AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 " down an unknown road to embrace my fate " feat. sinéad [août 2023]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7125-perrin-everything-you-want-s-a-dream-away-and-we-are-legends-every-day#160683http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7194-perrin-je-porte-l-amour-en-peinture-de-guerre#162342http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7199-perrin-je-porte-l-amour-en-peinture-de-guerre#162345http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7200-perrin-je-porte-l-amour-en-peinture-de-guerre#162347http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7201-perrin-je-porte-l-amour-en-peinture-de-guerre#162348

Arrivé(e) le : 19/11/2016
Parchemins rédigés : 950
Points : 5
Crédit : moi ^^ (Fionn Creber)
Année : cinquième année - quinze ans

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Sage & Matrim

MessageSujet: " down an unknown road to embrace my fate " feat. sinéad [août 2023]   Dim 23 Juil - 11:07

Down an unknown road to embrace my fate
perrin & sinéad
A wand is the object through which a witch or wizard channels his or her magic. It is made from wood and has a magical substance at its core.

Enfin à la maison ! Après onze mois et deux semaines d’absence, c’était bon de retourner chez soi. Je savais que nous n’y étions pas pour longtemps, tout au plus deux semaines, mais retrouver ma tente, ma mère, mes grands-parents et ma petite sœur était un immense soulagement. Je doutais avoir la force de remonter à bord du Poudlard Express dans deux semaines, pour la rentrée. Une rentrée qui arrivait bien trop rapidement. Je n’avais jamais aimé Poudlard et après les événements de l’an dernier, j’aurais préféré ne jamais avoir à y retourner. Malheureusement, ce n’était pas de mon ressort. Je ne pouvais pas tout lâcher comme ça. Il me fallait endurer une année de plus pour obtenir mes BUSES au minimum. Je savais que ma mère ne me laisserait pas arrêter mes études après ça, mais ça valait le coup de rêver quand même. Le rêve ne faisait de mal à personne. Pas après le calvaire de ma quatrième année. J’en étais encore à panser les plaies qu’avait laissées les derniers mois sur mon âme, mon esprit et mon cœur. Ma quatrième année resterait gravée à jamais dans mon esprit. Quoi que j’y fasse, je ne pourrais jamais effacer les tortures que j’avais dû endurer. La séquestration dont nous avions été victime, le manque de contact avec l’extérieur, mais également avec nos amis nés-moldus qu’on avait traité comme des moins que rien. Tout ça était impossible à oublier. En ce qui me concernait, j’avais bien plus sur le cœur que « l’effet Blackman ». J’avais passé l’année à me disputer avec Phen en partie parce que j’étais extrêmement jaloux de Niamh et de toute l’attention qu’elle prenait à mon meilleur ami. Puis j’avais compris que je ressentais plus que de l’amitié pour mon ami. Une découverte qui avait été effrayante à admettre parce que sa réaction me faisait peur. La poufsouffle avait découvert mon secret le jour de la saint-valentin et, parce qu’elle ne savait pas se mêler de ses affaires, elle était allée tout lui raconter. La déclaration s’en suivit d’une dispute avec Phen. Une de laquelle nous ne nous étions pas encore remit quand la rébellion de Juin était tombée. Tout avait été très confus pendant près d’une semaine, mais Phen était resté aux abonnés absents. Je me disais qu’il devait être retourné dans sa famille. Avoir trouvé le chemin de retour vers chez lui, avoir fuie. Il n’en était pas exactement le cas et nous le découvrîmes à la mi-juillet lorsqu’un psychomage demanda à me voir. Cette demande m’avait rendu nerveux, je pressentais que quelque chose de grave était arrivé. Mais à qui ? Sinéad et Torìn étaient avec moi à la ferme. Je les avais même vus pas moins d’une heure plus tôt. J’en étais pas à me doute qu’on m’annoncerait la mort de mon meilleur ami. Même si nous étions en froid, je n’arrivais pas à le considérer autrement. Il le resterait pour toujours, rien ne pourrait changer ça. Mon meilleur ami et mon premier amour – même si mes sentiments n’avaient pas été partagés.

Un mois après cette annonce qui m’avait grandement affectée, nous rentions enfin à la maison. Sinéad, Torìn, moi et tous les autres jeunes du camp rentions chez nous. C’était un soulagement, mais j’avais encore le cœur lourd de chagrin. Il parait qu’il faut du temps pour faire son deuil. Avant d’en faire l’expérience, ce ne sont que des paroles. On ne les comprend pas tout à fait. Maintenant, j’en saisi pleinement le sens. Le sentiment de vide, l’impression d’inachevé, les remords de ne pas avoir régler ses problèmes avant que la mort ne frapper. Je m’en voulais beaucoup de ne pas avoir su lui pardonner quand il était encore présent. C’était affreux comme sensation. J’avais passé plusieurs heures à parler avec grand-père dès notre arrivé. Je lui avais tout raconté, tout expliqué. Là où Sinéad ne pouvait m’aider ou comprendre, lui il le pouvait. Il m’avait serré longuement dans ses bras, m’avait laissé pleurer toutes les larmes de mon cœur avant de me dire : « Ní bheidh tú dearmad air. Ní dhéanann an croí dearmad, ach ní mór dúinn bogadh anois, Darling, ní mór duit a leanúint ar do shaol. Tá mé cinnte nach mbeadh sé ag iarraidh tú a mop dó. » J’avais donc écouté mon grand-père, essayant de me reprendre en main. J’essayais de faire ce que j’aimais le plus tous les jours, ne pas me laisser abattre par tout ça et vivre ma vie. Passer du temps avec Muìrenn était l’une des choses que je préférais. Juste après venait la chasse aux créatures en tout genre et la récolte de jolies fleurs qui poussant en Irlande à la fin de l’été.

Le camp des Travellers avait été dressé au nord de l’Irlande en cette fin d’été. L’endroit était magnifique et la verdure à profusion faisait paraître les tentes jaunes, bleues et rouges des membres de mon clan encore plus colorées. On avait l’impression qu’il y avait un éclat de couleur dans cette marre de vert à n’en plus finir. Le camp avait été dressé loin de la mer, dans une plaine qui, ici et là, était habité par un petit amas d’arbre. Il devait être midi lorsque je déboulai dans le camp au pas de course. Je demandais à tous ceux que je croisais, dans ma Shelta natale que j’avais plaisir à utiliser de nouveau, s’ils n’avaient pas croisé ma sœur. J’eus droit à plusieurs haussements d’épaule avant que le petit Willy ne me m’indique l’avoir croiser près de la tente d’une de nos tantes. Sans prendre la peine de le remercier, je me remis à courir dans la direction qu’on m’avait indiquée. J’avais hâte de pouvoir raconter ma découverte à ma sœur. Elle serait sans doute aussi excitée que moi par cette magnifique découverte.

Comme prévu, je la trouvai près de la tente jaune et turquoise de la sœur de ma grand-mère, Kennocha. Une femme très amusante qui avait un penchant pour la musique. Ce qui était assez affreux avec elle, c’était qu’elle jouait magnifiquement du violon, mais chantait comme un cochon qu’on égorge. Insupportable. Et le pire était qu’elle avait une manie horrible de chanter à tout moment. Sinéad l’avait toujours trouvé amusante cela dit. Sans doute parce qu’elle avait toujours des histoires abracadabrantes à raconter. « Sin ! », lançais-je d’une voix fatiguée par la course que je venais de faire. « J’ai un truc trop génial à te monter… » Essouflé, je dus faire une pause avant de lui fournir une explication. Je posai les mains sur les genoux, tentant de reprendre mon souffle. Pas facile de courir aussi longtemps. « Un gros chêne… avec des botrucs dedans… tu pourrais… faire une baguette… », expliquais-je d’une voix saccadée. Sans doute qu’elle comprendrait. Elle comprenait toujours de toute manière.

traduction : " Tu ne l'oublieras jamais. Le cœur n'oublie pas, mais il faut que tu passe à autre chose. Mon chéri, il faut continuer ta vie. Je suis sûr qu'il n'aurait pas voulu que tu te morfondes pour lui. "
Made by Neon Demon


Perrin O'Riordàn
make a wish ▬ down an unknown road to embrace my fate though that road may wander, it will lead me to you and a thousand years would be worth the wait it might take a lifetime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7275-sinead-p-o-riordan-notre-destin-fait-partie-de-nous-il-suffit-d-etre-assez-courageux-et-rebelle-pour-s-en-rendre-comptehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7296-sinead-p-o-riordan-chacun-est-libre-d-ecrire-sa-propre-histoirehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6353-ecrire-pour-mettre-de-l-ordre-dans-ses-obsessions-january-h-shiver#164473http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7307-sinead-p-o-riordan-la-lettre-tue-et-l-esprit-vivifie#164474http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7308-sinead-p-o-riordan-la-lettre-tue-et-l-esprit-vivifie#164475

Arrivé(e) le : 14/12/2016
Parchemins rédigés : 348
Points : 8
Crédit : Bazzart
Année : 5ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Savannah R. Caldwell

MessageSujet: Re: " down an unknown road to embrace my fate " feat. sinéad [août 2023]   Jeu 27 Juil - 8:03


Perrin & Sinéad

"Down an unknown road to embrace my fate"

Rentrer chez elle avait été la meilleure chose qui pouvait arriver à Sinéad. La Gryffondor avait beau être une fille extrêmement positive, depuis son réveil en sursaut par les bruits provoqués par la bataille, elle ne s’était plus sentie tout à fait elle-même. Elle n’avait pas participé pendant bien longtemps aux combats mais ça avait suffi pour qu’elle se retrouver en fâcheuse posture et qu’un sortilège mal placé lui déboite l’épaule. A terre, elle avait eu l’impression que sa dernière heure était arrivée jusqu’à ce que Perrin, son jumeau adoré, vienne à son secours et qu’ils s’enfuient en compagnie d’Alaska, loin de cette école qui n’était plus vraiment un second foyer pour eux. Mais leur fuite avait été de courte durée et ils avaient été rattrapés par un Auror qui les avait emmenés dans une ferme où se trouvaient déjà leurs camarades. Franchement, ça aurait pu être carrément pire mais l’impression d’enfermement qu’elle avait continué à ressentir en étant là-bas avait été difficile à supporter. Sinéad aimait les grands espaces, la nature, la liberté et être obligée de se soumettre aux règles imposées était un véritable calvaire pour la jeune fille. Pourtant, elle éprouvait tout de même un important sentiment de reconnaissance envers les personnes qui leur étaient venues en aide. Grâce aux bénévoles qui prenaient soin d’eux, son bras avait pu retrouver ses fonctions en un temps record et elle avait pu profiter un peu de l’espace offert par la ferme ainsi que des animaux qui s’y trouvaient. Elle n’avait pas franchement participé aux ateliers qui n’avaient pas suscité un grand intérêt chez elle, mais elle avait apprécié pouvoir se prélasser près de l’étang et voir sa meilleure amie retrouver petit à petit le sourire et reprendre un peu de poids. La chute du ministère avait été un véritable soulagement et le retour à la maison en était un de plus. Retrouver les siens avait été un incroyable moment de bonheur et même si elle savait que dans deux petites semaines elle reprendrait le chemin de l’école, elle n’avait jamais été aussi heureuse qu’à cet instant précis.

Sinéad profitait à fond de chacun des membres de sa famille. Contrairement à son habitude, elle avait passé de longues heures auprès de sa mère sans que le ton monte entre les deux femmes. Elle avait également retrouvé sa Nana Tyro avec un bonheur non dissimulé et cette dernière lui avait permis d’extérioriser davantage des émotions dont elle n’avait même pas forcément conscience. La présence apaisante de son grand-père s’était également fait ressentir sur le comportement de Sinéad qui n’avait pas mis très longtemps à retrouver sa joie de vivre. Bien sûr, elle restait et resterait marquée par les événements qu’elle avait vécu cette année mais la rouge et or était pleine de ressources et elle savait qu’au moment de retourner à l’école, ce serait sans appréhension qu’elle retrouverait sa seconde maison enfin restaurée. Elle avait bien conscience que ce n’était pas la même chose pour Perrin et qu’il prendrait le chemin du château à contrecœur, mais elle ne lui en avait pas parlé, sachant pertinemment que de toute façon, leur mère le pousserait à repartir avec elle et qu’il n’aurait pas de choix que de la suivre. Poudlard sans Perrin n’aurait pas la même saveur et laisser son jumeau derrière elle n’était pas du tout envisageable pour la jeune fille qui ne se voyait pas une seule seconde sans sa moitié à ses côtés. Bien sûr, quand ils étaient à l’école, ils ne passaient pas leur vie collés l’un à l’autre, mais elle avait besoin de savoir que son frère était auprès d’elle et qu’il pouvait courir auprès d’elle si jamais elle avait besoin de lui. C’était un peu égoïste, elle s’en rendait bien compte mais après ces longs mois loin de ses proches, elle n’était pas prête à renoncer à la présence rassurante de Perrin auprès d’elle. La rentrée serait difficile même si elle savait qu’elle serait heureuse de retourner à Poudlard. Elle appréhendait déjà l’ambiance des premiers jours mais elle serait là pour soutenir Alaska, Niamh et tous ceux qui avaient soufferts durant l’année scolaire qui venait de se terminer.

Mais en attendant de pouvoir jouer les héroïnes, Sinéad profitait des moments passés auprès de ses proches. Elle avait passé toute la matinée auprès de Muirenn, sa petite sœur chérie qui lui avait tant manqué, à l’aider à compléter un carnet de coloriage déjà bien rempli. Elle avait vu les yeux de la petite dernière briller lorsqu’elle lui avait proposé son aide et les longues heures passées auprès des crayons de couleur confectionnés par sa grand-mère avaient été un vrai moment de bonheur. Elle serait bien restée plus longtemps, mais elle avait promis à Kennocha de l’aider à faire le ménage de sa tente. Sinéad n’était pas du genre serviable, la plupart du temps elle disparaissait le matin pour partir à l’aventure et ne revenait que le soir pour le repas ou pour la nuit suivant les gargouillements de son estomac. Cette année, l’éloignement et le manque de ses proches l’avaient métamorphosée et elle n’hésitait pas à donner un coup de main. Après une heure de ménage intensif, il ne lui restait plus qu’à étendre le linge à l’extérieur de la tente, elle était en train de poser la dernière épingle sur la corde de fortune lorsqu’une tornade rousse qu’elle connaissait bien déboula devant la tente, avec l’air totalement surexcité. « Sin ! » La rouge et or haussa un sourcil, intriguée par ce regain soudain d’enthousiasme. « J’ai un truc trop génial à te monter… » Il n’avait même pas fini sa phrase que déjà la Gryffondor avait envie de le suivre. Les excursions proposées par son frère étaient toujours passionnantes et elle ne regrettait jamais de l’avoir suivi. « Un gros chêne… avec des botrucs dedans… tu pourrais… faire une baguette… » Le regard de la jeune fille s’illumina encore davantage. Ils allaient partir à l’aventure et ça, c’était vraiment trop génial ! Les baguettes avaient toujours été sa passion et si elle avait l’opportunité d’en confectionner une, ce serait absolument merveilleux. « Trop bien ! » S’exclama-t-elle avec joie, prête à partir immédiatement. « Je pourrais peut-être faire ma première baguette pour Alaska, je suis sûre qu’elle serait contente après tout ce qu’il s’est passé. » En plus, elle ne savait pas trop ce qu’il s’était passé après la chute du ministère et si sa copine avait enfin pu récupérer sa propre baguette. Elle espérait que oui. « On peut y aller tout de suite ? » Il faudrait qu’elle prévienne Kennocha mais elle avait fini ses corvées alors elle n’y verrait certainement pas d’inconvénient.

Code by Fremione.



You are my everything
I can't lose you, because if I ever did, I'd have lost my best friend, my soul mate, my smile, my laugh.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7125-perrin-everything-you-want-s-a-dream-away-and-we-are-legends-every-day#160683http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7194-perrin-je-porte-l-amour-en-peinture-de-guerre#162342http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7199-perrin-je-porte-l-amour-en-peinture-de-guerre#162345http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7200-perrin-je-porte-l-amour-en-peinture-de-guerre#162347http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7201-perrin-je-porte-l-amour-en-peinture-de-guerre#162348

Arrivé(e) le : 19/11/2016
Parchemins rédigés : 950
Points : 5
Crédit : moi ^^ (Fionn Creber)
Année : cinquième année - quinze ans

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Sage & Matrim

MessageSujet: Re: " down an unknown road to embrace my fate " feat. sinéad [août 2023]   Lun 7 Aoû - 5:39

Down an unknown road to embrace my fate
perrin & sinéad
A wand is the object through which a witch or wizard channels his or her magic. It is made from wood and has a magical substance at its core.

Enfin de retour à la maison. Le camp de Travellers m'avait tellement manqué tout comme ma famille, mais ce que j'étais le plus heureux de retrouver était ma liberté. La nature qui m'entourait, la possibilité de me perdre dedans pendant des heures sans avoir à retourner entre les murs de pierres d'un vieux château datant de plus de mille ans. Je n'avais jamais aimé les bâtiments qui me donnait l'impression d'être en prison. Chez moi, c'était tout autre chose. Complètement l'inverse. J'étais en symbiose et c'est ce qui me plaisait tant. J'embrassais cette sensation d'être moi-même avec plaisir. Elle venait faire confrontation avec les sentiments de vide et de tristesse que me laissait la perte de mon ancien meilleur ami. Des moments douloureux qui n'étaient pas facile à passer.

La course depuis le bout du camp – ou plutôt du champ en lui-même – avait été épuisante. En arrivant à la hauteur de ma sœur, les mains sur les genoux, le souffle court et beaucoup trop excité, j'avais du mal à lui raconter ce qu'il se passait en fait. Mes paroles étaient un peu plus qu'un souffle tellement j'avais du mal à parler. Les mots réussirent tout de même à se frayer un chemin jusqu'à Sinéad. Son regard s'illumina assez rapidement lorsqu'elle entendit parler de l'arbre aux botrucs et d'une potentielle baguette. « Trop bien ! » Sa voix exprimait tout à fait sa joie. Un bonheur que je partageais. J'adorais partir à l'aventure avec ma sœur. D'autant plus que, cette fois, ce n'était pas juste pour voir le monde. Y avait une possibilité que ma moitié crée sa première baguette ce qui, en soi, n'était pas une mince affaire. Sinéad avait vite saisit le plan central de notre future expédition. « Je pourrais peut-être faire ma première baguette pour Alaska, je suis sûre qu’elle serait contente après tout ce qu’il s’est passé. On peut y aller tout de suite ? »  Le sourire éclatant qui avait pris place sur mon visage en même temps que celui sur le visage de la gryffondor se dissipa assez vite à la mention de sa meilleure amie. Quoi?! Elle voulait faire sa première baguette pour Alaska? Si je n'avais pas regretté de suivre la serdaigle et l'auror lorsqu'elle s'était fait prendre pendant la fuite, je regrettais un peu plus mon choix aujourd'hui. En ce moment en fait. Une jalousie extrême me vrilla l'estomac lorsque ma jumelle mentionna sa meilleure amie. Pourquoi Alaska? En quoi elle méritait la première baguette de Sinéad? Ma sœur ne pourrait-elle pas la faire pour elle-même ou pour Nana ou n'importe qui d'autre qu'Alaska? Je grimaçai juste avant de parler sur un ton laissant nettement transparaître mon agacement. « Pourquoi tu ne fais pas la première baguette pour toi-même? » Je tendis ma main à ma jumelle pour l'entraîner avec moi tout en continuant à parler. « Le chêne signifie la loyauté, le courage, la force et la fidèlité. Tu te rappelles ce qu'on avait lu dans un bouquin? Il convient bien aux sorciers qui ont une grande affinité avec la nature et beaucoup d'intuition de même que ceux qui sont rapides, aiment les duels et on l'esprit vif. » Nous nous étions mis en marche vers l'entrée de la tente devant laquelle nous venions de nous arrêter. Sinéad allait devoir prévenir Kennocha de son départ sans quoi, notre tante allait bien se demander où elle était passé. « Je trouve qu'il va mieux à toi qu'à Alaska. » , ajoutais-je avec dédains. Je n'aimais pas sa meilleure amie, ce n'était pas un grand secret en soit. J'avais l'impression qu'elle me volait ma sœur, que j'allais perdre Sinéad par sa faute. J'en avais bien la preuve maintenant. Tout ce à quoi ma jumelle pensait était de fabriqué une baguette pour ELLE. Décidément, j'aimais encore moins cette fille...

Lorsque ma sœur fût prête, nous nous mîmes en route. La route allait être longue et la journée était déjà bien entamée. Nous avions beaucoup de marche à faire seulement pour se rendre jusqu'au chêne plein de botrucs. Après nous allions devoir réussir à prendre un échantillon sans s'attirer les foudres des petites créatures vertes dont les doigts pouvaient vous arracher un œil en un rien de temps. Ce n'était pas un job pour des novices. Heureusement que nous avions de l'expérience avec ces petites créatures sans quoi, la tâche serait bien plus ardue qu'elle ne s'annonçait. « Il faut traverse le champ au complet puis un p'tit bois et passer dans le champ suivant. » ,expliquais-je à ma sœur en utilisant notre shelta natale. Une langue qui me semblait tellement douce en bouche qu'elle me faisait un baume sur le cœur. Une autre des nombreuses choses que j'étais content de retrouver. Tout en traversant le camp dans le sens inverse de celui d'où je venais, je savourai le plaisir d'être chez moi. Les couleurs flamboyantes des tentes et des vêtements des Travellers. J'avais moi-même adopté mes vêtements normaux, mon uniforme de Poudlard devenu trop petit retourner dans le fond de ma valise sous mon lit. Je portais un pantalon bleu avec des motifs jaunes, un t-shirt tout jaune et avant enfilé mon écharpe verte préférée autour de mon cou en cas de vent ou de soleil trop tapant. Je marchais tranquillement aux côtés de ma sœur attendant d'être sorti du cercle du village pour accélérer la cadence. À chaque pas, un nuage de poussière s'élevait de sous mes bottes. Depuis que nous étions rentré, il n'avait pas tombé la moindre goutte de pluie. Ça faisait changement du temps à la ferme où, la moitié du temps, le temps était couvert ou orageux. « Tu penses mettre quoi comme cœur? Des crins de licornes, plume d'hyppogriffe ou tout autre chose de ton invention? » ,demandais-je à Sinéad. Je tentais de garder la conversation sur le sujet de notre expédition. Je voulais à tout prix éviter de parler de Phen ou de l'école. Deux sujets qui me rendaient soit triste, soit de mauvaise humeur. Ce n'était pas le but aujourd'hui. Pas le moment.

Nous sortîmes du village d'un pas rapide. Je fis signe à ma jumelle de prendre vers l'est, puis nous prîmes un pas de course léger. Je ne pouvais détacher mon regard de sur elle alors que nous progressions dans les champs. La dernière fois où je l'avais vu courir ainsi, elle avait une épaule en compote et des mangemorts à nos trousses. Certes, nous avions été rattrapé par un auror, ce qui était nettement mieux que l'ennemi, mais je ne pouvais cesser de songer à la chance que nous avions eu. Si j'avais été déçu de me retrouver à la ferme plutôt qu'à la maison, je me confortais en me disant que je n'avais pas eu la malchance de ceux qui avait été apporté au Ministère par les mangemorts. Est-ce que Phen s'était rendu au Ministère ou avait-il péri avant? Une question qui m'obsédait depuis quelques temps. J'avais cherché à savoir, mais personne ne pouvait y répondre. J'allais devoir mener ma petite enquête dès que possible. Peut-être que Sinéad voudrait bien m'aider... Je le lui demanderai, mais pas aujourd'hui. Nous étions en mission, ce n'était pas le temps de se laisser distraire.

Le hasard (On discute ou on a une mésaventure ? )

Pairs : Se laisser distraire n'est pas chose difficile pour les jumeaux. Surtout quand une immense fleur bleue attire le regard de Perrin. Comment pouvait-il ne pas d'avoir vu avant ? Surtout avec la quantité de magnifiques papillons qui tourne autour. « Regard Sin ! Elle est superbe ! », s'exclame l'adolescent en s'approchant. Il tend la main vers la fleur pour la toucher, mais cette dernière se referme brusquement crachant un nuage de fumée verte qui lui pique les yeux et le fait tousser. Cool la fleur il a dit...

Impairs : Un bruissement d'ailes attire l'attention de Perrin et Sinéad. Ne pas se laisser distraire de leur mission c'est bien ça qu'ils avaient dit ? C'est raté en tout cas parce que le rouquin ralentit déjà le pas pour lever la tête au ciel où un faucon passe à toute vitesse. Un sourire magnifique apparaît sur le visage de l'irlandais. « J'aimerais tant pouvoir voler comme un oiseau et pas sur un stupide balais... », dit-il maintenant complètement arrêté.
Made by Neon Demon


Perrin O'Riordàn
make a wish ▬ down an unknown road to embrace my fate though that road may wander, it will lead me to you and a thousand years would be worth the wait it might take a lifetime


Dernière édition par Perrin S. O'Riordàn le Lun 7 Aoû - 5:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 28/06/2011
Parchemins rédigés : 5140
Points : 28
Crédit : (c) Lily L. Potter
PETIT +

MessageSujet: Re: " down an unknown road to embrace my fate " feat. sinéad [août 2023]   Lun 7 Aoû - 5:39

Le membre 'Perrin S. O'Riordàn' a effectué l'action suivante : Le Hasard


'Le Hasard' : 1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7275-sinead-p-o-riordan-notre-destin-fait-partie-de-nous-il-suffit-d-etre-assez-courageux-et-rebelle-pour-s-en-rendre-comptehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7296-sinead-p-o-riordan-chacun-est-libre-d-ecrire-sa-propre-histoirehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6353-ecrire-pour-mettre-de-l-ordre-dans-ses-obsessions-january-h-shiver#164473http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7307-sinead-p-o-riordan-la-lettre-tue-et-l-esprit-vivifie#164474http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7308-sinead-p-o-riordan-la-lettre-tue-et-l-esprit-vivifie#164475

Arrivé(e) le : 14/12/2016
Parchemins rédigés : 348
Points : 8
Crédit : Bazzart
Année : 5ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Savannah R. Caldwell

MessageSujet: Re: " down an unknown road to embrace my fate " feat. sinéad [août 2023]   Sam 19 Aoû - 19:16


Perrin & Sinéad

"Down an unknown road to embrace my fate"

L’idée de Perrin était excellente et la rouge et or mourrait d’envie de découvrir ce fameux chêne. Elle était passionnée par la confection de baguettes magiques depuis sa plus tendre enfance et l’idée de réaliser enfin une partie de son rêve était forcément enthousiasmante. Ils avaient passé une année particulièrement pourrie et elle avait besoin de se changer les idées. Partir à l’aventure avec son jumeau était pile ce qu’il lui fallait et elle était ravie qu’il lui ait fait une pareille proposition. « Pourquoi tu ne fais pas la première baguette pour toi-même ? » La question était étonnante mais pas si bête que ça. Sinéad était du genre à être tournée vers les autres et à aucun moment elle n’avait envisagé pouvoir confectionner sa toute première baguette pour elle-même, c’était carrément égoïste. En plus, la pauvre Alaska avait perdu la sienne pendant toute l’année puisqu’elle avait été prise par les Mangemorts. S’il y avait une personne qui méritait sa toute première baguette, c’était donc elle mais elle ne s’attendait pas spécialement à ce que Perrin le comprenne, il n’aimait pas trop la Serdaigle. « Je n’en ai pas besoin, j’en ai déjà une. » La réponse était simple, sûrement trop, mais elle avait la flemme d’argumenter. De toute façon, s’il y avait bien un défaut chez son jumeau, c’était sa volonté de contrôler tout ce qu’elle faisait de sa vie. A croire qu’il avait envie de la façonner à son image. Elle ne pouvait pas vraiment le lui reprocher, ils se ressemblaient tellement tous les deux qu’il était presque normal qu’il ait envie de la voir marcher dans ses traces, sauf que Sinéad était une personne à part entière et elle comptait bien faire ses propres choix dans la vie. « Le chêne signifie la loyauté, le courage, la force et la fidélité. Tu te rappelles ce qu'on avait lu dans un bouquin ? Il convient bien aux sorciers qui ont une grande affinité avec la nature et beaucoup d'intuition de même que ceux qui sont rapides, aiment les duels et on l'esprit vif. » Toutes ces caractéristiques, elle les connaissait par cœur. La rouge et or était passionnée par les arbres depuis des années, elle les reconnaissait facilement, connaissait leurs particularités et s’amusait à découvrir de nouvelles propriétés à chaque balade avec son grand-père. Les arbres avaient toujours été son truc à elle et elle n’aimait pas beaucoup le ton qu’employait Perrin pour lui fournir des explications comme si elle était une gamine sans connaissance. « Je sais tout ça. » Répondit-elle un peu trop sèchement. Il fallait qu’il arrête de jouer au monsieur je-sais-tout. Bien sûr que lorsqu’il s’agissait de nature, il en connaissait un rayon, mais il fallait qu’il réalise qu’ils avaient grandi ensemble et que dans ce domaine, elle était à peu près aussi avancée que lui, voire plus lorsqu’il s’agissait des arbres et des baguettes, justement. « Je trouve qu'il va mieux à toi qu'à Alaska. » Cette fois-ci, Sinéad leva franchement les yeux au ciel. Ils n’allaient pas se disputer pour si peu, si ? Il pouvait vraiment être chiant quand il se mettait à vouloir tout contrôler. Elle adorait sa meilleure amie et si elle voulait faire ça pour elle, il ne pourrait pas l’en empêcher. « On verra bien. » Voilà qui devrait clore cette conversation qu’elle ne voulait pas avoir avec son jumeau. Ils étaient enfin libres et pouvaient profiter pleinement l’un de l’autre, elle voulait que ces deux semaines chez elle se passent à merveille.

« Attends-moi là. » Sinéad s’engouffra l’espace de quelques secondes à l’intérieur de la tente pour prévenir Kennocha de son départ et en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, elle fut de retour aux côtés de son frère qui avait attendu sagement. Elle était enfin prête à partir à l’aventure. « Il faut traverser le champ au complet puis un p'tit bois et passer dans le champ suivant. » Jusque-là, ce n’était pas trop compliqué. Sinéad hocha la tête, assimilant les instructions du mieux qu’elle pouvait avant de se mettre en marche. Elle ne savait pas à quelle distance se trouvait le fameux chêne mais elle avait toujours adoré marcher et découvrir de nouveaux endroits proches du camp qu’ils avaient monté. Cette fois n’était pas différente sauf que la liberté avait une saveur encore meilleure que les autres années. Peu importait s’il leur fallait une heure, deux heures ou même une journée entière pour aller vers ce fameux chêne, elle était heureuse de pouvoir partir à l’aventure et encore plus puisque son jumeau l’accompagnait. « Tu penses mettre quoi comme cœur ? Des crins de licornes, plume d'hippogriffe ou tout autre chose de ton invention ? » La question la fit réfléchir. Il y avait beaucoup de cœurs très impressionnants qu’elle voulait voir un jour dans une de ses baguettes mais elle n’avait pas réfléchi à la manière dont elle voulait les ordonner. Par quoi commencer ? En réalité, Sinéad s’était toujours dit qu’elle confectionnerait sa première baguette en sortant de Poudlard et qu’à ce moment-là, elle aurait une vision nette et précise de ce qu’elle voulait. L’occasion se présentait finalement un peu plus vite que prévu et il allait falloir qu’elle fasse un peu fonctionner sa tête pour réussir à visualiser quelque chose qui lui plairait. Elle y parviendrait, bien sûr, mais elle n’avait pas de réponse immédiate. « Je ne sais pas… Il y en a beaucoup que j’aime bien mais je ne suis pas sûre d’avoir un numéro un. Je pense que je ressortirai mon livre pour en choisir un qui soit vraiment compatible avec le bois. C’est important de faire un joli mariage. » Elle avait certainement un peu de temps pour y réfléchir et elle ne voulait pas faire les choses trop rapidement, sinon elle ne serait pas contente du résultat et elle voulait absolument réussir à faire quelque chose de bien. C’était son moment à elle et il était important qu’elle puisse être contente du résultat final. « J'aimerais tant pouvoir voler comme un oiseau et pas sur un stupide balais... » Perrin s’était soudainement arrêté et sa remarque était pour le moins surprenante. Sinéad s’arrêta à son tour pour dévisager son frère. Voler n’était pas dans les capacités humaines et ils avaient déjà de la chance d’avoir réussi à braver les lois de la nature pour pouvoir explorer le ciel, ils n’étaient pas à plaindre. « Pour pouvoir voler comme un oiseau, il suffit de le devenir. » Sinéad était le genre de fille à proposer des solutions aux problèmes comme si elles étaient d’une simplicité évidente alors qu’il n’en était rien. Devenir un oiseau faisait partie des choses envisageables pour un sorcier, les animagi existaient, ce n’était un secret pour personne. En revanche, en devenir un était un processus complexe qui n’était pas à la portée de tout le monde. Cette solution n’en était pas vraiment une mais au moins elle avait le mérite d’exister.

Code by Fremione.



You are my everything
I can't lose you, because if I ever did, I'd have lost my best friend, my soul mate, my smile, my laugh.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7125-perrin-everything-you-want-s-a-dream-away-and-we-are-legends-every-day#160683http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7194-perrin-je-porte-l-amour-en-peinture-de-guerre#162342http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7199-perrin-je-porte-l-amour-en-peinture-de-guerre#162345http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7200-perrin-je-porte-l-amour-en-peinture-de-guerre#162347http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7201-perrin-je-porte-l-amour-en-peinture-de-guerre#162348

Arrivé(e) le : 19/11/2016
Parchemins rédigés : 950
Points : 5
Crédit : moi ^^ (Fionn Creber)
Année : cinquième année - quinze ans

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Sage & Matrim

MessageSujet: Re: " down an unknown road to embrace my fate " feat. sinéad [août 2023]   Lun 4 Sep - 11:02

Down an unknown road to embrace my fate
perrin & sinéad
A wand is the object through which a witch or wizard channels his or her magic. It is made from wood and has a magical substance at its core.

Si j’avais proposé à Sinéad de venir voir ce grand chêne envahie de botrucs ce n’était pas dans l’intention qu’elle fasse une baguette magique spécialement pour Alaska. Je voulais juste que ma sœur développe sa passion au maximum, qu’elle apprenne à fabriquer des baguettes magiques comme elle rêvait de le faire depuis toujours, mais qu’elle en fasse une spécialement pour « elle ». « Je n’en ai pas besoin, j’en ai déjà une. » , répliqua ma sœur lorsque je lui demandai pourquoi elle ne faisait pas sa première baguette pour elle-même. En soi, c'était une manière détournée de lui dire de ne pas la donner à la serdaigle, mais sa réponse... ARGH! Elle me fit rouler des yeux de manière aucunement discrète. « Ah et elle en a pas elle de baguette peut-être? Ses parents vont lui en avoir racheté une pour la rentrée... », répliquais-je un peu sèchement. Elle avait peut-être perdu sa baguette sous le règne de Blackman, c'était une chose, mais elle allait en avoir une nouvelle qui venait d'une boutique pleine de baguettes magiques. Pas besoin que Sinéad lui donne la toute première qu'elle fabriquait. Elle en valait même pas la peine... Combien de temps encore allait-elle la prendre en pitié parce qu'elle avait passé l'année dernière dans les cachots ? Bon, c'était injuste, mais elle était sortie maintenant. Pas de raison de lui donner la lune. On avait tous passé par des épreuves l'an dernier, moi y compris. J'avais pas besoin qu'on me chouchoute pour autant. J'enchaînai mon argumentation en lui rappelant les caractéristiques du chêne. C'était juste un rappel – certes intéressé – pour qu'elle se « souvienne » que c'était un meilleur bois pour elle ou pour n'importe qui d'autre que la serdaigle. Sauf que ma sœur, elle ne le vit pas comme un rappel et me répliqua très sèchement qu'elle savait. Ça me frustra grandement. Non, mais je sais qu'elle sait! Elle sait tout par cœur sur les arbres et tous les trucs par rapport aux baguettes. C'était juste pour lui remémorer rien de plus – enfin si, mais je ne la prenais pas pour une idiote non plus. Du coup, maintenant qu'elle jouait sur mes nerfs, j'avais pas mal moins de patience. J'avais le droit de trouver qu'elle devrait SE faire une baguette avant de LUI en faire une. Parfois, elle agissait comme si le monde tournait autour d'Alaska et ça me rendait malade! Tout comme son « On verra bien. » qui sonna comme un « la ferme Perrin, tu me fais chier. » Ce qu'elle pouvait être agaçante quand elle s'y mettait! « Ouais c'est ça... De toutes manières, les baguettes, elles choisissent leur sorcier. Donc la tienne, elle ne voudra peut-être même pas d'Alaska... C'est même pas tout qui choisis! » Si elle pensait avoir le dernier mot, elle se trompait fortement. Aucune envie de la laisser gagner sur ce sujet. Pas de baguette pour sa meilleure amie vraiment beaucoup trop chiante et qui me volait ma sœur. Et puis, ça m'agaçait qu'elle préfère la donner à sa meilleure amie plutôt qu'à moi, son frère jumeau qui avait passé toute sa vie à ses côtés. Depuis quand j'étais passé en seconde place? Je n'aimais pas avoir ce statut. Ça ne me plaisait pas du tout...

La tension de notre pseudo chicane se dissipa lorsque nous nous mîmes en marche. Je guidais ma sœur de mon mieux dans ce qui serait une longue marche vers le grand chêne plus loin dans le champ. Enfin, un cham, puis un bois, un autre champ puis l’arbre serait là dans toute sa splendeur accumulé au cours des décennies où il avait grandi sous le soleil et la pluie vaillamment protégé par les jolis petits botrucs. J’aimais bien me faire une image très théâtrale de la vie des plantes. Ça les rendait plus vivantes, uniques. Tout en marchant, je décidai d’entamer une discussion sur la baguette que ma jumelle allait tenter de fabriquer. J’évitai de mentionner Alaska me contentant de chercher à savoir ce qu’elle avait l’intention de mettre dans le cœur. Personnellement, j’avais toujours trouvé très intéressante les propriétés des plumes de phénix et d’hyppogriffe. Sinéad avait peut-être une autre opinion. Nous n’en avions jamais parlé. « Je ne sais pas… Il y en a beaucoup que j’aime bien mais je ne suis pas sûre d’avoir un numéro un. Je pense que je ressortirai mon livre pour en choisir un qui soit vraiment compatible avec le bois. C’est important de faire un joli mariage. » Je lui souris d’un air amusé. Connaissant ma sœur, elle pourrait tout aussi bien me sortir qu’elle allait mettre un cheveux d’être de l’eau ou une plume de gryffon. Dans tout le cas, ce serait très intéressant ! Nous n’étions jamais au bout de nos surprises avec Sinéad c’est ce que je préférais chez elle. « Alors dit moi, dans toutes les recherches que tu as faites, quel est le cœur le moins… conventionnel que tu as vu ? » Elle ne serait peut-être pas la première à avoir des idées loufoques. Peut-être qu’on avait déjà fait une baguette avec des écailles de strangulot qu’est-ce que j’en savais ?!

Le bruissement d’ailes d’un oiseau attira mon attention. Je m’arrêtai, levant la tête pour le regarder planer au-dessus de nos têtes faisant la confidence à ma sœur que j’aimerais tant voler sans avoir à enfourcher un stupide et inconfortable balais magique. « Pour pouvoir voler comme un oiseau, il suffit de le devenir. » Sa réponse était d’une simplicité que c’en était presque déstabilisant. Enfin, lorsque nous n’étions pas habitué à la manière qu’avait ma sœur de régler les problèmes. Elle n’y allait pas par quatre chemins prenant systématiquement le plus court de tous. « Quand je deviendrai animagus, j’espère pouvoir voler. » ,déclarais-je suivant la logique de Sinéad. « Je sais que je ne pourrai pas choisir en quoi je me transforme, mais j’espère que ce sera un oiseau. » Plus j’y réfléchissais, plus cette idée me plaisait. « T’imagine pouvoir découvrir le monde de là-haut ? Simplement s’envoler, être libre d’aller où on veut sans rien pour nous retenir. Le rêve… » Je parlais d’une voix rêveuse sentant mon esprit commençait à s’égarer dans l’une de ses rêveries éveillées dont j’avais le secret. Je m’imaginais déjà me transformer en magnifique colombe m’envolant vers des territoires que je n’avais encore jamais observés. Je revins difficilement sur terre, détachant mon regard de l’oiseau pour le porter sur l’horizon puis sur Sinéad. « On continue ? », demandais-je. La réponse à ma question ne vint pas de ma sœur. Un reniflement derrière moi me fit sursauter. Je me figeai sur place effrayé par ce que j’allais trouver dans mon dos. J’inspectai le visage de Sinéad, qui avait une vue directe sur la personne ou la créature, cherchant une réponse. Étais-je en danger ?

Qui se cache derrière Perrin à lui renifler le derrière ?

1 & 6 : C'est un gros chien noir et il n'a pas l'air très commode...

2 & 4 : Une chèvres. AIE ! Elle vient de me mordre les fesses...

3 & 5 : Un veaudelune ! Rapidement rejoint pas tout un troupeau !
Made by Neon Demon


Perrin O'Riordàn
make a wish ▬ down an unknown road to embrace my fate though that road may wander, it will lead me to you and a thousand years would be worth the wait it might take a lifetime


Dernière édition par Perrin S. O'Riordàn le Lun 4 Sep - 11:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 28/06/2011
Parchemins rédigés : 5140
Points : 28
Crédit : (c) Lily L. Potter
PETIT +

MessageSujet: Re: " down an unknown road to embrace my fate " feat. sinéad [août 2023]   Lun 4 Sep - 11:02

Le membre 'Perrin S. O'Riordàn' a effectué l'action suivante : Le Hasard


'Le Hasard' : 4
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7275-sinead-p-o-riordan-notre-destin-fait-partie-de-nous-il-suffit-d-etre-assez-courageux-et-rebelle-pour-s-en-rendre-comptehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7296-sinead-p-o-riordan-chacun-est-libre-d-ecrire-sa-propre-histoirehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6353-ecrire-pour-mettre-de-l-ordre-dans-ses-obsessions-january-h-shiver#164473http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7307-sinead-p-o-riordan-la-lettre-tue-et-l-esprit-vivifie#164474http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7308-sinead-p-o-riordan-la-lettre-tue-et-l-esprit-vivifie#164475

Arrivé(e) le : 14/12/2016
Parchemins rédigés : 348
Points : 8
Crédit : Bazzart
Année : 5ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Savannah R. Caldwell

MessageSujet: Re: " down an unknown road to embrace my fate " feat. sinéad [août 2023]   Jeu 7 Sep - 11:34


Perrin & Sinéad

"Down an unknown road to embrace my fate"

Jamais elle ne parviendrait à comprendre l’animosité existant entre Perrin et Alaska. Ça n’avait aucun sens. Sinéad n’avait pas beaucoup d’amis proches, ou en tout cas pas des millions, mais la jeune fille en avait toujours fait partie et elle s’était attendue à ce que son jumeau soit content qu’elle puisse compter sur quelqu’un d’adorable et de vraiment fiable. Il fallait croire qu’elle s’était trompée, ou en tout cas ça y ressemblait beaucoup. Elle n’abordait jamais ce sujet avec Perrin, parce qu’elle ne souhaitait tout simplement pas provoquer une dispute, mais un jour ou l’autre, il faudrait sûrement qu’ils en parlent, surtout si ça devait continuer comme ça entre eux. La jeune fille n’était vraiment pas ravie de se rendre compte que son frère désapprouvait son choix de meilleure amie. Elle ne lui disait rien sur ses amis, de son côté. A part son amie Rhea qu’elle n’avait pas apprécié pour la simple raison qu’elle avait dit elle-même qu’elle considérait Perrin comme son frère, Sinéad ne s’était jamais montrée désagréable avec les proches du jeune homme. Elle s’était attendue à ce qu’il agisse de même avec elle et apparemment ce n’était pas prévu au programme. « Ah et elle en a pas elle de baguette peut-être ? Ses parents vont lui en avoir racheté une pour la rentrée... » Sinéad leva une fois de plus les yeux au ciel. Elle n’avait pas envie de s’engueuler avec son frère, mais il y avait fort à parier que ça allait finir par arriver s’il continuait à se comporter comme un enfant capricieux et non pas comme son jumeau. Perrin pouvait être adorable, réfléchi et de bon conseil lorsqu’il prenait du recul sur les choses, mais s’il se braquait, il ne fallait même plus espérer pouvoir en tirer quelque chose. « Je sais bien, mais c’est un geste symbolique, pour lui montrer que je pense à elle et que je ferais tout pour qu’elle puisse reprendre sa scolarité dans les meilleurs conditions possibles ; Tu sais, elle a passé l’été à travailler à la ferme tant elle était stressée à l’idée de ne pas passer en cinquième année avec nous, elle mérite d’être soutenue. Je ne fais que remplir mon rôle d’ami. Et… J’adore Alaska, tu devras t’y faire. » Elle avait un peu hésité quant aux termes à employer, ne désirant pas non plus faire du mal à son frère. Il fallait tout de même qu’il arrête d’être jaloux, ça ne le mènerait à rien. Personne ne prendrait sa place de jumeau, c’était tout bonnement impossible mais normalement il le savait, il n’avait pas besoin qu’elle le lui répète. « Ouais c'est ça... De toutes manières, les baguettes, elles choisissent leur sorcier. Donc la tienne, elle ne voudra peut-être même pas d'Alaska... C'est même pas toi qui choisis ! » Cette fois-ci, un soupir exaspéré lui échappa. Il comptait vraiment lui apprendre quelque chose qui était sa passion depuis maintenant de longues années ? Il était vraiment chiant quand il faisait ça. « Je sais. Mais si je crée une baguette qui lui correspond, alors elle la choisira forcément. » Sinéad était une rêveuse et son frère semblait l’avoir oublié.

Heureusement, leur balade ne se résumait pas seulement à une dispute sans fin. Perrin la questionna aussi sur le sujet qui la passionnait tant : les baguettes et ce, sans mentionner davantage sa meilleure amie ce qui ne put que la réjouir. Elle aimait se rendre compte que son frère s’intéressait à ses passions et ça semblait être le cas encore aujourd’hui. « Alors dit moi, dans toutes les recherches que tu as faites, quel est le cœur le moins… conventionnel que tu as vu ? » La jeune fille réfléchit. Des cœurs étranges, elle en avait vu des tonnes et des tonnes, mais les originaux ne couraient pas les rues ou alors il était difficile de déterminer si c’était vrai ou une simple blague. Une chose était sûre, elle aurait aimé travailler quelques temps chez un fabricant de baguette, voire même en tant que stagiaire, afin de pouvoir en apprendre davantage. Pour le moment, toutes ses connaissances étaient purement théoriques. « Une fois, j’ai lu un article super bizarre qui disait que les excréments d’hippogriffes avaient de superbes propriétés magiques et qu’on envisageait de l’utiliser comme cœur. » Expliqua-t-elle avant de pouffer de rire. C’était un peu étrange comme idée et elle se demandait qui avait bien pu l’avoir un jour. Elle n’était pas sûre que beaucoup de sorciers acceptent d’avoir une telle baguette un jour, ils se sentiraient certainement un peu lésés s’ils devaient porter au quotidien un bois de bois rempli d’excréments, même si l’hippogriffe était un animal magnifique. « Je crois que je trouve que c’est une bonne idée, en réalité, c’est écologique, ça permet de recycler et ça préserve les animaux. Tu trouves pas ça cool ? » Après tout, son frère voulait protéger toutes les espèces animales, si on pouvait éviter de voler des organes vitaux aux animaux pour construire les baguettes, ce n’était pas plus mal. « Quand je deviendrai animagus, j’espère pouvoir voler. Je sais que je ne pourrai pas choisir en quoi je me transforme, mais j’espère que ce sera un oiseau. T’imagine pouvoir découvrir le monde de là-haut ? Simplement s’envoler, être libre d’aller où on veut sans rien pour nous retenir. Le rêve… » Quand il deviendrait animagus ? Sinéad n’avait jamais entendu parler d’un tel projet de la part de son frère mais en soit, ça ne l’étonnait pas tant que ça. S’il y avait bien quelqu’un qui devait devenir animagus, qui de mieux placé qu’un amoureux des animaux ? Ça lui permettrait certainement d’être plus proche des espèces qu’il défendait. « Comment est choisi l’animal que nous devenons lorsque l’on est animagus ? Je pensais que c’était en fonction de la personne qu’on est… Si au fond de toi, tu as l’âme d’un oiseau, alors il paraitrait logique que tu en deviennes un. » Elle n’avait même pas tiqué sur la nouvelle, choisissant de se comporter simplement comme si tout ceci était parfaitement normal. Elle le prenait même beaucoup mieux que la nouvelle de sa supposée relation amoureuse avec Phen. « On continue ? » La jeune fille hocha la tête, tout en se pinçant les lèvres pour ne pas voir un fou-rire en voyant une chèvre sauvage s’approcher de son frère en catimini. Le bond que fit Perrin lorsqu’elle lui mordit les fesses fut risible et Sinéad éclata de rire, incapable de se retenir plus longtemps. « Eh bah, je crois que tu t’es fait une nouvelle copine ! » Le charria-t-elle gentiment. « Allez viens l’homme-qui-sait-parler-aux-chèvres, faut qu’on avance sinon on ne sera pas rentré avant la nuit. » Malheureusement, elle ne connaissait pas le trajet, alors elle n’avait plus qu’à suivre son jumeau dans la direction qu’il indiquait.

Code by Fremione.



You are my everything
I can't lose you, because if I ever did, I'd have lost my best friend, my soul mate, my smile, my laugh.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7125-perrin-everything-you-want-s-a-dream-away-and-we-are-legends-every-day#160683http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7194-perrin-je-porte-l-amour-en-peinture-de-guerre#162342http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7199-perrin-je-porte-l-amour-en-peinture-de-guerre#162345http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7200-perrin-je-porte-l-amour-en-peinture-de-guerre#162347http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7201-perrin-je-porte-l-amour-en-peinture-de-guerre#162348

Arrivé(e) le : 19/11/2016
Parchemins rédigés : 950
Points : 5
Crédit : moi ^^ (Fionn Creber)
Année : cinquième année - quinze ans

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Sage & Matrim

MessageSujet: Re: " down an unknown road to embrace my fate " feat. sinéad [août 2023]   Jeu 14 Sep - 10:08

Down an unknown road to embrace my fate
perrin & sinéad
A wand is the object through which a witch or wizard channels his or her magic. It is made from wood and has a magical substance at its core.

« Je sais bien, mais c’est un geste symbolique, pour lui montrer que je pense à elle et que je ferais tout pour qu’elle puisse reprendre sa scolarité dans les meilleurs conditions possibles ; Tu sais, elle a passé l’été à travailler à la ferme tant elle était stressée à l’idée de ne pas passer en cinquième année avec nous, elle mérite d’être soutenue. Je ne fais que remplir mon rôle d’ami. Et… J’adore Alaska, tu devras t’y faire. » Ce qu'elle pouvait être chiante lorsqu'elle s'y mettait. Sérieusement, elle pouvait pas laisser tomber avec Alaska? À entendre ma jumelle parler, cette fille était une véritable déesse... Non. Elle était juste une serdaigle particulièrement chiante pour qui Sinéad accordait largement trop d'importance. Elle adore Alaska et je devrais m'y faire... C'est quoi ça?! C'est pas comme si c'était sa petite amie ou sa future femme. C'est juste son amie quoi. Une amie bien trop envahissante à mon goût et qui venait se mettre entre ma sœur et moi. Le pire là-dedans, c'est que Sinéad, elle la laissait faire. Elle la laissait prendre ma place à ses côtés! Il y a quelques années, c'est pour moi qu'elle aurait fait sa première baguette pas pour Alaska... Elle avait qu'à redoubler, ça aurait fait de mal à personne. Bon, d'accord, c'est pas sympa parce que c'est pas de sa faute si elle a manqué une année, mais quand même. Si elle était resté en quatrième, j'aurais eu la paix! Au moins pendant les cours... Je m'entêtai en lui disant que sa baguette, elle ne choisirait peut-être même pas la serdaigle. Évidemment, ça ne suffit pas à Sinéad qui voulait avoir le dernier mot! « Je sais. Mais si je crée une baguette qui lui correspond, alors elle la choisira forcément. » Ce qu'elle pouvait être têtue! Son entêtement me plaisait la majeure partie du temps, mais aujourd'hui, ça ne faisait que m'agacer encore plus. Je pinçai les lèvres, fâché qu'elle ne veuille même pas comprendre mon point de vue.

La tension qui s'était installée entre nous se dissipa lorsque nous nous mîmes en route vers le grand chêne aux botrucs. J’avais abordé le sujet de la composition de la baguette que ma jumelle allait fabriquer dans l’espoir d’éviter de parler de sa meilleure amie. C’était un sujet largement plus agréable. D’autant plus que je n’étais clairement pas un expert dans le domaine, mais la passion de ma sœur m’intéressait au plus haut point. Elle allait sans doute pouvoir m’apprendre des choses et je n’avais aucun doute que ce serait sans doute hyper intéressant. N’Y avait personne pour rendre tout intéressant comme Sinéad ! Étrangement, quand elle me racontait quelque chose, elle y mettait toujours tant de passion que ça donnait envie d’en savoir plus. « Une fois, j’ai lu un article super bizarre qui disait que les excréments d’hippogriffes avaient de superbes propriétés magiques et qu’on envisageait de l’utiliser comme cœur. » ,dit-elle avant de pouffer de rire. Je la fixai une demi-seconde avant de joindre mon rire au sien. « Attend ! Mais c’est complètement ridicule ! Qui a envie de se promener avec des excréments d’hyppogriffe dans la poche ?! Qui plus ait, imagine l’odeur durant le processus pour les inclure à ta baguette. Tu dois passer des semaines avec le nez qui ne sent plus rien d’autre que le caca d’hyppogriffe. J’me demande qui peut bien avoir eu une idée pareille ! » Je m’attendais à ce qu’elle me raconte bien des choses surprenantes voir même saugrenues, mais pas ça ! Fallait être étrange pour penser ne serais-je que deux secondes à mettes des fientes animales dans une baguette magique ! En tout cas, ce sujet avait le mérite de détendre l'atmosphère. Ça faisait un bien fou de rire! Ça ne m'était pas souvent arrivé depuis... Enfin, vous voyez ?! Depuis la nouvelle concernant Phen... « Je crois que je trouve que c’est une bonne idée, en réalité, c’est écologique, ça permet de recycler et ça préserve les animaux. Tu trouves pas ça cool ? » Je hochai la tête de manière affirmative bien d'accord avec ma soeur. Enfin, en un sens... « C'est effectivement écologique, mais tu dois bien admettre que c'est un peu dégueulasse. Y a d'autres choses qu'on peut prendre sans porter atteinte aux créatures sans pour autant que ce soit leurs fientes. Par exemple leurs plumes qui tombent naturellement, ou les griffes qu'elles perdent. En soi, c'est cool, mais si tu décides un jour de mettre des excréments dans une baguette, prévient moi de pas venir à la maison pendant des jours le temps que l'odeur se dissipent ! » Je fis un sourire moqueur à Sinéad. Je me moquais d'elle, bien évidemment. L'idée, en soi, était plutôt bonne bien que niveau hygiène, on avait connu mieux.

Un oiseau passa dans la ciel attirant mon attention. Il me fit rêver à voix haute d'une possibilité de voler comme lui. La conversation, guidée par ma jumelle, se porta d'un coup sur la possibilité de devenir un animagus avec la faculté de voler. Je n'avais jamais parlé directement de cet envie avec ma soeur, mais c'était plus ou moins sous-entendu. Allen n'avait pas eu l'air très surpris de mon envie de tenter l'expérience lorsque je lui en avais parlé. Après tout, c'était comme un prolongement de ma passion pour les p'tites bêtes ; en devenir une moi-même. « Comment est choisi l’animal que nous devenons lorsque l’on est animagus ? Je pensais que c’était en fonction de la personne qu’on est… Si au fond de toi, tu as l’âme d’un oiseau, alors il paraitrait logique que tu en deviennes un. », me questionna Sinéad. Je portai de nouveau mon attention sur l'oiseau avant de retourner mon regard sur elle. « On ne choisit pas. L'animal s'impose à nous. Autant que je sais, je pourrais aussi bien terminer en fourmilier qu'en vautour. Y a pas moyen de le savoir avant de découvrir son animal intérieur. », expliquais-je calmement. Je n'avais pas encore fait la tentative de découvrir quel animal était en moi. J'ignorais même comment faire. Je devrais faire de nouvelles recherches à ce sujet ! « J'ignore lequel est le mien... » Je n'avais pas la moindre idée, pour être tout à fait honnête, de quel animal me correspondrait. Je demandai à ma jumelle si on pouvait reprendre notre route, mais la réponse ne vint pas d'elle... Un pincement sur mon derrière me fit sauter et criant ma douleur. Sinéad rit clairement de mon petit malheur alors que je me retournais pour découvrir l'auteur de ma douleur ; une chèvre. Une petite chèvre toute mignonne ! « Eh bah, je crois que tu t’es fait une nouvelle copine ! Allez viens l’homme-qui-sait-parler-aux-chèvres, faut qu’on avance sinon on ne sera pas rentré avant la nuit. », me dit Sinéad sur un ton moqueur. Je lui souris avant de me frotter la fesse qui était toujours douloureuse suite à cette morsure. « Quelle violente, mais super mignonne petite chèvre ! Ça mange vraiment n'importe quoi ces bêtes là ! », plaisantais-je en me mettant en route. Je lançai un sourire complice à ma soeur. Des bruits de pas se firent entendre derrière nous. Me retournant, j'aperçu la chèvre qui avait décidé de nous suivre. « Tient, je crois que je me suis fait une copine, t'as bien raison ! », rigolais-je en observant l'animal. « Allez vient la chèvre, on a une longue route ! » Je m'adressais directement à elle comme je le faisais avec Morelle. Tient, elle avait pas de nom cette chèvre ! D'ailleurs, elle venait de où? Y avait pas âme qui vive à des lieux à la ronde... « Je me demande bien qui est son propriétaire. Tu crois qu'elle a un nom ? Faudrait lui en donner un si elle a l'intention de nous accompagner. Ce serait pas sympa de l'appeler chèvre. Une proposition ? » J'avais parlé tout en me remettant en route, Sinéad et Chèvre sur les talons.
Made by Neon Demon


Perrin O'Riordàn
make a wish ▬ down an unknown road to embrace my fate though that road may wander, it will lead me to you and a thousand years would be worth the wait it might take a lifetime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7275-sinead-p-o-riordan-notre-destin-fait-partie-de-nous-il-suffit-d-etre-assez-courageux-et-rebelle-pour-s-en-rendre-comptehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7296-sinead-p-o-riordan-chacun-est-libre-d-ecrire-sa-propre-histoirehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6353-ecrire-pour-mettre-de-l-ordre-dans-ses-obsessions-january-h-shiver#164473http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7307-sinead-p-o-riordan-la-lettre-tue-et-l-esprit-vivifie#164474http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7308-sinead-p-o-riordan-la-lettre-tue-et-l-esprit-vivifie#164475

Arrivé(e) le : 14/12/2016
Parchemins rédigés : 348
Points : 8
Crédit : Bazzart
Année : 5ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Savannah R. Caldwell

MessageSujet: Re: " down an unknown road to embrace my fate " feat. sinéad [août 2023]   Ven 15 Sep - 15:50


Perrin & Sinéad

"Down an unknown road to embrace my fate"

Heureusement, le sujet d’Alaska était désormais clos, Perrin n’avait pas souhaité rebondir davantage dessus et tant mieux parce qu’il aurait pris le risque de se casser les dents. La rouge et or détestait qu’il essaie de la dresser contre sa meilleure amie parce qu’elle ne comprenait pas du tout pourquoi il agissait de cette manière. Elle avait le droit de choisir ses amis comme elle le voulait et son affection pour Alaska était chaque jour un peu plus forte. Evidemment, elle ne remplacerait jamais son jumeau qui avait un rôle à part dans sa vie, mais elle n’était pas moins indispensable à son bonheur. S’il n’était pas capable de comprendre ça, c’était tout simplement qu’il agissait comme un parfait crétin. Fort heureusement pour la jeune fille, l’heure était à la rigolade et la réaction de Perrin quant au cœur potentiel des baguettes ne se fit pas attendre. « Attend ! Mais c’est complètement ridicule ! Qui a envie de se promener avec des excréments d’hippogriffe dans la poche ?! Qui plus est, imagine l’odeur durant le processus pour les inclure à ta baguette. Tu dois passer des semaines avec le nez qui ne sent plus rien d’autre que le caca d’hippogriffe. J’me demande qui peut bien avoir eu une idée pareille ! » Sûrement les concepteurs de baguettes magiques ? Beaucoup de gens étaient constamment à la recherche d’innovation qui seraient positives pour le monde magique et celle-ci en faisait partie, chose particulièrement étrange. Il n’était pas étonnant que Perrin ait une telle réaction, beaucoup de gens auraient eu exactement la même que lui. « C’est vrai que ça doit être sacrament dégueulasse… S’il y avait du caca d’animal dans ma baguette, je crois que je préférerais l’ignorer parce que franchement c’est un peu la honte… Et puis t’imagines si quelqu’un te demande de quoi est composée ta baguette ? Franchement, je crois que j’aurais envie de mentir… Et mentir c’est mal ! » Ce qui ne l’empêchait pas d’être une grosse menteuse lorsqu’elle en avait envie ou besoin. Sinéad se fichait bien de ne pas toujours dire la vérité si ça pouvait l’aider à se sortir d’un mauvais pas surtout s’il s’agissait d’un conflit l’opposant à sa mère. Cependant, elle ne mentait pas par plaisir mais bien par intérêt donc ça n’arrivait tout de même pas trop souvent. « C'est effectivement écologique, mais tu dois bien admettre que c'est un peu dégueulasse. Y a d'autres choses qu'on peut prendre sans porter atteinte aux créatures sans pour autant que ce soit leurs fientes. Par exemple leurs plumes qui tombent naturellement, ou les griffes qu'elles perdent. En soi, c'est cool, mais si tu décides un jour de mettre des excréments dans une baguette, préviens-moi de pas venir à la maison pendant des jours le temps que l'odeur se dissipent ! » La jeune fiche hocha la tête, comprenant parfaitement ce que son frère voulait dire. N’empêche que la mode actuelle était à l’écologie et au bio, donc ça devait sûrement bien fonctionner aussi pour les baguettes. « T'as raison, ej crois que je vais laisser tomber l’idée des excréments, mais par contre ça me conforte dans l’idée qu’il ne faut pas que je me repose sur mes acquis… Il y a tellement de possibilités dans le monde ! Et j’aime bien l’idée d’être créative, de confectionner des pièces uniques et le tout en restant respectueuse de notre environnement… Parce que c’est bien beau de trouver le meilleur bois possible pour confectionner une baguette mais si c’est pour tuer un pauvre arbre qui n’a rien demandé à personne, ça craint. » Sinéad aimait la confection de baguettes mais elle aimait aussi la nature et elle tenait à la respecter.

Savoir que Perrin voulait devenir animagus n’avais absolument rien d’étonnant aux yeux de sa sœur qui était même plutôt surprise qu’il n’y réfléchisse que maintenant et pas des années auparavant. Son jumeau était le genre de personne qui était presque plus à l’aise avec les animaux qu’avec les êtres humains, il n’était donc pas si surprenant que ça qu’il envisage d’en devenir un. « On ne choisit pas. L'animal s'impose à nous. Autant que je sais, je pourrais aussi bien terminer en fourmilier qu'en vautour. Y a pas moyen de le savoir avant de découvrir son animal intérieur. » D’accord, mais l’animal intérieur ne devait tout de même pas sortir de nulle part, en tout cas, ça paraissait sacrément étonnant. C’était comme si d’un seul coup, on lui apprenait qu’il y avait un taureau en colère à l’intérieur d’elle alors que s’il y avait bien une émotion que la rouge et or ressentait rarement, c’était la colère. « Oui, mais je suppose que ton animal intérieur est forcément lié à la personne que tu es ? Tu seras un vautour que si tu as des caractéristiques du vautour. Moi je pense pas que tu en seras un. T’as lu des trucs sur le sujet ? » Dans le cas contraire, elle était évidemment prête à l’aider à emmagasiner des informations, il ne pouvait de toute façon pas se lancer dans quelque chose en ayant aussi peu d’information à ce sujet. Mais c’était un projet super cool et elle serait très heureuse de pouvoir lui apporter son soutien et sa motivation s’il en avait besoin. « J'ignore lequel est le mien... » Evidemment, il ne le saurait certainement que lorsqu’il aurait réussi à se transformer et ça allait prendre un certain temps mais ça restait intéressant et amusant et elle était sûre que son entreprise serait une réussite. « Tu le découvriras vite. On pourra faire des paris ? » La rouge et or avait plein d’idées différentes d’animaux qui pourraient convenir à son frère. En tout cas, la chèvre n’en faisait pas partie bien que celle qui soit arrivée derrière Perrin par hasard ait automatiquement gagné son affection avec ce geste beaucoup trop drôle. « Quelle violente, mais super mignonne petite chèvre ! Ça mange vraiment n'importe quoi ces bêtes-là ! » La rouge et or éclata de rire, consciente qu’il devait quand même avoir sacrément mal aux fesses. « Elle te mange pas, elle te drague, tu comprends vraiment rien aux femmes. » C’était méchant de le charrier dans un moment pareil mais c’était plus fort qu’elle, il falait qu’elle se foute un peu de sa gueule. « Tiens, je crois que je me suis fait une copine, t'as bien raison ! Allez viens la chèvre, on a une longue route ! » Ils avaient repris leur route, la chèvre sur leurs talons. Ce n’était pas étonnant, Perrin avait toujours été un aimant à animaux, cette chèvre ne faisait pas exception à la règle. « Elle t’aime, je vois les cœurs dans ses yeux. » La rouge et or pouffa de plus belle, beaucoup trop amusée par la situation. « Je me demande bien qui est son propriétaire. Tu crois qu'elle a un nom ? Faudrait lui en donner un si elle a l'intention de nous accompagner. Ce serait pas sympa de l'appeler chèvre. Une proposition ? » Hmm. La rouge et or se mit à réfléchir, ce qui ne servit à rien puisqu’elle prononça évidemment le premier prénom qui lui vint à l’esprit. « Cunégonde ? C’est joli, non ? » Répondit-elle finalement. « Peut-être qu’elle n’a pas de propriétaire… On pourrait la ramener à Muirenn, je suis sûre qu’elle aimerait avoir une chèvre. » Leur mère aimerait sans doute beaucoup moins mais ça, Sinéad s’en fichait bien, sa mère ne trouvait que rarement grâce à ses yeux.

Code by Fremione.



You are my everything
I can't lose you, because if I ever did, I'd have lost my best friend, my soul mate, my smile, my laugh.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7125-perrin-everything-you-want-s-a-dream-away-and-we-are-legends-every-day#160683http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7194-perrin-je-porte-l-amour-en-peinture-de-guerre#162342http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7199-perrin-je-porte-l-amour-en-peinture-de-guerre#162345http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7200-perrin-je-porte-l-amour-en-peinture-de-guerre#162347http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7201-perrin-je-porte-l-amour-en-peinture-de-guerre#162348

Arrivé(e) le : 19/11/2016
Parchemins rédigés : 950
Points : 5
Crédit : moi ^^ (Fionn Creber)
Année : cinquième année - quinze ans

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Sage & Matrim

MessageSujet: Re: " down an unknown road to embrace my fate " feat. sinéad [août 2023]   Mer 27 Sep - 15:13

Down an unknown road to embrace my fate
perrin & sinéad
A wand is the object through which a witch or wizard channels his or her magic. It is made from wood and has a magical substance at its core.

« C’est vrai que ça doit être sacrament dégueulasse… S’il y avait du caca d’animal dans ma baguette, je crois que je préférerais l’ignorer parce que franchement c’est un peu la honte… Et puis t’imagines si quelqu’un te demande de quoi est composée ta baguette ? Franchement, je crois que j’aurais envie de mentir… Et mentir c’est mal ! » Je rigolai très clairement suite au discours tenu par ma jumelle. Alors comme ça, mentir c’était mal ?! Regardez qui parle ! C’est la première à mentir pour se sortir d’un faux pas lorsqu’elle fait des conneries. Je ne dis pas que de mentir c’est bien, au contraire, elle a bien raison sur ce point, c’est juste ironique de l’entendre dire. « Même si tu disais la vérité, je crois que les gens penseraient que tu te fous de leur gueule. », dis-je simplement en m’imaginant mentalement ce dont pourrait avoir l’air la discussion. « Ma baguette est de bois de cerisier et de selle d’hyppogriffe ! » Trop pas l’air sérieux ! La personne avec qui je parlerais ferais sans doute « Euh… Pardon ? » ou elle éclaterait de rire. La dernière option était sans doute la réaction que moi j’aurais eu. Ça et une grimace de dégoût quand je me serais rendu compte que ce n’était pas une plaisanterie. « T'as raison, ej crois que je vais laisser tomber l’idée des excréments, mais par contre ça me conforte dans l’idée qu’il ne faut pas que je me repose sur mes acquis… Il y a tellement de possibilités dans le monde ! Et j’aime bien l’idée d’être créative, de confectionner des pièces uniques et le tout en restant respectueuse de notre environnement… Parce que c’est bien beau de trouver le meilleur bois possible pour confectionner une baguette mais si c’est pour tuer un pauvre arbre qui n’a rien demandé à personne, ça craint. » Je souris en écoutant Sinéad parler. Je la reconnaissais bien là, cherchant à se démarquer des autres, à être originale. Elle m’avait toujours inspiré avec son petit côté extravagant. Je savais qu’il brillait la même étincelle en moi, sauf que je n’étais pas ma sœur. Elle était encore mieux pour ça que je ne saurais jamais l’être. Moi, j’étais juste le mec un peu trop passionné, trop à l’écart et qui n’allait pas dans le lot. J’avais toujours été un peu sauvage préférant mes animaux, mes plantes et mes rêveries au contact des autres. Quand je fréquentais les autres humains, je paraissais trop tactile, trop bavard et trop envahissant. Les humains, ils étaient bien trop compliqués à chercher à mettre de la distance entre eux et tous les autres. Ils voulaient toujours des réponses ne pouvant se satisfaire de ce qu’ils avaient. Si je me sentais différent et que ça me plaisait d’être à part, c’était seulement parce que je ne me sentais pas tout à fait à ma place. Je cherchais seulement à être moi-même. C’était là la différence entre ma jumelle et moi. Sinéad, elle voulait se démarquer, ça lui plaisait de faire différent et de sortir des sentiers battus. Elle cherchait à le faire. « Tu crois qu’il y a moyen de faire une baguette avec une branche déjà tombé d’un arbre ? Je sais que les bons arbres doivent être protégés par des Botrucs et je sais plein de choses sur ces créatures, mais sur les arbres à baguette, pas grand-chose. Comment ça fonctionne exactement ? Et puis, tu les fais entrer comment à l’intérieur des baguettes les cœurs ? Toutes les baguettes que j’ai vues, elles ne semblaient pas avoir de marque comme quoi on les avait ouvertes pour l’insérer à l’intérieur. Il faut une autre baguette pour le faire ? C’est un sortilège ? Une potion peut-être ? » J’avais plein d’autres questions pour Sinéad. C’était passionnant ce truc. Je me demandais pourquoi je n’avais pas fait trop attention au sujet avant. Je comprenais pourquoi ma sœur l’aimait tant. Y avait une espèce de mystère qui planait au-dessus du sujet. Ça donnait juste envie d’en savoir toujours plus.

Tout en marchant je me mis à parler d’animagie avec ma jumelle. Je n’avais jamais vraiment abordé mon désir de développer ce don avec elle et pourtant, ça semblait tout à fait normal de le faire comme si c’était juste un autre élément de ma personne au même titre que mes cheveux roux ou ma propension à contourner le règlement de Poudlard. Sinéad avait une vision différente des choses, peut-être que ça m’aiderait à y voir plus clair dans la démarche à adopter à en parler avec elle. « Oui, mais je suppose que ton animal intérieur est forcément lié à la personne que tu es ? Tu seras un vautour que si tu as des caractéristiques du vautour. Moi je pense pas que tu en seras un. T’as lu des trucs sur le sujet ? » Je réfléchis deux secondes avant de lui répondre. Avoir les caractéristiques d’un vautour… Ça me faisait me demander quel genre d’animal avait les mêmes caractéristiques que moi ? « Nah !! Je pense pas être un vautour. Je ne me sens pas comme un grand charognard profiteur. », déclarais-je amusé par l’idée. Ça ne me correspondait juste pas. Sans doute que c’est pourquoi l’idée me semblait si ridicule. « J’ai lu pas mal de trucs sur le sujet. J’en ai un peu parlé à Allen aussi, parce que ça le passionne et que je me suis dit qu’il pourrait peut-être me venir en aide. Sauf que les informations ne sont pas faciles à trouver. En même temps, c’est une forme de magie très avancée et difficile à maîtriser, ça ne me surprend pas que ce genre de trucs ne soient pas sur les rayons de la bibliothèque. Sans doute que j’aurais eu plus de chance dans la réserve. Le soucis est que je ne me vois pas demander à un professeur la permission d’y aller… » Même que l’idée sonnait assez ridicule. Si je demandais, je devrai expliquer pourquoi je voulais m’y rendre et je craignais qu’on ne condamne mon projet avant même que je ne puisse y accéder. J’allais devoir trouver ailleurs la réponse à la question : comment je savais quel était mon animal. « Tu le découvriras vite. On pourra faire des paris ? » La question de Sinéad me fit sourire. « Allez pourquoi pas ! Ce pourrait être amusant ! Mais tu dois respecter une condition si tu te lances dans les paris sur mon animagus : pas d’argent en jeu que des trucs troooooop bons à manger ! Et je réquisitionne cinquante pourcent des gains ! »

La douleur sur mes fesses était encore vive après la morsure de la chèvre. Elle était bien mignonne, mais avait une de ces dentitions à vous empêcher de vous asseoir pendant quelques jours lorsqu’elle se décidait, comme à cet instant, de faire de vous son encas. Et puis, c’était connu, les chèvres, ça mangeait n’importe quoi ! Ma petite blague eu l’effet escompté ; faire rigoler ma jumelle. « Elle te mange pas, elle te drague, tu comprends vraiment rien aux femmes. » Ah fallait s’en douter que je n’allais pas m’en sortir sans qu’elle en profite pour me charrier. Je fis la moue, un peu boudeur. « Mais vous êtes bien trop compliquer vous les filles ! C’est mêlant à la longue. Comment on est sensé faire la différence nous ? » Pour le coup, la bourrade de Sinéad me fit penser à Tracy. Cette fille était la preuve vivant que je n’y connaissais absolument rien aux filles… « Elle t’aime, je vois les cœurs dans ses yeux. » Hein ?!? Tracy ou la chèvre ? Bon d’accord, la question est idiote parce que je n’aie jamais parlé du baiser échangé avec la serdaigle à personne, pas même ma sœur. En fait, je n’en ai même pas parlé avec Tracy ce qui aurait été une bonne idée, mais comme l’occasion ne s’y est jamais prêtée… J’évitai de répondre à Sin comme ça, mon trouble ne pouvait pas être apparent. À la place, j’annonçai que ma nouvelle copine la chèvre – qui avait décidé de nous suivre – avait besoin d’un nom. Ma jumelle fit mine de réfléchir avant de partager son choix avec moi : « Cunégonde ? C’est joli, non ? » Quoi ?!? C’était quoi ce nom ? J’éclatai de rire. « Mais d’où tu sors ça toi ? C’est vraiment… Bizarre. » J’allais dire affreux, mais je me gardai de faire ce choix pour ne pas vexer ma sœur. Elle le trouvait joli elle. « Ça lui va bien cela dit, à cette chèvre mordeuse de fesses ! », plaisantais-je. J'espérais sincèrement que le jour où elle aurait des enfants, il y aurait quelqu'un pour lui dire que ses choix de prénoms étaient affreux. Heureusement qu'elle n'avait pas d'animal de compagnie, je me demande bien quel nom elle aurait pu donner à un crapaud ou une chouette. D'ailleurs, je me questionnai sur le propriétaire de notre nouvelle amie la chèvre. « Peut-être qu’elle n’a pas de propriétaire… On pourrait la ramener à Muirenn, je suis sûre qu’elle aimerait avoir une chèvre. » Je sautillai d'excitation sur place. « Oh mais c'est tellement une merveilleuse idée ! Mimi va être tellement contente ! » Maman le sera sans doute moins celà dit. Avoir une chèvre qui mange tout à la maison... « Dit Sinéad, tu crois que Muìrenn s'en sortira à l'école moldue ? », ai-je demandé à ma jumelle d'une voix inquiète. On avait appris à peine quelques jours plus tôt que maman considérait l'y envoyer afin qu'elle reçoive une éducation. Ça m'avait grandement chamboulé parce que je n'étais pas certain de comment le prendre. Muìrenn dans un pensionnat moldu... L'idée me rendait nerveux. Et si ça tournait mal, qui allait s'occuper d'elle ?
Made by Neon Demon


Perrin O'Riordàn
make a wish ▬ down an unknown road to embrace my fate though that road may wander, it will lead me to you and a thousand years would be worth the wait it might take a lifetime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7275-sinead-p-o-riordan-notre-destin-fait-partie-de-nous-il-suffit-d-etre-assez-courageux-et-rebelle-pour-s-en-rendre-comptehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7296-sinead-p-o-riordan-chacun-est-libre-d-ecrire-sa-propre-histoirehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6353-ecrire-pour-mettre-de-l-ordre-dans-ses-obsessions-january-h-shiver#164473http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7307-sinead-p-o-riordan-la-lettre-tue-et-l-esprit-vivifie#164474http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7308-sinead-p-o-riordan-la-lettre-tue-et-l-esprit-vivifie#164475

Arrivé(e) le : 14/12/2016
Parchemins rédigés : 348
Points : 8
Crédit : Bazzart
Année : 5ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Savannah R. Caldwell

MessageSujet: Re: " down an unknown road to embrace my fate " feat. sinéad [août 2023]   Ven 6 Oct - 15:59


Perrin & Sinéad

"Down an unknown road to embrace my fate"

La rouge et or était évidemment ravie de pouvoir partager sa passion avec son jumeau et de se rendre compte qu’il avait vraiment l’air intéressé par le sujet de manière sincère. Bien sûr, il aurait pu aussi faire semblant d’avoir un intérêt pour la fabrication de baguettes, mais Sinéad le connaissait par cœur, il n’aurait pas pu la tromper bien longtemps. « Je devrais essayer de faire croire ça à quelqu’un un jour, juste pour voir sa réaction. » Son frère venait sans le vouloir de lui donner une idée de farce à mener à la rentrée suivante. Elle trouverait bien un camarade naïf susceptible de gober ses propos. Mais ce serait pour plus tard puisque pour le moment, les questions de Perrin s’accumulaient de manière impressionnante et elle se retrouvait un peu perdue. « Je ne pense pas que ça fonctionne avec une branche tombée d’un arbre parce que déjà ça ne fonctionne pas avec n’importe quel arbre mais aussi parce que les branches qui tombent sont considérées comme mortes et il faut que les propriétés de l’arbre soient conservées pour faire une bonne baguette. Mais tu as raison, les bons arbres sont très difficiles à repérer et le fait qu’ils soient protégés par des Botrucs est plutôt un bon indicateur, mais il faut aussi savoir les identifier. » Fabriquer des baguettes n’avait rien de simple et Perrin n’allait pas tarder à se rendre compte. « Je ne pourrais pas te donner le fonctionnement exact de la fabrication de baguettes parce qu’il n’y en a pas vraiment. En fait, il faut réussir à mêler le cœur et le bois ensemble avec un processus long et fastidieux. Il ne s’agit pas d’utiliser la force mais de les pousser à se rencontrer pour mêler leurs propriétés, tu vois ce que je veux dire ? C’est pour ça qu’il n’y a pas beaucoup d’artisans fabricants de baguettes, c’est vraiment difficile de devenir expert en la matière et ça demande des années de travail. » Sinéad savait que le processus serait long et compliqué mais elle avait confiance en ses capacités et elle pensait pouvoir y arriver. Elle travaillait dessus depuis déjà des années.

Faire ressortir la part d’animal qui se trouvait nécessairement en lui était une bonne idée pour Perrin, ça lui collait à la peau et elle savait déjà à peu près quel genre d’animal il serait parce qu’elle connaissait par cœur sa personnalité. Toutefois, elle devait bien reconnaitre qu’elle n’était pas ravie du tout d’apprendre qu’il en avait d’abord parlé avec Allen. Ils étaient à la fois jumeaux mais aussi les meilleurs amis du monde. Sinéad considérait son frère comme sa moitié et s’il y avait un avis important à demander, c’était d’abord celui de Perrin qu’elle cherchait à obtenir. Le fait qu’il n’ait pas agi de la même façon avec elle la dérangeait et elle n’avait pas sa langue dans sa poche. « A Allen ?! Et moi alors ? Pourquoi j’ai pas été la première au courant ? Qui d’autre le sait ? » C’était un peu vache de sa part et peut-être même de la jalousie mal placée mais comme il venait de lui faire une scène au sujet d’Alaska qui était pourtant sa meilleure amie, elle trouvait légitime de s’offusquer qu’il ait préféré se confier à un ami plutôt qu’à sa propre sœur. Mais elle voulait l’aider dans son projet, aussi finit-elle par se radoucir pour lui donner son opinion. « Pourquoi tu aurais besoin de la permission d’un professeur pour aller dans la réserve ? On peut aussi y aller sans permission. » Depuis quand son frère éprouvait-il une telle affection pour le règlement ? Il ne s’était pas montré aussi prudent lorsqu’il avait tenu tête au professeur Burgess l’année passée. En tout cas, une virée dans la réserve me tentait bien, tout comme l’idée de faire des paris. « Cinquante pour cent ?! Mais t’es malade ! Trente et c’est mon dernier mot. » Sinéad était prête à mener des négociations féroces.

Savoir négocier serait sans doute utile pour pouvoir convaincre leur mère de garder la petite chèvre pour Muirenn mais quand il s’agissait de cette relation mère-fille conflictuelle, Sinéad savait trouver les clés pour obtenir ce qu’elle voulait, elle avait de longues années d’expérience derrière elle. Peut-être que son frère avait raison finalement et que les filles étaient réellement des êtres compliqués ce qui pouvait expliquer qu’elle soit constamment en conflit avec sa mère. « Bah c’est pas trop dur, quand tu ne sais pas quelque chose, il suffit de poser la question. » Pourquoi les gens essayaient toujours d’analyser les autres sans demander quoi que ce soit ? Généralement, le plus simple à faire pour obtenir une réponse était de poser la question correspondante, ce n’était tout de même pas bien compliqué. « Peut-être qu’on devrait laisser Muirenn choisir elle-même le prénom de la chèvre si on lui offre ? Je ne suis pas sûre qu’elle aime beaucoup Cunégonde, même si c’est vraiment très joli. » Non, clairement, ce n’était pas vraiment très joli, mais c’était un prénom de chèvre alors ça n’avait pas vraiment d’importance. Sinéad aimait bien donner des prénoms un peu ridicules à des objets, des peluches ou des animaux. Même si ça pouvait paraitre bizarre, ça leur donnait une individualité propre et c’était important. La rouge et or n’avait jamais vraiment compris les gens qui n’aimaient pas leur prénom. Après tout, ça faisait partie de leur personnalité et de leur identité, en tout cas, c’était son impression à elle. En tout cas, cette chèvre tombait bien, ça leur permettrait de faire plaisir à leur petite sœur, elle en avait besoin. « Bien sûr ! Ça va lui faire du bien, je trouve que c’est une bonne idée qu’elle aille à l’école, qu’elle rencontre des personnes de son âge et qu’elle apprenne plein de choses, ça lui permettra de mieux trouver sa place. Ce sera peut-être dur au début parce qu’elle va forcément se sentir différente des autres mais je pense que ça sera important pour son équilibre et son développement. » Il fallait qu’ils réalisent une bonne fois pour toute que Muirenn n’était pas une sorcière et qu’elle ne le serait jamais, autant qu’elle trouve sa place dans le monde qui était le sien.

Code by Fremione.



You are my everything
I can't lose you, because if I ever did, I'd have lost my best friend, my soul mate, my smile, my laugh.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7125-perrin-everything-you-want-s-a-dream-away-and-we-are-legends-every-day#160683http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7194-perrin-je-porte-l-amour-en-peinture-de-guerre#162342http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7199-perrin-je-porte-l-amour-en-peinture-de-guerre#162345http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7200-perrin-je-porte-l-amour-en-peinture-de-guerre#162347http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7201-perrin-je-porte-l-amour-en-peinture-de-guerre#162348

Arrivé(e) le : 19/11/2016
Parchemins rédigés : 950
Points : 5
Crédit : moi ^^ (Fionn Creber)
Année : cinquième année - quinze ans

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Sage & Matrim

MessageSujet: Re: " down an unknown road to embrace my fate " feat. sinéad [août 2023]   Sam 28 Oct - 7:22

Down an unknown road to embrace my fate
perrin & sinéad
A wand is the object through which a witch or wizard channels his or her magic. It is made from wood and has a magical substance at its core.

« Je devrais essayer de faire croire ça à quelqu’un un jour, juste pour voir sa réaction. » L'idée de Sinéad me fit rigoler. Certes, faire croire à quelqu'un qu'on avait des défécations animales en cœur de baguette allait être assurément tordant. « Tu devras le faire devant moi! Je veux trop voir la tête du type à qui tu raconteras un truc pareil! Ce sera à mourir de rire!!! Si tu le fais, je t'offre tout ce que tu voudras! » C'était juste trop amusant de s'imaginer la scène. Ça valait la peine de donner toutes mes maigres économies à ma sœur seulement pour la voir le faire. Puis, je la connaissais assez pour savoir que si je lui faisais sentir que c'était un défi, elle ne pourrait pas résister à le faire. Enfin, c'était bien beau tout ça, mais je voulais en savoir plus sur les baguettes et leur fabrication moi. L'origine du bois et tout... « Je ne pense pas que ça fonctionne avec une branche tombée d’un arbre [...]mais il faut aussi savoir les identifier. » Et bien, dit donc, une chance que je l'avais repéré cet arbre parce qu'à l'entendre parler, y avait peu de chance qu'on en découvre un par hasard comme ils étaient très rares – enfin, c'est ce que j'avais cru en comprendre. « Heureusement pour toi que je sais comment m'occuper des Botrucs! C'est pas donné à tous le monde d'avoir eu la chance de s'entraîner à les approcher sans se faire arracher les yeux. Remercions mes ballades dans la forêt interdite pour notre carte... » Oups... J'aurais peut-être pas dû mentionner ce truc de carte que je faisais avec Tasha. J'évitais d'en parler à Sinéad de peur qu'elle ne soit jalouse de ne pas faire partie du projet. Certes, elle le savait que je le faisais parce que je lui avais déjà mentionné, même qu'elle avait demandé pour avoir un copie, mais j'avais ressentie qu'elle aimait pas beaucoup être mise de côté. J'évitais donc de tourner le fer dans la plaie. « Ils sont super mignons quand ils se laissent approcher! Avec leurs grands yeux et tout. » J'avais continué de parlé en tentant de ne pas laisser paraître ma minuscule bourde. J'espérais que ma jumelle n'aurait rien remarqué. L'espoir était mince cela dit... « Je ne pourrais pas te donner le fonctionnement exact de la fabrication de baguettes [...] ça demande des années de travail. » C'est bien ce que je croyais. Il n'y avait pas que trouver le bon bois qui était essentiellement difficile, fabriquer la baguette était en soit un défi. « Je vois... C'est bien compliqué tout ça! Autant commencé maintenant alors. S'il te faut des années pour bien y arriver, pas de temps à perdre! » Bonjour le positivisme!


« A Allen ?! Et moi alors ? Pourquoi j’ai pas été la première au courant ? Qui d’autre le sait ? » Wouah! J'aurais dû me douter qu'elle allait réagir de la sorte. Sinéad qui aimait être la première dans ma vie. Enfin, je ne l'avais pas trahis parce que je n'avais encore rien fait en dehors de quelques recherches ennuyantes à la bibliothèques. Des recherches qui n'auraient pas données grand chose sans l'aider d'Allen pour me guider un petit peu. « Personne d'autre ne sait que ça m'intéresse. Y a qu'Allen et toi! Et puis, je lui ai demandé de l'aide pour faire des recherches pour commencé parce que je savais qu'il en connaissait déjà pas mal sur le sujet comme il est passionné de métamorphose. J'ai encore rien fait de très concret. Même les informations sont au minimum pour l'instant. De toute manière, j'avais pas besoin de t'en parler pour savoir que tu serais partante à deux cent pour cent pour m'aider! » J'espérais qu'elle ne m'en veuille pas trop de ne pas lui en avoir parlé en premier. C'était pas contre elle ou quoi que ce soit hein, c'était juste arrivé comme ça. Et puis, c'était pas comme si j'avais tout fait dans son dos. Le projet, il était à peine entamé. D'ailleurs, les recherches, elles devraient se faire de manière ou d'une autre. Je comptais obtenir l'autorisation d'un professeur pour avoir accès à la réserve, question de faire selon la forme pour une fois. « Pourquoi tu aurais besoin de la permission d’un professeur pour aller dans la réserve ? On peut aussi y aller sans permission. » Je souris à Sinéad avant de lui répondre : « Certain qu'on peut y aller sans autorisation, mais disons qu'avec cette insigne de préfet, je préfère tenter la manière « traditionnelle » en premier. À condition, bien entendu, que notre petit voyage sur le chemin de traverse ne me permette pas de tout trouver avant. Je me doute que je risque d'avoir plus d'informations dans un bouquin trouvé dans une librairie plutôt que dans la bibliothèque de Poudlard. C'est de la magie salement avancée qu'on est pas sensé être en mesure de maîtrisé. J'ai entendu dire qu'une fille de notre maison y était arrivée, une cinquième année.... Non sixième! Anoushka ou un truc comme ça. Tu l'as connais? » Peut-être que Sinéad pourrait nous présenter. Je pourrais poser des questions à cette Anoushka. Elle pourrait me guider. En même temps, c'est la seule de notre âge que je connaisse – connaître est un bien grand mot – qui soit arrivé à maîtriser l'animagie. J'ai beaucoup à apprendre d'elle à ne pas en douter. En attendant de savoir ce que l'avenir dans le domaine me réservait, on pourrait toujours faire des paris sur l'animal en quoi je me transformerais. Évidemment, pas d'argent en jeu. Ce serait plus drôle – et meilleur – de jouer sur de la nourriture. « Cinquante pour cent ?! Mais t’es malade ! Trente et c’est mon dernier mot. » Je fis une moue de dédain. « Ah ça non pas question! Je vais quand même faire tous le boulot et toi tu auras soixante-dix pourcent de la bonne bouffe?! Oublie ça! Tu peux en avoir cinquant-cinq poucent et pas plus! » En fait, je m'en fichais pas mal. C'était juste bien drôle de négocier avec ma jumelle!

On avançait décidément pas rapidement, et ce ne fut rien comparé au moment où il y eu une intrusion animal dans notre balade. Cette petite chèvre qui, selon ma sœur, m'aimait d'un grand amour. Et moi qui croyait qu'elle voulait faire de moi son déjeuner... C'était bien une fille pour que je n'y comprenne rien! Le commentaire sembla décourager un peu Sinéad. « Bah c’est pas trop dur, quand tu ne sais pas quelque chose, il suffit de poser la question. » Aussi simplement? Je doutais que ce puisse être aussi facile avec tout le monde. Peut-être que Sinéad le prendrait bien, mais je n'étais pas certain que ce soit le cas de toute les filles. « C'est noté alors! Dès que j'ai une question, je te la pose. » Ma soeur serait donc ma référence féminine.

« Peut-être qu’on devrait laisser Muirenn choisir elle-même le prénom de la chèvre si on lui offre ? Je ne suis pas sûre qu’elle aime beaucoup Cunégonde, même si c’est vraiment très joli. » C'était une idée, sauf qu'elle ne me plaisait pas. Je n'allais pas appeler notre nouvelle amie « chèvre » toute la journée. Il lui fallait un nom et comme elle ne pouvait pas nous le dire par elle-même, c'était à nous d'en choisir un. « Ah la pauvre petite bête! Tu n'as pas l'intention de l'appeler chèvre toute la journée quand même?! Non, il lui faut un nom. Muìrenn fera bien avec celui qu'on lui donnera, elle n'est pas bien difficile. Cunégonde ce sera! » Je le trouvais pas super jolie ce nom, mais au moins, il était amusant. Espérons seulement que Muìrenn serait plus de l'avis de ma jumelle que du mien... Oh et que Sinéad ne donnerait pas un nom aussi bizarre à son animal de compagnie... La conversation tourna vers la nouvelle comme quoi maman pensait envoyer notre petite sœur dans une école moldue. L'idée ne me plaisait pas beaucoup. J'avais peur pour ma petite sœur. Les moldus quoi... Après tout ce qu'on nous avait dit sur eux étant gamin, comment ils brûlaient les sorciers et tout... Je savais que c'était de vieilles histoires qui étaient sensés nous faire peur, que ce n'était plus d'actualité, mais j'avais peur qu'elle ne tombe sur des gens y croyant encore. J'avais besoin de l'avis de ma moitié sur le sujet. Simple question de m'aider à me faire une meilleure idée. « Bien sûr ! Ça va lui faire du bien, je trouve que c’est une bonne idée qu’elle aille à l’école, qu’elle rencontre des personnes de son âge et qu’elle apprenne plein de choses, ça lui permettra de mieux trouver sa place. Ce sera peut-être dur au début parce qu’elle va forcément se sentir différente des autres mais je pense que ça sera important pour son équilibre et son développement. »  L'opinion de Sinéad comptait beaucoup pour moi. Elle avait un raisonnement sensé sur la question, mais pas suffisant pour anéantir toute mes craintes. « Peut-être... Enfin, ce sera à elle de choisir. », admis-je sur un ton un peu incertain. Après tout, c'était sa vie. Même si je m'inquiétais comme un cochon, je n'avais pas le dernier mot sur la question. « Allez! Moins de bavardage et plus de marche! À ce rythme, on va passer la nuit dehors. Pas que ça ne me dérange, mais je doute que ça plaise grandement à maman... » Je fis un sourire complice à Sinéad tout en passant mon bras sous le sien pour marcher côte à côte.
Made by Neon Demon


Perrin O'Riordàn
make a wish ▬ down an unknown road to embrace my fate though that road may wander, it will lead me to you and a thousand years would be worth the wait it might take a lifetime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7275-sinead-p-o-riordan-notre-destin-fait-partie-de-nous-il-suffit-d-etre-assez-courageux-et-rebelle-pour-s-en-rendre-comptehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7296-sinead-p-o-riordan-chacun-est-libre-d-ecrire-sa-propre-histoirehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6353-ecrire-pour-mettre-de-l-ordre-dans-ses-obsessions-january-h-shiver#164473http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7307-sinead-p-o-riordan-la-lettre-tue-et-l-esprit-vivifie#164474http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7308-sinead-p-o-riordan-la-lettre-tue-et-l-esprit-vivifie#164475

Arrivé(e) le : 14/12/2016
Parchemins rédigés : 348
Points : 8
Crédit : Bazzart
Année : 5ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Savannah R. Caldwell

MessageSujet: Re: " down an unknown road to embrace my fate " feat. sinéad [août 2023]   Sam 4 Nov - 22:08


Perrin & Sinéad

"Down an unknown road to embrace my fate"

Au moins, Perrin avait l’air de trouver son idée drôle, à défaut de la trouver intéressante. Dommage, l’idée aurait pu être applicable si elle plaisait au plus grand nombre et elle avait le mérite d’être parfaitement écologique, mais devant le scepticisme de son jumeau, cet amoureux de la nature, elle doutait fortement de réussir à convaincre du monde d’adhérer à son projet. « Tu devras le faire devant moi ! Je veux trop voir la tête du type à qui tu raconteras un truc pareil ! Ce sera à mourir de rire !!! Si tu le fais, je t'offre tout ce que tu voudras ! » Tout ce qu’elle voulait ? Vraiment ? Cette fin de phrase piqua sa curiosité et elle se mit évidemment à réfléchir à ce qu’elle voulait réellement. Il y avait plein de choses qui la tentaient et si son frère pouvait les lui apporter sur un plateau d’argent juste pour le plaisir de la voir faire une blague à un camarade, alors ça en valait la peine. « Tout ce que je veux ? Vraiment ? » Demanda-t-elle, particulièrement intéressée par sa proposition. « Même si ce que je veux c’est que tu arrêtes de me prendre constamment la tête avec Alaska et que tu l’acceptes un peu ? » Elle cherchait clairement la petite bête mais c’était le cadet de ses soucis, elle voulait que la Serdaigle trouve une place dans leur famille parce qu’elle était si spéciale à ses yeux. Perrin ne comprenait pas les liens qui les unissait mais il allait devoir faire un petit effort. « Heureusement pour toi que je sais comment m'occuper des Botrucs! C'est pas donné à tout le monde d'avoir eu la chance de s'entraîner à les approcher sans se faire arracher les yeux. Remercions mes balades dans la forêt interdite pour notre carte... Ils sont super mignons quand ils se laissent approcher! Avec leurs grands yeux et tout. » La jeune fille hocha la tête, ravie de pouvoir compter sur les compétences de son frère pour trouver des arbres pertinents pour confectionner des baguettes. Bien sûr, ce n’était qu’une petite étape minuscule de la confection, mais elle était primordiale. « J’ai commencé à apprendre l’été dernier, mais je crois que je ne suis pas assez patiente et discrète pour le moment, il va me falloir encore un peu de travail. » Avoua-t-elle à son frère. Son grand-père lui apprenait tous les étés de nouvelles choses qui lui seraient utiles à l’avenir et elle lui en était infiniment reconnaissante. Bien sûr, il lui restait encore des tonnes de choses à apprendre mais elle avait déjà les bases dans un certain nombre de domaines liés à la fabrication de baguettes. « Je vois... C'est bien compliqué tout ça ! Autant commencer maintenant alors. S'il te faut des années pour bien y arriver, pas de temps à perdre ! » Des années... Rien que d’y penser, ça la déprimait un peu, d’autant plus que même si elle obtenait grâce à sa scolarité à Poudlard de nombreuses compétences théoriques dans des domaines divers et variés, elle avait surtout l’impression que ces années d’études ralentissaient son apprentissage sur le terrain et ça lui plaisait de moins en moins. Elle avait envie d’exercer son futur métier sans plus tarder. « Je crois que je vais commencer à contacter des artisans pour devenir leur apperntie dès que nous aurons terminé Poudlard... J’aime beaucoup être à l’école, mais la plupart des choses que l’on apprend ne me serviront pas pour la confection de baguettes et j’ai envie de m’y consacrer entièrement. Je ne sais même pas si ça vaut le coup que je continue après mes BUSE. » Elle y réfléchissait depuis un moment maintenant et suivre son rêve plutôt que de sacrifier deux années supplémentaires lui semblait être la meilleure solution.

« Personne d'autre ne sait que ça m'intéresse. Y a qu'Allen et toi ! Et puis, je lui ai demandé de l'aide pour faire des recherches pour commencer parce que je savais qu'il en connaissait déjà pas mal sur le sujet comme il est passionné de métamorphose. J'ai encore rien fait de très concret. Même les informations sont au minimum pour l'instant. De toute manière, j'avais pas besoin de t'en parler pour savoir que tu serais partante à deux cent pour cent pour m'aider! » Bien sûr, il pouvait évidemment compter sur elle, mais ce n’était pas parce qu’il connaissait d’avance son opinion et sa réaction qu’il pouvait se dispenser d’aller lui annoncer la nouvelle, surtout pour, à la place, aller en parler à un garçon dont il n’était même pas spécialement proche à la base. Franchement, son attitude la dépassait un peu. Il lui cachait des moments importants de sa vie et ça ne plaisait pas du tout à la rouge et or. « Même pour les recherches, j’aurais pu t’aider, je sais lire, tu sais ? » Sinéad faisait un caprice d’enfant de huit ans mais, pour elle, ce caprice était entièrement justifiée parce que son frère aurait évidemment dû lui dire qu’il comptait devenir animagus et ce, avant d’en informer qui que ce soit, même si elle n’avait évidemment rien contre Allen. « Certain qu'on peut y aller sans autorisation, mais disons qu'avec cette insigne de préfet, je préfère tenter la manière « traditionnelle » en premier. À condition, bien entendu, que notre petit voyage sur le chemin de traverse ne me permette pas de tout trouver avant. Je me doute que je risque d'avoir plus d'informations dans un bouquin trouvé dans une librairie plutôt que dans la bibliothèque de Poudlard. C'est de la magie salement avancée qu'on est pas censé être en mesure de maîtriser. J'ai entendu dire qu'une fille de notre maison y était arrivée, une cinquième année.... Non sixième! Anoushka ou un truc comme ça. Tu la connais? » La rouge et or ouvrit de grands yeux étonnés en entendant parler de la fabuleuse et brillante Anoushka. Dire qu’elle la connaissait était un bien grand mot mais elle avait déjà eu l’occasion de lui adresser la parole, c’était un bon début. « La manière non traditionnelle est quand même bien plus drôle. » Lui fit-elle remarquer, toujours en quête de bêtises en tous genres et d’un peu d’adrénaline. « Je la connais un peu Anoushka, c’est une fille trop, trop, trop, trop géniale ! Tu voudras que j’essaie de lui demander ? Je savais pas du tout qu’elle était animagus. » Sinéad était surprise d’avoir réussi à louper une information aussi capitale concernant une fille qu’elle adorait et observait depuis de longues années maintenant. Il fallait croire qu’elle était plutôt discrète. Elle espérait vraiment que Perrin l’autoriserait à aller lui en parler, elle voulait vraiment savoir plein de choses à ce sujet. « Ah ça non pas question ! Je vais quand même faire tous le boulot et toi tu auras soixante-dix pourcent de la bonne bouffe ?! Oublie ça! Tu peux en avoir cinquante-cinq pour cent et pas plus! » La rouge et or tenta de lui sortir le grand-jeu en affichant un air implorant des plus convaincants. Après tout, si elle ne pouvait pas essayer de prendre son jumeau par les sentiments, elle n’y arriverait avec personne d’autre. « Soixante ? » Demanda-t-elle sur un ton presque implorant. Il allait capituler, c’était une certitude.

Poser une question à Sinéad sous prétexte que son frère ne comprenait pas les filles n’était sûrement pas l’idée du siècle. La rouge et or n’avait clairement pas la prétention d’être une vraie fille, bien au contraire, elle savait qu’elle avait plutôt l’attitude d’un garçon manqué et elle le vivait particulièrement bien. « C'est noté alors! Dès que j'ai une question, je te la pose. » La jeune fille hocha la tête, consciente qu’elle prenait une responsabilité qu’elle n’était pas du tout prête à assumer et surtout qu’elle n’était pas vraiment capable d’assumer. Mais au pire, elle pourrait toujours aller poser les questions de son frère à ses camarades de dortoir. Elle était sûre qu’une fille comme Alaska pourrait parfaitement répondre à toutes les questions qu’il se poserait. Bien sûr, elle ne pouvait pas directement orienter le Poufsouffle vers sa meilleure amie parce qu’elle savait pertinemment qu’elle était sûrement la dernière personne avec laquelle il avait envie de discuter mais faire la navette entre les deux ne la dérangeait pas plus que ça. « Ah la pauvre petite bête! Tu n'as pas l'intention de l'appeler chèvre toute la journée quand même?! Non, il lui faut un nom. Muìrenn fera bien avec celui qu'on lui donnera, elle n'est pas bien difficile. Cunégonde ce sera! » A son humble avis, la chèvre se fichait complètement de son prénom, elle pouvait parfaitement s’appeler chèvre jusqu’à ce que leur sœur la récupère mais si Perrin jugeait que c’était presque criminel de la laisser sans identité alors elle n’allait pas le contrarier, et si Muirenn voulait changer le prénom de la chèvre, elle pourrait toujours le faire, Sinéad n’y verrait pas d’inconvénient vu le truc pourri qu’elle avait choisi en guise de prénom. La rouge et or avait bien conscience d’avoir des goûts un peu spéciaux et elle ne voulait les imposer à personne. « Comme tu veux, mais si Muirenn râle ce sera entièrement de ta faute, j’espère que tu es prêt à prendre cette responsabilité. » Certes, c’était elle qui avait choisi le prénom, mais c’était avant qu’ils aient l’idée d’offrir la chèvre en cadeau à leur cadette, maintenant que c’était en projet, elle n’avait pas envie de faire quelque chose qui pourrait déplaire à la petite fille. « Peut-être... Enfin, ce sera à elle de choisir. » Perrin n’avait clairement pas l’air convaincu par tout ça et Sinéad avait réellement du mal à comprendre pourquoi. Leur sœur ne pourrait jamais étudier la magie, alors qu’elle fasse ses propres choix et construise une vie rien qu’à elle, loin de la magie, ne choquait pas forcément la rouge et or. Bien sûr, il était toujours frustrant de réaliser qu’elles n’allaient sans doute pas partager autant de choses que si la fillette était entrée à Poudlard mais elle devait accepter que les choses soient différentes au lieu d’essayer de retenir Muirenn pour qu’elle continue à passer des années entière à attendre qu’ils rentrent tous de l’école, ce n’était pas normal de ne pas la laisser faire ses propres expériences. « Pourquoi ça te dérange autant ? » Voilà une question qu’elle se posait réellement, Perrin avait l’air d’accepter vraiment très mal la nouvelle mais il n’avait pas non plus justifié ses doutes donc elle était un peu perdue. Elle pouvait évidemment comprendre qu’il appréhende mais ils devaient être forts pour Muirenn et l’accompagner dans cette nouvelle étape de vie qu’elle devrait affronter seule. « Allez! Moins de bavardage et plus de marche! À ce rythme, on va passer la nuit dehors. Pas que ça ne me dérange, mais je doute que ça plaise grandement à maman... » Effectivement, l’arbre ne risquait pas d’apparaitre d’un seul coup, il fallait marcher pour le trouver. La jeune fille emboita le pas de son frère. La marche reprenait.

Code by Fremione.



You are my everything
I can't lose you, because if I ever did, I'd have lost my best friend, my soul mate, my smile, my laugh.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7125-perrin-everything-you-want-s-a-dream-away-and-we-are-legends-every-day#160683http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7194-perrin-je-porte-l-amour-en-peinture-de-guerre#162342http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7199-perrin-je-porte-l-amour-en-peinture-de-guerre#162345http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7200-perrin-je-porte-l-amour-en-peinture-de-guerre#162347http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7201-perrin-je-porte-l-amour-en-peinture-de-guerre#162348

Arrivé(e) le : 19/11/2016
Parchemins rédigés : 950
Points : 5
Crédit : moi ^^ (Fionn Creber)
Année : cinquième année - quinze ans

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Sage & Matrim

MessageSujet: Re: " down an unknown road to embrace my fate " feat. sinéad [août 2023]   Mar 21 Nov - 7:46


down an unknow road
to embrace my fate
perrin & sinéad

A wand is the object through which a witch or wizard channels his or her magic. It is made from wood and has a magical substance at its core.
« Tout ce que je veux ? Vraiment ? Même si ce que je veux c’est que tu arrêtes de me prendre constamment la tête avec Alaska et que tu l’acceptes un peu ? » ,lâcha Sinéad lorsque je déballai que si elle racontait à quelqu’un qu’elle avait des fientes en coeur de baguette, je ferais tout ce qu’elle voulait. Sauf que dans tout, ça n’incluait pas cette option… « Tu me lâches avec cette fille !? Je ne l’aime pas ça finit là. » ,répliquais-je maintenant redevenu bougon. Pourquoi est-ce que je devais me forcer à ce point à aimer son amie ? Je ne l’avais jamais obligé à aimé les miens ni même embêté avec ça. Je ne lui impôsais pas les gens qu’elle ne pouvait supporter alors pourquoi tenait-elle tant à le faire avec moi ? C’était lourd à la fin…

La conversation se tourna vers les botrucs dans les arbres à baguettes ce qui me plu largement plus que de recommencer à parler de miss serdaigle parfaite. Les petites créatures suffisaient à leur seule pensée à me faire retrouver le sourire. C’était agréable. D’autant plus que je me sentais avoir une utilité dans le projet de ma soeur et pour moi, ça comptait énormément. « J’ai commencé à apprendre l’été dernier, mais je crois que je ne suis pas assez patiente et discrète pour le moment, il va me falloir encore un peu de travail. » Je lui souris. Elle avait toujours été plus active, moins patiente que moi. C’était un trait qui nous différenciait l’un de l’autre parmi tous ceux qui nous rendaient semblables. Ce n’était pas mauvais, bien au contraire puisque ça nous permettait de nous compléter l’un l’autre. « Je t’aiderai à te pratiquer alors ! Comme ça, tu deviendras une experte, même meilleure que moi, et plus jamais ces jolies petites créatures que sont les Botrucs ne t’embêteront. » , lui dis-je tout sourire avant de commencer à la questionner sur la confection de baguettes et la manière de s’y prendre. Ce qu’elle m’expliquait me semblait complexe, largement à l’ouest de mes plantes, mes bestioles et mes étoiles tant adorées. C’était intéressant, mais sans doute pas pour moi. Par contre, Sinéad, elle, serait entièrement à sa place ! « Je crois que je vais commencer à contacter des artisans pour devenir leur apperntie dès que nous aurons terminé Poudlard... J’aime beaucoup être à l’école, mais la plupart des choses que l’on apprend ne me serviront pas pour la confection de baguettes et j’ai envie de m’y consacrer entièrement. Je ne sais même pas si ça vaut le coup que je continue après mes BUSE. » Je restai interdit par ses derniers mots. Elle comptait arrêter Poudlard après cette année ? Elle voulait mettre un frein sur ses études magiques dans dix mois ! L’annonce me surprit, bien que ça n’aurait pas dû être le cas comme je connaissais bien ma soeur. Je savais qu’elle préférait largement l’action à l’idée d’être assise sur un banc à longueur de journées. « Tu crois vraiment que c’est la chose à faire ? Quitter Poudlard à la fin de tes BUSE ? » La question était sans doute idiote puisqu’elle venait de dire qu’elle voulait le faire pour se consacrer entièrement à la fabrication de baguettes, mais ça me semblait tellement irréaliste d’imaginer que nous serions séparés dans moins d’un an. Après Phen, j’allais perdre Sinéad aussi… « Tu pourrais peut-être faire un stage intensif pendant les vacances et continuer tes études à Poudlard en même temps. Je doute que maman te laisse arrêter avant les ASPIC. Peut-être que tu as besoin de travailler aussi sur certains domaines magiques pour les baguettes aussi. Comme les sortilèges, la botanique et la métamorphose. Je sais pas trop, faudrait demander à un artisan. » Je n’allais quand même pas admettre que je cherchais des excuses pour la garder le plus longtemps possible près de moi. C’était déjà assez égoïste de le faire, alors l’admettre à voix haute…

« Même pour les recherches, j’aurais pu t’aider, je sais lire, tu sais ? » Certes, annoncé à Sinéad que j’avais consulté Allen pour avoir son aide avant le sien ne lui avait que très peu plus, mais de là à faire un caprice… La meilleure chose à faire était de laisser tomber, sans quoi, on s’en sortirait jamais et en parlerons encore lorsque nous prendrons le train ! « Oui, je sais. » ,répondis-je simplement pressé de passer à autre chose. J’abordai la question de la possibilité de demander une autorisation pour consulter la réserve. Évidemment, ma soeur préférait la méthode interdite : s’y infiltrer sans permission. « La manière non traditionnelle est quand même bien plus drôle. » Sa remarque me fit sourire. C’était évidemment bien plus amusant que d’aller lécher les bottes d’un professeur pour avoir accès à la réserve. Sauf qu’on m’avait donné un truc qui me liait un peu les poignets… « Évidemment que c’est mieux, mais on m’a donné cette stupide insigne de préfet dont tu es tellement fière. Je préfère essayer de faire les choses comme il faut avant de faire des bêtises cette fois. On pourra pas dire que je donne pas le bon exemple, même si ça, ils le savaient avant de me donner une insigne qui ne me convient pas… » Voilà. J’avais tout dit. Maintenant, on pouvait parler de cette fille qui me donnait tant espoir d’y arriver à devenir animagus ? Cette fille de gryffondor d’un an mon ainée qui avait réussi ? « Je la connais un peu Anoushka, c’est une fille trop, trop, trop, trop géniale ! Tu voudras que j’essaie de lui demander ? Je savais pas du tout qu’elle était animagus. » Ah trop bien si Sinéad la connaissait. Elle pourrait nous présenter ! « Je préfère lui poser mes questions moi-même. J’en ai plusieurs… Mais on peut aller la voir tous les deux ? » ,commençais-je concluant ma phrase par un petit rire. « C’est Allen qui m’a dit qu’elle tentait de le devenir. Selon la rumeur, elle y est même arrivé. Il me tarde de lui poser plus de question. J’espère qu’elle est aussi géniale que tu ne le laisse entendre. » Ma soeur avait sans doute un peu trop abusé sur le terme “génial” en décrivant la fille, mais rien à faire. Si elle faisant tant impression à Sinéad, elle ne devait pas être complètement nulle. Enfin, en espérant que ce ne soit pas une Alaska bis… « Soixante ? » ,demanda-t-elle sur un ton implorant. « Bon d’accord… » ,capitulais-je. Pourquoi je me faisais toujours avoir par Sinéad ? Même dans des trucs aussi banal que de parier de la bouffe sur l’apparence de mon animagus, fallait que je la laisse gagner. Je l’aimais beaucoup trop !

Nous continuâmes à avancer désormais accompagnés par une jolie petite chèvre qui, selon l’avis de Sinéad ne voulait pas me manger mais être mon amoureuse. « Comme tu veux, mais si Muirenn râle ce sera entièrement de ta faute, j’espère que tu es prêt à prendre cette responsabilité. » ,détermina Sinéad. Nous avions stipulé de ramener notre amie Cunégone à notre petite soeur en rentrant. Comme elle avait désormais un nom affreux et que je refusais à l’appeler chèvre toute la journée. Pauvre bête ! « Pas de soucis. Je m’arrangerai avec Muirenn si elle se plaint ! » lachais-je pas du tout effrayé. Je caressai la petite chèvre tout en me remettant en marcher. Parler de ma petite soeur avait remonté à mon esprit l’idée qu’avait eu maman de l’envoyer dans une école moldue. Une idée qui ne me plaisait pas beaucoup… « Pourquoi ça te dérange autant ? » La question de ma soeur me surprit quelque peu. Ne savait-il pas ce que je pensais des moldus ? Je haussai les épaules avant de me mettre à parler. « Je sais pas Sin’. Je crois que les histoires qu’on nous racontait sur les moldus dangereux étant enfants n’ont jamais vraiment quitté mon esprit. Et puis, j’ai peur pour elle. Je sais qu’elle n’est pas sorcière, mais si ça venait aux oreilles des moldus qu’elle vient d’une famille de sorciers ? Et s’ils ne font pas la différence comme Blackman ne faisait pas la différence entre un moldu et un né-moldu ? Et si elle tombait sur des gens mal intentionnés qui cherche à lui faire du mal comme le père de Torìn ? » Ma voix était emplie d’inquiétude. L’histoire du père de mon frère nous était venue parce qu’on avait écouté aux portes, on était pas sensé savoir. Apprendre qu’il avait tenté de tuer maman et To’ parce qu’il avait peur de la magie était troublant et, sans le vouloir, renforçait ma crainte envers les moldus. Une crainte qui, visiblement, n’était pas vraiment partagée…

Nous continuâmes à marcher et discuter pendant quelques heures. Le soleil monta très haut au-dessus de nos têtes avant de se mettre à redescendre vers l’est. Il devait être vers la fin de l’après-midi lorsque nous arrivâmes devant un immense arbre. Il nous avait fallu travers champ, boisés, collines et même un ruisseau pour y arriver. Mais il se tenait bien là, devant nous, le chêne aux Botrucs. « Tadam ! Qu’est-ce que tu en penses ? » , dis-je en écartant les bras comme pour monter quelque chose de fabuleux, fantastique, trop méga cool - ce qui était vraiment le cas en vrai.


(c) DΛNDELION


Perrin O'Riordàn
make a wish ▬ down an unknown road to embrace my fate though that road may wander, it will lead me to you and a thousand years would be worth the wait it might take a lifetime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7275-sinead-p-o-riordan-notre-destin-fait-partie-de-nous-il-suffit-d-etre-assez-courageux-et-rebelle-pour-s-en-rendre-comptehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7296-sinead-p-o-riordan-chacun-est-libre-d-ecrire-sa-propre-histoirehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6353-ecrire-pour-mettre-de-l-ordre-dans-ses-obsessions-january-h-shiver#164473http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7307-sinead-p-o-riordan-la-lettre-tue-et-l-esprit-vivifie#164474http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7308-sinead-p-o-riordan-la-lettre-tue-et-l-esprit-vivifie#164475

Arrivé(e) le : 14/12/2016
Parchemins rédigés : 348
Points : 8
Crédit : Bazzart
Année : 5ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Savannah R. Caldwell

MessageSujet: Re: " down an unknown road to embrace my fate " feat. sinéad [août 2023]   Mer 6 Déc - 21:58


Perrin & Sinéad

"Down an unknown road to embrace my fate"

Elle savait très bien où elle mettait les pieds en imposant de nouveau le sujet « Alaska » dans la conversation mais pour la rouge et or, l’abcès n’était pas encore crevé et elle avait vraiment besoin de parler à son frère de sa jalousie maladive envers sa meilleure amie. Elle virait carrément à l’obsession et ça ne lui plaisait pas du tout, Alaska méritait beaucoup mieux que ça. S’il ouvrait un peu les yeux, il se rendrait compte qu’elle était tout simplement la fille la plus formidable de l’univers. Mais Perrin ne semblait pas disposé à faire le moindre effort, il était butté sur une opinion qu’il ne souhaitait pas changer et elle allait apparemment devoir faire avec. « Tu me lâches avec cette fille !? Je ne l’aime pas ça finit là. » Non, cette histoire était loin d’être terminée et ce n’était pas à lui de décider s’il fallait clore ou non ce sujet. Sa haine envers sa meilleure amie impactait énormément Sinéad et elle ne pouvait pas le laisser faire une chose pareille. « Non, je ne te lâche pas ! Tu la détestes alors que tu n’as aucune raison de la détester et tu ne te rends pas compte que ça me fait beaucoup de mal. T’aurais réagi comme, hein, si j’avais détesté Tasha ? Ou Phen ? Ça t’aurait fait plaisir ? Ça ne t’aurait pas blessé ? Bah c’est exactement pareil ! » Voilà qu’elle s’énervait un peu maintenant, essayant tant bien que mal de lui faire comprendre ce qu’elle pouvait bien ressentir dans une telle situation. Perrin mettait beaucoup de mauvaise volonté dans toute cette histoire et elle aurait réellement aimé qu’il fasse quelques efforts pour au moins l’apprécier un minimum. Elle ne lui demandait évidemment pas de devenir sa meilleure amie, mais quand même, il n’était pas obligé d’exprimer toute la haine qu’il avait pour la jeune femme.

L’avenir était un peu flou pour la rouge et or qui avait évidemment toujours envie de se lancer dans la confection de baguette mais ne savait pas vraiment comment elle devait s’y prendre. Tout devait encore être construit et pour le moment elle examinait simplement les options qui se présentaient à elle. Cette année serait décisive, elle en avait bien conscience. « Je t’aiderai à te pratiquer alors ! Comme ça, tu deviendras une experte, même meilleure que moi, et plus jamais ces jolies petites créatures que sont les Botrucs ne t’embêteront. » L’idée lui plaisait vraiment et elle hocha la tête en souriant. On ne s’améliorait qu’en pratiquant de toute façon, c’était ce qu’on lui avait toujours dit, raison pour laquelle elle avait du mal avec toutes ces années de théorie. « Je suis sûre que je deviendrais meilleure que toi, ouais ! » Le charria-t-elle gentiment. Elle savait que Perrin savait faire davantage preuve de patience qu’elle-même mais elle était sûre qu’avec un peu de bonne volonté et de la pratique, elle ferait des merveilles, mais de là à égaler son jumeau, il ne fallait pas exagérer. « Tu crois vraiment que c’est la chose à faire ? Quitter Poudlard à la fin de tes BUSE ? » Sinéad haussa les épaules. A dire vrai, elle n’en savait trop rien, c’était juste une option rien de plus, mais elle l’envisageait très sérieusement. « Peut-être. » Elle ne pouvait rien lui dire de plus parce qu’elle-même n’avait pas la réponse à cette question et c’était assez frustrant d’ailleurs, savoir ce que lui réservait l’avenir aurait été tellement plus simple. « Tu pourrais peut-être faire un stage intensif pendant les vacances et continuer tes études à Poudlard en même temps. Je doute que maman te laisse arrêter avant les ASPIC. Peut-être que tu as besoin de travailler aussi sur certains domaines magiques pour les baguettes aussi. Comme les sortilèges, la botanique et la métamorphose. Je sais pas trop, faudrait demander à un artisan. » Demander à un artisan était bien ce qu’elle comptait faire, oui, seul un professionnel pourrait l’orienter sur la bonne voie et lui dire si ces deux années supplémentaires d’études étaient indispensables ou si elle pouvait s’en passer. « Je crois que je ne prendrais pas trop en compte l’avis de maman, ce n’est pas en fonction d’elle que je dois décider de mon avenir. » En plus, en s’émancipant, peut-être pourrait-elle se mettre définitivement à la recherche de son père. Elle avait besoin de savoir ce qu’il était devenu pendant tout ce temps.

« Oui, je sais. » Il fallait qu’elle arrête de s’agacer contre lui parce qu’il allait vraiment finir par s’énerver. En plus, en définitive, elle était contente qu’il lui en parle et qu’il veuille son aide pour les prochaines étapes alors elle finit par laisser tomber sa rancœur pour se concentrer davantage sur le côté positif de la chose, à savoir les projets à venir et les lectures à faire. « Évidemment que c’est mieux, mais on m’a donné cette stupide insigne de préfet dont tu es tellement fière. Je préfère essayer de faire les choses comme il faut avant de faire des bêtises cette fois. On pourra pas dire que je donne pas le bon exemple, même si ça, ils le savaient avant de me donner une insigne qui ne me convient pas… » Bien sûr qu’elle était fière de son insigne de préfet mais il était vrai qu’en termes de bêtises, ce dernier risquait d’être plutôt handicapant... Ou alors de représenter un véritable avantage, ça dépendait la manière dont il était utilisé. « Bien sûr que tu vas être un super préfet, le meilleur même ! Et contrairement à moi, tu auras le droit de te balader dans les couloirs la nuit, imagine toutes les possibilités qui vont s’offrir à toi ! C’est dingue, non ?! Je suis sûre qu’on pourra faire des bêtises encore plus folles que les années d’avant. » En tout cas, la rouge et or l’espérait très fortement parce qu’elle ne pouvait pas concevoir une année scolaire entière sans s’amuser un peu au détriment du corps enseignant. Tant qu’elle ne se montrait pas trop insolente et qu’elle payait pour ses fautes si elle se faisait prendre, ça n’avait pas grande importance. « Je préfère lui poser mes questions moi-même. J’en ai plusieurs… Mais on peut aller la voir tous les deux ? C’est Allen qui m’a dit qu’elle tentait de le devenir. Selon la rumeur, elle y est même arrivée. Il me tarde de lui poser plus de question. J’espère qu’elle est aussi géniale que tu ne le laisse entendre. » La rouge et or hocha la tête, elle pourrait toujours demander son aide à Anoushka et la convaincre de rencontrer son frère, il y avait fort à parier qu’elle accepte, elle n’avait pas vraiment de bonne raison de refuser de toute façon. « D’accord, on fera ça si tu veux, mais elle a eu pas mal de problems Durant la bataille et elle est en convalescence, je crois qu’il va falloir la laisser un peu se remettre avant d’aller lui parler. » La perte de mémoire de la rouge et or n’était un secret pour personne, en tout cas pas pour sa camarade de maison qui s’inquiétait sincèrement pour elle. « Bon d’accord… » Un grand sourire s’étala sur le visage de la jeune fille alors que son jumeau capitulait. Elle n’avait plus qu’à organiser le pari.

Cette chèvre allait donc devenir le troisième membre de leur expédition ce qui ne dérangeait nullement la rouge et or, bien au contraire, c’était plutôt cool d’avoir un peu de compagnie, même celle d’une chèvre et elle aimait les animaux presque autant que son frère. « Pas de soucis. Je m’arrangerai avec Muirenn si elle se plaint ! » Il avait bien du courage parce que Muirenn restait un petit démon dans un corps d’ange et lorsqu’elle voulait quelque chose, elle était capable de lui faire bien comprendre que c’était comme ça que ça allait se passer et pas autrement. Sinéad n’arrivait pas toujours à lui tenir tête alors qu’avec ses deux frères, elle n’avait pourtant pas du tout ce problème, c’était plutôt amusant. Comme quoi les filles pouvaient être sûrement plus pestes que les garçons. « Bon courage. » Lui souhaita-t-elle en riant de bon cœur. La chèvre était donc baptisée et ils pouvaient continuer leur périple. Toutefois, un nouveau désaccord vint alimenter leur conversation. Sinéad savait pertinemment que son frère avait des a priori sur les moldus, chose qu’elle ne comprenait plus du tout actuellement. Ils avaient grandi et étaient donc capables de se forger une opinion différente de celle qu’on leur avait inculquée quand ils étaient plus jeunes. Perrin ne semblait malheureusement pas prêt à évoluer et c’était bien dommage. « Je sais pas Sin’. Je crois que les histoires qu’on nous racontait sur les moldus dangereux étant enfants n’ont jamais vraiment quitté mon esprit. Et puis, j’ai peur pour elle. Je sais qu’elle n’est pas sorcière, mais si ça venait aux oreilles des moldus qu’elle vient d’une famille de sorciers ? Et s’ils ne font pas la différence comme Blackman ne faisait pas la différence entre un moldu et un né-moldu ? Et si elle tombait sur des gens mal intentionnés qui cherchent à lui faire du mal comme le père de Torìn ? » Sinéad haussa les épaules. On ne pouvait pas protéger tout le monde de tous les maux, il était normal que leur sœur fasse son propre chemin dans la vie et se débrouille par ses propres moyens, elle en avait même sûrement besoin pour s'épanouir et ils avaient torts de lui retirer ça. « Ne généralisons pas, je suis sûre qu’il y a autant de dégénérés parmi les moldus et parmi les sorciers et Muirenn n’a pas besoin que nous la conservions captive dans un camp dans lequel elle n’a pas vraiment sa place juste par peur que sa découverte du monde ne se passe comme nous le souhaitions. Nous serons là pour la soutenir en cas de besoin, mais elle a besoin d’avoir sa propre vie et elle aura du mal à se construire dans un monde où la magie règne en maitre alors qu’elle n’a pas le moindre pouvoir. » Tout en parlant ils marchaient d’un bon pas et le chêne ne tarda plus à se dresser devant eux, immense et majestueux. Sinéad ouvrit de grands yeux en l’apercevant. « Tadam ! Qu’est-ce que tu en penses ? » C’était vraiment génial. « T’es le meilleur frère du monde. » Déclara-t-elle avec sincérité avant de se jeter dans ses bras et de le serrer fort contre elle.

Code by Fremione.



You are my everything
I can't lose you, because if I ever did, I'd have lost my best friend, my soul mate, my smile, my laugh.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: " down an unknown road to embrace my fate " feat. sinéad [août 2023]   

Revenir en haut Aller en bas
 
" down an unknown road to embrace my fate " feat. sinéad [août 2023]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard, 19 ans après. :: Autour du Monde :: 
Le Royaume-Uni
-
Sauter vers: