AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 run, boy, run. (anthony)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6435-in-the-night-she-s-dancing-to-relieve-the-pain-aimiehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6451-aimie-you-re-too-young-to-let-the-world-break-youhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6452-aimie-diary-rpshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6454-aimie-boite-aux-lettreshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6453-aimie-hibou-express

Arrivé(e) le : 19/08/2016
Parchemins rédigés : 151
Points : 3
Crédit : AILAHOZ (av.)
Année : sixième année.

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: non.

MessageSujet: run, boy, run. (anthony)   Ven 28 Juil - 17:52

A la seconde où Aimie sut pour la brèche, elle ne perdit pas un seul instant. Ses pas la guidèrent vers la brèche. Elle n'avait pas réfléchi. Elle y allait. Ses pensées se bousculèrent dans sa tête. Archie. Sa mère. Surtout Archie. Elle n'avait pas eu de nouvelles depuis des mois. Elle avait une chance de les revoir, de s'échapper de ces murs. Elle l'avait saisie. Encore une fois, elle avait joué l'irresponsable. Burgess allait lui taper sur les doigts la prochaine fois qu'elles se rêveraient. Peut être même Ziegler aussi. Aimie s'était convaincue qu'elle pouvait gérer les choses à sa façon. Sa maladie, plus particulièrement. S'enfuir pour elle relevait du suicide. Mais elle n’y avait même pas pensé. La liberté était là. À porter de main. Et elle allait la saisir.

Aimie dévalait les escaliers. Elle avait de la chance, elle n’était qu’au deuxième étage. Il ne lui fallut pas un long moment pour arriver au rez-de-chaussée. Il y avait encore des mangemorts. Encore. Peut-être était-ce le groupe du deuxième étage qui était aussi descendu ? Elle l’ignorait. Elle s’en fichait. Elle marchait vers la sortie. Elle avançait, laissant cette bataille derrière elle. Sa famille comptait bien trop et elle avait besoin de son frère plus que tout. Finnian n’avait pas participé à la bataille, elle le savait. Il était à l’infirmerie depuis quelques jours déjà. Sa petite amie veillait sur lui. Elle se sentait inutile depuis qu’elle était là. Elle lui prenait tout son temps. Elle n’avait pas beaucoup vu son frère ces derniers mois alors qu’elle avait besoin de lui. Il avait juste trouver le moyen de la disputer quand elle transgressait le règlement. Et ce n’était pas arrivé si souvent que ça.

Un élève attira l’attention d’Aimie. Il avait l’air perdu. Elle avait cru le voir au deuxième étage. Mais peut-elle l’avait vu ailleurs. Son visage lui disait quelque chose. Il semblait hésiter entre aider des blessés, se battre et la fuite. Il essaye du moins. Il avait l’air de vouloir plus fuir qu’aider. Peut être ne se sentait-il pas assez utile ? Peut être l’hésitation était trop forte ? Elle n’en savait rien, elle savait juste qu’il avait peur. N’importe qui aurait peur. Elle avait peur. Il devait avoir peur. Aimie s’approcha du jeune garçon et posa une main sur son épaule doucement, elle ne voulait pas lui faire davantage peur. Dès qu’il tourna la tête vers elle, elle lui montra la sortie. « Si jamais tu veux tenter de partir, tu peux venir avec moi, je m’en vais.. » murmura-t-elle. Elle avait dit tenter. Elle n’était pas dupe, peut être les mangemorts la rattraperont. Mais elle voulait essayer. Alors elle s’en alla. Aimie se mit à courir à l’extérieur, vers l’endroit où la brèche avait été faite. Elle se risqua à se retourner. Le garçon était derrière elle. Elle ralentit un peu, attendant qu’il vienne à sa hauteur. La brèche était devant eux. Les sortilèges fusaient.

Elle avait passé la brèche ouverte.
Elle était dehors.
Elle sentait qu'elle revivait.
L'air de la liberté lui semblait différent.

Le plus dur restait à venir. Elle venait de quitter Poudlard avec le garçon. La fuite ne faisait que commencer. Elle inspira, s’arrêtant. Il fallait à présent être discret. Elle s’avance dans les ombres, essayant d’être la plus discrète possible. Il fallait avancer dans les ténèbres. Sinon, ils allaient vite être repérés. Des bruits de pas se firent entendre. Des personnes étaient en train de courir. Aimie ne savait pas qui couraient. Cela pouvait être des élèves comme des mangemorts. Aimie se cacha derrière un arbre, tandis qu’elle poussa doucement le garçon pour qu’il soit dans des feuillages. « Ne bouge pas, d’accord ? » chuchota-t-elle à son intention. Avec l’obscurité, personne ne pouvait le voir. Mais, elle, si quelqu’un passait et qu’elle ne faisait pas attention, elle était visible. Ils ne faisaient pas un bruit. Ils ne devaient pas faire de bruit.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 28/06/2011
Parchemins rédigés : 4601
Points : 31
Crédit : (c) Lily L. Potter
PETIT +

MessageSujet: Re: run, boy, run. (anthony)   Ven 28 Juil - 17:53

Le membre 'Aimie J. Rutherford' a effectué l'action suivante : Le Hasard


'Le Hasard' : 3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6433-anthony-flynn-on-ne-nait-pas-vainqueur-on-le-devient-andrew-williamshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6434-parce-qu-on-est-rarement-tout-seul-anthony-flynnhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6441-vous-pouvez-m-approcher-je-mors-pas-chui-pas-un-serpent-fin-si-mais-non-je-mors-pas-anthony-flynnhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6455-si-vous-pouviez-trouver-un-nom-pas-trop-ridicule-a-mon-messager-au-passage-ce-serait-sympa-anthony-flynnhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6456-pourquoi-faire-long-quand-on-peut-faire-court-anthony-flynn

Arrivé(e) le : 17/08/2016
Parchemins rédigés : 446
Points : 1
Crédit : Larme sur Never Utopia (signa) moi (vava)
Année : 1ère année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Spencer L. Mortensen

MessageSujet: Re: run, boy, run. (anthony)   Ven 28 Juil - 22:58

Feat Aimie RUTHERFORD
Run, boy, Run !
J'ai fui un enfer pour en tomber dans un autre. Et si on tente de s'enfuir par un autre chemin, j'ai peur qu'on arrive au même résultat. Heureusement que Jayden est à côté de moi : son esprit est moins embrumé que le mien. C'est lui qui nous a dirigé vers ce qui semblait être un placard, en réalité un passage qui nous ramène en plein cœur de la bataille. Il n'a pas fait un mauvais choix mais les circonstances sont contre nous. Soit on est extrêmement malchanceux, ce qui a été prouvé à maintes reprises depuis la prise de Poudlard par les mangemorts, et on a atterri dans l'un des rares endroits où la bataille fait rage, soit tout le château et à feu et à sang et fuir n'est pas la solution. De toute façon ce n'est pas courageux, ce n'est pas digne de moi. J'aimerai parvenir à penser de cette manière, mais la scène de destruction qui s'étend sous mes yeux m'en empêche. On est loin du havre de paix évoqué par le serpentard. J'aimerai aider mais les arguments exposés par Jayden aux sous-sols s'imposent une nouvelle fois à moi. A deux doigts de me paralyser, la peur me serre le ventre, broie mon estomac vide, le réduit en miette. Jusqu'à présent, l'adrénaline m'a fait tenir debout, j'avais un but, quelque chose à faire même si elle n'était pas louable pour un sous. Maintenant que je suis toujours aussi tendu mais immobile, la fatigue, que dis-je l'épuisement et la faim reprennent le dessus et je ne peux réprimer un bâillement sonore. J'écoute distraitement Jay commenter le désastre qui s'étant sous nos yeux ébahi. Je m'appuie sur le mur avec mon bras gauche, étirant la cape. Jeter la potion que je serre comme si elle renfermait ma vie, oui, c'est une bonne idée pour commencer. Et après on s’enfuie. Je ne dois pas le faire, je dois être fort. Mais je ne veux pas mourir. Je n'ai jamais voulu être ici dans ce château avec ces fous furieux que j’aie démasqué sans le savoir depuis le début. Une silhouette dont je suis bien incapable de deviner le camp fonce dans notre direction sans nous voir. Il faut s'écarter. "Jayden !" Vite. A deux c'est impossible, nous sommes trop  lent, nous ne sommes pas assez coordonnés. Il faut agir.

J'aperçois mes mains, mes bras mes jambes qui tiennent à peine debout. Je me suis écarté de la cape, sans réfléchir. Elle n'est plus sur moi, Jayden a disparu avec. Je suis bien incapable de distinguer la silhouette qui m'a poussé à agir dans la cohue. J'aimerai être content de ne plus voir mon camarade, de le savoir caché, mais je n'y arrive pas. Pourquoi suis-je parti au juste. Je ne parviens pas à mettre des mots je sais juste que j'ai suivi mon instinct et que c'est peut-être la chose à faire.

Alors je m'élance, plié en deux. Chaque foulée est une torture, mon endurance n'est plus ce qu'elle était et ma fatigue n'arrange pas mon mal de crane que j'étais parvenu à mettre de côté. Mais je continue de courir sans but, vers le bas je crois, jusqu'à ce que je ne puisse plus et que je m'arrète. Erreur, mes pensées me rattrape, ma conscience m’empêche de faire un pas de plus. Je lèvre la tête, la tourne de droite à gauche, je suis dans le hall d'entrée. Mon regard se pose sur la fiole, sur la scène qui se joue devant moi, sur le blessé un peu plus loin, sur ce que j'espère n'être pas un cadavre de jeune fille mais pas sur la propriétaire de la main qui se pose sur mon épaule. Je me retourne aussi brusquement que j'en suis capable. Pas assez vite malheureusement, si la jeune femme avait voulu me tuer ce serait déjà fait. Je tremble bien malgré moi à cette idée, en l'entendant proposer de m'aider à faire ce fasse à quoi je lutte. Et elle s'en va sans un mot de plus. Bientôt, elle ne sera plus dans mon champ de vision et je serais là à hésiter. Ou bien... Oui je n'aime pas ceux qui hésitent...

Je la suis, elle se retourne, ralenti et nous franchissons la brèche. Ensemble. Enfin. J'espérais ressentir quelque chose en franchissant les portes de la prison mais il n'y a que la peur. Cette peur qui embrase tout, même la culpabilité. Je suis la fille, malgré mon appréhension. Je n'y vois pas grand-chose, mais je préfère ça que de me retrouver face à un mangemort. Les combats du parc s'éloignent, trop lentement. Les bruits de courses se rapprochent, trop vite.

Soudain, la fille plonge derrière un arbre, je la suis sans réfléchir mettant un moment à me rendre compte qu'elle se met à découvert pour me céder sa cachette. Ah non, d'accord je fuis, mais ça, je ne peux pas accepter. Je suis plus petit plus mince, maigre même, c'est moi qui devrais me faufiler ailleurs. Je m’apprête à protester quand elle me demande de me tenir tranquille. Le souffle court, je hoche la tête et la suit du regard avec appréhension. Et elle se fait prendre par une personne que je ne peux voir. Seule sa réaction me parvient, ses émotions. La surprise, l'incertitude et la peur, le soulagement quand l'inconnu prend la parole puis la question qu'elle me pose silencieusement. Je ne suis pas sûr de comprendre. Ne me trahi pas, ne dis pas que je suis là s'il te plait. Elle ne pense pas sérieusement que je vais la suivre ? Auror ou pas, il est hors de question que je me laisse à nouveau commander. Je ne songe pas au fait que je pourrais faire de pires rencontres encore. Pas encore. J'ai peur mais je vois des pièges partout, le pseudo gentil reste un sorcier, je ne l'oublie pas. "Désolé." Voilà ce que j'articule en silence à celle qui a tenté de me guider. J'attends qu'ils s'éloignent tous les deux, puis je me décide à m'éloigner. Mes deux mains, dont celles tenant la fiole, serrées autour de moi : peut-être n'est ce que la peur ou la fatigue, mais j'ai froid.


1 : Le combat contre la fatigue continue, pas près de s’arrêter je cours sans trop regarder devant moi. Je suis seul pour l'instant.
2 : Le bruit de course reprend derrière moi alors que je me remet à courir. Je sprinte, le vent siffle dans mes oreilles et je manque de trébucher à chaque foulées. Je me retourne, impossible de distinguer quoi que ce soit. la minute qui suit semble durer des heures et quand je me retourne une silhouette apparait. La fiole que j'ai dans la main s'envole et va exploser près de la cible. Je me remet à courir.
3 : J'ai couru un petit moment, pas assez longtemps. Je suis à bout de force, l'épuisement et la faim m'obligent à faire une pause. Mon attention diminue dans l'obscurité qui est bien vite brisé par un éclair. "Je savais bien que j'avais vu quelque chose. Tu pensais vraiment t'échapper. " Un informulé plus tard, je sombrait dans l'inconscience.
4 : Le bruit de course reprend derrière moi alors que je me remet à courir. Je sprinte, le vent siffle dans mes oreilles et je manque de trébucher à chaque foulées. Je me retourne, impossible de distinguer quoi que ce soit. la minute qui suit semble durer des heures et quand je me retourne une silhouette apparait. La fiole que j'ai dans la main s'envole et je n'ai pas le temps de m'apercevoir que j'ai raté ma cible, qu'un sortilège me fait plonger dans le néant.
5.6 : Je n'ai pas attendu assez longtemps ou la discrétion m'a fait défaut. Toujours est-il que l'auror a fait demi tour et m'a découvert. ma fuite n'a pas duré bien longtemps, il m'a arrêté d'un sort, comprenant que je ne le suivrait pas de mon plain gré comme l'autre fille. Je ne serais donc jamais libre ?

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 28/06/2011
Parchemins rédigés : 4601
Points : 31
Crédit : (c) Lily L. Potter
PETIT +

MessageSujet: Re: run, boy, run. (anthony)   Ven 28 Juil - 22:58

Le membre 'Anthony L. Flynn' a effectué l'action suivante : Le Hasard


'Le Hasard' : 5
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
run, boy, run. (anthony)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard, 19 ans après. :: Pré-au-Lard :: 
Au-delà de Pré-au-Lard
-
Sauter vers: