il déposa à côté des tartes, avant de s’emparer du tout. Ce n’était pas forcément le genre de Savannah, mais elles auraient au moins valeur d’excuses… Puis, il gagna le patio, et déplaça quelques transats au moyen de sa main encore active un peu plus loin, dans un coin d’herbe, se résolvant à attendre Spencer pour s’occuper de la table lorsqu’il serait là. Tout était prêt, ou presque, pour leur permettre de passer ce qui devrait ressembler à une bonne soirée…
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8035-j-ai-toujours-reve-d-apprendre-a-voler-savannah-r-caldwellhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8048-in-our-family-portrait-we-look-pretty-happy-savannah-r-caldwellhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6353-ecrire-pour-mettre-de-l-ordre-dans-ses-obsessions-savannah-r-caldwell-sinead-p-o-riordan#164473http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8066-send-me-your-love-savannah-r-caldwell#182506http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8067-send-me-your-love-savannah-r-caldwell#182508

Arrivé(e) le : 14/11/2015
Parchemins rédigés : 1205
Points : 47
Crédit : Bazzart
Année : 5ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Sinéad P. O'Riordàn

MessageSujet: Re: Happy birthday to you ! ♕ Spencer, Savannah & Isidore.   Mar 1 Aoû - 19:36


Izzie, Spence & Sav

Happy birthday to you !

Je ne sais pas trop pourquoi je suis aussi enthousiaste à l’idée de fêter mon anniversaire avec Spencer et Isidore compte tenu du contexte actuel. Bien sûr, je suis évidemment contente de passer un moment en compagnie de mon petit-ami et de mon meilleur ami, nos moments à trois sont toujours géniaux et je sais que celui-ci ne sera pas différent mais j’avoue que je me sens coupable d’être enthousiaste à l’idée de fêter mon anniversaire alors que les élèves vont et viennent quotidiennement à l’infirmerie. Et puis, j’ai un autre problème de taille dont je n’ai osé parler à personne pour le moment. Je suis jalouse de Spencer. C’est totalement ridicule, je sais, mais c’est pourtant le cas. J’ai bien vu qu’Isidore était adorable avec lui et ne se servait pas du tout de son meilleur comme punching ball contrairement à moi. Alors je sais bien que nous n’avons pas la même relation entre nous bien que nous nous considérions comme un trio la plupart du temps, et encore heureux d’ailleurs, mais je ne sais pas pourquoi c’est à moi de subir les paroles aigries et les remarques acerbes alors que Spencer a le droit aux blagues, aux sourires et au côté optimiste du Serpentard. Une partie de moi aimerait que ce ne soit qu’une façade offerte par Isidore lorsqu’il ne veut pas exprimer ce qu’il ressent réellement parce que ça me donnerait nécessairement une place plus importante mais je doute que ce soit le cas. Je pense malheureusement qu’il est juste plus facile pour Isidore de communiquer avec Spencer parce que notre meilleur ami a su trouver la bonne attitude là où j’ai lamentablement échoué. Honnêtement, ce n’est pas simple à encaisser et je crois que je préfère ne pas trop y penser la plupart du temps, j’espère donc ne pas y être confronté ce soir, je ne sais pas trop si j’arriverais à encaisser sans rien dire en voyant la complicité qu’ils ont tous les deux et que je n’ai plus trop l’impression d’avoir avec Isidore ces derniers temps.

Nous nous sommes donné rendez-vous sur la terrasse un peu plus tard dans la journée et ça me laisse le temps de terminer mon cadeau d’anniversaire pour Spencer. J’ignore si ça va lui faire plaisir, à dire vrai j’en doute un peu, mais ici les moyens mis à notre disposition sont plutôt restreins et j’ai dû me creuser la tête pour trouver une idée potable pas trop nunuche et réalisable dans le temps dont je disposais. Finalement, j’ai opté pour la réalisation d’une sorte de gourmette artisanale avec des lanières en cuir foncées histoire de viriliser un peu le résultat. Si on m’avait dit que j’offrirais un jour un bracelet à Spencer, je pense que je ne l’aurais jamais cru mais finalement, je dois avouer que le résultat me plait assez. J’ai gravé les initiales de mon meilleur ami sur l’une des lanières et même si le « S » n’est pas très régulier, je trouve que pour une première fois, je ne m’en suis pas trop mal sortie. En plus, on voit bien que c’est un bijou masculin alors que j’avais vraiment peur qu’il fasse une tête de trois pieds de longs en voyant ce stupide bracelet. Bref, ceci ne sera certainement pas le plus beau cadeau d’anniversaire que je lui offrirais, mais au moins j’en ai un et ce n’était pas gagné. Je ressors de l’atelier où j’ai passé la fin de la matinée à finir de confectionner mon œuvre et file dans mon dortoir pour tâcher de me rendre un peu plus présentable. C’est sûrement stupide d’essayer d’avoir l’air jolie dans un moment pareil, tout le monde se fiche de notre apparence, tout ce qu’on veut c’est que le ministère tombe et que nous puissions retrouver nos familles et plus les jours passent, plus nos espoirs s’amenuisent. Alors certes, la petite robe d’été que j’ai réussi à sauver lorsque nous avons dû rassembler nos affaires à toute vitesse avant d’être amenée ici ne changera rien à la situation, mais je crois que j’ai le droit de savourer cette pseudo fête d’anniversaire et de tout faire pour qu’elle paraisse la plus normale possible. J’aimerais oublier ce que je fais ici l’espace d’un instant.

Les minutes ne passent pas assez vite et je me suis préparée tellement rapidement que je me retrouve assise sur mon lit, le cadeau de Spencer à la main, sans trop savoir si je devrais rejoindre la terrasse maintenant ou attendre un peu. Je ne veux pas arriver la première, pour une raison qui m’échappe totalement d’ailleurs, alors je prends mon mal en patience et compte les secondes dans ma tête. Lorsqu’enfin l’heure du rendez-vous se rapproche dangereusement, c’est tout juste si je ne me précipite pas vers la terrasse et je dois me faire violence pour ne pas me mettre à courir dans les couloirs. Je ne sais pas comment je fais pour être aussi partagée entre l’envie de fêter cet anniversaire avec mes deux meilleurs amis ou celle de ne surtout pas le fêter. Il y a cinq secondes encore, j’étais totalement paniquée et maintenant je suis impatiente. Je me retrouve moi-même perdue dans des émotions totalement contraires qui, je l’espère, s’éclairciront dans la soirée, sinon je vais finir par devenir totalement folle. La terrasse est quasiment déserte lorsque j’y arrive et je ne mets pas cinq secondes à repérer Isidore qui est tout seul près des transats plus loin sur la terrasse. Spencer n’est manifestement pas encore arrivé et je crois que j’aurais nettement préféré qu’il soit déjà là. C’est terrible d’être à ce point mal-à-l’aise en présence de celui qui partage ma vie depuis presque deux ans maintenant, mais je n’y peux rien, c’est plus fort que moi. De toute façon, il est trop tard pour faire demi-tour alors je m’approche en essayant de donner à mon sourire un aspect un peu moins crispé ce qui est loin d’être simple. « Salut. » Je me suis arrêtée à bonne distance, ne sachant pas trop où me positionner. J’essaie de ne pas me liquéfier sur place, mais intérieurement je subis une lente agonie. « Il fait beau aujourd’hui. » Normal Savannah on est en plein milieu de l’été… Je dois vraiment être au bord du désespoir pour m’intéresser à la météo mais c’est tout ce que j’ai trouvé pour alimenter la conversation.

Code by Fremione.




I won't never give up
I won't let you get me down, I'll keep getting up when I hit the ground and I'll find my way home.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 13/01/2017
Parchemins rédigés : 272
Points : 21
Année : 6ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin:
Disponible pour un RP ?:
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: Happy birthday to you ! ♕ Spencer, Savannah & Isidore.   Jeu 3 Aoû - 19:36

Happy birthday !Spence, Sav' & Izzie« Salut. » Isidore prenait tant à coeur la tâche pourtant simpliste qu’il s’était lui-même assignée, qu’il n’avait pas entendu la première des deux invités la rejoindre. Et c’était Savannah… S’il avait songé que la revoir après l’infirmerie serait chose facile, il était finalement bien loin du compte… Il n’avait pas été très agréable avec elle, et rattraper le coup lui semblait tout à coup beaucoup plus compliqué que ça en avait l’air à l’origine. Elle devait être furieuse contre lui, après avoir réprimé toute la frustration de ces derniers jours… ou pire encore, peut-être l’avait-il simplement déçue. Elle aurait bien sûr mérité un bien meilleur accueil en sortant des cachots, et c’était tout juste s’il ne l’avait pas chassée de l’infirmerie… bien sûr, il se sentait aussi mal à l’aise, dépourvu d’un membre, comme s’il était mis à nu. Mais la perspective de pouvoir au moins retrouver son usage, à défaut de récupérer sa main, lui était suffisante… Au moins, il ne serait peut-être pas un fardeau éternellement, ni pour elle, ni pour le reste du monde. « Sav’ ! T’es venue tôt ! » constata-t-il, en souriant avec réserve. Il était heureux de la voir, mais ne savait pas encore combien de temps cela durerait avant qu’elle ne lui saisisse le col de sa chemise pour lui hurler dessus ses quatre vérités. Il continua d’installer avec peine les quelques transats qui restaient, avec ce que lui permettait sa seule main gauche. Il la détailla sans mot dire, remarquant qu’elle portait une ravissante petite robe d’été qui mettait tout à fait en valeur ses jambes joliment galbées. Il chercha un instant un moyen de le lui faire remarquer sans avoir l’air d’un parfait idiot se perdant en compliments bateaux qui n’auraient strictement rien de naturel, et finit par renoncer, s’attardant discrètement sur les bretelles qui voyageaient le long de son dos, laissant découvrir sa clavicule. Elle était magnifique !

« Il fait beau aujourd’hui. » Il y avait deux possibilités : soit le fait d’être restée enfermée pendant huit mois dans les cachots l’avait rendue passionnée de météorologie, soit elle était vraisemblablement aussi gênée que lui et tentait maladroitement de trouver un sujet de conversation. Mais la pluie et le beau temps, vraiment… ? Remarque, il n’était guère certain de pouvoir faire mieux… Il déglutit silencieusement, en se demandant comment il pourrait rattraper le coup avant que la jeune fille finisse par se convaincre que venir était une mauvaise idée… C’était son anniversaire, il était persuadé d’avoir tout prévu, et pourtant il était complètement décontenancé face à elle. « Donne-lui les fleurs, débile. » se répéta-t-il à sa propre attention, tandis qu’il leur jetait un malheureux coup d’oeil du côté des tartes, où le bouquet improvisé était abandonné à son triste sort. Il avait l’impression d’être un stupide adolescent à son premier rencard, et qui se demandait si c’était trop tôt pour lui tenir la main… C’en était tellement ridicule que ça en devenait agaçant. Si Spencer était arrivé le premier, il aurait sûrement pu lui demander des conseils, ou comment il devrait s’y prendre avec elle… Comment faire pour faire entendre à sa copine que tu n’es pas un crétin lorsque tu t’es pourtant comporté comme le roi des crétins, par exemple… « Ouais, on a déjà eu un orage en début de semaine, je me suis dit qu’on serait chanceux ce soir ! » lança-t-il en forçant un peu trop sur l’enthousiasme feint. Abruti. Abruti, abruti, abruti. Qu’est-ce qu’elle pouvait bien en avoir à secouer, des orages ? Bien sûr qu’elle s’en foutait, elle avait juste démarré la conversation en espérant qu’il rebondirait avec plus d’aisance, mais pris de court il avait opté pour l’option de la facilité. « Je m’excuse d’être un bon à rien ? » Peu à parier que la méthode se révélerait fructueuse… « Je sais que tu mériterais mille fois mieux que moi mais par pitié, me laisse pas tomber pour un autre type ? » Non, s’il y allait avec un ton aussi supplicateur, il y avait fort à parier qu’elle prétexte un mal de tête dans les minutes qui suivraient histoire de s’enfuir dans son dortoir en courant… Un peu hésitant, il s’approcha d’elle, réduisant de quelques centimètres la distance qui les séparait encore, et déposa maladroitement ses mains autour de sa taille. Cela faisait tellement longtemps, même après leur étreinte à l’infirmerie, qu’il ne savait plus vraiment bien comment l’aborder, comme s’il découvrait une toute nouvelle parcelle de territoire… Il approcha son visage à quelques centimètres de ses lèvres, hésitant à l’embrasser, demeurant immobile. Tant de choses s’étaient passées… Et ils allaient devoir en surmonter un bon nombre avant de retrouver leur relation au naturel. « Je peux… ? » demanda-t-il, comme un gamin pris en faute, les yeux baissés. Il ignorait comment elle prendrait cette invitation, en tout cas, il savait que lui en avait très envie.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7577-spencer-l-mortensen-la-lumiere-pense-voyager-plus-vite-que-quoi-que-ce-soit-d-autre-mais-c-est-faux-peut-importe-a-qu-elle-vitesse-voyage-la-lumiere-l-obsurite-arrive-toujours-la-premiere-et-elle-l-attendhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7587-spencer-l-mortensen-les-bons-amis-t-aident-a-retrouver-des-choses-importantes-lorsque-tu-les-a-perdues-ton-sourire-ton-espoir-et-ton-couragehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6441-fiche-de-rp-anthony-flynn-et-spencer-mortensenhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7622-boite-aux-lettres-de-spencer-mortensenhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7623-hiboux-express-spencer-mortensen

Arrivé(e) le : 23/02/2017
Parchemins rédigés : 244
Points : 4
Crédit : Moi (Jeremy Irvine) / Code signa : Wild heart
Année : Cinquième

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Anthony L Flynn

MessageSujet: Re: Happy birthday to you ! ♕ Spencer, Savannah & Isidore.   Ven 4 Aoû - 19:44

Feat Isidore & Savannah
Happy birthday to you.
Son sourire s’efface quand il se retrouve seul, dans son dortoir. Ce n’est  pas le masque qui tombe quand il se laisse tomber sans forces sur son lit, juste la réalité qui revient au galop. Sa joie n’était pas feinte quand il a retrouvé son meilleur ami aux cuisines, Spencer n’a juste pas oublié la cruauté du monde dans lequel ils vivent.

Le jeune homme ne pense pas être plus heureux ici qu’au château. Il a certes moins faim et moins mal mais les humiliations quotidiennes ont laissé place à sa dette envers leurs libérateurs, les cauchemars empêchent l’épuisement de se dissiper et Isidore n’est pas le plus mal en point : la mort a encore frappé. Cette situation est pénible et ils sont nombreux à avoir des difficultés à l’accepter. Certains pensent qu’ils ont assez donnés, tous ces jeunes, qu’ils ont déjà assez soufferts. Alors ils les enferment en attendant de parvenir à neutraliser les forces de Blackman encore en place. Conscient de l’état de santé plus que déplorable d’une majorité des réfugiés, l’ancien poufsouffle reconnait un choix raisonnable, mais difficile à accepter sans broncher. Il se sent pris au piège car la liberté qui leur est offerte entre ces protections magiques n’est qu’un mirage. Spence s’en contente, mais le sourire n’y est pas. Il sait que si les aurors gagnent la guerre, leurs adversaires n’auront pas pour autant tout perdu. Jugés par des sorciers incapables d’inventer ou de prononcer des sentences à la hauteur de leurs crimes, ils finiront à Askaban pour quelques années dans le meilleur des cas, pour ceux qui ne passeront pas entre les mailles du filet. Et Spencer préfère éviter de penser aux nombres d’entre eux qui échapperont à leur punition, voyant celle-ci abrégée par un baiser d-un détraqueur.

Ces noires pensées ne quittent pas l’esprit de Spencer, jamais. Spencer parvient tout juste, avec difficultés, à les repousser à la lisière de sa conscience, et pour quelques heures seulement, quand s’est vraiment nécessaire. Ce qui est le cas aujourd’hui. Le jour de son anniversaire, Savannah ne mérite pas de le voir aussi sombre, sinon plus, que lors de leur séjour aux cachots. Enfin, le jeune homme a un peu moins d’une heure devant lui pour se préparer, autant psychologiquement, que moralement.

Le jeune homme laisse cinq minutes s’écouler, avachi sur son lit, avant de décider de se prendre en mains. Étouffant un bâillement, il ouvre sa valise et y laisse planer un regard vide. Sans être particulièrement coquet, il est obligé d’admettre qu’il n’a rien de correct à se mettre pour fêter l’anniversaire de Savannah. Des derniers vêtements qu’il avait achetés, il ne reste que des lambeaux. Pas de magasin à l’horizon, un soupir s’échappa des lèvres de Spencer. Il tourna la tête et avisa une chemise couleur crème suspendue tant bien que mal eux lit voisin du sien.  Un instant plus tard, il était à la recherche de son propriétaire.

Une bouteille remplie pour trois quart de bière aux beurre dans une main, deux petits pots enveloppé dans du journal et une pile de pancakes dans de l’alu dans l’autre, on voit Spencer dévaler l’escalier. Il traverse le rez-de-chaussée à toute vitesse et ne ralenti qu’une fois en terrasse. Le jeune homme ne met que quelques secondes à repérer les deux amoureux, mais même de loin, il capte que l’ambiance a déjà été plus chaleureuse. Pas tellement étonné d’après les dire d’Isidore, Spencer préfère s’approcher de la table ou git le gâteau et un bouquet de fleur. Il pose ses affaires et entreprend de déposer la table au centre des hamacs. Le temps qu’il arrive, la situation a évolué. « Bon elle est entamée je sais, mais j’ai rien trouvé d’autre, j’ai jeté quelques sorts. C’est à priori saint. » Le ton est plus enjoué qu’à l’habitude, un peu forcé, peut-être trop ce dont Spence ne semble pas se rendre compte.

code by Silver Lungs


Edit : J'ai changé la mise en page et au passage corrigé quelques fautes et ce que Spence apporte en italique. J'espère que ça ne pose pas trop de problème, sinon, je rechange. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8035-j-ai-toujours-reve-d-apprendre-a-voler-savannah-r-caldwellhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8048-in-our-family-portrait-we-look-pretty-happy-savannah-r-caldwellhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6353-ecrire-pour-mettre-de-l-ordre-dans-ses-obsessions-savannah-r-caldwell-sinead-p-o-riordan#164473http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8066-send-me-your-love-savannah-r-caldwell#182506http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8067-send-me-your-love-savannah-r-caldwell#182508

Arrivé(e) le : 14/11/2015
Parchemins rédigés : 1205
Points : 47
Crédit : Bazzart
Année : 5ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Sinéad P. O'Riordàn

MessageSujet: Re: Happy birthday to you ! ♕ Spencer, Savannah & Isidore.   Mar 15 Aoû - 15:27


Izzie, Spence & Sav

Happy birthday to you !

« Sav’ ! T’es venue tôt ! » Le sourire un peu crispé d’Isidore ne me rassure pas du tout et je regrette encore davantage d’être arrivée la première. C’est horrible comme sensation parce qu’au fond, je suis tellement contente de l’avoir auprès de moi, je donnerais n’importe quoi pour retrouver mon Isidore, celui qui ne se serait pas embarrassé de considérations inutiles et m’aurait traité à la fois comme son amie, sa collaboratrice de galères et sa copine. J’ai toujours aimé la manière dont il parvenait à s’adresser à moi suivant « la » Savannah dont il a besoin, ça me donne l’impression d’avoir plein de rôles différents dans sa vie et c’est plutôt cool. Sauf que pour le moment, j’ai surtout l’impression d’avoir le rôle du boulet qu’il traine à ses pieds et dans ses propos, j’ai l’impression que lui aussi regrette vivement que je sois arrivée avant Spencer. Est-ce que je me fais des films et qu’il est en réalité content de me voir ? Peut-être que oui mais compte tenu de ses réactions passées, j’ai franchement du mal à l’envisager et la sensation de ne pas être la bienvenue prend nettement le dessus sur tout le reste. « Je ne voulais pas arriver en retard. » La justification est minable et je me trouve pathétique de galérer à prononcer une simple phrase en compagnie du garçon que j’aime. Avoir l’impression de marcher sur des œufs quasiment en permanence est fatiguant et je voudrais simplement retrouver mon comportement normal sans craindre d’éventuelles représailles. « Je crois que je n’ai pas bien évalué le temps qu’il me fallait pour venir jusqu’ici. » Super intéressant. Je me rends compte que je pourrais parler de n’importe quoi d’autre, ça serait forcément plus pertinent que ce que je suis en train de dire actuellement. J’ai conscience que nous avons avancé à reculons ces derniers temps et qu’il va nous falloir un peu de temps pour rattraper les erreurs commises et je dois reconnaitre que j’ai vraiment peur de ce qu’il va se produire par la suite.

Parler météo n’arrange clairement pas les choses et je me déteste d’avoir lancé une telle discussion. Pourtant, il y a tant de choses dont on pourrait avoir envie de parler en ce moment et tant de sujets plus pertinents à aborder, mais non, il faut que je me lance dans la pire conversation possible. Le pire, c’est qu’Isidore ne met pas longtemps à me rejoindre, n’essayant même pas de lutter contre l’ennui manifeste que laisse présager ce début de conversation. « Ouais, on a déjà eu un orage en début de semaine, je me suis dit qu’on serait chanceux ce soir ! » Je souris mais en vérité, j’ai juste envie de l’encastrer dans un mur, de lui demander de s’énerver un peu et de dire quelque chose d’un peu plus intéressant. Je sais qu’au fond c’est de ma faute, que je me suis montrée distante dès que j’ai posé un doigt de pied sur cette terrasse et qu’il se contente de s’adapter à mon comportement mais contrairement à lui, j’ai vraiment essayé de nous retrouver ces derniers jours et puisqu’il a montré très clairement qu’il n’avait aucune envie que je m’approche de lui, je ne vois pas pourquoi je devrais être la première à faire cet effort. « Cette soirée va être parfaite. » Le ton n’y est pas, l’expression du visage non plus, mais j’essaie vraiment de me convaincre que cette soirée va être idéale. Après tout, je vais la passer avec deux de mes plus proches amis, les garçons qui ont fait de ma première année à Poudlard une expérience extraordinaire et qui ne m’ont pas quitté depuis. C’est important de pouvoir partager ça avec eux. En plus, j’ai eu la chance d’apercevoir Elliot avant de venir les rejoindre et c’était plutôt chouette aussi. Tous les éléments sont donc réunis pour que je passe effectivement une super soirée mais pour une raison que j’ignore, je n’arrive pas totalement à m’en convaincre.

Parfois, je me demande si Isidore ne lit pas dans mes pensées puisqu’il choisit ce moment précis pour changer radicalement d’attitude et se rapprocher de moi, posant ses mains sur ma taille. Nos contacts ont été si rares ces derniers temps que j’en frissonne presque de bonheur malgré notre gêne évidente. J’ai l’impression que nous recommençons notre relation à zéro et même si toute cette innocence a un petit côté excitant, l’idée que nous soyons beaucoup moins à l’aise l’un avec l’autre qu’auparavant l’est beaucoup moins. Il approche son visage du bien et pendant un moment, j’ai l’intime conviction qu’il va m’embrasser et mon cœur fait un bond dans ma poitrine. Sauf qu’il s’arrête, à quelques centimètres à peine de mes lèvres, hésitant une fois de plus. Quel imbécile. « Je peux… ? » La question me surprend. Isidore n’est pas le genre de personne à s’embarrasser de considérations inutiles et encore moins à demander la permission. Les autorisations, il se les attribue tout seul et c’est uniquement lorsqu’il se rend compte des conséquences de ses actes qu’il pense éventuellement à se remettre en question. Et encore, il trouve souvent que les conséquences sont minimes par rapport au plaisir qu’il s’est attribué grâce à ses actions plus ou moins autorisées. Je ne réponds pas à sa question, bien décidée à rompre la très faible distance qui nous sépare encore, mais au moment où j’approche mon visage du sien, la présence de mon meilleur ami derrière nous attire mon attention et je recule à contrecœur. « Spencer est là. » La déception perceptible dans mon annonce me surprend moi-même et je suis aussitôt honteuse d’avoir si peu de considération pour le Poufsouffle, ce garçon formidable qui arrive avec un sourire jusqu’aux oreilles. « Bon elle est entamée je sais, mais j’ai rien trouvé d’autre, j’ai jeté quelques sorts. C’est à priori saint. » Je m’éloigne définitivement d’Isidore pour accueillir le nouveau venu dont l’enthousiasme me fait sourire. J’aime le voir aussi heureux, surtout après ce qu’il s’est passé. Je le serre brièvement dans mes bras avant d’observer la table qui est de plus en plus remplie. « Vous avez assuré les garçons ! » J’ai l’air bien cruche avec mon petit bracelet à côté, mais bon, c’est mieux que rien.

Code by Fremione.




I won't never give up
I won't let you get me down, I'll keep getting up when I hit the ground and I'll find my way home.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 13/01/2017
Parchemins rédigés : 272
Points : 21
Année : 6ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin:
Disponible pour un RP ?:
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: Happy birthday to you ! ♕ Spencer, Savannah & Isidore.   Hier à 1:17

Happy birthday !Spence, Sav' & Izzie« Cette soirée va être parfaite. » Et voilà, leur échange continuait, même s’il donnait plus à Isidore l’impression qu’ils jouaient au ping-pong des banalités, se renvoyant à la figure des formalités d’usage comme « il va faire beau » ou « la terrasse est plus éloignée de la salle à manger que je ne pensais, tiens ». S’il n’était pas à ce point un manchot des relations sociales, il aurait pu tenter de la mettre à son aise, de lui demander comment elle s’occupait en ce moment à la ferme, si elle lisait ou avançait ses carnets de croquis, voire même lui proposer à boire ou commencer par lui donner ces stupides fleurs, si bien qu’il finissait par espérer qu’elle n’ait tout simplement pas remarqué leur existence, au risque qu’elle le prenne pour un parfait imbécile. Peut-être que quand Spencer les rejoindrait, l’ambiance finirait par se détendre, et ils pourraient agir plus naturellement l’un avec l’autre sans s’embarrasser de conventions idiotes dont ils n’avaient cure le reste du temps. Elle était sa meilleure amie, elle s’était toujours montrée d’une spontanéité étonnante, et depuis leurs retrouvailles perturbées, elle lui semblait presque éteinte. Il était parvenu à la mettre en colère la fois dernière, mais pour autant, il n’était pas certain que l’abcès soit crevé… En tout cas, elle était différente avec lui. Il en éprouva une certaine gêne, se rappelant qu’il n’avait pas été spécialement très agréable avec elle, et qu’elle avait des raisons de lui en vouloir. Comme le lui avait dit Anoushka dans sa lettre, sa situation était particulière, mais personne, et encore moins elle, ne méritait qu’il se montre aussi odieux… Et surtout, il n’avait pas encore eu l’occasion de lui parler de ce qui s’était passé avec la Gryffondor. Il se contenta donc de lever le pouce de sa main valide, dissimulant un peu l’autre dans un repli de son t-shirt, tout en hochant la tête d’un air vaguement enthousiaste pour lui montrer qu’il était prêt à faire des efforts, à travailler sur lui-même, qu’avant toute chose c’était son anniversaire, sa journée à elle, et qu’il serait à la hauteur pour une fois. Enfin… il espérait. En attendant, il se rapprocha d’elle, espérant que cela leur permettrait de briser la glace… Ce n’était pas comme dans le lit d’hôpital : pour une fois, il avait l’impression qu’il pouvait oublier cette stupide blessure, et que les choses pouvaient à nouveau se reconstruire entre eux. Son coeur se mit alors à battre dans sa poitrine : à la fois il mourrait d’envie de l’embrasser, et à la fois il appréhendait ce moment…

« Spencer est là. » Il s’interrompit aussitôt, alors que la Serpentard s’écartait de lui, et qu’il se sentait incroyablement idiot. Cela faisait quoi, à peu près cinq minutes qu’il était là… ? Comment en cinq minutes était-il capable de passer pour un parfait crétin… ? Ne sachant trop comment réagir, il s’éloigna à son tour, se tournant pour voir son meilleur ami arriver, quelques mètres plus loin. Peut-être qu’une fois que ce dernier les aurait rejoint, l’atmosphère se détendrait un peu plus… En tout cas, une pensée positive lui traversa l’esprit : cela faisait une éternité qu’ils n’avaient pas été réunis tous les trois ! Ils retrouveraient un moment pour rattraper les choses plus tard, en attendant, profiter de la soirée était la priorité principale. Ce n’était pas en cuisines ou par lettres qu’il avait pu vraiment prendre des nouvelles du Poufsouffle, d’autant plus avec son accident… aussi, lorsqu’il le vit, son sourire s’étendit. Depuis presque un an, ils n’avaient pas eu l’opportunité de traîner, comme au bon vieux temps, et leur anniversaire était pour lui la meilleure occasion de retrouver ce qu’ils avaient pu perdre en étant séparés. Tous trois avaient souffert, à leur manière, et Spencer et Savannah sur le long terme. Maintenant, il était temps de panser leurs blessures… « Bon elle est entamée je sais, mais j’ai rien trouvé d’autre, j’ai jeté quelques sorts. C’est à priori saint. » Le Poufsouffle arriva à leur niveau, et Isidore lui fit une accolade, s’écartant ensuite pour détailler sa chemise couleur crème qui lui allait comme un gant, et dissimulant encore le bras dont on lui avait pris l’extrémité, pas encore prêt à l’exhiber. Adressant un sourire qu’il espéra moins gêné à Savannah, il avança sa main gauche vers la bouteille que leur meilleur ami avait ramené, tentant de l’ouvrir avec peine. Feignant l’assurance, il se rendit toutefois compte que son adresse n’était clairement plus la même, et renonça finalement, abdiquant en la lui rendant. « Merci mec, c’est super ! » lança-t-il toutefois en tentant de masquer son embarras.

 « Vous avez assuré les garçons ! » Elle avait l’air heureuse, c’était le principal en fin de compte, aussi il se résolut à s’asseoir dans l’un des transats, renonçant à pouvoir faire quelque chose de sa main restante. Le temps d’une soirée, oublier ce qui avait résulté de la bataille. Oublier ce qui se passerait l’an prochain, et les difficultés qu’il éprouverait bientôt. Aujourd’hui, il voulait faire passer les deux personnes qui comptaient le plus pour lui en priorité. « On sait, ma belle ! » lui adressa-t-il en clignant d’un oeil, espérant que les tartes seraient à la hauteur. D’ordinaire, il ne les ratait pas, mais comment savoir maintenant… ? Il attrapa sa baguette, et souffla un sort qui sépara quelques parts distinctes qui d’elles-mêmes se déposèrent dans des assiettes individuelles. La colère, la jalousie, la honte et le ressentiment le laissaient en paix pour ce soir. S’il parvenait à oublier qu’en Septembre, ils seraient tous les trois séparés, alors il pouvait espérer qu’en effet, la soirée d’anniversaire serait réussie. « Alors, vous avez vu un peu de monde depuis que vous êtes ici ? » Il n’avait pas spécialement eu l’occasion d’en parler avec Savannah lorsqu’elle était venue le voir, ni d’aborder le sujet avec Spencer, et pour une fois, il avait besoin d’une conversation normale. De se sentir normal, après avoir passé des jours entiers comme un infirme. Se débarrasser de son pessimisme après des jours à ressasser tout le négatif de leur expérience avait quelque chose de libérateur… Même s’ils s’efforçaient de ne pas le montrer, il devinait qu’il y avait quelque chose de brisé en chacun d’eux, quelque chose qu’un court séjour à la Ferme ne permettait pas de reconstruire. « J’suis content de vous retrouver en tout cas. Et je compte sur vous pour tout me raconter. » déclara-t-il en éprouvant à la fois une certaine joie liée à de la mélancolie, en songeant à leur séparation prochaine. Le sujet des cachots n’avait pas à être abordé, alors il se satisferait du récit des petits détails de leur arrivée en ces lieux, des petites anecdotes insignifiantes ou des cours de rattrapage, peu importait, il se satisferait de tout ce qui lui permettrait de les garder près de lui.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Happy birthday to you ! ♕ Spencer, Savannah & Isidore.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard, 19 ans après. :: La Ferme Incartable :: 
Rez-de-Chaussée
 :: La Terrasse
-
Sauter vers: