AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 J'ai toujours rêvé d'apprendre à voler - Savannah R. Caldwell

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8035-j-ai-toujours-reve-d-apprendre-a-voler-savannah-r-caldwellhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8048-in-our-family-portrait-we-look-pretty-happy-savannah-r-caldwellhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6353-ecrire-pour-mettre-de-l-ordre-dans-ses-obsessions-savannah-r-caldwell-sinead-p-o-riordan#164473http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8066-send-me-your-love-savannah-r-caldwell#182506http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8067-send-me-your-love-savannah-r-caldwell#182508

Arrivé(e) le : 14/11/2015
Parchemins rédigés : 1605
Points : 13
Crédit : Bazzart
Année : 6ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?:

MessageSujet: J'ai toujours rêvé d'apprendre à voler - Savannah R. Caldwell   Mer 12 Juil - 15:30



Savannah est une née-moldue, née le 25 juillet à Oxford en Angleterre. D'ailleurs elle y vit toujours. Aujourd'hui, Savannah a donc 16 ans ans et redouble sa cinquième année compte tenu des événements qui se sont produits et qui l’ont empêchée de passer ses examens. Et juste pour ta culture personnelle, sache qu'elle a un chat qui s'appelle Fluffy.

Il est bon de savoir que Savannah est mature, énergique, sûre d’elle, meneuse, débrouillarde, compétitrice, maman poule, loyale et perspicace mais également curieuse, têtue, sanguine, bavarde et hyperactive. Elle a des goût étranges, par exemple, elle aime sa famille et ses proches, le sport et principalement le Quidditch, gagner, son carnet de croquis, son chat, dépasser ses limites ou encore avoir raison alors qu'elle déteste l’hypocrisie, les pro sang-pur, ne pas avoir un rôle important, être comme tout le monde et étudier.

Sa baguette est composée de bois de houx avec un cœur de crin de licorne et mesure 25 centimètres. Grâce à elle, Savannah a le malheur de suivre les cours obligatoires et les cours de soin aux créatures magiques et de vol.



Savannah R. Caldwell
feat. Crystal Reed

ET EN VRAI ?
J'ai 25 ans, mais peut-être que tu le sais déjà parce que je suis Sinéad P. O’Riordàn, j'ai même dépensé 0 point pour être Legilimens parce que je l’ai gagné à l’anniversaire de NYL. Je suis arrivée sur NYL je ne sais même plus comment tellement ça fait longtemps et je devrais être là en moyenne tous les jours de la semaine sauf quand je suis en cours. Avant de finir j'aimerais juste rajouter que je vous aime Coeur.


Tout le monde a une histoire



► Avant Poudlard ◄

Le vent fouette mon visage, mon rythme cardiaque est bien plus élevé que d’habitude et chaque foulée est désormais douloureuse. C’est le sprint final, la ligne d’arrivée se rapproche à une vitesse impressionnante et je la franchis sans ralentir. Je m’arrête et attrape une bouteille d’eau tendue par mon coach pour m’asperger le visage. Il me parle mais je n’en entends rien comme si j’étais encore sur le terrain. Ma vision est floue et mon souffle court, je pose mes mains sur mes cuisses et me force à reprendre une respiration normale, fermant les yeux un court instant pour me permettre de récupérer. C’est terminé. Je m’appelle Savannah Caldwell, j’ai dix ans et je viens de gagner la course la plus importante de ma saison. Je crois que je ne le réalise pas trop quand je monte sur la plus haute marche du podium. Je baisse la tête alors que le directeur de l’université d’Oxford en personne me passe la médaille d’or autour du cou. Un homme prononce trois phrases élogieuses pour nous féliciter, je serre la main de mes adversaires et je retrouve la terre ferme. Mon coach me prend dans ses bras en me broyant presque les côtes mais finit par me lâcher pour me regarder comme si j’étais la huitième merveille du monde. « Je suis tellement fier de toi, Savannah ! » Je lui souris, moi aussi je suis fière, très fière même de ce que j’ai accompli. J’ai intégré l’équipe d’athlétisme en début d’année après avoir été repérée par Robin, l’entraineur de l’équipe féminine junior de la Dragon School d’Oxford. Je suis la plus jeune de l’équipe et ça a inquiété mes parents au début mais je fais une tête de plus que toutes les filles de ma classe alors ça ne se voit pas vraiment. J’adore courir, je cours depuis que je suis en âge de le faire. C’est peut-être un peu étrange mais je crois que ça me donne l’impression de voler. J’aimerais tellement voler pour de vrai, ça doit être génial de voir le monde d’en haut. Quand je serais plus âgée, j’aimerais apprendre à piloter des avions, je suis sûre que ça me plairait beaucoup. Courir est aussi devenu mon exutoire, une manière de m’échapper d’un quotidien parfois un peu compliqué à assumer pour une petite fille de dix ans. D’ailleurs, je n’ai rien d’une petite fille, je réfléchis déjà comme une adulte et j’ai prévu tout mon cursus scolaire dans les moindres détails sans rien laisser au hasard. En même temps, ma vie ne laisse pas vraiment de place à l’absence d’organisation. « Savannah ! » Cette petite voix stridente fait littéralement fondre mon cœur et je lève les yeux vers les gradins où se trouvent encore les douze membres de ma famille venus spécialement pour m’encourager. Mon coach m’autorise d’un signe de tête à aller les rejoindre et sans le moindre scrupule, je saute par-dessus la balustrade séparant les spectateurs des compétiteurs. Aussitôt, la petite Moïra s’accroche à mes jambes et je sens la sucette poisseuse qu’elle avait dans la bouche un instant auparavant se coller à mon mollet. « T’étais trop super ! » M’acclame-t-elle avec cette voix enfantine que j’affectionne tellement. Moïra est ma troisième sœur, elle a quatre ans et elle peut passer de l’ange au démon en un quart de seconde. Aujourd’hui, elle est dans un bon jour, j’ai de la chance. Je l’attrape, elle et sa sucette, et rejoins les autres membres de la famille installés au premier rang. Mon père a les yeux rouges, il a encore pleuré, comme à chaque fois que je gagne d’ailleurs et le voyant rouge de la caméra indique que ma mère a oublié de l’éteindre après avoir filmé ma course. Je ne dis rien et me contente de l’éteindre. Elle a l’air tellement fatiguée ma mère, il faut dire qu’avec onze enfants à charge, elle a un peu de mal à s’en sortir au quotidien d’autant plus que mon père travaille beaucoup et ne peut pas l’épauler autant qu’il le souhaiterait. Heureusement, elle peut compter sur moi. Je partage le statut d’ainé, avec ma jumelle Avalon, et je prends mon rôle très à cœur, j’adore ma famille aussi désorganisée soit-elle et je joue les nourrices sans jamais me plaindre. Dans la poussette, un des triplés gigote. Il est grand temps de rentrer à la maison, je n’en reviens pas que mes parents, aidés certes par mon frère ainé, aient réussi à contenir l’hyperactivité de ma fratrie pendant le temps de ma course. « Merci d’avoir été là. » Je chuchote à ma mère avant de lui coller Moïra dans les bras et de prendre la direction des vestiaires, lançant tout de même un regard victorieux à ma jumelle qui est la seule personne de la famille à partager mon goût pour le sport et la compétition.

Dans le minibus qui nous ramène à la maison, je reste la tête appuyée contre la fenêtre, revivant les plus beaux moments de ma victoire sans me préoccuper le moins du monde du brouhaha derrière moi. Pourtant, les hurlements stridents de Blake, ce charmant petit garçon de huit ans, ont de quoi rendre dingue. Son jumeau, Stanley, a eu le culot de lui voler sa place favorite et nous avons dû l’assoir de force sur son siège pour le ramener à la maison. Depuis, il ne cesse de hurler. Je jette un coup d’œil à Brooklyn, assis juste à côté de moi. Entre nous, c’est un peu compliqué et pour cause, il n’est arrivé à la maison que quelques mois auparavant et contrairement à mes autres frères et sœur, je ne l’ai pas vu grandir et j’ai eu pendant très longtemps l’impression qu’un étranger vivait chez moi. Je l’adore, bien sûr, au même titre que tous mes autres frères et sœur et j’essaie de lui montrer que je l’aime et que je suis là pour lui. Je ne veux pas faire de différence. Malgré tout, je sens bien que nous sommes différents. Pourtant, mes parents ont été soulagés de voir que nous arrivions vite à communiquer parce que de leur côté, ça n’a pas franchement été facile. Je crois qu’au tout début, j’étais un peu la seule à pouvoir parler à Brooklyn et encore aujourd’hui, j’ai l’impression qu’il a plus de facilités à s’adresser à moi qu’au reste de ma famille mais ce n’est peut-être qu’une simple impression. J’admets que je suis curieuse de savoir ce qu’il s’est passé dans sa vie pour qu’un jour mon père franchisse le seuil de la maison en le tenant par sa petite main gantée. Je ne pensais pas que mes parents adopteraient un enfant, surtout qu’à l’époque ma mère était enceinte des triplés, le moment semblait donc particulièrement mal choisi, mais moi j’étais juste heureuse d’accueilli mon nouveau frère et pas un seul instant je ne regrette la décision de mes parents. Sauf que quand je regarde vers lui, j’ai l’impression qu’il est triste, tellement triste, j’aimerais lui redonner le sourire qu’il a perdu mais je ne sais pas trop comment faire. Plus tard, juste après qu’il ait reçu sa propre lettre pour son entrée à Poudlard, j’apprendrais par mes parents qu’ils ont choisi de le recueillir parce qu’ils ont remarqué lorsqu’il se trouvait à l’hôpital qu’il se passait les mêmes choses étranges qui m’arrivaient ou qui arrivaient à ma jumelle parfois nous étions tristes ou en colère. A ce moment-là, mes parents et moi ignorions tout de l’existence du monde magique alors peut-être qu’ils ont cru que ce petit garçon perdu qui avait les mêmes aptitudes que les miennes m’aiderait à mieux comprendre ce qu’il était en train de se passer. Bon, évidemment, ce n’est pas que pour moi qu’ils ont fait tout ça, je pense que mon père, bien que médecin et habitué à voir des choses horribles sur son lieu de travail, a ressenti le besoin impératif d’aider ce petit garçon. Mes parents ont un cœur énorme, je dois reconnaitre que je suis extrêmement fière d’être leur fille. Pourtant, beaucoup murmurent sur notre passage en disant que mes parents sont dingues d’avoir eu autant d’enfants, que nous n’avons pas conscience de la complexité du monde qui nous entoure et qu’en plus adopter un nouvel enfant dans une fratrie déjà si nombreuse était tout bonnement de la folie. Et encore, à l’époque ils ne savaient pas que ma mère allait donner naissance à trois petites filles quelques mois plus tard, mais bon, je crois que ma mère elle-même ne le savait pas non plus sinon elle aurait été bien plus paniquée. Quand je vois son état de fatigue actuel, je me dis qu’il y a de quoi. Surtout que même si je l’aide beaucoup à la maison, je sais bien que de temps en temps, je lui donne, moi aussi, du fil à retordre. Certes, je m’occupe des enfants, de la cuisine, des courses, des plannings de tout le monde, de la lecture des histoires le soir, je m’investis beaucoup dans toutes mes activités sportives et j’obtiens de bons résultats, mais en-dehors de ça, à l’école, je ne suis clairement pas une élève modèle. Les rappels à l’ordre s’accumulent sur mes bulletins, les punitions pour bavardages sont trop nombreuses et mes notes ne sont pas fabuleuses ce qui me vaut de sévères réprimandes parentales. En même temps, est-ce que c’est de ma faute si je ne suis pas faite pour étudier ? Il me parait impossible de rester concentrée et assise sur une chaise pendant des heures, c’est plus fort que moi, j’aimerais faciliter la vie de ma mère et parvenir à faire ce qu’elle me demande mais je n’y parviens pas malgré toute ma bonne volonté. Nous nous garons enfin devant la maison et je décolle mon visage de la vitre, laissant une trace de buée que je tente d’effacer avec ma main. A peine la voiture arrêtée, Brooklyn et moi nous levons sans même qu’on ait besoin de nous demander quoi que ce soit, ce qui n’est pas le cas d’Avalon, ma sœur jumelle, qui préfère rester le nez plongé dans son bouquin. Je lève les yeux au ciel mais ne relève pas son inefficacité, ça ne servirait qu’à créer une énième dispute et j’aime trop ma sœur pour me battre constamment contre son attitude de princesse qui n’a pas lieu d’être dans une telle famille. Heureusement, même si Brooklyn n’a qu’un an de plus que les jumeaux, il est déjà mature et responsable et il est un peu devenu le second bras droit de ma mère. J’avoue que j’en ai été un peu jalouse au début, maintenant ça va mieux, je me dis qu’il a trouvé sa place dans la famille et ça me fait plaisir. Je le laisse s’occuper de Moïra qui s’est endormie de son siège et je m’occupe de détacher Phyllis et Addison mes deux premières sœurs. Elles ont un an d’écart mais elles sont plus fusionnelles que les deux paires de jumeaux qui les ont précédées, c’est tout juste si elles ne font pas une attaque de panique lorsqu’on leur demande de faire deux activités différentes. A l’école, ça pose un peu problème parce qu’elles ne sont pas dans la même classe mais je laisse ma mère gérer ce genre de souci, moi je me contente de jouer les nounous c’est déjà pas mal. Je finis tout juste d’aider les filles à descendre de la voiture pour qu’elles puissent rejoindre l’entrée de la maison où les attend mon père que je vois Blake envoyer une énorme claque dans la tête de son jumeau qui se met immédiatement à hurler à la mort. Ma mère se précipite pour le gronder, me collant Leeroy, l’une des triplettes, dans les bras au passage. La gamine met dix secondes à comprendre qu’elle n’est plus dans les bras de sa maman-chérie et se met à pleurer elle aussi. Ambiance. Il nous aura fallu presque vingt minutes pour regagner la maison et je m’étale sur le canapé, exténuée. Les familles nombreuses sont vraiment bien trop compliquées.

► La lettre ◄

L’été touche à sa fin et j’ai fêté mon onzième anniversaire avec ma famille et toutes mes copines, c’était tellement trop génial ! Cependant, je sais qu’à la fin de la semaine, je devrais faire mes valises pour me rendre à Poudlard, l’école de sorcellerie dont j’ai tellement entendu parler récemment. Et dire que pendant toutes ces années j’ai ignoré son existence… C’est complètement dingue ! Je ne sais pas si je suis enthousiaste ou non. D’un côté, je suis super heureuse de pouvoir découvrir une nouvelle école, de nouvelles personnes et surtout d’avoir enfin pu expliquer pourquoi les objets se mettaient parfois à voler autour de moi lorsque je me mettais en colère ou comment une petite cuillère était un jour venue le plus normalement du monde jusqu’à mon bol pendant le petit-déjeuner juste au moment où j’étais en train de penser que le tiroir de la cuisine était bien trop loin et que je n’avais pas le courage de me lever. Mes parents ne disaient rien mais je voyais bien qu’ils étaient un peu inquiets pour moi et que tout cela ne leur paraissait pas du tout normal. Le pire, c’est que les mêmes choses étranges arrivaient à ma jumelle, Avalon, et je pense qu’ils ont imaginé toutes les maladies génétiques possibles et imaginables. Après tout, ma sœur est ma copie conforme, physiquement il est impossible de faire la différence entre nous deux, alors il n’était pas impossible que nous souffrions du même mal. C’est un peu le cas finalement, sauf qu’apparemment être une sorcière n’est pas si mal que ça, c’est arrivé à plein de gens biens avant nous. En tout cas, c’est ce qu’a dit le type du ministère de la magie qui est venu nous voir… Le ministère de la magie, ça parait complètement dingue ! Avalon a l’air aussi choquée que moi par la nouvelle ce qui me rassure un peu, mais je crois qu’elle est contente de pouvoir partir de la maison. Elle a du mal avec le choix de mes parents d’avoir une famille nombreuse et je crois que pouvoir partir de la maison lui fera du bien. Moi, j’admets que je suis contente de ne pas partir seule à l’aventure parce que même si ça ne m’angoisse pas vraiment, c’est tout de même un vrai bouleversement et la découverte d’un monde jusque-là totalement inconnu. Je ne suis pas très proche de ma sœur, nous avons des caractères très différents elle et moi et les conflits entre nous sont fréquents. Cependant, je sais que je peux compter sur son soutien dans les moments difficiles, elle reste ma sœur jumelle et c’est une aventure que je n’aurais pas pu vivre sans elle. Quant à mes parents, bien qu’ils aient désormais une explication à notre comportement étrange, ils n’ont pas eu l’air moins paniqués lorsqu’on leur a annoncé que j’étais une sorcière et que j’allais étudier la magie dans une école bizarre loin de ma famille et de tout ce que nous connaissons. Heureusement, on nous a tout bien expliqué et nous avons été vraiment bien accompagnés dans toutes les étapes, je crois que je n’ai pas vraiment peur de ce qu’il m’attend mais j’ai surtout l’impression de les abandonner et ça, c’est juste terrible pour moi qui ai l’habitude d’être toujours là pour donner un coup de main. Malgré tout, une petite voix dans ma tête me murmure que ça va être quand même chouette de ne plus avoir à s’occuper constamment des enfants pour voir de nouvelles choses et je me trouve encore plus horrible de penser une chose pareille.

► Les événements marquants de mes années à Poudlard ◄

Ma première année a été extraordinaire, je n’aurais jamais cru que je puisse autant aimer Poudlard. J’ai rencontré Isidore et Spencer et on est devenu inséparables. Je me suis un peu fait engueuler parce que je suis toujours trop bavarde et que je me suis rendu compte que mon carnet à croquis n’était plus assez grand pour contenir toute mon imagination, du coup j’ai parfois utilisé des espaces peu conventionnels pour mes créations, mais à part ça tout s’est plutôt bien déroulé. En plus, je crois que je me suis rapprochée un peu d’Avalon parce que j’ai réussi à comprendre davantage son besoin de liberté. J’ai aimé pouvoir être moi-même et ne m’occuper que de ma petite personne durant toute cette année scolaire et même si j’ai beaucoup culpabilisé et que je me suis sentie super égoïste, je n’ai pas pu m’empêcher d’apprécier cette liberté nouvelle. Et par-dessus tout, j’ai découvert le Quidditch et j’ai adoré ça, du coup l’athlétisme ne m’a pas manqué autant que je l’aurais imaginé et mes footings dans le parc ont suffi à combler mon manque de sport. Cependant, je ne vais pas mentir, ça m’a fait beaucoup de bien de rejoindre ma famille pour les vacances de Noël et l’été, les triplettes avaient tellement grandi, c’était impressionnant ! Et moi, je m’en suis un peu voulue de ne pas avoir été là pour les premières étapes de leur vie. D’ailleurs, j’ai bien l’impression qu’elles ont plus de mal que le reste de mes frères et sœurs à me considérer comme un membre de la famille parce que je suis si souvent absente et ça me fait un peu de peine. Mais bon, j’ai hâte d’entamer cette deuxième année, encore plus depuis que Brooklyn a reçu sa lettre. Lui, je ne sais pas trop ce qu’il pense de tout ça, comme d’habitude il ne laisse pas trop paraitre ses émotions et ses sentiments alors je ne peux que supposer qu’il a été heureux de l’apprendre. Pour mes parents, la nouvelle n’a pas vraiment été un choc cette fois-ci, après tout, ils avaient conscience de nos similitudes à ce niveau-là donc je pense qu’ils avaient compris ce qui les attendait dès le début. En tout cas, moi j’ai hâte de pouvoir lui montrer mon univers, lui présenter mes amis et pouvoir partager avec un membre de ma famille ce que je ne pourrais jamais vraiment partager avec les autres parce qu’ils ne peuvent qu’imaginer les aventures formidables que je vis à Poudlard.

« Je veux que cette deuxième année soit aussi mémorable que la première, on ne peut pas se contenter de reproduire les mêmes bêtises, il va falloir faire quelque chose d’innovant et d’exceptionnel… Et je vais avoir besoin de toi. » Déterminée, je pointe mon doigt en direction d’Isidore qui écoute mon discours de rentrée avec un sourire légèrement moqueur. C’est grâce à lui que je ne suis plus vraiment la petite fille modèle et obéissante que j’étais en arrivant à Poudlard. Il m’a poussée à faire ce dont j’avais envie et pas ce qu’on attendait de moi et je lui en suis extrêmement reconnaissante. Seulement, malgré tous mes progrès, je suis sûre qu’il croit que je suis une petite fille faible incapable de sortir de sa zone de confort. Il ne s’attend donc pas du tout à ce que je vais lui annoncer et je me réjouis d’avance de la surprise qui va se lire sur son visage dans quelques secondes. « Je vais devenir Legilimens. » L’idée me trotte dans la tête depuis un moment en réalité, depuis que je sais que Brooklyn a ces drôles de visions et a du mal à les supporter, en fait. Mais ça, je n’en parlerais pas à Isidore, il n’a pas besoin de connaitre mes motivations. D’ailleurs, je ne sais même pas si c’est une bonne idée mais j’ai envie de montrer à mon petit frère qu’il n’est pas quelqu’un d’anormal et qu’il n’est pas le seul à pouvoir pénétrer dans l’esprit des gens. Alors pendant l’été, j’ai emprunté deux tonnes de bouquins et j’ai potassé d’en ma chambre pendant des heures et des heures. C’est sans doute la première fois que j’arrive à potasser autant sans me déconcentrer mais mon frère est trop important pour moi pour que je le laisse tomber. Maintenant qu’il est à Poudlard, son bonheur et son bien-être sont entièrement sous ma responsabilité, mes parents ne sont plus là pour l’aider alors je vais devoir faire de mon mieux pour jouer ce rôle. Je ne sais pas comment j’ai fait, mais j’ai réussi à n’en parler à personne jusqu’à présent. Izzie sera le seul que je mettrais au courant, aucun de mes proches ne doit savoir jusqu’à ce que je sois arrivé au bout de ce projet, pas même Avalon et Spencer. « Tu m’as entendue ? » Isidore me dévisage comme si j’étais devenue complètement folle. Le silence s’installe de nouveau dans la pièce et je me demande si mon meilleur ami ne va pas me rire au nez, tout simplement, pourtant, j’étais sûr et certaine qu’il était le mieux placé pour m’aider, mais maintenant je doute, qu’est-ce qu’il peut être chiant ce garçon ! Comment peut-il être aussi génial et aussi compliqué à cerner par moment ? J’ai franchement du mal à le comprendre. « On commence quand ? » Demande-t-il au moment où j’allais ouvrir la bouche pour lui dire de laisser tomber. Sans répondre, je lui saute au cou et le serre de toutes mes forces dans mes bras. J’ai le meilleur ami de la planète.

« C’est quoi ça ? » Je lève la tête du carnet à croquis que j’ai posé sur mes genoux vers un garçon blond plutôt maigrichon qui me dévisage avec curiosité avant de suivre son doigt pointé vers la boite de feutre que m’ont offert ma famille pour que je puisse continuer à dessiner pendant ma deuxième année. Honnêtement, je ne pensais pas trouver quelqu’un d’assez courageux pour s’aventurer dans le parc en plein mois d’octobre mais je suis contente d’avoir un peu de compagnie et je souris à l’inconnu. « Des feutres, ça permet d’apporter un peu de couleur à mes dessins, tu n’en as jamais vu ? » Je lui demande avec gentillesse. J’ai vite compris que tous les objets moldus ne semblaient pas être connus de tous ici et je prends plaisir à en parler lorsqu’on me pose des questions. Quand je suis arrivée à Poudlard, beaucoup ont pris le temps de m’expliquer des tonnes de choses que j’ignorais sur le monde magique et c’est grâce à eux que je me sens aussi à l’aise dans cette école à présent, alors j’aime pouvoir apporter mon aide à mon tour. Le garçon hoche la tête de droite à gauche en signe de négation. « Tu veux essayer ? » Je peux lui prêter une page de mon carnet, il a l’air tellement subjugué par ce que je fais que ça m’embêterait de le congédier maintenant. Et puis, j’aime partager ma passion et je n’ai pas forcément l’occasion de la partager avec mes amis et ma famille. Je suis donc super heureuse quand il accepte et je lui tends un feutre qu’il inspecte sous toutes ses coutures comme s’il s’agissait d’un objet précieux. « Au fait, je m’appelle Savannah. » Le garçon lève les yeux de sa page avec un sourire rayonnant. « Moi c’est Elliot. » Ce jour-là, nous avons tellement discuté et dessiné que nous n’avons pas vu passer le temps et que nous sommes retourné au château à la nuit tombée. Entre nous, le feeling a été instantané et notre amitié a pris de plus en plus de place dans ma vie. Je l’ai rapidement considéré comme mon meilleur ami au même titre qu’Isidore et Spencer. Notre relation est très différente mais elle a une importance folle à mes yeux. Elliot me permet de redevenir la fille douce que je suis au quotidien, à Oxford, et sa présence à mes côtés me fait énormément de bien.

Heureusement que ma nouvelle amitié avec Elliot et mes entrainements pour devenir la plus grande Legilimens de tous les temps m’ont bien accaparée cette année parce que les choses n’ont pas été très simples pour moi. Notre chère directrice n’étant pas revenue à la rentrée, nous avons eu un nouveau directeur Menesis Blackman. J’avoue qu’au début, sa présence n’a pas spécialement changé mes habitudes mais je crois que j’ai vite compris que j’étais dans la merde. Du haut de mes douze ans, j’ai mis un peu de temps à réaliser que tous les sorciers n’approuvaient pas la présence des enfants issus de familles moldues au sein du château et cet individu en faisait partie. Les changements de règles au sein de l’école se sont multipliés, nous avons tous commencé à avoir peur et je me suis vraiment sentie humiliée quand j’ai dû aller dans le bureau du concierge pour me faire tatouer les initiales « NM » sur le dos de la main. J’avais la boule au ventre constamment et je me réfugiais auprès des miens pour obtenir un réconfort plus que nécessaire. Elliot a fait preuve d’un soutien énorme lorsque je me suis réfugiée auprès de lui, Izzie a su trouver les mots pour me faire rire quand je n’allais vraiment pas bien et c’est grâce à lui si je suis restée aussi forte malgré les difficultés. Et puis forcément, cette épreuve douloureuse m’a énormément rapprochée de Brooklyn, de Spencer et d’Avalon qui connaissaient les mêmes difficultés que moi. Ma jumelle a pris une importance qu’elle n’avait jamais vraiment eu auprès de moi cette année-là et mon amour pour elle n’en a été que renforcé. Quant à Spencer, même s’il était un membre indispensable du trio inséparable que nous formions avec Isidore, j’avoue que j’avais toujours été plus proche du Serpentard pour une raison que j’ignore complètement. Dans cette épreuve, il a été un allié et un confident irréprochable et nous avons tissé de nouveaux liens plus forts que les précédents. Cette deuxième année a donc été pleine de bonnes choses en définitive mais je ne peux pas oublier la peur que j’ai ressenti et à quel point j’ai eu l’impression d’être différente dans une école qui m’avait pourtant tendu les bras alors que je ne lui avais rien demandé. Cet été, j’ai donc retrouvé mon chez moi avec beaucoup de bonheur et mes parents ont été surpris de mon rapprochement avec Avalon. Les triplettes avaient encore tellement changé que j’ai failli ne pas les reconnaitre et les différencier a été une rude épreuve mais j’ai mis un point d’honneur à y arriver. Ces deux mois passés auprès de ma famille m’ont permis de me ressourcer et de moins appréhender mon arrivée en troisième année.

« C’est mort, j’y arriverais jamais. » Je suis dans un état lamentable, je viens de passer les dix dernières minutes à pleurer comme une madeleine, assise dans une des vieilles salles inutilisées où nous avons l’habitude de nous retrouver Isidore et moi. On est déjà en mars de cette troisième année et ça fait plus d’un an et demi que je m’entraine pour devenir Legilimens. J’ai fait des progrès, c’est vrai, mais je n’ai pour le moment pas réussi à atteindre mon objectif et je commence à me décourager. Debout à quelques mètres de moi, Isidore se dandine d’un pied sur l’autre. Il est mal à l’aise, je le sais, et je me sens coupable de lui infliger ce moment de détresse. Il n’est pas spécialement doué pour rassurer les gens et il n’a pas l’habitude de me voir me mettre dans des états pareils. Il faut que je me ressaisisse.

La mort de trois élèves lors de la fête foraine organisée par l’école a été un nouveau coup dur et j’ai été soulagée de réaliser qu’aucun des miens n’avait été touché dans cette tragédie. Toutefois, cet événement m’a fait beaucoup de peine et retourner chez moi a été une nouvelle fois une délivrance car voir des visages graves et en deuil toute la journée n’était pas une partie de plaisir. En plus, cette fin d’année avait soulevé pour moi un problème de taille. Tout le temps passé auprès d’Isidore m’a permis de réaliser que je ne le considérais pas seulement comme un ami et il est devenu de plus en plus difficile pour moi de le dissimuler. Pourtant, je sais très bien que c’est le genre de garçon qui regarde plein de filles et n’est pas du genre à se caser et puis de toute façon, on est bien trop jeunes pour ça, je suis débile d’imaginer qu’il puisse se passer quoi que ce soit. Dans le train qui nous a ramené chez nous, j’ai profité de me retrouver seule avec Spencer pour me confier à lui. C’est mon meilleur ami et je sais que je peux lui faire confiance et il connait Isidore mieux que personne alors il me paraissait normal de lui demander conseil. Il a été adorable et rassurant mais je ne sais pas s’il a voulu me faire plaisir ou s’il pensait réellement ce qu’il disait. Heureusement, l’été passé auprès de ma famille a été encore une fois un vrai moment de plaisir. En plus, Elliot étant tellement fan de tout ce qui est moldu, je lui ai proposé de venir passer quelques jours chez moi pendant l’été et il a adoré ma famille et c’était très réciproque. J’ai pu découvrir une nouvelle facette de mon meilleur ami et ces vacances m’ont confirmé que j’avais énormément de chance d’avoir un garçon aussi formidable à mes côtés. Je n’ai pas osé lui parler de ce que je ressentais pour Isidore, j’ai eu l’impression qu’il me prendrait pour une folle et je n’en ai rien dit à Avalon non plus parce qu’elle est tellement plus douée que moi pour ce genre de choses, j’avais peur qu’elle me trouve nulle. Je suis sûre que j’aurais dû pourtant, elle aurait été de bon conseil, mais je n’ai jamais eu beaucoup de courage et faire mes aveux à Spencer avait déjà été assez difficile comme ça.

Les choses étaient enfin rentrées dans l’ordre en ce début de quatrième année et je profitais d’un regain de moral et d’énergie pour profiter à fond de la vie et de mes amis. J’avais l’impression que Brooklyn allait mieux lui aussi et que les mauvais souvenirs des morts à Pré-au-Lard et de l’année cauchemardesque que nous avions passée sous la direction de Menesis Blackman étaient enfin derrière nous. Je respirais, je me sentais beaucoup mieux. C’est dans cette euphorie que j’avais enfin repris les entrainements avec Isidore après avoir fait une pause nécessaire pendant l’été, les échecs successifs ayant eu momentanément raison de ma motivation. « Je peux savoir pourquoi tu as une affection soudaine pour les seins de Cruz ? » J’essaie de réprimer le sourire qui menace d’apparaitre sur mon visage mais ce n’est franchement pas facile, j’ai du mal à me retenir d’exprimer ma joie mais je tiens à ce qu’Isidore comprenne ce qu’il vient de se passer avant d’exploser. Heureusement pour moi, il n’a pas mis longtemps à réaliser ce qu’il était en train de se produire, il fronça les sourcils pendant une fraction de seconde avant d’écarquiller les yeux. « Tu… » Je hoche frénétiquement la tête, ne tenant plus en place. « Oui ! J’ai réussi Izzie… On a réussi ! » Le sentiment de bonheur que je ressens à ce moment précis est indescriptible. Je me suis entrainée pendant deux ans pratiquement toutes les semaines pour atteindre ce résultat. Il y a eu des coups durs, des moments de colère, de l’incompréhension mais nous nous sommes accrochés encore et encore. Isidore s’est montré formidable du début jusqu’à la fin et c’était grâce à lui si j’en suis aujourd’hui. Sans plus attendre, je me jette dans ses bras comme je l’ai fait deux ans auparavant lorsqu’il a accepté de m’aider à devenir Legilimens sauf que cette fois, sans même trop savoir ce que je fais, je ne me contente pas de passer mes bras autour de son coup et je pose mes lèvres sur les siennes. Pendant ce court instant, j’ai enfin arrêté de réfléchir et ça faisait longtemps que l’idée me trottait dans la tête sans que j’ose essayer quoi que ce soit. Contre toute attente, Isidore ne me repousse pas, les seins de la jolie Cruz semblent bien loin à présent. Lorsque nous nous séparons, je sais que je suis écrevisse mais j’ai enfin osé et quoi qu’il se passe par la suite, je suis heureuse de l’avoir fait. « Ça te dérange si je réessaie ? »

Les entrainements suivants l’avaient confirmée, j’étais enfin devenue Legilimens et j’avais pu l’annoncer à mes amis avec beaucoup de fierté, pensant tout simplement qu’ils allaient être heureux pour moi mais ce ne fut pas vraiment le cas. Brooklyn, qui avait été la raison de ce travail prit bien soin de m’éviter pendant les mois qui suivirent, Avalon mit également un peu de distance entre nous ce qui me fit très mal au cœur, Spencer sembla un peu déçu de ne pas avoir été mis dans la confidence et enfin Elliot sembla réellement en colère. Je ne m’attendais pas vraiment à ça et ce fut difficile à accepter pour moi parce que j’avais eu l’impression de faire les choses bien et d’accomplir quelque chose qui me tenait à cœur. Heureusement, Isidore était encore là pour moi une fois de plus, j’avais encore un peu de mal à réaliser qu’il n’était plus seulement mon ami mais plutôt mon petit ami, même si ce terme semblait très bizarre pour qualifier note relation, mais j’étais heureuse de l’avoir à mes côtés. Je crois qu’Avalon et Elliot ne m’en ont pas trop voulu de ne pas leur en avoir parlé auparavant et de toute façon je ne leur ai pas dit que mon ami me trottait dans la tête depuis un moment déjà. J’essaie de ne pas utiliser mon nouveau pouvoir trop souvent parce que j’ai conscience que ce n’est pas très correct de lire dans la tête des gens mais parfois c’est plus fort que moi et je me laisse tenter. Cette quatrième année aura finalement été bénéfique même si ma relation avec mes amis et ma famille n’a pas toujours été exceptionnelle. Izzie et moi, on a même réussi à rester ensemble toute l’année, les disputes sont extrêmement fréquentes entre nous mais je crois que je suis vraiment bien avec lui. Si on m’avait dit ça quand je l’ai rencontré en première année, jamais je ne l’aurais cru.

L’année des BUSE me faisait un peu flipper. Je n’ai jamais été aussi bonne élève qu’Avalon mais certaines matières me plaisent assez pour que je souhaite les conserver malgré mes résultats médiocres et je sens que ça va être compliqué. Sauf que cette année ne s’est pas du tout déroulée comme je l’avais imaginé. Menesis Blackman a fait son grand retour dans nos vies et cette fois son coup d’état a été une vraie réussite puisque je me suis retrouvée enfermée dans les cachots avec Spencer, Brooklyn, Avalon et tous ceux qui, comme moi, avaient eu la malchance d’être nés dans une famille moldue. Nous sommes passés d’élèves à esclaves et ce revirement de situation m’a tout bonnement terrorisée. Je n’ai pas parlé à mes parents de ce qu’il se passait, déjà parce que je pense pas que j’aurais pu le faire de toute façon mais aussi parce que je ne voulais pas les inquiéter, ils n’en avaient pas besoin. Ma sœur, mon meilleur ami et moi, nous nous sommes serrés les coudes et s’ils n’avaient pas été là, je n’aurais certainement pas survécu à tout ça. Et puis, j’ai eu la chance de pouvoir compter sur Elliot. Il n’était peut-être pas avec nous mais il a tout fait pour me voir dès qu’il le pouvait, pour me donner à manger et pour m’épauler dans ces épreuves difficiles. Il a fait preuve d’un soutien constant et d’une loyauté sans faille et je ne pourrais jamais assez le remercier. Le seul problème, c’est que c’est devenu un peu étrange entre nous ces derniers temps mais je suis sûre que ce n’est rien et que ça va passer, je suis même prête à prendre mes distances avec lui le temps que notre amitié redevienne comme elle l’était avant. De toute façon, je ne sais pas si je vais pouvoir effectuer ma sixième année à Poudlard alors peut-être que le destin va décider pour moi.

Honnêtement, je ne suis pas sûre d’avoir envie de poursuivre mes études à Poudlard après tout ce qu’il vient de se produire. Je suis exténuée et je veux reprendre ma vie d’avant. Est-ce trop demander ?



Famille et compagnie

Christopher Andrew Caldwell : Le père de Savannah a eu un parcours sans faute. Issu d’une famille plutôt modeste, il a su très tôt qu’il voulait être médecin et il a tout fait pour y parvenir. Toujours parmi les meilleurs élèves avec d’excellentes notes, il a commencé ses études de médecine avec la volonté de réussir et ça a très bien marché pour lui. Il travaille depuis la fin de ses études aux urgences de l’hôpital d’Oxford. Le seul problème, c’est qu’il bosse approximativement vingt heures par jour et n’est pas très présent pour sa famille, mais Savannah le comprend parfaitement et a toujours été pleine d’admiration pour son géniteur, à défaut de partager beaucoup de choses avec lui. Sa rencontre avec Rebecca est un parfait cliché puisqu’il est tombé sur elle par hasard à l’hôpital alors qu’il effectuait son tout premier stage. Ils se sont fréquentés pendant un an avant de se marier. La parfaite love story en quelques sortes, de quoi en faire rager plus d’un.

Rebecca Luna Caldwell : Ainée d’une famille nombreuse, elle a toujours souhaité avoir une grande famille pour reproduire le même concon que le sien. Elle est restée très proche de ses nombreuses frères et sœurs si bien que ses propres enfants voient régulièrement leurs cousins. Elle a fait des études de lettres mais elle n’a jamais vraiment travaillé puisqu’après son mariage, elle a passé presque tout son temps à être enceinte. Cependant, elle voudrait absolument avoir une activité quelconque lorsque ses enfants seront grands, elle ne sait juste pas encore laquelle. Pour le moment, être maman est une activité à temps plein, en même avec dix enfants à charge, elle n’a pas vraiment le choix et pas non plus le temps de souffler.

Avalon Lenora Caldwell : Avalon est la sœur jumelle de Savannah et on aurait pu penser que les deux filles sont très proches compte tenu du fait qu’elles sont nées le même jour, plus ou moins à la même heure et que ce sont les deux premiers membres de la fratrie Caldwell. Elles se ressemblent comme deux gouttes d’eau et il est quasiment impossible de faire la distinction entre les deux mais au niveau personnalité, c’est le jour à la nuit. Avalon est aussi sportive que sa sœur mais beaucoup moins tournée vers sa famille et nettement plus studieuse. Pendant que Savannah aide pour les corvées, sa jumelle se plonge dans ses livres et c’est un sujet de dispute pour les deux filles. Poudlard a heureusement contribué à les rapprocher et même si elles n’entretiendront sans doute jamais ce lien fusionnel qui existe parfois entre les jumeaux, elles savent qu’elles peuvent compter l’une sur l’autre si elles en ont besoin.

Brooklyn Noah Caldwell : Brooklyn est le frère adoptif de Savannah, il a un an de moins qu’elle et est arrivé au sein de la famille Caldwell à peine deux ans avant qu’elle entre à Poudlard ce qui ne leur a pas franchement laissé le temps de développer cette relation fusionnelle qu’ont parfois les frères et sœurs. Ils s’entendent bien, pourtant, Savannah l’a accueillie les bras ouverts lorsqu’il est arrivé dans sa famille et elle est vraiment très heureuse qu’il se soit retrouvé à Poudlard avec elle. Ses parents lui ont vaguement expliqué ce qui était arrivé à Brooklyn mais elle n’en a jamais parlé ni à lui ni à personne d’autre, elle n’est même pas sûre qu’il sache qu’elle est au courant.

Blake Peter Caldwell & Stanley Owen Caldwell : Les jumeaux ont deux ans de moins que Savannah, ils ont passé leur enfance à se taper dessus et l’adolescence n’est pas franchement mieux pour eux. En constante rivalité, les deux garçons font vivre un calvaire à leurs proches dès lors qu’ils commencent à se chamailler mais passent en réalité tout leur temps libre à deux et sont inséparables. Ils n’ont pas trop mal vécu le départ de leur sœur à Poudlard mais ne lui écrivent jamais lorsqu’elle est à l’école parce que ce n’est tout simplement pas dans leur nature. Elle ne leur en veut pas et se contente de rattraper tout ce qu’elle a manqué lorsqu’elle rentre enfin chez elle. Elle sait très bien qu’elle ne peut pas leur demander de grandes démonstrations d’affection mais elle les aime comme ils sont.

Phyllis Nora Caldwell : Elle a une place privilégiée dans son cœur parce qu’elle est sa première sœur mais aussi parce qu’elle lui ressemble énormément. Elle a quatre ans de moins que Savannah et elle suit les traces de son ainée ce qui ne peut pas lui faire plus plaisir. Sportive, elle a commencé la course dès le plus jeune âge et comme sa sœur avant elle a intégré l’équipe de compétition junior avec un an d’avance et a raflé toutes les coupes sur son passage. Il lui arrive très souvent d’écrire à sa sœur pour lui demander des conseils que ce soit sur son entrainement sportif ou même sur ses tenues vestimentaires. Savannah est extrêmement fière de sa sœur et elle vole à son secours à chaque fois que celle-ci le lui demande.

Addison Mallory Caldwell : Elle a cinq ans de moins que sa sœur ainée et est une vraie solitaire. Etre l’enfant du milieu n’est franchement pas facile et avoir quatre petites sœurs après elle ne doit pas forcément l’être non plus. Elle était très proche de Phyllis lorsqu’elles étaient enfant mais en grandissant, leurs centres d’intérêts sont devenus sensiblement différentes et la fillette est devenue un peu plus réservée et renfermée sur elle-même. Artiste dans l’âme, elle passe beaucoup de temps sur ses dessins et ses sculptures. Savannah n’a pas beaucoup de contacts avec sa sœur mais son goût pour le dessin les rapproche un peu quand même et elle s’intéresse beaucoup à ses créations. C’est d’ailleurs seulement lorsqu’elle parle de son travail qu’Addison peut aligner deux mots à la suite sans devenir rouge comme une tomate.

Moïra Lexie Caldwell : De six ans sa cadette, la petite Moïra est restée pendant longtemps le bébé de la famille et donc la petite dernière chouchoutée particulièrement par Savannah qui l’adorait. Elle avait tendance à la materner un peu beaucoup trop et encore aujourd’hui elle se surprend à lui accorder un traitement de faveur alors qu’elle n’est plus du tout ce petit bébé. Du coup, forcément, Moïra est la princesse de la famille Caldwell, elle a pris l’habitude qu’on cède à tous ses caprices et ne s’entend pas particulièrement avec les triplés qui lui ont un peu volé la vedette lors de leur arrivée dans la famille.

Leeroy Kylie Caldwell, Katniss Grace Caldwell et Enola Brooke Caldwell : Les triplettes ont neuf ans de moins que Savannah, elle ne les a pas vu grandir parce qu’elle est partie à Poudlard seulement quelques temps après leur naissance et elle a souvent l’impression que les fillettes ne la considèrent pas vraiment comme un membre de la famille à part entière ce qui lui fait beaucoup de mal. Elle essaie tant bien que mal de rattraper le temps perdu mais ça parait un peu compliquée car ses sœurs ne lui accordent pas franchement l’importance qu’elle aurait voulu. Savannah espère qu’en grandissant, leur attachement finira par se développer mais rien n’est moins sûr.



La première fois ici

Dans la cour devant la maison, une scène des plus étranges se déroule. Ma mère, littéralement en larmes, me serre dans ses bras pour ce qui me semble être la quatrième fois, en prononçant de manière quasiment inaudible des tonnes de recommandations que je ne suivrais sans doute pas car je ne sais même pas ce qu’elle a voulu dire en réalité. J’ai embrassé tour à tour chacun de mes frères et sœur en faisant attention à faire en sorte que ma peau ne touche pas celle de Brooklyn. Je crois qu’il est triste que je quitte la maison pour l’année scolaire et mon cœur se serre davantage quand je réalise que je ne vais pas les revoir pendant de longs mois. Mon père a chargé les valises dans la voiture et est déjà au volant, impatient de partir. C’est un homme organisé et il a tout prévu pour qu’on ne soit pas en retard, si jamais nous ne sommes pas dans la voiture dans une minute, je crois qu’il va définitivement s’énerver alors on ferait mieux de monter en voiture. Ma mère me délaisse un dixième de seconde pour faire un ultime câlin à Avalon qui semble avoir hâte que ces adieux un peu trop dramatiques soient terminés. De nouvelles larmes roulent sur mes genoux lorsque la portière de la voiture se referme sur moi. J’ai l’impression qu’on arrache une partie de mon cœur de ma poitrine et c’est horriblement douloureux. Bien sûr, j’ai hâte de découvrir Poudlard, cette fabuleuse école dont j’ai tant entendu parler mais à cet instant précis j’ai surtout le sentiment d’abandonner ma famille et c’est un tel déchirement que j’ai le sentiment que je ne pourrais jamais m’en remettre.

Dans la voiture qui nous conduit vers Londres, je reste silencieuse, essayant simplement de faire en sorte que les larmes s’arrêtent de couler. Plus de deux heures de route nous attendent pour rejoindre Londres et je sais que ça va être interminable mais aussi que ça va me permettre de me calmer et de relativiser. A côté de moi, Avalon n’a pas bougé et son enthousiasme évident me déplait de plus en plus. Outre la tristesse que je ressens, je ne peux m’empêcher de lui envoyer une remarque pour qu’elle ait conscience que je désapprouve son comportement. « Si tu te fiches à ce point de ta famille, tu aurais pu demander à être envoyée en internat plus tôt, je suis sûre que papa et maman auraient été ravis de combler une fois de plus tes désirs de princesse. » Je vois mon père me lancer un regard noir par le rétroviseur mais il faut que ma colère sorte alors j’ignore son avertissement silencieux et me retourne vers ma sœur, une lueur de défi dans le regard. Au fond, je sais que j’ai tort et que nous devons rester unie dans ce début d’aventure mais elle m’insupporte, c’est plus fort que moi. Comment fait-elle pour être aussi insensible ? Et surtout, comment est-ce qu’on peut se ressembler autant et pourtant être aussi opposées ? Franchement, ça me dépasse. « Je leur ai plutôt demandé d’y aller sans toi mais ils n’ont pas voulu. Pourtant, tu ne tiendras même pas une semaine avant de supplier tout le monde de revenir à la maison. Un vrai bébé pleurnichard. » Ma sœur ne me laisse même pas extérioriser ma haine et me rembarre directement ce qui lui ressemble tout à fait. La colère que je ressentais déjà s’amplifie et j’ouvre la bouche pour lui répondre mais je suis devancée par mon père. « Ce serait trop vous demander de vous calmer un peu et de profiter de ces derniers moments en famille dans la bonne humeur ? » Le ton est calme mais sec et je ne veux pas me mettre mon père à dos alors que je m’apprête à le laisser pendant quelques mois. Je lance un dernier regard à ma sœur et choisit donc de l’ignorer, me concentrant sur le paysage qui défile à travers la vitre. Je n’ai qu’une envie, qu’elle disparaisse de mon champ de vision.

Le trajet jusqu’à la gare se termine en silence et je m’en veux un peu d’avoir pourri l’ambiance. Malgré tout, ma colère contre ma jumelle est toujours bien présente et alors que nous récupérons nos valises dans le coffre de la voiture, je ne lui adresse même pas un regard. Le trajet pour se retrouver sur le quai est périlleux compte tenu du fait que nous sommes totalement novices en matière de magie mais nous avons eu la chance d’obtenir des indications extrêmement précises et une aide précieuse qui nous permet d’y arriver quand même. Nous sommes bien en avance mais pour la première fois depuis le début de la journée, j’ai envie d’écourter les adieux qui deviennent trop pesants. Evidemment, je me remets à pleurer lorsque mon père me serre dans ses bras et malgré un apparemment stoïcisme de sa part, je vois bien que ses mains tremblement un peu. Avalon et moi finissons par monter dans le train et restons dans le couloir pour pouvoir faire de grands signes de main à notre paternel lorsque notre train se met enfin en route. Les autres élèves qui tentent de monter à notre suite râlent un peu car nous prenons beaucoup trop de place mais je m’en fiche, je ne quitte des yeux mon père que lorsque celui-ci ne devient qu’un minuscule petit point à l’horizon. Je ne sais pas si je dois m’adresser à ma sœur, elle va encore trouver ridicule que je sois en train de pleurer et je n’ai pas envie de relancer un conflit. Dans la boite posée sur ma valise, mon chaton s’agite et commence à trouver le temps long, il n’est pas habitué à tous ces voyages. J’espère qu’il ne sera pas trop déboussolé en arrivant à Poudlard et que j’ai fait le bon choix en l’achetant. Mes parents ne voulaient pas de chat à la maison et je n’ai jamais trop insisté mais lorsque j’ai appris que je devais partir à Poudlard, j’en ai reparlé à mes parents et ils ont fini par accepter. C’est comme ça que Fluffy est arrivé dans ma vie et je suis heureuse de l’avoir à mes côtés pour affronter ce début d’année.

Finalement, après avoir hésité pendant de longues secondes à réinstaurer le dialogue, je choisis de prendre mon propre chemin et trouve miraculeusement une cabine vide. Celle-ci ne le reste pas bien longtemps puisqu’un garçon du nom de Spencer ne tarda pas à me rejoindre, suivi par un autre appelé Isidore. Nous passons le trajet à bavarder et je dois dire que ça me fait beaucoup de bien. Je réussis tant bien que mal à ne pas pleurer davantage et passe vraiment un bon moment. Seulement, lorsque le train s’arrête et que nous descendons enfin du train, je ne peux m’empêcher de chercher du regard ma moitié. Je ne peux pas affronter cette fameuse cérémonie sans elle, nous avons besoin l’une de l’autre et j’ai été vraiment bête de lui faire ça. Je la cherche longuement du regard et la repère près des barques dans lesquelles sont en train d’embarquer les plus jeunes appelés par un homme à la voix étrangement amplifiée. Je cours vers elle sans attendre. « Avalon ! Je suis tellement désolée, j’aurais pas dû dire ça. Pardon, pardon, pardon. » C’est tout moi, je me mets en colère, je m’énerve et ensuite je reviens en rampant parce que je culpabilise beaucoup trop. Je serre ma sœur dans mes bras bien qu’elle déteste ça, espérant qu’elle accepte de passer l’éponge sans relancer la conversation. « Ça t’en a pris du temps ! Je suis désolée de t’avoir traitée de bébé. Et d’avoir dit que je voulais venir ici sans toi. Pour rien au monde je ne l’aurais vraiment pensé, je ne pourrais pas faire ça sans toi. » Avalon m’attrape par la main alors que des regards curieux se sont tournés vers nous et nous montons côte à côte dans une barque. J’ai l’impression d’être une bête de foire mais j’en ai pris l’habitude depuis le temps alors ça ne me dérange pas plus que ça, il est vrai que ma sœur et moi nous ressemblons comme deux gouttes d’eau.

Le trajet en barque se fait rapidement et c’est sans lâcher ma sœur que j’arrive au château et attend devant la porte de ce qui me semble être une sorte de réfectoire pour écouter les instructions. Je ne connais pas trop ces histoires de maisons et même si je me suis un peu renseignée sur le sujet, j’avoue que je me fiche un peu de l’endroit où je vais atterrir, j’espère simplement que je vais rencontrer des personnes sympas et me faire de nouveaux amis. En plus, je ne me fais pas trop d’illusion, il parait que le Choixpeau répartit les élèves en fonction de leur personnalité alors il y a très peu de chances que ma sœur reste à mes côtés. Ce n’est pas si dérangeant que ça, nous n’avons pas pour habitude de passer notre vie collées ensembles, je pense qu’on finirait vite par ne plus se supporter. Malgré tout, je suis contente de l’avoir à mes côtés à cet instant précis. Les instructions se terminent et on nous fait entrer dans la salle et marcher devant tous les élèves qui nous dévisagent tour à tour en chuchotant sur notre passage. C’est très impressionnant. « T’as vu le plafond, il bizarre, non ? » Je souffle à ma sœur alors que nous continuons à avancer. « Il est merveilleux. » Me répond ma sœur qui semble complètement sous le charme de cet endroit. Nous nous retrouvons bientôt devant un tabouret sur lequel est posé un vieux chapeau d’une forme un peu étrange. J’imagine que la cérémonie va commencer et je me concentre pour essayer de comprendre correctement tout ce qu’il va se passer. Je peine à croire que je suis réellement dans une école de magie et même si j’ai obtenu des tonnes et des tonnes d’information au sujet de ce qui nous attend, je suis un peu perdue devant tant de nouveautés. Les élèves commencent à être appelés un par un et j’appréhende à l’idée que mon tour arrive. « Avalon Lenora Caldwell », sans surprise, ma jumelle est appelée avant moi ce qui me force à lui lâcher la main que je tenais serrée dans la mienne sans même m’en rendre compte. « On se revoit très vite ! » Je lui lance un regard encourageant et applaudit avec les autres élèves lorsque le nom de sa maison est annoncée. J’ai bien conscience que je peux éliminer cette maison de ma liste mais je m’en fiche, je suis impatiente de savoir où je vais aller. « Savannah Riley Caldwell ». Je m’approche à mon tour et m’assoie sur le tabouret. Je n’ai plus qu’à attendre le verdict.


QUESTION DU CHOIXPEAU
Une personne pas douée tombe dans le lac noir, malheureusement, il/elle est le seul témoin de la scène, que fait-il/elle ? – Si personne ne se trouve autour du lac, Savannah aura probablement pour premier réflexe celui de sauter pour aller sauver cette pauvre personne mais si elle le pouvait, elle aurait plutôt tendance à appeler à l'aide plutôt que d'agir par elle-même. Elle aurait plutôt tendance à jouer les mamans/infirmières à posteriori plutôt qu'être l'héroïne de l'histoire.




Dernière édition par January H. Shiver le Ven 14 Juil - 21:53, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

Invité

CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: J'ai toujours rêvé d'apprendre à voler - Savannah R. Caldwell   Mer 12 Juil - 15:45

Re-bienvenue chatooooooon Coeur Coeur Câlin Pompom Girl
J'ai trop hâte qu'on joue notre lien, tu me réserveras un rp dès qu'on sera validées of course Ange
Revenir en haut Aller en bas

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t9967-i-am-trouble-killian#215730http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t10007-killian-troublemaker-is-my-second-name#216440

Arrivé(e) le : 03/07/2016
Parchemins rédigés : 486
Points : 1
Année : 5ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: J'ai toujours rêvé d'apprendre à voler - Savannah R. Caldwell   Mer 12 Juil - 15:58

Sloane Liu :max: Perrin :fursy: Coeur

Non mais ce gif quoi, tu m'as tuée!

Ca va être bien bien biiiieeeeen Anoushka Anoushka Anoushka Anoushka Anoushka



I'm a Troublemaker
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8035-j-ai-toujours-reve-d-apprendre-a-voler-savannah-r-caldwellhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8048-in-our-family-portrait-we-look-pretty-happy-savannah-r-caldwellhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6353-ecrire-pour-mettre-de-l-ordre-dans-ses-obsessions-savannah-r-caldwell-sinead-p-o-riordan#164473http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8066-send-me-your-love-savannah-r-caldwell#182506http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8067-send-me-your-love-savannah-r-caldwell#182508

Arrivé(e) le : 14/11/2015
Parchemins rédigés : 1605
Points : 13
Crédit : Bazzart
Année : 6ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: J'ai toujours rêvé d'apprendre à voler - Savannah R. Caldwell   Mer 12 Juil - 16:12

Merci les filles ! Coeur Je suis sûre que je vais bien m'amuser avec la petite nouvelle. *-*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6239-rioghbhardan-i-m-not-your-boy-toyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6299-rioghbhardan-you-better-believe-that-i-want-you-and-you-need-mehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6300-rioghbhardan-declarations-d-amour-uniquementhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6301-rioghbhardan-rien-de-professionnel-merci

Arrivé(e) le : 03/06/2015
Parchemins rédigés : 6075
Points : 22
Crédit : (c)
Année : 7ème année - 20ans

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Jaswinder Swindlehurst

MessageSujet: Re: J'ai toujours rêvé d'apprendre à voler - Savannah R. Caldwell   Ven 14 Juil - 21:59

J'AI TOUT LUUUUUUUUUU ! Anoushka Et même si c'était long, c'était cool. Erm Enfin, jusque là. Parce que t'as pas fini et c'est mal. D'où on poste une fiche pas finie, hein ? Suspect

Rebienvenue avec ce nouveau et moche personnage. :fursy: Réserve-moi un lien, hein ? :noel:



Je me souviens de toi près de moi, tu m'embrassais pour la première fois, j'ai cette image gravée dans la tête. Je me souviens des premiers rendez-vous comme de la plus belle image de nous.
Rioghbhardan O'Callaghan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5507-termine-joanne-griffithhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5517-jo-sa-bandehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5514-les-aventures-de-johttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5515-v-courrier-pour-jo-vhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5516-v-hiboux-express-pour-jo-v

Arrivé(e) le : 11/10/2015
Parchemins rédigés : 735
Points : 1
Crédit : Google
Année : 3ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Daniela et Wendy

MessageSujet: Re: J'ai toujours rêvé d'apprendre à voler - Savannah R. Caldwell   Sam 15 Juil - 10:30

Rebienvenuuuuuue ♏ !

J'ai plein de lecture en retard Anoushka
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6244-archibald-milo-de-baskerville-je-t-aime-bien-mais-en-cas-de-danger-je-te-sacrifie-directhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6295-archibald-milo-de-baskerville-le-titre-qui-tuehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6331-tybalt-se-chargera-de-m-apporter-votre-courrierhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6332-express-tybalt-se-chargera-de-m-apporter-votre-courrier

Arrivé(e) le : 05/01/2012
Parchemins rédigés : 6352
Points : 24
Crédit : Thomas Brodie-Sangster crédit : Sarah ♥
Année : 7ème année (17 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Brooklyn ♥ Phoenix ♥ Hadley ♥ Blake

MessageSujet: Re: J'ai toujours rêvé d'apprendre à voler - Savannah R. Caldwell   Sam 15 Juil - 12:21

J'ai tout lu aussi et ça me va pour Brooklyn Coeur



Archibald Milo de Baskerville
“Pour qu'un amour soit inoubliable, il faut que les hasards s'y rejoignent dès le premier instant.” Kundera Milan ♦ by dream's
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

Invité

CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: J'ai toujours rêvé d'apprendre à voler - Savannah R. Caldwell   Sam 15 Juil - 21:35

Merci tout le monde, vous êtes mignons. Perrin

Revenir en haut Aller en bas

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7879-cruz-v-rosewood-le-visage-d-un-ange-mais-le-diable-au-corps-finihttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7882-cruz-your-hell-your-dream-nothing-in-betweenhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7883-cruz-les-mots-comme-trace-de-notre-passagehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7884-cruz-de-votre-plus-belle-ecriturehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8024-cruz-des-petits-mots-a-gogo#181927

Arrivé(e) le : 19/05/2017
Parchemins rédigés : 978
Points : 13
Crédit : Eilyam (Vanessa Hudgens)
Année : Septième

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Aucun

MessageSujet: Re: J'ai toujours rêvé d'apprendre à voler - Savannah R. Caldwell   Sam 15 Juil - 21:35

Re-bienvenue ma belle Coeur

J'aime tellement ta petite référence à Cruz dans ta fiche Perrin (mais bon ça tu dois t'en douter depuis le temps. xD). Ta fiche est superbe au passage, j'aime beaucoup ta plume Coeur

J'ai hâte que tu sois validée pour qu'on puisse se trouver un petit lien bien sympathique



Cruz V. Rosewood
Family isn't always blood. It's the people in your life who want you in theirs. The ones who accept you for who you are.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar

Invité

Invité

CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: J'ai toujours rêvé d'apprendre à voler - Savannah R. Caldwell   Sam 15 Juil - 21:37

Merci ma Cruz-chérie. Coeur

Je sens qu'on va se faire des RPs explosifs. Ange Tout ça pour une histoire de seins. Rolling Eyes xD
Revenir en haut Aller en bas

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 21/04/2011
Parchemins rédigés : 1711
Points : 0
Crédit : (c) Phoebe.
PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin:
Disponible pour un RP ?:
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: J'ai toujours rêvé d'apprendre à voler - Savannah R. Caldwell   Dim 16 Juil - 17:33




Bienvenue parmi nous



Hmm... C'est un peu compliqué mais je sens que tu sauras trouver tes marques à...
SERPENTARD
!
Serpentard Serpentard Serpentard



Quelques conseils pour bien commencer


Maintenant que tu es réparti(e), il ne faut pas te reposer sur tes lauriers. Ta vie NYLienne commence à peine et pour la faire démarrer sur de bonnes bases, il te reste encore pas mal de petites choses à faire. Ne t'inquiètes pas, je vais tout te montrer...

Commence par créer ta fiche de liens, ta fiche de RPs, ainsi que boîte aux lettres qui te permettra aussi de gagner des points RPs en écrivant des lettres de plus de 300 mots et ta boite à hiboux express pour les messages plus courts. Peut-être que tu n'en trouveras pas tout de suite l'utilité, mais ça ne saurait tarder... Alors mieux vaut l'avoir fait tout de suite. Et puis, si jamais tu cherches quelqu'un d'important pour le développement de ton personnage, n'hésite pas à créer un poste vacant.

Aussi, je te conseille d'aller lire comment marche le système de points, si ce n'est pas déjà fait. Ce serait bête de ne pas savoir comment rapporter des points à ta maison. D'ailleurs, tu peux jeter un coup d'oeil aux sabliers pour voir où en est la course à la Coupe. Et comme les votes, c'est le bien, Top-Siter rapporte des points !

N'empêche que le meilleur moyen d'obtenir des points reste d'aller en cours. Et oui, nous sommes dans une école et nos chers professeurs vont se faire une joie de t'apprendre tout ce qu'ils savent. Quand tu te seras bien installé(e) dans ton dortoir, attrape tes bouquins et rends toi vite en classe ! Nos professeurs t'attendent, et pour savoir à qui tu as à faire, tu trouveras la liste ici. La liste des sortilèges par année est disponible .

Il n'y a pas que les points des sabliers qui sont importants ici. Il y a aussi les points défis ! Tu peux aller lire ce sujet pour savoir exactement ce que c'est que les points défis. N'oublie pas de créer ton sujet d'ailleurs, qu'on puisse tous t'en proposer ! Bien sûr, tu peux également savoir combien tu as de points en allant voir la fiche ! Le nombre de point s'initialise automatiquement à 0/0 mais dès que vous avez un point, vous pouvez voir l'évolution de ceux-ci à 1/2000...

Heureusement, il n'y a pas que les cours dans la vie ! Tu vas pouvoir t'entraîner à être une fouine en écoutant les rumeurs qui se baladent dans les couloirs, attraper ton balai pour devenir le plus grand joueur de Quidditch de l'histoire de Poudlard... Enfin, pour être sûr(e) de ne rien louper des activités qui te seront proposées, garde un oeil sur le panneau d'affichage, et sur la Gazette du Sorcier pour être informé(e) de tout ce qui peut bien se passer dans le monde magique.

Le HRP (hors-RP) te donnera également de quoi t'occuper grâce à une partie Flood bien remplie. Tu pourras également faire plaisir aux autres membres en leur offrant des cadeaux. N'oublie pas, à l'occasion, de passer sur la ChatBox, avec un peu de chance, tu tomberas en plein jeu... S'il y a quelque chose que tu ne comprends pas, nous répondrons à toutes tes questions.

Sur ce, je te souhaite beaucoup de plaisir dans cette nouvelle vie qui commence, et plein de merveilleux RPs !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 13/01/2017
Parchemins rédigés : 691
Points : 7
Crédit : Bazzart. (c)
Année : 4ème année - 14 ans

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Tracy & Jade

MessageSujet: Re: J'ai toujours rêvé d'apprendre à voler - Savannah R. Caldwell   Lun 17 Juil - 11:51

Eeeeh, tu pensais sérieusement y échapper tout simplement parce que t'as été répartie ? Suspect

MA SAVAAAAANNAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH !

Elle est là, elle est vraiment là. Perrin Coeur Pompom Girl Câlin :fursy: :noel: :mael:

Rebienvenue parmi nous Poussin chérie, t'es parfaite pour Sav', j'ai bien fait d'attendre ! Comme je t'ai dit, rien à dire sur ta fiche, je pouvais pas espérer mieux. Toi et moi, on va se faire de ces RPs... :noel:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

Invité

CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: J'ai toujours rêvé d'apprendre à voler - Savannah R. Caldwell   Mer 26 Juil - 15:41

Aya ! Génial tout juste génial !! Anoushka J'ai tellement hâte de rp !! Anoushka J'adore.
Rebienvenue !!
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: J'ai toujours rêvé d'apprendre à voler - Savannah R. Caldwell   

Revenir en haut Aller en bas
 
J'ai toujours rêvé d'apprendre à voler - Savannah R. Caldwell
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard, 19 ans après. :: Le Commencement :: 
Présentation des sorciers
 :: Répartitions terminées
-
Sauter vers: