AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Quand la maladresse est à son apogée... {Pv Madison}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7670-jayden-sonny-rosenbach-underco-80?nid=2#171608http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7672-jayden-life-is-not-a-video-gamehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7673-jayden-le-courrier-c-est-un-coup-de-telephone-qui-part-a-piedhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7674-jayden-hiboux-express

Arrivé(e) le : 23/03/2017
Parchemins rédigés : 89
Points : 0
Crédit : sugar slaughter
Année : 2ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Tasha E. Lennox-Blackwood & Professeur M. Burgess & Narcissa A. Breckenridge

MessageSujet: Quand la maladresse est à son apogée... {Pv Madison}   Dim 26 Mar - 20:33


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
He hates them all.

Les nuits étaient longues depuis quelques mois mais les journées l’étaient encore davantage, en plus d’être lancinantes et répétitives. Dormir sur des matelas durs et malodorants provoquait un inconfort qui empêchait souvent Jayden de s’endormir. Depuis des semaines, le manque de sommeil se faisait ressentir et il comblait cela du mieux qu’il le pouvait en finissant son travail le plus vite possible pour siester dans un coin du placard dans lequel on lui confiait des tâches ménagères. Au moins, il était tranquille sans qu’il ne soit contraint à entendre les autres nés-moldus parler. Au moins, les cafards et les rats ne venaient pas le perturber ici et ni l’odeur des geôles. C’était une méthode pathétique de reprendre des forces mais il gardait cela pour lui et il n’en avait pas le choix. Il se sentait sans cesse crasseux et faible, malgré sa douche quotidienne à l’eau froide ‒ ça aussi, c’était un supplice. Après chaque douche, il devait se replonger dans son lit moisi et supporter une nouvelle fois l’odeur nauséabonde des autres nés-moldus. Vivre serrés comme des sardines lui rappelait les conditions de vie des juifs enfermés dans des camps de concentration, à la différence qu’ici, les maladies graves ne se développaient pas. Jayden ne comprenait pas comment les Mangemorts pouvaient être aussi idiots pour se comporter comme les tyrans moldus le faisaient autrefois. Et il avait tout le temps d’y méditer autour de ses différentes corvées…

Aujourd’hui, il devait nettoyer les cuisines et ranger tout le matériel utilisé par les elfes de maison. On leur avait interdit d’aider le Serpentard et de faire un maximum de bordel pour l’user jusqu’au bout. S’il y avait bien quelque chose que Jayden détestait, c’était le désordre. Cela le rendait malade, déjà qu’il n’était pas au top de sa forme. Quand on le traîna de force jusqu’aux cuisines, il tira une grimace boudeuse devant la tonne de choses à faire. Des centaines de couverts, de verres et d’assiettes à laver, des ingrédients à remettre à leur place, un sol très poussiéreux avec quelques tâches souillures à faire disparaître sans qu’il ne puisse utiliser la magie. Autrement dit, il en aurait pour des heures ! Il avait fini de désespérer depuis des semaines maintenant qu’il était habitué à ces corvées mais il ne pouvait s’empêcher de penser que cet inhumanisme leur retomberait dessus, à ces Mangemorts. Bien amincie par la sous-nutrition, il paraissait encore plus pâle que d’habitude et ses cheveux avaient été coupés à la va vite par une de ses connaissances. Ce n’était pas terrible, puisque quelques mèches étaient plus longues à certains endroits que d’autres mais c’était bien mieux que de les laisser pousser. La fille en question lui avait promis d’améliorer ça quand elle aurait fini son boulot d’esclave dans la salle des trophées. Honnêtement, Jayden aurait préféré être à sa place ; les cuisines étaient dans un état lamentable.

« On r’viendra t’chercher d’ici quelques temps ! Y’a intérêt à c’que tout soit propre sinon tu sais ce qui t’attend, sale gamin ! » Tonna la voix grave et sévère de l’un de ses persécuteurs.

Jayden ne dit rien mais la froideur se lisait dans son regard. Il les détestait tous et il ressentait une envie de les faire souffrir sempiternellement. Des pulsions agressives le rendaient de mauvaise humeur et il imaginait dans sa tête pouvoir enfoncer ses doigts dans leurs yeux avant de les arracher de leurs orbites pour les donner à manger à un troll des montagnes affamé. Ces pensées horribles lui permettaient d’exprimer sa colère et sa haine en silence et cela lui faisait un grand bien fou.

Résigné, il saisit son balai et commença à passer un coup de balai pour chasser la poussière. Il savait que l’on avait fait exprès de demander aux elfes de ne rien nettoyer et de laisser la crasse s’accumuler pour faire travailler leurs prisonniers. Jayden détestait faire ça puisqu’il avait l’impression de perdre son temps à s’abrutir pendant que d’autres profitaient d’un précieux enseignement juste parce qu’ils avaient un sang différent du sien. Nerveusement, il cogna à nombreuses reprises son balai contre le mur pendant qu’il récupérait toute la poussière. Il se fichait bien de faire du bruit tant qu’il effectuait bien sa besogne. Les nerfs en pétard, les dents serrées, les poings crispés sur le manche, il ne disait point mot et se contentait de mesurer son courroux intérieur…

EXORDIUM.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7573-madison-p-leynd-o-a-la-decouverte-de-la-petite-maladroite-dont-le-sourire-est-eternel-ohttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7578-madison-p-leynd-o-la-petite-maladroite-dont-le-sourire-est-eternel-ohttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7579-les-p-tits-rps-de-maddiehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7583-o-boite-aux-lettres-de-madison-ohttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7582-petits-courriers-pour-madison-envoyez-un-hibou-express-avec-edelweiss

Arrivé(e) le : 21/02/2017
Parchemins rédigés : 262
Points : 1
Crédit : Rioghbhardan
Année : 2ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Aucun

MessageSujet: Re: Quand la maladresse est à son apogée... {Pv Madison}   Mer 29 Mar - 15:17

Quand la maladresse est à son apogée...

Il n’y avait jamais un jour d’ennui ici et c’est ce qui était bien. Si jamais je devais rester enfermée dans ma chambre pendant toute la journée en me tournant les pouces, je crois que je finirais pas m’énerver. Oui, je m’énervais pas souvent mais quand je le faisais, c’était pas beau à voir. Bref, tout ça pour dire que comme j'étais toujours en train de faire des choses, je ne m’ennuyais jamais. Enfin…je faisais des choses, c’était un bien grand mot: je me promenais, je faisais mes devoirs, j’étais avec Roxy ou encore avec quelqu’un d’autre…même si personnellement je préférais être avec ma meilleure amie pour la vie! Mais le plus étrange avec moi c’est que ce n’était pas forcément moi qui déclenchais des aventures mais c’était plutôt elles qui venaient à ma rencontre.

Tenez, par exemple prenez ce matin. Je m’étais dit que, n’ayant pas de cours, j’allais aller dehors pour profiter un peu de mon temps libre. J’avais pris mes parchemins et mes livres et étais descendue dehors avant d’errer telle une chenille sur le bord d’une feuille près du lac où j’aimais tant aller. Pour une fois, j’avais réfléchis avant de commencer à entreprendre quoi que ce soit. Je m’étais dit que si jamais je remontais sur l’arbre comme la dernière fois, j’allais encore finir par écraser quelqu’un…quand je vous disais que j’étais poisseuse. Le plus bête dans toutes mes maladresses, c’était souvent que moi à la fin je n’avais pas grand chose. Mais celui qui avait la mauvaise idée de se retrouver au mauvais endroit, au mauvais moment (et surtout en ma présence) avait par contre lui, plus de chance de devoir faire des choses supplémentaires. Par exemple la dernière fois j’ai failli écraser Victoire en montant sur mon arbre! Bon, au final, je m'étais écrasée comme une « prune » par terre et elle, elle avait juste eu peur…

Je m’étais alors assise par terre, en dessous de mon arbre fétiche et avais commencé à réviser quelque chose sur la métamorphose…j’adorais cette matière! Mais j’ai vite déchanter quand je me suis rendue compte que j’avais oubli, bien évidemment, le bon livre…bah oui, faire de la métamorphose avec: « Guide pour devenir une grenouille rusée » n’allait pas beaucoup m’aider. Ne vous moquez pas! C’est mon cousin Ethan qui me l’a acheté pour…euh…pour se moquer de moi à mon avis…Alors j’avais ramassé mes affaires et étais rentrée au château.

J’étais légèrement déçue de devoir rentrer aussi vite et aussi tôt. Surtout que je n’avais même pas pu prendre l’air. Oui, j’aurais pu y retourner, mais je n’en avais plus envie. Comme quoi, je change vite de décisions. J’avais posé mes affaires dans la salle commune, me disant que je les rangerais plus tard et que de toute façon personne n’irait emprunter mon livre sur les « grenouilles rusées ». Je n’étais pas maniaque…c’était le moins qu’on puisse dire. Cependant, au moment de partir à la recherche de Roxy j’avais aperçu un seau d’eau…qui était vraiment vraiment très sale au coin de la pièce.

« Bah…qu’est-ce que ça fait là ça? Quelqu’un a du oublier de le ramener…C’est fou de jamais rien ranger quand même! »

Oui c’était bien moi qui venait de dire ça et remarquant que je n’étais pas la mieux placé pour tenir ce genre de remarque je m’étais mise à rire dans la salle commune des Poufsouffles. Sauf qu’en pleine journée, la salle était rarement vide. Certains regards s’étaient tournés vers moi et, rouge autant qu’une pomme pouvait l’être, j’ai pris le seau d’eau sale et étais sortit de ma salle commune. Car oui, comme je vous le disais, ce sont les aventures qui arrivent à moi et non l’inverse. Et je n’allais tout de même pas laisser ce seau sale dans la salle. Si quelqu’un le renversait nous aurions l’air malin! Alors j’avais pris la décision de ramener ce seau dans sa pièce d’origine qui était, j’imagine, la cuisine.

C’est comme ça que je m'étais fait embarquer dans une autre de mes aventures trépidantes qui finissaient souvent mal! Mais non je rigolais…enfin pas tant que ça…Portant le seau autant que je pouvais (c’est qu’il était lourd le machin), j’avançai à petits pas en direction de la cuisine. Autour de moi, les gens me regardaient bizarrement mais je me contentais de sourire en leur souhaitant bonne journée. Au coin d’un couloir je rencontrai même une figure familière et faillis faire coucou de la main avant de me rendre compte, à temps, que je ne pouvais pas lâcher mon seau d’eau.

Un Mangemort débarqua dans le couloir à droite du mien et je me stoppai net en me cachant derrière un mur. Ce n’était pas que je n’avais pas le droit de venir ici, mais plutôt qu’à présent je me méfiais d’avantages des Mangemorts. Ils me faisaient peur et la dernière fois m’avait assez suffit. Je n’avais pas envie de prendre le thé avec des gens comme ça…si on pouvait appeler ça des gens à vrai dire. Une fois le danger écarté, je me remis à ma marche en me demandant ce qu’il avait bien pu manigancer dans cet endroit. Peut-être avait-il eut faim? S’était-il rendu dans les cuisines? Cela se pouvait bien, car même pas quelques minutes plus tard je me retrouvais en face de la porte du garde-manger. Il y avait un vacarme incessant là-dedans et je me demandais bien ce que les elfes de maisons étaient en train de fabriquer en tapant sur les murs de la sorte.

Je posai mon épaule contre la porte et poussai pour qu’elle s’ouvre. Bah oui, souvenez-vous, je ne pouvais pas utiliser mes mains. Mais elle ne cédait pas, cette grosse brute de Mangemort avait du la claquer fort, si il était venu là, c’est pour ça que je n’arrivais pas à l’ouvrir. Je poussai une dernière fois avant de me dire qu’il serait peut-être temps que je lâche mon seau…mais toujours appuyée contre celle-ci je n’avais rien vu venir. Elle s’ouvrit d’un coup, sans doute sous mon poids, et déséquilibrée je tombai en avant. Le seau d’eau sale m’échappa des mains et se renversa dans la cuisine dans un lourd fracas de fer. En essayant de le retenir je finis par glisser sur la surface d’eau sale et collante qui était répandue sur le sol, et me sentis tomber en arrière. La seule chose que je pouvais faire s’était essayer de me rattraper à quelque chose, ce que je fis…ce que je n’aurais pas dû faire. Au lieu que ma main s’accroche à la table, elle s’accrocha à un paquet de farine qui tomba en même temps que moi sur le sol dans un épais nuage de fumée blanche.

Assise par terre, les vêtements imbibés d’eau et un quart du paquet de farine sur le visage, je n’osai à peine regarder les dégâts que j’avais causé. Rien que de voir l’eau qui coulait sur mes vêtements me remplissait de dégoût. Elle était toute sale, toute gluante et collante et pleine de poussières. De plus, la farine qui avait plongé dedans formait une espèce de pâte qui allait me coller sur la peau (et aux vêtements). Soudain je ressentis l’étrange sensation d’être observée et remarquai une silhouette près de moi. Qu’est-ce que j’avais encore fait?
Codage par Libella sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7670-jayden-sonny-rosenbach-underco-80?nid=2#171608http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7672-jayden-life-is-not-a-video-gamehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7673-jayden-le-courrier-c-est-un-coup-de-telephone-qui-part-a-piedhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7674-jayden-hiboux-express

Arrivé(e) le : 23/03/2017
Parchemins rédigés : 89
Points : 0
Crédit : sugar slaughter
Année : 2ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Tasha E. Lennox-Blackwood & Professeur M. Burgess & Narcissa A. Breckenridge

MessageSujet: Re: Quand la maladresse est à son apogée... {Pv Madison}   Ven 31 Mar - 1:52


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
He hates them all.

S’il y avait bien un seul avantage que Jayden puisse trouver quant au fait de faire le ménage dans les cuisines, c’était bien celui de pouvoir grappiller un peu de nourriture ici et là, pour le soir. Il garderait la majorité de ses trouvailles pour lui mais saurait également partager quelques trucs pour les gens qu’il appréciait. Tout d’abord pour sa demi-sœur Ashley. Même s’il savait qu’elle allait l’envoyer chier en refusant son partage, il insisterait tout de même pour qu’elle ait de quoi se nourrir un peu. Le plus dur était toutefois de passer le contrôle des Mangemorts. Ces derniers n’étaient pas idiots et ils avaient beaucoup appris de leur expérience un peu trop laxistes, au départ. Ils savaient que les nés-moldus pouvaient profiter de certaines occasions pour se procurer des choses interdites. Mais Jayden était un garçon très malin, lui aussi. Il avait pris connaissance d’un sort très pratique permettant d’agrandir le volume de ses poches sans pour autant que cela ne se voit. Un sort d’extension indétectable. Malheureusement, étant privé de sa baguette, le Serpentard n’avait pu le lancer lui-même. Pour cela, il avait dû demander l’aide de son ami Zach Thompson, durant l’une des rares fois où la vigilance des Mangemorts n’était pas braquée sur lui. Il avait eu beaucoup de chance de ne pas s’être fait avoir. Et après chaque corvée, lorsqu’on venait le récupérer pour l’emmener droit vers les cachots, on lui demandait de vider ses petites poches. Pour bien faire, Jayden finissait par avouer qu’il avait volé deux ou trois gâteaux et il les remettait à sa place. Les Mangemorts, en général, ne se posaient pas plus de questions que cela et le laissaient partir. Qui oserait penser que dans ces mêmes petites poches se cachaient d’autres choses ? Et puis, ils devaient s’occuper de bien d’autres nés-moldus alors ils ne s’attardaient pas trop sur lui.

Quelle vie ennuyeuse et pourrie. Il en avait marre de voir la poussière omniprésente autour de lui, c’était désagréable pour lui. Jayden continuait de passer le balai sous les meubles et il éternua entre deux nuages de poussière. C’était infâme comme conditions d’hygiène aussi. Il était certain que les elfes avaient dû lancer un sort de désordre juste pour qu’il ait du travail à faire, parce que cuisiner dans une pareille pièce serait une insulte à la santé des sang-mêlé et des sang-pur. Mais alors qu’il médisait et se plaignait intérieurement, un gros boom se fit entendre. Il interrompit son activité, leva un regard vers la porte, perplexe. Allait-on venir le rechercher ? Ou était-ce un élève venant se requinquer en nourriture ? Il demeura silencieux et attendit. Quelques secondes plus tard, un autre bruit similaire se reproduisit et cette fois, la porte céda immédiatement, entraînant avec elle un énorme seau rempli d’eau ‒ ou de saletés plutôt ‒ et une petite fille blonde qui fut déséquilibrée par l’ouverture brusque de celle-ci. Le seau tomba au sol, déversant instantanément son contenu par terre et éclaboussant les meubles à proximité. La jeune fille, elle, tenta de se rattraper à quelque chose pour ne pas glisser mais ce fut un échec puisqu’elle attira vers elle un gros sac de farine. Un voile de fumée blanche agit tel un brouillard durant une fraction de seconde, avant de se dissiper en dévoilant la source de ce mal. Jayden était stupéfait et bouche-bée. Que se passait-il ? Qui était cette folle personne venue foutre le bordel pendant qu’il tentait de tout nettoyer ?

Il relâcha son balai qui retomba lourdement au sol. Il s’approcha de l’inconnue et ne tarda pas à la reconnaître.

« Ma… Madison ?! » S’exclama-t-il, tiraillé par la surprise.

Les yeux écarquillés, il l’observait, ne croyant pas ce qu’il avait sous les yeux. La Poufsouffle était recouverte de souillures, de trucs assez gélatineux, collants, poussiéreux et tout cela, mélangés à de la farine. C’était absolument dégoûtant. Il ne retint pas une grimace d’aversion. Ce n’était vraiment pas joli à voir et même en dormant dans les cachots, il n’avait jamais atteint un tel niveau de crasse. On aurait dit que l’eau du seau datait d’il y a plusieurs mois, à force d’être utilisée pour laver les sols. Et puis, une odeur nauséabonde s’échappait désormais de la jeune Madison, histoire d’en rajouter une couche.

« Qu’est-ce que tu fiches ici ? Pourquoi tu as fait ça ?! » Demanda-t-il, consterné et presque désespéré.

Il essayait de conserver son calme malgré la catastrophe qui s’était déroulée sous ses yeux mais c’était difficile de faire comme si de rien était. Après tout, elle venait tout de même de lui rajouter une heure de travail supplémentaire ! Les Mangemorts seraient capables de le fouetter pour un retard aussi énorme. Pour lui, c’était vraiment la malchance qui lui passait en pleine figure.


EXORDIUM.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7573-madison-p-leynd-o-a-la-decouverte-de-la-petite-maladroite-dont-le-sourire-est-eternel-ohttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7578-madison-p-leynd-o-la-petite-maladroite-dont-le-sourire-est-eternel-ohttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7579-les-p-tits-rps-de-maddiehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7583-o-boite-aux-lettres-de-madison-ohttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7582-petits-courriers-pour-madison-envoyez-un-hibou-express-avec-edelweiss

Arrivé(e) le : 21/02/2017
Parchemins rédigés : 262
Points : 1
Crédit : Rioghbhardan
Année : 2ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Aucun

MessageSujet: Re: Quand la maladresse est à son apogée... {Pv Madison}   Sam 1 Avr - 20:45

Quand la maladresse est à son apogée...

Je commençais à me dire que j’avais fait une grosse grosse bêtise. « Noooon! Tu crois Madison? me reprit mon esprit ». Mais le pire, c’était que j’avais pas fait exprès! Mais vraiment pas du tout! Pour tout dire ça partait même d’une bonne intention! Je voulais juste ramener ce seau d’eau d'où il venait ça aurait permis à mes camardes de maison de ne pas faire de bêtises, ni de se salir. En fait, cela leur avait permis de ne pas faire comme moi. J’avais mis la cuisine dans un piètre état même si je ne voyais que le sol en dessous de mes yeux pour l’instant. Et puis je m’étais toute salie! Mais vraiment vraiment! J’avais les vêtements trempés, avec une espèce de pâte agglutinée qui collait à la peau et en plus je dégageais une odeur immonde! Une odeur d’oeuf pourri mélangé à une bouse de vache. Beurk! Bref, j’étais sale, je sentais pas bon et en plus j’avais mis la cuisine sans dessus dessous. Mais c’était loin d’être fini.

Quand une voix interrompit mes pensées, je relevai la tête vivement et trouvai au dessus de moi un garçon que je ne connaissais que trop bien. Jayden! Et…il n’avait pas l’air très très content de me voir. En même temps je pouvais le comprendre. Lui au moins, avait échappé de justesse, j’imagine, à mon entrée très classe et d’un raffinement hors du commun. Mais d’ailleurs qu’est-ce qu’il faisait là?

« Qu’est-ce que tu fiches ici ? Pourquoi tu as fait ça ?! »

Ah bah justement c’était la question que j’aurais voulu lui poser. Et pourquoi il faisait cette tête? J’étais pas belle c’était ça? En plus je devais puer non? Qu’est-ce que je faisais bonne figure dites-moi ! En fait, j’étais partagée entre l’idée de passer pour une abrutie, que je n’étais pas, à savoir lui sourire et secouer la main avec une phrase du genre: « Oh coucou Jayden, je ne t’avais pas vu! C’est marrant on comme on se retrouve! ». Ou alors me jeter par la fenêtre en ne cessant de répéter de j’étais désolée. Bon c’était peut-être pas le meilleur choix...Mais le pauvre garçon devait juste en avoir marre de moi et n’apprécierait sans doute pas la blague du petit coucou innocent. Bah, si vous vous souvenez bien la première fois que j’ai rencontré Jayden, je lui ai accidentellement renversé mon paquet de bonbon sur la tête. La aussi, ça partait d’une bonne intention…J’avais juste voulu lui parler pour apprendre à le connaître. Bon aujourd’hui, c’était un petit peu plus grave que la dernière fois car Jayden n’avait pas de bonbons collés dans les cheveux mais plutôt une cuisine toute sale qu’il fallait nettoyer.

Légèrement gênée de ma maladresse omniprésente je passai une main dans mes cheveux et enlevai une masse de farine sur ceux-ci. Je secouai la tête et me relevai en essayant de ne pas regarder les dégâts. Chose totalement impossible sachant qu’il y en avait vraiment partout. Les placards, le sol, la farine renversée, les tâches, les gamelles sales, (moi aussi du coup parce que j’étais pas très propre dans tout ça). En gros j’avais fait un gros gros bazar. Quand mon regard se fixa sur Jayden, mes yeux se frayèrent un chemin sur son balai. Qu’est-ce que je pouvais être bête! Si il était là…c’est parce qu’on l’avait obligé à être ici! Pour passer le balai en plus! Et moi…et moi j’avais tout sali! J’étais vraiment…vraiment…A bien y réfléchir Jayden avait plus de malchance que moi car pire qu’une personne malchanceuse comme moi: entraîner à chaque fois une personne qui n’a rien demandé dans une situation compliquée à cause de mes maladresses!

« Je…bah…j’ai voulu…en fait…c’est à dire… »

« L’art de commencer une conversation » par Maddie, en vente dès à présent! Non mais pourquoi je réagissais comme ça? Je crois que sincèrement j’étais vraiment très gênée de la situation. Je voulais faire une bonne action, j’arrivais…ou plutôt je déboulais comme une furie amputée dans la cuisine et je renversais tout le contenu du truc qui ne fallait surtout pas renverser! Rendant le travail à faire dix fois pire! Surtout que c’était Jayden qui devait s’en charger...

« J’ai pas fait exprès! Je te jure j’ai pas voulu faire tout tomber! J’étais dans ma salle commune quand j’ai vu le seau et vu qu’il était tout sale et que je ne voulais pas que quelqu’un se fasse disputer si il le renversait, et puis j’avais rien à faire, alors je me suis dis que j’allais le ramener dans les cuisines. Sauf que j’ai pas réussis à ouvrir la porte, elle était bloquée et quand elle s’est ouverte, j’ai été déséquilibré et je suis tombée en avant. Mais du coup, j’ai lâché mon seau, mais comme j’ai voulu le rattraper, j’ai glissé sur l’eau par terre. Mais j’ai essayé de me rattraper sauf que j’ai loupé la table et que j’ai attrapé le paquet de farine. Mais vu que je tombais, bah j’ai tout renversé et…j’ai fait des grosses bêtises… »

Débitant mon discours je n’osai pas fixer Jayden qui, lui, me scrutait. Peut-être d’un air désespéré, peut-être énervé…peut-être même dégoûté! Je tournai mon pied dans la farine et lissai une mèche de cheveux collant que je mis derrière mon oreille. Le silence tomba sur la cuisine et je me sentis subitement rougir.

« Je savais pas que tu étais là, je te jure que j’ai pas voulu tout renverser partout! Je suis désolée, je suis vraiment désolée »

Je préférais le lui répéter même si je savais pertinemment qu’il commençait à me saisir et qu’il savait que ce n’était pas réellement de ma faute…enfin si quand même un peu. Mais, la maladresse joue beaucoup là dessus. Je regardai Jayden et n’osant pas lui sourire, chose qui se passait rarement, je ramenai mon regard sur la cuisine en piteux état. Je baissai la tête, je n’aimais pas mettre les autres dans l’embarras…si seulement….Soudain je relevai brusquement la tête. J’aurais pu m’arracher la nuque ou même peut-être avais-je fait peur à Jayden, qui devait peut-être être en train de se demander comment me tuer sans que par malchance j’arrive à survivre…Bah oui, on sait jamais peut-être que ma malchance est contagieuse…peut-être qu’en voulant me tuer pour que j’arrête mes bêtises Jayden me rendra euh vivante…je serais euh…une morte vivante? «Maddie s’il-te-plait tais-toi »

« Laisse moi t’aider! S’il-te-plait laisse moi t’aider à tout ranger! C’est ma faute si la cuisine est dans cet état. Tu auras trop de travail pour toi tout seul. S’il-te-plait laisse moi t’aider, je te promet que je ferais attention…Promis…Laisse moi me racheter…S’il-te-plaît Jayden...»
Codage par Libella sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7670-jayden-sonny-rosenbach-underco-80?nid=2#171608http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7672-jayden-life-is-not-a-video-gamehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7673-jayden-le-courrier-c-est-un-coup-de-telephone-qui-part-a-piedhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7674-jayden-hiboux-express

Arrivé(e) le : 23/03/2017
Parchemins rédigés : 89
Points : 0
Crédit : sugar slaughter
Année : 2ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Tasha E. Lennox-Blackwood & Professeur M. Burgess & Narcissa A. Breckenridge

MessageSujet: Re: Quand la maladresse est à son apogée... {Pv Madison}   Lun 3 Avr - 21:56


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
He hates them all.

Elle non plus ne s’attendait pas à voir Jayden ici-même mais elle devait bien se douter que les cuisines étaient l’un des lieux privilégiés pour les esclaves tels que lui. C’était une vision très pessimiste des choses mais il l’assumait totalement. Tous les jours, on le traînait hors des cachots, sans horaires fixes et on se fichait bien de son manque de sommeil ou de sa faim. A huit heures tout comme à onze heures, il pouvait être tiré de ses occupations brusquement et sans attendre une seconde plus. Parfois, on lui mettait des coups de pied dans le derrière quand il marchait trop lentement et une fois, on l’avait menacé de le pendre par les chevilles s’il continuait de traîner. Mais cela, Madison ne le vivait pas et la naïveté, ainsi que la bonne santé se lisaient en elle. D’une certaine manière, Jayden était jaloux d’elle. Madison devait s’inquiéter pour ses amis mais, au moins, elle était en sécurité et elle pouvait se rendre où bon lui semblait sans être surveillée en permanence. Le Serpentard était d’ailleurs loin d’être un enfant de cœur mais il lui souhaitait de ne jamais vivre ça. Il ignorait si elle tiendrait le coup, elle, qui paraissait si fragile et simplette.

« Je…bah…j’ai voulu…en fait…c’est à dire… »

Et malheureusement, c’était bien ce côté simplet qui venait de lui ruiner la journée. Jayden roula des yeux, agacé. Il voulut répliquer mais elle entama une longue tirade pour lui raconter les événements. Il y avait mille et une raisons pour qu’elle se trouve ici ! Avec Madison, on pouvait s’attendre à tout… Elle serait même capable de dire qu’elle s’est rendue ici en croyant qu’il s’agissait des toilettes. Mais apparemment, tout était à cause d’une histoire de seau débile. De quoi rendre la scène encore plus pitoyable, hélas. Par des intentions trop altruistes, elle avait décidé de ranger un seau sale traînant dans le coin et elle n’était pas parvenue à pousser correctement la porte, ce qui l’avait menée à devoir forcer le passage. Sauf que forcer le passage est bien souvent une mauvaise idée et Jayden se demandait bien comment elle pouvait passer son temps à faire autant de bêtises !

« T'es sérieuse ? Tu ne pouvais pas laisser ce seau dans le coin ? On m’aurait sûrement chargé de le ramasser au bout d’un moment… Ce n’est pas à toi de faire ça ! » S’exclama-t-il, désemparé et toujours rongé par la question de savoir comment il allait faire pour nettoyer tout ça.

Le petit ne la lâchait pas des yeux. C’était le seul moyen d’esquiver ce paysage catastrophique qui s’étendait au sol, aux meubles, au mur et à d’autres objets qui n’avaient pas été épargnés par ce phénomène farineux. Contrairement à lui, Madison ne le regardait pas. Elle fuyait plutôt la colère du garçon en tournant son pied dans la farine et en lissant une mèche de ses cheveux, signe qu’elle se sentait très gênée et désolée.

« Je savais pas que tu étais là, je te jure que j’ai pas voulu tout renverser partout! Je suis désolée, je suis vraiment désolée.
‒ Ca, je m’en doute bien. Mais ça ne va pas m’aider à tout remettre en ordre, ce que tu me dis. »

Il était irrité mais il reprit un ton plus calme. De toute façon, crier sur Madison ne changerait rien. Cela ne réparerait pas ses bêtises et la Poufsouffle finirait par recommencer un autre jour. C’était toujours comme ça… Le cercle de sa maladresse se répétait incessamment. Il n’y avait plus qu’à espérer que le jour où elle se lèverait du mauvais pied, qu’elle ne vienne pas vers Jayden.

Il soupira une nouvelle fois, reculant pour reprendre son balai. Il osa enfin contempler l’ensemble du désastre, réfléchissant à un moyen d’optimiser son travail désormais bien plus lourd. Cependant, à cet instant, la Poufsouffle releva brusquement la tête, comme si elle était illuminée par une idée soudaine. Curieux, Jayden lui jeta un œil tandis qu’il commençait à réunir de la farine en un petit tas. Elle lui suppliait de la laisser l’aider à tout ranger, puisque tout était de sa faute. Madison désirait se racheter, consciente du boulot monstre qu’elle venait de lui coller sur le dos. Mais Jayden fit non avec son index, le regard très clair à ce sujet.

« Non, c’est hors de question ! Tu risquerais d’aggraver les choses sans même le vouloir. Et puis, tu devrais quitter les cuisines, car si on te trouve ici, tu risquerais d’avoir des problèmes. T’es pas censée aider un né-moldu. » Déclara-t-il sur un ton grave et sérieux pour lui faire comprendre la chose.


EXORDIUM.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7573-madison-p-leynd-o-a-la-decouverte-de-la-petite-maladroite-dont-le-sourire-est-eternel-ohttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7578-madison-p-leynd-o-la-petite-maladroite-dont-le-sourire-est-eternel-ohttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7579-les-p-tits-rps-de-maddiehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7583-o-boite-aux-lettres-de-madison-ohttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7582-petits-courriers-pour-madison-envoyez-un-hibou-express-avec-edelweiss

Arrivé(e) le : 21/02/2017
Parchemins rédigés : 262
Points : 1
Crédit : Rioghbhardan
Année : 2ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Aucun

MessageSujet: Re: Quand la maladresse est à son apogée... {Pv Madison}   Sam 8 Avr - 23:27

Quand la maladresse est à son apogée...

Je m’en voulais terriblement…Si je n’avais pas forcé sur la porte, si je n’avais pas glissé, si je n’avais pas voulu ramener ce seau dans les cuisines, tout cela ne serait jamais arrivé. Mais, malheureusement, je ne possédais pas le pouvoir de réécrire l’histoire. Maintenant, me lamenter sur ma boulette ne me servirait plus à rien. Comme d’habitude, il fallait que je trouve quelque chose pour me rattraper. Que feriez-vous à ma place? « Oh c’est dommage Jayden, je voulais pas mettre ta journée en l’air et la jeter comme un paquet de farine. Mais, malheureusement, j’ai des choses à faire alors au revoir hein. Sans rancune! » Non! Je n’étais pas comme ça et je ne voulais pas faire quelque chose comme ça à quelqu’un que je considérais comme mon ami. A vrai dire, si je n’avais pas cette maladresse dans les pattes tout cela ne serait jamais arrivé. Mais, si on prend en compte tout ce que ma maladresse m’avait fait vivre comme bonnes aventures (en dehors des mauvaises), je ne voulais surtout pas l’enlever. Grâce à elle, j’avais rencontré Jill, j’avais rencontré Roxy et j’avais même rencontré Jayden! Non…Décidément la maladresse faisait partie apparente de ma vie. J’étais obligée de la garder. Malheureusement, à cause d’elle aussi, dès fois…enfin souvent…enfin même tout le temps, je faisais des bêtises sans le vouloir. Non je n’avais pas voulu tomber d’un arbre, non je n’avais pas voulu renverser un paquet de bonbon sur la tête d’un garçon que je ne connaissais pas, non je n’avais pas voulu mettre la cuisine dans un tel état. C’était de ma faute et je m’en voulais…mais pouvais-je réellement tout rejeter sur moi? Oui Maddie c’est de ta faute et entièrement. Non, en fait, j’étais persuadée que mes parents avaient voulu que je sois comme ça…c’était pas possible hein? On pouvait pas être autant maladroite sans avoir vécu un ensorcellement? Si, tu en est la preuve vivante…

« T'es sérieuse ? Tu ne pouvais pas laisser ce seau dans le coin ? On m’aurait sûrement chargé de le ramasser au bout d’un moment… Ce n’est pas à toi de faire ça ! »

Hum…oui j’étais sérieuse et non je n’avais pas pu laisser ce seau dans son coin. C’était comme ça chez moi. C’était tout ou rien. Hors, il se trouvait que j'aimais aider les autres. Alors, j’allais quand même pas laisser ce seau d’eau sale dans notre salle commune! Parce que…parce que….parce que d’une part et bah quelqu’un aurait fini par le renverser, et d’autre part parce que ça puait! Vous n’avez qu’à sentir mes cheveux si vous ne me croyez pas! Suite à la phrase de Jayden, je relevai la tête vers lui et m’autorisai pour la première fois à le regarder vraiment. Ses yeux bleus fulminaient…Je savais qu’il était fâché…Je fis non de la tête si brusquement qu’une mèche de cheveux gluante m’arriva dans les yeux. Je la retirais et voulus foudroyer Jayden du regard…bon entre nous ça ne marcha pas. Je ressemblais plus au chat botté plutôt qu’à une tueuse en série avec mon regard. Alors je laissais tomber le fait de ne pas parler.

« Je t’interdis de te considérer comme ça Jayden! Tu n’es pas plus esclave que moi! Je refuse que tu te considères comme ça même si on te donne cette impression là. Tu n’as pas à faire un travail que tout le monde peut faire. Mince alors! Nos parents nous ont donné des jambes et des bras pour faire quoi à ton avis? Alors même si ce n’est pas l’avis de tout le monde…Pas de ça devant moi! »

Ma petite tirade tirerait peut-être un sourire à Jayden. Après tout, on dirait une mère qui est en train de disputer son fils…Alors qu’il a un an de plus que moi. Mais, je ne supportais pas le peu d’estime que les gens se trouvaient. D’ailleurs, je ne supportais pas un tel écart entre nous et les nés-moldus. Pour moi, ils étaient tous comme nous. Nous étions pareil. Il n’y en avait pas de plus élevé que d’autre. Je savais que dire ça ne servirait à rien, j’étais bien consciente que notre cher « directeur » ne voyait pas le monde de la même façon que moi je voulais le voir. Je savais que dire ça ne nous avancerait pas, mais je ne supportais pas que Jayden se considère comme un esclave…devant moi. Soudainement gênée, je baissais de nouveau les yeux. Je n’étais personne pour lui dire ça…je n’étais personne pour lui dire d’avoir confiance en lui et de croire en sa vrai nature. Je n’étais personne et pourtant je lui avais dit. Je ne m’énervais que rarement mais dans ces conditions là je ne pouvais pas ne pas réagir. Mon pied dessina un petit cercle dans la farine. Ensuite, je le laissais me faire comprendre qu’il n’était pas content. Je ne pouvais pas lui en vouloir…je n’avais rien à dire sur ça.

« Non, c’est hors de question ! Tu risquerais d’aggraver les choses sans même le vouloir. Et puis, tu devrais quitter les cuisines, car si on te trouve ici, tu risquerais d’avoir des problèmes. T’es pas censée aider un né-moldu. »

J’ouvris la bouche…d’abord surprise qu’il ne veuille pas de mon aide ou plutôt qu’il en veuille (ou pas d’ailleurs) mais qu’il ne l’acceptait pas. Mais…je voulais me faire pardonner moi! Je voulais faire quelque chose pour lui! Non mais vous avez vu dans quel état j’ai mis la cuisine? On dirait qu’un troupeau de poules affamées est venu pour picorer n’importe quoi. Je suis un troupeau de poules affamées à moi toute seule! Puis je fus plutôt vexée par la suite de sa phrase…comment ça j’allais aggraver les choses? Mais je savais me tenir hein! Vraiment? Mais oui vraiment, la dernière fois j’ai réussis à pas fair de bêtises pendant dix minutes! Non bon c’est peut-être pas un bon exemple mais je vous jure que je sais me tenir. De toute façon si Jayden me disait ça c’est qu’il ne me connaissait pas assez. Sinon il n’aurait même pas essayé de me faire changer d’avis. Plus que la maladresse, j’étais plus têtue qu’une mule et quand j’avais décidé quelque chose, quand j’avais quelque chose en tête…jamais oh grand jamais je ne changeais d’avis.

« Mais pourquoi? Je te jure que je peux faire attention! Je te jure que je peux ne pas faire de bêtises! Laisse moi te le montrer, je peux être très attentive et me concentrer, promis je ferais plus bêtises…promiiiiiiiiiiiiis… »

De toute façon il n’allait pas résister longtemps. C’était trop tentant de se faire aider surtout avec ce bazar et puis, je ne comptais pas le laisser. Alors, si il fallait que je campe ici pendant une demi-heure en lui posant des tonnes de questions afin qui me donne un balai pour que je nettoie et que je me taise, je le ferais.

« Laisse moi t’aider, je me ferais toute petite, je te jure je ferais même pas de bruit, je poserais pas de questions. Donne moi juste un balais, un seau d’eau et j’arrangerai une partie de mes bêtises. Si jamais ils reviennent te chercher et qu’ils voient la cuisine dans un tel état, je ne veux même pas imaginer ce qu’ils te feront…je m’en voudrai toute ma vie…je ne le supporterai pas. Alors s’il-te-plait je te le demande une dernière fois….laisse moi t’aider Jayden. »

Je mettais toute la conviction que je pouvais avoir dans ma voix. Le but était de le faire craquer. Mais même si c’était mon but premier, je pensais bel et bien chaque mot que je laissais sortir de ma bouche. J’avais déjà fait tellement de mal, je ne voulais pas que Jayden soit une autre personne qui souffre de ma faute! En plus tout ça c’était de ma faute…encore une fois. Je ne le supporterai pas. Soudain un sourire illumina mon visage, je savais comme lui faire comprendre!

« D’ailleurs, aucune règle dans le réglementé m’interdit de t’aider. Voyons…est-ce que je suis dans un couloir qui vous est réservé? Non. Est-ce que je te donne des cours ou je t’aide à pratique la magie? Non plus. Est-ce que je suis en train de tisser un quelconque lien avec toi? Pas en ce moment à ce que je sache. Voilà tout ce qu’on m’interdit de faire, est-ce que tu vois marqué: « Vous n’avez pas le droit d’aider un élève à réparer votre propre bêtise »? »

Pour la deuxième fois je relevai mes yeux clairs vers lui et souris contente de moi. Il ne pouvait pas le nier je venais de gagner un point…et même peut-être pas qu’un seul à bien y penser. Je suis peut-être maladroite et têtue mais je suis surtout très maline. Il ne pouvait pas dire le contraire…Je m’approchai un peu de lui et plantai mes yeux dans les siens

« S’il-te-plait… »
Codage par Libella sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7670-jayden-sonny-rosenbach-underco-80?nid=2#171608http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7672-jayden-life-is-not-a-video-gamehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7673-jayden-le-courrier-c-est-un-coup-de-telephone-qui-part-a-piedhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7674-jayden-hiboux-express

Arrivé(e) le : 23/03/2017
Parchemins rédigés : 89
Points : 0
Crédit : sugar slaughter
Année : 2ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Tasha E. Lennox-Blackwood & Professeur M. Burgess & Narcissa A. Breckenridge

MessageSujet: Re: Quand la maladresse est à son apogée... {Pv Madison}   Jeu 13 Avr - 10:11


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
He hates them all.

Après lui avoir demandé pourquoi Madison s’était chargée du cas de ce seau, cette dernière prit un drôle d’air. Un mélange de colère qui se mêlait à sa candeur et qui ne la rendait pas vraiment menaçante. Si elle souhaitait le gronder d’une quelconque manière, c’était plutôt raté et Jayden continuait de l’observer de la même manière, toujours aussi irrité par la situation. Elle avait hoché la tête négativement avant de prendre un air un peu plus sec que ce qu’elle avait l’habitude de faire. Ce changement drastique de ton étonna un peu le Serpentard mais il ne déforma pas ses traits pour autant.

« Je t’interdis de te considérer comme ça Jayden ! Tu n’es pas plus esclave que moi ! Je refuse que tu te considères comme ça même si on te donne cette impression-là. Tu n’as pas à faire un travail que tout le monde peut faire. Mince alors ! Nos parents nous ont donné des jambes et des bras pour faire quoi à ton avis? Alors même si ce n’est pas l’avis de tout le monde…Pas de ça devant moi ! »

La jeune fille n’avait pas tort de penser qu’ils étaient tous les deux égaux et qu’il n’avait pas à se considérer comme un moins que rien et ce n’était certainement pas le deuxième année qui aimerait passer son temps à se rabaisser de cette façon mais il mesurait pleinement la réalité des choses. Aujourd’hui, et depuis des mois, on le considérait comme une tâche. Bien sûr, il ne le pensait pas, puisqu’il s’était toujours senti supérieur aux autres mais la réalité le rattrapait parfois, quand il devait tenir un balai et des produits nettoyants pendant que d’autres menaient leur petite vie tranquillement. C’était assez rageant et il lui arrivait de pester contre ces sang-mêlé ou ces sang-pur qui pouvaient passer leur week-end à étudier ou à pratiquer la magie, mais il avait appris à faire avec et à garder sa colère enfouie en lui. Malgré tout ce que pouvait dire Madison, cela ne changerait rien, car la tyrannie les tenait toujours en laisse.

« C’est pas aussi simple que tu ne le crois. » Se contenta-t-il de dire sur un air pessimiste, sans sourire, ne souhaitant pas plus que cela de se livrer sur ces sujets très douloureux et qui le rendaient vulnérable.

Certains rebelles relativisaient et se fichaient pas mal des punitions. Sa grande sœur Ashley, par exemple. Mais à la différence d’elle, Jayden n’avait que douze ans et était donc très limité dans sa capacité à tenir à la douleur. Il était encore trop jeune pour montrer autant les dents que son aînée, même si ce n’était pas l’envie qui lui manquait de faire souffrir ses bourreaux. En tout cas, se faire donner des leçons par Madison lui était drôlement étrange, car, d’habitude, c’était plutôt lui qui lui faisait la morale. Il ne sut dire si cela le réconfortait ou non mais, sans pour autant l’avouer à la Poufsouffle, il se sentait moins seul. La solitude n’avait pas été son amie, ces temps-c. C’était ce que les Mangemorts recherchaient, d’un certain côté. Ils avaient séparé les nés-moldus de leurs amis, avaient tout mis en œuvre pour les désespérer et leur faire vivre un enfer sans possibilité de pouvoir reparler à des gens qu’ils connaissaient et qui vivaient au-dessus d’eux. Dans les cachots, une certaine organisation s’était mise en place pour que l’on puisse s’entraider mais Jayden n’était pas vraiment adepte du copinage. A part Ashley, Anthony et quelques fois Jill, il ne parlait à personne.

Madison voulut ensuite lui proposer son aide mais il lui fit comprendre assez rapidement qu’il n’était pas désireux de connaître une nouvelle catastrophe car le karma était toujours contre elle. Il ne savait pas si ce genre de défauts était génétique mais Madison avait dû tremper dans la malchance très tôt pour être autant à l’Ouest. Il lui proposa de se tenir à l’écart de son travail mais la petite avait encore des ressources. Il fronça les sourcils, étonné devant tant d’obstination qu’elle n’avait pas souvent fait preuve face à lui. Une sorte de confrontation. Cet audace était franchement dérangeant puisqu’il ne tenait pas à ce qu’elle ait des problèmes à cause de sa propre bêtise.

« Mais pourquoi? Je te jure que je peux faire attention! Je te jure que je peux ne pas faire de bêtises! Laisse moi te le montrer, je peux être très attentive et me concentrer, promis je ferais plus bêtises…promiiiiiiiiiiiiis… »

Il soupira d’impatience et il voulut l’ouvrir pour lui répondre, mais elle ne lui en laissa guère le temps.

« Laisse moi t’aider, je me ferais toute petite, je te jure je ferais même pas de bruit, je poserais pas de questions. Donne moi juste un balais, un seau d’eau et j’arrangerai une partie de mes bêtises. Si jamais ils reviennent te chercher et qu’ils voient la cuisine dans un tel état, je ne veux même pas imaginer ce qu’ils te feront…je m’en voudrai toute ma vie…je ne le supporterai pas. Alors s’il-te-plait je te le demande une dernière fois….laisse moi t’aider Jayden. »

Qu’est-ce que c’était que cette détermination de fer qui s’entendait dans sa voix ? Il avait rarement fait attention à certaines qualités de Madison comme sa volonté de bien faire les choses, puisque sa maladresse prenait un poids considérable dans leurs rencontres. Sur le coup, Jayden pesa les pour et les contre. Elle n’avait pas tort en lui annonçant qu’il serait très sévèrement puni si on découvrait la cuisine dans cet état, alors qu’il n’avait pas eu le temps de tout nettoyer. L’aide de Madison pourrait arranger le problème mais, avec de la malchance, elle pourrait aussi l’empirer. Il hésitait… Il ne lui faisait pas entièrement confiance.

« C’est pas une bonne idée, Madison ! Il suffit que tu ne regardes pas assez autour de toi pour que tu renverses quelque chose ou fasses autre chose. Il faudrait vraiment que tu sois attentive. Ca sert à rien d’insis… »

Elle le coupa à nouveau dans son intervention, ce qui le stupéfia autant que cela l’impressionna. Il savait que la jeune fille était du genre très altruiste ‒ pas comme lui ‒ mais au point d’insister autant, c’était à la fois énervant et très noble. Il le reconnaissait et ses traits se détendirent. Il l’écouta, détaillant de plus près son joli sourire qui rendit son visage encore plus radieux. Qu’est-ce qu’elle en avait des illuminations, celle-là ! Si lui était plutôt ingénieux, Madison, quant à elle, semblait se montrer très vive d’esprit.

« D’ailleurs, aucune règle dans le réglementé m’interdit de t’aider. Voyons…est-ce que je suis dans un couloir qui vous est réservé? Non. Est-ce que je te donne des cours ou je t’aide à pratique la magie? Non plus. Est-ce que je suis en train de tisser un quelconque lien avec toi? Pas en ce moment à ce que je sache. Voilà tout ce qu’on m’interdit de faire, est-ce que tu vois marqué: « Vous n’avez pas le droit d’aider un élève à réparer votre propre bêtise » ? »

Elle releva les yeux vers lui avec un sourire satisfait. Un sourire de celui qui a remporté le débat et elle ne le lâcha pas du regard en s’approchant de lui, ponctuant sa tirade d’un « s’il te plait » autant persuasif que son dernier argument. Sur ce coup-là, Jayden fut pris au dépourvu et il fut incapable d’afficher autre chose qu’un air hébété et gêné. Madison marquait clairement un point et il se sentait comme pris au piège. Mais il finit par sourire devant ses convictions aussi fortes. Il était difficile de lui faire étirer ses lèvres alors que la Poufsouffle semblait le faire plus facilement que lui mais cela prouvait qu’elle avait réussi à le faire flancher et à gagner une part de sa confiance.

« C’est vrai, c’est pas écrit dans le règlement. Je pensais pas que tu le connaissais sur le bout des doigts. Bon, c’est d’accord. Mais promets-moi que tu feras attention ? Que tu regarderas bien autour de toi et que tu nettoieras très bien sans laisser la moindre tâche de ce truc dégueu ? Que tu ne feras pas de mouvement trop brusque qui puisse renverser quoi que ce soit ? Que tu ne glisseras pas sur le sol pour une raison ou pour une autre ? C’est d’accord ? On a vraiment pas besoin de ça pour empirer les cuisines. »

Jayden la regarda intensément pour lui faire passer le message comme s’il était en train de jouer sa vie dans cette activité pourrie. Il ajouta ensuite :

« Il va falloir que l’on nettoie tout ça avec des serpillières, à moins que tu ne connaisses des sorts de nettoyage ? »

Il n’y croyait pas vraiment vu qu’elle était en première année et ce fut pour cette raison qu’il n’attendit pas pour fouiller un placard, sortant un autre seau propre, deux balais à serpillière et une sorte de produit ménager de sorcier qui avait l’odeur de citron. Il tendit un balai à Madison et amena le seau jusqu’au lavabo pour le remplir d’eau et y mit le produit dedans comme Jill le lui avait appris lors de ses premières corvées. Il déposa ensuite le récipient dans un endroit peu poussiéreux au sol et il fit signe à son amie de commencer son labeur. Qu’est-ce qu’il détestait faire ça… Il ne l’avouerait d’ailleurs peut-être pas mais il était soulagé de ne pas être seul face à tout ce carnage.

« Quand il faut y aller, faut y aller… Et fais bien attention, surtout ! »



EXORDIUM.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7573-madison-p-leynd-o-a-la-decouverte-de-la-petite-maladroite-dont-le-sourire-est-eternel-ohttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7578-madison-p-leynd-o-la-petite-maladroite-dont-le-sourire-est-eternel-ohttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7579-les-p-tits-rps-de-maddiehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7583-o-boite-aux-lettres-de-madison-ohttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7582-petits-courriers-pour-madison-envoyez-un-hibou-express-avec-edelweiss

Arrivé(e) le : 21/02/2017
Parchemins rédigés : 262
Points : 1
Crédit : Rioghbhardan
Année : 2ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Aucun

MessageSujet: Re: Quand la maladresse est à son apogée... {Pv Madison}   Dim 16 Avr - 23:33

Quand la maladresse est à son apogée...


Le sourire au bord des lèvres, ou même carrément jusqu’aux oreilles, je ne cessai de fixer Jayden. J’avais envie qu’il comprenne que j’avais, pour une fois, gagné mon débat. Eh oui! Son air hébété me fit soudainement comprendre qu’il ne s’attendait apparemment pas à une répartie de la sorte, surtout de ma part. J’étais invraisemblablement plus têtue et plus tenace qu’il ne le croyait. Je n’abandonnai jamais une cause, surtout quand c’était une cause qui était juste. J’avais fait des bêtises, je voulais les réparer. Certaines personnes ne comprenaient pas mon envie d’aider tout le temps les autres, je ne savais même pas si Jayden le comprenait où si je commençais à l’énerver. A bien y réfléchir...peut-être les deux. On ne me changerait pas et j’en étais parfaitement réjouie. J’aimais aider les autres, j’aimais me donner du mal pour eux. Bon, j’aimais pas faire des bêtises et entraîner les autres dedans, mais j’aimais aider à les réparer. Jayden m’avait répondu que ce n’était pas aussi simple que je le croyais. En même temps je ne pouvais pas vraiment connaître, ni comprendre la situation qu’ils vivaient tous en bas alors que nous nous étions à peu près dans des conditions normales. L’idée d’une telle inégalité me révoltait. Comment pouvait-on rabaisser les gens de cette manière? Pour moi, c’était inconcevable. Mais mon opinion importait peu aux autres. J’étais trop respectueuse bien que très curieuse pour demander plus d’informations à Jayden. Je pouvais quand même concevoir que ce n’était pas une partie de plaisir de parler de ça, alors je respectais et ne relevais pas.

Contre toute attente les lèvres du jeune Serpentard s’étirèrent en un petit sourire et mon coeur se gonfla un peu plus. A ce moment précis je savais que j’avais gagné…pas tout, du moins. J’avais juste gagné le droit de l’aider à passer la serpillère. Et j’avais gagné un sourire, et ça, c’était le plus beau cadeau que je pouvais recevoir des gens. Un sourire. Venant de la part de Jayden c’était encore plus rare et cela me faisait plaisir. Un rien pouvait illuminer ma journée. Même si c’était une journée de nettoyage de fond en comble.

« C’est vrai, c’est pas écrit dans le règlement. Je pensais pas que tu le connaissais sur le bout des doigts. Bon, c’est d’accord. Mais promets-moi que tu feras attention ? Que tu regarderas bien autour de toi et que tu nettoieras très bien sans laisser la moindre tâche de ce truc dégueu ? Que tu ne feras pas de mouvement trop brusque qui puisse renverser quoi que ce soit ? Que tu ne glisseras pas sur le sol pour une raison ou pour une autre ? C’est d’accord ? On a vraiment pas besoin de ça pour empirer les cuisines. »

En rigolant je levai les yeux au ciel devant tant de contraintes demandées. Apparemment, même si il avait accepté mon aide, il ne me faisait pas confiance entièrement. En même temps, pouvais-je lui en vouloir? Ma maladresse (ou ma poisse) était tellement présente que je pouvais comprendre que les gens préféraient se cacher plutôt que de venir me parler. Je pouvais très bien vous mettre une gifle en essayant de chasser une bébête. J’étais comme ça. Et même si dès fois ma maladresse m’énervait au plus au point, j’avais appris à vivre avec. Les gens un peu moins…vous pouvez juger la réaction de Jayden. Maiiiiis…il n’avait pas tort. C’est pour ça que je lui souris en hochant la tête positivement. Sautillant sur place, heureuse qu’il est accepté mon offre. On aurait pu avoir l’impression que j’adorais faire le ménage. C’était pas vraiment vrai, j’étais plutôt du genre bordélique…mais j’avais eu l’habitude de faire le ménage petite alors cela ne me dérangeait pas. J’étais surtout heureuse de la petite confiance que m’accordait le jeune garçon.

« Ouiiiiiiiiiiii! Merci, tu ne le regretteras pas! Je ferais attention à tout. Je bougerais doucement, je ne ferais pas de gestes brusques. Je vais éviter de me casser la figure…non d’accord je ne me casserai pas la figure. C’est d’accord! »

Plus enthousiaste que moi ce n’était pas possible. Une vraie pile électrique sans bouton off. Quand je m’emportais, il était difficile de m’arrêter. Ce qui créait un énorme contraste entre Jayden et moi. Lui était calme et posé et on n’allait pas dire que j’étais pareil que lui…c’était plutôt le contraire. Soudain, je me rendis compte que toutes les conditions auxquelles j’avais adhéré étaient vraiment nombreuse…Arriverais-je à ne pas faire tout ce que j’avais promis au jeune garçon? Allais-je réussir à contenir ma maladresse? Je secouai la tête, je n’avais pas l’habitude d’être un peu pessimiste. D’habitude, je voyais toujours les choses de la meilleure façon qu’elles soient. Mais j’avais un peu peur de décevoir Jayden. Un peu.

« Enfin…je vais essayer, lui promis-je avec un petit sourire d’excuse »

Traite de bavardage, il fallait qu’on se mette au travail. Nous n’avions pas toute la journée et les Mangemorts n’allaient pas attendre jusqu’à la prochaine lune pour regarder l’état de la cuisine…enfin il était censé regarder sa beauté et non pas sa laideur. Je me tournais une nouvelle fois vers le désastre et grimaçai. Nous avions du pain sur la planche et il n’allait pas falloir que l’on se ménage. Vite fait, bien fait! Enfin vite...ça nous prendra des heures quand même.

Je secouai la tête négativement quand Jayden me demanda si je connaissais des sorts pour nettoyer. Pas vraiment et c’est vrai que cela aurait pu nous aider. D’ailleurs, il faudrait que je demande à mon professeur la prochaine fois. D’une petite voix innocente, histoire que la prochaine fois que j’avais envie d’aller remettre un seau d’eau à sa place, je sache comment réparer au mieux mes bêtises. J’attrapai la serpillère qui me glissa des mains et qui tomba sur le sol. Rouge comme une pivoine, je la ramassai sans regarder Jayden et me mis dans un coin de la salle, avec mon seau d’eau et de savon pour commencer mon ménage.

« Quand il faut y aller, faut y aller… Et fais bien attention, surtout ! »

Un gloussement sortit de ma bouche et je fixai Jayden en levant un sourcil. Cela se voyait tant que ça que je faisais souvent n’importe quoi?

« Mais oui Jayden j’ai compris! rigolai-je. Je vais faire attention, tu sais je ne suis pas aussi maladroite qu’on le croit…enfin si, mais je peux être très attentive et faire correctement un travail »

La plupart du temps…mais j’évitai de faire, faire tout de suite une crise cardiaque au Serpentard. Ce n’était pas le moment de me faire mettre à la porte. Alors, avec toute ma joie, je souris de nouveau et commençai à plonger ma serpillère dans l’eau avant de l’essorer et de la passer sur le sol dans le sens de la longueur. Je répétai mon geste un nombre inlassable de fois et vit avec bonheur que malgré le fait que mon mélange soit vraiment dégoûtant, il s’en allait plutôt bien. J’avais tellement l’habitude de faire le ménage que cela était presque naturel. Je pourrais presque passer du bon temps. Le silence commença à peser sur la pièce et je jetai un regard au jeune homme pour voir comment il s’en sortait. Non Maddie tu avais promis! Tu te tais! Pourtant au bout d’une dizaine de minutes je n’y tins plus. Comme quoi la bonne volonté ne suffit pas toujours.

« Tu sais ce n’est pas vraiment l’envie d’apprendre ce fichu règlement qui m’a poussé à le faire mais c’est surtout parce que tu vois, dans certaines situations ça peut aider quand même. Ils nous tombent toujours dessus alors que dès fois on ne fait rien, avec le règlement je sais comment me défendre si jamais un jour ils me tombent dessus et qu’ils m’accusent de quelque chose que je n’ai pas fait…enfin bref ce n’est pas très important…désolée j’avais dis que je ne parlerai pas »

Malgré le fait d’avoir rompu ma promesse. Avoir brisé ce silence m’avait fait du bien. Je détestais quand il n’y avait pas de bruit. Je remis ma serpillère dans l’eau et m’employai à frotter par terre pour enlever toute la crasse et toute la poussière accolée au sol. Non mais ça faisait combien de temps qu’il l’avait pas nettoyé cette cuisine? A croire qu’ils en avaient fait exprès…c’était sans doute le cas. J’étais encore plus heureuse d’aider Jayden alors! Le pauvre n’aurait jamais pu tout faire tout seul…déjà sans mon intervention et avec ça, ça aurait été tout simplement inhumain. Tout en frottant je me mis inconsciemment à fredonner en chuchotant. C’était tellement naturel pour moi que je n’avais pas fait attention. J’étais imbuvable. Me rendant compte de ce que j’étais en train de faire je m’arrêtai net et me tourna vers Jayden.

« Tu t’en sors de ton côté? »
Codage par Libella sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7670-jayden-sonny-rosenbach-underco-80?nid=2#171608http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7672-jayden-life-is-not-a-video-gamehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7673-jayden-le-courrier-c-est-un-coup-de-telephone-qui-part-a-piedhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7674-jayden-hiboux-express

Arrivé(e) le : 23/03/2017
Parchemins rédigés : 89
Points : 0
Crédit : sugar slaughter
Année : 2ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Tasha E. Lennox-Blackwood & Professeur M. Burgess & Narcissa A. Breckenridge

MessageSujet: Re: Quand la maladresse est à son apogée... {Pv Madison}   Jeu 20 Avr - 12:20


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
He hates them all.

Madison rit aux conditions imposées par le garçon. Mais lui, cela ne l’amusait pas autant. Il prenait vraiment ces questions au sérieux et il espérait bien qu’au-delà de son air détaché, qu’elle fasse véritablement attention. D’un air très enthousiaste, comme à son habitude, elle lui exprima toute sa joie de pouvoir se joindre à lui dans cette activité très enrichissante et elle lui assura qu’il ne le regretterait pas et qu’elle bougerait tout doucement sans faire de gestes brusques. Elle ajouta qu’elle ne chuterait pas sur le sol, tout en hochant la tête vigoureusement.

« Enfin…je vais essayer. » Reprit-elle juste après.

Elle lui afficha un sourire d’excuse, ce qui ne parvint pas du tout à le rassurer, en réalité. Il continuait de l’observer de manière perplexe même si, d’un côté, tant de positivité de sa part ne lui était pas si désagréable que cela. Il manquait tellement de chaleur dans les cachots et il y avait tant de misère au cours de son quotidien qu’il se surprenait à profiter un peu de la joie de cette fille alors qu’il aurait trouvé cela un peu pitoyable en temps normal. Il ne répondit rien, restant un peu stoïque bien que priant vraiment pour que rien ne lui arrive.

Maintenant, ils étaient bien partis pour des bonnes heures de nettoyage et le garçon ne comptait pas chômer. Les Mangemorts n’attendraient effectivement pas pour revenir et vérifier l’état de ces cuisines aux allures insalubres et, avec un peu de chance, peut-être qu’ils ne patrouilleraient pas les environs avant un bon moment. Même si la Poufsouffle n’avait pas tort au niveau du règlement, Jayden pourrait avoir des problèmes si on trouvait Madison en train de faire une tâche qu’il était censé faire seul. Après tout, ils ne témoignaient d’aucune pitié et ils seraient capables de lui trouver des justifications pour le sanctionner sévèrement. C’était comme ça depuis des mois. Et ce serait pire encore si on découvrait que d’autres souillures étaient apparues toutes seules comme par magie. On lui ferait très certainement payer le prix cher pour s’être fait aider par un véritable sorcier au sang propre…

Jayden balaya une nouvelle fois la grande salle qui était d’une taille proportionnelle à celle de la Grande Salle ‒ puisqu’elle se situait juste en-dessous ‒ et, après avoir soupiré une dernière fois de désespoir, il se lança dans sa besogne. Madison ne connaissait hélas aucun sortilège qui puisse les aider, ils devraient donc se débrouiller à la manière des moldus. Il fournit le matériel adéquat à son amie mais la serpillière glissa entre les mains de cette dernière, avant de retomber sur le sol. Jayden roula des yeux ; c’était vraiment mauvais signe… Par précaution, il lui répéta une dernière fois de faire bien attention. Madison gloussa de rire avant de l’observer en arquant d’un sourcil, comme si tout cela n’était qu’une évidence.

« Mais oui Jayden j’ai compris! Je vais faire attention, tu sais je ne suis pas aussi maladroite qu’on le croit…enfin si, mais je peux être très attentive et faire correctement un travail. »

Ca, il en doutait quand même pas mal… Si elle arrivait déjà à s’emmêler les pinceaux avec des petites choses, il n’imaginait pas ce que cela pourrait donner sur des tâches épuisantes sur le long terme…

« On verra bien, je ne crois que ce que je vois. »

Autrement dit, c’était à elle de lui prouver autrement que par des mots ce qu’elle était capable de faire. Elle lui sourit de nouveau et s’activa. Le Serpentard s’attela à la même tâche, plongeant sa serpillère dans l’eau de son seau avant de l’en sortir et de l’insérer à l’extrémité de son balai ‒ c’était une invention fort utile quand même ‒ et de la passer aux endroits les plus dégoûtants. Commencer par le pire pour mieux finir, c’était assez chiant mais cela l’arrangerait mieux. Dans le silence, les deux jeunes ne s’arrêtèrent pas, répétant leurs mouvements avec la détermination d’en finir vite. Mais au bout d’un moment, Madison attira de nouveau l’attention de Jayden, se lançant dans une nouvelle tirade comme elle savait si bien les faire. Un vrai moulin à paroles, celle-là ! Il lui jeta un œil curieux.

« Tu sais ce n’est pas vraiment l’envie d’apprendre ce fichu règlement qui m’a poussé à le faire mais c’est surtout parce que tu vois, dans certaines situations ça peut aider quand même. Ils nous tombent toujours dessus alors que dès fois on ne fait rien, avec le règlement je sais comment me défendre si jamais un jour ils me tombent dessus et qu’ils m’accusent de quelque chose que je n’ai pas fait…enfin bref ce n’est pas très important…désolée j’avais dis que je ne parlerai pas »

Elle n’avait pas tort sur certains points mais comme il l’avait pensé plus tôt, parfois, certains Mangemorts se fichaient bien du règlement…

« Avec toi, ça marche sûrement. Mais crois-moi que, parfois, ils se font un plaisir de chercher toutes les excuses possibles pour contourner ces règles et Blackman se fiche bien qu’ils le fassent si ça leur permet de nous malmener. Regarde ce qui est arrivé à Joanne. On l’a accusée d’un crime qu’elle n’a pas commis et peu après, on a appris l’identité de celui qui avait fait ça. Et personne ne l’a châtié, juste parce qu’il n’est pas né-moldu. »

Il avait dit cela avec un brin de haine. Ces persécutions, ces injustices il en avait assez. La vie chez son père l’alcoolique et drogué était nettement plus plaisante. Au moins, il savait qu’il pourrait tenir tête à son paternel moldu puisqu’il n’était pas un sorcier. Certes, il ne pouvait faire usage de magie en dehors de l’école mais il se sentait franchement supérieur à lui par cette simple spécificité que d’être sorcier. Mais pour l’heure, il avait dit adieu à sa baguette depuis très longtemps. La pratique lui manquait et il se sentait démuni.

Détachant sa serpillère de son balai et la replongeant de nouveau dans le seau, il constata avec écoeurement que l’eau venait de prendre une couleur étrange, à l’image de la crasse qui s’était répandue. Pendant qu’il essora ensuite le bout de tissu, il entendit Madison fredonner dans un fin chuchotement. Si elle pensait qu’il ne l’entendait pas, elle se mettait le doigt dans l’œil. Mais il ne releva pas ce détail, trop occupé à lutter contre le temps.

« Tu t’en sors de ton côté? »

Il avait réussi à faire disparaître une partie des éléments les plus simples à faire disparaître mais, sincèrement, certaines tâches étaient tenaces.

« On peut dire ça mais je ne sais pas ce qu’il y avait dans le seau que tu as renversé mais il y a des morceaux repoussants qui se sont collés au sol. On dirait une sorte de gelée moisie depuis des années. Il y a même un concentré de bactéries bizarres tout autour. Et toi ? D'ailleurs, où as-tu trouvé ce seau, déjà ? »



EXORDIUM.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7573-madison-p-leynd-o-a-la-decouverte-de-la-petite-maladroite-dont-le-sourire-est-eternel-ohttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7578-madison-p-leynd-o-la-petite-maladroite-dont-le-sourire-est-eternel-ohttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7579-les-p-tits-rps-de-maddiehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7583-o-boite-aux-lettres-de-madison-ohttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7582-petits-courriers-pour-madison-envoyez-un-hibou-express-avec-edelweiss

Arrivé(e) le : 21/02/2017
Parchemins rédigés : 262
Points : 1
Crédit : Rioghbhardan
Année : 2ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Aucun

MessageSujet: Re: Quand la maladresse est à son apogée... {Pv Madison}   Dim 23 Avr - 0:14

Quand la maladresse est à son apogée...


On m’avait toujours appris que la seule chose à faire quand j’avais fait une bêtise était de la réparer et c’était ce que je faisais en ce moment même. Enfin, c’était ce que j’essayai de faire sans faire d'autres bêtises justement. Rajouter une autre couche au travail que nous avions déjà sur les bras nous nous arrangerait pas…Certes, Jayden n’avait pas l’air très sûr de lui en me faisant confiance, il était même un peu…beaucoup méfiant et pas franchement de bonne humeur. Mais je pouvais le comprendre. J’étais venue lui rajouter des heures de travail supplémentaire et même si je n’en avais pas fait exprès, cela n’excusait pas le fait que la crasse allait s’enlever car j’étais juste maladroite. Non…ce serait trop beau si ma maladresse pouvait effacer mes bêtises, mais malheureusement, elle en rajoutait. Ce qui était le principe de la maladresse me direz-vous. D’ailleurs, je ne pouvais pas non plus lui en vouloir de ne pas me faire entièrement confiance, tout pouvait très vite dégénérer avec moi même si ce n’était pas mon intention. Et si je renversai la vaisselle? Et si je cassai les assiettes? Et si je renversai mon seau sale de nouveau par terre? Non! Vraiment Jayden avait raison de ne pas me faire confiance. D’ailleurs il me l’avait bien fait savoir quand il m'a dit:

« On verra bien, je ne crois que ce que je vois. »

Maintenant en plus de nettoyer j’avais autre chose à faire: montrer à Jayden que je pouvais être digne de confiance et que je pouvais faire attention. En plus de ma super mission qui consistait à ne pas me faire passer pour une gourde idiote je devais tout d’abord nettoyer tout ce bazar avant que quelqu’un ne vienne et ne dispute Jayden à cause de moi. Ce serait bien ce que je souhaitais! Le pire dans cette histoire est que j’étais sûre que ce serait Jayden qui serait plus puni que moi…et ça, je ne le voulais pas! J’en avais marre de faire punir les autres à cause de mes petites bêtises…enfin pas si petites que ça au vu de l’état de la cuisine. Je plongeai ma serpillère dans l’eau et me remis à frotter le sol dans le but de faire disparaître les tâches maronnasses qui étaient incrustées dans le sol.

« Avec toi, ça marche sûrement. Mais crois-moi que, parfois, ils se font un plaisir de chercher toutes les excuses possibles pour contourner ces règles et Blackman se fiche bien qu’ils le fassent si ça leur permet de nous malmener. Regarde ce qui est arrivé à Joanne. On l’a accusée d’un crime qu’elle n’a pas commis et peu après, on a appris l’identité de celui qui avait fait ça. Et personne ne l’a châtié, juste parce qu’il n’est pas né-moldu. »

Mon balai manqua de me tomber des mains. Je l’agrippai fermement et cessai quelques secondes de lui faire suivre les courbes que je faisais depuis que l’on avait commencé. La tête basse, je ressassai les paroles de Jayden. Bien sûr que j’avais entendu parler de l’histoire de Joanne et cela me faisait frémir rien que d’y penser. La pauvre Gryffondor n'avait rien fait et elle s’était fait torturer pour rien! Le coupable n’avait rien eu…sous prétexte qu’il était de sang-pur. Horrible. Dégoutant. Répugnant. C’était les seuls mots qui me venaient à l’esprit quand je repensai à ce qu’ils avaient fait. Décidément rien ne les arrêtait et il n’avait pas hésité à torturer une fille qui paraissait adorable et qui n’avait qu’un an de plus que moi sans avoir la moindre preuve que ce qu’ils faisaient était juste! D’ailleurs ce ne l’était pas! Rien de ce qu’ils faisaient n’était juste! Et même si Jayden essayait de me persuader du contraire, ou peut-être d’être gentil à sa façon, pour moi ça ne marcherait pas non plus. Ils avaient l’air d’aimer, beaucoup trop, faire souffrir les élèves alors ils n’hésiteront pas à ne pas attendre des témoignages, des excuses, des explications avant de frapper. Ils frapperont.

La voix emplit de haine de Jayden me retint de faire tout commentaire sur ce qu’il venait de me révéler. Je gardai la tête basse et avait recommencé à passer le balai en faisant attention à chacun de mes gestes. Il était déjà assez en colère comme ça, il ne fallait pas que j’en rajoute. A vrai dire, c’est à cause de moi qu’il s’énervait, alors je ferais mieux de me taire et de travailler tranquillement. C’est ce que Jayden faisait tout le temps et je ne parvenais pas à comprendre comment il réussissait à être aussi calme. J’étais toujours obligée de parler, de faire des choses parce que je ne pouvais pas tenir en place. Et mon comportement devait en gonfler plus d’un, mais je n’y pouvais rien. J’étais comme ça et on ne me changerait pas! J’osai tout de même lui demander comment le nettoyage se passait de son côté. Ne pas parler ne m’empêchait pas d’être courtoise et de demander à mon camarde si il s’en sortait. Malgré tout ce que les Mangemorts feraient à cette école il y a une chose qu’il ne m’enlèveront pas: ma gentillesse. Et, en ce moment je leur en faisais la preuve. J’aidais Jayden. C’était évidemment de ma faute, je n’allais pas le laisser se débrouiller tout seul, mais il y en avait qui le ferait. Je prenais aussi un risque, mais cela me passait plus au dessus de la tête. Je préférais d’abord réparer ma bêtise et ensuite réfléchir aux conséquences de mes actes. Même si j’assurai le contraire en citant le règlement, je ne pensais pas que les mangemorts seront heureux de me retrouver dans les cuisines. Je chassai cette idée de ma tête. Allez Maddie frotte! Plus vite nous aurions fini, mieux nous nous porterons tous les deux.

« Des bactéries tout autour? Comment tu vois ça? Je l’ai trouvé dans la salle commune des Poufsouffles…je me demande qui l’a posé là et ce qu’il y avait dedans. Si comme tu dis la gelée à l’air d’être ici depuis des années...tu crois que ce seau est resté là à se concentrer en bactérie depuis tout ce temps? »

Sans arrière pensée précise, je profitai de ce moment avec Jayden pour lui poser des questions auxquelles je n’avais aucune réponses. Le jeune Serpentard était très intelligent et il m’aidait dans mes devoirs quand j’avais du mal alors dès fois je profitais un peu de ses connaissances pour étayer les miennes. Rien de mieux qu’un petit cours sur les bactéries pour poursuivre la journée! Enfin ça, c’était mon point de vue. Tout du moins, je savais que Jayden adorait m’apprendre des choses alors je profitai de ce moment pour lui demander des informations supplémentaires qui pourront toujours m’être utiles plus tard.

« Ça va de mon côté pour l’instant. La farine s’enlève assez bien et même si le mélange est un peu dégoûtant ce n’est qu’une pâte…légèrement périmé…qui colle un peu aussi…mais pour l’instant ça va »

Je faisais passer mon optimisme à Jayden. Evidemment le mélange n’était pas aussi simple à enlever mais nous le savions aussi bien l’un que l’autre, cela ne servait à rien de remuer le couteau dans la plaie. Je préférais dire que tout allait bien et j’allais prendre sur moi pour nettoyer tout ça sans faire davantage de dégâts. D’ailleurs cela me faisait avancer beaucoup moins vite que je le voulais. D’habitude je nettoyais assez vite, j’avais l’habitude, mais le fait de devoir prendre mon temps pour faire attention me rendait nerveuse et moins rapide. Je poussai un soupir et frôlai une casserole sur le rebord de la table. Mais comment voulait-il que je fasse attention si la cuisine était dans un tel bazar? Si tout menaçait de tomber au moindre petit frottement? Je fronçai les sourcils…il fallait que je trouve un moyen d’aller aussi vite que je le faisais d ’habitude tout en faisant attention. Et tout ne se résumait qu’en un mot: organisation.

Avec un sourire et s’en faire attention à Jayden ni à ses regards intrigués. Je laissai mon balais contre la porte d’un placard et allai vers la table ou s’empilait les assiettes sales en montagnes et les casseroles cramées. Je pris chaque récipient et les emmenai dans l’évier - qui était gigantesque vu que les elfes de maisons pouvaient y travailler à plusieurs - et ainsi de suite. Au bout de cinq minutes, il ne restait plus rien sur la grande table qui figurait au milieu de la salle et qui me menaçait de faire des bêtises supplémentaires. Contente de mon petit rangement provisoire qui me permettait ainsi d’être plus libre dans mes mouvements, je repris mon balai et me remis à astiquer. C’était beaucoup plus simple et j’étais plus efficace qu’il y a quelques minutes auparavant. Replongeant ma serpillère dans l’eau, je grimaçai en regardant celle-ci. Jayden avait raison, le mélange que j’avais ramené était vraiment dégoûtant au possible. Je pris précautionneusement mon seau et le porta à l’autre évier de la pièce. Je le hissai et le vidai doucement. Consciente d’être sous le regard méfiant de Jayden je fis très attention. Je finis par le remplir d’eau propre et de mettre du savon dedans. Quand je revins avec le seau et que je le posai par terre en n’ayant fait aucune bêtise, j’étais quand même très fière de moi. Alors je me tournais vers Jayden et lui fis un sourire radieux. Je replongeai ma serpillère dans l’eau et recommençai à frotter de bonne humeur.

Je détaillai la pièce du regard et me rendis compte que nous nettoyions dans des zones assez près Jayden et moi, ce qui ne servait pas à grand chose car nous allions finir par nous empiéter dessus. Une demi-seconde plus tard je laissai le fond, où Jayden était, pour me diriger vers le devant de la pièce, là ou j’avais glissé.

« Je prends cette partie là, ça ne te dérange pas? Ça ira plus vite si on s’occupe de deux espaces compléments séparés et en plus il n’y a plus rien autour de moi maintenant, je ne risque pas de faire des gestes malencontreux, ajoutai-je avec un petit sourire entendu pour lui prouver que j’avais compris ce qu’il m’avait dit plusieurs minutes avant »

Sans attendre une quelconque réponse de sa part - au vu de ma question assez réthorique - je me remis à nettoyer en force le sol qui avait bien besoin d’un brin de ménage avant de retrouver sa splendeur d’origine…enfin je ne savais pas si cette pièce avait déjà été splendide, mais peut-être pourquoi pas? Silencieusement, j’avançai aussi vite et aussi bien que je pouvais. J’avais pris plusieurs décision en même pas deux minutes: faire attention, être organisée, ne plus parler et être positive comme je le faisais chaque jour. J’étais sûre que nous allions vite finir! A deux c’est toujours mieux non?
Codage par Libella sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7670-jayden-sonny-rosenbach-underco-80?nid=2#171608http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7672-jayden-life-is-not-a-video-gamehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7673-jayden-le-courrier-c-est-un-coup-de-telephone-qui-part-a-piedhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7674-jayden-hiboux-express

Arrivé(e) le : 23/03/2017
Parchemins rédigés : 89
Points : 0
Crédit : sugar slaughter
Année : 2ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Tasha E. Lennox-Blackwood & Professeur M. Burgess & Narcissa A. Breckenridge

MessageSujet: Re: Quand la maladresse est à son apogée... {Pv Madison}   Ven 28 Avr - 18:22


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
it's time to clean up !


Madison avait eu raison de changer de conversation en lui demandant s’il s’en sortait. Cela permettait à Jayden d’arrêter de penser à ces idées noires autour de l’injustice promue par les Mangemorts. Même s’il conservait son calme, cela l’énervait à l’intérieur et il rassemblait des pensées malsaines à l’encontre de ces tyrans. Madison le questionna sur les bactéries, en lui demandant comment il pouvait les voir et il était vrai qu’étant tout petits et seulement perceptibles au microscope, ce n’était pas évident. Mais plus ils se regroupaient entre eux, plus ils contribuaient à la formation d’une masse dégoûtante qu’il put parfaitement reconnaître comme étant un amas de saletés et de bactéries. Il pointa son index vers ce petit amas qui entourait la gelée tout en invitant la Poufsouffle à se rapprocher.

« Regarde, c’est ce truc-là ! Ils doivent être des millions à l’intérieur, et quand ça s’accumule comme dans de la nourriture périmée, on finit par les voir se rassembler. Si ça se trouve, il y avait des aliments dans ce seau. C’est juste à en vomir. »

Quant à savoir qui l’avait posé là et ce qu’il y avait à l’intérieur, il n’en avait aucune idée et il ne pouvait pas trop s’avancer. Il fallait être vraiment paresseux pour ne pas vouloir le vider dans un des lavabos les plus proches et vraiment négligeant pour le laisser là pendant un temps. La gelée avait l’air de dater mais au point d’être restée dans la salle commune pendant des années, c’était un peu trop gros… Surtout si son amie l’avait trouvée dans un coin de cet endroit, là où des centaines de paires de jambes passaient chaque jour.

« Je ne pense pas que le seau soit resté dans votre salle commune durant tout ce temps… quelqu’un l’aurait forcément vu. Peut-être que c’était posé dans une des salles abandonnées de l’école et que quelqu’un l’a déplacé pour je ne sais quelle raison. »

Il y avait mille et une raisons possible pour qu’un élève fasse ça au lieu de laver le seau. Enfin quoi qu’il en soit, ces saletés ne l’arrêtèrent pas et il continua de frotter avec son balai à serpillère avec toute la force possible pour effacer les traces les plus tenaces. Madison, de son côté avait l’air de bien se débrouiller même si elle manquait parfois de faire tomber son balai.

« Ça va de mon côté pour l’instant. La farine s’enlève assez bien et même si le mélange est un peu dégoûtant ce n’est qu’une pâte…légèrement périmé…qui colle un peu aussi…mais pour l’instant ça va »

Tirant une grimace de dégoût, Jayden détourna son regard vers le sol et reprit son labeur. La farine était toujours blanche mais elle s’entremêlait aux autres substances verdâtres, le tout donnant un air très peu appétissant. Il trempa une nouvelle fois sa serpillère dans son seau lorsqu’il crut voir une casserole bouger du côté de la Poufsouffle. Il soupira doucement de soulagement, croyant durant un instant qu’elle venait de commettre une autre bêtise. Il tenta de se persuader de ne pas s’en faire. Commencer à devenir paranoïaque à cause d’elle en jetant des regards un peu partout n’allait pas l’aider à se concentrer. Cela lui faisait un peu mal de se le dire mais il allait devoir lui faire confiance sur le coup… et il espérait vivement que cette décision n’allait pas finir en regrets.

Satisfait d’avoir pu enlever les premières tâches horribles, il fut bien motivé pour la suite. Il essayait de se dépêcher tout en accomplissant bien le nettoyage. Rapidité et qualité… c’était bien ce qui était nécessaire lorsque des Mangemorts se tenaient prêts à vous fouetter ! Jayden n’avait pas d’autre choix que de se montrer efficace et il pensait déjà à aider Madison lorsqu’il aurait fini son petit coin. Il pensait bien que contrairement à lui, elle serait moins rapide puisqu’elle devait avoir moins l’habitude que lui de faire les corvées d’un château aussi vaste. Un autre coup d’œil vers la première année ‒ décidément, il ne pouvait s’empêcher de le faire fréquemment malgré tout ‒ lui montra qu’elle avait eu la bonne idée de débarrasser la table pour libérer l’espace. Il ne pouvait que l’encourager sans le lui dire pour autant et pendant qu’elle s’exécutait, Jayden changea l’eau de son seau avec un sentiment de libération lorsqu’il voyait toute la crasse partir dans les tuyaux de l’évier. Il espérait simplement que les conduits ne seraient pas bouchés après avoir accueilli certains gros morceaux de gelées, sinon, on l’appellerait de nouveau pour nettoyer le siphon ou d’autres trucs de ce genre. Et sincèrement, il n’y avait rien de plus repoussant à ses yeux que de nettoyer à mains nues l’intérieur des tuyaux.

Grâce à sa nouvelle eau propre remplie de produits nettoyants, il put continuer d’astiquer au même rythme que Madison qui semblait plus à l’aise avec les assiettes et les casseroles en moins pour la gêner. Tant mieux. Cela éviterait les catastrophes. Durant un instant, pendant qu’il la surveillait en essayant d’être discret ‒ ce qui était raté ‒ leurs regards se croisèrent et elle lui fit un autre de ses sourires joyeux qu’elle savait si bien esquisser. Jayden, déconcerté, se demandait si elle se moquait de lui ou si elle tentait de le rassurer sur la progression de son ménage. Il ne répondit rien et comme il ne souriait jamais sur commande, sa seule réaction fut une sorte de grimace étrange qu’il effaça bien vite avant de se reconcentrer sur son balai, ressentant une sorte de mal aise. Il n’y avait que les filles pour sourire tout le temps et rire ! Comment pouvait-elle prendre cette situation d’une manière aussi détendue ? Il ne lui demandait pas de paniquer ou de pleurer mais tout de même…

Le Serpentard releva la tête lorsqu’il entendit la silhouette de sa camarade s’éloigner. Avant qu’il ne puisse lui demander ce qu’elle comptait fabriquer, elle prit les devants.

« Je prends cette partie là, ça ne te dérange pas? Ça ira plus vite si on s’occupe de deux espaces compléments séparés et en plus il n’y a plus rien autour de moi maintenant, je ne risque pas de faire des gestes malencontreux. »

Un coup d’œil autour de lui vint lui faire comprendre qu’effectivement, ils seraient bien plus productifs en ayant chacun une partie à nettoyer. Et puis, maintenant que les éviers étaient remplis, Madison ne devrait normalement pas pouvoir empirer les choses. Il hocha la tête, satisfait.

« Faisons comme ça. C’est parfait, Maddie, se permit-il de lui dire avec une sorte de soulagement perceptible dans son regard. Continue de te concentrer comme ça et ce sera vite terminé. »

Jayden n’était pas du genre à faire des compliments aux autres mais là, il considérait que si cela pouvait encourager la blondine à faire attention, autant qu’il lui en fasse un. En plus, ce n’était pas comme si elle avait bâclé le travail ; tout avait été bien réalisé de son côté. Il se sentait donc un peu plus relax et ce fut avec des gestes moins nerveux qu’il essora à nouveau sa serpillère avec l’espoir de s’en tirer indemne pour aujourd’hui. Il se permit même de l’observer pendant quelques secondes, avant de prendre enfin l’initiative de la parole sur un ton curieux et qui n’avait pas pour but de lui reprocher quoi que ce soit.

« Dis-moi… Tes parents ne te disent rien quand tu fais toutes tes bêtises ? On ne te dit jamais d’arrêter de les refaire et de bien regarder autour de toi ? »



EXORDIUM.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7573-madison-p-leynd-o-a-la-decouverte-de-la-petite-maladroite-dont-le-sourire-est-eternel-ohttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7578-madison-p-leynd-o-la-petite-maladroite-dont-le-sourire-est-eternel-ohttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7579-les-p-tits-rps-de-maddiehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7583-o-boite-aux-lettres-de-madison-ohttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7582-petits-courriers-pour-madison-envoyez-un-hibou-express-avec-edelweiss

Arrivé(e) le : 21/02/2017
Parchemins rédigés : 262
Points : 1
Crédit : Rioghbhardan
Année : 2ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Aucun

MessageSujet: Re: Quand la maladresse est à son apogée... {Pv Madison}   Lun 8 Mai - 22:47

Quand la maladresse est à son apogée...



J’avais réussis dans une tentative d’arrêter les tourments de Jayden, même si je dois l’avouer c’était aussi une technique pour échapper au silence, de changer de discussion et le pire de tout c’est que j’avais réussis! Quelques uns pourraient me qualifier de pipelette, d’autre de malpolie, d’autre de trop curieuse mais en même temps, ces gens là n’avait pas tord. C’était du moi tout craché mais tant que je pouvais faire que les gens soient heureux, cela m’allait très bien. En faisait changer de discussion Jayden, cela lui avait permis d’arrêter de ruminer, de deux de le faire parler pour mon plus grand plaisir (parce qu’on va pas se l’avouer, c’est pas cool le silence, si la nature nous avait donné une voix c’est pour qu’on l’utilise, non?) et de trois j’allais apprendre des choses et je savais que Jayden aimait bien m’apprendre des choses. Sinon il ne m’aiderait pas pour mes devoirs, si? Traite de bavardage j’essayai de percevoir ce que Jayden essayait de me montrer. C’était pas évident pour une fille qui n’avait pas l’habitude de regarder ce genre de chose, mais la gelée était tellement dégoûtante que ce n’était pas très compliqué de les voir.

« Effectivement…maintenant que tu le dis c’est assez visible en fait…mais ça rend le truc encore plus dégoûtant! Beurk! »

Je me reculai bien vite de la gelée pour ne pas avoir à regarder ce genre de truc encore plus longtemps. Je n’avais qu’une hâte maintenant, allez prendre une douche. J'imaginais de nombreuses bactéries se déplcer sur mon corps comme des vers de terres et cela me donnait envie de me secouer dans tous les sens pour les faire tomber. Mais sachant parfaitement que cela n’allait rien faire à part me faire passer pour une folle aux yeux de Jayden. J’avais pas besoin de ça pour être bizarre. Alors Maddie tu te calmes et tu retournes balayer!

Ce ce que je fis avec bonne humeur, après avoir fait tout mon brin de rangements des casseroles et des trucs qui traînaient sur le table, ce qui était tout de même beaucoup plus efficace pour balayer. Je finis par mettre sur le bord de l’évier le paquet de farine qui trempait par terre. Il faudra le mettre à la poubelle maintenant. Je risquai un oeil à l’intérieur. Oh non! Beurk c’est dégoûtant! La farine trempait dans la gelée! Il était hors de question de remettre ce produit dans les placards! Imaginez ils ne font pas attention et ils nous mettent ça pour faire nos repas? Rien que d’y penser cela me donnait envie de vomir. Tout en continuant mon ménage je me demandais quelle était l’expression que Jayden avait pris tout à l’heure quand je lui avais souris. Nos regards s’étaient croisés alors rien de plus normal que de sourire à mon camarde de corvée pour le coup, non? Il ne semblait pas du même avis, car si il avait essayé de me rendre mon sourire il s’était légèrement craqué tout de même. Car son expression avait plus ressemblait à une grimace plutôt qu’à autre chose. Je le savais! Je l’énervai. Mais c’était plus fort que moi, même dans les situations délicates il fallait que je souris. C’était un peu comme une marque de fabrique. Madison égale sourire. Si vous ne me voyez pas sourire c’est q’il y a vraiment un très gros problème. Un très très gros problème. Mais là, en l’occurence malgré le fait que j’ai fait une bêtise, encore une fois me direz-vous, j’étais en train de la réparer ce qui me rendait heureuse parce que je ne laissais pas Jayden dans la crotte quoi! Il aurait très bien pu ne pas vouloir et devoir faire le boulot de trois personne à lui tout seul, là on était deux. Et pour moi, tant qu’on est pas tout seul eh bah…on est pas tout seul. Oui tais-toi Maddie c’est mieux. Sans rien, avec Jayden j’avais un peu l’impression d’être à l’école militaire: Pas parler, pas sourire tout le temps, travailler, faire attention. Mais cela ne me dérangeait pas qu’il me demande autant de contraintes, je pouvais le comprendre. Ce n’était pas tous les jours qu’on devait vivre avec un boulet ambulant comme moi alors il fallait imposer des règles. Et même si elles étaient difficiles à suivre, j’essayais au mieux de les respecter. Parce que si c’était ce qu’on attendait de moi pour être content, alors je le ferais.

Quand Jayden me fit l’ébauche d’un compliment, je ne pus malheureusement pas retenir mon sourire. C’était obligée. J’étais obligée de sourire là! Maddie. Jayden m’avait appelé Maddie et il m’avait dit que c’était, je reprends ces mots, « parfait », je ne pouvais pas en attendre mieux de la part du Serpentard qui ne faisait pas souvent des compliments. Alors je souris contente de moi et contente de faire du bon travail. Quand soudain j’interrompis mes gestes quand Jayden vint à un parler de mes parents. Je ne savais pas si c’était par curiosité ou pour me faire un reproche mais au moins il comblait le silence. Même si la question était maladroite, je souris avant de recommencer à passer la serpillère.

« Hum…Je ne sais pas si mes parents me diraient quelques chose si jamais je faisais des bêtises en leur présence. En fait pour tout avouer, ils ne m’ont jamais rien dit parce que je ne les ai jamais connu à part quand j’étais tout bébé. Mais je me dis que si jamais je suis aussi maladroite c’est que je tiens bien de quelqu’un, non? Je pense que mes parents sont aussi maladroits que moi, donc je pense qu’ils m’auraient dit de faire attention mais qu’ils ne m’auraient pas disputer. Quand quelqu’un est aussi maladroit, il comprend que c’est pas toujours simple…enfin c’est compliqué à expliquer, dis-je en rigolant »

Je continuai à parler en passant le balai. J’espérais ne pas avoir gênée Jayden en lui disant d’une manière quand même assez abrupte que je n’avais pas connu mes parents. Mais si jamais ça avait été le cas, mon rire l’aurait tout de même rassuré. J’étais assez persuadé de ce que j’avais avancé.

« Mais je ne te dis pas qu’avec ma Tante c’est pareil…c’est plutôt le contraire! Elle me dit sans arrêt de regarder autour de moi, de faire attention et pourtant sans le vouloir à chaque fois je recommence. Alors, à force de me faire disputer à chacune de mes bêtises, mes cousins m’ont aidé à les camoufler. Sauf qu’ici, ils ne sont pas là, alors je dois bien les réparer mes fameuses bêtises »

Pour rire, le jour de mes huit ans ma famille avait emballé toutes la pièce à manger de papier bulle. Histoire de me faire comprendre qu’ils en avaient marre que je fasses des bêtises, mais je crois qu’à l’époque je n’avais pas vraiment compris car j’avais pas la journée à éclater toutes les bulles du papier. Ce qui, entre nous, m’avez beaucoup amusé!

« Tu ne fais jamais de bêtises toi? lui demandai-je »

Cela me paraissait inconcevable de ne pas faire de bêtises mais après tout de mon point de vue c’était normal de ne pas y croire. Peut-être que pour les autres c’était inconcevable de faire autant de bêtises. En gros, chacun son point de vue mais pour moi, une vie sans bêtises, bah c’était pas une vie. A part si on restait assis entouré de papier bulle jusqu’à être en équilibre sur ses deux jambes.

En passant devant l’évier je sentis mon dos toucher une casserole en équilibre. Je commençais à paniquer lorsque je sentis ladite casserole se détacher du bord de l’évier et poursuivre une course effrénée vers le sol. Non, c’était pas le moment de faire des bêtises Madison! Je me précipitais vers la casserole pour la rattraper de justesse mais dans ma course je me tapai la tête contre la paroi de l’évier et dans un grand brouhaha de métal, toutes les casseroles me tombèrent dessus. Non! Non! Non! J’avais enfin réussi à faire les choses correctement! Pourquoi fallait-il que je fasse tout tomber à chaque fois! C’était indéniable à présent. J’étais un cas. Un gros cas même. Alors, en m’extrayant de toutes les casseroles sur moi, je me frottai la tête. J’étais sûre que j’allais avoir une bosse mais c’était pas le plus important. Je redoutais le regard de Jayden mais je n’avais pas le choix. Je me relevai et commençai à remettre les casseroles correctement.

« Je…je suis désolée…je voulais rattraper la casserole et…désolée…je vais tout arranger. Je m’occupe de la vaisselle du coup…pardon »

Me confondre en excuse n’allait pas me faire avancer plus vite mais c’était du moi tout craché! Alors que Jayden me faisait un compliment j’étais obligée de tout mettre en l’air. Je ramassai la vaisselle par terre, heureusement pour moi ça ne casse pas ces machin là. Alors dès que j’eus fini de mettre tout dans l’évier, je commençais à les laver. Comme ça, ça sera rangée! Comme ça je ne risquai pas de les refaire tomber! Enfin rassurez-moi…après ça, je ne risquai pas de faire tomber autre chose…si?
Codage par Libella sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7670-jayden-sonny-rosenbach-underco-80?nid=2#171608http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7672-jayden-life-is-not-a-video-gamehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7673-jayden-le-courrier-c-est-un-coup-de-telephone-qui-part-a-piedhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7674-jayden-hiboux-express

Arrivé(e) le : 23/03/2017
Parchemins rédigés : 89
Points : 0
Crédit : sugar slaughter
Année : 2ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Tasha E. Lennox-Blackwood & Professeur M. Burgess & Narcissa A. Breckenridge

MessageSujet: Re: Quand la maladresse est à son apogée... {Pv Madison}   Mer 17 Mai - 12:46


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
it's time to clean up !


Le compliment de Jayden n’avait pas échappé à Madison qui avait souri, une nouvelle fois. Il fallait maintenant espérer qu’elle allait continuer à bien faire les choses et en guise de récompense, elle pourrait rapidement s’en aller pour prendre une douche. Honnêtement, son état était assez déplorable avec ses vêtements imbibés de cette eau impure et cette farine pâteuse qui la collait. Heureusement que cela ne semblait pas retomber par terre pendant qu’elle faisait ses efforts de nettoyage. Le garçon lui posa donc deux questions personnelles concernant sa maladresse et si ses parents lui redisaient quelque chose à ce sujet. L’enfance apportait son lot d’étourderie, c’est vrai, mais chez la Poufsouffle, c’était bien trop fréquent à son goût.

Tout en la regardant, il reposa sa serpillère propre sous son balai et s’engagea dans un coin encore très sale tout en écoutant la réponse de son amie. Elle ne savait pas vraiment ce que diraient ses parents si elle faisait des bêtises en leur présence et qu’en réalité, ils ne lui avaient jamais rien dit parce qu’elle ne les avait connu que quand elle n’était encore qu’un bambin. Jayden haussa les sourcils, étonné. Il se demandait bien comment ça se faisait qu’elle n’avait pas vécu avec eux. L’avaient-ils abandonné ou bien étaient-ils morts ? Il ne s’y était pas vraiment attendu… Sa curiosité le poussait à aller chercher les réponses à ses questions mais d’un autre côté, il se disait qu’il ne pourrait peut-être pas les obtenir aussi simplement parce qu’il devait s’agir d’un sujet houleux pour Madison. Quoi que… elle n’avait pas l’air d’être fermée à la discussion. Il la jaugea discrètement du regard, tout en écoutant la suite.

« Je pense que mes parents sont aussi maladroits que moi, donc je pense qu’ils m’auraient dit de faire attention mais qu’ils ne m’auraient pas disputer. Quand quelqu’un est aussi maladroit, il comprend que c’est pas toujours simple…enfin c’est compliqué à expliquer. »

Un fin sourire narquois se dessina sur les lèvres de Jayden alors qu’il se reconcentra sur le sol. Il imaginait toute une famille maladroite, en train de faire tomber des objets à gauche et à droite, à s’excuser entre eux et à rire de leurs bêtises. C’était une caricature très grossière qu’il garderait pour lui mais c’était amusant et cela lui évitait de penser à sa misère.

« Mais je ne te dis pas qu’avec ma Tante c’est pareil…c’est plutôt le contraire! Elle me dit sans arrêt de regarder autour de moi, de faire attention et pourtant sans le vouloir à chaque fois je recommence. Alors, à force de me faire disputer à chacune de mes bêtises, mes cousins m’ont aidé à les camoufler. Sauf qu’ici, ils ne sont pas là, alors je dois bien les réparer mes fameuses bêtises.
‒ Elle n’a pas tort, ta tante. Mais tant que tu les répares, ça compense. Peut-être que tu devrais te faire une sorte d’objectif quotidien : trois bêtises max par jour, par exemple, et après, tu diminues. »

Au moins, sa tante est consciente qu’il y a un problème et c’est sans doute mieux pour Madison que ses cousins coopèrent avec elle pour camoufler ses maladresses, comme elle le disait. Ici, en revanche, elle devait se débrouiller toute seule pour assumer ça.

« Tu ne fais jamais de bêtises toi ? »

Jayden leva les yeux vers le plafond durant deux secondes avant de reprendre le nettoyage. Il ne pouvait prétendre ne jamais faire de bêtises, c’était évidemment impossible. Il restait un gamin et à son âge, on se fiche pas mal de certaines choses. On fait preuve d’une insouciance dont on ne se rend pas forcément compte. A l’école moldue, il avait été bousculé et insulté à plusieurs reprises par des plus costauds. Tout ça parce qu’il travaillait bien à l’école et qu’il ne cherchait pas de noises aux autres ‒ à l’exception du vol. Jayden s’était servi de ses manifestations magiques incontrôlées pour les punir, les humilier ou se venger. Mais à l’époque, il n’avait pas cru en la magie. Il avait tout simplement cru qu’une entité en lui l’aidait à faire tout ça. On pouvait dire que c’était une sorte de bêtises, en quelque sorte. Toutefois, il ne voulait pas parler de son ancienne école à Madison.

« Par maladresse, pas souvent. Mais volontairement, oui. Tu ne risques pas d’aimer mais je suis un très bon voleur. » Dit-il sans aucune gêne et avec une pointe de fierté.

Il possédait beaucoup d’objets qui ne lui appartenaient pas et qu’il dérobait à ses camarades de dortoir ou même dans la salle commune. Ses parents n’étaient pas riches et il n’avait pas toujours eu ce qu’il voulait, alors, il en était venu à se faire plaisir de lui-même depuis son enfance. Cela a commencé par des stylos en classe pour finir aux billes puis aux jeux-vidéo en cartouches ou des téléphones portables ‒ les jeunes de nos jours étant capables de demander des Iphone à neuf ans. Aujourd’hui, il avait perfectionné ses techniques et il aimait cet art que de voler les autres. Sans doute que cela avait, par la suite, développé en lui une certaine avarice, une envie de posséder…
En général, il se gardait bien d’avouer cette information mais avec Anthony et Madison, il ne pensait pas avoir de problème. Ce n’était certainement pas elle qui le dénoncerait.

Continuant de passer la serpillère dans les coins les moins évidents, il se rendit compte que parler accélérait le temps et rendait sa tâche moins pénible qu’il ne l’aurait cru. Et pourtant, il préférait habituellement le calme. Tout semblait aller mieux depuis que Madison avait entrepris de se mettre sérieusement à sa tâche, dans sa propre partie de la cuisine. Jayden ne pensait même plus à la surveiller, bien trop occupé à repenser à ses souvenirs passés et aux microbes à enlever sur le sol. Hélas, ce fut au moment où il avait relâché sa vigilance que le malheur s’abattit à nouveau sur le duo. Un énorme bruit de casseroles tombant au sol le fit sursauter et aussitôt, il se retourna vers la source de celui-ci.

Non, non… non !

Ce vacarme allait sûrement alerter les gens aux alentours et peut-être même les Mangemorts ! Il afficha une mine consternée et colérique. Les casseroles continuaient de tomber en cascade les unes après les autres. Comment avait-elle pu commettre une telle erreur ?! Ce n’était pourtant pas compliqué de nettoyer sans faire tomber des casseroles censées reposer dans l’évier ! Il avait vraiment l’envie de lui hurler dessus, de lui dire que, décidément, il aurait dû refuser son aide et tout faire de lui-même. Il aurait pu aussi lui dire, sous le coup de l'exaspération, qu'elle ne servait à rien et qu'elle ferait mieux de repartir dès maintenant.

« Madison ! »

Il lutta ardemment contre cette colère, préférant mesurer son émotion pour rester un minimum calme, comme il le faisait tout le temps. Tout cela lui donnait sérieusement la nausée. S’il fallait en plus faire du rangement toutes les cinq minutes, ils n’auraient jamais fini.

« Je…je suis désolée…je voulais rattraper la casserole et…désolée…je vais tout arranger. Je m’occupe de la vaisselle du coup…pardon »

Il secoua sa tête avec agacement. Rattraper une casserole pour faire tomber toutes les autres ? Il n’avait même pas l’envie d’y croire tant que cela paraissait insensé.

« Pourquoi faut-il que tu en rajoutes encore plus à chaque fois ? » Lui demanda-t-il en prenant un air moins colérique mais plus froid.

Ce n’était pas possible, tout de même. Il constata l’étendue des dégâts tandis qu’elle commençait à les ramasser pour les remettre dans l’évier. Et lorsque la Poufsouffle entreprit de les laver, Jayden réagit assez vite et se précipita vers elle pour lui reprendre l’éponge et la casserole qu’elle tenait.

« Non, non, tu ne touches pas à la vaisselle. Tu risquerais de faire une autre bêtise ! Continue de laver le sol, je m’en occupe. » Ajouta-t-il sur un ton sec sans lui laisser le choix.



EXORDIUM.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7573-madison-p-leynd-o-a-la-decouverte-de-la-petite-maladroite-dont-le-sourire-est-eternel-ohttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7578-madison-p-leynd-o-la-petite-maladroite-dont-le-sourire-est-eternel-ohttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7579-les-p-tits-rps-de-maddiehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7583-o-boite-aux-lettres-de-madison-ohttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7582-petits-courriers-pour-madison-envoyez-un-hibou-express-avec-edelweiss

Arrivé(e) le : 21/02/2017
Parchemins rédigés : 262
Points : 1
Crédit : Rioghbhardan
Année : 2ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Aucun

MessageSujet: Re: Quand la maladresse est à son apogée... {Pv Madison}   Dim 21 Mai - 10:54

Quand la maladresse est à son apogée...


Faire le ménage en discutant était quelque chose de beaucoup plus simple que de faire le ménage en devant garder le silence. J’étais heureuse que Jayden reste quand même ouvert à la discussion même si je lui avais promis que je me tairais. Et pourtant je ne mentais pas. Enfin presque jamais. Mais bon cela n’avait pas l’air de le déranger plus que ça maintenant. Si franchement il avait été embêté par moi et mon bavardage j’aurais arrêté ça je peux le garantir mais vu qu’il me poussait à la discussion il ne pouvait quand même pas m’en vouloir de répondre à ses questions, si? De plus, j’étais assez fière de moi car je faisais attention à chaque chose pour ne pas risquer d’envenimer la situation, nous avions déjà assez de travail comme ça et même si nous avions bien avancé il suffirait d’une de mes maladresses pour nous mettre dans la mouise et je ne voudrais en aucun cas que Jayden soit puni à cause de moi. Ah ça non! Je venais là pour aider les autres et non pas pour les faire punir alors il fallait que je fasse attention, comme j’étais en train de le faire et Jayden fait raison, si je continuai à travailler comme ça, nous allions vite finir. Tout ça, bien évidemment, c’était sans compter sur ma maladresse qui n’avait pas l’air de vraiment coopérer avec mon désir de bien faire aujourd’hui.

« Oui mais ça ne compense pas toujours…j’aimerai bien arrêter de faire des bêtises à longueur de journée ça me permettrai d’économiser beaucoup de temps et de moins embêter les autres mais je n’en fais pas exprès. Ce n’est pas comme si je voulais vraiment faire les bêtises que je fais mais c’est plutôt que dès que je relâche mon attention, que je me prends le pied quelque part, que j’essaye de bien faire qu’il m’arrive une bricole. A la longue…même si je préfère en rire, cela devient fatiguant pour beaucoup de monde et je peux les comprendre mais je n’y peux pas grand chose non plus car même quand je tente de faire attention, je n’y arrive pas »

C’était ce qu’on appelait des explications. Je ne savais pas d’où me venait toute cette salive et toute cette envie de raconter tant de choses à Jayden alors que j’étais censée passer le balai et que j’étais dans un état épouvantable. Mais contrairement à certaines filles je préfère me concentrer sur les autres que sur ma propre apparence, elle pourrait bien attendre une douche tout à l’heure, non? En attendant je continuai de passer mon balai en me disant que ma tirade était légèrement dans le but de me trouver une excuse. Mais à la longue pouvait-on m’en vouloir d’essayer de trouver des excuses pour une maladresse qui ne voulait pas lâcher une personne? Tout le monde ferait sans doute la même chose alors pour moi j’ai fait ce que j’avais à faire. J’ai expliqué mon points de vue, comme je m’autorisai si peu de fois à le faire, mais ça faisait du bien de se vider de temps en temps.

Quand Jayden me parla avec une pointe de fierté dans la voix qu’il volait j’eus plusieurs réactions silencieuses. La première c’était tout d’abord l’étonnement car je ne pensais pas qu’on pouvait voler comme ça pour le plaisir et cela m’étonnait de Jayden car je ne le voyais pas comme ça. La seconde fut le rire (silencieux hein) parce qu’après tout ce n’était pas très grave…enfin pour moi cela ne valait pas la peine de lui faire la morale car lui-même savait que c’était mal. La troisième fut une petite colère car il avait osé me dire que je n’allais pas l’aimer à cause de ça. C’était très mal me connaître et cela me vexa un peu. Comme si je n’aimais pas les gens à cause de leurs erreurs! Mais Jayden ne me connaissait pas assez pour savoir comment je réagissais alors une nouvelle fois je pris le temps de lui expliquer.

« Ce n’est pas parce que tu commets des erreurs que je ne t’aime pas. Ce sont les erreurs qui nous font grandir, je suis bien placée pour le savoir et quelqu’un qui ne fait pas d’erreur c’est quelqu’un qui ne vit pas et qui n’a pas de sentiment, alors oui certes c’est pas bien de voler mais ça tu le sais alors pourquoi je ne t’aimerai pas juste parce que tu voles? »

Après lui avoir posé une question assez réthorique de la mort-qui-tue je souris satisfaite en reprenant mon ménage mais évidemment rien ne se passa comme je m’y attendais et bientôt ma maladresse reprit le dessus me faisant faire des choses que je n’aurais pas voulu faire. Les casseroles tombèrent dans une jolie musique assourdissante tandis qu’un frisson me parcourut l’échine lorsque Jayden cria mon prénom sur un ton colérique et de reproche. C’était définitive j’étais maudite et j’étais aussi indéniablement un cas. Un gros cas même! Je m’en voulais terriblement et me confondant en excuse je m'empressai de remettre un peu d’ordre dans mon bazar.

« Pourquoi faut-il que tu en rajoutes encore plus à chaque fois ? »

Sa phrase stoppa mon élan quelques seconde car elle me toucha en plein coeur. Ressentant une pointe de honte mais surtout de la culpabilité je me dépêchais de finir ce que j’avais entreprit. La phrase que Jayden était vrai mais elle m’avait vexé car je ne voulais pas que les gens me voient comme ça. Comme une fille qui ne faisait que rajouter des couches. Blessée, je gardais la tête basse et quand il m’ordonna de m’écarter de la vaisselle je le fit sans broncher. La mort dans l'âme je repris mon balai et m’éloignai le plus possible de la vaisselle. Je repris sans bruit et m’efforçai de calmer mon esprit. Mon coeur me faisait mal mais après tout Jayden avait dit la vérité, je ne pouvais pas lui en vouloir. Crispant les dents et refusant les larmes qui me montaient aux yeux, je commençais à balayer avec colère. Colère car j’étais la seule qui me décevais à chaque fois, parce que je n’étais pas capable de faire les choses correctement et qu’à chaque fois que j’essayais, je faisais quand même tout mal. Je m’énervais car je voulais me rendre utile mais en fait j’étais un cas.

C’est en silence que je plongeai de nouveau mon balai dans l’eau pour pouvoir continuer de frotter le sol que j’avais moi-même sali. Le problème c’est que j’entraînais des problèmes de partout et sur tout le monde. Je m’énervais et je me sentais coupable de tout ce que je faisais. J’avais peur que quelqu’un se fasse punir de ma faute et c’était trop souvent le cas. J’en avais marre de cette maladresse qui me faisait passer pour la dernière des gourdes. Rageusement j’essuyais les larmes aux bords de mes yeux avant d’inspirer de l’air pour me calmer. M’énerver ne me servirait à rien à part me faire faire davantage de bêtises. Il fallait que je me calme, que je reprenne mon travail et qu’importait ce que Jayden pouvait penser de moi, je savais que j’avais tout fait pour l’aider et ne pas faire de bêtises. J’étais presque sûre qu’il était au courant mais il était en colère, je ne pouvais pas non plus lui en vouloir pour ça. Alors je continuai de frotter comme si cela passait mes nerfs. Essayant de garder une respiration calme et une concentration assez assidue pour ne pas empirer encore les choses.

La fille qui était en train de passer le balai ne me ressemblait pas. Elle était en colère, elle ne souriait pas, elle ne parlait pas et avait l’air triste. Pourtant j’étais tout le contraire de cette fille qui passait le balai comme si sa vie en dépendait. Je savais que cette figure triste disparaitrait vite mais je ne voulais pas la voir plus longtemps sur mon visage. Or, je n’avais aucune envie de sourire à qui que ce soit, ni même de parler. Il fallait mieux que je reste calme, posée et que je travaille en silence. J’aurais tout le loisir de parler par la suite, ma langue n’allait pas disparaître en un claquement de doigts. Un petit sourire se forma quelques minutes sur mes lèvres. Le coeur portée par une nouvelle touche d’optimisme je fis tout pour éviter le regard de Jayden, même si je savais que celui-ci me surveillait plus durement que tout à l’heure. Bah oui, cela paraissait logique il n’allait plus me lâcher d’une semelle. Soudainement je me rendis compte que je n’avais fait aucune bêtises depuis tout à l’heure et pourtant je ne faisais pas plus attention que cela, trop occupée à grogner dans ma tête. La colère marche-t-elle contre la maladresse? En tout cas cela marcherait peut-être pour aujourd’hui, mais cette colère disparaîtra aussi vite qu’elle est arrivée. Alors il faudrait que je trouve une autre solution.

Mon balai tapa dans le mur du fond et sortis de mes pensées, je relevai la tête. J’étais arrivée au bout de la salle. Avec Jayden nous avions bien avancé et je crois que j’avais bientôt fini le sol. J’avais même finit à en croire celui-ci qui était quand même plus propre que tout ce que je n’avais jamais vu. Heureuse d’avoir quand même fait quelque chose de pas trop mal, je fixai la pièce en son intégralité, il restait encore un bon nombre de chose à faire mais le sol…c’était une bonne chose de faite. Ma colère m’avait permit de pense à autre chose tout en frottant énergiquement, j’avais donc fini le petit bout qu’il nous restait à faire. Passant un derbier tracé de balai mouillé sur le sol pour enlever les dernières bactéries comme me l’avait dit Jayden, je posais le balai sans le faire tomber et soufflai un bon coup. Prenant mon courage à deux mains je pris une petite voix:

« Jayden? »

J’attendis que celui-ci daigne me faire un signe, me répondre, me regarder pour continuer ma phrase. Je n’avais pas envie de me faire disputer. Et je n’avais pas envie qu’il me vexe plus qu’il ne l’avait déjà fait même si rappelons-le je ne lui en voulais pas car il avait totalement raison.

« J’ai fini de passer le balai, est-ce que c’est bon comme ça? Est-ce qu’il faut que je repasse un coup? Je peux faire autre chose? Pour tout à l’heure je suis…désolée…tu t’en sors? »

Les minutes étaient passées plus vite que je ne l’aurais cru et même si j’avais fait plusieurs erreurs, j’espérais que Jayden ne me jugerait pas sur ça et qu’il accepterait quand même mon aide pour finir le reste du boulot. J’avais dit que je me rachèterai. Pour moi, ma mission n’était pas fini et une chose était sûre, je ne l’abandonnerai pas à la tâche, même si je devais le supplier.
Codage par Libella sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7670-jayden-sonny-rosenbach-underco-80?nid=2#171608http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7672-jayden-life-is-not-a-video-gamehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7673-jayden-le-courrier-c-est-un-coup-de-telephone-qui-part-a-piedhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7674-jayden-hiboux-express

Arrivé(e) le : 23/03/2017
Parchemins rédigés : 89
Points : 0
Crédit : sugar slaughter
Année : 2ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Tasha E. Lennox-Blackwood & Professeur M. Burgess & Narcissa A. Breckenridge

MessageSujet: Re: Quand la maladresse est à son apogée... {Pv Madison}   Ven 9 Juin - 16:07


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
it's time to clean up !


Madison ressentait vraiment l’envie de cesser de faire des bêtises pour lui économiser du temps et pour éviter d’enquiquiner les autres. Au vu de la manière dont elle en parlait, Jayden avait l’impression qu’elle était atteinte d’une sorte de malédiction qui l’empêchait depuis toujours de bien faire les choses. Dès qu’elle relâchait son attention, elle se prenait les pieds quelque part ou bien s’attirait d’autres ennuis. C’était assez curieux et le jeune homme se souvenait d’avoir entendu en cours qu’il existait bel et bien des malédictions magiques circulant au cœur de certains sorciers. Parfois, cela pouvait se transmettre. Généralement, il s’agissait de maléfices obscurs comme la consumation de l’énergie vitale ou d’autres choses du même style mais il imaginait bien qu’il puisse exister d’autres formes de fléaux. Une sorte de Peeves intérieur. Cette idée était stupide mais elle lui avait traversé l’esprit ; est-ce qu’il était possible de se faire posséder par un esprit frappeur ? Dans les films d’horreur qu’il regardait à la maison, cela l’était.

« Tu es peut-être possédée. » Lui dit-il sur un air presque naïf.

Cette réponse n’était vraiment pas celle qu’un petit garçon devrait sortir à une fille pour paraître gentil mais il ne l’avait pas sorti pour se moquer d’elle ou l’insulter. C’était une probabilité qu’il considérait avec sérieux. Il n’y avait plus qu’à espérer qu’elle ne se méprenne pas et qu’elle ne pense qu’il la prenne pour une folle. Remarque, même si elle était folle, il continuerait de lui parler. Après tout, sa demi-sœur était également folle et il l’adorait. En fait, les gens trop banals étaient ceux qui l’ennuyaient le plus donc une fantaisie de plus de la part de Madison ne serait pas dérangeant, bien au contraire. En y réfléchissant, il trouverait cela intéressant de trouver un moyen d’exorciser la Poufsouffle, comme dans les films. Cela pourrait être amusant, non ?

Ils en vinrent ensuite à parler des bêtises de Jayden et il lui avoua qu’il était un bon voleur, tout en anticipant le fait que cela ne puisse pas lui plaire. Mais, à sa surprise, elle ne parut pas en colère contre ce fait. Plus précisément, elle semblait agacée par le fait qu’il ait insinué qu’elle ne l’aimerait pas à cause de ce défaut. Elle avait même dit que quelqu’un qui ne faisait pas d’erreurs était quelqu’un qui ne vivait pas et qui n’avait pas de sentiments… Cela le faisait réfléchir et il lâcha temporairement son amie des yeux pour y méditer. Dans ce cas-là, Lord Voldemort, qui avait fait des erreurs, était quelqu’un qui avait vécu, qui avait eu des sentiments ? Bon, l’exemple était extrême mais il avait du mal à saisir la portée des propos de Madison. A moins qu’il ne s’agisse tout simplement d’une manière de lui dire que le remord d’avoir fait des bêtises dévoilait des sentiments ? Jayden était un peu perdu. Ce genre de réflexion, ce n’était pas sa tasse de thé. Mais il reconnaissait que dans le fond, elle n’avait peut-être pas tort.

« Je t’ai dit cela parce que c’est mal vu. Si tu savais le nombre de trucs que je détenais, avant d’être aux cachots, sans que leurs véritables possesseurs n’en sachent quelque chose… J’avais de quoi combler mes trois prochains anniversaires. »

C’était bien vrai. Mais maintenant, ses affaires volées avaient été repris par les Mangemorts et ils ne savaient pas ce qu’ils en avaient fait. Dans un sens, ce n’était pas comme s’il avait réellement perdu ces objets… En tout cas, il gardait dans un coin de son esprit le fait que la Poufsouffle ne le jugeait pas sur ça et qu’elle montrait tout de même de la sympathie pour lui après l’avoir su.

Hélas, toute cette jolie discussion qui les avait rapprochés dans un certain sens prit radicalement fin dans une nouvelle maladresse venant ‒ comme c’est étonnant ‒ de la jeune demoiselle. Elle avait renversé pas mal de casseroles, créant une cacophonie insupportable. Jayden lui montra son mécontentement et il l’empêcha de prendre l’initiative de faire la vaisselle. A quoi bon si le malheur avait décidé de s’acharner sur elle, encore une fois ? C’était limite si elle risquait de faire tomber l’éponge par terre puis de glisser dessus pour ensuite faire de la glissade jusqu’à l’autre bout de la cuisine, pour venir taper contre un meuble qui tremblerait sous le choc et qui ferait tomber tous les objets tenant dessus. Oui, c’était assez tiré par les cheveux mais il s’y attendait quand même avec elle ! Il lui ordonna donc de s’occuper plutôt du sol et sur un air nerveux, il déposa une couche de liquide vaisselle sur l’éponge. Ne lui adressant plus un regard, il ne se douta pas du mal qu’il venait de lui faire. Ses propos tranchants avaient frappé la pauvre Madison en plein cœur et il l’avait vexée. Mais il n’était pas du genre à se rendre compte des proportions que pouvaient prendre ses actes… Pour lui, cette fille avait bien mérité cette remontrance. Il ne cherchait pas à lui faire du mal mais tout simplement à lui faire comprendre qu’au bout d’un moment, c’était juste pas possible d’être aussi empotée.

Il frotta brusquement la casserole avec le côté doux de l’éponge et ouvrit ensuite le robinet pour la rincer. Bon sang, il espérait que cela n’allait pas alerter les Mangemorts. Il espérait que ces derniers avaient pris leur habituel café, bien loin d’ici, et qu’ils ne songeraient pas à revenir avant un moment. Il priait limite pour éviter une sanction terrible, surtout si on découvrait que tout n’avait pas été fini dans les temps. Casserole après l’autre, il avançait efficacement dans son travail tout en jetant des regards à Madison pour vérifier qu’elle ne faisait rien de mauvais. Maintenant, c’était certain qu’il n’allait pas la laisser sans surveillance ! Il n’eut toutefois rien à signaler de particulier de son côté, la Poufsouffle faisant bien son travail et elle était d’ailleurs silencieuse. C’était sûrement cela qui l’aidait à se concentrer, ce qui lui faisait croire que les paroles n’avaient pas trop leur utilité dans des moments comme ceux-là et il avait bien tort de penser ainsi. Il ignorait totalement que sa camarade était en colère et qu’elle avait laissé couler des larmes…

Lorsqu’il eut terminé la vaisselle des casseroles, Jayden se chargea de laver les assiettes, les bols et les couverts. Il y en avait pour des centaines d'élèves logeant ici ! Il avait l’impression qu’il en aurait pour des millénaires et il rageait de ne pas pouvoir utiliser la baguette de Madison pour arranger les choses. Ils étaient trop jeunes pour les sorts ménagers…

Une fois cette partie de la corvée terminée, il essuya une goutte de sueur qui perlait sur son front. Cela commençait à l’épuiser et la faim lui faisait mal au ventre. Néanmoins, il n’avait pas le droit de faire une pause, il le savait très bien. Il fallait continuer malgré tout. Il ferma les yeux, souffla un bon coup et les rouvrit, résigné à devoir terminer ce qui restait à faire.

« Jayden ? »

Cela faisait si longtemps qu’il n’avait pas entendu la tonalité de cette voix qu’il la remercia presque de reprendre la parole, brisant ce silence de mort qui le fatiguait aussi, bizarrement. Il se retourna vers elle, l’incitant à poursuivre.

« J’ai fini de passer le balai, est-ce que c’est bon comme ça? Est-ce qu’il faut que je repasse un coup? Je peux faire autre chose? Pour tout à l’heure je suis…désolée…tu t’en sors?
‒ J’ai fini toute la vaisselle… *soupir* Je vais voir ça. »

Il avait dit cela tout simplement, sans trace d’agacement ou de froideur. A vrai dire, il était si épuisé qu’il n’avait même plus la force de lui en vouloir pour toute à l’heure. Il espérait juste pouvoir sortir d’ici le plus vite possible. Il fit mine d’aller bien devant elle, marchant droit avec détermination, là où l’eau avait séché sur le sol. Dans l’ensemble, c’était très bien fait. Il n’y avait rien à repasser ou à re-nettoyer.

« C’est bien, tu t’es rattrapée. Voilà un fardeau en moins et avec un peu de chance, on finira tout le reste avant que l’autre porc n’arrive. » Dit-il, satisfait.

Il se retourna vers elle pour savoir ce qu’elle en pensait et il constata enfin qu’elle avait les yeux un peu rouges, ce qu’il trouvait étrange. Il fronça les sourcils, perplexe. Comment cela pouvait être possible, se demandait-il. Les produits n’étaient pas censés irriter les yeux…

« Ca va ? Tes yeux sont rouges. »


EXORDIUM.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7573-madison-p-leynd-o-a-la-decouverte-de-la-petite-maladroite-dont-le-sourire-est-eternel-ohttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7578-madison-p-leynd-o-la-petite-maladroite-dont-le-sourire-est-eternel-ohttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7579-les-p-tits-rps-de-maddiehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7583-o-boite-aux-lettres-de-madison-ohttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7582-petits-courriers-pour-madison-envoyez-un-hibou-express-avec-edelweiss

Arrivé(e) le : 21/02/2017
Parchemins rédigés : 262
Points : 1
Crédit : Rioghbhardan
Année : 2ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Aucun

MessageSujet: Re: Quand la maladresse est à son apogée... {Pv Madison}   Lun 26 Juin - 13:19

Quand la maladresse est à son apogée...


Plus je passais du temps avec Jayden plus je l’appréciais. Certes, j’appréciais déjà Jayden avant toute cette petite mésaventure qui j’espérais aller bientôt prendre fin, je n’avais pas l’intention de faire punir Jayden. Deux punitions sur la conscience ne m’aiderait pas à me sentir mieux, cela ne ferait qu’empirer mon état, celui de ceux que je faisais punir et l’état de Roxy qui devrait une fois de plus assister à toute cette galère. Secouant la tête pour m’empêcher de penser à des choses aussi négatives, je me concentrai de nouveau sur ce que j’étais en train de faire et de dire. Que disais-je déjà? Ah oui! J’appréciais Jayden. Il y avait quelque chose de vrai chez moi que certaines personne cachait pour ne pas faire de mal aux autres ou pour ne pas avoir l’air d’un fou. Justement je finis par remarquer que le jeune garçon me fixait bizarrement. Soudainement la phrase la plus abstraite que j’ai jamais entendu de ma vie sortit de sa bouche.

« Tu es peut-être possédée. »

Déstabilisée et surprise j’arrêtai immédiatement mon mouvement et après avoir fixé le jeune homme dans les yeux, un gloussment sortit de ma poitrine. Je me mis à rigoler doucement. J’essayai de me retenir pour ne pas paraître impolie. Je ne voulais pas que Jayden croit que je me moquais de lui. Ce n'était pas le cas, je me rigolai de l’absurdité de la situation. Nous étions en train de faire le ménage et soudain le jeune Serpentard me sortait que j'étais possédée? De quoi se torde de rire non? Le problème c’est que le jeune garçon semblait prendre sa réplique avec un sérieux considérable ce qui fit taire mon rire aussi vite que celui-ci était apparu. Mal à l’aise j’évitais de fixer Jayden et réfléchis à ses propos. Possédée? Il n’était quand même pas sérieux quand il disait ça? Ma maladresse serait une malédiction? J’ai quand même du mal à le croire, je suis assez rationnelle, je peux certes accepter des histoires qui dépassent l’entendement mais là? Une malédiction? Une possession? Le jeune Serpentard devait voir un peu trop de film à mon goût. Je me tournai vers le jeune garçon avec un sourire sur le visage.

« Jayden, j’apprécie que tu veuilles trouver une explication à ma maladresse mais tu ne vas pas un tout petit loin dans ton raisonnement? »

Cela était dit sans méchanceté, après tout Jayden avait bien le droit d’avoir ses propres opinions, mais je n’étais pas sûre de les partager. Surtout quand elle me concernait et qu’elles étaient aussi bizarre, mais soit. Jayden me croyait possédée et cela n’avait pas l’air de l’affoler plus que ça. Tant mieux. J’aurais sans doute trouvé ça déplacé de dire ça puis de lâcher son balais et de partir en courant en dehors des cuisines. Mais Jayden n’était pas comme ça et c’est en parti ce que j’appréciais chez lui, peu importait que les gens lui paraissaient bizarres il n’en faisait pas toute une histoire! J’espérais quand même qu’il ne prenne pas cette idée vraiment au sérieux…que serait-il capable de me sortir là prochaine fois? Trouverait-il un moyen de me faire déposséder? Je ne voudrais pas paraître méchante mais il en serait bien capable…Non franchement j’espérais qu’il ne le pensait pas réellement et que ce n’était pas vrai également. Qui aurait voulu me donner la malédiction de la maladresse?

Passé le sujet de ma soit disant possession, je remarquai cependant que Jayden était toujours en intense réflexion. Ne me dîtes pas que c’est encore à cause de ce qu’on a évoquée juste avant? Peut-être pas, je lui avais fait comprendre que je n’aimais pas qu’on pense que je n’allais pas aimer les gens à cause de leurs erreurs, à part dans certains cas mais ils étaient très rares, alors le fait que Jayden pense ça de moi m'avait un peu vexé et je lui avais répliqué que celui qui ne faisait pas d’erreurs ne vivait pas à n’avait pas de sentiments. Moi même après réflexion ne savait plus trop où j’avais voulu en venir avec ma phrase. C’était peut-être à ça que Jayden était en train de méditer. Après tout j’étais quand même bien placé pour parler d’erreurs…j’avais l’impression que ma vie était construite à partir de celle-ci…Lorsque Jayden reprit la parole je l’écoutai attentivement. Il n’avait pas tord, le vol était mal vu par beaucoup de monde…même presque tout le monde enfin à part moi qui sortait des phrases philosophiques en faisant comprendre qu’il fallait faire des erreurs pour apprécier la vie…Non mais où-est-que j’avais été trouvé ça? Cela ne changeait rien au fait que malgré le fait que Jayden soit un petit voleur, je ne porterais aucun jugement sur lui. Je n’aimais pas porter des jugements sur les gens…s’était les enfermer dans une case sans pouvoir voir autre chose que leur défauts. Les gens qui fonctionnaient de cette façon m’énervaient et pourtant je ne pouvait pas refaire le monde avec si peu de personne qui faisait comme moi. J’aurais bien voulu demander à Jayden pourquoi il volait, si cela lui apportait satisfaction ou simplement car il avait besoin de quelque chose. Mais ces détails semblait trop privés pour que je puisse m’y aventurer sans faire de mal. Alors je préférais ne pas revenir sur la chose et continuer mon ménage.

Malheureusement quand on parle du loup…il ne m’avait pas suffit de plus longtemps pour faire davantage de bêtises, de bruit et de chose à ranger. Ma maladresse semblait me peser sur les épaules et elle semblait plus lourde que moi, si bien qu’à chaque faux pas, à chaque fois que mon attention relâchait, elle en profitait pour appuyer davantage sur mes épaules et me faire faire toutes sortes de choses qui porte préjudice aux autres et à moi-même. Me confondant en excuse j’avais tout de même suivis les ordres de Jayden et était allé m’occuper des sols, maudissant cette maudite maladresse et les erreurs qu’elle me faisait faire. Je n’aimais pas être prise pour une gourde et au fond de moi je savais que je pouvais faire les choses bien. Pourquoi fallait-il a chaque fois qu’elle vienne mettre son grain de sel et que je finisse par perdre pied et me noyer dedans? Je n’avais rien contre le fait d’être maladroite mais quand cela commençait à devenir récurrent voir même une habitude j’étais plus embêtée pour les autres qui devait me suivre toute la journée plutôt que pour moi. Moi j’avais l’habitude, ce n’était pas comme si je ne tombais pas souvent, comme si je ne m’excusais pas à chaque fin de phrase…mais pour ceux qui ne me connaissait pas cela devait être fatiguant…extrêmement fatiguant.

J’espérais que les casseroles n’allais pas alerter les Mangemorts. Il ne manquerait plus qu’ils se ramènent, qu’ils voient que la cuisine n’est pas fini et que je suis en train d’aider Jayden! Il ne leur en faudrait pas d’avantage pour nous mettre en cellule et nous fouetter devant la grande salle au complet. Je crois que je m’en voudrais tellement d’avoir fait subir ça à une autre personne que je ne sortirais plus jamais de sous ma couette. Le destin semblait s’acharner contre ceux qui ne demandait rien et laissait ceux qui faisait plein de mauvaises choses étaient en dehors de son emprise malsaine. Sans m’en rendre compte les larmes avait commencé à couler le long de mes joues et je les avait essuyé d’un geste rageur en arrivant à la fin de la salle. Regardant, non sans fierté, le travail que je venais de faire, je m’étais permis de rappeler une nouvelle fois Jayden qui avait l’air de ne plus en pouvoir et qui venait de terminer la vaisselle. Tournant nerveusement mon pied sur le sol je laissais Jayden inspecter mon travail. Quand il était venu vers moi avec détermination je n’avais pas eus le courage d’affronter plus longtemps son regard.

Je fus nettement soulagée quand il me dit que j’avais fait du bon travail…en tout cas que j’avais réussis à me rattraper que ça c’était fait! Il ne manquait plus grand chose à faire à en regarder par l’état de la salle. Ranger les éléments de cuisines sur la table qui croulait sous les gâteaux et ingrédient de cuisines, passer un coup sur les meubles qui était noir…était-ce normal? Et je croyais bien que c’était tout. Nous avions, malgré mes maladresse qui ne nous avaient pas avancé, fait un gros morceau du travail. La pièce était vaste et nous n’étions pas trop de deux, je me demi,dais secrètement comment Jayden aurait fait pour se débrouiller seul…il aurait eu du mal mais sans moi, il aurait sans doute eu moins de stresse…je ne savais pas trop sur quel pied danser. Quand il me fixa avec un sourcil levé comme si il était intrigué, je me sentis brusquement rougir.

« Ca va ? Tes yeux sont rouges. »

Rouges? Mes yeux? Oh non! Saleté de larmes qui avaient coulés sans que je le veuille! Comment j’allais expliquer ça à Jayden? Il était hors de question que je lui dise que j’avais pleuré. Pour quoi faire? Pour qu’il me prenne pour une fille qui ne fait que pleurer? D’ailleurs je n’ai pas l’habitude de pleurer et de dire aux autres que je pleure je préfère qu’ils me voient sourire plutôt qu’ils me voient pleurer. Cependant quand on a les yeux clairs et la peau blanche comme la mienne, quand on pleure cela se voyait et je n’avais pas pleurer au bon moment. Me creusant la tête pour réfléchir à sortir une excuse pour le moins minable, je souris de façon rassurante à Jayden, genre tout va bien ne t’inquiète pas

« Oh ça? C’est rien j’imagine! Les produits ménagers me font souvent ça vu que j’ai les yeux clairs et tout à l’heure j’avais une poussière dans l’oeil alors quand j’ai voulu me l’enlever le produit sur mes doigts à dû m’irriter les yeux…mais ne t’inquiète pas tout va bien »

J’essaye d’avoir l’air rassurante, et de dire que tout allait bien alors que je n’en étais même pas sûre. J’avais sortis une excuse bidon et je n’étais même pas sûre que Jayden y croit un mot, j’avais essayé d’être convaincante mais vu que je ne mentais jamais cela était un peu compliqué. D’ailleurs mentir comme ça ne faisait pas partie de moi mais je ne voulais pas que Jayden sache que j’avais pleuré. Me le dire à moi même faisait déjà assez mal à ma fierté sans que quelqu’un d’autre le sache aussi et puis d’ailleurs Jayden n’avait rien à voir avec mes pleurs. C’était de ma faute si j’avais pleuré. C’était de ma faute tout ça, alors Jayden n’avait rien à voir la dedans. Pour une fois que je pouvais laisser Jayden en dehors de quelque chose, je n’allais pas me gêner.

Voyant que la conversation avait reprit un peu, je souris de nouveau au Serpentard et en profitait pour ramener un autre sujet de conversation sur le tapis au lieu de me lamenter sur ma malheureuse tentative pour paraître crédible. Tant pis je n’étais pas douée pour mentir et cela restera comme ça…

« D’après ce que je vois il ne nous reste plus grand chose à faire, plus qu’à ranger la table et à donner un coup sur les meubles…d’ailleurs c’est normal qu’ils aient cette couleur là? Ensuite on aura fini et je pourrais déguerpir avant que tu ai des ennuis… »

Préférant fixer mon seau plutôt que lui, je m’échappai dans mes réflexions personnelle. Plus vite je serais partie et plus vite je serais en mesure de me dire que Jayden ira bien. Je pourrais même envoyer une lettre à Jill demain pour lui demander si elle a revu Jayden comme ça je serais sûre de ne pas lui avoir attiré d’ennuis. C’était préférable. Il n’y avait pas l’air d’avoir beaucoup de bruit dans les couloirs, les Mangemorts n’étaient peut-être pas encore prêt à revenir, cela nous laissait le temps de finir convenablement et le temps de me laisser partir sans qu’un Mangemort me croise au beau milieu d’un couloir. Je sortis de mes rêveries pour aller attraper une éponge sur le bord de l’évier et la rincer avec de l’eau propre. Puis je me mis à genoux pour pouvoir commencer à astiquer les meubles.

« Je ne sais pas ce que tu en penses mais je crois que c’est préférable que je m’occupe de nettoyer les portes des meubles et que tu t’occupes de ranger la table…Je ne risque pas de faire trop de bêtises ici, je ne vais quand même pas casser la porte d’un placard alors que sur la table avec tout ce qui s’y trouve…bref…tu es d’accord? »

Je lui avais posé une question sans vraiment attendre la réponse puisque j’étais déjà en train de commencer à nettoyer les placards. Je maudissais cette impolitesse mais un sentiment de peur prenait de plus en plus place dans ma poitrine si bien que pour ne pas ressembler à un chien haletant, j’essayai de retrouver mon calme et mon souffle. Faire une crise de panique en plein milieu de la cuisine ne serait pas approprié. Si j’avais peur c’est parce que j’avais fixé la pendule de la cuisine et que je m’étais rendus compte que l’heure avait beaucoup avancé. Je ne pouvais pas risqué qu’on me voit dans les cuisine en train d’aider Jayden et je ne pouvais pas le laisser finir tout seul. Il était rare d’habitude que je panique mais je ne pouvais m’empêcher de repenser à ce qu’il s’était passer la dernière fois et cela m’était insupportable. Je n’emmènerai pas Jayden au supplice c’est hors de question, je me le promis sur le champs. Faire du mal à mes camardes de classe ne me ressemblait pas et il était hors de question que la même chose se reproduise. Entendre les cris de Milo à côté de moi avait été déjà bien assez dur comme si je devais en plus entendre ceux de Jayden de nouveau à cause de moi je ne le supportais pas. Je me stoppai dans mon geste et regardai du coin de l’oeil Jayden espérant que nous aillons fini à temps...
Codage par Libella sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Quand la maladresse est à son apogée... {Pv Madison}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard, 19 ans après. :: La Boîte à RPs :: 
La Boîte à RPs
-
Sauter vers: