AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [ANNÉE 2022 - 2023] “Chaque douleur est une mémoire.” – {Pv Rioghbhardan O'Callaghan} [TERMINÉ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6239-rioghbhardan-i-m-not-your-boy-toyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6299-rioghbhardan-you-better-believe-that-i-want-you-and-you-need-mehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6300-rioghbhardan-declarations-d-amour-uniquementhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6301-rioghbhardan-rien-de-professionnel-merci

Arrivé(e) le : 03/06/2015
Parchemins rédigés : 4500
Points : 8
Crédit : (c)
Année : 7ème année - 19ans

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Skat Cunningham

MessageSujet: Re: [ANNÉE 2022 - 2023] “Chaque douleur est une mémoire.” – {Pv Rioghbhardan O'Callaghan} [TERMINÉ]   Jeu 4 Mai - 11:50


Chaque douleur est une mémoire
Morgana & Rioghbhardan

Je m'assois péniblement. Je suis fatigué. Pire que ça, même. Ça fait quatre nuits que je dors à peine, quatre jours que je joue à faire semblant de mourir pour un histoire stupide... Il y a sûrement de quoi être fatigué... « C’est terminé ! Vous y êtes parvenu... » Je sursaute. Je ne l'avais pas vu arriver. Je hoche doucement la tête. Elle a l'air soulagé. Et moi aussi. Moi aussi... Un frisson me glisse dans le dos. C'est terminé. C'est sûrement la pire expérience de mon existence. La torture de l'autre fois n'était rien à côté. Enfin... La mienne, bien sûr. L'entendre supplier, hurler, agoniser, lui, c'était mille fois pire que ça. Comme ce soir... J'espère qu'il va bien. J'espère qu'ils ne lui ont rien fait. J'espère qu'il sera là quand je rentrerai. Je veux bien passer ma nuit à le rassurer s'il le faut, rester réveillé pour éloigner ses cauchemars. Ça ne fait rien. Je me reposerai plus tard, au pire, je veux juste qu'on me le rende. Je ne veux pas avoir à faire face à tout ça sans lui. C'est pas possible. C'est parce qu'il est là que je tiens. Parce que j'ai pas le droit de me laisser aller à jouer les pauvres petites choses fragiles et désespérées alors qu'il vit pire que moi. Je prends d'une main tremblante le verre et la fiole qu'elle me tend. Comme d'habitude, je ne demande pas ce que c'est. Je m'en fiche. Je ne suis plus à une ignorance près. Elle m'a gardé en vie jusque là, j'imagine qu'elle ne va pas m'achever maintenant. « Les marques runiques feront effet dès maintenant et elles resteront gravées sur vous durant un bon moment, de l’ordre de quelques mois. Cela dépend des individus et de la distance qui vous sépare, en moyenne. » Je l'écoute silencieusement. Je peine un peu à réaliser ce que ça implique vraiment. Jusque là, c'était de l'ordre du possible mais maintenant, c'est réel. On ne fait pas en sorte que je puisse souffrir à sa place. Je souffrirai à sa place. La satisfaction est teintée d'angoisse. Elle n'est pas aussi intense qu'elle le devrait. Qu'est-ce que j'ai fait, bordel...?! « Mais puisque personne ne peut quitter le château pour le moment, vous n’aurez pas à craindre que cela disparaisse rapidement. » J'ai un ricanement nerveux. J'aurais préféré qu'on puisse en sortir. Ça aurait signifié qu'il n'avait plus besoin de moi pour ça. Que les Mangemorts seraient loin. Qu'il serait libre. Mais je ne dis rien et me contente de hocher la tête une fois de plus.

Je baisse les yeux sur les potions qu'elle m'a données et n'hésite pas beaucoup avant de les boire d'une traite. Il ne faut pas longtemps pour qu'elles fassent leur effet. J'ai moins froid, moins peur. Je tremble plus trop et l'épuisement se fait moins fort. Avec un peu de chance, il restera éloigné assez longtemps pour pouvoir veiller sur Milo cette nuit. Ce serait bien... Je finis tout de même par me relever. Prudemment. Je ne suis pas très sûr de mes appuis et je crois que ça se voit. Le remake de Bambi, une merde comme ça. Elle me fait signe de venir m'asseoir. J'obéis. Je pose les verres sur son bureau et me laisse tomber sur la chaise. Un soupir m'échappe. C'est terminé. J'ai hâte de rentrer. Et de ne plus jamais refoutre les pieds dans son bureau ! Elle range le matériel, je regarde les objets voler à travers la pièce en réalisant que j'aurais bien aimé être capable de faire ça, un jour... « Est-ce que vous vous sentez un peu mieux ? » Derechef, je hoche la tête. «  Maintenant que nous avons terminé, je vais devoir m’assurer de votre silence comme nous l’avions convenu. Vous m’avez écrit que vous accepteriez quelles qu’elles soient les mesures que je prendrais... » Je reste hébété une seconde. Je la fixe. J'ai vraiment dit ça ? Je m'en souviens pas. Je la crois, c'est pas le problème, je n'ai pas vraiment le choix, mais je ne m'en rappelle pas. Je l'ai sûrement fait machinalement, pour être sûr qu'elle accepte. J'en sais rien. Je ne parlerai pas ! Pitié, je veux juste que ça s'arrête, je veux juste retourner dans mon dortoir... Je dirai rien... « ...et je pense que supprimer certains éléments de votre mémoire et les remplacer par des souvenirs altérés devraient faire l’affaire. » Mon cœur s'emballe. « Hein ?! » Sans m'en rendre compte, j'ai reculé autant que me le permet la chaise. C'est pire que le reste. Qu'on me torture tant qu'on veut mais qu'on joue pas avec mes souvenirs ! Je veux pas qu'elle farfouille dans mon esprit pour en faire ce qu'elle veut. Elle a pas le droit de faire ça, n'est-ce pas ?! Elle peut pas ! Mais elle était pas censée pouvoir me faire agoniser non plus et ça ne l'a pas empêché de le faire. Ma gorge se serre. J'ai l'impression d'être pris au piège. Elle peut faire ce qu'elle veut. J'ai peur de ne plus me souvenir de rien. D'oublier plus que ces dernières soirées. J'ai dû pâlir, j'imagine. En tout cas, le froid m'a repris. « Lorsque vous sortirez de ce bureau, vous serez certain d’avoir accompli une retenue sur quatre jours avec moi, chaque soir, parce que je vous aurais accusé d’avoir tenté de me voler des ingrédients en affirmant vous avoir vu rôder près de ma réserve. Évidemment, même après avoir répété plusieurs fois que ce n’était pas vous, je n’aurais pas été convaincue par votre version des faits. » Sa manière d'exposer les choses ne laisse pas de place aux doutes. Elle a pris sa décision. Mon cœur bat trop vite. Et s'il y a un problème, hein ? Si elle se plante ?! Ça fait des semaines que je m'accroche à toutes les petites choses positives qui ont pu m'arriver mais... Mai si elles venaient qu'à disparaître ? Si j'étais plus capable de me rappeler de Milo ou de tout ce qu'on a pu vivre ? J'ose même pas imaginer son état si j'en venais qu'à le dégager de notre lit sans réaliser que c'est sa place. J'ouvre la bouche pour protester mais je n'ai pas le courage de le faire de crainte qu'elle trouve plus radicale que ça encore comme méthode. « Est-ce que cela vous convient ? » Non ! Bien sûr que non ça ne me convient pas ! Trouvez autre chose ! Je m'en fiche, n'importe quoi, mais foutez la paix à mes souvenirs ! J'ai pas confiance... J'ai trop à perdre si elle se plante... Pourtant, pour la quatrième fois de la soirée, je hoche docilement la tête...
Made by Neon Demon



Je me souviens de toi près de moi, tu m'embrassais pour la première fois, j'ai cette image gravée dans la tête. Je me souviens des premiers rendez-vous comme de la plus belle image de nous.
Rioghbhardan O'Callaghan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5970-professeur-morgana-h-burgess-quel-plus-bel-art-que-celui-des-potions-termineehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t5973-morgana-chaque-annee-un-nouveau-depart-et-de-nouvelles-tetes#138879http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6052-morgana-ecrire-cest-une-facon-de-parler-sans-etre-interrompuhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6053-morgana-hibou-express

Arrivé(e) le : 13/03/2016
Parchemins rédigés : 585
Points : 0
Crédit : delphie - Olivia Wilde
Année : Professeur de Potions & Directrice de Serpentard

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Tasha E. Lennox-Blackwood & Narcissa A. Breckenridge & Jayden S. Rosenbach

MessageSujet: Re: [ANNÉE 2022 - 2023] “Chaque douleur est une mémoire.” – {Pv Rioghbhardan O'Callaghan} [TERMINÉ]   Ven 12 Mai - 17:47

C’est étrange comme j’avais l’impression que la promesse de sa lettre lui était complètement passée au-dessus de la tête. Pourtant, je comptais bien m’assurer de son silence, qu’il le veuille finalement ou non. Ce n’était pas une question de manque de confiance mais… mmh si, cela l’était. Je ne connaissais pas vraiment cet élève, après tout. Et puis, n’était-ce pas lui qui, d’après ce qu’on disait, avait fait accuser une élève de seconde année d’un faux crime ? Qui me disait que cette histoire illégale n’allait pas s’ébruiter de lui-même ? Ou qu’on le soumette au Veritaserum pour lui faire avouer tout et n’importe quoi, comme les Mangemorts avaient l’habitude de le faire ? C’était sans doute égoïste, mais je n’allais pas prendre ce risque alors je comptais bien modifier sa mémoire et son air ahuri et presque désespéré n’allait pas me faire hésiter. En contrepartie, je procéderai de manière propre, sans faire d’erreurs. J’avais les compétences pour puisqu’on utilisait parfois le sortilège d’amnésie à l’hôpital pour guérir des patients traumatisés. Depuis le temps, j’étais certaine d’être plus calée que la plupart des gens. Ma dernière erreur remontait de toute façon à des années de cela, lorsque j’avais rencontré Billie Atwood à son orphelinat. A cette époque, elle n’avait pas encore été en âge de recevoir sa lettre de Poudlard et en voulant voler au secours d’une patiente dans un petit village sorcier, je m’étais trompée de destination en transplanant et j’étais apparue dans une ville moldue voisine. Billie m’avait vue apparaître comme par magie et j’avais rencontré beaucoup de problèmes pour m’en débarrasser tant elle m’avait assommée de questions. Au final, j’avais pratiqué ce fameux sortilège d’amnésie sur elle pour qu’elle oublie cette rencontre. Mais cela n’avait pas totalement fonctionné puisqu’elle avait continué à avoir quelques flashs étranges pendant des années. Ma magie avait sans doute été affectée par l’émotion de tristesse que j’avais ressenti à son égard en sachant qu’elle était maltraitée par son prêtre… En tout cas, aujourd’hui, j’avais muri depuis la dernière fois et je pouvais donc affirmer que je ne risquerai pas d’altérer négativement la mémoire du Poufsouffle. Je n’en avais pas le choix, il fallait que chaque détail soit bien réalisé.

Après lui avoir résumé une partie de mes idées et lui avoir demandé si cela lui convenait, O’Callaghan finit par hocher la tête, m’autorisant donc à procéder ainsi. Je n’avais pas besoin d’user de légilimancie pour deviner qu’en réalité, cela ne lui plaisait pas mais les autres solutions que j’avais exploré n’étaient pas adéquates. Pour apaiser un peu ses appréhensions, je me permis d’ajouter une dernière fois :

« Ne vous en faîtes pas, j’ai déjà fait ça de nombreuses fois avant d’être prof ici. »

Je fis apparaître une vingtaine de fioles remplies sur la table, ainsi qu’une plume. Elles portaient une étiquette mais il n’y avait rien d’écrit dessus. Puis, je levai ma baguette en direction de son front avant de murmurer un « Oubliettes ». Maintenant, on pouvait laisser place au nouveau scénario. Il ne se souviendrait pas de m’avoir contactée, ni d’avoir été « torturé » pendant quatre jours dans mon bureau. En effaçant ces scènes de sa tête, il y avait désormais un vide à combler. Et pour cela, rien de mieux qu’un autre sort de mémoire avancé pour lui créer de faux souvenirs. Il se rappellerait d’avoir cherché de lui-même la solution au problème en s’infiltrant à la réserve de la bibliothèque de manière à passer sous le nez des Mangemorts durant un soir. Ce n’était peut-être pas quelque chose dont il avait l’habitude de faire mais ce soir-là, il avait été submergé par une grande détermination, plus forte que jamais, pour le simple désir de sauver son ami. Il aurait cherché pendant des heures dans des livres dont les titres et les textes lui apparaîtraient flous dans ses souvenirs, et il mettrait cela sur le compte de la fatigue de ses recherches avant d'en trouver un qui traiterait du sujet de ce rituel. Il aurait recopié la page adéquate sur un bout de parchemin, puis il se serait rendu dans la salle sur demande pour faire ce rituel. Les étapes n'auraient pas été les mêmes qu'en réalité, la potion étant nettement plus simplifiée de telle sorte à ce qu’il ait estimé qu'il puisse être capable de la faire de lui-même, la seule difficulté étant de se couper avec un poignard. Il aurait trouvé du matériel utile grâce aux propriétés magiques de la salle sur demande ‒ bougies, runes ‒ et en récoltant la feuille de Mandragore et de trèfle dans les serres à l'abri des regards indiscrets. Il aurait le souvenir de s'être fait marquer lui-même par les runes et d'en ressentir la douleur pendant des heures, même durant son sommeil. En revanche, aucun souvenir des flammes vertes. Je trouvais cela bien trop traumatisant pour les lui intégrer dans son esprit et c’était sans doute mieux comme ça. Il croirait simplement que cela s'était terminé sur la seule étape des runes. Puis, chaque soir, après ses retenues pénibles et ennuyantes en ma compagnie consistant à trier des ingrédients étranges et repoussants, ainsi qu’à étiqueter correctement les échantillons faits par les élèves, il aurait fait boire un peu de sa potion à son ami avant de tenter de se coucher à son tour, à l’exception du dernier soir, où il s’était rendu compte qu’il avait disparu… Malgré tout, il se souviendrait qu’un détail du livre qu’il avait emprunté stipulait que le rituel fonctionnerait quand même mais de manière moins forte. Il se serait ensuite débarrassé du restant de ce que contenait son chaudron dans les toilettes des garçons.

Une fois le fait accompli, je pris place en face de lui, rangeant mon arme et me retenant de soupirer d’épuisement. Ce n’était pas un sortilège facile à manier tant il nécessitait de concentration. Normalement, tout était bon. Il ne devrait pas y avoir d’incohérences ou alors elles ne seraient pas importantes et même s’il se poserait certaines questions, il ne pourrait pas tout remettre en cause.

Je repris un air sévère et acerbe tandis qu’il semblait être égaré, complètement à l’ouest, comme s’il émergeait d’un long sommeil.

« On se réveille, Mr O’Callaghan ! Je ne vous ai pas dit de somnoler à ce que je sache. Mais puisque vous ne semblez pas être capable de faire ce que je vous demande jusqu’au bout, sortez d’ici. Je perdrai moins de temps à faire tout cela moi-même ! »

Hrp : Je te laisse clore. o/



The past is behind us
“We can easily forgive a child who is afraid of the dark; the real tragedy of life is when men are afraid of the light.” @marclévy ≈ vous revoir©️ alaska.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6239-rioghbhardan-i-m-not-your-boy-toyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6299-rioghbhardan-you-better-believe-that-i-want-you-and-you-need-mehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6300-rioghbhardan-declarations-d-amour-uniquementhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6301-rioghbhardan-rien-de-professionnel-merci

Arrivé(e) le : 03/06/2015
Parchemins rédigés : 4500
Points : 8
Crédit : (c)
Année : 7ème année - 19ans

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Skat Cunningham

MessageSujet: Re: [ANNÉE 2022 - 2023] “Chaque douleur est une mémoire.” – {Pv Rioghbhardan O'Callaghan} [TERMINÉ]   Mer 14 Juin - 17:52


Chaque douleur est une mémoire
Morgana & Rioghbhardan

Je n'ai pas le choix. Je trouve que c'est une phrase que je me suis répétée bien trop souvent dans ma vie... Je n'ai pas le choix... Parfois, ça m'arrange, ça éloigne la culpabilité, ça fait taire les regrets. Je n'ai pas le choix alors j'y suis pour rien. Mais ce soir c'est vrai. Ce soir, quoi que je fasse, le résultat sera le même. Si je tente de marchander ou de m'enfuir, elle me forcerait sûrement à la laisser faire. Parce que j'ai promis il y a une vie entière que je le ferai. J'aurais promis n'importe quoi pour un peu qu'elle accepte de m'aider. Et maintenant qu'elle l'a fait... Je ne suis plus certain que l'idée soit brillante. Elle l'était tant que c'était « possible ». Qui n'a pas pensé rien qu'une fois qu'il aurait bien voulu prendre à la place d'un proche, pour le soulager, hein ? Mais maintenant, c'est plus seulement possible, c'est la réalité. Ça va devenir mon quotidien. Et il va falloir le lui expliquer. Si par malheur il se faisait torturer encore, qu'il puisse jouer le jeu. Qu'il fasse semblant. Pour nous éviter à tous les deux un moment pire encore. C'était pas une bonne idée. C'était stupide. Et promettre l'était plus encore. Je veux qu'elle me laisse tranquille. Je jure que je me tairais ! Personne n'en saura jamais rien ! La peur me noue l'estomac. Je me rends compte qu'elle va jouer avec ma vie plus encore qu'elle ne l'a fait jusque là. Je ne risque plus seulement de mourir mais de perdre tout ce que j'ai, tout ce que je suis. Et c'est infiniment plus effrayant. Et si je sortais d'ici sans plus me souvenir de rien, hein ? Elle l'expliquerait comment ?! C'est risqué, j'suis désolé ! Il y a tellement plus de chance qu'ils remontent jusqu'à elle si elle se foire que si elle me fait confiance. Je dirai rien. C'est pas dans mon intérêt. Pitié... Je dirai rien... « Ne vous en faîtes pas, j’ai déjà fait ça de nombreuses fois avant d’être prof ici. » Génial. Je suis rassuré. Je veux pas qu'elle touche à ma mémoire. Peut-être que dans le fond j'ai un peu peur qu'elle y voit des choses qui ne la regardent pas. Mais avant que je ne tente de protester une dernière fois sans plus de courage que les autres, elle fait apparaître fioles et parchemins (pour la retenue, sûrement) et lève sa baguette dans ma direction. Je secoue instinctivement la tête et ferme les yeux très fort. Je ne me suis jamais senti aussi mal. Et au moment-même où elle prononce le sortilège, je ne peux m'empêcher de penser que je suis désolé, sans vraiment savoir à qui ces excuses sont adressées.

« On se réveille, Mr O’Callaghan ! » Je sursaute brusquement et manque de faire tomber une fiole posée sur le bureau. Je la regarde sans comprendre puis relève les yeux vers Burgess. Je sais pas trop où je suis, je me souviens pas vraiment de ce que je fais là. Je me redresse sur ma chaise et observe silencieusement ce qui m'entoure. Peu à peu, ça me revient. La dernière retenue. «  Je ne vous ai pas dit de somnoler à ce que je sache. » Je secoue maladroitement la tête. Je me demande même si je me suis pas endormi, en réalité. Mais j'y suis pour rien, ça fait des jours que je dors presque pas tellement cette histoire me prend la tête et cette nuit où il était pas là et... Il était pas là. Ça me revient d'un coup. Brusquement. Comme une gifle. Je regarde ma montre. P'tain, il est archi tard ! Il a dû rentrer et il doit pas savoir où je suis et... Je vois d'ici son inquiétude en plus de tout le reste. Je suis trop con ! Je me déteste ! Il faut que je rentre maintenant. Maintenant ! Je m'apprête à lui demander s'il n'y a pas moyen que je revienne demain soir pour finir, en lui expliquant qu'à part faire des bêtises, je n'arriverai à rien vu que je m'endors à moitié mais je n'ai pas le temps de prononcer le moindre mot qu'elle reprend. « Mais puisque vous ne semblez pas être capable de faire ce que je vous demande jusqu’au bout, sortez d’ici. Je perdrai moins de temps à faire tout cela moi-même ! » Je ne me le fais pas dire deux fois, de peur qu'elle revienne sur sa décision, et saute presque de la chaise. Je me précipite sur la porte. Il faut que je le retrouve. J'ai pas le droit de le laisser plus longtemps sans même savoir ce qui lui est arrivé. Et il va falloir que je lui explique. Tout. Mes retenues, leur cause, tout. Je ne vais pas aimer cette discussion, vraiment vraiment pas. Mais il me fait confiance et je n'ai pas le droit de la trahir. Dans ma hâte, je pousse la porte au lieu de la tirer, je reste coincé, j'ai sûrement l'air parfaitement débile. Tant pis. Je me sens un peu bizarre. Pas tout à fait réveillé. J'aime pas trop, c'est désagréable. J'ai dû faire une sacrée sieste avant qu'elle me parle, en fait... Elle avait qu'à pas me foutre en retenue, elle, aussi. Je finis par m'en sortir avec cette maudite porte et l'ouvre d'un geste brusque. « Bonne nuit, Professeur. » Sur quoi je disparais aussitôt et vole littéralement dans les couloirs. Je n'ai plus une seule seconde à perdre si je veux me faire pardonner...
Made by Neon Demon



Je me souviens de toi près de moi, tu m'embrassais pour la première fois, j'ai cette image gravée dans la tête. Je me souviens des premiers rendez-vous comme de la plus belle image de nous.
Rioghbhardan O'Callaghan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Contenu sponsorisé



CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: [ANNÉE 2022 - 2023] “Chaque douleur est une mémoire.” – {Pv Rioghbhardan O'Callaghan} [TERMINÉ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[ANNÉE 2022 - 2023] “Chaque douleur est une mémoire.” – {Pv Rioghbhardan O'Callaghan} [TERMINÉ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard, 19 ans après. :: Poudlard :: 
Les Cachots et Sous-Sols
 :: Cours de Potions :: Bureau du Professeur Burgess
-
Sauter vers: