AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Spencer L. Mortensen - La lumière pense voyager plus vite que quoi que ce soit d'autre mais c'est faux. Peut importe à qu'elle vitesse voyage la lumière, l'obsurité arrive toujours la première, et elle l'attend.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7577-spencer-l-mortensen-la-lumiere-pense-voyager-plus-vite-que-quoi-que-ce-soit-d-autre-mais-c-est-faux-peut-importe-a-qu-elle-vitesse-voyage-la-lumiere-l-obsurite-arrive-toujours-la-premiere-et-elle-l-attendhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7587-spencer-l-mortensen-les-bons-amis-t-aident-a-retrouver-des-choses-importantes-lorsque-tu-les-a-perdues-ton-sourire-ton-espoir-et-ton-couragehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8411-historique-rp-de-spencerhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7622-boite-aux-lettres-de-spencer-mortensenhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7623-hiboux-express-spencer-mortensen

Arrivé(e) le : 23/02/2017
Parchemins rédigés : 749
Points : 6
Crédit : Calisah (Jeremy Irvine) / Code signa : Wild heart
Année : Cinquième

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Spencer L. Mortensen - La lumière pense voyager plus vite que quoi que ce soit d'autre mais c'est faux. Peut importe à qu'elle vitesse voyage la lumière, l'obsurité arrive toujours la première, et elle l'attend.    Jeu 23 Fév - 17:02


                       
Spencer est un Sang-pur considéré comme un né-moldu à cause de sa famille adoptive, né(e) le 3 août 2007 à Ste Mangouste en Angleterre. D'ailleurs il n'y vit plus puisqu'il a emménagé dans un bled à proximité de Cambrige répondant au doux nom de Meldreth  en Angleterre. Aujourd'hui, Spencer a donc 15 ans et est en cinquième année. Et juste pour ta culture personnelle, sache qu'il a un hibou grand-duc qui s'appelle   Gaïa en référence a la déesse de la Terre.


Il est bon de savoir que Spencer est curieux, calme, méthodique, réaliste, protecteur,intelligent, assidu, persuasif, et cartésien mais également tourmenté, rancunier, secret, insomniaque, envieux, anxieux, contradictoire qu'il manque de tact et qu'il a des toc discrets. Il a des goût étranges, par exemple il aime lire, apprendre, les énigmes, les codes,  les mythologies,  la magie blanche et noire ou encore les serpents alors qu'il déteste les gens qui se plaignent de leurs familles , les fouineurs, l'ignorance (surtout celle des moldus qui croient tout savoir sur tout, le meurtrier de ses parents qui n'a pas assez payé et ne pas comprendre pourquoi ses parents sont morts.


Sa baguette est composée de saule(un bois attiré par les sorcier éprouvant un sentiment d'insécurité, dotés d'un grand potentiel) avec un cœur de ventricule de dragon et mesure 28 centimètres. Grâce à elle, Spencer a le malheur de suivre les cours obligatoire plus l'arithmancie, le vol, les runes.



Spencer Luis Mortensen
feat. Jeremy Irvine

ET EN VRAI ?
J'ai 14 ans ans, mais peut-être que tu le sais déjà parce que je suis Anthony. Je suis arrivé(e) sur NYL grâce à l'annuaire de forumactif et je devrais être là en moyenne 6 jours par semaine. Avant de finir j'aimerais juste rajouter que vous auriez dû prévenir que c'était contagieux le dédoublement de personnalité mais je ne vous en veux presque pas..



Tout le monde a une histoire



***


Notre histoire commence dans la grande propriété des Shaqif. Une maison à quatre étages, lumineuse grâce à ses immenses fenêtres, mais protégé des regards indiscrets par un jardin de bonne taille, ainsi que de nombreux sortilèges à présent oubliés. Il faut dire que la maison n'est pas toute jeune et qu'elle a vu passer nombres de sorciers entre ses murs. Une seule condition pour accéder aux nombreuses réceptions données par la famille Shaqif, être un sorcier de sang-pur, et y faire honneur bien évidemment. L'âge d'or de la famille a malheureusement pris fin une centaine d'année auparavant et avec lui, les restrictions. Enfin, les actuels propriétaires des lieux, Richard et Alexandra Shafiq ne sont pas tombé assez bas au point de tolérer les moldus dans leur demeure ancestrale, ni dans leur vie d'ailleurs, mais ils sont beaucoup moins regardants sur la pureté du sang. Les jeunes parents se sont très vite montrés soucieux de l’éducation de leur fils unique et quand le professeur le plus compétant s'est avéré être un sang-de-bourbe, ils n'ont pas rechigné à l'embaucher. L'important reste que Spencer ait un avenir.

Face à la cheminée, le né-moldu écoute distraitement son élève le regard plongé les flammes de la cheminée.

- Qu'est-ce qu'un dièse ?

La réponse parvient distraitement à ses oreilles, il sait déjà que le petit a appris sa leçon. Baguette en main, il soulève une bûche dans l'intention de nourrir le feu. Un sourire étire les lèvres du garçon, de la magie. Il sait qu'il n'a pas le droit de s'y intéresser pendant l'étude mais il est justement interdit aux employés d'en faire usage pour ne pas le perturber sa concentration. C'est son professeur qui est en tort. Ce dernier connaît les règles aussi bien que Spencer, mais justement, entretenir le feu n'est pas dans ses obligations. C'est l'employée de maison, malade aujourd'hui, qui doit s'en charger. Les patrons sont partis faire des courses à Londres, probablement au chemin de Traverse où dans les environs, et il sait que Spencer ne le dénoncera pas, trop émerveillé pour s'en priver à l'avenir. D'un coup de poignet, le professeur referme la vitre et l'élève comprend qu'il doit compléter sa réponse. Ses parents lui imposent un programme très strict, auquel la musique s'est rajoutée il y a quelques semaines, et il sait qu'il ne pourra pas aller rejoindre ses copains cet après-midi s'il n'a pas été sérieux. Alors la leçon continue comme si rien ne s'était produit, du moins, jusqu'à ce qu'une tête apparaisse dans la cheminée.

- Bonjour, monsieur et madame Shaqif sont blessés, leur fil est demandé à Ste Mangouste. La cheminée du bureau du directeur des urgences à été connecté à celle-ci.

Spencer relève brusquement la tête en plein déchiffrage.

- Qu'est-ce qu'il se passe ?  Plongé dans son étude, il n'a pas remarqué l'activité dans la cheminée et c'est son professeur qui a troublé sa concentration en enfilant son manteau. L'employé de l’hôpital à bien vite disparu et le petit ne comprend pas grand chose.
 
- Met ton manteau, nous reprendrons la leçon plus tard.

La voix du professeur est sèche. Il abandonne son élève quelques instants afin de vérifier que les sortilèges anti-intrusions sont bien en place et revient sortant de sa poche une petite boite à cigare contenant de la poudre de cheminette. Une demi-minute plus tard, il n'y a plus âme qui vive dans la maison.


***

Spencer attend, assis sur une chaise disposée à la hâte dans un renfoncement du couloir aux murs blanc de l’hôpital. Les coups de pieds qu'il inflige à son siège ne témoignent pas d'un ennui, le personnel et les visiteurs passent et repassent en se bousculant, mais d'une nervosité qui prend peu à peu forme au creux de son ventre. Le petit garçon a docilement suivit son professeur dans les flammes sans poser de questions. Peut-être aurait-il du car l'adulte ne lui a adressé la parole que pour lui demander de s'asseoir et de rester tranquille. Pas une explication, rien. Il a l'air de ne pas savoir comment s'y prendre avec l'enfant, un comble pour un prof'. Si Spencer sait qu'il est dans un hôpital, c'est parce qu'il l'a déduit des panneaux placardés et qu'il en a identifié l'odeur.

Mais qu'est-il censé comprendre de la raison de sa présence ici ? Où sont ses parents ? Des scénarii bien trop sombres pour un enfant de 6 ans se forment dans son esprit alors que les minutes s'écoulent. Enfin, une dame au visage fermé sort d'une salle et s'adresse à voix basse au professeur qui désigne bien vite Spencer d'un mouvement de la tête, dévoilant au passage une expression identique a celle de son interlocutrice. La jeune femme s'approche de l'enfant, lui tend la main et l’emmène dans un bureau. Le bruit ambiant est réduit à néant.

La jeune femme s'accroupit à sa hauteur, et commence à lui parler d'une voix certes hésitante, mais calme et douce. Un sourire qui se veut rassurant est peint sur ses lèvres, mais Spencer ne regarde pas son visage, il laisse ses yeux papillonner un peu partout pour tromper son angoisse. Une phrase prononcée par la jeune femme le cloue pourtant sur place, et ses yeux restent fixés là où ils étaient.

"Morgana Burgess
Hôpital Ste Mangouste
3022"

Ce n'est pas possible. Spencer, n'y croit pas. Il secoue la tête de droite à gauche, sans pour autant cesser de fixer le badge épinglé sur l'uniforme de la jeune femme. Ses parents doivent-être rentrés à l'heure qu'il est. Ils ont trouvé son balai et sa maman est sans doutes en train de l'emballer.

- Tu mens. Ce n'est pas vrai. Arête.

Il faut qu'elle cesse. Ce n'est pas drôle comme blague. Ou bien elle se trompe. Ses, parents ne peuvent pas être partis dans les étoiles. Spencer n'accorde plus aucune attention à la jeune femme et répètes toujours les mêmes mots de plus en plus fort. On ne peut pas avoir tué ses parents. Ce sont les meilleurs au monde, les plus gentilles personnes de la Terre. Même des méchants n'auraient pas fait ça. Il hurle maintenant. Si fort qu'il n'est pas certain que le sortilège impassibilité soit encore efficace. L'enfant calme s'est envolé.

- JE VEUX VOIR PAPA ET MAMAN ! JE VEUX VOIR PAPA ET MAMAN. Il a utilisé d'autres mots mais ce n'est toujours pas efficace. Alors, il lâche le bout de métal gravé des yeux, dégage sa main et décide de se jeter sur la porte. Morgana, comme elle semble s'appeler, vient-elle de la fermer à l'instant ou a-t-elle pris ses précautions en entrant  ? Il l'ignore et trouver cette réponse ne l'aidera pas à rejoindre ses parents. En plus, il souffre, il s'est blessé en tentant de sortir. Alors, il s'effondre dans les bras de la guérisseuse qui l'a retenu, et il se met à pleurer. Ses sanglots redoublent d'intensité a mesure que le temps passe mais il l'écoute. Il accepte que ses parents aient été assassinés sur le chemin de Traverse (pour ceux qui n'avaient pas compris.) Les efforts des guérisseurs n'ont pas suffi à les sauver. Les efforts de Morgana Burgess ne suffisent pas à lui redonner le sourire. Rien, ni des potions, ni du goûter, ni des mots et des paroles douces ne n’adoucit sa peine. Et même si le breuvage de la jeune femme apaise son mal de tête, pour le reste, il faudra s'en remettre au temps, ou à la vengeance.


***
image:
 

- C'est un magyar à pointes, ou un noir des Hébrides enfin on voit pas bien les détails. Sans doute son ombre.

C'est la première fois que les parents entendent le son de la voix de l'enfant dont ils ont la garde depuis bientôt une semaine. Une semaine qu'il est parmi eux mais il n'a desserré les lèvres que pour sangloter la tête dans ses draps. Les parents ont accueilli le petit comme ils le pouvaient mais les informations fournies par les autorités étaient bien maigres : des parents assassinés le mois dernier, un traumatisme et quelques autres broutilles utiles pour compléter l'administratif. Autant dire, pas grand chose pour aider le jeune Spencer, alors entendre quelques mots de sa part les soulage d'un poids, même si leur sens reste flou pour tout le monde.

- Que veux-tu dire par là ? Qu'est-ce qu'un magyar à pointe pour toi ? Des années qu'il montre les mêmes images à ses patients, mais c'est la première fois que le psychologue entend cette réponse. Tous les regards sont fixés sur la silhouette haute comme trois pommes.

- Ben, vous le voyez bien, un dragon. Se contente-t-il de répondre avant de poursuivre en voyant les regards interrogatifs qui l'encouragent à continuer. Enfin, je suis pas certain que ce soit un magyar parce que la peinture n'est pas franchement réussie, il manque les détails et puis rien n'est jamais symétrique alors ce n'est pas une bonne idée de plier en deux pour aller plus v... Quoi ? Vous ne comprenez pas symétrique ? Ça veut dire que c'est identique des deux cotés, et le milieu c'est l'axe.

L'étonnement provoqué par les premiers mots de l'enfant est bien loin : à présent, les trois adultes sont décontenancés, stupéfiés. Le couple savait s'être engagé sur une pente difficile en acceptant le jeune garçon traumatisé, mais ne s'attendait pas à cela. D'un coté, Spencer semble convaincu que les dragons existent, et qu'il y a même des races, ce qui n'est pas très inquiétant quand on considère son âge. Mais d'un autre, symétrie fait partie de son vocabulaire et il l’utilise a bon escient. Une telle différence de maturité dans une même phrase c'est, comment dire, déroutant et les mines éberluées des trois adultes auraient fait rire Spencer si ses parents biologiques n'étaient pas morts le mois dernier. Il comprend maintenant pourquoi ses parents le tenait éloignées de ses personnes. Elles sont vraiment étranges, vraiment bêtes. Le monsieur à barbe s'est présenté comme un médecin, un psychologue mais il faut faire des études pour ça non ? C'est ça leur référence en intelligence ? Ca promet. Et en plus de ne pas avoirs de pouvoirs magiques et d'être idiots, ils ne savent pas peindre.


***


Sophie sort de la cuisine et remarque le raie de lumière qui perce encore sous la porte de la chambre d'amis. Non, elle se reprend : ce n'est plus une chambre d'amis, Spencer à sa place dans la famille, c'est sa chambre à présent. Elle jette un coup d’œil à l'horloge accrochée au mur et se décide à lui demander d'éteindre et de dormir. Il est tard et demain sera sa première journée d'école. La jeune femme donne quelques coups à la porte, pas de réponse. Ça l'aurait étonné, le petit n'a pas décroché un mot depuis qu'ils sont revenus de chez le psychologue, en début d'après-midi. Le petit ange est étendu dans le grand lit, il lit. Encore une révélation que la matinée leur a réservée, il ne déchiffre pas les mots comme elle l'avait cru au début, non il est capable de lire comme s'il le faisait depuis des années. Sophie se pose sur le bord du lit alors que Spencer se retourne vers elle, un pouce enfoncé dans la bouche alors que son autre main est posée sur le dessin d'Athéna tout juste sortie de la cuisse de Zeus.

- Ce ne sont que des histoires mon ange. Peut-être devrait-elle le laisser rêver dans son monde encore quelques mois, le temps que les plaies cicatrisent mais elle a peur pour lui, pour ses relations sociales. Le monde qu'il s'est inventé est tellement complet : des balais volants, des hiboux qui transportent le courrier, des baguettes magiques, une école de magie en Ecosse, des serpents qui parlent une langue et des dragons. Où a-t-il été cherché tout ça ?

- Je ne crois pas. Papa m'avait promis qu'il m’emmènerait les voir, les dragons, quand j'aurais l'âge de raison. Il en est bien loin de cet âge, encore innocent malgré la perte de ses parents, pense la jeune femme. Et quand je serais encore plus grand, on les rejoindra dans les airs sur nos balais.

- Des balais qui volent, raconte-moi en plus ? Après tout, pour guérir un mal, il faut le comprendre et pour le comprendre, il faut le connaître. Spencer se lance dans des explications pendant une bonne dizaine de minutes. Éclair de feu, souaffle, peu importe, ses yeux rougis pétillent et c'est tout ce qui importe.

- Tu me crois hein ? Pourtant passionnée par le visage d'ange, Sophie redescends brusquement sur Terre à l'entente de cette question. Un sourire triste se dessine sur ses lèvres. Mentir n’est jamais une solution, si l'enfant ne perçoit pas tout de suite qu'on se joue de lui, ce moment finit par arriver. Mentir n'est pas la chose à faire, Sophie le sait, mais elle n'a pas le courage d'être honnête, ses enfants sont sa faiblesse alors...

-  Il est tard mon ange, il y a école demain. Je vais éteindre la lumière. Repose-toi. Et l'espoir qui anime ses yeux s'éteint alors que sa mère dépose un baiser sur son front. C'était une moldue, elle ne la croit pas, elle ne sait pas.


***

- Moi je te crois, glisse la petite Mannuella à l'oreille de son aîné avant de s’asseoir à table et de se mettre plein de chocolat autour des lèvres. Leurs chambres sont côte à côte et, même si sa lampe à elle était éteinte quand leur mère est passée hier soir, elle ne dormait pas alors, quoi de plus normal que d'écouter les histoires merveilleuses de son nouveau grand-frère. Qu'il en a eu de la chance de voir toutes ces choses ! Yannick entre dans la pièce deux petit sac à dos en main, sourit aux deux mômes et ouvre le frigo.

- Lisa comme d'habitude. Spencer, pour ton goûter, tu veux des biscuits au chocolat, à la fraise ou des tartines ?

Pas de réponse, l'homme se retourne, normal, le petit montre du doigt ce qu'il veut. Il ne parle que quand il le veut celui-là, c'est pas possible, mais bon il a une excuse alors pour le moment, les parents cèdent. Ils ne peuvent pas faire autrement devant cet enfant si particulier, malheureux, sans nuls doutes surdoué mais enfant. Quand le père de famille est entré dans la chambre ce matin, il a trouvé le petit endormi sur le bouquin de mythologie, la veilleuse allumé à coté de lui. Pris sur le fait ! Mais que peut-on lui dire ? Que peut-on faire à part espérer que les bras de Morphée l'aient accueilli rapidement.

Spencer n'est pas décidé à leur parler pour le moment, ils sont impuissants. Ils ne le savent pas mais ces inquiétudes son inutiles, la situation se débloquera dans les semaines à venir. En contrepartie, leur fille sera bien vite contaminée par l’imagination débordante de Spencer. Elle me croit, je lui raconterais tout alors, pense Spencer sur le chemin de l'école.

***

Assis en tailleur sur le parquet de sa chambre, les coudes posés sur ses genoux, deux doigts posé sur ses tempes, Spencer planche sur une énigme qu'il a trouvé dans un vieux livre de la bibliothèque. Hélas, la feuille de brouillon reste désespérément vide et l'enfant n'est pas près de gribouiller quelque chose d'intelligent. Impossible de se concentrer, le gâteau posé en bas du frigidaire obnubile son esprit. Non pas qu'il soit particulièrement gourmand, mais aujourd'hui, c'est son anniversaire. Là encore, même si Spencer s'interroge sur son cadeau, c'est un événement mineur, il lui en faut plus pour le déconcentrer habituellement. Sauf que cette année n'est pas une année banale et le cadeau qu'il attend avec le plus d'impatience est celui promis il y a bien longtemps par ses parents, les vrais, ceux qui lui ont donné la vie : sa lettre. Il a onze ans aujourd'hui, Poudlard lui tend enfin les bras. Problème, la montre accrochée à son poignet annonce onze heures et trente-deux minutes, le facteur est passé à neuf heures et vingt-trois minutes et la fameuse lettre n'est toujours pas parvenue à destination. Depuis sa chambre, Spencer a suivi des yeux son père adoptif jusqu'à la boîte aux lettres et un sourire s'est dessiné sur ses lèvres quand il a surprit l’expression d'abord étonnée puis joyeuse de Yannick. Quand les pas de ce dernier se sont dirigés jusqu’à sa chambre, le gamin s'est retenu d'ouvrir grand la porte et de lui sauter dessus pour accélérer les choses, il voulait d'abord être seul. On croise les doigts mon fils mais tu les as tous écrasés, j'en suis sûr ! Lança Yannick en glissant une enveloppe sous la porte. Qu'est ce que c'était, pourquoi disait-il ça ? Ce n'était pas la lettre pour Poudard, elle est écrite à la main normalement ? Fébrilement, Spencer avait déchiré l'enveloppe mais seul un chèque et une lettre lui informant qu'il avait remporté le concours des jeunes talents et qu'il était qualifié pour les nationaux en tombèrent. Est-il vraiment nécessaire d'expliquer pourquoi ces documents ont fini roulés en boule dans la corbeille ? Le 18 septembre, il est censé être à Poudard et au lieu d'un billet de train, on lui envoie une convocation pour un concours pourri. C'est un sorcier, il est normal qu'il étudie dans la prestigieuse école de magie. Tous ces prix sont bien jolis mais, sa vie de moldue, entouré d'ignorants qui croient tout savoir mieux que tout le monde, doit prendre fin le premier septembre !

Deux heures que la résolution de l’énigme n’avance plus, deux heures qu'il pense à autre chose. Pas loin d'une décennie qu'il l'attend cette missive, et elle se permet de le faire attendre encore. Des dizaines d'hypothèses plus ou moins plausibles se forment dans l'esprit sur-développé du gamin mais une se démarque des autres.

Aurait-il tout inventé ? La mort de ses parents auraient-elle produit un choc si violent qu'il se serait inventé un monde ? Spencer a fini par refuser de voir tous ces psychologues qui avançaient cette même hypothèse. Aurait-il du les croire, et nier ses convictions. Ses parents adoptifs le pensent guéri, converti, mais en fait, il n'a jamais perdu la foi.

Certes, à force d’être pris pour un demeuré, il s'est progressivement tut sur le sujet et avait définitivement arrêté d'en parler quand Lisa sa petite sœur adoptive avait cessé de le croire, mais il sait ce qu'il en est de la magie. Quand un livre situé dans un rayonnage bien trop haut de la bibliothèque est tombé à ses pieds, il a été le seul à ne pas être surpris. Ses pouvoirs s’étaient enfin déclarés. Il n'était pas cracmol et tous ces moldus étaient idiots de ne pas le croire. Le petit intello a même passé de longues heures à tenter de contrôler la magie qui se déclenchait aléatoirement afin de tous les convaincre, mais c'était beaucoup plus compliqué qu'il ne le pensait. Tous ces miracles sont-ils au final le fruit du hasard ou du dieu qu'on l'obligeait à prier le dimanche à la messe ? Bref, tant d'inquiétudes qui avaient rapidement balayé l'équation de la tête du gosse.

- Ding, Dong, Ding, Dong, Ding, Ding. Naan, ne me dites pas qu'ils ont invité la tante Lucie. C'est bien son style d'appuyer quatre fois sur la sonnette pense le jeune garçon, tiré de ses sombres pensées, avant de reprendre espoir en entendant la question interrogative de Sophie. Il écarte le rideau de la fenêtre et constate, un grand sourire sur le visage, que n'est pas elle, mais il n'a pas tout à fait tort, le style vestimentaire est le même, des vêtements totalement dépareillés qui feraient hurler tous les fashion victims du coin. Aucun doutes, même sans la baguette magique, Spencer sait toujours  reconnaître un sorcier. C'est probablement un amoureux des moldus incapable de se fondre dans le décor et de comprendre le fonctionnement d'une sonnette du fait de son ignorance, mais il doit sûrement avoir une lettre dans son sac, et c'est ça l'important pour Spencer. Ce dernier referme brusquement le rideau, l'arrachant presque avant de courir vers la porte, de l’ouvrir et de s'élancer dans le couloir.


***

Passé l’excitation de retrouver sa place dans ce monde sorcier qu'il affectionne tant, Spencer a beaucoup hésité avant d'accepter de se rendre, contraint sur le chemin de Traverse. Ne pouvait-on pas se faire livrer ? N'y avait-il pas un système de drive existant ? Poudlard ne vendait-il pas des lots tous préparés ? Ce n'était pas les seules questions que le jeune sorcier avait posées, mais il avait tellement insisté que c'était sûrement celles-là qu'on retiendrait dans quelques années. Malheureusement, toutes les réponses furent négatives. Spencer va devoir affronter ses peurs, et l'angoisse était si forte la veille de l'expédition courses de rentrés que le garçon n'en a presque pas dormi. Il rattrape donc ses heures de sommeil dans la voiture, la présence du casque sur ses oreilles limitant les mauvais rêves.

Enfin, il finira sa sieste ce soir car après avoir tourné en rond pendant une bonne vingtaines de minutes, Yannick vient de trouver une place, pas très loin de Charing Cross. Aussi excitée que son frère était inquiet, Mannuella le secoue et lui défait sa ceinture pour aller plus vite. Elle a hâte de découvrir ce monde qui ne sera pourtant probablement jamais le sien. Enfin, l'entrain de la petite décide Spencer à ne pas fuir en courant et la petite famille arrive sans encombres dans le pub qui ne paye pas de mine mais qui constitue l'unique accès au chemin de Traverse, c'est ça l'important. Sophie, cachant son intimidation, annonce la situation au barman qui les guide dans l'arrière cour, et ouvre à l'accès à une rue où déambulent des centaines de personnes en robes de toutes les couleurs.

Là, les choses se corse : Spencer, les mains crispées sur ce qu'il reste du mur de briques refuse d'avancer plus loin. Le pub lui a donné un air de déjà vu mais la rue, c'est pire encore. Il la revoit clairement sans les couleurs, sombre, déserte, une vitrine explosée sous la force d'un impact, telle qu'il l'avait aperçue dans les journaux des années auparavant. Il ne peut pas aller plus loin, la même scène va se reproduire, emportant d'autres vies. Il faut rester à l'abri, le malheur va frapper encore une fois. Spencer ignore si on a retrouvé le meurtrier mais si c'était le cas, un autre se chargera de la besogne, c'est trop dangereux. Ils sont inconscients.

- Non, non, il ne faut pas... lâche le petit garçon alors que Sophie fait demi-tour pour se rapprocher de lui. Elle lui parle une voix douce.

- Le danger est passé, c'était il y a des années. Regarde tous ces gens, ils savent ce qui s'est passé mais ils ne sont pas inquiets parce que le danger à disparu. Trouver les mots n'est pas chose facile. La mère de famille, au contraire de son mari, pensait l'avoir convaincu, l'autre jour, quand il a fini par accepter de faire ses achats ici, mais il faut croire que l'épreuve était trop difficile.

- Regarde ta sœur, elle t'attend. Lançe finalement Yannick, déjà engagé sur le chemin, sa fille solidement accrochée au poignet. Spencer la regarde et croise son regard. Elle semble vouloir lui dire "tu viens ? Sinon j'y vais toute seule". Le grand frère n'a pas le temps de changer d'avis qu'elle s’élance déjà, zigzaguant entre les gens, les chaudrons, les sacs remplis de livres et les balais. C'est le déclic. Toujours aussi terrifié, Spencer s'élance, abandonnant les adultes. Mannuella, si gentille, si belle, si innocente, la seule qui l'ai cru était en danger. Il doit l'arracher à cette rue qui la tuera, quitte à y entrer. Elle jete un regard amusé derrière elle et son sourire s'agrandit quand elle voit qu'elle est suivie. La course folle dure assez longtemps pour les essouffler, surtout Spencer qui n'est pas très sportif, mais la petite disparaît dans une boutique, suivie comme son ombre par son grand-frère surprotecteur qui l’emprisonne aussitôt dans ses bras, oubliant de saluer le propriétaire des lieux, ne le remarquant même pas.

- Ecoute-moi. On doit y aller Mannuella, on est pas dans un endroit sûr, lui murmure-t-il à l'oreille. Mais la gamine ne l'écoute pas, elle tente juste de dégager sa tête pour voir un peu mieux l'endroit où ils se trouvent. Une petite pièce sombre et exiguë où l'on peut voir des centaines de boites cartonnées du sol au plafond.

- La maison est tout à fait sûre, je vous le garanti monsieur. Imaginez qu'on ne peut pas laisser un tel stock de baguette magique, tant d'heures de travail, sans protection. Mademoiselle, monsieur, je suis à votre écoute.

C'est finalement le propriétaire des lieux, un vieil homme qui doit avoir dans les cent cinquante ans, qui réussit à lui faire desserrer son emprise alors que muet, il observe le désordre qui l'entourait. Sa curiosité est éveillée bien sur, mais la peur était encore bien présente.

- On va sortir Mannuella, c'est plus sage, décida-t-il finalement en faisant quelques pas en arrière. Après un dernier regard derrière lui, il pose une main sur la poignée qui s'abaisse soudain, lui arrachant un sursaut. Rien de magique derrière tout ça, Sophie et Yannick sont dans l'encadrement de la porte, empêchant toute tentative de fuite.

- Ah, vous êtes là ! Ne fait plus jamais ça Mannuella ! Tu aurais pu te perdre. Souffle Sophie, son regard s'arrêtant quelques secondes sur son aîné. Et toi Spencer, tu veux aller à Poudlard, là est ta place alors nous aller acheter le nécessaire et nous seront tous vivants ce soir. Le ton est sans répliques, aucune négociation possible. Yannick pose la main sur l'épaule de son fils, l'invitant à avancer vers le centre de l'étroite pièce, afin qu'ils puissent s'y tasser.

- Bonjour monsieur. Vous êtes le vendeur de baguettes magique. C'est bien cela ? Lance-t-il à l'encontre de la silhouette tout droit sortie d'un autre âge. Mouvement de tête affirmatif de la part de ce dernier.

- Ollivander, fabricant de baguettes de père en fils depuis 382 avant J-C. Qui donc entre à Poudlard ?

- Mon fils. Par contre, je suis désolé nous n'avons pas eu d'information au sujet du modèle. Vous sauriez nous indiquer un modèle standard ? Répond Yannick, un peu dépassé par les événements. Il n'est même pas sur que les pièces d'or prélevée sur le compte des parents du petit par l'employé du ministère soient suffisant pour faire tous leurs achats.

- Chaque baguette est unique monsieur. La maison ne fabrique pas de modèle standard. Chaque baguette est travaillée avec un soin tout particulier nécessaire pour en tirer le meilleur. La baguette évoluera au fil du temps pour s'adapter à votre fils certes, mais c'est la baguette qui choisit son sorcier monsieur. Croisant le regard grave de l'artisan, Spencer regrette de s'être approché à sa demande mais il ne peut plus faire grand chose, un mètre de couture voltige autour de lui, prêt à le ligoter au moindre écart. Après que ce dernier ait mesuré l'éloignement de ses sourcils, deux baguettes arrivent dans les mains du garçon, sous les yeux d'Ollivander qui les lui arrache bien vite. C'est qu'on n'a pas toute l'après-midi non plus.

La famille peut observer le va et vient des bâtons entre les mains du jeune sorcier mais aucune ne semble convenir, enfin, jusqu'a ce que l'artisan se stoppe dans sa lancée et repose les deux baguettes qu'il avait prévu de faire essayer juste après. Les vagues mouvements du garçon n'ont rien donné de concluant jusqu'à présent mais une étincelle argentée s'est faite remarquée au bout d'une baguette alors que Spencer annonçait qu'elle lui chauffait dans la main.

- C'est celle là qu'il vous faut. Bois de saule. Hum... Ce n'est pas qu'une affaire de circonstance alors... Souffle le spécialiste dans sa barbe sans pour autant juger utile de se justifier, ce qu'il fait tout de même en entendant l'interrogation de son client. Ce ne sont pas les récents événements qui provoquent votre inquiétude, hein ? Malheureusement pour Spencer, il n'en dira pas plus et le gamin n'apprendrait qu'un peu plus tard ce qu'il s'était passé à la coupe du monde de Quidditch.


***

Les arbres se balancent violemment, envoyant valser un peu partout leurs dernières feuilles. L'automne dans toute sa splendeur. Un spectacle que bien peu ont choisi d'admirer aujourd'hui, au vu des circonstances. On attendait l'orage depuis quelques jours mais brusquement, il y a une heure de cela, le ciel s'est assombri, des trombes d'eau se sont écrasées au sol, le vent s'est déchaîné et le tonnerre s'est déclaré de la partie.

Le temps n'est pas décidé à se calmer et il a bien vite été clair que le cours de quidditch serait annulé, une bonne ou une mauvaise nouvelle, tout dépendait du point de vue. Spencer avait d'abord été déçu, dans les airs, les codes et les énigmes cessaient de l'obnubiler et une fois au sol, le cerveau reposé, tout devenait plus clair et plus évident. Au final, sur le chemin de la Bibliothèque, il s'était dit que ça lui dégagerait du temps pour continuer ses recherches. Savannah et Isidore, qui n'avaient au contraire de Spencer pas établi leur QG à la bibliothèque, étaient partis faire dieu sait quoi ailleurs et pour une fois c'était bien. Il était seul.

N'allez pas croire que le jeune sorcier avait des choses à cacher à ses deux meilleurs amis, loin de là. En fait, si mais il attendait juste d'avoir rassemblé toutes les informations nécessaires, avant de déballer son histoire. Enfin, c'est ce qu'il se disait pour reculer le moment où en ami sincère, il devrait raconter ce qu'il ne voulait pas revivre. Et cette excuse n'allait pas tenir longtemps vu qu'il avait beaucoup avancé, lentement mais sûrement et qu'il était proche du but. Ce qui nous ramène à cet après midi de novembre.

Spencer est installé à une grande table, dans un rayon bien peu fréquenté car peu intéressant, celui des archives. La grande fenêtre lui donne une vue imprenable sur les éléments déchaînés mais le jeune garçon n'y prête pas attention, trop concentré sur la pile de paperasse qui s'étale devant lui. Il est parti de la fameuse date qui a bouleversé sa vie et a suivit l’enquête, jour après jour, recette de cuisine après recette de cuisine, publicité après publicité. Les derniers articles lus l'informaient que l'étau se refermait autour du mystérieux Carmin Cobra et que sa couverture ne survivrait pas bien longtemps. Enfin, les mains tremblantes, le petit garçon saisi le journal suivant et ferme les yeux. Il va enfin savoir qui, comprendre pourquoi ses parents sont morts, savoir qui il va devoir haïr, savoir qui il va pouvoir faire souffrir pour ce qu'il a fait. Il a vu la photo du criminel mais n'a pas encore lu son nom, écrit en gros sur la première page. Ses mains tremblent plus fort. Cette photo, il peut encore l'oublier mais le nom restera gravé dans sa mémoire, quoi qu'il arrive. Qu'est-ce qu'il lui fait dire qu'il ne souffrira pas plus encore ? Enfin, il n'est plus temps de se poser des questions, il n'a pas fait tout cela pour rien. Sa mère n'a pas accouché d'un lâche : il ouvre les yeux. Phyllias Hawthorne. C'est lui.

Avide d'en découvrir plus, de comprendre, il lit les deux pages qui lui sont consacré. Il ne retient pas grand chose de cette première lecture, juste le nom de jeune fille de sa femme, Vayne, imprimé à la quatorzième ligne du deuxième paragraphe. Ses yeux restent bloqués dessus. Il connait ce nom, mais où l'a-t-il entendu. Peut-être aurait-il mieux fallut qu'il ne fasse jamais le lien et reste frustré à vie, mais c’est impossible. Cette personne est si proche de lui que quand il tilte enfin, il n'y croit pas et met un bon moment à se rendre à l'évidence. L’assassin est un sorcier britannique qui a un unique fils, du même âge que Spencer et qui doit donc être en première année à Poudlard. Combien y a-t-il de Vayne à Poudlard, un seul et les derniers espoirs insensés du gamin se brisent quand le nom de son meilleur ami apparait dans l'édition du lendemain. C'est trop pour lui. Il s’effondre sur sa table.

Personne ne vient le remettre sur pied mais au bout d'un temps indéterminé, le temps s'était calmé, Spencer séche ses larmes et entreprend de ranger méthodiquement les journaux, décidé à garder son passé pour lui, il a une nouvelle excuse.

Plus tard, on le voit emprunter un paquet de livre concernant les serpents. Surprenant. Leur sensibilité à la chaleur l'a toujours impressionné mas de là en emprunter cinq bouquins. Il n'oubliera pas ce nom "Phylias Hawthorne" mais Carmin Cobra lui apportera plus de réponses.


***





Famille et compagnie



***


Famille biologique :

Alexandra Shafiq : Alexandra a été élevée par des parents fiers de leur sang-pur qui n'avaient que deux principales exigences vis-à vis de leurs enfants. Interdiction de fréquenter de la vermine contaminée par le sang des moldus et réussite scolaire exigée. C'est ce deuxième point qui a créé un conflit entre Alex et sa famille. Les sanctions tombèrent bien vite et pour se venger, l'adolescente se mit à côtoyer sang-mêlé et nés-moldus. Un simple ustensile pour arriver à ses fins avant que certaines de ces personnes parviennent à la faire changer d'idéologie. Si elle tenait à ce que son fils étudie tant, c'est pour qu'il ne galère pas comme elle à Poudlard.

Charles Shafiq : Il vient d'une famille dont les mœurs vis-à-vis des sorciers de sang impurs se sont assoupli au cours des dernières décennies. Ses parents étaient même devenus des traîtres à leur sang et avaient jeté la honte sur la famille.
Charles lui, a sauvé l'honneur en jetant dehors tous les moldus même s'il acceptait les né-moldus chez lui.

Même si ses parents ont tout fait pour refréner la curiosité de l'enfant envers les moldus, refusant tout contact avec de telles personnes, Spencer n'a jamais vraiment ressenti de haine, juste de l'indifférence à leur égard. Spencer se souvient d'eux comme des parents aimant mais on ne raconte pas toutes ses activités à un enfant de 6 ans.



***


Famille adoptive :

- Sophie Mortensen: Aînée d'une fratrie de cinq enfants, si Sophie ne s'est pas mit à les détester, c'est sans doutes parce qu'elle n'était pas forcée de s'en occuper, comme beaucoup de grandes sœurs le sont. Il y avait toujours une baby-sitter dans les parages quand les parents n'étaient pas là, ce qui arrivait relativement souvent, et c'est elle qui décida de mâcher le travail de l'étudiante payé pour s'occuper des bambins turbulents. Elle fut poussée par ses parents à faire des études et les remercie à présent : elle est devenue sage-femme, le plus beau métier du monde d'après elle. Une fois l'homme de sa vie trouvé, il ne lui manquait plus qu'une chose, un rayon de soleil, un enfant et ils se révélaient incapables d'en faire. La nouvelle tomba au bout d'un an, Sophie était stérile. A partir de ce moment, la jeune femme et son mari commencèrent leur combat pour pouvoir adopter un enfant, ce qui, de nos jours, n'est pas chose facile. Leurs efforts payèrent, et une petite haïtienne vient remplir le foyer, puis ce fut le tour de Spencer.

- Yannick Mortensen: Il a vécu une enfance sans soucis et sans trop se poser de questions. Il a tenté la fac, mais s'est trop vite laissé distraire et a abandonné, se décidant pour le métier de chauffeur de bus. Si Sophie est la maman poule organisée, celle qui rassure, Yannick et le père maladroit, un peu impatient et pas franchement diplomates avec ses enfants. Il a vraiment eu du mal avec les histoires sans queues ni tête de Spencer et lui a fait comprendre un peu plus abruptement que Sophie.

- Mannuella Mortensen:Le 12 janvier 2010, survient le terrible séisme de Haïti et la vie de la gamine, alors âgée d'à peine un an et demi, bascule : elle perd tous les membres de sa famille et se blesse gravement. (Oui j'aime bien le mélo parfois). Dans son malheur, la petite a la chance d'être rapatriée et soignée dans un pays riche. Elle reste quelques semaines dans un orphelinat puis prend un nouveau départ dans la vie quand Sophie et Yannick décident de l'adopter. De sa vie misérable, la petite n'a aucun souvenir, seules les cicatrices du séisme lui rappellent d'où elle vient. C'est une enfant souriante et curieuse, qui chante toute la journée. Elle se sentait un peu seule, aussi, quand Spencer a débarqué, des histoires fantastiques plein la tête, ça a été le bonheur. Pendant deux longues années, elle l'a cru et Spencer s'est attaché à elle. Quand il a compris qu'elle devenait comme ses parents, comme tous les moldus, qu'elle cessait de le croire, malgré ses sentiments contradictoires, il n'a su se détacher d'elle. Encore maintenant, c'est à elle qu'il pense quand il donne de ses nouvelles.


***


 


La première fois ici

Le grand jour est enfin arrivé. La rentrée s'annonce enfin comme une réalité pour Spencer. Les armoires du garçon sont presque vides, les valises sont chargées dans le coffre de la voiture, la clef est sur le contact et deux ceintures sont déjà bouclées. Il ne manque plus que Yannick et le principal intéressé et ils partiront pour Londres.

- Chéri ! Que se passe-t-il ? Le GPS est dans le tiroir gauche du buffet normalement. Tu trouves ?

Pour toute réponse, la jeune femme et sa fille voient Spencer sortir par la porte arrière de la maison, s'approcher la mine visiblement exaspérée et monter dans la voiture, le claquement de la portière couvrant le début de la question posée par Sophie.

- ... Ton père ? Cette fois-ci, la réponse ne se fait pas attendre.

- Son père a que ton fils surdoué avait eu l’intelligence de jeter un chèque dans la corbeille que tu lui as demandé de vider. Je pensais lui avoir appris la valeur de l'argent. Il faut croire que non.

Sophie secoue la tête, tourne la clé et enclenche la première sans répondre. Les deux enfants savent que le climat s'annonce tendu et que les deux heures de routes vont être longues, très longues, même avec le casque branché sur les oreilles.

Finalement, ayant un bon nombre d'heures de sommeil en retard, Spencer sombre rapidement et c'est Mannuella qui le réveille, avec tout de même un peu moins d'empressement que la dernière fois. Une seule seconde suffit au garçon pour se rendre compte qu'elle a pleuré et il cache bien vite son sourire. Il lui prend la main alors que Yannick décharge et ne la lâche pas, jusqu'a ce qu'ils arrivent entre la voie 9 et la voie 10 de la gare King Cross. Là, comme l'on peut s'y attendre, un problème se pose : le Poudard Express n'est pas dans les parages, et pas non plus de voie 9 3/4 en vue. Spencer visualise bien l'endroit où elle est censée se trouver, un peu plus près de la dix que de la neuf mais il n'y a qu'un pilier.

Enfin, tout se clarifie quand une gamine jaillit du pilier en courant un grand sourire aux lèvres arrachant un sursaut aux trois moldus de la famille. L’imposante cage qu'elle traîne à bout de bras ne laisse pas de doutes sur sa nature, une petite sorcière.

- C'est ici qu'on se sépare je pense. C'est une illusion magique sans doutes ça. Le train doit être derrière. Yannick s'approche de son fils, lui donne une accolade oubliant que son gosse n'a que 12 ans et donc pas une charpente en acier. Ce dernier se dégage alors qu'il commence à manquer d'air et serre dans ses bras sa mère d'adoption qui lui murmure quelques mots à l'oreille. Et puis vient le tour de Mannuella qui verse quelques larmes sur son pull. Leur câlin silencieux dure plus longtemps que les précédents, mais il faut bien finir par se séparer. Heureusement, la petite ne s'accroche pas et trois minutes après avoir aperçu la petite sorcière, Spencer, chargé comme un mulet se trouve a quelques pas du pilier dans lequel il vient de voir une famille disparaître. Il prend une grande inspiration et disparaît prudemment, non sans avoir échangé un dernier regard avec la famille dont il ne fait plus parti. Le petit garçon un paquet chose à reprocher aux moldus mais ceux là l'ont accueilli comme leur enfant et ont accepté sa magie alors il s'en sent proche. Et puis, qui prendra soin de Mannuella ?

Fort heureusement, l’excitation dépasse bien vite la tristesse comme cette dernière a su dépasser la peur et c’est un sourire sur les lèvres que Spencer ouvre la porte d’un compartiment. Il y a déjà une fille qui, il s’en rend compte rapidement, ne le laissera pas tranquillement finir son livre. Mais ça ne lui déplaît pas et il répond à la dénommée Savannah, à l’occasion par une autre question quand il se souhaite pas s’étendre. L’arrivée d’une autre personne aurait pu gâcher leur amitié naissante mais Isidore se mêle sans difficultés à la conversation et les trois enfants ne voient pas le soir tomber et se changent précipitamment en voyant apparaître la gare.

Derniers descendus, ils parviennent tout de même à monter dans la même barque, voyant le château s’approcher sous leurs yeux émerveillés. Et encore, ils n’ont rien vu de l’intérieur du château a coté duquel les murs de pierre paraissent bien fades.

Ça y est, il y sont. La nouvelle promo au grand complet est rassemblée à l’entrée dans la grande salle, devant l’ancestral choipeau. Et les noms commencent à défiler, les annonces du choipeau soulevant des applaudissements chez leurs aînés. Spencer stress au point que ses tocs se déclenchent sans qu’il puisse les contrôler. Il s’est imaginé la scène tant de fois, mais c’est maintenant que tout se joue. Isidore est appelé et envoyé parmi les serpents. C’est bientôt à son tour. Les noms défilent de plus en plus vite et la bûche s’envolant dans la cheminée se dessine dans sa tête. D’autres flashs s’enchaînent et quand son nom est appelé, le jeune garçon ne songe plus qu’a une chose : comprendre pourquoi ses parents sont morts. C’est ici qu’il trouvera ses réponses. Le choipeau tombe sur ses yeux comme un voile noir. C’est à Poudlard que tout s’éclairera.

QUESTION DU CHOIXPEAU
Une personne pas douée tombe dans le lac noir, malheureusement, il/elle est le seul témoin de la scène, que fait-il/elle ? – Spencer songerait d'abord à ramener la personne à Terre en utilisant un sortilège d'attraction mais se raviserait au dernier moment, la personne est peut-être blessée et la méthode un peu trop violente. Après un cours, très très court, instant de réflexion, il ferait apparaître un filet aux mailles serré dont il se servirait pour pécher le malheureux, le sortilège d'attraction dirigé sur l'objet. Il prendrait ensuite son pouls et tout le toin touin avant de l'amener à l'infirmerie en tentant de le réchauffer.




Dernière édition par Spencer L. Mortensen le Sam 3 Juin - 15:54, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7627-life-goes-on-victoire-gardner-oaken-terminehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7636-victoire-gardner-oaken-fiche-de-liens

Arrivé(e) le : 15/10/2014
Parchemins rédigés : 1859
Points : 14
Crédit : *bazzart (Bridget Satterlee)
Année : 5ème (16 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Jill, Prof Soussa & Allen

MessageSujet: Re: Spencer L. Mortensen - La lumière pense voyager plus vite que quoi que ce soit d'autre mais c'est faux. Peut importe à qu'elle vitesse voyage la lumière, l'obsurité arrive toujours la première, et elle l'attend.    Jeu 23 Fév - 17:06

Anoushka Anoushka
Je veux des liens avec Allen & Jill !
Mais lâche pas Anthony quand même, Hunter adore rentrer dans le lard du petit xD

ReBienvenue Very Happy :fursy: !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

Invité

CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: Spencer L. Mortensen - La lumière pense voyager plus vite que quoi que ce soit d'autre mais c'est faux. Peut importe à qu'elle vitesse voyage la lumière, l'obsurité arrive toujours la première, et elle l'attend.    Jeu 23 Fév - 17:12

    Re-Bienvenue : :january: ton perso a l'air trop cool *^*
    (Une longue fiche, huhu... )
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité

Invité

CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: Spencer L. Mortensen - La lumière pense voyager plus vite que quoi que ce soit d'autre mais c'est faux. Peut importe à qu'elle vitesse voyage la lumière, l'obsurité arrive toujours la première, et elle l'attend.    Jeu 23 Fév - 17:38

Rebienvenue Pompom Girl
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité

Invité

CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: Spencer L. Mortensen - La lumière pense voyager plus vite que quoi que ce soit d'autre mais c'est faux. Peut importe à qu'elle vitesse voyage la lumière, l'obsurité arrive toujours la première, et elle l'attend.    Jeu 23 Fév - 18:08

Chloé : Ca marche pour les liens.Anoushka Je laisserai jamais tomber mon Antho j'adore écrire ses pathétiques repliques.

Merci Joël, merci Alaska !
Revenir en haut Aller en bas

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7150-tracy-amelia-bennett-pour-etre-confirmee-dans-mon-identite-je-depends-entierement-des-autreshttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7158-tracy-l-essentiel-en-enfer-c-est-de-survivrehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7162-tracy-bien-que-la-verite-et-le-mensonge-soient-jumeaux-la-verite-la-plus-agee-des-deuxhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7163-tracy-n-oubliez-pas-de-signer

Arrivé(e) le : 27/11/2016
Parchemins rédigés : 1828
Points : 17
Crédit : Schizophrenic. (c)
Année : Cinquième

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Bien sûr, on le commence quand ?
D'autres comptes ?: Izzie & Jade.

MessageSujet: Re: Spencer L. Mortensen - La lumière pense voyager plus vite que quoi que ce soit d'autre mais c'est faux. Peut importe à qu'elle vitesse voyage la lumière, l'obsurité arrive toujours la première, et elle l'attend.    Ven 24 Fév - 15:33

(Izzie) SPEEEEEEEENCE ! Anoushka Câlin Admiratif Coeur Pompom Girl

Encore ravie que tu te sois tourné vers ce p'tit bonhomme.
Il y a un point qui m'ont paru bizarre à la lecture (le fait qu'il porte le nom de ses parents décédés en fait, ça mettrait la puce à l'oreille d'Isidore qui connait les noms des victimes), mais tout le reste fonctionne très bien, j'ai surtout beaucoup aimé le passage du chemin de Traverse ! J'attends aussi le RP avec hâte. Perrin


I’m afraid, somebody else might take my place
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6421-narcissa-amarillys-breckenridge-terminehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6425-narcissa-miroir-mon-beau-miroir#149272http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6426-narcissa-fiche-de-rphttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6427-narcissa-rien-de-plus-utile-que-l-ecrit-pour-economiser-la-parolehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6428-narcissa-hiboux-express

Arrivé(e) le : 12/08/2016
Parchemins rédigés : 899
Points : 17
Crédit : black swan • Cara Delevingne
Année : 6ème année

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Pour l'instant, c'est pas possible...
D'autres comptes ?: Tasha E. Lennox-Blackwood & Professeur M. Burgess & Jayden S. Rosenbach

MessageSujet: Re: Spencer L. Mortensen - La lumière pense voyager plus vite que quoi que ce soit d'autre mais c'est faux. Peut importe à qu'elle vitesse voyage la lumière, l'obsurité arrive toujours la première, et elle l'attend.    Ven 24 Fév - 16:35

Re-bienvenuuue Perrin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

Invité

CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: Spencer L. Mortensen - La lumière pense voyager plus vite que quoi que ce soit d'autre mais c'est faux. Peut importe à qu'elle vitesse voyage la lumière, l'obsurité arrive toujours la première, et elle l'attend.    Ven 24 Fév - 17:19

Re bienvenue à toi Coeur Bon courage avec ta préz et ton deuxième perso ! Pompom Girl
Revenir en haut Aller en bas

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8027-wolf-in-sheep-s-clothing-sage-sawyer-sinclair-u-c#181969http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8050-sage-u-c#182357http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8703-sage-indisponible#193246http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8257-sage-ma-boite-a-courrierhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8256-sage-ma-boite-a-courrier

Arrivé(e) le : 02/08/2016
Parchemins rédigés : 1369
Points : 1
Crédit : january blues (ava) & tumblr (gifs) / david mazouz
Année : deuxième année (redoublant) - quatorze ans

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Né-Moldu
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Perrin & Ashton

MessageSujet: Re: Spencer L. Mortensen - La lumière pense voyager plus vite que quoi que ce soit d'autre mais c'est faux. Peut importe à qu'elle vitesse voyage la lumière, l'obsurité arrive toujours la première, et elle l'attend.    Ven 24 Fév - 17:53

Re-bienvenue :yasha:
Amuse toi bien avec ce BG de Spencer comme tu le fais avec Anthony Perrin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7577-spencer-l-mortensen-la-lumiere-pense-voyager-plus-vite-que-quoi-que-ce-soit-d-autre-mais-c-est-faux-peut-importe-a-qu-elle-vitesse-voyage-la-lumiere-l-obsurite-arrive-toujours-la-premiere-et-elle-l-attendhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7587-spencer-l-mortensen-les-bons-amis-t-aident-a-retrouver-des-choses-importantes-lorsque-tu-les-a-perdues-ton-sourire-ton-espoir-et-ton-couragehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8411-historique-rp-de-spencerhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7622-boite-aux-lettres-de-spencer-mortensenhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7623-hiboux-express-spencer-mortensen

Arrivé(e) le : 23/02/2017
Parchemins rédigés : 749
Points : 6
Crédit : Calisah (Jeremy Irvine) / Code signa : Wild heart
Année : Cinquième

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: Spencer L. Mortensen - La lumière pense voyager plus vite que quoi que ce soit d'autre mais c'est faux. Peut importe à qu'elle vitesse voyage la lumière, l'obsurité arrive toujours la première, et elle l'attend.    Ven 24 Fév - 18:20

Merci à vous. Perrin Je vous attend sur ma fiche de lien si vous ne voulez pas me voir polluer la votre !

Tracy : J'ai modifié le nom. Dis moi si tu as vu autre chose de gênant. Bon le RP n'est pas terrible, je le reconnais mais il a le mérite d'exister.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

Invité

CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: Spencer L. Mortensen - La lumière pense voyager plus vite que quoi que ce soit d'autre mais c'est faux. Peut importe à qu'elle vitesse voyage la lumière, l'obsurité arrive toujours la première, et elle l'attend.    Ven 24 Fév - 18:24

Rebienvenue ! :january:

N'hésite pas à polluer ma fiche de lien, j'aime ça 8D (Va nous falloir un lien, ils aiment tous les deux les mystères/énigmes!)
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité

Invité

CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: Spencer L. Mortensen - La lumière pense voyager plus vite que quoi que ce soit d'autre mais c'est faux. Peut importe à qu'elle vitesse voyage la lumière, l'obsurité arrive toujours la première, et elle l'attend.    Sam 25 Fév - 3:35

Re-bienvenuuuuuuuuuue ! Shaelyn devrai avoir un lien avec ton beau gosse, obligé Anoushka

Sur ce, hâte de te voir validé ! Perrin
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité

Invité

CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: Spencer L. Mortensen - La lumière pense voyager plus vite que quoi que ce soit d'autre mais c'est faux. Peut importe à qu'elle vitesse voyage la lumière, l'obsurité arrive toujours la première, et elle l'attend.    Sam 25 Fév - 8:03

REBIENVENUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUE ! Anoushka Anoushka Anoushka Anoushka Anoushka Anoushka Anoushka Anoushka Anoushka Anoushka Anoushka Anoushka Anoushka Anoushka Anoushka Anoushka Anoushka Anoushka Anoushka Anoushka Anoushka Anoushka Anoushka Anoushka

JE SUIS TROP CONTENTE QUE TU AIES PRIS CE SCENARIO ! *O* J'espère que tu t'amuseras avec ce nouveau personnage. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7577-spencer-l-mortensen-la-lumiere-pense-voyager-plus-vite-que-quoi-que-ce-soit-d-autre-mais-c-est-faux-peut-importe-a-qu-elle-vitesse-voyage-la-lumiere-l-obsurite-arrive-toujours-la-premiere-et-elle-l-attendhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7587-spencer-l-mortensen-les-bons-amis-t-aident-a-retrouver-des-choses-importantes-lorsque-tu-les-a-perdues-ton-sourire-ton-espoir-et-ton-couragehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8411-historique-rp-de-spencerhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7622-boite-aux-lettres-de-spencer-mortensenhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7623-hiboux-express-spencer-mortensen

Arrivé(e) le : 23/02/2017
Parchemins rédigés : 749
Points : 6
Crédit : Calisah (Jeremy Irvine) / Code signa : Wild heart
Année : Cinquième

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: Spencer L. Mortensen - La lumière pense voyager plus vite que quoi que ce soit d'autre mais c'est faux. Peut importe à qu'elle vitesse voyage la lumière, l'obsurité arrive toujours la première, et elle l'attend.    Sam 25 Fév - 15:36

Merki !! Pas de problème pour les liens, c'est noté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

Invité

CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: Spencer L. Mortensen - La lumière pense voyager plus vite que quoi que ce soit d'autre mais c'est faux. Peut importe à qu'elle vitesse voyage la lumière, l'obsurité arrive toujours la première, et elle l'attend.    Sam 25 Fév - 16:28

Re bienvenue à toi et très bon choix de gars Wink

Amuse toi bien avec lui Smile
Revenir en haut Aller en bas

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Arrivé(e) le : 21/04/2011
Parchemins rédigés : 1665
Points : 0
Crédit : (c) Phoebe.
PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin:
Disponible pour un RP ?:
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: Spencer L. Mortensen - La lumière pense voyager plus vite que quoi que ce soit d'autre mais c'est faux. Peut importe à qu'elle vitesse voyage la lumière, l'obsurité arrive toujours la première, et elle l'attend.    Sam 25 Fév - 21:13




Bienvenue parmi nous


J'ai adoré la lecture de ta fiche, vraiment, elle était top et j'ai hésité pour ta future maison et j'aime bien quand j'hésite parce que c'est un personnage compliqué. x) J'ai trop hâte de RP avec toi, on va trop s'éclater. Coeur Tout ceci est parfaitement objectif, bien sûr. xD


Un jeune homme intelligent et travailleur qui n'a pas eu une vie facile... C'est compliqué mais je pense que tu auras ta place à
POUFSOUFFLE
!
Poufsouffle Poufsouffle Poufsouffle



Quelques conseils pour bien commencer


Maintenant que tu es réparti(e), il ne faut pas te reposer sur tes lauriers. Ta vie NYLienne commence à peine et pour la faire démarrer sur de bonnes bases, il te reste encore pas mal de petites choses à faire. Ne t'inquiètes pas, je vais tout te montrer...

Commence par créer ta fiche de liens, ta fiche de RPs, ainsi que boîte aux lettres qui te permettra aussi de gagner des points RPs en écrivant des lettres de plus de 300 mots et ta boite à hiboux express pour les messages plus courts. Peut-être que tu n'en trouveras pas tout de suite l'utilité, mais ça ne saurait tarder... Alors mieux vaut l'avoir fait tout de suite. Et puis, si jamais tu cherches quelqu'un d'important pour le développement de ton personnage, n'hésite pas à créer un poste vacant.

Aussi, je te conseille d'aller lire comment marche le système de points, si ce n'est pas déjà fait. Ce serait bête de ne pas savoir comment rapporter des points à ta maison. D'ailleurs, tu peux jeter un coup d'oeil aux sabliers pour voir où en est la course à la Coupe. Et comme les votes, c'est le bien, Top-Siter rapporte des points !

N'empêche que le meilleur moyen d'obtenir des points reste d'aller en cours. Et oui, nous sommes dans une école et nos chers professeurs vont se faire une joie de t'apprendre tout ce qu'ils savent. Quand tu te seras bien installé(e) dans ton dortoir, attrape tes bouquins et rends toi vite en classe ! Nos professeurs t'attendent, et pour savoir à qui tu as à faire, tu trouveras la liste ici. La liste des sortilèges par année est disponible .

Il n'y a pas que les points des sabliers qui sont importants ici. Il y a aussi les points défis ! Tu peux aller lire ce sujet pour savoir exactement ce que c'est que les points défis. N'oublie pas de créer ton sujet d'ailleurs, qu'on puisse tous t'en proposer ! Bien sûr, tu peux également savoir combien tu as de points en allant voir la fiche ! Le nombre de point s'initialise automatiquement à 0/0 mais dès que vous avez un point, vous pouvez voir l'évolution de ceux-ci à 1/2000...

Heureusement, il n'y a pas que les cours dans la vie ! Tu vas pouvoir t'entraîner à être une fouine en écoutant les rumeurs qui se baladent dans les couloirs, attraper ton balai pour devenir le plus grand joueur de Quidditch de l'histoire de Poudlard... Enfin, pour être sûr(e) de ne rien louper des activités qui te seront proposées, garde un oeil sur le panneau d'affichage, et sur la Gazette du Sorcier pour être informé(e) de tout ce qui peut bien se passer dans le monde magique.

Le HRP (hors-RP) te donnera également de quoi t'occuper grâce à une partie Flood bien remplie. Tu pourras également faire plaisir aux autres membres en leur offrant des cadeaux. N'oublie pas, à l'occasion, de passer sur la ChatBox, avec un peu de chance, tu tomberas en plein jeu... S'il y a quelque chose que tu ne comprends pas, nous répondrons à toutes tes questions.

Sur ce, je te souhaite beaucoup de plaisir dans cette nouvelle vie qui commence, et plein de merveilleux RPs !




Dernière édition par Le Choixpeau Magique le Ven 3 Mar - 21:33, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7577-spencer-l-mortensen-la-lumiere-pense-voyager-plus-vite-que-quoi-que-ce-soit-d-autre-mais-c-est-faux-peut-importe-a-qu-elle-vitesse-voyage-la-lumiere-l-obsurite-arrive-toujours-la-premiere-et-elle-l-attendhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7587-spencer-l-mortensen-les-bons-amis-t-aident-a-retrouver-des-choses-importantes-lorsque-tu-les-a-perdues-ton-sourire-ton-espoir-et-ton-couragehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t8411-historique-rp-de-spencerhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7622-boite-aux-lettres-de-spencer-mortensenhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t7623-hiboux-express-spencer-mortensen

Arrivé(e) le : 23/02/2017
Parchemins rédigés : 749
Points : 6
Crédit : Calisah (Jeremy Irvine) / Code signa : Wild heart
Année : Cinquième

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Pur
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?:

MessageSujet: Re: Spencer L. Mortensen - La lumière pense voyager plus vite que quoi que ce soit d'autre mais c'est faux. Peut importe à qu'elle vitesse voyage la lumière, l'obsurité arrive toujours la première, et elle l'attend.    Sam 25 Fév - 21:39

Merci Thomas, merci casquette. Je ne m'attendais pas à Pouffi mais je vais pouvoir lire les rps de Dan et Milo. :noel: !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CE QU'IL FAUT SAVOIR
http://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6244-archibald-milo-de-baskerville-je-t-aime-bien-mais-en-cas-de-danger-je-te-sacrifie-directhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6295-archibald-milo-de-baskerville-le-titre-qui-tuehttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6331-tybalt-se-chargera-de-m-apporter-votre-courrierhttp://nineteen-years-later.forums-actifs.com/t6332-express-tybalt-se-chargera-de-m-apporter-votre-courrier

Arrivé(e) le : 05/01/2012
Parchemins rédigés : 6021
Points : 11
Crédit : Thomas Brodie-Sangster crédit : Sarah ♥
Année : 6ème année (17 ans)

PETIT +
Et plus en détails ?
Statut Sanguin: Sang-Mêlé
Disponible pour un RP ?: Si t'es pas pressé, c'est d'accord !
D'autres comptes ?: Brooklyn ♥ Anoushka ♥ Naïa ♥ Blake

MessageSujet: Re: Spencer L. Mortensen - La lumière pense voyager plus vite que quoi que ce soit d'autre mais c'est faux. Peut importe à qu'elle vitesse voyage la lumière, l'obsurité arrive toujours la première, et elle l'attend.    Sam 25 Fév - 21:46

Laissez Dan & Milo en paix bordel boude >.< Yerk Flamme



Archibald Milo de Baskerville
“Pour qu'un amour soit inoubliable, il faut que les hasards s'y rejoignent dès le premier instant.” Kundera Milan ♦ by dream's
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



CE QU'IL FAUT SAVOIR

PETIT +

MessageSujet: Re: Spencer L. Mortensen - La lumière pense voyager plus vite que quoi que ce soit d'autre mais c'est faux. Peut importe à qu'elle vitesse voyage la lumière, l'obsurité arrive toujours la première, et elle l'attend.    

Revenir en haut Aller en bas
 
Spencer L. Mortensen - La lumière pense voyager plus vite que quoi que ce soit d'autre mais c'est faux. Peut importe à qu'elle vitesse voyage la lumière, l'obsurité arrive toujours la première, et elle l'attend.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard, 19 ans après. :: Le Commencement :: 
Présentation des sorciers
 :: Répartitions terminées
-
Sauter vers: