AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I think you needed to happen to me.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7503-shaelyn-are-you-insane-like-me-been-in-pain-like-me?nid=3#168038http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7509-shaelyn-seul-on-va-plus-vite-ensemble-on-va-plus-loin#168165http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7511-shaelyn-et-son-histoirehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7510-shaelyn-owl-be-waitinghttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7512-shaelyn-coucou-hibou-coucou-hibou-coucou-hibou-coucou#168170

Arrivé(e) le : 09/02/2017
Parchemins rédigés : 163
Points : 5
Crédit : Charlotte Free ~
Année : 6ème

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Chuck E. Bowman

MessageSujet: I think you needed to happen to me.   Sam 10 Juin - 2:21

you needed to happen to me.
shaelyn & matrim
Even if she be not harmed, her heart may fail her in so much and so many horrors; and hereafter she may suffer--both in waking, from her nerves, and in sleep, from her dreams.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]C'est l'horreur. Le regret et la peur étaient définitivement les seuls sentiments qui hantaient l'esprit de Shaelyn, les récents événements ne voulaient pas quitter son esprit, elle se détestait pour avoir eu confiance, pour s'être lancée dans ce match de Quiddich pensant que cela lui apporterait du bien dans ces temps sombres. Non, elle s'était trompée, c'était tout sauf une bonne idée et elle l'avait malheureusement bien compris. La nuit elle ne dort plus, elle ferme les yeux et tout ce qu'elle voit c'est un jet de lumière foncer sur elle et des cris sans fin, les mots de supplication qui étaient sortis de sa bouche résonnent dans ses pensées. Pitié ! Je vous en supplie...par pitié...D'autres étaient plus fort et ne s'abaissaient pas à la supplication, mais elle, elle ne voulait qu'une chose, c'est de cesser sa douleur. Bien sur ça avait bien fini par arrêter, pourtant la jeune Serdaigle se sentait toujours aussi vulnérable et souffrante, à chaque fois qu'un mangemort était près d'elle, elle sentait l'angoisse monter, la peur mêlée à la douleur l'envahissaient à nouveau et elle était prête à tout pour ne plus jamais avoir à subir ça. D'ailleurs elle serait même prête à changer de camp, a se cacher derrière sa cousine Narcissa, prétendant être du côté des mangemorts, mais il était déjà trop tard, elle avait trop peur de prendre le risque, le risque qu'ils ne la croient pas, qu'ils pensent que c'est une sorte de mauvaise ruse. Attirer l'attention sur elle n'était vraiment pas sa priorité, c'est comme un cercle vicieux dont elle tente de s'échapper : c'est impossible.

Une mèche rose tournoyant dans sa main, Shaelyn marchait les yeux fixés sur le sol, elle avait des cernes et n'avait pas la tête sur les épaules, un passant ne pourrait savoir où elle est vraiment, tellement son regard est absent. C'est certainement pour cela qu'elle fonça soudain dans un des hommes de Blackman. « EH ! Fais gaffe où tu vas si tu ne veux pas que j't'écrase moi. » aboya-t-il. Shaelyn ne sut se contenir et elle sursauta à chacun des mots du mangemort. ...Endoloris ! .... C'était comme si la douleur refaisait surface en une fraction de seconde, rien que le souvenir de ce sort lui donna le vertige et ses mains commençaient à trembler, laissant les quelques cheveux roses retomber parmi tout les autres. Elle ne pouvait pas rester là, elle avait besoin de s'isoler, alors sans même un mot elle se mit à marcher de plus en plus vite, accompagnant le rythme de son cœur et de sa respiration. Soudain elle avait l'impression qu'il y avait de partout des personnes qui la surveillait, des baguette pointées vers elle prêtes à lancer le sortilège de souffrance. L'air se faisait de plus en plus rare dans ses poumons, comme si chaque inspiration bloquait la prochaine un petit peu plus. Elle marchait désormais dans le vide, reconnaissant tout juste les couloirs du château, ne dit-on pas qu'il est facile de se perdre dans cet immense école ? Son cerveau ne cherchait pas à s'orienter mais plutôt à retrouver le calme, à chasser toutes les pensées qui fusaient sans qu'elle n'ait le temps d'en assimiler l'aspect de chacune. Comme un film mis en mode rapide, où l'on ne peut pas déchiffrer ni comprendre chaque idée tellement ça fuse vite, c'était la même, mais avec chaque pensée plus terrifiante et angoissante que la prochaine. Une marée de sang sur un sol carrelé, une explosion, un cri, un jet de lumière, des douleurs, le liquide de vérité... Rosalie !... elle perd totalement le contrôle de son corps et de son esprit, victime de la crise d'angoisse l'enlaçant à pleins bras.

Humide. Son visage était soudain humide sans qu'elle ne comprenne comment, ce goût acre et salé de larmes c'était installé sur sa langue, recroquevillée contre un mur froid elle cherchait à trouver de l'air, elle voulait se raccrocher au moindre espoir de retrouver le calme, mais ce dernier était parti depuis longtemps. Son cerveau avait de nouveau craqué, les nerfs ont pété et elle était perdue, paniquée, apeurée, ayant perdu le moindre espoir d'une lumière, d'un ange, d'un simple geste qui la ramènerai à la vie. Mais tout ce qu'elle ressentait étaient ces muscles qui se mettaient en tension sans qu'elle ne puisse le gérer, elle avait perdu le contrôle de tout son corps et une fois de plus elle pensait que cette fois-ci, elle ne s'en sortira pas.
Made by Neon Demon


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
runaway
And I was running far away would I run off the world someday ?Nobody knows, nobody knows. And I was dancing in the rain, I felt alive and I can't complain. ▬ But now take me home, take me home where I belong. I can't take it anymore
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7892-matrim-with-the-beast-inside-theres-nowhere-we-can-hide-u-c#177483http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7913-matrim-stop-i-m-already-dead#177786http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7926-matrim-disponible#177863http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7927-matrim-u-chttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7928-matrim-u-c#177865

Arrivé(e) le : 27/05/2017
Parchemins rédigés : 154
Points : 7
Crédit : hanska (ava) - robbie wadge
Année : sixième année à la rentrée (seize ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: perrin s. o'riordàn & sage s. sinclair

MessageSujet: Re: I think you needed to happen to me.   Lun 12 Juin - 9:32

I think you needed to happen to me
matrim & shaelyn
What's you line though? That I'm fine, oh Heard that before But somehow it means more I'll be your, you'll be my, brand new disaster But I don't know Seems like what you're looking for

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Il y a toujours des gens qui ont les mots justes pour décrire la vie. Je n'ai pas la prétention d'avoir ce talent. J'ai plutôt une lacune assez flagrante niveau imagination. Je suis bien trop cartésien, bien trop droit. Je suis le genre de personne qui fait tout selon les règles, qui suit les lignes directrices, qui vous déblatérera exactement ce qui était écrit à la page 352 de votre manuel de potions au mot près. Einstein a dit un jour; « L’imagination est plus importante que la connaissance, car la connaissance est limitée, tandis que l’imagination englobe le monde entier. » Il se passe quoi quand on n’a pas d'imagination? On finit par flétrir comme une fleur trop vieille le jour où nous atteignons le bout de la connaissance? Il se passera quoi, pour moi, lorsque je n'aurai plus rien à lire, plus rien à apprendre ici, à Poudlard? Je deviendrai inutile, futile, sans but? Cette perspective me rend nerveux. Il m'arrive, souvent, de m'ennuyer en classe. Si la pratique me donne un peu de défi, la théorie m'est d'une facilité déconcertante pour mes enseignants. On m'a offert de sauter un niveau l'an dernier, passer directement à la cinquième sans faire la quatrième. L'idée était tentante, j'ai même faillit dire oui, mais lorsque j'ai réalisé que ça impliquerait d'aller en classe avec Andrea, j'ai immédiatement changé d'idée. J’ai bien assez de devoir le supporter en dehors des cours. Je sais, je cherche souvent le trouble en l’utilisant comme sujet d’étude. Voyez-vous, il est sensé être le spécimen du fils parfait aux yeux d’Anatole Sevenoaks. Si je voulais ma chance de bien paraître aux yeux de notre père, de ne plus être le rejeton dont il ne voulait pas, je devais mettre toutes les chances de mon côté. Même si cela risquait de me forcer à côtoyer Andrea davantage. Mais pas en classe. Là, c’était mon moment tranquille. Socialement parlant, c’était nettement mieux qu’on ne soit pas au même niveau scolaire. J’ai déjà assez de mal à « connecter » avec les autres comme ça, si j’ai LUI en arrière qui vient foutre mes efforts en l’air, ça risque d’être invivable. Puisque les cours sont si faciles pour moi, je me concentre sur ce qui ne les pas ; les autres humains. C’est qu’ils sont complexes avec leur myriade d’émotions qui, bien souvent, ne font pas de sens pour moi. Même que je ne les comprends pas toujours. C’est un effort constant à fournir pour arriver à déchiffrer les visages, les choix de mots, le ton des voix de manière quotidienne. Comme si, à chaque instant, vous deviez être sur le qui-vive afin de ne pas mourir.

J’en revenais de l’infirmerie ce soir-là. Comme toujours, j’y étais passé vers les vingt heures pour y prendre mon traitement. Il ne m’en restait pas long avant de pouvoir retrouver le confort de ma salle commune, mon dortoir sans doute désert puisque Spencer était désormais aux cachots et Milo avait déménagé dans celui des sixièmes. Ça ne me dérangeait pas qu’on m’ait laissé l’endroit pour moi. Ça faisait plutôt mon affaire en réalité. J’étais toujours plus à l’aise tout seul. Pouvoir lire jusque très tard dans la nuit sans que personne ne se plaigne. S’il y avait bien une chose qui n’aurait jamais dérangé si j’étais allé à serdaigle, ça aurait sans doute été ça. Je me plaisais à m’imaginer ce que ça aurait donné si je n’avais pas atterri chez les jaunes et noirs il y avait cinq ans. Perdu dans mes réflexions, je pris le coin d’un couloir me déplaçant de manière automatique. Je faisais le même chemin tellement souvent que je n’avais plus vraiment besoin de réfléchir à où mettre les pieds, quand tourner, quel escalier prendre. Le trajet entre l’infirmerie et la salle commune des poufsouffles était facile et rapide. Habituellement très calme à cet heure comme j’empruntais un raccourci menant directement dans le couloir au premier sans avoir à emprunter les escaliers principaux. Il fallait juste savoir utiliser un pan de mur qui dissimulait un escalier et le tour était joué. Je me rendais justement vers mon petit passage secret lorsque mon regard fut attiré par du rose. Une chevelure rose plus exactement. Faisant le rapprochement entre ces cheveux colorés et une certaine serdaigle qui m’était plutôt antipathique, je me stoppai net prêt à rebrousse chemin et prendre un autre couloir. Je tournais les talons lorsque mon esprit me fit signe que quelque chose clochait avec la jeune femme. Pourquoi était-elle assise au sol ? Pourquoi était-elle recroquevillée sur elle-même ? Silencieux, je l’observais quelques minutes. Des reniflements signe qu’elle pleurait. La tension dans ses épaules, les tremblements de son corps me ramenèrent à mon voyage en barque lors de ma première année ou toutes ces fois où, en proie à la panique, je m’étais planqué sous mon lit dans le dortoir. Les fois où, petit, maman ou Safia avaient dut me serre très fort dans leur bras pour me rassurer. Pas une étreinte d’amour, seulement parce que sentir la proximité, me sentir serré, me rassurait. J’aurais pu rebrousser chemin, laisse Shaelyn en proie à sa crise de panique. Personnellement, je n’aurais pas aimé qu’elle vienne se mêler de l’une des miennes. Pourtant, je n’en fis rien. À la place, mes pas me menèrent directement vers elle. Je m’accroupis pour être à sa hauteur, m’assaillant à même le sol. Puis, sans me poser de véritable question, je passai mes bras autour de son corps la serrant dans une étreinte sans doute trop forte en d’autre circonstances mais qui, je le savais, allait finir par apaiser ses sanglots. C’était l’une des rares fois où je laissais tomber cette carapace que je m’étais formé pour venir en aide à quelqu’un. Un quelqu’un qui n’était autre que cette fouine de Shaelyn ; celle-là même qui avait décidé qu’elle voulait tout savoir de mes secrets sagement gardé à l’abri des autres. Des secrets qui, malgré mon envie de ne pas les dévoiler, faisait la convoitise de la serdaigle. Et moi, je faisais quoi ? Je la prenais dans mes bras comme un pauvre idiot parce qu’elle était en pleine de panique. Faut croire qu’on peut mettre une pause à notre querelle incessante l’espace d’un instant.
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7503-shaelyn-are-you-insane-like-me-been-in-pain-like-me?nid=3#168038http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7509-shaelyn-seul-on-va-plus-vite-ensemble-on-va-plus-loin#168165http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7511-shaelyn-et-son-histoirehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7510-shaelyn-owl-be-waitinghttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7512-shaelyn-coucou-hibou-coucou-hibou-coucou-hibou-coucou#168170

Arrivé(e) le : 09/02/2017
Parchemins rédigés : 163
Points : 5
Crédit : Charlotte Free ~
Année : 6ème

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Chuck E. Bowman

MessageSujet: Re: I think you needed to happen to me.   Mer 5 Juil - 16:54

you needed to happen to me.
shaelyn & matrim
Even if she be not harmed, her heart may fail her in so much and so many horrors; and hereafter she may suffer--both in waking, from her nerves, and in sleep, from her dreams.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Elle voulait que ça s'arrête, elle n'en pouvait plus, ce sentiment d'impuissance, d’oppression l'engloutissait et elle ne souhaitait qu'une chose : que ça finisse. Toutes ses pensées qui l'agressent lui donnent le vertige et elle ne voyait plus rien, n'entendait plus rien, elle était comme seule, tombée dans le trou du lapin telle une Alice perdue. Personne ne pouvait comprendre les sensations que l'on peut ressentir lors d'une crise de panique jusqu'à ce qu'on en vive une et là c'était loin d'être la première fois qu'elle le vivait, la Serdaigle. Comment est-ce possible de tenir le coup quand le corps, l'âme et l'esprit refusent tous de réagir et de se calmer ? Cela lui semblait impossible. Évidemment pendant ce moment de détresse elle pensait à Rosalie, c'était inévitable, elle était la première cause, l'origine de ses troubles, et elle revivait cet instant tragique sans cesse, l'explosion, le sang, l'explosion, le sang, l'explosion... « Désolée... désolée.... désolée... » répétait-elle dans un souffle inaudible, le remord lui déchirant la voix. Soudain son cœur s'emballa à nouveau, et si un mangemort la trouvait comme ça ? Si il décidait qu'elle devait subir à nouveau un coup de Doloris ? Après tout ils y prenaient plaisir, alors pourquoi pas s'amuser avec une jeune fille aux cheveux roses en détresse.... Tout était sombre en elle, pendant une fraction de seconde elle pensa même à détester Allen, elle rejetait la faute sur lui, c'était lui qui l'avait convaincue de venir au Quidditch, tout était de sa faute, elle n'aurait jamais subi tout ce cauchemar s'il ne lui en avait pas parlé en premier lieu. Mais elle savait qu'elle n'avais pas le droit de lui en vouloir, car c'était elle seule qui avait pris cette décision, elle ne pouvait pas détester une des seules personnes en qui elle avait un minimum confiance et pourtant à ce moment ça l'aidait, du moins à calmer un peu son remord.

Son père a toujours des Potions de prêtes pour Shaelyn lorsqu'elle se retrouve dans ce genre de situations, un philtre de paix ou autre potion calmante, la nuit lorsqu'elle se réveille en panique à cause d'un cauchemar, ou n'importe quand, quand la panique et l'angoisse refait surface chez la jeune Caldwell. Mais là elle n'avait rien, ni les potions de son père, ni rien d'ailleurs, elle avait besoin d'un élément, rien qu'un détail pour l'aider à grimper hors du trou, remonter à la surface et laisser l'air rentrer à nouveau dans ses poumons. Mais rien, elle était condamnée à se débrouiller seule. Y arriverait-elle ? Sûrement pas, elle n'y pensait même pas, elle voulait juste arrêter ça, c'était son seul souhait, que tout s'efface. Quand soudain des bras se mettent à serrer Shaelyn, fort, très fort. Son cœur rata un battement alors qu'elle ne comprenait pas, hallucinait-elle ou était-ce la réalité ? Elle n'avais pas le temps de réfléchir qu'elle se raccrocha d'une main ferme au tissu venant certainement de l'habit de la personne qui la tenait. Elle s'y raccrocha comme si sa vie en dépendait et elle n'avait pas envie de lâcher ni même que la personne ôte ses bras, pourtant elle ne pouvait s'empêcher de se poser des questions, qui est-ce qui pourrait faire ça ? Qui est-ce qui viendrait à l'idée de le faire ? Ses yeux s'ouvrirent enfin et même si elle voyait flou elle savait qu'elle n'avais pas halluciné, il y avait bel et bien un être qui la tenait fermement. Était-ce un ange tombé du ciel pour venir l'aider ? Son appel au secours aurait-il été entendu ? En tout cas c'est ce qu'elle pensait. Toutes ces questions avaient déstabilisé l'esprit de Shae mais dans le bon sens, elle retrouvait enfin petit à petit, très lentement, le contrôle de son être. Ses muscles arrêtaient de se mettre en tension inutilement, une lourde fatigue envahissait tout son corps et elle sentait l'air remplir ses poumons. Elle resta alors deux longues minutes inanimée, son cerveau assimilant lentement les informations. Finalement, elle leva les yeux vers son sauveur du jour, tremblant encore un peu. « Tu es réel. » chuchota-t-elle plus à elle même qu'autre chose, jusqu'à ce que la réalité lui frappe l'esprit, elle lâcha brusquement la personne en question alors qu'elle venait de le reconnaître.

Matrim. Son regard se planta dans celui du Poufsouffle et bizarrement ce qu'elle y vit lui donna un frisson ni bon, ni mauvais. Ce n'était pas de la pitié, pas de la peur, pas du dégoût ni de la haine, elle n'arrivait pas à comprendre ce qu'elle y voyait, et même si elle s'en voulait immédiatement, elle s'écarta brusquement de son étreinte. Il avait tout vu, Matrim avait tout vu et pourtant il a réagi comme personne n'a jamais réagi à l'une de ses crises. Elle était confuse, étourdie, les cheveux un peu décoiffés elle se demanda comment réagir, mais ne trouvait aucune réponse. « Matrim. » finit-elle pas articuler avec effort, une pointe d'interrogation dans sa voix.
Made by Neon Demon


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
runaway
And I was running far away would I run off the world someday ?Nobody knows, nobody knows. And I was dancing in the rain, I felt alive and I can't complain. ▬ But now take me home, take me home where I belong. I can't take it anymore
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7892-matrim-with-the-beast-inside-theres-nowhere-we-can-hide-u-c#177483http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7913-matrim-stop-i-m-already-dead#177786http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7926-matrim-disponible#177863http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7927-matrim-u-chttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7928-matrim-u-c#177865

Arrivé(e) le : 27/05/2017
Parchemins rédigés : 154
Points : 7
Crédit : hanska (ava) - robbie wadge
Année : sixième année à la rentrée (seize ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: perrin s. o'riordàn & sage s. sinclair

MessageSujet: Re: I think you needed to happen to me.   Mar 18 Juil - 4:27

I think you needed to happen to me
matrim & shaelyn
What's you line though? That I'm fine, oh Heard that before But somehow it means more I'll be your, you'll be my, brand new disaster But I don't know Seems like what you're looking for

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Le jeune homme n'avait pas beaucoup réfléchit avant d'agir. La reconnaissance des symptômes d'une crise qui lui était bien trop familière l'avait poussé à agir. Si les personnes en mesure de comprendre étaient très peu nombreuses dans ce château, voir dans le monde extérieur également, Matrim ne pouvait que trop comprendre. Il n'avait pas pitié de le jeune fille, il la comprenait sans plus. Sachant ce qu'on ressentait, le vide infini mêlé à l'impression de trop plein lors d'une de ces crises, il avait réagit comme personne ne l'aurait fait à la place sachant que sa relation avec notre victime de l'anxiété n'était pas très bonne. Ça ne l'empêcha pas de se glisse près d'elle alors qu'elle sanglotait. Il s'assit, passa ses bras autour de son corps mince secoué par les sanglots et la serra fort. Vraiment très fort. Au début il ne se passa rien. La serdaigle continua à pleurer toutes les larmes de son corps s'accrochant aux vêtements de Matrim, mais le jeune homme était armé d'une patient infini prêt à y passer la nuit s'il le fallait. Ça ne le dérangeait pas. Il n'allait pas l'abandonné là. Pas comme ça. C'était une sensation étrange pour lui que d'être si proche – autant physiquement que mentalement – de cette fille qui avait toujours cherché à l'emmerder.

Lentement, Shaelyn commença à se calmer entre ses bras. Ses muscles se détendirent, ses sanglots se distancèrent jusqu'à disparaître complètement. Elle ne bougea pourtant pas, toujours collé contre lui. Matrim continua de la serrer, bien que l'étreinte était moins forte qu'au départ. La tête appuyée sur la sienne, il attendit qu'elle soit prête à le lâcher. Elle resta un instant immobile, silencieuse. Matrim n'osa pas bouger, de peur qu'elle ne se braque. Il ne voulait surtout pas la brusquer. Ce n'avait pas été le but de son intervention, et il espérait que ça ne le deviendrait pas. Il ne l'avait jamais détesté en soi, seul son comportement l'agaçait par moment. Elle était toujours là à vouloir fouiner dans sa vie, à l'enquiquiner. Cette petite guerre entre eux deux, c'était pas bien méchant en soit même si ça en avait tout l'air. Doucement, la jeune femme aux cheveux roses émergea de sa litanie. Ses premières paroles ne furent qu'un murmure soufflé pour soi-même, mais le poufsouffle n'eut aucune difficulté à bien les entendre vu la proximité qu'il y avait entre eu à présent. « Tu es réel. » , avait-elle chuchoté. Matrim ne savait pas trop quoi répondre. Il se contenta d'un petit bruit affirmatif afin de lui faire comprendre qu'elle ne délirait pas, qu'il était tout à faire réel. Si seulement les choses étaient restées ainsi, ça aurait été plus facile pour tout le monde. Mais le moment où la réalité percute la serdaigle, le petit moment où le drapeau blanc a été tiré est anéantis.

Elle s'éloigna d'un coup, le repoussant semi-brutalement comme si, d'un coup, le contact du brun la brûlait. Matrim la regarda, surpris par son comportement. Il avait fait quelque chose de mal? Elle voulait pas qu'il la touche? Parce que ça n'avait pas eu l'air de la déranger avant. Elle avait l'air plutôt consentante. En fait, il avait fait ça seulement pour l'aider, mais si elle ne voulait pas de son aide, il ne savait pas trop quoi faire maintenant. Elle le fixait et il en fit autant plongeant ses yeux bleus dans les siens. Quelques secondes s'écoulèrent alors qu'ils se fixaient en silence. Elle, clairement surprise, troublé, incertaine. Lui, perdu, un peu blessé et désolé. Désolé d'avoir imposé sa présence alors qu'elle ne voulait pas de lui. Le voulait-elle? « Matrim. », finit-elle par dire à moitié interrogation et affirmation. Le jeune homme répliqua du tact au tact : « Shaelyn. » C'est bon, on avait finit avec les prénoms maintenant? On passe à autre chose? Le regard de l'adolescent reste braqué sur la jeune femme, interrogateur. Il devait partir maintenant? Parce que, honnêtement, il ne savait pas trop s'il le devait. Il en fit toutefois rien, penchant un peu la tête sur le côté avant de s'adresser de nouveau à la serdaigle. « Ça t'arrive souvent? », demanda-t-il sans vouloir être indiscret. Il était toujours comme ça, un peu trop franc et direct. La subtilité, c'était pas son truc. « Tu veux que je m'en aille? » La question ultime. Si elle ne répondait pas à la première, au moins, elle n'aurait pas le choix de répondre à la dernière.
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7503-shaelyn-are-you-insane-like-me-been-in-pain-like-me?nid=3#168038http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7509-shaelyn-seul-on-va-plus-vite-ensemble-on-va-plus-loin#168165http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7511-shaelyn-et-son-histoirehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7510-shaelyn-owl-be-waitinghttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7512-shaelyn-coucou-hibou-coucou-hibou-coucou-hibou-coucou#168170

Arrivé(e) le : 09/02/2017
Parchemins rédigés : 163
Points : 5
Crédit : Charlotte Free ~
Année : 6ème

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Chuck E. Bowman

MessageSujet: Re: I think you needed to happen to me.   Sam 22 Juil - 3:16

you needed to happen to me.
shaelyn & matrim
Even if she be not harmed, her heart may fail her in so much and so many horrors; and hereafter she may suffer--both in waking, from her nerves, and in sleep, from her dreams.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Finalement il y a toujours un échappatoire, à chaque fois que l'on pense qu'on touche le fond, y'a quelque chose qui vient nous remonter à la surface, qui vient calmer les tremblement, apaiser la souffrance, effacer l'angoisse. Shaelyn pense tout le temps à sa sœur malgré elle, elle la voit dans tout ce qu'elle fait, tout le temps, elle refoule toujours ses pensées et fait comme si de rien était, mais Rosalie repose toujours dans son esprit sans jamais lui donner de repos, et c'est lors de ces crises qu'elle frappe le plus fort et certainement qu'elle ne partira jamais, parce qu'après tout Shaelyn se force elle même à ne pas l'oublier, et elle ne se pardonnera sûrement jamais pour l'accident fatal. Alors elle pleure et demande pardon, parce que c'est tout ce qu'elle arrive à faire alors que les tremblements secouent tout son corps, elle demande pardon pour avoir vécu depuis la mort de Rose, elle demande pardon d'avoir été aussi maladroite, en fait elle ne sait pas pourquoi, elle veut juste arrêter de se détester, de s'en vouloir à chaque seconde qui passe. Mais un corps vint calmer les tourments de la jeune Serdaigle, un corps chaleureux, qui la serrait fort, comme s'il connaissait ce gouffre de désespoir. C'était un étreinte agréable, comme si cette force faisait fuir le reste, elle anesthésie la douleur intérieure et la peur jusqu'à ce que les poumons reprennent leur fonction habituelle. Le sol froid répand des frissons dans le corps de la jeune fille et elle reste longtemps accrochée à ce qui lui semblait alors être un ange, sortant de son imagination peut-être, ou alors c'était une personne réelle ? L'idée ne lui venait pas vraiment à l'esprit, tout ce qu'elle savait c'était que grâce à cette présence, elle avait réussit à aller mieux, quand tout allait mal. Mais elle ne chercha pas à en savoir plus, elle prit son temps pour reprendre ses esprits, pour revenir à la réalité, pour finalement comprendre qu'il s'agissait bel et bien d'une personne réelle qui l'avait sortie de sa situation critique, il l'avait lui même confirmé. Sauf que voilà, ce n'était pas n'importe quelle personne, c'était Matrim.

Ce fut le choc qui la fit repousser le Poufsouffle, elle regretta immédiatement son geste, mais c'était tout naturellement qu'il s'était déclenché, parce qu'elle ne comprenait pas. Pourquoi il serait venu la prendre dans ses bras ? Est-ce qu'il n'était pas connu qu'il ne l'appréciait pas vraiment ? Parce qu'après tout Shaelyn est cruellement curieuse, et Matrim est une de ces cibles qu'elle n'arrivait pas facilement à percer et qu'elle ne lâchait jamais. « Shaelyn. » Honnêtement elle était perdue, elle n'arrivait pas à croire que le garçon qui venait de l'aider à vaincre cette crise -que d'habitude personne ne peut l'aider- n'était autre que le jeune Poufsouffle de sa promotion. Elle ne savait quoi dire, quoi faire. Elle lui en voulait de s'être incrustée dans ce moment privé, mais comment pouvait-elle alors qu'il l'avait aidé ? C'était trop d'informations à comprendre pour elle et les mots ne se formaient pas dans son esprit, il y avait seulement ses yeux bleus transperçant ceux de Shaelyn d'une profondeur qui déstabilisait la jeune Serdaigle. Mais Matrim vint briser ce contact calme en penchant légèrement la tête sur le côté, un geste que Shae ne suivit pas, restant droite et pétrifiée. « Ça t'arrive souvent?  » La question du garçon la déstabilisait encore plus. Comment ça, souvent ? De quoi parlait-il ? Si ça lui arrivait souvent de perdre la parole ? Si ça lui arrivait souvent de perdre tout ses moyens au milieu d'un couloir du château ? Si ça lui arrivait souvent de rejeter les gens comme elle venait de le faire avec Matrim ? Non, rien de tout cela n'était habituel. « Et toi ? » Voilà tout ce qu'elle avait réussir à articuler sèchement. C'était certainement une question stupide, mais elle ne savait quoi répondre d'autre, elle ne pouvait pas être faible et lui dire tout juste parce qu'il la fixait droit dans les yeux. Et puis après tout pourquoi ne parleraient-il que d'elle ? Il a beau être direct, il se trouvait en face de Shaelyn Caldwell qui s'y connaît aussi bien que lui pour être franc. « Tu veux que je m'en aille? » Alors ça, elle ne s'y attendait vraiment pas pour la peine. Est-ce qu'elle le voulait ? Sa première pensée fut, oui ! Mais quelque chose l'empêcha d'ouvrir sa bouche et de dire ce mot. Quelque chose lui fit comprendre qu'au fond elle ne voulait pas qu'il parte, parce que c'était lui qui l'avait aidé et qu'il ne devrait pas partir, il devrait rester avec elle, car elle avait peur d'être seule et de retomber sans personne pour la remonter cette fois-ci. Elle brisa d'abord leur contact oculaire, baissant la tête. Pouvait-elle lui dire ça ? Qu'elle ne voulait pas qu'il parte... ? Elle avait peur de dire ça, mais une partie d'elle avait envie, et cette partie prit le dessus pour ordonner à sa tête de faire ''non''. Après deux longues minutes de silence relevant d'une réflexion intérieure.

« Non. Tu n'es pas obligé de partir... si tu veux. » finit-elle par dire, ravalant sa fierté. En temps normal elle n'aurait pas voulu qu'il reste, elle aurait voulu être seule, elle se serait noyée dans la lecture pendant des heures, aurait dit à tout le monde de la laisser tranquille, parce qu'elle lit et qu'elle veut être seule.. Mais non, là il y avait quelque chose d'autre et elle l'avait déjà repoussé une fois, pourquoi pas lui laisser une mince chance et éviter de refaire sa première erreur une seconde fois. « Pourquoi tu es là ? » articula-t-elle aussi, parce que c'était quand même un bel hasard toute cette situation.
Made by Neon Demon


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
runaway
And I was running far away would I run off the world someday ?Nobody knows, nobody knows. And I was dancing in the rain, I felt alive and I can't complain. ▬ But now take me home, take me home where I belong. I can't take it anymore
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
I think you needed to happen to me.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard, 19 ans après. :: La Boîte à RPs :: 
La Boîte à RPs
-
Sauter vers: