AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Poor unfortunate soul - Tasha Lennox-Blackwood

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 27/05/2017
Parchemins rédigés : 32
Points : 3
Crédit : Tumblr (Shelley Hennig)
Année : 6ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Poor unfortunate soul - Tasha Lennox-Blackwood   Jeu 29 Juin - 0:57

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

「 Poor unfortunate soul
Juin 2023 - Salle des Trophées」

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Malia & Tasha
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Encore un jour comme un autre. Un jour à se réveiller le dos en compote à cause de ce foutu matelas trop mince, et le cul à moitié par terre parce qu'elle avait dû le partager, bon gré mal gré (elle espérait secrètement qu'elle avait foutu des coups de pieds à l'autre dans son semi-sommeil). Un autre jour à se réveiller complètement gelée à cause de l'humidité suintante de ces maudits cachots. Encore un matin où dans cinq minutes – moins maintenant – elle allait devoir se lever sous les cris et retourner essuyer la merde des autres. Non, c'était même pas la même image : plutôt paver le chemin et le quotidien des parfaits petits Sang-Purs de pétales de rose en espérant qu'on lui laisse bouffer la tige (avec la terre et les épines).

Chaque matin, c'était ces mots qui tournaient dans l'esprit de Malia comme un sombre ostinato. Vide d'espoir et pleine d'amertume. Oh bah à penser comme ça, à ce rythme-là, elle allait pouvoir égaler ces poètes maudits que sa soeur aimait tant – Gala lui faisait lire leurs textes à chaque fois. Elle captait pas grand chose, mais c'était l'idée globale. Ah merde, il fallait pas qu'elle pense à Gala. Elle allait avoir envie de pleurer, et elle n'aimait pas ça. Déjà, ça craignait. Elle voulait bien dédicacer ses côtes saillantes aux Mangemorts – on les sentait vraiment bien, maintenant ! - mais hors de question de leur exposer ses yeux rougis par les pleurs. Et puis elle détestait se sentir faible, sentiment des plus compréhensibles s'il en était. Enfin, se sentir encore plus faible. Elle n'était pas un modèle de bonne santé et de force, malheureusement...

Enfin, la journée commença, le signal fut lancé alors qu'elle était encore perdue dans ses pensées. Tout autour d'elle, les têtes émergeaient des matelas pourris, les silhouettes se levaient pour se glisser dans un quotidien bien réglé. Un mécanisme bien huilé qui lui épargnerait presque le calvaire de réfléchir à sa condition. Tant mieux, déjà qu'elle n'arrêtait pas de râler, aujourd'hui, depuis qu'elle avait ouvert les yeux... On l'amena – on la traîna – jusqu'à la salle des trophées où c'était son tour de travailler. Sous les insultes et les brimades habituelles, ponctués de rires gras, Malia réussit à isoler plus ou moins les consignes : ranger, astiquer, frotter tous ces trophées, "et que ça brille, t'as intérêt à y user tes mains de sale petite sang de bourbe !" Ouais, ouais, c'est ça. Elle avait compris les quinze milliard premières fois à quel point elle ne méritait pas de fouler le même sol qu'eux, que sa vie avait à peine plus de valeur qu'un plancton (même pas du tout). Dans sa tête, les insultes et les remarques fusaient, mais pas un mot ne franchissait la frontière de ses lèvres. Regard fier et franc, qui continuait de les affronter en silence. Fière Malia, courageuse Malia, imprudente Malia.

"Oh, la sang de Bourbe ! T'as compris ? T'es née conne en plus d'être une pourriture ? Ouais, c'est ça, baisse les yeux tiens. T'as deux heures, magne. " S'impatienta son tortionnaire avant de lui jeter le matériel et de se poster dans un coin de la salle. Et dans sa tête, toujours la même rengaine. Immonde fils de troll, il se sentait fier, là, hein, il se sentait fort ? Malia en vint bientôt à regretter l'absence de son binôme habituel, affecté dans la salle d'à côté. Au moins, quand ils étaient à deux, ils pouvaient s'épauler, s'encourager, même quand il leur était difficile de parler à voix haute (rapport à l'omniprésence des Mangemorts dans leur vie). Au moins, quand ils étaient à deux, Malia n'avait pas l'impression de se noyer dans sa propre colère et amertume.

Mine de rien, dans sa tâche, elle progressait vite. Au tout début, face à toutes les corvées ménagères, avec son torchon, Malia se sentait comme un Mangemort avec son cerveau. Elle savait qu'il fallait en faire quelque chose, genre que c'était une question de vie ou de mort, mais de là à savoir quoi ! Comme quoi on s'habituait à tout... et ce n'était pas comme si elle n'en avait pas eu le temps. Ah, non ! Assez d'amertume comme ça. Bref. Malia astiquait trophée après trophée dans un geste si machinal qu'elle en perdait la notion du temps... Jusqu'à ce que son gardien ne s'agite et ne quitte la salle.

Quoi ? Genre comme ça ? Dans sa stupéfaction, Malia resta figée, tendant l'oreille. Elle l'entendit échanger avec un autre, certainement posté un peu plus loin dans le couloir depuis un moment, lui annonçant qu'il avait besoin de prendre une pause, la compagnie d'une Sang de Bourbe lui donnant des nausées (oh pauvre trésor). Mais, fallait pas s'inquiéter, hein. La Sang de Bourbe était tellement faible et débile qu'il n'y avait aucun risque. La débile t'emmerde. Mais sur le fond, il n'avait pas tout à fait tort : son corps avait tant pâti de sa condition qu'elle se demandait si elle pourrait encore courir plus de trois secondes. La discussion des deux sbires continua, mais leurs voix s'éloignaient de plus en plus jusqu'à être englouties par leur propre écho. Malia soupira et se détendit légèrement, après une seconde d'incertitude. Son geste se fit plus lent. Quand tout d'un coup, la porte s'ouvrit à nouveau, la faisant sursauter violemment. Quoi ? Il était déjà de retour ? Le corps en alerte et le coeur battant la chamade, Malia se retourna vivement, prête à faire face à de nouvelles brimades. Sauf si c'était quelqu'un d'autre qui était rentré.
sous-titre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7869-tasha-emma-lennox-blackwood-termineehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7875-tasha-bien-s-entourer-ca-eloigne-les-problemeshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7874-fiche-de-rps-tashahttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7872-tasha-le-courrier-sera-precieusement-conservehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7873-tasha-une-urgence

Arrivé(e) le : 22/12/2015
Parchemins rédigés : 1915
Points : 4
Crédit : moi ~ Amelia Zadro
Année : 5ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Professeur M. Burgess & Narcissa A. Breckenridge & Jayden S. Rosenbach

MessageSujet: Re: Poor unfortunate soul - Tasha Lennox-Blackwood   Lun 17 Juil - 16:52


poor unfortunate soul
Feat Malia Featherstonhaugh
Voler, c’est mal et j’en avais encore quelques remords mais je me disais que c’était pour la bonne cause. Ils souffraient assez depuis des mois alors je me disais qu’un peu d’aide pourrait les aider à retrouver un peu le sourire. C’était ce que je souhaitais voir dans le château : des sourires, un peu de réconfort, de la proximité et de la solidarité. Ce monde si triste ne tournait plus rond. Au beau milieu de tous ces événements horribles, je me sentais perdue et effrayée comme une petite créature sans défenses. J’essayais de ne pas le montrer, évidemment, mais j’en venais toujours à la même conclusion. Quand est-ce que tout ceci cesserait ? Je me posais la question presque tous les jours. Ma seule consolation me venait de mon entourage, que ce soit de Perrin, de Megan ou même de mon père… Les choses ne s’étaient pas arrangées entre nous mais j’étais, d’une part, contente qu’il soit près de moi. J’avais l’impression qu’il ne m’arriverait rien de grave tant qu’il serait encore l’infirmier de l’école. Je ne lui confiais quasiment rien sur mes ressentis, je ne partageais pas de moments complices avec lui mais sa simple présence apaisait un peu mes peurs, bien que cela ne soit pas suffisant pour autant.

Croquant dans ma pomme, j’ai pris le chemin vers les étages supérieurs. J’ai veillé à bien refermer la porte menant aux cuisines, après avoir remercié les elfes de leur générosité. Je n’avais pas pris grand-chose mais cela devrait suffire pour aider certains de mes amis prisonniers des cachots. Je leur avais dit que je cacherais un peu de nourriture derrière le portrait d’une vieille salle inutilisée pour qu’ils puissent se ressourcer dans le dos des Mangemorts ‒ quand ils seraient en pause-café. Je connaissais plusieurs petites cachettes utiles comme ça. La salle des trophées était aussi un bon exemple et c’était vers là-bas que je me suis dirigée. Je prenais garde à ne pas attirer l’attention sur moi, en paraissant normal et en faisant semblant de feuilleter un manuel d’Histoire de la Magie ‒ par Merlin, je détestais cette matière. J’ai arpenté les étages jusqu’à atteindre ma destination, sans vraiment m’attendre à trouver quelqu’un à l’intérieur de la pièce en question.

Lorsque je me suis approchée de la porte, j’ai dû me cacher derrière une statue puisqu’un Mangemort venait d’en ressortir. Il semblait rejoindre son collègue, positionné un peu plus loin, l’œil surveillant attentivement un autre né-moldu qui lavait le sol. Je n’étais pas à l’aise au milieu de tout cela et je pensais vraiment que me faire remarquer ici n’allait pas du tout m’aider. Ils me demanderaient sûrement des explications sur ma présence et je n’avais pas envie de trouver des excuses bidons et mal préparées.

J’ai attendu quelques secondes avant de pouvoir me faufiler dans la fameuse salle. Si j’avais bien compris, une autre personne devait s’y trouver pour faire le ménage parmi les trophées. Ce serait sans nul doute l’occasion de lui donner quelques biscuits et de cacher le reste pour le prochain qui s’y rendrait.

J’ai pénétré la salle et j’ai tourné la tête vers les côtés, contemplant les nombreux objets qui s’y trouvaient. Il y avait de tout et même si je n’avais jamais pris le temps de les détailler du regard, je savais que les noms gravés étaient ceux de sorciers et de sorcières très célèbres qui avaient été décoré pour des victoires au Quidditch ou des services rendus à l’école. Il y avait notamment celui d’Albus Dumbledore et de Minerva McGonagall ‒ paix à son âme.

En quittant ces objets des yeux, je me suis immobilisée quelques temps, le temps de réaliser soudainement qui était la personne qui venait de se retourner vers moi, à l’autre bout de la pièce, torchon d’une main et un trophée de l’autre. C’était Malia. Bouche-bée, je l’ai observée sans rien dire avant d’afficher un petit sourire.

« Malia ! »

J’ai soupiré de satisfaction ; j’adorais cette fille et cela me désolait tellement de la voir rabaissée au titre d’esclave. Je n’avais pas pu la voir autant qu’avant depuis que Blackman avait pris le pouvoir. Visiter les nés-moldus, c’était impossible. On ne pouvait les attraper que durant leurs corvées et encore, si les Mangemorts prenaient le temps de partir quelques instants. J’ai jeté un bref regard à son torchon avant de sortir ma baguette et de fondre dans ses bras. Malia, c’était comme la grande sœur que je n’avais eue. Elle me manquait terriblement…

« Tu me manques ! Ai-je exprimé un peu trop à haute voix avant d’adoucir mon ton. Excuse-moi… Tu vas bien ? »

J’ai pris un air inquiet car, évidemment, je me faisais du souci pour elle… J’étais prête à l’aider dans sa tâche à l’aide de la magie parce que nettoyer tout ceci l’épuiserait plus qu’autre chose. Ca, je ne pouvais pas le supporter.

« Je… Tu ne peux pas faire ça toute seule. Je vais t’aider, si tu veux. »

© FRIMELDA

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 27/05/2017
Parchemins rédigés : 32
Points : 3
Crédit : Tumblr (Shelley Hennig)
Année : 6ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: Poor unfortunate soul - Tasha Lennox-Blackwood   Ven 21 Juil - 14:47

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

「 Poor unfortunate soul
Juin 2023 - Salle des Trophées」

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Malia & Tasha
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le nouveau venu (ou la nouvelle, pour ce qu'elle en savait), mit du temps à sortir de l'ombre, le rythme de ses pas étant loin d'être pressé. Comme s'il prenait son temps pour contempler ce qu'il y avait autour de lui, sachant qu'il n'y aurait rien à craindre. Sans doute pas le Mangemort, alors, mais peut-être quelqu'un qui l'avait vu sortir en compagnie de son collègue. Toujours en pleine incertitude, Malia se détendit un peu. Mais pas tout à fait. Après tout, la politique de Blackman avait trouvé certains soutiens même dans les rangs des élèves, et entre ceux là ou ceux qui n'osaient exprimer à voix haute leur opinion sur la question, on ne savait plus vraiment à qui se fier, ces jours-ci.

-Malia !

L'interpellée suspendit automatiquement son geste, tandis qu'une silhouette bien connue lui faisait face. Oublions ce à quoi elle venait de penser, à elle, elle pouvait lui faire confiance sans aucun doute ! C'était bel et bien Tasha qui venait de la rejoindre dans la salle, et rien ne saurait lui faire plus plaisir en ce moment-même. Elle connaissait la Gryffondor depuis son arrivée à Poudlard, et de fil en aiguille, elles avaient tissé des liens forts, toutes les deux, au point que Malia en venait à la considérer comme sa petite soeur. Bien qu'elle ait beaucoup à penser quant à sa propre condition, actuellement, elle en venait toujours à se demander comment s'en sortaient ses plus proches amis, comme Tasha, ou Cheryl sa meilleure amie. Alors évidemment, l'absence de nouvelles ou de contacts la tuaient, lui faisaient prendre conscience plus que toute autre chose de leur isolement.

La jeune fille, avec un large sourire referma ses bras autour de son amie lorsque celle-ci fondit sur elle. Ils avaient beau être nombreux à dormir dans les cachots, ce n'était pas la chaleur humaine qui les étouffait. Du soutien et de la solidarité autant qu'ils le pouvaient, oui. Mais c'était loin d'être le domaine des Bisounours. La plainte de Tasha lui arracha un sourire doux-amer. -Toi aussi tu me manques beaucoup. Avoua -t- elle dans un soupir emprunt de lassitude. -Comment ça va pour toi là haut ? S'enquit-elle immédiatement après. Même si leur naissance de les mettait pas directement en danger, tous les autres élèves avaient aussi connu leurs moments difficiles, et Malia s'inquiétait d'autant plus pour ses proches depuis les dernières séries de punition collective, particulièrement violentes et cruelles. Elle n'avait eu aucun echo qui l'aurait laissée penser qu'un de ses amis ait été impliqué, mais le doute restait. Et c'était insupportable. Sans doute égoïste de sa part, aussi, de ne s'inquiéter que pour un petit groupe d'individus, alors que bien d'autres avaient eu à en souffrir. Il fallait croire qu'en ces temps obscurs, son désir de protéger à tout prix ses amis surpassait même son empathie naturelle.

-Excuse-moi...Tu vas bien ? Lui demanda Tasha. -Je vais... Bien ? C'est ça qu'elle allait répondre ? Oh non, ce serait un gros mensonge. Epuisée, maigre, sale, indésirable... Est-ce qu'on pouvait vraiment répondre "bien" à cette question ? Malia était encore en plein dans l'oeil du cyclone : lutter pour ne pas être submergée par tout ce bordel qui s'accumulait dans sa vie, voir au jour le jour. Pour tout dire, elle n'avait même pas la force de se montrer sarcastique pour dédramatiser la situation. Et surtout, elle n'osait penser à un après, pour peu qu'il soit possible. D'avance, elle savait que la remontée serait terrible. Mais inquiéter son amie plus qu'elle ne l'était déjà était bien la dernière chose qu'elle voulait, n'est-ce pas ? -Je ... Je fais aller. Je ne vais pas te mentir, c'est dur. Mais on tient, on s'entraide, j'ai encore la force de m'accrocher. Mais disons qu'il y a les jours avec et les jours sans. répondit-elle sobrement, et en toute honnêteté. Des jours avec et des jours sans, c'était tout à fait ça. Des jours où il y avait plus de restes, où ils avaient la chance, comme elle aujourd'hui de croiser un proche. Et des jours où l'insomnie lui tenait compagnie trop longtemps, où la faim la torturait, où sa famille lui manquait à un point insoutenable, ou encore, où les Mangemorts faisaient preuve d'une cruauté plus grande encore. Ca elle ne faisait que le sous-entendre. Le dire ça rendait toujours les choses trop ... réelles ? Encore plus oppressantes.

Elle eut la surprise d'entendre Tasha manifester sa volonté de l'aider. Malia eut un temps d'arrêt, réalisant soudain le danger que cela représentait. Son amie risquait de payer cher le simple fait d'être venue lui parler, alors l'aider... -Tu n'as pas à faire ça, tu sais... Si tu te fais prendre... Tenta -t- elle de la mettre en garde. La dernière chose qu'elle voulait c'était bien que Tasha soit punie pour lui avoir apporté un peu de réconfort. Mais sa voix parlait contre elle, trop lasse pour mettre de la conviction dans ses paroles. Elle lui adressa en guise d'abandon, un maigre sourire reconnaissant. Mais n'était-ce pas égoïste de vouloir profiter encore un tout petit peu de sa présence, de la laisser l'aider ? Ne restait plus qu'à espérer que le Mangemort s'attarde lors de sa pause, qu'il ne revienne pas tout de suite.
sous-titre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Poor unfortunate soul - Tasha Lennox-Blackwood
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard, 19 ans après. :: La Boîte à RPs :: 
La Boîte à RPs
-
Sauter vers: