AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Way down we go [Cissy & Chleo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7069-chleo-ma-vie-n-est-pas-un-conte-de-feehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7117-chleo-don-t-get-too-close-it-s-dark-inside

Arrivé(e) le : 10/11/2016
Parchemins rédigés : 57
Points : 0
PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Way down we go [Cissy & Chleo]   Dim 14 Mai - 20:25

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Chleo & Narcissa // WAY DOWN WE GO
⚜ Do we get what we deserve? Cause they will run you down, down til the dark and they will run you down, down til you fall ⚜

Je n’ai jamais été une grande fan des endroits sombres, humides et obscurs. Ils sont pour moi des synonymes de trous à rats, dans tous les sens du terme, et Merlin sait à quel point j’ai en horreur ces rongeurs. Sans compter les araignées qui se planquent dans les coins d’ombre. C’est à vous filer la chair de poule. Je ne vous dis pas à quel point j’étais au bout de ma vie lorsque j’ai dû passer 1 mois complet chez les Serpentards. Je n’étais vraiment pas sereine à chaque fois que je devais traverser les sous-sols et j’accueillais toujours le vaste hall avec un énorme soulagement. Toutefois, alors que le claquement caractéristique de mes talons résonne le long des murs du cachot, je suis tellement songeuse que je n’ai même pas le réflexe de me laisser aller à mes angoisses habituelles. Je suis passée voir Aniek, elle voulait me parler, à l’abri des regards, et cette entrevue a fait naître une multitude de questions qui se bousculent sans ménagement dans ma tête. Depuis l’épisode de torture de la gamine, je remets beaucoup de choses en question et on peut dire que le vin rouge a été des plus salvateurs pour moi. Mais c’est surtout Aniek qui m’a aidé à traverser cette épreuve en restant à mes côtés et en me soutenant. J’imagine que je ne me suis pas encore tout à fait remise de ce que j’ai fait. Il m’arrive encore parfois de sentir l’odeur de la chaire brulée. Même si je sais que ce n’est que mon imagination qui me joue des tours, ça a un côté assez traumatisant. Comme si mon subconscient voulait s’assurer que je n’oublie jamais ce que j’ai fait. Mais qu’il se rassure … Ce ne sera pas le cas ! Tout comme je sais que la majorité des personnes présentes à Poudlard à ce moment-là n’oubliera pas non plus un évènement aussi … Marquant. Sur le moment, je ne pensais pas que cela provoquerai une révolte. Je ne pensais qu’à sauver ma peau, sachant pertinemment que les Mangemorts m’attendaient au tournant. D’un côté, c’est ce que j’ai toujours fait, sauver ma peau. Penser à moi et à ce que je gagnerai plutôt qu’aux conséquences pour les autres. Sauf que là… C’était l’acte de trop. Pour tout le monde. Je ne m’en suis pas rendue compte tout de suite, bien trop occupée à me lamenter sur mon sort, mais visiblement les actes de tortures collectifs qui ont suivis ne sont pas vraiment parvenus à apaiser le souffle de révolte qui commençait à planer. C’est ce dont Aniek voulait me parler. Ca. Et du fait qu’elle apprécie de moins en moins tout ce qui se trame et de son désir de se retourner contre les tirants qui en font vraiment trop. Comment voulez-vous que je fasse moi, alors que c’est Aniek elle-même qui me les a présenté et mis en contact avec les hautes sphères de la magie noire pour mon désir de vengeance ? Je ne peux bien évidemment pas trahir ma meilleure amie mais est-ce que je pourrais agir contre Blackman ? Après tout ce qu’il a fait pour moi ? Après ce qu’il a été capable de m’obtenir ? J’ai tellement à perdre si les choses ne se passent pas bien : ma nouvelle vie, la nouvelle moi, l’entreprise, ma position... Qu’est-ce que j’aurais donc à y gagner en contrepartie qui en vaudrait vraiment la peine ? Au moins un semblant de pardon et de réconciliation envers moi-même après tout ce que j’ai été amenée et capable de faire depuis 1 an maintenant… Trahir des anciens amis, torturer une enfant pour divertir ces foutus mangemorts, contribuer au règne de la terreur dans l’enceinte de Poudlard … Et j’en passe. Sincèrement, je ne sais pas quoi faire, je suis vraiment perdue.

Toute à mes pensées, je ne vois l’ombre présageant un être assez corpulent s’approcher de moi. « Eastwood ? » Je sursaute et redresse immédiatement la tête à l’entente de cette voix grave et sifflante. Le temps que mes yeux fassent le point dans ces couloirs verts et contrastés où les jeux d’ombres s’en donnent à cœur joie et je me rends compte que je me retrouve face à ce grand troll de Mangemort qui a toujours été plus que suspicieux à mon égard. Il ne m’aime pas du tout, pas besoin d’être Nicolas Flamel pour s’en apercevoir, et je sais pertinemment que depuis le début il attend le moindre de mes faux pas pour me faire couler. Ca doit être le fait que je ne suis pas vraiment l’une des leurs et la jalousie de voir son grand patron m’accorder des faveurs alors que lui n’est qu’un sous-fifre insignifiant. Puissant, certes, mais insignifiant quand même. Et vraiment inutile. Du moins à mes yeux. Mon existence n’en serait que meilleure sans lui dans les parages à me garder à l’œil. Remise de mes émotions, je me compose rapidement un visage hautain et dédaigneux, le fixant d’un regard blasé. « Qu’est-ce que tu fabriques du côté des cachots ? » je lève les yeux au ciel, agacée. Qu’est-ce qu’il peut m’énerver à me surveiller et à me demander des comptes à chaque fois qu’il me croise. « Tu m’excuseras mais j’ai des choses à faire. » Je rétorque avec impatience avant de reprendre mon chemin, bien décidée à ne pas me laisser intimider par ce Neandertal. Toutefois, il fait un pas de côté et me bloque le passage, me dominant de toute sa hauteur et me fixant avec des yeux noirs remplis de haine et de cruauté. « Pas loin des sang-de-bourbe en plus … Je suis sûr que tu complotes contre Blackman. » L’odeur de son haleine putride me fait vaciller et il doit interpréter ça comme une façon de me trahir car un sourire sadique apparait sur son visage tandis qu’il entreprend de m’acculer contre un mur. « Et puis quoi encore ? … Sérieusement, fous-moi la paix ! Laisse-moi passer. » je dis d’une voix glaciale. Je fais une nouvelle tentative pour passer qui s’avère être un nouvel échec et je sens mes entrailles se nouer. Je ne le sens pas du tout là. Mais alors pas du tout ! Ce type est vraiment flippant, suffit de voir comment il me regarde. Malgré la terreur qui commence à monter en moi, me rappelant avec horreur les mois qui ont suivi mon harcèlement, je ne laisse rien paraître, l’affrontant du regard. Il essaie juste de m’intimider, il n’osera rien me faire. « Je n’ai jamais eu confiance en toi Eastwood, j’ai toujours su que tu te jouais de nous. Qu’est-ce que tu mijotes ? » Je croise résolument les bras et le regarde comme si il était un demeuré pour lui faire comprendre qu’il se fait des films. « Tu veux rien dire ? Peut-être qu’un petit sortilège t’aidera à cracher le morceau, hein ma jolie ? » Je ne sais pas pourquoi, mais il y a un truc dans son regard qui me dit qu’il ne plaisante pas du tout. Bordel. Toutefois, je ne me démonte pas, bien décidée à ne pas lui donner ce qu’il veut et à ne pas lui montrer ma frayeur. « Bon ca y est, tu as fini ? Tu me laisses tranquille ? Ca ne m’amuse pas. » je dis d’une voix tranchante en le fusillant du regard. Seulement, ça a plus l’air de l’amuser qu’autre chose. « Oh mais ce n’est pas un jeu ! » il me fixe d’un sourire carnassier qui me donne froid dans le dos. Est-ce qu'il serait capable de toucher au moindre de mes cheveux alors qu'aux dernières nouvelles je suis supposée être des leurs? Franchement le doute s'installe en moi. Je sais qu'il essaie de me faire peur et qu'il voudrait me voir le supplier de ne rien me faire, mais une part de moi me murmure qu'il serait capable de tout et je ne sais pas trop comment me sortir de cette impasse.
⇜ code by bat'phanie ⇝


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I'm an angel with a shotgun
All my friends are heathens take it slow. Wait for them to ask you who you know ∞

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6421-narcissa-amarillys-breckenridge-terminehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6425-narcissa-miroir-mon-beau-miroir#149272http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6426-narcissa-fiche-de-rphttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6427-narcissa-rien-de-plus-utile-que-l-ecrit-pour-economiser-la-parolehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6428-narcissa-hiboux-express

Arrivé(e) le : 12/08/2016
Parchemins rédigés : 558
Points : 4
Crédit : cranberry • Cara Delevingne
Année : 6ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Tasha E. Lennox-Blackwood & Professeur M. Burgess & Jayden S. Rosenbach

MessageSujet: Re: Way down we go [Cissy & Chleo]   Mar 30 Mai - 15:54

it's a matter of trust
narcissa & chleofee
way down we go

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Auparavant, j’avais tendance à apprécier le calme des cachots ainsi que son architecture. Ce n’était pas un endroit qui rassurait tout le monde, bien au contraire, mais même sans appartenir à Serpentard, je trouvais que cette partie du château assez relaxante et isolée du restant de l’école. Les imbéciles de ma promotion ne s’y rendaient jamais, ce qui était plutôt plaisant. Je n’irais pas jusqu’à dire qu’il s’agissait de l’un de mes lieux préférés, ni que j’y passais beaucoup de temps mais il m’était déjà arrivée, à l’approche des examens de juin, de me tenir contre les murs de dalles avec Anthea pour réviser nos cours. On esquivait la chaleur infernale et on était certaines que personne ne viendrait nous déranger. Evidemment, au niveau du confort, rien n’égalait la bibliothèque mais la fin du mois de mai signifiait qu’elle serait bondée. C’était tout ce que je ne supportais pas. La foule.

Aujourd’hui, les choses ont changé. Les cachots n’ont jamais autant rempli leurs fonctions de base et ils sont devenus le refuge des prisonniers des tortionnaires. Enfin, quand je dis un refuge… Je crois que ce n’est pas le mot le plus adapté. Disons plutôt qu’il s’agit d’une grande cage à bestiaux où la puanteur règne à cause du manque d’hygiène et où la maigreur des nés-moldus fait peine à voir. Je ressens déjà l’odeur des lits moisis, de la transpiration de ces filles et de ces garçons qui passent leurs journées à travailler alors que la chaleur tape sans pitié. C’est assez repoussant. Et si je suis ici à l’heure actuelle, c’est tout simplement pour raccompagner un de ces prisonniers dans sa geôle. Le Mangemort qui supervisait sa corvée a décidé de prendre sa pause ‒ ils se prennent vraiment pour des rois ‒ et il m’a donc chargée de raccompagner cette fille de troisième année. Les règles sont toujours les mêmes : ne pas s’inquiéter pour ces enfants indignes, les brusquer s’ils n’avancent pas vite et les punir si quelque chose aussi petit soit-il ne convient pas. Autant dire qu’au début, j’ai eu du mal à le faire mais j’ai su que je n’en avais pas le choix. De toute façon, je me suis bien doutée que prendre cette voie allait me faire vivre des choses assez horribles.

« Avance, ne fais pas genre que t’es déjà épuisée. Je trouve que tu n’as pas fait grand-chose, comparé à tes petits camarades ! » Je gronde à la fille.

Je lui jette un regard froid et, aussitôt, elle s’exécute en pressant le pas. Je vois bien qu’elle se sent vraiment fatiguée mais je ne peux pas me permettre d’être conciliante avec elle, ni de l’autoriser à reprendre son souffle. D’ici une trentaine de mètres, elle rejoindrait les siens et elle pourrait se reposer dans son lit miteux. Son train de vie, je ne l’envie franchement pas et il m’arrive de me demander comment j’aurais pu vivre la chose si je n’avais pas été de sang-pur. Je n’ai jamais apprécié la théorie comme quoi les sorciers seraient supérieurs aux moldus mais, dans ce contexte, je ne peux pas nier que mes origines sanguines m’ont en quelque sorte sauvée. C’est assez dégueulasse comme pensée mais c’est un fait.

« Allez, dégage. »

Je la pousse vers les grilles de sa prison et je laisse le Mangemort qui patrouille les environs ouvrir la porte et la refermer après son passage. Celui-ci me demande ce que je fais là et je lui explique que son ami m’a chargée exceptionnellement de ce boulot. Mon argument lui convient et il me laisse repartir. Je me retourne donc, l’allure bien droite et sans aucune émotion perceptible sur mon visage. J’ai tellement pris l’habitude de m’entendre plutôt bien avec les chefs de ce château que cela me parait presque naturel de collaborer avec eux. Pourtant, Merlin sait que je les méprise du plus profond de mon âme. Ce genre de déchet ne devrait pas exister et j’attends avec impatience le jour où ils tomberaient tous comme de la vermine. Je les ferais bien ramper à mes pieds pour ensuite les écraser comme s’ils n’étaient que des insectes. Ce serait juste jouissif.

Quittant le couloir des nés-moldus, j’oublie cette petite fille et pense au futur cours de défense contre les forces du mal qui aura lieu cet après-midi. J’ai normalement bien complété le devoir à rendre mais maintenant que j’y repense, je ne suis pas sûre d’avoir écrit tous les détails. Je l’ai terminé depuis quatre jours, cependant, une petite vérification ne serait pas de refus. Je me mordille la lèvre tout en réfléchissant à un livre que j’ai lu à propos des spectres de la mort et je traverse, à ce moment-là, une partie du couloir accessible par tout le monde. Deux voix me tirent de mes pensées et je relève la tête vers la direction de cette conversation assez agitée. Je me tapis derrière un angle et j’écoute, curieuse et intriguée par ce haussement de ton qui me semble très familier. Il fait plutôt sombre dans les cachots mais je distingue tout de même l’ombre d’une silhouette massive contre une autre, plus fine et féminine. Apparemment, elle n’a pas l’air ravie…

« Je n’ai jamais eu confiance en toi Eastwood, j’ai toujours su que tu te jouais de nous. Qu’est-ce que tu mijotes ? »

Eastwood… Comme je m’en suis doutée, il s’agit bien de Chleofee. Et, contrairement à ce que je pensais, elle ne fait visiblement pas l’unanimité chez les Mangemorts. Je trouve ça assez étrange, en sachant qu’elle a toujours bien accompli son travail et qu’elle s’est elle-même chargée de torturer la petite Gryffondor de l’autre fois.

« Tu veux rien dire ? Peut-être qu’un petit sortilège t’aidera à cracher le morceau, hein ma jolie ?
‒ Bon ca y est, tu as fini ? Tu me laisses tranquille ? Ca ne m’amuse pas.
‒ Oh mais ce n’est pas un jeu ! »


Cracher le morceau… Je ne sais pas pourquoi ce Mangemort est si certain que Chleofee n’est pas aussi digne de confiance qu’elle n’en paraît, mais cela cache quelque chose d’assez louche. Je n’aurais jamais suspecté cette fille, à la base. Après tout, elle fait partie de la bande de Aniek et même si Aniek m’a dit des choses qui laissent penser qu’elle ne soutient pas les méthodes de Blackman, je n’aurais pas cru qu’une des surveillantes de l’école puisse ne pas être fiable. En tout cas, il vaut sans doute mieux qu’elle penche vers le bon camp plutôt qu’elle soit une conservatrice jusqu’au bout. Cela la rend moins détestable, je suppose. En plissant les yeux, je vois l’homme sortir sa baguette, prêt à exécuter sa menace. Ca ne sent pas bon. Je pourrais très bien les laisser continuer leur petite affaire et faire ma vie à côté mais j’avoue ne pas apprécier la tournure de la scène. Ces gros cons qui se prennent pour des rois alors qu’ils ne sont rien me mettent presque en colère. Après quelques secondes de réflexion, je finis par sortir de ma cachette, la baguette toujours dans ma poche mais main prête à mettre la main dessus au cas où.

« Vous ne devriez pas faire ça. » Dis-je en m’avançant doucement vers le duo.

J’observe le Mangemort sans expression particulière même si j’ai l’irrésistible envie de lui jeter mon plus beau regard glacial. Mais il est inutile de le faire. Il faut traiter ce problème sans agiter le feu plus que cela.

« Et pourquoi ? » Me répondit-il en laissant échapper un rire gras.

A ses yeux, je ne suis sûrement qu’une simple élève ayant rejoint son camp mais je n’ai pas l’intention de le laisser profiter de la situation.

« Le directeur lui fait confiance. Elle est des nôtres, elle fait bien son boulot, non ? Elle n’a plus rien à prouver.
‒ Je ne crois pas que tu sois en mesure de me dire si elle fait bien son boulot ou pas. Tu devrais retourner en cours, gamine ! C’est une affaire d’adultes. »

A cet instant, je me retiens difficilement de vouloir l’égorger ‒ même sans arme blanche ‒, de l’étrangler ou de lui jeter un sort bien cuisant. Qu’est-ce que je déteste d’être prise pour une gamine par un grand imbécile qui, si je me rappelle bien des rumeurs, s’est fait battre en duel par un gars de sixième année lors de la bataille de fin octobre. Belle humiliation, je vous le dis.

« Donc, doit-on en conclure que vous ne faîtes pas confiance en notre directeur ? Que vous doutez de ses capacités à bien s’entourer ? Je ne suis pas sûre qu’il apprécierait que vous remettiez en cause ses choix.
‒ Je lui fais confiance, c’est un grand sorcier. Mais cela n’empêche pas cette idiote de pouvoir manigancer dans son dos. Je le sais. Et ça se saura !
‒ Vous avez des preuves ? »

Il grogne de mécontentement, suite à ma question. Son regard passe de moi à Chleofee puis d’elle à moi. Apparemment, ce ne sont que des suspicions. Rien est sûr quant aux véritables intentions de Chleofee…

« J’allais en obtenir avant que tu viennes nous casser les pieds, gamine ! N’est-ce pas, Eastwood ? »


Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7069-chleo-ma-vie-n-est-pas-un-conte-de-feehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7117-chleo-don-t-get-too-close-it-s-dark-inside

Arrivé(e) le : 10/11/2016
Parchemins rédigés : 57
Points : 0
PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: Way down we go [Cissy & Chleo]   Jeu 13 Juil - 10:37

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Chleo & Narcissa // WAY DOWN WE GO
⚜ Do we get what we deserve? Cause they will run you down, down til the dark and they will run you down, down til you fall ⚜

Dans le fond, je ne sais même pas pourquoi cet idiot à des doutes sur moi. Après tout, je n’ai rien fait de compromettant ! Je file droit depuis le début, exécutant à la lettre les ordres de Blackman, torturant même une pauvre gamine de 12 ans, n’entravant en aucun cas les actions de mes « camarades » Mangemorts. Alors c’est quoi son problème au juste ? La véritable question c’est … Pourquoi n’est-il pas tombé sous mon charme ? C’est peut-être un petit peu prétentieux dit comme ça mais ça n’en reste pas moins vrai. J’ai remarqué que la gente masculine étaient assez facilement séduite par mes atouts naturels, ce que j’ai su utiliser à bon escient à plusieurs reprises par le passé et qui s’est avéré fort utile. Bref, je ne vois qu’une seule possibilité si on suit cette logique. Ce troll est gay, est fou amoureux de Blackman et est totalement jaloux de moi, très certainement persuadé qu’il se passe quelque chose entre son maître chéri et moi. Oui, ça doit être ça. Ca ne peut de toute façon pas être mes actions de la journée, je n’ai rien fait d’irréprochable et je ne vois pas en quoi me promener dans les couloirs des Serpentards est incriminent. Ca ne prouve rien si ce n’est encore une fois que je suis profondément différente de ces énergumènes. Au moins, moi j’ai une humanité ! Il suffit de voir la façon qu’il a de me regarder et de dire que ce n’est pas un jeu… Evidemment que si, c’est une mascarade pour lui dans laquelle il prend un plaisir malsain. Et c’est vraiment flippant parce qu’il est évident que ce genre de personnes n’ont aucune limite. Ils sont capables de tout … Il sort sa baguette et je me fais force pour ne pas tressaillir. Je ne dois pas laisser les fantômes d’anciens souvenirs ressurgir ni montrer la crainte que je peux ressentir. Je préfère me concentrer sur ses yeux, cette partie du corps qui est couramment appelée « la fenêtre de l’âme » (bien que je sois prête à parier qu’il a déjà vendu la sienne) espérant pouvoir prévenir de ce qu’il compte me faire. Je n’ai aucun mal à comprendre qu’il est en train d’évaluer les pour et les contre. Toutefois, j’ai à peine le temps de commencer à paniquer qu’une voix féminine s’élève dans le dos de la montagne d’imbécibilité.

« Vous ne devriez pas faire ça. » Presqu’aussi étonnée de cette intervention que l’abruti, je parviens à glisser un regard vers la silhouette qui s’approche lorsque le mangemort se retourne. Narcissa. Qu’est-ce qu’elle fait par là ?
Je lui lance un regard surpris même si je ne suis pas franchement mécontente de la voir débarquer, surtout si c’est pour me défendre. Je ne vais pas cracher dessus. Je ne la connais pas plus que ça mais ne serait-ce que savoir que je ne suis pas seule avec cet autre psychopathe me rassérène.
« Et pourquoi ? » Je lève les yeux au ciel. Je pourrais lui donner un millier de raisons … Il a vraiment un cerveau ou bien ?
« Le directeur lui fait confiance. Elle est des nôtres, elle fait bien son boulot, non ? Elle n’a plus rien à prouver. » Ah bah voilà quelqu’un de censé ! Surtout que sans moi ils vivraient encore dans un tas de poussière.
« Je ne crois pas que tu sois en mesure de me dire si elle fait bien son boulot ou pas. Tu devrais retourner en cours, gamine ! C’est une affaire d’adultes. » De nouveau, je lève les yeux au ciel. Oh qu’il m’énerve celui-là.
« Donc, doit-on en conclure que vous ne faîtes pas confiance en notre directeur ? Que vous doutez de ses capacités à bien s’entourer ? Je ne suis pas sûre qu’il apprécierait que vous remettiez en cause ses choix.
‒ Je lui fais confiance, c’est un grand sorcier. Mais cela n’empêche pas cette idiote de pouvoir manigancer dans son dos. Je le sais. Et ça se saura ! »

Cette idiote ? Pardon ? C’est de moi dont il parle là ? Je commence à voir rouge. Je lui signifierai bien le fond de ma pensée, avec de préférence une bonne gifle qui va avec, mais Narcissa me prends de court, continuant sa joute verbale.
« Vous avez des preuves ? »
« J’allais en obtenir avant que tu viennes nous casser les pieds, gamine ! N’est-ce pas, Eastwood ? » Il se retourne vers moi avec un petit sourire machiavélique tandis que je le fusille du regard. Non mais pour qui il se prend ?
« Ah, ça y est, tu te souviens de mon existence ? M’en voilà honorée. Toutefois, je ne vois toujours pas de quoi tu parles. Tu n’as pas plutôt d’autres gamins à torturer plutôt que de nous ennuyer avec tes pseudos-complots infondés ? » je lâche d’une voix glaciale sans le quitter du regard. Il me cherchait cet idiot, et bien il m’a trouvé. Et autant dire que je ne compte pas me laisser faire et que quand j’en aurai fini avec lui, il le regrettera. « En tout cas, tu peux être certain que le directeur entendra parler de ces menaces si tu ne me laisses pas tranquille rapidement. » J’avance d’un pas conquérant dans sa direction, revitalisée par ce regain de confiance. « Et comment crois-tu qu’il réagira lorsqu’il apprendra que sa surveillante et décoratrice préférée s’est faite harcelée par un de ses fidèles ? » Il perd immédiatement de ses couleurs face à cette menace. Ah on fait moins le malin hein ? « Tu n’es pas sa préférée… » commence-t-il d’une voix incertaine mais je ne le laisse pas finir. « Alors avant que tu ne regrettes ce que tu t’apprêtes à faire, je te conseille de nous présenter des excuses pour nous avoir traité d’idiote et de gamine et de tranquillement continuer ton chemin. Peut-être alors envisagerais-je de ne rien dire à Monsieur Blackman. » Je réalise que j’y vais sans doute un peu fort et qu’il ne me pardonnera jamais cet affront mais je profite du fait que les jeux de pouvoir sont inversés. De toute façon, quoi que je puisse faire il ne m’appréciera jamais alors autant se défendre et montrer qu’il y a quelque dans ce petit corps. Alors, ça fait quoi de gouter au poison qu’on administre ?

Visiblement, ça ne l’enchante pas vraiment. Je dirais même que ça le met hors de lui. Je crois que c’est la partie excuse surtout. Il ne doit pas être du genre à en faire et ça ne m’étonne pas vraiment. Son regard fait plusieurs allers-retours entre Narcissa et moi, de plus en plus mécontent. Au fond de lui, je suis persuadée qu’il aimerait bien nous éliminer comme la misérable vermine qu’il nous voit et ne plus en parler mais il sait pertinemment que ce n’est pas possible. Son regard revient sur moi, plus dur et plus féroce qu’avant. « Je te laisse tranquille pour cette fois, Eastwood. Mais tu ne paies rien pour attendre. » Un éclair passe dans ses yeux et il s’approche d’un pas menaçant, m’offrant l’honneur de me retrouver plus proche que jamais des odeurs de son hygiène douteuse. Brr, j’ai envie de vomir. Je suis tellement focalisée là-dessus que je ne réalise pas qu’il a levé sa baguette vers mon visage. A dire vrai, dans l’immédiat, c’est bien le cadet de mes soucis. « Et je te jure que si Blackman entend quoi que ce soit de ce qu’il s’est passé ici … Je m’occuperais personnellement de ton cas. » Il me lance un dernier regard d’avertissement auquel je ne réagis pas, trop concentrée que je suis à retenir ma respiration pour ne pas mourir étouffée, avant de tourner les talons et de partir. Ouf. Sauvée. Je prends une profonde inspiration salvatrice avant de me retourner vers Narcissa Breckenridge. « Ca aurait pu être pire. Je ne sais pas ce que tu faisais dans le coin mais merci d’être intervenue. On n’aura pas eu nos excuses mais on l’aura quand même remis à sa place. Et ça, ça en valait vraiment la peine ! » Je lui lance un sourire complice. Depuis le temps que j’en rêvais ! Bien que je ne connaisse pas la Miss plus que cela, le fait qu’elle soit intervenue prouve bien qu’elle ne porte pas les Mangemorts dans son cœur plus que cela. Ca fait déjà un point commun !

⇜ code by bat'phanie ⇝


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I'm an angel with a shotgun
All my friends are heathens take it slow. Wait for them to ask you who you know ∞

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Way down we go [Cissy & Chleo]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard, 19 ans après. :: La Boîte à RPs :: 
La Boîte à RPs
-
Sauter vers: