AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [ANNÉE 2022 - 2023] Ferme la porte derrière toi – DANIELA & RIOGHBHARDAN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6239-rioghbhardan-i-m-not-your-boy-toyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6299-rioghbhardan-you-better-believe-that-i-want-you-and-you-need-mehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6300-rioghbhardan-declarations-d-amour-uniquementhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6301-rioghbhardan-rien-de-professionnel-merci

Arrivé(e) le : 03/06/2015
Parchemins rédigés : 4180
Points : 30
Crédit : (c)
Année : 7ème année - 19ans

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Skat Cunningham

MessageSujet: [ANNÉE 2022 - 2023] Ferme la porte derrière toi – DANIELA & RIOGHBHARDAN    Mer 22 Mar - 11:52


Ferme la porte derrière toi
Daniela & Rioghbhardan

Ce qu'il y a de bien, à Poudlard, c'est qu'on a pas le temps de s'habituer à quoi que ce soit. À peine on commence à se faire à quelque chose en se disant tant bien que mal que ça n'est pas aussi horrible que ça, que ça pourrait être pire, qu'ils arrivent derrière et nous prouvent à quel point on pouvait penser vrai. À quel point ça peut être pire. Toujours pire. Je quitte la salle commune et resserre la lanière de mon sac en soupirant. Et pour certains, c'est pire que pour d'autres. Je crois que je m'en sors correctement. Ce qui est parfaitement injuste, j'en ai conscience. Tout ce qui s'est passé depuis des mois n'est que les conséquences de mes conneries et, moi, je m'en sors correctement. Tout ne va pas bien, ce serait mentir, mais je ne suis pas au bord du gouffre. J'ai appris à faire avec l'angoisse omniprésente et, depuis, ma vie a repris plus ou moins son cours normal. Ça n'est définitivement pas moi, qui m'inquiète. Milo et Tracy sont en tête. Surtout Milo, évidemment... Depuis le début du mois, je le vois littéralement sombrer et je ne sais pas quoi faire pour le sortir de là. Il se renferme de plus en plus, donne l'impression de s'enfoncer dans un mal-être quasi-permanent et refuse de descendre prendre ses repas dans la Grande Salle. Au début, je dois bien reconnaître que je pensais que c'était un caprice, que ça passerait. C'était juste le temps que le choc s'éloigne. Mais force est de constater que les jours passent et que rien ne change. C'est quand je l'ai senti trembler juste en passant devant, alors qu'on n'avait absolument pas prévu de s'y arrêter, que j'ai compris que le problème était réel. Que c'était pas juste l'histoire d'un repas ou deux. J'ai peur qu'ils finissent par l'anéantir totalement. Sans retour en arrière possible. Qu'ils lui laissent bien trop de traumatismes pour pouvoir encore espérer les surmonter. Et je suis complètement impuissant. Juste spectateur de sa descente aux Enfers. J'essaye de faire en sorte d'être là, de le rassurer comme je peux, mais j'ai l'impression que c'est d'une inutilité monstre, de me battre contre du vent, de m'épuiser pour rien. J'en oublie totalement de vivre pour moi, trop occupé à survivre avec lui. Les nuits à ses côtés sont interminables tant j'ai peur de louper un cauchemar, je passe le plus clair de mon temps libre à le chercher pour m'assurer que tout va bien et fais mon possible pour lui éviter des angoisses inutiles. Je passe mon temps à taire ce qui ne va pas pour ne pas en rajouter, me contentant seulement d'être là, souriant et attentif, comme si l'univers tout entier n'était pas si horrible que ça...

La Grande Salle commence à se remplir. Ça parle, ça s'installe. Dans quinze minutes (vingt tout au plus) le dîner sera servi. Il faut bien reconnaître que ça n'est plus vraiment pareil, ça non plus. On y va avec la boule au ventre, en se demandant systématiquement si on ne va pas être puni pour les erreurs de quelqu'un d'autre. Ça a l'air d'être à la mode, maintenant... Enfin « on »... Ils. Qu'importe. Je croise le regard de Sybille, près de la porte. Je lui adresse un sourire amical et continue mon chemin. Je presse le pas. Hypocrisie, quand tu nous tiens. Faire comme si tout allait bien. Ni plus ni moins. Parce qu'ils sont les meilleurs amis du monde, maintenant, et que ce serait bien dommage qu'elle aille lui rapporter que j'ai essayé de la tuer loin du reste de l'humanité. Je sais qu'elle n'y est pour rien, que si je dois m'en prendre à quelqu'un dans cette histoire, ça n'est pas à elle. Mais je peux pas. Il est suffisamment mal comme ça. Je n'ai pas le droit de lui en vouloir réellement tant qu'il n'est pas en mesure de se prendre un rejet dans la tronche. Et puis, j'en ai même pas vraiment envie. Je me contente d'espérer que Juin vienne vite, qu'on sorte, et qu'ils coupent les ponts pour de bon. C'est insupportable de se demander à chaque caresse, à chaque baiser si elle n'en a pas profité avant dans la journée, si elle n'a pas été à ma place ou même s'il ne finira pas, à force de la voir, par réaliser qu'il s'est planté. Quoi qu'il puisse en dire, je n'arrive pas à passer au dessus du « on se plaît ». C'est quoi son intérêt, dans cette histoire, hein ? Aller trouver « l'amitié » d'une fille sur laquelle on avoue fantasmer depuis toujours, c'est juste de la provoc, j'suis désolé ! Et ça va me rendre complètement dingue. Pourtant, je n'ai pas abordé le sujet rien qu'une fois. Je n'ai pas râlé, je ne lui ai pas demandé d'arrêter de me prendre pour un con, ni même comment ça avait bien pu se passer entre eux... Rien. Un copain exemplaire, hmm ? J'en pense pas moins, en revanche. Qu'il y reste, avec sa pouffe ! Je me mords machinalement la lèvre alors que mon cœur s'emballe un peu. C'est ridicule, vraiment. Ça m'énerve, j'ai hâte que ça s'arrête. Enfin... On verra ça plus tard, j'imagine... Pour l'instant, j'ai mieux à faire que de maudire cette pauvre fille seulement parce qu'elle existe. Non, il n'y a pas d'amitié qui tienne. Elle empiète sur mon territoire et ça suffit largement à balayer sans trop de problème tout ce qui a pu nous lier jusque là. Je ne lui souhaite pas de mal, seulement qu'elle reprenne ses distances. De gré ou de force, je m'en fiche complètement tant que le résultat est là. Je n'ai pas l'intention de partager et avec elle encore moins.

La porte de la cuisine finit par se dessiner enfin. Le brouhaha de la Grande Salle me parvient à peine. Est-ce qu'il va y avoir de nouvelles tortures, ce soir ? Je n'en sais rien et je ne serai de toute façon pas là pour le voir. Enfin, normalement... J'imagine que si je me fais prendre ici, je les rejoindrai peut-être. Mais c'est pour la bonne cause, n'est-ce pas ? J'entre discrètement. Il n'y a personne à l'intérieur. J'avance prudemment. La porte se referme derrière moi. J'ai horreur de faire ça. Je n'avais jamais foutu les pieds dans les cuisines avant ce mois-ci, vous savez ? C'est interdit et, par principe, je ne faisais rien de ce que je n'avais pas le droit de faire. Ou en tout cas pas tant que je pouvais l'éviter. Et là, je m'y aventure tous les jours, au moins une fois, deux dans le meilleur des cas. Mais il ne peut pas rester sans manger, de toute façon. Alors j'imagine que j'ai pas vraiment d'autres choix. Et c'est plus discret que de me barrer de la Grande Salle avec les mains pleines. Je ne suis pas certain qu'ils me laisseraient faire, d'ailleurs. Sait-on jamais, si j'avais en tête d'aller filer de la bouffe à leurs prisonniers, ce serait mal vu de me laisser en récupérer tranquillement... Normalement, tout est à peu près rangé. Les plats attendent bien sagement sur les tables d'être montés sur celles du réfectoire mais le reste est nickel. Pas ce soir. Je me crispe un peu en voyant les quelques trucs laissés sur le plan de travail. Visiblement il y a un des nés-moldus qui n'a pas encore fini son job. Génial ! Il manquait plus que ça ! Je n'ai même pas pensé à me renseigner sur qui faisait quoi. Y'a jamais personne alors ça sert à rien. Mais pourquoi je suis toujours aussi débile, hein ?! Enfin bref. Pas le temps de me lamenter sur ma connerie, ça sert à rien. Quelqu'un va sûrement revenir ici d'une minute à l'autre et c'est une raison suffisante pour me grouiller encore plus ! Je m'approche d'un placard, récupère assiettes et couverts que je glisse dans mon sac à la va-vite et fais volte-face pour mettre la main sur le dîner. Je n'arrête pas de jeter des coups d'oeil paniqués tant aux affaires abandonnées qu'à la porte qui menace de se rouvrir d'une minute à l'autre. Et encore, il faut espérer que ça soit juste celui qui est censé être de corvée qui se pointe parce que si c'est l'un de nos geôliers, j'imagine que je suis juste mort...
Made by Neon Demon



Look me in the face. Tell me that you love me Even if it's fake 'Cause I don't fucking care, at all. I act like I don't fucking care 'Cause I have hella feelings for you 'Cause I'm so fucking scared.
Rioghbhardan O'Callaghan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t4105-danni-cooper-termine]Présentationhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t4112-danni-cooper-lienshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t4113-les-aventures-de-dannihttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t4114-courrier-pour-danni-cooperhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t4115-les-hiboux-express-pour-danni-cooper

Arrivé(e) le : 14/11/2014
Parchemins rédigés : 2492
Points : 11
Crédit : Google
Année : 6ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Joanne et Wendy

MessageSujet: Re: [ANNÉE 2022 - 2023] Ferme la porte derrière toi – DANIELA & RIOGHBHARDAN    Mer 22 Mar - 22:09

    Ce qu'il y avait de bien dans la routine de Poudlard, c'était que chacun savait ce qu'il avait à faire. Les mêmes corvées revenaient régulièrement et chaque né-moldu avait désormais eu affaire à toutes les tâches qu'on leur demandait. Et autant dire qu'ils avaient du s'adapter au plus vite sous peine de subir les foudres de la direction et de leurs "surveillants". Il avait fallu apprendre à être rapide et efficace. Cependant ces deux qualités avaient tendance à s'émousser ces derniers temps. Plus le temps passait et plus ils étaient fatigués, aussi bien physiquement que moralement. Et même si la menace des châtiments corporels publics étaient une motivation on ne peut plus efficace, il arriverait un moment où les corps et les esprits trouveraient leur limite. Et c'était certainement ce que Blackman recherchait, à n'en pas douter.

    Le seul moyen qu'avait trouvé Danni pour tenir le coup était d'agir sans réfléchir. Travailler sans penser à rien, se vider l'esprit et agir comme un robot, enchaînant les gestes habituels et en ne pensant qu'au moment salvateur où elle pourrait retrouver le confort tout relatif de son matelas, dormir et recommencer le lendemain. Pourtant, ce matin, la réalité l'avait frappée de plein fouet alors qu'en s'habillant, son pantalon avait refusé de tenir sur ses hanches. Sa ceinture devenue inutile car il manquait des trous pour la resserrer, elle dut trouver un bout de corde et nouer le tout du mieux qu'elle put. Elle eut du mal à accepter d'avoir autant maigri, surtout qu'elle ne s'en était pas vraiment rendu compte avant ça. Ou peut-être avait-elle simplement refusé de le voir.

    Mais il fallait continuer et partir travailler. Cette semaine, elle était de corvée de cuisine. Si cette corvée là n'était pas la plus désagréable, elle était indéniablement devenue la plus difficile. Avoir à portée de main autant de nourriture sans pouvoir y toucher était un vrai supplice de Tantale. Certains avant elle avaient tenté d'en voler un peu, ne serait-ce que quelques morceaux de viande ou de gâteaux. Mais ils l'avaient fait une fois, pas deux. Contrairement à ce qu'on aurait pu croire, certains elfes de maison de Poudlard n'étaient pas tous dignes de confiance et avaient parfois des opinions rejoignant celles de Blackman. Mieux valait donc faire attention à ce qu'on touchait et résister à la tentation. C'est donc tout en ignorant les nœuds que faisait son estomac que Danni s'occupait de laver la vaisselle en compagnie de son binôme. Ils avaient pratiquement terminé de laver toute la vaisselle du déjeuner quand Danni s'aperçut qu'Anthony n'avait pas l'air très bien. Alors elle le poussa à retourner aux cachots se reposer pendant qu'elle terminerait de laver casseroles et marmites ayant servies à la préparation du dîner.

    Préférant s'assurer qu'il arrive à destination sans encombre, elle l'accompagna jusqu'aux escaliers avant de s'apercevoir qu'elle tenait toujours à la main un couteau qu'elle était en train d'essuyer. Quelle idiote ! Elle devait retourner en cuisine au plus vite. Il ne manquerait plus qu'on l'accuse de voler des couverts ou pire, de préparer un assassinat. Laissant son binôme retourner aux cachots, Danni repartit en direction des cuisines. Poussant la porte, elle entra rapidement mais ne put retenir une exclamation de surprise en voyant que quelqu'un était présent. Le couteau tomba au sol dans un léger tintement et Danni regarda Dan quelques secondes le temps de calmer les battements de son cœur. Un picotement dans la paume de sa main lui fit baisser le regard et elle remarqua alors l'entaille qu'elle venait de se faire en sursautant.

    "Et merde..." murmura-t-elle en refermant aussitôt la porte derrière elle. Dos au panneau de bois, Danni regarda Dan silencieusement tout en pressant le torchon contre sa main. Lui revint alors en tête le jour de la Saint-Valentin et la conversation qu'elle avait eue avec Tracy alors qu'elles étaient collées l'une à l'autre. Danni se souvenait parfaitement avoir exprimé l'envie de pouvoir parler à Dan mais maintenant qu'il était en face d'elle, elle ne savait pas par quoi commencer, quoi dire, ni comment. Elle avait beaucoup de questions importantes en tête qui se bousculaient si fort qu'aucune ne parvint à s'imposer pour sortir en premier.

    "Est-ce que.. heu... tu as faim ? Enfin je veux dire... si t'es ici c'est que tu viens chercher de quoi manger parce que.. heu.. peut-être que tu ne veux plus manger dans la Grande Salle... ? Ce que je pourrais comprendre..."

    *La ferme Danni, ça vaudra mieux...* pensa-t-elle en se frottant nerveusement le front.

    "S'il te plaît ne pars pas." dit-elle soudain de façon beaucoup plus claire. Faute de trouver quoi lui demander en premier, elle pouvait au moins le retenir. Elle n'aurait peur-être pas d'autres occasions de lui parler. Elle devait juste mettre de l'ordre dans ses idées.

    "Je ne sais pas si tu as reçu mon message mais j'ai bien eu la pimentine. Je te remercierai jamais assez pour ça." dit-elle en esquissant un sourire un peu gêné. Danni baissa les yeux et enroula le torchon autour de sa main en soupirant.

    "Dan, je veux juste savoir si tu vas bien." dit-elle enfin en se décollant de la porte pour s'avancer dans la pièce. S'arrêtant à quelques pas de Dan, Danni le fixa et chercha dans son regard des réponses à ses questions. Elle le connaissait assez pour savoir qu'il était tout à fait capable de lui répondre que oui, tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes.

    "J'ai appris que Snow t'avait frappé..." poursuivit-elle comme pour justifier sa question précédente. Puis elle secoua la tête en soupirant de nouveau. Snow n'était que la partie émergée de l'iceberg.

    "Dan, qu'est-ce qui s'est passé ? Je veux dire... pas avec Snow mais avec Joanne. Je veux ta version des faits et pas les rumeurs qui courent dans les couloirs. T'as le droit de dire que c'est pas mes oignons mais t'es mon ami et j'ai besoin de savoir... et Keagan aussi... il a le droit de savoir..." conclut-elle sans lâcher Dan des yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6239-rioghbhardan-i-m-not-your-boy-toyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6299-rioghbhardan-you-better-believe-that-i-want-you-and-you-need-mehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6300-rioghbhardan-declarations-d-amour-uniquementhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6301-rioghbhardan-rien-de-professionnel-merci

Arrivé(e) le : 03/06/2015
Parchemins rédigés : 4180
Points : 30
Crédit : (c)
Année : 7ème année - 19ans

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Skat Cunningham

MessageSujet: Re: [ANNÉE 2022 - 2023] Ferme la porte derrière toi – DANIELA & RIOGHBHARDAN    Jeu 23 Mar - 1:25


Ferme la porte derrière toi
Daniela & Rioghbhardan

Si j'avais le choix, je ne serai certainement pas là. N'importe quelle autre solution me paraîtrait préférable à ça mais j'en ai pas d'autres. Enfin... J'exagère. Il y a bien : « laisse-le se débrouiller, il est grand » mais elle n'est même pas envisageable. Alors je m'exécute bien sagement en espérant que tout se passe bien. Pour moi, bien sûr, mais pour lui aussi. Je ne suis pas certain qu'il puisse supporter qu'il m'arrive quelque chose juste parce que j'ai voulu l'aider. Mais, moi, je crois que ce serait de bonne guerre. Pour tout ce qu'il a enduré par ma faute. Et inconsciemment, j'imagine que ça me pousse à agir sans trop réfléchir. Il le faut et les risques ne me font pas vraiment peur. Oh, bien sûr, une fois ici, je suis en panique totale... Je n'ai jamais été d'un courage exemplaire et je maîtrise très mal l'urgence et le danger. Mais il ne me viendrait pas y l'idée, rien qu'une fois, de renoncer. Quand il y a du monde dans le couloir, je vais faire un tour et je reviens après, juste le temps que ça s'éloigne. Alors que tout en moi hurle un peu de prendre la fuite. Ce soir, c'est pire encore. Je ne sais pas qui doit revenir mais ça reviendra. Le temps presse. Le sang bat à mes oreilles. Je déteste cette soirée. J'ai l'impression d'être pris au piège, c'est particulièrement désagréable. Et peut-être que ça n'est pas qu'une impression. Je fais de mon mieux pour attraper de quoi dîner sans que ça se remarque. Le but n'est pas de les faire punir à ma place pour le vol dont je suis l'auteur. Loin de là. C'est pour ça que je viens juste avant que tout ne bouge, quand ils sont partis. Mais là... N'y pense pas ! C'est pas ton problème ! Enfin... Un peu quand même. C'est bien beau tout ça mais... Qu'importe. Milo. C'est tout ce qui compte. Je n'ai même pas fini de récupérer de quoi remplir une assiette que la porte s'ouvre. Je me fige littéralement. Mon cœur bat à tout rompre. La nausée s'installe. Mais le soulagement me tombe finalement dessus. Daniela a l'air surprise de me trouver là. Et moi je le suis de la voir dans cet état. Avec rien d'autre que la peau sur les os ou presque. Je n'ose pas bouger. Quelque chose tombe. Je sursaute et baisse les yeux. Un couteau. Qu'est-ce qu'elle foutait avec un couteau dehors ? Toutes les hypothèses possibles me passent par la tête et beaucoup d'entre elles ressemblent à un meurtre. « Et merde... » Elle referme la porte. J'étouffe ici !

La logique voudrait que je finisse ce que j'ai commencé et que je me barre sans demander mon reste mais sa présence est troublante. Dérangeante ? J'en sais rien. Visiblement, elle s'est coupée. Je grimace en voyant le torchon qu'elle presse contre la plaie. Si ça s'infecte pas avec ça, ça tient du miracle... « Est-ce que.. heu... tu as faim ? » Quoi ? Je baisse machinalement les yeux vers à moitié pleine que je tiens dans une main. Oh... C'est sûrement ridicule mais la honte pèse de tout son poids sur mes épaules. Ils crèvent littéralement de faim depuis des mois et la seule fois où on se voit... J'ai l'air de quoi, hein ? Pauvre petite chose libre que je suis. J'ouvre la bouche pour répondre mais je n'ai rien à répondre à ça. Si ce n'est que non, je n'ai pas faim. Pas vraiment en tout cas. Sûrement beaucoup moins qu'elle... « Enfin je veux dire... si t'es ici c'est que tu viens chercher de quoi manger parce que.. heu.. peut-être que tu ne veux plus manger dans la Grande Salle...? Ce que je pourrais comprendre... » Je hausse les épaules. J'ai affronté la haine de quasiment toutes les personnes présentes dans la Grande Salle pendant des jours et des jours, difficilement je l'admets mais je l'ai fait, alors je ne serai plus à un soir près... Mais je n'ai pas à balancer à qui que ce soit ce que Milo traverse. Ça ne les regarde pas. « Quelque chose comme ça. » Je n'ose même pas affronter son regard. Il faut que je me barre d'ici au plus vite. Ça vaut mieux pour tout le monde. Pour elle comme pour moi. Alors je reprends ce que j'ai commencé, comme si je n'avais rien arrêté. Mes gestes sont machinaux. Je finis par savoir ce qu'il aime ou pas, prends instinctivement en compte son régime végétarien (et le mien, par extension, puisque je ne prends pas la peine de faire deux menus différents), l'habitude commence à s'installer. C'est horriblement gênant de faire ça devant elle alors que je sais pertinemment qu'elle se couchera le ventre vide ou peu s'en faut. Mais ça n'est pas de ma faute ! Ça, je n'y suis absolument pour rien. Ça n'est pas moi qui les ai enfermés. Ce qui n'empêche pas la culpabilité de revenir au pas de course. Je fourre notre dîner dans mon sac et fais un pas en direction de la porte. Ce soir, ça ne sera pas un festin de roi, mais j'imagine qu'il le comprendra très bien. Et si ça n'est pas le cas, tant pis. Je veux juste remonter. Remonter maintenant. « S'il te plaît ne pars pas. » Pourquoi ? C'est une mauvaise idée de rester là. Si quelqu'un arrive, on aura des ennuis tous les deux. Alors qu'elle n'a strictement rien fait. J'ai pas envie. Et je suis sûr que dans le fond, elle non plus. « Je ne sais pas si tu as reçu mon message mais j'ai bien eu la pimentine. Je te remercierai jamais assez pour ça. » Son sourire me met mal à l'aise alors je baisse les yeux à nouveau. Je l'ai reçu. Je n'y ai pas répondu mais je l'ai reçu. Pour dire quoi, de toute façon ? Le but était qu'elle se soigne, pas qu'on fasse la conversation. « C'était normal. » Je fixe sa main, qu'elle enroule dans son torchon douteux. J'imagine que ça veut dire qu'elle aura de mes nouvelles bientôt... Je sais reconnaître les trucs désinfectants et cicatrisants dans notre armoire à pharmacie maintenant... Et dire qu'il y a même pas six mois, j'étais juste capable de mettre un pansement sur un bobo. Je n'aime pas vraiment le changement.

Elle bouge enfin alors, sans le vouloir vraiment, je relève les yeux vers elle. « Dan, je veux juste savoir si tu vas bien. » Son regard me dérange. J'ai l'impression qu'elle analyse la moindre de mes réactions. Alors je m'efforce de ne pas réagir. Plus, en tout cas. Avoir l'air impassible, indifférent. C'était dans mes cordes, avant. Maintenant, je ne sais pas. J'espère. J'espère... « J'ai appris que Snow t'avait frappé... » Je hausse les épaules une nouvelle fois. Qui ne le sait pas, ça, hein ? Ça a dû faire le tour de l'école. J'ai pas trop de mal à imaginer les mines réjouies des commères qui ont rapporté le spectacle pathétique que je leur ai offert. « Ça va. » Pourquoi ça n'irait pas, hein ? Parce que je peine encore à passer plusieurs nuits de suite sans revivre la torture de la gamine ? Parce que mon copain est dans un état lamentable à cause de mes conneries ? Parce que, même si je me fais aussi invisible que je le peux depuis mes merveilleuses révélations, ils sont encore nombreux à me détester et probablement autant à attendre sûrement que je finisse à la place de la môme ? Parce que l'une des rares amies qu'il me reste encore joue un double jeu dangereux et que si ça s'apprend, je ne donne pas cher de sa peau ? Tout va bien ! « Dan, qu'est-ce qui s'est passé ? Je veux dire... pas avec Snow mais avec Joanne. » Je me crispe brusquement, remonte la lanière de mon sac sur mon épaule et reprend mon chemin. « Je veux ta version des faits et pas les rumeurs qui courent dans les couloirs. T'as le droit de dire que c'est pas mes oignons mais t'es mon ami et j'ai besoin de savoir... et Keagan aussi... il a le droit de savoir... » Je m'arrête à sa hauteur et plante mon regard dans le sien l'espace d'une seconde. Comment est-ce qu'elle peut encore dire que je suis son ami ? J'en ai pas la moindre idée. J'aimerais le comprendre, qu'elle me l'explique mais je n'ai pas le courage de poser la question. « Il s'est rien passé. Rien du tout. » Je n'ai pas envie d'avoir cette conversation. Pas ce soir, pas ici, pas avec elle. J'ai juste envie d'oublier tout ça. Si tant est que je puisse oublier un jour...
Made by Neon Demon



Look me in the face. Tell me that you love me Even if it's fake 'Cause I don't fucking care, at all. I act like I don't fucking care 'Cause I have hella feelings for you 'Cause I'm so fucking scared.
Rioghbhardan O'Callaghan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t4105-danni-cooper-termine]Présentationhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t4112-danni-cooper-lienshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t4113-les-aventures-de-dannihttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t4114-courrier-pour-danni-cooperhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t4115-les-hiboux-express-pour-danni-cooper

Arrivé(e) le : 14/11/2014
Parchemins rédigés : 2492
Points : 11
Crédit : Google
Année : 6ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Joanne et Wendy

MessageSujet: Re: [ANNÉE 2022 - 2023] Ferme la porte derrière toi – DANIELA & RIOGHBHARDAN    Mar 28 Mar - 21:16

    Se retrouver face à une personne avec qui on avait envie de parler depuis un bon bout de temps était une aubaine. Mais se retrouver face à cette personne dans un contexte peu prudent, tout en sachant qu'on avait des choses importantes à lui demander et qu'on n'y était pas préparé... c'était une autre paire de manche. Dan sembla aussi surpris qu'elle de la voir. Surpris ou soulagé... ils ressentaient la même chose car ils avaient eu peur tous les deux.

    Lui demander s'il avait faim n'était pas l'idée du siècle mais c'était la première chose qui lui était venu à l'esprit. Avec le recul, elle ne voulait pas qu'il prenne ça comme un sarcasme ou une remarque faite dans l'intention de le faire culpabiliser vis à vis d'elle. Il avait le droit de manger à sa guise lui, étant donné qu'il n'était pas né-moldu. Et qu'il mange ici ou là-haut, cela ne faisait aucune différence pour Danni. Alors elle avait émis l'hypothèse qu'il préférait manger ailleurs que dans la Grande Salle, ce qu'elle pouvait parfaitement comprendre. Qui aurait envie d'aller prendre un repas avec la peur au ventre de voir éventuellement des atrocités en guise d'apéritif ? Quatre petits mots en guise de réponse suffirent à Dan pour lui dire qu'il s'agissait effectivement de ça. Danni acquiesça en silence.

    Dan ne la regardait pas. Elle n'était pas sûre de savoir pourquoi. Avait-il honte ? Avait-il peur ? Pourtant elle, elle cherchait son regard afin de déceler la vérité, afin de comprendre ce qui se passait dans sa tête. Il reprit alors son geste et fourra de la nourriture dans son sac. Danni se mordit les lèvres mais ne dit rien. Il faisait attention pour que rien ne se voit, c'était évident. Mais ce qui était également évident c'était qu'il allait s'en aller une fois terminé. Alors quand il esquissa un pas vers la porte, elle le retint et lui demanda de rester encore un peu. Elle n'aurait sûrement pas d'autres occasions de lui parler, maintenant encore moins qu'avant étant donné qu'il ne faisait plus partie de l'équipe de Quidditch.

    Ne se sentant pas d'aborder le sujet épineux tout de suite, elle le remercia une nouvelle fois pour la pimentine qu'il lui avait envoyée. Elle l'avait déjà fait par lettre mais elle n'était jamais sûre que les messages arrivaient à destination ces derniers temps. Il baissa les yeux, ce qui l'étonna. Pourquoi ? Pourquoi semblait-il gêné ? Il pouvait au contraire être fier d'avoir pu l'aider. Sans la pimentine qui sait si son mauvais rhume ne se serait pas terminé en infection pulmonaire ? Si ça se trouvait, il lui avait sauvé la vie. Pourtant ça ne semblait pas être de la simple modestie. Qu'est-ce qui clochait chez ce garçon ? Il semblait être à la fois tout et son contraire. C'était ce qui avait toujours attisé la curiosité de Danni chez lui depuis qu'il avait débarqué dans sa classe suite à son redoublement. Il avait beau faire son dragueur lourd, Danni avait toujours senti qu'il y avait quelque chose en-dessous, quelque chose de plus profond à gratter derrière cette façade qu'il se façonnait lui-même.

    Les minutes s'écoulaient, elle n'avait plus le temps de tourner autour du pot. Alors elle se lança et lui demanda s'il allait bien. Car c'était bien là une des deux questions qui la taraudait le plus. Dan leva enfin les yeux vers elle mais son regard semblait... vide. Lui qui semblait toujours sûr de lui d'habitude, cette fois-ci son regard était indéchiffrable mais elle le soupçonna de prendre cet air volontairement pour ne rien laisser paraître de ses véritables sentiments. Orgueil d'homme ? Elle l'ignorait. Toujours est-il qu'il lui répondit que ça allait. Elle s'y était attendue. Pour être honnête, elle aurait été surprise qu'il s’épanche sur son épaule en se confiant à elle. Et même si Danni appréciait Dan, elle savait qu'ils n'étaient pas assez proches pour ça. Avait-il seulement quelqu'un qui l'était et avec qui il pouvait un peu relâcher la pression ? Avait-il seulement un allié là-haut ? Pas évident après les révélations sur son implication dans les derniers évènements. Mais Danni convenait que c'était ni le lieu ni le moment pour une analyse thérapeutique entre elle et lui alors elle n'insista pas et passa à la seconde question importante.

    Que s'était-il réellement passé pour que tout dégénère ? La question sembla lui faire un choc car elle le vit se crisper, remonter la lanière de son sac et reprendre son chemin vers la porte. Non, il ne devait pas partir maintenant ! Elle devait savoir, pour elle, pour Keagan et pour tous ceux qui étaient séquestrés aux cachots. Elle devinait à peu près ce qui s'était passé dans sa tête à ce moment-là mais elle voulait l'entendre de sa bouche, en avoir la confirmation ! Il s'arrêta à sa hauteur et la regarda. Danni retint son souffle. Cette question, elle se l'était posée tellement de fois que le fait de connaître bientôt la réponse la rendait fébrile. Elle était tellement certaine de ne pas se tromper au sujet de Dan ! En avoir la confirmation serait un immense soulagement.

    « Il s'est rien passé. Rien du tout. »

    Il lui aurait collé un coup de poing en pleine figure que l'effet aurait été le même. Danni eut un hoquet. Il ne s'était rien passé ? Le château était à feu et à sang après la rébellion ratée, Dan avait avoué en être la cause, Snow l'avait menacé, l'avait frappé, les punitions pleuvaient pour étouffer toute désobéissance mais il ne s'était rien passé ? Pourquoi lui dire une telle chose ? Pourquoi ne même pas prendre la peine d'inventer un mensonge crédible ? En temps normal Danni se serait certainement énervée d'être prise pour une conne mais cette fois-ci, les paroles de Dan lui firent simplement énormément de peine. Éluder le sujet avec une phrase aussi inappropriée était un terrible manque de respect envers elle mais également envers Keagan qui avait été torturé indirectement à cause de lui. Les larmes aux yeux, Danni acquiesça.

    "Je vois..." murmura-t-elle, extrêmement déçue.

    Elle contourna Dan et ramassa le couteau qui était tombé avant de le jeter dans l'évier contre lequel Danni s'appuya afin de dissiper un vertige.

    "J'aurais préféré que tu me dises simplement que tu n'avais pas envie d'en parler." dit-elle en retirant le torchon de sa main pour nettoyer la blessure sous l'eau. Se remettant en question, Danni ferma les yeux et se tourna de nouveau vers Dan.

    "Je suis désolée. Je ne voulais pas que tu prennes ça pour un interrogatoire. Ce n'était pas le but. Je sais ce qui s'est passé. Du moins je pense savoir. Je sais que tu regrettes, tu l'as dit toi-même avant de... d'être torturé à ton tour. T'as fait une énorme connerie, c'est vrai. Mais ce n'était pas par méchanceté, ça je le sais, Dan ! Tu n'es pas méchant et personne ne me fera croire le contraire !" dit-elle en cherchant de nouveau son regard.

    "Chacun réagit différemment à la peur, au stress et aux circonstances. Accuser quelqu'un c'est aussi une façon de se protéger soi-même. Ça je l'ai appris au primaire face aux moqueries, c'est le même processus. Je comprends. Je cautionne pas mais je comprends. Je ne te juge pas, Dan. Et je sais que Keagan non plus. Tu as fait une énorme connerie..." répéta-t-elle.

    "... mais tu en as payé les conséquences... et tu le paies encore je suppose... socialement et physiquement. Pourquoi tu crois que je te demande si tu vas bien ?!" dit-elle en s'avançant de nouveau vers lui.

    "Je voulais simplement te faire comprendre que tu pouvais compter sur mon soutien, aussi minable et peu efficace soit-il. Mais j'aurais aimé que tu me fasses confiance en me donnant ta version. Tant pis, c'est pas grave." conclut-t-elle en retournant près de la pile de marmites sales laissées par Anthony. Elle n'allait pas le forcer à parler. Il pouvait s'en aller maintenant s'il le voulait. Elle n'aurait pas eu sa réponse mais au moins elle lui aurait dit ce qu'elle avait sur le cœur.

    Un très léger bruit résonna dans l'évier vers lequel Danni baissa les yeux. Elle avait remarqué que la configuration de la cuisine avait une particularité bien utile car certains bruits du couloir résonnaient parfois dans la tuyauterie des éviers. Et ce bruit là, répétitif, caractéristique et claudiquant, elle commençait à bien le connaître. La seconde suivante, Danni avait attrapé Dan par le bras avant de littéralement le jeter derrière une immense pile de sac de pommes de terre. Elle eut tout juste le temps d'attraper une marmite que la porte de la cuisine s'ouvrit, laissant apparaître un mangemort qu'elle connaissait bien pour l'avoir souvent croisé aux cuisines. Il était plutôt petit mais corpulent et avait cette façon bien particulière de marcher en boitant légèrement.

    « T'es encore là ? Où est le morveux qui te sert de binôme ? » cracha-t-il.

    "Il a fait sa part, je finis la mienne." répondit Danni en prenant sur elle pour calmer les battements de son cœur et éviter à tout prix de regarder la pile de sacs de pommes de terre. L'homme s'avança vers elle et lui attrapa sans ménagement le poignet pour regarder sa main.

    « Qu'est-ce que t'as à la main ? » demanda-t-il en plissant les paupières.

    "Lâchez-moi, vous me faites mal... je me suis juste coupée avec un couteau en faisant la vaisselle. Rassurez-vous, ça ne m'empêchera pas de travailler !" répondit-elle en serrant les dents.

    « T'as plutôt intérêt sinon ce n'est pas qu'à la main que tu auras mal. » répondit-il en la lâchant avec un sourire mauvais qui fit frissonner Danni.

    « Puisque t'as pas l'air pressée de partir des cuisines, tu vas rester ici pour t'occuper de la vaisselle du dîner dès qu'ils auront fini de manger. »

    "Mais... normalement on s'occupe de cette vaisselle-là le lendemain matin..." répondit Danni d'une voix hésitante. Ça avait toujours été comme ça : le midi ils s'occupaient de la vaisselle du petit-déjeuner, le soir de celle du repas de midi et le lendemain matin de celle du dîner de la veille. Si elle devait rester pour attendre la fin du dîner, cela signifiait qu'elle ne mangerait pas ce soir et que sans Anthony pour l'aider, elle en aurait pour une bonne partie de la nuit à faire la vaisselle.

    « Et bien comme ça demain matin le morveux et toi pourrez vous consacrer à une autre corvée. Trier les épices, nettoyer le sol de la cuisine ou récurer les éviers, vous trouverez bien ! » répondit-il visiblement très fier de lui. Il tourna les talons, s'arrêta devant un des plats qui n'avait pas encore été transporté par magie à l'étage et attrapa un pâté de viande brioché très appétissant pour l'engloutir ostensiblement devant elle en s'exclamant à quel point c'était délicieux. Ce fut sur cette ultime humiliation qu'il repartit dans le couloir non sans s’esclaffer d'un rire gras. Pour seul soulagement, Danni effectua un magistral doigt d'honneur en direction de la porte fermée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6239-rioghbhardan-i-m-not-your-boy-toyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6299-rioghbhardan-you-better-believe-that-i-want-you-and-you-need-mehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6300-rioghbhardan-declarations-d-amour-uniquementhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6301-rioghbhardan-rien-de-professionnel-merci

Arrivé(e) le : 03/06/2015
Parchemins rédigés : 4180
Points : 30
Crédit : (c)
Année : 7ème année - 19ans

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Skat Cunningham

MessageSujet: Re: [ANNÉE 2022 - 2023] Ferme la porte derrière toi – DANIELA & RIOGHBHARDAN    Dim 2 Avr - 23:57


Ferme la porte derrière toi
Daniela & Rioghbhardan

J'aurais dû venir avant. Quelques minutes plus tôt. Ou me débrouiller autrement. Je ne sais pas comment mais il doit sûrement y avoir un moyen. Négocier avec les elfes, peut-être ? Mais je ne les connais pas et n'ai pas vraiment confiance en ces créatures. J'aurais dû mais je ne l'ai pas fait. Et maintenant c'est trop tard. Daniela est là. Entre la porte et moi. Me fixant quasiment sans interruption. C'est incroyablement gênant d'avoir à jour les voleurs affamés face à l'une d'entre eux. Nous, on a la belle vie. Nos conditions de vie sont correctes, notre liberté (certes bafouée) n'est pas encore morte. Ça n'est pas parfait mais j'imagine qu'en comparaison, nous sommes de vrais pachas. Et voilà qu'officiellement, je ne m'en contente plus. Je n'aurais pas grand chose à dire pour expliquer ce que je fais là. Mais je ne le fais pas. Je crois que je préfère encore qu'elle pense que je suis trop lâche pour assumer les conséquences de mes actes jusqu'au bout plutôt que de laisser entrevoir l'état dans lequel se trouve Milo. Tout le monde doit en avoir plus ou moins conscience, chez nous. Il ne descend plus aux repas, hurle toutes les nuits ou presque et son sourire l'a abandonné depuis des jours... Mais elle, elle ne le sait peut-être pas. Alors je ne dis rien. Je laisse le poids de la honte étrange m'oppresser davantage. Je veux bien plaider coupable pour ça aussi. Une habitude, à force. J'esquisse un geste pour partir mais elle me retient. Me questionne. Je n'ai pas envie de me justifier. Je l'ai fait. Plus d'une fois. Et j'ai supporté tant bien que mal le résultat de mes conneries. Je veux juste qu'on me laisse tranquille, maintenant. Je sais que j'ai merdé, je sais que le château tout entier a été victime par ma faute mais ça suffit. J'ai supporté leur haine pendant des semaines, les insultes, les menaces, je n'ai pas joué les victimes quand Shiver m'est tombé dessus, j'ai même pas cherché à lui attirer d'ennuis en allant me plaindre à l'infirmerie. Il n'y a pas une seule journée où on ne m'a pas rappelé ce que j'ai fait. Et croyez-moi, je n'ai besoin de personne pour le faire ! Alors ce soir, juste ce soir, je veux qu'on me foute la paix.

Sa réaction me fait culpabiliser. J'ai l'impression d'être une ordure. Peut-être que c'est pas qu'une impression. Plus vite je me barrerai de là, mieux ce sera. « Je vois... » Je ne crois pas, non. Elle va ramasser le couteau qu'elle a fait tomber. Je la suis des yeux. Elle est presque méconnaissable. Il faut qu'ils sortent de là. Ça me fait de la peine de la voir comme ça. On est pas particulièrement proches, je l'aime bien c'est tout, mais je ne peux m'empêcher de culpabiliser davantage. Parce que nous, on va bien. Enfin... Presque. Pas tous. Je ne sais pas pourquoi je reste. Milo m'attend. Et les ennuis m'attraperont avant que je n'ai eu le temps de partir. « J'aurais préféré que tu me dises simplement que tu n'avais pas envie d'en parler. » J'ai à peine eu le temps de faire un pas de plus qu'elle reprend. Je soupire. « J'aurais préféré que tu ne poses simplement pas la question. » Mais on ne choisit pas. On fait avec ce qu'on a. Alors elle s'en contentera. Son regard se repose sur moi mais je l'évite une nouvelle fois. « Je suis désolée. Je ne voulais pas que tu prennes ça pour un interrogatoire. Ce n'était pas le but. » Je hausse les épaules. Trop tard. Je veux juste qu'on m'oublie. Je ne veux pas qu'on prétende qu'on comprend, je ne veux pas qu'on me rende coupable de plus que je n'en ai fait. Juste qu'on arrête de statuer sur ce que je suis, de débattre de mes motivations. « Je sais ce qui s'est passé. Du moins je pense savoir. Je sais que tu regrettes, tu l'as dit toi-même avant de... d'être torturé à ton tour. » J'ai pas envie d'y repenser. Ce soir-là me revient trop souvent. Je ne compte plus les cauchemars où leurs hurlements me torturent à n'en plus finir. Et je la déteste pour me forcer à le revivre à nouveau. « T'as fait une énorme connerie, c'est vrai. Mais ce n'était pas par méchanceté, ça je le sais, Dan ! Tu n'es pas méchant et personne ne me fera croire le contraire ! » Qu'elle se taise ! Je sais que ça part d'un bon sentiment mais pourquoi ils se sentent tous obligés de me parler de ce qui se passe dans ma tête comme s'ils le savaient mieux que moi, hein ?! Depuis des semaines, c'est les mêmes discours ! Des affirmations, tout le temps, sans jamais se demander ce que moi je pense de tout ça. J'ai l'impression d'être un sale môme que les parents défendent ou enfoncent au gré de leurs envies. Je n'ai pas besoin de quelqu'un pour parler, me justifier ou demander pardon à ma place. Alors qu'elle la ferme ! « Chacun réagit différemment à la peur, au stress et aux circonstances. » Maintenant, je vais avoir le droit à la psychanalyse, c'est ça ? L'explication logique et rationnelle censée me prouver que je ne suis pas un monstre et que tout n'est pas que de ma faute ? Parce qu'elle pense sérieusement que je me sens mieux une fois qu'on m'a répété pour la centième fois que j'ai mal agi mais que c'est la pression ? C'est que je suis pas vraiment un traître, vous comprenez, seulement un pauvre demeuré ! C'est tellement mieux ! Je sais que j'ai merdé. Je le sais plus qu'ils ne pourront jamais l'imaginer tous autant qu'ils sont mais par pitié, arrêtez de me trouver toutes les excuses du monde. C'était une connerie stupide dont les conséquences m'ont rapidement dépassées mais malheureusement ça a été fait en mon âme et conscience et je n'ai absolument aucune excuse. Si ce n'est celle de n'avoir jamais envisagé que ça aille aussi loin. Alors je sais que je ne suis pas le monstre que Shiver et compagnie doivent aimé voir en moi mais je ne suis pas non plus que le débile paumé auquel d'autres s'accrochent. « Accuser quelqu'un c'est aussi une façon de se protéger soi-même. Ça je l'ai appris au primaire face aux moqueries, c'est le même processus. » Je secoue la tête, soupire et contourne la dernière table. « Je comprends. Je cautionne pas mais je comprends. Je ne te juge pas, Dan. Et je sais que Keagan non plus. » Je m'arrête à nouveau. Brusquement. Presque violemment. Je me tourne vers elle et pour la première fois, je ne fuis plus son regard. Mais le mien se veut assassin. « Tu as fait une énorme connerie... mais tu en as payé les conséquences... et tu le paies encore je suppose... socialement et physiquement. Pourquoi tu crois que je te demande si tu vas bien ?! » J'ai un mouvement de recul en la voyant approcher. « Oui, j'le paie encore ! Parce que vous êtes tous là à me le rappeler en permanence. Y'a rien d'autre. Ma vie se limite à ça. Vous la limitez à ça ! Je préfère encore la méthode de Shiver à la vôtre. Au moins, il a arrêté de me faire chier une fois qu'il m'a foutu son poing dans la gueule. » Je sais que c'est injuste. Je sais qu'elle n'a pas mérité ça. Mais ça n'est pas le bon moment. C'est de pire en pire. Je vois l'étendu des dégâts, j'essaye de faire ce que je peux pour arranger un peu les choses, à une échelle réduite mais qu'importe et ça ne suffit pas. Ni à ce que ça aille mieux ni à faire taire ma culpabilité. Je me suis jamais autant haï que ces derniers jours. Et quand j'essaye tant bien que mal de me détacher de cette erreur, de voir un peu les choses bien que j'ai pu faire à côté, que je peux faire encore (même si elles ne sont à pas la hauteur de ma connerie) il y a toujours quelqu'un pour m'appuyer à nouveau la tête sous l'eau. « Je voulais simplement te faire comprendre que tu pouvais compter sur mon soutien, aussi minable et peu efficace soit-il. Mais j'aurais aimé que tu me fasses confiance en me donnant ta version. Tant pis, c'est pas grave. » La confiance, c'est pas ce qui règne, dans le château. Pas « en haut » en tout cas. Et certainement pas pour moi. Elle retourne auprès de ses casseroles et moi je finis de traverser la salle.

Malheureusement, le destin s'acharne. Je veux juste rentrer à Poufsouffle, retrouver Milo et oublier cette conversation. Je veux même pas oublier ce que j'ai fait, ce qu'on continuera éternellement à me reprocher, juste les quelques minutes qui viennent de s'écouler. Mais c'est trop demander. Je ne sais pas ce qui lui prendre mais elle me saute dessus, m'attrape par le bras et me force à me planquer derrière un tas de sacs de pommes de terre. J'ai le bon sens d'obtempérer. On risque gros. Elle comme moi. Alors mieux vaut ne pas prendre de risques idiots. La porte s'ouvre quelques secondes plus tard. Mon cœur bat la chamade. Je plaque ma main sur ma bouche pour étouffer le bruit de ma respiration. « T'es encore là ? Où est le morveux qui te sert de binôme ? » Je dois me faire violence pour ne pas jeter un œil de l'autre côté des sacs. « Il a fait sa part, je finis la mienne. » J'écoute chaque bruit mais je n'arrive pas à les identifier. « Qu'est-ce que t'as à la main ? » J'imagine qu'il l'a attrapée. « Lâchez-moi, vous me faites mal... je me suis juste coupée avec un couteau en faisant la vaisselle. Rassurez-vous, ça ne m'empêchera pas de travailler ! » Je réalise seulement maintenant qu'ils doivent se blesser souvent. Et ils n'ont pas accès à l'infirmerie. Combien ont eu des problèmes à cause de ça ? De petits bobos pas soignés qui ont pris des proportions énormes ? « T'as plutôt intérêt sinon ce n'est pas qu'à la main que tu auras mal. » Je me fige. J'entends presque son sourire dans sa voix. Je me fige. J'ai peur de ce que je comprends. Et j'espère largement me planter. Je sens tout mon corps se tendre, luttant pour rester à sa place. « Puisque t'as pas l'air pressée de partir des cuisines, tu vas rester ici pour t'occuper de la vaisselle du dîner dès qu'ils auront fini de manger. » Mais le dîner n'a même pas encore commencé ! Elle va en avoir pour des heures ! « Mais... normalement on s'occupe de cette vaisselle-là le lendemain matin... » Le ton de sa voix m'attriste. On dirait une gamine presque apeurée. Et moi, je suis juste le gros lâche qui reste planqué au lieu d'aller l'aider. Je me déteste. « Et bien comme ça demain matin le morveux et toi pourrez vous consacrer à une autre corvée. Trier les épices, nettoyer le sol de la cuisine ou récurer les éviers, vous trouverez bien ! » Quelques instants plus tard, je l'entends s'extasier sur la nourriture, parlant la bouche pleine comme le porc qu'il était très certainement. La porte s'ouvre et se referme. J'attends un peu, le cœur courant. Mais il ne revient pas. Je reste en retrait, à la fixer, silencieux. « Daniela...? » Je me sens mal à l'aise. Dérangeant. « Est-ce qu'ils vous... 'fin... » Je ne sais pas comment tourner ma phrase. Je me fais sûrement des idées. Je l'espère, en tout cas. Je dois avoir une vision fausse de l'humanité toute entière. Me baser sur ce que je connais, plus ou moins. « Ils ne font que vous frapper, n'est-ce pas ? » Sans m'en être rendu compte, j'ai déposé mon sac dans un coin, invisible depuis la porte et relevé les manches de mon pull. Je détache ma montre et la glisse dans la poche de mon pantalon tout en m'avançant vers l'évier. J'attrape une marmite, de quoi la nettoyer et, sans un mot, commence à faire la vaisselle. Je ne pourrai sûrement pas rester jusqu'au bout, Milo m'attend pour dîner, mais ce sera toujours ça qu'elle n'aura pas à faire...
Made by Neon Demon



Look me in the face. Tell me that you love me Even if it's fake 'Cause I don't fucking care, at all. I act like I don't fucking care 'Cause I have hella feelings for you 'Cause I'm so fucking scared.
Rioghbhardan O'Callaghan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t4105-danni-cooper-termine]Présentationhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t4112-danni-cooper-lienshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t4113-les-aventures-de-dannihttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t4114-courrier-pour-danni-cooperhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t4115-les-hiboux-express-pour-danni-cooper

Arrivé(e) le : 14/11/2014
Parchemins rédigés : 2492
Points : 11
Crédit : Google
Année : 6ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Joanne et Wendy

MessageSujet: Re: [ANNÉE 2022 - 2023] Ferme la porte derrière toi – DANIELA & RIOGHBHARDAN    Mer 19 Avr - 19:28

    Autant dire que l'entrevue entre Dan et Danni ne s'était pas vraiment déroulé comme elle se l'était imaginé. Elle avait simplement voulu lui faire comprendre qu'elle ne lui en voulait pas, qu'elle comprenait ce qu'il avait pu ressentir et qu'elle était de son côté s'il avait besoin d'aide ou besoin de parler. Mais force était de constater qu'il n'avait pas du tout besoin de parler. Du moins pas du tout envie. Elle aurait aimé recevoir du soutien et lui en donner en échange, rien de plus. Elle en avait besoin car elle avait de l'estime pour lui et elle avait simplement essayé de le lui faire comprendre. Mais au final, elle ne s'était retrouvée que face à un mur peu loquace et sur la défensive.

    Il aurait préféré qu'elle ne lui pose pas la question... Facile à dire mais c'était certainement difficile pour lui de comprendre ce qu'elle pouvait ressentir vis à vis de ce qui s'était passé, et même de la situation générale. Les nés-moldus n'avaient pas le droit de parler à leurs camarades restés en haut. C'était difficile de rester confiné à entendre toujours les mêmes avis et les mêmes opinions. Il ne pouvait pas comprendre le besoin qu'elle avait ressenti de lui parler à lui, quelqu'un d'extérieur aux nés-moldus et qui plus est le principal concerné... de comprendre et partager ce qu'elle ressentait et ce dont elle était persuadée vis à vis de lui contrairement à la plupart, son opinion à elle sur sa personnalité à lui, son opinion qui devait être différente de pas mal de celles des autres élèves. Il était l'ami de Keagan et elle le considérait comme le sien également. Elle avait simplement eu besoin de se rassurer que ce lien n'ait pas changé entre eux. De son côté à elle c'était certain, mais du sien, elle commençait à en douter étant donné la distance qu'il mettait entre elle et lui. Il ne lui parlait pas, la regardait à peine, avait visiblement simplement envie de s'en aller et maintenant il... lui lançait un regard assassin en s'énervant après elle. Surprise comme un animal pris dans les phares d'une voiture, Danni fit un pas en arrière et baissa les yeux. C’était une réaction qui pouvait sembler exagérée mais c'était incontrôlable. Toutes ces semaines à obéir dans la peur et être traitée comme une moins que rien, il suffisait qu'on lui crie dessus pour qu'elle se recroqueville comme un hérisson qui se sentait en danger.

    Ces mots étaient très durs et insinuaient qu'elle était comme tous les autres, à lui rappeler sans cesse ses erreurs juste dans le but de l'embêter. Ce n'était pas ce qu'elle avait voulu. Elle n'avait bien sûr jamais eu l'intention de lui dire que ce qu'il avait fait était bien, mais elle n'avait pas voulu non plus lui faire de reproches, au contraire. Elle avait naïvement pensé que ses paroles auraient pu le rassurer ou au moins lui faire un peu plaisir mais elle n'avait réussi qu'à l'énerver. Sa confiance en elle s'effondra de nouveau. Elle n'était décidément qu'une pauvre fille stupide incapable de soutenir ses amis. Finalement cette conversation qu'elle s'était imaginé être un soulagement et une libération lui aura fait plus de mal que de bien. Danni retourna à ses marmites, frustrée et peinée.

    L'arrivée soudaine du mangemort l'empêcha de ressasser ses idées noires mais empêcha également Dan de s'en aller des cuisines. D'instinct, elle avait attrapé Dan pour le planquer. Ils risquaient gros elle comme lui et elle voulait éviter un autre drame autant que possible. Mais chaque fois qu'un mangemort se mêlait des corvées d'un né-moldu, ce n'était généralement pas pour les alléger, au contraire. Danni se retrouva avec une corvée de vaisselle supplémentaire qui la mènerait certainement jusque tard dans la nuit et la contraignant à sauter son propre repas, aussi maigre soit-il.

    Le mangemort était parti et son doigt d'honneur ne l'avait soulagée qu'à moitié. Elle avait le cœur battant et la gorge nouée à la limite de la nausée. La voix de Dan appelant son prénom la fit sursauter et elle se retourna vers lui tandis qu'il sortait de derrière les sacs de pommes de terre. Elle se força à prendre une lente inspiration pour calmer les battements de son cœur mais sa question lui donna de nouveau la nausée. Elle ouvrit la bouche et souffla lentement pour remettre ses idées en place. Dire que les filles n'avaient pas eu ce genre de crainte aurait été un mensonge mais heureusement jusqu'à présent, aucune fille ou garçon n'avait eu à se plaindre de quelque chose comme ça, du moins à sa connaissance.

    "Oui... pour l'instant nous cogner semble suffire à les satisfaire." répondit-elle d'une voix étranglée. Pour l'instant... et si jamais une idée tordue traversait l'esprit d'un des mangemorts ? Elle n'aurait aucun recours, aucun moyen de se défendre. Si jamais l'enfer qu'était devenue leur vie venait à basculer un peu plus loin dans l'horreur, Danni ignorait si elle pourrait le supporter.

    Alors qu'elle s'attendait à ce que leur entrevue s'arrête là, qu'il s'en aille et qu'elle reste à attendre la fin du dîner, elle le vit poser son sac, retrousser ses manches et commencer à nettoyer une marmite. Danni arrondit les lèvres pour dire quelque chose mais se ravisa et se contenta de regarder autour d'elle pour s'assurer que personne ne viendrait les surprendre. Il ne devait pas se donner cette peine pour elle en prenant des risques inutiles mais elle ne voulait pas qu'il se vexe à nouveau en pensant qu'elle refusait son aide. Elle doutait désormais tellement de ses capacités à exprimer le véritable fond de ses pensées qu'elle ne voulait pas risquer de le mettre en colère à nouveau. Pourtant son geste la toucha énormément car il signifiait peut-être que leur amitié n'était finalement pas perdue. Elle souriait désormais, le cœur un peu plus léger.

    "Merci." dit-elle simplement. De l'aider ? De rester encore un peu avec elle ou de ne pas la détester ? Un peu tout, il prendrait ce qu'il voudrait. Elle attrapa à son tour une marmite et vint se positionner à ses côtés pour nettoyer la sienne. Dan était vraiment particulier comme garçon. Il soufflait le chaud et le froid, pensait blanc et agissait noir et n'était certainement pas ce qu'il laissait croire.

    "Ça me manque." dit-elle soudain après quelques minutes.

    "Quand tu essayes de me draguer. Ça me manque." poursuivit-elle sans quitter des yeux sa marmite.

    "Pas parce que ça me plaît particulièrement. Ça énerve Keagan et ça m'agace parfois. Mais ça m'amuse aussi. J'aime bien t'envoyer sur les roses et te balancer un coussin dans la figure pour te faire taire. Ça me manque et j'aimerais bien revivre ça... parce que ça voudrait dire que les choses sont redevenues normales." dit-elle.

    Son sourire avait de nouveau disparu et elle porta le dos de sa main à ses lèvres pour réprimer un sanglot.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6239-rioghbhardan-i-m-not-your-boy-toyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6299-rioghbhardan-you-better-believe-that-i-want-you-and-you-need-mehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6300-rioghbhardan-declarations-d-amour-uniquementhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6301-rioghbhardan-rien-de-professionnel-merci

Arrivé(e) le : 03/06/2015
Parchemins rédigés : 4180
Points : 30
Crédit : (c)
Année : 7ème année - 19ans

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Skat Cunningham

MessageSujet: Re: [ANNÉE 2022 - 2023] Ferme la porte derrière toi – DANIELA & RIOGHBHARDAN    Jeu 20 Avr - 17:19


Ferme la porte derrière toi
Daniela & Rioghbhardan

Je sais que je ne devrai pas m'en prendre à elle. Elle n'a rien fait. Mais c'est plus fort que moi. J'en ai marre. Vraiment marre. Ça fait des semaines que c'est la même rengaine et je n'en peux plus. Je comprends qu'on m'en veuille, je comprends qu'on ne comprenne pas. Je comprends tout ça. Je suis le premier à faire la même chose ! Mais qu'on me foute la paix, par pitié... Tout le monde y va de son commentaire comme si je n'existais pas. On parle de moi comme si ce qui se passait dans mon esprit en miettes était chose publique. C'est un monstre. C'est pas de sa faute. C'est un traître. Tout peut s'expliquer. Il ne vaut pas mieux qu'eux. C'est pas vraiment un mauvais gars. J'ai tout entendu. Que j'étais un pro sang-pur, une menace pour nos camarades, que j'avais été utilisé par Blackman, que je voulais juste sauver ma peau. Et moi dans tout ça, en réalité, tout le monde s'en fout. On parle de ce que j'ai fait, de ce que l'on croit. Je suis devenu l'objet d'un triste fait divers Poudlardien, d'un événement déplorable. Un personnage. Quelqu'un qui n'existe plus vraiment, effacé par les souvenirs d'actes entrés dans l'Histoire des couloirs. Juste un nom à balancer dans une conversation. Et que je sois là où pas n'y change rien. On est prêt à débattre de ma culpabilité avec moi sans le moindre problème, avec les mêmes affirmations, les mêmes certitudes. Parce que tout le monde sait mieux que moi qui je suis. Et dans le fond, ils n'ont peut-être pas tort. Parce que moi, je ne le sais pas. La réaction de Daniela est immédiate. Elle recule, baisse les yeux. J'ai presque l'impression qu'elle a peur. Peur de quoi ? De moi ? Sérieusement ? Je me sens mal. Comment on a pu en arriver là ? Comment elle a pu en arriver là ? Je ne lui ferai rien. Elle le sait. Hein...? Mon cœur loupe un battement et l'envie de fuir se fait plus forte encore. Je ne veux pas rester là. Je nous reconnais pas. Où est l'insupportable coincée qui me rembarrait à chaque phrase ? Le jeu aussi stupide qu'amusant qui nous lie depuis que j'ai changé de classe ? Cette fille-là, craintive, je ne la connais pas. Et je n'ai aucun intérêt à rester avec elle.

Pourtant, le hasard en décide autrement et je me retrouve planqué dans un coin pendant qu'un Mangemort s'en prend à elle. Je suis censé faire quoi, moi, hein ?! Si je sors de là, je lui attirerai des ennuis au lieu de l'aider. Mais si ça va trop loin...? Je sais pas. Je sais vraiment pas... Je suis lâche. Incapable de me mettre en danger pour une bonne cause. Pour une amie...? Est-ce qu'elle l'est vraiment ? Est-ce qu'elle l'a été rien qu'une fois ? J'en sais rien. Je l'apprécie très sincèrement mais je n'irai pas m'épancher sur son épaule. Ni sur la sienne ni sur celle de personne, en réalité... Mes véritables amis se sont fait la malle. Soren ne reviendra jamais et les distances prises avec Arabella depuis l'autre soir me semblent aujourd'hui difficilement surmontables... Je n'ai pas le temps de m'étendre sur la question qu'il finit par partir, non sans avoir ordonné à sa prisonnière de tirer un trait sur sa soirée. Plus de peur que de mal. Heureusement... Mais son sort me fait de la peine. Elle ne mérite pas ça. Aucun d'entre eux ne le mérite, en réalité. Ce sont des mômes... Alors je sors. Prudemment. Silencieusement. Prêt à faire demi-tour pour un peu que quelqu'un débarque à nouveau. Je n'ai pas le droit d'être là. Qu'importe si c'est pas vraiment pour moi ou si c'est une véritable nécessité. Ils s'en fichent, eux. J'ai juste pas le droit. Et encore moins si elle est là. Il faudrait partir mais je n'y arrive pas. Elle va en avoir pour la nuit ! Et moi, je peux bien perdre un instant. Lorsque je remonterai, je m'excuserai auprès de Milo pour l'attente (et la possible inquiétude qui en aura découlé) et je lui raconterai toute l'histoire. Je suis certain qu'il comprendra. Il ne m'en voudra pas d'avoir fait passer Daniela avant notre dîner. Il ne m'en voudra pas... Enfin, je l'espère. Non. Il n'y a pas de raison. Ça n'est pas la première fois que je traînerai un peu... Normalement c'est pour éviter de croiser qui que ce soit mais le résultat est le même, après tout... Même si j'imagine que, ce soir, ce serait plus qu'« un peu ». « Oui... pour l'instant nous cogner semble suffire à les satisfaire. » Je hoche doucement la tête, vaguement rassuré. C'est sûrement mieux que rien. Bien sûr, c'est ignoble, inacceptable et tout ce qu'on veut encore mais tout respect n'est pas mort. Il en reste encore un peu. Rien qu'un peu...

J'abandonne mon sac. Je reste. Je ne sais pas combien de temps mais je reste. J'imagine que je vais lui tenir compagnie jusqu'à ce que la vaisselle du dîner arrive, que je l'aiderai un peu et rentrerai rapidement avant le couvre-feu. J'aimerais pouvoir le prévenir, qu'il ne s'inquiète pas, mais je ne peux pas. Je sens son regard sur moi lorsque je m'approche. Elle ouvre la bouche mais ne dit rien. Je lui en suis reconnaissant. Ça devait être un « prends pas de risques pour moi » ou quelque chose comme ça. Je suis encore assez grand pour savoir ce que j'ai à faire. « Merci. » Je ne prends pas la peine de détourner les yeux de la marmite que je suis en train de nettoyer mais laisser un léger sourire étiré mes lèvres. C'est le moins que je puisse faire. Je ne suis probablement pas un as de la vaisselle, c'est que je ne la fais pas souvent puisqu'il y a un lave-vaisselle à la maison, mais j'espère que ça suffira. Et qu'elle n'aura pas à repasser derrière moi après. Ce serait bête de vouloir l'aider mais de lui faire perdre plus de temps qu'autre chose. Elle finit par s'y remettre à son tour. Il n'y a rien d'autre pour déranger le silence que le bruit de l'eau et le grattement régulier sur le fond des casseroles. J'imagine que ça n'est pas plus mal. Je n'ai pas envie d'avoir une autre discussion sur ce que j'ai bien pu faire, ce que je fais maintenant ou ce que je ferai plus tard. J'en sais rien. Je n'y pense pas. « Ça me manque. » Qu'est-ce qui lui manque ? Je ne comprends pas. Tout doit lui manquer. Vivre normalement doit lui manquer. Vivre tout court peut-être aussi. Alors je ne dis rien et attends qu'elle daigne m'éclairer. « Quand tu essayes de me draguer. Ça me manque. » Je hausse les épaules dans un geste attristé. Oui. Moi aussi, ça me manque. Enfin, c'est pas tant la draguer qui me manque, plutôt... Plutôt de pouvoir le faire parce qu'elle était là. Parce qu'ils étaient tous là. « Pas parce que ça me plaît particulièrement. Ça énerve Keagan et ça m'agace parfois. Mais ça m'amuse aussi. J'aime bien t'envoyer sur les roses et te balancer un coussin dans la figure pour te faire taire. » Je ne peux retenir un rire discret à l'évocation des coussins volants. Je m'en suis bouffé un sacré paquet. Mais je ne l'ai jamais mal pris. Au contraire. Ça donnait au jeu plus d'intérêt. J'aurais eu l'air bien con si elle avait fini par céder à mes avances. « Ça me manque et j'aimerais bien revivre ça... parce que ça voudrait dire que les choses sont redevenues normales. » Elle étouffe un sanglot et, dans le silence quasi total de ces cuisines, j'ai l'impression de n'entendre que ça. Mon cœur se serre. « Je peux continuer. Tu sais qu'assouvir les désirs de beautés dans ton genre est toujours un plaisir. » Je quitte ma marmite des yeux pour les poser sur elle, un sourire gentiment taquin sur les lèvres. « Mais pas un mot ! Je n'ai pas envie de briser des couples ni de me faire choper par Keagan au détour d'un couloir. Il paraît que je tiens encore un peu à la vie. » Enfin, briser « des couples » pourquoi pas, mais certainement pas le mien. Je ne sais même pas si elle en a eu vent, d'ailleurs. Peut-être ? Alaska avait des doutes. Des rumeurs qui couraient jusqu'aux cachots. J'en sais rien. Et dans le fond, je m'en fiche un peu. C'est pas franchement important...
Made by Neon Demon



Look me in the face. Tell me that you love me Even if it's fake 'Cause I don't fucking care, at all. I act like I don't fucking care 'Cause I have hella feelings for you 'Cause I'm so fucking scared.
Rioghbhardan O'Callaghan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t4105-danni-cooper-termine]Présentationhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t4112-danni-cooper-lienshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t4113-les-aventures-de-dannihttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t4114-courrier-pour-danni-cooperhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t4115-les-hiboux-express-pour-danni-cooper

Arrivé(e) le : 14/11/2014
Parchemins rédigés : 2492
Points : 11
Crédit : Google
Année : 6ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Joanne et Wendy

MessageSujet: Re: [ANNÉE 2022 - 2023] Ferme la porte derrière toi – DANIELA & RIOGHBHARDAN    Mar 9 Mai - 21:06

    Danni n'aurait pas grand chose à raconter à Keagan à propos de Dan tellement ce dernier n'avait lâché aucune information. Elle avait bien compris qu'il n'avait aucune envie de discuter de ce qui s'était passé, que ça soit pour aller dans son sens ou non. L'irlandais avait du en baver lui aussi à sa manière pour être à ce point sur la défensive. Et Danni savait que Keagan pensait la même chose car ils en avaient discuté souvent le soir. Keagan s'inquiétait un peu pour Dan et Danni aurait aimé lui assurer qu'il allait bien et que tout ce qu'ils avaient supposé sur cette histoire était vrai. Ça l'était certainement, elle en était convaincue mais elle n'avait pas eu la confirmation du principal intéressé. Mais il n'était plus temps d'insister, il fallait passer à autre chose pour ne pas le braquer d'avantage. Et de son côté, elle ne supportait plus que quelqu'un lui crie dessus, spécialement quand elle n'avait rien fait de mal. Dan l'avait toujours intriguée mais le moment n'était pas propice pour essayer de résoudre ce qui faisait de lui une énigme à ses yeux.

    Pour autant, Dan était quelqu'un qu'elle appréciait et c'est sans hésiter qu'elle le força à se cacher à l'arrivée d'un mangemort. Plus de peur que de mal à l'arrivée, encore un repas de sauté (cela ferait-il vraiment une différence ?) et une nuit de sommeil plus courte que prévue. Ça aurait pu être pire. Puis contre toute attente, Dan décida de rester pour l'aider à s'avancer dans sa vaisselle. La surprise passée, elle se sentait à la fois gênée, inquiète mais aussi soulagée. Elle aurait été contrariée qu'ils se séparent sur une dispute. Et pour ça, elle lui en était reconnaissante autant que pour l'aide qu'il lui apportait.

    Le fait qu'il s'inquiète de l'ampleur de la gravité des traitements que les mangemorts faisaient endurer aux né-moldus la toucha et révélait encore une fois toute la complexité de Dan. Dénoncer une gamine innocente mais s'inquiéter du degré d'horreur qu'ils pouvaient tous subir... un jour elle parviendrait à le comprendre, un jour...

    Après quelques instants de silence, elle décida de se confier un peu à lui, lui avouant que leurs échanges lui manquaient. Souvent elle repensait à ce qu'elle avait eu l'habitude de faire les autres années dans la journée, le soir, dans la salle commune, en cours, dans le parc... La plupart du temps elle essayait de ne pas y penser car ça la rendait triste mais par moment les bons souvenirs lui redonnaient le sourire et lui donnaient la force d'espérer que tout finirait par rentrer dans l'ordre. Et les tentatives de drague de Dan étaient des souvenirs bien particuliers à l'image du garçon lui même. Autant attachant qu'agaçant... indéchiffrable. Elle le revoyait dans la Salle Commune lui faire son regard par en-dessous en lui sortant une phrase lourde de sens. Elle revoyait aussi le coussin voler vers lui pour le faire taire... oui, ça voulait dire que tout était normal dans sa vie, dans leur vie à tous et cette idée lui fit monter les larmes aux yeux.

    « Je peux continuer. Tu sais qu'assouvir les désirs de beautés dans ton genre est toujours un plaisir. »

    Pourtant, cette phrase réussit à la faire rire alors même qu'elle n'avait pas terminé d'essuyer ses larmes. A défaut de coussin, elle lui envoya des gouttes d'eau à la figure. Elle devait ressembler à une chose pathétique à mi chemin entre les larmes et le rire mais ça faisait un bien fou. C'était de plus en plus difficile de gérer l’ascenseur émotionnel de ses sentiments mais après six mois à alterner espoir, brimades, rébellion et découragement, Danni se demandait parfois si elle n'allait pas devenir cinglée.

    "Ça faisait longtemps que je n'avais plus rigolé un peu. Mais méfie-toi, Keagan est un peu à cran et il démarre au quart de tour en ce moment." dit-elle en rinçant une marmite avant d'en prendre une autre.

    "Et toi ? Est-ce que tu as quelqu'un à qui parler quand tu en as envie là-haut ? Je sais que tu t'entends bien avec Arabella. C'est une chouette fille." dit-elle en grattant le fond d'une casserole attrapée.

    "Oh il y a aussi Tracy, elle m'a dit qu'elle était ton amie. On s'est croisées le jour de la Saint-Valentin... je sais pas si t'es au courant mais un truc bizarre s'est produit et on est restées collées l'une à l'autre..."

    Danni s'arrêta et regarda Dan un instant.

    "Désolée... si t'as pas envie de répondre, t'es pas obligé. C'est juste que... ça fait du bien de parler."

    Bien sûr elle parlait avec d'autres nés-moldus dans les cachots mais ce n'était pas la même chose, avec lui c'était comme si elle reprenait un peu contact avec la vraie vie d'en haut bien que celle-ci ne soit guère plus joyeuse. Danni posa la dernière casserole et s'essuya les mains.

    "Merci d'être resté et de m'avoir aidée, ça m'a bien avancée. Je n'ai plus qu'à attendre la fin du repas maintenant."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6239-rioghbhardan-i-m-not-your-boy-toyhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6299-rioghbhardan-you-better-believe-that-i-want-you-and-you-need-mehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6300-rioghbhardan-declarations-d-amour-uniquementhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6301-rioghbhardan-rien-de-professionnel-merci

Arrivé(e) le : 03/06/2015
Parchemins rédigés : 4180
Points : 30
Crédit : (c)
Année : 7ème année - 19ans

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Skat Cunningham

MessageSujet: Re: [ANNÉE 2022 - 2023] Ferme la porte derrière toi – DANIELA & RIOGHBHARDAN    Lun 29 Mai - 19:11


Ferme la porte derrière toi
Daniela & Rioghbhardan

L'étrangeté de sa réaction ne dure pas. On a pas le temps de se poser dessus qu'un Mangemort fait irruption dans la pièce et moi, petite chose lâche et docile, je me laisse sagement cacher par celle que j'aurais probablement dû protéger. Dans d'autres circonstances, peut-être que je l'aurais fait. Dans des circonstances qui ne m'aurait pas poussé à l'abattoir en la tirant derrière moi. N'avons-nous pas vu ce que ça a donné pour ceux qui avaient filé un coup de main aux torturés de l'autre soir ? Un frisson d'horreur me coule dans le dos alors que je repense à Milo. À son état. À son absence. Des traumatismes, on en a tous essuyés cette année, mais je crois que celui-là reste le plus effrayant pour moi. Je me fiche pas mal de ce qu'on peut me faire, je ne me suis jamais vraiment appartenu alors que ça continue ne me révolte pas plus que ça, et puis je le mérite, mais pas lui... Pas lui... J'ai bien cru que je ne le retrouverai jamais. Qu'il resterait pour toujours cette pauvre petite chose amorphe et brisée... Jamais nuit n'a été aussi interminable et détestable que celle qui a suivi. Trop occupé à veiller sur lui dans une inquiétude constante pour imaginer pouvoir rien que somnoler à ses côtés. Alors non, je peux me détester autant que je veux pour ça mais je ne bouge pas pour l'aider. Parce que ça ne l'aiderait pas. Bien au contraire... On en pâtirait tous les deux. Et on a pas besoin de ça... Ni l'un ni l'autre... Mais heureusement, il part sans heurt et je peux tenter un peu maladroitement de me rattraper. Je pose mes affaires, mets la main sur une marmite et commence à travailler, sans un mot. Je n'attends pas de remerciement, pas de question, rien. Juste qu'elle me laisse faire. Ce qu'elle fait. Petit à petit, un semblant de conversation s'installe. Pas grand chose. Et je dois bien reconnaître que je la laisse surtout parler.

Mais une plaisanterie foireuse suffit à la faire rire. Rire au milieu de ses larmes. C'est perturbant. Elle me fait de la peine, un peu, mais je me garde bien de lui dire. À la place, je râle quand elle m'arrose. « Eh ! C'est toi qui l'as demandé, te plains pas ! » Je ris avec elle. Discrètement, pour pas qu'on nous surprenne, qu'on nous entende. On a trop à perdre pour abandonner la prudence. « Ça faisait longtemps que je n'avais plus rigolé un peu. Mais méfie-toi, Keagan est un peu à cran et il démarre au quart de tour en ce moment. » Je balaie sa mise en garde d'un revers de main mouillée et gouttant sur le bord de l'évier avant de la replonger dans l'eau. J'ai affronté Shiver, comme si Keagan me faisait peur ! C'est mon ami, non ? Je crois... J'en sais rien. Il l'était. Après deux ans à passer nos soirées ensemble, à partager nos salles de classe et tout ce qui allait avec, j'imagine qu'il l'était... Maintenant, c'est une autre histoire. Il s'est fait torturer par ma faute et je n'ai jamais trouvé le courage d'aller le trouver. Pour dire quoi ? « Je suis désolé » ? Qu'est-ce que ça aurait pu lui faire, hein ? « Et toi ? Est-ce que tu as quelqu'un à qui parler quand tu en as envie là-haut ? Je sais que tu t'entends bien avec Arabella. C'est une chouette fille. » Mon sourire s'enfuit à l'entente du prénom de ma meilleure amie. On s'est éloignés, elle et moi... Elle m'en veut, je crois. Je m'en veux également. On se croise, on se parle mais... Mais ça n'a plus rien avoir avec avant. J'ai l'impression qu'une vie toute entière s'est enfuie depuis cet été. Nos rires effrayés dans le château hanté, nos regards complices au milieu de ma vie bancale... Tout ça s'est envolé. Je me retrouve presque face à une inconnue. Et là encore, je n'ai rien tenté pour arranger les choses. Je les ai tous regardé partir un à un sans chercher à retenir qui que ce soit... Et aujourd'hui, mon existence autrefois bien remplie me paraît parfois bien vide... Je ne prétends pas que ceux qui restent ne me suffise pas, seulement que ceux qui ne sont plus là laissent une place plus difficile à combler que je ne l'imaginais... « Oh il y a aussi Tracy, elle m'a dit qu'elle était ton amie. On s'est croisées le jour de la Saint-Valentin... je sais pas si t'es au courant mais un truc bizarre s'est produit et on est restées collées l'une à l'autre... » Je hoche la tête, tant pour dire que je sais ce qui s'est produit que pour avouer qu'elle a dit vrai. Je suis ami avec Tracy... On fait une belle paire de traîtres, elle et moi. Personne n'a dû être étonné d'apprendre qu'on se connaissait.

Puis finalement, elle se tait. Plus de questions, plus de bruit. Rien d'autre que les clapotis de l'eau maltraitée par notre nettoyage. Je relève la tête vers elle et croise son regard sans comprendre. Qu'est-ce que j'ai encore fait ? « Désolée... si t'as pas envie de répondre, t'es pas obligé. C'est juste que... ça fait du bien de parler. » Je hausse vaguement les épaules avant de me mettre à gratter un peu plus fort là où je ne sais quoi s'est collé au fond de ma marmite. « Non, t'inquiète. » Je reporte mon attention sur elle, juste le temps de lui offrir un sourire attristé et je reprends comme si je n'avais jamais arrêté. « Je me suis retrouvé attaché aux hanches de Rhea Donovan criant au viol au beau milieu des toilettes des filles... La meilleure Saint-Valentin de ma vie ! » Autant dire que ça avait été loin de mes plans. J'avais seulement espéré pouvoir passer un moment tranquille avec Milo, sans même lui avouer quoi que ce soit, juste refaire le monde comme on le faisait souvent. Mais non, le destin en avait décidé autrement. J'hésite une seconde et finis par continuer, non sans un soupir résigné. Je lui dois bien ça, au moins... « Je parle plus vraiment à Arabella. Enfin, on se dit bonjour quand on se croise mais c'est à peu près tout. Elle... Elle me manque. » Ma vue se brouille légèrement mais je ne me laisse pas aller et termine de nettoyer ma casserole. « Mais ça va. J'ai Tracy, elle te l'a dit. Et... Et puis y'a Milo, aussi. … T'as rien à craindre, je peux toujours me plaindre quand j'en ai envie. » Ce que je ne fais pas. Parce que tout ce qui nous tombe dessus est en grande partie de ma faute, ce serait mal venu de jouer les victimes en plus du reste... « Comment ça se passe, avec Keagan ? Toujours l'amour fou ? » En réalité, j'en sais rien, je sais même pas si ça l'a été un jour. Ils se tournaient autour, il n'y avait qu'à voir la réaction de mon colocataire quand je m'approchais trop près de sa proie, mais du reste, j'en sais pas grand chose. Ça ne m'a jamais intéressé. Et ça ne m'intéresse pas davantage aujourd'hui...

Elle achève sa vaisselle au moment où je termine la mienne. Je m'essuie les mains sur mon pantalon, grande classe, et je m'étire discrètement, content du travail accompli. « Merci d'être resté et de m'avoir aidée, ça m'a bien avancée. Je n'ai plus qu'à attendre la fin du repas maintenant. » Je hausse à nouveau les épaules. C'est normal. C'est le moins que je pouvais faire. J'esquisse un pas en direction de mon sac, imaginant rentrer pendant qu'ils sont tous en train de dîner quitte à revenir après mais je m'arrête net en voyant les quatre tables vides. Toute la nourriture est montée dans la Grande Salle. Je les fixe une seconde, complètement hébété. « Attends... » Je me tourne vers Daniela. « Tu... Tu vas manger quoi ? » Le temps qu'elle fasse tote la vaisselle qui va arriver, les nés-moldus auront sûrement fini leur propre dîner. Même si j'ignore totalement ce qu'ils ont comme nourriture d'ordinaire. J'hésite. Ça doit se voir. Mais finalement, je vais récupérer mes affaires, attrape son bras et la tire derrière les sacs où elle m'a caché un instant plus tôt avant de me laisser glisser contre le mur. « T'auras qu'à prétendre que tu rangeais en attendant la fin du dîner, s'il revient. » Mon explication tient la route, non ? Je sors ce que j'avais récupérer pour notre énième repas loin du monde. Il y a largement assez pour Milo et elle puisqu'il y en avait assez pour lui et moi. Je mets la main sur mes couverts et lui tends le tout dans un geste spontané. « Sers-toi. » Finalement, peut-être que cette rencontre ne tombe pas si mal que ça et que malgré des débuts chaotiques, ce moment passé avec elle est agréable...?
Made by Neon Demon



Look me in the face. Tell me that you love me Even if it's fake 'Cause I don't fucking care, at all. I act like I don't fucking care 'Cause I have hella feelings for you 'Cause I'm so fucking scared.
Rioghbhardan O'Callaghan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t4105-danni-cooper-termine]Présentationhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t4112-danni-cooper-lienshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t4113-les-aventures-de-dannihttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t4114-courrier-pour-danni-cooperhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t4115-les-hiboux-express-pour-danni-cooper

Arrivé(e) le : 14/11/2014
Parchemins rédigés : 2492
Points : 11
Crédit : Google
Année : 6ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Joanne et Wendy

MessageSujet: Re: [ANNÉE 2022 - 2023] Ferme la porte derrière toi – DANIELA & RIOGHBHARDAN    Mar 20 Juin - 17:41

    Cette fois-ci la tentative de drague foireuse était bienvenue. Il le faisait pour elle, parce qu'elle venait de dire que quelque part ça lui manquait. C'était bizarre mais c'était le cas, comme si tout était normal. Elle lui envoya des gouttes d'eau à la figure et il râla qu'elle ne devait pas se plaindre car elle l'avait demandé. C'était vrai, mais il savait que ça faisait partie du jeu et elle n'avait pas de coussin sous la main. Dan et elle riaient tout bas et bon sang, ce que ça faisait du bien ! Danni le mit tout de même en garde vis à vis de Keagan qu'il ne fallait pas trop chatouiller en ce moment. Mais si Dan balaya l'idée d'un geste de la main, Danni crut percevoir un moment de réflexion chez l'irlandais.

    "Il ne t'en veut pas, Dan... pas plus que moi." dit-elle simplement.

    Danni et Keagan n'avaient rien d'autre à faire le soir que de discuter des sujets qui leur tenait à cœur et Dan avait été le sujet de plusieurs soirs de discussion. Elle savait ce qu'elle avançait. Alors forcément, Danni se demandait également si Dan avait quelqu'un à qui parler lui aussi. Danni lui parla d'Arabella puis de Tracy... Dan ne réagissait pas et restait pensif. Danni eut peur d'avoir touché un autre point sensible et la crainte de voir de nouveau Dan s'énerver la fit se taire.

    Heureusement, ce n'était pas le cas et il la rassura avant d'expliquer que lui aussi avait été collé à une fille qui n'avait visiblement pas bien pris la chose. Danni se mordit les lèvres pour ne pas pouffer de rire. Elle imaginait tellement bien la scène ! Puis il lui avoua ne plus trop parler à Arabella et ça semblait le rendre triste. Danni était désolée pour lui et ne savait que trop bien ce qu'il pouvait ressentir étant donné qu'elle vivait la même chose avec Fursy. Mais il se reprit et lui assura qu'il avait Tracy pour se confier. Danni hocha la tête puis répondit.

    "Oh vous êtes restés en contact avec Milo depuis Halloween ? C'est bien... je pense. Vous avez fait une bonne équipe pour soigner Sybille."

    A sa question, Danni sourit puis acquiesça.

    "Oui, s'il y a au moins une chose de bien à retirer de cette situation c'est notre relation à Keagan et moi. Faut croire que traverser des moments difficiles à deux, ça rapproche." répondit-elle.

    Ils finirent la vaisselle quasiment ensemble et Danni le remercia de l'avoir aidée. Sans lui, elle y serait encore pour un bon moment et certainement même qu'elle n'aurait pas eu le temps de finir cette vaisselle-là avant que l'autre n'arrive. Elle le regarda retourner à son sac mais s'arrêter net, prenant visiblement conscience des conséquences de l'extension de corvée du mangemort venu un peu plus tôt.

    "Rien... Mais t'inquiète c'est pas grave, c'est pas comme si on mang..."

    Elle n'eut pas le temps de terminer sa phrase qu'il la tira à son tour derrière les sacs de pommes de terre et... lui proposa de prendre la nourriture qu'il avait mise de côté ? Danni hésita, regarda Dan, puis les couverts qu'il lui tendait... elle jeta un coup d’œil nerveux par-dessus les sacs pour s'assurer qu'aucun elfe de maison n'était revenu.

    "Je.. t'es sûr ? C'était pour toi et.." et elle ne savait même pas qui.

    "Merci." dit-elle enfin sans hésiter plus longtemps. La faim était trop douloureuse pour refuser par simple politesse. Elle arrivait à y faire abstraction mais pas quand on lui mettait de bonnes choses sous le nez en l'incitant à manger.

    Danni s'était servie, avait mangé un peu, pas trop car c'était compliqué de trop manger sans être malade après des mois de privation puis avait laissé le reste à Dan pour qu'il l'emporte comme il l'avait prévu dès le début. Elle l'avait remercié... au moins encore trois fois puis l'avait incité à s'en aller par peur que le mangemort ne revienne et ne le trouve là car l'heure avançait. L'ancienne Poufsouffle resta après ça un long moment en fixant la porte, perdue dans ses pensées jusqu'à ce que le repas de la Grande Salle se termine. Elle avait de nouveau de la vaisselle à faire avant de pouvoir aller dormir et réaliser que cette conversation entre Dan et elle avait peut-être fait évoluer quelque chose entre eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[ANNÉE 2022 - 2023] Ferme la porte derrière toi – DANIELA & RIOGHBHARDAN
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard, 19 ans après. :: Poudlard :: 
Les Cachots et Sous-Sols
 :: Les Cuisines
-
Sauter vers: