AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Sometimes the good choices bring us to the wrong place [Naïa & Maddie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7573-madison-p-leynd-o-a-la-decouverte-de-la-petite-maladroite-dont-le-sourire-est-eternel-ohttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7578-madison-p-leynd-o-la-petite-maladroite-dont-le-sourire-est-eternel-ohttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7579-les-p-tits-rps-de-maddiehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7583-o-boite-aux-lettres-de-madison-ohttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7582-petits-courriers-pour-madison-envoyez-un-hibou-express-avec-edelweiss

Arrivé(e) le : 21/02/2017
Parchemins rédigés : 717
Points : 1
Crédit : You_Complete_Mess (crimsonday)-> Signature
Année : 2ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Aucun

MessageSujet: Sometimes the good choices bring us to the wrong place [Naïa & Maddie]    Jeu 20 Avr - 21:01

Sometimes the good choices bring us to the wrong place


Les étoiles pleins les yeux, je quittai mon cours d’Histoire de la Magie. Qu’est-ce que j’aimais ce cours! J’adorai apprendre des choses sur la Magie, des anecdotes qui expliquaient tant de choses à présent. Connaître des grandes figures de la magie! Savoir ce qu’ils ont fait pour aider et pour améliorer le monde magique et la magie à l’état pur! Très clairement, ce cours faisait parti d’un de mes cours préférés. C’était le cours qui me faisait rêver dans cet établissement qui me faisait la plupart du temps peur maintenant. La peur était présente partout dans les couloirs et surtout dans la grande salle. A présent, chaque fois que je passai un pied dans cette salle qui paraissait au début d’année si chaleureuse, les poils sur mes bras se dressaient. Heureusement que Roxy partageait son repas avec moi, nous pouvions discuter et le temps passait plus vite que de manger seule dans son coin en priant pour qu’il n’y ait pas de nouvelles punitions. M’égarant dans mes pensées, je descendais les escaliers en réfléchissant à ce que je pourrais faire durant mes heures de trous. Travailler? Ce serait sûrement bien, même si je n’avais pas de retard, même si j’étais même en avance, revoir quelques sortilèges ne me ferait pas de mal. Je regardais le temps dehors…il faisait tellement beau! Allais-je danser? Me promener dehors? Lire un bon livre? Rechercher des cailloux polis pour ma meilleure amie? A vrai dire, il y avait tellement de choses que j’aurais pu faire en cet après-midi que je ne savais pas par quoi commencer. Peut-être par aller aux toilettes justement!

Bifurquant à la fin des escaliers qui conduisait au troisième étage, je passais dans les couloirs, dans le but de me rendre dans les toilettes des filles. Peut-être que Mimi serait là? Ce serait sympa de parler avec elle! La dernière fois, je lui avais dis que j’allais être en retard alors j’avais un peu expédié notre conversation, moi qui est si bavarde, mais je lui avais promis que je reviendrais. C’était alors une très bonne excuse pour aller la voir! En marchant gaiement dans les couloirs je ne faillis pas remarquer la petite boule de poils qui se glissa entre mes pieds. Me retenant tout juste de pousser un cri, je regardai la petite souris - ou le petit rat?- qui venait de me passer entre les jambes. J’espérais qu’il allait se mettre à l’abri avant qu’un chat ne l’attrape. Pauvre petite bête…J’aimais bien les animaux, plus les gros que les petits, mais j’avais appris à les apprécier à force d’être en compagnie de Pouchie le petit rat de Roxy…le petit rat de Roxy? Et si c’était Pouchie qui venait de me passer entre les jambes? Je n’avais pas eu le temps de la voir…mais, si jamais elle s’était enfuie dans les couloirs? Qu’elle avait eu peur de quelque chose et que Roxy la cherchait? Ne devrais-je pas aller vérifier si le petit rongeur que je venais de croiser n’était pas celui de mon amie? Ma décision fut prise plus rapidement que celle de savoir ce que j’allais faire de mon après-midi. Désolée Mimi, mais je viendrais te voir une fois que je serais sûre que ce n’est pas Pouchie qui joue à James Bond dans les couloirs. Je scrutai de nouveau les couloirs en espérant ne pas l’avoir perdu de vue. Je le vis tourner au bout du couloir et me précipitai - en marchant - dans ledit couloir. Je n’avais pas trop le droit de courir mais c’est qu’elle allait vite la bébête!

« Mais attend moi! Ne t’en va pas! »

J’accélérai un peu le pas avant de me retrouver dans une impasse. Zut! Il était passé où? Il fallait absolument que je sache si c’était Pouchie ou pas! Même si cela m’étonnait qu’elle se soit échappée alors que Roxy la surveillait de près, je préférais quand même vérifier. Au pire, je remettrai la pauvre petite bête dehors, cela évitera qu’un chat la mange toute crue! A la voilà! Je partis en direction de la petite bête qui me regarda avant de pénétrer dans un placard qui était entre-ouvert. En faisait-elle exprès? Je n'aimais pas trop les endroits clos…et sombres…mais bon je ferais un effort cette fois. Je m’approchai du placard et me mis une main à l’intérieur pour chercher à tâtons la lumière. Quand elle s’alluma sous mes mains, je poussai un soupir de soulagement. Je n’aurai pas à chercher, le pauvre petit rongeur coincé à l’intérieur, dans le noir. J’ouvrai un peu plus le placard et pénétrai à l’intérieur.

« Petit rongeur? Où es-tu? Viens je ne te ferais pas de mal… »

Une poussière me passa sous le nez et j’éternuai. Ce placard était tout sale et il n’y avait pas beaucoup de place avec tous les balais qu’il y avait à l’intérieur. Je m’accroupis pour pouvoir chercher la petite bête au travers de tous les balais. Il ne manquerait plus que je renverse tout avec ma maladresse. Ne me portons pas la poisse, pour l’instant j’avais juste à la chercher des yeux sans toucher à rien. J’espérais juste que j’allais vite la trouver. Je n’avais pas prévu de passer mon après-midi dans un placard à balais!

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 25/08/2012
Parchemins rédigés : 1737
Points : 4
Crédit : Avatar : Maddie ; Signature : Faushtine & tumblr
Année : 5ème année (14 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?:
D'autres comptes ?: Milo ♣ Brooklyn ♣ Anoushka ♣ Blake

MessageSujet: Re: Sometimes the good choices bring us to the wrong place [Naïa & Maddie]    Lun 24 Avr - 17:10


❝ Sometimes the good choices bring us to the wrong place ❞Madison & Naïa
Je soupire, une nouvelle fois. Je m'ennuie ferme dans ce château. C'était drôle au début cette histoire mais ça ne l'est plus du tout. Ils sont bien gentils de faire un siège ici, mais faut-il encore qu'ils prévoient des "animations" intéressantes pour nous faire passer le temps. Les tortures ça va bien cinq minutes mais là c'est bon, ça en devient lassant. On a compris. Ils crient, ils pleurent, ils supplient, plus ou moins dans cet ordre là. Certains tentent de préserver la face, de contenir la douleur, mais ça se voit sur leur visage qu'ils ont un mal de chien. Au début je trouvais ça jouissif, aujourd'hui c'est coutumier, rien de plus. Si on pouvait passer à l'étape supérieur, ça pourrait être sympa. On ne va quant même pas resté indéfiniment dans cette école, il faudra bien qu'arrive un moment où on va sortir, non ? Parce que bon, c'est bien joli tout ça, mais j'ai une vengeance à organiser et même s'il y a de forte chance d'Octavia crève dans les cachots, sa mère se pavane avec mon nom de famille comme si c'était le sien et je déteste ça. Je pense que la honte c'est suffisamment abattue sur ma famille, il est temps de régler les comptes maintenant. Mais si on doit attendre que tous les sang de bourbes crèvent d'eux mêm pour avoir le droit de sortir, on a encore le temps. Ils ont beau puer la mort et être rachitiques, ils n'ont pas l'air d'avoir dit leur dernier mot. Grand bien leur en fasse, personnellement qu'ils vivent ou meurent, ça m'est bien égal, mais cette situation va devoir trouver une fin rapidement, d'une façon ou d'une autre. Que les Mangemorts décident de mettre un terme aux Sang de bourbes ou que ces derniers décident de se révolter, je m'en moque, je veux juste sortir d'ici, point. Je sais que je ne serai pas des plus populaire si on venait à "vaincre" l'oppresseur, mais est-ce que ça me dérange vraiment ? Pas particulièrement non. Je me moque un peu de ce que l'on pense de moi. Je suis une sang pure et je n'ai pas à en avoir honte. Ce n'est pas moi qui les ai mis dans les cachots ou qui les ai forcé à jouer les esclaves. Oui, je me délecte de la situation et alors ? Que puis-je faire d'autres ? Etre triste pour eux ? A quoi ça leur servirait sincèrement ? Me battre pour eux ? Je tiens à ma vie, merci. Alors oui, me moquer c'est mal, mais c'est tellement bon que je n'en vois pas le problème.

J'étais perdue dans mes pensées, dans le couloir du troisième étage quand j'entends le concierge qui est en train de réprimander un sang de bourbe parce qu'il a mal fait son travail. C'est un cafard le mec si vous voulez mon avis. Je parle du concierge, même si l'autre mérite également la même appellation, mais c'est encore une autre histoire. Je disais donc, j'entendais les cris de notre cher concierge et déjà il me tapait sur le système. On ne pouvait pas être tranquille dans cette école, il n'y a pas à dire. Je soupire, lasse, j'attrape mes affaires et je décide de changer d'étage. Je sens qu'il va en avoir pour un moment, le gamin en question n'a l'air de ne rien comprendre et là il est en train de fondre en larmes. Epuisé ou apeuré, je ne saurai le dire et je m'en fous. Je les ignore superbement tous les deux, ils ne méritent pas mon attention. J'hésite quelques instants, mais décide de descendre d'un étage. Je me dis que la voix à tendance à monter, plutôt qu'à descendre, c'est en tout cas la théorie, on va voir la pratique ce qu'il en est. Déjà c'est plus silencieux, ce qui est une bonne chose. Je m'installe donc vers le bord d'une fenêtre et observe le parc, me perdant de nouveau dans mes pensées. Et puis soudainement, après une petite dizaine de minutes, je vois passer en trombe une tête blonde. Elle a l'air de courir après quelque chose. Quelque chose, parce que si c'était quelqu'un, je l'aurai vu passer aussi et ce n'est pas le cas. Elle s'engouffre dans un placard. Mais qu'est-ce qu'elle fait ? J'observe le placard sans bouger, m'attendant à la voir sortir à tout instant, mais rien. Qu'est-ce qu'elle fabrique dedans ? Les gens sont sacrément bizarre. Le placard s'alluma et j'entendis éternuer. Ah ben oui, on nettoie tout le château, sans penser aux placards. Elle y mettait bien du temps là dedans, qu'est-ce qu'elle faisait ? Curieuse, je décidais d'y aller, juste pour voir. Peut-être qu'elle concoctait une potion illicite ou un plan machiavélique pour retourner le château ... Oui, je m'emballe un peu, je vous l'accorde, mais je vous signale que je m'ennuie ferme donc j'ai le droit. J'ouvre la porte et l'observe. « Mais qu'est-ce que tu fais ? » Lui demandais-je froidement. Oui, j'aime apparaitre comme froide et inaccessible, c'est mon petit plaisir. J'entends des pas s'approcher, c'est de nouveau le concierge avec le gamin. Hors de question qu'il se ramène ici, ça va être long et chiant d'expliquer ce qu'on fait dans ce placard. Alors sans ménagement, je pousse la gamine et j'entre à mon tour dans le placard. J'entre-ferme la porte et j'éteins la lumière. « Pas un bruit sinon je t'écorche vivante ! » Je ne laisse aucun doute quant au fait que c'était une promesse plutôt qu'une vaine menace. Le concierge râle, brasse de l'air, mais rien de plus. Et puis il finit par voir que la porte du placard n'est pas fermée. Je recule d'un pas, ça va être chiant de tout expliquer. Sauf qu'il ne fait pas ce que je m'attendais de lui. Au lieu d'ouvrir la porte pour voir s'il y avait quelqu'un à la l'intérieur, lui se contente de la fermer et de la verrouiller de l'extérieur avec sa baguette. Il n'est pas sérieux lui ?

© 2981 12289 0



« I'm lost ... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7573-madison-p-leynd-o-a-la-decouverte-de-la-petite-maladroite-dont-le-sourire-est-eternel-ohttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7578-madison-p-leynd-o-la-petite-maladroite-dont-le-sourire-est-eternel-ohttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7579-les-p-tits-rps-de-maddiehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7583-o-boite-aux-lettres-de-madison-ohttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7582-petits-courriers-pour-madison-envoyez-un-hibou-express-avec-edelweiss

Arrivé(e) le : 21/02/2017
Parchemins rédigés : 717
Points : 1
Crédit : You_Complete_Mess (crimsonday)-> Signature
Année : 2ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Aucun

MessageSujet: Re: Sometimes the good choices bring us to the wrong place [Naïa & Maddie]    Lun 1 Mai - 20:44

Sometimes the good choices bring us to the wrong place


Détrompez-vous, je n’aimais pas aller m’enfermer dans de petits endroits sombres qui devaient grouiller de toiles d’araignées et de petites bêtes que je n’appréciais guère. Mais il se trouvait que dans le placard dans lequel je m'étais engouffrée, il y avait un petit rongeur qui était peut-être celui de ma meilleure amie. Et même si ce n’était pas le cas je ne supporterais pas que quelqu’un lui fasse du mal. Il ne manquerait plus qu’un chat passe par là ou alors une personne folle qui aimait faire du mal aux animaux! Je ne pourrais pas supporter de ne pas avoir aidé cette petite boule de poils, et si c’était à quelqu’un, hein? Cela serait de la non-assistance à personne en danger…enfin à animal en danger! Oui vous avez bien compris, j’aimais les animaux…bon par contre pas les insectes et les araignées, ça j’aimais pas ça du tout du tout. Je savais pas pourquoi d’ailleurs…peut-être parce qu’il y avait trop de pattes. Oui c’est ça! Ils avaient trop de pattes, j’aimais pas ça! Bref, accroupie à l’entrée du placard je continuais d’appeler sans ménagement le petit rongeur qui n’avait pas l’air de vouloir montrer sa petite tête. Je faisais si peur que ça? Je paraissais si embêtante que ça? Je ne pensais pas, j’essayai de tout faire pour l’aider pourquoi ne venait-il pas me voir? Bon je sais j’étais pas très patiente sur le coup mais je m’étais dis que même si Mimi n’avait rien d’autre à faire que d’être dans les toilettes, je voulais aller la voir avant d’avoir des choses à faire, moi. Personne n’aimait cette pauvre Mimi alors qu’elle était très gentille au final! Moi je l’aimais bien, en fait moi j’aimais tout le monde. Et dès fois les gens m’énervait à se fier qu’aux apparence. Etait-ce parce que le petit rat avait les poils ras et une longue queue qu’il n’avait pas de sentiments? Non. Et c’était pour ça que je voulais absolument l’aider.

« Mais qu'est-ce que tu fais ? »

Une voix froide qui venait de l’extérieur du placard me fit violemment sursauter. Mais qui était-ce? Je n’eus guère le temps d’admirer plus longtemps les yeux bleus flamboyants de la jeune fille qui venait de m’interrompre dans mon sauvetage que celle-ci me poussa violemment à l’intérieur du placard. Comme si je n’y étais pas déjà assez enfoncée comme ça! Maintenant c’était sûr, j’allais croiser une araignée! J’allais ouvrir la bouche pour lui demander pourquoi elle m’avait poussé dans le placard quand je me rendis compte qu’elle était elle aussi dans le petit placard et qu’elle s’affairait à éteindre la lumière et entre-fermer la porte. Mais que faisait-elle? Pourquoi nous mettait-elle dans le noir? Pourquoi est-ce qu’elle fermait la porte? Mais pourquoi est-ce qu’elle ne parlait pas? Et pourquoi elle se reculait? Et pourquoi elle regardait dehors? Et pourquoi elle semblait faire la tête et…mais au fait…c’était qui? Ma bouche s’ouvrit toute seule mais elle m’interrompit avant qu’un seul mot puisse sortir de ma bouche.

« Pas un bruit sinon je t'écorche vivante ! »

Oh là! Mais c’est qu’elle était violente! Prestement je refermerai la bouche. Quand j’étais dans le noir avec une fille qui me parlait froidement et qui me menaçait de m’écorcher vive je préférais lui obéir et ne rien dire. Sa voix froide ne laissait pas sous entendre qu’elle disait ça juste pour me faire peur, mais qu’elle le pensait vraiment. Si je commençais à parler, je ne sortirai jamais de ce placard alors autant me taire pour l’instant. Mais d’ailleurs, pourquoi elle voulait que je me taise? Elle me laisserait sortir du placard quand au fait?

Je fronçai les sourcils quand des pas s’approchèrent du placard. Mais qui s’était encore? Le « quelqu’un » ferma la porte et j’entendis très distinctement le bruit qui s’échappe d’une porte lorsqu’on la ferme à clé…de l’extérieur! Le « quelqu’un » venait de nous enfermer! Dans un placard! Avec des araignées! Et une fille qui veut ma peau! Oh là là! Mais qu’est-ce que j’avais encore fait pour me mettre dans ce pétrin?! Légèrement paniquée à l’idée de rester toute ma vie à l’intérieur de ce placard poussiéreux où des monstres veulent s’accrocher dans mes cheveux, je finis par inspirer calmement et me mettre en tête tous les points positifs qu’il y avait dans cette histoire. Bon: 1) J’avais enfin quelque chose à faire cet après-midi! 2) J’étais sûr que le petit rat n’allait pas s’échapper à se faire manger par un chat. Je pourrais le reprendre et le remettre dehors, où à son propriétaire. 3) Bah même si elle ne voulait pas vraiment parler avec moi, j’étais pas toute seule!

Un peu sur les genoux, la tête dans les balais, je m’assis en tailleurs sur le sol en attendant de savoir ce que la jeune fille avec moi avait l’intention de faire. Je clignai des yeux afin de les habituer à l’obscurité et pus la détailler discrètement sans vraiment pouvoir savoir qui c’était. Elle était plus grande que moi, ça c’était évident. Elle avait de longs cheveux foncés…sans doute bruns ou noirs et puis tout à l’heure j’avais vu ses magnifiques yeux bleus! Sinon du côté caractère elle avait l’air un peu froide mais après si ça se trouvait c’était un peu comme Victoire, elle était peut-être super sympa au final! Bon même si elle avait pas l’air très pacifiste non plus…

Détachant les yeux de la nouvelles venue, je balayai de nouveau l’ensemble du placard des yeux sans bouger de ma place. Où il était le petit rat? Elle comptait remettre la lumière ou elle voulait qu’on reste dans le noir? D’ailleurs j’avais le droit de parler ou j’allais me faire guillotiner sur place comme Louis XVI? Préférant ne pas la fâcher et surtout ne pas mettre ma vie en danger comme me l’avait conseillé Jill, je restai silencieuse. Je tournai ma langue pleins de fois dans ma bouche histoire de ne pas l’ouvrir. Comment voulait-elle que je réponde à sa question si je ne pouvais pas ouvrir la bouche? Je savais rester silencieuse…enfin non la plupart du temps, mais bon sous la menace je n’en menais pas large. En ayant marre de rester assise par terre à chercher dans le noir sans pouvoir parler, je regardais de nouveau la jeune brune et quand son regard croisa le mien j’haussai les épaules et lui souris. A l’air de lui dire: « T’es bien gentille toi, mais je peux parler maintenant? Ou tu vas m’écorcher vivante comme tout à l'heure? T’a une idée pour sortir de là? Tu sais pourquoi il nous a enfermé? Et d’ailleurs pourquoi tu l’as aidé à nous enfermer?» Bon j’avais peut-être pas dit tout ça, mais en tout cas je brûlais d’envie de le lui dire.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 25/08/2012
Parchemins rédigés : 1737
Points : 4
Crédit : Avatar : Maddie ; Signature : Faushtine & tumblr
Année : 5ème année (14 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?:
D'autres comptes ?: Milo ♣ Brooklyn ♣ Anoushka ♣ Blake

MessageSujet: Re: Sometimes the good choices bring us to the wrong place [Naïa & Maddie]    Mar 2 Mai - 12:54


❝ Sometimes the good choices bring us to the wrong place ❞Madison & Naïa
La curiosité aura eu raison de moi. Mais en même temps, il n'y a tellement rien à faire dans cette école ces derniers temps que même une gamine un peu cintrée devient intéressante. Que faisait-elle dans ce placard ? Pourquoi y restait-elle ? Que cherchait-elle au juste ? Tellement de questions qui tourbillonnaient dans ma tête. Je savais au fond que la réponse ne m'intéresserait pas, qu'elle serait certainement aussi ennuyante que sa propriétaire, mais bon, je faisais tout cela pour le « cas où » ça ne serait pas le cas. Peut-être ai-je mis le doigt sur le mystère du siècle. Peut-être qu'elle fait partie de cette rébellion que je soupçonnais mais dont je ne connaissais aucun détail. Si je n'allais pas voir, je ne saurais jamais et je risquerais de passer à côté d'une information peut-être intéressante, voire mieux, monnayable. Non pas que j'avais besoin de cash, de ce côté là je n'avais pas réellement à me plaindre, mais tout se monnaye dans la vie, je pouvais gagner gros. A voir donc. Après quelques instants d'hésitation, je finis par délaisser mes affaires pour rejoindre la gamine dans le placard. De toute ma hauteur, je la surplombais, donnant une impression de supériorité. J'adore les mises en scène, je trouve ça très divertissant. De ma voix froide, je lui demande ce qu'elle fait dans ce placard. Visiblement elle ne prépare rien d'intéressant, elle n'est pas entourée de chaudrons ou de livres ou de quoi que ce soit qui pourrait me mettre sur la piste d'un mauvais coup ou autre. Non, elle a l'air de chercher quelque chose, mais quoi ? Alors là je n'en avais aucune idée. La gamine n'a pas eu le temps de me répondre que j'entends des pas dans le couloir. Je la pousse à l'intérieur sans grand ménagement. Je m'en fous si je lui fais mal, la priorité c'est de rester en dehors du champ de vision du concierge. Je me retourne vers elle pour lui intimer l'ordre de se taire, lui balançant que si elle l'ouvrait, je l'écorcherais vive. Elle ne me connait pas, elle ne sait donc pas que ce ne sont pas des paroles en l'air. Pourtant ça fait quand même son effet et elle referme la bouche aussitôt et ne moufte pas. Parfait, on ne se fera pas repérer à cause de cette gamine et je n'aurai pas des envies de meurtre, c'est toujours ça de pris.

Le concierge remarque la porte du placard entre-ouverte et décide, pour je ne sais quelle raison de la fermer, magiquement. Je n'en crois pas mes yeux. Il est encore plus con que je ne le pensais. J'aimerai jurer mais je me retiens, non pas par égare pour la mioche mais juste que si j'ai fait tout ça, c'est pas pour me faire griller par le concierge deux secondes après. Alors je ronge mon frein et j'attends qu'ils partent, lui et l'élève. Une fois que je n'entends plus de bruit, je tente d'ouvrir la porte, vainement. Je le savais, bien entendu, mais que voulez-vous, dans le doute, autant être sûr à 100%. « Mais quel abruti !! Il n'en loupera pas une celui-là ! » Dis-je dégoûtée. Il n'en loupera pas une. Même involontairement il ne sert à rien ce mec. Je commence à fouiller dans mes poches, dans mes manches, mais rien, je ne rencontre pas le moindre petit bout de bâton. « Hé merde ! » C'est plus de la poisse à ce rythme là, c'est définitivement un karma merdique. Peut-être l'ai-je bien cherché me direz-vous, mais votre avis, je m'en contre balance totalement pour être honnête. Je revois encore mettre ma baguette dans mon sac en quittant le troisième étage pour le deuxième. Et bien entendu, je ne pensais pas en avoir besoin, alors je l'y ai laissé. Mais quelle gourde, bordel. Je ne peux pas tenter de déverrouiller la porte … ou la faire exploser au besoin. Oui, pourquoi être délicate quand on peut se la jouer brutale ? Je soupire, dépitée et je me tourne vers l'intérieur du placard. C'est vrai que je ne suis pas seule et c'est bien dommage. Elle me regarde avec son sourire et je me demande ce qu'elle me veut. Je soupire une nouvelle fois et j'allume de nouveau la lumière. Le concierge est loin maintenant, on ne risque pas grand chose. Je suis maudite. « Quoi ?! » Lui demandais-je sans délicatesse. Oui, je sais, je lui ai dis que si elle parlait, je l'écorchais, mais c'était à cause du concierge, maintenant qu'il n'est plus là, elle peut bien reparler... enfin jusqu'à ce qu'elle me tape sur le système, bien entendu.

© 2981 12289 0



« I'm lost ... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7573-madison-p-leynd-o-a-la-decouverte-de-la-petite-maladroite-dont-le-sourire-est-eternel-ohttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7578-madison-p-leynd-o-la-petite-maladroite-dont-le-sourire-est-eternel-ohttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7579-les-p-tits-rps-de-maddiehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7583-o-boite-aux-lettres-de-madison-ohttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7582-petits-courriers-pour-madison-envoyez-un-hibou-express-avec-edelweiss

Arrivé(e) le : 21/02/2017
Parchemins rédigés : 717
Points : 1
Crédit : You_Complete_Mess (crimsonday)-> Signature
Année : 2ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Aucun

MessageSujet: Re: Sometimes the good choices bring us to the wrong place [Naïa & Maddie]    Sam 20 Mai - 20:17

Sometimes the good choices bring us to the wrong place


Un rat…c’était juste un rat après tout? Mais pas pour moi. Peut-être même pas pour Roxy. Sûrement pas pour Roxy! Et j’ai toujours aimé les animaux, d’ailleurs Perrin m’en a fait découvrir tellement que je les aime presque tous…bon faut juste bien avouer que je préfère pas que Morelle s’approche trop près de moi. C’est pas que je l’aime pas hein…mais c’est que…bah, je l’aime pas beaucoup non plus. Mais le petit rongeur qui venait de me passer devant ne ressemblait en rien à une araignée. Alors, tout ce qui n’avait pas plus de pattes qu’il devrait en avoir, étaient mes amis. Conclusion: il fallait absolument que je retrouve cette petite bête pour lui rendre sa liberté. Bien évidemment, il avait fallu que la petite boule de poils aille se fourrer dans un placard. Que je n’aimais pas trop en plus. Mais tant pis, je ne pouvais pas exclure la piste qu’il pouvait appartenir à ma meilleure amie! Alors j’y étais allée, malgré les araignées, les toiles, la poussière et tout ce qui allait avec un placard à balais…ah oui les balais aussi du coup. Mais le petit rongeur ne se laissait pas avoir aussi facilement que ce que j’avais voulu croire. Dans ma tête le plan était simple: aller dans le placard, renverser quelques balais (comme d’habitude quoi, je renverse toujours quelques choses sur mon passage), puis attraper le petit rongeur, vérifier qu’il n’était pas à ma meilleure amie ou à quelqu’un d’autre et sinon le ramener dehors avant qu’un méchant chat ne vienne le manger tout cru. Mais dans la réalité ça s’était passé un peu autrement. Certes j’étais bien dans le placard, certes je n’allais pas tarder à tout renverser pour retrouver la petite bête, l’imprévu c’était plutôt la fille qui m’avait poussé, qui avait fermé la lumière, la porte, qui nous avait fait enfermer et qui me demandait de ne pas parler avant que je ne me fasse embrocher sur un balai. Et j’espérais bien ne pas passer par là si vous voyez ce que je veux dire. Dans tout les cas je ne me laissais pas la moindre chance de parler, la fille avait l’air assez violente pour pouvoir vraiment le faire alors je me mordais les joues pour ne pas laisser échapper le moindre petit son.

Qu’est-ce que tu fais là? Pourquoi t’a fait ça? Pourquoi tu veux pas que je parle? Pourquoi tu as éteint la lumière? Et comment tu comptes me faire du mal? Et pourquoi tu veux me faire du mal alors que moi j’ai rien fait? Tu cherches aussi le petit rat? C’est le tien? Trop de questions étaient en train de se bousculer dans ma tête et pourtant je n’avais le droit de rien dire. La vie était cruelle quand même. Il avait fallut que je me retrouve enfermer avec une fille qui refusait que je pratique mon activité préféré…bavarder. Mais en y réfléchissant un peu plus, il fallait mieux ne pas pouvoir parler pour le moment et pouvoir le faire plus tard…vous ne croyez pas? Bref tout ça n’était pas bien pratique parce que dans le noir je ne pouvais pas retrouver celui que je cherchais. A part faire tomber tous les balais, ce que je sentais qui aller arriver, je ne pouvais pas faire grand chose accroupie sur le sol à sourire dans la noir à la jeune fille fort belle. Enfin fort…pas fort dans le sens grosse hein, fort dans le sens très très jolie je veux dire. D’ailleurs celle-ci continuait à dire des choses que je n’avais pas le droit de dire d’habitude. Dès qu’Ethan prononçait ces mots, ma Tata lui tirait les oreilles. Désolée Tata mais ne compte pas sur moi pour aller tirer les oreilles à une fille qui à des humeurs bizarres.

Quand elle ralluma la lumière et que je dû cligner des yeux pour chasser de ceux-ci les petits points noirs qui dansaient troublant ma vision, je finis par remarquer qu’elle n’avait pas l’air de meilleure humeur. Elle venait de fouiller dans ses poches et essayer d’ouvrir la porte. Hum…elle est au courant qu’on peut pas ouvrir une porte qui est fermée à clé? Tournant mon pied dans la poussière du placard je me mis à réfléchir sur ce qu’elle avait essayé de faire en cherchant dans ses poches. Pourquoi avait-elle été agacée de ne rien y trouver? Que cherchait-elle? Oh…peut-être que…Je cherchais à mon tour dans mes poches pour voir si je n’y avais pas laissé ma baguette. Je pourrais peut-être faire la sauveuse en faisant un petit sort très bien appris de mon cours de sortilège…ou alors je me prendrais juste la honte avant qu’elle ne m’arrache ma baguette pour lancer le sort elle-même. Mais rien. J’avais beau aller enfouir ma main jusqu’au plus profond de ma poche, elle n’était pas là. Où est-ce que je l’avais mise? Un petit souvenir traversa mon cerveau. Je me revoyais donner ma baguette à Roxy car je voulais aller au toilette et car j’avais peur de la laisser tomber dedans. Mince! J’allais pas pouvoir nous sortir de là dedans.

Je n’avais pas l’air plus paniquée que ça à l’idée d’être enfermée dans ce placard. Il ne fallait pas paniquer pour si peu. Ce n’était pas la première fois que je me retrouvais coincer quelque part. Et puis dès que l’on entendrait quelqu’un on aurait juste à crier et là on pourra sortir donc pas de problème! Tout va bien! Je ne voyais pas pourquoi elle était autant paniquée à l’idée d’être enfermée là-dedans, ce n’était quand même pas un drame. Le plus important pour l’instant c’était de retrouver le petit rat.

Quand je finis par la regarder une dernière fois avant de me remettre à ma recherche. Je fus un peu surprise par la violence avec laquelle elle me lança le « Quoi? » que j’avais bien mérité quand même. J’allais ouvrir la bouche pour lui poser une question avant de me souvenir que je n’avais pas le droit de parler avec elle. Déconcertée je fronçais les sourcils en fermant la bouche. Avais-je le droit de parler maintenant? Pourquoi me parlait-elle si elle savait que je ne pouvais pas répondre? Je lançais un petit coup d’oeil timide avant de lui dire d’une voix presque inaudible ayant trop peur de me faire frapper:

« Euh…je peux parler? Ou ton avertissement tient toujours? »

Je me sentais un peu bête de demander la permission de parler mais je n’y pouvais rien si j’avais un peu peur…mais juste un tout petit peu hein. C’est qu’elle était vraiment impressionnante la grande avec ses longs cheveux bruns et ses grands yeux bleus et puis surtout…contrairement à moi…elle ne souriait. Et croyez moi on fait plus confiance à quelqu’un qui sourit plutôt qu’à quelqu’un qui boude. Alors, en attendant d’avoir de nouveau sa permission, je me remis à chercher le petit rat presque persuadée qu’elle allait venir m’aider à récupérer son ami. Mais les balais menaçaient de tomber sans que j’aperçus la petite boule de poil. Quand je regardais de nouveau ma camarade de placard elle était toujours debout, plantée, là, à côté de la porte. Et elle me regardait comme si j’étais une dangereuse criminelle qui faisait des choses louches. Bah elle ne m’aidait pas? Me relevant doucement et époussetant mes vêtements je continuai de fouiller le placard du regard m’autorisant une petite pause pour élucider le mystère de la jeune fille qui continuait de me fixer, regardant sans doute chacun de mes faits et gestes pour savoir ce que je trafiquai là-dedans. Mais elle, qu’est-ce qu’elle trafiquait? Maintenant c’était sûr, elle n’était pas là pour le petit rat, alors pourquoi était-elle là?

« Bah, tu m’aides pas à le retrouver? »

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 25/08/2012
Parchemins rédigés : 1737
Points : 4
Crédit : Avatar : Maddie ; Signature : Faushtine & tumblr
Année : 5ème année (14 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?:
D'autres comptes ?: Milo ♣ Brooklyn ♣ Anoushka ♣ Blake

MessageSujet: Re: Sometimes the good choices bring us to the wrong place [Naïa & Maddie]    Lun 29 Mai - 12:19


❝ Sometimes the good choices bring us to the wrong place ❞Madison & Naïa
Je commence lentement à regretter d'avoir été trop curieuse. Mais c'est la faute des mangemorts aussi, à être si chiants. Si au moins on pouvait sortir, ne serait-ce qu'à Pré-au-Lard, de temps en temps, je m’ennuierais moins. Mais non, il ne faut pas, c'est interdit. C'est bien beau d'être un sang-pur, mais si on est aussi puni que les autres, je n'en vois pas l'intérêt. Toute cette belle propagande pour rien au final, on est traité comme les autres. Alors oui, je suis consciente, il y a des traitres à leur sang, mais c'est facile de les reconnaître quand même, pas besoin de punir tout le monde. On est une toute petite poignée à être réellement du côté de Blackman. Je n'embrasse pas totalement son idéologie, c'est vrai, que elle s'approche quand même grandement de la mienne, alors ça passe. Je ne vais pas ployer l'échine devant lui, ni servir de chair à canon s'il y a une nouvelle attaque. Mais à côté de ça, je ne vais pas non plus les dénoncer. Qu'est-ce que je m'en fous de la vie de mes camarades ? Qu'ils vivent, qu'ils meurent, c'est du pareil au même. Tant que Loki va bien, tout va bien. Alors oui, j'ai été peut-être un peu trop curieuse et le destin se venge en m'enfermant avec une parfaite inconnue dans le placard à balai, mais merde, j'aurai pu avoir ma baguette au moins. Je tâtonne dans tous les sens, mais rien. Je me tourne vers la gamine et tend la main vers elle. « Ta baguette !! » Lui dis-je d'une voix autoritaire. Je ne voulais pas qu'elle lance un sortilège pour nous sortir de là, je n'étais pas ici pour admirer ses prouesses en matière de magie. Je m'occuperai moi-même d'ouvrir la porte, quitte à la faire exploser s'il le fallait. Je constate avec grand déplaisir qu'elle non plus n'a pas sa baguette. Mais ce n'est pas possible, qu'est-ce que j'ai fait pour mériter ça ? « T'es pas sérieuse ? Ne me dis pas que t'as pas ta baguette ?! … Mais parle bon sang ! »

La voir garder le silence m'agace maintenant. Elle me regarde, avec ses grands yeux bleus, me demander si elle peut parler, ça a le don de me sortir par les yeux. Elle me le demande d'une voix presque inaudible, son air timide me rend dingue. Non mais sérieux ? C'est quoi ces gamins dociles et fragiles qui demandent la permission de parler ? Je n'ai jamais été comme ça et ça ne me serais jamais venu à l'idée de demander l'autorisation de parler quand j'avais quelque chose à dire. Qu'est-ce que tu veux que ces gamins d'aujourd'hui deviennent les leaders de demain ? Tous des faibles. Je la fixe froidement, je n'ai définitivement pas envie de faire d'effort avec elle et je constate qu'il est si facile de lui faire peur que je vais continuer sur ma lancée. Au moins, si je ne peux pas sortir d'ici, je sais sur qui passer mes nerfs. « Mon avertissement tient si tu racontes de la merde, alors choisis bien ce que tu vas dire et ne m'énerve pas … » Ce qui n'est pas gagné, parce qu'elle de base m'énerve et cette situation m'énerve aussi, alors on est mal parti pour que je reste calme et diplomate. Je la vois farfouiller au sol et sincèrement je ne comprends pas ce qu'elle fait. Sur qui je suis encore tombée moi ? Encore une cintrée de service. Je croise les bras et l'observe en silence. Elle finit par se relever, s'épousseter et me demander d'un air étonné pourquoi je ne l'aide pas à le retrouver. Mais retrouver qui ? Qu'est-ce qu'elle fout dans ce placard ? Et qu'est-ce qu'elle me veut ? Elle a cru qu'elle s'adressait à une âme gentille et charitable ? Elle m'a bien regardé ? C'est pas aujourd'hui que je vais devenir serviable. « Tu m'as prise pour qui ? Ton elfe de maison ? Je ne sais pas ce que tu cherches, mais tu peux toujours courir pour que je t'aide à « le retrouver » ma grande ! »

© 2981 12289 0



« I'm lost ... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7573-madison-p-leynd-o-a-la-decouverte-de-la-petite-maladroite-dont-le-sourire-est-eternel-ohttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7578-madison-p-leynd-o-la-petite-maladroite-dont-le-sourire-est-eternel-ohttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7579-les-p-tits-rps-de-maddiehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7583-o-boite-aux-lettres-de-madison-ohttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7582-petits-courriers-pour-madison-envoyez-un-hibou-express-avec-edelweiss

Arrivé(e) le : 21/02/2017
Parchemins rédigés : 717
Points : 1
Crédit : You_Complete_Mess (crimsonday)-> Signature
Année : 2ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Aucun

MessageSujet: Re: Sometimes the good choices bring us to the wrong place [Naïa & Maddie]    Mar 13 Juin - 20:25

Sometimes the good choices bring us to the wrong place


Cela m’apprendra à vouloir toujours aider les autres. A la fin, même si c’est une bonne chose on ne va pas se le cacher je ne me vois pas vivre en souriant sans aider les autres, cela finira par m’apporter des mésaventures. Je ne voulais absolument pas juger sans même connaître, je n'étais pas comme ça, mais il fallait avouer que la jolie brune en face de moi n’était pas des plus polies et des plus pacifiques. Dans quoi tu t’es encore embarquée Madison? Réfléchissons…qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ça? Pas grand chose, le rat était-il de mèche avec la jeune fille en face de moi? Je ne croyais pas, sinon elle aurait chercher à le récupérer au plus vite au lieu de me faire peur en me disant qu’elle allait me trancher la gorge, m’étouffer avec un balai, m’enfoncer l’aspirateur dans le ventre où autres choses dont je n’osais même pas imaginer le nom. Le pire dans tout ça, était sans doute le fait que j’essayai d’être gentille avec elle et qu’elle n’en avait rien à faire et qu’elle me parlait encore plus mal. Mais bon, je n’était pas sa maman, je n’allais pas lui dire comment me répondre surtout qu’elle était plus grande que moi. Un jour j’ai trop embêté Ethan à la maison, alors la seule chose qu’il m’a dit c’est « Ecrase Madison tu me fatigues! Je fais et je parle comme je veux! ». J’avais écraser une bête par terre mais apparement c’était pas ce qu’il avait voulu dire. Depuis ce jour là je m’étais contentée de me taire à chaque fois que quelque chose ne me plaisait pas. C’était mieux pour tout le monde et surtout pour moi.

Quand elle avait tendu la main en me demandant…enfin en m’ordonnant ma baguette, j’avais secoué la tête négativement comme une petite fille perdue. Je n’étais pas habituée à ce qu’on soit autant violent avec moi. Si elle avait pas compris que je voulais aussi sortir et que j’avais moi-même regardé dans mes poches pour voir si j’avais pas ma baguette c’est soit qu’elle était bête, soit aveugle, soit qu’elle ne faisait confiance à personne à part à elle-même. Inclinant doucement la tête je me dis que c’était plus pour la dernière proposition que je penchais. Je me mis à reculer à petit pas afin de me retrouver le plus loin possible d’elle. Comment ça j’étais pas sérieuse? A ce que je voyais, elle ne l’avait pas non plus et je ne lui disais pas: « Ah bah t’a pas ta baguette hein? T’es pas sérieuse quand même?! ». Cette fille avait le don de me…me faire peur? Non peut-être pas…enfin pas encore, mais en tout cas de me mettre mal à l’aise. Elle me demandait de me taire, puis de parler, puis de pas dire de bêtises sinon elle hésiterait pas à me faire mal. Vous feriez quoi à ma place? Je préférais jouer sûr et ne pas parler, mais j’allais finir par parler quand même avant qu’elle mette sa menace à exécution alors que je ne disais rien. Avec les gens qui change trop vite d’avis il valait mieux suivre leur tempo. Alors certes, il était peut-être rapide, quelques peu étrange et un peu flippant mais je ferais tout pour le suivre (pour ressortir vivante de se placard).

Je fronçai les yeux, mécontente qu’elle me pense capable de la prendre pour mon elfe de maison, y’avait marqué bourreau sur mon front? Je respirai un bon coup, j’étais perdue, je savais pas quoi faire ou plutôt je ne savais plus comment réagir. D’habitude les gens étaient plutôt gentil avec moi et c’était tellement simple d’être gentille. Ou alors, il n’était pas méchant mais j’arrivais à trouver une petite flamme, une petite étincelle en eux qui les rendait beau. Mais avec cette fille, je ne voyais du moins qu’en surface, du froid et de la douleur. Je n’avais vraiment pas l’habitude d’être avec ce genre de personnes et j’avais tellement peur de faire quelque chose de mal que je préférais ne rien faire. Le problème en faisant ça c’est que je m’exposai au risque de l’énerver et croyez moi quand vous vous retrouvez devant elle, la dangerosité faisait ombre à toute sa beauté extérieur. Allez Maddie respire et réfléchis. Euh réfléchis bien, pas trop et vite.

Après un moment de doute où je ne cessai de fixer les balais à la recherche d’aide. Ne rigolez pas, je ne sais pas trop où je voulais la trouver mon aide…peut-être avec le petit rat mais il restait caché pour de bon. Merci pour ta sollicitude toi! Je pris ma décision. J’étais peut-être gentille, souriante, bienveillante avec tout le monde et j'aimais tout le monde mais je n’étais ni bête, ni stupide. Je n’allais tout de même pas me faire marcher sur les pied sans rien faire et je n’allais pas m’écraser comme une gentille fille devant cette fille qui n’essayait pas de faire le moindre effort et qui n’en a sans doute jamais fait. Comment j’étais en train de parler? J’eus du mal à me reconnaître dans mes paroles mais il fallait bien avouer la vérité. La vérité sortait bien de la bouche des enfants non? A mon tour je la fixai et croisai les bras sur ma poitrine. Ne te laisse pas faire mais va pas trop loin non plus Maddie, tu tiens à la vie quand même non?

« Je n’aurais jamais osé dire que tu étais mon elfe de maison, d’ailleurs c’est pas cool de dire ça »

Madison ne t’égare pas trop sur le fait que tu n’aimes pas les conditions des elfes de maison, sinon c’est toi qui finira comme eux « ma grande »! D’ailleurs d’où j’étais grande? C’était gentil ou pas?

« Je croyais juste que t’étais venue dans le placard pour retrouver le petit rat que je cherche depuis tout à l’heure. C’est pour ça que je t’ai demandé si tu m’aidais, parce que je pensais que tu le cherchais aussi »

J’aurais dû y penser plus tôt. Elle n’était pas là pour la petite boule de poils. Tant pis pour moi, je le retrouverais toute seule. Ce n’était pas ça qui était le plus embêtant mais surtout que je ne savais toujours pas pourquoi elle était là et que c’était quand même à cause d’elle qu’on en était là…Je ne lui ferais pas remarquer quand même. Je suis peut-être étrange mais pas folle.

« Mais d’ailleurs pourquoi t’es là si tu étais pas venue pour m’aider? »

Je levai un sourcil interrogateur. En voilà une bonne question. J’étais assez curieuse même de savoir qu’elle était son argument pour nous avoir fait enfermer dans un placard durant une bonne partie de la journée étant donné le fait que nous n’avions ni une, ni l’autre notre baguette (et qu’elle me le reprochait même si elle ne l’avait pas non plus). L’après-midi allait être longue...
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 25/08/2012
Parchemins rédigés : 1737
Points : 4
Crédit : Avatar : Maddie ; Signature : Faushtine & tumblr
Année : 5ème année (14 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?:
D'autres comptes ?: Milo ♣ Brooklyn ♣ Anoushka ♣ Blake

MessageSujet: Re: Sometimes the good choices bring us to the wrong place [Naïa & Maddie]    Mer 19 Juil - 11:45


❝ Sometimes the good choices bring us to the wrong place ❞Madison & Naïa
Ma curiosité me perdra. Me voilà donc enfermée dans un placard avec une gamine et aucune possibilité d'en sortir parce que cet abruti de Concierge l'a fermé à clé. Pourquoi a-t-il fait ça d'ailleurs ? Qu'il pousse la porte pour la fermer, je pouvais comprendre, mais pourquoi la fermer à clé ? Quel est l'intérêt ? Il a peur de quoi ? Que les balais prennent la fuite ? Que des amoureux viennent se bécoter ici ? Que des Sang-de-bourbes viennent s'y cacher ? Et ils font comment pour récupérer leurs nouveaux instruments de travail ? Quel abruti, vraiment, je le déteste, je le méprise, j'ai envie de lui arracher le coeur et le manger devant lui. Je suis vraiment entouré de crétins. Qu'ils soient mes camarades, encore ça pouvait passer. On pouvait se dire qu'ils évolueront avec l'âge, qu'ils finiront par devenir potentiellement des gens importants et donc intéressants. Mais là, très clairement, il n'y a plus aucun espoir pour le Concierge. Il a un job qui craint, une situation financière plus que précaire à mon avis et aucune estime de lui, le pauvre garçon. Déjà que de base l'être humain n'est pas intéressant, mais si en plus il ne fait rien pour s'arranger, je ne peux plus rien faire pour lui. Je veux bien le traquer et l'abattre au cours d'une chasse mais faudrait-il encore m'en donner l'occasion. La porte ne cède pas sous ma pression, c'est bien dommage. Je peux effrayer n'importe quel être humain mais je ne peux pas faire céder les objets. Si j'avais ma baguette, ça serait plus facile, mais elle est de l'autre côté de la porte, visiblement comme celle de ma comparse d'infortune. Elle ne sert à rien elle non plus. Je sais que pour le coup je ne peux pas dire grand chose, après tout si j'avais eu ma baguette, on serait sortie d'ici rapidement, mais quand même, elle aurait pu faire l'effort de soit avoir la sienne, soit être intéressante. Et là, très clairement, ce n'est pas le cas. Je m'attendais à voir des ouvrages joncher le sol, sur un sujet hyper intéressants ou alors en pleine préparation de polynectar ou je-ne-sais-quoi d'autre qui me laisserais à penser qu'elle fait partie de la résistance. J'aurai enfin trouver le maillon faible de cette histoire et je l'aurai torturé jusqu'à ce qu'elle me dise tout. Une fois chose faite, un petit oubliette et c'est réglé. Même s'ils ne seront pas stupide au point de ne pas remarquer qu'on avait oublietter un des leur, ils ne pourront pas savoir de qui ça vient et ça sera encore plus drôle. Les voir psychoter, avoir peur qu'elle soit tombée aux mains des Mangemorts et se demander quand ça allait leur tomber sur le coin de la gueule. Je me serais amusée de tout ça et en prime j'aurai des informations juteuses à négocier auprès de nos geôliers.

Mais voilà, il n'y a rien d'intéressant dans ce placard et je soupçonne cette blondinette de n'avoir aucun intérêt à mes yeux. Elle me parle des elfes de maison, soit disant qu'elle ne m'aurait jamais traité de ça parce que c'était pas cool. D'où elle sort elle ? Qu'est-ce qui n'est pas cool ? De traiter les autres d'elfes de maison ou alors d'avoir des elfes de maison ? Est-ce qu'elle voit ces petits êtres insignifiants comme une insulte ou alors est-elle révoltée par leurs conditions ? Ne me dites pas que je suis avec une fervente partisante du "protégeons les elfes de maison et offrons leur leur liberté et un salaire". J'ai un doute, pour être honnête ce n'est pas très clair, alors je suis prête à lui offrir le bénéfice du doute. Sauf que voilà, elle ne s'arrête pas en si bon chemin. Le petit rat ? Elle est sérieuse ? Elle a couru dans tout Poudlard pour retrouver un rat ? Il y en a à foison dans cette école, en quoi ce rat précisément est intéressant ? Elle veut faire quoi avec ? Je n'ai jamais compris les gens qui prenaient un rat comme animal de compagnie. En quoi est-ce cool d'avoir un rat .. ou un crapaud. Non mais sérieux les mecs, comment vous vous êtes dit "Tien, et si je prenais un rat ou un crapaud pour animal de compagnie ? Ca sera tellement affectueux et pas crade du tout." « Pourquoi t'as besoin d'un rat ? Pourquoi ce rat surtout en particulier ? Il y en a légion dans cette école, va dans les cuisines tu seras au comble du bonheur ... ou dans les cachots ... » Dis-je d'un ton amusé. Oui, je sous-entendais bien que les sang-de-bourbes étaient des rats et je n'avais aucun problème avec ça. Qu'est-ce qu'ils étaient d'autres sinon que des parasites, des nuisibles ? Ils n'avaient pas leur place ici au sein du château, j'étais totalement d'accord avec Blackman. Et s'ils pouvaient sortir de ma vie, j'en serais encore plus heureuse, surtout une sale blonde qui squattait chez moi en toute impunité. Ce que moi je faisais là ? Je me posais contre le battant de la porte. De toute façon il n'est pas prêt de s'ouvrir alors je peux y aller sans peur. C'était une bonne question. Je l'observais quelques instants, silencieuse. « J'ai cru ... espéré serait le terme juste ... que tu faisais partie de la résistance ... » Lui dis-je en la fixant de mes grands yeux bleus. Si elle avait la moindre réaction, je le verrais et je saurai s'il faut farfouiller dans cette direction ou pas. Es-tu intéressante petite gamine ou es-tu comme le reste du troupeau, sans intérêt ? Tant qu'aucun pas ne nous parviendra, nous époumoner pour appeler à l'aide ne servira à rien, alors je crois qu'on peut dire sans trop de problème qu'on a tout notre temps. « Je m'attendais à ce que tu fasses quelque chose d'illégale dans ce placard ... malheureusement j'ai été très déçue !! » Mais peut-être qu'en fouillant un peu, je trouverai des choses intéressantes sur son compte. « Tu sais quelque chose sur la résistance qui se prépare ? » Parce que je sais qu'elle se prépare. Je ne sais pas qui, ni où, ni quoi, mais je sais qu'il y a quelque chose. Je ne peux balancer aux mangemorts que Mael et cet abruti serait capable de ne rien dire donc autant faire de plus amples recherches.

© 2981 12289 0



« I'm lost ... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7573-madison-p-leynd-o-a-la-decouverte-de-la-petite-maladroite-dont-le-sourire-est-eternel-ohttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7578-madison-p-leynd-o-la-petite-maladroite-dont-le-sourire-est-eternel-ohttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7579-les-p-tits-rps-de-maddiehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7583-o-boite-aux-lettres-de-madison-ohttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7582-petits-courriers-pour-madison-envoyez-un-hibou-express-avec-edelweiss

Arrivé(e) le : 21/02/2017
Parchemins rédigés : 717
Points : 1
Crédit : You_Complete_Mess (crimsonday)-> Signature
Année : 2ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Aucun

MessageSujet: Re: Sometimes the good choices bring us to the wrong place [Naïa & Maddie]    Sam 29 Juil - 16:34

Sometimes the good choices bring us to the wrong place

Plus les minutes passaient, plus je me sentais mal à l’aise. Non pas parce que j’étais enfermée dans un placard. J’avais tellement l’habitude de me retrouver enfermée quelque part sans le vouloir que cela ne me faisait ni chaud ni froid, d’ailleurs quelqu’un passerait bien à moment par là et il entendrait quelque chose et puis de toute manière celui qui nous avait enfermé viendra récupérer ses balais…non? Enfin j’espérais. A vrai dire ce n’était pas le placard, la claustrophobie, ou même le petit rat qui ne daignait pas se montrer qui me faisait me sentir de plus en plus mal. Non, mais les grands yeux bleus de la jeune fille en face de moi qui me regardait comme si je n’étais qu’une souris et qu’elle, elle était un chat. Je voyais bien qu’elle était partagée entre le fait de vouloir me rejeter la faute dessus et le fait de ne rien dire parce qu’effectivement pour ma part je ne dirai rien si j’étais à sa place. Elle est venue me voir sans raison valable dans ce placard et c’est elle qui a fermé la porte alors que si la porté était restée ouverte, le concierge nous aurait vu. Trop polie pour lui faire remarquer je me contentais de lui sourire comme si les mauvaises ondes qui imprégnaient le placard ne pouvaient enlever le sourire de mes lèvres. J’étais comme ça et c’est comme ça qu’on me connaissait. D’ailleurs je ne savais rien de la jeune fille, pas son nom, pas sa maison, pas son âge. Hum…je réfléchis une fraction de seconde. C’était mon jeu préféré de devenir des informations sur les autres. Non je n’étais pas folle, j’étais pas non plus bizarre! Ce sont juste des jeux logiques et vu que le petit rat refusait de se montrer, qu’elle refusait de me parler et que je ne savais pas quoi faire, je n'allais pas me gêner.

Alors son âge…déjà elle est grande je dirais sixième année quelque chose par là en tout cas entre la cinquième et la septième. Quand à sa maison je n’avais pas trop d’indice pour ça. Il fallait croire que je devais laisser tomber mon petit jeu. Elle n'avait aucune affaire sur elle pour que je puisse savoir de quelle maison elle était. Peut-être que cela viendrait. J’arrêtai de la fixer, ayant inconsciemment peur qu’elle me fasse du mal, attendez elle avait menacé de faire je ne sais pas trop quoi avec l’aspirateur ou le balai alors je préférais être sur mes gardes. Sachant qu’elle n’avait pas l’air de très bonne humeur. Je voyais bien dans son regard que je n’étais pas vraiment une future amie pour elle, c’était même plutôt le contraire. Elle me regardait comme si elle allait me manger et cela ne rassurait pas beaucoup. J’étais une petite chose insignifiante à ses yeux cela se voyait mais à quoi bon, je ne la connaissais même pas et elle venait m’agresser dans un placard. Je veux bien être gentille mais j’aimerai bien qu’on soit gentil avec moi aussi. Visiblement je ne sais pas si la jeune fille à le même sens de la gentillesse que moi mais ce n’est pas grave, ça ne m’empêche pas, moi d’être gentille, de sourire et de répondre à ses drôles de questions. Pourquoi le rat? Euh…pourquoi j’avais été dans le placard? Je me souviens que je voulais aller voir Mimi dans les toilettes pour lui parler un peu et après j’avais vu le rat et…ah oui Pouchie! Je le relevai mes yeux bleus vers ceux tout aussi bleu de la jeune demoiselle et répondit avec un sourire.

« Non, non je n’ai pas besoin de petit rat, j’ai déjà un hibou. Mais j’ai ma meilleure amie en à un et il est très joueur je me suis dit qu’il lui avait faussé compagnie du coup je voulais vérifier si c’était lui ou pas. Puis je n’allais pas laisser le rat se faire manger par un chat, j’aurais été le ramener dehors au pire des cas. Mais visiblement il ne veut pas sortir de sa cachette »

Elle semblait amusé de sa remarque mais je ne compris pas pas son allusion au cachot et au cuisine. Bah non je voulais vérifier ce rat là, pas un autre! Pouchie aurait pu me suivre sans le faire exprès. Plus j’y repensais plus je me disais que j’avais dû me tromper, Pouchie ne faussait pas compagnie à Roxy comme ça et la jeune fille avait raison il y avait plein de rats dans le château. Maintenant c’était un peu trop tard pour avoir des remords. Mais quand je disais que j’allais trouver ce petit rat, j’allais le trouver! Il le pouvait pas m’échapper indéfiniment, le placard n’était pas si grand que ça, si? La jeune fille se posa sur le battant de la porte et je finis par m’assoir en tailleur sur le sol. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, m’assoir dans un placard à balai et attendre que quelqu’un vienne nous chercher ne m’embêter pas plus que ça. C’est vrai qu’à deux cela semblait mieux, mais j’aurais, sans vouloir vexer la jeune fille, tomber sur quelqu’un de comment dire…plus euh…moins euh…qui faisait moins peur? Je ne savais pas si c’était le bon mot à utiliser mais en tout cas je n’étais pas connu pour m’évanouir de peur à la simple petite contrariété. J’étais plus tenace que ça! Ne me défaisant pas de mon sourire, je continuai à regarder la jeune demoiselle qui sembla réfléchir avant de me dire des mots que j’avais je n’aurais osé imaginer. La résistance? Pourquoi elle aurait espéré tomber sur quelqu’un de la résistance? J’avais l’air de faire partie de la résistance? A vrai dire je ne comprenais pas trop où elle voulait en venir et cela me fit froncer les sourcils. Ses grands yeux d'un bleu profond me scrutait comme si je n'étais qu'un mystère à percer. Mais elle se trompait de personne, je n'abat ni un mystère, ni un coffre dont on à oublier la clé. J'étais un livre ouvert. Ca, elle ne semblait pas le savoir. Et d'ailleurs pourquoi quelqu'un qui s'enfermerait dans un placard serait de la résistance? Il fallait avouer que j'avais du mal à suivre la jeune fille qui me scrutait de son beaux mais froid regard. Elle s'expliqua. Quelque chose d'illégale? Je ne ferais jamais quelque chose d'illégale de mon plein grès! Si je le faisais c'est parce que j'avais des bonnes raisons, sinon ce n'était pas sur moi qu'il fallait compter pour faire des bêtises. Je relâchais mes épaules crispées et eut un petit sourire taquin en plissant les yeux.

"Je suis désolée de te décevoir mais je ne ferais jamais une chose pareil…mais qu'est-ce que tu t'attendais à ce que je fasse d'illégal dans ce placard? Qu'est-ce qu'on peut faire d'illégal dans un placard à part voler des balais?"

Je n'avais pu m'empêcher de m'excuser. Je n'aimais pas décevoir les autres et même si c'était un façon de parler, et même si je l'avais déçu justement car j'avais été une gentille fille, je me sentais obligée de m'excuser. C'était dans ma nature, on m'avait élevé de cette façon. J'avais essayait de plaisanter aussi. A peine cette phrase sortit je me suis demandée si j'avais bien fait de la dire ou pas. Je n'avais jamais voulu être méchante, juste joueuse. La jeune fille devant moi ne souriait pas. Jamais. Et cela lui donnait un air qui faisait froid dans le dos et je ne pus m'empêcher un frisson. J'étais sûre qu'elle pourrait être très jolie en souriant mais je gardais cette réflexion pour moi je n'avais aucune envie qu'elle me fasse du mal. J'avais gardé un petit sourire sur mon visage mais quand elle me reposa une autre question sur la résistance mon sourire, pourtant quotidien, s'effaça de mon visage. Je ne savais pas si je devais prendre ça juste pour la curiosité, pour de l'espionnage ou pour un méchant sous-entendu. Oui curiosité car la jeune fille voulait peut-être aider la résistance? Ou alors…espionnage car justement elle était contre la résistance? Etait-elle en train de sous entendre que si jamais je savais quelque chose je trahirai la confiance de ceux qui m'ont confier un secret, une mission? Il ne fallait pas que je me vexe, et il ne fallait jamais grand chose pour que je le fasse, et pourtant je croisais les bras contre ma poitrine en geste de défense. Plissai les yeux et planta mon regard aussi bleu, bien que plus clair, que le sien dans son regard.

"Pourquoi tu veux en savoir autant sur la résistance?"

Ma curiosité reprit le dessus et bientôt je me mettais à lui poser des questions sur ses motivations. Comme dans les films que Jay m'a fait voir et où on demande les raisons à quelqu'un pour un crime. Rien que de penser ça, je chassais dans ma tête la pensée que le juin fille en était peut-être une. Non, sinon elle m'aurait déjà tué non? Et une jeune fille ne pouvait pas être un criminelle…si? J'avalai difficilement ma salive. Apeurée je me demandais si je devais plutôt me taire ou continuer de lui dire ce que je pensais. Plus encore que la peur qui faisait battre mon coeur plus vite j'avais été blessée dans mon amour propre. Je savais pardonner. Vite. Bien trop vite mais je détestais qu'on me prenne pour une fille que je n'étais pas. Alors malgré mon coeur qui semblait sur le point de s'envoler je fis face à la jeune fille.

"Je ne sais rien…mais, même si je savais quelques chose, pourquoi je te le dirais?"

Je regrettais aussitôt mes paroles alors je me stoppai nette. Ce n'était pas de mon habitude de ne pas faire confiance aux autres mais la jeune fille semblait bien trop curieuse sur des sujets assez épineux. J'étais peut-être un peu trop naïve dès fois et peut-être même trop gentille mais je n'étais pas bête non plus et je savais quand on essayait de me faire cracher un morceau qu'on ne devrait pas savoir. Parce que j'en étais sûre maintenant, ça se voyait dans son regard, elle voulait une réponse, elle était déterminée, prête à tout pour assouvir sa soif de curiosité. Même sans jouer à mon jeu je savais à peut près dans quelle maison elle était. Mon voix penchait entre Serpentard et Serdaigle mais la curiosité de la jeune fille faisait pencher la balance vers la maison Serdaigle. De toute façon la jeune fille n'avait pas sa baguette, elle ne pourrait pas me faire du mal…si? Ayant réussis à percer un peu plus le mystère de la jeune fille que je ne connaissais toujours pas, je repris un peu contenance et arrêta de contrôler mes tremblements discrets qui cessèrent aussitôt. Si il y avait bien quelque chose qu'on me disait tout le temps c'est que je n'étais pas du genre à me laisser abattre. Je pouvais me faire impressionner, je pouvais avoir peur de quelqu'un, ne pas savoir quoi répondre, mais je n'abandonnais jamais quand j'avais une idée dans la tête.

"Tu ne fais pas partie de la résistance hein?"

Je laissais me regard chaleureux se poser sur la jeune fille parce que tout simplement je ne pouvais pas lancer de regard froid, je ne pouvais pas être méchante et odieuse. Juste perspicace. Alors même si je ne souriais pas avec ma bouche, je souriais souvent avec mes yeux. C'était peut-être dans certaine situation une faiblesse mais pour moi cela restait ma plus grande force.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 25/08/2012
Parchemins rédigés : 1737
Points : 4
Crédit : Avatar : Maddie ; Signature : Faushtine & tumblr
Année : 5ème année (14 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?:
D'autres comptes ?: Milo ♣ Brooklyn ♣ Anoushka ♣ Blake

MessageSujet: Re: Sometimes the good choices bring us to the wrong place [Naïa & Maddie]    Sam 19 Aoû - 11:25




❝ Sometimes the good choices bring us to the wrong place ❞Madison & Naïa

En quoi un rat peut-être affectueux ? Porteur de toutes les maladies que vous voulez, ok, ça je vous l’accorde, mais affectueux ? C’est répugnant, ça traine de partout, ça mange n’importe quoi et ça pue. Non, définitivement, je ne comprendrais jamais les gens qui prennent des rats comme animal de compagnie. Quant à ne pas vouloir le laisser bouffer par un chat … c’est bien dommage, au moins ça serait un peu fun de voir une bestiole dégoûtante se faire courser et tenter de sauver sa vie. Le plus amusant serait de voir le chat s’amuser un peu avec sa proie avant de l’achever. Oui, ça, ça serait divertissant, beaucoup que cette gamine en face de moi. Elle est tellement innocente, douce et gentille, elle me donne envie de vomir. Je parie qu’elle vit dans une famille aimante, où elle est chouchoutée et elle n’a jamais rencontré aucune difficulté. Elle doit aimer rendre service et doit être populaire dans son genre. La bonne amie, toujours serviable et gentille, à qui on peut se confier n’importe quand et qui est toujours de bons conseils. L’ennui incarné. « Au vu du nombre de rats dans cette école, c’est à se demander si les chats sont si bons chasseurs que leur réputation le laisse entendre ... » Je me doute bien que les propriétaires des rats évitent de les laisser se balader librement, de peur de justement ne plus les revoir, mais au delà de ceux domestiqués, on ne va pas me dire qu’il n’y a pas de rats dans les cachots. Et au vu du nombre de chats dans cette école, faudra me dire ce qu’ils foutent toute la journée, en dehors de pioncer. Enfin bon, ce n’est pas comme si la discussion m’intéresse vraiment ou que j’ai véritablement envie d’en savoir plus sur le sujet, mais vu qu’on est coincé ici, il faut bien faire tapisserie. Et ce n’est pas cette gamine qui va réellement m’intéresser. Grande protectrice des animaux, elle va se révolter à l’idée de voir de pauvres créatures se faire dévorer, alors qu’en réalité, c’est juste la nature. Dans le monde animal, c’est la loi de la jungle, pas de place pour le sentimentalisme. Et dieu qu’ils ont raison, on devrait prendre un peu plus exemple sur eux.


Mon dieu, que cette gamine est ennuyante et elle manque en plus cruellement d’imagination. Si c’est un rôle qu’elle incarne, je dois lever mon chapeau, on y croirait. Sinon va falloir qu’elle se détende un peu et qu’elle commence à faire marcher son cerveau trente secondes. Tu peux faire plein de choses illégales dans un placard. Le placard est un lieu comme un autre, à l’abri des regards. Personne ne pense à venir te chercher ici. Alors certes, ça reste un espace étroit mais en agrandissant l’espace tu peux faire beaucoup de choses. Cela dit, au vu de la taille de cette gamine, en dehors de lancer un wingardium leviosa, je ne la vois pas faire grand chose de plus. Elle a quoi ?! 11 ans ? 12 à tout casser. Je sais que certaines personnes font jeune, mais elle n’a pas plus de 14 ans, ça c’est évident. Non, je pense vraiment que j’ai à faire à une première année. Encore pure et chaste, innocente jusqu’au bout des ongles. Il aurait put être amusant de se servir d’elle en la manipulant, juste pour voir jusqu’où va sa crédulité. Mais actuellement, la seule chose que j’ai envie de faire avec elle, c’est me servir de sa tête comme bélier. « Tu manques cruellement d’imagination. Tu n’as définitivement pas grand chose pour toi. » J’espère que les années à Poudlard vont lui mettre un peu de plomb dans la tête, sinon la pauvre va être mal partie dans la vie. Elle va se faire manipuler dans tous les sens, trop naïve et gentille, elle se pliera en quatre pour faire plaisir aux autres. A la rigueur elle sera jolie, en tout cas si l’adolescence ne fait pas des ravages sur son beau visage. Parce que oui, elle a un très beau visage, doux, innocent, ça lui donne beaucoup de charme. Mais bon, combien de gamins beaux quand ils étaient gosses, sont devenus affreux avec la puberté ? « Mes félicitations la gamine, tu viens enfin de dire quelque chose d’intelligent … Non, je ne fais pas partie de la résistance ! » Je fais un pas en avant, sourire aux lèvres, la toisant de toute ma hauteur. « Moi je fais partie du camp des méchants, ceux qui torturent tes amis et y prennent beaucoup de plaisir. » En soit, je n’ai rien à me reprocher. On ne pourra pas vraiment m’en vouloir si les Mangemorts perdent cette guerre. Après tout, je suis “jeune et influençable”, j’ai le droit de me rallier au camp des vainqueurs pour ma propre sécurité. Même si au fond, on peut se douter que je n’ai peur de rien et que si je l’ai fait, c’est que ça arrangeait bien mes affaires. Les voir souffrir et les entendre crier, c’est plutôt jouissif. « Et si je suis ici, c’est que je veux des informations. Vais-je devoir te frapper pour les obtenir ? » Je fais un nouveau pas en avant. En soit, je ne compte pas réellement la frapper, mais j’aime l’idée qu’elle se pense prise au piège et sous ma mercie. « Alors on va reprendre : est-ce que tu sais des choses sur ce qui se prépare ? »


© 2981 12289 0




« I'm lost ... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7573-madison-p-leynd-o-a-la-decouverte-de-la-petite-maladroite-dont-le-sourire-est-eternel-ohttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7578-madison-p-leynd-o-la-petite-maladroite-dont-le-sourire-est-eternel-ohttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7579-les-p-tits-rps-de-maddiehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7583-o-boite-aux-lettres-de-madison-ohttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7582-petits-courriers-pour-madison-envoyez-un-hibou-express-avec-edelweiss

Arrivé(e) le : 21/02/2017
Parchemins rédigés : 717
Points : 1
Crédit : You_Complete_Mess (crimsonday)-> Signature
Année : 2ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Aucun

MessageSujet: Re: Sometimes the good choices bring us to the wrong place [Naïa & Maddie]    Mar 22 Aoû - 2:09

Sometimes the good choices bring us to the wrong place

Etait-ce l'odeur de la poussière ou bien les grands yeux bleus glacials de la jeune fille qui me donnaient mal à la tête? Peut-être les deux...peut-être plus l'un que l'autre à bien y réfléchir et je suis persuadée que vous savez pour qui penche la balance. Si jamais j'aurais dû, pour éviter de l'énerver me taire et surtout ne pas dire pourquoi j'étais là...eh bien je l'aurais fait. Mais que dire à une grande pas très sympathique au premier abord qui vous demande ce que vous fichez dans un placard avec le raffinement d'une grande oratrice? Je ne voulais pas lui mentir, cela aurait été mal placé de mentir surtout que je ne faisais rien d'illégal. Non. Je cherchais un rat pour vérifier que ce n'était pas celui de mon amie et c'était elle qui nous avait enfermée dans ce placard. Aurais-je dû m'excuser pour cela? Dans mon fort intérieur c'est ce que ma conscience me criait de faire pour essayer d'apaiser les choses. Mais si on m'avait bien appris un truc c'est que tant que je n'avais rien à me reprocher je ne devais rien à celui qui m'agressait sans raison. Pouvais-je dire qu'elle m'agressait? Pour l'instant non, mais ces yeux ne me donnaient pas envie de tester ses limites. Alors je restais sage, assise dans un coin du placard, abandonnant l'idée de retrouver le petit rat. Tant pis, je verrais plus tard, tout pendant que la porte était fermée de toute façon il ne pourrait pas s'échapper.

Ignorant le fait que la jeune fille me dévisageait, je continuai à sourire comme à mon habitude. On disait bien que le sourire adoucissait les moeurs non? Enfin je l'espérais mais cette jeune fille ne semblait pas fonctionner comme tout le monde. Je préférais ne pas rebondir sur le fait que les chats étaient des feignants car je me sentais exactement comme une souris prise au piège à cette heure là. Etait-elle en train d'insinuer qu'elle se retenait de me faire du mal? J'avalai difficilement ma salive. Je n'avais pas l'habitude de juger les gens, mais là c'était plus fort que moi et mon instinct ne me criait qu'une chose: "Ne la contrarie pas!". Alors j'allais tenter de le faire...si cet instinct s'appelait survie alors il fallait mieux que je le suive. Je ne savais pas pourquoi je me méfiais autant de la jeune fille mais mon sixième sens me disait tout de même de faire attention...alors par précaution je le suivais.

Naïvement et de manière franche je lui demandais ce que l'on pouvait faire dans un placard à part...prendre un balais? Que voulez vous faire dans un placard? Chercher un petit rat? Sans doute, mais au delà de ça, je ne voyais pas. Bon, apparemment je manquais cruellement d'imagination. Ce n'était pas une nouveauté cela dit alors je continuai de sourire mais quand elle dit que je n'avais pas grand chose pour moi, mon sourire s'effaça quelque peu et je levai un sourcil interrogateur. Je n'avais pas grand chose pour moi? Nous étions d'accord que je devais le prendre mal quand même non? Je n'avais pas grand chose pour moi? C'était méchant. Intérieurement j'étais blessée, mais je ne le montrai pas. Je n'avais pas l'habitude de montrer quand j'étais affectée par quelque chose.

"Parce que pour avoir quelque chose pour soit, il faut nécessairement avoir de l'imagination et faire des choses interdites dans les placards?"

Ne voyez nul l'intention de me moquer d'elle. Je n'oserai pas. Surtout pas quand j'étais enfermée dans un placard. Juste une curiosité qui m'avait poussée à ouvrir la bouche essayant de cacher l'amertume que laissait cette phrase dans mon ventre. Je secouai la tête, refusant de continuer à avoir de mauvaises pensées. Ayant reprit un peu d'assurance, un petit sourire refit surface sur mes lèvres. Encore une fois, ce n'était nullement pour l'énerver et se moquer d'elle, juste parce que c'était un réflexe. La jeune fille en face de moi avait de la détermination dans les yeux et cette détermination la poussait à être franche. Peut-être un peu trop? Non, on ne pouvait pas être trop franche. Ce n'était pas possible. Je fronçai le nez face à la suite de ses paroles. "La gamine"? Je n'affectionnai pas ce surnom autrement que quand Cruz me le disait avec gentillesse. Mais il n'y avait aucune gentillesse derrière le masque froid de le jeune fille - dont elle ne connaissait toujours pas le prénom - aucune gentillesse juste un désir de ce faire entendre. J'avalai difficilement ma salive. C'est bien ce que je pensais, elle ne faisait pas partie de la résistance et pourtant elle demandait des informations sur la résistance. Qu'est-ce qu'elle voulait vraiment au juste? Jouait-elle avec moi? Non. Encore une fois, elle était d'une franche à faire peur. Et elle commençait à me faire peur. Ne pouvait-elle donc pas arrêter? Pourquoi demander des informations qui ne lui était pas dû? Même pas à moi.

"Alors si tu n'en fais pas partie...pourquoi me poser des questions dessus?"

Il était clair, qu'elle souhaitait être au courant de leur plan pour...pour faire des choses qui ne me regardait vraisemblablement pas mais je n'avais pas pu m'empêcher de poser la question. Le sourire de la jeune fille se fit plus menaçant, elle fixa mes yeux du bleu électrique des siens et mon coeur fit un bond dans ma poitrine. Elle faisait partit des...des méchants? J'avalai difficilement ma salive essayant de ne pas voir le pas menaçant qu'elle avait effectué dans ma direction. Reste calme Madison, elle ne te fera aucun mal. En tout cas, je l'espérais. Mon coeur battait si fort dans ma poitrine que j'étais sûre qu'elle était capable de l'entendre et je ne l'espérais pas. Ce serait vraiment un signe de faiblesse et elle en profiterait. Je devrais avoir honte de penser ça d'une jeune fille que je ne connaissais pas mais mon coeur ne voulait vraisemblablement pas suivre ma tête et ne cessait de faire des bonds à chaque sourire ou chaque pas de la jeune fille. J'avais la gorge sèche, un peu déroutée et levai mes yeux bleus vers les siens.

"Quel...Quel est le plaisir à faire mal aux autres? Je ne comprends pas."

Et je ne comprenais vraiment pas quel plaisir on pouvait avoir à faire mal aux autres sans raisons. La jeune fille et moi étions très opposée. Elle préférait faire mal aux autres - sauf si elle ne disait ça que pour me faire peur - mais à en croire la lueur dans ses yeux...elle ne rigolait pas et c'est ce qui me fit encore plus peur. Alors quand elle avança de nouveau je ne pus m'empêcher de faire un pas en arrière. Je me sentais comme prise au piège. Comme une souris en face d'un chat. A ce moment là j'aurais bien aimé disparaître comme le petit rat pour ne pas qu'elle me fasse de mal car c'était bien de cela que l'on parlait. Elle voulait me frapper pour obtenir des informations que je n'avais pas et que je n'aurais jamais car je ne faisais pas partie de la résistance. Une partie de moi me disait de lui tenir tête mais l'autre était trop effrayée pour prononcer le moindre mot. Je cachais le tremblement de mes mains derrière mon dos. J'avais peur. Ou du moins je commençais à être inquiète. Je ne pouvais pas le cacher. Alors je me calmai intérieurement, essayai de maîtriser les battements de mon coeur qui tambourinait dans ma poitrine et levai les yeux vers la jeune fille qui me regardait de toute sa hauteur.

"Je te l'ai dit...Je ne sais rien. Mais même si je savais quelque chose...Je ne te le dirais pas."

La détermination se lisait dans mon regard. Je ne me laisserais pas marcher sur les pieds. Même si je n'aimais pas tenir tête aux autres, la jeune fille me faisait peur mais je n'avais pas l'intention de me laisser impressionner. Ou tout du moins, j'essayerai de le montrer. Ce qui était très loin de la réalité. Je sentais qu'elle pouvait me taper mais rien ne m'aurait fait changer d'avis même si je savais quelque chose. Même si elle m'aurait tapé je n'aurais rien dit. Je ne fais pas confiance au méchant et je suis loyale envers ceux qui me font confiance. Jamais je n'aurais trahi la confiance que quelqu'un m'aurait donné. Si la jeune fille avait pensé que sous le coup de le peur j'aurais dit des informations elle se trompait. Ne pas décevoir était bien plus important pour moi que de me faire taper. J'inspirai doucement, j'avais les mains moites et pourtant je ne quittai pas la jeune fille des yeux. Je n'avais rien à me reprocher, si elle me tapait...eh bien je ne pourrais pas l'en empêcher mais dans tout les cas, elle n'aura aucune information de ma bouche. Tout simplement parce que je n'en avais pas.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: Sometimes the good choices bring us to the wrong place [Naïa & Maddie]    

Revenir en haut Aller en bas
 
Sometimes the good choices bring us to the wrong place [Naïa & Maddie]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard, 19 ans après. :: La Corbeille :: 
Corbeille
 :: Les vieux RPs
-
Sauter vers: