AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Clean it up ! We want the company impressed ☛ Alaska & Tracy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7150-tracy-amelia-bennett-pour-etre-confirmee-dans-mon-identite-je-depends-entierement-des-autreshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7158-tracy-l-essentiel-en-enfer-c-est-de-survivrehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7162-tracy-bien-que-la-verite-et-le-mensonge-soient-jumeaux-la-verite-la-plus-agee-des-deuxhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7163-tracy-n-oubliez-pas-de-signer

Arrivé(e) le : 27/11/2016
Parchemins rédigés : 1716
Points : 13
Crédit : alice icons. (c)
Année : Cinquième

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Izzie & Jade.

MessageSujet: Clean it up ! We want the company impressed ☛ Alaska & Tracy   Dim 9 Avr - 23:53

Clean it up ! We want the company impressed
Alaska & Tracy

Les ecchymoses étaient douloureuses, et Tracy avait du opter pour un col roulé et de se couvrir entièrement, histoire que personne n’ait à remarquer qu’elles étaient là. Elle était déjà largement en retard sur les autres au niveau de leur travail… L’expérience leur avait sûrement appris à se montrer bien plus rapides et efficaces, tandis qu’elle peinait à se mettre à leur niveau, se faisait souvent réprimander pour sa lenteur, malgré ses efforts répétés. Sa confrontation à Naïa Rosenberg avait laissé des traces, pas seulement physiques, mais également une angoisse désormais ancrée qui lui faisait craindre chaque moment de solitude. Des cernes encadraient désormais ses yeux fatigués, si bien que son aspect fantomatique se renforçait chaque jour un peu plus. Cela lui convenait parfaitement ! Si seulement elle avait pu disparaître complètement, cela lui aurait épargné bien des soucis… Malheureusement, sa lâcheté n’avait pas fini de payer, et la note de frais sur la dette qu’elle avait encore à payer paraissait s’allonger toujours un peu plus… Maintenant, il s’agissait simplement de faire profil bas, de ne rien relever, et d’accepter tout ce qui pourrait lui arriver, tout en se montrant discrète lorsqu’elle entretenait une correspondance avec ceux de l’étage du haut qui ne la détestaient pas. Aussi, elle suivait généralement Oliver qui avait été chargé de lui montrer la manière de procéder sans protester, et s’affairait à la tâche, désespérant toujours un peu plus de son inexpérience, et des difficultés qu’elle rencontrait en ne terminant pas ses tâches de nettoyage assez vite. C’était la seule personne qui se montrait gentille avec elle ici, bien qu’elle ne comprenne pourquoi, aussi elle voulait à tout prix faire en sorte de l’aider au mieux, même si elle n’y parvenait pas toujours, et qu’elle devait redoubler d’attention pour veiller à ne pas laisser de traces de poussières ou d’empreintes digitales sur les vitrines de la salle des trophées. Mais ce midi, alors qu’ils étaient de vaisselle, elle avait peiné à avaler qu’Oliver ne pourrait pas l’aider.

« Pas de chance, faudra pas compter sur ton copain sang-de-bourbe pour te sauver la mise aujourd’hui, il taille la pelouse au ciseau. » ricana le mangemort qui l’accueillit aux cuisines. « Nettoie-moi tout ça, et si je ne vois pas mon reflet dans les couverts dans deux heures, tu serviras de spectacle sur l’estrade ce soir. » lui lança-t-il en disparaissant dans la galerie, la laissant désemparée dans les cuisines. « C’est moins facile que quand tu pouvais t’en sortir avec des craques, non ? »

Elle s’attendait à voir au moins un ou deux nés-moldus pour lui prêter main forte, mais il n’y avait personne ! Alors qu’elle tentait de rassembler un peu de détermination, celle-ci s’effondra tandis qu’elle découvrait, médusée la pile qui l’attendait. Elle était gigantesque, il y avait au moins deux repas avec tout ça, avec probablement le petit-déjeuner en prime… Retroussant ses manches avec réticence puisqu’elles laissaient paraître les quelques hématomes, elle s’empressa alors de se saisir d’un immense bac qu’elle voulut remplir d’eau avant d’y mettre sa main et de grimacer en réalisant qu’elle était froide. Comment parvenir à laver le tout dans ces conditions… ? Les poêles étaient encore huileuses, les casseroles débordantes de sauce… Les os de poulet n’avaient même pas été jetés au préalable, et elle ne put empêcher un haut-le-coeur en prenant entre ses doigts des épluchures pour les transférer dans la poubelle. L’odeur était nauséabonde, et elle se sentit complètement désemparée en arborant la pile, qui était bien plus haute qu’elle. Elle attrapa alors sans réfléchir l’une des assiettes pour la plonger dans le bas toute en frottant du mieux qu’elle put au moyen d’une éponge savonneuse, et de rincer sans trop perdre de temps. Au bout de quelques unes, elle dut se rendre à l’évidence… elle n’allait pas assez vite. Sans Oliver pour l’aider, elle allait mettre un temps fou, et sûrement dépassé le délai imposé par le mangemort. Il fallait se rendre à l’évidence, elle n’était pas bien douée… Elle passait visiblement bien trop de temps sur chaque ustensile, à tel point qu’au bout de dix minutes, ses doigts étaient déjà fripés et elle avait l’impression qu’elle n’avait pratiquement encore rien fait si ce n’était une minuscule partie. Elle était bonne pour une punition colossale ce soir si personne ne la rejoignait… Elle sursauta néanmoins en entendant la porte de la cuisine claquer, se retournant subitement sur celle qui venait d’entrer. Ce n’était pas un mangemort qui venait d’apparaître, mais bel et bien un visage familier qu’elle n’avait pas croisé depuis longtemps…

Emi Burton


I’m afraid, somebody else might take my place
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7423-alaska-can-anybody-hear-me-or-am-i-talking-to-myselfhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7451-there-is-no-friend-as-loyal-as-a-book-alaskahttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7452-parce-qu-il-faut-bien-se-sociabiliser-un-peu-alaskahttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7453-ecrire-des-lettres-c-est-bon-pour-les-apothicaires-alaskahttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7454-courtes-lettres-et-longues-amities-tel-est-ma-devise-alaska

Arrivé(e) le : 25/01/2017
Parchemins rédigés : 1061
Points : 0
Crédit : Emma Roberts (c) Cyrine
Année : 5ème année - 15 ans

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: Clean it up ! We want the company impressed ☛ Alaska & Tracy   Ven 14 Avr - 16:46

Tracy & Alaska
Clean it up ! We want the company impressed
V
oilà maintenant cinq mois que Blackman avait pris le contrôle sur Poudlard. Cinq mois que les nés-moldus se faisaient traiter comme de la vermine. Cinq mois qu’on les traitait comme des esclaves. La Alaska d’avant était bien loin maintenant. Elle qui adorait prendre soin d’elle, les beaux vêtements, les bijoux, le maquillage, les chaussures… Enfin bref elle aimait être la plus belle, mais sans jamais trop en faire puisqu’elle détestait attirer l’attention des autres sur elle. Elle préférait rester dans l’ombre. Aujourd’hui elle devait laver les toilettes, chose qu’elle n’avait jamais fait avant… Mais il faut une première fois pour tout et depuis ces cinq derniers mois, elle avait commencé à prendre l’habitude de récurer les toilettes. Et c’est dans ce genre de moment qu’elle se rendait compte que les élèves ne faisaient pas attention et qu’ils ne respectaient absolument pas la propreté. Après tout, ils s’en foutent, ils ne pensent pas aux pauvres nés-moldus qui allaient devoir tout laver. Non seulement les toilettes étaient vraiment super sales, mais il y avait aussi cette odeur… Cette odeur tellement horrible que vous avez l’impression de la garder sur vous-même des heures après avoir terminé le nettoyage. C’était sûrement la corvée que Alaska détestait le plus, c’était la plus humiliante, vraiment. Elle avait passé la matinée à laver, récurer les toilettes des garçons en plus. Comme si cette corvée n’était pas assez rabaissante, il avait fallu qu’un mangemort lui ordonne de s’attaquer aux toilettes des garçons. Comme toujours, la jeune fille s’était tu et elle s’était tuée à la tâche. Tentant de faire de son mieux pour faire disparaitre toutes les tâches mais également pour faire disparaitre cette odeur atroce. Plus d’une fois dans la matinée elle eut des haut-le-cœur. Je vous assure qu’elle attendait avec impatience cette fin de journée, ou du moins la fin de la matinée. Pour qu’elle puisse profiter pleinement de sa petite pause déjeuner. Enfin si on peut l’appeler comme ça, puisque durant ce break elle était censée manger. Mais les mangemorts étaient vachement radins niveau nourriture. Alors oui, certes elle ne mangeait habituellement déjà pas beaucoup, mais là elle était carrément soumise à ce régime strict imposé par ces mangemorts. Elle maigrissait à vue d’œil, déjà qu’elle avait un gros souci de confiance en elle à la base, mais tout ça ne l’aidait pas bien au contraire. Ça ne faisait que l’enfoncer et la conforter dans son idée : qu’elle n’était pas belle, trop mince, trop… Juste pas belle quoi.

L’heure du midi était enfin arrivée, elle allait pouvoir être tranquille pendant une petite heure. Alors qu’elle parcourait les couloirs, la tête baissée comme bien souvent, des mangemorts passèrent à ses côtés.  « J’ai hâte de voir l’état de la vaisselle tout à l’heure. » ricana le premier.  « Je suis sûr que la sang-de-bourbe Bennett n’aura même pas fait la moitié. » répondit le deuxième. Alaska continua son chemin faisant mine de n’avoir rien entendu. Alors comme ça Tracy était en cuisine aujourd’hui ? Elle était toute seule ? Bien souvent elle était avec Oliver, pourquoi n’était-il pas avec elle ? La Serdaigle lâcha un léger soupir. Elle avait promis à Dan qu’elle veillerait sur Tracy. Et elle n’était pas le genre de fille à faire des promesses en l’air. Si Tracy était vraiment toute seule pour faire la vaisselle ce midi elle n’aurait jamais terminé à temps. Et on sait malheureusement tous ce qu’il risque de se passer si elle ne termine pas la corvée demandée par les mangemorts. La brune l’avait déçue, et blessée. Elle l’avait énormément blessée, elle lui en voulait vraiment beaucoup. Mais non seulement Alaska avait fait une promesse à Dan, mais elle était également une fille très généreuse et de nature très gentille. Et elle savait très bien que si elle laissait la jeune fille toute seule dans la merde, elle allait s’en vouloir toute sa vie. La décision ne fut donc pas bien difficile à prendre, même si elle s’en voulait presque d’être si gentille avec tout le monde. Pour ne pas éveiller les soupçons, elle prit le chemin des cuisines sans faire demi-tour. Tant pis, elle allait devoir faire un détour mais c’était beaucoup plus prudent comme ça. Une petite dizaine de minutes plus tard, la jolie blonde arriva enfin à destination. Elle poussa doucement la porte des cuisines, jeta un dernier coup d’œil derrière elle pour être sûre que personne ne l’avait suivi. Et Tracy était bien au bout de la cuisine, toute seule. Pourquoi les mangemorts l’avaient laissée toute seule ? C’était certainement parce qu’ils savaient que seule, elle ne s’en sortirait pas et ils voulaient encore certainement se défouler un peu sur elle. C’était très puéril, mais ça leur ressemblait bien. Alaska avança sans un mot et s’arrêta à côté de la Serdaigle, la regardant travailler une petite seconde. « Si tu veux terminer à temps tu t’y prends mal… » lui dit-elle. C’était les premiers mots qu’elle lui adressait depuis qu’elle était arrivée dans les cachots. A l’aide de l’élastique qu’elle avait autour du poignet, elle s’attacha les cheveux en un chignon. Vite fait bien fait. C’était loin des coiffures qu’elle aimait habituellement se faire, mais elle faisait avec les moyens du bord. « Laisse-moi laver, tu essuieras. A ce rythme-là tu ne t’en sortiras jamais toute seule. » Elle lui accorda un bref regard avant de plonger à son tour les mains dans l’eau froide. Une grimaça se dessina sur son visage alors qu’elle attrapa une première casserole puis elle frotta encore et encore essayant de faire partir toutes ces tâches d’huile dégueulasses. Après cette casserole elle s’attaqua à une autre assiette, elle était plus rapide que Tracy. C’était l’habitude. Au début elle était aussi lente que la Serdaigle, mais avec le temps elle avait pris l’habitude et elle avait appris à gagner du temps.

© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7150-tracy-amelia-bennett-pour-etre-confirmee-dans-mon-identite-je-depends-entierement-des-autreshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7158-tracy-l-essentiel-en-enfer-c-est-de-survivrehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7162-tracy-bien-que-la-verite-et-le-mensonge-soient-jumeaux-la-verite-la-plus-agee-des-deuxhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7163-tracy-n-oubliez-pas-de-signer

Arrivé(e) le : 27/11/2016
Parchemins rédigés : 1716
Points : 13
Crédit : alice icons. (c)
Année : Cinquième

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Izzie & Jade.

MessageSujet: Re: Clean it up ! We want the company impressed ☛ Alaska & Tracy   Ven 21 Avr - 0:42

Clean it up ! We want the company impressed
Alaska & Tracy

Toute intrusion la faisait désormais sursauter, tout autant que la solitude lui était difficile à supporter. L’angoisse de voir surgir Naïa ou le garçon qui l’avait agressée dans les salles de cours était toujours présente, et elle peinait bien à faire abstraction de ce sentiment d’effroi. Mais elle ne tarda pas à reconnaître la personne qui apparut, pour l’avoir côtoyée durant bien longtemps. A vrai dire, de manière fréquente pendant leur première année, au cours de laquelle elles avaient été très amies, puis les suivantes, au cours desquelles elles s’étaient simplement contentées de cohabiter. « Si tu veux terminer à temps tu t’y prends mal… » Alaska. C’était Alaska. Médusée, les yeux de Tracy suivirent le parcours de la Serdaigle, qui intégrait elle aussi la cuisine. L’étonnement la laissa de marbre, tandis qu’elle observait son ancienne camarade prendre place à côté d’elle, et s’attacher les cheveux. Elle ne s’attendait certainement pas à ça. Ni à la voir ni… à ce qu’elle se montre cordiale. Les autres ne s’étaient pas gênés pour lui faire connaître leur colère, et leur ressentiment à son égard : mais elle, elle avait plus de raisons que les autres de l’être, et rien ne semblait pouvoir expliquer qu’elle ne l’était pas. Bien sûr, son ton était ferme, et ne laissait pas transparaître aucun sentiment ambigu. C’était une situation pour le moins étrange. Depuis combien de temps étaient-elles restées sans se parler… ? Il lui semblait que c’était dans une autre vie. « Salut… » bredouilla-t-elle avant de se dire qu’elle avait sûrement l’air plus ridicule qu’autre chose, après trois ans de silence. « Je ne suis pas très douée, je sais bien… » se justifia-t-elle avec peine. Elle n’avait certainement pas envie de préciser que, contrairement à son interlocutrice, c’était probablement parce qu’elle s’était arrangée pour s’épargner le calvaire qu’ils avaient été eux contraints de subir injustement. Alors certes, ils avaient forgé leur expérience, mais à quel prix…

« Laisse-moi laver, tu essuieras. A ce rythme-là tu ne t’en sortiras jamais toute seule. » Ses yeux s’arrondirent lorsqu’elle la vit plonger ses mains dans l’eau froide. Qu’est-ce qu’elle faisait… ? Est-ce que c’était pour l’aider ? Ne se rendait-elle pas compte de ce que cela impliquait… ? En même temps, ils étaient déjà tous plus ou moins impliqués… Mais elle ne pouvait s’empêcher de se sentir profondément gênée pour l’ancienne Serdaigle, et pour les risques qu’elle prenait, ainsi que pour la tâche désagréable dans laquelle elle se retrouvait empêtrée avec elle. En effet, ça n’avait rien d’une partie de plaisir, cette vaisselle à l’eau froide… Il y avait sûrement forcément un moyen de réchauffer l’eau, mais elle était pratiquement certaine qu’ils avaient fait exprès de la couper, pour prolonger son calvaire. Imposer ça à celle qui avait autrefois été son amie, avant qu’elle ne coupe brutalement les ponts, la mettait profondément mal à l’aise. Avec Megan, elles formaient un bon trio autrefois, et seul le temps avait pu lui faire savoir qu’elle aurait bien mieux fait de les choisir elles, plutôt que de se retrouver embourbée dans le mensonge, et de se tourner vers Naïa et Narcissa, qui n’avaient pas tardé à lui faire savoir que ses fréquentations étaient un peu trop douteuses pour « une fille de sang pur comme elle ». Maintenant, elles savaient… Et pourtant, malgré tout ça, Alaska semblait ne pas suivre le mouvement des autres nés-moldus qui paraissaient s’être mis en tête de lui tourner le dos pour lui faire payer l’affront qu’elle leur avait fait en se moquant d’eux. « Je ne peux pas t’aider plus que ça… ? Au moins laver la moitié avec toi ? » demanda-t-elle, hésitante, d’une voix qui trahissait son manque d’assurance. Elle n’osait trop insister, après tout elle n’avait certainement pas envie de discuter les instructions de son ancienne amie… Mais elle tenait toutefois, comme avec Oliver, à se montrer utile, et à lui montrer qu’elle n’avait pas rejoint les cachots pour se complaire dans son désarroi, et jouer les éplorées pendant que les autres se tuaient à la tâche. La situation était toujours tendue, et elle n’avait pas la moindre idée pour rendre l’atmosphère moins palpable : dire des banalités ? Demander des nouvelles ? Ce serait probablement tellement mal venu de sa part qu’elle n’osait s’y risquer, aussi elle préférait remplir sa part de travail sans s’aventurer à davantage, se contentant de faire ce qu’on lui demandait. « Tu prends un risque… je ne dis pas que je ne suis pas contente que tu m’aides, en dehors de ton programme. Mais je n’ai pas envie que tu aies des problèmes pour autant. » tenta-t-elle finalement après presque une minute de réflexion. Elle ne devait pas être sans le savoir, mais au moins elle aurait peut-être des chances de comprendre les motivations qui l’animaient…

Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7423-alaska-can-anybody-hear-me-or-am-i-talking-to-myselfhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7451-there-is-no-friend-as-loyal-as-a-book-alaskahttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7452-parce-qu-il-faut-bien-se-sociabiliser-un-peu-alaskahttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7453-ecrire-des-lettres-c-est-bon-pour-les-apothicaires-alaskahttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7454-courtes-lettres-et-longues-amities-tel-est-ma-devise-alaska

Arrivé(e) le : 25/01/2017
Parchemins rédigés : 1061
Points : 0
Crédit : Emma Roberts (c) Cyrine
Année : 5ème année - 15 ans

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: Clean it up ! We want the company impressed ☛ Alaska & Tracy   Ven 28 Avr - 23:30

Tracy & Alaska
Clean it up ! We want the company impressed
E
Elle était là, dans la cuisine avec Tracy sans vraiment trop savoir pourquoi. Elle était un peu partagée en fait. Elle se trouvait un peu bête et un peu conne de lui venir en aide. Tracy ne s’était pas bien comporté avec Alaska. Elle l’avait lâchée comme la dernière des merdes sans jamais vraiment lui donner la moindre explication. Et dire qu’elles avaient été amies la première année, mais après leur amitié s’était transformée en une simple cohabitation. C’était triste. C’est peut-être pour ça que la Serdaigle avait décidé de tout de même venir en aide à son ex-amie. Au nom de cette ancienne amitié perdue ? Non certainement pas non. Elle était juste trop gentille. Beaucoup trop sympa. Et elle savait que si elle n’était pas venue la voir pour l’aider elle aurait culpabilisé de l’avoir laissé seule dans la merde. Et en voyant la pile de vaisselle et l’état des ustensiles de cuisine elle ne regrettait pas sa décision. Elle ne la regrettait pas mais elle ne la comprenait pas vraiment non plus… oui je sais c’est un peu compliqué. Mais je vous assure que c’est un peu le bordel dans la tête d’Alaska. C’est l’apocalypse, une vraie guerre mondiale. « Salut… » Tracy semblait étonnée de voir la petite blonde avec elle. Oui bah je t’assure Tracy qu’elle aussi est encore étonnée d’être ici pour t’aider. De son plein gré. Elle ne lui répondit pas. En même temps qu’est-ce que vous voulez qu’elle lui réponde ? Elle n’allait pas la saluer en retour un grand sourire aux lèvres et elle n’allait très certainement pas lui sauter dans les bras en lui disant qu’elle lui avait terriblement manquée et tout le blabla habituel. Déjà parce que ce n’était pas vrai. Bah oui, elle ne lui avait pas vraiment manquée, elles n’étaient plus amies depuis trois ans. Elle s’arrêta alors à ses côtés pour l’observer effectuer sa corvée. Non elle ne faisait pas ça pour jubiler, Alaska était tout sauf sadique je vous assure. « Je ne suis pas très douée, je sais bien… » Non, effectivement elle n’était pas très douée. Elle avait envie de lui dire ça, mais elle ne voulait pas paraître méchante. « Oh, tu finiras par te perfectionner je t’assure. Mais il faut du temps pour ça. » se contenta-t-elle de lui répondre. Alaska était enfermée dans les cachots depuis maintenant plusieurs mois, elle qui pourtant n’avait jamais eu l’habitude de faire des tâches ménagères elle avait dû s’y faire. Elle était même peut-être encore moins douée que Tracy au début. Mais après plusieurs mois elle était devenue une pro du ménage… Oh mon Dieu jamais elle n’aurait cru dire ça un jour. Alaska Anastasia Lemaire, une pro du ménage. C’était du jamais vu.

La plupart des nés-moldus avaient tous tournés le dos à la brune. En même temps elle ne pouvait que le comprendre, ils avaient tous un tas de raisons de lui en vouloir et elle encore plus. Mais elle n’était pas ce genre de personne à aimer se moquer des autres gratuitement. Ou à lui tourner le dos tout en sachant qu’elle a énormément besoin d’aide en ce moment. Et puis aussi, elle avait promis à Dan qu’elle allait faire un effort et tendre la main à Tracy. Et quand elle fait une promesse, elle ne la brise jamais. C’est pour ça qu’elle venait de mettre la main à la pâte. Enfin là en l’occurrence elle avait mis les mains dans l’eau glaciale. « Je ne peux pas t’aider plus que ça… ? Au moins laver la moitié avec toi ? » Elle avait l’air un peu trop longue pour laver. Ce n’était peut-être pas une bonne idée. Surtout que si les deux jeunes filles n’arrivaient pas à finir la vaisselle à temps, non seulement Alaska allait se faire sanctionner parce qu’elle avait aidé Tracy mais la sanction risquait d’être encore pire s’ils voyaient que même à deux, elles n’avaient pas réussi à finir cette corvée en temps et en heure. « Non au pire tu peux prendre un torchon et essuyer… On ira plus vite comme ça. »dit-elle en gardant la tête baissée. Elle avait presque peur de croiser le regard de son ancienne amie. Sans vraiment savoir pourquoi. Peut-être parce que c’était trop douloureux ? La situation était déjà assez gênante comme ça, Alaska ne savait pas quoi dire pour briser la glace. Mais avait-elle envie de la briser ? Elle avait été amie avec Tracy, elle avait trahi sa confiance mais pourtant elle était quand même là à l’aider. Elle se sentait conne. Tellement conne. Un jour sa gentillesse finira par la tuer. Elle aurait aimé avoir le courage de lui balancer tout ce qu’elle avait sur le cœur, pour qu’elle comprenne le mal qu’elle lui avait fait. Elle aimerait vraiment avoir ce courage. Mais Alaska n’était pas une jeune courageuse et elle faisait partie de ces personnes qui gardent tout pour elle. Il se pouvait qu’elle finisse un jour par exploser avec tout ce qu’elle avait sur le cœur. Une énorme accumulation de sentiments. « Tu prends un risque… je ne dis pas que je ne suis pas contente que tu m’aides, en dehors de ton programme. Mais je n’ai pas envie que tu aies des problèmes pour autant. » C’est Tracy qui brisa finalement ce silence qui s’était installé entre les deux Serdaigle. Et la bonde leva les yeux au ciel en entendant la voix de son ancienne colocataire prononcer ces mots. Elle savait très bien qu’elle prenait des risques. « Oui je connais les risques que je prends. » commença-t-elle. Elle aurait même presque eu envie de dire qu’elle les connaissait certainement mieux qu’elle puisqu’elle était là depuis bien plus longtemps. Mais elle choisit de ne rien dire de ça et elle continua « Mais j’ai des principes, et des valeurs. Et laisser un de mes camarades tout seul dans la merde n’en fait pas parti. Même si cette personne s’est comportée comme une garce avec moi.» Elle avait dit cette dernière phrase à une vitesse folle, et lorsqu’elle se rendit compte de ce qu’elle venait de dire, elle stoppa un instant ce qu’elle était en train de faire puis, elle releva enfin le regard pour regarder Tracy. « Excuse-moi… Ce n’était pas vraiment ce que j’ai voulu dire… » Elle le pensait oui, mais elle n’avait en aucun cas voulu la blesser. Elle s’était promis de se montrer le plus gentille possible parce qu’elle savait qu’elle avait besoin de soutien. Et que, comme elle lui avait dit elle avait des principes qu’elle comptait bien respecter.

© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7150-tracy-amelia-bennett-pour-etre-confirmee-dans-mon-identite-je-depends-entierement-des-autreshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7158-tracy-l-essentiel-en-enfer-c-est-de-survivrehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7162-tracy-bien-que-la-verite-et-le-mensonge-soient-jumeaux-la-verite-la-plus-agee-des-deuxhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7163-tracy-n-oubliez-pas-de-signer

Arrivé(e) le : 27/11/2016
Parchemins rédigés : 1716
Points : 13
Crédit : alice icons. (c)
Année : Cinquième

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Izzie & Jade.

MessageSujet: Re: Clean it up ! We want the company impressed ☛ Alaska & Tracy   Lun 1 Mai - 11:54

Clean it up ! We want the company impressed
Alaska & Tracy

« Oh, tu finiras par te perfectionner je t’assure. Mais il faut du temps pour ça. » Elle approuva, peu convaincue. Il y avait pourtant beaucoup à faire… Elle voulait bien croire qu’Alaska avait acquis l’expérience nécessaire pour prendre en charge les corvées les plus fastidieuses, mais était-ce bien raisonnable de s’engager là-dedans ? Et surtout dans la situation dans laquelle elles se trouvaient ? Elle l’avait aperçue, lors du cours donné par Winslow, mais n’avait pas osé faire un pas vers elle, consciente que ce geste paraitrait probablement déplacé. Et aujourd’hui, c’était elle qui venait à elle… « Non au pire tu peux prendre un torchon et essuyer… On ira plus vite comme ça. » Elle n’attendit pas plus longtemps et se saisit de ce qui ressemblait plus ou moins à un chiffon sec près de l’évier, tâchant d’ignorer les tâches de graisse et de refouler la sensation de dégoût qu’elle éprouvait à le tenir entre ses mains. Même à deux, la tâche s’avérait particulièrement compliquée : l’habitude de ce genre de corvée la rendait plus abordable, et une deuxième paire de mains serait d’une aide précieuse, mais il n’empêchait que les mangemorts avaient fait exprès de lui confier ce travail, sachant que peu importait le moyen, elle ne serait certainement pas capable de le réaliser. Alors raison de plus pour ne pas perdre de temps, et se montrer la plus efficace possible… Et surtout, faire en sorte de ne pas paraître désorientée par la situation. Depuis combien de temps ne s’était-elle pas retrouvée seule avec Alaska ? Même après qu’elle ait cessé de lui parler, et qu’elles s’étaient retrouvées à cohabiter dans ce dortoir, il y avait toujours Megan, ou une autre Serdaigle quelconque dans le coin. Mais aujourd’hui, c’était probablement le signe qu’il faudrait faire face à leurs problèmes. Il était l’heure d’assumer la manière dont elle avait considéré injustement son ancienne amie, et elle savait que le plus tôt serait le mieux. « Oui je connais les risques que je prends. » Elle n’en était guère étonnée, mais s’en inquiétait tout de même. Trop de personnes avaient souffert dans sa chute, pour le seul crime de l’avoir protégée, notamment Dan, alors dans la mesure du possible elle souhaitait que ça n’arrive plus jamais : se racheter commençait par veiller sur ceux avec qui elle partageait désormais son sort.

« Mais j’ai des principes, et des valeurs. Et laisser un de mes camarades tout seul dans la merde n’en fait pas parti. Même si cette personne s’est comportée comme une garce avec moi.» Même si elle était justifiée, cette qualification frappa Tracy de plein fouet. Elle s’était attendue à du ressentiment, bien entendu, et elle n’imaginait pas une seconde qu’il ne faudrait que quelques minutes pour que les choses redeviennent normales entre elles. Justifier son comportement de ces dernières années ne serait sûrement pas la tâche la plus aisée qu’elle aurait à faire, au contraire ce serait probablement plus ardu que tout type de corvée… Aussi, elle pinça les lèvres, et demeura silencieuse, tandis qu’elle s’apercevait qu’elle frottait pour la seconde fois la même assiette. Elle n’avait rien à attendre de la part de la Serdaigle, et il fallait croire que les choses avaient atteint entre elles un stade où plus rien ne pourrait être reconstruit. Un séjour de quelques jours dans les cachots ne changerait rien : elles avaient été proches, mais c’était elle qui avait tout gâché, et elle avait mérité cette solitude. Ce n’était pas agréable, certes… C’était même relativement douloureux, plus que le fait de perdre en tâches ménagères ce qui lui restait de dignité, mais elle devait y faire. Sa situation avait beau être critique, elle ne voulait pas de pitié pour autant de sa part, si c’était ça qui la motivait à prendre un risque : elle avait du mal à imaginer comment elle pourrait se charger de cette vaisselle toute seule, mais elle trouverait bien un moyen… elle avait une dette à payer, et elle comptait bien s’y investir à fond, dans la mesure de ses possibilités. « Excuse-moi… Ce n’était pas vraiment ce que j’ai voulu dire… » Au contraire, c’était probablement ce qu’elle avait voulu dire. Et elle en avait le droit, elle avait réellement manqué de sympathie à son égard à cause de cette stupide histoire de statuts sanguins, et régler ses comptes était légitime. Plus que ce garçon qui s’en était pris à elle alors qu’elle ne le connaissait pas et qui l’avait menacée de toutes sortes d’horreurs, ou que Naïa qui avait simplement voulu éprouver un plaisir démesuré à la faire souffrir. « C’est rien. T’en avais le droit. » répondit-elle simplement, continuant d’essuyer les verres qu’elle tenait en main, les retournant pour vérifier que l’envers était suffisamment propre, avant d’attaquer une passoire. Elle se retourna vers elle, et lui adressa un sourire un peu désolée. « Je me suis vraiment mal comportée avec toi Alaska, pour une raison qui n’en était pas une. Là où j’aurais du être un soutien, j’ai été le contraire. Et je n’attends de toi, ni de Megan ni que vous ne me compreniez, ni que vous me pardonniez. Mais je te dois dans tous les cas des excuses. » Elle continua d’appuyer vigoureusement sur la surface qu’elle essuyait, avant de saisir une poignée de couverts : se concentrer sur ce pénible labeur lui permettait de ne pas montrer à quel point cette conversation l’atteignait de plein fouet. En choisissant Naïa et Narcissa, alors qu’elle pouvait faire le choix de lutter, elle s’était engagée dans un chemin sur lequel elle ne pourrait faire demi-tour. « Il y a tellement de choses que je regrette aujourd’hui. » reconnut-elle en étudiant une rayure sur la céramique d’un saladier, en retirant énergiquement le savon qui restait dessus. « Et tu es l’une des premières. Je sais que ça ne rattrape rien, mais je me devais te le dire. » reconnut-elle en confrontant son regard pour la première fois. Le sang se mettait soudainement à circuler furieusement en elle, faisant battre son coeur plus rapidement. Jetant un oeil à la pile de vaisselle qui descendait de quelques centimètres, elle s’attela de nouveau à la tâche. « On aura peut-être fini à temps, finalement, on va plus vite comme ça. » déclara-t-elle finalement, l’air de rien.

Emi Burton


I’m afraid, somebody else might take my place
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7423-alaska-can-anybody-hear-me-or-am-i-talking-to-myselfhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7451-there-is-no-friend-as-loyal-as-a-book-alaskahttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7452-parce-qu-il-faut-bien-se-sociabiliser-un-peu-alaskahttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7453-ecrire-des-lettres-c-est-bon-pour-les-apothicaires-alaskahttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7454-courtes-lettres-et-longues-amities-tel-est-ma-devise-alaska

Arrivé(e) le : 25/01/2017
Parchemins rédigés : 1061
Points : 0
Crédit : Emma Roberts (c) Cyrine
Année : 5ème année - 15 ans

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: Clean it up ! We want the company impressed ☛ Alaska & Tracy   Dim 7 Mai - 12:30

Tracy & Alaska
Clean it up ! We want the company impressed
U
n des traits de caractère majeure chez Alaska était sa gentillesse. Elle était peut-être même un peu trop gentille, même quand les gens ne le méritaient pas. Mais comme elle l’avait dit à Tracy, en fait elle avait des valeurs, et elle ne pouvait tout simplement pas laisser quelqu’un tout seul dans la merde. Que cette personne soit un ami ou non, elle ne voulait pas avoir ça sur la conscience. Elle aurait aimé pouvoir être méchante de temps en temps. Oui bon ok, je sais que ça fait un peu bizarre à dire, et que du coup c’est certainement un peu bizarre à lire aussi. Mais, elle aimerait avoir la force d’envoyer chier Tracy. Je vous assure, elle adorerait. Mais elle ne le pouvait pas, c’était au-dessus de ses forces. C’est même dans ce genre de moment qu’elle avait cette horrible impression d’être faible. Elle se voyait comme une fille juste terriblement faible. Alors que c’était plutôt le contraire, mais bon que voulez-vous. Alaska était une jeune fille manquant terriblement de confiance en elle. Heureusement qu’elle avait le soutien de certaines de ses amies pour l’aider à gagner un peu plus confiance en elle, comme Anoushka par exemple. Mais depuis qu’elle était enfermée dans les cachots, tout le travail que la Serdaigle avait fait avec son amie s’était comme envolé… La voilà donc à présent dans les cuisines, pendant son heure de repos. Qu’est-ce qu’elle faisait là à faire la vaisselle au lieu de se reposer ? Elle ne savait pas elle-même. Mais en tout cas elle était bel et bien là, à frotter ces assiettes pleines de graisse, les mains plongées dans l’eau glaciale. Bah voilà, elle qui était frileuse là je peux vous assurer qu’elle en bavait. Elle avait super froid et ça se voyait puisqu’elle avait la chair de poule. Le silence régnait à présent encore plus depuis qu’Alaska avait lancé cette insulte à Tracy. Elle venait de la traiter de garce… Elle ne le regrettait pas vraiment, parce qu’elle le pensait. Tracy s’était comportée comme une garce avec elle, mais elle savait qu’en ce moment elle en bavait peut-être encore plus que tous les autres nés-moldus, alors elle ne voulait pas l’enfoncer encore plus. Voilà, quand je vous dis que c’est une fille vraiment très gentille. Trop gentille, peut-être ? « C’est rien. T’en avais le droit. » Elle savait qu’elle en avait le droit, mais ça ne voulait pas dire pour autant qu’elle avait bien fait de le lui dire. Alaska accorda enfin un regard à son ancienne amie, un regard de quelques secondes avant de rebaisser les yeux vers ses mains toujours plongées dans l’eau froide, frottant comme elle le pouvait une casserole. Elle sortit cette dernière de l’eau pour vérifier qu’il n’y avait plus aucune trace apparente. La casserole était parfaitement propre, plus aucune trace dessus. Pourtant elle était bien sale il n’y a encore que quelques minutes. Elle s’attaqua alors à une pile de verres tous aussi crades les uns que les autres, c’était déprimant. Elle lâcha un énième soupir, frottant les verres les uns après les autres.

Après un nouveau petit moment de silence, Tracy se tourna vers la jolie blonde, un petit sourire aux lèvres. « Je me suis vraiment mal comportée avec toi Alaska, pour une raison qui n’en était pas une. Là où j’aurais du être un soutien, j’ai été le contraire. Et je n’attends de toi, ni de Megan ni que vous ne me compreniez, ni que vous me pardonniez. Mais je te dois dans tous les cas des excuses. » Oui elle lui devait des excuses elle avait raison. Pour la première fois depuis un bon moment Alaska était plutôt d’accord avec les dires de sa colocataire. « Du jour au lendemain tu as changé et tu t’es montrée odieuse avec moi. Je n’ai jamais vraiment compris pourquoi tu avais fait ça tu sais. Mais justement, c’est pour ça que j’aimerais comprendre. » Peut-être que si elle arrivait à comprendre, elle allait pouvoir lui pardonner un jour. Pas tout de suite, pas demain ou la semaine prochaine. Mais un jour peut-être. « Je trouve ça vraiment dommage que tu aies tout gâché. On formait un très bon trio avec Megan. » Et les choses n’étaient donc pas prêtes de s’arranger. Et oui c’était même plus que dommage, les trois filles étaient de bonnes amies en première année. Mais lorsque Tracy s’était éloignée d’Alaska l’ambiance du dortoir avait changée. Elle n’était plus la même, c’était triste. « Il y a tellement de choses que je regrette aujourd’hui.  Et tu es l’une des premières. Je sais que ça ne rattrape rien, mais je me devais te le dire. » Qu’est-ce qu’elle était censée répondre à ça ? En tout cas elle avait l’air sincère, c’était plutôt rassurant quand même. Elle semblait sincère, mais est-ce que ça changeait vraiment quelque chose ? Certainement un peu quand même, ça rassurait un peu. Mais ça ne changeait et n’enlevait en rien de tout ce qu’elle avait fait. « Non tu as raison, ça ne rattrape rien, mais je pense que c’est important que tu le dises. » répondit-elle simplement. Elle ne savait même pas quoi lui dire en fait. Bien-sûr qu’elle lui en voulait, et elle ne savait pas combien de temps il allait lui falloir pour réellement lui pardonner un jour. Enfin si elle y parvenait. « Je t’en veux énormément. Tu as été odieuse avec moi. Tu m’as fait revivre des moments horribles de mon enfance en te comportant comme ça avec moi. Certes, je t’en veux mais je veux que tu saches que je pense que tu ne mérites pas tout ce qu’il t’arrive en ce moment. » Il lui semblait important qu’elle lui dise ça. Tracy avait été une amie, et c’est une des raisons pour laquelle elle pensait ainsi. Peut-être qu’elle était trop gentille, trop conne, trop tout ce que vous voulez. « On aura peut-être fini à temps, finalement, on va plus vite comme ça. » Depuis tout à l’heure, Alaska frottait tous les ustensiles de cuisine sans même faire attention que la pile descendait petit à petit. La petite blonde jeta un rapide coup d’œil à la pile de vaisselle à côté d’elle, pour ensuite reposer son regard sur sa camarade. « Malgré tout, on forme peut-être une bonne équipe. » répondit-elle simplement, un sourire à peine visible collait sur ses lèvres.

© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7150-tracy-amelia-bennett-pour-etre-confirmee-dans-mon-identite-je-depends-entierement-des-autreshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7158-tracy-l-essentiel-en-enfer-c-est-de-survivrehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7162-tracy-bien-que-la-verite-et-le-mensonge-soient-jumeaux-la-verite-la-plus-agee-des-deuxhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7163-tracy-n-oubliez-pas-de-signer

Arrivé(e) le : 27/11/2016
Parchemins rédigés : 1716
Points : 13
Crédit : alice icons. (c)
Année : Cinquième

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Izzie & Jade.

MessageSujet: Re: Clean it up ! We want the company impressed ☛ Alaska & Tracy   Dim 14 Mai - 15:18

Clean it up ! We want the company impressed
Alaska & Tracy

« Du jour au lendemain tu as changé et tu t’es montrée odieuse avec moi. Je n’ai jamais vraiment compris pourquoi tu avais fait ça tu sais. Mais justement, c’est pour ça que j’aimerais comprendre. » Tandis qu’elle poursuivait son entreprise de rinçage, Tracy dut s’efforcer de ne pas laisser l’émotion qui l’envahissait la submerger. Elle devait se montrer plus solide : le roseau pliait, mais ne se laissait pas déraciner pour autant. Elle s’était promis de faire face à ses erreurs, et cela commençait par les reconnaître, et les accepter. Alaska en avait suffisamment pâti, et puisqu’elle avait pris l’initiative de la rejoindre en cuisines, risquant au passage quelques ennuis, elle lui devait des explications. Cela faisait peut-être des mois qu’elles ne se parlaient plus vraiment, et des années que leur amitié ne ressemblait plus vraiment à ce à quoi le terme faisait référence, mais Alaska lui avait toujours paru être quelqu’un de fort, de plus résistante et inébranlable qu’elle ne le serait jamais. Elle avait une avalanche de questions à lui poser, sur sa vie ici, sur comment elle tenait le coup et parvenait à ne pas faillir, mais ce serait déplacé de les lui poser maintenant : son ancienne amie avait elle aussi le droit à des réponses, et elle comptait bien les lui fournir. En déblayant le chemin des incompréhensions qui le bloquaient, ce dernier serait plus praticable… D’autant plus qu’il y avait cette fichue montagne de vaisselle, dont le sommet lui paraissait vertigineux, à terminer avant que les mangemorts ne se mettent à penser qu’elle paraissait… Et elle préférait que les choses soient claires entre elle avant qu’elles ne soient contraintes de voir leurs chemins se séparer. « La peur fait faire de drôles de choses. » commença-t-elle. « Quand ils vous ont appliqué ces initiales, là… « NM »… J’ai paniqué, je ne voulais pas qu’ils me trouvent. Le reste a été une suite de mauvaises décisions, et j’ai choisi les mauvaises personnes… Aujourd’hui, elles me le font payer. » poursuivit-elle en continuant d’astiquer le saladier dans le bac de rinçage. « J’aurais jamais du t’abandonner, Alaska. J’ose pas imaginé ce que t’as vécu ici, et moi… j’ai pas pu me le pardonner non plus. ». Ce ne serait sans doute pas suffisant, avec tout ce que la Serdaigle avait déjà du endurer, mais au moins elle savait tout. Maintenant, la question tournait autour de la manière qui serait judicieuse pour se racheter, si toutefois il y en avait une…

« Je trouve ça vraiment dommage que tu aies tout gâché. On formait un très bon trio avec Megan. » Cette pensée lui fut amère : le temps d’un instant, elle se remémora leur première année, leur enthousiasme en découvrant leur dortoir, les soirées qu’elles avaient passées en dépassant le couvre-feu pour se raconter leurs histoires de leur vie de tous les jours, et s’étendre en confidences diverses… Oui, maintenant que leur vie ne ressemblait plus du tout à ce qu’elle aurait du être et se résumait à un calvaire, elle regrettait cette époque, qui lui paraissait si lointaine qu’elle avait l’impression que ce n’était plus elle qui l’avait vécue. L’Amelia en elle s’éveilla à cette pensée. Maintenant, Megan occupait le dortoir toute seule… tandis qu’elles se retrouvaient au fond du gouffre, à devoir trimer comme des insectes pour s’éviter des châtiments corporels. Ça n’avait plus rien d’une vie. « Je trouve aussi. Des fois, j’aimerais qu’on se réveille, et que tout devienne comme avant. Et qu’on ait seulement la certitude d’avoir fait un cauchemar très réaliste. Tu as de ses nouvelles ? » demanda-t-elle prudemment, elle passant ses doigts fripés par le froid polaire de l’eau, qui lui donnait l’impression d’avoir plongé ses mains dans un bac de fonte des neiges. Même si elle était toujours chargée de rancune, l’atmosphère lui donnait l’impression qu’elle se détendait un peu, progressivement : le ton de la conversation était calme, et même si les mots étaient parfois aussi douloureux qu’ils étaient vrais, l’espoir qu’elles ne sortiraient pas de cette cuisine comme deux étrangères ne pouvait s’empêcher de subsister chez Tracy. Elle s’était promis de payer sa dette en se rendant dans les cachots, et arranger les choses avec Alaska et Megan s’inscrivait désormais comme une résolution devant laquelle elle ne pouvait renoncer.

« Non tu as raison, ça ne rattrape rien, mais je pense que c’est important que tu le dises. Je t’en veux énormément. Tu as été odieuse avec moi. Tu m’as fait revivre des moments horribles de mon enfance en te comportant comme ça avec moi. Certes, je t’en veux mais je veux que tu saches que je pense que tu ne mérites pas tout ce qu’il t’arrive en ce moment. » Elle hocha la tête en signe d’acquisition, tandis qu’une vague d’affliction s’abattait en elle. Elle avait agi comme une entant gâtée, égoïste, qui avait fait passer ses intérêts avant les siens : Dan minimisait sa responsabilité, elle avait causé du mal autour d’elle, dont elle ne mesurait l’ampleur qu’aujourd’hui. Alaska avait souffert, elle ne savait pertinemment. Avant Poudlard, et désormais pendant ; et pour se protéger elle, avait prolongé cette souffrance. « Je voulais pas… je voulais pas te rendre malheureuse… Six mois ici, j’arrive même pas à imaginer comment t’as pu surmonter tout ça… » répondit-elle en peinant à masquer son émotion. Même en lui faisant face, elle se sentait honteuse de confronter son regard. « Concernant ce qui m’arrive… c’est à moi de m’endurcir. Je peux pas me planquer éternellement. Mais... c'est gentil, merci.» ajouta-t-elle, résolue. Naïa et Keagan n’étaient que les premiers, il y en aurait sûrement d’autres, et elle ne pourrait pas s’en sortir en criant à l’aide. Néanmoins, entendre qu’elle ne le méritait lui permettait au moins de se sentir moins seule… Il était venu, le moment de prendre le taureau par les cornes, même si elle ignorait tout à fait comment s’y prendre, sans magie à sa disposition. « Malgré tout, on forme peut-être une bonne équipe. » Cette dernière phrase lui réchauffa doucement le coeur. Les choses n’étaient pas redevenues comme elles l’étaient, et elle en était encore néanmoins, toutefois elle avait moins l’impression que ce serait impossible : elle ne pouvait pas envisager de revenir comme une fleur, mais entamer un processus de réconciliation n’était peut-être pas hors de sa portée. « Heureusement que t’es là surtout… Mais… oui. Ça rend même la corvée un peu plus supportable. » répondit-elle en souriant timidement.

Emi Burton


I’m afraid, somebody else might take my place
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7423-alaska-can-anybody-hear-me-or-am-i-talking-to-myselfhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7451-there-is-no-friend-as-loyal-as-a-book-alaskahttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7452-parce-qu-il-faut-bien-se-sociabiliser-un-peu-alaskahttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7453-ecrire-des-lettres-c-est-bon-pour-les-apothicaires-alaskahttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7454-courtes-lettres-et-longues-amities-tel-est-ma-devise-alaska

Arrivé(e) le : 25/01/2017
Parchemins rédigés : 1061
Points : 0
Crédit : Emma Roberts (c) Cyrine
Année : 5ème année - 15 ans

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: Clean it up ! We want the company impressed ☛ Alaska & Tracy   Mar 23 Mai - 22:38

Tracy & Alaska
Clean it up ! We want the company impressed
A
laska n’était pas quelqu’un de difficile, mais vraiment pas. C’est une jeune fille généreuse à l’écoute, compréhensive. Elle n’était pas non plus forcément rancunière, mais pouvoir pardonner à Tracy, elle avait l’impression que ça relevait de l’impossible. Elle allait essayer. Déjà essayer de prendre sur elle, de sourire, de se montrer courtoise, de lui faire comprendre que si elle avait besoin d’une épaule sur laquelle pleurer elle était là. Honnêtement, si Dan que lui avait pas demandé cette faveur, est-ce qu’elle serait là aujourd’hui ?! Je ne sais pas trop. Oui, certainement. Mais elle ne se montrerait pas forcément si gentille avec elle. Sans pour autant se montrer méchante, parce que ça ce n’est pas vraiment dans ses habitudes. Je vous l’accorde, Alaska est une jeune fille très compliquée. Mais c’est aussi un peu ça qui fait son charme non ?! Non ?! Bon d’accord. « La peur fait faire de drôles de choses. » Ça c’était pas faux, la Serdaigle ne pouvait le nier, la peur nous fait faire des choses vraiment étranges que quelque fois on ne comprend pas nous-même. « Quand ils vous ont appliqué ces initiales, là… « NM »… J’ai paniqué, je ne voulais pas qu’ils me trouvent. Le reste a été une suite de mauvaises décisions, et j’ai choisi les mauvaises personnes… Aujourd’hui, elles me le font payer. » Le pire dans tout ça, c’est qu’Alaska pouvait le comprendre. Elle comprenait très que Tracy ait pu paniquer, et elle pouvait tout à fait concevoir que le reste n’était qu’une avalanche de mauvaises décisions. Mais est-ce que ça expliquait son comportement ? En partie. Mais pas en totalité. Tracy avait choisi les mauvaises personnes et pour pouvoir entrer dans leur petit groupe, elle avait changé, elle avait fait ou dit des choses qui ne lui ressemblaient pas. Elle voulait simplement entrer dans la norme de leur groupe pour se faire accepter. Qu’est-ce qu’elle voulait dire en lui disant que maintenant Naïa et Narcissa lui faisaient payer ses mensonges ? Alaska l’avait laissé parler sans l’interrompre. « Je comprends que tu aies eu peur tu sais. Je le comprends vraiment. Mais en mentant sur ton statut sanguin j’ai l’impression que c’est aussi parce que tu avais honte de tes origines. » Peut-être qu’elle se trompait, peut-être qu’elle ne devrait pas apporter ce genre de jugement. Mais c’était son impression et elle avait simplement envie de lui faire partager. « Hm, qu’est-ce que tu veux dire en disant qu’elles te le font payer ?... » lui demanda-t-elle réellement intriguée, mais surtout elle espérait que cette tarée de Naïa ne se montrait pas violente avec Tracy. Parce que malgré les torts de cette dernière, elle méritait tout de même un minimum de respect. « J’aurais jamais du t’abandonner, Alaska. J’ose pas imaginé ce que t’as vécu ici, et moi… j’ai pas pu me le pardonner non plus. ». Tout ce qu’elle avait pu endurer ici… Des choses horribles, atroces. Et encore elle avait eu plutôt de la chance dans son malheur, sachant qu’elle n’avait subie aucune torture ou truc du genre, contrairement à un grand nombre de ses camarades. La Serdaigle haussa alors les épaules alors qu’elle grattait avec une éponge sur une casserole pleine de graisse. Depuis tout à l’heure elle s’obstinait à essayer d’enlever toutes les tâches, mais c’était à la limite de l’impossible avec cette eau glacée. « Tout ce que j’ai vécu ici tu auras toi aussi malheureusement le temps de le vivre aussi je pense… » déclara-t-elle simplement. Elle ne lui souhaitait pas du malheur attention.

« Je trouve aussi. Des fois, j’aimerais qu’on se réveille, et que tout devienne comme avant. Et qu’on ait seulement la certitude d’avoir fait un cauchemar très réaliste. Tu as de ses nouvelles ? » Que tout redevienne comme avant, ça serait génial. Qu’ils soient de retour en première année, qu’elles soient de nouveau en compagnie de Megan et de Tracy, qu’elles reforment ce trio si parfait. Cette amitié idyllique n’avait durée qu’un an alors que pourtant, Alaska avait l’impression que tout ça se passait encore hier. « On s’écrit régulièrement, et on se fait parvenir les lettres dans un livre à la bibliothèque. » Expliqua-t-elle. « Tout se passe bien pour elle. Enfin pour l’instant.» Elle avait dit cette deuxième phrase en baissant le ton de sa voix. Elle espérait que tout allait continuer à bien se passer pour elle. Mais Alaska état très négative très pessimiste et très prévoyante et elle voyait bien souvent les choses en noir. Alors elle avait toujours peur que quelque chose puisse arriver à ses amis. Même si elle n’avait pas de raisons de s’inquiéter… Oui, elle était aussi vachement prévoyante comme fille c’est vrai. Elle essayait toujours de décortiquer la situation pour pouvoir bien l’analyser et agir en fonction. « Je voulais pas… je voulais pas te rendre malheureuse… Six mois ici, j’arrive même pas à imaginer comment t’as pu surmonter tout ça… » Comment a-t-elle fait pour surmonter tout ça ? Elle n’a pas vraiment eu le choix de toute façon. Elle avait eu envie d’abandonner et le lâcher prise plus d’une fois croyez-moi. Le nombre de fois où elle a voulu abandonner la vie, tout simplement… Oui c’est une pensée un peu dépressive et déprimante je suis bien d’accord. Mais elle avait l’impression d’avoir vécu bien trop de choses pour une jeune fille de 14 ans : le harcèlement à l’école moldue, la maladie de sa mère, le décès de celle-ci, faire face à la détresse et au chagrin incroyable de son père, surmonter à son propre chagrin, faire le deuil de sa maman, et puis maintenant ça ? C’était trop. Beaucoup trop. Elle avait l’impression que la vie s’acharnait sur elle, c’était vraiment trop injuste. « Je sais que tu ne voulais pas me rendre malheureuse...Mais ce qui est fait est fait, on ne peut pas revenir en arrière.» répondit-elle faiblement. « Je n’ai pas vraiment eu d’autre choix que de surmonter tout ça… Si j’en avais eu l’occasion j’aurais déjà abandonné depuis bien longtemps crois-moi.» Elle ne voulait pas attirer l’attention sur elle en disant tout ça, c’était juste la vérité. Elle en avait marre. Plus que marre. Mais elle ne savait pas si elle avait encore assez de force pour continuer. Chaque matin était une torture, à chaque fois elle se réveillait en se demandant à quoi bon se lever ? Si elle se levait tous les matins c’est parce qu’elle savait très bien que si elle ne le faisait pas d’elle-même, les mangemorts s’en chargeront pour elle. Et dans ce cas-là, ça risquait de faire mal. « Concernant ce qui m’arrive… c’est à moi de m’endurcir. Je peux pas me planquer éternellement. Mais... c'est gentil, merci.» Effectivement, elle devait s’endurcir. Et malheureusement on apprend à le faire avec le temps. Enfin du moins Alaska elle, l’a appris avec le temps. Ça n’avait pas toujours été facile, mais elle y était parvenue. Les insultes des pro-sang-purs étaient même presque devenues banales à côté des mangemorts. « Heureusement que t’es là surtout… Mais… oui. Ça rend même la corvée un peu plus supportable. » Bon, encore une fois il ne fallait pas s’attendre à ce qu’elles deviennent les meilleures amies du monde, mais Alaska avait pu lui dire tout ce qu’elle avait sur le cœur et ça, c’était vraiment important. Elle en avait besoin. « Je ne pouvais pas te laisser toute seule avec cette pile de vaisselle de toute façon…» dit-elle en grimaçant, tout en jetant un coup d’œil à la vaisselle sale du certes, diminuée à vue d’œil mais restait tout de même un peu trop présente.

©️ Starseed


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7150-tracy-amelia-bennett-pour-etre-confirmee-dans-mon-identite-je-depends-entierement-des-autreshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7158-tracy-l-essentiel-en-enfer-c-est-de-survivrehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7162-tracy-bien-que-la-verite-et-le-mensonge-soient-jumeaux-la-verite-la-plus-agee-des-deuxhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7163-tracy-n-oubliez-pas-de-signer

Arrivé(e) le : 27/11/2016
Parchemins rédigés : 1716
Points : 13
Crédit : alice icons. (c)
Année : Cinquième

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Izzie & Jade.

MessageSujet: Re: Clean it up ! We want the company impressed ☛ Alaska & Tracy   Dim 25 Juin - 23:24

Clean it up ! We want the company impressed
Alaska & Tracy

« Je comprends que tu aies eu peur tu sais. Je le comprends vraiment. Mais en mentant sur ton statut sanguin j’ai l’impression que c’est aussi parce que tu avais honte de tes origines. » Cette affirmation laissa Tracy perplexe, mais la fit également réfléchir un instant, un peu désorientée. Est-ce qu’Alaska avait raison, en toute objectivi ? Etait-ce pour cette raison qu’elle avait construit cette histoire et qu’elle l’avait défendue avec autant d’animosi ? Peut-être bien, en vérité. Avec du recul, elle se rendait bien compte que tout cela relevait de la plus pure absurdi… Elle n’avait jamais été très douée pour se faire des amis, et la peur de se retrouver seule l’avait longtemps tourmentée. Peut-être avait-elle jugé que mentir sur ses origines lui apporterait la tranquilli… Jamais au début de cette histoire elle n’aurait soupçonné qu’elle aurait à en venir à de telles extrémités. Elle avait blessé Alaska et bien d’autres, et elle ne pouvait affirmer que ce n’était pas volontaire, même si aujourd’hui elle le regrettait. Elle songea un instant à son père, aux attentes qu’il avait placées en elle, et se dit que ce n’était finalement pas une question de fier. Au final, tout tournait autour de ce milieu au sein duquel elle avait voulu être acceptée… Et elle y était parvenue, un certain temps, avant de prendre de plein fouet la réalité à laquelle elle s’était violemment heurtée. Des filles comme Naïa et Narcissa ne seraient jamais, en aucun cas, des amies sur lesquelles elle pouvait compter. Etait-ce sa faute d’avoir à ce point manqué de jugement, si bien qu’on pouvait parler de naïve ? Finalement, elle ne s’était jamais vraiment questionnée sur ces histoires de sang et de pure… « En fait… je ne sais pas. Je crois que je voulais simplement ne pas être de celles qu’on montrait du doigt. Ça semblait être le seul moyen d’avoir droit à une scolarité un tant soit peu normale… mais en fait, rien n’est normal ici. C’est pas normal ce que vous vivez… ce qu’on vit… » Il m’a juste fallu du temps pour m’en rendre compte. » reconnut-elle à voix basse. Elle craignait de se perdre en justifications inutiles, et finalement, ça ne manquait pas.

« Hm, qu’est-ce que tu veux dire en disant qu’elles te le font payer ?... » Elle se mordit nerveusement la lèvre inférieure. Tout lui revint brusquement en y songeant à nouveau, les mains du Poufsouffle autour de sa gorge, les sortilèges de Naïa Rosenberg lorsqu’elle l’avait coincée dans les étages, la lettre incisive de Narcissa, son étouffement, sa sensation d’impuissance… La manière dont elle avait tenté de se défendre sans trop de succès… Non, elle ne voulait pas de la pitié des autres, ce n’était pas ce qu’elle cherchait. La peur lui avait enserrée la gorge, et continuait de l’entraver chaque nuit qu’elle guettait le moindre mouvement, ou chaque jour, lors des corvées où elle veillait à ne jamais se trouver seule dans une pièce. Elle ne cherchait pas à attirer la compassion d’Alaska, cette dernière ne se laisserait certainement pas amadouer si facilement, elle avait besoin de se donner les moyens d’obtenir son pardon, et pour cela elle procèderait de la manière la plus honnête qui soit. « Ce n’est pas trop important, disons qu’elles n’ont pas apprécié que je leur masque ce « léger » détail à propos de mon ascendance… Et qu’elles me le font savoir, à leur manière. » A dire vrai, elle ne savait plus vraiment si elle devait s’en formaliser ou non. Peut-être méritait-elle finalement tout ce qui lui arrivait, contrairement à ce qu’Alaska lui disait, probablement par politesse. En comparaison, cette dernière en avait certainement bavé bien plus qu’elle sur le long terme… Elle n’avait peut-être pas eu à souffrir des représailles des autres élèves, mais les tâches qui leur étaient confiées étaient tellement éreintantes, qu’elle ignorait comment elle avait pu tenir le coup aussi longtemps. « Tout ce que j’ai vécu ici tu auras toi aussi malheureusement le temps de le vivre aussi je pense… » Elle se contenta d’approuver d’un hochement de tête un peu amer. Ce n’était que le début, elle le savait pertinemment… qui savait combien de temps ils s’entasseraient encore dans ces catacombes avant que la maladie, ou même pire, ne vienne les rattraper… ? Elle préférait éviter d’y songer, mais parfois ces questions la taraudaient. « Est-ce que tu crois qu’on viendra nous chercher un jour… ? » Peut-être en savait-elle plus qu’elle ? Au vu de sa réputation, Tracy savait qu’elle ne ferait pas partie des personnes à qui l’on confierait ce genre d’informations, si elles étaient d’actualité… mais au vu du déroulement de la dernière révolte, il y avait fort à parier qu’aucun ne tenterait le diable.

« On s’écrit régulièrement, et on se fait parvenir les lettres dans un livre à la bibliothèque. Tout se passe bien pour elle. Enfin pour l’instant.» Elle hocha la tête à nouveau, pensive. C’était au moins une bonne chose pour elle, qu’elle soit soutenue… Megan était adorable, l’on pouvait compter sur elle. Tracy ressentit un léger pincement au coeur en songeant à leur éloignement, même si elle ne s’en formalisait pas. Ça faisait partie des conséquences, après tout… Peut-être pourrait-elle lui faire passer quelque chose ensuite, elle demanderait plus tard… elle n’était pas certaine que le moment soit le mieux choisi. « Je sais que tu ne voulais pas me rendre malheureuse...Mais ce qui est fait est fait, on ne peut pas revenir en arrière. Je n’ai pas vraiment eu d’autre choix que de surmonter tout ça… Si j’en avais eu l’occasion j’aurais déjà abandonné depuis bien longtemps crois-moi.» Elle éprouva à un nouveau un sentiment d’amertume en imaginant son ancienne amie devoir s’efforcer de survivre avec tout le travail qu’on leur donnait. Ces conditions étaient inimaginable ment dures, mais puisqu’il n’y avait plus d’autorité pour décider de ce qui était insupportable ou non… Leur condition n’était plus celle d’êtres humains normaux. « Tu as bien fait de t’accrocher, et de ne pas leur donner ce plaisir. Il y aurait trop eu à gaspiller si avais abandonné. » répondit-elle. « Tu as l'air d'être vraiment devenue forte avec le temps. » constata-t-elle. Ce n’était pas une sorte de compliment, la Serdaigle semblait réellement s’être endurcie avec le temps, et Tracy ne pouvait que le constater. En tout cas, elle avait malheureusement raison sur un point, il n’était pas possible de revenir en arrière. « Je ne pouvais pas te laisser toute seule avec cette pile de vaisselle de toute façon…» Elle lui répondit par un sourire un peu effacé, ne sachant trop quel comportement elle devait adopter. Tout ce qu’elle était susceptible de dire lui semblait bien trop maladroit pour racheter son comportement, et elle ne savait pas vraiment par où commencer pour entreprendre un processus de réconciliation. Ni même si c’était possible… mais elle avait réellement envie d’essayer. Elle en valait la peine, même si ce serait probablement long. L’état psychologique dans lequel elle devait être depuis ces longs mois l’avait sûrement rodée, maintenant… En tout cas, il restait beaucoup à faire, et elles n’étaient sûrement pas au bout de leurs peines, mais une chose était sûre, à deux ça allait beaucoup mieux.

Emi Burton


I’m afraid, somebody else might take my place
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7423-alaska-can-anybody-hear-me-or-am-i-talking-to-myselfhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7451-there-is-no-friend-as-loyal-as-a-book-alaskahttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7452-parce-qu-il-faut-bien-se-sociabiliser-un-peu-alaskahttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7453-ecrire-des-lettres-c-est-bon-pour-les-apothicaires-alaskahttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7454-courtes-lettres-et-longues-amities-tel-est-ma-devise-alaska

Arrivé(e) le : 25/01/2017
Parchemins rédigés : 1061
Points : 0
Crédit : Emma Roberts (c) Cyrine
Année : 5ème année - 15 ans

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: Clean it up ! We want the company impressed ☛ Alaska & Tracy   Sam 1 Juil - 12:18

Tracy & Alaska
Clean it up ! We want the company impressed
« E
n fait… je ne sais pas. Je crois que je voulais simplement ne pas être de celles qu’on montrait du doigt. Ça semblait être le seul moyen d’avoir droit à une scolarité un tant soit peu normale… mais en fait, rien n’est normal ici. C’est pas normal ce que vous vivez… ce qu’on vit… » Est-ce que vous voulez savoir le pire dans tout ça ?! C’est que, Alaska arrivait presque à comprendre pourquoi elle avait fait ça. Tracy ne voulait pas être celle qu’on pointait du doigt. Dieu seul sait à quel point Alaska pouvait comprendre ça. Elle qui, détestait être au centre de l’attention, elle qui détestait sentir tous ces regards insistants sur elle. Elle le comprenait mais de toute manière, elle ne lui en voulait pas pour son mensonge. Mais elle lui en voulait pour son comportement. Elle pouvait très bien mentir sur son statut sanguin sans pour autant traîner avec ces garces de pro-sang-purs et marcher dans leur jeu, dénigrer les nés-moldus, dénigrer celle qui était censée être son amie. C’était pour ça qu’elle lui en voulait. Pour ça et pour rien d’autre. Après en toute honnêteté son mensonge, elle s’en foutait un peu beaucoup. Bien sûr que non ce qu’ils vivaient n’était pas normal. C’était même terrible et scandaleux. On peut même presque voir ça comme du racisme. C’est un terme moldu utilisé pour les personnes qui portent une certaine haine envers les étrangers. Là c’était plus ou moins la même chose, sauf qu’on parlait de statut sanguin. « Je comprends.» commença-t-elle. Elle replongea ses mains dans l’eau froide et son regard était à nouveau sur les assiettes qu’elle était en train de frotter. « Mais rien ne t’obligeait à traîner avec Naïa et ses psychopathes de copines. Rien ne t’obligeait à nous traiter de cette façon. C’est ça le fond du problème. Pas ton mensonge. »continua-t-elle en sortant l’assiette de l’eau pour la poser à côté de la pile d’assiettes propres. Est-ce que Tracy et Alaska allaient pouvoir être de nouveau amies comme avant ?! Oui, certainement. Mais même si Alaska était prête à lui pardonner, ça n’allait pas se faire dans l’immédiat, il allait falloir laisser du temps à la jeune fille. Mais surtout ne pas la brusquer. Elle en voulait à Tracy mais ce n’était pas pour autant qu’elle était d’accord avec tout ce qui était en train de lui arriver en ce moment. Tout le monde était tellement méchant avec elle, à la limite de la cruauté. Certes, elle avait fauté mais elle ne méritait pas ça. Personne ne méritait ce genre de chose. Alaska demanda alors à son ancienne amie ce qu’elle voulait dire en disant qu’on lui faisait payer. Et immédiatement, la jeune fille observa sa réaction, elle se mordait légèrement la lèvre inférieure. « Ce n’est pas trop important, disons qu’elles n’ont pas apprécié que je leur masque ce « léger » détail à propos de mon ascendance… Et qu’elles me le font savoir, à leur manière. » La jeune fille fronça les sourcils en l’entendant prononcer cette phrase. Pas trop important ?! Sans trop savoir pourquoi Alaska avait du mal à y croire. Naïa et ses tarées de copines étaient…bah complètement folles. Des vraies psychopathes, et elle avait du coup un peu de mal à croire quand elle lui disait que ce n’était pas trop important. Alaska arrêta se frotter une assiette, elle sortit les mains de l’eau pour se retourner vers son ancienne colocataire. « Qu’est-ce que tu entends par « elles me le font savoir à leur manière ? » » lui demanda-t-elle en arquant un sourcil. « Il ne faut pas que tu te laisses faire Tracy, montre-leur que leurs mots ou leurs actions ne te font pas mal. Montre-leur que rien ne t’atteint et que tu es bien plus forte que ça. » C’est comme ça qu’Alaska faisait avec ces filles-là. Elle gardait la tête haute, même si ce n’était pas si facile que ça. Elle avait appris à leur offrir un magnifique sourire hypocrite. Même si, au fond, elle avait mal.

« Est-ce que tu crois qu’on viendra nous chercher un jour… ? » Est-ce que quelqu’un allait venir les chercher un jour ?... Voulait-elle réellement son avis ou Alaska devait essayer de la rassurer en lui disant sans aucune conviction qu’elle était persuadée qu’un groupe de personnes allait un jour venir les sortir de là ?! Elle pouvait faire les deux, elle pouvait lui mentir en lui disant quelque chose de rassurant qu’elle ne pensait pas le moins du monde mais elle pouvait aussi lui dire réellement ce qu’elle pensait. Le mieux était certainement d’essayer de la rassurer, sauf que Alaska n’était en fait même pas sûre et certaine d’avoir encore la force de se montrer rassurante. C’est pourquoi elle poussa un long soupir, elle reprit sa position initiale, les mains dans l’eau, frottant des ustensiles de cuisine, les yeux baissés, le regard presque perdu dans l’eau. « Honnêtement ? Je ne pense pas qu’on viendra nous chercher. Pourquoi est-ce que les élèves se casseraient la tête à essayer de trouver une solution pour nous alors qu’ils sont eux, bien au chaud avec tout le confort du monde ? » Quel optimisme… C’était incroyable. Non bah en même temps essayez de la comprendre, elle était enfermée dans ces cachots depuis tellement longtemps, elle n’avait plus aucun espoir de liberté. Et autant que Tracy se rende compte tout de suite, qu’elle était dans une belle merde elle aussi maintenant. Même si, elle s’en était déjà très certainement rendu compte. Elle aimerait tellement que tout redevienne comme avant. Que le trio Megan/Tracy/Alaska se reforme, qu’elles passent de nouveaux des soirées entières à parler de tout et de rien, à rire dans leur dortoir. C’était le bon vieux temps tout ça. Peut-être qu’un jour tout rentrerait dans l’ordre. Un jour…peut-être…un jour…qui paraissait atrocement lointain. « Tu as bien fait de t’accrocher, et de ne pas leur donner ce plaisir. Il y aurait trop eu à gaspiller si avais abandonné.  Tu as l'air d'être vraiment devenue forte avec le temps. » Forte ?! Alaska ne se trouvait tellement pas forte. Bien au contraire. Elle avait l’impression d’être horriblement faible. Faible physiquement, faible mentalement. Mais en même temps c’était une jeune fille qui avait de base très peu d’estime d’elle-même, alors cette vie dans les cachots ne l’aidait pas. Bien au contraire. Elle altérait encore plus l’image qu’elle avait d’elle-même. Elle ne put s’empêcher de froncer les sourcils à la suite de cette dernière phrase. Elle posa alors ses yeux verts sur son ancienne amie. « Tu me trouves vraiment forte ? » lui demanda-t-elle réellement intriguée. En réalité, Tracy avait raison et Alaska était bien plus forte qu’elle n’en avait l’impression. Elle avait déjà vécu tout un tas de choses difficiles, mais pourtant elle était toujours là et elle ne s’était pas laissée abattre. « Au fait, pourquoi ton partenaire de corvée n’est pas avec toi ? D’ailleurs, c’est qui ton binôme ?! » lui demanda-t-elle en changeant complètement de sujet, mais en effet il était assez curieux qu’elle se retrouve seule ici.

© Starseed


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7150-tracy-amelia-bennett-pour-etre-confirmee-dans-mon-identite-je-depends-entierement-des-autreshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7158-tracy-l-essentiel-en-enfer-c-est-de-survivrehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7162-tracy-bien-que-la-verite-et-le-mensonge-soient-jumeaux-la-verite-la-plus-agee-des-deuxhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7163-tracy-n-oubliez-pas-de-signer

Arrivé(e) le : 27/11/2016
Parchemins rédigés : 1716
Points : 13
Crédit : alice icons. (c)
Année : Cinquième

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Izzie & Jade.

MessageSujet: Re: Clean it up ! We want the company impressed ☛ Alaska & Tracy   Dim 23 Juil - 19:35

Clean it up ! We want the company impressed
Alaska & Tracy

« Je comprends. Mais rien ne t’obligeait à traîner avec Naïa et ses psychopathes de copines. Rien ne t’obligeait à nous traiter de cette façon. C’est ça le fond du problème. Pas ton mensonge. » Les reproches d’Alaska étaient justifiés, elle le savait pertinemment, et ne pouvait les accueillir autrement que par un regard résigné, fataliste. Ce qui devait arriver était arrivé, elle avait tourné le dos à probablement les seules personnes qui lui voulaient du bien, et elle avait fini par en payer le prix lourd. S’allier à des personnes dangereuses lui avait peut-être sauvé la mise quelques mois, mais ces dernières ne s’attendaient sûrement pas à ce qu’elle retrouve ses cachots tranquillement, tout comme les nés-moldus n’avaient aucune envie de l’accueillir à bras ouverts après ce double jeu mené pendant des mois. En fin de compte… il n’y avait pas d’issue. Il y avait une leçon à en tirer, mais ça ne changeait rien, c’était trop tard, bien trop tard, et peut-être que ni elle ni Alaska ne sortiraient d’ici vivantes… Un dôme d’une telle puissance pouvait bien rester là indéfiniment sans que personne ne puisse annuler le sortilège. « En prenant mes distances, j’ai pensé que personne ne ferait le lien. Quand mon demi-frère a du fouetter Niamh, les gens ont commencé à parler, à se poser des questions, se demander si on était liés à elle. » Il n’y avait peut-être rien à changer, mais elle lui devait ces explications. Cette vaisselle les mains dans l’eau froide n’avait rien d’agréable, mais Alaska en avait bavé bien plus qu’elle, et il fallait très certainement une force mentale d’une extrême solidité pour pouvoir garder la tête sur les épaules après un tel calvaire…

« Qu’est-ce que tu entends par « elles me le font savoir à leur manière ? » Elle se massa les poignets, embarrassée, ne sachant trop si elle était capable de répondre ou non. Elle ne pouvait demeurer indéfiniment une victime, ni se complaire dans ce rôle qui lui donnait l’air aussi fragile qu’une poupée de cire… Elle ne voulait pas de la pitié d’Alaska, et tenter d’attiser sa compassion en lui montrant combien elle était vulnérable : elle voulait obtenir son pardon, et le mériter. Peut-être fallait-il commencer par se montrer honnête… envers elle-même, mais également envers les autres. Elle remonta donc ses manches, la peur au ventre de ce que l’ancienne Serdaigle pourrait penser, laissant apparaître les ecchymoses violacées. Les coupes que Naïa avaient fait voler jusqu’à elle avaient laissé leurs traces… « Naïa était la meilleure protection possible quand j’étais son amie. Quand tu deviens son ennemie… tu deviens une cible à abattre. » commença-t-elle, sur la réserve. Elle n’avait pas besoin de détailler, les empreintes sur ses bras et sur son thorax parlaient d’elle-même… « J’ai pu récupérer sa baguette, et m’enfuir. » ajouta-t-elle. C’était son premier sortilège informulé, et dans l’énergie du désespoir, celui-ci avait fonctionné, elle ne savait par quel miracle… Au moins, elle avait pu s’extirper de cet enfer.

« Il ne faut pas que tu te laisses faire Tracy, montre-leur que leurs mots ou leurs actions ne te font pas mal. Montre-leur que rien ne t’atteint et que tu es bien plus forte que ça. » Alaska était quelqu’un de profondément bienveillant. Elle se souvenait de sa gentillesse, lorsqu’elles avaient sympathisé pour la première fois, il y avait de cela maintenant quelques années… Mais elle la surestimait probablement. « Trop faible ». Pour se construire elle-même, elle avait dépendu des autres si longtemps que seule, il lui semblait alors qu’elle n’était plus rien. Leur montrer que leurs mots ou leurs actions ne lui avaient pas fait de mal ? Si, ils lui avaient fait mal. Jamais elle n’oublierait le visage haineux de Keagan lorsqu’il avait failli la tuer. Jamais elle n’oublierait le plaisir qu’avait semblé ressentir Naïa lorsqu’elle avait voulu le faire. « Je sais bien, mais… le pire, c’est que ça m’atteint. Vraiment. » laissa-t-elle échapper, en se sentant un peu pathétique. Construire une carapace qui la protègerait de chaque offense, de chaque insulte, de chaque regard méprisant, s’avérait prendre plus de temps que la normale. « Tout comme ça a du être compliqué pour vous… au début. » Au début, et même probablement encore. C’était affreux de se faire traiter de cette manière, par des hommes débarqués de nulle-part, qui se prétendaient être la nouvelle autorité en vigueur… mais aussi par certains élèves, des camarades, qui partageaient parfois leur salle de classe, leur dortoir… Elle avait fait partie de cette catégorie, et s’en souvenait chaque fois qu’on la qualifiait de sale sang-de-bourbe. Avant de se faire torturer, elle avait fait partie du camp des bourreaux…

« Honnêtement ? Je ne pense pas qu’on viendra nous chercher. Pourquoi est-ce que les élèves se casseraient la tête à essayer de trouver une solution pour nous alors qu’ils sont eux, bien au chaud avec tout le confort du monde ? » Alaska s’était déjà faite une raison, de toute évidence, et Tracy accueillit sa position avec un profond sentiment de désespoir. Si même elle n’y croyait plus, alors… elle avait sûrement raison, elles étaient bel et bien fichues… Mais elle avait probablement raison. Il y avait bien eu un semblant de révolte, et la direction avait montré à ceux qui s’étaient trouvés suffisamment audacieux pour défier l’autorité que c’était peine perdue, et que s’ils insistaient, leurs proches en paieraient le prix. Personne ne voulait voir ses proches souffrir. « Tu me trouves vraiment forte ? » La question la surprit, comme s’il était étrange qu’elle puisse en douter, après des jours et des jours de lutte intérieure, à serrer les dents, accepter, dans l’optique de ne pas donner de raison aux mangemorts de la punir ou de s’en prendre à son entourage. Mais la jeune fille manquait cruellement de confiance en elle, c’était une chose que Tracy avait remarqué en la côtoyant au quotidien… Résister, c’était une force intérieure dont elle aurait aimé pouvoir hériter également. Malheureusement, elle se sentait prête à abandonner dès que ses dernières réserves d’espoir l’auraient lâchée… Dans ces conditions, ça ne servait plus à rien de se battre pour vivre. « Evidemment… je t’ai jamais vue baisser les bras, malgré tout ce qui a pu t’arriver. » répondit-elle comme s’il s’agissait de l’évidence même, en reposant une assiette en porcelaine sur l’égouttoir. Elle jeta un oeil à la pile : celle-ci baissait à vue d’oeil… Elle ne voulait même pas imaginer où elle en serait encore, sans la participation d’Alaska. Elle n’avait jamais été obligée à l’aider, mais elle l’avait fait, sachant qu’elle aurait probablement des ennuis si elle ne s’occupait pas de cette tâche désagréable. Alors que celle-ci doute d’elle-même…

« Au fait, pourquoi ton partenaire de corvée n’est pas avec toi ? D’ailleurs, c’est qui ton binôme ?! » Elle voulait sûrement savoir pourquoi elle devait s’occuper toute seule de la corvée de vaisselle alors que l’un d’entre eux aurait pu avoir le déplaisir de la partager avec elle… Tout bonnement parce que les mangemorts avaient estimé ironiquement que, ayant échappé à six mois de famine et de calvaire, elle était suffisamment en forme pour pouvoir se passer d’aide, et se charger toute seule des tâches ingrates qu’on leur imposait. « Je n’en ai pas vraiment… les groupes étaient déjà constitués lorsque je vous ai rejoints. Parfois, ils me mettent avec Oliver. » expliqua-t-elle en rangeant une poignée de couverts dans l’emplacement réservé à cet effet, avant de se retourner vers la Serdaigle. « C’est un garçon vraiment gentil. Et toi, avec qui tu travailles… ? » se permit-elle de lui demander, se disant que c’était étrange que la jeune fille ne soit pas accompagnée non plus.

Emi Burton


I’m afraid, somebody else might take my place
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7423-alaska-can-anybody-hear-me-or-am-i-talking-to-myselfhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7451-there-is-no-friend-as-loyal-as-a-book-alaskahttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7452-parce-qu-il-faut-bien-se-sociabiliser-un-peu-alaskahttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7453-ecrire-des-lettres-c-est-bon-pour-les-apothicaires-alaskahttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7454-courtes-lettres-et-longues-amities-tel-est-ma-devise-alaska

Arrivé(e) le : 25/01/2017
Parchemins rédigés : 1061
Points : 0
Crédit : Emma Roberts (c) Cyrine
Année : 5ème année - 15 ans

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: Clean it up ! We want the company impressed ☛ Alaska & Tracy   Ven 4 Aoû - 10:51

Tracy & Alaska
Clean it up ! We want the company impressed
L
a situation dans laquelle Tracy s’était mise était compliquée. Enfin, dans un sens elle l’a cherché et donc, j’ai un peu de mal à compatir avec elle. Je peux comprendre pourquoi elle l’a fait ; elle ne voulait pas faire partie de ces élèves que l’on montre du doigt, elle voulait tout simplement se fondre dans la masse. Elle voulait être comme tout le monde. Je le comprends… vraiment je vous assure. Je comprends tout à fait sa démarche. Je pense que chaque né-moldu a rêvé ou espéré au moins une fois cette année, d’être sang-pur ou sang-mêlé. Juste, pour être comme tout le monde. Pour ne pas être la cible des moqueries ou des tortures des mangemorts, mais aussi de ces pro-sang-purs. « En prenant mes distances, j’ai pensé que personne ne ferait le lien. Quand mon demi-frère a du fouetter Niamh, les gens ont commencé à parler, à se poser des questions, se demander si on était liés à elle. » Tracy a fait des mauvais choix, au mauvais moment. Elle a fait une connerie parce que, comme tout le monde, personne n’est parfait. Tout le monde fait des erreurs. Et on apprend même de ses erreurs. Mes parents m’ont appris à raisonner comme ça. Je me contente d’hocher la tête en signe de compréhension. Et, je continue à laver cette pile de vaisselle qui commence à diminuer à vue d’œil. Je turne a tête vers celle-ci et je lâche un soupir. Il reste environ une vingtaine d’assiettes à laver, et puis après quelques couverts et ça sera terminé. Mais Tracy me dit quelque chose qui m’intrigue. Intriguée, je lui demande des explications. Elle semble embarrassée, presque honteuse. Cette attitude me fait froncer légèrement les sourcils. On dirait qu’elle a quelque chose d’horrible et difficile à me dire. Ça me fait presque peur. Elle remonte ses manches. J’enlève mes mains de l’eau froide quelque instant et je me tourne vers elle pour mieux regarder. Sur ses avant-bras on pouvait voir d’horribles ecchymoses. Des coupures. Choquée, j’écarquille les yeux. Je regarde un instant son avant-bras mutilé avant de relever le regard vers elle. « Naïa était la meilleure protection possible quand j’étais son amie. Quand tu deviens son ennemie… tu deviens une cible à abattre. » J’étais sans voix, je ne savais même pas quoi dire. « J’ai pu récupérer sa baguette, et m’enfuir. » Je déglutis lentement. Tracy a fait des erreurs. Elle s’est comportée comme une garce, qu’elle n’est pas, j’en suis persuadée. Elle méritait d’être puni pour tous ses mensonges, pour son comportement ignoble de ces dernières années. Mais elle ne méritait pas ça « Je… » J’ai du mal à croire que des élèves sont responsables de ces traces qui sont sous mes yeux. C’est tout simplement scandaleux. « Ils finiront un jour par payer pour ce qu’ils t’ont fait, je t’assure. On finit toujours par payer de nos erreurs… » Et pour le coup, j’espère que Naïa et sa bande vont payer le prix fort. Cette fois, elle est allée trop loin. Beaucoup, trop loin.

S’il y a bien une chose que j’aime le moins au monde, c’est voir quelqu’un triste, mal, déprimé. Même si cette personne n’a pas été toujours d’un comportement exemplaire avec moi. Même si je ne porte pas forcément cette personne dans mon cœur. C’est ce qu’il se passait pour Tracy. Je n’aime pas la voir dans cet état, et malgré toutes les crasses qu’elle a pu me faire, je le dis et je le redirais un million de fois s’il le faut : elle ne mérite pas ça. Elle mérite mieux, vraiment beaucoup mieux. Personne ne mérite de se faire traiter de la sorte, je trouve ça scandaleux. « Je sais bien, mais… le pire, c’est que ça m’atteint. Vraiment. » Bien sûr que ça l’atteint, et c’est tout à fait normal. Tout Être Humain normalement constitué serait un minimum atteint par toutes ces attaques. « C’est normal… Mais même si ce n’est pas facile, même si au plus profond de toi ça te fait mal, il ne faut surtout pas te laisser abattre. Quand tu les croises dans les couloirs, il faut que tu gardes la tête haute, ne baisse surtout pas les yeux. Fais-leur croire que tout ce qu’ils t’ont fait ne t’atteint pas plus que ça, c’est la meilleure des vengeances selon moi. » Je pense sincèrement ce que je lui dis. Même si ce n’est pas facile, je trouve que leur faire croire qu’elle va bien est la meilleure et la plus belle des vengeances possibles. Et il ne faut pas qu’elle s’en prive. Ils l’ont blessé non seulement physiquement mais aussi psychologiquement. « Tout comme ça a du être compliqué pour vous… au début. » Je finis par replonger mes mains dans l’eau froide pour finir de laver tout ce qu’il reste. Cette corvée en vient presque à sa fin, il ne reste plus grand-chose à laver. Et je sais que si je ne lui étais pas venu en aide, elle n’en serait qu’à la moitié. Et encore. Je hausse les épaules tout en attrapant une poignée de couverts pour les plonger dans l’eau froide et commencer à les nettoyer. « Au début c’était horrible. On avait l’impression d’être dans un cauchemar, et j’avais l’impression que je n’allais jamais m’en sortir. Le regard des gens, je pense que c’est ça le plus difficile. » Parce que moi, même en temps normal, je déteste quand plusieurs personnes m regardent. « Mais même aujourd’hui c’est horrible. On a plus aucune force, plus d’espoir, plus de dignité, plus rien. » Je me sens tout simplement humiliée, vide, inutile, pathétique, et encore tellement d’autre chose tout aussi dégradante les unes que les autres. Cette histoire n’a pas d’issue, c’est sûr et certain, nous nous retrouvons bloqués…

Nous sommes enfermés dans cette atroce routine ; se réveiller, prendre une douche froide, manger les restes des autres élèves, partir en corvée, rentrer, et pleurer. Telle était ma routine, aussi triste que cela puisse paraître. J’ai l’impression de passer mon temps à pleurer. Ce qui prouve ma faiblesse flagrante. Je n’ai absolument aucune force, physiquement ou psychologiquement. Je n’ai plus rien. Plus rien du tout… « Evidemment… je t’ai jamais vue baisser les bras, malgré tout ce qui a pu t’arriver. » Non, je n’ai jamais baissé les bras. Si un jour je le fais, je vais certainement me laisser mourir… La mort ne peut pas être pire que ce que je suis en train de vivre en ce moment… Au moins là-bas je pourrais retrouver ma mère, lui parler, lui faire un câlin… mais je ne peux pas laisser mon père tout seul. Je l’ai vu sombrer petit à petit après le décès de ma mère, il a eu du mal à s’en remettre. Je l’ai aidé à se relever et à aller mieux. Il a besoin de moi…alors…je suis encore là…juste pour lui, honnêtement. Je me pince les lèvres tout en inspirer un bon coup. « Je n’ai pas vraiment le choix en fait… » Pour moi ce n’est pas de la force…peut-être que je suis trop dure avec moi-même je n’en sais rien. Mais quoiqu’on me dise, j’aurais une image atrocement négative de moi-même. Je sens comme une sorte de soulagement quand je me rends compte qu’il ne me reste plus tant de couverts à laver que ça. C’est bientôt la fin…heureusement parce qu’au plus vite on termine, au plus vite nous allons pouvoir quitter la cuisine, et éviter de se faire prendre. « Je n’en ai pas vraiment… les groupes étaient déjà constitués lorsque je vous ai rejoints. Parfois, ils me mettent avec Oliver. C’est un garçon vraiment gentil. Et toi, avec qui tu travailles… ? » Un petit sourie se dessine sur mon visage. Elle a de la chance de travailler avec Oliver, le connaissant elle ne doit jamais s’ennuyer avec lui. « Il est formidable oui. » Je lui réponds alors dans un premier temps. Et je me rends compte à ce moment-là que j’avais terminé de tout laver. Je lâche un léger soupir, j’étais soulagée. Je vide l’eau froide de l’évier et je m’essuie les mains avec un torchon. « Je travaille avec Niamh, on s’entend très bien. » Je lui réponds alors tout en pliant le torchon que je venais d’utiliser, puis je le range là où je l’avais trouver. Je jette un rapide coup d’œil à la porte, de peur qu’un mangemort arrive à ce moment-là. Mais non, rien. On a eu de la chance.

© Starseed


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7150-tracy-amelia-bennett-pour-etre-confirmee-dans-mon-identite-je-depends-entierement-des-autreshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7158-tracy-l-essentiel-en-enfer-c-est-de-survivrehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7162-tracy-bien-que-la-verite-et-le-mensonge-soient-jumeaux-la-verite-la-plus-agee-des-deuxhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7163-tracy-n-oubliez-pas-de-signer

Arrivé(e) le : 27/11/2016
Parchemins rédigés : 1716
Points : 13
Crédit : alice icons. (c)
Année : Cinquième

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Izzie & Jade.

MessageSujet: Re: Clean it up ! We want the company impressed ☛ Alaska & Tracy   Dim 6 Aoû - 22:31

Clean it up ! We want the company impressed
Alaska & Tracy

 « Je… Ils finiront un jour par payer pour ce qu’ils t’ont fait, je t’assure. On finit toujours par payer de nos erreurs… » Et pourtant, elle se sentait incroyablement embarrassée de lui montrer tout ça… Comme si elle se mettait à nu, dévoilant ainsi à quel point elle était faible, désorientée, et vulnérable, à la merci des autres. Peut-être que Naïa avait simplement voulu assouvir ses pulsions de violence sur elle et ainsi accomplir une vengeance qu’elle jugeait bien octroyée, mais le Poufsouffle qui l’avait agressée, lui, avait de réelles raisons de la considérer comme la responsable de ses malheurs. Contre son gré, elle avait condamné plusieurs autres élèves à recevoir des punitions relativement violentes, dont ils ne se relèveraient peut-être jamais, et c’était en effet le cas d’Anoushka… En tout cas, même si Alaska était adorable de lui dire qu’elle ne le méritait pas, quelque chose en elle, continuait de nourrir cette culpabilité : si, elle était responsable, malgré elle mais responsable tout de même. Elle ne l’avait peut-être pas mérité, mais cette épreuve était peut-être celle qui était amenée à se confronter à ses mensonges… « C’est… c’est peut-être comme ça que je dois payer les miennes. » Elle n’avait pas à recevoir la compassion des autres, et tenait à rattraper ses erreurs avec Alaska sur des bases plus saines que la pitié qu’elle pouvait éprouver à son égard. Elle n’avait pas à la récupérer comme un chiot abandonné sur le pas d’une porte… La Serdaigle lui manquait, mais elle ne se sentait pas digne de pouvoir prétendre de nouveau à son amitié. Alaska en avait tellement bavé après tout… leurs conversations personnelles remontaient peut-être à longtemps, mais elle n’avait pas oublié ce dont elle avait pu lui parler, et savait que même avant Poudlard, les choses n’avaient pas été faciles pour elle… Et malheureusement, elles avaient empiré avec l’arrivée de Blackman et ses sbires.

« C’est normal… Mais même si ce n’est pas facile, même si au plus profond de toi ça te fait mal, il ne faut surtout pas te laisser abattre. Quand tu les croises dans les couloirs, il faut que tu gardes la tête haute, ne baisse surtout pas les yeux. Fais-leur croire que tout ce qu’ils t’ont fait ne t’atteint pas plus que ça, c’est la meilleure des vengeances selon moi. » C’était un bon conseil, mais elle se sentait tout à fait incapable d’y parvenir… Comment pourrait-elle donner à n’importe qui l’impression qu’elle était forte, alors qu’elle tremblait comme une feuille la moindre difficulté… Comment pouvait-elle donner l’impression que rien ne l’atteignait, alors qu’elle avait vécu pendant des années sur la vision que l’on avait d’elle… C’était dur, beaucoup trop dur, d’affronter tout ça en donnant l’impression que l’on pouvait être suffisamment blindé pour accuser le coup sans broncher… Elle réfléchit tout du moins : garder la tête haute, ne pas baisser les yeux… Le pourrait-elle un jour ? Peut-être, mais il lui faudrait s’entraîner… Elle essaierait d’en discuter avec Oliver le soir-même : après tout, le jeune garçon était doué pour se moquer de l’avis des autres, et agir comme bon lui semblait… Ce à quoi il parvenait très bien ! « Je ne sais pas si j’en serais capable… tu te souviens du cours de Winslow ? Je ne savais pas du tout comment réagir… » commença-t-elle en se rappelant du regard que lui avaient jeté Callie, et Octavia, ainsi que bon nombre d’autres nés-moldus en colère… « Mais merci, je vais tout faire pour essayer ! » Alaska avait raison, elle ne pouvait continuer de se faire marcher sur les pieds éternellement si elle voulait survivre en bas.

« Au début c’était horrible. On avait l’impression d’être dans un cauchemar, et j’avais l’impression que je n’allais jamais m’en sortir. Le regard des gens, je pense que c’est ça le plus difficile. Mais même aujourd’hui c’est horrible. On a plus aucune force, plus d’espoir, plus de dignité, plus rien. » Tout cela lui était effectivement familier… et si elle avait eu la chance de ne le vivre qu’une poignée de jours, Alaska vivait ce calvaire depuis des mois à l’instar des autres nés-moldus. En une nuit, tout avait changé, et elle avait du renoncer à tout ce qu’elle avait pour découvrir ce mode de vie misérable auquel ils s’étaient maintenant accoutumés, tant c’était normal… Est-ce qu’ils s’en remettraient un jour ? Honnêtement, elle n’en avait aucune idée, ils en avaient tellement bavé… Certains auraient besoin d’un passage obligatoire par Sainte-Mangouste, et sans doute de se retrouver sous traitements, avec compléments alimentaires pour la plupart… Alaska n’avait jamais été trop épaisse, mais l’état dans lequel se retrouvait actuellement son corps commençait à être inquiétant… Qui plus était, si cette dernière commençait à perdre espoir, alors il n’y avait plus rien à espérer. « C’est un cauchemar. » confirma-t-elle. « Mais on retrouvera tout ce qu’ils nous ont pris… ton père doit remuer ciel et terre en attendant ton retour. Et il t’emmènera à Paris quand tu reviendras ! » tenta-t-elle en espérant insuffler un peu des dernières traces d’espoir qui continuaient de survivre en elle. Elle ne savait pas trop si c’était vrai ou non, mais elle s’imaginait en tout cas que ce devrait l’être. Après tout, s’il n’avait aucune nouvelle depuis des mois, et qu’il ne l’avait pas vue rentrer aux vacances de Noël, il devait être fou d’inquiétude… Et puis, les rêves aidaient à tenir, dans les cachots. C’était quelque chose qu’elle avait pu découvrir notamment lors de son isolement, lorsqu’elle peinait à dormir.

« Je n’ai pas vraiment le choix en fait… » C’était vrai, personne ne pouvait renoncer, sous peine de ne pas en sortir vivant. Mais elle l’avait fait, sans céder à la facilité, sans tenter de dénoncer qui que ce soit pour pouvoir s’en sortir, sans mentir sur ses origines. Tous les jours, elle se battait pour sa survie, contrairement à ce qu’elle prétendait. Les cachots changeaient les gens, mais ils ne parviendraient pas à avoir raison d’Alaska Lemaire. « Peut-être, mais il faut une sacrée force mentale pour pouvoir le supporter. » maintint-elle. Si elle ne voulait pas le reconnaître, Tracy ne comptait pas pour autant lui laisser croire qu’elle n’avait d’autres choix que de serrer les dents. « Et puis… tu avais le choix de venir ici, ou de retourner dans nos « dortoirs »… non ? » poursuivit-elle. Elle avait bien choisi de venir l’aider après tout… et elle était prête à parier qu’elle n’était pas la première à qui Alaska venait en aide. C’était dans sa nature après tout, de tendre une main vers les autres… « Il est formidable oui. Je travaille avec Niamh, on s’entend très bien. » Donc elle connaissait bel et bien Oliver, et travaillait avec Niamh… C’était fou comme l’univers des cachots les rendaient tous familiers entre eux… Mais leurs liens n’en était que plus resserrés, comme lorsque le Gryffondor lui avait dit qu’ils avaient fini par devenir une sorte de famille. Elle songea à Niamh, un peu plus tristement. « Elle a eu tellement d’ennuis elle aussi… elle doit être vraiment au plus mal… » Elle rinça un dernier verre qu’elle essuya, avant de se rendre compte que le bac était presque vide… Bon sang, elles en avaient fini avec cette corvée, c’était à peine croyable, au vu de son volume initial ! « Wowh, je crois qu’on a terminé ! Je te remercie tellement, j’aurais jamais pu y arriver sans toi… Tu veux qu’on remonte… ? » demanda-t-elle avec un peu de réserve. Cela sous-entendait « ensemble », et elle ne savait pas très bien si en dehors d’une corvée, la Serdaigle était de nouveau prête à passer du temps avec elle, étant donné que les choses étaient diamétralement différentes… Mais ce serait peut-être les bases de la reconstruction, et elle ne perdait rien à essayer, quitte à ce qu’elle refuse.

Emi Burton


I’m afraid, somebody else might take my place
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7423-alaska-can-anybody-hear-me-or-am-i-talking-to-myselfhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7451-there-is-no-friend-as-loyal-as-a-book-alaskahttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7452-parce-qu-il-faut-bien-se-sociabiliser-un-peu-alaskahttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7453-ecrire-des-lettres-c-est-bon-pour-les-apothicaires-alaskahttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7454-courtes-lettres-et-longues-amities-tel-est-ma-devise-alaska

Arrivé(e) le : 25/01/2017
Parchemins rédigés : 1061
Points : 0
Crédit : Emma Roberts (c) Cyrine
Année : 5ème année - 15 ans

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: Clean it up ! We want the company impressed ☛ Alaska & Tracy   Dim 13 Aoû - 11:19

Tracy & Alaska
Clean it up ! We want the company impressed
«C
 ’est… c’est peut-être comme ça que je dois payer les miennes. » Non, non. Je ne peux pas la laisser penser une chose pareille. Elle ne peut pas penser qu’elle mérite d’être traitée comme ça. Elle a fait des erreurs, et je suis plutôt bien placée pour le savoir. Mais non, elle ne mérite pas de payer ses erreurs comme ça. Je secoue la tête en signe de désaccord. « Non ! Personne ne mérite de payer ses erreurs par la violence. Même si tu m’as fait beaucoup de mal je ne peux pas te laisser penser ça. » Mais en même temps, je ne sais pas ce que je peux faire pour la faire changer d’avis et d’opinion sur elle-même. Pas grand-chose je suppose. C’est dommage. Moi j’aime aider les gens, les épauler et les conseiller même. C’est dans ma nature, je suis comme ça. Je suis sûre que vous devez me trouver trop bête et trop conne d’être si gentille avec elle après tout ce qu’elle m’a fait. Peut-être que vous avez raison, je suis trop conne trop bête et beaucoup trop gentille. Mais mes parents m’ont appris à ne jamais tourner le dos à ceux qui ont besoin d’aide. Et là, je vois que Tracy a cruellement besoin de soutien. Il est clair qu’entre elle et moi, ça ne sera plus jamais comme avant. Ou du moins, pas maintenant. Il va certainement me falloir un bon moment pour que je puisse la voir à nouveau comme une amie. Peut-être que je ne vais plus jamais la voir comme une amie. Je donne ma confiance si difficilement que quand on la brise, il m’est difficile de pardonne entièrement. « Je ne sais pas si j’en serais capable… tu te souviens du cours de Winslow ? Je ne savais pas du tout comment réagir… » Bien sûr que je m’en souviens. Et je comprends tout à fait qu’elle ne sache pas comment réagir à tout ça, je comprends qu’elle ait du mal à ne pas montrer à ses bourreaux que leurs actions et leurs mots lui font mal. Mais moi c’est comme ça que j’agis avec les personnes comme Naïa. C’est comme ça que j’ai agi avec Tracy elle-même… J’ai toujours fait comme si ses actions et son changement de comportement ne m’atteignait pas alors que, croyez-moi ça m’avait fait terriblement mal. Je suis une assez bonne comédienne. Faire comme si, faire semblant. C’est tout moi ça. C’est une question d’habitude…je pense. «Mais merci, je vais tout faire pour essayer ! » Je hoche la tête avec un léger sourire qui accompagnait mon geste. Elle n’a pas à ma remercier, c’est tout naturel. C’est normal, pour moi. « Je te montrerais comment faire, si tu veux. C’est pas très compliqué au fond. Je suis assez douée pour cacher mes émotions. » Parce qu’en fait, au fond, c’est ça qu’il faut faire. Cacher ses véritables émotions. Faire comme si on est fort, alors qu’au final, nous sommes au plus bas. Alors qu’au final, on est faible. Je suis faible…

De mon côté, j’ai complètement perdu tout espoir. J’ai l’impression que je vais passer ma vie en bas, à jouer les petits esclaves, tous les jours… J’ai le moral à zéro, mais encore une fois je le cache pas mal en souriant, en faisant comme si je me sentais bien, comme si j’arrivais à m’en sortir alors qu’en fait je suis détruite de l’intérieur. Je le sais. Je ne vais plus jamais revoir mon père, je vais le laisser seul, je m’en veux… Quand je vous dis que je suis faible… je suis l’une des personnes les plus faibles d’esprit qui puisse exister… « C’est un cauchemar. Mais on retrouvera tout ce qu’ils nous ont pris… ton père doit remuer ciel et terre en attendant ton retour. Et il t’emmènera à Paris quand tu reviendras ! » [b] J’ai envie de me mettre à pleurer.. Elle me parle de mon père. De Paris. Mon Dieu, je veux retourner à Paris. Plus tard j’ai envie d’y habiter. De faire ma vie en France. J’en rêve. Mais, soyons honnête, ça ne va pas arriver puisque je suis bloquée ici pour encore bien longtemps je pense. Mais l’évocation de mon père et de Paris me rappelle aussi tellement de bons souvenirs. En fait, c’est un sentiment mitigé. J’ai envie de pleurer parce que tout ça me manque mais je n’ai passé que des bons moments là-bas avec mon papa. Donc je souris tout de même. Certes, c’est un sourire triste, mais c’est tout de même un sourire. Il ne faut pas trop m’en demander tout de même. [b] « Tu penses vraiment tout ce que tu dis ? » Question stupide, quand on y réfléchit. Parce que si elle ne le pensait pas, elle n’allait pas me l’avouer… Je ferme un court instant les yeux, et je m’imagine à Paris. Me baladant sur les Champs-Élysées, y faire du shopping, aller à la fashion week avec mon père… Toutes ces choses que j’aimais tant avant. Toutes ces choses qui me manquent tellement…

« Peut-être, mais il faut une sacrée force mentale pour pouvoir le supporter. » Moi ?! Une sacrée force mentale ?! Je crois qu’elle doit se tromper. Je suis certainement la personne la plus faible qui puisse exister dans ces fichus cachots. Si seulement elle savait que je passais la moitié des nuits à pleurer, à me dire que je ne vais jamais m’en sortir… Elle retirerait bien vite ce qu’elle vient de me dire. Je suis faible. Et puis c’est tout. Et cette expérience atroce n’arrange pas les choses. Je suis faible depuis que les enfants de l’école moldue se moquaient de moi, de mon physique. Depuis que ma mère est morte, depuis que je suis en bas dans les cachots. J’ai l’impression que la vie s’acharne sur moi. Je n’ai que quatorze ans et j’ai l’impression d’avoir passé plus de temps à pleurer qu’à autre chose. Je ne suis pas forcément d’accord avec elle, et elle le sait. C’est pour ça que je me contente de hausser les épaules. Mais je suis touchée qu’elle essayait de me faire croire l’inverse. Enfin…je me comprends. « Et puis… tu avais le choix de venir ici, ou de retourner dans nos « dortoirs »… non ? » Je me pince les lèvres tout en hochant la tête. « Oui, j’ai entendu des mangemorts parler. Ils disaient qu’ils t’avaient laissé seule avec une tonne de vaisselle à faire. Et je n’ai pas trouvé ça juste. Toi aussi tu as le droit d’avoir un binôme dans chacune de tes corvées… » Oui je sais, vous me trouvez trop gentille… Mais je suis comme ça et puis c’est tout. Je ne regrette pas d’être venue l’aider et si c’était à refaire, je le referais. Et puis, nous avons pu parler de certaines choses et je pense sincèrement que nous en avions besoin. « Elle a eu tellement d’ennuis elle aussi… elle doit être vraiment au plus mal… » Oh que oui. Niamh avait bien changée. La pauvre… Au début c’est elle qui me donnait la force d’aller de l’avant et de ne pas lâcher. Mais elle a vécu tellement de choses qu’elle a fini par perdre elle-même toute forme d’espoir qu’elle avait… « Avant c’est elle qui me pousser à être positive. Mais maintenant elle a perdu espoir, elle va vraiment mal et je ne sais pas quoi faire pour l’aider à aller mieux… » Parce qu’elle m’a tellement aidé que j’ai l’impression que c’est à mon tour d’être là pour elle. Mais je suis tellement nulle que je n’arrive pas à l’aider à aller mieux. Je lâche un long soupir de soulagement quand je me rends compte que nous avons enfin fini. Mon Dieu, je n’en voyais plus le bout. « Wowh, je crois qu’on a terminé ! Je te remercie tellement, j’aurais jamais pu y arriver sans toi… Tu veux qu’on remonte… ? » Je lui souris en guise de réponse à la première partie de sa phrase. Effectivement, toute seule elle n’aurait jamais réussi à y arriver, c’était impossible et c’est sûrement pour ça que les mangemorts l’avaient privé de son binôme. « Ne me remercie pas, c’est normal… » Je lui réponds d’une petite voix. Du moins, pour moi c’est normal. « Oui allons-y. » Je quitte mon poste de travail et je vais vers la porte d’entrée pour l’ouvrir doucement. Je passe ma tête pour vérifier qu’il n’y a pas de mangemorts à l’horizon. Négatif, on peut y aller, je sors alors avec Tracy. J’ai promis à Dan que je serais là pour elle, alors je tiens ma promesse.

© Starseed


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: Clean it up ! We want the company impressed ☛ Alaska & Tracy   

Revenir en haut Aller en bas
 
Clean it up ! We want the company impressed ☛ Alaska & Tracy
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard, 19 ans après. :: La Corbeille :: 
Corbeille
 :: Les vieux RPs
-
Sauter vers: