AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Tu le touches, je te bouffe - Cruz

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8035-j-ai-toujours-reve-d-apprendre-a-voler-savannah-r-caldwellhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8048-in-our-family-portrait-we-look-pretty-happy-savannah-r-caldwellhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6353-ecrire-pour-mettre-de-l-ordre-dans-ses-obsessions-savannah-r-caldwell-sinead-p-o-riordan#164473http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8066-send-me-your-love-savannah-r-caldwell#182506http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8067-send-me-your-love-savannah-r-caldwell#182508

Arrivé(e) le : 14/11/2015
Parchemins rédigés : 1212
Points : 50
Crédit : Bazzart
Année : 5ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Sinéad P. O'Riordàn

MessageSujet: Tu le touches, je te bouffe - Cruz   Jeu 20 Juil - 20:13


Cruz & Savannah

Tu le touches, je te bouffe

Aujourd’hui, j’ai décidé d’apporter de la lecture à Isidore. Je ne sais pas trop si ça va lui faire plaisir, en fait je ne sais plus grand-chose concernant mon petit-ami. Un jour, il est parfaitement calme, adorable et câlin et l’autre j’ai l’impression que s’il pouvait m’enlever une main pour récupérer la sienne, il le ferait. Ses changements émotionnels sont un peu difficiles à suivre mais j’ai discuté avec Liu Xi qui s’occupe de lui quotidiennement et elle dit que ça fait partie du processus d’acceptation et qu’il faut lui laisser du temps. Je fais du mieux que je peux mais cette situation met mes nerfs à rude épreuve et il m’est déjà arrivé plusieurs fois de craquer face à la violence verbale dont peut faire preuve Isidore par moments. Ses paroles ne sont jamais dirigées directement contre moi mais j’ai justement l’impression qu’il prend sur lui pour ne pas se montrer insultant et blessant et ses accès de colère ont tendance à me faire plutôt flipper. Du coup, j’ai passé littéralement des heures avec ma jumelle à choisir des livres qui pourraient lui convenir, j’ai éliminé d’office les trucs romantiques et fleur bleu qui ne lui ressemblent pas, ainsi que tous les bouquins susceptibles de lui rappeler ce qui lui arrivé donc sans scène de violence intense avec du sang partout et de potentielles mutilation. Autant dire que la sélection a été plutôt délicate mais j’ai finalement réussi à trouver mon bonheur et j’ai dû remercier au moins une centaine de fois Avalon de m’avoir aidée dans cette épopée un peu compliquée. Ma sœur n’a jamais été très proche de moi, mais pour le coup, elle m’épaule de manière formidable. Je n’ai jamais vraiment su ce qu’elle pensait d’Isidore et généralement elle s’abstient de me donner son avis, à part quand je lui demande, car nous savons que, par principe, nous aurons toujours des avis contraires. Ce n’est pas que nous n’aimons pas être d’accord, c’est simplement une conséquence directe de nos personnalités opposées.

J’ai donc décidé d’apporter ses livres à Isidore dès le matin après le petit-déjeuner. Comme toujours, j’angoisse un peu à l’idée de cette visite qui se rapproche, j’ai tellement peur de le trouver dans un mauvais jour et de passer tout le reste de la journée que les minutes précédant nos retrouvailles sont toujours un peu difficiles pour moi. Pourtant, je suis toujours super heureuse de le voir et je ne pourrais pas me passer de ces visites. Malheureusement, elles sont presque autant source de souffrance que de joie. En plus, je ne sais vraiment pas si mon attention va lui faire plaisir, j’ai conscience qu’il rêve de retourner sur un balai et qu’il préférerait carrément survoler la ferme sans avoir à penser à sa blessure et aux conséquences qu’elle implique. Sauf que je ne peux pas lui offrir ce dont il rêve le plus au monde alors je me contente de petits gestes simples en espérant qu’un jour, ça soit suffisant pour lui permettre de retrouver le sourire. J’aimerais tellement retrouver le garçon que j’aime et j’ai l’impression que le processus d’acceptation est interminable. Bien sûr, je ne lui en veux pas, je ne suis pas dans sa situation alors je ne peux pas comprendre ce qu’il vit ni me mettre à sa place car je n’ai jamais eu à surpasser une telle épreuve, mais j’aimerais accélérer le temps pour ne plus avoir à supporter ça. Mon petit-déjeuner est difficile à avaler avec le nœud qui s’est formé dans mon estomac mais j’y parviens tant bien que mal en entendant sans trop l’écouter, Avalon qui essaie manifestement de me détendre. Je lui en suis reconnaissante et elle est assez gentille et compréhensive pour ne pas me faire remarquer que je ne sais même pas de quoi elle est en train de me parler. Ma sœur a beau être la pire des chieuses, je l’adore à ce moment précis. Enfin, je l’adore en règle générale mais encore plus là, tout de suite, maintenant.

Ma pile de livres à la main, je finis tout de même par me diriger vers l’infirmerie, le nœud toujours bien présent dans mon estomac. J’ai imaginé tous les scénarios possibles et imaginables dans ma tête. Le pire scénario est forcément celui où il me jette les bouquins à la tête en m’accusant de le considérer comme un infirme et de jouer les saintes alors qu’en réalité je n’ai rien à faire auprès de lui. Bon, c’est très peu probable mais il faut bien que j’imagine un scénario catastrophe, histoire de pouvoir supporter un peu mieux une scène pas forcément agréable en me disant que ça pourrait être pire. Le meilleur scénario serait évidemment qu’il soit ravi de ce cadeau, m’offre son plus beau sourire et me permette de passer le reste de la journée auprès de lui à parler de tout et de rien. Bon, là aussi, c’est très peu probable parce que c’est tout simplement un peu trop idyllique pour être réaliste. Cependant, dans l’ensemble de ces scénarios, jamais je n’avais pu imaginer tomber nez à nez avec Cruz qui sort justement de l’infirmerie au moment où j’arrive. Qui a-t-elle bien pu aller voir aussi tôt le matin ? Mon radar de fille amoureuse se met en marche immédiatement et me signale un danger imminent. Il ne m’en faut pas plus pour jouer les vipères, bien que ce rôle ne me convienne pas du tout normalement. « Qu’est-ce que tu fais là ? » Je lui demande sèchement. En parlant, je réalise bien que j’ai sûrement tort d’agir de cette façon. Cruz ne m’a jamais rien fait en réalité, je la déteste par principe juste parce que j’ai eu le malheur de voir ses seins dans la tête d’Isidore et qu’elle me parait donc être le principal danger pour mon couple. Sauf qu’en réalité, elle n’est même pas au courant et moi je l’agresse directement. Nous avons tous vécu des moments très durs et moi je ne peux pas m’empêcher d’être jalouse, c’est ridicule. « Enfin… Je veux dire… Tu rendais visite à quelqu’un ? » Nous ne sommes même pas amies, pourquoi elle aurait envie de me raconter sa vie ? J’espère en tout cas qu’elle va m’éclairer, j’ai vraiment besoin de savoir si elle était avec lui.

Code by Fremione.




I won't never give up
I won't let you get me down, I'll keep getting up when I hit the ground and I'll find my way home.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7879-cruz-v-rosewood-le-visage-d-un-ange-mais-le-diable-au-corps-finihttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7882-cruz-your-hell-your-dream-nothing-in-betweenhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7883-cruz-les-mots-comme-trace-de-notre-passagehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7884-cruz-de-votre-plus-belle-ecriturehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8024-cruz-des-petits-mots-a-gogo#181927

Arrivé(e) le : 19/05/2017
Parchemins rédigés : 110
Points : 15
Crédit : KitKat sur Bazzart (Vanessa Hudgens)
Année : Sixième

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Aucun

MessageSujet: Re: Tu le touches, je te bouffe - Cruz   Jeu 20 Juil - 21:24

Tu le touches, je te bouffe.

feat. Cruz & Savannah
Cruz s'est levée tôt, ce matin. Comme tous les matins, en fait. La demoiselle n'aime pas faire la grasse matinée, elle considère que c'est du temps perdu sur la journée. Merlin sait à quel point une journée peut être décisive pour un destin, voir cruciale. De plus, la belle Espagnole aime contempler l'aurore. Elle n'a pas trouvé spectacle plus merveilleux et apaisant. De l'apaisement, c'est définitivement ce qu'il lui faut en ce moment. La Serpentard est forte, elle en a vu d'autres et des bien pires dans sa petite vie d'orpheline. Mais elle ne peut nier que ce qui s'est passé au bal l'a chamboulée et la chamboule encore aujourd'hui. Lorsqu'elle est arrivée à la Ferme, elle a appris que plusieurs de ses camarades étaient gravement blessés. Heureusement pour elle, la jeune femme n'est proche que d'un nombre réduit de convalescents : Narcissa, Anoushka, Zach et Isidore. Et encore, Cruz n'est pas réellement amie avec la blonde mais elles se connaissent plutôt bien. Le fait de lui avoir parlé peu avant le drame amplifie un peu les choses.

Plusieurs fois, depuis son arrivée, la brune a songé à rendre visite à ces personnes. Mais elle avait un peu peur de ce qu'elle allait trouver et puis, elle se disait qu'ils n'avaient sûrement pas besoin d'elle. Ce serait quand même assez mesquin d'aller les voir alors qu'elle-même avait été quasiment épargnée par la bataille, juste des côtes cassées réparées en trente secondes chrono. Faire acte de présence tout en hypocrisie, ce n'est pas le genre de Cruz. Avec des gens banals oui, mais avec des proches jamais. Puis, elle avait appris qu'Anoushka était mal en point. On la disait amnésique. La Serpentard avait du mal à le croire, imaginer son amie sans souvenirs lui paraissait inconcevable. Il fallait qu'elle vérifie par elle-même si ce qui se disait était vrai, qu'elle en ait le coeur net. Aussi la jeune femme avait décidé de lui rendre visite de bon matin, afin de se trouver en tête à tête avec elle.

L'infirmerie se trouve au premier étage, Cruz a le choix de s'y rendre directement depuis son dortoir ou d'aller manger avant. Elle préfère aller se sustenter en premier lieu, elle se doute que ce qui l'attend nécessite d'avoir pris des forces. Enfin ... ce n'est pas comme si la brune mangeait beaucoup, de toute manière. Après un petit déjeuner léger dans une salle à manger presque déserte, la demoiselle prend son courage à deux mains et se décide à gravir les marches jusqu'au premier. Elle se concentre sur sa respiration, essaie de faire ralentir son rythme cardiaque. Elle doit paraître détendue, elle suppose que voir une amie crispée n'aidera pas Anoushka dans son processus de guérison. La voilà enfin devant la porte de l'infirmerie. Cruz souffle un bon coup et pousse la porte avant d'entrer dans la pièce. Cruz tombe nez-à-nez avec un infirmier qui lui barre la route. « Bonjour, que puis-je faire pour vous ? » Lui demande l'homme avant de consentir à la laisser passer. La Serpentard relève les yeux pour planter son regard dans le sien, avant de répondre d'un ton assuré. « Bonjour. Je viens voir Anoushka O'Nyme, on m'a dit que les visites étaient autorisées. » L'infirmier regarde son dossier puis va toucher un mot à une de ses collègues. Quelques instant plus tard, la réponse du soignant est sans appel. « Elle a passé une mauvaise nuit, il vaut mieux que vous reveniez un autre jour. »

Il n'y a pas si longtemps, et en d'autres circonstances, Cruz aurait insisté. Elle n'est pas le genre de femme à qui on peut refuser beaucoup de choses. Mais, aujourd'hui, celle-ci accepte la décision des médecins. Elle remercie l'infirmier pour ses informations puis prend congé. Alors qu'elle sort de l'infirmerie, voilà que la Serpentard se retrouve face à l'une de ses comparses. Savannah tient un livre dans ses mains et, après un bref instant de surprise, ses yeux lancent des éclairs à Cruz. La jeune femme est étonnée, elle n'a rien fait pour mériter un tel regard, une fois n'est pas coutume. Toutefois, elle retrouve vite une contenance et se prépare à contrer les attaques de la demoiselle. « Qu’est-ce que tu fais là ? » Dit-elle, sèchement. La présence de Cruz est visiblement indésirable. Décidément, on ne veut vraiment pas d'elle dans cette infirmerie. Sur le coup, Cruz ne comprend vraiment pas pourquoi la jeune femme est si acerbe. Elles n'ont jamais été copines, certes, mais cela n'explique pas tout. Sentant qu'elle est allée un peu vite en besogne, Savannah tente de se rattraper.« Enfin… Je veux dire… Tu rendais visite à quelqu’un ? » Cruz se souvient alors qu'Izzie aussi est à l'infirmerie en ce moment. Il aurait même une main en moins d'après ce qu'on dit. Il n'en faut pas plus à l'Espagnole pour faire le rapprochement entre Isidore et l'attitude agressive de sa petite amie. Cruz s'est habituée à ce que cette dernière soit régulièrement jalouse d'elle et de sa relation avec Izzie. Cruz n'a jamais vraiment compris pourquoi, ils s'entendent bien certes mais ils ne passent pas leur vie ensemble. Puis, il n'y a jamais rien eu entre eux, du moins pas encore. Voyant là sa première occasion de vraiment s'amuser depuis son arrivée à la Ferme, Cruz se décide à répondre avec un petit sourire en coin et un regard malicieux. « En effet. Il avait besoin de me voir. » Dit-elle en pensant à Isidore. Quelques mots bien mystérieux qui, Cruz l'espère, ne manqueront pas de déclencher les foudres de Savannah.

made by guerlain for bazzart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8035-j-ai-toujours-reve-d-apprendre-a-voler-savannah-r-caldwellhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8048-in-our-family-portrait-we-look-pretty-happy-savannah-r-caldwellhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6353-ecrire-pour-mettre-de-l-ordre-dans-ses-obsessions-savannah-r-caldwell-sinead-p-o-riordan#164473http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8066-send-me-your-love-savannah-r-caldwell#182506http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8067-send-me-your-love-savannah-r-caldwell#182508

Arrivé(e) le : 14/11/2015
Parchemins rédigés : 1212
Points : 50
Crédit : Bazzart
Année : 5ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Sinéad P. O'Riordàn

MessageSujet: Re: Tu le touches, je te bouffe - Cruz   Ven 21 Juil - 18:54


Cruz & Savannah

Tu le touches, je te bouffe

Je dévisage Cruz avec le regard d’un éléphant à qui on vient de voler sa dernière cacahuète. Franchement, je ne vais pas me mentir, ça me fait chier de la voir, je n’ai pas du tout envie qu’elle tourne autour de MON Isidore et encore moins qu’il la laisse tourner autour de lui. Le pire, c’est que j’ai décidé d’être la petite amie modèle pour lui permettre de se rétablir sans avoir à affronter nos trop fréquentes engueulades ce qui m’oblige à prendre sur moi parfois pour ne pas exprimer de manière un peu trop virulente le fond de ma pensée. Alors si elle s’ajoute à l’équation, je crois que mes nerfs vont être dans un état plus que lamentable. Je ne suis pas une fille jalouse, je n’aime juste pas voir les filles papillonner autour de MON copain avec de mauvaises intentions… Ouais, bon, d’accord, je suis peut-être un peu jalouse quand même. C’est un peu normal, je suis plutôt banale comme fille alors qu’à l’école, il y a des filles nettement plus jolies et attirantes que moi. Cruz est d’ailleurs le parfait exemple de la potiche au cerveau sous-développé qui fait baver les hommes. Et pourtant, je l’envie carrément. J’aimerais bien que tous les regards se retournent sur mon passage comme ça. Enfin, pas vraiment quand même, je n’ai besoin de personne d’autre que d’Isidore, en plus, ça doit être chiant d’être un objet de convoitise et même un peu dégradant. Cependant, je suppose que tous ces regards sur elle doivent largement contribuer à l’assurance dont elle fait preuve actuellement et c’est cette assurance-là que j’aimerais avoir. Peut-être qu’alors j’arrêterai d’avoir peur qu’Isidore finisse par trouver l’herbe plus verte dans une autre prairie… Ou pas. Le problème du Serpentard, c’est qu’il aime un peu trop les filles. Enfin, je n’ai pas l’occasion de lui reprocher sa conduite envers la gente féminine lorsqu’il est avec moi, mais il ne faut pas oublier qu’avant d’être ensemble nous avons été amis et je connais donc très bien le personnage. Le fait qu’il se montre respectueux en ma présence est tout à son honneur mais ça ne signifie pas qu’il ne jette pas des regards langoureux à la première venue dès que j’ai le dos tourné. Je lui fais confiance pourtant, vraiment confiance, je sais qu’il ne fera jamais rien de mal tant que je serais encore sa copine et je compte bien le rester d’ailleurs, mais par contre je ne peux pas faire confiance aux autres filles qui gravitent constamment autour de mon amoureux. Si je pouvais installer une sorte de champ de force pour me préserver des dangers potentiels que constituent ces espèces de garces sans scrupule, je le ferais avec grand plaisir. Je suis sidérée que le fait qu’Isidore soit à l’infirmerie, en train de se remettre d’une lourde blessure, ne suffise pas à éloigner ces vautours assoiffés de sang. Elles pourraient au moins le laisser respirer. Je suis peut-être un peu mal placée pour penser une telle chose compte tenu du fait que je n’ai pas laissé passer une journée sans le voir, sauf lorsqu’on m’a donné l’ordre de ne pas venir, mais j’estime que ma présence est importante et que celles des autres l’est beaucoup moins. J’ai raison, non ?

Forcément, après ce raisonnement fort pertinent, je ne peux pas m’empêcher de m’adresser à Cruz sur un ton légèrement agressif et son air narquois ne m’incite clairement pas à regretter mon acte, au contraire, il me conforte ans l’idée que je suis dans le vrai et que j’ai bien raison de me méfier de cette fille. J’attends ses explications avec une grande impatience mais évidemment, je suis loin, bien loin, d’être satisfaite par sa réponse. « En effet. Il avait besoin de me voir. » Comment ça « il » ? Qui c’est ce « il » ? Je n’ai aucun doute sur le fait qu’il s’agit d’Isidore, elle ne veut tout simplement pas me le dire pour ne pas lui attirer de problème ce qui signifie nécessairement que le Serpentard lui a dit de se méfier de moi et ça, ce n’est vraiment pas une bonne nouvelle. Je me rends bien compte que je suis en train de paniquer pour de simples suppositions mais c’est plus fort que moi, je trouve ça louche. « Qui ça ? » Autant demander confirmation, ce sera le meilleur moyen de gérer l’anxiété qui commence à m’envahir. Sauf que, outre le fait qu’elle vient sûrement de passer de longues minutes à faire du rentre-dedans à mon petit-ami, une autre partie de sa réponse m’interpelle… Il avait besoin d’elle. Comment est-il possible qu’Isidore puisse avoir besoin d’une autre personne que moi à son chevet ? Enfin, il peut avoir besoin de soins donc d’une infirmière ou d’un infirmier mais il est impossible qu’il puisse avoir besoin d’une autre de ses camarades de classe. Sauf que si Cruz le dit c’est qu’Isidore l’a vraiment réclamée à son chevet, non ? Je ne dois pas être jalouse… C’est normal qu’il ait besoin d’une compagnie autre que la mienne, ça lui permet de se changer les idées et de discuter avec d’autres personnes. Mais pourquoi Cruz ? Elle est nulle ! Il pourrait demander à Milo par exemple, les risques qu’il se passe quelque chose qui ne me plairait pas du tout seront largement réduits. Quoi qu’il est gay, mais bon, je ne crois pas qu’Isidore le soit ou alors j’ai vraiment loupé quelque chose. Je crois qu’en lui ramenant ces fameux livres, je vais lui en toucher deux mots discrètement en essayant de ne pas le braquer. Je sais que c’est une mauvaise idée mais si cette crétine doit lui rendre visite tous les jours, ça va me rendre littéralement malade. « Je ne savais pas qu’ils avaient besoin d’aide à l’infirmerie, ni que tu avais les compétences nécessaires et encore moins que tu aimais rendre service. Tu essaies de faire ta bonne action de la décennie ? » Depuis quand je suis aussi méchante ? Il faut que je me reprenne absolument. « C’est chouette que tu rendes visite aussi tôt à… Euh… Aux gens. » Je trouve qu’il y a du mieux mais j’ai l’impression que ma haine est écrite sur mon visage. J’espère juste qu’elle ne s’en rend pas compte.

Code by Fremione.




I won't never give up
I won't let you get me down, I'll keep getting up when I hit the ground and I'll find my way home.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7879-cruz-v-rosewood-le-visage-d-un-ange-mais-le-diable-au-corps-finihttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7882-cruz-your-hell-your-dream-nothing-in-betweenhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7883-cruz-les-mots-comme-trace-de-notre-passagehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7884-cruz-de-votre-plus-belle-ecriturehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8024-cruz-des-petits-mots-a-gogo#181927

Arrivé(e) le : 19/05/2017
Parchemins rédigés : 110
Points : 15
Crédit : KitKat sur Bazzart (Vanessa Hudgens)
Année : Sixième

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Aucun

MessageSujet: Re: Tu le touches, je te bouffe - Cruz   Ven 21 Juil - 20:44

Tu le touches, je te bouffe.

feat. Cruz & Savannah
Cruz n'est pas peu fière de la réplique qu'elle vient de sortir à une Savannah médusée. C'est amusant de voir à quel point cette fille est facile à manipuler. Les émotions se lisent sur son visage comme dans un livre ouvert : ses sentiments sont limpides. Cruz voit de la colère réprimée, de l'agacement, de l'angoisse : bref, de la jalousie pure et simple. C'est même étonnant qu'une réplique pareille puisse encore avoir de l'effet sur sa camarade. Après tout, ce n'est pas la première fois que Cruz s'amuse à faire tourner en bourrique la jeune femme. Depuis que Savannah sort avec Isidore, la guerre est déclarée entre les deux demoiselles. Pourtant, Cruz n'y est pour rien : elle pourrait le jurer ! Pour être honnête, elle n'avait même jamais trop remarqué Isidore avant que sa copine s'en mêle. Ils se côtoyaient et s'entendaient même plutôt bien, mais jamais Cruz ne s'était penchée sur le potentiel physique du jeune homme. Elle le voyait comme un bon pote, point barre. Mais ça, c'était avant. Depuis que Savannah s'était mis en tête qu'il y avait anguille sous roche, Cruz s'amusait à lui faire croire qu'elle avait raison. Prise au jeu, elle se surprenait même parfois à penser que ce serait amusant, finalement, qu'il se passe un truc avec Isidore. Juste pour le fun, juste pour jouer les emmerdeuses.

Toujours est il que la petite phrase de Cruz semble avoir fait mouche. Caldwell se décompose sous ses yeux, la panique semble la submerger. L'Espagnole n'a aucun mal à imaginer les questions qui doivent assaillir la jeune femme en cet instant. C'est déjà presque jouissif et, pourtant, ce n'est que le commencement. « Qui ça ? » Le ton est impatient, agressif. La jeune femme semble se douter de quelque chose, pile l'effet recherché par Cruz. La jalousie fait perdre le sens des réalité à Savannah, celle ci ne se rend même pas compte qu'elle se grille toute seule en étant aussi intrusive et indiscrète. L'envie de rire prend Cruz, mais celle-ci reste de marbre. Son visage n'affiche aucune émotion, elle sait très bien cacher ce qu'elle ressent. Encore une différence entre les deux Serpentard. « Une personne qui m'est chère » répond-elle, calmement. Ce n'est pas un mensonge, Anoushka compte beaucoup à ses yeux. Isidore aussi, elle serait sûrement triste s'il venait à lui arriver malheur. Se faire éborgner par sa dégénérée de petite amie par exemple, elle en serait sûrement capable tant la jalousie la dévore. Éborgner Izzie et éventrer Cruz dans la foulée, charmant personnage.

Cette petite idiote a au moins le mérite de divertir Cruz, ce n'est pas donné à tout le monde. Ses yeux la fusillent sur la place, tandis que Cruz arbore un regard des plus innocents. Jouer les anges, c'est son truc. Savannah n'est pas dupe, elle le sait et c'est encore plus drôle comme ça. Caldwell, si douce et discrète en temps normal, arrive de moins en moins à contenir sa haine. « Je ne savais pas qu’ils avaient besoin d’aide à l’infirmerie, ni que tu avais les compétences nécessaires et encore moins que tu aimais rendre service. Tu essaies de faire ta bonne action de la décennie ? » Ces phrases assassines clouent le bec de notre Espagnole. Elle ne s'attendait pas à autant de venin craché en une seule fois, même pour un petit serpent. Sa bonne action de la décennie, bah voyons. C'est vrai qu'elle enfilait des perles pendant que la bataille était à son apogée au bal, qu'elle tricotait gentiment pendant que Madison risquait sa vie pour elle. Et pourquoi cette bataille d'ailleurs ? Pour libérer des petites pestes dans son genre ? Elle aurait dû rester moisir dans son cachot. La jalousie peut vraiment faire dire des bêtises parfois. Le visage de Cruz reste stoïque face à la méchanceté de son interlocutrice, elle en a vu d'autres et puis, si elle veut garder l'avantage mieux vaut garder une contenance. Il y a quelques années, avant que l'orpheline apprenne à dompter son impulsivité, elle aurait déjà été à califourchon sur Savannah, prête à lui coller une droite. D'ailleurs, il n'est peut-être pas trop tard pour bien faire ...

Se rendant compte du ton qu'elle a employé et face au silence méprisant de sa comparse, Savannah tente maladroitement de se rattraper. « C’est chouette que tu rendes visite aussi tôt à… Euh… Aux gens. » La demoiselle change de discours plus vite que de chemise. On dirait que la petite peste inutile ne sait plus trop où elle en est. Parfait, c'est le moment idéal pour contrattaquer. Sans se défaire de son sourire et de son air angélique, Cruz répond aussi calmement que si la jeune femme lui avait parlé météo. « Si je peux égayer son quotidien, c'est l'essentiel. L'ambiance est plus intime le matin. » Les hostilités sont bel et bien lancées, aucune des deux Serpentard ne semble vouloir lâcher le morceau. Le pauvre Izzie ne se doute même pas qu'il est l'objet principal d'une dispute qui s'annonce mémorable !

made by guerlain for bazzart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8035-j-ai-toujours-reve-d-apprendre-a-voler-savannah-r-caldwellhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8048-in-our-family-portrait-we-look-pretty-happy-savannah-r-caldwellhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6353-ecrire-pour-mettre-de-l-ordre-dans-ses-obsessions-savannah-r-caldwell-sinead-p-o-riordan#164473http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8066-send-me-your-love-savannah-r-caldwell#182506http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8067-send-me-your-love-savannah-r-caldwell#182508

Arrivé(e) le : 14/11/2015
Parchemins rédigés : 1212
Points : 50
Crédit : Bazzart
Année : 5ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Sinéad P. O'Riordàn

MessageSujet: Re: Tu le touches, je te bouffe - Cruz   Dim 23 Juil - 18:17


Cruz & Savannah

Tu le touches, je te bouffe

Je ne peux pas la voir cette fille, c’est plus fort que moi, elle représente un véritable danger à mes yeux et je ne peux pas m’empêcher de devenir une vraie garce dès qu’elle se retrouve dans les parages. Si encore, je n’avais pas découvert qu’Isidore la trouve très, très, très, très jolie, peut-être que son existence n’aurait pas eu un tel impact sur ma vie, mais comme je le sais, je ne peux plus faire marche arrière et feindre de l’ignorer. S’il a bien une fille que je ne veux pas voir tourner autour de mon Isidore, c’est bien elle. Peut-être qu’il ne s’intéresse pas vraiment à elle et que fantasmer sur les autres filles est un truc courant chez les garçons. En plus, il ne s’était encore rien passé entre nous à ce moment-là et pour finir, penser à une autre personne n’est clairement pas une infidélité. Sauf que bon, même s’il ne s’était rien passé du tout au moment où j’ai vu ça, dix secondes plus tard, ce n’était plus d’actualité puisque c’est justement ce moment-là que j’ai choisi pour l’embrasser, je ne sais pas trop pourquoi d’ailleurs, le fait qu’il pense à une autre fille aurait sûrement dû me freiner mais je n’ai jamais eu beaucoup de tact dans ces moments-là. Et puis, c’était la première fois de ma vie que j’embrassais un garçon et comme je ne suis pas la plus grande lectrice de tous les temps, je n’avais pas pris la peine de consulter un manuel avant d’agir. En fait, tout cela ne me rassure pas du tout, je peux essayer de trouver toutes les excuses du monde et d’effacer l’image des pensées d’Isidore de ma tête, ça ne fonctionnera pas, je ne pourrais jamais oublier ça et Cruz restera la fille que je ne veux pas voir du tout auprès de mon copain. Si elle avait pu s’amochir en grandissant, ça aurait été vraiment génial mais malheureusement pour moi ça n’a pas l’air d’être le cas, au contraire, et du coup j’ai encore plus peur de ce qu’Isidore pense d’elle. Bien sûr, je pourrais lui poser la question directement mais je crois que j’ai un peu peur de sa réponse et surtout j’ai peur qu’il me mente pour éviter une dispute et je ne peux évidemment pas me permettre de vérifier ses pensées puisque je me suis promis de faire en sorte que notre relation soit basée avant tout sur une confiance mutuelle et pas sur de malsaines vérifications de ma part. Au final, je vis une véritable torture parce que je ne sais pas du tout ce qu’il se passe entre eux derrière mon dos et ça me rend tout bonnement malade. Rien qu’à cause de ça, Cruz est désormais en tête sur la liste de mes ennemies et je n’ai qu’une envie la voir disparaitre. Evidemment, je ne lui souhaite pas du mal, je n’en ai jamais souhaité à personne sauf à notre directeur, mais si elle pouvait aller étudier dans une autre école que Poudlard ou se rendre compte qu’elle n’est pas faite pour les études et qu’elle devrait plutôt faire carrière dans le mannequinat, ça m’arrangerait énormément.

Je ne sais pas si Cruz se fout de moi ou si elle est sérieuse et c’est encore pire. J’essaie de contenir toute l’agressivité et la jalousie qu’elle provoque en moi mais c’est un peu compliqué et mes mots tout comme mon comportement me trahissent. Je rêve d’être capable de la traiter avec une parfaite indifférence pour qu’elle ne soit pas super fière de se rendre compte qu’elle est une menace pour moi, mais je sais que je n’y arriverais pas parce que ce n’est pas ma manière d’être. « Une personne qui m'est chère. » J’ai envie de l’atomiser, de la tuer, de la déchiqueter, de ruiner son petit visage angélique à coup de feutres indélébiles… Mais ce serait peut-être un peu violent pour une petite phrase de quelques mots qui est certainement uniquement destinée à me faire sortir de mes gonds. Elle affiche un air moqueur qui me donne envie de lui faire bouffer la pile de livres que je tiens dans ma main et je me rends compte que mes mains sont désormais agrippées si fort à ces bouquins que mes phalanges sont devenues toutes blanches. « Tu sais parfois, tu as l’impression que certaines personnes sont extrêmement importantes et que votre relation est très forte alors qu’en réalité, tu ne comptes pas du tout pour cette personne. » Bon, en vérité, je ne sais pas du tout quelle importance elle a pour Isidore mais c’est moi sa copine, non ? Je suis donc censée savoir qui sont ses meilleurs amis et je tiens bien à lui faire comprendre qu’elle n’en fait absolument pas parti pour qu’elle lui lâche un peu la grappe. J’aurais adoré qu’ils ne soient ni des amis, ni des connaissances, ni quoi que ce soit d’autres. « Si je peux égayer son quotidien, c'est l'essentiel. L'ambiance est plus intime le matin. » Plus intime ? Elle se fout de ma gueule-là ? Il est évident qu’elle essaie de me faire sortir de mes gonds et c’est exactement ce qu’il est en train de se passer, je craque complètement et j’ai envie de lui faire la peau. Bien sûr, je n’en fais rien, je risquerais de passer pour une folle si je lui sautais dessus maintenant et puis je tiens vraiment à ramener ses bouquins à Isidore, histoire qu’il ait de quoi s’occuper, mais j’avoue qu’une petite bagarre me semble aussi plutôt tentante, cette fille a besoin que quelqu’un lui remette les idées en place. « Tu as raison de venir à cette heure-ci, au moins tu es sûre de ne pas être dérangée par une personne un peu plus importante. » Parce qu’après tout, le reste de la journée, c’est moi et moi seule qui suis au chevet d’Isidore et cette petite garce ne peut pas me voler tous ces instants passés auprès de lui. En plus, je suis sûre que si elle avait le malheur de débarquer alors que je suis là, Isidore lui demanderait de partir… Enfin, j’espère en tout cas.

Code by Fremione.




I won't never give up
I won't let you get me down, I'll keep getting up when I hit the ground and I'll find my way home.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7879-cruz-v-rosewood-le-visage-d-un-ange-mais-le-diable-au-corps-finihttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7882-cruz-your-hell-your-dream-nothing-in-betweenhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7883-cruz-les-mots-comme-trace-de-notre-passagehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7884-cruz-de-votre-plus-belle-ecriturehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8024-cruz-des-petits-mots-a-gogo#181927

Arrivé(e) le : 19/05/2017
Parchemins rédigés : 110
Points : 15
Crédit : KitKat sur Bazzart (Vanessa Hudgens)
Année : Sixième

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Aucun

MessageSujet: Re: Tu le touches, je te bouffe - Cruz   Lun 24 Juil - 21:15

Tu le touches, je te bouffe.

feat. Cruz & Savannah
Intime, c'est le bon adjectif. Et c'est exactement à cela qu'a pensé Cruz quand elle a décidé de se rendre à l'infirmerie si tôt dans la matinée. Premièrement et principalement, elle aurait voulu pouvoir parler à Anoushka en tête à tête, rien qu'elles deux. Cruz s'est habituée à avoir la métisse comme amie stratégique, son double complémentaire qui lui permettait de servir toujours plus ses ambitions. Maintenant que celle ci a perdu la mémoire, leur relation risque d'être bouleversée. Cruz ne sait d'ailleurs même pas si la Gryffondor va recouvrer la mémoire un jour ... Elle aurait voulu lui demander de vive-voix ce que disent les médecins. Seconde raison en faveur d'une visite matinale, bien ironique aux vues des faits : ne pas être vue entrant ou sortant de l'infirmerie. Par pur orgueil, bien évidemment. L'Espagnole ne souhaite pas qu'on puisse la trouver affectée par les récents évènements, soucis d'image. Fort heureusement pour elle, Cruz est tombée sur une interlocutrice qui semble se foutre éperdument de ses bleus à l'âme. Savannah est, de toute évidence, bien plus intéressée par les éventuels suçons que la Serpentard pourrait avoir sur le corps : si elle savait, ce n'est vraiment pas le genre de la maison.

Le visage de l'amoureuse d'Isidore est déformé par un subtile mélange de haine, de rage et de jalousie. Le résultat est divinement affreux. Les répliques mesquines de Cruz font leur petit effet sur la rejetonne Caldwell, un coup d’œil suffit à l'Espagnole pour remarquer que les jointures de ses mains sont blanchies tellement elle sert ses bouquins. Sûrement de la lecture pour son petit ami, en vue de le divertir. Entre nous soit dit, si Cruz avait eu accès à son lit, elle aurait su trouver de quoi le distraire d'une bien meilleure façon, c'est moi qui vous le dit ! Mais évitons de partir en conjectures inutiles tant elles sont évidentes. Sans se dévêtir de son petit air angélique et non moins malicieux, Cruz se délecte de l'effet qu'elle fait à Savannah. C'est agréable d'être le centre de l'attention et l'objet de convoitises. « Tu sais parfois, tu as l’impression que certaines personnes sont extrêmement importantes et que votre relation est très forte alors qu’en réalité, tu ne comptes pas du tout pour cette personne. » Amusant comme répartie, vraiment. Cela ne touche même pas l'Espagnole qui se fend d'un petit rire moqueur. Cruz n'a de relations fortes avec personne : elle ne compte que sur elle-même pour se sortir de la merde dans laquelle elle est née. La demoiselle se fiche éperdument de la place qu'elle occupe dans le coeur des gens, ce qui visiblement n'est pas le cas de sa camarade, sans doute angoissée à mourir de perdre son rôle de petite amie dévouée. Une occasion de plus de passer à l'attaque. « C'est amusant que tu dises ça, je trouve que cet adage te correspond tout à fait. A moi de sortir une petite maxime distrayante : avant de balayer devant chez les autres, il faut songer à balayer devant sa porte. » Le ton s'est durci en fin de phrase pour bien appuyer le sens de cette dernière. Si Savannah veut la guerre, elle la trouvera sans aucun doute face à Cruz. Et pas sûre que la Née-Moldue en sorte vainqueur ...

Les hostilités venant à peine de commencer, il est bien évident que les deux jeunes femmes ne comptent pas en rester là. Même si Savannah tente de lancer des petites piques assassines, celles-ci n'ont rien de subtil. C'est peut-être voulu d'ailleurs, qui sait ? Toujours est il que la Serpentard tente par tous les moyens de combler son manque de confiance en elle et en son chéri. L'un des moyens qu'elle a trouvé est de faire perdre confiance à Cruz en la dévalorisant, maigre tactique si vous voulez mon avis. « Tu as raison de venir à cette heure-ci, au moins tu es sûre de ne pas être dérangée par une personne un peu plus importante. » Cruz fronce les sourcils pour de bon, ce coup ci. Fini le masque angélique, pour une fois la demoiselle est vraiment contrariée. Ce n'est pas l'attaque en elle-même qui fait bondir l'Espagnole, loin de là. Comme dit plus haut, l'importance qu'elle a pour les gens, elle s'en tamponne. C'est plutôt le manque de jugeote criant dont fait preuve la Caldwell qui chiffonne la jolie Cruz et elle ne se fait pas prier pour lui faire remarquer. « C'est très égoïste comme réflexion. Je crois qu'au delà du visiteur, c'est surtout la visite en elle-même qui compte. Il m'a même semblé qu'une seule entrevue de quelques minutes peut parfois se montrer bien plus réconfortante que de nombreuses visites longues de plusieurs heures.» Dit la jeune femme avec un air sévère. Cruz commence à s'agacer du manque notoire d'intelligence de sa comparse. A se demander ce qu'Izzie peut bien lui trouver : ni particulièrement jolie ni particulièrement maline ... La petite peste est peut-être juste un passe-temps pour le Serpentard en attendant de trouver mieux. Pas difficile à trouver cela dit ...

made by guerlain for bazzart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8035-j-ai-toujours-reve-d-apprendre-a-voler-savannah-r-caldwellhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8048-in-our-family-portrait-we-look-pretty-happy-savannah-r-caldwellhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6353-ecrire-pour-mettre-de-l-ordre-dans-ses-obsessions-savannah-r-caldwell-sinead-p-o-riordan#164473http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8066-send-me-your-love-savannah-r-caldwell#182506http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8067-send-me-your-love-savannah-r-caldwell#182508

Arrivé(e) le : 14/11/2015
Parchemins rédigés : 1212
Points : 50
Crédit : Bazzart
Année : 5ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Sinéad P. O'Riordàn

MessageSujet: Re: Tu le touches, je te bouffe - Cruz   Jeu 27 Juil - 8:09


Cruz & Savannah

Tu le touches, je te bouffe

Je déteste Cruz. Cette fille est tout bonnement insupportable. Je pensais que mon inimitié envers elle venait de moi et de la jalousie maladive que je pouvais éprouver envers elle suite aux pensées d’Isidore que j’ai eu le malheur de surprendre, mais finalement, je me rends compte que cette fille est tout bonnement détestable. Hargneuse, aigrie et méchante, elle s’amuse de mon comportement et tente par tous les moyens de me déstabiliser ce qui n’est clairement pas l’attitude que l’on pourrait attendre d’une fille bien. En vérité, c’est une véritable peste. Tout en elle respire l’orgueil et la suffisance et sa manière d’être avec moi me donne juste envie de lui éclater la tête contre le mur pour ne plus voir son petit air sarcastique. Mais je ne peux pas me permettre une telle chose, déjà pace que je risquerais d’avoir de gros problèmes, bien que nous soyons juste à côté d’une infirmerie où elle pourrait se faire soigner, mais aussi parce qu’elle risquerait d’être défigurée à vie et comme son apparence est probablement la seule chose qui lui permettra de s’en sortir dans la vie, mieux vaut qu’elle reste la jolie et stupide petite poupée qu’elle est actuellement. Je suis vraiment trop gentille de penser à son avenir au lieu de défendre mes intérêts envers et contre tout. Ce n’est pas de ma faute, j’ai le cœur sur la main, ça me joue des tours parfois et même lorsque cette garce souhaite manifestement faire de ma vie un enfer, je ne peux pas m’empêcher de penser que je n’ai pas le droit de gâcher sa vie. Pourtant, qu’est-ce que ça me ferait du bien de la remettre à sa place, cette petite pimbêche en a bien besoin. Il est évident que personne ne l’a fait auparavant. Je ne sais pas si j’en serais véritablement capable mais il ne faut pas sous-estimer mes capacités lorsque je suis énervée, Isidore a eu l’occasion de le voir à plusieurs reprises. La colère me transforme en véritable lionne et je suis prête à tout écraser sur mon passage, peu importe les dégâts causés par ma rage.

Pour le moment, j’arrive à me contenir. Certes, elle m’énerve, mais je sens bien qu’elle essaie de me provoquer alors je rentre dans le jeu tant bien que mal, préférant les petites piques sans la moindre subtilité aux paroles pleines de haine que je pourrais plus ou moins gentiment lui renvoyer. Le fait que cette fille tourne autour de mon copain me dérange vraiment beaucoup et plus je passe du temps avec elle et moins j’aime l’idée qu’ils puissent trainer ensemble. Le moment est certainement mal choisi pour dire à Isidore de mieux choisir ses fréquentations mais je ne sais pas vraiment combien de temps j’arriverai à me retenir avant d’imploser. « C'est amusant que tu dises ça, je trouve que cet adage te correspond tout à fait. A moi de sortir une petite maxime distrayante : avant de balayer devant chez les autres, il faut songer à balayer devant sa porte. » Je ne vois pas du tout quel est le rapport avec moi, tout ce que je veux, c’est qu’elle laisse mon copain tranquille, le reste je n’en ai absolument rien à foutre, je suis très bien devant ma propre porte et je compte bien y rester. Si elle croit qu’elle peut me rembarrer avec ses adages foireux, elle se met le doigt dans l’œil. « Ravie que ça t’amuse, mais rassure-toi, je m’occupe très bien de moi toute seule, et puis j’ai un petit côté maniaque, tu peux me croire je n’ai pas besoin de passer le balai. » Je me fiche d’avoir détourné ses paroles sans prêter attention plus que ça au sens premier de sa phrase. Elle s’en remettra, ça devait certainement être la seule phrase toute faite qu’elle pouvait me sortir, faute d’en connaitre une autre et je suis certaine qu’elle est très fière de son petit effet. Si ça peut lui faire du bien, tant mieux, je ne vais pas briser ses rêves, mais elle est totalement à côté de la plaque si elle pense avoir fait une grande impression sur moi, je me fiche de ce qu’elle peut bien penser.

La savoir dans l’infirmerie lorsque je n’y suis pas me déplait et manifestement elle a fait bien intention à venir avant que tout le monde rapplique histoire d’avoir le champ libre. Cette fille est vraiment une plaie, elle devrait avoir un comportement un peu plus respectueux si elle veut envisager être respectée un jour. Mais bon, ce n’est pas à moi de le dire, je ne suis pas sa bonne étoile, si elle veut s’en sortir dans la vie, elle devra le faire par ses propres moyens. « C'est très égoïste comme réflexion. Je crois qu'au-delà du visiteur, c'est surtout la visite en elle-même qui compte. Il m'a même semblé qu'une seule entrevue de quelques minutes peut parfois se montrer bien plus réconfortante que de nombreuses visites longues de plusieurs heures. » Elle n’a pas tort, en soit, je pense qu’Isidore préférerait nettement que je vienne seulement quelques minutes et surtout que je ne vienne pas tous les jours. Parfois, quand j’arrive, j’ai l’impression qu’il fait tellement la gueule que j’hésite à repartir immédiatement. Mais c’est plus fort que moi, je veux l’aider à se répartir et ma place est à ses côtés. « Je pense que c’est le fait qu’une visite de ta part se termine rapidement qui est réconfortant et non pas la visite en elle-même. » Ma mesquinerie n’a plus de limite mais cette crétine la bien cherché et tant qu’elle tournera autour de mon copain, je ne pourrais m’empêcher d’être incroyablement désagréable avec elle. Le pire, c’est que je ne sais pas si elle tourne véritablement autour de lui, toutes ses paroles ne sont que d’étranges sous-entendus alors je ne sais pas quoi penser. « Ça t’apporte quoi de jouer avec moi, comme ça ? Tu trouves ça drôle ? Tu dois bien te faire chier pour en arriver là. » Terminé les sous-entendus foireux, je veux savoir quel est son problème et je ne la lâcherais pas avant d’avoir eu les explications que j’attends. Pauvre Cruz, elle va passer un mauvais moment.

Code by Fremione.




I won't never give up
I won't let you get me down, I'll keep getting up when I hit the ground and I'll find my way home.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7879-cruz-v-rosewood-le-visage-d-un-ange-mais-le-diable-au-corps-finihttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7882-cruz-your-hell-your-dream-nothing-in-betweenhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7883-cruz-les-mots-comme-trace-de-notre-passagehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7884-cruz-de-votre-plus-belle-ecriturehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8024-cruz-des-petits-mots-a-gogo#181927

Arrivé(e) le : 19/05/2017
Parchemins rédigés : 110
Points : 15
Crédit : KitKat sur Bazzart (Vanessa Hudgens)
Année : Sixième

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Aucun

MessageSujet: Re: Tu le touches, je te bouffe - Cruz   Sam 29 Juil - 15:05

Tu le touches, je te bouffe.

feat. Cruz & Savannah
La situation commence vraiment à s'envenimer. Aucune de ces charmantes demoiselles ne semble vouloir lâcher le morceau. Si vous interrogiez Cruz, elle vous répondrait qu'elle est tout bonnement victime dans l'affaire et que cette folle hystérique de Savannah est venue l’agresser sans la moindre raison. Sur le fond, ce n'est pas vraiment mentir puisque, effectivement, Cruz ne demandait rien à personne quand elle est sortie de l'infirmerie. Loin d'elle l'idée de vouloir piquer le petit ami d'une autre. Même si, on ne va pas se mentir, le fruit défendu est toujours plus attrayant que celui laissé en libre service. Après, est-ce que la jeune femme s'est amusée à entretenir le quiproquo entre elle et la rejetonne Caldwell ? Très certainement, Cruz ne serait pas Cruz si elle ne jouait pas un peu les pestes de temps en temps. La jalousie de sa comparse Serpentard semblant être à son apogée, l'Espagnole en venait à se demander s'il n'existait pas une raison plus profonde à cette possessivité maladive. Certes, Dame Nature a été plutôt généreuse avec notre petite orpheline et celle-ci le sait bien. Mais est-ce juste sa plastique qui lui vaut la haine sans borne de Savannah ? Ou a-t-elle réellement des raisons de se méfier ? Isidore ne serait-il pas à l'origine de tout cela ? Cruz n'a jamais réellement fait attention à ce que son camarade pouvait bien penser d'elle, après tout ils ont toujours eu une relation plus ou moins conflictuelle. A partir de leur troisième année, ils se sont découvert une certaine affinité de par leurs points communs mais jamais ce n'est allé plus loin. Du moins, pour Cruz.

Cela va peut-être bientôt changer, d'ailleurs. Si Savannah continue à venir lui chercher des noises, il est très probable que notre Espagnole se décide à lui donner une bonne raison d'être en furie après elle. Cela la divertira d'autant plus. Pour le moment, malgré les sous-entendus plus ou moins équivoques de Cruz, la petite amie jalouse semble plutôt bien contenir sa colère. Les signes sont là et ne trompent personne, mais on peut sentir qu'elle tente de ne pas exploser. « Ravie que ça t’amuse, mais rassure-toi, je m’occupe très bien de moi toute seule, et puis j’ai un petit côté maniaque, tu peux me croire je n’ai pas besoin de passer le balai. » Cruz hausse un sourcil interrogateur mais ne renchérit pas. C'est bien mignon de vouloir converser avec des idiots mais, au bout d'un moment, ça fatigue. Mieux vaut la laisser s'empâter dans son manque de culture, car il est évident qu'elle n'a pas déceler le sens des paroles de la brune. Les querelles qui s'éternisent finissent par devenir d'un ennui mortel, ce n'est que renchérir pour renchérir et le débat de fond se perd dans la forme. Ce n'était pas le moment de déballer sa science et, de toute façon, ce n'est pas vraiment le genre de Cruz. Elle préfère avoir le succès discret et laisser les autres faire du bruit pour elle. Visiblement, ce n'est pas le cas de sa camarade.

Cruz a désormais plus l'impression de perdre son temps qu'autre chose. Elle sait que, de toute manière, même si elle laisse Savannah gagner leur petite joute verbale, la jeune femme ne sera pas rassurée pour autant et continuera d'être malade de jalousie. Une fois que le doute s'est infiltré dans l'esprit d'une femme en couple, il s'y installe pour bien longtemps. A Cruz de savoir en jouer, par la suite. Ce serait amusant de montrer à Isidore à quel point sa petite amie, si douce avec tout le monde en temps normal, peut se transformer en vilain crapaud plein de haine et de mesquinerie. Cruz se demande s'il l'a déjà vu sous ce jour là, car elle n'a rien de séduisant dans un moment pareil. La jeune femme ne fait que répondre aux insinuations de Cruz dans le but de la blesser, rien d'autre. Et ce n'est pas très concluant. « Je pense que c’est le fait qu’une visite de ta part se termine rapidement qui est réconfortant et non pas la visite en elle-même. » Faut-il se fatiguer à répondre à une provocation aussi plate et dénuée d'originalité ? Non, je ne pense pas. Si Savannah tente de se persuader qu'Izzie ne voudrait pas d'une visite de Cruz, qu'elle essaie. De toute manière, l'Espagnole n'avait pas prévu d'aller à son chevet, partant du principe que son égo masculin préférerait que le moins de gens extérieurs à son cercle intime le voit diminué de la sorte. En tout cas, si cela lui était arrivé à elle, elle aurait voulu qu'il en soit ainsi.

Soudain, la prise de bec prend un tournant. Savannah semble se rendre compte qu'au final, elle ne sait pas vraiment ce que Cruz venait faire dans le coin. Il est bien temps qu'elle s'en aperçoive, ce n'est pas comme si ça faisait un bon quart d'heure qu'elles tournent autour du pot. Sans doute lassée, elle aussi, de se battre sans raison apparente, la voilà qui vient quémander des explications. « Ça t’apporte quoi de jouer avec moi, comme ça ? Tu trouves ça drôle ? Tu dois bien te faire chier pour en arriver là. » Un fin sourire vient illuminer le visage au teint mat de l'Espagnole. Ça y est, nous voilà au dénouement. Le moment le plus jubilatoire pour notre petite Cruz, qui ne va pas en perdre une miette. Elle passe une main dans ses cheveux puis prend son petit air angélique et innocent, celui qu'elle prend pour tromper tout le monde. Celui qui cache son côté diabolique. « Mais enfin Savannah, de quoi parles-tu ? Je venais de rendre visite à cette pauvre Anoushka quand tu m'as sauté dessus telle une harpie. Vivre tout ce temps dans un cachot, ça doit laisser des séquelles psychologiques. Surtout quand on pense à tout ce qui peut se passer dans son dos. » Cruz se contrôle pour ne pas afficher un petit sourire satisfait et pourtant, ce n'est pas l'envie qui lui en manque. « J'ai entendu dire qu'ils avaient mis en place des séances d'écoute avec aide psychologique, tu devrais y aller : ça t'aiderait peut-être à canaliser ton agressivité incontrôlée. » La tête de la petite Savannah quand elle va réaliser qu'elle s'est trompée sur toute la ligne vaudra sûrement une photo. Cruz regretterait presque de pas pouvoir immortaliser ce moment, cela risque d'être explosif !

made by guerlain for bazzart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8035-j-ai-toujours-reve-d-apprendre-a-voler-savannah-r-caldwellhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8048-in-our-family-portrait-we-look-pretty-happy-savannah-r-caldwellhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6353-ecrire-pour-mettre-de-l-ordre-dans-ses-obsessions-savannah-r-caldwell-sinead-p-o-riordan#164473http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8066-send-me-your-love-savannah-r-caldwell#182506http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8067-send-me-your-love-savannah-r-caldwell#182508

Arrivé(e) le : 14/11/2015
Parchemins rédigés : 1212
Points : 50
Crédit : Bazzart
Année : 5ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Sinéad P. O'Riordàn

MessageSujet: Re: Tu le touches, je te bouffe - Cruz   Jeu 3 Aoû - 18:56


Cruz & Savannah

Tu le touches, je te bouffe

Je la déteste plus que tout au monde et pourtant il n’est pas du tout dans mes habitudes de ne pas apprécier quelqu’un, j’ai même sacrément tendance à aimer tout le monde un peu trop et à me prendre des murs. Pour Cruz, il n’y a aucune chance que ça arrive, je sais que mon petit-ami l’apprécie beaucoup physiquement et ça m’a suffi pour ne pas avoir une haute estime d’elle. C’est complètement stupide en réalité, la vipère n’a clairement pas de rôle majeur dans cette histoire et si son seul tort est de hanter les pensées d’Isidore, je ne peux pas dire qu’elle en soit responsable, à moins qu’être jolie soit un crime, dans ce cas, effectivement, elle a sans doute des raisons de s’inquiéter. Sauf que si ça s’était arrêté là, peut-être que j’aurais pu revenir sur ma façon de voir les choses et effacer cette jalousie maladive qui ne me quitte plus. Evidemment, ça ne s’est pas arrêté là, je me rends parfaitement compte que la Serpentard se joue de mon angoisse au sujet de la fidélité de mon petit-ami et qu’elle trouve très amusant que je puisse la considérer comme un danger. Une fille bien aurait sans doute essayé de me rassurer, non ? C’est en tout cas comme ça que je vois les choses et j’ai beaucoup de mal à changer ça parce qu’elle ne m’aide pas du tout. C’est vraiment de la merde l’amour, on se fait du souci pour rien, les crises de jalousie peuvent sortir de nulle part et j’ai l’impression d’être une de ces pauvres filles prêtes à se battre pour sauver leur couple. Et à côté de ça, il y a Izzie… Le garçon qui a l’air de s’en foutre royalement et semble ne pas du tout avoir envie de me voir ces derniers temps. En fait, je crois que je suis en train d’essayer de faire de l’air en agitant un cure dents, pas étonnant que Cruz se marre bien, elle doit me trouver absolument pitoyable et elle a bien raison.

Sauf que même si je suis juste horriblement pathétique, le fait de s’amuser à me narguer de cette façon ne me donne clairement pas envie de lui trouver des excuses mais plutôt de lui casser les dents. Je n’en ferais rien, bien sûr, Isidore serait bien capable de prendre cet énième prétexte pour me faire des reproches et en plus si elle va chouiner je serais vraiment dans la merde. Alors je me contiens tant bien que mal, essayant de ne pas remarquer le petit air jubilatoire qui vient de s’afficher sur son visage absolument radieux. Je sais qu’elle s’apprête à lâcher une véritable bombe et le pire c’est qu’elle en est évidemment extrêmement fière. « Mais enfin Savannah, de quoi parles-tu ? Je venais de rendre visite à cette pauvre Anoushka quand tu m'as sauté dessus telle une harpie. Vivre tout ce temps dans un cachot, ça doit laisser des séquelles psychologiques. Surtout quand on pense à tout ce qui peut se passer dans son dos. » Anoushka ? Je reste sur le cul, le temps d’avaler cette remarque. C’est impossible, elle m’a bien dit qu’elle rendait visite à un garçon… Non ? J’essaie de me remémorer ses paroles tant bien que mal mais je suis certaine qu’elle a bien mentionné qu’elle rendait visite à un individu de sexe masculin, sinon je ne serais pas aussi paranoïaque. Est-ce qu’elle me ment ? Est-ce qu’elle a juste fait ça pour s’amuser avec moi et maintenant elle savoure sa victoire ? La deuxième option semble nettement plus probable mais le doute persiste malgré moi. « Pardon ? Tu plaisantes, j’espère ?! Je te rappelle que tu m’as dit qu’il avait besoin de te voir, alors à moins qu’Anoushka ait changé de sexe ou que tu sois complètement bipolaire, il y a un truc qui ne va pas dans ce que tu dis. » Ou alors, j’ai totalement rêvé, mais je suis sûre qu’elle a mentionné un « il » quelque part et je suis tout aussi sûre que la Gryffondor est une fille et non pas un homme. J’espère que son explication va être bonne.

« J'ai entendu dire qu'ils avaient mis en place des séances d'écoute avec aide psychologique, tu devrais y aller : ça t'aiderait peut-être à canaliser ton agressivité incontrôlée. » Toujours aussi agréable et adorable. Alors que la totalité des personnes présentes à la ferme compatissent à la souffrance vécue par les nés-moldus, Cruz semble penser qu’il s’agit d’un simple détail qu’elle peut utiliser pour essayer de me piquer. Quelle grosse connasse. Je ne comprends même pas pourquoi elle est là et pas en train de moisir dans une cellule qui lui est certainement prédestinée depuis sa naissance. « Je suis désolée si je me suis montrée légèrement agressive, mais je sais que je ne peux pas avoir confiance en toi et je n’aime pas te voir rôder ici, je suis sûre que tu prépares encore un de tes sales coups. » Après tout, elle n’est pas spécialement connue pour être la gentillesse et l’amabilité incarnée et je ne lui donnerais pour rien au monde le bénéfice du doute. Je ne sais même pas pourquoi je me suis excusée en vérité, peut-être tout simplement parce qu’être aussi agressive ne me ressemble pas du tout et que je ne tiens pas à l’être. Pourtant, cette garce mérite franchement toute les méchancetés que j’ai bien pu dire ou penser à son sujet. Elle s’amuse du malheur ou des peurs des autres et c’est un comportement que je juge tout bonnement intolérable. « Je crois que la cellule psychologique pourrait t’aider également, ce besoin maladif d’affection te rend sacrément antipathique. » Et son amour pour les relations conflictuelles n’arrangeait rien. Après tout, si elle s’était amusée avec moi c’était parce qu’elle voulait me faire sortir de mes gonds, ça paraissait totalement évident, non ? Franchement, je ne sais pas du tout ce qu’elle cherche dans la vie, mais à mon avis, tout ce qu’elle réussira à trouver, ce sont de vrais gros ennuis et rien de plus. Si je ne la détestais pas autant, j’en serais sans doute un peu attristée mais pour le coup, son attitude odieuse m’incite à ne pas avoir beaucoup d’empathie pour elle. La suite me fera peut-être changer d’avis mais pour le moment j’en doute fort.

Code by Fremione.




I won't never give up
I won't let you get me down, I'll keep getting up when I hit the ground and I'll find my way home.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7879-cruz-v-rosewood-le-visage-d-un-ange-mais-le-diable-au-corps-finihttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7882-cruz-your-hell-your-dream-nothing-in-betweenhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7883-cruz-les-mots-comme-trace-de-notre-passagehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7884-cruz-de-votre-plus-belle-ecriturehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8024-cruz-des-petits-mots-a-gogo#181927

Arrivé(e) le : 19/05/2017
Parchemins rédigés : 110
Points : 15
Crédit : KitKat sur Bazzart (Vanessa Hudgens)
Année : Sixième

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Aucun

MessageSujet: Re: Tu le touches, je te bouffe - Cruz   Lun 7 Aoû - 20:11

Tu le touches, je te bouffe.

feat. Cruz & Savannah
Cruz jubile, elle adore faire tourner en bourrique son monde. L'ange peut se transformer en petit diable à tout moment et la réciproque est toute aussi vraie, c'est une simple question d'entourage et de timing. La jeune femme a appris à faire ça durant son enfance à l'orphelinat, elle prenait plaisir à faire accuser les autres à sa place. Comme dans les contes, la jolie fille ne peut être que gentille et les méchants sont forcément peu agréables à regarder. Cruz a donc toujours joué de sa beauté et de son visage angélique pour arriver à ses fins. Jusqu'ici, cette méthode a toujours marché à merveille et il n'y a pas de raisons que ça change. En réalité, la jeune femme passe le plus clair de son temps à jouer les pestes pour se protéger des autres. Prenez Savannah par exemple, si Cruz n'avait pas senti une hostilité prononcée venant de sa part suite à officialisation de son couple avec Isidore, elle n'aurait jamais cherché la jeune femme comme cela. Il suffit de voir à quel point l'Espagnole peut être douce et patiente avec la petite Madison pour comprendre que son comportement dépend en grande partie des autres. Et, ce matin, Cruz a décidé de ne pas être gentille avec sa comparse. Tant pis pour elle, elle n'avait qu'à pas venir l'agresser comme si elle venait d'égorger père et mère. Il faut réfléchir avant d'agir petite Caldwell, si toutefois tu es capable de te servir de ton cerveau, ce qui est discutable.

Pas peu fière de ses répliques, la jolie Cruz sait que son adversaire ne va pas laisser s'en tirer comme ça. Cependant, elle a la satisfaction de voir s'afficher une certaine stupeur sur le visage de Savannah. L'Espagnole a bien joué son coup, la jeune femme ne sait plus du tout où elle en est. Elle semble tellement abasourdie qu'elle pourrait presque gober une mouche. Cruz a le triomphe silencieux mais elle se sent tout d'un coup de très bonne humeur. Le seul risque, dans toute cette mascarade, serait que la jeune femme aille tout raconter à son petit ami et que celui ci la croit. L'orpheline s'entend plutôt bien avec Isidore mais leur relation a été très explosive par le passé, elle peut redevenir ainsi à tout moment si le jeune homme s'aperçoit des tours de peste de Cruz. Néanmoins, cette dernière sait qu'il a d'autres chats à fouetter en ce moment et que la perte de sa main doit bien plus occuper son esprit que les états d'âme de sa petite copine, qui doit le coller comme une moule à son rocher après quasiment un an sans contact. La Serpentard ne se fait donc pas trop de soucis de ce côté là et sait qu'elle gagnera le duel. « Pardon ? Tu plaisantes, j’espère ?! Je te rappelle que tu m’as dit qu’il avait besoin de te voir, alors à moins qu’Anoushka ait changé de sexe ou que tu sois complètement bipolaire, il y a un truc qui ne va pas dans ce que tu dis. » Ça y est, les deux seuls neurones présents dans le crâne de Savannah viennent enfin de se connecter. Malheureusement pour Cruz, cette petite incohérence de genre n'a pas échappé à la jeune femme. La jolie Espagnole pensait pouvoir s'en tirer sans avoir à se justifier davantage et voilà qu'elle doit rapidement trouver comment se sortir de là. Peu importe, Cruz a toujours trouvé qu'elle n'était jamais aussi bonne que dans l'improvisation et l'urgence. Elle s'en sort toujours et ne se perd jamais dans ses mensonges, une digne Serpentard qui fait honneur à sa maison. En effet, elle a déjà en tête l'argument idéal à sortir à sa rivale. « Je suis très sérieuse Savannah, je ne me permettrais pas de plaisanter sur un tel sujet. L'infirmier Lennox avait besoin de me voir pour vérifier que mes blessures dues au combat contre les Mangemorts au bal sont bel et bien guéries. J'en ai donc profité pour voir Anoushka. Faut-il que je te donne tous les détails de ma journée depuis mon réveil ou ça ira comme ça ? » Même si la jeune femme répondait par l'affirmative à cette question, je peux vous garantir que Cruz pourrait se plier à l'exercice sans soucis. Jusqu'à inventer des petits détails pour rendre son histoire totalement crédible.

Savannah semble se radoucir, serait-ce l'explication de Cruz qui fut convaincante ? En tout cas, la voilà qui s'excuse pour son agressivité. L'Espagnole n'en espérait pas tant. « Je suis désolée si je me suis montrée légèrement agressive, mais je sais que je ne peux pas avoir confiance en toi et je n’aime pas te voir rôder ici, je suis sûre que tu prépares encore un de tes sales coups. » Bon, elle s'est effectivement radoucie mais pas trop non plus. Ceci dit, elle est lucide car on ne peut effectivement pas faire confiance à Cruz quand elle a quelqu'un dans le nez. Mais, pour le coup, la présence de la jolie brune devant les portes de l'infirmerie est dénué de tout coup foireux. C'est pleine de bonnes intentions que la jeune femme avait voulu rendre visite à Anoushka. Elle n'avait pas prévu de devoir faire face à Savannah et à ses questions insistantes de petite amie jalouse. Mais elle ne s'en plaint pas, bien au contraire. « Et depuis quand il faut une autorisation de ta part pour se rendre à l'infirmerie ? » Cruz est restée cordiale, elle ne tient pas à faire monter le ton. Toutefois, sa question traduit l'agacement qui commence à la gagner. Pour une fois que la demoiselle était vraiment pleine de bonnes intentions, voilà qu'on la questionne comme si elle était une collabo en repérage pour Blackman. Non, ça c'est l'autre fille super canon et super intelligente de leur promo, pas elle.

La discussion, ou plutôt l'affrontement, entre les deux jeunes femmes de la maison Serpentard ne semble toujours pas toucher à sa fin. Cruz n'avait pas prévu de passer toute sa matinée dans un couloir du premier étage mais bon, pourquoi se refuser un petit plaisir quand il s'offre à vous inopinément ? Il lui semble que ça faisait une éternité qu'elle ne s'était pas amusée de la sorte. Et c'est loin d'être fini, puisque Savannah relance l'affrontement. « Je crois que la cellule psychologique pourrait t’aider également, ce besoin maladif d’affection te rend sacrément antipathique. » Bim, touchée. Enfin ... elle aurait été touchée si elle avait eu quelque chose à faire de l'avis de sa camarde. Hors, c'est loin d'être le cas. Si la jeune femme pensait abattre son ultime carte en parlant d'un potentiel besoin d'affection, elle s'est foutue le doigt dans l'oeil jusqu'à l'os. Jamais Cruz n'avouera à qui que ce soit qu'elle est effectivement en manque d'affection, pour la bonne et simple raison qu'elle ne se l'avoue même pas à elle-même. Difficile dans ces conditions de réagir à une attaque de la sorte. Quant au fait que Savannah la trouve antipathique ... ai-je vraiment besoin de vous faire un dessin ? « Ma chère Savannah, je te remercie de t'inquiéter de mon besoin d'affection. C'est trop altruiste de ta part, vraiment. J'ai déjà une idée de comment combler ce manque et, crois moi, ce n'est pas dans la cellule psychologique que ça se passera. » Petit sourire innocent, tête d'ange, ton très courtois. Deux possibilités s'offrent maintenant à Cruz : ou Savannah comprend ses allusions et elle lui arrache les yeux sur le champ ou elle ne les comprend pas et elles en resteront là. Dans tous les cas, il y a fort à parier que l'Espagnole mette ses menaces à exécution. Tôt ou tard ...

made by guerlain for bazzart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 
Tu le touches, je te bouffe - Cruz
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard, 19 ans après. :: La Ferme Incartable :: 
Premier Étage
-
Sauter vers: