AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 du rhum, des femmes, et d'la bière nom de dieu ! {Septembre 2022}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Invité

Invité

CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: du rhum, des femmes, et d'la bière nom de dieu ! {Septembre 2022}    Dim 16 Avr - 20:36


ft. Morgana Burgess, Gabrielle de Montfort & Aaron Winslow

du rhum, des femmes, et d'la bière nom de dieu !





La rentrée était passée, débutant comme toujours par l’habituelle répartition des nouveaux premières années. Cela faisait déjà une semaine, mais il y en avait toujours qui s’émerveillaient du monde des sorciers – du moins en ce qui concernait les nés moldus – et pleins qui se perdaient dans les couloirs. Combien de fois ais-je du raccompagner un élève en panique à son dortoir le soir venu. En même temps, mes appartements se situant au 7ème étage, j’avais du chemin à faire avant de pouvoir me poser.
Cependant, ce week-end n’allait pas être un week-end comme les autres. En effet, j’avais eu l’agréable – et désagréable – surprise de retrouver deux professeurs qui ont fait partis de ma promotion durant ma jeunesse. Le doux hasard a même voulu que chacun d’entre nous soit le directeur d’une des maisons de Poudlard. Bon il n’y avait pas que des bons côtés à ses retrouvailles. En effet, là où j’étais plus qu’heureux de retrouver mon camarade de beuverie et de connerie de l’époque – soit Aaron – j’étais extrêmement déçu de retrouver la tortionnaire de l’époque, miss Morgana. D’ailleurs mon petit doigt me dit qu’elle était tout aussi sadique qu’à l’époque.
Aaah, Burgess et moi c’était une grande histoire de mort. Oui, de mort, pas d’amour. Oh certes elle avait des attraits indéniables - * Ashley vomit * - et je crois bien me souvenir qu’à un moment de ma jeunesse je m’étais maintes fois surpris à me masturber en pensant à elle. Une époque révolue, cela va sans dire. Notre relation était basée sur de l’inimitié pure et dure, agrémentée de coup bas, d’insultes et de propagation de rumeurs toutes plus dégradantes les unes que les autres. La pro sang pur qu’elle était m’a toujours ennuyé, surtout après ce qui s’est passé durant ma 6ème année à Poudlard. Sombre histoire où je perdis contact avec tout mon entourage, y compris Winslow.

Mais voilà, les temps ont changé. Du moins en ce qui me concernait. Winslow semblait être resté le même. Quant à Burgess... et bien, je ne l’avais pas assez longtemps côtoyé pour savoir si elle était restée la même, mais son attitude austère lors des repas me laissait penser qu’elle n’avait pas vraiment changé. Certainement devait-elle-même pester envers la direction de Poudlard lorsqu’elle m’a vu débarquer dans le corps enseignant. Et je me ferais un plaisir sadique à l’emmerder jusqu’à la fin. Jusqu’à ce que l’un de nous deux décide d’arrêter l’enseignement, du moins.
Mais là n’était pas le but premier de ce début d’histoire. Enfin, si, mais plus tard. Car pour le moment, le plus important, c’était que ce week-end, j’avais prévu avec Winslow une petite soirée de retrouvaille et de débauche. Certainement allions-nous devoir découcher sur place, car si le serdaigle était toujours celui qu’il était auparavant, les verres allaient s’enchainer. Une bonne soirée qui s’annonçait donc ! Sauuuuuf si évidemment Aaron faisait tout capoter. C’est d’ailleurs ce qui s’est passé lorsque, le vendredi soir alors qu’on discutait tout en marchant dans les couloirs, il m’annonça qu’il avait invité Morgana.

Je m’étouffais avec ma propre salive. Il me fallut plusieurs minutes à cracher mes poumons avant d’enfin pouvoir réagir à cette information des plus scandaleuses.

« Tu as fais quoi ?! »

Il m’expliqua par la suite la situation. Le pourquoi du comment. Pourquoi il l’avait invité. Mais ce que je me demandais surtout, c’était comme il avait fait pour être ami avec elle. Après tout, c’était une salope sous couvert d’un masque d’indifférence, alors j’avais un peu du mal à croire qu’il était soudainement devenu pote avec ce genre de personnage. Peut-être avait-elle réussi à l’envouter avec une potion ? Ce n’était pas impossible, vicieuse qu’elle était. Elle n’était pas à Serpentard pour rien. Limite j’avais l’impression qu’elle était la digne descendante de Salazar.

« Je ne veux pas d’elle, » sortis-je alors d’un ton qui se voulait catégorique, coupant la parole à Winslow.

Mais il tenta quand même de me convaincre. Je pinçais les lèvres. Je ne savais pas trop si je devais accepter la présence de l’autre. Peut-être ferais-je mieux de ne pas venir ? Vu qu’apparemment Aaron et elle s’entendaient bien, ça leur fera une belle jambe de pouvoir se voir en tête-à-tête. Je me sentais légèrement trahi. C’était stupide, je le savais bien. Mais c’était mon ressenti.

Et au final, que se passe-t-il ? J’ai longtemps hésité, samedi soir aux environs de 20h, d’aller au lieu de rendez-vous pour qu’on parte tous ensemble, main dans la main comme si nous vivions dans le meilleur des mondes et qu’il n’y avait aucuns méchants pas beaux à l’horizon. Je ne sais pas pourquoi je décidais d’y aller quand même. J’avais toutes les raisons du monde de ne pas y aller. Morgana m’avait insulté, moi, mes parents, ma sœur, alors qu’on venait de subir la pire tragédie possible. Mort, torture et viol. Et elle s’en était réjouit. Alors je ne sais pas pourquoi je me retrouvais sur le lieu de rendez-vous, en compagnie de Winslow, attendant la jeune femme.
Les jeunes femmes, pardon. Elles étaient deux. Je n’avais pas souvenir d’avoir été prévenue de l’arrivée de Gabrielle, certainement car je fus bien trop choqué en entendant le prénom Morgana. Cela ne me gênait pas. La nouvelle semblait sympathique, et j’avais senti une bonne affinité entre nous lorsque nous nous sommes rencontrés lors de la réunion des professeurs à la rentrée. Le plus gros problème était plus Burgess qu’autre chose.

« Eh bien ! » m’exclamais-je alors, tentant de paraître joyeux. « On se retrouve à un plan à 4 ! Ca va être drôle. J’espère que vous tenez l’alcool ! »

Je tentais d’être enjoué, entrainant, mais le scepticisme transpirait par tous mes pores. Simplement à cause de Burgess. Malgré tout, j’avais décidé de venir, alors j’allais tenter de mettre ma vieille rancune de côté, en espérant qu’elle n’allait pas ressortir lorsque je serais bourré.

- Adrenalean 2016 pour Bazzart.


Revenir en haut Aller en bas

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5702-aaron-winslow-no-need-for-the-wand-finihttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5705-aaron-winslow-relationships-never-die#132001http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5706-aaron-winslow-fiche-de-rp#132009http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5707-chris-le-facteur-volanthttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5708-le-hibou-express-d-aaron

Arrivé(e) le : 23/12/2015
Parchemins rédigés : 261
Points : 2
Crédit : Moi et 5 secondes de ma vie
PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Zach E. Thompson

MessageSujet: Re: du rhum, des femmes, et d'la bière nom de dieu ! {Septembre 2022}    Jeu 20 Avr - 22:34

    Ouais bon, j’avoue, j’ai pas été des plus fins sur ce coup-là. Petit résumé de la situation : ayant repéré ce bon vieux Leonidas pendant la répartition des nouveaux élèves, c’était la joie. Retrouver un bon compagnon ça faisait toujours plaisir. Alors question de faire un peu la fête on a décidé de profiter du premier week-end de l’année pour aller boire un coup comme au bon vieux temps. On allait profiter de n’avoir pas encore beaucoup de travail pour aller se mettre une mine comme on avait pu le faire si souvent dans le temps. Même pas question de penser à rentrer ce soir-là. On finira à l’hôtel, comme toute bonne fin de soirée. Enfin ça, c’était le plan initial. Sauf que du début de semaine à la fin, il s’en passe des choses. Il s’en passent des discussions qui ne se passent pas comme elles devraient se passer (oui, beaucoup de passes dans ces deux phrases). Au détour d’une conversation avec Morgana, il y a fallu que je fasse mention de ce week-end. Et bon, après en avoir parlé, je ne pouvais laisser ça dans le vent, j’étais obligé de lui proposer aussi. Pas que ça me fasse chier pour le coup, le vrai problème je le comprendrai après. Et bien sûr, elle accepta. Je crois que je n’avais pas dû mentionner le nom de Leonidas… Ouais, parce qu’après tout ça, mais genre bien trop tardivement, je me rappelais. Le gryffondor, tout comme moi, avait une dent contre la serpentard. Et lui, il n’avait pas vraiment eu l’occasion de voir un quelconque changement. Je pouvais pas lui en vouloir, j’avais été comme lui. C’était plutôt à moi que j’en voulais de ne pas y avoir pensé. Bon, ben va falloir essayer d’arrondir les angles…

    « Euh, il est possible que j’aie peut-être probablement invité Burgess… »

    J’en menais pas large en lui annonçant ça. Et sa réaction fut sans appel celle que je pouvais imaginer. Il manqua de s’étouffer et s’interrogea. Je lui fis donc le résumé que je vous ai fait, en encore plus rapide parce qu’on avait pas vraiment le temps. Mais il n’était toujours pas convaincu. Bon, en même temps c’était une excuse assez peu recevable, j’en conviens. Il me coupa même avant la fin de mon explication. Pas comme si la fin aurait sauvé le début de toute façon. Bon, ben il ne me restait plus qu’à tenter de le convaincre qu’elle n’était plus si tyrannique.

    « Mais t’inquiètes pas, elle a changé. J’ai eu du mal à y croire, je peux comprendre qu’il en soit de même pour toi, mais moi, tu peux me croire, non ? »

    Vous vous en douterez, le speech était plus long que ça, mais j’ai pas envie de faire un truc à rallonge alors on va éluder un peu, mais l’idée c’était d’essayer de lui faire comprendre ce que je n’avais compris que récemment. Ce qui ne semblait pas des plus réussi, on verra bien ce week-end.

    Le jour J, à 20h, au lieu du rendez-vous. J’étais, quelque part, un peu soulagé de voir Leonidas qui ne s’était pas désisté. Je n’en menais toujours pas large, mais le voir arriver était déjà ça de gagné. A leur tour, les filles arrivèrent. Attends, comment ça LES filles ? Morgana, oui, normal, mais qu’est-ce que Gabrielle foutait là ? Bon, pas que sa présence soit dérangeante, au contraire, elle pourrait même un peu diluer l’effet de la présence de la professeure de potions. Mais c’était surtout que je n’étais pas au courant de sa présence, et Leonidas non plus à priori. Enfin, ça aurait pu être pire. On va bien voir ce que ça donne. Leonidas lança les hostilités d’un ton enjoué même si je savais très bien qu’il n’en était rien. Il avait mûri lui aussi, il devrait réussir à se tenir comme j’avais pu le faire au début. J’espérais juste pour lui, pour continuer l’analogie, que ça ne finisse pas comme la dernière fois que j’avais bu et que j’avais croisé Morgana




   
   
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5970-professeur-morgana-h-burgess-quel-plus-bel-art-que-celui-des-potions-termineehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5973-morgana-chaque-annee-un-nouveau-depart-et-de-nouvelles-tetes#138879http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6052-morgana-ecrire-cest-une-facon-de-parler-sans-etre-interrompuhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6053-morgana-hibou-express

Arrivé(e) le : 13/03/2016
Parchemins rédigés : 585
Points : 0
Crédit : delphie - Olivia Wilde
Année : Professeur de Potions & Directrice de Serpentard

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Tasha E. Lennox-Blackwood & Narcissa A. Breckenridge & Jayden S. Rosenbach

MessageSujet: Re: du rhum, des femmes, et d'la bière nom de dieu ! {Septembre 2022}    Sam 22 Avr - 13:35

a huge mistake
EXORDIUM.
Cela faisait un bon moment que je n’avais pas passé un peu de bon temps durant l’espace d’une soirée. Cela remontait même à beaucoup trop longtemps. Nous revenions certes des vacances d’été mais effectuer un voyage en compagnie de ma fille ne m’avait pas permis pour autant de pouvoir rentrer tard à l’hôtel puisqu’évidemment, je ne la laissais jamais seule dans ce territoire inconnu. Lorsqu’Aaron m’avait parlé de cette fameuse soirée à Pré-Au-Lard, j’avais été très sceptique. Je me souvenais encore de l’avoir vu revenir à Poudlard à une heure tardive en étant complètement ivre et, honnêtement, je ne ressentais pas l’envie particulière de le revoir dans cet état. Je n’avais pas répondu tout de suite, durant les premières secondes qui suivirent sa proposition et j’avais voulu refuser mais d’un autre côté, je devais bien avouer que la perspective de me détendre un peu pour fêter la reprise des cours était tout de même tentante. Une fois de temps en temps, ce ne serait pas la mort. Durant mes années étudiantes, j’avais d’ailleurs été très fêtarde et j’en retenais notamment de bons souvenirs. Ce qui m’avait finalement renfermée fut l’entrée dans la vie active. Parfois, cela me rendait nostalgique.

« Ce sera avec joie, Aaron. » Avais-je répondu en souriant.

D’un autre côté, ce serait l’opportunité de nouer encore plus nos liens qui, auparavant, avaient été tendus et froids. Nous venions à peine de nous réconcilier depuis ce voyage au Japon, donc j’espérais donner une nouvelle chance à notre potentielle amitié. Après tout, s’il me proposait de le rejoindre, c’était que lui aussi y croyait d’une certaine manière, n’est-ce pas ? D’ailleurs, par précaution, j’avais bien l’intention de prendre deux ou trois fioles de potions de lucidité.

La veille qui précéda cette soirée, j’avais pu brièvement parler avec Gabrielle. Il était vrai que la voir prendre un poste à Poudlard m’avait presque choquée et, lors de la répartition, je ne m’étais pas attendue à la revoir depuis toutes ces années. Au départ, je ne l’avais pas reconnue. Sans doute que le temps avait fait son travail, la faisant murir et me mettant de côté des souvenirs si lointains. Au cours de ma vie active, il m’était arrivée tout un tas d’événements qui avaient pris un poids considérable sur les autres. Notamment mes voyages à travers le monde. Voilà pourquoi cela m’avait surprise d’entendre son nom et son prénom de la bouche de McGonagall, pour l’introduire aux élèves. Par manque de temps, je n’avais pas pu lui parler durant les premiers jours d’enseignement. Mais cela ne signifiait pas pour autant que je n’avais pas été curieuse de savoir ce qu’elle était devenue. Nous n’en avions pas encore parlé en détails, nous concentrant uniquement sur le simple fait de se revoir après tout ce temps mais j’avais, dans le feu de l’action, décidé de lui parler de la fameuse soirée à laquelle Aaron m’avait conviée. J’imaginais bien que cela formerait une autre occasion ; celle de connaître un peu mieux la nouvelle Gabrielle âgée d’un peu plus de trente ans.

Ce soir-là, j’avais misé sur une robe noire, ni trop courte, ni trop longue. Ce n’était pas une robe trop tape-à-l’œil mais tout simplement idéale pour les petites soirées de beuverie au bar. Aux environs de dix-neuf heures vingt, j’étais venue chercher Gabrielle dans ses appartements. Parce que oui, elle avait accepté de venir et elle n’avait pas réfléchi pour le faire. Pour éviter les regards suspects des élèves, je m’étais bien évidemment vêtue de mon habituelle grande cape noire pour dissimuler ma robe et dans laquelle je cachai mes fameuses fioles de lucidité. Quant à mes escarpins, je les avais emporté dans mon sac à main après lui avoir fait subir un sortilège d’extension indétectable. Je ne les mettrai que lorsque nous arriverions à l’entrée du village car il était hors de question pour moi de me taper quinze à vingt minutes de marche avec. Lorsque ma collègue fut prête à son tour ‒ également vêtue de manière élégante ‒ nous veillâmes à ce que personne ne nous voie sortir du château. Il ne fut pas simple d’esquiver les vagues d’élèves qui pullulaient de partout mais notre mission fut tout de même réussie.

Le trajet fut animé par des conversations banales, tournant notamment autour des programmes scolaires et du fait que le Ministère venait de retirer les Aurors qui étaient censés surveiller l’école depuis l’attaque de la Fête Foraine. Cela nous occupa jusqu’à ce que nous poussâmes la porte des Trois Balais. Il ne me fut pas bien difficile de reconnaître Aaron mais je m’immobilisai aussitôt lorsque j’aperçus la présence de Léonidas Ziegler.

C’est pas vrai !

Mon visage se décomposa durant l’espace d’un instant mais je me ressaisis aussitôt lorsque Gabrielle, qui attendait toujours derrière la porte, commença à se demander pourquoi je la bloquais. Je ne répondis rien et me contentai d’avancer, mes talons claquant sur le sol, en prenant un air enthousiaste faussement naturel.

« Bonsoir à vous deux. Je me suis permise d’inviter Gabrielle, elle était très enchantée à l'idée de venir. »

De tous les conviés possibles, il avait fallu qu’Aaron fasse le choix le plus mauvais. Je n’avais plus rien contre Léonidas depuis toutes ces années mais j’avais très vite compris, peu après la rentrée, qu’il m’en voulait toujours pour ce que je lui avais fait à l’école, quand nous étions encore adolescents. Alors, évidemment, l’ambiance entre nous deux était aussi glaciale que celle que j’avais eu avec Aaron il y a des mois de cela. Je me dévêtis de ma cape et m’installai en face d’Aaron, ce qui positionnait Léonidas à ma diagonale. Je fis mine de remettre mes cheveux en place pour éviter que Léo ne voit mon visage et je profitai de ce moment pour lancer un regard accusateur et stupéfait à Aaron, du style : « Pourquoi il est là, lui ? Qu’est-ce que tu as fait ?! »

« Eh bien ! On se retrouve à un plan à 4 ! Ca va être drôle. J’espère que vous tenez l’alcool ! »

J’esquissai un sourire mais j’eus vraiment du mal à le conserver. En soi, cela ne me posait pas de problème de boire en sa compagnie mais j’avais l’intuition que le passé finirait par ressurgir. C’était bien ça, le gros souci. Je n’avais pas l’impression que Léonidas ferait un trait sur nos vieux différends…

« Pas de problème pour ça, je tiendrai. » Dis-je en leur faisant un clin d’œil amusé.

Puisqu'il fallait se supporter à quatre, autant faire en sorte que les choses se déroulent correctement, même si je détestais par-dessus tout jouer les hypocrites. Je ne l'aurais pas fait si Gabrielle n'avait pas été là.





The past is behind us
“We can easily forgive a child who is afraid of the dark; the real tragedy of life is when men are afraid of the light.” @marclévy ≈ vous revoir©️ alaska.



Dernière édition par Professeur M. Burgess le Mer 20 Sep - 1:51, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

Invité

CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: du rhum, des femmes, et d'la bière nom de dieu ! {Septembre 2022}    Mar 5 Sep - 19:20


ft. Morgana Burgess, Gabrielle de Montfort & Aaron Winslow

du rhum, des femmes, et d'la bière nom de dieu !





« Pas de problème pour ça, je tiendrai, » lança Morgana.

Si celle-ci était désagréablement surprise de ma présence, elle n’en laissa rien paraître – ou bien ais-je manqué le petit détail qui tue ? Toujours est-il que je ne pus m’empêcher de lâcher un petit rire mi-amusé mi-sarcastique mi-jaune. Oui, plein de mi. Il faut dire que j’ai du mal à voir miss Serpentard boire de l’alcool, alors imaginer qu’elle le tiendrait, ce serait d’autant plus surprenant.
Je tapais virilement l’épaule d’Aaron, non sans y rajouter un peu trop de forces pour bien lui faire comprendre que je n’étais pas spécialement heureux de la situation.

« N’est-ce pas Winslow ! J’ai encore des photos dossiers te concernant. »

Mon sourire se fit plus sadique. Tu m’obliges à subir Morgana ? Ok, pas de problème, mais tu allais souffrir de même. Car oui, il était bien évidemment hors de question que je sois le seul à subir cette situation, bien que je me doute que cela ne soit pas agréable du côté serpentard du groupe, Winslow aura lui aussi son lot d’horreur.
Enfin, cela est bien dommage pour la quatrième invité, qui se présenta sous le nom de Gabrielle de Montfort – que je connaissais déjà de vu étant donné qu’il y a eu une présentation de rentrée – professeur de botanique.

« Léonidas Ziegler, » me présentais-je à mon tour. « Fais gaffe à Aaron, c’est un dragueur vétéran. »

Hm ? Aurais-je oublié de dire qu’Aaron en aurait pour son grade ? Mah, j’en suis bien désolé ! Je reprends donc. Winslow en aura pour son grade. Cette soirée allait être à la fois chiante, énervante, et très très très très [...] très amusante. Bien que ce sera certainement à l’encontre des autres. Allons allons Aaron, ne perd pas ta verbe, tu ferais terriblement honte aux serdaigles.

« Allons-y ! Je paye la première tournée. »

Nous entrâmes donc dans le pub. A peine rentré que je me dirige vers le bar pour demander 4 shooters sur ma note, histoire de marquer un peu le coup de ces « retrouvailles » très attendues. Je n’attends pas très longtemps qu’il me serve tandis que les autres se réservaient une table proche d’un jeu de fléchette. Certainement une idée de Winslow. Un petit sourire au lèvre, je finis donc par apporter à la table 4 shooters ainsi que 4 bières au beurre pour commencer la soirée.

« A cette soirée aux allures inattendues donc ! »


- Adrenalean 2016 pour Bazzart.


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5702-aaron-winslow-no-need-for-the-wand-finihttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5705-aaron-winslow-relationships-never-die#132001http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5706-aaron-winslow-fiche-de-rp#132009http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5707-chris-le-facteur-volanthttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5708-le-hibou-express-d-aaron

Arrivé(e) le : 23/12/2015
Parchemins rédigés : 261
Points : 2
Crédit : Moi et 5 secondes de ma vie
PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Zach E. Thompson

MessageSujet: Re: du rhum, des femmes, et d'la bière nom de dieu ! {Septembre 2022}    Mer 20 Sep - 0:30

    D’un coup, je sentais que cette soirée n’allait pas être aussi joyeuse que prévue. Bon, je ne pouvais m’en prendre qu’à moi pour le coup, avec ma langue trop pendue. Je pourrais espérer que cette soirée soit l’occasion d’une réconciliation, mais connaissant les deux oiseaux, ça ne resterait qu’un espoir, et ne deviendrait jamais une réalité. Tout ce qui pouvait éventuellement arriver, ce serait qu’ils se tiennent tous deux à carreaux, qu’ils ne fassent pas trop de grabuge, que l’ambiance reste cordiale à défaut d’être amical. Mais ni l’un, ni l’autre ne tardèrent à briser cet espoir aussi. Morgana qui me jetais un regard accusateur, Léonidas qui me menaçait avec les dossiers de notre jeunesse. Ah ça, au moins je pourrai dire que j’ai réussi à les mettre dans un même camp, sur ce coup-là. Heureusement que Gabrielle était là pour remonter un peu mes chances de pouvoir profiter un peu de la soirée. Si elle n’avait pas trop changé depuis notre première rencontre sur une plage de France, elle saura mettre une meilleure ambiance que celle que les deux autres pourraient instaurer avec leurs différends. C’est déjà ça de pris.

    Maintenant, même si j’avais copieusement ignoré la première attaque de Léonidas, perdu entre mes pensées, une expression désolée à Morgana, et une autre de demande de pitié à Gabrielle… Par contre, la suivante, quand le Gryffondor se présente à cette dernière, c’était une autre histoire. Et en plus, il avait ciblé la bonne personne avec sa réplique pour que je puisse lui rabattre un peu son caquet.
    « Pas besoin de me présenter va, on se connait déjà, elle et moi. Dont cette info. »
    Autrement dit : t’as raté ton coup, tu ne sers à rien. On se connaissait plutôt bien, pour être franc. Peut-être même plus qu’elle ne l’aurait voulu avec les histoires de son père. Mais je ne comptais pas en reparler ce soir. Je savais que c’était un sujet sensible, et je ne comptais pas me mettre à dos la seule vraie alliée que j’avais. Bon, Morgana, je ne savais pas trop comment elle réagirait concrètement, à part ce regard accusateur. Mais dans le doute, on n’était jamais trop prudent.

    Après ces présentations avec la petite nouvelle, il était temps de se lancer dans le cœur de la soirée, et d’entrer enfin dans ce pub avec l’annonce de Ziegler qui comptait prendre la première tournée. Tandis qu’il commandait, j’emmenais les filles vers une table, près d’un jeu de fléchettes, au cas où j’aie besoin d’une diversion si la discussion venait à s’échauffer. Quand on fait une connerie, il faut savoir prévoir les coups à l’avance pour la rattraper si elle venait à déborder. Pendant qu’on se dirigeait vers cette table, et tant que Léonidas n’était pas avec nous, j’en profitais pour glisser à Morgana :

    « J’suis désolé, j’avais complètement oublié votre différend. Comme on a réglé le nôtre, j’ai pas pensé qu’il était dans la même situation que moi quand t’as débarqué au château. »

    Là, j’avais pas vraiment l’occasion de trouver une excuse factice. Dans ma situation, la seule carte qui fonctionnerait, c’était l’honnêteté. Ca ne suffira certainement pas à arranger l’ambiance, mais si ça peut au moins m’éviter ses foudres en plus de celles de Léonidas, ça m’arrangerait. Ce dernier revint enfin avec une bièraubeurre et un shooter chacun. De quoi commencer soft puis entamer les hostilités. Levant ma bière pour trinquer, je lançais un rapide « Santé ! » avant de prendre une gorgée. J’en aurai bien besoin, croyez moi. Et pour ne pas trop risquer de nouvelles attaques, il était de mon devoir de lancer un sujet de discussion pour détourner l’attention.

    « Alors, Morgana et Gab’, je vois que vous vous entendez déjà bien. » C’est pas comme certains, rajouterais-je si je cherchais le conflit. « Je suppose que vos matières respectives ont bien aidé, non ? »

    Bon, c’est pas ouf, mais c’est déjà ça. Avec un peu de chances, elles se lanceront d’elle-même dans un discours sur ce qu’elles trouvent bien l’une chez l’autre. Toute minute gagnée est bonne à prendre. Et puis, peut-être que si Gab’ fait l’éloge de Morgana, ça ferait des arguments pour calmer Léonidas…




   
   
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5970-professeur-morgana-h-burgess-quel-plus-bel-art-que-celui-des-potions-termineehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5973-morgana-chaque-annee-un-nouveau-depart-et-de-nouvelles-tetes#138879http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6052-morgana-ecrire-cest-une-facon-de-parler-sans-etre-interrompuhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6053-morgana-hibou-express

Arrivé(e) le : 13/03/2016
Parchemins rédigés : 585
Points : 0
Crédit : delphie - Olivia Wilde
Année : Professeur de Potions & Directrice de Serpentard

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Tasha E. Lennox-Blackwood & Narcissa A. Breckenridge & Jayden S. Rosenbach

MessageSujet: Re: du rhum, des femmes, et d'la bière nom de dieu ! {Septembre 2022}    Mer 20 Sep - 2:21

a huge mistake
EXORDIUM.
Aaron me décevait, ce soir. J’ignorais à quoi s’attendait-il en nous invitant, moi et Léonidas, mais je doutais fortement qu’il obtienne ce qu’il souhaite. Léonidas était bien trop buté, désagréable et il ne manquait pas de culot, ce qui me faisait penser qu’il n’hésiterait pas à me tacler de temps à autres. Et si cela venait à se produire, je ne me laisserais pas faire. Évidemment, je comptais bien me comporter en adulte tout de même, donc je n’allais pas me comporter comme je l’aurais fait auparavant à l’école. Néanmoins, j’aurais bien aimé épargner ces tensions froides à Gabrielle que j’avais invitée dans le simple but de refaire connaissance. Coincé entre nous deux, je me rendais bien compte que Aaron venait de reconnaître intérieurement son erreur. Que ce soit mon regard accusateur ou bien le rire presque sardonique de notre collègue, il devait bien avouer qu’il avait complètement foiré ses invitations. Léonidas ne manqua pas de le lui faire savoir en lui lançant une pique plutôt subtile mais qui ne passa pas pour autant inaperçu pour moi. Je savais bien qu’il avait cet instinct revanchard et qu’il comptait bien le faire payer à notre bon professeur de sortilèges. J’aurais été tentée de faire la même chose si nous n’étions pas réconciliés…

« Léonidas Ziegler, reprit-il en se présentant à Gabrielle. Fais gaffe à Aaron, c’est un dragueur vétéran.
‒ Pas besoin de me présenter va, on se connait déjà, elle et moi. Dont cette info. »


Gabrielle sembla s’en amuser tandis que j’arquai un sourcil plutôt étonné. Ils se connaissaient déjà ? Je l’ignorais et j’interrogeai furtivement Gaby du regard. Je n’aurais jamais imaginé qu’elle puisse l’avoir rencontré quelque part et je me demandais bien quelle relation avaient-ils bien pu avoir si j’en juge la réponse d’Aaron.

Rapidement après, Léonidas prit l’initiative de nous prendre des verres : une bière et un shot chacun pour bien commencer la soirée. Mon sourire parut bien plus forcé lorsqu’il nous annonça justement de payer la première tournée et je fus soulagée de le voir partir en direction du bar. Mon regard à l’égard d’Aaron se fit plus rude, cette fois-ci, et Gabrielle se pinça les lèvres, très intriguée de savoir ce qui se tramait. Nous le suivîmes jusqu’à une table à proximité des fléchettes. A cet endroit, il n’y avait que peu de monde pour le moment, ce qui nous garantissait un peu de tranquillité.

« J’suis désolé, j’avais complètement oublié votre différend. Comme on a réglé le nôtre, j’ai pas pensé qu’il était dans la même situation que moi quand t’as débarqué au château. »

Je soupirai d’agacement et je roulai des yeux. Non mais franchement ! Les bras croisés, je répondis avec austérité et dédain à la fois :

« Oublié ?! Non mais tu as vu la façon dont il me regardait au banquet de la rentrée ? On aurait dit que j’étais aussi détestable que Morgana le Fay, pour lui. Il ne me croirait pas si je lui racontais la vérité, tu le sais très bien. Et honnêtement, je ne pense pas que je puisse le supporter un jour. »

Un petit instant plus tard, le concerné revint avec nos fameuses boissons et je dus ardemment lutter pour ne pas tirer une sale tête à la vue de son visage espiègle et narquois. C’était à croire qu’il le faisait toujours exprès… Comment la directrice McGonagall avait-elle pu accepter de l’intégrer au corps professoral ?

« A cette soirée aux allures inattendues donc ! »
‒ Santé !

‒ A la nôtre ! » Conclus-je en même temps avec Gabrielle.

Nos pintes de bière levées, nous trinquâmes et bûmes notre premier gorgée. Cela faisait un moment que mes papilles n’avaient guère pu se délecter cette fameuse boisson. Je les avais sans doute trop habituées à celles d’origine japonaises durant l’été. Quoi qu’il en soit, je laissai le soin à Aaron ou à Gabrielle de briser le silence. Il était hors de question que je prenne de vaines initiatives alors que Léonidas était là. Aaron n’avait qu’à rattraper son erreur, tout simplement.

« Alors, Morgana et Gab’, je vois que vous vous entendez déjà bien. Je suppose que vos matières respectives ont bien aidé, non ? »

Je lance un regard complice à Gabrielle, le tout premier de la soirée. Oh oui, il y a beaucoup de choses qui nous entourent, elle et moi. Nous étions liées par une histoire commune qui n’avait duré qu’un an mais qui s’était tout de même révélée marquante.

« Pas seulement nos matières. Nous nous connaissons de l’université magique de Londres et plus exactement, nous nous sommes rencontrées en soirée lors de ma dernière année d’étude. » Dis-je d'une voix amusée.

Il y avait des détails que je devais passer sous silence, bien sûr, et je ne souhaitais pas les aborder et j’espérais que ma comparse en ferait de même. Non pas que j’en étais gênée mais cela ne regardait pas Léonidas, tout simplement. Je ne désirais pas qu’il sache que Gabrielle et moi avions passé une nuit de folie ensemble, complètement ivres, qu’elle avait tenté de se rapprocher sentimentalement de moi mais que je l’avais repoussée parce que je préférais les hommes et qu’à l’obtention de mon diplôme, j’avais tenté de me rapprocher d’elle à mon tour ‒ par expérimentation ‒mais j’avais dû m’éloigner d’elle à cause de mon entrée dans ma vie active qui s’était construite sur des voyages multiples…





The past is behind us
“We can easily forgive a child who is afraid of the dark; the real tragedy of life is when men are afraid of the light.” @marclévy ≈ vous revoir©️ alaska.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: du rhum, des femmes, et d'la bière nom de dieu ! {Septembre 2022}    

Revenir en haut Aller en bas
 
du rhum, des femmes, et d'la bière nom de dieu ! {Septembre 2022}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard, 19 ans après. :: La Corbeille :: 
Corbeille
 :: Les vieux RPs
-
Sauter vers: