AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [+18, BE CAREFUL !] “Le bonheur, c’est d’aimer à l’infini.” [Daniela & Keagan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5083-keagan-pour-s-habituer-a-la-magie-il-faut-du-temps-et-encore-plus-pour-la-comprendrehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5093-keagan-vivre-seul-n-est-pas-une-vie-alors-apprenons-a-la-partagerhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5094-keagan-le-partage-vous-connaissezhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5095-keagan-les-paroles-s-envolent-les-ecrits-restenthttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5096-keagan-les-paroles-s-envolent-les-ecrits-restent

Arrivé(e) le : 12/06/2015
Parchemins rédigés : 1508
Points : 14
Crédit : Bazzar
Année : 6ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Zoey S. Brewster, Megan A. Euston & Oliver T. Adams

MessageSujet: [+18, BE CAREFUL !] “Le bonheur, c’est d’aimer à l’infini.” [Daniela & Keagan]   Jeu 20 Juil - 21:50

Daniela & Keagan

“Le bonheur, c’est d’aimer à l’infini.”
C’était ça qu’il me fallait. Juste ça. Retrouver mes parents qui avaient cru mourir de peur, et revenir en bonne compagnie, j’avais juste besoin de ça. Effectivement, à la ferme, j’avais juste envoyé un petit mot à mes parents pour leur dire qu’une personne serait avec moi à mon retour, qu’elle serait là jusqu’à la rentrée et qu’ils l’adoreraient. Je ne voulais pas leur parler de Daniela par lettre, je ne voulais pas leur annoncer qui elle était comme ça. Je savais qu’ils ne diraient pas non, de toute façon ils ne pouvaient pas me répondre par la « Poste » donc… Mosborough ne m’avait jamais paru aussi chaleureux. Je me doutais que le retour serait difficile. Je devrais expliquer mon manque de réponse (heureusement que Edward avait été mon ange gardien pour le coup…), mon absence lors des vacances, mon état de santé, etc. Je galèrerai mais avoir Danni à mes côtés était toute la force dont j’avais besoin. J’avais bien pris soin de passer du temps avec Edward et Anoushka, notamment, à la ferme, reconnaissant de leur soutien et de ce qu’ils représentaient. Maintenant, je voulais me consacrer à ma famille et à ma petite amie qui avait malheureusement subi à cause de moi. Jamais je ne pourrai la remercier à sa juste valeur, et rien que pour ça je me sentais mal.

Nous étions revenus chez mes parents depuis trois jours et ils commençaient à être moins insistants, moins curieux et ma mère arrêtait de me prendre à longueur de journée dans ses bras – ce qui était très gênant devant Daniela, croyez-moi ! –. Ils avaient bien vite compris qui était Daniela par rapport à moi et je leur avais juste bien fait comprendre que je tenais beaucoup à elle. Il ne leur en fallait pas plus. De toute façon je savais qu'ils l'apprécieraient.
Je me sentais toujours mal pour les horribles choses que j’avais faites pendant l’année. Pour mon comportement. Pour ma lâcheté. Je gardais en mémoire les tortures des autres, les miennes, les harcèlements, les souffrances quotidiennes… nous étions gravés à jamais après tout. Mais de retour chez moi, je n’en parlais que très rarement, juste avec Daniela, l’ayant mis dans la confidence de ne rien dire à mes parents, pour leur protection et afin de les préserver. Ils avaient perdu un fils, pas besoin de savoir que leur second s’était fait maltraiter pendant une année, avait subi ces mêmes maltraitances en spectacle et avait perdu totalement le contrôle de lui-même. Nan, impossible, je ne voulais pas qu’ils sachent. Alors on avait convenu, avec Daniela et Edward (oui parce qu’il connaissait très bien mes parents, il se devait d’être dans la confidence aussi) d’avoir la même version. Soit, mes parents pensaient juste qu’il y avait eu des vols à répétition dans l’établissement scolaire, des incivilités, des dégradations, et qu’il leur était impossible de démasquer les coupables. L’école entière avait été punie et les entrées et sorties interdites jusqu’à ce que toute cette histoire soit tirée au clair. J’avais menti en leur disant que plusieurs courriers leur avaient été adressés et que c’était étrange qu’ils n’aient rien reçu. A part la « mienne » pour les rassurer. Ils ne comprenaient toujours pas pourquoi le numéro sonnait faux… ils commençaient sérieusement à se poser des questions mais heureusement pour moi, ils n’avaient pas le temps de trop y penser tant que je les rassurais assez. Petit salaire pour beaucoup de boulot… je vous laissais imaginer qu’ils se devaient de travailler énormément et de me laisser un peu autonome. Concernant le début de l’été, je leur avais affirmé qu’ils avaient fait un camp pour s’excuser auprès de tous les innocents. C’était passé comme une lettre à La Poste… ou pas, je voyais bien l’air suspect de mon père mais la présence de Danni me sauvait sûrement la mise. Et pour ce qui était de mon état physique ? Parce que même si ça faisait un bon mois et demi, j’avais des séquelles et des cicatrices bien présentes. Rien de plus simple : une activité en surf (ils savaient que j’aimais ça) et un petit problème de rochers… j’étais devenu un menteur, mais c’était pour leur bien, je m’en convainquais. Pour leur sécurité, ils ne devaient rien avoir à faire avec le monde des sorciers, celui qui avait tué leur fils. C’était important pour moi !

Ce troisième jour, nous venions de rentrer d’une petite balade dans la ville, pour que je montre un peu où je vivais à ma belle. Et aussi une petite rencontre avec mes copains d’enfance, des skatos qui ne connaissaient rien de notre monde et que je voyais tous les étés. J’avais vu qu’ils avaient apprécié la Poufsouffle et ils en avaient bien profité pour me charrier au passage mais en réalité, ça me faisait du bien de retrouver cette normalité. Ca jouait énormément sur mon état, retrouvant un peu plus le contrôle de moi-même et ressentant de moins en moins de la haine, de la culpabilité – le retour à Poudlard serait d’un tout autre genre… - et d’agressivité. Je ne pouvais que dire merci à ma petite amie et voulait avant toute chose qu’elle soit heureuse ! La savoir ici, et non chez sa tante, était la preuve de ma parfaite confiance en elle, j’espérais qu’elle s’en rende compte. Enfin, il n’y avait pas que de la confiance… j’étais fou amoureux de cette fille, c’était hallucinant ! Croyez-moi, je serai capable de tout pour elle, vraiment tout.
Prenant une bouteille de jus de fruits et quelques biscuits, je l’emmenai jusqu’à la terrasse dans le jardin de mes parents, nous installant dans le petit canapé que mon père avait fabriqué de ses mains pour « égayer ce petit morceau de verdure » comme il disait. Et il rajoutait : « Vous vous rendez compte du prix de ces 4 planches dans les magasins ?! C’est une honte ! On nous pompe jusqu’au bout ! » Ce qui m’amusait, en bon révolutionnaire qu’il était. Bref, je tendis un verre à Daniela tout en l’attrapant par les hanches et l’attirant vers moi alors que je me posais dans le fauteuil. « Alors, pas trop déçue d’être ici ? » Lui demandai-je avec un petit sourire alors que je ne pouvais me lasser de la regarder. « J’crois que tu as déjà charmé mes parents… Je vais être obligé de te garder auprès de moi juste pour eux. » Lui lançai-je avec une petite malice que je commençais à retrouver peu à peu… grâce à elle en grande partie, sans aucun doute !


made by roller coaster



Dernière édition par Keagan A. Fassbach le Ven 28 Juil - 16:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t4105-danni-cooper-termine]Présentationhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t4112-danni-cooper-lienshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t4113-les-aventures-de-dannihttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t4114-courrier-pour-danni-cooperhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t4115-les-hiboux-express-pour-danni-cooper

Arrivé(e) le : 14/11/2014
Parchemins rédigés : 2250
Points : 20
Crédit : Google
Année : 6ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Joanne Griffith

MessageSujet: Re: [+18, BE CAREFUL !] “Le bonheur, c’est d’aimer à l’infini.” [Daniela & Keagan]   Sam 22 Juil - 19:29

    Quand la nouvelle était arrivée, quand ils avaient tous appris que le ministère était tombé et qu'ils pouvaient tous enfin reprendre leur liberté, la vraie liberté, pas la semi-liberté de la ferme, un énorme poids s'était levé de ses épaules. Ils allaient enfin pouvoir vivre... ou du moins réapprendre à vivre. Car tout ne serait pas aussi facile. On ne se relève pas comme si de rien n'était de plus de huit mois de mauvais traitements ni d'une dernière bataille sanglante où elle avait failli perdre une partie de ses amis. Alors bien sûr, si Danni souriait de nouveau, était heureuse d'être libre et de savoir ses amis en sécurité, elle souffrait encore de quelques séquelles. Outre ses carences en vitamines, le médecin de la ferme lui avait diagnostiqué une anémie assez sévère. Alors elle devait prendre des compléments alimentaires et se forcer à manger un peu plus, sauf qu'avec un estomac rétréci à cause des privations, Danni ne pouvait pas manger beaucoup sous peine d'avoir envie de vomir. Et puis il y avait encore les cauchemars qui la réveillaient la nuit même si elle savait que ça irait en s'arrangeant... Mais ce qui embêtait le plus profondément la jeune Poufsouffle... c'était qu'elle s'était remise à bégayer. Pas beaucoup, mais assez pour avoir le sentiment d'avoir régressé. Elle était finalement allée voir un psy de la ferme juste pour ça et non pas pour parler des traumatismes vécus ces derniers mois. Il lui avait dit que son bégaiement avait certainement refait surface à cause du choc tout comme il était apparu la première fois quand elle était petite après la mort de sa mère. Et Danni avait bien cru que Keagan était mort dans ses bras au beau milieu des escaliers des cachots. Danni n'avait pas précisé ce point là à Keagan pour ne pas qu'il se sente responsable car ce n'était pas de sa faute et il se reprochait assez de choses comme ça. Le psy lui avait dit qu'avec le temps, le problème se gommerait de nouveau...

    Quand ils avaient décidé de se rendre ensemble chez Keagan pour la fin des vacances, Danni s'était sentie à la fois extrêmement soulagée mais aussi anxieuse. Soulagée car elle n'aurait pas supporté de se séparer de son petit ami, même pour une courte période. Ils avaient été ensemble aux cachots pendant des mois, avaient passé leurs soirées à se parler, se soutenir, s'aider. Ils étaient désormais si étroitement liés qu'elle redoutait presque la rentrée prochaine où chacun devrait retrouver son dortoir "non-mixte". Mais elle était également anxieuse car le fait que Keagan la présente à ses parents rendait leur relation officielle. Toujours aussi peu confiante en elle, Danni avait plusieurs fois demandé à Keagan "Et si je ne plais pas à tes parents ? Et s'ils ne me trouvent pas comme il faut pour toi ? Et si...". Évidemment Keagan avait tenté de la rassurer et au final, tout s'était très bien passé. Les Fassbach s'étaient surtout beaucoup fait de souci pour leur fils qui n'avait pas donné de nouvelles. Mentir était difficile mais Danni avait joué le jeu pour leur bien et pour Keagan.

    Danni était maintenant à Mosborough depuis trois jours. Les parents de Keagan lui avaient gentiment aménagé un petit espace dans le bureau de la maison pour qu'elle puisse déposer ses quelques affaires qu'elle était allée chercher en coup de vent à Londres. Elle avait pu serrer son oncle dans ses bras, ignorer sa tante et prévenir Chloé qu'elle ne viendrait pas s'installer à la colocation cette année. Puis elle avait rejoint Keagan chez lui pour les deux semaines de vacances qu'il leur restait. Mais Si Danni avait un lit d'appoint installé dans le bureau, elle rejoignait discrètement Keagan chaque nuit pour dormir avec lui. Dans les cachots, elle avait pris l'habitude de dormir blottie contre lui et elle ne se sentait pas la force de faire autrement, surtout quand les mêmes cauchemars revenaient sans cesse. Danni espérait seulement que les parents de Keagan ne le remarqueraient pas...

    Danni aimait bien cette ville qu'elle trouvait jolie et surtout beaucoup plus calme que le Londres bruyant qu'elle connaissait. Rencontrer les copains d'enfance de Keagan lui faisait tout bizarre et Danni se sentait intimidée quand ils le charriaient. Mais surtout, Danni appréciait d'être totalement coupée du monde sorcier pendant un certain temps. Ça lui donnait l'impression que toutes les horreurs des mois passés n'avaient pas vraiment existé. Il semblait que l'effet était le même sur Keagan et Danni s'en sentait vraiment heureuse et soulagée. Installée sur le canapé de la jolie terrasse des Fassbach, Danni prit le verre de jus de fruits que Keagan lui tendait.

    "D..déçue ? T..tu plaisantes... ça faisait des mois... sinon des années que je ne m'étais pas sentie autant.. "chez moi"..." dit-elle avec un grand sourire. Et c'était vrai. Même chez son oncle elle n'était pas à l'aise du moment que sa tante Clara rôdait dans les parages. Ici elle était juste au calme, apaisée et en confiance. C'était ce dont elle avait le plus besoin pour se reconstruire. Danni se cala contre Keagan et but une peu du jus de fruits.

    "T..tu crois vraiment que tes parents m'apprécient ? J..j'ai l'air un peu ridicule avec mon bégaiement..." dit-elle en grimaçant. Puis elle porta ses doigts vers le front de Keagan et caressa sa cicatrice doucement avec son pouce.

    "Mon s..surfer casse-cou..." dit-elle d'un air malicieux, faisant référence à son faux accident sur les rochers. "Je t'aime."

    Danni reposa son verre et vint se blottir un peu plus contre Keagan en soupirant. Quelque chose la tracassait et elle voulait en parler un peu.

    "A Londres, j'ai eu un m..message de Max et de Fursy... ils ne reviendront p..pas l'an prochain." commença-t-elle, affectée de savoir qu'elle ne reverrait pas ses deux meilleurs amis. "P..Phoebe non plus... et Dan passe en septième année, tout comme Chuck, Cheryl et Edward..." expliqua-t-elle un peu tristement.

    "M..mais heureusement, Malia reste avec nous et puis on aura Anoushka... Ça me fait p..plaisir." dit-elle sur une note plus joyeuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5083-keagan-pour-s-habituer-a-la-magie-il-faut-du-temps-et-encore-plus-pour-la-comprendrehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5093-keagan-vivre-seul-n-est-pas-une-vie-alors-apprenons-a-la-partagerhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5094-keagan-le-partage-vous-connaissezhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5095-keagan-les-paroles-s-envolent-les-ecrits-restenthttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5096-keagan-les-paroles-s-envolent-les-ecrits-restent

Arrivé(e) le : 12/06/2015
Parchemins rédigés : 1508
Points : 14
Crédit : Bazzar
Année : 6ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Zoey S. Brewster, Megan A. Euston & Oliver T. Adams

MessageSujet: Re: [+18, BE CAREFUL !] “Le bonheur, c’est d’aimer à l’infini.” [Daniela & Keagan]   Lun 24 Juil - 19:46

Daniela & Keagan

“Le bonheur, c’est d’aimer à l’infini.”
Installés dans le jardin de mes parents, on pouvait enfin profiter de notre liberté. Ca avait été très difficile au début, et pour dire vrai ça l’était encore aujourd’hui. Mais être loin de toute magie, de tous sorciers, je me disais que c’était ça qu’il nous fallait. Quelque chose de différent, une coupure nette et surtout ne pas être séparés. Je n’aurais pas pu la laisser me filer entre les doigts, laisser Daniela retourner chez son oncle et ne pas la voir, même juste pour 15 jours. Nous avions vécu plus de huit mois l’un avec l’autre, quotidiennement, à tout se dire (même si c’était dur), à être proches, à veiller l’un sur l’autre… ne plus la voir m’était impossible. J’appréhendais déjà le retour à Poudlard et l’idée qu’elle puisse retourner dans son dortoir, loin de moi. Etais-je possessif ? Totalement ! Mais ça me rassurait, je ne pouvais m’en empêcher. "D..déçue ? T..tu plaisantes... ça faisait des mois... sinon des années que je ne m'étais pas sentie autant.. "chez moi"..." Son sourire était suffisant pour moi. La savoir mieux, en meilleure forme et profitant était tout ce qu’il me fallait. Replaçant une mèche de ses cheveux, en profitant pour abandonner ma main quelques secondes sur sa joue, je lui dis : « Et tu seras toujours chez toi ici. » C’était sincère. Je n’avais pas tellement laissé le choix à mes parents mais ils me connaissaient, ils savaient que si je laissais entrer quelqu’un d’autre qu’Edward (et Anoushka) dans ma vie privée, c’était que la personne comptait beaucoup à mes yeux.

Daniela se blottit tout contre moi et je passai mon bras autour de ses épaules, l’écoutant. "T..tu crois vraiment que tes parents m'apprécient ? J..j'ai l'air un peu ridicule avec mon bégaiement..." Je me fichais personnellement royalement de son bégaiement. Elle était la plus adorable de toute, la plus mignonne, avec ou sans son bégaiement. Et mes parents s’en moquaient aussi. Ils ne savaient pas pourquoi celui-ci était réapparu, ils ne connaissaient pas le traumatisme qu’elle avait vécu mais ils n’étaient pas du genre à juger. Je savais qu’ils l’avaient appréciée directement, que demander de plus ? « Si ma mère fait autant de muffins et si mon père passe son temps à aménager le bureau, c’est qu’ils t’apprécient, crois-moi, ils ne feraient pas autant d’effort pour que tu te sentes aussi bien sinon. » Lui dis-je de façon rassurante, ce qui était totalement vrai. « Et ils se moquent de ton bégaiement, ne t’inquiète pas. » Je pourrais lui dire que c’était craquant, que moi ça ne jouait en rien et que ce n’était qu’un détail, mais je n’étais pas forcément doué avec les mots… avec trop de mots, et elle le savait. Mes gestes témoignaient principalement de mon affection, bien que j’ai appris ces derniers mois à plus me livrer. Et à être plus tactile, ce qui était devenu plus que naturel et primordiale envers Danni ! Son doigt se posa sur ma cicatrice et par pur réflexe, je grimaçai, bien que celle-ci ne soit plus vraiment douloureuse.

"Mon s..surfer casse-cou..." Je ne pus m’empêcher de laisser échapper un petit rire, sachant très bien que ce mensonge était ridicule mais qu’il était indispensable à la sécurité de mes parents. « Tu n’savais pas que tu avais un copain si aventureux hein… » Dis-je d’un air amusé, la charriant au passage avant qu’elle me dise des mots qui me faisaient toujours autant d’effet. "Je t'aime." En guise de réponse, alors qu’elle se blottissait un peu plus contre moi, je déposai un baiser sur son front, lui chuchotant à mon tour : « Moi aussi, je t’aime. » Et même si les cachots avaient été traumatisants, ils m’avaient quand même grandement aidé à pouvoir dire et admettre certaine chose concernant cette magnifique jeune femme.

"A Londres, j'ai eu un m..message de Max et de Fursy... ils ne reviendront p..pas l'an prochain." Reprit-elle d’un air préoccupé, soufflant d’un certain désespoir. Mes yeux se posèrent sur elle alors que je l’écoutai. Je ne pouvais pas dire que je prenais la nouvelle de la même façon pour les deux, mais ça avait quand même quelque chose de déstabilisant. Clairement, ça me faisait chier pour Max, je pensais que je devrais lui envoyer une lettre. Et Overton… ben, en soit je m’en fichais, mais c’était par rapport à Daniela que ça m’embêtait. Je ne savais pas vraiment comment réagir à cette nouvelle, me sentant en même temps agacé et attristé. Oui, le contrôle des émotions je ne l’avais pas encore. Et je ne vous parle pas de mon impulsivité… Mais je réussis à prendre sur moi pour ne rien dire, la laissant poursuivre. "P..Phoebe non plus... et Dan passe en septième année, tout comme Chuck, Cheryl et Edward..." J’avalai avec difficulté ma salive en entendant le nom de Phoebe. Je n’avais même pas pu lui parler… et là encore je culpabilisais de ne pas avoir tenté d’arranger les choses. « Oh… » Fut ma première réaction alors que je me rendais compte que je n’avais pas réalisé tout ça. Ne plus être dans la même classe qu’Edward, principalement, ça me saoulait déjà ! Et puis, ne plus partager le dortoir de Dan… c’était chiant aussi et je m’agitai un peu nerveusement en prenant conscience de tout ça. « Tout va changer alors… Redoubler, ça craint… » Dis-je d’un ton un peu boudeur. Je ne pouvais pas être positif, ça impactait notre scolarité ! Ca voulait dire qu’Ed, Chuck et d’autres allaient quitter Poudlard avant nous. Put*** je ne verrai plus Edward ! Fallait que je me calme, ça ne changerait rien… Je soufflai alors, retrouvant un peu d’espoir quand elle reprit la parole. "M..mais heureusement, Malia reste avec nous et puis on aura Anoushka... Ça me fait p..plaisir." J’étais plutôt pessimiste comme gars et ses mots me faisaient comprendre que je ne pouvais pas toujours lui faire subir mes humeurs et ma susceptibilité à longueur de journée. Je devais apprendre à prendre sur moi. Soupirant et posant mon regard dans le jardin, je lançai : « Il faut bien des bonnes nouvelles ! Et puis, on sera ensemble… Ca le fera ! Ca sera nouveau mais ça sera toujours mieux que cette année. » Conclus-je en tentant d’être un peu plus positif, portant mon verre à ma bouche avant de le reposer et de serrant de nouveau Danni entre mes bras. « On a un peu de temps pour se préparer au retour à Poudlard, alors autant qu’on profite ici, ensemble. » Je la tournai un peu pour pouvoir voir son regard, lui souriant de façon rassurante et reconnaissante. J’en profitai d’ailleurs pour lui dire sérieusement, et très sincèrement, la regardant droit dans les yeux. « Merci pour tout ce que tu as fait pour moi Danni. »

made by roller coaster



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t4105-danni-cooper-termine]Présentationhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t4112-danni-cooper-lienshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t4113-les-aventures-de-dannihttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t4114-courrier-pour-danni-cooperhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t4115-les-hiboux-express-pour-danni-cooper

Arrivé(e) le : 14/11/2014
Parchemins rédigés : 2250
Points : 20
Crédit : Google
Année : 6ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Joanne Griffith

MessageSujet: Re: [+18, BE CAREFUL !] “Le bonheur, c’est d’aimer à l’infini.” [Daniela & Keagan]   Mer 26 Juil - 0:04

    Le plus dur était derrière eux. C'était ce que se répétait en boucle Danni. L'esclavage, la bataille sanglante, l'inquiétude d'un avenir incertain à la ferme et pour finir l'inquiétude des parents de Keagan qu'il avait fallu rassurer par des mensonges... Oui le plus dur était derrière eux. Les Fassbach avaient retrouvé leur fils, les élèves de Poudlard étaient libres et le Ministère avait semble-t-il retrouvé un gouvernement aux idéologies moins bornées. Quant à elle, elle avait retrouvé un environnement calme et paisible auprès de celui qu'elle aimait. D'un côté, c'était comme si leur relation prenait un nouveau tournant, un nouveau départ dans un environnement sain, tel qu'il aurait dû l'être depuis le départ, non pollué par les évènements. Et pourtant... Danni était parfaitement consciente que le froid, la peur, le stress, la fatigue avaient entraîné rapprochement, dialogue, soutien et réconfort entre eux. Bien sûr, ils s'étaient mis ensemble avant Halloween mais l'amourette d'adolescents avait bien vite laissé place à un lien bien plus profond et bien plus fort. L'adversité les avaient fait grandir, c'était incontestable.

    Oui, elle se sentait chez elle ici à Mosborough et le fait que Keagan lui dise que ça le serait toujours lui fit du bien. Maintenant qu'ils étaient libres, Danni avait tendance à penser à l'avenir... aurait-elle envie au final de réellement s'installer à la colocation de Chloé alors qu'elle était si bien ici dans cette nouvelle famille accueillante ? Danni s'efforçait alors de ne pas trop réfléchir et de se laisser porter par les évènements. Elle avait bien le temps de voir comment tout ça se déroulerait.

    Si seulement son foutu bégaiement n'avait pas refait surface... Elle qui manquait déjà de confiance en elle, ce n'était pas pour l'aider... Keagan ne le disait peut-être pas mais peut-être que ça le dérangeait ? Avoir une petite amie qui bégaye, ce n'est franchement pas classe... Et peut-être que ses parents ne le disaient pas pour être polis mais peut-être qu'ils espéraient mieux pour leur fils... Encore une fois Keagan tenta de la rassurer en expliquant que l'implication de ses parents pour l'intégrer dans la famille prouvait bien qu'ils l'appréciaient. Danni sourit et chassa ses interrogations... jusqu'à la prochaine fois où elle douterait encore d'elle.

    "Et les muffins de ta mère sont v..vraiment bons en plus !" dit-elle en souriant. Ah les douceurs et sucreries resteraient toujours sa petite faiblesse.

    Il eut une petite grimace quand elle toucha sa cicatrice. Était-elle encore douloureuse ? Visiblement pas trop car il se mit à rire quand elle le qualifia de surfer casse-cou.

    "Aventureux n..non... sexy certainement." répondit-elle avec une moue malicieuse.

    Elle accueillit le baiser sur son front avec plaisir. Durant leur captivité, ils ne s'étaient pas vraiment échangé de "je t'aime" mais après la peur de le perdre lors de la dernière bataille, ces mots étaient venus plus naturellement et avaient un effet apaisant incroyable. Pourtant Danni avait encore quelques inquiétudes sur le cœur, notamment concernant le fait que leur redoublement impliquerait de ne plus être dans la même classe que certains de leurs amis. Keagan ne semblait pas y avoir pensé et son air boudeur lui fit un peu regretter d'avoir abordé le sujet. Elle ne voulait pas non plus plomber l'ambiance. Alors Danni finit sur une note positive en disant qu'ils seraient avec Anoushka et Malia... et Keagan renchérit en disant qu'ils seraient toujours ensemble ! Et c'était bien le plus important ! Effectivement, l'année prochaine ne pourrait pas être pire que celle passée.

    Il la serra contre lui en concluant qu'ils devaient profiter de leur temps libre ensemble avant la rentrée. Danni soupira de bien-être. En voilà une bonne idée qui lui redonnait complètement le sourire. Son regard fixé dans le sien, il la remercia pour tout ce qu'elle avait fait. Danni lui sourit puis secoua la tête.

    "T..tu en as fait autant pour moi tout au long de l'année et si tu veux p..parler de la dernière bataille, je n'ai rien fait... Je n'ai pas réussi à te p..porter jusqu'en haut des escaliers, je n'ai pas réussi à te garder éveillé.... et si un Auror nous a t..trouvés rapidement, c'est grâce à Malia." expliqua-t-elle.

    En effet, quand les secours étaient arrivés par la brèche, les Aurors s'étaient dirigés principalement vers les lieux où les combats se déroulaient, autrement dit le parc, le couloir de l'étage et la Grande Salle. A ce rythme là, ils auraient certainement mis bien plus de temps à les retrouver là, au beau milieu des escaliers, si Malia n'en avait pas guidé un vers eux.

    Danni se redressa soudain, se mit debout et tira Keagan par les mains pour l'obliger à se lever aussi. Elle avait retrouvé son sourire et voulait définitivement chasser les pensées tristes.

    "Tu as dit qu'on devait p..profiter ensemble de la fin des vacances alors profitons ! Qu'est-ce qu'on fait maintenant ?" demanda-t-elle sans lâcher les mains de Keagan, l'incitant à trouver une nouvelle activité. Il était chez lui, il devrait avoir des idées et honnêtement, Danni était partante pour n'importe quoi qu'il choisirait, que ça soit simplement regarder la télé, des photos ou encore faire du jardinage, un gâteau... peu importait l'activité, du moment qu'ils la faisaient ensemble. Ils étaient vivants et libres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5083-keagan-pour-s-habituer-a-la-magie-il-faut-du-temps-et-encore-plus-pour-la-comprendrehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5093-keagan-vivre-seul-n-est-pas-une-vie-alors-apprenons-a-la-partagerhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5094-keagan-le-partage-vous-connaissezhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5095-keagan-les-paroles-s-envolent-les-ecrits-restenthttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5096-keagan-les-paroles-s-envolent-les-ecrits-restent

Arrivé(e) le : 12/06/2015
Parchemins rédigés : 1508
Points : 14
Crédit : Bazzar
Année : 6ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Zoey S. Brewster, Megan A. Euston & Oliver T. Adams

MessageSujet: Re: [+18, BE CAREFUL !] “Le bonheur, c’est d’aimer à l’infini.” [Daniela & Keagan]   Mer 26 Juil - 22:33

Daniela & Keagan

“Le bonheur, c’est d’aimer à l’infini.”
C’était juste apaisant d’être ici, chez mes parents, avec Daniela. Loin de toute pression, de tout… danger, en espérant que ce soit vraiment le cas. Mes parents, moldus, allaient bien, et c’était tout ce que j’avais besoin de savoir. Cette année avait changé bien des choses, nous avait changé et traumatisé. Je m’étais, pour ma part, transformé en une sorte de monstre ces quelques derniers mois et sans l’aide de Danni et d’Edward, notamment, je ne donnais pas chers à ma conscience et mon esprit sain. Pour dire vrai, ils étaient bien affectés et je n’oublierai jamais mes dérapages, ce que j’avais fait subir à ces… gens. Ces quelques semaines ici allaient m’aider, même si le retour à Poudlard me stressait déjà. Je ne savais pas comment je réagirai, comment je gèrerai d’y revenir. Pourrai-je me contrôler ? Retrouver le calme que j’avais ici-même ? Je ne pensais sincèrement pas, alors autant profiter du temps ici, en bonne compagnie.

Daniela s’était remise à bégayer. Je me doutais que la cruauté de ces derniers moments à Poudlard en était la cause mais ça ne me gênait aucunement. Elle arriverait à le combattre, j’en étais certain, et je serai là pour l’y aider. Ca ne changeait rien pour moi, elle était toujours aussi belle, aussi charmante et attirante… et mes hormones commençaient à être mises à rudes épreuves, déjà depuis la ferme. Parce que je ne pensais plus aux difficultés, je n’étais plus fatigué, affamé… affaibli. Alors mon esprit pensait à d’autres choses, si vous voyez ce que je veux dire…
Je souris un peu pour moi-même quand elle dit que les muffins de ma mère étaient bons, soufflant simplement avec une certaine émotion que je tentais de masquer au mieux : « Les meilleurs même ! » Et je le croyais, je n’avais jamais trouvé mieux que les siens, même si n’importe quoi pourrait sûrement ravir mes papilles, désormais.
Ma cicatrice ne me faisait plus vraiment mal, je grimaçais par pu réflexe et par ce qu’elle représentait, mais je tentai de dédramatiser ces mauvais souvenirs – qui me hantaient tout de même, j’y pensais H24… - en plaisantant sur cette blessure. Que faire de plus ? J’avais déjà un sale caractère, autant ne pas jouer le craintif et le mec qui se plaignait toujours ! J’avais assez de défauts pour ne pas en rajouter. "Aventureux n..non... sexy certainement." C’était carrément plaisant d’entendre ça de la bouche de sa petite amie. Elle le disait peut-être juste pour rire mais moi j’aimais bien. Enfin, je ne me considérais pas beau gosse, ni sexy, j’étais peut-être un peu trop brutus et réservé (laissez tomber le mélange !) pour ça, mais j’appréciais de l’entendre me le dire, souriant simplement en lui disant avant de déposer un baiser sur son front : « Pas aussi sexy que toi… » Et ça, c’était vrai ! Elle était… tout simplement à tomber, et se serait mentir que de dire que je ne bavais pas sur elle quand elle était juste sous mes yeux. Mais je ne disais pas tellement ce que j’avais sur le cœur. Ce n’était pas contre elle, j’étais comme ça, mon regard et mes gestes étaient la preuve suffisante de mon attachement pour elle. Mais je faisais quand même des efforts pour plus m’ouvrir, pour elle je le devais.

La proximité qui s’était installée entre nous au cours de l’année était le seul point positif de cet enfermement. Notre relation était devenue sérieuse bien plus vite qu’elle ne l’aurait été dans une situation « normale ». Dormir avec elle toutes les nuits, la voir tous les matins, tous les soirs, la serrer contre moi, lui parler de tout et l’écouter me parler de tout, etc., ça m’avait prouvé que j’étais accro à cette perle rare, et je ferai tout simplement tout pour la protéger, pour la garder auprès de moi. Oui, parler de la rentrée me faisait mal. J’appréhendais de revenir à Poudlard, de revoir Bennett, de repenser à cette année, de ne plus être dans la même classe qu’Ed’, de ne plus partager le dortoir de Dan, de ne plus m’endormir toutes les nuits Daniela dans mes bras… Alors forcément, quand elle m’en parla, je me fermai un peu à la conversation, m’agaçant malgré moi. Je n’étais peut-être pas le plus ouvert du monde sur ce sujet mais je croyais que, pour le moment, je n’étais pas encore prêt à parler de la rentrée. Dans quelques jours, peut-être, mais là je voulais juste me changer les idées, n’oubliant pas mes amis mais profitant de mon temps ici. Et de ma petite amie.

J’en profitai pour la remercier, une fois de plus, pour tout ce qu’elle avait fait pour moi. Je ne l’oubliais pas, même si j’en parlais peu. "T..tu en as fait autant pour moi tout au long de l'année et si tu veux p..parler de la dernière bataille, je n'ai rien fait... Je n'ai pas réussi à te p..porter jusqu'en haut des escaliers, je n'ai pas réussi à te garder éveillé.... et si un Auror nous a t..trouvés rapidement, c'est grâce à Malia." Je haussai simplement les épaules, pensant qu’elle avait sûrement fait beaucoup plus pour moi que moi pour elle… et ça me tuait de ne pas avoir su la protéger comme elle le méritait, d’avoir été un fardeau pour elle ! Evidemment que je culpabilisais, je devais être là pour elle, pour l’élever, et non être comme un boulet… c’était difficile à avaler. « Tu n’y es pour rien. Tu es restée avec moi alors que tu aurais dû te mettre à l’abri, je suis désolé de t’avoir fait subir tout ça. Tu devrais toujours être sûreté, je ne devrais pas te mettre en danger… » Je serrai les dents en disant ça, honteux, énervé contre moi-même mais prenant sur moi pour me contrôler, plaçant mon nez dans ses cheveux pour me calmer. Mes émotions changeantes étaient toujours de mises mais je faisais tout pour ne pas faire subir mes humeurs à Daniela. Ce serait le comble quand même ! Soupirant, j’ajoutai : « Il faudra vraiment que j’aille voir Malia à la rentrée… » Ou comment dire qu’il faudrait que j’aille la remercier, chose que je n’avais pas osé encore faire, ni de vive voix, ni par lettres, tout bonnement par ce que j’avais honte de moi.

Daniela se mit sur ses deux pattes sans même que je ne la voie venir. Elle me tira, me poussant à me lever à mon tour alors que je la regardai avec interrogation et grosse flemme. Son sourire était franc et rien que pour ça, je me motivai. "Tu as dit qu'on devait p..profiter ensemble de la fin des vacances alors profitons ! Qu'est-ce qu'on fait maintenant ?" Oh… suicidaire de sa part de dire qu’elle était prête à profiter, parce que plus je la regardais, plus mes pensées étaient… déplacées ? Très ciblées et que je sentais que j’étais plus que sensible à la jeune femme. Un petit sourire prit place sur mes lèvres alors que je la regardai droit dans les yeux. « Mes parents ne rentreront pas avant… hum disons quelques heures. » Mon regard n’était plus juste tendre, il était rempli d’attirance et d’une envie que je ne pouvais décrire. Je l’attirai à moi, plaçant mes mains sur ses hanches alors que je l’embrassai avec douceur dans le cou, remontant jusqu’à son oreille pour lui susurrer : « Il y a des choses que je ne t’ai pas encore montré dans ma chambre… » C’était plus que sous-entendu, et même si je ne savais pas tellement comment m’y prendre, mon corps parlait à ma place et mes pensées étaient diriger uniquement vers elle et cette attirance qu’elle représentait. Je la pris alors par la main, la guidant jusqu’à cette fameuse chambre, fermant la porte doucement et la regardant de nouveau comme si je la voyais pour la première fois. Elle était tellement belle… Gardant ma main dans la sienne, entrelaçant nos doigts, je ne la lâchai pas du regard en lui disant : « Tu es magnifique, je suis… j’suis vraiment amoureux de toi Danni et… je suis vraiment perturbé par… » Ma main libre montra son corps alors que j’avais du mal à mettre des mots sur cette envie que j’avais. Une nouvelle fois, je l’attirai vers moi, relevant son menton avant de l’embrasser avec une passion et une excitation que j’avais tenté de contrôler depuis plusieurs semaines/mois maintenant…


made by roller coaster

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t4105-danni-cooper-termine]Présentationhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t4112-danni-cooper-lienshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t4113-les-aventures-de-dannihttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t4114-courrier-pour-danni-cooperhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t4115-les-hiboux-express-pour-danni-cooper

Arrivé(e) le : 14/11/2014
Parchemins rédigés : 2250
Points : 20
Crédit : Google
Année : 6ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Joanne Griffith

MessageSujet: Re: [+18, BE CAREFUL !] “Le bonheur, c’est d’aimer à l’infini.” [Daniela & Keagan]   Jeu 27 Juil - 21:30

    Ils avaient tous eu de la chance que la bataille de Poudlard ait en quelque sorte motivé le monde sorcier à reprendre ses droits, chassant les idées moyenâgeuses des pro sang-purs et permettant au Ministère de retrouver un gouvernement digne de ce nom. Sans quoi... combien de temps seraient-ils tous restés coincés à la ferme sans voir leur famille ? Ils y étaient restés assez longtemps et désormais, ils pouvaient profiter de leurs proches pendant deux longues semaines. Danni se souvenait comme Dan n'avait que peu d'espoir... elle espérait qu'il avait pu retrouver lui aussi sa famille. Elle lui enverrait une lettre un de ces prochains jours.

    Autant dire que leur vraie liberté retrouvée était savourée à sa juste valeur. Ils pouvaient déguster les meilleurs muffins du monde made in maman Fassbach, se promener librement, parler librement et profiter de la vie en essayant de ne pas trop se laisser submerger par les traumatismes passés et les inquiétudes à venir. Les cauchemars nocturnes étaient bien assez présents pour le leur rappeler. Abandonnant donc l'idée de la rentrée et ses incertitudes, l'heure était venue d'exprimer chacun leur tour la gratitude qu'ils avaient l'un envers l'autre. Visiblement Keagan s'en voulait et Danni devinait la honte qu'il éprouvait vis à vis de ce qui s'était passé le dernier jour à Poudlard. Danni leva la main pour caresser la joue de Keagan tandis que lui fourrait le nez dans ses cheveux.

    "Tu n'as p..pas à être désolé ! Ce n'était pas de ta faute ! Tu as été b..blessé Keagan... et tu n'a pas été le seul alors tu n'as pas à te sentir c..coupable ! Bien sûr que je suis r..restée auprès de toi. On n'était à l'abris nulle part ! Jamais je t'aurais abandonné, t.. tu entends ? Jamais." dit-elle avec détermination et fermeté malgré son foutu bégaiement. Tout ce qu'elle avait fait, tout ce que Malia avait fait, tout ça était on ne peut plus normal. Il n'avait absolument aucune honte à avoir. D'autres garçons avaient été blessés, Dan, Chuck, Zach, Isidore... certains avaient aussi été secourus par leurs ami(e)s. Et puis il y avait aussi eu des filles blessées... elle aurait pu en faire partie. Au final, être restés dans les escaliers les avait peut-être tous sauvés d'après ce qu'elle avait entendu des horreurs qui s'étaient passées à d'autres endroits de Poudlard...

    Assez ! Il fallait arrêter de ressasser les idées noires ! Danni se mit soudain debout et incita Keagan à se lever aussi. Ils devaient bouger, se changer les idées et profiter ! Car c'était bien le mot le plus adapté en ce moment : profiter. De la vie et de leur nouvelle chance de la vivre pleinement. Keagan la regarda droit dans les yeux et sembla déjà avoir une idée. Il commença par faire remarquer que ses parents étaient absents pendant encore quelques heures. Interpellée, Danni ne dit rien pour l'instant de peur de se faire de fausses idées et le laissa poursuivre ses explications sans le lâcher du regard. Celui de Keagan avait quelque peu changé en prononçant cette phrase... Quand il l'attira à lui pour l'embrasser dans le cou, Danni n'eut plus trop de doute de s'être fait de fausses idées... Elle pencha légèrement la tête de côté et frissonna quand elle sentit ses lèvres près de son oreille. Elle avait beau avoir parfaitement compris ses intentions, l'entendre dire qu'il y avait des choses qu'il ne lui avait pas encore montrées dans sa chambre lui donna une bouffée de chaleur. A n'en pas douter que ses oreilles avaient pris une teinte cramoisie face à l'allusion.

    Pour le coup, Danni avait subitement oublié toutes ses idées noires... Très efficace, Keagan. Très efficace. Il lui prit la main et l'entraîna dans ladite chambre avant de fermer la porte. Danni soutint son regard tandis qu'il la détaillait. Il y avait clairement plus que de la tendresse dans ce regard-là et l'attirance qu'il ressentait transparaissait clairement dans ses yeux. En écho, Danni lui renvoya le même regard et retint son souffle alors qu'il entrelaçait ses doigts aux siens, faisant naître des fourmillements dans son ventre.

    Danni ne savait pas trop comment réagir face à ses compliments tant elle manquait de confiance en elle et se dépréciait sans arrêt. C'était tellement agréable à entendre... Elle lui plaisait et c'était flatteur...

    "C'est réciproque..." commença-t-elle alors qu'il se disait perturbé par elle. En ce qui la concernait, c'était le regard qu'il posait sur elle à l'instant présent qui la perturbait... dans le bon sens du terme. "Je crois que je n'ai j..jamais autant aimé quelqu'un avant toi." murmura-t-elle tandis qu'il l'attirait de nouveau à lui.

    Son corps collé au sien, Danni ressentit de nouveau cette chaleur étourdissante s'emparer de ses sens quand il attrapa son menton pour l'embrasser avec bien plus de passion qu'il ne l'avait jamais fait. Le souffle court et le cœur battant, elle goûta ses lèvres avec un plaisir non dissimulé puis posa ses mains de chaque côté des hanches de Keagan. Sans lâcher ses lèvres, elle glissa ses mains sous son t-shirt et les remonta lentement le long de ses flancs pour caresser sa peau. Qu'il était loin le temps de la gêne puérile d'un anodin étalage de crème solaire... ils en avaient fait du chemin. Leur baiser s'éternisant délicieusement avec toujours plus de fougue, Danni remonta encore plus ses mains jusqu'à faire lever les bras de Keagan, lui permettant ainsi de lui retirer son vêtement devenu trop encombrant à son goût. Elle l'envoya valser un peu plus loin et se détacha enfin des lèvres de son copain pour l'observer.

    "Je p..plaisantais pas quand je disais que je te trouvais sexy..." souffla-t-elle entre deux inspirations fébriles tout en se mordant la lèvre.

    A son tour, elle attrapa la nuque de Keagan et fondit sur ses lèvres avec non moins de fougue et d'excitation que la minute d'avant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5083-keagan-pour-s-habituer-a-la-magie-il-faut-du-temps-et-encore-plus-pour-la-comprendrehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5093-keagan-vivre-seul-n-est-pas-une-vie-alors-apprenons-a-la-partagerhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5094-keagan-le-partage-vous-connaissezhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5095-keagan-les-paroles-s-envolent-les-ecrits-restenthttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5096-keagan-les-paroles-s-envolent-les-ecrits-restent

Arrivé(e) le : 12/06/2015
Parchemins rédigés : 1508
Points : 14
Crédit : Bazzar
Année : 6ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Zoey S. Brewster, Megan A. Euston & Oliver T. Adams

MessageSujet: Re: [+18, BE CAREFUL !] “Le bonheur, c’est d’aimer à l’infini.” [Daniela & Keagan]   Ven 28 Juil - 17:18

Daniela & Keagan

“Le bonheur, c’est d’aimer à l’infini.”
Il n’y avait que depuis que j’étais de retour chez mes parents que je me sentais réellement libre. Loin de tout ce qui pouvait me rappeler l’horreur de cette année, et surtout je savais Daniela en sécurité. Rien ne pouvait autant me rassurer, croyez-moi. Et elle se faisait bien à la ville. Mes parents l’adoraient, mes potes aussi… ouais, ça ressemblait vachement au paradis ! Tant qu’on ne pensait pas à la rentrée, c’était parfait. On avait survolé le sujet, n’étant pas très réceptif pour en parler. Pour le moment. Plus tard peut-être mais ke n’y étais pas encore prêt. J’espérais juste ne pas trop frustrer Danni. Ce qui me semblait plus important à l’heure actuelle était de remercier ma petite amie pour tout ce qu’elle avait fait. Sa présence, tout simplement. Elle caressa ma joue au moment où je mettais mon nez dans ses cheveux, alors que je fermais un instant mes yeux. "Tu n'as p..pas à être désolé ! Ce n'était pas de ta faute ! Tu as été b..blessé Keagan... et tu n'a pas été le seul alors tu n'as pas à te sentir c..coupable ! Bien sûr que je suis r..restée auprès de toi. On n'était à l'abris nulle part ! Jamais je t'aurais abandonné, t.. tu entends ? Jamais." Evidemment que si, je me devais d’être désolé. Elle s’était mise en danger pour moi et c’était juste insoutenable comme situation ! Je secouai la tête de gauche à droite, comme un gamin capricieux, insistant : « T’imagines s’il te serait arrivé quelque chose à cause de moi ? Ou si ça arrivait ? J’me le pardonnerai jamais ! » Je gardai mon nez dans ses cheveux avant d’inspirer fortement et de lui dire : « Moi non plus, je n’t’abandonnerai jamais, j’te le promets… » Pourtant, j’avais l’impression de l’avoir fait malgré moi, et ça me tuait ! Je devrais m’y faire mais pour le moment, je n’y arrivais pas, je culpabilisais comme jamais. Je pensais aux autres aussi qui avait pris chers et ça me bouffait de l’intérieur de n’avoir été qu’une larve. Enfin… penser à autre chose devait être de mise, n’est-ce pas ?

Danni s’était mise debout et j’avais fait de même alors qu’elle me disait que c’était le moment de profiter. Et ca ne tombait pas dans l’oreille d’un sourd… parce qu’autant le dire, ça me travaillait depuis quelques temps. Mais j’attendais des signaux, de la tranquillité et… une certaine force, quand même. J’étais le mec quand même, elle se devait d’avoir des bras rassurants autour d’elle, dans n’importe quel moment. Je savais ce que je voulais à ce moment-même et je sous-entendais pas mal les choses en lui disant que mes parents ne rentreraient pas avant quelques heures. Elle ne dit rien mais son regard me demandait quelques explications, ce qui me fit sourire avec un peu de malice. Je l’avais attiré contre moi pour l’embrasser dans le cou et lui faire savoir que j’avais quelque chose à lui montrer dans ma chambre. « Quelque chose »… En me redressant, je la vis légèrement rougissante et j’avouais trouver ça encore plus adorable et attirant. Sans attendre, je lui pris la main et la guidai jusqu’à ma chambre, sans en dire plus. Face à elle, je ne pouvais m’empêcher de la regarder avec une certaine envie qui ne faisait que grandir depuis des semaines, et c’était pire depuis que nous étions libres, ici ! J’y pensais sans cesse, c’était hallucinant. Pourtant, ce n’était pas mon genre, mais ma copine me faisait un sacré effet. Ce qui était étrange était que j’avais dormi avec elle pendant toute l’année et que je n’avais jamais été aussi excité qu’en ce moment. Bon, je ne dis pas, j’avais eu des envies, mais les cachots ce n’était pas ce qui boostait le plus… Cependant, depuis qu’on était ici et qu’elle dormait dans mes bras, j’avais beaucoup plus de mal à m’endormir. Et quand c’était le cas, mes rêves étaient très… dirigés, et croyez-moi c’était beaucoup beaucoup mieux que ces foutus cauchemars ! Je craignais qu’elle le remarque, un matin, parce que ouais, ça se voyait… hum… mais en tout cas elle n’avait jamais rien dit alors j’imaginais que ça passait crème (sans mauvais jeux de mots !). Je la regardai, là tout de suite, et mon regard était très explicite. Elle le soutenait et ça jouait encore plus sur mes émotions. Ce qui nous créions, en ce moment, c’était encore autre chose et j’étais vraiment très sensible à ce qu’elle me faisait ressentir. Je me livrai alors à elle, lui disant que j’étais vraiment amoureux d’elle (et c’était un grand pas pour moi de le dire ouvertement, les yeux dans les yeux) et que son corps m’attirait. Je l’avais sous-entendu mais c’était clair, n’est-ce pas ? Ce qu’elle me dit par la suite fit naître un sourire sincère sur mes lèvres, juste avant que je ne l’attire tout contre moi, l’embrassant d’une passion différente de d’habitude. Daniela me rendait mon baiser avec un désir que j’acceptais avec une sensibilité monstre ! Je ne voulais pas lâcher ses lèvres, ses hanches, tout ce qu’elle me renvoyait me faisait un effet que je ne pouvais même pas décrire. Elle répondait positivement à mon « appel »… c’était d’autant plus encourageant et stimulant ! Je la laissai faire quand elle passa ses mains sous mon tee-shirt, frissonnant sous ce contact qui me troublait autant qu’il me plaisait. Avec douceur, elle remonta mon tee-shirt jusqu’à l’envoyer balader à quelques pas. Là, c’était clair, elle avait les mêmes envies que moi et c’était vraiment émoustillant. Elle se détacha de moi, et je le regrettai, ne sentant plus cette proximité. Cependant, ce qu’elle dit me décrocha un sourire aguicheur. "Je p..plaisantais pas quand je disais que je te trouvais sexy..." Sa manière de se mordre la lèvres, c’était juste… perturbant, et je dus prendre sur moi pour ne pas lui sauter littéralement dessus ! Je n’eus pas le temps de répondre qu’elle m’attrapa la nuque pour m’embrasser de nouveau avec passion et tentation. J’étais conquis ! D’un geste peut-être maladroit mais que je tentais mesuré, je fis glisser mes mains jusqu’à son débardeur que je remontai à son tour, découvrant une Daniela en soutien-gorge, une vue qui me coupa le souffle alors que je me reculai légèrement pour l’observer d’un œil alléchant. Je fis tomber son débardeur à nos pieds avant de passer mes mains en dessous de ses fesses et de la soulever afin qu’elle place ses jambes autour de ma taille. Elle était un poids plume, et j’avais repris un peu de force, autant dire que l’excitation et ça me donnait la possibilité de la soulever à mon aise. Je posai mes lèvres avec envie une nouvelle fois sur les siennes alors que je l’asseyais sur mon bureau, glissant ma bouche jusqu’à son oreille en lui susurrant : « TU es sexy… et attirante… je suis vraiment faible face à toi… » Lui avais-je lâché dans un souffle avant de lui embrasser le cou avec plus de désir que tout à l’heure, passant mes mains sur ses cuisses sans en faire trop, histoire d’être sûr que je n’allais ni trop vite, ni trop loin. C’était ma première fois, la sienne aussi, nous étions novices et je me disais que j’aurais dû lui demander si elle était vraiment prête avant mais je ne voulais pas gâcher ce moment… Et je ne savais pas comment je pourrais le prendre si elle se mettait d’un coup à me rejeter.

made by roller coaster

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t4105-danni-cooper-termine]Présentationhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t4112-danni-cooper-lienshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t4113-les-aventures-de-dannihttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t4114-courrier-pour-danni-cooperhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t4115-les-hiboux-express-pour-danni-cooper

Arrivé(e) le : 14/11/2014
Parchemins rédigés : 2250
Points : 20
Crédit : Google
Année : 6ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Joanne Griffith

MessageSujet: Re: [+18, BE CAREFUL !] “Le bonheur, c’est d’aimer à l’infini.” [Daniela & Keagan]   Lun 31 Juil - 13:02

    La vie reprenait doucement son cours et chacun prenait ses marques. Dans cet environnement calme, sans magie et entourée d'affection, Danni se reconstruisait auprès de Keagan et de ses parents. Ils avaient deux semaines devant eux pour profiter de cette "coupure", cette parenthèse dans leur année qui fut si difficile. Ils avaient abordé certains sujets qui les hantaient encore ou qui les inquiétaient pour la suite mais au final, mieux valait arrêter de penser et se contenter de vivre le moment présent. Ce qu'il en ressortait essentiellement, c'était que Danni, tout comme Keagan, savaient qu'en cas de problème, chacun pouvait compter sur l'aide et le soutien de l'autre. Et c'était quelque chose de vraiment rassurant.

    Leur nouvelle résolution du jour étant de profiter, le choix de l'activité n'avait pas mis longtemps à trouver une direction bien particulière, aidée par l'absence des parents... Bien qu'ayant subitement un peu plus chaud, Danni avait été réceptive à l'idée... A vrai dire, ce n'était pas comme si elle n'y avait jamais pensé depuis que Keagan était guéri... Honnêtement, jamais ce genre d'idée ne lui était venue durant l'année. Trop de fatigue, d'angoisse et de faiblesse.... Les corps et les organismes avaient d'autres chats à fouetter. Mais depuis la ferme et encore plus depuis qu'ils avaient retrouvé leur entière liberté, le fait d'avoir l'esprit plus léger laissait libre cours à certaines envies. Cependant, le fait de vivre sous le même toit que les parents de Keagan n'aidait pas vraiment... Elle rejoignait son petit ami en cachette le soir pour dormir et devait retrouver sa chambre dès le petit matin tout en sachant que les parents étaient juste de l'autre côté de la cloison. Elle s'était donc résolue à se contenter de sa tendresse et de son réconfort, ce qui la comblait déjà amplement. Alors autant dire que oui... quand Keagan expliqua en premier lieu que ses parents n'étaient pas là pour quelques heures, Danni avait parfaitement comprit où il voulait en venir. Et ses lèvres dans son cou, tout comme ses mains sur ses hanches n'avaient pas tardé à la convaincre... si tant est qu'elle ait eu besoin de l'être.

    Danni se laissa donc entraîner jusque dans la chambre, ses doigts entrelacés aux siens. Le regard de Keagan sur elle lui faisait un drôle d'effet. Se rendre compte à travers son regard qu'elle lui plaisait était extrêmement gratifiant et faisait naître tout un tas de papillons dans son ventre. Il lui avoua qu'il était amoureux et Danni lui confirma que c'était réciproque... Ca faisait longtemps que Danni avait des sentiments pour Keagan mais ils avaient pris de l'ampleur au fil du temps. Mais jamais encore avant aujourd'hui elle avait ressenti à ce point cette attirance purement physique et ce désir qui lui coupait le souffle et faisait battre le sang à ses oreilles. Les baisers qu'ils échangèrent avaient une toute autre dimension, bien plus passionnés et fougueux qu'à l'ordinaire.

    Danni n'était pas sûre de savoir comment s'y prendre alors elle tentait de ne pas trop réfléchir et d'agir selon son instinct. C'est donc naturellement qu'elle laissa parler son envie de sentir le contact de la peau de Keagan sous ses mains, en laissant courir ses doigts sous son t-shirt avant de le lui enlever. Keagan était vraiment un beau garçon et Danni ne put s'empêcher de se mordre la lèvre en l'observant, ne se privant pas de lui dire qu'elle le trouvait sexy. Le besoin de le sentir de nouveau contre elle se fit pressant et elle effaça la distance pour se coller de nouveau à lui et l'embrasser passionnément. Comme elle venait de le faire un peu plus tôt avec son t-shirt, Keagan l'imita et lui retira son débardeur. Elle leva les bras le temps qu'il extirpe le vêtement et fondit de nouveau sur ses lèvres une fois la voie libre, comme si elle ne pouvait plus supporter la moindre distance entre eux.

    Elle sentit alors ses grandes mains se poser sous ses fesses et la soulever sans mal. Danni croisa ses jambes autour de sa taille sans rompre le contact de ses lèvres sur les siennes. Elle se retrouva assise au bord du bureau et seulement à ce moment il détacha ses lèvres des siennes pour les glisser de nouveau vers son oreille. Danni en profita pour reprendre le souffle qui lui manquait. La phrase glissée à son oreille la fit frissonner.

    "Faiblesse partagée..." souffla-t-elle entre deux soupirs.

    Il lui embrassa le cou et Danni pencha la tête de côté pour mieux le lui offrir. Elle respirait vite, comme si elle avait couru, tandis qu'elle avait l'impression que les battements de son cœur s'entendaient dans toute la pièce. Une de ses mains glissa dans les cheveux de Keagan tandis que l'autre parcourait les muscles de son dos, s'attardant parfois au creux de ses reins, là où son pantalon l'empêchait pour l'instant d'aller plus bas... Une caresse sur ses cuisses fit naître une fine chair de poule sur sa peau alors qu'elle était pourtant très loin d'avoir froid... Danni retint un gémissement en se mordant de nouveau la lèvre... Les gestes de Keagan étaient doux et faisaient naître en elle un désir galopant. Elle avait une totale confiance en lui, ce qui effaçait toute nervosité. Elle n'avait aucune envie qu'il arrête de la toucher et en un message très clair, ses genoux se resserrent sur les hanches de Keagan comme pour l'empêcher de s'éloigner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5083-keagan-pour-s-habituer-a-la-magie-il-faut-du-temps-et-encore-plus-pour-la-comprendrehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5093-keagan-vivre-seul-n-est-pas-une-vie-alors-apprenons-a-la-partagerhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5094-keagan-le-partage-vous-connaissezhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5095-keagan-les-paroles-s-envolent-les-ecrits-restenthttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5096-keagan-les-paroles-s-envolent-les-ecrits-restent

Arrivé(e) le : 12/06/2015
Parchemins rédigés : 1508
Points : 14
Crédit : Bazzar
Année : 6ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Zoey S. Brewster, Megan A. Euston & Oliver T. Adams

MessageSujet: Re: [+18, BE CAREFUL !] “Le bonheur, c’est d’aimer à l’infini.” [Daniela & Keagan]   Mer 2 Aoû - 16:21

Daniela & Keagan

“Le bonheur, c’est d’aimer à l’infini.”
Oublier ce qu’il s’était passé cette année, ces derniers moments, ces dernières semaines, c’était totalement impossible. En revanche, ce qui l’était était de profiter de chaque moment, surtout en bonne compagnie ! Grâce à Daniela, je savais comment faire. Je n’avais pas eu à réfléchir longtemps quand elle m’avait parlé d’un choix d’activité à faire. J’y pensais depuis… pfiou, quelques temps maintenant. Mes pensées se tournaient vers cette tentation de plus en plus souvent, et elles étaient en ébullition quand j’avais ma petite amie tout près de moi. Alors évidemment, je tentais un petit sous-entendu pour voir si elle était réceptive à cette idée. Ce qui semblait être le cas. Sans trop attendre, je la guidais jusqu’à ma chambre qu’elle ne connaissait que trop bien désormais, sentant un certain désir prendre possession peu à peu de chaque partie de mon corps. C’était fou, cette sensation ! Je la regardais d’une intensité qui était différente de d’habitude. L’envie, l’excitation, le plaisir… tout se mélangeait et je devais avouer que je ne savais pas très bien gérer ce flux d’émotion qui contrôlait à lui seul mon être ! Nos baisers n’avaient rien à voir avec ce qu’ils étaient en temps normal. Ils étaient passionnés, fougueux, et me provoquaient un trouble sans égal.

Je laissai Daniela faire lorsqu’elle me retira mon tee-shirt, accueillant cette décision avec un plaisir non dissimulé. Elle m’observa et je ne pouvais pas vous expliquer ce que son regard provoqua en moi. Une simple envie de l’attirer un peu plus tout contre moi, et le fait qu’elle se morde la lèvre, chose si sexy, ne m’aidait pas à contenir mes ardeurs. Je faisais tout pour rester doux, pour deux raisons : la première, parce que j’avais bien trop de respect pour Danni pour tout faire foirer, et aussi parce que c’était nouveau et que je devais maîtriser mes pulsions. A mon tour, je fis valser son débardeur, appréciant le contact de sa peau avec la mienne. Je frissonnais et je sentais que ma peau était devenue hypersensible sous les doigts si alléchants de ma si jolie copine. J’étais faible et je ne manquais pas de lui faire remarquer. Elle était si belle, si attirante… je ne pouvais plus détacher mes mains d’elle, c’était impossible ! Mes lèvres non plus, ne pouvaient pas se priver de son corps. Regardez-la…

Je l’avais soulevée sans mal, prenant plaisir à pouvoir placer mes mains sous ses fesses qui avaient un tout autre attrait à l’instant t. Daniela m’entoura de ses jambes et ce geste accélérait ma respiration tant je sentais le désir monter, et monter encore. Nos lèvres ne se décollaient plus et leur douceur avait un impact particulier sur ma peau. Je la posai avec délicatesse sur mon bureau, ne réalisant même pas qu’au passage nous envoyions balader la plupart des objets qui s’y trouvaient. Je m’en moquais, je ne voyais que Danni. Sa beauté et l’effet qu’elle avait sur moi. J’étais totalement conquis, elle m’excitait comme je ne pouvais l’imaginer avant, appréciant cette sensation qui envahissait chaque centimètre carré de mon corps. Je la sentais frissonner et j’en étais d’autant plus perturbé. Son cou m’attirait et mes lèvres fondirent dessus alors qu’elle penchait la tête sur le côté, m’invitant à l’embrasser encore plus. Ce que je fis, parcourant sa peau avec un mélange de douceur et d’excitation. Je sentais aussi sa respiration saccadée qui s’accordait parfaitement avec la mienne alors que mes mains s’abandonnaient sur ses cuisses avec une cruelle envie d’aller plus loin. Une de ses mains glissa dans mes cheveux alors que l’autre faisait une pression affriolante sur mon dos, et j’accentuais mes baisers, prenant son geste comme une nouvelle invitation à continuer. Ses gestes étaient mesurés et j’appréciais de sentir ses doigts au creux de mes reins. J’en tremblais d’excitation alors que je prenais conscience de cette envie grandissante et du fait que j’aimais ce que je ressentais, corps contre corps avec la plus belle d’entre toutes. J’abandonnai son cou un instant pour embrasser ses lèvres de nouveau avec fougue, mes mains toujours sur ses cuisses, regrettant la couche qui m’empêchait d’apprécier la douceur de sa peau. Etait-elle aussi excitée que moi ? Je ne pouvais le dire mais j’eus l’impression que ce fut le cas quand ses genoux se resserrèrent autour de ma taille, faisant plus de pression sur nos deux corps. Punaise, j’étais tellement sensible à cette fille !

Mes doigts s’engouffrèrent avec douceur sous son short, remontant lentement sur le haut de ses cuisses alors que ce simple geste me troublait énormément. Je ne voulais pas qu’elle se sente brusquée alors je tentais de contrôler mes envies. Même si je peinais, croyez-moi ! J’enlevai une de mes mains de ses cuisses, passant mon index sous l’une de ses bretelles de soutien-gorge. Avec une délicatesse qui m’était rare, je fis glisser cette fameuse bretelle sur son épaule, jusqu’à découvrir sa nuque si attirante. Je déposai alors des baisers voluptueux sur cette zone, prenant plaisir à la regarder à certains moments, étant totalement possédés par les effets que me procurait son corps. Mes doigts s’abandonnèrent sur sa nuque, glissant jusqu’à son cou, ses omoplates, passant par ses épaules pour s’égarer, tremblant de désir, jusqu’à son décolleté. Mes doigts y restèrent quelques secondes avant de glisser jusqu’à son ventre, en venant à poser ma main sur sa taille, effectuant une pression pour l’attirer un peu plus à moi. J’avais envie d’elle, j’avais envie de lui donner du plaisir, de la faire se sentir bien… et c’était une chose que j’aimais déjà énormément.

made by roller coaster


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t4105-danni-cooper-termine]Présentationhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t4112-danni-cooper-lienshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t4113-les-aventures-de-dannihttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t4114-courrier-pour-danni-cooperhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t4115-les-hiboux-express-pour-danni-cooper

Arrivé(e) le : 14/11/2014
Parchemins rédigés : 2250
Points : 20
Crédit : Google
Année : 6ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Joanne Griffith

MessageSujet: Re: [+18, BE CAREFUL !] “Le bonheur, c’est d’aimer à l’infini.” [Daniela & Keagan]   Mer 2 Aoû - 22:55

    Les parents de Keagan avaient été adorables avec elle. Ils l'avaient accueillie chaleureusement chez eux, l'avaient acceptée malgré son bégaiement et lui avaient même aménagé une chambre de fortune dans le bureau. Les pauvres seraient peut-être choqués de savoir qu'elle connaissait mieux la chambre de Keagan qu'elle ne l'aurait dû... Mais ils ne pouvaient pas comprendre la force de leur relation ni le besoin qu'ils avaient de ne pas être séparés après ce qu'ils avaient vécu. Pire, que penseraient-ils d'elle s'ils savaient qu'elle était en ce moment-même assise sur le bureau de la chambre, Keagan collée à elle dans une étreinte de plus en plus passionnée ? Pour être tout à fait honnête, elle y réfléchirait plus tard car pour l'instant, son entière attention était portée vers son petit ami, ses lèvres posées dans son cou et ses mains qui courraient le long de ses cuisses. En l'espace de quelques minutes, la simple tendresse s'était métamorphosée en désir et excitation. Fébrile, Danni découvrait toutes ces sensations avec plaisir, se disant qu'elle n'aurait pas trouvé meilleur moyen de fêter sa majorité et leur liberté retrouvée.

    Débarrassés d'une première partie de leurs vêtements, Danni et Keagan se découvraient à travers leurs baisers, leurs caresses et les regards qu'ils s'échangeaient. Danni laissait courir ses mains sur le corps de Keagan qui en faisait de même. Leurs lèvres n'avaient de répit que pour reprendre une bouffée d'oxygène avant de plonger de nouveau. Danni appréciait le contact des mains de Keagan sur sa peau qui réagissait malgré elle en frissonnant. Keagan était tout simplement parfait à ses yeux. Il était tendre, gentil, protecteur, attentionné, doux et pour couronner le tout, elle le trouvait terriblement séduisant. Danni était totalement folle de lui et le désir qui s'insinuait en elle n'en était que plus fort.

    Danni lui offrait son cou sans hésitation pour accueillir ses lèvres tandis que ses doigts glissaient dans ses cheveux bruns, descendant parfois sur sa nuque pour l'empoigner avec douceur, l'incitant ainsi à ne pas cesser ses baisers. Quant à son autre main, elle était partie explorer d'autres parcelles de sa peau, flirtant avec les limites du vêtement qui lui restait. Les mains de Keagan sur ses cuisses la rendaient dingue, affolant sa respiration. Et quand ses doigts parvinrent à se glisser sous le tissu de son short pour remonter un peu plus haut sur ses cuisses, Danni ne put retenir un soupir de plaisir mêlé de frustration causée par ce tissu qui devenait une barrière si gênante.

    Mais Keagan était encore plein de ressources et lorsqu'il fit glisser l'une de ses bretelles de soutien-gorge sur son épaule pour venir y déposer ses lèvres, Danni ferma les yeux pour apprécier pleinement l'instant. Ses gestes étaient à la fois tellement doux et précis qu'ils la faisaient littéralement chavirer. Les doigts de Keagan se perdirent sur sa nuque et le haut de son dos avant de revenir vers l'avant, effleurant son décolleté puis son ventre qui se contracta sous la caresse, la faisant de nouveau soupirer de plaisir.

    Il l'attira alors un peu plus vers lui et Danni rouvrit les yeux pour plonger son regard brillant d'excitation dans celui de Keagan. Tentant de maîtriser sa respiration qui galopait aussi vite que les battements de son cœur, ce fut à son tour d'approcher ses lèvres près de l'oreille de son petit ami.

    "Est-ce que... tu en as envie autant que moi... ?" murmura-t-elle tandis que ses mains fines s'étaient faufilées entre eux pour entreprendre de défaire la boucle de ceinture du pantalon de Keagan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5083-keagan-pour-s-habituer-a-la-magie-il-faut-du-temps-et-encore-plus-pour-la-comprendrehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5093-keagan-vivre-seul-n-est-pas-une-vie-alors-apprenons-a-la-partagerhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5094-keagan-le-partage-vous-connaissezhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5095-keagan-les-paroles-s-envolent-les-ecrits-restenthttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5096-keagan-les-paroles-s-envolent-les-ecrits-restent

Arrivé(e) le : 12/06/2015
Parchemins rédigés : 1508
Points : 14
Crédit : Bazzar
Année : 6ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Zoey S. Brewster, Megan A. Euston & Oliver T. Adams

MessageSujet: Re: [+18, BE CAREFUL !] “Le bonheur, c’est d’aimer à l’infini.” [Daniela & Keagan]   Ven 4 Aoû - 14:48

Daniela & Keagan

“Le bonheur, c’est d’aimer à l’infini.”
L’arrivée de Daniela chez moi s’était faite tout naturellement. Evidemment, mes parents l’avaient directement adorée et ils avaient pris beaucoup de plaisir à la faire se sentir comme chez elle. Notamment en aménageant le bureau… Si seulement ils savaient qu’elle passait plus de temps dans ma chambre que dans la sienne. J’imaginais déjà les mots de ma mère. Et croyez-moi, je voulais réellement éviter ça !

Tout s’était fait assez rapidement. J’étais tellement déboussolé et perturbé par ma jolie copine que je ne pouvais même pas vous redire ce qu’il s’était réellement passé avant que je la « dépose » sur mon bureau. En fait, j’étais carrément émoustillé et à part la voir elle, elle seule, j’avais carrément oublié le reste. Ca n’avait pas d’importance, elle était mon importance et me voilà totalement perturbée par ce magnifique spectacle que son corps m’offrait. Ses lèvres n’avaient jamais été aussi attirantes et je ne pouvais pas mettre des mots sur les sensations que j’avais en posant mes mains sur sa peau. Pourtant, ce n’était pas la première fois… Mais de cette façon-là, c’était totalement différent. Et j’étais loin d’y être indifférent.

Sa peau frissonnante ne faisait qu’accentuer mon désir et son épaule dénudée avait ce côté sexy qui me mettait dans tous mes états. Je déposais alors les lèvres sur sa nuque, les faisant glisser à différents endroits qui me faisaient de l’œil. Elle était douce et je sentais ma respiration s’accélérer alors que son corps réagissait à mes baisers. Mes doigts s’abandonnèrent d’eux-mêmes sur Daniela, glissant de son cou, passant par son décolleté, jusqu’à son ventre qui réagit immédiatement, me faisant frissonner de la voir aussi déstabilisée que moi. Elle soupira et j’en profitai pour reprendre possession de ses lèvres avec les miennes, la respiration haletante et bouillonnant d’un désir incontrôlable. Je l’attirai vers moi d’un geste un peu maladroit, captant le regard passionné de Danni. Enfin, passionné… j’étais surtout très troublé par son regard rempli d’une excitation partagée, qui faisait réagir mon corps d’une manière que je ne pouvais maîtriser. Et ça se voyait, bien que j’ai encore de quoi le cacher, si vous voyez ce que je veux dire.

Daniela en vint à approcher ses lèvres de mon oreille et je frissonnai de plaisir en sentant son souffle. "Est-ce que... tu en as envie autant que moi... ?" Ses mots eurent un effet exaltant sur moi. J’étais tellement fou d’elle, c’était hallucinant ! Je me mordis la lèvre en fermant quelques secondes les yeux comme pour contenir mes ardeurs alors qu’elle entreprenait d’enlever ma ceinture. Dans un souffle, je répondis : « Tu n’as même pas idée… » Parce que, oui, j’en avais énormément envie et je ne savais pas comment calmer cette excitation qui ne faisait que s’intensifier. Je la laissai défaire ma ceinture et finis par la retirer totalement de mon pantalon avant de passer mes mains sous ses fesses afin de la soulever de nouveau. Je la remis sur pied avant de plonger mon regard dans le sien, commençant à déboutonner son short, comme pour voir si elle voulait attendre ou non. Faire ce geste me perturbait énormément et ma respiration était saccadée et plus intense. Je glissai l’un de mes doigts en dessous de son short, devant prendre sur moi pour me montrer doux et pas trop brusque. C’était ma première fois quand même, mes émotions et mon désir prenaient vite le dessus ! Et elle était si belle… Mon autre main passa dans ses cheveux alors que je dégageai son cou. Ce que cet endroit était sensuel, mes lèvres en étaient toujours attirées et elles vinrent s’y perdre de nouveau avec fougue alors que mes doigts tentaient encore de défaire les boutons de son short. Etre collé à elle, sentir sa peau… J’en tremblais tant la sensation ressentie était alléchante !

made by roller coaster

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t4105-danni-cooper-termine]Présentationhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t4112-danni-cooper-lienshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t4113-les-aventures-de-dannihttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t4114-courrier-pour-danni-cooperhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t4115-les-hiboux-express-pour-danni-cooper

Arrivé(e) le : 14/11/2014
Parchemins rédigés : 2250
Points : 20
Crédit : Google
Année : 6ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Joanne Griffith

MessageSujet: Re: [+18, BE CAREFUL !] “Le bonheur, c’est d’aimer à l’infini.” [Daniela & Keagan]   Dim 13 Aoû - 23:16


    « Tu n’as même pas idée… »

    Il avait répondu dans un souffle et pourtant cette simple phrase mit Danni dans tous ses états, faisant grimper d'un degré supplémentaire le désir qu'elle avait de lui. La respiration de Keagan était aussi précipitée que la sienne et ils devaient reprendre leur souffle entre chacun de leurs baisers de plus en plus passionnés. Ils étaient seuls au monde, là dans cette chambre. Plus rien d'autre ne comptait aux yeux de Danni que la présence de Keagan, ses baisers et ses caresses.

    Assise sur le bureau, elle était parvenu à défaire la boucle de ceinture du pantalon de Keagan, ne laissant plus aucun doute sur ses intentions et ses envies. Il termina de retirer complètement sa ceinture avant de la soulever de nouveau pour la remettre sur ses pieds. Il plongea son regard dans le sien tandis qu'il commença à défaire les boutons de son short. Très loin de vouloir l'en empêcher, Danni esquissa un sourire et laissa courir son regard vers les lèvres de Keagan avant de remonter de nouveau et le fixer en retour tandis qu'il glissait un de ses doigts sous son short. Ses mains à elle s'étaient posées sur le torse de Keagan et en exploraient chaque ligne et chaque contour.

    D'une main, il rassembla ses cheveux sur son épaule pour dégager son cou. Il n'en fallut pas plus pour Danni qui ferma une nouvelle fois les yeux et pencha la tête de côté pour accueillir de nouveau ses lèvres. Il semblait aimer cette zone et Danni aimait la lui offrir sans retenue. Sa peau frissonnait sous ses lèvres et Danni avait de plus en plus de mal à retenir ses soupirs tant les gestes de son petit ami étaient sensuels. Une de ses mains se posa sur la nuque de Keagan et ses doigts s'y crispèrent légèrement tandis qu'il embrassait toujours son cou.

    Lorsqu'il parvint enfin à déboutonner son short complètement, celui-ci glissa tout seul jusqu'à ses chevilles... c'est qu'elle n'avait pas encore repris tous les kilos perdus... Danni embrassa l'épaule de Keagan et sans quitter cette étreinte, elle parvint à retirer ses tennis en se dandinant d'un pied sur l'autre. D'un geste du pied, elle envoya valser son short sans prendre la peine de regarder où il atterrissait.

    Reculant légèrement le visage pour observer une nouvelle fois le regard de Keagan à la recherche de cette lueur d'excitation qui l'émoustillait, elle emprisonna de nouveau ses lèvres dans un nouveau baiser brûlant qu'elle prolongea jusqu'à bout de souffle. Elle glissa alors ses lèvres sur la mâchoire carrée de son petit ami avant de descendre dans son cou puis sur son torse sur lequel elle s'attarda, le couvrant de baiser tandis que ses mains s'étaient déjà attelées à défaire la braguette du pantalon de Keagan. La fermeture éclair opposant moins de résistance que les boutons de son propre short, il ne lui fallut guère de temps pour la défaire malgré ses doigts légèrement tremblants d'excitation. Ses mains sur les hanches de Keagan, elle accompagna la descente du tissu, dévoilant le sous-vêtement de son petit ami qui ne cachait pas grand chose de ce qu'il ressentait à l'instant même.

    Danni releva de nouveau les yeux vers Keagan et se mordit la lèvre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[+18, BE CAREFUL !] “Le bonheur, c’est d’aimer à l’infini.” [Daniela & Keagan]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard, 19 ans après. :: Autour du Monde :: 
Le Royaume-Uni
-
Sauter vers: