AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Première leçon pv Milo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7131-liu-xi-macdougall-qui-triomphe-de-lui-meme-possede-la-force-modifiehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7152-liu-xi-ce-qui-lie-une-famille-cest-davoir-vu-fleurir-les-memes-jardins-annee-apres-anneehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7151-liu-xi-si-on-faisait-un-brin-de-causettehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7153-dans-la-boite-de-lu-xihttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7154-les-petits-billets-pour-liu-xi

Arrivé(e) le : 21/11/2016
Parchemins rédigés : 282
Points : 11
Année : ft. Liu Yifei

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Roxy M. Reid

MessageSujet: Première leçon pv Milo   Lun 17 Juil - 16:08









Liu Xi s’était installée sur un coin tranquille de la terrasse. Elle n’avait pas beaucoup l’occasion de sortir des chambres de l’infirmerie, aussi quand venait l’heure des ateliers, elle essayait de profiter l’air pur de la campagne. Pour l’instant, la météo était de son côté. Cette idée d’organiser des ateliers était finalement aussi bénéfique pour les soignants que pour les élèves, cela permettait de se concentrer sur autre chose que la souffrance pendant les quelques heures allouées. Cet après-midi, à l’heure bénie de la sieste, elle donnait un cours d’herboristerie à son élève préféré : Milo. La plupart du temps, plusieurs élèves se présentaient, mais aujourd’hui, miraculeusement, il était le seul inscrit. Liu Xi aura droit à un tête à tête avec le "petit" poufsouffle, elle espérait pouvoir discuter avec lui et lui changer les idées.

Malheureusement, elle n’avait pas eu beaucoup de temps à lui consacrer depuis la fin du combat. Lorsque la situation avait tourné à l’avantage des rebelles, elle s’était immédiatement proposée pour le triage des blessés. Un élève paniqué avait insisté pour qu’elle se rende d’abord dans la salle de bal, où l’on parlait d’un véritable carnage. Elle l’avait suivi : il fallait bien commencer par quelque part. La scène était effectivement cauchemardesque. Heureusement, la jeune femme avait le cœur bien accroché… Jusqu’au moment où elle aperçut Milo. Il était là, en vie. L’espace d’un instant, elle s’autorisa à être soulagée, et heureuse que lui parmi tous se tiennent encore debout. Elle le serra contre elle. Il était couvert de sang. Elle chercha à l’examiner, mais Milo refusa, il n’avait que des petits bobos et ce n’était pas là l’urgence… Il protégeait un jeune homme gravement blessé, Rio. On lui avait apparemment jeté un sort de soin, mais la plaie était loin d’être refermée. Elle lui fit un bandage de fortune et elle le marqua comme blessé prioritaire à l’évacuation. Elle continua son travail dans la salle de bal, oubliant qu’elle était Liu Xi et qu’elle avait des amis pour se concentrer su sa fonction et son unique but du jour. Il lui semblait que la moitié de la salle était prioritaire. Lorsque l’auror vient lui parler du plan d’évacuation, elle était couverte de sang. Liu Xi devait partir tout de suite afin de suivre les blessés graves dans le lieu qu’ils avaient choisi pour le repli. Elle prit malgré tout le temps de saluer Milo, qui refusait farouchement de lâcher la main de son petit ami. Elle lui promit de faire en sorte qu’ils pourraient se retrouver dès l’arrivée de Milo à la ferme.

Elle avait tenu parole, c’était sommaire, mais il avait bien sa petite chaise attitrée au chevet de Rio. Ils s’étaient croisés de nombreuses fois quand Liu Xi était en charge des soins… Ils échangeaient bien sûr quelques mots, mais il était difficile d’avoir une conversation, il y avait tant à faire !

Ce petit aparté serait l’occasion de sortir de l’infirmerie. Elle prépara quelques fioles d’huiles essentielles, quelques sachets contenant des plantes, mais elle n’avait pas beaucoup de matériel pour son atelier. Les réserves étaient minces, il lui faudrait faire le plein sous peu. La priorité allait aux blessés, mais même sans avoir un jardin à disposition, il y avait déjà plein de choses à découvrir !
Elle aperçut Milo qui venait à sa rencontre. Elle l’accueillit avec un grand sourire : « Bonjour toi ! Tu as pu te reposer un peu aujourd’hui ? » … Il ne servait pas à grand-chose de demander aux élèves comment ils allaient, une question bien trop simpliste pour une situation si complexe. Mais elle pouvait toujours demander si les choses s’amélioraient un peu. « Prêt pour cette initiation ? Ce n’est pas aussi joli qu’à la Sylve… Mais je suppose qu’on s’en contentera pour l’instant» ajouta-t-elle en plaisantant.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6244-archibald-milo-de-baskerville-je-t-aime-bien-mais-en-cas-de-danger-je-te-sacrifie-directhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6295-archibald-milo-de-baskerville-le-titre-qui-tuehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6331-tybalt-se-chargera-de-m-apporter-votre-courrierhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6332-express-tybalt-se-chargera-de-m-apporter-votre-courrier

Arrivé(e) le : 05/01/2012
Parchemins rédigés : 4464
Points : 18
Crédit : Thomas Brodie-Sangster crédit : Faust ♥
Année : 6ème année (16 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Brooklyn ♥ Anoushka ♥ Naïa ♥ Blake

MessageSujet: Re: Première leçon pv Milo   Lun 17 Juil - 17:13


❝ Première leçon ❞Liu & Milo
Tout est allé si vite et si lentement à la fois. J'ai l'impression que la bataille n'a duré qu'une fraction de seconde et dans le même temps, une éternité. Les secours n'arrivaient pas. Je ne savais pas si notre professeur de Sortilèges avait réussi à créer une brèche, du coup j'ignorais si Liu était bien à son poste et si elle avait pu franchir le dôme ou non. Et si c'est le cas, où était-elle ? J'avais besoin d'elle, Dan était mal en point, il fallait impérativement que quelqu'un vienne à mon secours. Je suis prêt à me prendre tous les sorts si je peux le sauver lui. Mon frère était avec moi et c'était bien la première fois que j'étais content qu'Abel soit là. Pourtant je lui en voulais encore pour ce qui était arrivé et j'ignore si j'aurais la force un jour de lui pardonner, mais en cet instant, je n'étais pas seul, il était là et c'est la première fois de mon existence que je suis content de le voir. Je n'ai jamais réussi à éprouver la moindre attache fraternel avec lui. Je ne sais pas, je crois que l'on est trop différent et que je le déteste trop pour avoir envie de le laisser entrer dans ma vie. Après il y est, j'en suis conscient, et ce pour toujours mais quand même, j'ai dû mal à le voir comme mon frère et non pas comme un tyran. Avec Acacia c'est simple, je l'aime, elle m'aime, tout va bien. Avec Dax, ça a été compliqué un temps, mais on s'entend de mieux en mieux. Mais Abel, je n'y arrive pas. Il ne fait aucun effort, moi non plus, difficile d'avancer dans ces conditions là.

J'ai supplié Abel d'aller chercher du secours. Ca a été long mais j'ai fini par obtenir gain de cause. Je lui ai prouvé que j'étais capable de me défendre et qu'en dehors de la pétrifiction, j'allais bien. Maintenant que j'étais "caché", il pouvait s'en aller en toute sécurité. Il ne voulait pas m'abandonner, il voulait que je vienne avec lui, sauf qu'il était hors de question que j'abandonne Dan. Après une série de sorts et une longue prise de tête, il a fini par quitter la salle de bal. J'ignore où il est allé et qui il a rencontré en chemin, mais je sais que Liu a fini par pointer le bout de son nez. Quel ne fut pas mon soulagement de la voir débarquer. Ca signifiait que la brèche avait été créé et que les secours étaient là. Ils ont mis une décennie pour venir à nous mais ils sont là et c'est tout ce qui compte. Je me relève, reposant délicatement Dan au sol et je saute dans les bras de Liu. Je suis soulagé et heureux, elle va pouvoir aider Dan. Elle voit tout le sang sur moi et je la rassure en lui disant que ce n'était pas le mien, que j'allais bien, qu'en dehors d'une coupure ou deux, j'étais en pleine forme. En fait je ne savais pas ce que j'avais mais je m'en foutais. Elle voulut quand même vérifier par elle-même et en dehors circonstances j'aurai trouvé ça adorable mais pas là. On n'a pas le temps, on s'en fout de moi. Alors je la repousse, je ne veux pas qu'elle m'examine, je vais bien, il faut soigner Dan. Elle le voit que ce n'est pas le moment d'insister, que je ne vais que me braquer, rien de plus. Alors elle dépose les armes et s'occupe de Dan. Elle lui met un bandage de fortune et le note comme blessé grave. Moi je me contente d'être penché au dessus de lui, inquiet et nerveux. Elle finit par se lever pour s'occuper des autres. Au début je me sens abandonné et trahie, mais je finis par reprendre contenance et à retrouver un peu de raison. Dan n'est pas le seul blessé, elle ne peut pas que s'occuper de lui. Alors je reste à ses côtés et je laisse partir Liu.

La suite fut moins agréable, autant être honnête. Je voulais que Dan soit soigné, mais pas qu'on me l'enlève. Alors quand je les ai vu arriver pour le transporter, je me suis levé à mon tour, prêt à partir avec eux. Sauf qu'on me fit comprendre que ce n'était pas possible, qu'ils n'emmenaient que les blessés grave. Là, j'ignore pourquoi. Peut-être la fatigue, les nerfs qui lâche. Tout ce que je sais, c'est que je fis une crise d'hystérie. Je luttais de toutes mes forces pour ne pas qu'ils m'enlèvent Dan. Il aura fallu deux personnes pour me maitriser et Liu pour me calmer avant que je cède et les laisse me le prendre. Ce fut la fin du monde. Il était parti et moi j'étais là. Je m'effondrai dans les bras de Liu. C'était trop pour moi, j'étais incapable de gérer tout ça. La culpabilité, la peur, la douleur, l'incompréhension, le remord ... Je ne pouvais juste pas. Après un long moment, de nombreuses paroles réconfortantes, je la laissais s'en aller aussi. Elle m'avait promis qu'à mon arrivée, je pourrais rester avec Dan. Je m'accrochais à cette idée. Je passais les deux jours suivants avec ma soeur. Le soir, je pris une douche chaude pour enlever tout le sang et je découvris les ravages de la bataille. J'avais eu beaucoup de chance par rapport aux autres, trop si vous voulez mon avis. J'avais un gros bleu sur les cotes, certainement dû à ma chute, de multiples coupures, mais rien de très grave. Ne pouvant sacrifier le peu que nous avions pour nous soigner, je n'utilisa que du désinfectant, pour être sûr que ça ne s'infecterait pas. Nous nous rassemblâmes tous pour manger ce qu'on trouvait dans les cuisines et nous partîmes tous nous coucher dans nos salles communes respectives. Je dormis avec ma soeur et je passais la majeur partie du temps avec elle, silencieux. Le château ressemblaient à un décors de film d'horreur, c'était horrible. Je ne fus pas mécontent de m'en aller. Comment allait-on pouvoir oublier ? Comment passer au dessus ? Remonter la pente ?

La Ferme était un lieu un peu étrange, mais selon eux on y était en sécurité, on ne pouvait pas se montrer trop difficile. Ma chaise m'attendait au chevet du lit de Dan et j'en remerciais silencieusement Liu, même si on m'avait fait comprendre que je n'étais pas le bienvenue. Je finis par m'inscrire à un cours d'herboristerie, pour me changer les idées « Bonjour !! Oui un peu » Mentis-je. Je ne savais pas trop à quoi je ressemblais mais sans nul doute j'avais les traits tirés. Je dormais peu, envahie par les cauchemars et la peur. Je me sentais constamment angoissé et j'avais souvent besoin d'être dehors pour ne pas me sentir oppressé. Mais je n'allais pas le lui dire, on avait tous nos problèmes, les miens finiraient par passer, j'en suis sûr. « Oui je suis prêt ... Mais je suis tout seul ? » Demandais-je étonné. De base, j'aurais été le plus heureux du monde, vraiment, mais aujourd'hui, pas trop. Etais-je vraiment prêt à me retrouver en tête à tête avec ma confidente ? Etais-je prêt à me confier ? A dévoiler à quelqu'un mes sombres pensées ? Je ne sais pas, je ne crois pas. J'aime Liu, vraiment, et je suis content qu'elle soit là, mais je sais que je ne dois pas craquer, me montrer fort et avec lui, je sais que j'aurai tendance à faire l'inverse, parce que je me sens en sécurité avec elle.

© 2981 12289 0



Archibald Milo de Baskerville
“Pour qu'un amour soit inoubliable, il faut que les hasards s'y rejoignent dès le premier instant.” Kundera Milan ♦ by dream's


Dernière édition par A. Milo de Baskerville le Jeu 20 Juil - 19:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7131-liu-xi-macdougall-qui-triomphe-de-lui-meme-possede-la-force-modifiehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7152-liu-xi-ce-qui-lie-une-famille-cest-davoir-vu-fleurir-les-memes-jardins-annee-apres-anneehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7151-liu-xi-si-on-faisait-un-brin-de-causettehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7153-dans-la-boite-de-lu-xihttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7154-les-petits-billets-pour-liu-xi

Arrivé(e) le : 21/11/2016
Parchemins rédigés : 282
Points : 11
Année : ft. Liu Yifei

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Roxy M. Reid

MessageSujet: Re: Première leçon pv Milo   Lun 17 Juil - 20:53







Bien qu’il répondit avec une certaine force, Milo n’affichait pas son plus beau sourire… En même temps, quand l’avait-elle réellement vu sourire pour la dernière fois ? Ou sans ces cernes qui marquaient son visage émacié ? Certainement pas cette année… Il avait déjà du mal à dormir au château, nul doute que ses problèmes de sommeil n’allaient pas s’améliorer ici… Entre les gémissements des uns, les cris des autres et ses propres peurs, personne ne pouvait réellement profiter d’un sommeil réparateur… Quant à elle, elle n’aurait pas le droit à une nuit complète avant d’être retournée chez elle, alors, elle devait également avoir des cernes de toute beauté. Il serait bien temps de s’en charger par la suite.
« C’est pas facile de bien dormir ici. Surtout sur une chaise. » dit-elle en lui faisant un clin d’œil. C’était une simple plaisanterie, elle estimait qu’il était mieux auprès de son petit ami qu’à se morfondre dans un dortoir. Autant ne pas rajouter un stress supplémentaire dans une situation déjà compliquée. « On pourrait ouvrir un club de veilleur de nuit ici… M’enfin, un peu d’air frais ne nous fera pas de mal, pourvu qu’il ne pleuve pas ! »

Liu Xi s’étira…elle n’allait quand même pas se mettre à dégoiser sur la météo comme une petite vieille, elle n’en était pas encore là ! Mais en même temps… la conversation n’était pas aussi fluide qu’elle l’espérait. Ils étaient tous épuisés, et discuter demandait de l’énergie… de gérer ses émotions, ses pensées et ce n’était pas chose aisée. Elle-même se voyait mal embrayer sur des sujets qui fâchent avec Milo…lui demander comment il allait, comment ses camarades allaient… est-ce qu’il avait envie de parler du bal, était-il trop tôt ? Sûrement…en tout cas, elle ne se sentait pas de le questionner. Lui-même était sur la réserve.
Pour l’instant, autant se concentrer sur l’objet du jour : les plantes. Elle acquiesça…elle espérant que Milo ne prenne pas la poudre d’escampette pour autant.

« Il semblerait que cet horaire soit réservé à la sieste, les autres jours, le cours était plus tôt ou plus tard et il y avait quelques élèves… Donc aujourd’hui, tu as l’immense privilège d’être en tête avec moi…et quelques plantes ! C’est ta dernière chance de t’enfuir... » dit-elle en riant.

De toute façon, dans ce contexte, elle s’était rendue compte que son intransigeance n’avait pas de place, et qu’il fallait simplement parler d’une initiation… un avant goût. Elle se sentit néanmoins obligée de préciser que Milo avait vraiment le choix de partir. Après tout, il n’avait même pas esquissé un mouvement vers la chaise… Elle ne voulait pas qu’il se sente obligé de rester.
« Plus sérieusement, si tu préfères venir un autre jour, n’hésite pas… Tu avais peut-être envie de voir du monde. Sinon, je te laisse t’installer » . dit-elle simplement.

D'un geste doux, elle replaça ses fioles, attendant que Milo prenne sa décision.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6244-archibald-milo-de-baskerville-je-t-aime-bien-mais-en-cas-de-danger-je-te-sacrifie-directhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6295-archibald-milo-de-baskerville-le-titre-qui-tuehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6331-tybalt-se-chargera-de-m-apporter-votre-courrierhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6332-express-tybalt-se-chargera-de-m-apporter-votre-courrier

Arrivé(e) le : 05/01/2012
Parchemins rédigés : 4464
Points : 18
Crédit : Thomas Brodie-Sangster crédit : Faust ♥
Année : 6ème année (16 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Brooklyn ♥ Anoushka ♥ Naïa ♥ Blake

MessageSujet: Re: Première leçon pv Milo   Lun 17 Juil - 23:24


❝ Première leçon ❞Liu & Milo
Soudainement je ne sais pas ce que je fais ici. Est-ce vraiment une bonne idée ? Et s'il avait mal ? Ou qu'il avait besoin d'aide ? Ne sois pas stupide Milo, il y a des personnes plus compétentes pour l'aider que toi. Surtout qu'il m'a bien fait comprendre que je n'étais pas le bienvenue près de lui, alors il doit être bien content de ne pas me voir rôder à l'infirmerie, que ce soit à l'entrée ou sur la chaise que j'ai éloigné au maximum de lui, pour ne pas l'importuner. Je suis resté loin quelques heures, le temps de me reprendre, de pleurer tout ce que j'avais à pleurer et de me détester d'être si faible. Mais ensuite je n'ai pas pu me résoudre à rester dans mon coin, bien sagement, comme il me l'avait demandé. Alors j'erre, de-ci, de-là autour de lui, sans jamais lui parler, sans jamais oser trop le regarder, de peur de voir un regard dégoûter me faire face. Je sais que je devrais dormir dans un vrai lit, qu'il va bien, que ma place n'est pas là, qu'il faut que je me change les idées, tout ça tout ça, mais je n'en ai pas envie. Même s'il y avait un atelier de botanique, je n'aurai pas envie d'y aller. Même mes plantes adorées n'ont aucun intérêt à mes yeux actuellement. Vous imaginez ? C'est du jamais vu. Impensable il y a peu de temps et pourtant ... Je suis vraiment au plus bas ! Je crois que j'ai peur de le perdre pour de bon. Non pas qu'il meurt, en théorie on peut éliminer cette possibilité. Non, je crois que j'ai surtout peur qu'il me quitte si je reste trop loin. Qu'il se rende compte que je ne sers à rien et que finalement sa vie est mieux sans moi. Qu'avec ou sans moi, ça ne change rien. Je sais qu'il le fera, j'impose ma présence pour le moment parce que je le peux, mais quand il pourra se remettre sur pied, il pourra me fuir sans problème, m'éviter. Il trouvera mille et une excuses, que je goberai poliment et je le laisserai sans aller, parce que je n'aurai aucun droit de le retenir. J'essaierai, me connaissant, mais au final je lutterai pour mieux sauter. Il m'a déjà quitté de toute façon, je ne suis juste pas prêt à y faire face ...

Je chasse cette idée de mon esprit, je ne suis pas là pour ça. On m'a parlé des activités qui étaient proposées ici, on m'a dit que je devais en faire une, que je ne pouvais pas passer ma vie à l'infirmerie. Je n'en avais pas envie mais on ne m'a pas trop donné le choix. Je sais que ce n'est pas une mauvaise idée, qu'il faut bien que je change d'air, mais c'est difficile de le quitter. J'ai choisis herboristerie parce que je savais que ce serait Liu et qu'au final, j'avais quand même envie de la voir, même si ce n'était pas forcément le moment idéal pour ça. Mais en existera-t-il un ? Je ne lui facilite pas la tache, je m'en rends bien compte. Elle tente de détendre l'atmosphère par une plaisanterie sur la chaise que j'occupe trop souvent au goût de tout le monde. J'esquisse un sourire, je tente de faire des efforts, après tout c'est grâce à elle que je l'ai cette chaise et qu'on me laisse un peu tranquille et c'est moi qui me suis inscrit à ce cours..« Elle a au moins l'intérêt d'être bien placé ... Merci pour la chaise d'ailleurs ... » Elle aurait pu me faire une promesse en l'air ou ne pas obtenir ce qu'elle demandait. Ca arrive, on n'a pas toujours ce que l'on veut dans la vie. Mais elle a tout fait pour que j'ai la chaise et même si je sais que je ne suis pas le seul à venir rendre visite au malade et qu'il y a d'autres chaises, je suis celui qui l'occupe le plus. Je crois que Daniela et moi passons notre vie à l'infirmerie. Elle veille sur Keagan et moi sur Dan. Sauf qu'elle mérite largement sa place, moi je m'impose, c'est assez différent. Je souris de nouveau, peut-être un poil plus sincèrement. Elle a l'art de savoir me dérider un peu. Je crois aussi que je m'en veux d'être aussi tendu et qu'elle ne mérite pas ça. « Je ne serai pas contre un peu de pluie. » J'aime la sensation de l'eau qui coule sur mon visage, j'aurai presque l'impression d'être lavé de mes pêchés, même si c'est faux. Et puis au moins ça nous gardera au frais, parce que bon, autant être honnête, être aussi nombreux dans un espace aussi restreint, on a vite chaud, alors un peu d'humidité et de fraicheur ne nous fera pas de mal. Quant à cette histoire de veilleur de nuit, c'est vrai qu'on voit toujours les mêmes debout et j'ai presque de la peine pour Liu et l'infirmier, qui sont toujours quasiment de garde. J'espère qu'ils trouvent le temps de se reposer, même si les cernes de mon amie me laissent penser le contraire.

Je suis encore debout, droit comme un i. Je n'ai esquissé aucun geste pour aller m'asseoir depuis le début et visiblement ça n'est pas passé inaperçu. Je ne veux pas la vexer, ni quoi que ce soit. Je suis content de la voir, je l'adore et elle le sait, mais voilà, j'ai trop de choses dans la tête et peu de moyens pour les évacuer. Ou plutôt j'ai plein de possibilités qui sont offertes à moi mais aucune envie de les utiliser. Pour le moment je n'ai pas à penser à moi, ce serait égoïste. Il faut qu'il se remette, qu'il aille mieux et après on verra. Même s'il ne veut plus me parler au moins je serais qu'il va bien. Je finis par bouger et par m'installer sur la chaise qu'elle me présente. Je suis ici, je ne vais pas repartir sous prétexte que personne n'a envie de faire de l'herboristerie à cette heure-ci. Peut-être qu'en me voyant, les autres en auront envie, sait-on jamais. Et sinon tant pis, ça ne sera qu'entre elle et moi. Peut-être que me confier un peu ne me fera pas de mal, même si j'ai peur que si je commence, je ne m'arrête plus. « Non non t'inquiètes ce n'est pas grave, je suis juste étonné. Mais c'est très bien comme ça ... Ca nous donnera l'illusion qu'on est à Londres et que tout va bien ... » Ce qui est loin d'être la vérité mais on fait avec ce que l'on peut.

© 2981 12289 0



Archibald Milo de Baskerville
“Pour qu'un amour soit inoubliable, il faut que les hasards s'y rejoignent dès le premier instant.” Kundera Milan ♦ by dream's


Dernière édition par A. Milo de Baskerville le Jeu 20 Juil - 19:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7131-liu-xi-macdougall-qui-triomphe-de-lui-meme-possede-la-force-modifiehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7152-liu-xi-ce-qui-lie-une-famille-cest-davoir-vu-fleurir-les-memes-jardins-annee-apres-anneehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7151-liu-xi-si-on-faisait-un-brin-de-causettehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7153-dans-la-boite-de-lu-xihttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7154-les-petits-billets-pour-liu-xi

Arrivé(e) le : 21/11/2016
Parchemins rédigés : 282
Points : 11
Année : ft. Liu Yifei

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Roxy M. Reid

MessageSujet: Re: Première leçon pv Milo   Mar 18 Juil - 19:39









Liu Xi savait parfaitement maîtriser son visage, ses émotions. Elle savait n’être qu’un reflet d’elle-même, un visage neutre, avenant, sans aucune personnalité. C’est ce qui la sauvait dans bien des situations. C’est ce qui lui permettait de ne pas inquiéter les patients avec ses questionnements, ses doutes, ses peurs lorsqu’elle contemplait leurs blessures. C’est ce qui lui permettait de se cacher, d’être toujours ce qu’on attendait d’elle. Seuls ses amis la connaissaient réellement au naturel, sans qu’elle soit engoncée dans ses filtres. Milo faisait partie de ceux-là, pourtant, Liu Xi n’afficha pas son inquiétude. Le jeune homme a l’air si…perturbé ? Nerveux ? Il lui paraissait presque inatteignable. Elle ne voulait pas aggraver la situation. Pourtant la santé de Rio s’était nettement améliorée. Evidement, c’était un point de vue purement médical, nul doute que l’élève encore en proie à la souffrance aurait une toute autre vision des choses. Il était difficile pour un patient de comprendre que la conscience, et la souffrance qui lui était liée, était une amélioration par rapport à l’inconscience et son repos relatif… Il y avait sûrement d’autres choses qui se bousculaient dans la tête du jeune homme, mais elle ne le pousserait pas à les sortir de là. Tout était encore frais. Elle ne voulait pas le brusquer ou le braquer. Et puis qui pouvait réellement se targuer d’être capable de démêler ses sentiments ? Elle-même n’avait l’impression de vivre quelque chose de réel. Elle vivait dans l’action, dans l’instant, sans songer à ce qui serait le lendemain. Elle savait que dans une heure, elle reprendrait le chemin de l’infirmerie, si tout allait bien. Peut-être qu’une urgence surviendrait dans dix minutes et qu’elle devrait tout laisser en plan. Qui avait réellement le sentiment de gérer les événements ?

Milo sembla plus réceptif à sa petite blague qu’à ses demandes de nouvelles. Ouf, c’était toujours ça de pris, elle lui rendit un sourire sincère. Il n’était pas totalement perdu dans un lieu trop sombre pour l’atteindre, et ça lui suffisait à trouver l’énergie. Pour faire cour, ou pour le faire rire, ou pour faire quoi que ce soit qui l’aiderait l’espace d’un instant à se sentir mieux !

« De rien, penses-tu : c’est un service que je me rends, s’il n’y en avait pas, j’aurais du passer mon temps à te dire de rester au dortoir, ou de ne pas être en plein milieu du chemin… Au moins comme ça j’ai gagné du temps…et en plus, j’ai le plaisir d’entendre qu’il y a au moins une personne satisfaite de son emplacement dans ce petit camping improvisé ! » dit-elle sur le ton de la plaisanterie. Le degré de confort était légèrement supérieur au camping, mais très inférieur à un bungalow… En fait, c’était une sorte de gîte de montagne, sans le plaisir de la randonnée, juste la promiscuité. « Un peu de pluie ? Bon, c’est bien parce que c’est toi que je ne chasserais pas les nuages… j’apprécie de pouvoir profiter des extérieurs quand j’ai 3 minutes d’oisiveté» . Elle préférait être à l’extérieur quand elle avait un peu de temps, elle avait le sentiment d’être moins enfermée, et de faire une vraie coupure. « Ceci dit, finalement, en 3 minutes, je ferais d’une pierre deux coups s’il pleut : la douche et la sortie au grand-air, à condition d’éviter la boue, sinon ça risque de se transformer en séjour au spa…» dit-elle en désignant le terrain autour, qui ne manquerait pas de se transformer en pataugeoire à la première pluie. Elle plaisantait, mais le fonds était vrai, elle avait rarement plus de trois minutes à elle ces derniers temps.

Le jeune homme est encore un peu hésitant, mais il finit par s’installer… Liu Xi se sentit soulagée. Non pas qu’elle n’aurait pas apprécié un peu de temps libre, mais elle allait pouvoir avoir un œil sur son petit protégé, lui changer les idées pendant quelques instants et ils en avaient tous les deux besoins. Elle était heureuse de pouvoir passer l’heure qui suivrait avec lui.

« Que veux-tu, mon succès n’est plus ce qu’il était…il faut croire qu’une fois que tu as fait quelque pansement et piqûre un peu douloureuse, tu es beaucoup moins attractive. Et puis avouons-le, les bébés chèvres sont plus mignonnes et moins bavardes que moi ! Mais tu as raison, après-tout, on devait partir prendre l’air tous les deux, c’est au moins la campagne. Allez, trêves de papotage, place aux choses sérieuses. »

La jeune femme se redressa, pris un air tout à fait sérieux, avant de lancer espiègle : « N’espère pas te reposer. C’est toi qui va commencer le cours, est-ce que tu peux me dire comment tu définirais l’herboristerie ? Il n’y a pas de mauvaises réponses, enfin entendons-nous, si tu me dis que c’est l’art de chasser les mouches, je ne pourrais pas faire semblant d’y croire, mais j’aimerais savoir qu’elle conception tu en as. » .

Elle ne voulait pas l’influencer avec ses propres idées, elle les partagerait bien entendu avec lui une fois qu’il aurait exposé son point de vue, mais cela devait être un échange. Il était toujours intéressant de confronter les différentes pratiques. Elle attendit qu’il lui réponde, un sourire bienveillant sur son visage.










Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6244-archibald-milo-de-baskerville-je-t-aime-bien-mais-en-cas-de-danger-je-te-sacrifie-directhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6295-archibald-milo-de-baskerville-le-titre-qui-tuehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6331-tybalt-se-chargera-de-m-apporter-votre-courrierhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6332-express-tybalt-se-chargera-de-m-apporter-votre-courrier

Arrivé(e) le : 05/01/2012
Parchemins rédigés : 4464
Points : 18
Crédit : Thomas Brodie-Sangster crédit : Faust ♥
Année : 6ème année (16 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Brooklyn ♥ Anoushka ♥ Naïa ♥ Blake

MessageSujet: Re: Première leçon pv Milo   Mar 18 Juil - 22:48


❝ Première leçon ❞Liu & Milo
Suis-je vraiment une personne satisfaite ? Non, pas vraiment, loin de là même, mais je me suis tiré une balle dans le pied tout seul, ça n'a rien à voir avec cette ferme. J'ai agis comme un crétin et maintenant j'en paie le prix. Evidemment, c'est adorable de la part de Liu de m'avoir réservé une chaise auprès du lit de Dan, mais dans d'autres circonstances ça aurait été vraiment génial, si on peut dire ça comme ça, là c'est juste un nouvel acte désespéré pour le garder encore un peu à mes côtés. Jusqu'à ce qu'il s'en aille, qu'il me quitte et qu'il m'oublie. Parce que c'est ça la finalité de cette histoire. Une fois qu'il sera de nouveau sur pied, dans peu de temps maintenant, il pourra reprendre sa vie et m'oublier. Mais ça, Liu n'est pas censée le savoir. Elle, tout ce qu'elle sait, c'est que je l'aime, qu'on est ensemble et que je ferais tout pour lui. C'est tout. Elle ignore que je l'ai trahi et qu'il n'attend qu'une chose, me quitter. Et je ne vais pas le lui dire, je n'en ai pas le coeur. Comment dire à haute et intelligible voix que j'ai trahi mon copain et que je fais du forcing pour rester à ses côtés ? Comment lui dire qu'il ne doit attendre qu'une seule chose, que je me barre et que je le laisse tranquille. Mais je ne le fais pas, je ne peux pas, je suis trop égoïste pour ça. Alors je vais laisser la belle illusion de Liu sur mon couple et sur le fait que je joue les copains attentifs parce que je me fais du soucis pour lui. Alors oui, c'est totalement vrai, je me fais vraiment du soucis pour lui et je n'ai aucune envie d'être loin de lui, mais au fond de moi, je sais que j'ai peur. Peur d'être seul, peur qu'il m'abandonne, peur de devoir réapprendre à vivre sans lui. Et je crois aussi que j'ai peur de ce que pourrait me dire Liu. Que j'y arriverais, que je vivais déjà sans lui avant de le connaître, que ça serait pareil. Que ça sera difficile, qu'actuellement j'ai l'impression que ce sera insurmontable, mais que ce n'est qu'une illusion. Que le chagrin finira par s'en aller et que je finirais par oublier. Je ne veux pas entendre tout ça. Elle a peut-être raison, mais je m'en fous, je ne veux pas le savoir, je ne veux pas qu'il m'abandonne, je veux que tout continue comme avant. Pourquoi ça ne pourrait pas être possible ? « J'aurai été désolé d'être dans tes pattes ... Mais je suis plutôt du genre collant quand je m'y mets ! » Dis-je en esquissant un faux sourire. Collant, c'est le terme adéquat en l'occurence. Je suis une vraie glue, une huitre collée à son rocher. Et le rocher, dans ce cas précis, c'est Dan.

Je ne peux m'empêcher de sourire à la plaisanterie de Liu. Je ne ris pas aux éclats parce que ce n'est pas drôle à ce point là, mais ça me fais sourire quand même. Elle est capable de faire de l'humour dans ces moments là, je la trouve très forte. J'ai toujours été très impressionné par elle, autant se le dire. C'est une jeune femme forte, fière, intelligente et pleine de ressources. D'une certaine façon, c'est un peu mon héroïne et je suis vraiment content d'avoir fait sa rencontre et d'avoir pu suffisamment attiré son attention pour devenir son ami. J'ai un peu l'impression d'avoir grandi en sa présence, d'avoir appris plein de choses. Mais je sais que jamais je ne deviendrai comme elle. Jamais je ne serai aussi fort, aussi intelligent. J'essaie, du mieux que je le peux, mais jamais je ne parviendrai à son niveau. Mais au final, est-ce vraiment un drame ? Le tout c'est de faire de son mieux et d'essayer. Bon, c'est un échec cuisant, mais ça, c'est encore une autre histoire. J'ai essayé d'être fort et je me rends compte que je suis faible. J'ai essayé de faire quelque chose, d'agir, mais je me rends compte que là aussi c'est un échec. Est-ce qu'elle regrette de nous avoir aidé ? De mettre sa vie entre parenthèse le temps de notre isolement ? Est-ce qu'elle regrette ce qu'elle a dû affronter et ce qu'elle a vu ? Toutes ces nuits d'insomnies à cause du boulot sur les blessés ? La pauvre, elle ne savait même pas dans quoi elle s'embarquait quand on l'a contacté. Je n'aurai jamais dû lui demander de l'aide. Jamais. « On m'a toujours dit que les bains de boue, c'est très bon pour la peau, tu devrais être contente donc s'il pleut, tu pourras te laver ET prendre soin de ta peau ... Chanceuse !! » Je tente de faire de l'humour, comme elle, pour détendre un peu l'atmosphère. Je me rends bien compte que c'est de ma faute si c'est aussi tendu. Je n'arrive pas à être comme d'habitude, à être à l'aise, à me sentir en sécurité. Evidemment, je le suis, mais pour quoi au final ? Tous ces gens souffrent par ma faute. On est coincé ici, par ma faute. Rien ne va dans ma vie, j'ai l'impression que tout ce que je touche, je le détruis. Je suis un monstre. Je l'avais pensé quand j'avais trompé Hope. On avait réussi à me faire penser le contraire, que j'avais fait une erreur, mais que je n'étais pas un monstre pour autant. Finalement, peut-être que c'est moi qui avait raison et je suis vraiment un monstre.

Il est vrai que les gens se lassent rapidement. Malheureusement pour eux, on est coincé ici pour un bout de temps, il faudra qu'il revoit leurs exigences à la baisse s'ils veulent pouvoir passer des journées sans regarder les heures s'égrainer d'ennui. Après, je ne vais pas me plaindre, on est toujours tous entassé les uns sur les autres H24, pour une fois que je peux être seul ou presque, autant en profiter. Mais c'est Liu, donc une personne qui me connait. Elle sait quand je mens, quand je suis triste, quand je suis sincère, etc. Je suis un vrai livre ouvert pour elle. Bon, vous allez me dire, je suis loin d'être un vrai mystère, je suis plutôt du genre à ne rien être capable de cacher aux autres, ou presque. Le seul truc que j'ai caché à quelqu'un, je vais le regretter toute ma vie, sinon ça va bien se passer. Je finis par m'installer à la place qu'elle me présente. Le cours va pouvoir commencer. Elle me demande d'abord ma définition de l'herboristerie. Ah oui, quand on parle de cours, on en parle au sens propre du terme. Ok, je ne m'attendais pas à ça. Est-ce que je dois aller chercher papier et plume pour écrire ? Je prends quelques instants pour réfléchir, je ne pensais pas que j'allais devoir le faire. Je suis prêt à exécuter toutes les taches qu'elle me demande, mais pas forcément à réfléchir. Enfin bon, je me suis engagé alors soit, je vais y répondre. « Hum ... je suppose que pour moi l'herboristerie c'est la façon naturelle de soigner par les plantes. Tu fais pousser des plantes pour les transformer en médicaments, ongues, potions, etc. Tu conseilles les gens sur les soins que peuvent offrir les remèdes naturels. » Etait-je complètement à côté de la plaque ou étais-je dans le vrai ?

© 2981 12289 0



Archibald Milo de Baskerville
“Pour qu'un amour soit inoubliable, il faut que les hasards s'y rejoignent dès le premier instant.” Kundera Milan ♦ by dream's
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7131-liu-xi-macdougall-qui-triomphe-de-lui-meme-possede-la-force-modifiehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7152-liu-xi-ce-qui-lie-une-famille-cest-davoir-vu-fleurir-les-memes-jardins-annee-apres-anneehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7151-liu-xi-si-on-faisait-un-brin-de-causettehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7153-dans-la-boite-de-lu-xihttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7154-les-petits-billets-pour-liu-xi

Arrivé(e) le : 21/11/2016
Parchemins rédigés : 282
Points : 11
Année : ft. Liu Yifei

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Roxy M. Reid

MessageSujet: Re: Première leçon pv Milo   Mer 19 Juil - 18:55







Liu Xi contempla Milo, elle se sentait un triste devant les efforts du garçon pour paraître en meilleure forme qu’il ne l’était… C’était tout à son honneur. Tout le monde essayait de trouver le courage d’aller mieux, d’aller de l’avant. Mais cela demandait tellement de ressource. Certains étaient plein d’espoir pour la suite et ça leur suffisait… Mais est-ce que Milo ressentait cela ? Son espoir, c’était qu’on vienne les chercher. On l’avait fait mais à quel prix ? En voulait-il aux adultes qui n’avaient pas été à la hauteur ? Est-ce qu’il avait confiance en la gestion de cette ferme ? Elle n’osait pas poser ses questions. Les réponses ne pouvaient pas lui plaire.

Milo commence à se dérider, à essayer lui aussi de rire un peu. La jeune femme a chaud au cœur. Ils ne se lanceront pas dans un spectacle de si tôt, mais au moins, ils essayent de prendre soin l’un de l’autre et c’est déjà beaucoup.

« Et ma peau en a bien besoin comme tu peux le constater. Franchement, on devrait crée un nouvel atelier, l’atelier spa. Détente et bataille de boue ! On serait beau et doux comme des petits cochons ! Finalement, tu as raison c'est pas si mal la pluie. » commenta-t-elle avec entrain.

Etait-elle réellement si enjouée ? Elle se leurre, plutôt. Est-ce vraiment rendre service à qui que ce soit que d’agir ainsi ? Mettre la tête dans le sable et dire des banalités en attendant que la tempête passe, même quand on sait que le beau temps n’est pas prêt d’arriver. Elle décida alors de se dévoiler un peu plus, tampis. Tampis pour la façade, tampis pour la progression, tampis si ce n’était pas le lieu ni le moment, elle n’avait pas envie d’être très professionnelle, c’était son ami.

« Tu sais Milo, je ne vais pas te mentir. Je n’aimerai pas t’avoir dans mes pattes quand je répare un bras ou que j’essaye de contenir une hémorragie. Et de toute façon, je suis certaine que tu n'aurais aucune envie d'y être non plus ! Mais en dehors de ça, tu peux, et tu pourras toujours, traîner dans mes pattes, me suivre comme mon ombre et venir me chercher si tu en as besoin. Je suis prête à te laisser tout l’espace dont tu as besoin, parce que je sais que ce n'est pas aussi simple que ça, de se délester de ses pensées. Que ça parait plus simple d'avoir mal que de voir ceux qu'on aime souffrir. Mais sache que je suis là. Je serais là à l'instant même où tu auras envie de faire le chemin. Si tu as envie de parler. Si tu n’as pas envie de parler. Je peux discourir toute seule sur le taux d’humidité dans l’air si ce dont tu as besoin. Et s’il n’y a rien que je puisse faire pour t’aider, peu m’importe, j’essaierai quand même. J’essayerai toujours. » dit-elle en lui effleurant la main. Il n’avait probablement pas plus envie de contact aujourd’hui qu’hier, mais elle avait envie de lui montrer que ses paroles n’étaient pas que du vent. Elle espérait qu’il ne se braquerait pas qu’il comprendrait qu’elle voulait juste dire…qu’elle était là, à la distance qu’il souhaitait, et de la manière qu’il souhaitait. Elle ne s'imposait pas, mais cela ne voulait pas dire qu'elle n'était pas prête à l'entendre, à l'écouter ou à rester à ses côtés en silence.


Aussi, elle décide de continuer à parler herboristerie, la porte est ouverte, Milo n’aura qu’à décider à un moment ou un autre de la passer ou pas. S’il n’en a pas envie, il reste toujours les plantes. Cela pouvait sembler dérisoire, mais il fallait bien se raccrocher à quelque chose. Liu Xi l’avait surpris avec sa question. Les questions, quoi de mieux pour s’occuper l’esprit ? Et lancer la discussion. Le jeune homme a l’air hésitant, pas très sûr de lui. Milo, Milo, Milo… il n’y a pas de mauvaise réponse songea-t-elle. N’aie pas peur tu peux y aller.

« Je pose cette question, car il y a plusieurs visions du métier : tu fais partie des futurs herboristes qui considèrent l’horticulture comme partie intégrante de leur travail. Certains herboristes n’ont pas du tout de jardin, ils estiment que ce n’est pas un travail qui leur incombe. Moi, je mixe un peu les deux. J'aime cultiver mes propres plantes, celles qui se prêtent au terrain dont je dispose, mais je préfère acheter celles qui poussent mieux ailleurs et qui ont besoin d'un terrain spécifique. Tout ça pour dire, en herboristerie, il y a rarement une seule et unique bonne réponse. Pour le reste, évidement, tu as tout bon.»

Elle l’avait accueilli si souvent à la Sylve que le contraire eut été étonnant, et elle aurait probablement décidé immédiatement de vérifier qu’il n’était pas sous l’influence d’un sortilège de confusion. Habituellement, elle suivait un plan pour l’atelier, c’était plus simple quand il y avait du monde. Mais là, cela paraîtra un peu…pompeux ? Ce n’était pas une conférence. Elle souhaitait réellement partir sur un échange.

« Malheureusement, je ne peux pas te proposer de faire des plantations » elle désigna les alentours de la ferme, à part quelques arbres et des champs céréaliers, il n’y avait rien qui ressemblait à un espace libre pour jardiner. « Mais pour le reste… il y a un thème que tu aimerais aborder en particulier ? On peut parler de la manière de réaliser un diagnostic, j’ai aussi quelques ingrédients pour fabriquer de la pommade ou des huiles… » Il n’y avait pas grand-chose sur la table, mais il ne fallait pas sous-estimer le pouvoir des plantes, on trouverait bien quelque chose à faire ! Elle avait également mis sur la table une pierre translucide, un peu particulière, de la pierre d’alun. C’était un minéral, et pour autant, elle l’utilisait en herboristerie. C’était naturel après tout, et cela fonctionnait très bien pour les coupures par exemple. Comme elle l’avait expliqué plus tôt, il y avait rarement une seule réponse à un même problème. Elle sortit d’un petit sac le reste des ustensiles : un mortier, un mini-fouet, un bol, un ciseau à herbe et un couteau aiguisé.

« On ne fait que ce qui t’intéresse cet après-midi » ajouta-t-elle pour l’encourager.







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6244-archibald-milo-de-baskerville-je-t-aime-bien-mais-en-cas-de-danger-je-te-sacrifie-directhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6295-archibald-milo-de-baskerville-le-titre-qui-tuehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6331-tybalt-se-chargera-de-m-apporter-votre-courrierhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6332-express-tybalt-se-chargera-de-m-apporter-votre-courrier

Arrivé(e) le : 05/01/2012
Parchemins rédigés : 4464
Points : 18
Crédit : Thomas Brodie-Sangster crédit : Faust ♥
Année : 6ème année (16 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Brooklyn ♥ Anoushka ♥ Naïa ♥ Blake

MessageSujet: Re: Première leçon pv Milo   Jeu 20 Juil - 20:13


❝ Première leçon ❞Liu & Milo
Atelier Spa ? Pourquoi pas, qui n'a pas besoin de se détendre ici. Au final cette boutade n'était pas forcément une si mauvaise idée. Combien seraient contre qu'on prenne soin d'eux, je veux dire en dehors des auscultations, bandages et ateliers d'écoute ? Certains n'auraient certainement pas envie qu'on les touche, moi le premier, mais il doit y en avoir d'autres qui ont envie d'être dorloter, d'exister enfin en tant qu'individu et non plus en tant que chose, qui ont envie de se détendre sous un massage ou dans un bain de boue. Une bataille de boue permettrait de se détendre également, de s'amuser et d'oublier 5 secondes qu'on a dû agir comme des adultes pendant cette bataille et même avant, durant la préparation et on revient au rang de gosses, de simples gosses qui s'amusent, rien de plus. Oui, l'idée pourrait être plaisante. Peut-être qu'on entendrait raisonner dans ce lieu secret de vrais rires, les premiers depuis 1 an. Ca serait vraiment bien je trouve. «Pas cher, on a tout sur place. Je suis sûr que l'idée cartonnerait. On organiserait des ateliers massages pour détendre les gens, des batailles de boue pour leur rappeler qu'ils ne sont que des gosses ... wouhai ça pourrait être cool, on doit en parler à qui pour mettre ça en place ? » Evidemment ce n'est qu'une plaisanterie, rien de tout cela ne sera vraiment mis en place, mais l'idée reste séduisante et m'aidera peut-être à rêvasser, l'espace de quelques instants, sur autre chose que sur mon sort. Je penserai à autre chose qu'à l'explosion de mon couple, à ma culpabilité et à la vision de tous ces blessés. Pendant quelques instants, je retomberai moi aussi en enfance.

Je m'installe à la table, comme Liu me le demande. On sent bien que je ne suis pas méga à mon aise. Ce n'est pas tant Liu le problème ou le fait qu'on soit que tous les deux, c'est un tout. Je ne suis pas bien, je suis sous tension constamment et ça me fatigue. J'en ai juste marre. J'aimerai que tout ça s'arrête, qu'il y ait enfin une fin pour qu'on puisse tous respirer. Pour la première fois de ma vie, je veux rentrer chez moi, revoir ma famille, oublier. Je veux oublier, tout oublier. Je ne veux plus entendre parler de Poudlard, de Mangemorts ou de ce qu'il s'est passé cette année. Je veux juste oublier. Oublier que j'ai été suffisamment con pour détruire mon couple. Oublier que j'ai fait du mal à plein de gens, sans vraiment le vouloir, tout simplement parce que je ne suis pas capable de réfléchir. Je veux oublier que je suis moi. Je ne sais pas ce qu'il se passera quand je serai rentré. J'ignore comment les choses vont se dérouler. Actuellement, je ne veux pas retourner à Poudlard. Je changerai peut-être d'avis, mais pour le moment, je ne le veux pas. Il doit exister des cours par correspondance ou un truc du genre. Peut-être que Liu ne me demandera pas de finir mes études et m'embauchera dans sa boutique pour l'aider et m'apprendre le métier. Je peux suivre et ses cours et des cours par correspondance, avec de la volonté, je sais que je peux y arriver. Je ne veux juste pas retourner à Poudlard. Pour quoi faire au final ? Qu'est-ce qui m'attend là bas ? Ils vont peut-être reconstruire le château, s'ils arrivent à se débarrasser des Mangemorts et après ? Est-ce que ça changera vraiment quelque chose ? On aura un nouveau directeur, de nouveaux professeurs, et ? Les gens que je croiserai seront toujours les mêmes, ceux à qui j'ai promis une libération qui a tardé à venir ou ceux que j'ai blessé sans le vouloir. Je vais croiser certaines personnes qui auront perdu des proches, comment je pourrais vivre avec ça sur la conscience. Et puis revenir dans notre salle commune, dans mon ancien dortoir ... le croiser tous les jours sans l'espoir aucun qu'on puisse être de nouveau ensemble, sans même l'espoir d'obtenir son amitié. Je ne pourrais pas le croiser tous les jours sans rien ressentir. Le pire sera de le croiser avec sa nouvelle copine ou son nouveau copain, parce que je ne me fais pas d'illusion, il se remettra avec quelqu'un et il aura bien tort de s'en priver. Les propos de Liu me surprenne. On faisait comme si tout allait bien ou plutôt on n'avançait pas sur des sujets dangereux. On ne se demandait pas comment aller l'autre parce qu'on savait que la réponse était forcément "mal". Alors oui, je pensais naïvement que ça allait continuer comme ça, qu'on ferait semblant, durant le temps du cours. J'ai visiblement eu tort et je ne sais pas si j'en suis content ou déçu. Je baisse les yeux, coupable. Je m'interdis de pleurer, j'ai déjà trop pleurer, il faut que ça s'arrête. On dit que les hommes ne pleurent pas, je crois alors que je n'en suis pas un et que je ne suis pas prêt d'en être un.« Je vais bien ... Mais c'est gentil. Je prends note. » J'ai toujours les yeux baissés et très clairement, rien dans mon attitude ne démontre que je vais bien. Tout hurle à Liu que ça ne va pas, que ça ne va définitivement pas. Mon corps entier supplie qu'on lui apporte de l'aide, mais moi je m'y refuse. Je vais bien. Si je le répète suffisamment de fois, ça deviendra vrai, il faut juste y croire, y croire suffisamment fort pour que cette phrase devienne vraie. Je vais bien. Tout va bien. Je n'ai rien. Je m'en remettrais. Je relève les yeux vers elle. Je vais bien.

J'ai hésité longuement avant de répondre à la question de Liu. D'un côté je suis content que le cours commence, ça évitera de redevenir deux amis et non plus un élève et son professeur. Si je la vois comme mon professeur, je ne craquerai pas. C'est en tout cas ce que je me dis, la vérité est bien souvent ailleurs, mais qu'importe. Si je la vois comme mon professeur, je prendrai mes distances, je me focaliserai sur le cours. Si elle reste mon amie, je finirai par craquer, je craque toujours. Peut-être parce que même si je ne veux pas me l'avouer, j'en ai besoin ? Peut-être parce que je n'en peux plus. Que malgré le fait que je dise que je vais bien, rien ne va et que je suis en train de sombrer dans des profondeurs encore inexplorée. Je pensais que j'avais atteint le fond la dernière fois, avec les mangemorts, mais je constate que j'avais tort. J'ai réussi à m'en sortir grâce à Liu, Dan, Perrin et tant d'autres. La liste de mes proches a grandement diminué depuis. Je peux faire une croix sur Dan, ça serait le comble de lui demander de m'aider alors qu'il est dans le même état que moi, voir pire. Perrin et Sinead sont aux abonnés absents. J'ignore ce qu'ils leur sont arrivés et je pris pour qu'ils aillent bien. Au fond de moi, je sais que s'ils ont réussi à fuir, c'est une bonne chose, ils sont chanceux. Mais une petite voix dans ma tête me dit que c'est injuste, qu'ils m'ont abandonnés, laissés derrière eux comme si je n'existais pas, comme si j'étais rien. Ca me révolte, malgré moi ça me révolte. Pourtant ils ont eu raison, comment pourrait-on leur en vouloir d'avoir tenté leur chance ? Mais il n'empêche que c'est injuste. Billie n'est plus une esclave, c'est plutôt une bonne chose, mais même si elle fait comme si ça allait, je sais qu'elle va avoir aussi besoin de temps pour vraiment s'en remettre. Je chasse tout ça de ma tête, il faut que j'arrête de penser, de réfléchir. Il faut que je me concentre sur le cours, c'est pour ça que je suis venu. Je hoche la tête aux propos de Liu. Oui, pour moi il est important de garder la partie "jardin", parce que c'est justement une part importante pour moi. J'ai une serre depuis que je suis capable de m'occuper de plantes. Elle s'est agrandie avec le temps et aujourd'hui elle ferait pâlir certains professionnels. Mais actuellement, cet endroit que je chéris plus que tout au monde ne me manque pas, je ne ressens pas le besoin d'y retourner. C'est dire au point où je vais bien ...
« Tu devrais venir un jour faire un tour dans ma serre, je suis sûr qu'elle te plairait. » Lui dis-je en esquissant un sourire. D'ordinaire, je suis fière de ma serre et je le montre, aujourd'hui je n'éprouve rien. Je suis vide de l'intérieur. C'est affligeant. Exit les plantations, il est vrai qu'il va être difficile de faire quoi que ce soit ici, surtout avec le peu de matériels dont on dispose. Je hoche la tête en l'écoutant me faire des propositions de cours. Tout à l'air intéressant. « Tout à l'air intéressant... On pourrait commencer par les pommades et huiles, ça pourrait toujours servir pour l'infirmerie. » Autant mêler l'utile à l'agréable, non ? Peut-être que si je confectionne des choses utiles pour les autres, je me sentirai un peu moins coupable. On peut rêver non ?

© 2981 12289 0



Archibald Milo de Baskerville
“Pour qu'un amour soit inoubliable, il faut que les hasards s'y rejoignent dès le premier instant.” Kundera Milan ♦ by dream's
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7131-liu-xi-macdougall-qui-triomphe-de-lui-meme-possede-la-force-modifiehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7152-liu-xi-ce-qui-lie-une-famille-cest-davoir-vu-fleurir-les-memes-jardins-annee-apres-anneehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7151-liu-xi-si-on-faisait-un-brin-de-causettehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7153-dans-la-boite-de-lu-xihttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7154-les-petits-billets-pour-liu-xi

Arrivé(e) le : 21/11/2016
Parchemins rédigés : 282
Points : 11
Année : ft. Liu Yifei

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Roxy M. Reid

MessageSujet: Re: Première leçon pv Milo   Ven 21 Juil - 21:23







La jeune femme rit de bon cœur, imaginant la scène. Franchement, elle doutait qu’une telle demande passe auprès des Aurors, à part Laughlin, ils ne lui semblaient pas très portés sur l’amusement. Elle était du genre à respecter les règlements et les lois mais dans certains cas, en cas de vide juridique…demander la permission lui semblait superflu. « Demander la permission ? Pourquoi faire, attend la première pluie, lance les hostilités sur le premier venu, et il sera trop tard pour que quelqu’un vous dise non ! » dit-elle espiègle. En ce qui concernait les massages… elle aurait pu animer un atelier mais en même temps, ça ne lui paraissait pas très professionnel ou éthique de faire ça en dehors d’un cadre médical, avec des mineurs. La situation serait tout de même un peu gênante, pour elle en tout cas. « Pour l’atelier massage, je te donne mon feu vert, mais je pense qu’il vaut mieux que les adultes restent en dehors de ça, ça serait moins drôle pour vous et en plus ça serait un peu bizarre non ? » dit-elle en faisant la grimace… « Et puis tu imagines les parents ou les Aurors dans la flaque de boue ? Je ne me vois pas trop leur proposer un palper rouler ! » dit-elle en riant.

Liu Xi retient un soupir et posa la pulpe de ses doigts sur la main de Milo, délicatement, à peine un effleurement. D’une voix douce, elle s’adresse à son ami « Je ne te demande pas de m’en parler. Je comprends tu sais, il y aurait tellement à dénouer… En revanche, même si tu me vois sûrement comme une personne vieillissante et bientôt sénile, tu ne me feras pas avaler que tout va bien. Ne perd pas ton énergie à faire semblant, pas avec moi Milo. Tu serais bien le seul à aller bien dans cette ferme. ». Elle aimerait tant le serrer dans ses bras… Mais elle le sent si tendu, si proche de la fuir qu’elle se retient, mais reste là, tout près. Elle a tendu sa main, il ne lui restera qu’à la saisir.

Il faudrait qu’elle arrive à le rassurer. A le convaincre de se laisser soigner aussi. Il essaye de camoufler sa peine, probablement ses douleurs aussi. Blake l’a informé qu’il était le seul à ne pas avoir été ausculté. Elle est son amie, elle ne peut quand même pas l’attacher et utiliser la force. Peut-être que cet atelier sera l’occasion de l’atteindre ? Elle en doute de plus en plus, mais elle n’en démordra pas. Milo est têtu, elle est tenace, patiente. Dévouée aussi. Elle attendra le temps qu’il faut, mais elle ne le laissera pas souffrir seul. Elle se sent responsable de lui… Elle l’a suivi pendant toute l’année, elle l’a vaguement dissuadée au début, mais quand il l’a contacté pour cette rébellion, elle ne s’est pas opposée, loin de là. Elle avait fait ce qu’elle pensait juste et utile. Elle n’imaginait pas un tel carnage, mais elle s’était attendue à trouver de la violence. Pour elle, le pire restait à venir, quand l'action laisserait place à la réflexion, aux conséquences. Quand il ne s'agirait plus d'urgences. Quand il faudrait faire face aux patients qui reviendraient à la boutique… Ils finiraient bien par savoir qu’elle a participé à la rébellion, qu’elle savait depuis des mois. Certains Né-Moldus avaient continué de fréquenter la Sylve, elle ne leur avait pas soufflé un mot, elle ne leur avait pas dit de ne pas s’inquiéter, mais elle avait assuré ne pas avoir d’informations. Ce n’était pas le moment : agir sur un coup de tête était bien plus dangereux. Et si les parents Sang-Purs estimant que leur rejeton ne craignait rien s’en étaient pris aux parents Né-Moldus ? Si elle avait choisi de se confier à la mauvaise personne et créé un cataclysme pire que celui-ci ? En se taisant, elle avait pris la pleine mesure de cette responsabilité. Elle l’avait portée quasiment seule, jusqu’à ce qu’une occasion se présente. Elle serait seule aussi, quand viendraient les reproches. Et ils seraient justifiés, et elle serait mortifiée. Mais en même temps, elle avait agi du mieux qu’elle avait pu à cet instant, pour maintenir un maximum de monde en sécurité. Mais elle avait le sentiment que ce n'était pas elle qui en payait le plus lourd prix.. Elle était coupable de ne pas avoir agi et d’avoir agi. Elle essaierait de garder la face, mais elle n’avait pas hâte. Elle fronça légèrement les sourcils, perdue dans sa réflexion. Milo devait se sentir seul lui aussi. Est-ce que son ami avait eu conscience l’engrenage dans lequel il avait mis le doigt ? Il était si jeune pour porter le poids de telles responsabilités. Quoi qu’on fasse dans cette situation, ce n’était jamais assez et toujours trop à porter. Gênée d’avoir laissé transparaître sa propre inquiétude, elle passa ses mains sur son visage, avant de reprendre le cours.

La serre de Milo ? Oui, elle aimerait beaucoup ça, habituellement il était tellement habité quand il en parlait, quand il était proche des plantes. « Attention, ce n’est pas tombé dans l’oreille d’une sourde, je compte sur ton invitation officielle : je suis sûre que la visite vaut le détour » dit-elle, le sourire retrouvé. Une chanson lui vint en tête « On avance, on n’a pas assez d’essence pour faire la route dans l’autre sens… ». Oui c'était cela, quoi qu'il arrive, on ne pourrait pas changer le passé. La jeune femme hoche la tête face au programme du jeune homme.

« Très bien… Première partie un peu théorique. Promis, je fais court, mais ça pourra toujours t’être utile de la savoir !

L’huile, est toujours à l’état liquide à température ambiante. Si c’est solide, on parle de graisse ou de beurre : c’est le cas pour le karité ou la noix de coco qui ont besoin d’une température bien plus chaude qu’au Royaume Uni pour être liquides. Il y a également des graisses non végétales : la paraffine, et la cire d’abeille notamment. Dans tous les cas ce n’est pas soluble dans l’eau.

Ses informations sont importantes quand on veut faire de la pommade.

La pommade est composée d’huile et de graisse. Pour l’atelier on va faire simple, une coupelle de graisse pour deux coupelles d’huile. 1 coupelle et demi de plante fraîche, ou une coupelle de plantes séchées. On peut mettre des huiles essentielles en remplacement ou en complément.

A ne pas confondre avec une crème, qui elle contient de l’eau et est donc plus difficile à préparer. »


Elle fit une pause, laissant le temps à l’adolescent d’assimiler ses paroles. C’était un peu lourd, elle n’aurait probablement pas pris la peine de donner ses indications à tous les groupes, mais elle savait que Milo était réellement intéressé par le sujet. Peut-être même cela lui servirait-il réellement un jour. Aujourd’hui, il s’occupait juste l’esprit, mais demain, peut-être continuerait-il dans cette voie. Pour autant, elle s’arrêterait là dans les explications purement théoriques, elle pourrait encore expliquer la différence entre pommade et crème. Ou l’origine de la paraffine. Mais elle préférait d’abord s’attaquer aux plantes et aux usages possibles.

« Une pommade nous serait effectivement utile à l’infirmerie. Reste à voir pour quel usage… » dit-elle d’un air mystérieux. « On décidera de ça après que tu aies battu ‘’la préparation de base ‘’, je te laisse prendre le bol et verser l’huile d’arnica* en premier, puis ensuite ajouter les billes de paraffine ».

La jeune femme sortit sa baguette pour pouvoir allumer un feu contre le bol, elle tendit un bout de tissus : « Je te laisse mélanger énergiquement jusqu’à ce que tout soit fondu. Met ça entre ta main et le bol, je ne ferais pas chauffer beaucoup mais on ne sait jamais.»

C’était le genre d’exercice qui permettrait deux choses, l’une totalement logique : apprécier la différence de texture entre les deux lipides et l’autre un peu plus fourbe, elle devait le reconnaître. Fouetter énergiquement était une activité qui mobilisait une bonne partie du haut du corps, les bras les épaules, la nuque, les côtes… et demandait donc d’être bien sur ses appuis. Si l’adolescent avait mal quelque part, cette innocente activité ne serait pas si simple pour lui. A la guerre comme à la guerre, elle culpabilisait un peu, surtout s’il avait vraiment très mal quelque part, mais d’un autre côté, elle ne voyait pas d’autre moyen de le savoir. Et elle ne pouvait pas le laisser souffrir sans rien faire.







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6244-archibald-milo-de-baskerville-je-t-aime-bien-mais-en-cas-de-danger-je-te-sacrifie-directhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6295-archibald-milo-de-baskerville-le-titre-qui-tuehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6331-tybalt-se-chargera-de-m-apporter-votre-courrierhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6332-express-tybalt-se-chargera-de-m-apporter-votre-courrier

Arrivé(e) le : 05/01/2012
Parchemins rédigés : 4464
Points : 18
Crédit : Thomas Brodie-Sangster crédit : Faust ♥
Année : 6ème année (16 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Brooklyn ♥ Anoushka ♥ Naïa ♥ Blake

MessageSujet: Re: Première leçon pv Milo   Hier à 13:58


❝ Première leçon ❞Liu & Milo
Pas de demande d'autorisation ? On se la joue rebelle ? L'idée déjà de base ne me ressemble pas des masses, je ne suis pas le genre de garçon à réaliser ce genre d'action sans le regretter aussitôt. Je dirai même plus qu'en général, j'hésite beaucoup, je pèse le pour et le contre tellement longtemps que finalement quelqu'un l'a fait à ma place. Suis-je trop cérébral ? Ou juste trop lâche et peureux pour oser ce genre d'action ? Ca ne me ressemble pas, pourquoi devrais-je avoir en avoir honte ? Et pour être honnête, j'ai déjà joué un peu trop les "rebelles" pour le reste de ma vie. Ca m'a vacciné d'avoir envie de faire quelque chose pour changer les choses. Ca a été un véritable carnage et jamais plus je ne voudrai revivre ce genre de choses. Jamais. J'aimerai même ne jamais avoir accepté l'idée. Pourtant sur le coup ça me paraissait être une bonne idée. On était tous coincé dans cette école, sous le joug de Blackman. On se faisait tous humilier et torturer pour un rien. A la fin, le sang n'avait plus aucune espèce d'importance pour les Mangemorts, tu prenais quoi qu'il arrive. J'étais lasse de recevoir des doloris pour un oui ou pour un non, je revois encore mon frère me frapper avec le fouet ... Je ne veux plus revivre tout ça et je refuse que quelqu'un le vive à ma place. Alors oui, j'ai cru bien faire. Mais je n'ai pas réellement réaliser l'ampleur de la tâche ou des conséquences. Tout est allé trop vite, j'ai perdu le contrôle et je me suis laissé dépasser par les événements. Au bout du compte, j'ai des blessés et des morts sur la conscience, je n'ai pas fait preuve de suffisamment de confiance ou d'honnêteté envers mon copain, ce qui l'a conduit à être blessé et par la même occasion, à la fin de mon couple. Et pour quoi ? Pour atterrir ici ? Loin de nos familles, dans un lieu perdu au milieu de nulle part, à ne pas savoir quand on rentrera. Tu parles d'une victoire. Blackman est toujours dehors, le Ministère est toujours au main des Mangemorts et on est toujours enfermé dans un lieu. Merci Milo pour tout ça, vraiment, merci, ça en valait le coup ... Mais je ne dis rien, je garde tout ça pour moi et je laisse apparaître un sourire. Feindre l'amusement, c'est pas forcément dans mes cordes mais je ne vois pas d'autres alternatives possibles. Je me vois mal lui dire que jamais plus je ne jouerais les rebelles et que je ne suis pas sûr d'être capable de pouvoir me remettre de cette première désastreuse expérience. « Je vais surtout finir par me faire lyncher parce que j'aurai visé la personne qu'il ne faut pas. Genre la fille qui fait attention à sa coiffure ou le mec qui n'aime personne ... » C'est dit sur le ton de la plaisanterie, même si le fond de mes propos est vrai. J'ai l'art de m'attirer des ennuis sans forcément le vouloir. En voulant bien faire, je fais très souvent très mal les choses, je suis donc persuadé que je vais viser quelqu'un que je n'aurai pas dû. Et je vais finir sur un lit à l'infirmerie, avec les autres blessés. Au moins ce sera plus confortable que debout ou assis sur une chaise à attendre qu'un miracle se produise et qu'il ne m'en veuille plus. Il ne pourra pas me reprocher ma présence à l'Infirmerie, ni m'en vouloir, ça ne sera pas de ma faute. « Moins drôle ? T'es certainement la plus qualifiée pour les massages. Je n'en ai jamais fait, je ne saurais même pas comment m'y prendre. » Et puis autant être honnête, je ne me vois pas masser qui que ce soit. Déjà parce que les contacts physiques me sont difficiles en ce moment et même au delà de ça, je ne vois pas en quoi ça ne serait pas bizarre que je masse quelqu'un d'autre. Et puis je serai un beau mec, attirant et tout le tintouin, je ne dis pas, je suis sûr qu'elles seraient prêtes à se sacrifier pour jouer les cobayes pour que j'apprenne, mais ce n'est pas particulièrement le cas. Je suis sûr qu'on serait encore capable de dire que j'essaie d'en profiter ou un truc du genre. Merci, mais je passe mon tour.

Je sens ses doigts sur ma joue, un bref effleurement mais étrangement je suis envahie par plusieurs sentiments. Le dégoût, je ne veux pas qu'on me touche, je crois que je ne voudrais plus jamais qu'on me touche. Je ne le mérite pas et je ne le supporterai pas. Ca va certainement passer mais pour le moment je suis trop dégoûté par ce que je suis pour les laisser m'approcher. J'ai fait trop de mal, ils ne méritent pas de devoir me supporter ou me toucher. La lassitude, je n'en peux plus d'être comme ça, d'avoir l'impression de vivre continuellement dans une minuscule pièce noire où il n'y a aucune issue de secours, aucune fenêtre, rien que le désespoir pour m'accompagner et qu'on étouffe, ensemble. La joie également, de la sentir proche, présente et attentionnée. Elle me connait, elle sait que je mens mais elle ne s'en offusque pas. Elle ne me bouscule pas, elle ne s'impose pas, elle veut juste se montrer présente et compréhensive et je ne peux que lui en être reconnaissant. Mine de rien, j'ai beau dire, il est agréable cet effleurement. Ca me manque. Ils me manquent. Les câlins de mes amis, ses caresses à lui, son odeur, sa peau frôlant la mienne, son souffle sur ma peau, son cour qui bat à l'unisson du mien... tout ça me manque. Mais c'était dans une autre vie il faut croire. Je relève le regard vers elle, les yeux plein de larmes. Je me suis promis de ne pas pleurer, mais à l'instar d'avec Dan, je ne vais pas en être capable. Je ne suis pas fort, brave ou obéissant. Je pleurniche constamment, comme il le dirait si bien et il a raison. Je sais que c'est insupportable ce genre d'attitude et j'aimerai ne pas leur offrir ce spectacle affligeant, mais je n'y arrive pas. « Je m'étais promis de ne pas pleurer ... » Promesse que je ne tiendrais bien évidemment pas. Je suis un cas désespéré. Je ne reviens pas sur ses propos sur sa sénilité ou son côté vieillissant parce que je ne le pense pas un seul instant et elle le sait. Je ne la vois pas comme quelqu'un de vieux. Je sais que c'est une adulte mais c'est aussi mon amie et j'ai dû mal à la voir les autres adultes. C'est totalement stupide parce que très clairement elle peut être une adulte et mon amie en même temps mais je ne sais pas, elle est différente des autres sans que je puisse expliquer pourquoi.

Je renifle et j'esquisse un sourire. Je prends bonne note. Quand on rentrera tous chez nous, si on rentre, je l'inviterai à la maison. Je sais qu'elle sera heureuse de voir notre jardin et ma serre et je l'imagine déjà longuement discuter avec notre jardinier et échanger avec lui quelques conseils. Ca sera bien, j'en suis sûr. Et au moins il y aura une journée où je n'aurai pas envie de me défenestrer par la fenêtre, ça sera toujours ça de pris. Plus j'occuperai mes journées et mon esprit et mieux cela vaudra. Je pense que je suivrai ma grand mère dans chacun de ses déplacements pour être auprès d'elle et pour ne pas être seul. Peut-être que revoir ma serre me donnera de nouveau envie de m'en occuper. Parce que là, actuellement, c'est pas trop ça. Je hoche la tête et lui dis « Promis. » La visite que nous ferons de ma serre n'aura strictement rien à voir avec celle que j'ai faite avec Dan au Balcon du monde et heureusement. Je ne me définitivement pas allongé aux côtés de Liu ... Rien que l'idée me donne des frissons. Non pas qu'elle n'est pas une très jolie femme. Je la trouve splendide et je ne comprends pas comment elle peut encore avoir le coeur libre tellement elle est merveilleuse. Mais je ne la vois définitivement pas comme un potentiel parti à prendre. C'est mon amie, elle joue plus le rôle de ma grande soeur qu'autre chose. Je l'aime, mais d'un amour purement platonique et je sais que l'inverse est tout aussi vrai. Et puis de toute façon je n'ai pas vraiment envie d'être avec quelqu'un d'autre. Je sais que c'est parce que c'est encore tôt et qu'on vient à peine de rompre. Ce n'est pas vraiment officiel mais je suppose que ça ne change pas grand chose au fait que c'est fini entre nous ? Je sais que j'espère encore, naïvement, que les choses vont s'arranger entre nous. Mais je ne sais pas, je crois que je vais faire une pause sentimentalement parlant. Je n'ai pas été célibataire depuis Octobre, enchainant deux relations. Je n'ai aucun regret pour le coup, je sais que c'était la meilleure chose à faire que de me séparer de Hope et je ne pouvais plus me voiler indéfiniment la face quant à mes sentiments pour Dan. Mais maintenant que c'est fini, je crois qu'il faut que je pense à moi. Que je me remette de cet échec et puis soyons honnête, le premier amour, ça ne s'oublie pas facilement. Liu commence son cours et je l'écoute attentivement. Je regrette de ne pas avoir eu un parchemin et une plume pour noter ce qu'elle me disait. Tant pis, je tâcherai de tout mémoriser et je retranscrirai ce soir si je le peux. Huile est toujours liquide, sinon ça s'appelle du beurre ou de la graisse. Ok, je comprends le principe et ça parait logique. Végétale et non végétale, je prends note aussi, tout comme le fait que ce n'est pas soluble dans l'eau. En même temps l'huile et l'eau de base ne se mélange pas, donc c'est purement logique. Pommade c'est de l'huile et de la graisse, tandis que la crème contient de l'eau ... Ok chef ! Je hoche la tête et j'obtempère. Je verse une coupelle de bille de paraffine et deux coupelles d'huile d'arnica, tout comme elle a dit. Elle me donne un bout de tissu, soit disant pour la chaleur.« J'ai toujours beaucoup aimé l'odeur de l'arnica. » Lui dis-je tout en remuant aussi énergiquement que je le pouvais. Sauf que j'avais la force d'un moineau et que ça me faisais un peu mal. J'arrêtais sous, tentais de détendre mon bras mais j'avais la sensation que je n'arriverai jamais jusqu'au bout. J'avais un peu l'épaule en vrac, en soit rien de grave, juste le coup du choc de ma chute après m'être mangé un sort. Le bleu que j'avais sur le torse me lançait aussi un peu, tout comme les coupures, mais c'était véritablement du domaine du supportable. Quelques légères grimaces, mais rien de plus, ce n'était pas ça qui allait m'arrêter. Je faisais de mon mieux et fini, enfin par obtenir un mélange relativement homogène.

© 2981 12289 0



Archibald Milo de Baskerville
“Pour qu'un amour soit inoubliable, il faut que les hasards s'y rejoignent dès le premier instant.” Kundera Milan ♦ by dream's
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Première leçon pv Milo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard, 19 ans après. :: La Ferme Incartable :: 
Rez-de-Chaussée
 :: La Terrasse
-
Sauter vers: